banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: Rude pénitence pour sorcière insolente ! (pv Edéline de Roncenoire)  (Lu 4316 fois)
Édéline de Roncenoire
Créature
-

Messages: 156


La pire sorcière de tout les temps.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #15 le: Janvier 12, 2016, 01:19:32 »

Ce gardien était insupportable, il se la jouait prof, mais avait tout d’un gardien. Et cela ennuyait la sorcière au plus haut point faire la recette était simple, mais lent, terriblement lent. En plus le trois quarts du temps il fallait simplement attendre la fin d’une infusion ou encore l’ébullition d’un truc. Tout cela ne différait pas vraiment de la cuisine, sauf les ingrédients, et maintenant qu’elle savait que ce monde n’avait pas de technomancie similaire à la sienne inutile d’y trainer. Car oui elle n’avait rien à apprendre de ce côté-là, les potions d’ici étaient bien trop ennuyeuses alors que la recherche de sorts était passionnante. Le problème dans ce monde c’est que personne ne semble prendre risque pour avancer dans la recherche. Le symptôme typique d’un monde sur le déclin, en tout cas du point de vue de la sorcière qui soupira encore. Attendre que les choses se fassent était d’un ennui mortel finalement. Oui la recette avait intéressé la sorcière, mais elle s’attendait à quelque chose de plus dynamique, ici même pas une incantation, rien...

- Me méfier de mon grimoire ? Vous ne comprenez rien, il ne m’a pas téléporté, il m’a approvisionné en mana, rien de plus. C’est en partie pour ça que je l’ai créer vous savez, m’aider à ne plus user mon propre mana ce qui par la suite m’a donné plus de temps pour enlever la malédiction.

Non, mais, il la prenait pour quoi, où plutôt pour quoi prenait-il son grimoire ? Un vulgaire livre de magie ? Un objet de culte ? Il avait de quoi lancer des sorts et les bases de l’intelligence, mais il n’était en rien totalement autonome. Sinon les gardes de ce monde seraient morts depuis longtemps, sans compter qu’elle serait rentrée chez elle aussi de puis un moment. Quant à l’idée de retrouver la succube, c’était bon sur le principe, mauvais dans la méthode. Il devait y avoir des milliers de succubes dans les enfers et ailleurs. En plus ce n’est pas le genre de créature à se présenter quand elle vient vous rendre service... Et elle n’avait rien, n’appartenant à cette succube non plus, donc l’invoquer par la force était devenu impossible.

- Il est clair que, ce monde à un retard extraordinaire pour le genre d’artéfact qu’est mon grimoire, cependant le mien l’était aussi en un sens. Mais on ne peut lever une malédiction de ce genre facilement, encore moins sans la lanceuse originale, et pour la réinvoquer il faudrait que je prenne le risque de rater un autre cercle d’invocation... Mais mon grimoire doit encore avoir le cercle usé en mémoire, les chances sont moindres, mais...

L’idée était là, elle observa le grimoire qui tourna ses pages et afficha alors un cercle d’invocation sur ses deux pages ouvertes. C’était celui de l’époque, celui qui avait raté, il avait même mis en évidence rouge la partie effacée par un des mouvements de la sorcière. Le mot familier y était rayé, ce qui sans doute était lié au fait que la succube l’ait maudite au lieu de devenir sa familière.

- Si je refais le même cercle et que j’use d’une gemme de souvenir en plus je pourrais peut-être la réinvoquer, c’est que parfois vos idées ne sont pas totalement idiotes, vous savez.

La potion semblait toucher à son terme, bien qu’elle ne serait pas comestible avant quelques heures, soupirant elle le regarda tout en tendant sa main pour y faire revenir le grimoire. Ce type n’aimait pas son grimoire, il y voyait un danger, ce qui en un sens était vrai s’il venait à faire du mal à Édéline.

- Ne faites pas cette tête, avoir peur de ce qu’on ne comprend pas c’est normal, mais rester dans cette peur ne vous fera pas avancer. J’ai fabriqué ce grimoire, et il n’a jamais fait de mal à personne sans mon aval, et je précise, uniquement en légitime défense contre de vrais coupables... Les gardes d’ici n’étaient que des idiots, mais je ne peux leur faire de mal pour cela, pour le reste j’aurais pu, mais ça n’aurait fait qu’aggraver mon cas, non ?

Elle n’était pas totalement idiote dans le fond, elle avait juste un horrible caractère.

- Je sais bien que jouer avec ma vie ne peut me conduire qu’à ma mort, mais je l’assume si ça peut m’aider à progresser. Chez vous on a peur de ce progrès, chez moi aussi ils avaient peur, et sur terre la seule vue de la magie nous valait le bûcher, de fait beaucoup des miens n’osaient faire de la recherche. Moi si, et même pendant mes études je continuais, la soif d’apprendre n’a pas de limite.

Elle soupira doucement, regarda le liquide bouillir et sortit une feuille d’une plante pour vérifier la cuisson, rien de mauvais à signaler, mais vu la couleur il fallait ajouter un nouvel ingrédient pour respecter la recette. Aussi elle le fit tranquillement, avant de se remettre sur le tabouret, les coudes sur la table, décidément bien ennuyée de ne pas trouver ici de mage assez avancé pour l’aider.
Journalisée
Lorenzo
Terranide
-

Messages: 64



Voir le profil
Fiche
« Répondre #16 le: Janvier 13, 2016, 12:11:48 »

Décidément cette jeune terrienne cherchait les ennuis à ne pas tenir compte de l’avertissement de son nouveau professeur, non seulement elle prenait les habitants de Terra pour des primitifs incapables de l’aider à réparer tout les problèmes magiques qu’elle avait causé mais en plus elle traita carrément le lion de crétin. Ce qui était bien une des dernières choses à faire pour une criminelle en liberté surveillée, Lorenzo avait été patient et compréhensif en essayant de l’aider à lever la malédiction de la démone mais la jeune humaine ne semblait disposée à le respecter.

Le terranide pouvait comprendre que la jeune femme puisse mettre de la mauvaise volonté à devoir préparer une potion assez simple à réaliser mais Edéline ne se contentait pas de se plaindre et narguait sans arrêt son nouveau gardien en déclarant qu’il était trop stupide pour comprendre la magie de son grimoire et qu’elle était bien supérieur à tous les autres mages parce qu’elle cherchait de nouveau sorts et n’avait pas peur des risques. Tout cela ne tarda pas à agacer le lion qui décida qu’il était temps de sévir pour remettre cette donzelle insolente à sa place.

-    Oh mais vous êtes en train d’aggraver votre cas en jouant les gamines impertinentes avec des airs supérieurs, votre séjour en prison ne vous a visiblement pas calmé. Votre insolence dépasse les bornes et je vais punir tout de suite pour vous enseigner l’humilité et le respect.

Enervé le lion lança un sort qui fit apparaitre de la glace sur les mains et les avant-bras de la sorcière pour la coller à la table de travail puis il la saisit par la taille pour la pousser à se cambrer dans une position humiliante d’étudiante soumise courbée sur son bureau et présentant ses fesses à son professeur faisant tomber le tabouret par la même occasion. Cette petite garce qui avait continué de  le défier malgré ses avertissements, chose qu’il ne pouvait pas laisser passer s’il tenait à garder un peu d’autorité sur cette jeune rebelle qui semblait décidé à le provoquer pour  tester les limites de sa nouvelle détention.

-   Je t’avais prévenu jeune fille mais tu as continué à jouer les petites pestes en me traitant de crétin, une bonne fessée devrait te corriger et si ça ne suffit pas des glaçons viendront refroidir tes ardeurs.

Sur ces bonnes paroles le Terranide retroussa la jupe de la jeune femme pour dévoiler le joli petit cul de l’humaine au regard lubrique des gobelins enfermés qui ricanèrent en voyant le lion punir son élève. Sauvage le lion déchira la culotte de la jeune femme avec ses griffes avant de la lancer dans la cage d’un kobold qui commença à jouer avec comme un enfant ayant reçu un cadeau. Désormais l’intimité d’Edéline était complètement exposée et le lion s’amusa un instant à la caresser avec ses doigts, même si elle était un peu maigre à son gout la jeune sorcière avait des courbes appétissantes qu’il avait plusieurs fois reluqué depuis leur rencontre.

 -      Là restes tranquille. Je ne vais pas te trousser, c’est une récompense que tu n’as nullement méritée …


Satisfait de la douceur des fesses de son insolente élève le lion ne tarda pas à lever sa main pour claquer le cul de la jeune femme pour faire taire les protestations de cette dernière. Il n’allait certainement pas la violer comme ça mais cette midinette avait bien mérité de se prendre une bonne fessée. Ne serait-ce que pour lui montrer combien elle avait été stupide de provoquer un lion assez puissant pour l’assommer d’une simple gifle.

A force de jouer avec le feu la terrienne avait finit par inviter un prédateur à la croquer comme une vulgaire gazelle et Lorenzo savait s’y prendre pour punir les femmes de manière délicieusement perverse. Chacun de ses claques faisait vibrer la croupe de la jouvencelle tandis que le fauve se servait de sa main libre pour caresser les cheveux et la nuque de l’humaine autant pour la rassurer que pour la dissuader de se rebeller ...
Journalisée

Lorenzo, la peluche sauvage des nobles dames !
Édéline de Roncenoire
Créature
-

Messages: 156


La pire sorcière de tout les temps.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #17 le: Janvier 13, 2016, 03:44:53 »

Visiblement quoi qu’elle dise ce n’était pas au gout de son tortionnaire, ou prof, mais l’un comment ‘autre c’était assez proche dans sa définition des choses. Visiblement il prenait pour lui tout ce qu’elle pouvait dire, elle était pourtant certaine d’être supérieure aux mages de son époque, enfin sorcier. Car chez elles les deux sont clairement différenciés, même si de loin ils se ressemblent beaucoup. L’écoutant alors que la potion se terminant, elle soupira, il croyait vraiment lui faire peur, non car avec ce qu’elle s’était pris par les gardes il avait peu de chance de l’effrayer. Mais pourtant il lui gela les mains, c’était horriblement froid, et mauvais pour la peau autant que pour le corps en fait ! Ce Lorenzo était-il un idiot fini ? Ne savait-il pas ce que le froid pouvait faire au corps humain ? Ou peut-être simplement pensait-il que la glace serait sans effet secondaire ? Les doigts engourdis et collés à la table, elle soupira. Le voilà qui la déplaçait pour la faire se courber, encore un viol ?

- Bha, on dirait que j’avais vu juste, vous ne valez pas mieux que les gardes en fait...

Cette fois elle avait pleinement raison, il la courbait, lui faisait mettre les fesses en avant alors que le tabouret roulait plus loin sur le côté. Une fessée était à prévoir c’était certain, mais elle n’avait pas vraiment envie de cela, déjà Ar ça ne l’excitait pas le moins du monde, et puis ça ferait juste mal. Encore une fois elle savait très bien ce qu’il allait faire, et sa réaction toute faite était déjà prévisible, se laisser faire un moment, puis se plaindre d’avoir mal pour satisfaire l’égo du mâle et enfin être libérée. En même temps il voulait du respect, mais il la prenait pour la première gamine venue, déjà il n’était pas fichu de l’appeler par son véritable nom ! Et voilà que la prévisible fessée s’annonça plus clairement, elle ne sourcilla même pas, c’était du déjà vu, tout ça. La jupe soulevée ne la fit pas rougir, pas plus que de sentir sa culotte se faire arracher, elle avait des sorts dans le grimoire pour la remplacer. Une évidence quand comme elle on en change souvent à cause de tracas magique.

- Car vous pensez vraiment que me trousser me ferait plaisir ? Sexuellement j’imagine que oui, mais se faire prendre par une bête n’a rien d’une récompense pour moi...

Sauf éventuellement quand la bête était une monture sacrée ou alors magique, mais c’était une vieille histoire qu’elle n’était pas prête à reproduire tout de suite. Aussi elle le sentit se préparer, un silence avant le ce op qui la fit crier fortement, comme prévu il avait de la force. Mais elle n’avait pas honte de crier quand elle avait mal, loin de là, crier était une de ses spécialités, surtout de plaisir à vrai dire. Mais là c’était bel et  bien des gémissements douloureux qu’elle laissait sortir, les gobelins riaient d’elle, l’autre jouet avec sa culotte comme si c’était un cadeau. Mais elle s’en fichait pas mal, son grimoire tournait autour de la scène, comme s’il attendait un signal ou quelque chose de ce genre pour agir. Enfin surprise par une caresse elle soupira entre ses cris. Mais rapidement ses jambes lâchèrent sous les coups, tombant à genoux le souffle court elle posa le menton sur la table, soupirant une fois encore.

- Alors les glaçons maintenant ? Je suppose que ça doit être ça...

Insolente, mais pas excitée le moins du monde par cette fessée, elle n’avait employé aucune magie ni n’avait apprécié la chose. De fait elle était bien propre et bien sèche entre les cuisses pour en déplaire à son bourreau qui avait sans douteux vouloir voir ici le contraire. Le grimoire tourna encore quelques pages, montrant à Édéline des sorts pour l’aider, mais complice elle n’en fit rien intimant au grimoire de se refermer pour le moment. Le lion ne voulait certainement pas voir sa maison ravagée par l’artéfact de la sorcière. Et elle n’avait pas envie d’avoir encore lu d’ennuis que maintenant. Cela dit elle se demandait bien comment il comptait faire tenir les glaçons, sans doute contre son sexe, sans avoir de culotte pour les soutenir. Et puis c’était idiot tout ça, s’il faisait ainsi elle ne pourra plus s’asseoir, encore moins travailler correctement avec ce genre de choses entre ses cuisses.
Journalisée
Lorenzo
Terranide
-

Messages: 64



Voir le profil
Fiche
« Répondre #18 le: Janvier 15, 2016, 03:45:34 »

Loin d’être effrayée par la punition qu’il lui infligeait, la jeune sorciére plaquée sur la table continuait de défier son nouveau gardien en le rabaissant. Sans doute avait elle prit l’habitude de se faire violer avec les geoliers de la prison pour réussir à garder son calme alors que le lion lui enlevait sa culotte et n avait pas fait appel au grimoire pour se défendre de l’agression.  Edéline semblait plus coriace qu’elle en avait l’air mais ce n’était pas un problème pour le fauve qui avait décidé de la remettre en place, le fait que sa proie résiste un peu ne faisait qu’augmenter la détermination à mater la rébellion de la jeune humaine.

Tu n’es pas mal non plus comme petite peste. Il va vraiment falloir que je t’apprenne les bonnes manières.


Alors comme ça la sorcière s’imaginait qu’elle  pourrait facilement endurer son chatiment sans se plaindre ou faire mine de céder au Terranide qui allait changer un peu de stratégie pour la vaincre. Puisque la violente fessée ne venait pas à bout de sa jolie pensionnaire. Lorenzo allait s’employer à la torturer par le plaisir plutôt que par la souffrance, une fois la fessée terminée le lion commença à caresser sensuellement le dos et le fessier rougit de la demoiselle tout en lançant des sorts de douce chaleur visant à détendre la captive tout en la réchauffant. Le mage avait envie de  voir l’indocile humaine transpirer de sueur et s’exciter comme si elle prenait du plaisir à se faire masser de la sorte.

- Je vois que tu n’aimes pas ça, ce n’est pas grave tu vas surement apprécier pouvoir te détendre et avoir chaud, Edéline la rebelle ...

Les mains du Terranide se firent très douces alors que ce dernier s’employait à bien masser sa proie de maniére sensuelle et erotique, frottant par moment l’entrejambe offert d’Edéline qui l’avait pour ainsi dire mit au défi de la faire céder sous d’agréables tortures. Il allait rendre cette midinette si chaude et émoustillée que cette dernière finirait par regretter qu’il ait décidé de ne pas la trousser tellement il l’aurait transformé en pouliche en  chaleur désireuse de se faire prendre dans une furieuse partie de jambe en l’air. Malheureusement pour elle le lion savait que la sorcière était une fille perverse qui aurait bien du mal à résister au désir qu’il était en train de faire naître en elle.

Amusé par le fait de surprendre à nouveau la jeune femme en malaxant agréablement ses fesses rendues sensibles par la douleur de la fessée, le lion décida de lui faire subir une attaque en règle en utilisant sa queue de félin comme d’un plumeau pour chatouiller la fente de la sorciére, les femmes résistaient rarement à ce genre de délicieux supplice et le fauve avait bien l’intention d’arracher des gémissements lascifs à l’impertinente donzelle qui s’imaginait pouvoir lui tenir  tête. Sans pitié les mains du mage descendirent sur les seins sans défense de la jouvencelle, la caressant avec insistante, là où sa chair se faisait généreuse et sensible. 

C’était un jeu de domination que Lorenzo comptait bien remporter ainsi il avait retardé le moment ou il ferait subir le supplice des glaçons à la rouquine, d’abord il fallait bien la préparer sexuellement afin de rendre le supplice des glaçon plus humiliant encore pour la sorcière insoumise,  une petite délurée bien excitée comme elle serait surement bien frustrée que le fauve calme par la suite ses ardeurs au lieu de la baiser pour satisfaire le désir qu’il faisait tout pour faire naitre en elle. Cette effrontée ferait bientôt moins la maline à se tortiller de plaisir sous ses caresses jusqu’à ce que le lion la fruste terriblement en lui frottant l’entrecuisse avec des glaçons au moment ou elle s’apprêterait à jouir sous des caresses … 

Décidément le lion était un peu vexé qu’Edéline ait osé le comparer aux gardes idiots de la prison et il comptait bien prendre le dessus sur elle afin que son élève finisse par apprécier sa manière de la punir en la faisait se languir de désir avec ses techniques de massages torrides. Si dans une semaine le lion aurait réussi à pousser la jeune femme à fantasmer sur lui jusqu’à vraiment considérer le fait de coucher avec son professeur comme une récompense, le lion réussirait à corriger le mauvais caractère de la demoiselle jusqu’à  lui faire apprécier son séjour dans sa maison
Journalisée

Lorenzo, la peluche sauvage des nobles dames !
Édéline de Roncenoire
Créature
-

Messages: 156


La pire sorcière de tout les temps.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #19 le: Janvier 18, 2016, 05:15:37 »

Et voilà, tout marchait presque comme prévu, après la fessée ce serait les glaçons, normalement. Mais comme elle en avait parlé, il n’allait certainement pas la satisfaire. En bon mâle il se devait de lui tenir tête, et quoi de mieux pour ce la que de tenter de la dérouter en changeant le plan ? Au lieu du froid ce fut donc la chaleur qui envahit son postérieur. Caresses, douceur, visiblement un sort ou deux, car c’était vraiment chaud au touché tout cela. Ce grand malin pensait-il que la faire jouir serait le bon plan ? Certainement pour l’épuiser, mais en rien pour lui faire la leçon, mais son idée était déjà toute tracée. Elle le voyait gros comme une planète dans l’espace, il allait simplement tenter de la frustrer. Une expérience pénible s’il en était, clairement... Mais elle ne comptait pas lu en vouloir pour cette bassesse, c’était typiquement masculin de chauffer une femme sans en finir avec elle, si toute fois ils en étaient seulement capabable. Elle ignorait tout de l’appareil génital de ce monstre, mais elle ne doutait pas qu’il puisse la satisfaire, de toute façon si elle y arrivait seule avec ses doigts il y avait fort à penser qu’il y arrive même avec une petite verge. Enfin bref, le voilà qui reprenait son massage malsain en lui parlant, c’était tellement covenu, le chaud, puis ce sera le froid une fois qu’elle sera bien humide.

Le seul bon coté qu’elle notait à ce traitement est que le froid aura au moins le mérite de faire s’évanouir rapidement la frustration qu’il laissera en coupant net ses envies salaces. Car oui, il était au moins assez doué de ses gros doigts pour lui donner des envies. Dommage qu’il n’y ajoute pas quelques menaces salaces comme celle de sa grosse queue à picots ou encore l’idée de la saillir par l’entrée de service... Rien de tel, il se contant de la caresser, remontant même sur sa poitrine pour la caresser aussi. Ce n’était pas mal du tout comme traitement, et elle aimait bien cela, même si d’un autre côté elle ne perdait pas le nord. Il attendra qu’elle s’approche du plaisir pour le lui enlever, partant de ce principe, elle se contenait assez peu. Pourquoi tenter de prolonger son plaisir quand on sait d’avance qu’il sera coupé plus tard par le froid des glaçons ? Toute trempée, surtout après le passage d’un membre touffu, elle se laissa donc gémir sans se soucier du fait de passer pour une perverse. Cependant elle n’en redemandait pas, elle n’en demandait pas plus non plus, elle se contentait de jouer les amantes qui apprécie sans avoir de grosses attentes.

Tortillant pas mal sous ses gestes, elle attendait les glaçons, ça serait certainement pour bientôt, elle était toute trempée, haletait de plaisir et vibrait sous ses gestes pervers. Oui c’était certain il allait lui coller les glaçons très bientôt, maintenant il fallait qu’elle se contienne un peu mieux pour ne pas jouir avant qu’ils n’arrivent. Bien qu’en soi elle devenait si tendue et sensible que les glaçons pourraient peut-être bien l’aider à venir, non ? Elle en doutait aussi, mais l’attente des glaçons la rendait folle et ardente, un moment elle pensa à se grosse verge de lion qui viendrait la tringler, mais ce serait lui faire bien trop plaisir que d’accepter cela, encore plus de le demander...
Journalisée
Lorenzo
Terranide
-

Messages: 64



Voir le profil
Fiche
« Répondre #20 le: Janvier 24, 2016, 09:12:38 »

En dépit de ses protestations, la jeune Edéline semblait avoir prit l’habitude de se retrouver en fâcheuse posture puisqu’elle se contenta de subir les caresses du fauve sans ajouter un mot de protestation, la donzelle ne semblait pas non plus effrayé de ce que son nouveau gardien pourrait lui faire subir comme sévices sexuel maintenant que le terranide l’avait allongé sur la table dans une posture humiliante. En dépit de la situation, la sorcière ne semblait pas effrayé de se retrouver attachée, la jupe relevée et le cul offert telle une petite esclave qui attend de se faire punir par son maitre. Les gardes de la prison avaient surement du lui infliger plusieurs fois ce genre de sévices et ils n’avaient pas menti en prétendant que cette humaine était une petite salope sous ses faux airs de magicienne arrogante.

Le lion savait bien s’y prendre pour allumer les midinettes prétentieuses, bientôt la jeune sorcière  risquait fort de regretter de lui tenir tête tellement il saurait la rendre brulante de désir charnel, puisque cette étrangère semblait considérer les habitants de cette planète et les autres sorciers comme des idiots à la magie primitive. Il fallait bien trouver un moyen de la remettre en place et quoi de mieux qu’une bonne partie de jambe en l’air pour détendre un peu cette jouvencelle égoïste qui l’avait pour ainsi dire mit au défit de lui prouver qu’il était plus doué dans la chambre à coucher que les gardes de la prison.

A croire que cette petite peste ne respectait que les mâles capables de prendre le dessus sur elle. Sans doute que la rousse se voyait déjà endurer facilement le supplice des glaçons pour ensuite se moquer du professeur pervers qui avait cru la punir de la sorte ou alors elle s’imaginait qu’il serait incapable de résister à l’envie de la baiser au point qu’elle pourrait le mener par le bout de la queue. Décidé à la faire se languir le lion commença à la provoquer par des remarques salaces pour lui faire remarquer qu’elle se tortillait de plaisir sous ses caresses et qu’il était probable que dans quelques minutes elle en soit réduite à l’implorer de la sauter.

« Alors comme ça tu me prend pour une bête stupide incapable de remettre une fille insolente en place hum ? Pourtant je ne t’entends plus protester, on dirait même que tu adores ce genre de punition puisque tu gémis comme une délurée qui se laisse aller à la débauche. Tu aimes quand je te caresse avec le plumeau de ma queue on dirait, tu es bien trempée ma belle … »

 Lorenzo n’avait pas l’intention de laisser cette provocante humaine s’en tirer à si bon compte en la frustrant rapidement avec des glaçons, non il fallait la faire languir et la provoquer un maximum jusqu’à ce qu’elle reconnaisse être une petite salope incapable de dire non à un fauve qui la harcelait de chaudes caresses. Comme le grimoire et le caractère têtu de la jeune femme la rendait insensible aux menaces direct, le félin avait décidé de la rabaisser en lui rappelant qu’elle était une nymphomane ayant prit du plaisir à servir de jouet à ses geôliers durant sa captivité, une fille facile maudite par un succube et qui n’arrivait pas à retourner chez elle. D’une certaine manière elle lui rappelait Ophélie, une déesse trop faible pour se faire respecter et qui avait besoin d’être rassurée par un mâle qui savait la faire grimper aux rideaux.

« Tu pensais peut être que tu pourrais t en tirer à bon compte avec les glaçons mais à entendre tes gémissements lascifs, je parie que tu aimerais aussi que je te baise toute la nuit pas vrai ? Si tu me le demande gentiment, je viendrais te combler sinon je continuerais de te frustrer en torturant ton petit cul et tes jolis seins pendant des heures jusqu'à ce que tu cèdes chaton ! »


Sévère le lion cessa ses caresses pour commencer à titiller le fondement de la rousse avec ses doigts, caressant lentement la raie des fesses de la jeune humaine avant de glisser doucement un doigt dans la petite porte de la sorcière pour bien lui faire comprendre qu’il pourrait glisser les glaçons dans des endroits désagréables pour elle. A moins que la jeune femme soit une adepte de l’anal il y avait peu de chance qu’elle arrive à la jouissance de cette manière mais le terranide tenait à la préparer à toute sorte de plaisir en douceur, ses provocations visant à faire fantasmer sa nouvelle élève sur tout ce qu’il pourrait bien lui faire. Joueur le fauve se baissa et attrapa un des seins durci par la plaisir de l’humaine pour donner de grands coups de langue dessus, allant jusqu’à en mordiller le téton afin de provoquer sensuellement sa captive.
« Dernière édition: Janvier 24, 2016, 09:20:41 par Lorenzo » Journalisée

Lorenzo, la peluche sauvage des nobles dames !
Édéline de Roncenoire
Créature
-

Messages: 156


La pire sorcière de tout les temps.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #21 le: Janvier 28, 2016, 07:43:13 »

Des glaçons pour calmer ses ardeurs, un peu violent comme traitement, mais ce sera certainement efficace. En fait elle avait déjà tenté avec de la neige, car bon les glaçons au moyen âge faut les trouver déjà. Mais bref, toute trempée elle patientait fièrement, après tout il avait déjà tout vu et elle ne craignait plus de lui montrer quoi que ce soit. Et puis après le viol par les gardes elle n’avait plus vraiment besoin de beaucoup d’intimité dans ce monde. Toutes les personnes croisées jusqu’ici semblaient avoir profité d’elle, sauf son nouveau tortionnaire, mais elle sentait bien que cela ne saurait tarder. En tout cas il prenait son temps pour la trousser, c’est qu’elle était fatiguée d’attendre, pourquoi ne pouvait-il pas faire son mâle alpha le plus primitif et la sauter en bonne et due forme ? Et oui elle se tortillait, quelle femme ne le ferait pas sous le plaisir ? Et pensait-il peut-être qu’elle en ait quelque chose à faire que ce soit lui qui provoque ce plaisir ? Une chose restait certaine, elle en voulait plus, toujours plus de plaisir, mais elle était bien trop fière pour l’avouer. Encore plus pour le demander, jamais elle ne se rabaisserait à cela, autant rester fruste, de toute façon avec les hommes de ce monde c’était devenu une sorte d’habitude que la frustration.

Et le voilà qui radotait encore et toujours les mêmes choses, elle gémit alors doucement, se retenir était mauvais pour la santé, non ? Alors bon que ce soit sa queue féline ou encore sa verge elle s’en fichait, pourvu qu’il cesse de trainer encore et encore. Le temps était si long avec cette bête, elle sentait bien ce qu’il voulait entendre, c’était clair comme l’eau de roche. Il voudrait l’entendre supplier, et puis il l’insultera, pensant avoir là, réussit quelque chose. Enfin il proposa de la prendre, ce n’était pas trop tôt, car elle était toute trempée déjà, mais ça, il le voyait bien vu la position de ses mains. Enfin bref, sois disant qu’elle pouvait se faire prendre si elle le demandait en suppliant... Il rêvait clairement, cela dit son corps lui disait d’accepter, d’ailleurs il caressait encore ses seins, son cul, ses fesses... Il n’arrêtait jamais, c’était certain il voulait la voir supplier encore et encore, mais elle ne comptait pas supplier. Les glaçons auraient été bien utiles pour le coup, mais ils devaient déjà s’être réchauffés.

Édéline tenta encore de tenir, des minutes, la moitié d’une heure, une heure, elle allait devenir folle, tremblant d’envie, suant à force de se retenir encore et encore. Finalement elle avait trouvé le meilleur choix, lui demander de la prendre, comme ça il la comblera et elle sera tranquille. Et puis ce ne serait pas la première fois qu’elle le fait avec une bête à bien y repenser !

- C’est bon je cède, baisez-moi autant que vous le voulez, je suis certaine que vous en avez envie aussi...

Elle était trop trempée, trop excitée, mais même si elle disait cela elle n’aimait pas du tout l’idée de devoir lui demander pour se faire prendre. Aussi elle voyait cela comme prendre la seule chose disponible pour se faire du bien, à ce stade n’importe quelle créature bien membrée ou n’importe quel objet aurait fait l’affaire. Que ce soit son tortionnaire n’était qu’une petite différence sans importance pour elle, il ne valait pas mieux dans sa tête qu’un simple animal ou bâton.
Journalisée
Lorenzo
Terranide
-

Messages: 64



Voir le profil
Fiche
« Répondre #22 le: Janvier 31, 2016, 02:52:42 »

En chasseur patient le fauve avait bien prit son temps pour chauffer un maximum la jeune sorciére qui se tortillait sous ses agréable caresses. Edéline était visiblement trop fiére pour se rabaisser à lui avouer qu’elle était une salope aimant se faire abuser par toute sorte de monstre bien membré. Elle avait bien tenté de résister un moment la petite mais face à un félin expert dans l’art des préliminaires, elle ne pouvait que céder au désir de se sentir si chaude. Amusé le lion fit fondre les glaçons emprisonnant les mains de l’humaine, maintenant que la donzelle avait fini par consentir à se faire saillir par le terranide, ce dernier n’avait plus trop de raison de la punir et Lorenzo se léchait les babines à l’idée de bientôt pouvoir déguster sa proie vaincue par l’appel de la luxure. Le sort de chaleur qu’il avait lancé pour vaincre la résistance de son élève  avait protégé les doigts de la sorcière du froid et une bonne odeur de débauche remplissait désormais la pièce ou les gobelins prisonniers s’amusaient de ce spectacle érotique.

« Parfais ma belle, je constate que tu sais être une bonne fille quand un mâle sait bien y faire pour te chauffer. Tu ne vas pas le regretter ma jolie car je vais te culbuter dans tout les sens sur le tapis. »

Les mains puissantes du fauve saisir la rousse pour l’allonger sur le tapis pour qu’elle soit plus confortablement installée, le fauve avait envie qu’elle le regarde une fois qu’il commencerait à la prendre afin qu’elle ne puisse plus nier être toute chaude et impatiente de se faire culbuter comme une servante. Satisfait de la voir écarter les cuisses voluptueusement pour l’inviter à la saillir, le terranide se déshabilla pour lui présenter ses muscles puissant de félin et son chibre volumineux ressemblant à celui d un cheval en un peu moins énorme. Edéline allait surement bien le sentir passer et le lion commença à frotter leur deux entrejambe l’un contre l’autre pour donner à la rousse un avant gout de ce qui l’attendait …

  A force de perdre du temps à résister au désir, la jeune femme était bien trempée à l’idée de se faire dévorer par un fauve, fini de discuter maintenant qu’ils avaient tous les deux envie de cette partie de jambes en l’air. Lorenzo la pénétra en douceur pour laisser le temps à l’intimité rousse de s’habituer à la taille de son engin avant de commencer à limer la belle à grands coups de reins, la plaquant contre le tapis tout en lui lançant des regards lubriques et des commentaires salaces. Vu comme la fille couinait sous ses assauts, le fauve n’avait aucun doute quand au fait qu’elle serait bientôt sa petite soubrette docile.

« Tiens voila pour toi coquine, tu es vraiment adorable quand tu gémis sous la saillie. Quand j’en aurais fini avec toi, tu ne pourras plus marcher droit, tu le sais ça ? »

Gourmant le lion avait posé ses mains sur la poitrine de la jeune sorcière pour jouer avec alors qu’il prenait possession de son corps de jouvencelle. Ayant lutiné des douzaines de demoiselles humaines au cours de sa longue vie, le mage savait parfaitement s’y prendre pour lui procurer d’agréables sensations. Les petites salopes comme elles résistaient rarement à l’appel de la luxure et s’il arrivait à la faire jouir toute la nuit comme une folle, il aurait fort à parier qu’Edéline réfléchirait bien avant de le contrarier à l’avenir de peur qu’il la transforme en petite chienne docile. Le sexe était un bon moyen de pression sur les jolies femmes trop rebelles et le félin savourait sa victoire prochaine sur cette sorcière étrangère qui répondrait surement bientôt à ses assauts avec une joie perverse.
Journalisée

Lorenzo, la peluche sauvage des nobles dames !
Édéline de Roncenoire
Créature
-

Messages: 156


La pire sorcière de tout les temps.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #23 le: Février 02, 2016, 09:11:32 »

Une bonne fille... Elle faisait surtout ce qu’il voulait entendre pour avoir la paix, et aussi pour se soulager un peu de cette frustration. Allongée sur le tapis et toujours sans le bas sentit sa jupe revenir sur elle pour la couvrir un peu. Bha, oui, plus de culotte, mais encore le reste. L’entendant, elle rosit de plus belle, se faire prendre par cet animal en rut ? Avait-elle vraiment d’autres choix ? C’est vrai qu’elle aurait mille fois préféré se satisfaire seule, même devant lui. Mais pas moyen de négocier avec un dingue comme lui. De fait elle resta au sol, attendant un peu que cela arrive, impatiente et trempée elle ne tenait pas bien en place. La créature nue était à peine plus petite qu’un cheval. Ce qui est étonnant quand on sait que les félins ne sont pas les mieux membrés du règne animal pourtant. Mais soit, elle l’attendait sur le sol, le sentit même approcher et déglutit lentement, se préparant au pire. Enfin il la pénétra, ce qui ne se fit pas sans quelques cris, c’était gros... Trop gros pour elle, surtout collée ainsi au sol comme une trainée... Mais pas le temps de se plaindre, il était en elle et commençait à bouger tout en se moquant encore d’elle. S’il pensait vraiment quel sel aiderait aveuglé par les mots ?

- HAA... Ce n’est pas comme si comptiez.. HAA. Me relâcher après...

Elle savait bien que ce pervers voudrait la garder encore et encore, profiter d’elle en boucle tout en lui inculquant ses sois-disant leçon. Mais pour le moment elle ne criait pleinement, c’était gros, long, puissant. Elle aimait cette verge, mais alors pas du tout la personne à qui elle appartenait. Gémissant lourdement, elle se sentait déjà proche de l’orgasme, forcement avec un tel membre et une telle excitation avant même la pénétration... Elle n’était pas aidée et tentait de lutter un maximum contre le plaisir, mais c’était très difficile.
Journalisée
Lorenzo
Terranide
-

Messages: 64



Voir le profil
Fiche
« Répondre #24 le: Février 07, 2016, 06:00:50 »

Les provocations répétées de la jeune sorciére avaient fini par inciter le lion à punir cette arrogante donzelle en lui infligeant toutes sortes de tortures perverses et désormais la rousse faisait moins la maligne culbutée par le fauve qui profitait de la douceur de ses cuisses tout en la troussant comme une vulgaire servante. Si cette nunuche préférait qu’il soit dur avez elle car elle trouvait sa tendresse déplacée au point de le provoquer pour qu’il en vienne à la saillir bestialement, le mage allait à nouveau lui montrer qu’il savait y faire pour rendre folles de plaisir les petites allumeuses comme cette sorciére. D’ailleurs Lorenzo était presque certain que sa nouvelle élève protestait pour la forme et que vu combien il l’avait rendu brulante de désir elle serait bien moins frustrée qu’il finisse d’abuser d’elle.

- Ce n est moi qui ait fixé la durée de ton séjour ici ma belle, je dois m’assurer que tu ne représente plus un danger rouquine. Tu es si tendue, laisses moi te faire du bien, ton séjour ici sera agréable si tu y mets un peu du tiens. Humm oui c’est bien, continues de gémir comme ça, j’aime quand une femme se laisse aller à la débauche …

 La jeune humaine était si trempée que ses cris de douleur se transformèrent rapidement en long soupires de plaisir, le bruit pervers de la luxure à laquelle le fauve s’adonnait avec sa nouvelle proie faisait bien rire les gobelins idiots qui les mataient depuis leurs cages. Edéline n’était pas la première femme que le lion s’amusait à trousser devant ces créatures nuisibles, ces peaux vertes n’étaient bons qu’à dire des bêtises et bientôt l’envie de commenter le spectacle érotique que leur offrait le félin dépassa la peur que ce dernier les punisses et ils commencèrent à lancer quelques commentaires salaces à l’intention du mage qui culbutait la jeune humaine sur le tapis.

- Huhu il la traite vraiment comme il faut, cette petite salope rousse même si je préférais la soubrette elfique  avec ses  gros seins !

- Gné gné moi j’aime bien les petites mijaurées, je parie qu’elle va bientôt le supplier d’encore la baiser comme une folle !


Loin de se préoccuper de cette bande de voyeurs idiots, le lion continuait de besogner sa nouvelle élève. Elle pouvait sentir sa respiration enroulée, ronronnante, alors qu’il plaquait ce torse musclé contre son buste fourni et doux, le fauve grogna son approbation lorsque la belle fit mine de céder en gémissant de plus en plus fort. Amusé par le plaisir d’affronter une sorcière gironde dans une bonne partie de jambes en l’air,  le lion décida de changer de position afin de prendre Edéline en levrette sous le regard pervers des gobelins qui se paluchait en les regardant forniquer.

Lorenzo mettait du cœur à l’ouvrage en tenant fermement la jeune humaine par la taille afin d’offrir à cette insolente terrienne, un rodéo torride qu’elle n’oublierait pas de si tôt. Fougueux et  joueur le fauve prenait soin de caresser le dos et les fesses de la jeune femme. Elle sentirait bien plus que son corps brulant, il allait lui faire cadeau de tout son désir. Ses mouvements de bassin se firent plus francs en elle, son membre dur devenu encore plus chaud tandis que les hanches du lion claquait le beau petit cul de la rousse dans un bruit obscène et excitant à la fois.
Journalisée

Lorenzo, la peluche sauvage des nobles dames !
Édéline de Roncenoire
Créature
-

Messages: 156


La pire sorcière de tout les temps.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #25 le: Février 08, 2016, 12:47:05 »

Prisonnière dans un monde qui n’était pas le sien, violée par ses gardiens et maintenant retenu par une horrible bête qui se prétendait son professeur. Un drôle de prof qui était maintenant occupé à la trousser de son gros stylo. Elle ne pouvait retenir ses gémissements, son encrier était détrempé, son encre invisible s’écoulait le long de ses cuisses à mesure qu’il bougeait en elle. L’entendant, elle ne sut dire non, se retenir était devenu impossible. La leçon sans fin continuait de lui apporter satisfaction, son pauvre corps d’étudiante n’en pouvait plus. L’entendant parler du séjour, elle se rappela qu’elle n’avait guerre le choix, mais faire du sien ? Hors de question d’aider ce professeur pervers à prendre son plaisir ! Enfin le retour à la réalité se fit sentir, les gobelins commentaient tout ce qui se passait, et parlait de leur spectacle préféré.

La sorcière s’en fichait pour le moment, son pervers de professeur avait réussi, elle en voulait plus même si elle n’en disait rien. Instinctivement elle bougeait les hanches pour rendre meilleure la pénétration. Tant qu’à faire autant profiter un peu de cette verge pour elle aussi. La pauvre pourtant était écrasée par le mâle, retournée elle vira au rouge. Les gobelins eux se faisaient plaisir à observer cela. Édéline pour sa part gémissait et sentait son sexe brulant en demander encore, l’avait-on droguée ? Elle ne doutait, mais là elle ne tenait plus sous la plume de son professeur. Il la prenait comme si elle n’était qu’une petite chienne ce qui amplifiait sa honte et sa punition Pa la même occasion. Les claques sur son cul la rendaient folle, et les pervers qui observaient ne l’aidaient pas à se calmer...

- Hmm... Ha... Arrêtez... vous allez finir par jouir en moi... HAA... Encore... Plus...

Elle sombrait dans le désir, emporté par ses envies et surtout celles de son corps qui n’en pouvait plus, elle allait certainement jouir d’ici peu.
Journalisée
Lorenzo
Terranide
-

Messages: 64



Voir le profil
Fiche
« Répondre #26 le: Février 09, 2016, 02:54:22 »

Même si la jeune femme ne disait rien ses gémissements de plaisir étaient assez éloquents pour le fauve qui ne pouvait s’empêcher de la tripoter durant la saillie, administrant par moment quelques claques sur le joli fessier de la sorcière. Laquelle semblait avoir cédé au plaisir en réclamant à son professeur d’encore la baiser fougueusement comme une petite salope, à croire que la rousse aimait jouer les petites pestes devant les mâles pour ensuite se faire punir de la sorte.

Il aimait la voir ainsi, haletante et à moitié soumise. La petite sorcière à quatre pattes couinait en remuant des fesses comme une pouliche en chaleur désireuse de se faire longuement saillir par son étalon. Son air énervé était d’ailleurs presque excitant, surtout conjugué au fait qu’elle était en réalité en train de lui réclamer davantage de débauche. Lorenzo allait la baigner dans la luxure, qu’elle le veuille ou non, il allait profiter de son joli petit cul de rouquine, de ces courbes si envoutantes, il l’avait su en la voyant qu’elle ne tarderait pas à le défier pour qu’il lui inflige une punition de nature sexuelle.

- Hé bien à te voir jouer des hanches on dirait que tu es une petite délurée, tu aimes ça te faire tringler comme une guerrière vaincue par un fauve pas vrai ? Han han humm ...

 Sous ses faux airs de fille rebelle, Edéline était une demoiselle perverse, excitée à l’idée de se faire tringler par un mâle dominant, ce qui arrangeait bien son nouveau professeur qui n’était autre qu’un félin lubrique et dominateur. Cette petite impertinente n’en  menait déjà plus large sous les assauts du Terranide qui l’humiliait dans un rodéo torride, la baiser durement était probablement le meilleur moyen pour lui enseigner les bases du respect puisque la rousse se moquait des mages originaires d’un autre monde que le sien.

Le lion ne faisait pas souvent subir ce genre d’outrages aux femmes mais dans le cas présent il s’agissait d’une criminelle l’ayant généreusement provoqué en le traitant de monstre imbécile à la magie primitive auquel elle fausserait bientôt compagnie. Excité le fauve continua de chevaucher bestialement sa proie jusqu’à ce que la rousse jouisse bruyamment  puis il bascula sa captive sur le coté afin de continuer à la prendre dans une position plus reposante de petite cuillère, ralentissant le rythme pour faire durer la punition de la rousse tout en savourant les gémissements lascifs de la jeune étudiante qui se tortillait de plaisir, toujours empalée sur la plume de son professeur.
Journalisée

Lorenzo, la peluche sauvage des nobles dames !
Édéline de Roncenoire
Créature
-

Messages: 156


La pire sorcière de tout les temps.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #27 le: Février 11, 2016, 08:13:16 »

Édéline n’aimait pas ce genre de situation, elle mourrait d’envie et ne pouvait l’avouer, son tortionnaire bien sûr en profitait ! La pauvre était prise par cette énorme verge, cette verge pointue et saillante qui la déinfonçait sur cette simple table. Dire que cela ne devait être qu’une petite fessée, rien de plus... La voilà violée par le grand méchant lion ! Mais en tout cas elle ne tenait plus, et lui continuait d’y aller plus fort encore. Alors qu’elle se sentait pourtant si proche de la jouissance, cela l’énervait qu’il ne jouisse pas avant elle. Elle avait l’air d’une délurée, une femme de peu d’endurance et surtout qui en voulait encore plus. Il ne cessait pas de la provoquer en plus, lui dire qu’elle n’était qu’une délurée en chaleur... Qu’elle aimait cela alors que c’était juste faux ! Son corps peut-être, mais elle en tout cas, non !
Mais elle manquait de force et d’endurance pour oser répondre au lion, ne pouvant plus que crier de plaisir sous les coups puissants et virils du lion. Une chose semblait se dessiner chez la sorcière, elle ne voulait plus subir cela, surtout que là elle n’était plus seulement trempée et excitée... Elle jouissait sans pouvoir prévenir ! S’en était trop, tant pis s’il lui donnait une nouvelle punition, elle ne pouvait se retenir plus longtemps, criant de plaisir à tout va, elle sentit son jus perlé entre leurs cuisses...

- HAA... arrêtez, c’est trop bon ! Pitié...

Mais cela ne suffisait pas au lion, le tournant d’un quart sur le côté, il continua avec tout son entrain pervers. Plus loin, plus rapide encore, elle n’en pouvait plus, gémissant encore et encore, tremper comme la pire des chiennes. Elle voulait que cela finisse ! Mais elle était prise au piège !
Journalisée
Lorenzo
Terranide
-

Messages: 64



Voir le profil
Fiche
« Répondre #28 le: Février 13, 2016, 11:12:03 »

En dépit de ce qu’elle lui disait cette jeune sorciére avait tout d’une délurée et le terranide en avait profité pour prendre le dessus sur cette élève très insolente qui n avait cessé de le provoquer avec son grimoire depuis qu’ils s’étaient rencontré. Sans doute que la rousse avait secrètement envie de se faire soumettre par un grand fauve bien monté puisqu’à aucun moment elle n’avait tenté d’employer sa magie pour repousser le lion qui l’avait culbuté sur le tapis devant un trio de prisonniers gobelin jouant les voyeurs depuis leurs cages.

Après avoir changé de position pour offrir un peu plus de confort à la jeune femme humiliée, Lorenzo continua de  limer l’entrejambe de la captive à grand coup de reins en se délectant des gémissements honteux de cette petite garce qui n’arrêtait pas de se tortiller sous le plaisir que lui procurait cette intense fornication . Un fauve comme lui s’accouplait beaucoup plus longtemps et sauvagement que les humains, ce pourquoi ces derniers tenaient à les utiliser comme esclaves sexuels.


- Hum de quoi tu te pleins ma jolie ? Plus c’est long, plus c’est bon comme on dit !


Des décennies d’expériences en matière de femmes avait rendu le lion bien endurant dans la chambre à coucher et comme il s’agissait avant tous de punir une criminelle insolente, il n’allait pas avoir la gentillesse d’accorder une pause à sa partenaire. La sorcière en était désormais réduite à supplier son professeur de l’épargner pour le plus grand plaisir des prisonniers gobelins qui riaient et applaudissaient comme des idiots devant le spectacle érotique qui leur était offert. Pour une fois que ce n’était pas eut qui étaient malmené par le mage ils en profitaient les salauds …

La saillie de la rousse dura encore bien dix minutes ou le fauve s’amusa à la torturer en lui offrant bien plus de plaisir qu’une femme pouvait attendre à recevoir d’un pervers abusant d’elle. Cette volonté affichée d’esquiver la punition rendait la sentence encore plus jouissive. Les protestations de la jouvencelle n’étaient d’ailleurs plus très convaincantes puisque son professeur la faisait littéralement grimper aux rideaux avant d’enfin consentir à conclure en jouissant dans l’entrejambe inondé de sa partenaire. Cette dernière pouvait s’estimer heureuse qui ne l’ait pas enculer tant qu’à faire, ce serait pour une prochaine fois puisque cette fille arrogante finirait surement par le défier à nouveau un jour ou l’autre.
Journalisée

Lorenzo, la peluche sauvage des nobles dames !
Édéline de Roncenoire
Créature
-

Messages: 156


La pire sorcière de tout les temps.


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #29 le: Février 14, 2016, 03:36:06 »

Une délurée... une putain d’accroc au sexe oui ! Elle était trempée et agitait son bassin pour s’aider à jouir sous ses coups. Il y allait comme une bête, cela en devenait presque bestial, et sa verge était si grosse et longue, trop pour elle ! L’entendant, elle rougit fortement, espérant qu’il ne parlait pas de la durée ! Car là elle n’en pouvait plus, elle voulait encore jouir, elle voulait qu’il cesse de la pilonner comme si elle n’était qu’un vulgaire trou à plaisir. Il donnait trop de plaisir, elle en devenait folle, criant de plaisir, demandant encore plus alors que les gobelins profitaient paisiblement du spectacle. Enfin il termina par se relâcher en elle, la faisant hurler de plaisir une dernière fois alors qu’elle se voyait emportée par un orgasme et presque immédiatement après, termina couchée sur la table. Enfin couché était un bien grand mot vu sa position, elle pendait à moitié hors de la table le sexe trempé et rempli de foutre tout chaud...

- Monstre... goujat...

Chuchota-t-elle la voix presque éteinte, il l’avait forcé à faire cela, elle le savait... Mais elle ne pouvait pas nier avoir apprécié cela. Surtout qu’elle était trempée et termina par glisser hors de la table à genoux sur le sol. Épuisée elle ne sentait plus vraiment ses jambes, portant une main en bas, elle constata beau et bien la présence du sperme encore chaud qui débordait de son antre. Rouge de honte elle n’osa plus le regarder, ni les gobelins qui semblaient heureux du spectacle. Une chose restait certaine pour la sorcière, cet homme ne valait pas mieux que les gardes, c’était un pervers. Et il abuserait d’elle encore et encore si ça pouvait lui plaire. Fatiguée elle voulait se reposer, au diable les leçons, elle aurait tout le temps plus tard de s’occuper de cela...

Une autre chose était certaine pour la sorcière, elle ne comptait même plus tenter de communiquer sur sa magie avec ce monstre. Il était trop con pour comprendre ou prétendait l’être pour pouvoir ensuite jouer les méchants. S’en était fini de la bonne volonté à communiquer, si elle voulait sortir d’ici la seule porte était de le convaincre qu’elle serait sage tout ça... Même si dans le fond elle ne rêvait plus à présent que de brûler sa demeure, et lui avec ! Mais pourquoi même le violer avant de partir ! Mais bon, se relevant, doucement elle chassa ses pensées, observa son démon et lui demanda :

- Et maintenant ?
Journalisée

Tags:
Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox