banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Ménagerie Infernale (Asshaï)  (Lu 562 fois)
Ceridwen Theas
Créature
-

Messages: 4



Voir le profil
FicheChalant
« le: Novembre 10, 2015, 08:38:19 »

La demi-Sidhe errait, sans but, entre les neuf cercles de l’Enfer. Son rôle d’Ambassadrice n’était pas très prenant. Le reste du temps, donc, elle flânait. Elle découvrait. Elle se liait avec des démons, nouait des alliances et des amitiés. Ce jour, elle se plaisait à arpenter le septième cercle, admirant les tourments qui attendaient les âmes des hommes violents. Hommes et créatures, d’ailleurs, puisqu’elle put apercevoir le célèbre Minotaure de la légende Grecque.

Arpentant les berges du fleuve Phlégéthon, la flamboyante rousse caressait du pouce sa longue larme courbe qui pendait à son côté. Glissée dans un fourreau de cuir renforcé, l’arme était huilée avec soin. C’était la seule qui soit non magique. La seule qui ait besoin d’entretien car, contrairement à l’épée de Chair offerte par la déesse Danu, l’acier rouillait et se délitait. Relâchant sa prise sur le pommeau ouvragé, Ceridwen lissa les plis de son jean, attirant l’attention de certains gardiens des damnés. Sans un regard pour eux, cependant, dédaignant l’attrait que son postérieur rebondi moulé dans le tissu exerçait sur leurs sens, elle continua son inspection toute officieuse.

Arrivée aux abords de la première fosse, la créature immortelle laissa son regard se poser avec fascination sur le Minotaure. Un être tel que ce monstre était redoutable. Mais elle ne pouvait non plus s’empêcher de compatir à son sort. Elle connaissait son histoire. Fils d’une reine et d’un taureau, il n’avait rien demandé. Il avait été jeté, dès sa naissance, dans un labyrinthe dont il ne pouvait sortir, rien qu’à cause de son ascendance et de son apparence. La demi-Sidhe ne pouvait s’empêcher non plus de rapprocher leurs deux histoires. Il n’était qu’un bâtard, nulle part à sa place. Ni chez les ruminants, ni chez les humains. Tout comme elle, qui était un métissage de plusieurs races Faes, et d’humains. Elle n’avait sa place avec aucun peuple, mais elle était plus particulièrement rejetée chez les Sidhes. Seule sa place dans la ligne de succession du trône lui attirait un peu de respect. Et encore, sa propre cousine la dédaignait, et cherchait à l’assassiner quand elle se pointait à la Cour de la Nuit.

Arrêtant d’une main les démons qui s’employaient à punir le Minotaure, l’ambassadrice s’approcha. Comme reconnaissant le pouvoir dont elle était investie, le fleuve de sang en ébullition lui ménagea un passage. A l’instar de Moïse devant la Mer rouge, la métisse se glissa jusqu’au Minotaure, et posa une main sur sa chair tuméfiée, malmenée, sur son torse large bien que torturé. La créature grogna sourdement, mais ça n’impressionna guère la demi-Sidhe. Faisant remonter la pulpe de ses doigts agiles contre ses plaies, les effleurant à peine, elle étudiait le monstre. Une idée naquit dans son esprit, et elle fit signe aux démons de relâcher le bâtard, ses doigts se glissant jusqu’à son mufle écumant.

« Suis-moi, je vais te soigner. »

Libéré de ses geôliers, le monstre voulut abattre son bras musculeux sur le crâne de la jeune femme, mais un réflexe presque surnaturel la fit se retourner et parer le coup. D’un mouvement leste, elle utilisa la force de la créature pour la faire rouler au sol. A califourchon sur lui, elle avait dégainé dans le même temps sa splendide lame courbe et celle-ci était à présent appuyée contre le cou massif du Minotaure.

« Je ne te veux aucun mal, mais je n’aurais aucun scrupule à te découper en morceau si tu tentes encore de me tuer… »

Elle relâcha alors son emprise sur le monstre écumant, et se releva en rengainant, comme si de rien n’était. Sa poitrine se soulevait à peine plus vite que la normal sous son corsage de cuir et de dentelle. Elle entendit le pas lourd de la créature mi-homme mi-taureau qui la suivait alors qu’elle quittait le giron du fleuve et que ce dernier reprenait sa place sur son sillage. Elle gagna le rivage, et trouva un endroit relativement à l’écart. Les démons s’étaient remis à l’ouvrage sur les damnés. Grognant toujours, le Minotaure s’était arrêté près de la jeune femme. Elle paraissait frêle, à ses côtés, mais ce n’était qu’une apparence. Quand on plantait son regard dans ses prunelles tricolores, on y voyait toute la détermination et la sagesse accumulée au cours de ses cinq siècles d’existence.

Ses doigts fins effleuraient à peine les cloques qui parsemaient la peau de la bête. Elle devait le guérir, mais à présent qu’elle était face à lui, elle hésitait. Danu, sa Déesse, lui avait offert le pouvoir de guérison par le sexe. Mais jamais encore la rousse ne l’avait fait avec une telle créature qu’un Minotaure. Deux, voire trois fois plus large qu’elle, et bien plus grand, il pouvait facilement l’écraser sous son poids. Une moue songeuse prit place sur ses traits mobiles, alors qu’elle auscultait la bête. Mais elle n’était pas obligée d’offrir son corps, cela dit. Ses doigts se firent caressant contre le torse puissant du monstre, et elle ne tarda pas à se mettre à l’ouvrage, répandant sa magie au travers de ses lèvres gourmandes. Si le mandrin de la bête était trop gros pour qu’elle s’en occupe naturellement, elle rusait et sa langue habile ne tarda pas à dispenser son pouvoir sur le pieu de chair. Au terme de cet « examen médical », alors que l’épaisse jouissance de la bête jaillissait et souillait le sol, alors que la demi-Sidhe finissait de nettoyer convenablement son membre apaisé, le Minotaure était comme neuf. Plus de cloques, plus de lambeaux de chair, mais un monstre en parfait état, en bonne santé, et soulagé d’une certaine tension, par ailleurs.

S’essuyant les lèvres, la rousse tendit la main pour faire apparaître une bouteille d’eau claire et pure, qu’elle but presque entièrement pour se désaltérer.

« A présent que tu es sain et sauf, j’aimerais te proposer un contrat. Une alliance, si on veut. Ses lèvres se plissèrent un instant alors qu’elle levait la tête pour étudier le monstre. Je te libère. En échange, tu t’engages à me servir. Je ne suis pas contraignante, et quand je n’aurais pas besoin de tes services, tu seras libre d’aller où bon te semble. Mais je suis intraitable sur l’obéissance alors, dès que je t’appelle, tu rappliques. »

Le Minotaure fronça ses épais sourcils, la toisant de son regard de braise. Littéralement, de braise.

« Es-tu d’accord ? Si tu ne veux pas… Eh bien je suppose que tes gardiens seront ravis de te retrouver pour te tourmenter à nouveau… »

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’il grognait déjà son approbation. Un sourire satisfait incurva ses lèvres pleines.

« Parfait. Prends ce talisman, souffla-t-elle en tirant de sa poche un lacet de cuir au bout duquel était accroché une médaille en diamant. Avec ceci, tu possèdes un laisser-passer pour sortir d’ici et parcourir le monde sans risquer d’être arrêté. Tu peux, par ailleurs, te téléporter dans d’un lieu à un autre. Fais-en bon usage. Et quand je t’appellerais, le diamant prendre la couleur du rubis. Tu ne pourras pas te tromper… »

La créature attrapa, presque délicatement, le lacet de cuir. Il eut un peu de mal à le faire passer autour de son cou, les cornes proéminentes ayant retrouvé leur envergure d’antan après avoir été limée par les démons, mais il finit par réussir. Après un signe de tête qui se voulait respectueux, il prit le chemin du départ de son pas lourd et régulier. Satisfaite, la demi-Sidhe se posa sur un rocher, non loin de la flaque de semence que le Minotaure avait créé et qui n’était pas encore aspirée par la terre du septième cercle. Elle avait acquis un allié de choix. Si sa cousine tentait quoi que ce soit, le Minotaure lui serait bien utile…
Journalisée



Merci à qui de droit <3
Asshaï
Créature
-

Messages: 28



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Novembre 13, 2015, 01:14:01 »

- Voilà une façon bien intéressante d'approcher la soumission, femelle. Suffirait-il que je te fasse mouiller à ton tour pour que tu accoures lorsque je te siffle ?

L'endroit qu'elle s'était choisi était à l'écart, petite niche rocheuse créée par des millénaires de vaines et sanglantes tortures. Combien de damnés s'était arraché les ongles et la peau des doigts en creusant inutilement la roche à mains nues simplement pour satisfaire le vice de quelques geôliers goguenards ? Cette partie du Cercle avait un temps durant été calquée sur les mines terriennes, sauf qu'il n'y avait ici à trouver que des filons de magma bouillonnant qui suintaient de la roche dure comme du pus hors d'un bubon. Le danger partout, pour des souffrances éternelles. Et puis un autre jeu pervers, qui avait laissé les rivages défigurés, aux alcôves idéalement dissimulées. Parfait petits nids pour quelques vipères conspiratrices, comme cette presqu'humaine à la crinière flamboyante.

L'Asshaï l'avait sentie plus qu'il ne l'avait d'abord vue. Une effluve trop particulière au coeur des Enfers pour qu'on ne s'y intéresse point. Puis son corps moulé dans le cuir et la dentelle, apprécié par une bête cornue à la virilité tendue comme un glaive prêt à frapper. Ombre noire et agile, le molosse avait traqué le duo de son pas silencieux. Il avait observé, senti, apprécié. L'odeur écoeurante et puissante du foutre bovin cachait celle, plus ténue, de la cyprine... et celle du complot. Le Chien Noir aurait bien été incapable de dire laquelle lui semblait la plus attreyante. Une fois que le minotaure eut disparu des environs directs, le démon quadrupède avait fait entendre sa voix puissante, grave et légèrement traînante. Si humaine, si séduisante, si pleine de terrible promesse. Et ses yeux d'or s'étaient plongés dans ceux de la demie-sidhe, flamboyant de ce feu infernal qu'on lui connaissait depuis toujours.

Déroulant son corps massif et noire comme la plus sombre des nuits, l'Asshaï avait dévoilé la musculature puissante qui roulait sous son pelage ras. Autour de lui filaient quelques volutes ténébreuses, soulignées par la coulée d'or caractéristique qui signait le front de l'animal démoniaque. Sans quitter la femme des yeux -n'importe quel démon sensé ne romprait pas un contact visuel en Enfer- il avait posé ses pattes sur la roche pour descendre un peu de la saillie rocheuse sur laquelle il avait prit place pour observer l’intrigante petite saynète. Tout aussi prudent qu'il restait menaçant, l'Asshaï n'avait pas trop approché le sol. Et puis, hors de question de mettre une seule griffe dans la flaque gluante qui luisait faiblement sur la roche...

- Tu es cette ambassadrice auprès de Lucifer, si je ne m'abuse. Je n'ai pas retenu ton nom, femelle. Mais je me suis laissé dire que tu étais puissante. Alors, je m'interroge. Quel besoin as-tu de conclure quelque pacte avec une âme damnée de si pauvre extraction ? Les minotaures sont puissants, c'est vrai... Mais terriblement peu malins. Si tes ennemis sont à ta prétendue "mesure", le bovin te sera peu utile.

Des raisons de soumettre un damné, il y en avait des milliers et Asshaï le savait bien. Au demeurant, le Chien Noir s'en souciait peu. Lui était à la tête d'une caste toute entière qui, bien que considérée comme inférieure, comptait de nombreux et utiles représentants. Il pouvait y faire appel selon son bon vouloir, ce qui constituait en soi un pouvoir considérable. Seulement, certaines âmes qui se tordaient de douleur dans les entrailles puantes des Enfers étaient les siennes. Et quelqu'un qui s'intéressait trop à ces éternels châtiés pourrait finir par lui voler les fruits de sa vengeance, idée pour le moins inconcevable pour lui. Il fallait la tuer dans l’œuf, même si cela signifier se mettre à dos cette rouquine volcanique. Toutefois, c'était un tout autre projet qui germait dans son esprit alors que son regard se posait sur le corps sculptural de son interlocutrice. Il n'en montra rien.

- Si tu cherches des alliés, qui sait si nous ne pouvons pas discuter. Je te serai plus utile que l'hybride mangeur de foin. Mais je ne suis pas du genre à me laisser passer une laisse... plutôt à la serrer autour du cou de mon animal de compagnie. Ceci dit, je sais récompenser les bons petits esclaves à la mesure de leur talent.

Au vu du regard qu'il déposait dans celui de la sidhe, le message ne souffrait d'aucune équivoque. C'était un jeu dangereux que de provoquer ainsi une personne de pouvoir, mais le danger pavait les chemins sinueux de l'Enfer autant que les bonnes intentions. Et qui sait ce qu'aurait à répondre l'étrangère, alors qu'elle était assez désespérée pour prendre un damné sous son aile. D'après le Gallytrot, la partie ne faisait que commencer.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox