banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Sous l'océan.... [Pv]  (Lu 6827 fois)
Ryujin
Dieu
-

Messages: 239



Voir le profil
Fiche
« le: Octobre 09, 2015, 07:52:09 »

Le temps se mourrait, la mer se desséchait !  Et tout cela à cause des humains. Ryujin venait d’assister à un choc pétrolier et cela avait été un vrai marasme. Il avait senti dans son cœur comme dans ses tripes la violence du choc et le poison de cette eau de roche jusque dans son sang, comme un poison qui était si difficile à éliminer. Cela avait entrainé chez lui une sorte de violente fièvre particulièrement dévastatrice. Elle n’avait pris fin qu’avec la fin du nettoyage de l’océan. Oh, il en restait, mais ça, ryujin en faisait son affaire. L’être humain était un destructeur par nature.

La scène avait été violente. Au Lycée de Seikusu, il avait commencé à trembler, comme une crise d’épilepsie, sauf qu’après ça avait été pire. Toute les arrivées d’eau avaient sauté, avait été ravagées alors que le bâtiment principal commençait à s’imbiber d’eau… ça il ne l’avait pas fait exprès. Par contre, uen fois « remis » il avait filé sur la plage et il avait plongé dans l’océan pour se requinquer. Et c’était là que tout avait vraiment commencé.

Il n’avait nullement préparé ses armées marines à une guerre, jamais. Il avait juste fait ce que n’importe qui aurait fait à sa place :  il avait laissé éclater sa colère. Une colère à l’image du dragon qu’il était : puissante. Infinie. Depuis un mois, aucun bateau n’avait pu entrer ou quitter un port japonais. Les vagues, de plus en plus hautes ne tarderaient pas à devenir de véritables tsunamis si cela continuait. Bref, le marasme évident pour tout le pays. Viser une petite ile était tellement plus simple qu’un continent…il commencerait par là, et ensuite il étendrait sa colère. Il ne resterait aucune terre habitable ! Jamais plus ! Une vraie planète bleue. Enfin.

Bon nombre avaient essayé, bon nombre s’y étaient cassé les dents. Pas lui. Car il ne comptait pas laisser de rédemption possible. Trop tard ! Sous sa forme draconique, la forme qui lui permettait d’user de tout son pouvoir, de toute la magnificence des forces de l’océan, et de toute leur horreur en même temps. Les vagues de monstres marins se répandraient et finiraient après le travail. Bonne méthode, non ? Il eut un puissant rugissement de colère, audible à des dizaines de kilomètres à la ronde. Le mélange du rugissement du lui, du barrissement de l’éléphant, et avec un côté indéfinissable qui devait ans doute se rapprocher du dinosaure.

Une présence pourtant semblait défier la toute-puissance de Ryujin ; Une puissance sans doute bien trop terrestre et bien  trop terrienne Pas une question de puissance brute, mais une question de nature, on ne contrait pas la mer avec la terre. On subissait la mer. La mer était, par essence, le déchainement incontrôlable, car ‘eau était mouvement, changement, bon comme mauvais. Salvateur comme destructeur.

Il reconnaissait au moins en cette puissance l’apanage d’une divinité et ne put qu’émettre un nouveau hurlement, de défi cette fois alors qu’il sillonnait l’eau pour rejoindre la côte japonaise vers la ville de Seikusu. La présence était au port, au bout de la jetée. Sur une sorte de Yacht. Ils venaient de lever les amarres. Bande d’idiots ! Peut-être pensait-elle qu’ainsi elle le stopperait ? Vain !  Stupide !  La mer était son domaine !  Le sien et celui de personne d’autre !

Ryujin s’approcha, sous l’eau, et émergea d’un coup d’un seul, venant heurter la coque du bateau qui rompit dans un craquement métallique. Il regarda le bateau et pour empêcher toute survie fit s’enfoncer immédiatement le bateau à l’aide d’une profonde lame de fond. Mais il y avait encore de la puissance à la surface. Trois êtres se débattaient dans l’eau pour rester en surface… une femme et deux hommes en noir. Des gardes du corps ? Non, sans doute des matelots, ils étaient si petits qu’il était difficile de voir distinctement les couleurs des tenus… c’était comme si un homme cherchait à lire une écriture sur le dos d’une fourmi…

« Vous êtes finis ! »

Nouvelle lame de fond, les eux hommes disparurent, seule restait la jeune femme au pouvoir divin. Il émoit un nouveau rugissement et plongea sur elle, comme pour l’avaler. Mais il se contenta de la saisir entre ses dents pour replonger avec elle dans les abysses. Il l’entrainerait ainsi, entre ses crocs, coincée, meurtrie peut être un peu – mais un ou deux bleus n’a jamais fait de mal à personne -  dans un endroit où nul air ne viendrait… les profondeurs. Et il continuerait bien au-delà… jusque chez-lui. Il lui montrerait ce qu’il coûtait de s’opposer à un Dieu. Il l'emmenait sous les eayx, dans son paialis de perle et de corail, la plus belle merveille du mponde, même si elle était insoupçonnée. Là bas, ce serait respirable.

Il la déposerait sur le sol de marbre veiné de couleurs irisées. et ensuite il aviserait
Journalisée
Saori Kido
Dieu
-

Messages: 151



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Octobre 14, 2015, 06:54:47 »

Miss Kido écoutait d'une oreille distraite le professeur de mathématiques faire son cours. La réincarnation de la déesse de la guerre s'était finalement bien adaptée à sa nouvelle vie. Les combats semblaient bien loin dans son lycée de Seikusu. Pourtant, ils remontaient à moins d'une année. Le monde était désormais en paix pour une longue période, du moins, en théorie. La jeune fille avait décidé de réintégrer le monde des simples mortels et de redevenir la jeune fille de maintenant dix-sept ans qu'elle avait été. Abandonnant le Sanctuaire au nouveau grand pope, elle avait choisi de reprendre le lycée et de mener durant quelques temps une vie d'adolescente normale ou presque. Loin de ses chevaliers, elle pouvait être plus elle-même, plus libre de faire ce qu'elle avait envie sans avoir de compte à rendre. Bien sûr, Tatsumi était toujours sur ses talons mais elle n'allait pas s'en plaindre. Ils avaient pu reprendre leur rituel du matin qui avait été longtemps interrompu. Il y avait peu de chance que ses chevaliers apprécient ce que lui faisait le majordome. Ils avaient bien tort car elle avait adoré ça depuis le début. Même si elle n'en laissait rien paraître, Saori était le genre de fille plutôt chaude. Oh elle connaissait les priorités. Elle avait joué son rôle de sauveuse du monde et n'avait pensé à rien d'autre durant ces moments. Mais là, elle profitait de la vie, de sa nouvelle vie de libre, jeune, belle et qui avait envie de s'amuser.

En arrivant dans le coin, elle n'avait pas tardé à perdre sa virginité vaginale. Celle de son postérieur avait été prise par son majordome il y avait un certain temps de ça. Dès lors, elle avait plusieurs histoire au lycée et en dehors. Alors elle espérait bien pouvoir encore profiter un bon moment encore de cette vie où elle pouvait laisser libre cours à sa libido. Par contre, les cours s'était moins sa tasse de thé. Elle bailla en essayant de se cacher derrière son livre. Assise au dernier rang, elle remarqua alors le manège de sa voisine. Cette dernière cherchait à attirer son attention. Jetant quelques coups d'oeil au professeur, elle avait remonté sa jupe d'écolière, dévoilant légèrement sa petite culotte et se caressant du bout des doigts en faisant des clins d’œil à sa voisine. Voilà qui était nouveau. La jeune fille n'avait encore jamais été avec une fille. Il fallait bien tester. Elle lui fit un clin d'oeil et leva la main.


« Oui, miss Kido. »

« Excusez-moi professeur mais Hinami n'a pas l'air de se sentir bien. Je peux la conduire à l'infirmerie monsieur ? »

Le professeur les regarda mais finit par accepter et les demoiselles ne se firent pas prier pour quitter la salle de classe. Leur destination ne fut pas l'infirmerie mais les toilettes. Elles s'enfermèrent dans une cabine de libre après avoir vérifié que personne ne se trouvait là aussi. Les deux demoiselles ne mirent pas longtemps à commencer de s'embrasser. Les mains couraient sur les vêtements alors que les corps se frottaient et s'excitaient doucement. La main d'Hinami vint se perdre sur l'entrejambe de Saori et l'exciter avec douceur. Mais soudain, tout tourna au vinagre. Les conduites d'eau explosèrent, inonda les toilettes et mouillant les deux demoiselles qui s'en seraient bien passées. Sortant en courant des lieux, Saori se rendit vite compte que ce n'était pas normal notamment parce que tout le lycée était touché.

Elle appela rapidement son majordome et attendit la voiture en essayant de se concentrer, faisant appelle à tous ses sens y compris ses sens de déesse. Il se passait quelque chose de grave et c'était lié aux océans. La jeune fille le sentait. La voiture arriva et elle sauta à l'intérieure, indiquant le port et demandant à ce que son yacht soit près à partir. Les chevaliers attendraient. Elle ne les dérangerait que si elle ne pouvait pas faire autrement. Sur le chemin, elle se dit que c'était étrange que cela vienne des océans. Elle avait emprisonné Poséidon dans son urne pourtant. Se serait-il échappé ? Le sceau devait garantir son emprisonnement mais un sceau pouvait se briser. Cela devait être le cas à moins qu'elle soit fasse à une nouvelle menace.

A peine arrivée au port, elle monta à bord de son yacht, prêt à partir. Sauf que rien ne se passa comme prévu. Ils venaient juste de quitter le quai lorsque le navire fut frappé par des lames de fond et ne tarda pas à sombrer. Par chance, il n'y avait que deux marins à bord. Saori avait refusé que d'autres personnes l'accompagnent notamment Tatsumi. Elle se retrouva à flotter dans la mer mais n'eut pas le temps de faire grand chose, un gigantesque serpent vint engloutir les deux hommes avant de les entraîner dans les profondeurs. Saori se préserva du manque d'oxygène par le biais de sa cosmo-énergie. Cependant, elle perdit connaissance. Lorsqu'elle reprit ses esprits, elle ne savait pas où elle était. Elle était trempée et dans un palais inconnu. Elle toussa plusieurs fois en crachant de l'eau. Où avait-elle encore atterri ?
Journalisée

Ryujin
Dieu
-

Messages: 239



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Octobre 17, 2015, 07:03:46 »

Le choc avait été violent !  Aussi, sentir la pseudo-divinité mollir d’un coup entre ses crocs ne le surprit même pas. Si elle perdait connaissance, l’effet une fois sous les eaux serait encore plus saisissant ! Il fallait reconnaitre que ces lieux étaient une merveille ! Dire le contraire aurait été complètement absurde ! Il regarda la jeune femme encore inconsciente un peu et finalement la laissa à, sur le dallage aux couleurs du marbre légèrement irisé… il s’agissait d’une cour pavée, un peu comme une salle d’atterrissage après les océans. Un moyen comme un autre de pouvoir arriver ici en toute sécurité. Une trentaine de gardes étaient autour des lieux, aligné contre les murs, des personnes en armure intégrale, une longue lance d’une main et une sorte d’arbalète à la taille. Il leur avait laissé la garde de la jeune femme pendant que lui-même s’en allait vaquer à ses occupations.

Un comité d’accueil avait été prévu ! Il s’agissait d’un groupe simple : les êtres qui le composait étaient plus massif et devant ces « gardes spéciaux » il y avait une sorte d’homme au visage, comme au reste du corps, couvert de fines écailles grises tirant sur l’azur, difficile de savoir si c’étaient des hommes lézard ou des hommes poisson ! Il ‘agissait d’un officiel évidemment. Il s’inclina devant la jeune femme qui prenait son « bain de soleil » et, sans la moindre expression faciale, lança :

« Etrangère, si vous avez l’obligeance de me suivre sans vous y forcer… notre Maître vous attend… » [/i][/color]

Il semblait indifférent à la beauté des lieux, comme s’il en avait l’habitude. Ce devait-être cela, il devait être si souvent venu ici que la beauté devait en être atténuée à ses yeux. A tort ou à raison, difficile de le dire… ou alors il y avait un autre lieu plus magnifiques, mais ça c’était quelque chose d’autre !  Il e contenta de se redresser et de lui tendre un coffret de corail qu’il ouvrit pour révéler un écrin sur lequel une sorte de petite étoile de corail était installée au centre d’un collier de perle, encadrée par deux petits coquillages fort jolis.

« Et vous voulez bien prendre ceci afin de comprendre le langage qui sera employé pendant l’audience. Vous pourrez comprendre ce qui se passe ainsi. » [/i][/color]

Cela avait un autre effet :  grâce à ce collier, elle serait aussi dans la presque, dans un premier temps, de faire appel à ses pouvoirs divins. Oh, bien sûr, elle ne serait pas démunie, mais elle serait limitée, et les effets seraient temporaires. Mais dans tous les cas, cela suffirait dans un premier temps. Voilà qui expliquait un peu ce qui se passait, précisément. Il s’inclina face à elle avait de lui lancer, sur un son détaché.

« Bien sûr, vous allez d’abord avoir la possibilité de passer quelque chose de plus… de plus correct au moins ! faute d’avoir quelque chose de vraiment beau, comme le voudrai le protocole… enfin, bon, nous ne ferons que ce que l’on peut, faute de miracle… » [/i][/color]

Il secoua légèrement la tête qui lui ornait le crâne, une sorte de crête similaire à une nageoire. Il lui fit un sourire un regard un brin mauvais.

« A moins que vous ne vous estimiez déjà en état de rencontrer son altesse divine, le Seigneur Dragon Ryujin ? » [/i][/color]
Journalisée
Saori Kido
Dieu
-

Messages: 151



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Octobre 30, 2015, 05:29:14 »

Saori reprit petit à petit connaissance. Elle avait froid. Ses vêtements étaient trempés. Elle gémit légèrement avant de papillonner des yeux pour finir par les ouvrir. Où était-elle ? Que c'était-il passé ? Les flots déchaînés, le bateau qui sombrait et soudain ce dragon géant qui l'entraînait vers les fonds sous-marins. Soudain, la jeune fille se réveilla pour de bon et se redressa péniblement. Elle se retrouva alors devant un homme étrange couvert d'écailles. Elle se demanda ce qu'il voulait et resta sans voix en le voyant s'incliner avant de finir par prendre la parole.

La jeune fille était un peu perdue devant toutes les informations qui lui étaient données. Elle ne comprenait pas ce qu'elle faisait là mais elle se rappelait très bien le déchaînement des flots. La Terre était en danger et ce n'était pas le fait de Poséidon cette fois. Elle devait trouver celui qui était à l'origine de tout cela. Son rôle ne changeait pas. Elle restait la déesse protectrice de ce monde et des humains. Elle hocha simplement la tête et finit par prendre le collier avant de se le mettre autour du cou.


« L'audience ? Quelle audience ? »

Une audience ? Une audience comme pour un procès. Pourquoi devrait-elle assister à un procès ? Elle ne comprenait décidément pas grand chose à tout ça mais elle finirait bien par avoir le fin mot de tout cela.

« Très bien, je vous suis pour me changer - Vu son état, elle avait bien besoin de porter des vêtements secs – Le Seigneur Dragon Ryujin ? Qui est-ce ? »

La déesse n'avait jamais entendu un tel nom par le passé. Tout semblait bien mystérieux mais c'était certainement ce seigneur dragon qui avait déchaîné les flots et l'avait enlevé. Elle emboîta le pas à l'homme et le suivit dans le palais. L''endroit était une pure merveille, Saori devait bien le reconnaître. Le corail, les coquillages, le marbre, tout était superbe. A côté de cet endroit le Sanctuaire faisait pâle figure. L'homme la conduisit dans une petite pièce où se trouvait des serviettes épaisses et moelleuses ainsi qu'une longue toge blanche. Laissée seule quelques instants, elle se changea et se sécha. On lui avait également clairement fait comprendre de ne pas essayer de s'échapper mais elle ne comptait pas essayer. Elle voulait rencontrer le Ruyjin afin d'avoir quelques explications. Une fois habillée avec une tenue sèche, elle ressortit de la pièce.

« Je suis prête à rencontre votre Seigneur Dragon Ryujin. »
Journalisée

Ryujin
Dieu
-

Messages: 239



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Janvier 13, 2016, 07:06:23 »

L’envoyé du dieu eut un simple bruit de gorge un rien dédaigneux quand elle se mit à poser des questions. Une audience… et bien oui, une audience !  Le procès commencerait bientôt et elle aurait le droit de se défendre. Le Noble et Divin Seigneur Ryujin n’était pas ce genre de monstre que l’on pensait insensible. Il était juste !  Il savait faire justice avec sagesse !  Si les arguments de la déesse étaient bons, il les reconnaitrait et elle serait renvoyée à la surface, mais sinon… sinon, Dieu Seul savait ce qui pouvait bien arriver ! Mais cela ne regardait pas l’homme poisson ! Il avait la Foi. Et il savait que son dieu, son maitre, prendrait la bonne décision !

Il ne répondit pas non plus quand elle demanda qui était le seigneur Ryujin, elle le découvrirait bien assez tôt. Et lui l’attendit derrière la porte pendant qu’elle se changeait alors qu’un peloton de gardes venait prendre le relai du précédent. Il attendait, comme une statue et ne lui adressa pas le moindre mot quand enfin elle sortit à peu près présentable, juste à peu près, une toge, alors qu’un kimono n’aurait pas été de trop, mais le seigneur Ryujin n’attendait pas, il se remit en route, la flanquant d’une douzaine de gardes de part et d’autres. Il vérifia néanmoins qu’elle avait bien son pendentif.

Il la conduisit dans divers couloirs, passa dans une ou deux cours pleines d’une sorte d’étranges graviers blancs et des fleurs qui n’auraient jamais pu pousser ailleurs que sous l’océan. Il regarda la jeune femme une seule fois par-dessus son épaule. Ensuite, il se stoppa devant une double porte qui devait bien atteindre les quatre ou cinq mètres de haut, rouges sang, elles étaient ornées de magnifiques poignées d’électrum et d’orichalque qui représentaient des têtes de dragon. Il frappa trois fois sur la porte et s’effaça, faisant signe à la jeune femme aux yeux pers de s’avancer sur le tapis de corail rouge qui ornait le centre de la pièce de marbre blanc. A l’autre bout de celle-ci, une sorte d’œuf reposait sur une estrade. L’œuf était en fait une demie coquille comme si celle-ci avait été ouverte dans le sens de la hauteur et ensuite habillé avec des étoffes de prix et ornés de pierreries. Dans ce demi-œuf, une personne était installée. Plus grande que la moyenne, environ trois mètres, il avait les traits vaguement humains sur un corps humanoïde de lézard. Vêtu d’un kimono, il était installé de manière presque nonchalante et quand il parla, ce fut d’une voix incroyablement forte qu’il prit la parole.

« Accusée suivante. Veuillez avancer devant moi. Vous êtes ici pour parler au nom de la surface face aux accusations qui pèsent contre elle. Elle est accusée de détruire cette terre, de mettre à sac les océans, de polluer et noircir les eaux, de détruire mes peuples. »

Il resta silencieux un certain temps avant de reprendre la parole.

« La sentence pour ces accusations est la peine capitale. Maintenant c’est à la défenderesse d’offrir des arguments pour éviter la peine capitale, ou d’offrir la compensation digne d’indemniser notre peine. »

Il fit un signe de la main et l’invita à parler avant de se transformer et de prendre son apparence du long serpent, de dragon oriental en somme. Il resta là à attendre les paroles.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox