banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Alliance fatale [PV Maya]  (Lu 1206 fois)
Ariman
Créature
-

Messages: 743



Voir le profil
FicheChalant
« le: Décembre 26, 2015, 11:40:15 »

Nal Hutta est une planète de la Bordure Médiane qui s'appelait à l'origine Evocar avant qu'elle ne soit colonisée par les cartels du crime. C'est la planète originaire du peuple des Evociis.

Surnommé le "bijou glorieux", la planète est considérée comme un paradis pour la gourmandise des cartels. Pour les autres "bien pensant", la planète est un véritable cauchemar, un endroit sale et dangereux, où personne ne voudrait vivre. L’argot de la pègre a réduit son nom à un simple "Hutta", un lieu où les gens plus civilisés menacent d'envoyer leurs enfants s'ils se conduisent mal.

A l'origine, Hutta était contrôlée par les Évociis originaires de la planète, une race primitive qui commit l'erreur de s'engager dans un important commerce avec les Cartels, ignorant les rumeurs sur leur légendaire cupidité. Des siècles plus tard, les Évociis réalisèrent leur erreur trop tard et la totalité de leur civilisation fut hypothéquée.

Depuis, les Cartels du crime galactique exploitent les Évociis, ces derniers étant réduits en esclavage et vivant dans la misère, tandis que les Cartels poursuivent leur insatiable quête de richesse tout en polluant la planète. Hutta est devenue le repaire de puissantes familles contrôlant les nombreuses organisations du crime à travers la galaxie. Bien qu’en conflit permanent les uns avec les autres, les cartels sont restés neutres dans les longues guerres qui ont ensanglanté la galaxie.

Les maitre des cartels sont les seigneurs de la société démente de Hutta, et toutes les autres races, même les émissaires étrangers officiels, ne représentent que de la chair à canon aux yeux perfides et bouffis des maitres. Même les chasseurs de primes les plus téméraires sont réticents à l'idée de s'aventurer sur cette planète, et aucune personne sensée ne souhaiterait venir sur Hutta, à moins de ne pas avoir le choix.

Non sans humeur Ariman posa son verre sur la table du bar où il avait élu domicile il trouvait cet endroit aussi bruyant que insuportable. On peu dire que question bouge il avait certainement choisit la pire planète de la galaxie. Mais il n'y as rien de mieux qu'un repaire de se qui regroupe comme malfrats, pilotes, truands, contrebandiers et tueurs de toute la galaxie pour traiter avec la personne la plus dangereuse de l'univers.

Pour une fois ce n'était pas une quête de puissance que Ariman recherchait son objectif était bien plus personnel et bien loin du chaos ou même de ses croyances. C'était quelque chose qui le tenait à cœur mais qui risquait d'être dangereux même pour lui à récupérer. Il lui fallait donc faire une alliance. Le hic c'est qu'il ne pouvait pas traiter avec n'importe qui y compris avec ses alliés habituels il allait lui falloir traiter avec quelqu'un appartenant logiquement à l'autre camps et l'Oblitérator avait en tête une personne idéale bien que dangereuse. Son message ayant été envoyé à cet individu Ariman n'avait pas d'autre choix que d'attendre son arrivée.
« Dernière édition: Décembre 27, 2015, 01:45:00 par Ariman » Journalisée
Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Décembre 27, 2015, 02:47:50 »


Le mercenariat…… 
Je n’aurais jamais cru me lancer un jour dans cette aventure…..

Je ne cesse de parcourir Terra, comme la terre, à la recherche des réponses à ces mêmes questions sur mon origine non-humaine, que seule mon Père biologique détient les réponses. Du moins, j’en suis persuadé. Hors, plus je remonte la piste de mon géniteur en remuant ciel et terre, plus il y a de zones d’ombres sur mon enquête. L’épisode de Nexus auprès de cette Lastrim en est un bon exemple. Ce qui m’oblige à devoir user d’autres moyens d’amplifier grandement l’efficacité de mes recherches. Et parmi l’un d’eux que je pourrais considérer comme étant le meilleur se résume en deux mots : l’argent.
Je n’ai jamais été une avare en quête de profits faciles et être une adepte du culte du veau d’or. A mes yeux cela a toujours été pour moi qu’un moyen pour parvenir à un, voire plusieurs buts. Du court au long terme en passant par le moyen. C’est bien connue : l’argent peut quasiment tout acheter, que ce soit des renseignements, des possessions, des services et j’en passe. Le mercenariat est l’une des activités qui, à côté de l’esclavagisme ainsi que du trafiques de drogues, permet d’engranger énormément d’argents faciles qui me sera d’une aide précieuse. Notamment pour payer des gens pour obtenir des renseignements bien plus facilement, mais également plus fiable. D’autres perspectives en tête comme l’acquisition d’un logement secondaire à Tekhos comme ailleurs avec une belle somme d’argent sur soi germent à l’esprit, mais pour l’instant je ne l’utiliserais que dans le but de récolter des informations. Si l’argent de fait pas forcément le bonheur de tout le monde, c’est tout le contraire pour certaines catégories de gens.

Néanmoins, en tant que femme de principes et de valeurs, j’ai tout de même fait en sorte de préciser les conditions exigeantes à mes clients, d’ordres moraux, s’ils veulent que j’accepte leurs demandes. Entre autre : interdictions formelles de tuer des innocents, de capturer des cibles pour être vendues en esclavages et autres trucs dégueulasses comme monstrueux. Des conditions qui ne sont pas aux gouts de la grande majorité des personnes recourant aux mercenaires, en plus de ne pas être bons pour ce genre de business. Mais qu’importe, je ferais avec ! Et si ça ne marche pas, tant pis, je trouverais un autre moyen. Ce n’est pas comme si je n’avais pas de plans de secours.

Voilà déjà trois mois que j’ai lancé mon affaire un peu partout sur Tekhos et Nexus.
Trois mois d’absence de demandes……

Je ne m’étais pas faite d’illusions en imposants mes règles. Je savais déjà qu’un début pareil allait mal commencer. Mais à ce point-là….. Honnêtement, non. Même le récapitulatif des prouesses phénoménales que je peux faire ne sait pas montrer convaincante. Tseuu…. Remarque, c’est peut être ça la cause de manque cruel de client. Ils doivent penser que je raconte des conneries justes pour faire vendre. Pas faux……
Et là, un beau jour, je reçois enfin ma première demande sur mon holopad bas de gamme. Dans mon petit studio futuriste, en plein centre de Tehkos, que j’ai loué temporairement. Par un certain Ariman. Une nouvelle qui m’a fait plaisir à savoir….. mais qui fut de courte durée. Le rendez-vous d’affaire est censé se tenir dans un bar situé sur une planète appelé « Nal Hutta » que je ne connaissais pas. Quelle chiotte !! Déjà que je connaissais à peine Tekhos et encore moins Ashnard, je devais carrément retrouver un client sur une autre planète ! Sachant que j’ai même pas 24 heures pour me demerder à connaître et rejoindre ce monde. Et que si je décline l’offre, je vais passer pour une dégonflée.
Heureusement que sur Tekhos, le voyage spatial est monnaie courante. N’empêche qu’Il m’aura fallu plus ou moins douze heures non-stop à me renseigner auprès du énième passant dans tout Tekhos pour : connaître l’emplacement du spatioport de la capital et croiser une pilote de vaisseaux Tekhane connaissant cette planète pour m’y déposer. Mais comme cela coute bonbon, c’est-à-dire un million de crédits (sachant que j’ignore combien ça équivaux en pièces d’or ou encore en dollars), j’ai dû me débrouiller à rassembler la somme le plus vite possible en participant à tous les combats en cages illégaux des bas-fonds de la Megalopole. Tous mes adversaires, hommes comme femmes, ont tous mangé le bitume à pleines dents. Un jeu d’enfants !  En seulement huit heures j’ai réunie les fonds suffisants. Sauf qu’à mon retour au spatioport, cette sale garce m’avait posé un lapin ! Rhaaa, j’étais à deux doigts de passer mes nerfs sur un mur que j’aurais démoli et qui m’aurait valu une arrestation pour dégradation. Et encore je n’connais même pas le code civique Tekhane…..

C’est vraiment de la veine que je suis tombée par hasard sur un autre pilote de vaisseau qui, non seulement connais la planète, mais qu’en plus il accepte de m’y déposer gratuitement. Un homme plus exactement. Ce n’est pas souvent que j’en vois un dans une ville qui prône la suprématie de la gente féminine. Il m’a embarqué à bord de son vaisseau vaguement aux X-Wing de Star Wars, puis on a vite rejoint l’espace sidérale puis j’ai vite découvert les joies du voyage en vitesse lumière pour la toute première fois. C’était…. Whouaou…..
Une minute. C’est le temps qu’aura duré le voyage. Il m’a déposé au port de la capital planétaire comme promis pour aussitôt repartir vers d’autres cieux. Je n’ai pas mis longtemps pour trouver le lieu de mon rendez-vous : un pub miteux. Je m’disais aussi qu’au vu de la tronche de la planète, de ses habitants et du lieu de rencontre, mon client doit certainement être un type louche.

C’est vêtu de mon traditionnelle mini short en jean et de mon T-shirt noir court que je franchi l’entrée de l’établissement insalubre, peuplée d’extra-terrestres avec des têtes chelou. Sans surprise, quelques regards gognards lorgnent en ma direction, un sifflement au fond et une approche lourdingue d’un alien fuse, mais je ne prête pas attention.  L’idée de gouter à un rafraichissement extra-terrestre ne me dérange pas…. Mais quand j’enttends le barman, ressemblant légèrement à un critter, parler dans une langue trop exotique à mon gout, je préfère me contenter de balayer la zone à la recherche de mon client. Au milieu de la pièce. Tein, ça peut être n’importe qui ! Il aurait pu au moins faire l’effort de me donner des signes de reconnaissance…..
Journalisée

Ariman
Créature
-

Messages: 743



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Décembre 27, 2015, 04:09:02 »

Pour une fois l'Oblitérator avait décidé d'être très discret pour l'entretien. Faut dire qu'il c'était taillé lui même une sinistre réputation et c'était autant d'alliés que d'ennemis sur cette planète autant dire que son arrivé ne fut pas passé inaperçue. En terme générale cela permet à l'administration douanière de cette planète d'aller racketter ailleurs ce qui était un avantage. L'inconvénient c'est ses fonctionnaires sont tellement corrompus qu'ils ont tendance à vendre leurs informations à n'importe qui où pire que cela tombe dans les oreilles d'un ou plusieurs maitre des cartels et tous ne sont pas des amis où des types suffisamment sensé pour ne pas chercher l'agent du chaos. Dans le lot il y en aura un suffisamment bête pour tenter une vendetta où envoyer des tueurs pour essayer d'éliminer l'Oblitérator. Ariman avait d'ailleurs cesser de compter les nuisances mais si il se souvenait bien il avait survécu entre un et trois attentats à chaque fois qu'il faisait un séjour sur Hutta sauf une fois où un patron avait battus le record de 9 tentatives en une journée et avait suffisamment irrité l'Oblitérator pour qu'il aille en personne vers le Cartel de cet individus et fasse un massacre là bas, le chef compris dans le lot. Malgré ce tracas l'Oblitérator n'avait pas vraiment renoncé à un entretien discret il portait donc sur lui une bure noire et une capuche cachant aussi bien ses traits que son apparence. Sous cet accoutrement il était plus où moins discret et il n'était pas rare de croiser des créatures ayant une tailles et un gabarit identique à l'Oblitérator.

Alors que l'Oblitérator éclusait son verre il se conecta à nouveau à sa base de donné sur les informations obtenus personne qu'il devait rencontrer. Il avait obtenus cela grâce à un de ses réseau d'espionnage. l'Oblitérator c'était montré étonnamment méticuleux sur l'identité de la personne qu'il devait rencontrer et n'avait rien laisser au hasard. L'image que l'ordinateur lui donnait était celle d'une jeune femme qui semblait banale à première vue mais les espions d'Ariman étaient formels. Cette Maya dispose d'un niveau de puissance équivalent peu être entre un dieu et un demi dieu. Ses capacités étaient dangereuses et donc à éviter à tout prix. Cela amusa assez à Ariman car aussi puissante qu'elle soit son annonce était d'une certaine naïveté typique d'un esprit moyen humain. En d'autre circonstances il aurait choisit quelqu'un d'autre où un de ses larbin n'aurait même pas pris la peine de venir sur Hutta en personne mais non. Son affaire était bien trop importante et requiert l'aide d'un personne tout aussi puissant que lui. L'Oblitérator jouait néanmoins un jeu risqué selon ce qu'il avait lu sur cet annonce cette personne ne tolérait ni l'esclavagisme et les acte barbares ou contre nature. Ariman était tout l'inverse et la rencontre allait sûrement être assez surréaliste. Néanmoins deux choses avantageait l'Oblitérator. Maya ne semblait pas connaitre la réputation d'Ariman outre cela bien que ce travail n'allait pas être une partie de plaisir, il n'allait pas être en contradiction avec les exigences que Maya imposait outre cela ce n'était pas la première fois que Ariman traitait avec des personnes ayant un autre alignement ou allégeance que le sien. Tant que les accords étaient respectés une bonne alliance pouvait perdurer.

Ariman fut tiré de ses pensés quand un de ses monocrânes drones émis un bip et envoya une image de la personne qu'il voulait rencontrer dans le bar. Ariman écarta le rideau de l'alcôve où il c'était réfugié afin de boire et de pouvoir traiter son affaire en paix pour voir de ses propres yeux cette personne. Comme l'avait prévenus ses espions Maya ne payait pas de mine. tenue T-shirt noir très court qui cachait à peine ses courbes et aucune armes apparente contrairement à la majorité, voire la totalité des clients du bar qui ce baladaient avec des lames ou des calibres. Des dizaines d'yeux se braquèrent sur Maya. Ariman ne pouvait pas s'empêcher de comparer la jeune femme à un tout petit poissons nageant dans un océan remplis de requins. Difficile à croire que Maya était certainement une des créatures les plus puissante de la galaxie.

Et les ennuis ne tardèrent pas à arriver. Il faut dire que la tenue provoquante que Maya arborait équivalait à avoir une cible dans le dos. Quatre Trandoshans après avoir vu la jeune femme discutèrent brièvement et se levèrent de concert pour ce diriger droit vers Maya. Trois d'entre eux étaient vraisemblablement des esclavagistes Trandoshans portant des combinaisons renforcées et pour l'un d'entre eux un casque avec des lunettes de protection. Leurs armes semblait un Fusil à pompe pour le premier, un Fusil à répétition PCA pour le deuxième et un pistolet blaster pour le troisième. Ils portaient également chacuns deux longs poignards avec lesquels ils attaquaient sans pitié leurs ennemis. De manière générale, les Esclavagistes Trandoshans étaient des combattants de corps à corps et de courte portée.



Le quatrième larron était lui aussi un Trandoshans mais plus massif que les trois autres. Sûrement un mercenaire lourd vu armure lourde, agissant comme un exosquelette, et sa terrible mitrailleuse LS-150 pourvus d'une énorme lame. Les Mercenaires lourds étaient puissants et résistants, de fait qu'ils étaient employés pour défendre des points stratégiques ou en attaquer. Leur efficacité était doublée par leur mobilité, ce qui faisait d'eux de vrais tourelles de combat mobiles. Au corps à corps, ils étaient également de féroces guerriers, utilisant leur LS-150 pour empaler et défoncer le corps de leurs ennemis.



Visiblement les quatre avaient des vues sur la jeune femme qui semblait chercher Ariman. l'Oblitérator observa sans réagir. Ce fut quand Maya passât devant les latrines du bar que les Trandoshans agirent et le mercenaire lourd profita d'un moment d'inattention de la jeune femme pour la pousser violament dans les toilettes puante de l'établissement. Ariman n'était pas vraiment étonné les Trandoshans avaient mauvaise réputation notamment pour leur frénésie sexuelle débridé. Visiblement ils comptaient prendre du bon temps sur Maya avant de la dépouiller ou de la revendre comme esclave. Ariman resta néanmoins neutre dans l'affaire et attendit de savoir qui allait sortir vivant des latrines. L'Oblitérator faisait confiance à son réseau d'espionnage mais voulait voir si Maya en valait le prix et ce n'était pas pour rien que Ariman l'avait fait venir jusqu'à Hutta  cette rixe bien que involontaire allait servir en quelque sorte de test. Qu'elle s'en sortait vivante l'Oblitérator enverra l'un de ses monocrâne l'invitée à le rejoindre.
« Dernière édition: Décembre 29, 2015, 04:08:53 par Ariman » Journalisée
Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Décembre 27, 2015, 09:33:35 »

Plus le temps passe, plus je me demande ce que je peux bien faire là…..

Finalement, parmi toute cette masse de lascars, quatre humanoïdes se lèvent à l’unisson et se rapprochent de moi. Des espèces de chiens reptiliens humanoïdes pourvues de mains à trois doigts et de pattes à trois doigts en guise de pieds. Tous armées jusqu’aux dents avec leurs armes énergétiques et blanches. Surtout le plus imposant de tous qui ressemble à un tank vivant avec son espèce d’exosquelette qui lui permet de manier cette sulfateuse menaçante sur sa main droite. Sans parler de son armure de protection qui pourraient le protéger de tout un assaut des forces antigangs Brésiliens. Ah ouais quand même….. J’avoue qu’il n’a pas une gueule de porte bonheur celui-là. Mais il en faut bien plus pour m’impressionner. Et je le montre bien en restant stoïque, bras croisé sous ma poitrine et le regard fixe dans le blanc de ses yeux reptiliens.

-   C’est vous Ariman ?
-   Lui-même, ma jolie !
-   Vous auriez pu faire l’effort de me donner des indications pour que je puisse mieux vous reconnaître…..
-   Ah ! Autant pour moi, héhé. Simple oublie.
-   Enfin Bref parlons affaire. Que voulez-vous que je fasse pour vous ?
-   Un service particulier…. Mais qui est judicieux qu’on en parle dans un coin plus tranquille *fait un signe de la tête sur le côté en direction des toilettes*. Ça grouille trop de monde en ce moment.
-    Okay.

Je me contente de le suivre  jusqu’aux latrines. Lui ainsi que ces larbins derrière moi, dont l’un d’eux ferme la porte derrière lui.

-   Tu m’as vraiment pris pour une cruche en croyant me faire croire que t’es Ariman ?
-   Héhéhéhé ! Bravo ma jolie…. Mais c’est pas un peu tard pour le dire ? Surtout venant d’une demoiselle aussi moulé du cul comme toi qui vient sur Nal Hutta comme ça, sans armes ni personne pour l’accompagné ?

L’un de ses péon attrape mes bras pour tenter de m’immobilisé, tandis que ses potes ricanant baisser leurs frocs pour exposer leurs protubérances imposants, puis se rapprochant lentement de moi.

-   Tu tombe a point nommé, trésor. On commençait à être en manque après des mois de pillages sans voir une femelle aussi belle que toi.
-   Tu veux savoir pourquoi j’ai joué le jeu en te suivant dans ces chiottes dégueulasses ?
-   Non, raconte ?
-   C’est très simple……

*SHLAARK*
WHOUAAAAAAH !!!!

Un geste sec de mes bras, après avoir saisie les siens avec mes bras, à suffit pour lui démembrer ses membres supérieurs. Sous les yeux perturbés et écarquillé de ses collègues.

-   Pour m’occuper de vous en toute tranquillité.

Sans leurs laisser le temps de réagir, ainsi que pour faire propre, j’use de mes capacités suprahumaine qui freeze le temps autour de moi. Du moins, par mes yeux. Je décapite le démembré d’un revers de la main, pour aussitôt m’avancer rapidement vers les deux larbins pour leurs faires explosé la tête en prenant la leurs dans chaque mains puis les faisant entrechoquer entre eux comme on casse des œufs pour faire une omelette. Pour ensuite me placer à moins d’un mètre du chef de bande. Le tout en une fraction en moins d’un tiers de seconde. Tout a été instantanée pour lui, créant un sursaut de panique et un reculons de deux pas. Moi, pendant ce temps, je m’approche d’un évier au hasard et ouvrir le robinet pour me laver mes mains souillés d’hémoglobines devant un alien affolé et tremblotant, regardant frénétiquement de gauche à droite ses camarades morts avec une respiration saccadée.

-   P…par le joyau de Gardulla… Mais t’es quoi au juste !!?

Sans même prendre la peine de lui répondre, je me contente de l’ignorer et de m’essuyer sur mon T-shirt plutôt que sur la serviette sombre qui semble avoir vécue des jours meilleurs. Je marche vers la porte de sortie, puis m’arrête net contre……

*Clak !*

Non, ce n’est pas le déverrouillage de la porte, mais l’arme lourde du chien reptilien que je lui ai arraché spontanément après m’être déplacé instantanément près de lui, croyant pouvoir me tuer en me tirant par derrière. Ce dernier tombe sur le cul, tout près de pissotières rongées par la crasse et les champignons, paniquant de plus belle en faisant perler son front de sueurs froides abondantes quand il contemple son arme se faire broyer aisément par les doigts de ma main droite comme du papier. Réduisant sa sulfateuse futuriste en une vulgaire boule de ferraille. Boule qui vient de lui former un trou béant dans sa tête après lui avoir jeté sur la figure d’une pichenette.
Voilà une chose de faite. Je peux maintenant sortir tranquillement des WC et reprendre mes recherches. Pour certains, c’est la stupeur total de me voir revenir intacts.
« Dernière édition: Décembre 28, 2015, 01:35:05 par Maya Da Silva » Journalisée

Ariman
Créature
-

Messages: 743



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Décembre 27, 2015, 11:42:06 »

Une minute quarante c'est le temps qu'à mis Maya à éliminer ses quatre là. Ariman hocha la tête et envoya un de ses drones rencontrer Maya et la guider vers lui.

Alors que Maya sortait de toilettes elle fut abordée par une machine. Il s'agissait d'un crâne humain équipé de cybernétiques et un moteur antigrav qui le faisait flotter dans les airs. Il etait équipé d'un haut parleur et s'adressa à Maya d'une voie grinçante.




- Mademoiselle Maya ? Demanda le drone qui attendit sa réponse avant de continuer. Logiquement le fait que le Drone connaissait le nom de Maya était une preuve qu'il était envoyé par Ariman. Une fois qu'il eu confirmation de son identité le drone enchaîna.

- Le seigneur Ariman vous attend veuillez me suivre s'il vous plais ! Dit il avant de flotter vers l'autre bout du bar où il y avait de nombreuses alcôves pour la plupart caché par un rideau. Le drone se figea face à l'une d'entre elle et invita ensuite Maya à entrer.

L'aclove était sombre et uniquement éclairé par une ampoule. Une table une chaise et un banc mural était le seul mobilier. Maya vis une silhouette massive et très large d'épaule assis sur le banc mural un verre à la main ou plutôt entre ses doigts. L'individu avait des mains aussi massive que son corps des mains métallique capable de broyer un crâne sans effort et pourtant tenant un verre avec une certaine dextérité sans le briser. Malgré la couche de vêtements qui le couvrait Maya devinait que son interlocuteur portait une armure lourde. Hormis ses mains la tête de l'individu était visible. Il semblait humain mais il était très pâle avec une chevelure noire coiffé en arrière. Ses yeux était d'une couleur rouge électrique. Ce type avait tout d'un assassin et pourtant Ariman se montra courtois et invita Maya à s'assoir.


- Je suis ravis que vous ayez accepter mon invitation. J'espère que votre voyage n'as pas trop été éprouvant de même que ce quatuor qui vous as entraîner dans les latrines avant que mon messager ai eu le temps de vous aborder ne vous ai pas trop fait d'ennuis. S'excusa t'il avant de commander une nouvelle bouteille d'un breuvage appelé coeur de réacteur. Il se montra aussi polis pour demander à Maya si elle voulait boire quelque chose aux frais de l'Oblitérator bien entendu.
« Dernière édition: Décembre 28, 2015, 01:50:08 par Ariman » Journalisée
Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Décembre 29, 2015, 01:21:06 »

Alors que je m’apprête à quitter ce lieu insalubre pour finalement abandonner mon rendez-vous, pensant que le message venant juste du lascar de tout à l’heure ayant utilisé un faux nom pour m’attirer dans son piège, je tombe nez à nez avec ce qui semble être…. Et bien…. Une sorte de crâne cybernétique lévitant dans les airs. Muni d’un voyant rouge à l’orbite droite et un haut-parleur en guise de mâchoire. On dirait bien que ce drone doit certainement provenir du vrai Ariman, étant donné qu’il demande si je suis bien Maya. J’hoche positivement la tête.

-    En personne.


La suite confirme bien mes propos lorsqu’il m’informe qu’Ariman m’attends. Enfin, ce n’est pas trop tôt ! Il me conduisit vers une alcoves où une ombre massif se tenait assise sur le côté, à travers le rideau en tissu délabré. Et lorsque je m’y faufilant, c’est pour faire face à un homme assez atypique. Oui, je suis à des années lumières de mon monde Natal, je sais bien. Mais disons que pour cette personne, semble être un humain vêtu d’une armure ou d’un exosquelette massif. Dissimulé par une bure noir munie d’une capuche. En tout cas il est un poil plus impressionnant que l’autre. Il n’est pas loin de prendre les trois quarts d’espace de l’alcôve. C’est à ce demandé comment sa chaise puisse tenir son poids qui doit certainement avoisiner la tonne. Je ne ferais pas de commentaire sur son regards qui n’a vraiment rien de rassurant, ou encore de sa peau livide tout juste visible par le peu de luminosité traversant l’espace restreint. Mais passons…..
N’empêche que malgré tout, il sait se montrer courtois et accueillant en me présentant ses mondanités. Le tout en m’invitant à m’installer. Ce que je fais sur-le-champ, Toutefois je fais gaffe a ce que je ne brise pas le banc par mon poids frisant la tonne. Ouf…. Ca va, à part des grincements un peu inquiétant, l’objet semble supporter plus ou moins ma masse. Remarque, on est dans un établissement accueillant toutes sortes d’aliens dont certains doivent peser lourds.

-   Ô ne vous en faites pas, j’ai connus bien pire comme situations. Ça, ce n’étais juste qu’un petit malentendu. Par contre, je vais être franche en vous disant que j’ai eu de gros soucis pour trouver le moyen de rejoindre cette planète. J’ai bien cru que je n’y serais jamais arrivé. C’est également mon tout premier voyage spatial de ma vie, alors comprenait bien que ça me fait bizarre d’être sur une planète extra-terrestre.

Et pour pas me montrer impolie en refusant le verre d’alcool offert par mon client, j’accepte poliment son offre généreuse d’un « bien sur » courtois. Je jette un œil rapide sur la bouteille avant de remplir mon verre d’une liqueur oscillant entre le brun et l’orange, en plus de dégager une odeur assez particulière. Une odeur vachement puissante, mais plutôt agréable à sentir si l’on met de côté le chatouillement des narines. J’avale une bonne lampé qui vide un bon quart du verre de la taille d’un verre long. Mhuuum, pas mauvais ! Je sais pas ce qu’il y a dedans mais faut reconnaître que c’est vachement bon. J’aurais bien aimé connaître le nom de ce breuvage, mais c’est écris dans une langue incompréhensibles pour moi. Faudrait un jour que je trouve des livres d’apprentissages de langues extraterrestres. Surtout qu’avec ma super mémoire photographique je n’aurais pas de soucie pour apprendre vite et bien.
 
-   Bref ! Maintenant que nous sommes réunies ici, on va enfin pouvoir  parler affaire. A commencer par ce que vous attendez de moi ? Je suis à votre écoute.
Journalisée

Ariman
Créature
-

Messages: 743



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Décembre 29, 2015, 02:39:26 »

- Je suis navré que votre voyage ai été quelques peu désagréable mais il était nécessaire pour moi d'assurer mes arrières. J'ai pris la peine de me renseigner sur vous avant de vous contacter et je connaît suffisamment vos capacités pour ne pas vous sous estimer. Je ne cherche pas l'affrontement mais une bagarre entre vous et moi aurait certainement de mauvaise répercutions sur les cartels du crime dirigeant Hutta et si il y as bien une chose que déteste les Cartels c'est que deux créatures dans notre genre se met à ce battre et détruire cet endroit et la ville. Il n'y as rien de plus désagréable d'avoir tout une armé sur le dos où sa tête mis à prix. Malgré votre aspect vous êtes une créature des plus puissante Maya, peu être même plus que moi. Mais j'ai suffisamment d'expériences pour savoir qu'il existe des créatures bien plus forte que nous deux réunis ou quelqu'un de plus malin capable de déceler nos points faibles d'où notre intérêt à ce que notre conversation soit la plus amicale possible. Dit Ariman qui laissa Maya se servir à boire et fit une pause le temps que Maya apprécie l'alcool.

Une fois Maya à l'écoute Ariman entra dans le vif du sujet et joua la carte de la franchise.


- Ne tournons pas autour du pot. Selon votre annonce vous avez certaine valeurs morale alors que moi je suis l'inverse de ce que vous êtes. Je suis meurtrier, cruel et un adepte des puissances de la ruine. Malgré le fait que mon visage soit encore humain cela fait longtemps que j'ai abandonné mon humanité au profit du don que m'as offert le virus Oblitérator. Je ne suis que chair, métal et essence démoniaque. Pourtant si je vous ai choisit c'est que vous convenez assez bien au travail que je vous propose. Un travail dangereux certe mais respectant vos conditions que vous aviez instaurer sur votre annonce. Moi même je risque également gros car je vais aussi vous accompagner dans votre tâche. vous serez grassement récompensée en cas d'acceptation du travail et son exécution. En cas de refus de votre part je ne serait guère offensé outre cela je n'ai aucun intérêt à vous chercher querelle et vous auriez une petite indemnité pour le déplacement. Dit Ariman qui disait vrais. Aussi puissante qu'elle soit Maya n'avait jamais nuis aux plans de l'Oblitérator et comme avait dit Ariman plus tôt il ne cherchait pas les ennuis.

Ariman laissa Maya réfléchir. L'Oblitérator malgré sa nature maléfique avait dit la vérité sur sa nature et sa proposition était honnête bien qu'une collaboration avec lui allait sembler être bizarre voire suspecte pour Maya. Sincèrement Ariman espérait qu'elle accepte sa proposition ce qui lui éviterait de faire sa mission en solitaire avec de gros risques de ce faire détruire.
« Dernière édition: Décembre 29, 2015, 02:37:52 par Ariman » Journalisée
Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Décembre 29, 2015, 05:49:01 »

C’est au tour de mon client d’ouvrir la parole. Et sans surprise, il s’est renseigné sur moi et mes capacités surhumaines, mais également sur toute une tirade comme quoi il serait mal vue des barons de ces « cartels » que deux êtres aux pouvoirs destructeurs foutent leurs bordels et mettent sens dessus dessous les zones sous leurs contrôles. Cette remarque m’étonne un peu car je ne vois pas pourquoi nous devrions nous affronter alors que nous sommes là uniquement dans le but d’échanger un service contre rémunération. Ce serait stupide ! Mais en fin de compte je parle trop vite, puisqu’il mentionne un simple exemple de circonstance qui se produirait si l’on venait à semer la zizanie.
En tout cas il s’estime avoir suffisamment de vécue pour m’informer qu’il existe des êtres bien plus redoutable que lui et moi réunie. Ce dont je ne doute nullement. Moi-même j’ai eu mon lot d’expérience et de situations où je m’étais sentie impuissante face à des personnes ayant utilisé un de mes points faibles pour me capturer, m’acheter puis me livré en pâture face à des créatures monstrueuse. Comme ce Thunderdome de Neron dont j’ai pu m’en réchapper par je ne sais quel miracle. Je croyais n’en jamais ressortir. Alors oui, il est préférable que notre conversation se déroule dans les meilleures conditions et que des compromis soient faits.

Je reprends une nouvelle lampé d’alcool tout en hochant positivement pour lui montrer que je suie bien la conversation, puis reposant tranquillement le verre et de glisser une main dans mes cheveux pour dégager des mèches un peu gênante. Habitude typiquement féminine. Nouvelle révélation :  Ariman est l’antithèse total de ma mentalité. Bien que l’habit ne fasse pas le moine, comme on dit, cette maxime ne s’applique pas forcément à tous. Du coup, je ne suis guère étonner de l’apprendre. Suis-je mal à l’aise ? Un peu, certes et c’est bien normal, mais encore une fois je m’attendais bien à ce que croise tôt ou tard des monstres dans ce métier de mercenaire en intérim. Je ne suis pas né de la dernière pluie pour savoir dans quoi j’allais m’embourber. J’apprends un peu davantage sur lui comme étant un homme ayant contracté un étrange virus, baptisé Oblitérator, qui l’aurait transformée en une espèce de monstre fait de chair et de métal assemblée chaotiquement. Ce qui explique mieux pourquoi cette accoutrement sur lui.
Néanmoins, l’homme en face de moi reste très clean en ayant une mission pour moi respectant clairement toute les conditions. Et c’est tout ce qui compte pour moi. Le reste, ça ne regarde que lui. Ainsi donc, il va me suivre tout au long de sa mission ? Je vois….. une mission d’escorte. J’ignore jusqu’où il est puissant mais pour avoir tant besoin de moi  c’est que le danger qui plane sur cette mission est à prendre au sérieux. Même pour moi. Mais en contrepartie, la récompense qu’il m’offre est à la hauteur des risques encourus, avec indemnité pour le déplacement en bonus. Cela me semble être une bonne affaire.

Je prends quand même un moment de réflexion en prenant un air pensif pendant une demi-minute, histoire de voir si cela en vaut quand même la chandelle. Mes mésaventures m’ont quand même apprise à me montrer plus prudente. Depuis que j’ai fouler Terra pour la première fois, il m’est arrivé tant d’emmerdes dont une petite poignée m’ont mise dans des situations où je pouvais vraiment perdre la vie. Il est loin le temps de l’insouciance où je pouvais me vanter d’être considéré comme étant la femme la plus puissante de la terre (selon mon propre avis).

Je relève mon regard vers Ariman pour hocher la tête positivement, une nouvelle fois. Ma décision est prise…..

-   J’accepte votre mission. On peut commencer maintenant si vous le désirez.

Simple est concret.
Journalisée

Ariman
Créature
-

Messages: 743



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Décembre 29, 2015, 07:11:07 »

Ariman hocha la tête satisfait. Maya malgré sa mentalité simple semblait avoir remarqué que l'Oblitérator était clean malgré les apparences. Ariman pouvait donc approfondir ses explications mais aussi expliquer la raison pour laquelle il avait invité Maya jusqu'à Hutta.

- Hutta est une planète des plus effrayante mais elle n'est rien comparé à là où nous nous rendons. A cinq parsec d'ici se trouve Cloaque la planète décharge. Située dans la Bordure Extérieure, dans l'Amas de Tion précisément, Cloaque est considéré comme étant l'une des planètes les plus polluées de la Galaxie. La quasi-totalité de sa surface est recouverte d'immondices et de déchets tous aussi divers que variés, accumulés depuis des milliers et des milliers d'années. Je ne sait pas quand la planète fut pour la première fois reconnue comme décharge galactique, cependant je présume que l'obtention de ce triste titre remonte à des millénaires. Depuis lors, d'innombrables peuples firent de cette planète un monde-décharge pratiquement inhabitable en y larguant toutes sortes de déchets allant même jusqu'aux épaves de vaisseaux spatiaux capitaux. En conséquence, la pollution sur Cloaque est telle que l'écosystème est à l'asphyxie. L'air est souvent chargé d'émanations toxiques provenant de la stagnation des déchets et les rares pluies qui humidifie parfois le sol sont extrêmement acides et finissent par s'écouler dans un ancien système d'écoulement des eaux dont l'origine reste encore un mystère.

La planète était à l'origine, comme on peut s'en douter, très peu peuplée. Les principaux habitants étaient des Jawas, pour qui ce monde couvert de d'épaves en tout genre constituait un véritable paradis. Les autres "habitants" étaient des ferrailleurs qui entretiennaient des usines de recyclage. Mais les choses ont changé depuis ses derniers temps. Il y as quelques années un seigneur sorcier Thousands Sons surnommé Dhazak et un peuple extraterrestre très belliqueux appelé les Rak'gol se sont établis sur Cloaque et depuis ce font une guerre sans merci. Cela n'as pas été au goût des cartels de Hutta dont la plupart de leur intérêts sont basé sur le recyclage et la récupération d'artéfact technologique et envois régulièrement des pirates ou des mercenaires armé pour veiller sur leurs usines ou en mission de guerre contre une des faction. En ce moment les Cartels ont conclut un trêve bancale avec Dhazak et ce concentre uniquement sur le conflit contre les Rak'gol. En ce qui me concerne je ne m'intéresse pas du tout aux conflits en court néanmoins je suis à la recherche d'un objet qui est originaire de ma planète d'origine et qui se trouve sur Cloaque un ordinateur d'astronavigation pour être exact.
Expliqua Ariman qui fit une pause pour boire et laissa Maya réfléchir. Elle avait peu être des question à poser.
« Dernière édition: Décembre 29, 2015, 11:04:26 par Ariman » Journalisée
Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Décembre 30, 2015, 12:10:01 »

Ariman me déballe tout ce qu’il y a à savoir sur ma mission. Notre mission, devrais-je dire. J’écoute attentivement tout ce que j’ai à savoir sur la planète cloaque qui n’est d’autres qu’une « planète-décharge » vieilles depuis des milliers d’années. Planète-décharge….. Je n’imagine même pas la gueule que doit avoir cette planète. J’ignore même s’il doit rester encore des natifs originaires de ce monde. Soit ils sont morts, soit ils ont fuie leurs monde pour un autre, ou bien ils ont du s’adapter mais encore faut -il que ce soit possible. Mais apparemment, Cloaque étaient peu habités à l’origine. Par contre, pas de précision sur combien d’effectifs au juste. Des Jawas ? Connait pas. Surtout quand j’apprends de la bouche d’Ariman qu’en plus d’être l’une des planètes les plus dégueulasses de la galaxie, les millénaires de « pseudo-terraforming » ont rendues les intempéries invivables. En gros : pluies acides corrosives, airs polluée à cents pourcents voir même à mille pourcent. Bref, pas le genre d’endroit où j’aimerais passer les vacances.
Parce qu’en plus de cela il existe des systèmes d’écoulements et de canalisations inconnues à ce jour !? Ça en dit vraiment long sur la date où ce monde a eu pour rôle de décharge planétaire. Je suppose que rechercher des pièces de rechanges dans ce monde représente certainement une chasse au trésor à elle seule. Une mine d’or pour des pilleurs d’antiquités à revendre aux marchés intergalactique. Ce qui se fait d’ailleurs ! Avec du recyclage en prime. D’ailleurs, mon client ajoute que c’est l’une des principales sources de revenus des cartels Hunt en payant pirates et mercenaires pour récupérer des objets de grandes valeurs nicher là-bas, ainsi que des « artefacts technologiques » qui semble être d’une valeur inestimable. Ce qui veut dire que nous allons marcher sur leurs plates-bandes pour ainsi dire. Ça laisse présager peut être un risque d’avoir ma tête mise à prix par ces fameux cartels et me faire courser par tous les chasseurs de primes dans toute cette galaxie lointaine où je me trouve. Et peut-être même au-delà.

En d’autres termes : il va m’arriver des bricoles pas chouettes. Mais j’accepte ce risque, ainsi que les conséquences qui vont en découler……

Pour ce qui est de notre but central, cela consiste en gros à dénicher un de ces fameux artefacts technologiques avant qu’il ne tombe entre les mains d’un certain Dhazak, mais pas n’importe lequel. Un objet provenant directement du monde d’Ariman comme étant un ordinateur astronagation. Donc, une simple mission de récupération. Ça va, je devrais pouvoir gérer ça. Je pense que le plus dure sera de faire gaffe à ne pas être pris en sandwish entre ce Dhazak et ces Rak’gol durant nos recherches. Bon, à vrai dire ils sont surtout trop occupés à se bouffer le pif entre eux, sauf qu’ils ont négocié une trêve temporaire. Ce qui veut dire que ce n’est qu’une question de temps avant qu’il s’entredéchire à nouveau. Avec une pincée de bole on n’aura pas à les affronter. Du moins, trop occupée à se battre pour prêter attention sur nous. Après, ce n’est qu’une hypothèse…….

Je vide mon verre pile au moment où Ariman cesse de converser. Drôle de timing ! De mon côté j’ai rien d’autre à répondre à part un haussement d’épaule suivit du tintement de mon verre que je repose tranquillement. Avant de claquer gentiment des mains et d’esquisser un sourire enthousiaste.

-   Parfait ! On peut y aller ?


En effet, je n'ai nulle question à lui poser vue que je sais tout ce que j'ai à savoir. Je pourrais bien lui demander l'utilité de l'objet de ses désirs, si c'est une arme ou bien un moyen pour lui de rejoindre sa planète natal, mais je n'y vois pas d’intérêt.
Journalisée

Ariman
Créature
-

Messages: 743



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Décembre 30, 2015, 01:56:43 »

- Bien allons y alors. Dit Ariman qui se leva. Déjà assis il était impressionnant mais Maya se rendit compte que debout il l'était encore plus avec ses trois mètres. Quand ils sortis de l'aclove quatre crâne semblables au messager d'Ariman virent le rejoindre et l'encadrer.

- Mon vaisseau n'est pas très loin. Afin d'être plus discret l'engin qui nous conduira jusqu'à cloaque est une petite corvette. Il vous faudra vous armer de patience durant la traversée car il prendra au moins 48 heures standard. Il va peu être aussi pour vous changer de tenue. Je ne veux pas me montrer grossier mais vous ressembler plus à une esclave qu'à une mercenaire et vu que notre destination sur Cloaque est le secteur contrôlé par les ferrailleurs votre tenue provoquante va attirer l'attention de tout les psychopathes et les obsédés en transit dans ce secteur. Si cela ne vous dérange pas nous allons faire un petit détour afin que vous puissiez vous choisir de quoi vous rhabiller. Conseilla Ariman alors qu'ils sortirent.

Ariman et Maya sortirent du bar crasseux pour aller dans la citée. Ariman savait ou il allait et connaissait bien le réseau urbain de la citée. En ce qui concerne Maya elle fut contrainte de suivre le mouvement mais ce rendit compte à tel point la citée était tout aussi hideuse que sinistre. Avec un réseau urbain cauchemardesque remplis d'une véritable faune extraterrestre. Ariman n'avait pas tord quand il disait que Maya attirait l'attention elle sentis pas de yeux vicieux la déshabiller du regard. Finalement le duo arrivèrent dans un quartier marchand remplis de types louche vendant des marchandises variée de la plus banale au plus sinistre. Arrivé au hasard Ariman fut contraint de repousser quelques démarcheurs proposant de la nouriture, de la drogue ou même de passer un certain temps en charmante compagnie. Il y avait même un dans le lot qui voulait lui acheter Maya contre une grosse somme pensant que c'est une esclave ce qui donna d'ailleurs raison à l'Oblitérator que la tenue de Maya attirait l'attention sur elle.

Ariman s'arrêta finalement près d'un vendeur qui proposait des armes, de l'équipement et même des vêtements faisant plus couleur locale. Ariman laissa Maya faire ses choix et paya pour elle
.
« Dernière édition: Décembre 30, 2015, 02:02:09 par Ariman » Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox