banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: Enslavement [PV]  (Lu 3463 fois)
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Juin 11, 2016, 01:49:02 »

Ce n'était vraiment pas comme ça que Sora aurait imaginé sa première expérience intime avecun garçon. Elle n'avait, à bien y réfléchir, pas vraiment d'idée sur comment elle l'aurait imaginé, car elle était si studieuse que l'idée d'avoir un petit copain lui était passé au dessus de la tête, et plus encore l'idée de coucher avec un garçon...mais quand bien même, elle n'aurait jamais cru que sa première fois serait avec un Otaku puant, qui la traiterait de pute et de salope, en la forcant à lui sucer la queue. Pourtant, c'était bien ce qui était en train d'arriver. Quand bien même les menaces de Yocchi étaient beaucoup basées sur du bluff, la jeune Sora  avait trop peur des conséquences que ces photos truquées pourraient lui amener, car il suffisait généralement de moins que ça pour que des rumeurs jaillissent, et pourrissent la vie des gens.
Elle n'avait donc pas le choix, et c'était même à contrecoeur qu'elle était là, à genoux, avec la bite de Yocchi dans sa bouche. L'odeur et le goût étaient ignobles, d'autant que Yocchi s'enfonçait généralement assez loin pour que le nez de la lycéenne s'approchent de ses poils pubiens. Il ne s'était pas douché depuis des jours, et s'était masturbé peu avant leur rencontre ce qui faisait que, et elle le savait, Sora goûtait très probablement à des résidus de sperme sur sa langue. Mais au delà de ça, ce qui la dégoûtait le plus, c'était l'humidité entre ses cuisses. Pourquoi est-ce que ça l'excitait ? Elle ne voulait pas de ça, pas comme ça, pas avec Yocchi, alors pourquoi est-ce que son corps avait des réactions tout à fait contraires ? L'Otaku s'en rendit d'ailleurs compte, n'hésitant pas à commenter le fait qu'elle mouille, la traitant encore une fois de pute et affirmant qu'elle aimait se faire traiter comme tel. La jeune fille n'avait jamais été autant humiliée que maintenant, et elle sentait les larmes lui monter aux yeux alors que Yocchi lui prit les devants, et en s'aidant de ses mains pour maintenir la têtede sa partenaire récalcitrante, se mit à remuer plus fortement dans sa bouche.

Hmmmm !!! Hnnnnnn !!!

Yocchi n'y allait pas doucement, et sa verge menaçait de taper de plus en plus souvent l'entrée de la gorge de Sora, lui provoquant des hauts-le-coeur, et elle manqua de vomir à plusieurs reprises. Le goût lui était devenu un peu plus supportable, mais elle réalisa vite que c'était parce qu'elle venait littéralement de le nettoyer en le suçant, ce qui ne fit que la dégoûter d'avantage. Sora fermait alors les yeux, voulant au moins s'épargner d'avoir à regarder de près le sexe de Yocchi glisser dans sa bouche, car ses autres sens eux étaient submergés. Puis, la surprenant alors, Yocchi s'enfonça pleinement en elle, son sexe força l'entrée de sa gorge, manquant de l'étouffer, et Sora ouvrit alors grand les yeux en poussant une longue plainte étouffée. Son front était noyé dans l'opulent ventre poilu de l'Otaku, son nez était cette fois pleinement plongé dans ses poils pubiens sales, et surtout, elle sentit le sexe dur de Yocchi tressauter, crachant du sperme gluant directement dans sa gorge.

GNNNNargl...

Quand la prise de Yocchi se défit, Sora se retira par réflexe, toussant et respirant longuement, et c'està ce moment là qu'elle sentit sur son visage et ses cheveux quelque chose de gluant et de chaud venir. Yocchi était en train de lui jouir sur le visage, mâculant sa joue et une partie de ses cheveux de son sperme gluant, ce qui acheva la pauvre Sora qui manqua de se recroqueviller sur elle même. A genoux, les yeux baissés sur le sol, elle n'osait pasle regarder en face, et cherchait désespérément un mouchoir dans son sac pour se nettoyer. Yocchi lui en rajouta une couche en soulignant à nouveau que Sora était une traînée ne s'assumant pas, car elle avait mouillé...et la lycéenne ne trouva rien à y redire, si ce n'est quelques sanglots. Elle trouva enfin un mouchoir en papier, et en évitant le regard de son maître chanteur, Sora s'essuya le visage, mais même si elle se passa également un coup dans les cheveux, les mêches tâchées elles restaient collées entre elle, et elle avait aussi quelques gouttes qui venaient de tâcher sa chemise blanche.
Et encore et toujours, la sensation de sa culotte trempée était là pour la hanter, Sora venait vraiment de mouiller beaucoup...
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #16 le: Juin 11, 2016, 05:17:04 »

C’était un viol. Purement et simplement. Peu importe la manière dont on voulait tourner les choses, peu importe la façon dont on voulait décrire ce qui avait eu lieu, le seul terme qui s’appliquait, c’était celui de viol. Viol, car il y avait eu pénétration. Pour autant, nulle foudre divine ne vint s’abattre sur le corps de Yocchi, comme pour le punir de ce crime odieux. Affront suprême, il observait sa proie avec appétit, frissonnant de désir, sa queue ayant dégonflé, mais restant toujours longue, et légèrement dure. Il respirait lourdement, en constatant que, contrairement à ce qu’il avait initialement pensé, baiser cette salope avait été… Nettement plus jouissif que ce qu’il avait initialement pensé. Le fait est, en effet, que, à la base, Yocchi avait voulu jouer Sora, non pas par perversion sexuelle, mais juste… Eh bien, parce qu’il avait envie de jouer avec elle, de la dominer, de prouver sa supériorité sur les autres. Consciemment, il n’y avait rien eu de sexuel dans sa démarche… Mais maintenant ? Le pur otaku avait toujours cru être au-dessus du sexe, mais il n’avait joui autant que quand il avait largué sa semence dans la bouche de cette femme.

Tout comme elle, il était encore vierge, car il n’avait pas encore couché avec des femmes. Un mélange de curiosité et de cruauté l’avait amené à la torturer, et Yocchi se demandait maintenant ce qu’il allait faire. Initialement, il voulait juste jouir en elle, la narguer, puis l’abandonner, comme on abandonne un jouet après l’avoir utilisé. Cependant, en la voyant, recouverte de sa semence, d’autres idées naissaient en lui.

*L’abandonner ? Quelle folie !*

Une fois, Yocchi avait réussi à pirater les bases de données du lycée. Ce moment avait été particulièrement jouissif pour lui, le moment où il avait décidé de devenir ce qu’on appelait un cracker, un black hat. L’informatique avait toujours passionné l’homme, et il croyait ne pas être passionné par les femmes. Sora venait de lui prouver le contraire. Elle était… Tout simplement bonne. Même après s’être essuyée le visage, elle avait encore des traces de sperme maculant ses mèches de cheveux, et, surtout, elle avait joyeusement mouillé.

Yocchi, après avoir fixé son beau visage, observa ainsi sa culotte, et sourit, en voyant que la mouille avait débordé de sa culotte pour filer le long de ses hanches, mais aussi sur le sol. Il s’approcha alors d’elle, son mandrin toujours à l’air, sa grosse bedaine se déplaçant un peu. Un mélange de fascination et de perversion se lisait dans son regard, tandis que de nouvelles idées venaient à émerger dans son esprit.

« Je pensais que tu n’allais pas voir les garçons parce que tu étais trop timide, Sora… Mais je me suis trompé, et je te demande de bien vouloir accepter mes excuses pour ça. »

Il fléchit lentement les genoux, et posa sa main sous la culotte de Sora, souriant en sentant toute cette mouille, puis frotta un peu sa peau, avant de retirer ses gros doigts crasseux. Il renifla alors le liquide translucide qui s’était niché sur ses doigts.

« Ça, Sora, tu sais comment on appelle ça ? Une preuve… La preuve que tu es une pute, ma chérie. Ou, du moins, la preuve que tu ne bandes que quand on te traite comme ça. Alors, je comprends pourquoi tu n’as pas été voir les garçons, ils n’auraient pas pu te satisfaire. Car ce n’est pas d’un petit-copain que tu as besoin… »

Yocchi caressa le visage de la femme avec ses doigts recouverts de mouille, et avança ensuite sa main, la posant sur la nuque de la femme, se crispant dessus. Il tira un peu sur ses cheveux, et approcha sa bouche, terminant sa phrase :

« …C’est d’un maître qui te traitera comme la pire des putes ! »

L’homme l’embrassa alors, et enfonça de force sa langue dans sa bouche, son gros ventre s’appuyant sur la femme. Il la força alors à s’allonger, l’écrasant sous tous ses kilos. Contre lui, elle était comme une poupée de chiffon. Impossible de repousser une telle masse, et Yocchi s’amusait à soulever et à abaisser son corps. Ce n’était pas des muscles qui s’abattaient sur elle, mais de la graisse, s’enfonçant contre sa chair, comme si un ours était en train de l’embrasser.

Sous l’effet de l’excitation, Yocchi salivait contre elle, et suait aussi beaucoup. Il l’embrassa ainsi pendant un certain temps, et se redressa finalement. Vu son poids, il dut se pousser vers l’arrière, pour se réceptionner sur les fesses, avant de poser une main sur le sol.

« J’ai plein de projets pour toi, ma Sora d’amour… N’oublie pas. Maintenant, tu vis avec moi. »

Il remit son pantalon en place, mais, juste avant de le boutonner, une ultime idée lui traversa l’esprit en voyant son sexe en érection.

« Caresse mon sexe, Sora. Puis dépose un baiser dessus, et mets-toi en position de prière devant. Je veux que tu remercies ma Sainte Queue de te traiter comme la Chienne que tu es, et que tu la pries de te baiser par tous les trous… Allez, salope ! Obéis-moi ! »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Juin 12, 2016, 02:46:51 »

Sora avait tellement mouillé que sa culotte n'avait pas suffi à absorber toute la quantité de cyprine qui s'était échappée de son intimité, et elle ne s'en rendait compte que maintenant, mais l'intérieur de ses cuisses était également couvert de ses fluides intimes, et elle avait également tâché des endroits de la pelouse où elle s'était agenouillée, et où elle se trouvait maintenant assise. Jamais elle n'avait eu aussi honte d'elle même, Yocchi venait en réalité de la violer, et même en se caressant le soir la lycéenne n'avait jamais autant mouillé, et ce d'autant qu'elle n'avait même pas eu d'orgasme. Elle était perdue, pourquoi est-ce que ça lui arrivait ? Pourquoi est-ce que malgré la situation détestable dans laquelle elle se trouvait, elle était aussi excitée ?
Il la faisait chanter, il la forçait et il l'insultait, Sora n'avait véritablement aucune raison d'être excitée par tout ça, et c'était pourtant le cas de son corps qui semblait clairement la trahir. Yocchi revint à la charge, s'agenouillant face à elle, son sexe toujours à nu même si il avait un peu débandé après s'être vidé dans et sur elle. Il alla poser une main sur l'intérieur de ses cuisses, filant sous la mini-jupe de Sora, cette dernière eu beau serrer ses cuisses l'une contre l'autre, cela n'empêcha pas l'Otaku de récupérer ce qu'il voulait, et après avoir un peu caressé la délicate peau de pêche de Sora, il ressortit sa main pour la tendre devant lui. On voyait clairement ses doigts maculés d'une grande quantité de cyprine, et il affirma alors qu'elle ne pouvait être excitée que quand on la traitait comme une pute, ce qui la fit rougir de honte.

N...non...c'est pas...

Elle n'eut pas le temps de finir sa timide phrase, car alors Yocchi vint la saisir par la nuque, tirant au passage un peu de ses cheveux, pour approcher son visage du sien. Il alla alors l'embrasser, et Sora écarquilla grand les yeux en sentant directement la langue de Yocchi se fourrer dans sa bouche.

Hmmmmgnnnn !!!!

Elle tenta timidement se de débattre, mais Yocchi la poussa alors, et vint s'allonger sur elle. Sora n'avait quasiment pas de force, et Yocchi pesait beaucoup trop lourd pour qu'elle puisse se défaire de son emprise, elle se fit donc écraser sous lui, tandis qu'il continuait à remuer avidement sa langue dans sa bouche, bavant même sur elle. Sora était écrasée sous des kilos de graisse du jeune homme qui s'amusait à remuer sur elle, comme pour d'avantage se frotter à elle qui était complètement prise sous lui. Il se retira au bout d'un long moment, Sora elle resta allongée, reprenant son souffle, elle avait de la bave de Yocchi le long de ses lèvres et sur son menton, tant il y avait été fort et en bavant.
Puis, une fois redressé, l'homme lui donna de nouvelles instructions, en l'insultant à nouveau. Pas de choix donné cette fois, c'était un ordre, et à ce stade, Sora avait bien trop peur de se rebeller pour oser lui dire non. Il y avait la menace qu'il dévoile ses fausses preuves, mais aussi le fait que Yocchi commençait à avoir un sacré ascendant psychologique sur la jeune femme, qui était déjà de base une nature timide et un peu soumise. Elle se redressa sur ses genoux, et dégluttit en voyant que le sexe de Yocchi, couvert par sa salive, était redevenu tout tendu comme au départ. L'idée d'y retourner ne lui plaisait guère, elle était clairement forcée, et pourtant même si elle ne s'en était pas rendue compte, elle avait de nouveau bien mouillé quand Yocchi était venu l'écraser ainsi en l'embrassant de façon aussi sale et vicieuse.

Toute rouge de gêne, elle s'approcha alors doucement de sa queue, et déglutit en la voyant. Elle approcha d'abord une main tremblante, hésitante, qu'elle posa ensuite sur ce sexe pour l'entourer de ses doigts, qui étaient fins, absolument parfaits, et elle commença timidement à le masturber. Elle dégluttit à nouveau, la respiration lourde, elle luttait contre l'odeur forte qui s'échappait de son sexe, elle sentait ses doigts qui le caressaient se couvrir de sa propre salive ainsi que d'un léger restant de sperme gluant, qui collait à ses doigts. Elle fini toutefois par approcher son visage, et alla déposer un rapide baiser sur le gland, une goutte de pré-sperme heurta alors ses lèvres, qu'elle essuya vite après l'avoir senti du revers de son autre main.

M...merci Yocchi de...de laisser ta Sainte Queue me traiter comme...comme...comme la chienne que je suis, et puisse-t-elle me...me baiser...par tous les trous...

La voix de Sora n'était pas très élevée, elle avait la gorge serrée et elle était terriblement gênée par ce qu'elle disait, elle n'avait d'ailleurs guère fait autre chose que de répéter mot pour mot ce que Yocchi lui avait dit, mais il était impossible en l'état de lui demander plus que de la répétition. Elle continuait toutefois à caresser son gros sexe, qui était à présent bien tendu.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #18 le: Juin 12, 2016, 03:13:46 »

Ce fut un autre constat qui le troubla, tout en l’excitant. Chaque fois qu’il se branlait et tirait son coup, la queue de Yocchi redevenait toute flasque, et le désir s’évanouissait instantanément, comme une sorte de plaisir fugace, nécessaire, mais un peu fatigant. Le rappel constant de ses désirs animaux, que Yocchi avait cru bon de réserver à ces imbéciles de primates et de guignols qui, faute de pouvoir espérer briller en société, se rabattaient sur le sexe et sur le cul des nanas. Pour l’homme, le sexe avait toujours été une sorte de plaisir coupable, qu’il réfrénait avec force, en estimant être supérieur à ça. Sora ne le réalisait pas, mais le choc qu’elle vivait, lui aussi le vivait. Sa queue avait retrouvé toute sa dureté, alors qu’il avait joui comme jamais il n’avait joui auparavant… Et lui, lui, l’asocial, l’hikikomori qui n’avait aucun ami, qui n’avait envie d’en avoir aucun, se surprenait à vouloir cette femme, à la désirer plus que de raison.

*C’est stupéfiant.*

Quand elle se mit à quatre pattes devant lui, Yocchi sentit sa respiration s’accélérer légèrement. Ses poings se crispèrent, et il soupira faiblement quand la douce main de Sora caressa son mandrin. Elle aussi respirait lourdement, sans rien dire, alors que, en ce moment, quiconque aurait pu les surprendre… Surtout les clubs sportifs. En pensant à eux, Yocchi regarda l’horloge, et se dit qu’ils devaient être dans les vestiaires, en ce moment. Loin de le paniquer, Yocchi en ressentit une excitation supplémentaire. Les sportifs, les « rebelles », les faux-durs, avaient toujours été méchants envers Yocchi. Au collège, son poids avait été l’objet constant de menaces, de brimades, de provocations, de bizutages. On l’enfermait dans son casier, on lui volait ses affaires, on se moquait de lui… Les Japonais pouvaient se montrer particulièrement cruels, et ce d’autant plus que la culture japonaise avait une tolérance à l’égard de cette humiliation.

Alors, oui, même si Yocchi se moquait de leur avis, l’idée de voir tous ces branleurs arrogants le voir avec une fille aussi belle que Sora, en train de lui sucer la queue, était doucement excitante… Mais non. Yocchi n’avait pas à leur prouver quoi que ce soit, et, en ce moment, il ressentait envers Sora une sorte de furieuse possession. La simple idée qu’elle puisse se détourner de lui lui était insupportable. Sora embrassa alors son sexe, un geste doux, innocent, mais qui le fit bander encore plus dur.

*Je ne vais pas pouvoir tenir jusqu’à la maison…*

Sora réussit ensuite à faire sa prière, et Yocchi sourit. Il agrippa alors sa queue d’une main, et maintint la tête de Sora en posant l’autre sur ses cheveux.

« C’est très bien ça, ma Sora… Laisse-moi te baptiser, maintenant… »

Yocchi caressa le visage de la femme avec son sexe, en le posant sur son front, et en descendant jusqu’au menton, glissant contre le nez, puis trempant le bout de sa queue contre ses lèvres. Il redressa ensuite sa verge, la posa sur sa joue droite, et la fit glisser jusqu’à la joue droite, laissant deux traînées de salives et de sperme sur son visage. De manière maladroite, il avait dessiné une croix chrétienne sur son visage.

« Allez, ma salope, relève-toi, les cons de sportifs vont pas tarder à se radiner, et je te veux juste pour moi. »

L’homme l’attrapa ensuite par la main, et se rendit vers le parking. Il n’avait normalement pas l’âge requis pour conduire, mais, grâce à ses compétences en informatique, avait réussi à obtenir un permis de conduire, et avait ensuite piraté des cartes bancaires pour pouvoir acheter une voiture. Au vu de sa personnalité, prendre le bus était inenvisageable. Marcher, néanmoins, s’avéra particulièrement difficile, tant il bandait dur.

Yocchi crut que marcher jusqu’à la voiture l’aurait calmé, mais ce fut encore pire en voyant que ce parking-ci était désert, à l’exception de sa voiture, une belle Nissan rouge avec des fauteuils en cuir, et une boîte de vitesse automatique, avec des vitres fumés.

Il déverrouilla la voiture, mais maintint sa main sur le poignet de Sora.

« J’pensais tenir jusqu’à chez moi, Sora, mais… Merde, je pensais pas que t’étais une telle pute… Tu vois comme je bande ? Je peux pas conduire dans cet état-là… »

Il avait ouvert la portière, et se retourna vers elle, puis glissa sa main sous la jupe de la femme, et tira sur sa culotte, la faisant glisser. Il déboutonna ensuite son pantalon, puis s’assit sur le fauteuil. Vu son poids, il avait pris une grande voiture, et tira le fauteuil vers l’arrière, écartant les jambes.

Son pantalon descendait à mi-cuisse, ainsi que son caleçon, et son sexe était là, bien dressé, assoiffé. Un sourire particulièrement pervers éclairait ses lèvres.

« Allez, Sora, rentre, ferme la porte, puis installe-toi sur mes cuisses. Je vais te baiser, ici et maintenant. ‘Cherche pas à le nier, tu mouilles comme une folle, t’attends que ça, que j’te baise bien fort, ma petite pute, alors, c’est ce qu’on va faire… Allez, radine ton cul ! »
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Juin 12, 2016, 09:28:27 »

Quand Yocchi posa sa main à l'arrière de sa nuque, Sora cru bien qu'il allait encore lui demander une fellation, ce qu'elle n'aurait dans son état pas pu refuser, mais elle commençait à avoir peur d'être surprise. Le stade était désert...pour l'instant, car après les heures de cours, les clubs de sport investissaient généralement les lieux, et même si elle n'avait pas regardé l'heure récemment, Sora se doutait qu'ils ne tarderaient probablement plus. Celà étant, Sora ne se voyait pas non plus protester, elle lui était complètement soumise, ce qui pouvait sembler dingue d'un point de vue extérieur qu'elle se laisse autant faire avec simplement de temps en temps quelques suppliques, mais en réalité ce n'était pas si inexpliquable que ça. Sora provenait d'une famille japonaise traditionnelle, dans le sens strict du terme, la jeune fille n'avait donc jamais été élevée de façon à pouvoir tenir tête à quiconque ferait preuve d'autorité envers elle, hors Yocchi le faisait, en plus d'avoir à sa disposition un sacré moyen de pression, ce qui bloquait donc toute tentative que Sora aurait pu avoir de se rebeller.
Toutefois, Yocchi ne demanda pas une fellation, mais toujours pour continuer sur sa lancée, était en train de "baptiser" Sora comme il venait de le dire. La lycéenne ferma donc les yeux, et le laissa tracer son signe sur son visage à l'aide de son sexe, donc le bout se frotta contre son joli visage, laissant ça et là des traces, un peu plus. Elle sentait toute la dureté de son sexe, et était encore un peu plus humiliée par le fait qu'il touche son visage d'ange avec.

*Seigneur...je ne tiendrais jamais un mois...*

Puis il se retira, remettant tant bien que mal son pantalon du fait de son érection toujours présente, et lui ordonna de se lever. En effet, elle vit cette fois-ci l'heure sur sa propre montre, et l'arrivée des divers clubs sportifs était imminente, c'était même un miracle qu'ils ne se soient pas fait voir, car personne ne se trouvait encore dans les lieux. Sora ramassa son sac, mais Yocchi ne la laissa pas libre de ses mouvements, et la pris d'un air décidé par le poignet pour la guider, et ils sortirent du complexe sportif par une issue de secours. Ils arrivèrent, peu après, en vue d'un parking qui était proche du lycée, avec une seule et unique voiture, qui devait donc être celle de Yocchi. Qu'il puisse se payer une telle voiture était au delà de sa compréhension, car elle ignorait encore tout des activités de l'Otaku, et ce n'était pas non plus sa priorité en l'état actuel, car à peine la voiture ouverte, Yocchi se retourna alors vers elle. Il lui déclara qu'il ne pouvait pas attendre...

Je...

Yocchi ne la laissa nullement parler, et elle fût d'ailleurs vite interrompue quand, sans gêne, l'Otaku glissa une main sous la jupe de la jeune femme, se saisit de sa culotte, et la fit glisser le long de ses jambes pour la lui ôter. Encore une fois elle se laissa faire, trop submergée d'émotions contradictoires et par le surréalisme de la situation pour trouver quoi faire d'autre. Elle se sentait...nue, sans sa culotte. L'uniforme qu'elle portait y était pour beaucoup, car la jupe de lycéenne était de fait assez courte, et sa culotte était le seul vrai rempart défendant son intimité des regards trop curieux. Mais là elle était nue sous sa jupe, et avec les pourtours de son intimité trempée, sa mouille s'étant répandue jusque dans son petit mont de poils pubiens. Puis Yocchi s'installa sur le siège conducteur, reculant son siège tout en abaissant lui aussi son pantalon et son caleçon, à mi-cuisse, juste assez pour lui permettre de sortir son sexe qui se dressait...et Sora dégluttit à l'idée de ce qui allait probablement suivre, ce que Yocchi confirmait.
Elle allait perdre sa virginité là, dans une voiture, sur un parking proche de son lycée, avec un Otaku obèse et puant...pas vraiment l'idée qu'elle s'en serait faite, mais là encore...avait-elle le choix ?
Elle grimpa donc à la suite de Yocchi, la respiration lourde, et referma la porte derrière elle. La place étant restreinte, elle n'avait effectivement pas d'autre option que de se poser à califourchon sur les cuisses de Yocchi, proche, toute proche de son sexe, alors que son intimité à elle n'était plus protégée par sa culotte. Malgré l'obésité de l'Otaku, elle devait l'admettre, il avait une grosse queue. Non pas qu'elle soit une experte en la matière, mais c'était simplement un fait, et à imaginer ce gros mât de chair rentrer dans son vagin étroit, bien que mouillé, et bien elle avait effectivement une certaine appréhension.

Je...j'ai jamais fait ça...
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #20 le: Juin 12, 2016, 10:14:11 »

C’était du grand romantisme, ça. Perdre sa virginité sur la banquette arrière d’une voiture, comme la pom-pom girl qui se faisait déflorer par le quaterback du lycée au drive-in pendant qu’un film insipide vantant les valeurs de l’Amérique WASP défilait. Une image folklorique, qui faisait rêver toutes les pisseuses. Mine de rien, Yocchi était un grand romantique, mais, en ce moment, il avait surtout une trique incroyable. Dieu, que sa queue lui faisait mal ! Il aurait jamais cru que son membre pouvait à ce point le faire souffrir, et, pourtant... Dur et fort, son membre pointait en l’air, et encore plus quand Sora se rapprocha. La porte se referma, les enfermant ensemble, et Yocchi sentit son souffle lui manquer. Oui, indéniablement, cette petite était magnifique, un cadeau du ciel. Là, face à elle, Yocchi déglutissait, et, quand elle commença à lui grimper dessus, un profond soupir s’échappa de ses lèvres.

La fille n’avait plus sa culotte, et elle mouillait, encore et encore, sa cyprine tombant sur son sexe, le recouvrant. Ce liquide rebondissait et glissait dessus, le faisant soupirer. Elle s’asseyait contre lui, son ventre heurtant le sien, et lui, en souriant, posa une main sur sa nuque, et entreprit de la rassurer.

« T’en fais pas, t’es une pute, donc tu ne vas pouvoir qu’aimer ça... Et puis, ce n’est pas n’importe quelle bite, c’est celle de ton Maître, tu devrais être honoré que je daigne la plonger dans ta chatte de salope. »

Il ne fallait guère s’attendre à ce que le désir, l’excitation, le rendent doux. Le romantisme de Yocchi n’avait rien de tendre, il était, à son image, très pervers. Et, étant le Maître, il ne pouvait pas dire être, comme elle, à savoir vierge. Yocchi avait depuis longtemps compris la leçon. Ne montrer aucune faiblesse, rester dur et inébranlable. Il allait appliquer cette leçon avec Sora, et, tout en ayant une main sur sa nuque, s’empressa de poser l’autre sur son cul, de belles petites fesses fermes et moelleuses. Il en serra une dans sa grosse main moite, et sourit.

Yocchi était si excité que de la bave coulait un peu de ses lèvres, et, tout en maintenant une main sur son cul, il utilisa l’autre, pour commencer à déboutonner la chemise de Sora. Peu à peu, les boutons glissèrent, et la chemise s’ouvrit. Il en l’ôta pas pour autant, car il trouvait plus excitant de coucher avec elle dans son uniforme, mais approcha sa bouche de l’un de ses seins, venant le lécher, et le mordiller.

« Hum, un vrai corps de pute... Allez, on a assez patienté, ma chérie... »

Il la déplaça un peu, et, après quelques secondes, son sexe caressa le sien. Il sentit les poils pubiens, trempés, puis une résistance... Et s’enfonça en elle. Il la prit sur quelques centimètres en grognant, avant de sentir une résistance, et Sora commença à remuer, puis lui crispa sa main sur son cul, la forçant à se rabattre sur lui.

« Hmmm... Putain, ouaaais... !! »

Yocchi ferma les yeux en basculant en arrière, sentant Sora se tortiller contre lui. Il s’embrassa alors de l’embrasser, un baiser baveux, car, sous l’effet de l’excitation, Yocchi sécrétait beaucoup de salive. Il crispa ses grosses mains contre le corps de la femme, et sentit, peu à peu, son sexe s’enfoncer en elle, la minijupe de Sora se relevant, lui permettant ainsi de masser ses fesses.

Ensemble, ils formaient une magnifique position, et Yocchi l’embrassa goulûment, et même... Avec passion.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #21 le: Juin 24, 2016, 02:16:42 »

La respiration lourde et tremblante, Sora s'apprêtait à faire quelque chose de marquant dans a vie d'une fille, à savoir la perte de sa virginité. Elle n'avait jamais eu d'idées claires sur comment elle se serait imaginé ce moment là, mais certainement pas sur un siège de voiture avec Yocchi.  Et pourtant, la jeune fille continuait à mouiller, assez intensément, au point que des gouttes perlaient à l'occasion sur le sexe dressé de Yocchi, sur qui elle avait grimpé. Il voulu la rassurer à sa façon, en l'assurant qu'en tant que pute elle ne pourrait qu'aimer sentir sa bite s'enfoncer dans sa chatte, ce qui bien entendu contribua à la faire rougir d'autant plus. Il était de plus en plus flou, de plus en plus difficile pour elle de déterminer la réelle nature de ce qu'elle ressentait en cet instant préçis. Elle aurait du être horrifiée et dégoûtée, mais dans le même temps ne pouvait plus vraiment nier le fait qu'elle était excitée par cette situation.
La possibilité que Yocchi soit dans le vrai à son sujet commença à la heurter, quand il avait dit au tout début de leur tête à tête, qu'elle était trop sage, et que cela couvrait en réalité des fantasmes tellement osés qu'elle n'osait pas se les avouer ou les laisser sortir. Elle s'en sentit d'autant plus troublée et gênée, alors que Yocchi lui se mit à masser ses fesses d'une main, tandis que de l'autre, il ouvrit sa chemise et retira son soutien-gorge, laissant à l'air libre sa poitrine.

Mgnnnn...Haaaa...

Yocchi vint en effet lui sucer l'un de ses seins, et le fit de façon très bruyante, l'Otaku bavait en effet pas mal et n'allait pas demain morte quand au fait de lui sucer l'un de ses seins. Sora, même si elle portait encore sa chemise ouverte et sa mini-jupe, se sentait totalement nue néanmoins, et elle n'osa pas protester quand Yocchi déclara qu'il était temps d'agir. Il se repositionna, et Sora, tendue comme une corde de violon sur lui, le sentit approcher son sexe de ses lèvres intimes, et en frotta le bout sur les poils pubiens couverts de mouille qui les bordait. Et elle se tendit encore plus, quand elle sentit son gros sexe s'enfoncer en elle, et percer son hymen, lui prenant donc de façon effective sa virginité.

Nyaaaaaa...Aaaaaaaah....

Sora était à califourchon sur Yocchi, qui avait fini par la faire s'empaler complètement sur son sexe tendu, et il usait de ses mains posées sur son cul pour la faire remuer, tandis qu'il alla l'embrasser gouluement, tout en bavant contre elle.

Hmgnnnnn...

Sora poussait de longs soupirs étouffés par le baiser particulièrement intense que l'Otaku lui forçait à faire, tout en lui faisant faire des mouvements de va et viens en la soulevant et en l'abaissant en maitenant ses mains sur ses fesses. Les bruits humides qui s'échappaient de son intimité, alors que le sexe de Yocchi remuait dedans, achevèrent de la rendre honteuse, car elle se rendait compte à présent qu'elle continuait à mouiller, et que la douleur qu'elle avait ressenti n'était que passagère. Elle sentait maintenant au contraire la même chaleur montante que quand il lui arrivait de se caresser intimement, mais en beaucoup plus grand et rapide, et instinctivement au bout d'un moment, Sora se mit alors à remuer d'elle même, en posant ses mains sur les épaules de Yocchi pour prendre appui, et abaissait elle même son bassin pour aller s'empaler  sur son sexe.

Gnnnnn...y...Yocchiiiiiii...
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #22 le: Juin 24, 2016, 05:35:14 »

Elle n’était pas sa petite-copine. Elle n’était pas cette belle et innocente fille dont, dans les histoires, lui, le gros de la classe, le mal-aimé, le persécuté, victime d’ijime, louvoyait sans espoir. Non, ce n’était pas l’amour qui l’excitait, qui l’amenait à serrer son corps contre le sien, et à suer abondamment, ou à saliver en sentant sa queue, devenue une verge grosse et douloureuse, se perdre dans sa chatte, pulvérisant son hymen, lui arrachant sa virginité en quelques secondes, dans un océan de mouille. Dans la tête de Yocchi, de multiples images se mélangeaient, des idées toutes aussi perverses les unes que les autres, car c’était ça que Sora était. Un vide-couilles. Sa chienne. En un mot : son esclave. Et ça, ça, ça le faisait bander encore plus que quand il s’amusait à pirater des comptes en banque, ou à foutre en l’air la réputation d’individus en diffusant sur Internet des vidéos pornographiques d’eux. L’otaku était un véritable black hat, et, en ce moment, l’idée d’avoir une esclave, sa belle petite esclave, qui lui serait totalement soumise… Hum ! C’était là une toute nouvelle perspective qui se présentait pour Yocchi, qui, après tout, perdait aussi sa virginité ne ce moment.

Par conséquent, l’homme l’embrassa longuement, palpant de l’une de ses grosses mains le beau petit cul de la femme, son autre main caressant son dos, ou filant sur sa nuque. Oui, Yocchi aimait vraiment ça… Les gémissements de cette salope, ses couinements, son petit corps chaud et doux qui se pressait contre le sien… Autant de sensations délectables qui lui faisaient comprendre que, finalement, le sexe n’était tout de même pas si mal que ça. Il n’aurait jamais imaginé que Sora soit si parfaite que ça, ni qu’il s’amouracherait autant d’elle, mais c’était, pourtant, bel et bien le cas en ce moment.

« Haaa… Ma belle Sora, hmmm… Ta chatte est si étroite, haaa.. Ton Maître en a mal, ma petite pute… »

Il sentait les mains de Sora s’appuyer sur ses épaules, afin de s’aider, et elle glissait le long de son sexe, faisant couiner le fauteuil en cuir sur lequel les deux amants étaient assis. Baiser dans une voiture… C’était vraiment le pied ! N’importe qui pouvait les surprendre, et, loin d’en être gêné, Yocchi en ressentait au contraire une féroce excitation. Il continuait donc à prendre cette femme, faisant durer le plaisir, et l’embrassa à nouveau, plus violemment, de manière plus fougueuse, fourrant sa langue dans sa bouche.

« Haaaaa… !! »

Yocchi aurait bien aimé tenir plus longtemps, mais, malgré toute la bonne volonté du monde, son corps n’avait jamais été soumis à un tel plaisir. Sa respiration devenait lourde, alors que, dans l’habitacle, la chaleur devait bien atteindre au moins les 30° Celsius. Il soupirait bruyamment, soulevant et abaissant son lourd ventre, crispant ses doigts humides sur le cul de la femme. L’homme se refusait néanmoins à jouir après elle, mais sa queue, lourde, douloureuse, ne demandait en ce moment plus que ça : expulser tout ce foutre qui se formait en elle.

L’homme, pour le dire simplement, bandait dur, et n’attendait plus que l’orgasme de sa pute pour jouir à son tour en elle.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #23 le: Juillet 09, 2016, 01:49:24 »

Pour Sora, rien ne serait plus comme avant, du fait de ce qu'elle était en train de faire, et surtout de ressentir. Elle avait perdu sa virginité avec Yocchi, était en train de s'empaler sur sa queue monstrueuse, mais surtout, surtout, elle ressentait du plaisir à le faire. Elle n'arrivait pas à se l'expliquer, car son esprit était embrumé par le plaisir sexuel qu'elle ressentait, alors qu'elle chevauchait l'Otaku, à califourchon sur lui, elle levait puis abaissait son corps à l'aide de ses genoux, tandis que Yocchi lui palpait ses fesses et l'embrassait goulument sur la bouche, fourrant sa langue dedans.

Gniaaaaa...Hmmmm...


Sora avait chaud, et même si elle était présentement presque nue, avec sa chemise grande ouverte, ses jolis seins rebondissant au rythme de ses mouvements, il faisait très chaud à l'intérieur du la voiture du fait qu'ils baisaient dedans en plein été, les vitres fermées. Pour Sora, tout était en train de basculer, car elle était, dans un coin de sa tête, en train de sérieusement se demander si Yocchi n'avait pas raison, quand il avait affirmé tout à l'heure que sa timidité cachait en réalité une perversion sans limites. Elle n'osait y croire, mais pourtant jamais de sa vie elle n'avait mouillé autant, et la douleur de la déchirure de son hyen n'avait été que passagère, maintenant elle ressentait surtout la délicieuse sensation de la queue de Yocchi s'enfonçant dans son vagin, en écartant les parois, se fourrant dedans en titillant ses points les plus sensible. Oh qu'elle était grosse et large sa queue ! Sora ne pouvait s'empêcher de pousser un gémissement à chaque fois qu'elle s'abaissait entièrement pour faire pénétrer tout le sexe de Yocchi en elle, car elle se sentait alors pleinement remplie. Mais surtout, elle sentait son bas-ventre la brûler, tandis que chacun de ses mouvements étaient accompagnés des bruits de la queue de Yocchi remuant dans son antre intime trempée.
Tandis qu'elle remuait ainsi, Yocchi l'embrassait avec passion, n'hésitant pas à fourrer sa langue dans la bouche de la jeune fille, tout en lui palpant le cul à l'aide de ses deux mains, l'aidant en même tempsà remuer et à s'abaisser sur lui. Les minutes passaient, et peu à peu, Sora se sentit clairement sur le point de jouir, elle aurait voulu protester, mais Yocchi la maintenait contre lui et l'embrassait sans cesse, ce qui fit que finalement elle ne pu lutter contre, et finit par se tendre, se contracter, et à avoir un orgasme.

Nyaaaaaaaaaaa !!!!!

Du fait de la contraction des parois internes de son vagin, durant son orgasme, Sora sentit alors en même temps Yocchi venir en elle, sa queue tressautant libéra dans son intimité une grosse quantité de foutre, tapissant l'intérieur de son antre intime. Sora jouit donc pendant de bonnes dizaines de secondes, avant de finalement se détendre, un fin filet de salive glissant depuis la comisure de ses lèvres, et le regard hagard. Même en se caressant quand elle en avait vraiment envie, la jeune lycéenne n'avait jamais eu un orgasme aussi intense.
Et cet orgasme, elle l'avait eu en baisant avec Yocchi, un gros Otaku qui l'insultait et la traitait comme une esclave.
Il y avait, de fait, de quoi se remettre en question.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #24 le: Juillet 10, 2016, 12:42:33 »

On pouvait dire ce qu’on voulait sur le sex appeal d’individus obèses comme Yocchi, mais le fait est, quand il fallait faire le boulot, il assurait. Opulent et massif, Yocchi était comme une masse de chair qui s’abattait sur le frêle corps de la jeune femme, rappelant probablement à Sora ces lointains plaisirs préhistoriques de ces ancêtres, cette attraction ancestrale de la femme pour les corps musculeux, solides. Et Yocchi, à défaut d’être musculeux, était solide. Difficile de le soulever ou de le vaincre au bras-de-fer, alors, là, il était un amant terrible. Si la chaleur était éprouvante pour Sora, c’était encore pire pour lui, qui suait comme un bœuf, qui suait comme il n’avait jamais sué auparavant. Son corps était tout rouge, avec d’innombrables gouttes de sueur qui filaient le long de ce dernier, tandis que sa queue, douloureuse, grosse, immense, perforait l’intimité de la douce Sora. Maintenant plus que jamais, Sora n’était rien d’autre que sa petite pute, et il pinçait douloureusement son beau petit cul, fourrant sa langue baveuse en elle.

Sa main se déplaçait de son cul pour s’appuyer sur sa nuque, et il veillait à écraser son corps contre le sien, sa graisse heurtant le ventre de Sora, les seins magnifiques de la femme se perdant contre ses pectoraux.

« Haaaa… Haaaaaa… ! »

Pour le coup, lui aussi, le puissant Yocchi, si sûr de lui-même, était en train de se laisser aller. Il se sentait partir, mais se refusait à jouir avant sa salope… Mais avait-elle déjà joui ? Après tout, sa queue baignait dans du foutre, mais il savait, pour l’avoir déjà vu, que les filles mouillaient dès qu’elles avaient du plaisir. Comment déterminer son orgasme, alors ? Yocchi avait du mal à se contrôler. Le brave homme n’aurait jamais cru pouvoir être dans un tel état. Tout son corps était en feu, il n’arrivait plus à savoir ce qui se passait, ni même à réfléchir calmement, ne pensant qu’à son envie de jouir.

Furieux contre lui-même, mais aussi contre Sora, qui le mettait dans un tel état, en lui rappelant indirectement le fait qu’il était toujours, finalement, un simple puceau, il griffa son cul, le pinçant douloureusement, et sentit la femme se cambrer… Puis, alors qu’il tentait de se retenir, Yocchi finit par sentir sa queue tressauter, atteignant un stade supplémentaire dans cette douleur atroce et intense qu’il ressentait. Yeux clos, il crispa ses doigts sur le corps trempé de la femme, la voiture continuant à trembler. De dehors, on avait l’impression de la voir bondir d’avant en arrière, sautillant sur place, tandis que Yocchi finit par se lâcher.

« Hnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn… Saaaaaaaaaaaaalope… !! »

Le plaisir atteignit le point suprême, et, dans un ultime soupir, Yocchi éjacula en elle. Son premier orgasme, qui survint, en réalité, peu de temps après celui de Sora. Il balança plusieurs chapelets de foutre en serrant puissamment ses bras contre son corps, écrabouillant Sora contre lui, l’étouffant à moitié, et bava sur elle, sa langue sortant de sa bouche pendant les quelques secondes de son orgasme. Il eut l’impression de balancer des litres entiers de foutre en elle, car il n’avait jamais tiré autant de foutre en se branlant, hoquetant et gémissant en sentant des vagues supplémentaires le traverser.

Et puis, tout son corps sembla se calmer, et l’homme s’affaissa contre le fauteuil, respirant bruyamment, maintenant dans le creux de sa main le crâne de Sora, plaqué contre lui. La mouille de la femme avait déjà inondé le tapis de sol, filant le long de leurs cuisses, et une épaisse buée recouvrait toutes les vitres. Yocchi chercha à parler, mais sa bouche se refusait à émettre le moindre son, et il se contenta donc, pendant un moment, de respirer bruyamment, la sueur continuant à couler abondamment le long de leurs corps.

Yocchi respirait lourdement, la tête de Sora posée contre son épaule, son corps semblant peu à peu s’affaisser contre le sien. Il caressait distraitement ses cheveux trempés, et tira dessus, voyant ainsi qu’elle peinait à ouvrir les yeux… Et lui sourit alors. Sa langue alla alors lécher le nez de la femme, et il termina ainsi :

« Dors, ma chérie, Yocchi s’occupe de toi, désormais, ma petite chienne… »

Une vie nouvelle allait s’ouvrir pour Sora.

Et Yocchi, malgré son orgasme, ne manquait pas d’idées…



« DEBOUT !! »

Le fouet claqua dans l’air, puis heurta le doux fessier, claquant dessus, le son se répercutant dans toute la pièce, amenant ensuite les couinements… Ainsi que le doux crissement du latex.

Dans son dos, Yocchi bandait déjà. De fait, la sieste de Sora avait été assez longue, car, pendant qu’elle s’assoupissait dans sa voiture, il avait ouvert sa boîte à gants, sortant du chloroforme, et s’en était servi pour la faire dormir. L’amener chez lui avait été plutôt facile, car il disposait d’un garage, et il avait donc pu aisément, sans se faire remarquer, l’amener dans son appartement, puis l’avait déposé sur le sol, observant son corps endormi, avec une fascination mêlée d’excitation. Ne pouvant se retenir, il avait profité de son sommeil pour palper ses seins, lécher son corps, l’embrasser… Il s’était même allongé sur elle, se masturbant contre son ventre, et avait joui sur son estomac. Fort heureusement, Sora dormait d’un sommeil de plomb, et il avait laissé ce sperme sur elle, tout en la changeant, et en revenant de temps en temps se masturber sur elle.

Fort heureusement, l’homme était un fin consommateur sur Internet, utilisant l’argent volé sur les comptes en banque pour acheter quantité d’objets et de combinaisons qu’il entreposait, et qu’il allait maintenant pouvoir enfin utiliser. Hasard du sort, ou désir latent qui sommeillait en lui depuis des semaines, elles étaient à la taille de Sora, et, pendant qu’elle dormait, il avait préparé son salon, continuant à la palper, à la caresser intimement, la sentant gémir dans son sommeil, tout en commençant peu à peu à se réveiller.

Le coup de fouet fut donc le signal décisif, et la jeune fille se réveilla, ayant, face à elle, un miroir lui permettant d’observer la scène.

« Tu es si belle, ma Sora… »

Bien sûr, la jeune femme ne pouvait pas voir grand-chose, car elle avait un bandeau sur les yeux, ce dont Yocchi prit conscience, tout en étant dans son dos, et en caressant ses hanches. Sa grosse queue était déjà toute tendue, frottant contre ses fesses.

« J’ai joui au moins une bonne dizaine de fois sur toi pendant que tu te dormais… Et ce latex retient plutôt bien ma semence, j’adore te caresser, et la sentir contre mes doigts, c’est comme de la crème anglaise sur un magnifique gâteau au chocolat, ma Sora d’amour, ma petite salope… »

Il lécha son cou, mordillant ensuite doucement sa peau, tout en continuant à frotter ses hanches, sentant effectivement le sperme glisser un peu. Et, comme s’il comprenait la souffrance que cela devait être pour Sora, sa main retira son bandeau, lui permettant d’observer la scène…

Et quel ravissant spectacle !

Sora était attachée par les poignets, ses mains et ses bras recouverts de gants en latex. Ses seins étaient mis à nus, et elle portait de longs collants, ainsi qu’un long corset ouvert dans le dos, et avec une fermeture Éclair à hauteur du bassin. Prisonnière de l’homme et de ses fantasmes les plus pervers, elle était désormais sa poupée… Les mains de l’homme se saisirent alors des rebords de son gag ball, et, avant qu’il ne le retire, il glissa quelques ultimes mots :

« Je vais te baiser, Sora. Ça, c’est un fait indiscutable. Je vais te baiser, là, comme ça, maintenant, devant ce miroir, pour que tu te vois, petite salope, te faire baiser. Ce que j’attends de toi, maintenant, quand je retirerai ceci, c’est, outre t’entendre hurler, que tu t’insultes… »

Sa voix en vibrait d’une excitation malsaine et perverse, et il léchait sa nuque.

« Je veux que tu comprennes une chose essentielle, Sora. Tu peux retourner faire des études, tu peux décrocher un doctorat, devenir juge, députée, te marier, et avoir suffisamment d’enfants pour monter une équipe de foot’, ça ne changera rien au fait que tu seras toujours ma salope. Ce n’est pas une promesse, c’est un constat. Maintenant, et jusqu’à ta mort, ou jusqu’à ce que je me désintéresse de toi, Sora, tu n’es rien de plus que ma chienne, et ce sera toujours ainsi. Et, pour bien que tu le comprennes, ma chérie, je vais devoir t’humilier… T’humilier, et te baiser, encore, encore, et encore… Et, quand tu seras prête, je t’enverrais te faire baiser par d’autres mecs, pour que tu comprennes qu’il n’y a qu’avec moi que tu seras heureuse. Tu es à moi, Sora, rien qu’à moi, et à personne d’autre… »

La voix de Yocchi était courte, mais sourde aussi, pleine d’une excitation contenue, mais palpable. Sa main, elle, avait tiré sur la fermeture de sa culotte, et son membre, à nouveau, se rapprochait de sa chatte.

« Quand je retirerai cette boule, et que je m’enfoncerai dans ta chatte de salope, je veux que, entre tes couinements, tu hurles être ma pute, ma salope, ma chienne… Insulte-toi en te regardant dans le miroir, dis que tu aimes sentir mon foutre sur toi, que tu aimes plus que tout être ma salope… Et… Enfin, tu as compris ce que je veux, ma chérie… Ma douce petite pute… »

Il retira alors le gag ball, et, dans la foulée, posa chacune de ses mains sur les seins de la femme, pinçant les tétons… Puis la pénétra encore.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #25 le: Juillet 21, 2016, 04:45:19 »

Sora avait été en réalité en état de choc suite à son orgasme très intense, même si la jeune fille avait déjà joui par le passé notamment en se masturbant, rien n'avait jamais été au point qu'elle avait atteint, lorsque la queue de Yocchi après lui avoir fait mal, l'avait finalement amené au septième ciel. Outre la puissance de son orgasme, il y avait aussi le fait qu'elle l'aie eu avec Yocchi, que l'otaku obèse l'aie fait jouir n'était absolument pas prévu, qu'elle prenne un tel plaisir à se faire traiter de salope et à se faire baiser dans une voiture non plus. Elle avait donc un peu sombré, à cause de tous ces facteurs, et Yocchi en avait alors profité pour s'assurer qu'elle reste longtemps inconsciente, en usant de chlorophorme sur elle. Dans son état, Sora n'avait même pas pris conscience que Yocchi la droguait ainsi, et elle sombra dans un sommeil très profond, dont elle ne devait émerger que dans quelques heures. Durant ce laps de temps, la belle mais frêle jeune fille avait été telle une poupée de chiffon, que Yocchi avait pu déplacer à loisir, caresser, habiller, et préparer.

Elle n'émergea que peu à  peu,mais ce fut une soudaine décharge de douleur sur ses fesses, un véritablement claquement, qui la fit sortir de sa torpeur.

MGNNNNN !!!!!

Tout d'un coup, elle prit conscience d'avoir un bandeau sur les yeux, d'avoir une gag-ball dans la bouche, et d'être maintenue debout par des cordes attachées à ses poignets, elle avait donc les bras en l'air. Elle était encore ignorante de la façon dont Yocchi l'avait sapée, vu qu'elle était privée d'une partie de ses sens, mais elle sentait bien qu'elle portait de longs gants, des collants, et une espèce de corset qui ne semblait pas couvrir ses seins, vu qu'elle les sentait à l'air. Sora tenta bien entendu de se débattre un peu, mais elle se rendit vite compte qu'elle ne pouvait pas se libérer, et surtout, elle entendit et sentit Yocchi dans son dos. L'Otaku était là, juste dans son dos, nu, puisqu'elle sentait son gros ventre s'y coller, et surtout sa queue tendue qui heurtait ses fesses.
La jeune femme gémissait, le fait qu'elle soit aveuglée et attachée dans un endroit inconnu n'était pas vraiment fait pour la rassurer, et Yocchi était surtout là pour l'insulter, en faire sa chose. Il lui avoua des choses qui la firent rougir, gémir, comme le fait qu'il s'était masturbé sur elle durant son sommeil, et qu'il avait joui au moins une bonne dizaine de fois sur elle. Puis, il lui retira le bandeau qu'elle avait sur les yeux, et son regard se posa sur le large miroir qui était juste face à elle. La vision d'elle même dans une tenue en latex, attachée, les seins à l'air, et avec une gag-ball dans la bouche. Le fait de se voir dans cet attirail, dans cette position aussi humiliante, avec Yocchi nu derrière elle, lui fit extrèmement bizarre...voire même l'excita, même si bien entendu elle se refusait à l'admettre.

Hnnnn...Mgnnnnnn...

Yocchi lui parla alors, dans le creux de l'oreille. Il lui parla longuement, affirmant qu'elle lui appartenait, qu'elle était une salope, qu'elle ne serait réellement bonne qu'à ça, et qu'il allait longuement l'humilier et la baiser. Et Seigneur, elle se sentit tellement rougir durant ce long monologue qu'elle en avait chaud, surtout avec la combinaison en latex qu'elle portait. Yocchi porta alors sa main sur la culotte qu'elle portait, qui pouvait être fendue en deux à l'aide d'une fermeture éclair, et il l'ouvrit. Là, Sora vit alors que Yocchi ne s'était pas contenté de la changer, il lui avait intégralement épilée son intimité, qui était imberbe désormais.

Mmmmmmh...

Sora avait les larmes aux yeux, mais surtout car elle était en train de voir qu'elle continuait à mouiller comme une salope, comme Yocchi le lui affirmait depuis tout à l'heure, et parce qu'elle ne lui offrait de fait aucun argument pour contrer son affirmation. Un filet de mouille glissa depuis la culotte quand elle s'ouvrit en deux, et elle sentit alors la bite de Yocchi s'en rapprocher, frotter contre. Il lui ordonna alors que, une fois le gag-ball retiré de sa bouche, elle s'insulte, ce qu'il fit alors. Puis, avant même que Sora puisse faire quoi que ce soit, Yocchi glissa alors ses mains pour les poser sur ses seins tendus, et s'enfonça d'un coup dans la chatte de Sora.

Nyaaaaaaaaa...Aaaaaaaaaaah...

Yocchi se mit alors à remuer en elle, s'enfonçant pleinement dans son vagin pour se retirer, et recommencer, tout en pincant ses seins. Les jambes chancelantes, il n'y avait que les liens qui retenaient Sora à peu près debout, et son corps était balancé au rythme des coups de rein de Yocchi.

Ah...Ah...Nyyyyyyyya...

Yocchi bougeait en elle, la jeune fille sentait pleinement sa grosse queue s'enfoncer dans son vagin humide, et elle sentit à nouveau la sensation de chaleur se faire dans son bas-ventre. Elle craquait, et elle se sentait craquer, aussi la situation était parfaitement ingérable pour elle. D'un côté, son éducation japonaise traditionnelle, de l'autre, le côté impérieux du plaisir qui s'imposait à elle, malgré tout ce qu'elle pouvait tenter pour s'en défaire. La vérité était là, même si elle était difficile à admettre, mais elle aimait se faire baiser par Yocchi, elle aimait qu'il l'insulte, la traite de petite pute personnelle.

Ah...je...Nyaaaa...Y...Yocchiiiiiiiiii...

La respiration lourde, la jeune femme gémissait telle une catin en manque, d'autant que Yocchi prenait bien garde à ne pas aller trop vite, afin de juste remuer en elle pour la teaser, sans jamais de fait pouvoir l'amener aux portes de la jouissance, juste à leur entrée.

Je...je...je suis ta pute Yocchi...ta salope personnelle...Haaaaaaa!!!
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #26 le: Juillet 21, 2016, 06:09:27 »

Yocchi avait été très imaginatif pour le coup. Lui qui avait toujours vu le sexe avec dédain semblait y trouver une seconde nature, et il suffisait de voir tout ce qu’il avait préparé pour Sora pour le réaliser. La pièce était relativement sombre, et, toute excitée qu’elle était, Sora n’avait pas vu le « décor ». En réalité, tout en l’attachant, et en la laissant dormir, Yocchi avait utilisé de multiples caméras, qu’il avait fixé sur des trépieds, et les avait mis autour de la scène. Il y avait également quelques caméras situées en hauteur, tous étant reliés à son ordinateur. C’est ainsi qu’il avait pu ajuster les angles de vue. La photographie avait toujours été l’un de ses hobbys, une arme qu’il utilisait volontiers. Tout petit, il adorait faire des zooms depuis la fenêtre de sa chambre, afin de surveiller les gens dans la rue... Et il avait fait ça, jusqu’au jour où, en regardant chez les voisins, il avait vu un couple faire l’amour. Par la suite, Yocchi avait utilisé au mieux ses caméras et ses webcams, pour faire chanter les autres... Et là, il en découvrait une nouvelle utilisation.

Mais, pour l’heure, place au spectacle. Il avait senti la mouille de sa salope en approchant sa queue, et constata que Sora lui était définitivement vouée. Son petit monologue avait eu l’effet escompté, balayant tous les doutes de Sora, et lui rappelant ce que, fondamentalement, elle était... Une salope, une infâme pute, toute juste bonne à se faire fourrer. Oh, comme il aimait l’insulter, mais il aimait encore plus la pénétrer. Il s’ »enfonça doucement en elle, au début, jusqu’à ce qu’elle commence à s’insulter, puis, en souriant, Yocchi pinça plus durement les seins de la femme, et donna un coup de hanches nettement plus fort, sentant sa queue glisser dans les tréfonds de son sexe.

« Hmmmm... Ma salope, haaaa... !! »

Sa bouche lécha le cou de la femme, et il alla même la mordre, sentant ce délicieux latex en sueur, et l’entendant gémir et couiner. Les cordes se tendaient et se tiraient, tandis que le corps de Sora partait vers l’avant, avant de filer vers l’arrière, Yocchi la ramenant avec ses mains. La position n’était pas très assurée, pas très stable, mais, peu à peu, Yocchi arrivait à s’habituer, à accélérer le rythme, l’une de ses mains relâchant l’un des seins de Sora pour se poser sur son ventre, s’appuyant fermement sur son estomac. Il y avait là un meilleur appui, et, ainsi, en la serrant contre son corps, Yocchi continua à la baiser, à la sentir gémir et s’insulter, tout en léchant son oreille, et en bavant sur elle. En effet, de ses lèvres, sa salive coulait sur le creux du cou de la femme, et, tout en faisant ça, il gloussait parfois, son gros ventre s’enfonçant dans le dos de la femme, provoquant des claquements spongieux avec sa tenue en latex.

« Oh, Sora, Sora, haaaa... Ma salope, oui... Ma sale petite chienne, haaa... Tu aimes ma bite, h-hein ? H-HEIN ?! En-Encore, oui, hurrrmpfff... Ta chatte est si serrée, ma petite pute... »

Il suait abondamment, et, avec sa main posée sur son ventre, il sentait le crissement du latex, mais aussi le contact glissant de son sperme, sous elle. Yocchi renâclait même parfois, son nez fourré dans les longs cheveux trempés de Sora, tandis que son énorme queue continuait à filer en elle. Ce vit impérial était comme un aigle qui venait de se fourrer dans le nid, le remplissant intégralement. Rien n’était épargné à la jeune femme, qui était prise sauvagement, avec son bourreau et amant qui s’enfonçait contre elle, à tel point que le corps de Sora remontait parfois sur le devant, retenu néanmoins par les liens.

Peu à peu, Yocchi déplaça ses mains, et agrippa l’une des chevilles de la femme, soulevant sa jambe tout en restant ancré derrière elle, continuant à la baiser, enfonçant ses doigts dans sa chair et dans ses collants en latex, usant de son poids et de son ventre pour faire glisser Sora contre sa queue.

« Hnnn... Gnnnnnhhh... Saaaaaalope, haaaa... »

Yocchi respirait abondamment, soufflant fort, mais les cheveux de Sora commençaient à le déranger, car, du fait de leur position respective, il les sentait régulièrement contre son visage. C’est ce qui l’amena à pousser alors la femme, et, tout en maintenant sa verge plantée en elle, l’abaissa lentement. Les cordes retenant la femme se tendirent au maximum, mais, en définitive, elle finit devant lui, et Yocchi put la prendre en levrette, s’aplatissant sur son corps, ses grosses mains et son gros ventre s’enfonçant dans son dos trempé.

« Salope... ! Salope... ! Salope... !! »

À chaque coup de reins, l’homme l’insultait, grognant, le corps de Sora filant d’avant en arrière, tandis qu’elle se faisait littéralement et sauvagement baiser sur place, son corps n’étant plus qu’une poupée de chiffon que Yocchi manipulait à sa guise, en la faisant partir d’avant en arrière.

Il suffisait à Sora de lever sa tête pour se voir dans le miroir, et, surtout, pour voir son Maître, qui ressemblait plus à une sorte de croisement entre une éponge et un grizzly qu’à un gros tas amorphe. Yocchi suait en effet abondamment, mais il semblait avoir une vitalité incroyable, en prenant ainsi la jeune femme. Encore et encore, il malmenait son corps, set ce pour son plus grand plaisir.
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #27 le: Juillet 22, 2016, 11:08:21 »

Bon dieu mais que lui arrivait-il ? Sora, l'élève studieuse et timide, toujours très respectueuse, dont aucune injure ne sortait des délicates lèvres, était en train elle même de se traiter de grosse pute, et de céder à Yocchi. Il lui arrivait qu'au fond, Sora avait toujours eu ces fantasmes enfouis en elle, comme Yocchi l'avait en réalité bien diagnostiqué, et l'Otaku avait fait ressortir ça. Elle n'avait jamais voulu, ni osé, laisser sortir ces facettes de sa personnalité, elle qui était clairement issu de l'éducation japonaise à l'ancienne. Mais c'était paradoxalement cette même éducation, très stricte, très dure, qui faisait qu'une fois confrontée à ses propres fantasmes, et après la phase de refus, Sora était telle un barrage qui cédait complètement. Elle aimait ce que Yocchi lui faisait, et se mit à couiner telle une salope quand il se décida à accélérer le rythme de ses coups de rein, se décidant enfin à enfoncer sa grosse queue au plus profond de sa chatte serrée, et ce pour son plus grand bonheur.

HAAAAAAAAN !!! O...OUIIIIIII !!!!

La jeune lycéenne sentit alors une décharge de plaisir la traverser, une vraie bouffée de chaleur dans son bas-ventre alors que Yocchi, transpirant tout contre elle, bavant dans son cou et continuant à l'insulter, se mettait à vraiment la baiser. Le corps de Sora se balançait au rythme de ses coups de bassin, qui faisaient que la queue de l'Otaku s'enfonçait dans sa chatte toute chaude, humide à souhait, et terriblement serrée, ce qui augmentait encore plus la sensation de friction des chairs intimes. Absolument pas habituée à une telle intensité, et parce que la situation au final l'excitait passablement, Sora ne tarda pas à jouir juste après ça, se tendant tandis que Yocchi lui continuait à la besogner. Elle couinait, gémissait, en balançant sa mouille, mais pour autant elle en voulait d'avantage, elle voulait que Yocchi la baise encore, encore, et encore, et fort heureusement l'Otaku était loin d'en avoir fini avec elle.

O...Oui Yocchi...Haaaaan...je suis ta pute, ta traînée...baise moiiiiiiiii...

Il avait fallu au final peu de temps pour que Sora cède, mais peu de gens avaient eu autant de culot que Yocchi pour enfoncer ses restrictions, et la libérer pour ainsi dire. Yocchi, au bout d'un moment, souhaita varier un peu leur position, et se saisit de l'une des cuisses de la jeune femme pour relever sa jambe et la maintenir en l'air. L'intéret de cette position était surtout du au miroir, ce qui fit qu'ainsi, Sora pu avoir un point de vue complètement dégagé sur la verge de Yocchi rentrant dans son intimité. La vision faisait ainsi écho aux sensations, et aux bruits, la jeune femme avait tous les éléments pour savoir exactement de quelle façon Yocchi était en train de la pénétrer. Cette vision la fit encore rougir, alors que son corps était en transpiration du fait de la combinaison en latex qu'elle portait, et qu'il remuait de haut en bas sous ses coups de reins. Mais surtout, à l'occasion d'un bref regard sur le côté, Sora nota la présence d'une caméra, puis de deux, puis d'une multitude qui étaient activées, la filmant sous tous les angles possibles. Le fait de se savoir en plus filmée, l'ammena à avoir un second orgasme, juste avant que Yocchi ne la pousse en avant. Ses bras se trouvèrent tendus et tirés, alors qu'elle était désormais penchée, et que Yocchi la prenait désormais en levrette.
Ainsi positionnée, en regardant le miroir, la jeune femme se voyait ainsi avec Yocchi derrière elle, les mains posées sur ses hanches, son gros ventre remuant au rythme de ses coups de bassin et claquant contre ses fesses, tout en la traitant de salope à chaque coup. Elle, voyait surtout son propre visage, l'expression de plaisir intense qui s'en dégageait alors qu'elle se faisait baiser comme une chienne. Et c'était là, là, qu'elle se rendait compte qu'elle avait sombré, et qu'elle aimait ça.
Journalisée
Princesse Alice Korvander
Serial-posteur
Modérateur
-
*****
Messages: 6433

avatar


Voir le profil
FicheChalant
Description
"Hear me Roar !"
« Répondre #28 le: Juillet 22, 2016, 12:20:00 »

Ah, mais que c’était bon ! Putain, putain, que c’était bon ! Yocchi grognait et haletait comme une sorte de porc, tant il était... Transcendé par ce qu’il vivait. Il voyait le véritable visage du sexe. Ce n’était pas la magnificence de la beauté, quelque chose de doux et de sensuel, de réservé uniquement aux plus beaux, et délaissé aux gros. C’était un acte de violence, une alchimie violente et brutale entre les corps, une sorte de sport sauvage consistant à imposer sa marque sur l’autre. Dans cette société où la puissance masculine perdait, chaque jour, de ses attraits, Yocchi acquit la conviction que, dans le domaine du sexe, le mâle garderait toujours une position privilégiée, dominatrice, car aucun doigt, aucune main, ne pourrait remplacer l’intensité d’un coït, d’une queue qui s’enfonçait en vous, et ce non seulement en raison de la taille de l’organe, mais aussi, et surtout, du fait de sa position. L’appareil géniteur était situé sur le bassin, au milieu du corps, et on pouvait donc le déplacer en usant tout le corps, alors qu’une main avait une amplitude forcément plus limitée. Là, à travers ce simple monceau de chair, c’était tout le corps de Yocchi qui se déplaçait, des pieds à la tête, en passant par le ventre et par les mains. Comme la Nature était donc bien faite !

Il ne savait pas trop si Sora avait joui, car il sentait de la mouille depuis le début, et, emporté par son élan, il était bien incapable de le dire... Néanmoins, il entendait la jeune femme hurler, des hurlements de plus en plus sincères, de plus en plus forts, de plus en plus violents, comme si elle acceptait progressivement sa véritable nature. Là, prise en levrette, son corps remuait d’avant en arrière, et lui, malgré sa trique phénoménale, et son excitation surréaliste, avait quand même le temps d’admirer ce corps magnifique, ses hanches parfaites, cette Sora positionnée à quatre pattes devant lui. Ah, quelle beauté ! Quel moment, quel moment !

« Hnnn... Oui, Sora, haaa... Merde, j’pensais vraiment pas que... Que t’serais une... Une telle CHIENNE, putain !! »

Il ne pensait pas que les choses iraient aussi loin, surtout, et que Yocchi, en voulant juste jouer avec une petite timide, se retrouverait pris à son propre piège. Car, plus il la baisait, et plus il était happé par toutes ces sensations. Celle de sa queue défonçant sa petite chatte, bien sûr, mais aussi tout ce qui allait autour. Les combinaisons, le frottement des corps, le claquement des chairs, la peau moelleuse et chaude de Sora, lui qui la giflait, encore et encore. C’était fou à dire, mais tout ça lui faisait découvrir des sensations inattendues, réveillait en lui une force qu’il avait longtemps cru endormi, stimulé son imagination. Depuis quelques mois, en réalité, Yocchi s’ennuyait. Ses arnaques sur Internet, ses chantages, lui avaient semblé de plus en plus fade, et c’était par envie du renouveau qu’il avait pensé à un chantage sexuel avec Sora. Mais maintenant... Maintenant, le simple fait d’avoir emmené Sora chez lui était une violation d’absolument toutes ses règles de précaution, mais ça avait été plus fort que lui. Quand il avait fini de la baiser dans la voiture, il n’avait pas pu se résoudre à la balancer sur le trottoir. L’idée était partie de son esprit aussi rapidement qu’elle était venue, et c’était en roulant vers son appartement qu’il avait mis au point tout ça, toute cette stratégie dans sa tête. Pour ça, il ne pouvait qu’en remercier Sora... À sa manière.

Yocchi sentait l’orgasme approcher. Impossible de le retenir, ce qui l’amena alors à opter pour une ultime position, la meilleure. Fort heureusement, le fait qu’il soit très gros faisait qu’il pouvait porter, et, de plus, le sexe lui donnait le sentiment de décupler ses forces. Ainsi, tout en haletant et en respirant fortement, il remonta ses mains le long des hanches de Sora, jusqu’à ses aisselles, et appuya dessus, grognant et soupirant en la soulevant. La corde contribua à l’aider un peu, en hissant également le corps de Sora, puis il la remit debout.

« Hurrm... Salope, haaa... Laisse-toi faire, petite pute... »

Qu’il haletait fort ! On avait l’impression qu’il venait de courir un 3x500 mètres, mais il parvint à soulever la jeune femme, et, très rapidement, abaissa ses mains à hauteur des genoux de la jeune Sora... Puis la souleva, grognant sous l’effort. Encore une fois, son ventre contribua à l’aider, en faisant glisser Sora, et, surtout, en la maintenant contre elle, car Yocchi suait tellement que son ventre en était collant, le latex se serrant dessus.

Autrement dit, Sora se retrouva suspendue en l’air, maintenue par les jambes, avec les mains de Yocchi sur ses genoux. Une position très acrobatique, s’il en est, mais que Yocchi pouvait volontiers faire. Ici, il offrait à Sora une vue magnifique, grâce au miroir, sur son propre corps en sueur, mais aussi sur la queue de Yocchi. Pour faire remuer son sexe, il donnait de légers coups de hanche, mais relâchait surtout la pression au niveau de ses doigts, de manière à faire glisser Sora, puis la relevait ensuite. Son visage près de ses oreilles, il sentait l’orgasme taper, et, quelques secondes avant, lécha justement le lobe d’une oreille, et glissa quelques mots :

« Tu es à moi, ma magnifique salope... Ma chienne pour toujours... »

Il soupira ensuite en se crispant, et son phallus sembla tressauter sur place... Puis le sperme fusa dans l’intimité de Sora, filant en elle, Yocchi allant la mordre dans le creux du cou, comme une espèce de vampire qui serait en manque de sang, tout en soupirant longuement. Il jouissait furieusement, pendant de nombreuses secondes, le sperme ne tardant pas à couler le long de son sexe, de ses testicules, tombant sur le sol, où une flaque faite de sueur, de mouille et de foutre était en train de se constituer.

« Aaaaaahhh... Putain, Soraaaa... »

Dans un immense soupir, la main de Yocchi détacha la corde, et, juste après avoir joui, il se retira d’elle. La jeune femme s’écroula sur le sol, plus précisément dans la flaque, et Yocchi resta devant elle, en respirant lourdement, continuant à suer abondamment.

« Merde, ma salope, t’es tellement bonne... Mais regarde toute la saloperie que tu as foutu sur le sol, petite pute, à force de mouiller comme une catin... ‘Faut... ‘Faut que tu me nettoies tout ça... Avec ta langue... Enfin, quand tu pourras te mettre à quatre pattes, héhé... »

Yocchi avait même du mal à rester debout, et ne tarda pas à s’asseoir sur un fauteuil, à côté d’elle, et attrapa dans ses mains tremblantes une caméra.

Il lui laissait le temps de se reposer, avant de continuer ses petits jeux pervers...
Journalisée


Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal, soit celui-ci.
Yulia Vesselovski
Humain(e)
-

Messages: 663

avatar


Voir le profil
Fiche
« Répondre #29 le: Octobre 13, 2016, 02:10:25 »

Sora devenait incapable de réfléchir correctement, car c'était là ses plus bas instincts qui prenaient le dessus, ceux que son éducation stricte avait tout fait pour éradiquer, mais qui n'avaient au final fait que se terrer au fond de son esprit. Là, ils ressortaient en pleine puissance, et d'autant plus grands et pervers. Sora ne pouvait plus tellement se mentir à elle même à ce stade là, elle s'entendait gémir comme une putain en se faisant baiser, mais surtout, en se faisant baiser par Yocchi. L'Otaku était puant après avoir passé des jours sans se laver, et d'autant plus maintenant qu'il suait beaucoup, il était gros, gras, vraiment pas avec un physique gratifiant...et pourtant, pourtant elle adorait se faire baiser par lui.

Alors qu'il enfonçait sèchement sa queue en elle, en la prenant par l'arrière en changeant régulièrement de positions, Sora avait joui au moins trois fois en un laps de temps court, à peine quelque minutes, couvrant à chaque fois le sexe du jeune homme de sa cyprine chaude, et lubrifiant encore d'avantage son vagin dans lequel, malgré son étroiteté, Yocchi pouvait désormais se glisser aisément.

Gnyaaaaaa !!! Haaaaann !!!

Elle avait terriblement honte, mais c'était tellement plus fort qu'elle ! Elle mouillait comme jamais, même lors des rares périodes où elle s'était masturbée fréquemment, jamais Sora n'avait autant sécrété de cyprine, et jamais elle n'avait joui autant. La jeune femme subit de la part de Yocchi une ultime position, où il la souleva en la maintenant par les genoux. Ses cuisses bien écartées, Sora regarda alors le miroir juste en face d'elle, et vit alors parfaitement le gros sexe de Yocchi la pénétrer, encore et encore, alors qu'il faisait tout pour remuer en elle. Il la soulevait et l'abaissait à l'aide de ses mains, tout en étant collé dans son dos, son gros ventre collant de sueur se frottant contre sa combinaison en latex.
Sora était à ce stade là vaincue, il en avait fallu, finalement, bien peu, vu que Yocchi avait eu raison à son sujet. Un semblant de honte demeurait en elle vis à vis de ses réactions, mais le fait d'avoir ainsi enchaîné les orgasmes en compagnie de Yocchi l'avait littéralement mise face à ses propres fantasmes. Elle aimait le surpoids de Yocchi, son odeur de transpiration et de saleté, la façon dont il la traitait comme une pute. Sora ne parvint plus à se contenir, et lâchait tout, et elle eu un ultime orgasme quand Yocchi finalement se vida en elle. La sensation du sexe de l'Otaku, profondément enfonça en elle, qui tressautait...elle était parfaitement consciente de tout ça, et sentit pleinement le sperme fuser dans son vagin, vague après vague de foutre alors qu'il grognait dans sa nuque. C'était la deuxième fois aujourd'hui que Yocchi se vidait en elle, et un constat se fit vite dans l'esprit de Sora, c'était qu'elle adorait ça, sentir un homme éjaculer en elle, et l   a remplir de foutre chaud qui dégoulinait ensuite de sa jolie fente intime.
Lorsqu'elle eut son dernier orgasme, la voix de Sora sembla se couper, elle avait juste ouvert grand la bouche en se contractant elle même, mais aucun son n'en sortit, seul un long et délicat gémissement vers la toute fin, quand Yocchi finalement la détacha pour la laisser tomber au sol. Recroquevillée sur elle même, Sora resta ainsi un moment sur le sol, à tremper dans une flaque de cyprine et de sperme, qui étaient les restants de leurs ébats, mais surtout elle en sentait encore couler le long de son intimité désormais épilée. Yocchi lui était allé s'installer sur un canapé proche, nu, avec toujours le sexe tendu, et s'était saisi d'une caméra pour commencer à la filmer, tout en lui ordonnant de nettoyer la saleté qu'elle avait fait.
Maintenant qu'elle avait autant joui, et que Yocchi l'avait libérée, on aurait raisonnablement pu penser que Sora en profiterait pour se rebeller face à ce qu'elle venait de subir. Mais la jeune fille n'en fit rien, et si elle prit un moment pour se reposer un peu, quand elle se redressa, ce fût pour se mettre à quatre pattes devant la flaque sur le sol. Elle baissa alors son visage, et tandis qu'une bonne partie de ses cheveux trempa dans sa propre cyprine, Sora elle avait surtout approché son visage de l'endroit où la concentration en sperme était la plus grande, et elle tira la langue pour la faire tremper dedans.

Aaaaaaah...

Regardant Yocchi, qui était probablement en train de la filmer avec sa caméra, la lycéenne fit lentement tourner sa langue dans cette petite flaque de sperme et de cyprine, avant de laper comme le ferait une chienne. Elle le fit à quelques reprises, puis approcha d'avantage ses lèvres pour cette fois l'aspirer en plus grandes quantités. Étais-ce la combinaison en latex qu'elle portait ? Le fait qu'elle aie joui quatre fois en l'espace de quelques minutes ? Le fait qu'il la filme tout en la regardant ? Peut-être même un ensemble de tous ces facteurs et bien d'autres encore, mais dans tous les cas Sora était méconnaissable, car il était évident qu'elle était en train de prendre son pied à ainsi nettoyer ces fluides intimes sur le sol. En bonne petite chienne de ménage, Sora nettoya le tout. Oh certes il faudrait nettoyer par des moyens plus conventionnels pour vraiment que ça soit propre, mais de fait, la lycéenne venait d'absorber une bonne partie de ce qui se trouvait sur le sol. Elle se redressa alors légèrement, tout en restant à quatre pattes, les joues toutes rouges en voyant la petite diode lumineuse de la caméra qui indiquait qu'elle filmait.

J'ai...j'ai nettoyé comme j'au pu Yocchi...
Journalisée

Tags:
Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox