banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 ... 3 4 [5]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Who Am I ? [James Howlett]  (Lu 4335 fois)
Laura Kinney
Créature
-

Messages: 103



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #60 le: Octobre 09, 2017, 12:45:03 »

«  Mais... Vous me laissez en arrière, alors ? » s’exclama Gabrielle.

Elle avait beau être petite, elle n’en restait pas moins une Kinney, façonnée par le même sang que ses sœurs. Xavier, néanmoins, savait trouver les mots justes, comme toujours, et profita d’une courte pause dans les explications stratégiques de Logan pour lui répondre :

« Tu devras me protéger, Gabrielle, ce n’est pas un poste ingrat. Sans mes pouvoirs télépathiques, nous n’avons aucune chance de mener notre petite révolution à bien. Et puis... J’ai encore plein d’histoires à te raconter. »

À cette idée, les yeux de Gabrielle s’illuminèrent, et un grand sourire ravi éclaira son visage. Charles en sourit brièvement. Cette petite... Elle était vraiment précieuse. Elle représentait toute l’innocence de Laura, ce que Charles avait cherché en rentrant en elle. Il n’osait pas imaginer ce qui arriverait à Laura si jamais cette petite était tuée, et les conséquences que cela aurait sur la psyché de la femme qui avait, inconsciemment, choisi de faire revivre trois anciens clones d’elle-même. Tout ça était totalement stupéfiant, mais, de base, cette situation était invraisemblable. Il était là, avec Wolverine, dans l’esprit torturé d’un clone de lui-même, la vingt-troisième clone issue de son code génétique, face à des fantômes de précédents clones, que Laura avait, par Dieu seul sait quel ressort psychologique inconscient, généré en elle.

En tout cas, pour le côté tactique de leur plan, Charles se fiait totalement à Logan. Ce dernier avait participé à plusieurs conflits mondiaux, reçu une formation des services secrets canadiens, du S.H.I.E.L.D... Sur ce point, son efficacité n’était plus à prouver. L’homme s’excusa alors, et fila se promener dans les couloirs. Charles ne dit rien, le regardant silencieusement.

*Toi aussi, Logan, tu as un passé torturé...*

Quand Xavier l’avait recueilli, Wolverine ignorait tout de son passé. Il était juste un agent des services secrets canadiens, un peu bourru, mais très isolé. À cette époque, Charles avait déjà une équipe de six X-Men, mais ses élèves étaient en difficulté sur l’île vivante de Krakoa, et il s’était alors rapproché de gens qu’il avait repéré, des mutants très puissants, mais qu’il avait lui-même refusé d’aller aider, au début. Épervier, Wolverine, Tornade... Logan l’avait tout simplement remboulé dès les premières secondes où Charles s’était présenté à lui, et, pour réussir à le convaincre, Xavier lui avait dit qu’il pouvait l’aider à lutter contre les cauchemars récurrents qu’il faisait, et qu’il pourrait l’aider à recoller les morceaux de son passé.

La tâche avait, en réalité, été bien plus fastidieuse que ce que Charles pensait. Logan avait fait partie du programme Weapon-X, au terme de laquelle il avait perdu la mémoire, en subissant un traumatisme psychologique inouï quand les responsables de ce programme dément avaient enduit son ossature d’adamantium. Mais, même avant cela, l’esprit de Logan avait déjà été modifié à bien des reprises. Lui-même s’était exilé en ermite dans les Montagnes Rocheuses, le long du Canada, pendant des années, après avoir accidentellement tué la femme qu’il était. Il avait alors, peu à peu, oublié son humanité, son passé, soit une seconde barrière à laquelle lui et Charles s’étaient heurtés.

Autant dire que revoir le manoir familial des Howlett avait dû plus l’ébranler qu’il ne le laissait paraître. Xavier, de son côté, songeait aussi à son étonnante rencontre, dans cet esprit, avec ce Flagg. Qui était-il ? Que voulait-il ? Comment pouvait-il en savoir autant ? Quel était le sens des multiples visions que Flagg avait implanté dans son esprit ? Xavier était pour l’heure trop confus pour pouvoir répondre précisément à toutes ces questions, mais, dans tous les cas, il était convaincu que tout ça dissimulait quelque chose...

« Vous connaissez vraiment d’autres histoires, Monsieur Xavier ? »

Il se retourna vers Gabrielle, sortant de ses pensées, et, après quelques secondes, laissa un léger sourire se tracer sur son visage.

« Le monde regorge d’histoires, Gabrielle. Je dirais même que c’est ce qui fait de l’Homme un être humain : sa capacité à imaginer, à concevoir, et à conceptualiser des choses qui ne sont pas palpables.
 -  Oh... Alors, il y a beaucoup d’histoires dans le monde ?
 -  Bien plus que tout ce que tu peux imaginer, Gabrielle. Et cela va sans doute te surprendre, mais, même moi, je ne connais même pas un millième de l’ensemble des récits qui jalonnent actuellement notre monde.
 -  Oh... ! »

Si parler de récits captivait Gabrielle, ce n’était pas le cas de Bellona et de Zelda, qui évoquaient entre elles le plan à mener pour conduire cette révolution. Où attaquer ? Où frapper ? Comment s’en sortir ? Logan finit par revenir, tenant entre les bras quelques morceaux de bois. Il put alors noter que Gabrielle tenait entre ses mains un livre, que Xavier avait généré par la force de sa pensée. Un recueil de contes de fées.

Xavier resta silencieux pendant quelques instants, l’esprit toujours plongé ailleurs, avant de regarder Logan.

« Qu’est-ce que tu comptes faire d’elle, Logan ? Notre petite excursion ne suffira pas à guérir Laura de ses traumatismes. Je doute même qu’elle puisse en guérir un jour. Et le S.H.I.E.L.D. ne laissera pas une fille pareille vagabonder dans la nature. »

Il se tut pendant quelques instants, et rajouta ensuite :

« Et... Nous avons besoin de ses souvenirs. L’individu que j’ai vu, Logan... Il ne ressemble à rien de ce que nous connaissons. L’esprit de Laura contient des réponses à nos questions, sur ce qu’est cet homme, ce qu’il nous veut... »

Xavier se tut encore, pour conclure :

« Elle aura besoin d’aide, comme quand je t’ai trouvé jadis. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

James Howlett
E.S.P.er
-

Messages: 296



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #61 le: Février 10, 2018, 08:52:02 »

Alors qu’il s’attendait à une scène de la part de Gabrielle, Charles trouva les mots pour l’apaiser alors que Wolverine soupirait discrètement. Logan n’était pas très doué avec les enfants. Il n’avait pas vraiment élevé les siens et manquait cruellement de patience… Un défaut dont ne souffrait pas le professeur X. Il ne jugea pas utile de préciser qu’il était question d’éviter de toutes la manières de mettre le télépathe au contact de l’ennemi et que la tâche de Gaby se résumerait idéalement à… Attendre. Lorsqu’il revint des galeries souterraines, Wolverine avait l’esprit plus clair ; les fantômes de son passé s’étaient momentanément éloignés et il était uniquement focalisé sur la journée du lendemain. S’asseyant sur une pierre plate près du foyer, il esquissa un sourire en voyant la petite Gaby penchée sur un livre de contes. A son arrivée, Zelda et Bellona se turent, le jaugeant avec circonspection. Mais ce fut Charles qui brisa le silence, évoquant l’état psychologique de Laura.

« Elle est trop jeune pour espérer guérir complètement de ce traumatisme. Tout ce que nous pouvons faire, c’est l’aider à supporter son existence, mais… » Logan hésita, regardant alternativement les trois sœurs. « En l’état actuel des choses, Laura n’a plus – à supposer qu’elle l’ai déjà eu – la faculté de distinguer le bien du mal. Elle a blessé des innocents sans sourciller et s’ils lui avaient résisté, elle les aurait tués sans hésiter. » Il ferma les yeux, pensif. « Je prévois de l’aider à retrouver cette barrière Charles. C’est ce qui la rendra à l’humanité. Mais lorsqu’elle sera capable de faire la différence entre le bien et le mal, elle verra ses actions d’un autre œil, et elle aura du mal à se supporter. Cette phase risque d’être critique. Et je vais avoir besoin de votre aide, Charles. »

Quant au SHIELD… « Elle sera probablement placée sous surveillance permanente, et c’est une bonne chose. Mais cette gosse mérite d’avoir un semblant de vie normale. Aller au lycée, se faire des amis, embrasser un garçon – ou une fille, que sais-je. » le vieux mutant abrégea d’un geste de la main. « Pour l’heure, nous avons du pain sur la planche. En mettant le bordel dans l’esprit de Laura, on devrait pouvoir débusquer cet homme. Peut-être que quelque part, il se nourrit de son désarroi. » 

Wolverine se redressa, le regard légèrement trouble, comme à chaque fois qu’il projetait quelque plan de bataille et commença à faire les cent pas. Logan avait participé à deux guerres mondiales et effectué des centaines de missions diligentés par des gouvernements ou des agences ; la stratégie militaire était indéniablement son domaine.

« La sortie de demain sera concentrée sur une seule et unique chose : la recherche de véhicules et de munitions. Nous allons avoir besoin d’explosifs et d’une tripotée d’arme à feu. Un seul impératif, la discrétion. On aura tout le temps d’atomiser tous ces droïdes quand on aura de l’artillerie. » Logan marqua un temps de pause, choisissant soigneusement ses mots. « Si ça tourne mal, on se sépare immédiatement et on se retrouve ici. L’affrontement direct sera évité à tout prix pour le moment. Des questions ? Pas de questions, au pieu. »

Les filles allaient avoir besoin de toute leurs forces le lendemain et la journée n’avait pas été facile pour elles. Lorsqu’il lui sembla qu’elles s’étaient endormies, Logan qui attisait silencieusement le feu depuis de longues minutes se tourna vers son vieux mentor qui comme lui semblait avoir du mal à trouver le sommeil. L’âge, sans doute.

« J’ai beau savoir qu’elles ne sont pas vraiment réelles, je déteste toujours autant envoyer des jeunes au casse-pipe. Mais j’ai besoin d’elles. Seul je suis incapable de mener à bien cette révolution. »
Journalisée
Laura Kinney
Créature
-

Messages: 103



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #62 le: Février 19, 2018, 02:15:51 »

Charles avait en tête un projet fou, consistant à faire sauter le système. Le cerveau humain était une chose extrêmement complexe, aisément malléable, mais très difficilement réparable. Laura avait de lourds problèmes psychiatriques, qui allaient nécessiter un long traitement, sans réel espoir de guérison. Il semblait en tout cas impossible qu’elle puisse un jour mener une vie normale. Xavier ignorait quel sort le S.H.I.E.L.D. allait lui réserver, mais il la voyait mal pouvoir mener une vie de jeune fille. Quoi qu’il en soit, l’idée d’impliquer ces jeunes femmes perturbait Logan, ce qui fit légèrement sourire Xavier.
 
« Elles sont aussi réelles que toi ou que moi, Logan. Toutes, à leur manière, elles sont Laura. Tout le conditionnement d’HYDRA n’a pas pu effacer la personnalité profonde de Laura. Je ne saurais te dire comment cela est possible… Il y a encore tant de choses que nous ignorons, même moi, sur le fonctionnement du cerveau, de l’esprit et de l’âme. Les pans de la personnalité de Laura existent-ils en raison des différents clones qui ont préexisté avant elle ? Ou est-ce que, au fond d’elle-même, elle a toujours réussi à lutter contre le conditionnement qui lui a été infligé ? »
 
Des questions auxquelles il n’existait aucune réponse à formuler. Xavier poursuivit ensuite :
 
« Je veux garder espoir. Qui aurait cru que Scott aurait pu se marier, être heureux ? Tous mes X-Men ont lourdement souffert. Je veux avoir foi en Laura. Si Gabrielle existe, c’est la preuve qu’il existe, chez Laura, un fond de bonté qui n’a pas été effacé. Néanmoins, Logan, je te rejoins sur un point : j’ignore ce qui se passera si elles viennent à mourir. Le conditionnement d’HYDRA risque de s’en retrouver renforcé… Mais c’est un risque à courir. Laura est une force endormie, et nos actions seront comme les petites pierres qui, en roulant, finissent par provoquer une avalanche. »
 
Dehors, la nuit était en train de tomber. Xavier sentit soudain une étrange présence émanant de la chambre où dormait Gabrielle. Dans ce monde onirique, le décor avait encore changé, évoluant de nouveau, les formes se transformant. Mais, indéniablement, Charles sentait quelque chose. Se redressant lentement, il s’approcha, et vit, sous la porte, un rai de lumière, s’accompagnant d’une forte chaleur, ainsi que d’étranges gloussements.
 
*Des rires ?*
 
Confus, Xavier observa brièvement Logan, et s’approcha ensuite de la porte. Ce qui était étrange, c’est que, malgré l’intensité de ce qu’il percevait, il ne ressentait aucune menace, rien de comparable à son combat de tantôt contre Le Magicien. Sa main se posa sur la poignée de la porte, et il la poussa, entendant les rires cristallins d’un enfant, et vit un parc s’étaler devant lui, flamboyant de verdure.
 
« Mais que… ? s’exclama-t-il.
- Une souris verte… Qui courait dans l’herbe… Je la donne à ces Messieurs… Ces Messieurs me disent, euh… »
 
Des formes floues, des jupes, des coquettes, des enfants dansant avec leurs cordes à sauter. Spectres éphémères qui s’évanouissaient, tandis que Charles, avançant dans le parc, vit une série de jeux, avec un toboggan, un tourniquet, un parcours d’escalade. Le tourniquet tournoyait tout seul, mais on pouvait y discerner, parfois, les traces d’enfants, continuant à jouer et à rire, tout en fredonnant des contes et des chants.
 
« Vois la Tortue comme elle est ronde…
Sur son dos repose le monde !
»
 
Xavier se retourna brusquement en entendant cette comptine, et fronça les sourcils, ayant le net sentiment de l’avoir déjà entendu ailleurs. Les enfants continuaient à rire, et Xavier remonta le long du sentier, ne pouvant se défaire de cette impression que nul mal ne régnait ici, mais une joie sans fin, une félicité qui tranchait furieusement avec tout ce qu’ils avaient vu jusqu’ici.
 
Leur pas les guida vers d’autres jeux, des épreuves sportives consistant à grimper sur des rondins de bois, ou à marcher en équilibre sur un tronc d’arbre allongé. Et, sur l’un de ces troncs, Xavier aperçut une solitaire tortue.
 
« Tu veux des rires et des chansons ?
Suis donc le Sentier du RAYON.
»
 
Le parc disparut brusquement, et le duo retourna dans la chambre de Gabrielle, qui dormait à poings formés, avec cette impression, du moins pour Xavier, d’avoir fait une sorte de trip’ psychédélique.
 
« Je… J’ignore ce qui vient de se passer, Logan, mais… Je crois que Laura a des alliés encore plus puissants que nous. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

James Howlett
E.S.P.er
-

Messages: 296



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #63 le: Mars 04, 2018, 02:01:03 »

Logan soupira, avant de poser ses coudes sur ses genoux. Il n’avait physiquement pas besoin de se reposer, mais les évènements de la journée l’avaient quelque peu secoué et il avait bien besoin de repos. Lorsque son vieux mentor évoqua Scott Summer, Logan ne put s’empêcher de grimacer. Cyclope et lui étaient en désaccord et en compétition dans quasiment tous les domaines ; il était parfaitement impossible qu’ils parviennent un jour à s’entendre. Là ou Scott était un leader-né, ambitieux et charismatique, Wolverine lui, correspondait davantage au profil d’un omega. Arme humaine programmée pour tuer sur commande, les responsabilités avaient fini par lui tomber dessus une à une, sans jamais qu’il ne recherche les lauriers, jusqu’à ce qu’il n’en vienne fatalement à défier son rival, provoquant le schisme des x-mens. Sans parler naturellement de Jean Grey…

Les mots de Xavier lui parvenaient encore, mais de très loin, comme s’ils étaient acheminés par le vent. Le Professeur avait raison… Les sœurs Kinney, si elles n’existaient – a priori – que dans l’esprit malade de Laura, étaient indubitablement humaines. Parfaitement conscientes d’elles-mêmes, elles semblaient chacune avoir une personnalité propre et bien définie. « Très bien, je le les laisserai pas mourir », grogna Logan, d’une voix éteinte, à l’orée du sommeil. « Je vous laisse veiller sur…Gabrielle », conclut-il, avant de s’endormir. Lorsqu’il rouvrit les yeux, une petite demi-heure plus tard, il était parfaitement reposé et avait l’esprit clair. Un autre des avantages de son facteur auto guérisseur. S’appuyant sur le dossier du fauteuil qu’il occupait il se redressa, les yeux écarquillés. Un fauteuil ? Une nouvelle fois, le décor avait changé. La grotte froide et humide avait laissé place à une petite cabane en pierre. Curieusement le foyer n’avait pas changé de place, même s’il brûlait désormais dans une modeste cheminée. Ça ressemble à la cabane de chasse de mon grand-père, avec la carabine à plomb suspendue au-dessous de l’énorme tête de sanglier empaillée. 

« Professeur ? »

Xavier s’était levé à son tour, le visage soucieux, s’approchant doucement d’une pièce adjacente. Au dehors, la nuit était bel et bien tombée, mais une lumière presque éblouissante filtrait de dessous la porte de la chambre, ce qui incita Logan à se rapprocher de Xavier. Puis ces rires, lointains, étranges. Il hocha la tête à l’intention du professeur, lui signifiant qu’il les avait également entendus. Puis Xavier poussa la porte vers l’intérieur, dévoilant une clairière onirique. Le vieux mutant écarquilla les yeux de surprise. Çà et là, des enfants s’ébattaient joyeusement au milieu d’une aire de jeu. Le visage baigné par les rayons du soleil, Logan ne put s’empêcher d’esquisser un sourire, avant d’emboîter le pas à Charles. Ils empruntèrent un petit sentier caillouteux qui serpentait au milieu des herbes folles. Sur leur droite, une espèce de parcours du combattant sur lequel d’autres gosses rivalisaient d’adresse. Cela me rappelle celui que j’avais construit à l’institut… C’était une autre paire de manches, hum… Logan avait été amené à entrainement physiquement des dizaines de mutants, parfois depuis leur plus jeune âge. Combien d’entre eux avait-il incité à traverser un étang glacé, à traverser un précipice sur une corde tendue ? Mais jamais il n’avait été malveillant. Au-dessous de la corde, un large filet, invisible dans l’obscurité, était tendu. Quant à l’étang, sa profondeur ne dépassait guère les trois mètres…Mais cela, personne à part lui ne le savait.

« Hum… Une tortue ? »

La présence du reptile n’était pas particulièrement surprenante en ces lieux, et Logan haussa les sourcils devant l’intérêt démesuré que le professeur lui accordait. La voix qu’ils entendaient venait-elle de cette créature ? Avant qu’il ne puisse formuler la question qui lui brûlait les lèvres, le paysage luxuriant se brouilla, puis s’assombrit. Des murs se dressèrent lentement autour d’eux, puis un lit émergea de la brume. Gaby, enroulée dans sa couverture, y dormait paisiblement. Logan l’observa quelque instant, puis se retourna vers Xavier qui se tenait à ses côtés.

« Il faudra que vous m’expliquiez cela professeur. Moi, tout ce que j’ai vu, c’est des gosses et une tortue », souffla-il à voix basse, avant de quitter la chambre à coucher pour rejoindre le salon qui lui, n’avait pas changé. Il se doutait que l’espèce de songe partagé qu’ils venaient de vivre avait une signification bien plus profonde qu’il n’en avait l’air, mais il n’avait pas la sagacité du Professeur X pour le décoder. D’un pas lourd, Il s’approcha de la fenêtre et regarda à l’extérieur. La cabane était bien là où le pensait, soit au sommet d’une colline, à quelques centaines de mètres des grottes. Le bâtiment était assez largement dissimulé par la végétation. « Ces alliés… Peut-on espérer qu’ils nous prêtent main forte ? »

Car plus Logan y réfléchissait, plus la guérilla qu’il escomptait organiser apparaissait comme périlleuse.
Journalisée
Laura Kinney
Créature
-

Messages: 103



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #64 le: Mars 12, 2018, 02:11:29 »

« En réalité, vois-tu... Je crois qu’ils nous aident déjà. »

Tout en disant cela, Xavier fixa silencieux Gabrielle, qui dormait d’un sommeil paisible. Bien sûr, il y avait quantité de raisons qui pouvaient expliquer pourquoi cette jeune fille, envers et contre tout, avait réussi à survivre au conditionnement d’HYDRA... Mais, à bien y réfléchir, et à voir tout cela en rétrospective, leur voyage dans le monde onirique de Laura avait été aidé par de multiples coups du sort, une aide du destin... Ou de cette étonnante force qui leur avait permis de rêver dans le rêve. Une force qui semblait s’être rattachée à Gabrielle, et cherchait, à sa manière, à la défendre. Le simple fait que Gabrielle soit encore en vie, et puisse rêver, était la preuve de cette assistance inespérée, et, somme toute, bienvenue.

Charles s’écarta finalement de Gabrielle, tout en conservant, sur ses lèvres, un léger sourire paternaliste.

« Mais, demain, nous serons seuls... »

Il ne se faisait, là-dessus, aucune illusion.




Dans ce monde alternatif, la journée était grisâtre, sombre. La ville était ravagée, comme un univers post-apocalypse jonché de bâtiments en ruine, avec des robots qui patrouillaient tout le long. D’énormes Tripods patrouillaient dans les rues, avec, au centre de l’ensemble, la structure centrale, là où, Xavier le savait, ils devaient se rendre pour détruire tout le système de conditionnement d’HYDRA.

Au centre de cette grande ville, il y avait une île cybernétique, ressemblant à un environnement futuriste, avec des immeubles chromés et métalliques. Autour de ces structures, la Citadelle, immense bâtiment toisant les nuages.

« Sois prudent, ne te fais pas repérer ! » siffla la voix de Bellona.

Wolverine et Bellona étaient de sortie. Ils étaient remontés dans un bâtiment à moitié détruit, pour rejoindre le sommet de l’immeuble, et, de là, une antenne de guidage des robots proches. C’était la première cible de leur authentique révolution. Il fallait détruire l’antenne pour libérer les prisonniers, et perturber le fonctionnement des machines.

« Les robots réparent rapidement les antennes de guidage, expliqua Bellona. Quand on les détruit, on dispose généralement de plusieurs heures, mais on va en profiter pour détruire les autres antennes. »

L’île centrale était protégée par un puissant bouclier, et le seul moyen de le couper était de désactiver un certain nombre d’antennes pour en couper une partie de l’alimentation, et donc de désactiver l’ensemble du bouclier. En revanche, il fallait se méfier des robots et des drones qui patrouillaient dans la région. Fort heureusement, Zelda était entraînée, et savait comment y faire, s’abritant derrière des obstacles, laissant le temps aux robots de passer.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

James Howlett
E.S.P.er
-

Messages: 296



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #65 le: Mars 19, 2018, 06:52:06 »

Wolverine n’avait pas dormi, cette nuit-là, mais contemplé les flammes rougeoyantes du foyer, tirant lentement sur un cigare. A cinq heures il avait trouvé Zelda et Bellona en tenue et prêtes à partir. Les filles lui avaient précisé quelques informations tactiques afin qu’il ajuste son plan de bataille, puis Bellona et lui avaient cheminé jusqu’à la ville. La jeune femme disposait de ses deux revolvers automatiques à la ceinture, alors que Logan avait scié le canon de la carabine de chasse qu’il avait trouvé dans la petite maison et portait cette dernière en bandoulière. La périphérie de la ville était un no-man’s land aux rues éclatées et aux bâtiments effondrés, dans lesquels circulaient pesamment quelques Tripods fatigués. Mais à mesure qu’ils s’enfonçaient dans l’agglomération, ceux-ci se multipliaient, alors que le grésillement caractéristique des drones à impulsion magnéto-plasmique s’intensifiait. Parfois même, ils croisaient de petites troupes de robots humanoïdes en formation serrée.

« Je suppose qu’il suffit de mettre la console hors-circuit ».

Bellona et lui avaient localisé la première antenne, qui se trouvait dans un immeuble abandonné. L’endroit était peu gardé pour la simple et bonne raison que les derniers étages ne tenaient que sur des poutres dénudées, le bâtiment semblant avoir été éventré par une puissante explosion. L’endroit n’était donc théoriquement accessible qu’en volant, mais Bellona et Logan s’étaient hissés au sommet sans trop de difficultés. Du toit, ils apercevaient la citadelle dont le sommet était perdu dans une brume grise et nuageuse. Se détournant du parapet, Logan débrancha la grosse antenne puis, ouvrant une petite trappe sur le côté de la console, entrepris d’arracher quelques fils.

« Autant saloper un peu le système, il leur faudra davantage de temps pour réparer ça. »

Soudain, un léger vrombissement attira son attention et il fit signe à sa partenaire de se baisser, alors qu’il se rapprochait du bord en tapinois. Deux cyborgs, juchés sur des véhicules à lévitation descendaient l’avenue pour s’arrêter devant le bâtiment. Logan fronça les sourcils. Ils avaient pourtant évolué avec précaution, évitant les caméras et autres détecteurs de mouvements… Peut-être une simple patrouille de routine. La forme de nonchalance avec laquelle les robots mirent pied à terre pour se diriger vers l’immeuble le confirma dans cette idée.

« ‘faut qu’on se tire d’ici, s’ils donnent l’alerte avant qu’on les bute, on est mal barré », souffla-il à Bellona. Quoique. Il loucha vers les véhicules abandonnés en contrebas, puis vers le bâtiment sur leur droite. « Ecoute, on peut probablement sauter sur l’immeuble là-bas. A tout casser, y’a 7 mètres de vis-à-vis. » Pas loin du record olympique de saut en longueur, mais guère difficile pour des mutants surentraînés. « On descend pendant qu’ils montent et on se tire avec les bécanes. Vendu ? »

Sans attendre la réponse de la jeune femme, Logan s’élança, pris appuis sur le parapet, puis plongea dans le vide. Le bâtiment d’en face était plus bas de deux étages et le vieux mutant chuta sur une quinzaine de mètre avant de se réceptionner par une roulade, bientôt rejoint par une Bellona plus élégante. L’adamantium de ses os avait encaissé le choc sans broncher et il se dirigea d’un pas alerte vers l’escalier de service qui flanquait le bâtiment et descendait dans la ruelle. Amortissant du mieux possible le bruit de leurs pas sur le métal, ils dévalèrent les marches quatre à quatre. De toute évidence, en découvrant leur sabotage, les cyborgs déclencheraient l’alarme ; autant les prendre de vitesse. Surgissant de l’angle de la rue, les deux mutants embrassèrent le périmètre d’un coup d’œil, avant de se diriger vers les véhicules en veille. S’approchant de la première moto, Logan haussa un sourcil en inspectant la mécanique. La technologie avait beau être avancée, l’engin semblait se conduire comme n’importe quelle bonne vieille bécane.

« Tu sais conduire une moto j’espère petite ? Parce que je te prends pas comme passagère »,
lança-il à sa partenaire, juste avant que son sourire ne s’efface de son visage « Merde, Bellona, active ! »

Dans le hall du bâtiment en ruine, l’un des deux cyborgs les regardait. Logan avait supposé un peu vite que les deux robots grimperaient au sommet et n’ayant vu personne dans la rue, il avait cru que la voie était libre. Le cyborg s’approcha rapidement, jusqu’à se mettre sur le perron, levant son arme plasmique à hauteur d’épaule. Logan vrilla la poignée de l’accélérateur, propulsant l’engin vers l’avant alors qu’un premier tir explosait la chaussée à l’endroit où il se trouvait l’instant d’avant. Jetant un rapide coup d’œil vers l’arrière pour s’assurer que Bellona le suivait, il braqua sur la droite pour enfiler une avenue, évitant les débris de toiture et de véhicules qui jonchaient le bitume. Les réflexes de Logan et son goût pour la vitesse en faisait un excellent rider. Toutefois, lui-même fut surpris lorsqu’une gigantesque patte mécanique se planta dans le sol à une centaine de mètres…Avant qu’un gigantesque Tripod ne surgisse d’entre les bâtiments, leur barrant le passage, ses rayons infrarouges braqués sur les cibles mouvantes qu’ils constituaient.
Journalisée
Laura Kinney
Créature
-

Messages: 103



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #66 le: Mars 25, 2018, 09:00:34 »

Bellona suivit Wolverine. Ils avaient brillamment réussi le sabotage, mais une patrouille s’approcha, synonyme de problèmes. Bellona avait suffisamment affronté les robots pour savoir que, même en désactivant une antenne, s’ils se faisaient repérer, les renforts débarqueraient. D’un autre côté, c’était sans doute le meilleur moyen de permettre à Zelda de détruire ses propres antennes, mais les deux ne pouvaient pas se contenter de désactiver une seule tour. Bellona sauta donc sur l’immeuble d’en face, suivant Wolverine. Plus petite que lui, et moins lourde, elle en était plus agile, et se réceptionna donc sans grande difficulté, puis dévala les marches, jusqu’à rejoindre la rue. Les deux motos des cyborgs étaient là, au milieu de la chaussée, comme une délicieuse offrande.

« J’ai déjà conduit ce genre d’engin, répliqua-t-elle en réponse à Wolverine. Ils sont très rapides, mais on ne pourra pas les utiliser indéfiniment. Comme toutes les machines d’ici, ils sont reliés à la tour centrale. Dès que leurs numéros seront identifiés, le serveur transmettra un ordre de désactivation. Donc, on pourra les utiliser quelques minutes si on se fait repérer. »

Quelques minutes si l’alarme partait de ce bloc, d’ailleurs. L’antenne ayant été désactivée, la transmission de l’information à la tour centrale prendrait du temps. Tout ici était surveillé et contrôlé. Avancer dans la rue était une épreuve de chaque instant, comme Wolverine et Xavier avaient d’ailleurs pu s’en apercevoir la veille. Le plan de Wolverine aurait fait se hérisser les cheveux de Zelda. Mine de rien, c’était avec Bellona qu’il était le mieux indiqué pour faire équipe. Elle, elle n’hésitait pas à foncer dans le tas. Elle se rua donc vers la moto, et, tandis que le duo les volait, les cyborgs se rapprochèrent d’eux, et leur tirèrent dessus. Bellona mit les gaz, et, tout en décollant, brandit sur eux la griffe du milieu, leur offrant une belle griffe d’honneur, avant de s’élancer à la suite de Wolverine.

On aurait pu croire que la ville toute entière était une ville-fantôme, mais il y avait des gens à l’intérieur des appartements. Bellona en était convaincue, mais elle n’avait jamais réussi à les voir, n’apercevant tout au plus que quelques bribes, correspondant en réalité aux rares moments où Laura avait pu voir le monde extérieur. Des silhouettes fugitives, des séquences fragmentées... Depuis que Laura se trouvait dehors, ce genre de visions avait toutefois tendance à se multiplier considérablement. Mais il était encore trop tôt pour que la révolution souhaitée par Xavier éclore, même si ce dernier y travaillait activement.

Bellona se dirigeait vers la prochaine tour... Lorsqu’un énorme tentacule jaillit devant les deux, défonçant le bitume, rapidement rejoint par le corps massif et terrible d’un monstrueux Tripod !

« Bordel ! »

Elle aperçut cette silhouette effrayante, et vit les multiples yeux rouges du monstre les observer. Son canon fit ensuite feu, provoquant de violentes explosions, pendant que la sphère du Tripod s’ouvrit à hauteur de la poche ventrale, libérant un flot de tentacules et de drones de combat. Ces derniers se déployèrent, disposant de mitrailleuses ou de missiles, et poursuivirent les deux fugitifs, tirant à tout-và, lançant leurs explosifs. Bellona virevolta à droite et à gauche, et, tenant le guidon d’une main, pointa son pistolet, et tira derrière elle. Fort heureusement, els motos étaient très maniables, disposant de systèmes permettant à la moto de s’ajuster elle-même lorsqu’elle commençait à dériver ou à trop pencher.

Les balles de Bellona atteignirent un drone, le faisant se heurter à un autre. Une légère explosion illumina la rue, puis le Tripod cibla un arche situé devant eux, et tira dessus. L’arche explosa, et s’écroula sur le sol, les empêchant de passer, et les contraignit à filer sur la gauche. Ils défoncèrent la devanture d’un magasin en ruines, correspondant à une confiserie que Laura avait vue à Seikusu. Filant dans le magasin, ils passèrent par un couloir à l’arrière, atterrissant au milieu d’une grande place avec une antenne en son centre... Et les motos se désactivèrent à ce moment, tandis que des sentinelles mécaniques s’étaient déployées autour de la tour.

Bellona orienta sa moto, qui fonça tel un obus sur eux, et se pencha cette fois sur le côté, provoquant une gerbe d’étincelles sur le sol. L’engin mortel faucha les robots de combat au passage, et Bellona bondit alors dans les airs, déployant ses griffes, et s’abattit sur l’un des robots, le transperçant de toutes parts, avant de bondir sur un autre, tranchant son bras mécanique, puis sa tête. En l’état, il ne s’agissait que de vulgaires fantassins, bien peu dangereux. Bellona craignait davantage le Tripod que ces quelques robots, même s’ils étaient nombreux. Plusieurs tirs la touchèrent, mais son facteur autoguérissant était très performant, et elle continuait à bondir sur eux, les cisaillant sur place, soutenue par Wolverine.

Le tout était de réussir à démolir cette tour avant que le Tripod n’arrive...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.


Tags:
Pages: 1 ... 3 4 [5]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox