banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Une aventurière avec un démon ?[PV Stephen Connor]  (Lu 1743 fois)
Apogée
Créature
-

Messages: 31


Humaine d'apparence et d'esprit, Golem de nature


Voir le profil
Fiche
« le: Novembre 07, 2015, 11:49:18 »

   Un jour, il faudra qu'elle apprenne à monter à cheval et en avoir un. Dieu que c'était long les voyage à pieds, surtout pour aller à Ashnard, la ville la plus proche, mais encore loin. Elle revenait de l'exploration d'un fort abandonner, qui avait appartenu jadis à un royaume combattant Ashnard, avant de se faire écraser. Les montagnes dans l'empire d'Ashnard abritent toujours une ou plusieurs forteresse, château ou avant poste, crypte ou fort à moitié enfouie dans la montagne. La plupart son toujours en service, mais certain sont laisser à l’abandon car inutile, trop ravager ou envahit par des brigands, orcs, par un nécromancien ou une liche.

   Ce fort n'était pas spécialement grand, plus un avant poste, mais à moitié enfouie dans la montagne. Elle n'avait trouver qu'un troll des montagnes assoupie, des ossements d'humain autour de sa niche, des armes et armures abandonnaient, mais rien de spéciale, pas de salle secrète, pas de trésor ou de babiole intéressante. C'est donc dépité qu'elle est repartie vers Ashnard, plus proche de sa position, et parce qu'elle avait besoin d'argent, et donc de chercher un contrat de mercenaire et refaire ses provision. Elle n'avait pas encore trouver de lieu intéressant, d'ancien lieu de culte ou d'endroit sujets à des rumeurs de malédiction, hanté ou siège d'un mage puissant et mort depuis longtemps.

   Elle marchait donc depuis maintenant quelques jours, prenant soin de ne pas tomber sur le nids de quelque monstres ou animaux dangereux entourant Ashnard. Elle détestait aller là bas, entre les mages l'insultant de créature et les recruteur de l'armée la harcelant, mais elle n'avait pas trop solution, se devant de prendre sur elle même. De toute façon il lui fallait qu'un peu de bouffe, d'eau et trouver un marchand ayant besoin de protection, ce n'est pas ça qui allaient pourrir son séjour à Ashnard quand même ?

   Elle marchait, tout en buvant une petite lampée d'eau, bien qu'elle ignore qu'elle en avait aucun besoin, fulminant sur les kilomètres de marche faite et encore à faire, se promettant d'acheter un cheval un jour et d'apprendre à chevaucher. Elle avait encore plus d'une journée de voyage pour atteindre Ashnard, qu'elle commençait à voir. Au moins elle n'a pas eu d'ennuis, à par un ours qu'elle avait promptement éclater le crane et d'autre créatures. Elle n’avait pas eu d’ennui réelle, avant que retentissent dans l'air le mugissement d'un sanglier, en beaucoup plus grave, fort et monstrueux.

   Apogée se retourna brusquement, mais elle ne vit rien, car la menace venait de sa droite, un cousin monstrueux du sanglier, un peu plus grand qu'un cheval et plus gros, son poids devant approcher la tonne, se tenait en haut d'un petite monticule de pierre, avant de sauter, chargeant Apogée qui n'a eu guère le temps de dégainer, sautant hors de sa trajectoire, évitant de peu sa gueule qui se referma dans un claquement sec.

*Au moins je sais que ça ne bouffe pas de légumes ce truc* Pensa Apogée, alors qu'elle amortie sa chute en fessant une roulade. *Mais il va regretter de ne pas être végétarien*

   Elle se redressa, mais derrière elle retentit une deuxième fois le même crie, une autre de cette monstruosité la chargea à son tour. Apogée, pus esquivé et empoigné par l'espèce de défense sortant de sa tête, du sanglier et parvint à dévier violemment sa course, l'envoyant contre un rocher, qu'il fissura, le sonnant brusquement. L'autre chargea à nouveau, sans laisser le temps à Apogée d'user de son épée qu'elle avait sortie, la contraignant encore à esquiver, mais son épée fut heurter, et même si elle résista au choc, la puissance de la charge sur son épée envoya Apogée contre un rocher.

   Elle massa son crane à l'endroit ou elle avait été cogner, lâchant son épée qui ne lui était d'aucune utilité. Ses adversaires étaient trop rapide et attaquaient l'un après l'autre, l’empêchant de riposter. Elle ne pourra pas user de son épée de cette manière, au moins un devant être hors jeu, ce qui lui donna une idée. Celui qu'elle avait sonner reprit ses esprits et la chargea, mais il n'avait pas tout son élans, ni toute sa vitesse, ainsi Apogée put l'attraper à une de ses défenses et une de ses dents, alors qu'il chargeait, la repoussant sur quelque mètre, avant qu'elle n'use de sa force, de son poids et de sa résistant, parvenant à stopper sa charge, laissant deux ligne parallèles imprimaient dans le sol.

-Ah mon tour sac à viande ! Grogna Apogée.

   Dans un hurlement de barbare, elle brisa la défense et la dent, déboîtant la mâchoire du mastodonte, avant de mettre son pieds sur sa mâchoire et d'appuyer de toute ses forces, arrachant la mâchoire inférieure. Le hurlement de souffrance fut déchirant, la créature chercha à s'enfuir, mais Apogée se servit de l'autre défense pour le jeter à terre, son pied finissant dans sa tête, sa force fissurant son crane, qui avait lui même fissuré un rocher et elle redonna un autre coup, brisant le crane et éclatant son cerveau. La bête eu un violent spams et ne bougea plus, avant qu'Apogée n'use de toute sa force pour le soulever, grognant sous l'effort, le mettant sur son épaule.

-Parfait pour un barbecue !
Chantonna Apogée en se léchant les babines.

   Avant de se pétrifier en voyant l'autre qui charge, l'ayant complètement oublier, occuper avec l'autre. Elle jeta l'autre comme bouclier, mais cela ne fit que ralentir la charge de l'autre, qui perfora le ventre de son compagnons, juste le temps pour Apogée de se mettre à plat ventre par terre et éviter ainsi le corps et la charge du monstre une patte soulevant un nuage de poussière et de caillasse près de sa tête, écrasant ses cheveux.

   Le dernier sanglier, freina brusquement sa course et fit demie tour chargeant à nouveau Apogée, qui ft une roulade, l'esquivant de peu, avant de constaté qu'il se retourna à nouveau et cette fois elle ne put l'éviter. Ses pieds heurtèrent sa mâchoire et ses dents en brisant une, la poussant le raclant sur le sol sur quelque mètre, la soulevant un peu, avant qu'elle ne use de ses mains pour empêcher sa gueule de venir déchiqueter son visage. Soufflant sous l'effort, Apogée retint le monstre, qui malgré son poids et sa force peiner à avancer pour se repaître de sa chaire. Apogée frappa son ventre de coup de pieds, bourrant son ventre de coup.

-J'vais te faire dégueuler ton p'tit dej' ! Brailla Apogée

   Le monstre hurla en relevant sa tête, relevant ainsi Apogée, mais il chargea, mais cette fois coinça Apogée contre un rocher, avant de reculer et de nouveau l'enfoncer dans le rocher, et encore une fois, avant de le stopper, se servant de sa force pour le faire reculer. Elle souffrait, elle avait sûrement quelque côte casser, ce qui était faux, mais il en fallait plus pour l'avoir. Mais elle était en fâcheuse posture, celui-ci était plus intelligent et fort que l'autre, elle ne pouvait pas le tuer de la même manière, il lui fallait son épée ou de bien que ce tapage attirer quelqu'un.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #1 le: Novembre 09, 2015, 12:25:55 »

« Brûle. » Tonna la voix d’un colosse, impérieuse.

A ces mots, le soleil parut briller plus fort que jamais, frappant le sol de ses rayons ardents. Une zone en particulier devint incandescente, jusqu’à ce que naissent les flammes sur le sol verdoyant. L’odeur du poil et de la chair brulée monta, comme un délicieux fumet de porc rôti. Quant à celle qui se faisait appeler Apogée, il n’y avait nulle chaleur pour elle.

Simplement, la guerrière voyait ses muscles détendus, son corps bercé dans une extase sans équivalent. Mieux encore que le repos qui s’empare de l’être après le plus violent des orgasmes, plus réconfortant encore que le sein maternel ou qu’une couche de soie. Elle pouvait se laisser aller, se détendre face à ce plaisir qui n’avait pas son pareil sur Terre.

Mais cette sensation n’avait pas pour vocation de durer. Et alors que le feu d’Enfer brûlait le sanglier immonde, le corps musculeux d’Apogée n’était que chatouillé par les flammes joueuses, qui ne la brulaient pas, bien qu’elles la caressent sensuellement. Ce fut au bout de quelques secondes seulement, que la carcasse de la créature s’écroula, dépourvue de force, dépourvue de vie. Dans l’ombre des arbres, il y avait un homme.

Il était vêtu d’un pantalon de cuir marron, et de lourdes bottes assorties. Aucun vêtement n’ornait son torse massif, hormis une cartouchière qui le traversait diagonalement, parcourue de poches en cuir où semblaient trôner divers ustensiles et potions. L’inconnu était adossé à un arbre, préférant l’ombre du feuillage à la lueur du soleil, qui revenait peu à peu à la normale.

« Tu es forte, femme. Mais peut-être trop confiante pour ton propre bien. » Dit Helel, décroisant les bras musclés qui barraient ses pectoraux saillants. « Cependant, j’aime la fureur qui inspire tes gestes. »

Sur ce, le démon fit quelques pas en avant, sans tendre une main amicale à celle qu’il venait de secourir, car elle n’en avait probablement pas besoin. Le beau diable n’était que de passages en ces terres reculées, venu à la recherche d’une plante rarissime qui ne se trouvait qu’en ces lieux sauvages. Mais il semblait être tombé sur une autre fleur, bien plus rare et précieuse encore.

Pourtant, le colosse n’avait pas dans l’intention de dévoiler son jeu immédiatement. Les femmes et les hommes de talent l’avaient toujours intéressé. Pour quelqu’un qui s’était constitué une armée des plus féroces et puissants mortels et immortels qu’il ait pu croiser, il s’étonnait de trouver encore le moyen d’être impressionné par de parfaits inconnus. La rouquine ferait certainement une addition de choix à son armée.

« Tu es une bien curieuse femme, ton apparence et ton accoutrement n’ont rien de communs en ces lieux. Je sens en toi quelque chose que je ne sens pas habituellement chez le commun des mortels. Mais j’imagine que tu dois venir de contrées où il est normal que les femmes puissent affronter de pareilles bêtes. » Dit le monstre, visiblement intéressé et trahi par l’éclat de curiosité qui brillait au fond de ses pupilles. « Les gens de ton pays sont-ils tous ainsi bâtis ? Viens-tu seulement d’une autre contrée, à vrai dire ? »

Si ce corps délicieusement athlétique et svelte, si cette peau halée et cette crinière de feu étaient causées par la provenance de cette inconnue, le beau diable ne manquerait pas d’aller chercher une autre femelle de cette espèce pour son harem. Mais Apogée avait plus des airs de guerrière que de putain de chambre. Quoique les combattantes les plus robustes soient souvent les plus féroces et plaisantes au lit.

Mais l’heure n’était pas aux courbes indécentes et aux corps musculeux entrelacés. Pour l’heure, Helel cherchait simplement à en apprendre plus sur l’inconnue à qui il venait de prêter main forte. Sous le soleil tapant, les deux guerriers aux allures de barbares se dévisageaient, sans un bruit autre que le mince bruissement des feuilles. Le mâle s’approcha lentement de sa femelle, s’arrêtant cependant au niveau de l’étrange sanglier, sur lequel il planta une énorme machette.

« Que penses-tu de nous rassasier, pour l’heure ? »
Proposa le colosse, désignant la bête qui fumait encore d’odeurs appétissantes.

Sa lourde main enserra le manche de son coutelas disproportionné, et le démon trancha la peau du gibier, le dépeçant au niveau de ses côtes. La viande sentait encore plus bon, détachée de la peau grasse qui l’entourait, et il était difficile de résister au parfum de cette cuisson à point. Dans un geste de confiance, le monstre tendit son arme à Apogée, par le manche. Il l’incitait à se servir en premier.

« Quel est ton nom, femme ? » Demanda le Maître, la voix calme et grave.

Sous sa forme d’homme, le colosse était déjà bien imposant. Il faisait à peu près la même taille que la guerrière, mais était bien plus large qu’elle. Cependant, il était suffisamment rare qu’une femme puisse regarder le démon droit dans les yeux sans être prise de haut.
Journalisée

Apogée
Créature
-

Messages: 31


Humaine d'apparence et d'esprit, Golem de nature


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Novembre 11, 2015, 11:33:03 »

   Apogée pouvait remercier sa force, car c'était sa seule rempart contre ce monstre qui ne chercher rien d'autre que d'écrasser sa tête entre ses machoires. Mais malgré son acharnement à vouloir dégagée les bras d'Apogée, il n'y arrivait pas, malgré sa propre force et son poids. D'un point de vue d'un spectateur, on croirait qu'il était devenue fou à force de bouger dans tout les sens, au point de trouver illogique que sa tête ne s'arrache pas sous ses coups, alors qu'Apogée le tenait en respect avec ses mains et un de ses pieds, plaquer contre la pierre.

   Dans ce boucan, où on croirait entendre un troupeau de sanglier en furie, Apogée n'entendit pas l'homme, mais put apprécier la vue de ce monstrueux sanglier prendre subitement feu, les flammes semblant jaillirent du sol, t-elle la colère de la terre, qui poussa un mugissement de douleur, mêler de rage et d’incompréhension .La bête s'effondra aux pieds d'Apogée, la flamme l'ayant achever trop vite, pour qu'il puise tenter quelque chose. Une délicieuse odeur de viande griller à point envahit l'air, une odeur qui donna l'eau à la bouche d'Apogée, alors qu'elle avait accompagner le monstre dans sa chute, ce dernière l'avait entraîner.

   Elle se retrouva par terre, les flammes léchant la peau de ses avant bras, et même si Apogée ignorait qu'elle était inoffensive pour elle, elle s'en moquer car elle était insensible au flamme. Sa proximité des flammes, quand elle était apparue, l'avait temporairement baigner dans leur flammèches, toute la magie la composant lui permit de ressentir les effets magique de ces flammes, dont elle ressentait encore les effets même après leur disparition. L'effet de détente, ce puissant sentiments de bienfaisance, tout son corps se détendait et ce repos incomparable faillit l'amener au pays des songes, avant qu'elle ne se reprenne et se mette en tailleur, secouant la tête pour reprendre ses esprits.

   Elle chercha des yeux... n'importe quoi qui puise expliquer comment un sanglier aussi énorme et coriace à pus devenir en quelque seconde un splendide sanglier rôtis, ce qui n'était pas pour déplaire Apogée, qui n'aura pas besoin de le faire cuire. Son regard finit par tomber sur un homme, cacher dans l'ombre d'un arbre, à quelque pas d'elle. Il a due observer en cachette son combat, avant de la sauver, ça ne pouvait être que lui, un mage ? Il n'en n'avait pas l'allure ni la carrure. Il semblait être vêtu comme un chasseur, mais Apogée se doutait bien que ce n'était pas une t-elle personne, il n'avait pas l'équipement de ce qu'elle voyait, mais elle s'attardait plus sur son physique qui en ferait baver plus d'une, dont elle.

« Tu es forte, femme. Mais peut-être trop confiante pour ton propre bien. Cependant, j’aime la fureur qui inspire tes gestes. »
-Vraiment ? Dans se cas j'suis flatté que ça vous plaise ! Répondit Apogée sourire au lèvre, avant de se relever, quand l'homme se déplaça vers elle. J'vous en dois une on dirait !

« Tu es une bien curieuse femme, ton apparence et ton accoutrement n’ont rien de communs en ces lieux. Je sens en toi quelque chose que je ne sens pas habituellement chez le commun des mortels. Mais j’imagine que tu dois venir de contrées où il est normal que les femmes puissent affronter de pareilles bêtes. Les gens de ton pays sont-ils tous ainsi bâtis ? Viens-tu seulement d’une autre contrée, à vrai dire ? »
-Sans m'vanter, j'suis unique en mon genre ! Répondit-elle avec fierté. J'viens d'un désert paumée dans les Terres Sauvages, et j'suis le résulta de toute une vie de travaille de ma mère et d'autre mages. J'tépargne les détailles, mais grossièrement j'peux aller là où les explorateurs peuvent pas aller sans clamser au bout de quelque seconde. Dit-elle avec un sourire un peu narcissique, les yeux sincère et avec une touche de fierté.

   Après sa réponse, Apogée le dévisagea d'un œil curieux, car il n'avait pas l'air équiper pour voyager, encore moins survivre, peut être qu'il vivait non loin de là, ou qu'il avait une monture pour lui permettre de rentré vite à Ashnard. Ils avaient quasiment la même taille et au vue de leur carrure respective, on aurait put croire à un de ses redoutables et puissant couple barbare réduisant en bouillit une armée de soldats à eux seuls. L'impression était forte, un inconnue les aurait très bien prit pour t-elle. Et de cet même carrure, Apogée ne se gêner pas de mater, nourrissant certaine pensées très chaude en actions avec l'inconnue. Son physique comblerait n'importe qu'elle femme à son avis.

   Puis comme pour briser le cour silence qui s'était abattue, le beau mâle se déplaça vers la carcasse fumante du monstre, qui n'attendait que d'être dévorer, dont l'odeur réveillerait n'importe qu'elle appétit, surtout que son sauveur lui proposa de manger un morceau, ce qui décupla encore plus l'appétit d'Apogée, car manger en bonne compagnie y'avait rien de mieux pour Apogée.

-Fraudait être fou pour refuser ! Dit Apogée, dont les yeux trahissaient son appétit.

   Elle regarda le mystérieux homme, dépecer avec habilité le bestiau avec un coutelas des plus impressionnant, dévoilant une viande cuite à pointe, dégageant un bouffé d'odeur de viande griller, qui fit baver Apogée, qui s'empressa d'essuyer la dite bave, ne voulant pas passer pour une affamer. Par galanterie, l'homme lui tendit son arme, l'invitant à se servir la première. Elle accepta en prenant l'arme par le manche, avec un grand sourire de remerciement, le regardant droit dans les yeux où l'homme pouvait déceler quelque chose de non-humain dans ses yeux : ses pupilles étant plus en fente, un contour bleu entourant ses iris jaunes-or, rappelant les yeux d'un dragon.

   Tenant l'arme fermement, mais pas trop forte pour ne pas broyer le manche, elle enfonça la lame dans la viande comme dans du beurre, malgré la dureter de la viande et découpa un bon quartier de viande fumante, encore chaud, bien que cela ne sembler ne pas la gêne. Préférant ne pas jouer les égoïstes et que c'était un minimum pour l'homme qui l'avait sauver, elle découpa la viande en deux bon morceau de viande, de taille appréciable et facile à tenir en mains et à manger, sans se retrouver avec un énorme morceau de viande. Elle le fit sur la bête, avant de tendre un morceau à l'homme avec le plat de la lame, insuffisamment chaud pour pouvoir lui brûler les doigts.

« Quel est ton nom, femme ? »
-Apogée ! Et toi homme ? Demanda Apogée, un sourire au lèvre, avec un clin d’œil du fais de l'appeler de cette manière. Et j'te remercier de m'avoir sauver j'ai une dette envers vous !

   Sa façon de parler l'avait intrigué, car il s'adressait à elle en utilisant que le terme « femme », elle ne fessait que le copier, juste pour ce marrer, bien qu'elle trouvait cela curieux. Elle s'adossa à un rocher, une fois que l'homme est pris son morceau et qu'elle est planter l'arme dans le corps du sanglier en prévision d'une future découpe, non loin de l'homme, mangeant à belle dent sa viande, se régalant à chaque boucher. Après quelque boucher, Apogée se lécha les babines et demanda :

-Tu fessais quoi dans la région ? M'a pas l'air d'être partie pour voyager ou chasser.

   Apogée était curieuse, car il n'avait vraiment pas les habits et l’équipement pour ces deux choses, son arme devait surtout servir à se défendre. Pour faire simple, son équipement semblait avoir une tout autre utilité que celle qu'Apogée avait en tête. Et puis sa manière de l'appeler avant, elle jurerait qu'il y avait une certaine possession dans sa manière de s'adresser à elle.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #3 le: Novembre 12, 2015, 02:49:06 »

La curiosité d’Apogée était bien plus apparente que celle d’Helel. Sans doute parce que la barbare ne s’embêtait pas de tournures de phrases longuement réfléchies ou de subtilités de langage. Mais c’était un trait admirable en soit, qui était souvent la marque des meilleurs soldats. Car évidemment, au-delà des envies charnelles qui animaient le colosse, il y avait un autre but, qui visait bien plus sur le long terme.

Ces muscles n’était pas qu’une agréable sculpture, cette peau halée n’était pas qu’un doux velours à laper et mordiller. La créature, toute humaine qu’elle se prétendait, suscitait l’intérêt chez le Commandant. Il avait toujours besoin de généraux en tous genres. Cette femme pourrait certainement faire l’affaire, pour peu qu’elle ne soit pas rebutée à l’idée de travailler pour un démon.

Aussi, avant de s’annoncer comme suppôt de Satan ou autre joyeusetés infernales, Helel jugea-t-il bon de briser la glace. Et quoi de mieux pour briser la glace que la pointe affutée d’un épais coutelas. Bien qu’en cette occasion, l’eau gelée ait été remplacée par la chair grasse et fumante d’un énorme sanglier. Voilà qui était plus comestible.

« Une humaine ? Je n’aurais pas pensé cela, ta force et l’éclat de tes yeux me laissaient penser autrement. Mais qui suis-je pour juger. » Apogée lui mentait. L’odorat du beau diable était apte à déceler beaucoup de choses, comme les notes subtiles qui séparent les races, comme les parfums d’une femme qui ment, ou d’une autre qui dit la vérité. Pourtant, Apogée ne dégageait pas cette fragrance pourtant si commune d’une femme au milieu d’un mensonge. Elle se croyait véritablement humaine.

Sans doute était-elle le résultat d’expérimentations, sans doute avait-elle conclu un pacte avec une créature quelconque et se considérait-elle toujours comme humaine. En tous cas, ce sujet n’avait aucun intérêt aux yeux du colosse. Lui ne cherchait qu’une guerrière pour diriger une de ses nombreuses légions. Pourquoi pas aussi une petite salope à briser en deux. Car le regard de la rouquine ne lui échappait nullement.

« Helel. Mais j’ai beaucoup d’autres noms, autant que j’ai de foyers, autant que j’ai visité de contrées. Celui-ci est le plus approprié, cependant. » Expliqua le voyageur, qui accepta le morceau de viande et mordit dedans, affamé. « Ne t’en fais pas pour ta dette. » Continua-t-il entre deux bouchées, déchiquetant la viande entre ses crocs, au moins aussi goinfre et bestial qu’Apogée.

Ce qu’il faisait dans la région ? Voilà que la guerrière se permettait de poser les questions. Helel n’était pas contre le fait d’offrir quelques réponses. Il est impossible de juger des dons de quelqu’un d’un simple coup d’œil, mais le beau diable doutait qu’Apogée cherche à le devancer dans sa quête pour un Lotus Bleu. Aussi extirpa-t-il la fleur séchée d’une de ses pochettes, la montrant à la barbare.

« J’étais venu à la recherche de cette chose. C’est une plante assez rare, qui ne pousse qu’en ces lieux. Elle sert principalement en alchimie et autres sortilèges. Il est absolument impossible d’en trouver là d’où je viens, alors j’ai trouvé mon chemin jusqu’ici. » Expliqua-t-il en s’approchant lentement de la rouquine. « Je ne compte pas l’utiliser moi-même, j’en fais juste la quête pour une amie. Les potions, ce n’est pas ma spécialité. Je préfère frapper fort, briser et défoncer. » Il sourit légèrement, faisant mine de lécher un peu de graisse autour de ses lèvres charnues.

Un petit mètre le séparait de la séduisante Apogée, et Helel ne la quittait pas des yeux. A son tour de détailler ses courbes sans la moindre gêne. Il fallait bien dire après tout que les deux ne faisaient pas dans la pudeur. Le démon aimait cette méthode, baiser sans raison, comme des brutes, sans affinité, simplement parce que le corps plait. Sa main encore propre se leva, approchant lentement des abdominaux d’Apogée.

« Mais j’ai trouvé bien plus intéressant. » Murmura-t-il alors que sa paume se posait enfin sur le ventre chaud de la guerrière. « J'aimerais jouer à un petit jeu avec toi, Apogée. » Proposa le colosse, remontant doucement jusqu’aux seins de la rouquine, passant non pas sur leur galbe mais aux creux, mais entre les deux orbes bien gonflés. « Sans arme, sans pieds, ni poings, nous allons nous battre. A la force de nos bras, que tu préfères étrangler ou soumettre, jusqu'à ce que l'un de nous capitule. Si tu gagnes, je te dirai tout ce que tu veux savoir sur moi, et je t’accompagnerai dans n’importe laquelle de tes quêtes. Si je gagne, je te baiserai maintenant, tout de suite, comme la dernière des putes. Et en plus de cela, tu rejoindras mon armée. »

A ces mots, la main du colosse délaissa le sternum d’Apogée, tandis que le démon ôtait lentement sa bandoulière et ses bottes. Il n’avait qu’une seule parole. Mais malgré la force de la guerrière, il était certain de sa victoire, dusse-t-il l’arracher ou la dérober simplement. Tout ce qu’il savait, c’était que l’orgasme n’a pas de plaisir comparable que lorsqu’il est arraché dans la violence.

« Viens. »
Ordonna le démon.
Journalisée

Apogée
Créature
-

Messages: 31


Humaine d'apparence et d'esprit, Golem de nature


Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Janvier 03, 2016, 01:39:11 »

   Il n'était pas le premier à douter de la nature d'Apogée et il ne sera certainement pas le dernier ! Bien qu'elle soit habituer à ce genre de chose, des mages l'insultant avant de finir sans dents, elle fut ravie d'entendre que son sauver ne l'insulter pas directement de créature magique, golem ou d'autre truc, mais juste qu'il avait un doute, au vue de ce qu'il avait vue, ce qui compréhensible, les travaux de sa mère l'ayant rendue « un peu » différente des autres humains.

   Durant leur dégustation, l'homme se présenta sous le nom de Helel, mais que ce n'était pas le seul qu'il avait et qu'il avait tout un tas de foyer, ce qui rendit Apogée perplexe, car elle voyait mal cet homme possède autant de foyer qu'il le disait. C'était peut être un seigneur, un duc, un truc dans le genre, un sang bleu quoi ! Il lui précisa aussi de ne pas s'en faire pour sa dette, mais qu'il le veuille ou non, elle à une dette envers lui ! Elle n'est pas le genre de personne à ne rien donner en retour, il l'avait sauver, elle devait au moins lui rendre la pareil.

   Mordant dans sa viande, Apogée scruta le sanglier, pensant à découper des morceaux en plus pour faire des provisions, ça serait déjà une chose de faite, jusqu'à ce que Helel réponde à sa seconde question, après avoir prit quelque bouchée de son morceau de viande.

« J’étais venu à la recherche de cette chose. C’est une plante assez rare, qui ne pousse qu’en ces lieux. Elle sert principalement en alchimie et autres sortilèges. Il est absolument impossible d’en trouver là d’où je viens, alors j’ai trouvé mon chemin jusqu’ici. »
-Jolie fleur. Commenta Apogée, ni voyant rien d'autre qu'une plante comme les autres, par politesse.
« Je ne compte pas l’utiliser moi-même, j’en fais juste la quête pour une amie. Les potions, ce n’est pas ma spécialité. Je préfère frapper fort, briser et défoncer. »
-Marrant, j'me retrouve dans les trois dernier mots ! Remarqua Apogée. Et on partage les même goût ! J'ai jamais rien comprit aux potions.

   Apogée remarqua seulement maintenant qu'il s'était rapproche,r ne laissant qu'un petit mètre entre eux d'eux, et quand il se lécha les babines, Apogée eu l'étrange impression que ce n'était pas pour lécher le jus de la viande qui se serait perdue sur ses lèvres. Une main sur son rocher l'autre sur sa viande arrachant un autre morceau d'un coup de dent, qu'elle entreprit de mâcher consciencieusement, alors qu'une troisième mains fit son apparition, s'approchant des ses abdominaux. Cessant de mastiquer, elle regarda avec surprise cette main se poser sur son ventre, alors que Helel, qui directe dans sa manière de faire et peut être un peu trop presser de passer à l'étape supérieur, reprit la parole.

« Mais j’ai trouvé bien plus intéressant. »

-Mmmh ? Fit Apogée, la bouche pleine et qui se demander qu'es qu'il fessait en mettant sa mains sur son ventre.
« J'aimerais jouer à un petit jeu avec toi, Apogée. Sans arme, sans pieds, ni poings, nous allons nous battre. A la force de nos bras, que tu préfères étrangler ou soumettre, jusqu'à ce que l'un de nous capitule. Si tu gagnes, je te dirai tout ce que tu veux savoir sur moi, et je t’accompagnerai dans n’importe laquelle de tes quêtes. Si je gagne, je te baiserai maintenant, tout de suite, comme la dernière des putes. Et en plus de cela, tu rejoindras mon armée. »

   Alors qu'il lui proposa son jeu, Apogée le regarda avec des yeux rond, sa mains se baladant librement entre seins. Bien que cela ne la gêner pas vraiment, aimant les hommes plutôt audacieux et entreprenant, mais la situation ne laisser rien présager de t-elle, en plus ils étaient en train de manger, ce dont Apogée avait du mal à assimiler avec la tournure des événements et puis c'était préférable dans un bar après quelque chope de bière, en tout cas c'est majoritairement là qu'elle le fais.

   Regardant le beau mâle enlever ses effets, Apogée ne bougea pas d'un pouce, mangeant machinalement sa viande. Rejoindre son armée ? Devrait elle lui dire qu'elle est mercenaire ? Et puis pourquoi faire ? Il devait être un seigneur de guerre un truc dans le genre. De plus il semblait plutôt chaud pour ce jeu, mais le jeu ne valait pas trop la chandelle pour elle, à part l'avoir comme compagnon de route et sûrement plus, les questions n'égalait pas le fait qu'il la baiserait, si il gagne.

« Viens. »


   Son ton suffisait à faire comprendre que tout refus était inacceptable, mais Apogée le regarda toujours avec son air un peu ahurie. Et cela durant quelque seconde, où un silence gênant s'installa. Finissant ce qu'elle avait dans le bouche et jetant le reste de sa viande sur le cadavre encore chaud du sanglier, Apogée se releva et entrepris elle aussi de retiré ses bottes, ses gantelets et son collier et son soutien gorge qui était en métal, s’écrasant dans un gros clank en heurtant le sol, autant pour être aussi nue que son adversaire que parce qu'elle pouvait s'en servir comme arme. Un soutien gorge en acier de plus d'un kilo peu être dangereux; sur tout avec elle.

-Bon j'comprend pas trop pourquoi tu fais ça, mais j'vais pas refuser si c'est proposer aussi gentiment. Dit elle en fessant craquer ses doigts et son cou. J'suis d'accord pour les récompenses du vainqueur, mais j'préfère que tu deviens mon compagnons de voyage et que tu me paye toute mes tournées dans les tavernes, les questions sur toi j'men branle un peu, j'aurais mes réponses au fils du temps.

   Une baston sans coup, plutôt original. Elle devait juste le mettre à terre et le forcer à capituler. Il n'avait aucune chance, sa force n'était pas comparable à la sienne, pourtant Apogée ne se posa même pas la question du pourquoi d'un d'elle jeu, surtout qu'il savait que sa force était bien au dessus de celle des humains. Elle s'engageait dans un combat sans rien connaître de son adversaire, qui était sans doute un mage, ou plutôt une personne qui maîtrise la magie et chef d'une armée, donc quelqu'un qui savait sûrement très bien se battre. Après Apogée avait toujours tendance à agir avant de réfléchir et que les bagarres n'était pas pour la déplaire.

-Viens pas te plaindre si je brise ton égo ! Souffla Apogée, se préparant à lui sauter dessus.

   Usant d'une partie de sa force, afin de ne pas aller trop aller et d'éviter de lui casser quelque côtes, Apogée sauta sur Helel, dans une tentative de placage. La suite était simplement : je le met à terre, je bloque ses membres et je l'oblige à capituler. Sur le papier ça sonne bien, mais encore faut-il qu'elle y arrive.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #5 le: Janvier 11, 2016, 03:28:59 »

Helel lisait l’incompréhension sur le visage d’Apogée. Et c’était un sentiment qu’il comprenait parfaitement, car sa proposition était effectivement des plus particulières. D’autant plus qu’en voyant comment la barbare l’avait lorgnée, le monstre savait bien qu’il n’avait pas à passer par là. Pourtant cela lui plaisait. Il n’aurait pu imaginer de meilleurs préliminaires.

Pour une fois qu’il trouvait une barbare musculeuse à affronter, le colosse n’allait pas se priver. Il la voulait épuisée et transpirante, lorsqu’enfin il s’enfoncerait dans ses entrailles moites. Il la voulait déjà haletante et essoufflée, avant de lui limer la gorge de son chibre veineux. Entre montagnes de muscles, il aurait été criminel de ne pas jauger la force de l’autre.

Le démon aimait dominer ses amantes, les briser entre ses bras épais et les écraser de son poids. Alors il ferait comprendre à Apogée qu’elle était, malgré sa force, un petit jouet entre ses mains. Puis il l’utiliserait encore et encore, perçant son intimité jusqu’à ce qu’elle couine comme une petite pute, jusqu’à ce que ses airs de guerrière laissent place à un visage déformé par l’extase.

Il n’avait pas envisagé l’éventualité de perdre. Malgré qu’Apogée n’ait rien d’une humaine ordinaire, le démon était assez confiant. Sa force était à un stade encore différent, bien que si une femme pouvait le mettre en difficulté, ce serait sans nul doute la sulfureuse rouquine.

Cependant, le mâle accepta d’expliquer une partie de sa motivation. Alors qu’il ôtait ses propres bottes, le colosse grogna d’approbation à la vue de l’énorme poitrine d’Apogée. Sa hâte n’en faisait que grandir, de même que la dureté de sa queue, à vrai dire.

« Parce que j’ai envie de t’écraser entre mes muscles et de te dominer avant de défoncer ton petit cul comme la sale trainée que tu es. » Gronda le fauve, passant doucement sa main sur son chibre. Voilà qui n’allait pas l’aider dans ses mouvements. « J’aurais pu te baiser maintenant, mais je préfère que nous réglions ça comme de vrais guerriers. »

Ah, oui. Il avait hâte de s'écraser contre elle et ses formes, presque aussi musculeuses que les siennes. Il en était brûlant de désir, et son corps perlait également d'une fine couche de sueur en raison de la chaleur, teintant sa peau cuivrée d'un hâle de bronze. Et si le corps absolument magnifique d'Apogée risquait d'ôter toute concentration au démon, nul doute qu'il en serait de même en face, le Maître s'étant assuré de faire rouler la forme de ses muscles pour se mettre en condition.

Il doutait que la jeune femme puisse briser son égo, mais il était certain d'une seule chose : il allait briser son petit cul, la tordre en deux et la faire hurler de plaisir. Elle avait une jolie bouche, et il se demandait si elle était du genre à crier. Il l'espérait, adorant voir les plus fières guerrières miauler sous les coups de sa grosse bite veineuse. Bon sang, rien que d'y penser, un frisson parcourait son échine et son souffle se faisait plus lourd.

Apogée lança les hostilités, et Helel eut tout le loisir de constater que la rouquine n'avait rien à envier aux plus féroces démons des Enfers. A vrai dire, elle parvint même à l'envoyer au sol, non sans tomber elle aussi. Le beau diable parvint tout de même à l'empêcher de se retrouver au dessus de lui, l'attrapant sèchement dans ses bras et la rehaussant à son niveau. Il tourna alors même qu'ils chutaient tous les deux, se retrouvant plaqué à elle, au dessus de ses courbes. Son torse musculeux écrasait la poitrine de la barbare, et Helel tentait de maintenir ses poignets, n'y arrivant que difficilement.

"Aaaah, tu es forte." Concéda-t-il, se redressant légèrement. "Mais est-ce que tu l'es autant que moi?"

Usant de toute sa force, il parvint à la retourner, sur le ventre. Son chibre encore couvert se pressait contre les fesses magnifiquement athlétiques de la salope, pas vraiment dur mais déjà d'une taille qui aurait fait pâlir d'horreur une petite pucelle. Helel tentait de faire passer ses bras autour du cou d'Apogée, plaqué dans son dos, leurs jambes entrelacées dans un effort de prendre appui. Le visage du démon était à coté de celui de la guerrière, et il soufflait fort dans son cou, lui chatouillant l'oreille en parlant.

"Allez, tu ne veux pas abandonner? Je pourrai te l'enfoncer entre les cuisses, comme ça." Il appuyait de son bassin, et essayait de fermer sa prise sur la nuque. Mais l'intérieur de son coude était découvert, par une mauvaise posture, laissant à Apogée une chance de s'en sortir, si elle était assez rapide et concentrée pour cela. "Tout ce que tu as à faire, c'est demander à ton Maître de s'occuper de toi."
Journalisée

Apogée
Créature
-

Messages: 31


Humaine d'apparence et d'esprit, Golem de nature


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Janvier 17, 2016, 09:09:21 »

   Apogée n'avait pas trop apprécier le fait qu'il la comparer avec une traînée,  bien qu'elle s'y reconnaissait un peu, car il était rare qu'elle passe la nuit dans un bar sans une partie de plaisir, avec quelque mercenaire, aventurier, simple passant ou même le propriétaire, payant en nature, aussi bien à cause du fait qu'elle soit bourré que par son appétit, mais plus pour le premier, et qu'elle perde au jeux de hasard pour les plus vicieux. Elle avait bien vue que son corps ne laisser pas son adversaire de marbre, et bien que peu enclin au stratégie, le sienne se limitant à : « je fonce, on verra bien», eu une petit fourberie en tête, alors qu'elle fonçait vers son ennemie.

   Le bel homme accusa la charge, se laissant plaquer, mais surprit Apogée par sa rapidité, la mettant rapidement en position de faiblesse en inversant leur position, d'un habilement mouvement, Helel plaqua Apogée contre le sol. Elle heurta le sol, en lâchant un ouf, tandis que son adversaire, s’écrasa sur elle, ses seins se fessant compresser. Par ailleurs, Helel pouvait sentir que le corps d'Apogée était chaud, anormalement chaud ! Une chaleur qui ne pouvait être du à la température ambiante, ni à un effort intensive n'étant pas fatigué. Elle était trop chaude pour des raisons naturelle, sans suer, sa température dépassant ce qu'il avait put sentir auprès de simple humaine, 42°c ça ne passe pas inaperçue.

   Alors qu'il fessait preuve d'une force peu commune pour un homme, parvenant à bloquer les poignet d'Apogée qui tenter de se libérer sans user de toute sa force craignant de le blesser et un peu perturbé par ce qu'il se passer.

"Aaaah, tu es forte. Mais est-ce que tu l'es autant que moi?"
-T'as à pas idée mon gars ! Souffla Apogée.

   Avant de se faire retourner comme un vulgaire sac, la force de cette homme n'avait rien à voir avec celle d'un homme, malgré sa résistance, ce retrouvant sur le ventre. Pour une surprisse s'en était une, si bien qu'Apogée remit en doute la nature de cet homme, car aucun homme n'avait pus faire quelque chose de semblable, en plus d'avoir une force pareille. Malgré son bas, une sorte de pagne en cuir, en maille et en fourrure, harmonieusement fait et résistant, elle put sentir la verge de l'homme se presser contre sa croupe, la surprenant. Il avait une érection en plein combat, et pas une petite en plus, une première pour Apogée ! Mais cela ne l’empêcher pas de la prendre ne parfaite prise de soumission, bloquant ses jambes et tentant de l'étranglé, alors que sa tête collait à la sienne, son souffle ardent et fort, se diffusant dans son cou et ses cheveux, chatouillant ses oreilles.

"Allez, tu ne veux pas abandonner? Je pourrai te l'enfoncer entre les cuisses, comme ça. Tout ce que tu as à faire, c'est demander à ton Maître de s'occuper de toi."
-T'sais pas qui j'suis ! Abandonner ? AH ! Même pas en rêve, j'parie que tu pourrais me rater le troue dans cette position, sans réussir à percer mon pagne ! Brailla Apogée sardonique, plaçant sa main à temps, parvenant à la placer dans son coude, bloquant sa tentative d'étouffement. Tu t'presse trop, s'ra toi qui me suppliera d'épargnée tes économies quand j'irais vider une taverne !

   Sur ses mots, Apogée secoua brutalement sa jambe droite, parvenant à briser l'étau de l'homme, elle remonta sa jambe et s'en servit comme appuie, parvenant à se retourner à l'aide de son bras libre, écrasant de son poids l'homme, qui pouvait voir qu'elle pesait plutôt lourd. Elle brisa la prise sur son cou, sa mains l’empêchant d'être étouffer retira, avec difficulté, le bras de son adversaire, tandis que l'autre s'empara du poignet de l'homme, parvenant à allécher sa prise. D'une secousse plutôt violente, elle parvint à se dégager de l'emprise, s'asseyant sur l'homme, écrasant le chibre de l'homme entre ses fesses, dont elle eu l'impression qu'il prenait encore de l'ampleur.

   Elle se retourna, stoppant les mains de l'homme qui tenter de la rattraper, avant d'user de sa force, cette fois de manière bien plus poussée, le clouant au sol. Elle s’écrasa sur lui, ses jambes tentant de plaquer les siennes, alors qu'elle écrasait sa poitrine contre son torse, ses tétons en avant, voulant déstabiliser son adversaire, sa petite fourberie, bien piètre il faut l'avouer. Hormis ça, il pouvait sentir qu'elle n'était pas légère, devant faire son poids, et peut être un peu plus. De plus sa propre chaleur corporelle grimpé doucement face à la sienne, sa peau chauffant à son contacte, couplé à la chaleur

-Bon.... si tu veux pas rester dans cette position pendant des jours, t'ferais mieux d’abandonner. J'peux tenir cette positions autant de temps qu'il le faudra. Clamât Apogée, renforçant sa prise.

   Théoriquement, elle en était réellement capable, tout dépendait du bel homme, afin bien qu'elle sache qu'elle ne pouvait plus vraiment le considérait comme t-elle. Apogée se doutait bien qu'il n'abandonnerait pas, mais pour l'instant elle ne savait pas trop quoi faire.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #7 le: Janvier 20, 2016, 02:04:45 »

Ce n'était pas aisé, et c'était le moins que puisse dire Helel! Même en usant de toute sa force, le colosse ne parvenait à maitriser totalement la puissance brute d'Apogée. Il était désormais persuadé que la barbare n'avait pas grand chose d'humain. A en juger par ses yeux, le démon se demandait si elle ne possédait pas un peu de sang de dragon. En tous cas, il se rendait à l'évidence : il avait peu de chances de l'emporter par des moyens conventionnels. Alors il devait gagner d'une autre façon.

Apogée ne répondait pas clairement à ses avances, se contentant de narguer le colosse, qui lui giflait les cuisses et les fesses de son chibre veineux, en s'appuyant sur elle. Helel s'en amusait, cependant, car maintenant qu'elle avait repris le dessus, il sentait sa lourde poitrine s'écraser sur son torse. Elle était décidément trop grosse pour que le démon prête attention à autre chose, et il fallait bien avouer que le cul obscène de la rouquine n'aidait en rien, lui massant la queue. Il n'y avait probablement aucun étau capable de supporter toute la largeur de cette queue, et pareillement, Apogée n'avait pas du croiser beaucoup de verges qui lui écartaient à ce point les fesses et les cuisses.

Dans leur rituel barbare, presque nuptial, les colosses se frottaient l'un contre l'autre, échangeant la chaleur de leurs corps, qui luttaient et chauffaient alors encore plus. Car Apogée n'était pas la seule des deux à posséder un corps anormalement chaud. En tant que démon, en tant qu'être de feu, Helel était lui aussi à une température plus que torride. De quoi offrir un peu de répondant à la jeune femme, tandis que le Maître parvenait avec peine à dégager ses poignets, une nouvelle fois. Ses lourdes mains, calleuses et épaisses, se collèrent sur le dos musculeux d'Apogée, et glissèrent de ses omoplates à la naissance de son cul. Le mâle passa sous la tassette de son adversaire, et lui empoigna fermement les fesses, la faisant alors glisser puissamment contre son sexe. Qu'elle soit lourde ou pas, il n'avait aucun mal à la faire onduler sensuellement contre sa queue.

"Allez, avoue que tu n'attends que ça." Dit-il de sa voix rauque aux intonations ronronnantes. "Je serai clément avec toi, beauté."

Son sourire était narquois, mais il disait vrai. Cependant, il doutait que cette invitation soit suffisante. Il devait faire encore mieux, pour s'assurer que la guerrière s'abandonne à lui. Et, s'il ne pensait pas perdre au corps à corps, il comprenait que gagner était bien difficile. Sans sa magie, limité par un corps physique, le démon n'était pas certain de pouvoir tenir contre cette femme, dont il était désormais certain qu'elle n'était pas réellement humaine. Alors lui restait-il une issue, qui s'imposait comme la seule possible. Fort heureusement, c'était aussi celle qui plaisait le plus au démon.

Usant de sa force, il réussit à se redresser, non sans grande peine et en contractant chaque muscle de son corps dans un effort colossal. Ainsi, Apogée était posée sur son entrejambe masculin, tandis que le Maître avait son torse plaqué contre elle, et qu'ils pouvaient se faire face. Il la défia un instant du regard, front collé contre le sien, un éternel sourire arrogant fiché sur les lèvres. Helel se laissa alors doucement glisser, du moins, aussi doucement qu'il le pouvait en combattant la poigne et la force d'Apogée. Toujours fut-il qu'il parvint à la poitrine de la rouquine, et s'empressa d'y poser sa bouche.

Avidement, il emprisonna un mamelon entre ses lèvres, le suçotant avec passion, et le faisant rouler doucement contre ses dents et sa langue. Ses bras avaient quitté les fesses de la guerrière, pour se serrer contre son dos, l'empêchant tant bien que mal d'échapper à cette dégustation. La langue bien chaude du démon, enduite de sa salive, ne manquait aucun galbe, quant à elle. Elle avait cherché à le provoquer en agitant sa poitrine contre son torse, et le colosse comptait bien lui faire payer cet élan de fourberie.

"Mhhhh..." Ronronna le colosse, visiblement régalé par cette friandise gourmande.
Journalisée

Apogée
Créature
-

Messages: 31


Humaine d'apparence et d'esprit, Golem de nature


Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Janvier 31, 2016, 12:42:37 »

   Apogée trouver que ce combat manquer de panache, mais était très intéressant, car ayant pus trouve un adversaire à sa taille et qui puisse la pousser à user de sa force de cette manière. Même si il n'était clairement pas humain, un vrai humain aurait vue ses bras se briser et ses poignet broyer, Apogée avait trouver un adversaire d'un tout autre acabit, tout comme pour son entre jambes, qu'elle trouvait bien imposant, beaucoup plus que ceux avec qui elle s'était envoyer en l'air et ne se sentait pas contre de le sentir en elle, en faite elle comptait en profitait lors de leur future beuverie, quand elle sera bien ivre.

   Mais pour le moment, elle devait trouver un moyen de le faire avouer sa défaite, ce n'est pas en le bloquant juste comme ça, que ça va marcher. Et comme pour confirmé sa pensée, son adversaire parvint à la repousser, brisant son étau. Elle bougea, coulissant sur son membre, reprenant un peu sa position, elle tenta de reprendre sa prise, mais son adversaire, fut plus rapide passant ses mains dans son dos, avant de les faire glisser vers ses fesses passant sous sa tassette. Devant tant d'audace, et surtout dans une situation de ce genre, Apogée fut surprise et rougit un peu, fessant les gros yeux, elle tourna la tête pour confirmer ce qu'elle sentait. L'homme tripotait bien ses fesses, en plus de la faire glisser sur son membre turgescent, son bassin coller dessus. Ne savant plus vraiment quoi faire, Apogée ne fit que poser ses mains sur le sol, remontant un peu, ne laissant que ses tétons caressaient le torses musculeux de l'homme.

"Allez, avoue que tu n'attends que ça. Je serai clément avec toi, beauté."

-En plein duel, j'dirais que t'ais l'plus impatient ! Lui répliqua Apogée, avec un regard aussi narquois que son sourire et avec un sourire complice.

   Elle mit ses mains sur ses épaules, quand elle sentit qu'il tentait de se redresser, tentant de le garder à terre, mais ne pouvant employer toute sa force immédiatement, il put se redresser, malgré sa résistance, obligeant Apogée de se mettre assise de manière plus prononcer sur son mandrin, ne pouvant l'ignorant comme avant, , repliant ses jambes, les mettant derrière son dos, stabilisant le tout. Torse contre torse, face à face, digne d'une scène final entre deux combattant, leur front se heurtant, le regard se heurtant, le mâle affichant un sourire d'arrogance, la femelle un sourire d'impatience, assez ravie de ce combat.

   Apogée s’apprêta à défaire sa prise sur ses fesses, afin de se libérer et d'agir à son tour, mais l'attaque surprise de l'homme la choqua presque, puisque celui-ci décida de s'offrir une gâterie en allant sucer un de ses mamelons, lui offrant une douce torture, fessant de légère pression, le léchant avec gourmandise, en même temps qu'il déplaça ses bras dans son dos, compliquant la tache à Apogée. Elle le regard d'un œil mélangeant le plaisir à son regard outré. Il n'avait pas gagner mais essayait quand même de la baiser ! Frustré du fait que le combat commencer à partir dans une partie de sexe et que le seul moyen qu'avait Apogée en tête pour se libérer était de lui péter un bras, mais comme cela n'entrait pas les régles de ce combat et que c'était la dernière chose qu'elle ferait dans un autre.

   Au final elle décida de se prêter au jeu, afin de le battre sur son propre terrain et surtour d'avoir une certaine égalité, elle glissa sa mains vers son entre jambes, la passant sous ses vêtement, allant pendre en main sa verge, commençant à le branler doucement, sa main chaude emprisonnant sa hampe de chaire.

-J'vais t'rendre la pareille mon beau ! Soupira Apogée.

   Elle remonta ses jambes avant de prendre appuie, une main l'enlaçant, parvenant à se relever, soulevant l'homme. Elle se mit juste à genoux, avant de rapidement tomber en avant, sa mains amortissant le choc, revenant au point de départ, de nouveau au-dessus lui. Cette fois, elle écrasa sa poitrine sur son visage, il voulait goûter à sa poitrine, il pourra la goûter autant qu'il veut. Elle alla masser sa paire de couilles, fessant preuves d'une délicatesse insoupçonnable au vue de sa force, tirant légèrement dessus. Son bras libre, alla en travers de son, torse, le plaquant par terre, tandis qu'elle caressa son gland du bout des doigts. On pouvait croire qu'elle le dominer sexuellement parlant, semblant plus prendre les avant. Apogée avait un visage goguenard, prenant le rôle du mâle qui s'était trop empresser à son goût, Apogée prenant les devants et menant la danse. Elle était impatiente de voir sa réaction, c'était une certaines formes de plaisir que de le dominer dans ce domaine.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #9 le: Janvier 31, 2016, 08:00:05 »

Helel n'avait pas attaqué la poitrine d'Apogée dans le seul but de trouver une échappatoire. Car, si chacune des sécrétions du colosse était aphrodisiaque, il en était de même pour sa salive, dont il enduisait les seins de la rouquine. Même s'il semblait que le poison du démon n'était pas nécessaire, pour que les deux guerriers puissent trouver un compromis. La combattante semblait bien trop désireuse de dominer son mâle, cependant, et ce dernier n'allait évidemment pas accepter.

La main de la jeune femme s'était glissée jusqu'au chibre du démon, qui grogna de plaisir. La petite salope devait avoir l'habitude de branler des queues, vu l'expertise avec laquelle elle caressait le sexe d'Helel, qui était d'une taille telle que peu de femmes parvenaient à réellement le satisfaire ainsi. En même temps, le colosse doutait que beaucoup de mâles parviennent à combler les désirs de cette furie, et il avait comme intention de la baiser suffisamment fort pour qu'elle termine ronronnante contre lui.

"Si tu ne m'avais pas collé tes seins sur le torse, j'aurais peut-être envisagé d'être réglo." S'amusa le démon, avant de reprendre son met divin en bouche.

Cependant, la situation ne pouvait continuer ainsi, et Apogée reprit l'avantage. Helel n'appréciait pas qu'elle cherche à reprendre le dessus sur lui. Ce ne serait pas aujourd'hui qu'une femme dominerait le beau diable, bien qu'il reconnaissait la force de son amante. Alléché par la magnifique poitrine d'Apogée, le colosse finit par céder malgré tout, laissant quelques secondes au sommet à son amante, et dévorant avec délices ses mamelons, qui lui caressaient éhontément le visage.

Il frissonna en la sentant caresser ses boules bien pleines, mais ce fut le signe pour lui que la guerrière s'était accordée un peu trop de dominance. Profitant de l'accalmie, le colosse retourna rapidement Apogée, la plaquant au sol et inversant une énième fois les positions. Il tenait toujours un mamelon obscène entre ses lèvres charnues, l'étirant avec expertise, avant de le relâcher non sans un petit bruit de succion, qui indiquait à quel point il tétait la pointe avec gourmandise. Son chibre tenait difficilement dans son pantalon, désormais, et écrasait l'intimité d'Apogée.

"Pas aujourd'hui, ma beauté." Nargua le colosse, giflant doucement les seins de la guerrière. "Pour le moment, tu vas être bien sage, et couiner pendant que..." Son sexe énorme appuya un peu plus contre l'entrejambe de la jeune femme. "Je te baise."

Helel extirpa alors sa queue d'entre les pans de son pantalon, laissant son amante l'observer ici pour la première fois. La bête faisait souvent pâlir de terreur les conquêtes du démon, mais il était évident qu'Apogée pourrait supporter le choc. Au contraire, elle serait certainement de celles qui n'avaient pas besoin de magie rose pour supporter la queue du démon. Aussi Helel avait-il hâte de la transpercer à grands coups de chibre. Mais il comptait s'assurer d'être assez lubrifié, avant toute chose.

"J'espère que tu as encore de l'appétit." Taquina Helel, dont les doigts jouaient avec les jolies lèvres d'Apogée. "Ouvre bien grand la bouche." Ordonna-t-il.

Rapidement, le démon prit place devant la bouche de son amante. Il reposait sur sa poitrine confortable, la privant de mouvement par la même occasion, bien que l'aphrodisiaque devait déjà commencer à ralentir les mouvements de la guerrière. Son gland frottait doucement le visage d'Apogée, et Helel ne manquait pas de gifler doucement sa petite bouche à l'aide de son chibre, obtenant là un début de vengeance pour les affronts que lui avait imposé la combattante.

"Régale-toi." Souffla le démon d'une voix douce, forçant les premiers centimètres dans la bouche de cette magnifique rouquine.
Journalisée

Apogée
Créature
-

Messages: 31


Humaine d'apparence et d'esprit, Golem de nature


Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Février 17, 2016, 06:31:30 »

   Apogée se plaisait à le dominer de la sorte, adorant faire ça avec ses partenaires masculins, ils avaient plus fougue et d'ardeur à vouloir la baiser pour la remettre à sa place. Un petit rituel avant de baiser comme des fous. De plus elle sentait qu'il devait pas aimer ça, que sa fierté masculine en dépendait, dieux que c'était existant ! Apogée continua à masser son chibre avec sa main chaude, le fessant avec amour et délicatesse, ses doigts caressant ses couilles, avant de remonté caresser son gland, avec de redescendre et de refaire son manège. Pour le moment son adversaire, enfin désormais spon amant ou son mâle, le combat ayant virer au sexe, lapait avec gourmandise son téton, le mordillant doucement, fessant soupirer Apogée, tandis que la magie la composant s'activa afin de reproduire l'effet aphrodisiaque de la salive maculant son sein.

   Mais perdue dans son massage et accaparer par les sensations venant de son téton, qui vint à durcir sous les coups de langue, de même que l'autre, Apogée avait relâcher sa garde et le mâle put reprendre sa place de dominant, renversant Apogée, se couchant à nouveau sur elle et ça sans lâcher le seins d'Apogée de l'emprise de sa douce torture, de même pour Apogée, gardant sa mains sur son sexe, la retirant qu'une fois qu'il fut en place. Ce fut qu'une fois à la place qui lui revenait, écrasant son sexe imposant sur l'intimité d'Apogée le bel homme lâche le téton, provoquant un délicat bruit de succion.

"Pas aujourd'hui, ma beauté. Pour le moment, tu vas être bien sage, et couiner pendant que... Je te baise."
-Ooh... tu sais donner envie ! Susurra Apogée avec un regard et un sourire qui en disaient long sur son envie dévorante.

   Le mâle se releva, légèrement, afin de libérer la bête. Apogée verrouilla se regard dessus et siffla, commençant à mouiller légèrement. Un aussi beau calibre était rare à voir, surtout en se contentant de ceux dans une taverne, si bien qu'Apogée n'avait qu'une envie : le sentir au plus profond d'elle même. Elle se lécha les lèvres, comme devant un somptueux repas. Oublier le combat, le plaisir charnel n'attendait pas. Au pire, ils feront un autre combat, avec d'autre enjeux.

"J'espère que tu as encore de l'appétit. Ouvre bien grand la bouche."
-J'espère qu'tu pourras me rassasier. Répondit Apogée, en léchant rapidement ses doigts, une lueur malicieuse dans les yeux.

   Ses seins servirent de coussin pour son homme, s'asseyant avec nonchalance dessus, la bloquant de tout mouvement, son poids clouant Apogée sur le sol et ses jambes bloquant ses bras. Dans un ballet obscène, il balada son braquemart sur son visage, donnant de petit coup sur ses lèvres, titillant l'envie d'Apogée, qui n'attendait que de l'avoir en elle ! Au final, en lui souhaitant un bonne appétit, il lui enfonça lentement le gland dans sa bouche, qu'Apogée s'empressa d'avaler avec un petit miom, le prenant un bouche comme une sucette, léchant avec délice le gland, tout en lui lançant un regard de braise, qui ne laisseraient pas indifférent un homme.

   Pendant un moment, elle avalait lentement le membre turgescents et chaud dans sa bouche, recouvrant ce qu'elle avait en bouche de bave, avec des bruits de succion exagérer, mais plaisant à entendre, pressant ses lèvres dessus, lapant son sexe avec gourmandises. Continuant son manège, Apogée s'assura de bien occuper Helel*, le détournant d'autre chose, car Apogée n'allait pas en rester là. Profitant du fais qu'il se croyait vainqueur et qu'il était occuper à ressentir les sensations que lui procurer la fellation d'Apogée, cet dernière usa de ses jambes pour faire un mouvement de balancier, les envoyant sur le côté, fessant bouger violemment corps, avant que le mâle ne s'en rende compte, le désarçonnant, perturbant son équilibre, libérant un bras d'Apogée, ôtant par la même occasion son sexe de sa bouche avec un bruit de succion, de la bave reliant sa bouche à son sexe, avec d'être briser.

   Apogée put se dégager pleinement, repoussant son adversaire en arrière, le réceptionnant avec ses jambes, avant de les enlever, se mettant assise et se releva rapidement et entreprit de défaire la boucle de sa tassette, puis elle retomba sur le beau, mâle, le plaquant à nouveau contre le sol alors qu'il se relevait. Elle finit par enlever sa tassette avec ses jambes, l'envoyant valser. Complètement nue, Apogée avait un visage dévorer par le plaisir et les yeux à provoquer des rougeurs, tellement qu'ils étaient ardent.

-Va pas croire que se s'ra si facile ! Souffla Apogée. J'compte bien m'amuser pleinement !

   Elle se releva, se retourna rapidement, avant de se rabaisser, collant son intimité humide sur la surface de la bouche de l'homme, tandis qu'elle enfonça sa verge entre ses seins, un cocon chaud et moelleux et commença à faire des vas et viens avec, léchant le gland avec gourmandise. Bien qu'elle ne voulait pas réellement jouer les dominantes, préférant les hommes dominants, Apogée adorait mettre un peu de piment dans les ébats. Helel pouvait comprendre qu'Apogée ne serait pas aussi facile à dompter qu'il l’espérait.


*J'avais oublier qu'Apogée connaissait son prénom
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #11 le: Février 18, 2016, 11:32:48 »

Si Apogée n'était pas aussi subtile et perfide que nombre de femmes qui avaient un jour essayé de dominer Helel, elle était certainement l'une des plus fortes. Il était difficile de lui résister, mais le beau diable réalisait bien que ce petit jeu était tout à fait volontaire. La guerrière savait, dans le fond, qu'elle finirait soumise à son partenaire, qui la brutaliserait encore et encore, jusqu'à la soumettre finalement. Et, même si le démon préférait la soumission à la résistance, il saurait apprécier le petit jeu, aussi longtemps qu'il durerait.

Cependant, il n'y avait pas que la force physique où Apogée pouvait triompher. Elle était sacrément douée de ses doigts, aussi le beau diable jugea-t-il nécessaire de reprendre le contrôle. Il avait eu du mal à retourner la rouquine, encore une fois, mais pouvait maintenant profiter d'elle sans la moindre gêne. Son sexe trouva aisément son chemin entre les lèvres de la guerrière, arrachant un soupir satisfait au mâle, qui ondula sensuellement du bassin, baisant cette petite bouche offerte. La salope suçait comme une véritable pute affamée, et faisait frissonner de plaisir son démon, qui lui saisissait le crâne et se relevait légèrement, afin de lui défoncer littéralement la gorge.

Le beau diable était satisfait, et s'apprêtait à taquiner la combattante vaincue, lorsqu'il se retrouva une nouvelle fois au sol, maudissant sa prise de confiance : il devait rester vigilant, même posé sur la poitrine d'Apogée, à lui baiser violemment la gueule. Il fallut un éclair à la guerrière pour se dévêtir et présenter une intimité délicieuse et trempée aux lèvres d'Helel. Ce dernier ne put s'empêcher d'y goûter, d'un délicat baiser contre les lèvres humides, avant de passer sa grosse langue contre le petit clitoris, et de s'enfoncer à l'intérieur même du fruit défendu. Un petit régal qui méritait bien qu'Helel pardonne encore quelques instants l'audace de son amante. Il lui gifla tout de même le cul avec violence, pour se venger autant que possible.

"Elles font toujours les belles avant de baver sur ma queue." A ces mots, le colosse appuya sur le crâne d'Apogée.

Il lui enfonçait sa queue tout au fond de la gorge, écrasant son joli visage sur ses boules bien remplies, donnant des coups de bassin, pleins de force. Il savait que la guerrière pouvait aisément tenir le coup, et il s'amusait avec elle, la maltraitant alors, cherchant un peu de domination face à cette barbare qui l'écrasait. Heureusement, la vue était des plus plaisantes, et Helel, après avoir marqué l'intimité d'Apogée à l'aide sa langue moite et chaude, décida de passer à son petit cul, dont il titilla la rosette avec délices. Un délice qu'il accepterait de faire durer, mais pas ainsi.

Doucement, le Maître releva ses jambes, emprisonnant le visage d'Apogée entre ses cuisses musclées. Il lui baisait violemment la gueule, en donnant de grands coups de bassin, se maintenant en place à la force des muscles de son dos. Puis, il tourna légèrement sur le coté, de sorte à inverser les positions, avant de laisser filer la tête d'Apogée. Il était au dessus, maintenant, ses couilles reposant sur le nez et le front de la guerrière. Pas évident pour elle de voir quoi que ce soit, aussi le démon reprit-il la position qu'il avait adopté en premier.

Il se retourna rapidement, quittant les lèvres d'Apogée non sans lui avoir doucement giflé la langue avec son sexe. Pas question pour lui de laisser filer l'occasion, cette fois. Pas celle de pénétrer la rouquine, non, celle de l'obliger à supplier. Il approcha son visage du sien, jouant avec ses lèvres, sans jamais l'embrasser. Son gland bien chaud pressait contre l'abricot délicat de la guerrière, prêt à s'y enfoncer, sans jamais réellement le faire.

"Allez, supplie moi..." Murmura-t-il, pinçant les mamelons tendus de la salope. "Et j'arrêterai de te faire languir." Il lui lapa la gorge, à ces mots.

Leurs corps musculeux reposaient l'un contre l'autre, se frottant doucement. Helel transpirait un peu, et la chaleur corporelle d'Apogée n'aidait pas.
Journalisée

Apogée
Créature
-

Messages: 31


Humaine d'apparence et d'esprit, Golem de nature


Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Mars 05, 2016, 11:23:39 »

   Apogée fut ravit que son mâle dégustait lui aussi son intimité, sa langue bougeant sur ses lèvres intimes et son clitoris, profitant de cette sucrerie, sa crème coulant lentement, chaude et douce, au même rythme que la langue d'Apogée sur sa verge chaude, lui offrant un habit chaud et moelleux, malaxant cette hampe de chaire avec ses seins, en même temps qu'elle suçotait et lécher le gland, le gobant parfois, dans un petit bruit exagérait de succion. Elle soupira d'aise et de plaisir, tremblant un peu d'aise en sentant l'homme enfoncer sa langue entre ses lèvres intimes, dont il pouvait savouré la mouille qui s'en écouler et la chaleur qui régnait en ce lieu. Par contre elle souffla brusquement en sentant la claque sur ses fesses, ne s'entendant pas à ça, sûrement parce que il s'était offusquer que sa place de dominant soit contester, ce qui fit sourire Apogée, hésitant à prolonger ce petit jeu.

"Elles font toujours les belles avant de baver sur ma queue."
-Hmph..gurlp... . Émit Apogée, quand le mâle appuya sur sa tête et remonta son bassin.

   N'y allant pas de main morte, Helel força Apogée faire une gorge profonde. Les larmes lui monta au yeux, en même temps qu'elle les révulsant un peu, louchant vers le haut, ses joues se gonflèrent, tandis que ses lèvres allèrent jusqu'à la base, son nez allant directement contre la paire de couille, bavant légèrement, remplissant sa bouche de bave. Le mâle abaissa son bassin, avant de le remonter à nouveau, commençant de furieux allées retours, baissant la gueule d'Apogée, qui ne put rien faire que subir, respirant par à coup, bien qu'elle puise vivre sans respirer, sentant la verge écarter à chaque fois les parois de sa gorge, la fessant gonfler. Elle tentait de faire glisser sa langue dessus, l'ardeur de son compagnons ne lui laissant pas le temps pour accueillirent comme il se fallait cette foreuse, mais la chaleur interne d'Apogée envelopper ce pilier aussi dure que de la pierre d'une chaleur agréable.

   Malgré cela, Apogée respirait avec facilité, en plus de n'avoir aucune sensation, envie ou réflexe pour vomir, bien que toujours au dessus de lui c'était maintenant le mâle qui mener la danse. Et alors qu'Apogée provoquant des bruits de succions et des gémissements, se mit à mouiller encore plus, l'homme s'activant autant sur sa bouche que sur son intimité, lui provoquant des spams et des gémissements de plaisir, avant de changer de cible, s'attaquant à son cul. Apogée tenta de reprendre l'ascendant, mais avec les coups de butoirs et les mains sur sa tête elle n'avait pas l'opportunité. Rapidement, Helel coinça la tête d'Apogée entre ses jambes, sans cesser de lui baisser sa douce bouche, la bave coulant de ses lèvres.

   Puis il parvint à les faire basculer de nouveau, Apogée le réalisant quand elle sentit sa jambe droite heurter le sol, avant que le mâle ne parvienne à la coucher sur le dos, ne retirant qu'à ce moment son auguste membre de la bouche d'Apogée, d'important filet de bave de le reliant, dans un bruit de succion plutôt dérangeant. Il posa son service trois pièce sur le visage d'Apogée, qui reprit doucement son souffle, qui ne trahit en rien l’épreuve qu'elle venait de passer, le souffle pas assez fort pour témoigner de l'effort fournit et de la privation d'air dont elle fut victime. L'homme changeant de position, au plaisir d'Apogée qui voulait une vue d'ensemble du mâle que de sa seule virilité, donnant un coup sur ses lèvres au passage.

   Reprenant sa position de mâle dominant, Helel pencha sa tête vers celle d'Apogée, taquinant les lèvres d'Apogée avec les sienns, sans l'embrasser directe, au grand dam d'Apogée qui aurait voulut goûter ses lèvres d'une meilleurs manière. En plus de cela, l'homme mima un coït, pressant juste ses lèvres intimes, humides et chaude, frustrant Apogée, qui l'interpréta comme une sorte de de vengeance, lui fessant subir une douce torture, la fessant gémir doucement.

"Allez, supplie moi... Et j'arrêterai de te faire languir."

   Il vint laper sa gorge, torturant avec délicatesse ses mamelons, arrachant un soupir à Apogée, qui n'en pouvait plus, ne voulant qu'une chose en cet instant, le sentir labourer son antre ! Mais supplier ne fessait pas vraiment partie de son vocabulaire, n'étant pas du genre à supplier quelqu'un et bien trop excité à l'idée de se faire baiser par son mâle pour attendre qu'il consente à la pénétré. Et puis, il devait sans doute être aussi impatient que elle.

   De par sa position, Apogée put user de ses jambes pour faire un « croche-pieds » à Helel, dégageant ses jambes de manière à les relever, brisant sa stabilité, fessant donc glisser son bassin vers le bas, sa verge pénétrant sans réel effort, l'intimité moite et humide d'Apogée, qui poussa un râle de d'extase, sentant la verge coulisser en elle, écartant ses parois humides et chaude. Planter dans un cocon de chaleur et d'un moelleux exquis, Helel pouvait sentir que la chaleur dans l'intimité d'Apogée était bien plus important que sa température corporelle ou même d'une autre femme, un endroit fait pour garder au chaud et dans le conford la virilité des hommes.

-Supplier c'est pas mon truc.
Lui dit Apogée un sourire goguenard et empreint de plaisir. J'aime pas attendre, surtout pour un engin d'cette taille. Lui susurra t-elle.

   Elle passa ses mains dans son coup, avant de l'embrasser goulûment, sa langue filant dans sa bouche, caressant ses jambes contre les siennes, elle aurait put joué le jeux, mais ce n'était pas dans sa nature d'attendre pour s'envoyer en l'air avec un homme.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #13 le: Mars 15, 2016, 08:05:16 »

Helel s'y était enfin plongé, dans les entrailles moites de la petite pute, enfoncé dans un écrin cannelés et absolument brulant. C'était si bon que le colosse manqua d'en jouir du foutre crémeux immédiatement, se retenant à la force de son bassin qu'il contracta intensément. Cela fit bien sur pousser son aine musculeuse vers l'avant, faisant brutalement cogner le chibre veineux du démon au plus profond d'Apogée.

Elle avait l'air tout aussi impatiente que son mâle, et ce dernier répondait avec plaisir aux baisers endiablés de la guerrière affamée. Il lui dévorait la bouche, goûtant avec envie ses lèvres, avant de glisser jusqu'à son cou, de le laper longuement avant d'humer le parfum féminin de la rouquine. Il sentait tout dans sa fragrance, son excitation, sa frustration, son désir grandissant.

"C'est une petite chatte bien serrée que tu as là..." S'amusa le beau diable en appuyant doucement sur le bas-ventre. Son chibre formait une bosse le long des abdominaux tracés de la combattante, et Helel pouvait presque masser son sexe au travers de ces muscles galbés. "Serre bien les cuisses, salope." Ordonna le Maître en giflant vulgairement la poitrine de son petit sextoy.

Les grosses mains du colosse se posèrent sur les épaules de la guerrière, la plaquant contre le sol et l'empêchant de reprendre le moindre contrôle sur la situation. Il était penché sur elle, la toisant comme une bête, l'écrasant de tout son poids. Il savait que la partie était gagnée, maintenant, alors que son pré-foutre coulait à l'intérieur même de la petite salope, alors qu'il la souillait d'un aphrodisiaque capable de la rendre folle de plaisir.

Et il continuait ses martèlements vulgaires, rythmés par le cognement moite de ses bourses bien remplies contre le cul de la rouquine, qui se faisait magnifiquement défoncer par un animal en rut. Helel n'avait plus grand chose d'un humain dans la façon de se comporter. Il mordait et suçotait les mamelons de sa captive, la labourant comme s'il ne souhaitait que se vider en elle, afin de l'engrosser comme une putain.

"T'es vraiment foutue comme la dernière des putes." Remarqua le colosse, empoignant les énormes seins de la guerrière, avant de les gifler à tour de rôle. Quel corps absolument obscène. Apogée méritait qu'Helel s'occupe d'elle, d'une façon qu'elle n'oublierait jamais. "Aaaaah..." Soupira le démon, prenant ses aises. Il s'était totalement étalé contre le corps musculeux et moelleux d'Apogée, comprimant sa poitrine contre ses muscles et l'écrasant légèrement, alors qu'il entamait de furieux coups de bassin.

Ses jambes, ses cuisses, avaient glissé vers l'avant, obligeant la rouquine à remonter les siennes, jusqu'à ce que ses genoux finissent au niveau de sa poitrine, les jambes en l'air alors que le démon la maintenait. Il la traitait véritablement comme un sac à foutre, comme s'il ne désirait rien d'autre que de se reproduire, de vider sa crème incroyablement chaud et épais dans l'intimité offerte. Et ses couilles frappaient de plus belle contre le cul d'Apogée, alors qu'Helel lui giflait les lèvres intimes de son aine musculeuse. Il butait en elle, encore et encore, la raclant avec force tandis qu'il reculait, avant de s'enfoncer d'un seul coup, aussi cruel que délicieux dans sa torture méticuleuse.

"Aaaah!" Soupira le beau diable en s'extirpant d'entres ces lèvres intimes. "Tends-moi ce beau cul, dépêche-toi, j'ai envie de te le gifler. Mets-toi à quatre pattes comme la chienne en chaleur que tu es." Il attendit que la guerrière s'exécute, et s'enfonça à nouveau entre ses cuisses, dans sa petite chatte brulante qu'il entreprit de ramoner avec force. Apogée pouvait supporter son poids, elle pouvait supporter la masse musculaire du colosse qui frappait contre elle, son bras qui lui entourait le cou pour l'immobiliser, la privant un peu d'air pour qu'elle s'époumone davantage. Résister au désir d'un tel démon était une prouesse physique rare, dont Helel profitait sans la moindre vergogne.

Il lui giflait le cul de sa main libre, le rougissant, faisant vibrer tout le bassin musculeux de la rouquine, tant avec ses gros doigts et sa paume, qu'avec les coups de butoirs forcenés que dispensait sa queue veineuse. Le démon finit même par se relever, laissant Apogée respirer - ignorant qu'elle n'en avait pas réellement besoin - et adoptant une nouvelle posture. La main ancrée dans les cheveux de la fière combattante, son mâle la traitait comme une véritable salope.

"Hurle pour moi, ma petite vache à lait."
Ordonna le sadique en agrippant un des seins lourds et magnifiques de la guerrière.
Journalisée

Apogée
Créature
-

Messages: 31


Humaine d'apparence et d'esprit, Golem de nature


Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Juin 01, 2016, 09:56:12 »

   La taille du monstre n'avait rien à voir avec ce qu'elle avait vue jusque ici, mais elle se rendait vraiment compte de son gabarit que quand elle le sentit pleinement en elle, de sentir ses parois mis à mal et limer lentement, avant de le sentir cogner son col de l'utérus, forçant dessus, alors que la bête prenait position dans sa toute sa nouvelle antre.

   Les deux semblaient avoir oublier le duel, s'embrassant avec ardeur, fureur, impatience et gourmandise. Le mâle alla laper le cou de sa femelle, sous les soupires ardent et puissant, ponctuer de gémissement de cette dernière.

"C'est une petite chatte bien serrée que tu as là..Serre bien les cuisses, salope."

-J'préfere croire que t'en as une énorme ! Susurra la guerrière, sentant son intimité être mit à mal par le mastodonte. J'vais t'coincer dedans tu verras ! Lui dit Apogée, en serrant les cuisses bien fort, coinçant presque le pilier dans son intimité, ignorant la tape sur ses seins.

   Bien que ne voyant pas son bas-ventre, elle était sur que ce dernier devait être déformer par le chibre de son partenaire. Elle fut plaquer à terre, Helel prenant le soin de l’empêcher de pouvoir riposter, s'étalant pleinement sur elle, l’écrasant sous son poids. Elle aurait put riposter, renverser à nouveau leur position, mais elle était trop excité, trop impatiente, ce qui lui semblait étrange au vue de la situation quelque minutes avant, la magie qu'elle contenait lui fessant ressentir tout les effets de l'aphrodisiaque, mais avec moins d'intensité, afin de ne pas aggraver son cas, déjà bien atteint.

   Puis il entreprit de jouer le marteau piqueur, pilonnant l'antre, pénétrant durement et limant les parois, à rythme soutenue, martelant le col de l'utérus, cherchant à enfoncer cette porte. Une barre de fer d'un diamètre imposant, écartant sans pitié les parois, déformant le ventre d'Apogée, mettant à mal l'élasticité des parois. C'était une bête qui la violer avec ardeur et férocité, tenant dans sa mâchoire un mamelon qu'il léchait et mordait avec avidité et gourmandise. Une bête qui prenait possession d'elle et qui lui impose sa domination.

"T'es vraiment foutue comme la dernière des putes. »

-AAAH ! Mmmmh... sû-sûrement pour des gars.... comme toi ! Souffla Apogée. T'es... mmh... montée AAAH.... comme un étalon !

   Il empoigna sa poitrine, les giflant au passage, s'étalant de tout son long, se servant d'Apogée comme matelas, écrasant sa poitrine, se servant de ses muscles comme couverture pour Apogée, leur muscles se frottant et s'écrasant entre eux. Sans qu'il ne cesse ses coup de butoir, écrasant son bassin avec force, le claquement bruyant et puissant, se fessant entendre pleinement, à rythme soutenue.

   Au fur à mesure des coups de pilons, Helel remonta les jambes, forçant Apogée à écarter les jambes et de les remonter, prenant une position fœtal, coinçant brièvement son amant entre ses jambes, alors qu'il la pénétrait durement sans ce soucier de la douceur et délicatesse, comme une brute, sauvagement, sans être dénuée de passion et d'envie. Une danse malsaine, au mouvement frénétique avec des cries et des gémissement de plaisir comme musique étrange. C'était l'expression la plus pur de leur désir ardent et leur envie dévorant.

"Aaaah! Tends-moi ce beau cul, dépêche-toi, j'ai envie de te le gifler. Mets-toi à quatre pattes comme la chienne en chaleur que tu es."

   L'esprit hagard, embrumé par le plaisir et l'excitation que l'aphrodisiaque du mâle amplifier, Apogée s’exécuta, tendant son cul et le dandinant d'impatience, bien que cela dura qu'une seconde, le mâle s'enfonçant rapidement à nouveau dans les chaires tendres et chaude d'Apogée, ramonant à nouveau l'antre humide de la femme, alors qu'il se mit à étrangler à moitié la guerrière. Le claquement frénétique de son bassin fessant trembler son corps, remplissant l'air de son délicieux avec ses gémissement. La puissante guerrière était soumisse au redoutable guerrier qui affirmait sa prise sur sa femelle, martelant son cul par ses coups de boutoir et ses claques, tel une bête frénétique s'acharnant sur un bout de viande. Il finit par l'attraper par les cheveux, tirant dessus comme des rênes, forçant Apogée à relever la tête, comme une monture qu'il chevauchait farouchement. De la baise brutale et sauvage, deux barbares exprimant leur passion.

"Hurle pour moi, ma petite vache à lait."

   Il n'avait pas besoin de lui dire, qu'elle hurlait déjà de plaisir, ponctuer de gémissement et soufflant comme un bœuf. Sa chaleur gagner en intensité, devenant plus chaudes, de même que pour son intimité, dont le mâle pouvait aisément s'en rendre compte par son bélier de chaire, baignant dans un cocon de mouille chaude et de parois molles et chaudes, gagnant en chaleur, la température interne gagnant en intensité, renforçant le bien fou que pouvait sentir Helel dans l'antre d'Apogée. Cette dernière se mit à jouer du bassin, fessant qu'elle mouvement de rotation, participant à cette baise, ne restant pas en reste. Elle plaqua sa main sur celle du démon qu'il tourmentait de délice son sein, participant au massage de sa poitrine.
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox