banniere
 
  Nouvelles:
La modération de LGJ accueille deux nouveaux membres dans son équipe !

A voir ICI même.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: Ambiance festive (Pv: Samara)  (Lu 2032 fois)
Juliette Visconti
Créature
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« le: Décembre 16, 2015, 02:05:44 »

Juliette se rendait à une réception pour le compte de ses parents. Il lui avait été formellement interdit de partir sans l’accord de ses parents car ils ne voulaient pas que la mondanité apprenne que la fille héritière Visconti était devenue cette chose. Mais, Juliette qui adorait les réceptions et les bals n’en faisait qu’à sa tête. Aussi, profitant de l’absence de ses parents elle profita d’une innocente ballade pour se rendre à la petite fête.

Elle avait bien évidemment pris le magnifique carton d’invitation aromatisé d’un parfum envoûtant. Elle le montra aux gardes qui surveillaient les lieux et l’autorisa à passer. Elle  pénétra donc dans un somptueux appartement qui possédait un magnifique jardin interne et un immense jacuzzi.

Elle portait une charmante robe noire . En revanche, contrairement à la majorité des jeunes femmes présentes, elle ne portait pas de chaussures à talon mais des collants au niveau des jambes qui se refermait sur ses pattes. Elle hésitait à aller voir tout ce beau monde.

Elle voyait dans un coin une charmante elfe. Elle était accompagnée d’une jeune femme qui dénotait dans le coin car elle était que très peu vêtu. Enfin, peut être était-ce le style qui voulait ça, car Juliette se rendit compte très vite que ce n’était pas la seule. Il y avait en deux autres jeunes femmes dans ce groupe qui se parlaient. La première avait les cheveux roses et l’autre avait une tenue en rose.

Juliette tenta tant bien que mal de s’intégrer dans ce groupe de noble. Généralement, il suffisait de se mêler à la conversation ou de raconter une anecdote anodine. Elle décida de parler de son hôte.

-C’est un endroit fort charmant par ici, je n’avais vu une teinte de couleur aussi magnifique. Notre hôte doit sans aucun doute posséder un très bon décorateur. Qu’en pensez-vous, mesdemoiselles ?


L'elfe à la chevelure rousse lui répondit:

-Oh, mais ma chère sachez, que notre hôte est quelqu'un de très réputée! Qui êtes vous, miss..?


-Visconti, je suis Juliette Visconti de la famille Visconti.

Aîe, ça y est elle avait vendue la mèche c'en était finie du mensonge caché par ses parents.

Juliette était dorénavant intégrée et elle devrait répondre sans doute à des questions un peu plus personnelle comme comme cela se fait-il que la fille unique Visconti soit une Terranide. A moins que... A moins qu'un événement vienne interrompre la conversation comme... l'arrivée de leur hôte qui aurait entendu les compliments sur sa demeure. Mais, c'était juste une simple idée, oui, une simple idée.
Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 452



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Décembre 22, 2015, 02:46:05 »

Régulièrement, Samara organisait, chez elle, des fêtes. L’Empire d’Ashnard, malgré sa réputation, était bien loin d’être dirigé par des dépressifs, et, en réalité, les fêtes étaient plutôt fréquentes au sommet du pouvoir. Elles étaient un moyen de marquer son pouvoir et son influence en fonction de l’affluence et de la qualité des gens qui viendraient. Samara n’espérait pas voir l’Empereur en personne, qui était isolé dans sa tour, mais il y avait quand même du beau monde. Étant à la fois une Archimage et un haut-Fonctionnaire impérial, elle pouvait compter sur la venue de mages, mais aussi de nobles, d’aristocrates, de bourgeois, de militaires... Le fleuron de l’Empire, en somme. Mélinda Warren était aussi là, en compagnie de sa femme, la charmante Vanillia Warren, dont le nom de jeune fille était « Carnelle ». Carnelle était aussi le nom d’un domaine viticole appartenant à Vanillia, et ses vins se vendaient plutôt bien. Samara en avait sorti plusieurs bouteilles, et elle n’était pas dupe. Mélinda, qui était autant une amie que la femme dont elle avait la responsabilité, se servait de cette fête pour se faire mousser auprès de l’aristocratie locale. Suite à son mariage avec Vanillia*, la tenancière de harem était devenue une noble, une Comtesse, ce qui l’amenait à jouer dans de nouvelles sphères.

Parmi les membres présents, il y avait aussi Sya, une belle Ange aux cheveux bleus qui était récemment devenue sa « fille adoptive », même si le terme était à prendre avec des pincettes, vu que Samara n’avait lancé aucune démarche officielle dans ce sens. Il s’agissait plus d’un accord tacite entre elles après qu’elles se soient amusées ensemble**. Et, pour l’occasion, Samara avait fait appel à de nombreuses servantes, même si ceci n’empêchait pas sa seule esclave permanente, Kazuha, de travailler d’arrache-pied. Que ce soit pour préparer la fête ou pour l’animer, sa belle servante travaillait toujours autant, et, maintenant que la fête avait lieu, elle recevait régulièrement caresses et baisers.

C’était une fête typiquement ashnardienne, c’est-à-dire que, contrairement aux fêtes nexusiennes, on ne se contentait pas que de boire, de rire grassement, et de parler. Le sexe était une part importante de ces soirées, et des esclaves avaient été précisément envoyées pour se faire l’amour ensemble, ou pour exciter les convives. C’était une fête ressemblant davantage à ces fêtes antiques, avec un zeste supplémentaire de luxure démoniaque. La fête pouvait ainsi tout à fait se terminer en une superbe orgie, ce qui ne choquerait personne ici. Un adage ashnardien disait ainsi que : « Hors-les-murs, soumets-toi à la Loi ; dans tes murs, impose ta Loi ». Un adage qui signifiait que, si l’Empire avait une vision extrêmement restrictive des libertés collectives, publiques, en ce qui concernait les libertés individuelles, l’Empire s’en faisait un farouche défenseur.

La fête avait donc lieu dans son appartement, un grand penthouse situé dans un immeuble particulier, près du Palais Impérial. Les personnes vivant dans cet immeuble grand luxe n’étaient essentiellement que des fonctionnaires impériaux, travaillant au sein du Palais, dans les cabinets des Conseillers Impériaux, ou dans les services de direction des grandes administrations impériales. L’appartement de Samara était grand, avec une serre privée, une piscine interne, plusieurs chambres, quelques grands salons, des balcons, et la possibilité d’accéder au jardin de l’hôtel, un élégant jardin intérieur avec une grande fontaine centrale. Le long de l’appartement de Samara, la magie suintait le long des murs, et Samara avait notamment utilisé cette dernière pour jouer avec les ondes sonores s’échappant d’un piano à queue, où un pianiste animait la soirée depuis un salon, accompagné d’autres musiciens. La musique se diffusait dans tout l’appartement.

Samara, elle, marchait au milieu de ses convives, dans son long corset noir, reconnaissant, ici et là, ses convives. Elle vit ainsi l’une de ses meilleures amies démoniaques, Kaileesha, qui, comme elle, travaillait au sein du Palais Impérial, sous les ordres d’un homme qui était également présent, le puissant et redoutable conseiller impérial Emhyr var Emreis. Il était l’une des têtes dirigeantes de l’Empire, le membre des Var Emreis, une famille ancestrale de l’Empire, l’une des familles fondatrices de l’Empire. Elle se composait majoritairement d’humains, même si, mixité ashnardienne oblige, les Emreis avaient des gènes démoniaques dans les veines. Certains ancêtres d’Emhyr avaient jadis été des Empereurs, et beaucoup disaient qu’Emhyr convoitait actuellement le poste occupé par Mordret, même s’il ne le disait pas ouvertement.

« Oui, Madame, j’ai toujours apprécié les tenues faites par votre famille... J’ai moi-même plusieurs costumes réalisés par votre frère...
 -  Oh, vous m’en voyez ravie ! »

Fin charmeur, Emhyr adressa un élégant sourire à la femme, qui avait l’air toute excitée de parler avec Emhyr. Elle s’appelait Naolia de Tirman, et appartenait à une famille spécialisée dans la confection de robes et de costumes. Ils étaient des tisserands, et Naolia était venue dans une belle robe bleue, qui moulait ses formes à la perfection.

Samara se déplaça un peu, et fut attirée par des bruits surpris, et par un nom qu’elle connaissait bien :

« Les Visconti n’ont pas de Terranides. Je les connais plutôt bien, je peux vous l’assurer. »

Samara reconnut chacun des membres de ce groupe, à l’exception de la Terranide au centre. Il y avait donc :

  • Elenwë, la fille d’une famille d’aristocrates elfes qui suivait ses études de magie ici. La magie était un domaine de prédilection pour bien des nobles ;
  • Khora, elle, était une magicienne drow, celle qui connaissait bien les Visconti. Elenwë était à la fois son élève et son amante, ce qui formait un curieux couple, car les elfes s’opposaient régulièrement aux Drow ;
  • Idril, elle, était l’une des esclaves d’Elenwë, ce qui se voyait à sa tenue très légère ;
  • Saori, une belle femme aux cheveux roses, était une citoyenne impériale, la fille de riches marchands qui avaient été invités par Samara, et qui était avant tout venue ici par curiosité, et pour s’envoyer en l’air avec quelques personnes ;
  • Sandra, quant à elle, était l’esclave de Saori.



Samara s’approcha donc de tout ce petit monde, et se signala :

« Et bien, que se passe-t-il ici ? »



* : Cf. RP « Long Live The Vampire » ;
** : Cf. RP « Ange & Démon ».
« Dernière édition: Décembre 28, 2015, 08:36:42 par Samara » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Juliette Visconti
Créature
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Décembre 28, 2015, 10:00:05 »

« Les Visconti n’ont pas de Terranides. Je les connais plutôt bien, je peux vous l’assurer. »

Juliette songea qu'en effet, c'était en parti vrai mais bon elle ne connaissait pas toute l'histoire. Mais étant donné, qu'elle était la fille des Visconti, elle n'était pas possédée par les Visconti. Ah là là, que la situation devenait épineuse! Elle devrait dire la vérité et se faire mette ne charpie par sa famille ou mentir et prétendre qu'elle n'était qu'une esclave récente de cette famille. Mais, quoi faire?

« Et bien, que se passe-t-il ici ? »

Oh non! C'était la personne qui dirigeait la fête! Bien qu'elle ne connaissait pas particulièrement Samara, elle avait déjà entendue parler de cette femme a la peau rouge qui était une haut-fonctionnaire de l'Empire! Non! Catastrophe qu'allait-elle bien pouvoir faire?

- Cette jeune personne nous dit qu'elle est Juliette Visconti. Hors, je sais que les Visconti n'ont pas de terranide chez eux!

Bon, elle n'avait pas le choix, elle devait répondre et maintenant!

-C'est que euuhhhh... Je suis bien Juliette Visconti l'unique héritière de la famille mais... On m'a quelque peu..... changé d'apparence... J'étais humaine avant! Jusqu'au jour terrible où on m'a transformé en.... ça....


Elle se désigna de la tête aux pieds afin de se montrer. Elle avait finalement dit la vérité... Elle n'aurait jamais dût le faire. C'était une situation très compliquée sur le plan politique. D'un côté, elle se sentait rassuré d'avoir admis ce qu'elle savait déjà mais que tous ne savaient pas. Mais de l'autre côté, elle était prise au piège de la tourmente politique. Mais, elle n'avait pas prévu de mentir et il était particulièrement difficile de trouver un mensonge sur le moment qu'on n'en avait pas l'habitude de mentir.

Elle se demanda donc comment les invitées et Samara apprendrait cette révélation. C'était le moment d'être jugée de passer au piloris. Elle avait soit faire un très mauvais pas en politique soit un très grand pas. C'était assez difficile de le savoir. Tous ce qu'elle voyait c'était des yeux qui la jugeaient. Ce jugement tombait comme un couperet sur elle. Elle allait devoir subir cela et rebondir, elle le savait. Il lui fallait être patiente et dans quelques secondes, elle saurait.

Juliette n'avait jamais cru de voir ressentir cela un jour. Elle n'avait pas l'audace d'être une criminelle et tout le monde lui cédait tout auparavant mais ça c'était avant ce jour si tragique. Pourquoi avait-elle donc désobéi à ses parents? N'avait-elle donc aucune raison? Ne pouvait-elle pas comprendre que faire ce qu'on lui disait était pour son plus grand bien? Elle stressait et se disait que c'était la fin. Non, elle n'avait aucune raison. Sa fierté outrepassait la raison. Juliette n'avait rien d'une rebelle mais... elle était humaine et comme toute humaine elle devait obéir à sa conscience et à sa volonté pas ceux que les autres désiraient.

Après tout, elle ne souhaitait que s'amuser et être libre. Elle voulait profiter de la vie, mordre dedans. Oublier un seul instant ce jour tragique, redevenir la jeune femme qu'elle avait toujours été. Elle ne pouvait pas songer qu'elle resterait comme ça. L'espoir la faisait tenir. Elle ne songeait pas que cette forme pouvait être plaisante car les yeux inquisiteurs de ses parents lui montraient que ce n'était pas le cas.

Finalement, on arrivait au même point, les yeux inquisiteurs qui jugeaient. C'était toujours la même chose. L'une des invitées ou Samara elle-même allait prendre la parole et la juger. Quoi qu'il se passe après ce moment, elle serait soit accepter soit rejetée. Elle en avait marre d'être rejetée et espérée que pur une fois juste une fois elle serait acceptée. C'était peut-être q'une rêve juste une illusion mais elle s'y accrochait.

Qu'allait donc donner son jugement?
Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 452



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Janvier 02, 2016, 02:11:42 »

« C'est que euuhhhh... Je suis bien Juliette Visconti l'unique héritière de la famille mais... On m'a quelque peu..... changé d'apparence... J'étais humaine avant! Jusqu'au jour terrible où on m'a transformé en.... ça.... »

Les révélations de la jeune et nerveuse Terranide amenèrent un léger silence parmi le groupe. Khora fut naturellement la première à répondre, haussant les épaules en signe de dédain :

« Ridicule ! Cette histoire est une pure faribole !
 -  Mesdames... Veuillez m’excuser. Madame, si vous voulez bien me suivre... »

Samara avait choisi de rester silencieuse, car, en tant qu’analyste politique, elle comprenait la situation. Les Visconti étaient une puissante famille ashnardienne, qui avaient eu des problèmes à obtenir un héritier, malgré l’aide de la magie et de multiples traitements. Finalement, ils avaient eu une fille, Juliette, sur laquelle reposait tous les espoirs de la famille. Cependant, si la fille s’était effectivement transformée en Terranide... Elle ne pourrait pas être considérée comme héritière, ce qui serait un désastre pour la famille, désastre d’autant plus grand que Juliette était belle et influente, usant volontiers des courbes et des charmes de son corps pour séduire les hommes, et ainsi se mettre en valeur en vue d’un futur mariage politique. Les Visconti étaient puissants, et Samara était sûre que Juliette n’aurait pas été contre réussir à avoir un siège au Conseil Impérial.

Assez rapidement, Samara fila donc avec la femme, dans un couloir un peu plus discret, où elle parla sur un ton un peu plus bas. Samara avait bien des qualités, et, parmi elles, la plus importante, outre sa redoutable beauté, était son sens de l’observation, et sa rapidité à réagir et à agir en conséquence.

« Mlle Visconti est portée disparue depuis de nombreux jours... Sa famille a offert une forte récompense pour la récupérer, et les premiers soupçons des enquêteurs se tournent autour de l’un de ses proches amis, un certain... Gaston. »

Samara ouvrit une porte menant dans un petit salon tranquille, plongé dans l’obscurité. Elle claqua des doigts, et un feu de cheminée vint à s’allumer rapidement, éclairant la pièce, puis la porte se referma d’elle-même.

« Raconte-moi ton histoire, Juliette... Si tu es vraiment Juliette. Que t’est-il arrivé ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Juliette Visconti
Créature
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Janvier 07, 2016, 09:15:56 »

Le couperet était tombé. Le jugement était sortie de la bouche de Khora, la magicienne Drow. Son avis était plutôt néfaste. Cette dernière considérait l'explication de Juliette comme des fariboles. Juliette en était toute dépitée. Comment osait-elle la traiter de menteuse? La légendaire fierté des Visconti émergeait en elle. Mais, une pensée s'immisça perturbant cette fierté. Après tout, elle n'était qu'une Terranide, elle n'était rien. Elle pencha la tête en ne disant rien. C'est à ce moment précis, qu'une voix émergea. C'était Samara. Elle fit taire les jérémiades des jeunes femmes et ordonna à Juliette de la suivre. Juliette acquiesça en silence.

Elles se dirigèrent dans un couloir. Étrangement, le couloir était désert. Mais peut-être que cet accès était interdit aux invités. Samara lui raconta de manière discrète ce qu'elle savait. Juliette garda le silence. Ce n'était pas parce qu'il n'y avait personne que personne n'écoutait pour autant. Elle savait que les murs pouvaient avoir des oreilles.

Elle pénétra par la suite dans un petit salon. Samara alluma un feu mais d'une manière qui laissait évoquer la magie derrière tout ça. Juliette écarquilla un sourcil sans en dire plus. Ahri lui avait dit que la magie pouvait être la solution à tous ses problèmes. Il fallait que Juliette acquiert un potentiel magique afin de pouvoir peut-être lancer un sort qui lui redonne une apparence humaine. Samara pourrait-elle lui en apprendre plus? Ce n'en était pas certain. De plus, Juliette avait d'autres préoccupations pour l'instant que de s'occuper de ce problème. En effet, Samara souhaitait en apprendre plus sur elle. Elle hésitait encore mais son hôte était après tout très prisée dans la hiérarchie de l'Empire. Elle plus que quiconque devait savoir garder un secret sans compter que si Juliette refusait de répondre à cet interrogatoire, elle pouvait amener de gros ennuis à sa famille. Elle imaginait déjà la scène, un matin , ses parents arrêtés par des gardes de l'Empire. Non, ce n'était tout simplement pas possible, mieux valait répondre.

- Je suis vraiment Juliette! Je... Comment démarrer? Par le début, je suppose. Vous devez sans doute savoir que je suis la fille unique des Visconti. Je.. Gaston était mon serviteur. Il a eut... un penchant pour... pardonnez-moi, Excellence, je n'ai rien contre la magie mais tout repose dessus! Donc, Gaston a je suppose eut un penchant disons... sexuelle... pour une sorcière. C'était quelqu'un d'assez hideux mais... Allez savoir comment où pourquoi, cette sorcière l'a envoûté par ses charmes. En plus de cela, cette sorcière semblait apprécier Gaston et... mais je m'égare. Donc, cette relation a semble-t-il perdurer durant les derniers mois mais il y avait un obstacle à leur relation. Enfin, à l'époque, je n'étais pas au courant que j'en étais un. Je ne savais même pas leur relation mais depuis j'ai eut le temps d'y réfléchir.

Juliette pris un temps de calme. Elle n'était pas très claire dans ses propos. Bien que bon nombre de citoyens de l'Empire n'ait aucun problème à raconter des choses sur le sexe, elle avait beaucoup plus de difficultés. En effet, elle était assez nouvelle dans ce genre de chose, ne l'ayant fait qu'avec Ahri, c'était compliqué pour elle d'en parler librement. Elle reprit toutefois son discours.

- En fait, je crois que Gaston m'a toujours apprécié quand j'étais humaine. Il avait des vues sur moi. Mais, je ne pouvais tout simplement pas me laisser courtiser par un serviteur! Qu'aurait donc dit la noblesse à cet égard? Gaston était donc... passablement frustré... et il a vu en cette sorcière une porte de secours. Moi, je m'en fichais complètement de ce qu'il faisait ou pas. Mais, la sorcière, elle semblait... s'inquiéter de la place que je prenais dans son esprit et... elle a attendu que Gaston fasse sa demande de me courtiser pour... Enfin, bien évidemment, j'ai refusé et... elle est apparue et... m'a transformée en cette chose que vous voyez pour me punir d'être sans coeur. Je pense surtout que sa jalousie envers moi a guidé son acte. D'ailleurs, elle a emporté Gaston et... je ne les aient plus jamais revus. Si mes parents recherchent Gaston ce n'est pour le retrouver mais pour le punir de m'avoir fait ça.


Juliette avait fini de s'exprimer. Les dernières paroles avaient eut du mal à être prononcées. Les souvenirs affluaient et remontaient en elle. Il était difficile pour elle d'en parler. Mais, elle était forte. Il était hors de question de fondre en larmes devant une personne aussi haut gradée. Elle la regarda donc droit dans les yeux afin de savoir ce qu'elle avait à en redire.
« Dernière édition: Janvier 07, 2016, 09:25:59 par Juliette Visconti » Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 452



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Janvier 08, 2016, 01:53:12 »

Qu’est-ce qui avait amené Samara à faire confiance en cette femme ? À croire en cette histoire ? La curiosité... Et aussi le fait que Juliette Visconti avait disparu, et que tout le monde pensait qu’elle avait choisi de fuir avec Gaston. Mais Samara, elle, ne l’avait jamais crue, car elle s’était toujours méfiée de l’amour, et avait toujours soupçonné autre chose. Et puis, elle voyait mal une Terranide débarquer à une réception en se faisant passer pour une femme disparue, et en jouant aussi bien. Dans le petit salon, Juliette expliqua donc que Gaston était amoureux d’elle, mais que la femme ne pouvait pas lui rendre son amour, car il n’était qu’un simple serviteur. Un choix judicieux, car, si ses parents avaient appris une telle union, Gaston aurait été fouetté à mort, et massacré. Il s’était donc rapproché d’une sorcière, et, ensemble, ils avaient maudit Juliette, la transformant en Terranide.

*De la Polymorphie...*

Au moins, elle n’avait pas été transformée en crapaud, ce qui signifiait peut-être que cette sorcière était moins puissante que ce que Samara redoutait. En tout cas, Juliette avait eu l’air sincère, et au bord des nerfs. Samara pouvait le comprendre. Les Visconti étaient une famille influente, qui avait eu, au cours de leur Histoire, leurs lots de membres siégeant au Conseil Impérial, suprême institution impériale, et, même maintenant, leur influence ne se démentait pas. Juliette pleurait de rage et de frustration, et Samara se réjouissait de son malheur... Non pas parce qu’elle haïssait cette femme, bien au contraire. En réalité, elle y voyait un excellent moyen de se placer, et d’augmenter sa propre influence vis-à-vis du reste de l’Empire.

C’est ce qui amena Samara à se redresser, et à venir saisir la femme, pour lui faire un câlin.

« Allons allons, ma chère, ne vous laissez pas aller... »

Juliette tentait de rester digne, mais elle semblait sur le point de craquer.

« Ou, plutôt, vous pouvez vous laisser aller, car il n’y a que nous, ici... Et je vous crois. »

Je vous crois... C’était peut-être là les mots magiques dont la jeune femme avait besoin. Samara la câlina encore un peu, puis s’écarta.

« Je suis une Archimage, et, étant en lien avec la Déesse des Malédictions, je peux lever votre malédiction... Il me faudra pour cela une goutte de sang vous appartenant, ou un cheveu... N’importe quel élément de votre corps abritant votre ADN, en fait. »

Samara laissa planer quelques secondes, et reprit encore :

« Toutefois... Vous devez savoir que rien n’est gratuit. Je ne veux pas de votre or, je veux de votre influence. Si je vous rends une faveur, vous devrez m’en rendre une... »

Les faveurs, c’est comme ça que ça marchait au sommet du pouvoir. Encore plus que l’or ou les trésors, rien n’avait plus d’importance que d’avoir des faveurs, une dette morale.

« Et... Mon second prix, ce sera de pouvoir coucher avec vous... »

Les deux, fondamentalement, étaient liés, car c’était un bon moyen de se rapprocher de Juliette.

« Ou, pour préciser, avoir la chance de pouvoir coucher avec vous, sous réserve que cela vous plaise. »

Les négociations venaient de commencer.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Juliette Visconti
Créature
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Janvier 09, 2016, 07:28:19 »

La réaction de Samara fut.... inappropriée. Juliette avait l'habitude de ne pas être traitée comme une enfant. Personne ne lui faisait de câlin. Ce n'était pas comme ça qu'agissait les membres de la noblesse. Mais, Samara, elle... se croyait certainement au dessus de toute convention sociale. Au moins, Juliette parvint à légèrement à se détendre. Elle n'était pas en territoire ennemi. Du moins, c'était ce que Samara essayait de lui faire croire. Elle savait que Samara était une démone. Elle n'était pas raciste mais comme disait le vieil adage ashnardais "Méfie-toi des démons si tu ne veux pas devenir leur esclave."

Juliette se méfiait à plus forte raison que le peu d'expérience qu'elle avait avec la magie n'avait pas été très sein pour elle. Les paroles de Samara étaient douces et envoûtantes comme les langues de démons savaient si bien y faire. On pouvait en l'écoutant confier sa vie à cette femme. Mais, la vérité était que ses paroles ne cachaient que ruse et perfidie, cela, Juliette le savait. Elle possédait cependant l'avantage de pouvoir faire croire à son interlocutrice qu'elle était innocente, qu'elle tombait dans le piège. C'était cela le véritable pouvoir. Savoir quelque chose que l'autre pense que l'on ne sait pas était l'essence même de la domination de nombreux contrats.

Elle s'écarta d'elle. Les prochaines paroles de Samara firent sourire Juliette. Et, voilà, on y était, enfin la démone dévoilait son vrai visage. Elle souhaitait obtenir des choses en échange d'une autre. Mais, ces choses-là n'étaient pas rien. L'influence de la famille Visconti n'était pas donnée à tout le monde. La démone se fourvoyait si elle pensait que Juliette pouvait lui en donner car Juliette ne pouvait rien faire sans l'accord de ses parents. Elle s'apprêtait à lui répondre cela mais... une idée germa, une idée qui ne pouvait que plaire à la démone.

-Je ne puis vous apporter ce que je possède pas. Mon influence au sein de ma famille est relativement faible. Mais, si dans le futur, il devait arriver quoi que se soit de désobligeant envers mes parents et que je me retrouvais à la tête de ma famille, alors, peut-être serais-je plus approprier à vous donner ce que vous désirez, dans l'hypothèse bien sur que vous me guérissiez de ce mal qui m'afflige.

Juliette avait carrément sous-entendu l'assassinat de ses parents. Ce n'était pas qu'elle n'aimait pas ses parents mais elle avait bien vu le genre de tortionnaire qu'ils pouvaient être quand elle avait été affligée de cet malédiction et si elle pouvait leur rendre la monnaie de leur pièce, elle ne s'en priverait pas. L'amour pouvait être une faiblesse au sein de l'Empire. Aussi, elle n'avait jamais réellement sentie ce que l'on appelait de l'amour. Le désir sexuelle étant vraisemblablement ce qui aurait pu s'en rapprocher le plus sans pour autant l'atteindre.

Samara souhaitait autre chose. Une chose différente, que Juliette n'avait pas songé un seul instant à ce que cela aurait pu être. Le perspective de pouvoir coucher avec la démone était troublant. Elle savait que certains n'hésitaient pas à user de leur corps pour obtenir ce qu'ils voulaient, mais voilà, elle s'était toujours arrêtée au simple charme jamais jusqu'au plaisir charnel pour obtenir quelque chose. Finalement, le sexe était tout en ce bas monde. C'est parce qu'elle avait refusé de se donner à Gaston qu'elle s'était retrouvée dans cet état. Et, aujourd'hui si elle refusait de se donner à Samara elle resterait ainsi.

- Je suis surprise que vous m'apprécier à ce point. Je... J'ai un peu de mal à accepter cela de but en blanc. Mais, s'il faut en passer par là, très bien. Toutefois, j'émets quelques réserves. Vous êtes Archimage donc vous pouvez surement réparer cela. Je suis vierge si quelqu'un venait  à me retirer cet état, il faudrait que ce quelqu'un puisse me remettre cet état. Je suppose que ce n'est pas bien compliqué pour quelqu'un comme vous.


Elle avait fini par accepter sous certaines conditions. Mais, c'était normal en affaires de discuter de ces conditions. Il lui faudrait, en revanche prouver qu'elle comptait réellement remplir son pacte. Car, oui, c'était un pacte, un pacte de nature démoniaque sans aucun doute. L'âme de Juliette allait peut-être appartenir à Samara mais néanmoins il lui resterait toujours sa liberté de pensée. C'était marrant de voir comment les choses évoluaient. Gaston avait sa sorcière et Juliette avait sa démone. Elle ne la possédait pas encore mais un lien s'était créée et qui c'est jusqu'où ce lien pouvait aller.

-Pour preuve de ma bonne foi, si vous me rendez mon apparence maintenant, je pourrais au cours de votre fête m'afficher avec vous assez distinctement. Tous seront que vous aurez dans vos relations un membre de la famille Visconti. J'émets à nouveau quelques réserves. Serait-il possible de garder les deux apparences? Ce n'est pas que j'aime celle-ci mais j'ai pu me rendre compte que je pouvais passer pour quelqu'un d'autre et il faut dire que c'est...utile.Dans tous les cas, prenez donc un de mes poils, Samara et faîtes-le.

Juliette avait toujours était douée pour les beaux discours en revanche malgré ses paroles à aucun moment son corps n'exprimait quoi que se soit de sensuelle vis à vis de Samara. Elle n'était pas une fille de petit vertu qu'on se le dise. Elle accomplirait les parts du marché mais ce n'est pas pour autant qu'elle devait se comporter d'une autre manière. En revanche, en sortant de cette salle pour revenir à la fête. Elle n'hésiterait pas un seul instant à prendre le bras de son hôte et à l'accompagner pour discuter avec les divers invités.


« Dernière édition: Janvier 09, 2016, 07:35:23 par Juliette Visconti » Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 452



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Janvier 13, 2016, 02:07:15 »

Les conventions privées étaient très importantes au sein de l’Empire. S’il y avait bien une chose que les démons avaient retenu des coutumes humaines, c’était leur propension à faire des contrats. Et, chez un démon, un pacte était un pacte. Cette philosophie se retrouvait tout à fait au niveau du droit impérial, qui sanctionnait lourdement les cocontractants manquant à leurs obligations contractuelles. Le droit des obligations, chez Ashnard, était très développé, et était l’un des plus stricts du monde, au niveau des sanctions. Ainsi, une sanction possible, pour une personne ayant manqué trop fréquemment à ses obligations, était que le juge prononce, d’office, sa déchéance de citoyenneté, faisant de lui un esclave. C’est ce qu’on appelait l’importance de la parole donnée, et Juliette, qui en avait conscience, acquiesça aux demandes de Samara… Y compris à celle de lui offrir son corps, ce qui devait être très humiliant pour elle. C’était une pure noble ashnardienne, avec tout ce que cela avait de fierté et d’arrogance.

Elle accepta donc sa première requête, sous réserve qu’elle devienne une Visconti influente. Samara hocha la tête, sans dire à haute voix ce que Juliette sous-entendait. Samara voyait le regard de la femme, qui était similaire au sien : un regard pétillant de malice, de fierté, et… Et d’envie. Une envie de pouvoir, une envie d’influence, une ambition dévorante que Samara connaissait, car elle la partageait.

*Raison de plus pour me la mettre dans la poche…*

Dès lors, qu’elle propose de lui faire l’amour n’était pas sans raison. Ce n’était pas motivé que par l’envie perverse de coucher avec une noble, même si elle ne comptait pas donner ses vraies raisons à la jeune femme. Juliette avait acquiescé, et Samara se rapprocha d’elle, en souriant.

« C’est d’accord… J’accepte l’ensemble de tes conditions, ma chérie. Mais sache que je peux t’aider à gagner de l’influence au sein de ta famille. J’ai de nombreux contacts. »

Samara lui sourit encore, malicieusement, comme pour lui dire que commettre des empoisonnements ne la gênerait pas plus que ça. Elle n’insista néanmoins pas trop, et arracha ensuite plusieurs poils en tirant dessus, faisant légèrement grimacer Juliette.

« Bien… Allons nous occuper de ça. »

Les deux femmes se téléportèrent, et, entre-temps, Samara appela sa suivante, Kazuha. La belle blonde était sa seule et unique esclave, mais elle remplissait de nombreuses fonctions. Elle était sa prostituée, sa servante, sa domestique, mais aussi sa garde du corps, sa tueuse, massacrant pour elle des prisonniers, ou participant à ses plans. Elle était aussi son assistante magique, et répondait à elle, et à elle seule.

Samara et Juliette arrivèrent dans une partie isolée de la maison, qui était son laboratoire personnel. Une grande pièce avec plusieurs bibliothèques, une série d’instruments, l’ensemble donnant l’impression d’être dans un laboratoire scientifique. Samara était une mage ainsi qu’une alchimiste.

« Déshabille-toi, et va t’allonger sur la table… »

Samara se déplaça un peu, et, après quelques instants, la porte s’ouvrit, révélant la délicate et belle silhouette de Kazuha, magnifique et superbe dans sa tenue d’esclave.

« Vous m’avez mandé, Maîtresse ?
 -  Oui, ma chérie… Aide notre invitée à l’attacher, et à la vêtir avant. C’est une mesure de précaution », précisa-t-elle à Juliette.

Kazuha se déplaça, et sourit à l’attention de la jeune femme. Pendant qu’elle s’avançait, Samara utilisa ses poils en réalisant une potion. Kazuha l’attacha, puis lui montra ensuite une série de vêtements, de la belle lingerie blanche.

« Maîtresse souhaite que vous mettiez ça ensuite… »

Il y avait une belle culotte blanche, et des jarretelles blanches reliées à un corset blanc… Ainsi que de fins gants. C’était de la lingerie fine et précise, luxueuse, et Kazuha aida Juliette à l’enfiler, tout en lui souriant.

« Vous aimez ça, hein ? Avoir une servante belle, qui vous habille, vous coiffe, et vous montre du respect et de l’adulation ? C’est un tempérament ashnardien… »

Kazuha souriait, puis, une fois Juliette habillée, elle entreprit de l’allonger, et attacha ses poignets et ses chevilles. Kazuha lui sourit ensuite, puis retourna voir sa Maîtresse, et aida cette dernière à préparer la potion. Quelques minutes après, Samara se retourna, et se rapprocha ensuite de la femme.

« Voilà… Tu as de la chance, j’avais déjà en stock tous les ingrédients… Avale bien tout. »

Samara glissa la potion dans la bouche de Juliette, et cette dernière l’avala, puis Samara lui présenta ensuite un petit pendentif.

« C’est ce pendentif qui va réguler tes formes. Comme tu n’as pas de pouvoir magique, nous n’avons pas d’autres choix que de passer par un objet. Il te suffira d’appuyer dessus pour changer de forme : humaine, ou Terranide. »

Le pendentif pouvait se mettre dans un collier, ce que Samara fit, avant de le glisser autour du cou de la femme, puis elle appuya dessus… Et on vit alors le corps de la femme changer, se modifier… Jusqu’à reprendre sa forme humaine, normale, avec de longs cheveux bruns. Kazuha avait amené un miroir, et montra ainsi à la femme son apparence.

« Et voilà ! C’est un franc succès ! »

Et une bonne nouvelle pour la suite…
« Dernière édition: Janvier 24, 2016, 01:58:56 par Samara » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Juliette Visconti
Créature
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Janvier 23, 2016, 07:49:49 »

Juliette grimaça quelque peu quand elle sentit ses poils se firent arracher. Elle savait qu'elle sentirait une vive douleur mais si c'était le prix à payer pour être débarrassé de ce sort, elle était prête à tout. Samara avait accepté ses conditions. Elle se sentait rassuré, car une fois un pacte accomplit, il était impossible de revenir en arrière dessus.

Elle se retrouva dans une situation étrange. Elle se sentit partir et aller dans un autre lieu. Elle ne savait pas ce qui s'était passée mais elle ressentit un profond vertige après être passé dans cet autre lieu. Ce lieu était composé de bibliothèques et de nombreuses fioles. Juliette n'y comprenait pas grand chose mais elle n'eut pas le temps de bien y réfléchir qu'une des servantes de Samara se présenta devant elle. La servante ou l'esclave ce qui revenait au même pour Juliette ne lui indiqua pas son nom et lui proposa de l'aider à changer de vêtements selon la bonne volonté de sa maîtresse. Elle laissa donc la servante l'habiller.

Quelque chose chez cette servante était détestable. Elle avait la manie de sous entendre que Juliette était ashnardienne car elle la prenait de haut. Juliette ne répondit rien car elle ne voulait pas froisser son hôte d'autant que Samara était sans aucun doute dangereuse. Mais, elle songea que la servante était envieuse. Elle avait qu'à naître noble si cela lui posait autant de problème! La servante aurait mérité un ou deux coups de fouets! Mais bon, elle n'allait pas faire un scandale chez son hôte. Elle se laissa donc habillée en étant un peu réticente mais la vue de la lingerie luxueuse la mettait de bonne humeur, c'était un présent phénoménal.

Juliette s'installa sur la chaise et se laissa attacher. Elle ne comprenait pas pourquoi il y avait autant de précaution. Quand Samara, lui tendit la potion pour qu'elle la boive, elle s'empressa d'en boire tout le contenu. Elle sentit alors des secousses et des spasmes l'envahir. Qui avait dit que cela ne serait pas sans danger? Elle comprit pourquoi, elle avait été attachée. L'effet dura bien quinze secondes.

Enfin, le calme fut là, Samara lui tendit alors un pendentif qu'elle mit dans un collier et l'attacha au coup de Juliette. Elle appuya dessus pendant que sa servante détachait les liens qui unissaient Juliette à la chaise. Juliette se leva et regarda dans le miroir. Elle fut surprise de revoir ce visage si familier et pourtant qu'elle croyait perdue à tout jamais.  Une larme de bonheur coula sur sa joue droite.

-Oh.... Samara... Merci... Je n'osait pas croire que c'était possible...

Elle appuya volontairement sur le pendentif et la Juliette louve apparut et quand elle réappuya dessus elle reprit forme humaine. Elle voulait vérifier si tout fonctionnait bien. Mais, non seulement, cela fonctionnait mais en plus c'était....  tout simplement indescriptible. Un mélange de sentiments envahissait Juliette, il y avait de la joie, du bonheur et d'autres choses. C'était la plus belle nuit de sa vie.

- Samara, je... Je vous suis infiniment reconnaissante d'avoir suivi la part de notre marché. Je n'ai donc plus qu'à accomplir la mienne. Je vous propose de vous mêler aux invités afin que tous puisse voir que Juliette Visconti et non seulement venu à votre fête mais que vous semblez aussi avoir  obtenu son soutien. Après quoi, nous... nous ferons ce qui doit être fait pour respecter l'autre partie de notre accord.

Juliette était encore une fois pas très à l'aise avec ce genre de chose. Ce n'était pas parce qu'elle s'était lâchée quelques fois avec Ahri qu'elle avait l'habitude pour autant d'en parler aussi librement avec des presque inconnues. Toutefois, Samara avait gagné son respect et elle était prêt à le faire avec elle puisque c'était ce que l'archimage désirait en retour. Mais avant de passer à ce genre de choses, il lui semblait logique de devoir remplir l'autre partie de son contrat.
« Dernière édition: Janvier 23, 2016, 07:57:11 par Juliette Visconti » Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 452



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Janvier 24, 2016, 02:13:58 »

Ce fut un franc succès, oui ! Juliette essaya le pendentif, et son corps se modifia à chaque fois en conséquence. C’était une réussite, et Samara pouvait être fière d’elle. C’était une chance qu’elle avait, dans son laboratoire, quantité de potions et de manuscrits. Elle avait une grande réserve personnelle, qu’elle achetait auprès de multiples alchimistes, laboratoires, et autres fournisseurs. Samara avait donc réussi à transformer Juliette, et la femme était ravie, presque aux larmes, ce qui ne put que faire sourire la démone.

« Très bien… Mais rappelez-vous que je ne vous forcerai pas… Si je vois que vous ne voulez pas coucher avec moi, j’arrêterai… »

Avoir la confiance et le soutien des Visconti était bien plus important que le reste, et, si Samara faisait tout ça, c’était pour perpétuer les vieilles traditions. Il était fréquent que chaque individu influent, chaque duc, baron, ou prince, ait à sa disposition un conseiller magique, un mage, qui faisait parfois office de gouvernant pendant l’enfance. En effet, quand les parents étaient occupés ailleurs, ils confiaient l’éducation de leur progéniture à des prescripteurs et à des mentors talentueux, afin de permettre aux futurs héritiers d’embrasser leur rôle futur avec talent, et en ayant toute l’éducation nécessaire à disposition. En pratique, il était fréquent, compte tenu de l’ambition des mages, que les dirigeants soient parfois des hommes de papier, et que le pouvoir soit réellement détenu par les magiciennes et les magiciens. Une telle situation n’était pas anecdotique, et avait parfois pu amener les pouvoirs publics à mener des purges sanglantes contre les mages, en accusant ces derniers de vouloir prendre le pouvoir. Le fait est qu’on ne savait pas trop quoi faire des mages, car la magie était omniprésente sur Terra. Or, les souverains avaient besoin d’une formation magique, pour les protéger contre l’hypnose, ou les empoisonnements. Et, politiquement, les mages formaient une caste à part des politiciens ou des religieux. Historiquement, ces pouvoirs s’étaient donc heurtés, que ce soit à Nexus, ou à Ashnard.

Samara voulait donc bien se placer auprès des Visconti, et elle misait sur leur héritière, Juliette. Lui faire l’amour était, pour elle, le moyen le plus efficace de la soumettre, car, si elle arrivait à la faire jouir, elle était sûre de raffermir son emprise sur elle, sa relation privilégiée… Une relation qui, dans un futur plus ou moins proche, pourrait lui être utile.

« Nous allons retourner à la fête, Juliette… Mais, avant ça, peut-être souhaites-tu enfiler une tenue plus… Noble ? »

L’Archimage la tutoyait sans problème, et rajouta ensuite :

« Et je préfère que nous nous tutoyions, maintenant… »

Les deux femmes se téléportèrent ensuite, et arrivèrent dans une autre partie du penthouse, plus proche de la fête, mais dans une grande penderie. Il y avait énormément de robes, ou des tenues plus osées, comme des combinaisons en cuir. Ashnard était l’un des seuls États au monde où on pouvait venir à une réception officielle avec, non pas une robe élégante et complexe, mais une tenue moulante en cuir. L’avantage d’avoir un pays composé à la fois d’humains et de démons…

« Je t’offre la robe de ton choix… Sauf si tu souhaites conserver ta robe noire, bien entendu. »

Elle avait des robes très luxueuses, comme celle-ci, mais, avant que Juliette ne puisse faire son choix, Samara fit une initiative… Et l’embrassa sur les lèvres. Le corps de Samara se serra pendant quelques secondes contre celui de Juliette, et elles partagèrent, ensemble, un bref baiser.

« Un avant-goût pour la suite… » expliqua ensuite Samara, avec un sourire amusé sur les lèvres.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Juliette Visconti
Créature
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Janvier 26, 2016, 09:45:31 »

Juliette se retrouva à nouveau un peu nauséeuse suite à la téléportation de la démone. Samara tentait d'être rassurante dans ses propos mais Juliette n'était pas né de la dernière pluie. Elle savait que les paroles étaient sans doute creuses et qu'elle y passerait sans doute cette nuit. Ce n'était pas qu'elle ne croyait pas en la véracité des paroles de Samara mais elle savait par expérience qu'il était difficile de repousser les pulsions du corps une fois que ceux-ci étaient activés. Et puis, il ne fallait pas oublier que Samara était à la base une démone. Ces créatures n'avaient jamais su repousser leurs pulsions.

- Je vous remercie de me laisser choisir une robe, c'est vrai que je n'ai pas l'habitude de rester en tenue si légère à une fête... Je ne vais pas garder ma robe noir elle n'irait pas avec la lingerie. Et, puis, le noir représente une période ma vie où j'étais triste... Non, il me faut une tenue qui représente la lueur d'espoir qui est naît...

Elle n'eut toutefois pas le temps d'aller plus loin dans sa réflexion que Samara eut une réaction qui dans un tout autre contexte aurait pu être inapproprié. Déjà, Juliette fut un petit peu pris au dépourvu par le baiser mais cela confirma la théorie qui dit que les démons ne peuvent calmer leurs pulsions. De plus, ce baiser fut si bref et sans aucune saveur que Juliette ne put rien ressentir. C'était à la fois surprenant, frustrant et dérangeant.

Lorsque Samara recula, Juliette se mit à sourire et se rapprocha d'elle. Il y avait une drôle de lueur dans son regard.

- La prochaine fois, Samara, veillait à y prendre plus de temps et de passion. Je ne vous repousserais pas mais je dois avouer que... ce baiser manquer de... consistance...


Elle s'approcha donc de Samara lentement, ses mains caressaient la joue rouge de la démone. Ses lèvres titillait lentement les lèvres de Samara comme si c'était un jeu. Puis, elle plaqua ses lèvres contre les siennes et fit sortir sa langue lentement. Elle essaya de franchir la barrière qu'était les lèvres de Samara. Elle y parvint et attaqua avec sa langue la langue de la démone. Un baiser était synonyme de bataille à gagner. Les deux langues s'enroulaient et se tortillaient. Le but étant de gagner d'avantage de terrain sur le territoire de l'ennemi en avançant dans sa bouche. Ce baiser fut un véritable cocktail d'émotions. Il y avait du plaisir, de l'envie, du jeu, de la folie et un soupçon d'enthousiasme. Il n'était pas forcément fougueux mais néanmoins il était clairement plus passionnée que le précédent. Puis, Juliette se retira comme si c'était une retraite militaire.

-Ceci est un véritable avant-goût de ce qui va sa passer... Samara, le prochaine fois que tu m'embrasses, je veux que ce soit avec autant de passion. Je veux ressentir l'ardeur que tu mets dans un baiser pour essayer de me conquérir. Sinon, tout cela manque cruellement de sentiments, de force. Je suis une femme qui as besoin de ressentir l'ardeur de la compagne qui souhaite lui faire la cour. Tu as ressenti la mienne, j'espère que je pourrais ressentir la tienne.

N'oublions pas que si Juliette n'avait pas eut énormément de compagnes avec qui s'exercer, la seule avec qui elle avait tenté quelque chose était une courtisane très réputée et nul doute que cette dernière lui avait appris grandement. En réalité, elle avait été éduqué à la manière d'une courtisane pour ce qui étaient des relations de la chair. Juliette était donc habitué aux regard endiablée et au baisers passionnées pas au simple baiser modeste.

Juliette n'avait eut d'ailleurs aucun mal à passer au tutoiement après ce baiser. D'une, elle considérait maintenant Samara comme une alliée et de deux, un peu de shooping avait toujours eut pour effet de faire perdre à Juliette tout sens des convenances.

 Après avoir dit cela, elle regarda les tenues et elle en choisit une. La tenue  était blanche ce qui était synonyme de pureté. Le bleue-violet apportait cette lueur d'espoir qui rayonnait en Juliette. La tenue était à la fois courte à la mode ashnardienne, glamour et sexy. Nul doute qu'elle se fondrait dans la masse tout en réussissant à porter les regards sur elle comme à la grande époque. Toutefois, cette dernière était refermable avec une fermeture éclair à l'arrière et elle avait donc quelque difficulté à la refermer. Elle se retourna en présentant son dos à Samara.

-Samara? Cela te gênerais-tu de m'aider? Tu pourras ensuite me conduire à la fête. J'espère que tu aimes danser...

Pour Juliette, une soirée à une fête sans danser était inacceptable! L'essence même d'une fête était de pouvoir danser, c'était ce qu'elle avait toujours préféré. La danse avait aussi un effet de charme sur la plus part des convives et il était réputé que Juliette savait parfaitement danser la valse et tout autres types de danses de cet acabit
Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 452



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Janvier 29, 2016, 02:18:46 »

Le bref baiser de Samara, qui n’avait guère été qu’un simple frottement de lèvres, s’avéra bien frustrant aux yeux de Juliette, qui, en retour, alla lui voler un vrai baiser, plus long et plus délicieux, baiser où les mains de Samara allèrent serrer le corps de la femme contre le sien, sa main s’appuyant sur ses cheveux, sa bouche venant se sceller à la sienne. La queue caudale de Samara se durcit légèrement, trahissant son excitation du moment, une excitation qui avait pour but de crisper ses muscles. Juliette avait une bouche magnifique, et elle embrassait très bien, comme toute Ashnardienne se devait, en réalité, de le faire. Samara y prit grand plaisir, et sourit ensuite devant la condition de Juliette, maintenant encore, un peu, contre son corps, la femme. Quand elle était sous son apparence terranide, Juliette était bien moins autoritaire. Comme quoi, chassez le naturel, et il revient au galop.

Samara, néanmoins, lui sourit, et hocha la tête :

« C’est entendu, ma chérie... Une Visconti ne mérite que des baisers pleins de passion. Ne t’en fais donc pas pour cela, c’est avec ardeur et avec passion que je te prendrais ce soir, et tous les autres soirs où nos corps seront appelés à nous unir de nouveau. »

L’Archimage lui fit ensuite un sourire, puis elle laissa Juliette enfiler une belle robe blanche, tout en lui disant qu’elle voulait danser. La danse, dans une fête ashnardienne, n’était pas récurrente, mais il est vrai que, par rapport aux fêtes nexusiennes, les fêtes ashnardiennes avaient toujours été plus rythmées. Souriant devant cette requête, Samara se glissa dans le dos de la femme, et remonta la fermeture, puis retourna Juliette. Leurs seins se caressaient, et Samara retourna alors l’embrasser. Peut-être bien que, comme Juliette le pensait, elle ne pouvait pas se retenir, mais il était tout aussi vrai qu’elle était chez elle, que Juliette était belle, et que Samara tenait à réparer l’affront qu’elle lui avait fait.

Elle embrassa donc la femme, une main sur ses cheveux, l’autre glissant vers le bas de son dos, tout en fourrant sa langue dans sa bouche, son corps plaqué contre le sien. Le désir, clairement affiché, de Samara était de contrôler Juliette, de l’avoir comme amante intime, d’entretenir avec elle une relation privilégiée, et ce afin de pouvoir mieux servir ses propres intérêts. Le baiser dura de nombreuses secondes, avant que l’Archimage ne le rompe.

« Je m’excuse, je ne pouvais pas te laisser sur l’image de mon dernier baiser, Juliette... »

Samara lui sourit encore, puis s’écarta un peu.

« Maintenant, si tu veux de la danse, il y aura de la danse... Mais que souhaites-tu ? Des morceaux de valse, des danses classiques, ou quelque chose de plus moderne ? Comme du rock ? »

Elle haussa les épaules, comme pour signifier que, pour elle, le choix était sans grande importance :

« Comme tu veux... »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Juliette Visconti
Créature
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Février 01, 2016, 09:39:33 »

Elle sentit la main ferme de Samara courir le long de son dos pour fermer la robe. Puis, Juliette poussa une exclamation de surprise qui fut interrompue par la bouche de Samara. Cette dernière s'était mise en tête de l'embrasser. Juliette songea durant ce baiser qu'elle était parvenue à faire craquer d'envie la belle démone. Elle pouvait sentir les mains de la démone dans ses cheveux. L'autre caressait le bas de son dos sans pour autant toucher ses fesses. Leurs seins se touchaient. Elle pouvait sentir le parfum de la Démone.

Personne au monde aurait pu repousser un tel baiser tellement la passion s'y affichait clairement. Elle se laissa clairement aller dans ce baiser. Elle réaffichait la même détermination que dans le précédent. Cette fois-ci, ses mains allèrent titiller le dos de Samara. Elle pouvait la sentir dur, crispé contre elle C'était à cause de l'excitation du moment? Juliette ne le savait pas. Il fallait dire qu'elle n'en connaissait pas beaucoup sur l'anatomie des démons. Samara pourrait peut-être l'éclairer sur ce sujet.

Il y avait quelque chose que Juliette n'avait pas prévue, c'était que ce baiser l'enthousiasmerait au point de sentir l'excitation coulait au fond de sa culotte. Ce n'était que quelques gouttes mais quelques gouttes qui signifiaient en réalité beaucoup de choses. Pour Samara, c'était maintenant gagné car lorsque Juliette se sentait excitée par une personne, elle allait toujours au fond des choses. Juliette s'abandonna donc totalement dans ce baiser.

Samara décida de s'écarter d'elle et de lui parler de la danse. Quel type de danse choisir? Il y en avait tellement... Juliette fut sans doute rapidement influencé par les émotions qui l'avait submergé par le baiser car elle choisit une danse qui était en lien avec l'émotion. Cette danse était réputée pour attirer et faire désirer deux amants. Elle esquissa un sourire et indiqua donc à Samara ce qu'elle voulait.


- Je te propose une danse qui fera de nos corps une véritable tempête, une fusion de nos deux êtres. Que dirais-tu d'un tango? C'est une danse rythmée qui fera de nous les vedettes de la fête!


Juliette passa son bras gauche autour du bras droit de Samara et elle lui indiqua:

-Allons-y! Nous avons une fête à conquérir! Les invités doivent s'impatienter de ne pas voir la reine de cette fête!

Juliette attendit que Samara soit sur le départ pour marcher de concert avec elle. Les invités allaient voir un couple assez inhabituel. Mais peut-être que cette fête était déjà partit en mode luxure? Après tout, cela faisait une petite heure que Juliette et Samara s'étaient absentées et dans une fête ashnardienne les déboires arrivaient plutôt vite.

C'est avec le sourire que Juliette s'avança. elle songea alors aux autres invités qui avaient charrié Juliette la terranide. Elle allait leur montrer ce qu'une Visconti avait réellement dans le ventre! Elle ne se laisserait plus jamais en situation de faiblesse. C'en était fini! Quiconque oserait lui un faire un reproche ou une remarque allait être sévèrement punie comme il se doit. Elle avait Samara de son côté et cette dernière ne semblait pas être nullement choquée par un empoisonnement, c'était une démone qui en avait dans les tripes! Oh bien sur, Juliette ne comptait pas vraiment les embêter juste un peu les titiller, elle ne savait pas encore comment mais cela viendrait.


Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 452



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Février 02, 2016, 07:43:13 »

Samara sentait toute l’excitation sexuelle de la belle Juliette suite à leur baiser. La démone lui avait fait un vrai baiser, et le résultat fut au rendez-vous, trahissant l’inexpérience sexuelle de la jeune femme. Elle tremblait sur place, et les talents de Samara, en matière de magie rose, lui permirent de sentir, en elle, la trace de cyprine. Elle sourit donc silencieusement, constatant, avec joie, et non sans fierté, que l’arrogante Ashnardienne était en train de salir sa belle culotte de dentelle. En conséquence, elle lui proposa une danse qui avait pour but de rapprocher les corps : du tango. Une danse très classique, que Samara connaissait, bien entendu. Les danses étaient également fréquentes dans les fêtes ashnardiennes, et il arrivait aussi qu’on organise des bals. En conséquence, savoir danser était indispensable.

« Très bien, Juliette… Optons pour un tango, alors. »

Le duo retourna au cœur de la fête, et, évidemment, voir Samara, bras-dessus et bras-dessous avec Juliette, ne manqua pas d’étonner les convives. Non seulement Juliette Visconti était là, mais elle était également bien entourée ! Un tel geste n’était évidemment pas anodin, et, par le simple fait de marcher si près d’elle, Samara était déjà en train de marquer des points, de rehausser son autorité sur ses multiples rivaux.

Samara annonça que l’heure de la danse était arrivée, et se retrouva ainsi à danser avec Juliette, la tenant dans ses bras, Samara jouant le rôle du cavalier, et elle celui de la cavalière. Autrement dit, ce fut Samara qui bascula la femme, la maintenant et la ramenant vers elle, leurs seins se frottant à chaque fois, le souffle de leurs lèvres sur les lèvres de l’autre. Et, tandis qu’elles dansaient, Samara, elle, voyait bien le regard de Juliette. C’était un regard déterminé, un regard assuré, fier de lui. Elle était en position de force, et elle le savait. Tremblez, oui, tremblez, mécréants, car Juliette Visconti était de retour ! Et elle revenait en pleine forme ! Elle était désormais amie d’une puissante magicienne, et plus personne, jamais, ne lui marcherait sur les pieds !

« Voyez comme ils vous observent, voyez comme on m’envie de vous tenir… N’est-ce pas là excitant ? Le pouvoir… Le frisson qui remonte le long de votre échine… »

L’Archimage dansait à la perfection, et n’hésitait pas à titiller Juliette avec sa queue. Ainsi, quand elle la faisait basculer vers le bas, elle n’hésitait pas à enfoncer sa queue sous sa robe, caressant ses fesses brièvement, avant de la retirer en remontant, continuant sa danse avec la femme.

« Vous êtes une danseuse hors-pair, Juliette… J’espère que vous dansez aussi bien au lit… »

Samara se permettait de parler librement de sexe, au vu de l’excitation sexuelle de la jeune femme.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Juliette Visconti
Créature
-

Messages: 60



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Mars 06, 2016, 09:10:24 »

Juliette pénétra donc pour la seconde fois dans la salle où se déroulait la soirée avec Samara à ses côtés. Il était remarquable d'admirer avec quel aisance la salle avait tout à coup changé d'état d'esprit. Alors que quelques temps auparavant, Juliette ne pouvait que constater qu'intolérance, elle retrouvait en ce moment précis l'aura qu'elle réussissait à dégager avant de se faire maudire.

C'était jouissif tout simplement. Elle ne s'en était pas remis totalement que Samara indiqua aux invités que c'était l'heure de danser. Elle joua donc le rôle de la femme qui se faisait renverser au cours de la dance. De toute manière, elle avait été éduquée dans ce sens.

Samara ne fit rien pour calmer les ardeurs de la belle Juliette car tandis qu'elle dansait, Juliette constata que cette dernière en profitait allègrement. L'ex-terranide pouvait sentir que ses seins effleuraient ceux de Samara. De plus, elle pouvait sentir quelque chose touchait ses fesses. C'était définitivement très excitant de se retrouver mener par le bout du nez par Samara. En réalité, elle était contente que la démone la trouve à son goût car elle même avait un besoin de plaire en ce moment.

Une autre femme se serait offusquer dans une telle situation mais elle jugea que Samara si prenait suffisamment délicatement pour que les autres invités ne puisse s'imaginer des choses. Elle entendit alors les paroles de l'Archimage. Il n'y avait pas à dire elle savait comment brosser Juliette dans le sens du poil.


- Je dois bien vous avouer, ma chère Samara que j'aime particulièrement cela. Et, tout cela n'aurait pas était possible sans vous. Soyez rassuré que j'apprécie votre "talent" et vos "délicates attentions".


Elle avait accentué les derniers mots. Elle ne comptait pas lui dire si elle était douée au lit ou autre chose. Pour Juliette, le sexe était une aventure qu'il fallait garder un peu secret pour réserver quelques surprises à son partenaire.

-Peut-être, devrions-nous à la fin de cette dance nous assurer de parler à quelques convives avant de passer aux autres festivités que je puisse leur assurer que je vous donne mon soutien indéfectible. Qu'en pensez-vous? Seriez-vous...

Elle se rapprocha un peu plus près de sa tête et lui glissa à l'oreille:

...plus intéressée par autre chose, peut-être?

Juliette voulait voir avec quel sérieux Samara prenait la chose. Il était effectivement nécessaire de voir si elle préférait leurs accords professionnelles ou leurs accords intimes. Juliette ne doutait pas en bonne ashnardienne que l'Archimage choisirait le professionnalisme en premier mais peut-être qu'elle se trompait.
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox