banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: [TOURNOI] L'Ombre des Abysses  (Lu 2194 fois)
Tessia
Avatar
-

Messages: 951


Démone en recherche d'histoire


Voir le profil
Fiche
Description
Tessia est une succube qui a pris forme humaine il y'a plus de quarante ans. Elle est devenue institutrice en Japonais, Anglais et informatique pour pouvoir chasser les étudiantes du Lycée Mishima qui sont sa nourriture préférée.

Elle est également présente sur Terra pour se balader et découvrir de nouvelles choses.
« le: Septembre 14, 2015, 08:48:36 »



YHOHOHO MOUSSAILLONS ! BIENVENUE À BORD DE "L'OMBRE DES ABYSSES" ! QUOI ? VOUS VOUS ATTENDIEZ AU HOLLANDAIS VOLANT BANDE DE FEMMELETTES ? PAS DE ÇA AVEC MOI ! TOUT LE MONDE SUR LE PONT ! UN GRAIN SE PRÉPARE ET C'EST L'IDÉAL POUR LE DUEL DU JOUR ! HAR, HAR, HAR !

NOM :
L'Ombre des Abysses

LOCALISATION :
Quelque-part dans les tempêtes océaniques de Terra

DESCRIPTION :
L'ombre des Abysses est un vaisseau-fantôme légendaire, sillonnant les mers de Terra depuis des siècles. À l'origine fier vaisseau de guerre de l'une ou l'autre flotte, il n'est plus aujourd'hui qu'une épave brisée, ses sabords éclatés laissent entrer l'eau des mers déchaînées qu'il sillonne, les portes claquent et grincent, sa cloche ne cesse jamais de lancer son funeste tocsin à travers les lames qui arrosent le pont de bois glissant et pourris jusqu'à l'os comme si elle cherchaient à l'user jusqu'à ce qu'il ne reste plus la moindre trace. Ses mâts sont un assemblage anarchique de bois déchiqueté et de cordages traîtres qui ballottent de bâbord à tribord avec le roulis du navire.

Seul être encore vivant à son bords, quoique "vivant" soit un bien grand mot, le capitaine Billy Ashes mène son navire à travers les flots déchaînés pour capturer les âmes des noyés et les offrir en offrande aux divers dieux de la mort qui louent ses services en échange de retarder l'heure de son jugement par eux. Éternel et immortel, le capitaine Ashes se fiche éperdument des dégâts infligés à son navire car ce sont la puissance de bien des dieux qui le maintiennent à flot. Cependant, il sabrera sans pitié de sa lame maudite toute personne ayant le malheur de s'approcher de sa barre qu'il ne quitte jamais et depuis laquelle il arrose de commentaires sarcastiques ceux qui ont la malheur de fouler son pont, attendant leurs trépas avec impatience.

L'arène du pont est donc une surface traîtresse et glissante, susceptible de changer d'équilibre à tout instant et dont s'approcher du château arrière peut être dangereux à plus d'un titre en raison de la présence de son maudit maître. Ses petites coursives à l'entrepont peuvent aisément devenir le labyrinthe mortel emplis de pièges où évoluent deux adversaires avec les tangages et les remous. Et enfin, les mats sont un endroit qui nécessiteront de sacrées compétences acrobatiques pour pouvoir y demeurer en pleine tourmente. Pluies, vents, grêles, neiges éclairs et intempéries de toutes sortes sont le lot quotidien de l'Ombre des Abysses, qui sait quel temps pourri ou dans quelle autre tempête le capitaine va sauter pour votre combat ?
« Dernière édition: Septembre 14, 2015, 08:53:56 par Tessia » Journalisée

EN RALENTISSEMENT ROLEPLAY

La liste de mes autres comptes est disponible sur ce topic.

Pour toute demande de RP, vous pouvez poster sur le topic ci-dessus ou me contacter sur ce compte via MP.

Ce superbe kit a été réalisé par Kira
Enora
Moumou, reine des mouettes.
E.S.P.er
-

Messages: 4304


Cruelle Mercenaire


Voir le profil
Fiche
Description
J'suis une rapide du katana. Quand je RP.
« Répondre #1 le: Septembre 26, 2015, 06:51:14 »

Combat opposant
Limma Darts/Ximma   à   Cirillia


Handicap de Ximma : le processeur de l'ordinateur auquel est relié la moitié de son cerveau a grillé. Elle ne peut plus avoir recours à aucune des capacités "informatiques" de son cerveau.
Handicap de Cirilla : est privée de sa ceinture d'équipement : elle ne possède donc pas ses élixirs, ni ses bombes.


Le combat commencera à 20h, ce soir même (samedi 26 septembre) et s'achèvera le samedi 10 octobre !


Que vos dieux soient avec vous !




Observateurs de ce combat : Enora, Serf
« Dernière édition: Octobre 29, 2015, 11:14:30 par Enora » Journalisée

Les modérateurs sont vos amis, il faut les aimer aussi \o/
N'hésitez pas à me/nous mp en cas de problème, nous sommes là pour ça !
-
Cirillia
Humain(e)
-

Messages: 243



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Septembre 26, 2015, 08:13:58 »

PRÉLUDE

Le froid étreignait ses membres. La fatigue se faisait sentir le long des solides et robustes jambes du destrier. Ablette était un cheval valeureux, qui la portait depuis de nombreuses heures, mais même lui avait ses limites, a fortiori quand il faisait nuit, et qu’il neigeait. Chaque respiration de la femme faisait ressortir un fin nuage de poussière, s’échappant de ses lèvres tremblantes. Son manteau, fait de peaux de bêtes, ne suffisait guère à la protéger de ce froid glacial qui meurtrissait son corps... Et, pourtant, alors que tout son être lui disait de refaire demi-tour, de quitter cette forêt, elle ne pouvait s’empêcher de suivre le cerf brillant.

Elle s’était manifestée à elle dans ses rêves, porteuse de voix énigmatiques et péremptoires lui disant de faire route vers Dol Thuinn, une ancienne tour magique elfique. Dol Thuinn, qui avait jadis régné sur toute une forêt, Dol Thuinn, une tour gigantesque, plantée le long de la mer, tel un immense phare, Dol Thuinn, dont, jadis, les navires se servaient pour se guider lors des soirs de tempête, et qui, disait-on, avait le pouvoir de défaire les vagues et les vents violents. Dol Thuinn, donc, tour magique et mystérieuse, mais qui n’était, hélas, pas à la hauteur de sa légende... Car, au fur et à mesure que la jeune Cirillia s’était approchée de la tour, ce qu’elle avait vu n’était que désolation. Un ancien village de pêcheurs abandonné, et, le long de la plage, au milieu de crabes, de tourteaux, et de noyeurs venant quérir les rares miettes que les villageois avaient laissé, des amoncellements de navires brisés. Des coques en bois broyés, des navires qui s’étaient heurtés aux récifs, aux courants violents, et à tous les dangers de la mer. Et Dol Thuinn, elle, rieuse, se dressait là, sur son mont, séparée par un antique pont de pierre, une arche naturelle... Et le cerf, lui, continuait à apparaître, déployant ses ailes enchanteresses.

Cirillia avait traversé la forêt de Dol Thuinn, jusqu’à s’approcher de la tour. Un fin chemin escarpé et rocailleux y conduisait, cisaillant la falaise. Délaissant son cheval, la femme avait entrepris de grimper. Sa capuche protégeait ses yeux des flocons de neige. Elle vit des marches en pierre, taillées à même le sol, permettant de grimper plus facilement. Plus elle avançait, et plus elle voyait l’état de délabrement de la tour. Le plafond avait depuis longtemps disparu, de même qu’un pan entier de la muraille entourant la tour. Et le cerf venait de filer à l’intérieur.

Elle s’attendait à ce que la tour soit vide, ne laissant derrière elle que des bibelots magiques qu’elle aurait pu vendre à l’académie d’Ostradia... Quelle ne fut donc pas sa surprise en voyant une silhouette se tenant à l’intérieur, au milieu. Prudente, la jeune femme s’approcha lentement, son regard se portant dans tous les angles, à la recherche d’un quelconque piège. Elle ne vit rien, aucune amulette magique, aucune rune, ce qui ne l’empêcha de glisser sa main dans son dos, venant saisir la poigne de son épée d’acier. Sorceleuse, Ciri’ avait cette particularité d’avoir ses deux épées dans son dos, portées en forme de croix : une épée en acier pour les humains (et assimilés), une épée en argent pour les monstres et créatures magiques.

« Qui êtes-vous ? demanda-t-elle. Pourquoi m’avoir mandé ? »

Avec ses oreilles pointues, la race de l’homme semblait évidente. Cet elfe était-il le propriétaire de cette tour, le malheureux mage tentant de reconstruire Dol Thuinn ?

« Crevan Espane aep Caomhan Macha, si vous désirez mon identité complète, Cirillia... »

Sa voix était douce, mélodieuse, calme et posée. Maintenant qu’elle était plus proche de lui, Ciri’ pouvait mieux observer son vis-à-vis : il portait des vêtements relativement simples, et un talisman bleu était posé près de son cou.

« Néanmoins, pour plus de commodités, vous pouvez m’appeler Avallac’h.
 -  Vous avez répondu à ma première question. »

Aucun sourire d’amusement ne vint étirer les lèvres d’Avallac’h, simplement un léger silence, avant qu’il ne poursuive :

« Je ne vous ai pas fait appeler, Cirillia. En réalité, celui qui vous a demandé de venir est tributaire d’une autorité qui m’est bien supérieure. Quelqu’un qui suit vos exploits avec un certain intérêt, dont je ne suis que l’humble émissaire. Le cerf est à son image, et, comme vous, il affectionne un goût tout particulier pour la Chasse. Le noble Cernunnos.
 -  Ah... ‘Jamais entendu parler. »

Elle s’attendait à l’habituelle répartie des elfes sur l’inculture des humains, mais Avallac’h se contenta de déambuler un peu. Curieusement, Ciri’ nota qu’aucun flocon de neige ne rentrait dans cette tour, et, si elle pouvait entendre le sifflement du vent, aucune bourrasque ne venait non plus agresser son corps. En fait, elle avait presque chaud, avec son lourd manteau. Elle le retira donc, se dressant ainsi dans son pantalon en cuir et son corset.

« Cernunnos a eu vent d’une... D’une querelle entre différentes divinités appartenant à des panthéons différents. Un litige trivial, au demeurant, mais qui a su susciter son intérêt.
 -  Un intérêt qui se borne à l’envoi d’un larbin... ne put s’empêcher d’observer Ciri’ avec ironie.
 -  La légendaire insolence des humains... Mais vous vous trompez. Le cerf que vous suivez est un Avatar de Cernunnos. Cependant, ce Dieu, puisque c’est sous ce terme que vous comprendrez le mieux ce qu’il est, ne s’exprime pas de la même manière que vous. Cernunnos m’a demandé de vous accueillir, et de vous préparer, car il a choisi de participer à cette... Compétition. Tous les Dieux désireux d’y participer choisissent leur champion, et le gagnant recevra leurs faveurs. »

Quelques secondes s’écoulèrent, Ciri’ comprenant vite qu’Avallac’h attendait une réponse de sa part. Elle se contenta de soupirer, et haussa les épaules.

« ’Pas intéressée. Merci quand même. »

Elle se retourna alors, se dirigeant vers la sortie... Et Avallac’h reprit :

« Cernunnos peut vous aider à retrouver le dragon noir... Celui qui a détruit votre ville natale... Celui qui hante vos nuits. »

Ciri’ s’arrêta sur place, et c’était une chance qu’elle ait le dos tourné, car, de cette manière, cet elfe insupportable ne pouvait pas voir l’expression de colère venant se peindre sur son visage. Comment savait-il... ? Comment osait-il parler ainsi de ÇA ?!

« Cernunnos n’éprouve aucun intérêt pour les futiles rivalités entre divinités. En revanche, il voit ce tournoi comme une opportunité pour... »

Cirillia avait dégainé son épée, et s’élança vers lui, levant haut son épée. Elle l’abattit en plein vers sa tête... Mais cette dernière se heurta alors à un bouclier magique orangé, un dôme qui recouvrit l’homme, et qui la repoussa. Éberluée, elle reconnut le signe de Quen, un sort magique propre aux sorceleurs. Avallac’h résorba alors Quen en serrant la main, le dôme magique venant s’absorber entre ses doigts... Puis il écarta les doigts, le relâchant, et une onde de choc traversa la tour, soufflant la jeune femme, l’envoyant s’étaler sur le sol, son épée venant rebondir au loin.

« Tempérez vos ardeurs pour le combat, jeune femme.
 -  Que votre Dieu aille se faire foutre... Par vous, tiens !
 -  Vous parcourez la surface de Terra depuis des années à la recherche de ce dragon... En vain. Si vous gagnez, les autres Dieux offriront à Cernunnos un peu de leur force, et, grâce à cette force, il pourra vous aider à exaucer votre souhait le plus cher. »

Cirillia s’était relevée, et grommela lentement.

« Admettons que j’accepte... Comment est-ce que ça va se passer ? C’est vous que je dois affronter ?
 -  J’ouvrirais un Portail qui vous conduira vers le lieu de votre arène. Triompher de votre adversaire ne sera néanmoins pas suffisant.
 -  Et je dois faire quoi pour eux en plus ?
 -  Les Dieux s’intéressent à la bravoure, au courage, à toutes ces valeurs guerrières qui, pour vous l’avouer, m’ont toujours laissé personnellement très indifférent. Gagnez avec panache, et peut-être passerez-vous à la phase suivante de la compétition. »

La jeune femme hocha la tête, guère avancée sur ce qu’il fallait faire. Son regard se retourna vers son épée, et, alors qu’elle envisageait de la prendre, cette dernière se déroba à elle.

« Hey !
 -  Il y a encore une condition à ces affrontements, poursuivit l’homme. Votre équipement ordinaire doit vous être retiré.
 -  Quoi ? Vous vous foutez de moi ?!
 -  Pas le moins du monde... Cette première épreuve est destinée à vérifier les capacités d’adaptation des champions dans un environnement inconnu, ce qui implique le port d’armes différentes. Vous devrez donc vous débarrasser de l’intégralité de votre armement et équipement de sorceleuse... Sauf vos vêtements. »

On aurait pu croire que cette dernière répartie aurait pu faire naître un sourire sur les lèvres d’Avallac’h, mais l’elfe resta fidèle à lui-même : coincé avec un bâton dans le cul. Une porte s’ouvrit alors dans un coin, tandis que, au fond de la tour, une autre porte s’illumina. Celle-ci, en réalité, était plus une embrasure qu’une porte, un trou dans le mur en forme de porte, et une lueur dorée se mit à y briller intensément.

« Vous avez le droit de vous équiper avec, soit deux armes à une main, soit avec une arme à deux mains... En plus de quoi, vous pouvez porter deux armes de jet.
 -  Trop aimable...
 -  Quand vous serez prête, empruntez ce vortex... Ne vous en faites pas. Si vous veniez à recevoir une blessure fatale, les Dieux vous régénéreront. »

Ciri’ émit une grimace, et se rendit vers la porte.

Elle donnait sur une petite salle d’armes, et elle grommela en constatant qu’il n’y avait que des armes elfiques. Son choix se porta sur une élégante épée à la lame recourbée, qui avait une jumelle. Elle les soupesa toutes les deux, grommelant encore. La jeune femme n’avait pas l’habitude de se battre avec des armes elfiques. Néanmoins, si cet homme disait vrai, et si réussir cette épreuve ridicule lui permettait réellement d’avoir des informations sur le dragon noir... Dans son rêve, c’est en tout cas ce que le cerf laissait entendre.

Elle se retourna ensuite vers un établi, après avoir glissé les armes dans son dos, et y déposa sa ceinture, comprenant toutes ses bombes et ses élixirs, ôta également la dague coincée sous sa botte, ainsi que son arbalète à répétition, et se tourna vers les armes à courte portée qui étaient disponibles. Elle opta pour un couteau de lancer et une autre dague, qu’elle glissa sous sa botte. Parfois, il suffisait d’un seul tir bien lancé pour faire mouche. Et, au moins, les épées elfiques étaient bien affutées.

La jeune femme sortit ensuite de la salle d’armes. Avallac’h était toujours là, et elle observa le vortex, en soupirant lentement, avant de se retourner vers l’homme.

« Qu’en est-il de mon cheval ?
 -  La forêt de Dol Thuinn est bienveillante envers les chevaux. Il ne lui arrivera rien, je vous en fais le serment.
 -  Hum... »

Ciri’ allait devoir se contenter de cela, faute de mieux. Elle observa donc à nouveau le vortex, et se rapprocha ensuite.

« Je hais les Portails... »

Puis elle se jeta dedans.




ÉQUIPEMENT

  • 2 épées elfiques ;
  • 1 couteau de lancer ;
  • 1 dague.





PREMIER MATCH

« ...Et je hais la putain de flotte ! »

À peine arrivée que ses pieds pataugeaient déjà dans l’eau de mer, et que ses narines étaient agressées par une odeur de moisissure. Il faisait sombre, tout autour d’elle, et, instinctivement, elle porta sa main vers sa ceinture, afin d’y saisir un élixir de Chat, qui permettait de voir dans la nuit... Mais ne put que toucher le vide.

*Chiotte !*

Il y faisait noir comme dans le cul d’une nonne, quelques lueurs verdâtres émanant de la droite. Elle avait visiblement atterri dans une sorte de petite cabine en bois avec une couchette vide, et une porte ouverte donnant sur un couloir, avec, sur la droite, de multiples planches en bois, assez longues, de l’eau s’échappant des interstices des planches. Elle fit un premier pas... Et la zone se mit à tanguer. Ciri’ manqua s’écrouler sur le sol, et s’appuya contre la porte, avant d’entendre un lugubre craquement, accompagné d’un douloureux gémissement, comme si le bateau dans lequel elle était en train de hurler.

Un bateau qui prenait l’eau, à en juger par ses bottes glissant dans une sorte de patinoire.

*Et je dois me battre là-dedans ? Bordel, mais je tiens à peine debout !*

Elle s’avança un peu, et parvint à sortir de la cabine. Sur sa gauche, une lampe avec une bougie et un tas de braises éclairait faiblement le couloir. Le bateau tangua encore un peu, et elle s’avança le long du couloir, les sens aux aguets. Un navire, donc... Elle avait atterri dans un rafiot qui, visiblement, était en train de couler. Au bout du couloir, elle vit une porte, avec un filet de pêche à droite, et ouvrit la porte. Elle donnait sur un autre couloir, qui partait sur sa gauche. Au fond, un escalier en bois ; devant, une autre porte.

Quelque part, un adversaire à occire.

Cirillia ouvrit la porte devant elle, et s’avança dans une sorte d’ancien dortoir, avec des lits suspendus et des hamacs... Personne. Où donc était l’équipage ? Est-ce que le bateau avançait ? De l’eau ruisselait le long des parois, et elle s’avança le long de ce chemin, voyant, ici et là, des bougies éteintes.

*Est-ce que... ?*

Ciri’ s’approcha des bougies, et claqua des doigts. Des flammèches s’en échappèrent, et un sourire victorieux s’échappa de ses lèvres. Ses Signes ! Elle avait ses Signes !

En tant que Sorceleuse, Cirillia avait accès à des sorts magiques spéciaux, propres aux Sorceleurs... Qu’elle ait vu Avallac’h en utiliser un était donc tout à fait curieux. Et, si elle était privée de son équipement, elle avait donc toujours accès à ses Signes, qui étaient les suivants :

  • Aard. Ce premier Signe consistait à générer une onde de choc qui repoussait les éléments ;
  • Axii. Le Signe d’Axii permettait de manipuler les esprits faibles, d’envoûter certains monstres, ou générer des illusions ;
  • Igni. Le Signe du feu, l’un des plus redoutables, qui consistait à générer des ondes de feu du bout des doigts, en faisant brûler l’atmosphère alentour ;
  • Quen. Le Signe défensif, qui avait sauvé à bien des reprises la vie de Cirillia, et qui consistait à générer autour de soi un dôme magique, un bouclier qui vous entourait, et qui explosait lorsqu’il recevait une attaque, encaissant les dégâts ;
  • Yrden. Le cinquième Signe consistait à placer sur le sol un piège magique, dont les effets variaient ; classiquement, Yrden servait à engourdir les ennemis, permettant ainsi de les ralentir, mais certains sorceleurs maîtrisant bien ce Signe pouvaient aussi faire en sorte qu’il soit douloureux pour la personne marchant dessus.



L’intensité de ces Signes variait selon tout un tas de degrés : leur fréquence d’utilisation, les capacités magiques de son utilisateur, etc... Hélas, si Ciri’ les maîtrisait bien, son aversion pour la magie faisait qu’elle les utilisait rarement, malgré ce que ses mentors lui avaient dit. Néanmoins, même elle pouvait sans problème rallumer des bougies, ce qu’elle entreprit de faire dans ce dortoir.

« Voilà, on y voit quand même mieux... » se félicita-t-elle, après avoir allumé plusieurs bougies.

Plusieurs questions perlaient déjà dans son esprit. Où était-elle ? Qui était son adversaire ? Était-il aussi perdu qu’elle ? Elle regarda autour d’elle à nouveau, et se dirigea vers une nouvelle porte. Elle était coincée, et elle grommela, puis, constatant que la serrure était rouillée, tendit la main... Puis déclencha le Signe d’Aard, faisant sauter les gonds de la porte, ouvrant cette dernière.

« Par la malepeste ! » jura-t-elle.

La porte avait donné sur un escalier... Inondé. L’eau arrivait jusqu’en haut, et Ciri’ observa cette scène, incrédule. Elle n’était pas marine, bien entendu, mais... Et bien, si un navire avait de l’eau, ne devait-il pas couler, parce que sa masse était trop lourde, ou quelque chose comme ça ? Dans ce cas... Pourquoi est-ce que le niveau de l’eau ne montait pas ?

*Mais où est-ce que j’ai atterri, moi ?!*
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Limma Darts
Avatar
-

Messages: 854


Démone soumise et dominante


Voir le profil
Fiche
Description
Limma : Humaine esclave
Limma Darts : être mélanger et instable cyborg démone
Ximma : être mélanger et équilibré demi démone
Xia : Démone
« Répondre #3 le: Septembre 27, 2015, 01:29:26 »

Peu avant le tournoi quelque part dans Ashnard.

 

Depuis son retour au Harem Warren, Ximma c'était lancé dans la mission qu'avait confiée la déesse Tisiphone à Xia. La première étape de cette mission était de trouver un lieu immense et d'y former un temple dédié à la folie. La démone préférant rester à dormir, c'était Ximma qui s'était chargée de cette tâche. A l'aide d'or elle avait racheté l'immense demeure d'un noble Ashnardien qui avait été exécuté. Une maison riche mais petite à la surface qui possédait en contrepartie un immense sous-sol. C'est ce sous-sol que la jeune fille décida de transformer en temple. A  l'origine c'était un ensemble de cachot, de cave et de salle de torture. Ximma avait entièrement transformé tous cet espace, avec des tonnes de métaux absorber et cumulé c'était comme si le sous sole avait été entièrement remplie de métal liquide en fusion et ensuite creusé. Des dizaines de tunnels creusés, ou plutôt fondu, un labyrinthe incohérent, des scupltures sans sens, des lieux inutiles. C'était comme une fourmilière creusée dans du métal, le seul lieu cohérent, était la salle principale où elle avait forgé très statut représentant respectivement les déesses Mania, Mégère et Tisiphone.

Le temple était achevé et la jeune fille tenta de rentrée en contact avec sa déesse. Elle voulait bien sûr connaitre la suite de ses instructions. Mais la déesse Mania ne se manifesta pas, pour autant sa prière n'était pas restée muette. Les statues de métal des deux déesses mineures de la folie, les deux filles de sa déesse, c'était animé. La statue de Tisiphone fit apparaitre un trône fait d'ombre et s'assied face à elle.


-Voilà un bien luxueux temple que tu nous as fait là. Je suis fière de toi ma petite.

-Merci à vous.

Ximma aurais préféré parlé à la mère, après tout Mania, était celle qui l'avait façonné, elle était en quelque sorte sa mère à elle aussi. Mais elle dit rien écoutant la déesse de la jalousie, alors que la statue de la déesse Mégère était partie visitant les tunnels perdus de ce temple de métal. Tisihpone croisa les jambes et repris son discourt, sa voix résonnait et était puissante.

-Ximma, cette fois c'est à toi que je vais adresser mes souhaits. Après tout c'est toi qui nous a offert ce temple. Je veux que tu te battes au nom de notre mère. Tu vas être la gladiatrice de Mania dans un tournoi Divin. Tu vas combattre et en profité pour développer ta folie sur le champ de bataille, rependre notre influence et faire de la folie la divinité la plus puissante !

-Moi je veux bien, mais je n'ai jamais vraiment combattue.

-Idiote, tu as Xia la démone destructrice en toi, un être qui a plus d'expérience du combat que n'importe quel mortel. Enfin à peu près. Puise en elle comme tu l'as déjà fait dans Limma pour satisfaire ta maitresse. En parlant de cette Mélinda, tu lui diras que tu participes au nom de sa guilde, tu lui parleras de la gloire et la renommée que tu lui offriras. Mais suffisamment discuté, vas te préparer. Oh oublie ton œil.

La statue se leva brusquement et plongea sa main dans on œil droit, plantant ses ongle dans ce dernier. Elle lui arracha dans un flot de sang noir et une douleur immense qui ne la fit pas réagir le moins du monde. La statue prit l'œil en bouche, le léché, le suça d'abord comme un bonbon et puis de façon plus obscène. Ce petit manège terminé, elle lui enfonça avec la même délicatesse l'œil à sa place initial.

-Jusqu'à la fin du tournoi, tu ne pourras plus te transformer, tu resteras toi-même. Oublie cette œil, il ne t'obéit plus. Cette œil c'est nous, nous observerons tes combats à travers lui. Tu n'y verras plus que d'un œil, mais pour ce n'est rien n'est pas?



Quelques jours plus tard.

 

Suivant les instructions de la déesse, Ximma avait passé plusieurs nuits à se nourrir des souvenirs de la démone, assimilé son expérience du combat, ses techniques qu'elle avait la capacité de reproduire. Elle avait rempli la capacité maximale d'absorption de métal que son corps et sa magie pouvaient retenir. Elle avait suivi un entrainement à l'épée. Tout cela en peu de jours. Pas de repos, pas de sommeil, juste de l'entrainement et de l'assimilation, ce qui lui avait valu d'avaler une quantité de sang record. Maitresse Mélinda avait fait un grand vide dans les prisons de la ville.

La déesse Tisiphone l'avait téléporté dans une salle d'arme et lui avait alors expliqué les différentes règles. Ainsi Ximma se trouvait face à une amerrie à devoir faire son choix sur les armes à prendre. C'était un choix difficile, elle ne savait manier que l'épée et la sienne était actuellement fondue dans son corps. Alors, pourquoi prendre d'autres armes? Tout simplement pour surprendre son adversaire, c'était des points tactiques classiques. Mais pas seulement, elle avait sa réserve de métal pleine, mais en prenant des armes elle-même en métal, elle s'offrait un surplus pour sa réserve, une source supplémentaire de pouvoir. Après une longue réflexion, elle fit enfin son choix :


Une masse lourde qui faisait la moitié de sa taille, un long manche métallique, une sphère immense de la taille d'une tête couverte de pique. Une énorme masse de métal qu'elle pourra alors manipulé à sa guise.

Puis elle pris deux dagues de jet, deux armes d'argent qu'elle glissa à la ceinture de sa jupe.


Pour le combat, elle portait un simple body de tissu noir, une matière élastique et qui collait à la peau, une mini-jupe pour le simple style et suffisamment petit pour ne pas gêner ses mouvements. Et des bas noirs chaussé par des petites bottes. Si on pouvait croire à ses gants, ses bras étaient recouverts d'une couche de métal noir servant à la protection. Son œil droit était dissimulé derrière un cache œil en cuire. Ce dernière n'empêchant pas les déesses de voir à travers.


L'heure du combat sonna et le portail ouvrant sur l'arène s'ouvrit. Motivé Ximma l'être parfait s'avança à travers pour découvrir le lieu du combat.


L'Ombre des Abysses.

 

Ximma se retrouva dans un environnement complément différent. Une tempête déchainé, une surface de bois, des voiles déchirés, des vagues menaçantes. Elle se trouvait sur un navire en ruine aux milieux d'une tempête. Un rire nerveux s'empara d'elle. Elle commençait à réaliser la situation dans laquelle elle se trouvait. Première chose, elle ne savait pas si elle savait nager, c'était la première fois qu'elle voyait autant d'eau. Peut-être qu'une des deux qui la formait le savait, mais pour le moment elle ne pouvait pas le savoir. De deux, elle ne sentait pratiquement aucune présence métallique. Il n'y avait pratiquement que du bois et de l'eau, Ximma avait besoin de sentir le métal autour d'elle. Si bien qu'elle sera l'immense masse entre ses bras comme une enfant apeuré serait une peluche contre elle.  Mais ce n'était pas le plus dur, son cerveau était vide ! Aucune information ne lui parvenais, aucun scanne ne s'enclenchaient, aucune donnée sur son état de santé. Il n'y avait que ses propres pensées, elle ne sentait même pas les mécanismes de ses armes. C'était comme si elle venait de perdre un sens à part entière, cumulé au fait qu'elle ne voyait plus qu'un œil, elle se sentait complément perdu.

Elle se mit à trembler, c'était la première fois qu'elle se sentait si vide, si perdu, si seule. La peur s'empara d'elle.  L'angoisse lui fit perdre tout son sang-froid. Elle passa du rire au pleur, puis subitement elle poussa un cri. Un cri puissant, un cri inhumain un cri semblable à celui d'une harpie, un cri de douleur et de folie. De son corps s'échappa un fléau de métal liquide, celui-ci sa divisa et s'accrocha au plus haut des deux mats. Son corps se recouvrit également d'une bulle de métal. La bulle l'enferma entièrement et remonta le long des tiges de métal, la portant à peu près à la moitié de la hauteur des deux mats qui les reliaient, puis partant du bas deux tentacules métallique descendirent pour se planter dans le sol. Le métal retrouva alors son aspect naturel solide formant alors un cocon géant, comme une chrysalide, l'enfermant en sécurité. Se retrouvant dans une position ratatiné à l'intérieur, elle se laissa envahir par  des pensées effrayante, par la folie elle-même. Puis une pensée plus forte prit le dessus, pour sortir d'ici, pour retrouver la terre ferme, elle devait vaincre un adversaire. Peu importe ce qu'il était, qui il était, il était avant tout sa porte de sortie. Sa folie commença à nourrir alors son esprit combatif. Restant enfermé, elle se concentra pour entendre. Cherché aux milieux des sons de la tempête, les sons de la présence de son adversaire. Qu'il se dépêche de la rejoindre pour qu'elle le détruise et sorte d'ici!

Journalisée

Cirillia
Humain(e)
-

Messages: 243



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Septembre 27, 2015, 02:59:32 »

*Grimpe, c’est un bateau, la solution est en hauteur...*

Grimper, grimper... Ce leitmotiv tournait dans sa tête, encore et encore, rebondissant dans son esprit. Un mot simple, une consigne simple, mais une application complexe. Elle ignorait dans quel foutu navire elle se trouvait, mais, outre d’être à moitié englouti, il était tout simplement immense. Elle était comme Pinocchio, perdue dans le ventre d’une monstrueuse baleine ballottée par les flots déchaînés. La jeune femme avait ainsi trouvé un escalier en bois, mais devait régulièrement s’agripper à la rampe, dans la mesure où chaque embardée du rafiot manquait de la faire dégringoler.

*’Manquerait plus que je me fasse une crampe, tiens... Une fin glorieuse pour l’élue des Dieux !*

Dans ce genre de situations, l’environnement était toujours un élément important. Ciri’ avait été arrachée des zones où elle avait l’habitude de se battre pour se retrouver en mer. Oh, il lui était bien arrivé de se battre sur des navires, mais... Ce n’était guère une habitude, et ça n’avait rien à voir. Généralement, il s’agissait de défendre un navire marchand contre des attaques de pirates, ou contre des Sahuagins, voire des sirènes-monstres, qui s’envolaient dans les airs pour venir attaquer les marins. Et, à chaque fois, la sorceleuse avait détesté ça. Ce n’est pas qu’elle avait le mal de mer, mais se battre sur l’eau était terrible. L’espace était extrêmement restreint, il n’y avait aucune cachette possible, et, si on tombait dans la mer, la partie était, pour ainsi dire, finie.

Pour ne rien arranger, elle devait aussi retrouver quelqu’un, son adversaire, et le battre... Tâche d’autant plus ardue qu’elle était totalement perdue, et que les multiples craquements du bateau ne l’aidaient pas à se concentrer. L’escalier, en tout cas, la conduisit à un autre étage, où elle alluma quelques bougies, regardant autour d’elle. Sous son nez, une porte menait à une sorte de réserve. Les cordes retenant de multiples tonneaux avaient été brisés, et ces derniers bringuebalaient dans tous les sens. À tout hasard, Ciri’ se pencha vers l’un d’entre eux, et tenta de le forcer... Pour voir déferler un vin poisseux.

« Raah, merde ! » pesta-t-elle, jurant contre sa mauvaise fortune.

Si elle tombait sur cet elfe de malheur à nouveau... La femme se redressa, et s’écarta de la pièce, puis s’avança le long du couloir, qui l’amena dans un autre dortoir, une longue pièce avec une échelle au centre. Elle s’arrêta soudaine n entendant le grondement de l’éclair... Au milieu d’un violent hurlement. Un hurlement qui venait des hauteurs, et qui l’amena instantanément à poser sa main sur la poigne de l’une de ses épées.

*Par tous les monstres, qu’est-ce que c’est que ce bordel ?!*

Le cri mourut au bout de quelques secondes, mais Ciri’, elle, resta inerte, silencieuse, tous les sens aux aguets. Était-ce un cri d’avertissement ? Une menace ? Le signe qu’elle avait été repérée ? Ou son imagination qui lui faisait des tours ? Les questions se multipliaient dans son esprit, et elle ferma les yeux... Puis entreprit de se calmer. Un nouvel environnement, l’absence de ses armes, de ses élixirs... L’être humain avait par nature tendance à s’habituer à une certaine forme de routine, et ce même dans le cadre d’une vie consistant à chasser des monstres. Cette routine mécanique, Ciri’ l’avait à travers ses armes de sorceleuse, et, privée de ces dernières, elle était lâchée en plein inconnu. Elle se força donc à se calmer, respirant lentement, réalisant les exercices de méditation qu’on lui avait enseigné. Dans une position optimale, elle aurait pu s’asseoir en tailleur, mais, en l’état actuel des choses, elle estimait cela trop dangereux.

Tout passait par la respiration, par le rythme cardiaque. Elle ralentit donc son rythme cardiaque en respirant lentement, et s’absorba dans cette méditation, à tel point qu’elle n’entendit plus que le propre son de sa respiration.

*Si je maîtrisais mieux mes signes, je pourrais m’auto-calmer avec Axii, mais...*

Mais elle était une piètre magicienne.

La femme rouvrit les yeux, et reprit prudemment sa route, en marchant vers l’échelle. Un carré d’eau enveloppait l’échelle, qui menait directement au pont. Quoi qu’il y ait là-haut, son adversaire s’y trouvait assurément... Elle grimpa donc, barreau après barreau, se retrouvant sur le pont.

Un mât devant elle, un autre derrière. Était-elle à la proue, ou à la poupe du navire ? En levant la tête, elle vit que le ciel était noir, un noir d’encre, chargé de lourds nuages, et d’éclairs virevoltants, qui sabraient le ciel. Une tempête qui se reflétait au niveau des flots. Ils étaient complètement déchaînés, mais elle eut au moins la confirmation d’une chose : le navire avançait... Avec de la flotte dans la cale. Il filait, ses voiles déchirées tendues au maximum, au milieu de récifs escarpés, de vagues gigantesques, d’énormes rouleaux qui explosaient au loin, comme si on avait largué Cirillia en plein enfer maritime.

L’eau venait aussi bien de la mer que du ciel, et le vent était si fort qu’elle en avait du mal à voir quoi que ce soit, ou encore à entendre... Là aussi, un élixir aurait pu l’aider à améliorer ses réflexes sensoriels.

*Comment suis-je censée me battre dans une telle tempête ? C’est un foutu cyclone !*

D’où venait le cri qu’elle avait entendu ? La femme se mit à marcher vers l’avant du navire, et trouva un escalier en bois. Alors qu’elle s’attendait à y voir la fin du navire, et donc à trouver la barre du capitaine, elle constata que ce n’était qu’une plateforme d’observation, et que, derrière celle-ci, un autre pont se dressait. Autrement dit, le pont de ce navire était constitué d’une série de plateformes séparées entre elles par des promontoires d’observation. Depuis ce promontoire, elle put voir que ce navire était effectivement immense.

Elle observa alors la plateforme devant elle... Et fronça les sourcils en voyant une sorte de boule argentée.

*Qu’est-ce que c’est que ce truc ?*

La jeune femme sauta par-dessus le rebord, et arriva de l’autre côté, se réceptionnant en fléchissant les genoux et en posant une main au sol. Lentement, elle se concentra, et invoqua le signe de Quen, envoyant autour d’elle un fin bouclier magique. Malheureusement, il ne protégeait pas de la pluie, et elle s’approcha de la curieuse structure, qui détonait par rapport au reste du décor, et, par mesure de précaution supplémentaire, dégaina l’une de ses épées.

*On dirait... Un genre de... Cocon métallique ? Si j’avais une bombe, je pourrais le mettre à l’épreuve...*

Faute de quoi, elle se tenait là, prête au moindre geste qui émanerait de cette étrange structure.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Limma Darts
Avatar
-

Messages: 854


Démone soumise et dominante


Voir le profil
Fiche
Description
Limma : Humaine esclave
Limma Darts : être mélanger et instable cyborg démone
Ximma : être mélanger et équilibré demi démone
Xia : Démone
« Répondre #5 le: Septembre 28, 2015, 12:23:18 »

Que faire? Comment réagir? Pour retrouver tout ce qu'elle avait perdu, pour sortir de cet endroit si vide, il n'y avait qu'une solution, vaincre son adversaire! Mais pour ça il fallait le trouver. Et pour ça Ximma profitait de son cocon de métal, car il n'était pas qu'une posture défensive pour une créature terrorisée qui voulait fuir la réalité. Non si au début la peur et l'angoisse c'était emparé d'elle, son esprit de combat c'était réveillé. Chose à savoir c'est que tant que Ximma est en contact avec du métal, ce dernier devient le prolongement de son corps, ainsi à travers les tiges qui reliaient le cocon au sol, elle pouvait sentir les vibrations dans les planches dans lesquelles elles étaient plantées. C'est ainsi que quand elle sentie une vibration suite au saut de la jeune femme, qu'elle détecta sa présence.

Maintenant calmé et tête à combattre, son esprit se vidait des pensées négative, seule restait l'envie de gagner et la folie qui l'habitait. Ximma se rendit compte alors que sa peur lui avait faire quelque chose de stupide, se cocon lui avait dépensé déjà pas mal de sa réserve de magie, pour rien. Surtout que mouvoir ce dernier pour combattre ici était bien trop instable. À l'intérieur du cocon, elle se mit à rouler et comme si elle mangeait le fond du cocon, elle ouvrit ce dernier faisant sortir par le bas juste sa tête. Au sol se tenait une jeune femme, une jeune femme avec une épée et une sorte d'aura autour d'elle. A coup sûr c'était sa cible, et dans le pire des cas, si ce n'était pas elle, elle semblait appétissante, une bonne source de sang.

Depuis sa position, elle rentra immédiatement sa tête à l'intérieur de son cocon métallique et attrapa l'une des dagues qu'elle avait choisie. Armé de sa dague, elle ouvrit d'avantage le troue sous elle en absorbant encore une couche de métal et visa la femme. L'arme de jet fila avec précision vers elle, mais de la hauteur où elle était, la cible avait le temps de la voir venir. Le but était de tester ses réflexes et d’éventuelles protections. Malgré cette attaque à longue portée, ce n'était absolument pas la spécialité de Ximma se battre à distance. Décidé à lancer pour de bon le combat, les tige tenant le cocon en place commentaire à fondre et à se faire absorber à l'intérieur de la sphère que l'être parfait absorbait. Bien sûr sans maintient la sphère tombait, mais cette dernière aussi changeait, elle se faisait en partie absorber le métal rentrant dans le corps de Ximma à travers son dos. Quand la moitié de la sphère avait disparu, la matière restante pris la forme de deux grandes ailes de métal dans son dos. En chutant, Ximma avait pris sa masse métallique et l'avait mise entre ses jambes la tenant fermement entre ses mains. Le but étant d'écraser la femme avec à l'atterrissage de la chute. Sauf que Ximma n'avait pas du tout l'habitude de combattre sur un bateau en ruine et elle était loin d'avoir pensé que sol dessus allait éclater comme du verre sous l'impact de son attaque et voulant absolument pas raté sa cible, elle ne cherchait pas à amortir sa chute avec ses ailes toutes neuves.

Journalisée

Cirillia
Humain(e)
-

Messages: 243



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Septembre 28, 2015, 04:08:33 »

Dans ce bateau qui tanguait dans tous les sens, malmené par les flots déchaînés, Cirillia faisait face à une sorte de bulle métallique qui se mit à évoluer. Incrédule, elle vit ainsi une sorte de tête émerger de la bulle, et se crispa, serrant les dents devant cette espèce de monstre. Ciri’ avait entendu parler de Tekhos, et, même si elle n’y avait jamais mis les pieds, elle savait que les Tekhanes étaient capables d’aberrations de ce genre, des monstres technologiques. Est-ce que son adversaire était une Tekhane ? Le doute était maintenant permis, et, alors qu’elle y réfléchissait, elle vit la boule métallique changer à nouveau, se dotant d’espèces de « jambes », tandis qu’une ouverture se dessinait à l’intérieur, comme pour libérer le passage à un être.

*Est-ce un genre de chrysalide ?*

Est-ce que c’était ce truc qui avait provoqué le hurlement qu’elle avait entendu ? Une chenille était-elle en train d’évoluer en un redoutable papillon ? Ciri’ réfléchissait, elle songeait notamment à invoquer Aard pour balancer cette boule dans la flotte, mais… Et bien, elle n’était pas sûre d’y arriver, et ce dans la mesure où cette grosse boule avait l’air d’avoir une solide masse, et aussi dans le sens où elle semblait remuer et se déplacer, comme une sorte d’improbable matière organique. Le vent continuait à souffler, les embruns et les gouttes d’eau tombant sur le crâne et le corps de Ciri’… Autant d’éléments qui la gênaient, et dont elle tentait, tant bien que mal, de faire abstraction, afin de se concentrer sur son combat.

Un projectile fusa alors de la sphère, et, instinctivement, Ciri’, qui tenait son épée, la déplaça. Les deux lames s’entrechoquèrent, et la dague de son adversaire s’envola, frôlant sa joue, pour venir glisser le long du sol. Cirillia bondit ensuite instinctivement en arrière, bandant ses muscles, et se cambrant légèrement, l’épée dressée. Elle s’attendait presque à voir une infinité de dagues jaillir dans tous les sens, mais ce ne fut pas ce que son adversaire choisit. Au lieu de ça, la sorceleuse vit le métal autour de la femme se mettre… À fondre ! Ou, plutôt, à se recroqueviller sur lui-même, disparaissant alors pour dessiner une silhouette féminine. Levant la tête, Ciri’ observait ce spectacle, incrédule… Car la sphère métallique avait choisi de s’élever, et laissa apparaître son papillon…

« Mazette ! » jura-t-elle.

Cirillia vit une silhouette métallique émerger, avec de longues ailes et une énorme masse. On aurait dit une espèce de démone, le mauvais temps ambiant ne contribuant qu’à la rendre encore plus sinistre, encore plus effrayante. Médusée, Cirillia ne pouvait que contempler cette apparition de cauchemar, qui était en train de tomber droit sur elle.

*Oh bordel !*

Prudente, la femme sauta sur le côté, et évita l’impact… Qui défonça joyeusement le sol. La masse produisit un boucan incroyable en heurtant le plancher, et fit valdinguer plusieurs longues planches de bois, faisant glisser Cirillia, qui tomba à la suite de la femme. Les deux corps glissèrent, et Cirillia, incapable de se retenir, ou de comprendre ce qui lui arrivait, tomba à la suite de la femme, et heurta son corps, sa tête venant se nicher entre ses seins, l’une de ses deux épées (celle qu’elle avait dégainé) ayant disparu dans la chute.

« Urf ! »

Cirillia roula rapidement sur le côté, légèrement sonnée, et attrapa le pommeau de son autre épée.

« J’ignore quel genre de monstre tu es, ma chérie, mais… »

Le bateau tangua alors à nouveau, décrivant un virage pour éviter des récifs, ce qui eut pour effet de déclencher d’antiques craquements tout le long du bateau. Cirillia battit alors des bras en grognant, et heurta le mur de gauche.

Secouant la tête, elle reprit appui, et s’élança vers la femme, levant bien haut son épée, cherchant à l’abattre sur son corps. Dans le cas où son adversaire parviendrait à esquiver (chose assez facile, il fallait bien le reconnaître), par exemple en roulant sur le côté, Ciri’ la poursuivrait encore avec sa lame… Si tant est que les éléments soient cléments, et ne la mettent pas en nouveau à défaut.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Limma Darts
Avatar
-

Messages: 854


Démone soumise et dominante


Voir le profil
Fiche
Description
Limma : Humaine esclave
Limma Darts : être mélanger et instable cyborg démone
Ximma : être mélanger et équilibré demi démone
Xia : Démone
« Répondre #7 le: Septembre 29, 2015, 11:46:21 »

Ximma n'avait pas pensé à ce détail, quand sa cible esquiva son attaque, elle s'imaginait atterrie sur un sol dur comme à son habitude, mais ce qui se passa la déstabilisa complètement. Passé à travers le bois, elle perdit le contrôle de sa chute atterrie un étage plu bas en roulant s'étalant contre un mur. La jeune tomba à de suite lui atterissant dessus. Si elle n'avait pas été déstabilisée par sa chute, il aurait suffi de faire sortir un pique de métal de son ventre et l'embroché immédiatement pour terminer le combat. Mais Ximma n'avait pas d'expérience du combat et son esprit ne réfléchit pas encore à une vitesse suffisante pour le faire, tout marchait qu'au souvenir de la démone. Le temps qu'elle le réalise, elle commençait juste à se relever, c'est alors qu'elle  vit son adversaire fondre sur elle pour abattre son épée et tenté de la toucher. Heureusement elle ut le réflexe de mettre l'une de ses ailes métalliques devant elle la protégeant comme un bouclier.  La lame rebondit alors dessus dans un bruit métallique qui avait de quoi vrillée les oreilles.

-Je ne suis pas un monstre. Je suis Ximma championne de la déesse Mania, déesse de la folie.

Elle profita du rebond de la lame pour se reculer et mettre une distance de sécurité entre elles. Elles avaient atterrit semble-t-il dans une cellule. L'espace était trop petit. Ses ailes l'encombraient et limitait trop ses mouvements dans ce lieux. Ximma leva rapidement les yeux vers le trou par lequel elle était arrivée, mais ce dernier était trop petit pour s'envoler à travers. Le plus simple restait de se battre ici. Pour ça elle fit rétrécir ses ailes, ainsi elle pouvait toujours s'en servir comme bouclier, mais pas pour frapper. Comme pour ses ailes, son arme était trop entravée par la pièce étroite. Manier une masse de cette taille ici, serait trop limité. L'être parfait laissa son arme tombée au sol, l'abandonnant donc, puis avec l'un de ses mains, elle attrapa dans l'autre un léger morceau de métal et le tira, dégainant alors comme si cela avait était un fourreau, une épée. Son arme de prédilection, l'arme qu'elle s'était elle-même forgé dans un mélange de métaux rendant l'ensemble le plus solide possible avec un poids raisonnable. L'ensemble donnait une sorte de katana, mais de petite taille. Dans un espace restreint, il serait plus adapté que la grosse masse.

 Mais les changements ne s'arrêta pas là, au-dessus de ses fesses poussa une queue. S'inspirant du style de combat de la démone, elle fit pousser une queue prenant la forme de celle d'un scorpion. Un animal qu'elle voyait souvent dans le désert d'Ashnard et qui l'avait fasciné. Au lieu d'un dard elle avait mis au bous une lame courbé de la taille d'une dague.

Pendant cette période d'adaptation, il ne c'était passé que quelque seconde, quelque seconde qu'elle avait passé à observer son adversaire en restant sur la défensive. C'était une jeune femme rousse, qui avait un corps qui semblait bien travaillé et adapté au mouvement de combat. Elle était également jolie, son corps était attirant, séduisant et surtout terriblement appetissant. Et oui premier combat signifie souvent de grosses erreurs et la sienne avait été d'abuser de sa magie. Si Xia pouvait l'utiliser en abondance c'était parce que cette dernière avait une réserve de magie considérable, mais pas elle. Ximma avait déjà bien attaqué sa réserve en paniquant dans son cocon, et là elle avait enchaîné les transformations. Ainsi elle commençait à ressentir les effet secondaire de l'abus de sa magie. La première étape la faim.


-Dit-moi ton sang est de quel couleur? Le mien est noir, moi j'aime le sang rouge, tu me permets que j'y goute?

De sa position elle bondit en avant sur la jeune fille, se servant de ses ailes pour prendre plus d'élan. Ximma chercha à frapper avec son épée et ensuite abattre sa queue sur elle. En partie aveuglé par sa faim et la folie, son objectif de la toucher était si fort, qu'elle fonça sans même déterminer si la lame de la fille n'allait pas la blesser en route. De toute façon, elle avait confiance en sa régénération. Loin de s'imaginer du piège qu'elle se tendait à elle-même ainsi.
Journalisée

Cirillia
Humain(e)
-

Messages: 243



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Septembre 29, 2015, 12:31:02 »

Les deux femmes avaient atterri dans une pièce assez étroite, avec des barreaux à l’entrée... Une cellule. Qu’était donc ce navire ? La sorceleuse eut à peine le temps de voir les barreaux après son attaque, que la mystérieuse créature évita en roulant en arrière. Son corps évolua encore à nouveau. Les grandes ailes argentées de la créature tapaient contre le plafond, et se rétrécirent un peu, pour lui permettre davantage de mobilité. Ciri’ la vit jeter sa grosse masse dans un coin, et, en une poignée de secondes, elle vit cette femme changer à nouveau de forme. Une queue caudale vint pousser à hauteur de son bassin, se redressant au-dessus de sa tête, pour former un scorpion. Le plus étonnant fut aussi de la voir sortir de son corps une espèce d’épée en métal.

*Mais c’est quoi ce truc ?!*

Qu’est-ce qu’elle comptait encore lui sortir de son corps ? Ciri’ se mit en position défensive, car elle sentait l’attaque immédiate... Et elle n’eut pas tort. La créature bondit en avant, après une remarque futile sur son sang (qui ne déconcentra pas Ciri’). Les lames se heurtèrent violemment, et Ciri’ recula sous l’impact, en serrant les dents. Elle vit alors la queue du scorpion fondre sur elle depuis les hauteurs, et bondit sur le côté, venant heurter le mur. Le bout de la queue frôla son corps, laissant une traînée de sang sur son épaule. La sorceleuse se heurta au mur, face à la femme. Son sang (rouge) glissait le long de son épaule, et, plutôt que d’attaquer à nouveau avec son épée, elle opta pour une autre stratégie, en profitant du fait qu’elles étaient toutes les deux dans un espace très restreint.

Ciri’ ne pouvait donc pas manœuvrer comme elle le voulait avec sa lame, surtout face à un adversaire si imposante, avec ses ailes et sa queue caudale. Cirillia tendit donc la main droite, la gauche tenant le pommeau de sa lame, et lança le signe d’Aard. Une onde d’air jaillit de ses doigts, et repoussa légèrement la femme, puis son épée fila. Ciri’ la loupa, puis tournoya sur elle-même pour gagner du temps, l’épée brandie vers le haut... Avant de descendre vers le bas.

*BING !*

Sans trop de surprise, l’épée heurta l’une de ses ailes, ce qui repoussa la jeune femme, la renvoyant à nouveau contre le mur, face à son adversaire.

Cette dernière pouvait choisir de profiter de son avantage, mais, si elle venait à bondir sur elle, que ce soit pour l’attaquer avec sa lame, sa queue, ou ses boucliers, Ciri’ bondirait sur le côté, avec l’objectif d’attaquer la femme dans le dos en se relevant rapidement pour asséner un nouveau coup de lame.

Si elle était assez rapide pour surprendre son adversaire...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Limma Darts
Avatar
-

Messages: 854


Démone soumise et dominante


Voir le profil
Fiche
Description
Limma : Humaine esclave
Limma Darts : être mélanger et instable cyborg démone
Ximma : être mélanger et équilibré demi démone
Xia : Démone
« Répondre #9 le: Septembre 29, 2015, 07:06:45 »

Ximma se tenait face à sa cible. Son coup d'épée avait été paré par la lame de son adversaire. Une réaction logique et qui ne la bloqua pas, car si son épée était stoppée la queue passa par-dessus son épaule pour venir frapper la jeune fille. Sauf que son adversaire ut le bon réflexe de bondir sur le côté, si le mur avait stoppé son esquive, elle avait grandement limité les dégâts. Finalement, Ximma lui avait juste effleuré et causé qu'une faible coupure. Une magie plutôt faible la repoussa le temps de laissé la rousse se dégager et sentir un impact sur l'une de ses ailes. Lentement Ximmea se retourna la lame de sa queue à la bouche. Elle venait de gouter son sang, ce sang si bon.

-Hum, quel délice…Tu as bon gout tu sais ?


Malgré ses paroles son visage restait plutôt neutre seule ses yeux étaient brillant d'envie. Ce gout, elle voulait le gouter de nouveau. Ainsi elle bondit de nouveau sur elle pour l'attaquer. Avec plus d'expérience du combat, elle aurait sût que sur un adversaire de ce niveau, deux fois la même attaque n'avait pas le même effet. Mais elle n'avait pas cette expérience que des souvenirs. Ainsi elle s'élança de la même manière, sauf que la jeune fille ne resta pas inactive. Elle sentie une soudaine douleur sûr le côté. Et elle perdit l'équilibre se retrouvant à genoux.

-Merde ça fait mal.


Un coup d'épée avait entaillé son côté gauche laissant une blessure profonde et coulé de sang noir. Une douleur forte s'emparait d'elle. Heureusement sa magie s'activa immédiatement commençant déjà a stoppé la coulé de sang. D'ici quelque seconde il n'y aurait plus rien. Sa réserve de magie diminuait encore et en contrepartie sa faim augmentait. Elle se releva mettant sa main vide devant sa blessure.


-Du sang…donne-moi ton sang.


Ciblant son adversaire elle s'élança sur elle, mais pas en courant comme l'avait jusque-là. Elle s'élança dans un bond en faisant une rotation sur elle-même. Son corps s'avança en prenant un peu de hauteur et recommença à redescendre, le mouvement qu'elle faisait, avait permis à sa queue à prendre de l'élan et pas mal de vitesse ainsi son corps s'abattit en un placage sur le sol devant la fille comme une attaque ratée, mais le but n'était pas là, car la queue elle s'abattait tel un fouet, mais un fouet de grosse taille tout en métal et avec une lame au bout. Si elle ne touchait qu'avec la lame, elle allait pouvoir déjà faire une profonde blessure, mais si en plus elle touchait avec la queue elle-même, elle pouvait lui faire mal et même lui briser les os. Une fois affalé sur le sol, Ximma avait bien l'intention d'attraper une jambe a porté s'il y avait pour venir y donner un coup d'épée et faire couler se sang qui lui donnait si faim.
Journalisée

Cirillia
Humain(e)
-

Messages: 243



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Septembre 29, 2015, 11:34:49 »

« Tu es quoi, toi ? Une espèce de vampire cybernétique ?! »

Comment avait-elle dit qu’elle s’appelait, déjà ? Le nom lui revint... Ximma, Championne de Mania. Déesse de la Folie... Comme quoi, on trouvait des divinités pour tout. Autant dire que, émanant d’une telle divinité, il fallait s’attendre à tomber sur de sacrés phénomènes de foire... Ce que cette Ximma, sans hésitation, était, indéniablement. La créature métallique se rua à nouveau vers elle, et Ciri’ fila sur le côté, leva son épée, pivota... Et frappa de haut en bas. Un coup fatal, mortel. L’épée elfique entailla la chair de ce monstre aux courbes féminines, et répandit sur le sol un sang noirâtre, qui évoqua vaguement à Ciri’ ce liquide tekhan dont elle avait entendu parler, un liquide poisseux qui pouvait avoir une teinte cuivre ou noire quand il était bien usé... De l’huile, un liquide inflammable. Elle le savait, pour avoir déjà enflammé des lampes à huile.

Voilà qui confirmait que cette créature était un robot ! Ciri’ serra les lèvres en la voyant se retourner, tandis que la blessure, fatale, se mettait à cicatriser, le métal liquide enveloppant la silhouette de cette folle furieuse venant recouvrir sa plaie. Et on s’étonnait que Ciri’ déteste la magie...

*Aard ne lui a rien fait, mon épée non plus... Cette femme est-elle donc immortelle ? Pourquoi m’amener à combattre un ennemi contre lequel je ne peux rien sans mes élixirs, Avallac’h ?!*

La sorceleuse était désavantagée face aux pouvoirs magiques de son adversaire. Elle aurait pu boire un élixir de Tonnerre, qui aurait accru ses capacités physiques, ou encore une précieuse Hirondelle, qui aurait permis de cicatriser son corps. Là, elle devait redoubler de vigilance, car le moindre coup lui serait fatal. La tâche était d’autant plus ardue dans l’espace étroit de cette cellule, et elle se recula prudemment de quelques pas, hésitant à attaquer de nouveau, de peur que sa lame ne se heurte à nouveau aux boucliers argentés de la femme.

Au moins, elle lui avait fait mal, et Ciri’ sourit :

« Et ce n’est que le début, salope. Tu vas voir ce qu’il en coûte de se heurter à Cirillia... »

Ximma parla ensuite à nouveau de son sang, amenant Cirillia à serrer les dents.

*Si j’avais pu, je me serais gorgée d’élixir jusqu’à rendre mon sang toxique, ça t’aurait fait les dents...*

Son adversaire s’élança ensuite, une sorte de saut sensuel, où elle tournoya en l’air. Aussi folle soit-elle, il fallait bien reconnaître que cette femme avait une sorte de grâce innée. Ciri’(, encore une fois, recula en arrière, essayant de voir une ouverture, mais comprit alors, in extremis, que la femme avait anticipé son esquive. Sa queue de scorpion fondit droit vers sa tête. Impossible d’esquiver ! Ciri’ réagit à l’instinct, et leva son épée. Le bout de la queue, une lame argentée, frappa violemment l’acier elfique... Et le coupa en deux.

L’un des morceaux de la lame rebondit sur le sol, et le choc renversa Ciri’, tandis que le bout pointu de la queue frôla son visage, et lacéra sa joue, manquant de peu de lui crever l’œil gauche. Cirillia s’écroula sur le sol, avec son épée brisée, son œil gorgé de sang. Elle posa une main dessus en grognant, et contempla sa lame brisée, en pestant contre les foutues lames elfiques.

« Argh, bordel ! »

Était-ce si surprenant ? Les forgerons elfiques faisaient de bonnes armes d’un point de vue magique, des armes avec des runes permettant ainsi de les enchanter... Mais, pour ce qui était du combat pur, il fallait bien le reconnaître, les elfes avaient trop tendance à vouloir faire de belles épées, plutôt que des épées efficaces. Autrement dit, contrairement aux forgerons nains, les lames elfiques n’étaient pas très résistantes. La preuve était que ses épées étaient forgées avec de l’acier nain et des techniques naines. Elles n’étaient pas forcément très belles, mais résistantes.

La sorceleuse se trouvait maintenant avec une épée brisée... Sa seconde épée, elle, était sur le pont, et elle était toujours bloquée avec cette femme, n’ayant plus que ses armes courtes... Ainsi que ses Signes. En se concentrant, ses doigts dessinèrent prudemment le signe de Quen, et sa main se porta vers sa botte.

Elle s’attendait à ce que Ximma vienne sur elle pour lécher son sang... Et, ce faisant, sa stratégie serait de lui planter la dague dissimulée dans sa botte.

Et, dans le cas où son adversaire opterait pour la prudence, en attaquant à nouveau avec sa queue, le plan de Ciri’ serait de rouler sur le côté, de lui lancer son couteau de lancer, fixée à sa ceinture, puis de sortir de la cellule, la meilleure solution étant alors de déployer le signe d’Aard sur des planches frêles du mur pour sauter dans le vide...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Limma Darts
Avatar
-

Messages: 854


Démone soumise et dominante


Voir le profil
Fiche
Description
Limma : Humaine esclave
Limma Darts : être mélanger et instable cyborg démone
Ximma : être mélanger et équilibré demi démone
Xia : Démone
« Répondre #11 le: Septembre 30, 2015, 11:49:54 »

Ximma venait d'exécuter une attaque acrobatique, une attaque qui avait démontré les bons réflexes de son adversaire. Car cette dernière avait réussi à reculer pour éviter une fois le placage et une seconde en se défendant pour  se défendre de sa queue. Malgré tout l'assaut n'avait pas été sans effet, d'une son adversaire avait été renversé par le choc et de deux son arme avait été brisé. Ximma se retrouva alors à quatre pattes avec sa queue en avant prête de nouveau à attaquer. L'odeur du sang sur cette lame lui donnait encore plus envie. C'est pourquoi elle voulut profiter que la rousse était à terre pour l'attaque de nouveau et venir gouter son sang à la source. Elle s'avança abattant sa queue sur elle, sauf qu'une barrière magique se brisa en bloquant son attaque et alors de nouveau une forte douleur. Une dague venant de se planter au niveau de son cou. Une attaque qui pourrait se montré mortel.

Heureusement son corps était fait pour la défense, ainsi la régénération commença aussitôt et la lame métallique fut absorbée de la même manière qu'elle avait absorbé son propre métal déployé en cocon. Mais il ne fallait pas la penser sauver pour autant. Déjà la douleur l'avait écroulé au sol lâchant sa propre arme qui était à portée de son adversaire. Ensuite, sa régénération était efficace, mais pas non plus instantané ainsi la blessure perdait son côté mortel, mais la faisait souffrir encore. Et pour finir une telle régénération combinée à l'absorption avait fini d'entamer sa réserve de magie. Ainsi Ximma se retrouvait au sol, son corps à la famine, affaiblie par le manque de force dû à la perte de magie qui la régénérer de sa blessure. Elle approcha lentement sa queue de sa bouche léchant le sang même peu présent dessus, apaisant même pas sa faim. Elle leva les yeux vers la rousse et la regarda. Ce corps devant elle si pleine de sang, si appétissant et aussi terriblement excitant. Elle la voulait la tout de suite, son corps, sans sang son sexe, tout, elle la voulait toute pour elle. Malgré son état, elle se mit a mouillé abondamment. C'était l'effet secondaire de son manque de magie, une faim et une excitation hors norme. Son corps devenais lourd, car sans magie les parties métallique qu'elle avait sur son corps ne pouvait plus être bougé et devait simplement des fardeaux. Son manque d'expérience et l'abus de magie c'était retourné contre elle, voilà le piégé qu'elle s'était tendu toute seule. Voilà ce qui ne serait jamais arrivé à Xia. Mais tout ça elle en avait pas encore conscience, elle n'avait plus qu'une obsession.


-Je te veux…

Elle tendit ses mains vers la jambe Cirillia et tenta de la tirer vers elle. Il lui restait  quand même sa force physique. Sauf qu'il ne lui restait plus grand-chose de raison, et aux lieux de vouloir la battre, ce qu'elle voulait tout de suite, c'était la violé et lui léché ses blessure pour voir son sang. Si elle y arrivait, elle pourrait se calmer un peu, mais il lui faudrait vraiment beaucoup de sang pour pouvoir reprendre vraiment le combat. Mais il fallait pas pour autant le sous-estimé car, si elle arrivait à la faire tomber et la lui monté dessus, il fallait pansé avec son poids du as ses aile métallique et sa queue, elle pouvait arrivé à la bloqué.
Journalisée

Cirillia
Humain(e)
-

Messages: 243



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Septembre 30, 2015, 12:28:55 »

À terre, sans son épée, et avec un œil ensanglanté, Ciri’ faisait une proie facile, comme un oiseau à qui on aurait froissé les ailes. Ceci amena Ximma à se ruer vers elle, et sa queue la frappa. Même malgré Quen, la douleur fut terrible. Sans le Signe, elle aurait probablement eu tous les os brisés, au lieu de simplement ressentir une forte de douleur le long de son torse. Le bouclier magique explosa, sans vraiment déstabiliser son adversaire, provoquant juste une légère explosion magique. Ximma se rua ensuite vers elle, et la main de Ciri’ saisit sa dague, puis la planta dans son cou, en visant la jugulaire, dents serrés.

« CRÈVE, SALOPERIE !! » hurla-t-elle.

Du sang noir jaillit de la plaie, tombant sur le visage de Ciri’... Mais Ximma était toujours en vie, et s’écarta, tandis que, sous les yeux (ou sous l’œil, plutôt) de Ciri’, elle vit sa dague... Disparaître dans le corps de cette créature, fusionnant avec sa peau métallique. De son autre main, Ciri’ eut tout juste le temps de lancer un Signe d’Aard qui repoussa son adversaire, et, médusée, elle contemplait sa dague en train de disparaître. Cette femme était-elle donc indestructible ?! Elle lui avait brisé son épée, et volé sa dague ! Elle n’avait maintenant plus que son couteau de lancer, et observa le trou en hauteur. Là, quelque part, sa seconde épée gisait. Mais serait-elle vraiment utile ? Peu importe les coups qu’elle infligeait à cette femme, elle cicatrisait sans arrêt à toute allure. Quant à Ciri’, après l’ultime coup de queue sur son torse, elle avait du mal à respirer... Et cette tarée continuait à être fascinée par son sang.

*Putain...*

Elle vit la créature se relever, après quelques secondes de léthargie. Que pouvait-elle faire ? Elle pouvait lancer son couteau en pleine tête, mais la femme l’avalerait à nouveau... Avallac’h l’avait-il envoyé se suicider contre un adversaire face à qui toutes ses facultés étaient vaines ? Elle n’avait guère que ses Signes, mais la femme ne les maîtrisait pas assez pour qu’ils puissent vraiment lui faire mal. Ximma s’était relevée, et tira alors sur sa botte, faisant glisser la femme vers elle, tandis qu’elle parlait d’une voix basse, affirmant qu’elle la voulait. La seule réponse de Ciri’ fut un péremptoire, mais non véridique :

« Lâche-moi, espèce de... Tarée ! »

La femme la traînait vers elle, et Ciri’ utilisa son autre pied pour la frapper au visage...
« Dernière édition: Septembre 30, 2015, 02:28:47 par Cirillia » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Limma Darts
Avatar
-

Messages: 854


Démone soumise et dominante


Voir le profil
Fiche
Description
Limma : Humaine esclave
Limma Darts : être mélanger et instable cyborg démone
Ximma : être mélanger et équilibré demi démone
Xia : Démone
« Répondre #13 le: Octobre 02, 2015, 11:40:16 »

Ximma commençait tout juste à récupérer de sa blessure. Elle se sentait épuisée, son corps était vide de magie et réclamait de la nourriture et paradoxalement du sexe, cette faim l'excitait grandement. Rampant sur le sol, elle avait saisi la jambe de la rousse pour la faire tomber et la tirée vers elle. Elle ne pensait plus au combat, elle voulait la violé et la dévoré, tout ce sang sur elle, ça lui faisait terriblement envie. Alors qu'elle la tirait vers elle, Ximma se prit un coup de pied dans la tête lui arrachant un nouveau cri de douleur. Pour empêcha ça de nouveau, elle attrapa la deuxième jambe et tira un bon coup pour l'apporter vers elle et lui grimpa dessus.

Se trouvant au-dessus de Cirillia, elle se penchât pour venir lui léché le visage. En sortant sa langue, elle sentit l'un de ses dents tombé surement dû à son coup de pied. Comme sa magie c'était épuisé, la dent ne repoussa pas, aucune régénération. Ximma passa sa langue sur le visage de la rousse,  récoltant un mélange entre le sang de son adversaire et son propre sang. Puis elle se mit à lécher sa blessure à l'œil. C'était peu, mais se sang lui faisait du bien. La nourriture rechargeait sa magie et la nourriture la plus efficace pour elle c'était le sang. Ainsi si elle arrivait à lui en boire le plus possible, elle pourrait se régénérée et retrouvé ses forces. Pour autant elle ne voulait pas trop la blésée, car elle avait une autre envie à assouvir. C'est pourquoi l'une de ses mains travaillait à défaire sa ceinture et son pantalon cherchant à se faufilé à l'intérieur pour venir toucher son sexe. Elle-même était terriblement excitée, si bien que ses jambes dégoulinaient en démesure à son état d'excitation et de faim. Son corps n'était plus que folie et avidité.

Affaiblie et arrivant à bout de force, elle se coucha sur elle. Le poids de ses ailes commençait à vraiment l'écrasé, elle ne pouvait plus les faire disparaitre, mais dans un sens avec son propre poids sur le corps de sa victime, elle espérait arriver à l'immobiliser. Ainsi on pouvait l'imaginer en position de force, mais si Cirillia arrivait à la retourné et à se rendre compte qu'elle n'était plus capable d'utiliser la magie et donc de se régénéré, elle pouvait arriver à la vaincre maintenant. Mais y arrivera telle avant de se faire voler trop de sang?

Journalisée

Cirillia
Humain(e)
-

Messages: 243



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Octobre 02, 2015, 12:25:49 »

Ciri’ s’était attendue à ce que son coup de pied se heurte à la tête métallique de cette femme, et l’avait donc envisagé comme un geste de dépit qu’autre chose... Mais, au lieu d’entendre un choc métallique, elle sentit, sous s abotte, une peau bien humaine, et entendit un cri de douleur.

*Ça par exemple !*

Est-ce que l’armature métallique protégeant cette femme avait finalement fini par s’effondrer? Hélas, Ximma n’était pas encore vaincue, et son autre main se posa sur ce pied, et elle la tira sur le sol, la femme disposant encore d’une force redoutable. Ciri’, quant à elle, était encore blessée, et sentit alors le poids de la femme s’écraser sur son corps, sa langue venant lécher son visage, comme une espèce de chienne venant requérir l’attention de son maître. Ciri’ grogna sous le corps de cette femme, en sentant tout le poids de ce corps, composé surtout des ailes métalliques et de sa queue caudale... Et, tandis que la femme la léchait, nettoyant ses plaies, elle se demandait pourquoi Ximma n’avait pas envisagé de l’achever avec sa longue queue caudale. Si sa peau était redevenue normale, est-ce parce qu’elle avait épuisé toutes ses réserves de magie ? Sans être une magicienne, Cirillia savait que la magie avait besoin d’énergie pour fonctionner, et que c’était souvent là le poids faible des magiciens. Quand ils avaient épuisé toute leur mana, ils étaient faciles à neutraliser.

La chance venait-elle de changer de camp ? Malheureusement, Ciri’ était contre cette femme, et elle sentit une dent tomber sur elle, alors que la langue de la femme, telle une possédée, léchait ses plaies faciales. Tout en tentant de la repousser, elle sentit alors la main de la femme déboucler sa ceinture, avant de se glisser contre son pantalon, ses doigts filant ensuite à l’intérieur, heurtant sa culotte. Des doigts froids, glaciaux, qui lui arrachèrent des frissons.

*Bordel, trouve un moyen de retourner cette salope !*

Ximma était plus lourde qu’elle, et était à moitié en train de l’étouffer. C’était comme avoir un sumo qui venait de vous tomber dessus, et de chercher comment le repousser. La sorceleuse n’avait cependant pas encore dit son dernier mot. Ximma était tellement occupée à la lécher et à jouer avec ses doigts qu’elle en avait oublié les mains de Cirillia... Et cette dernière fut la seule chose qu’elle pouvait faire.

Sa main droite se tendit vers le rebord, et elle lança le signe d’Aard, venant affaiblir une partie du bois. Avec son autre main, elle chercha à la déplacer dans le dos de la femme, mais se heurtait à ses membranes métalliques, ces longues ailes. Aard frappa le mur en bois, faisant sauter plusieurs clous, puis faisant tomber plusieurs planches.

*Rien à faire, elle est trop lourde...*

Le combat n’allait tout de même pas se terminer de manière si ridicule !

« Lâche... Lâche-moi, salle folle... ! » grognait Ciri’.

Elle ramena sa main près de sa ceinture, et chercha son couteau de lancer. Avec le corps de Ximma contre le sien, la tâche était ardue... Mais elle réussit à sentir la sacoche abritant l’arme mortelle. De ses doigts tremblants, coincés entre son corps et celui de la femme, elle réussit à tirer sur la lanière, et à sentir le bout du couteau, la pointe effilée. Elle tenta alors de tirer dessus pour faire sortir l’arme, mais les rebords du couteau de lancer se coincèrent contre la lanière en cuir de la petite sacoche de la ceinture.

*Raah, bordel ! Et cette tarée qui continue à me lécher comme une glace !*

Elle était également en train de la violer entre ses doigts, répandant par la même occasion sa salive sur son visage. Ciri’ comprenait vaguement qu’elle devait, par ce biais, recharger ses batteries. La femme, elle, continuait à tirer sur le couteau, le remuant dans tous les sens pour le faire sortir... Elle était tellement concentrée qu’elle n’entendit pas le bateau craquer, ni ne vit les infiltrations d’eau jaillissant depuis le mur qu’elle avait fragilisé. Elle tira donc, et réussit finalement à arracher le couteau de lancer, et soupira, puis déplaça son bras.

Son objectif était de planter le couteau dans le flanc de la femme, et, alors qu’elle s’apprêtait à le faire...

Une énorme vague vint frapper le flanc du navire, et défonça tout le mur en bois de leur petite pièce. Une énorme vague les frappa toutes les deux sur le côté, les balayant comme des brindilles. Ciri’ s’envola, et son dos heurta les grilles de la prison. Elle retomba sur le sol, et vit l’eau repartir, entraînant le couteau vers le trou dans le mur. Elle bondit en avant, et réussit à attraper son arme, puis regarda le trou...

...Et écarquilla les yeux en voyant une énorme vague supplémentaire se rapprocher. L’océan lui semblait plus déchaîné que jamais, et une immense vague frappa le navire, un gigantesque rouleau qui, pendant quelques secondes, engloutit dans l’eau l’intégralité du navire. Ciri’ se retrouva à nouveau propulsée, et heurta plusieurs caisses, ainsi que les grilles de la cellule... L’eau repartit ensuite, et, toute trempée et sonnée, elle s’agrippa à l’un des barreaux du cachot, et se redressa. Ximma était toujours là, et Ciri’ essuya du revers de la manche l’eau coulant le long de son visage.

*Termine-là !*

La grille émit alors un antique craquement, et le bateau tangua alors dangereusement sur la droite, évitant plusieurs récifs escarpés et meurtriers sur sa gauche. La gravité attira alors Cirillia vers le trou, et elle se mit à glisser sur l’eau, puis tomba en avant... Et fila dans le trou.

Rien sur quoi se rattraper, tout glissait... Puis elle sentit un appel d’air, vit le navire depuis l’extérieur, ses cheveux tourbillonnant dans tous les sens, des éclairs striant le ciel, puis les vagues, absorbant le son, sa chute la plongeant dans un environnement hostile composé de monstres marins, de sirènes sauvages, de Sahuagins et de noyeurs...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox