banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
Auteur Sujet: La louve et le faucon [Pv Shad]  (Lu 3658 fois)
Griffith
Dieu
-

Messages: 44

avatar

Le faucon blanc, Le dieu démon


Voir le profil
FicheChalant
Description
Il est un dieu qui peut assouvir tous les désirs des mortels ! Cependant, il faut en payer le prix ...

Le dieu démon peut revêtir son ancienne forme mortelle pour voyager sur les plans des vivants. Il peut revêtir son armure du Faucon blanc sur Terra comme il peut être habillé d'un beau costard Blanc sur Terre.
« le: Septembre 01, 2015, 09:49:59 »

«  Où suis-je … Qui suis-je ? »

Mes yeux bleus s’ouvrent difficilement dans cette obscurité. Qu’il faisait noir. Quel est cet endroit ? je me sens à l’étroit, comme si cet univers m’emprisonnait. Pourtant … c’est ce que j’avais désiré non ? J’avais le pouvoir, la capacité de régner … alors pourquoi n’étais-je pas satisfait. Qu’est-ce qu’il me manquait ? Ce vide … cette sensation qu’il me manque quelque chose … c’était trop … imposant. Impossible à définir. J’aurais bien dit que ce vide … c’était moi-même. Je regarde difficilement autour de moi. Je me rends compte que mon corps est tâché … de ma tête jusqu’aux pieds en passant bien évidement par les bras et le corps … Cette chose noir qui tâchait mon esprit pure. Je le sens se serrer autour de moi, me coincer un peu plus à chaque seconde qui s’écoule. J’ai l’impression que je ne pourrais plus m’en échapper. Etait-ce la mort ? La solitude ? Le manque ? Trop difficile à dire … Comme dis plus tôt … je n’arrive pas à le définir. Je relève mes yeux devant moi. Je vois, dans ces ténèbres, deux yeux rouges se focaliser sur mes iris bleuté. Je me sens m’endormir à nouveau … Je n’aie pas le temps de réfléchir, de penser à moi-même. Je me rendors …

Je ne suis que vide, l’ombre de ce que j’ai été. La preuve de mon égoïsme, de mon avarie, de ma jalousie, de ma colère, de ma gourmandise, de ma luxure … De ma trahison envers ceux en qui j’avais confiance. Une autre personnification des péchés humains. Etait-ce … Mon destin ? Vraiment ? 




- T’es sur qu’on doit la mettre avec lui ?

- Allez, ce n’est pas comme si elle allait lui rendre ses pouvoirs dans son état ! Hé hé hé ! La louve est incapable d’user la moindre de ses capacités, comme le petit dieu qu’on a récolté ! Je suis sur qu’il y a moyen de tirer une bonne affaire de ces deux là ! Tu sais … extraction de puissance et l’enfermer dans une sorte d’orbe qu’on revendrait aux personnes les plus puissantes et fortuné !

- Tu n’as pas peur de te brûler avec ce feu là ?

-Tsunh ! Qui pourrait nous en empêcher après tout ! Allez, balance-là !



Un bruit sourd se fit alors, un corps sombrant au sol près de moi. Je venais de me réveiller mais je n’avais pas ouvert les yeux. J’étais capturé ? Sérieusement … comment était-ce seulement possible. Cependant, je gardais mon calme, je me faisais le plus discret possible afin que mes ravisseur ne se rende pas compte que j’avais repris conscience.

J’entends le gros glousser encore sa petite victoire, que ce poison divin marchait du tonnerre aussi bien sur lui que sur la petite qui venait de me rejoindre. Petite, une femme donc …Mais quelle est cette chose qu’il a usé contre nous ? A l’entendre, c’était un objet ou un procédé suffisamment puissant pour qu’on ne puisse pas avoir accès à nos capacités. Je m’en rendrais bien vite compte si il à raison. Ce gros lard part alors avec son sous-fifre. Curieux … je me rends compte seulement que je n’aie plus cette capacité de ressentir les mortels ou toutes autres créatures autour de moi. En vérité … je ne ressentais plus rien du tout à part l’odeur poisseuse de la poussière froide et humide qui était actuellement sous mon nez.

Les pas s’éloignent, mes yeux d’un bleu aussi étincelant que le ciel mélanger à la neige éternel, s’ouvrirent lentement. Il faisait sombre, je ne voyais pas grand-chose. Sale souvenir qui me revient alors à l’esprit que je fais chasser immédiatement ! je bouge lentement mes mains, j’entends un grincement de métal se frotter au sol, un son qui ne m’aie pas inconnue vu que j’ai connu une année de torture dans les pires cachots de Koral … Les chaines, le bruit de l’acier qui s’entre choque durant de longue heure …

Je m’assois, je me rends compte que je ne porte que de simple vêtement de lin de couleur beige-gris. Je regarde mon corps, je me sens plutôt faible comparé à d’habitude. Ce n’est clairement pas normal. Je tente un sort banal : reprendre mon apparence habituelle. Cela m’aie complètement impossible. Je fronce les sourcils et tente de créer un portail dimensionnel. Rien ne se passe …

Hm … Effectivement … ce gros lard m’a bien fait quelque chose. Plus d’accès à mes pouvoirs. Ca expliquait aussi pourquoi je ne ressentais plus les éléments autour de moi. J’étais … Comme redevenu un simple humain. Je soupire lentement … Me relève et inspecte mon cachot. Enfin … Notre cachot. Les pierres étaient très bien travaillées, lisses, bien empilées. Il faudrait une sacré force pour pouvoir les briser. Force que je n’aie plus actuellement. Je reste habile et rapide mais la force ne fait pas partit de mes attributs mis en avant. Le sol était simplement composé de dalles, froides, dure … un peu de poussière, de pailles et de crasses s’y trouve. Une simple couche servait de lit. Et pour ce qui est du sanitaire … oublier. Vous ne voulez même pas savoir. La porte nous séparant de la liberté est fait d’un fer forgé. Je l’observe de plus près, j’y vois des runes. Elle est prévue pour ne pas être forcé de l’intérieur mais on peut malgré tout passer nos bras au travers. Hm … Pas évident de se sortir d’une telle situation.

Je soupire, cherche une solution …

Mon regard se perd finalement sur cette femme allongée au sol. Devais-je m’en occuper ? Pour moi, ce n’était pas mon problème. C’était à elle de faire ses preuve, de se réveiller, de s’en sortir. Chacun ses problèmes. J’avais déjà assez avec les miens … Mon regard continue simplement de la regarder.


Comment je me suis retrouvé là ? Un moment d’inattention. Une simple piqûre. Le sommeil. Le rêve … La subconscience … Plus rien. Le néant …

Je voudrais recombler ce vide qui me manque depuis trop d’années …



Mes yeux parcours le corps de la jeune louve. Elle ne semble pas être en plus mauvais état que moi. Elle aussi est mal habillée. Ses vêtements ressemblent aux miens, un poil trop long même. Cette femme avait de longs cheveux d’ébène avec des longues mèches aussi bleuté que la glace. Des oreilles noires décorant chaque coté de sa tête, une douce fourrure blanche tapissant l’intérieur de ces dernières. Une queue dépasse tant bien que mal de ce misérable pantalon sale. Noir lui aussi avec le bout blanc. Une Terranide, une okami. Qu’il était rare d’en croiser … Pour le peu que j’en avais vu sur Terra … Le plus courant était des terranides Félins ou ce qu’on appelle des Furry. Mais une demi-humaine, demi-louve … c’était, oui, un cas assez rare.

Je m’assois face à elle, une jambe replié, l’autre au sol. Mon coude droit sur le genou replié, la main pendant, l’autre au sol, me permettant de garder un certain équilibre … j’attends son réveil avec patience … Je n’aimais pas cela. A vrai dire, je n’avais plus connu la coopération depuis ma vie humaine, antérieur à mon existence divine. Mais je n’avais pas d’autres choix … avec de la chance, cette petite aurait de quoi me libérer de cette prison … ou dans le pire des cas, proposer une idée pour me sortir d’ici …
Journalisée

Tout n'est que le fruit de la causalité ...


Voici la liste de mes autres doublettes ICI
Mp préférentiellement SAYANA pour proposer un RP.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4097



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #1 le: Septembre 02, 2015, 04:27:20 »

Comment ? Comment cela avait-il pu être possible ? Aussi loin qu’elle s’en souvienne, l’Okami s’était assoupie sous les branches d’un saule pleureur au beau milieu de nulle part, l’herbe verte et fraîche lui servant de matelas tandis que le tronc robuste de l’arbre avait fait office d’oreiller. La Louve avait décidé de faire une petite halte, profiter de la légère bise, souffler un coup et se vider l’esprit, elle s’était même laissée aller dans les bras de Morphée. Mais, là où elle avait fait sa halte, il n’y a avait eu pas âme qui vive, elle n’avait ressenti la présence d’aucun humain, alors comment ? Comment était-elle arrivée ici et de surcroît sans réellement sans rendre compte ?  Quel stratagème avaient-ils pu bien utiliser ? Son réveil ne fut guère des plus agréables, l’odeur apaisante d’un coin naturel avait laissé sa place à une puanteur nauséabonde de moisissures et d’excréments en tout genre provenant des cellules avoisinante. Et ne parlons pas du tapis de l’herbe si douce et fraîche remplacé par un sol fait de dalles froides et inhospitalières. Ses doigts se crispèrent sur le sol, signe de son réveil. Quoi qu’il en soit, l’Okami n’allait pas rester longtemps dans ce trou miteux.  Trou qu’elle partageait avec un colocataire de fortune, malgré toutes les odeurs pestilences qui l’envahissait, Shad avait pu sentir la présence d’une autre personne à ses côtés. Il lui semblait même l’avoir entendu marcher ici et là dans leur cellule, faisant teinter légèrement une chaîne en fer, c’est également ce petit tintement métallique qui lui avait permis de sortir de sa torpeur. Cependant, la Louve avait pris la décision de ne pas bouger immédiatement et simplement profiter du calme pour tenter de savoir ce qui avait bien pu se passer ces dernières heures. Mais pourtant, rien, pas le moindre souvenir concret. Misère.

Ses bras tendus au sol se plièrent en deux, ses mains prenant appui sur la surface crasse et sale tandis que  ses yeux s’ouvrirent finalement, laissant apparaître des prunelles d’un profond bleu azuré. Elle croisa le regard de l’autre homme mais en eu cure sur le coup, se relevant pour inspecter chaque recoin de la cellule. Bien évidemment, rien ne laissait à présager une quelconque échappatoire, sauf si bien évidemment on possédait une force nécessaire pour faire sauter la porte ou un pan du mur. Et la Terranide était loin de posséder une telle acuité physique. Qu’à cela ne tienne ! Elle n’aurait qu’à brûler cette foutue porte faite de fer forgé et partir comme si de rien n’était. Ou elle pourrait tout simplement créer un portail et s’en aller s’en demander son reste, laissant par la suite une cellule vide.   Quoi que, l’idée de la porte semblait impossible, elle ne le les avait pas remarqué sur le coup, mais des runes y étaient présentes et étant dans une prison, ces dernières n’étaient sans doute pas là  en guise de décoration.  La Louve tenta donc de créer un portail mais rien, nada, pas la moindre petite étincelle magique.  Un grognement lui échappa, tandis qu’elle passa l’une de ses mains sur son cou ressentant la présence d’un collier de métal. Ses doigts fin et agile sentirent même la présence d’une petite pierre et elle n’avait pas besoin de la voir pour savoir de quoi il s’agissait : de l’obsidienne. Ces salopards venaient de lui brimer ses capacités magiques. Mais hé ! Elle réussirait à se sortir de ce guêpier.

Soupirant, la Lycane s’installa de nouveau sur le sol, ses jambes croisées devant elle, une simple position appelée « tailleur ». Ses yeux couvrirent son corps du regard, outre ses pouvoirs, ses habits lui avaient été retiré pour un vêtement des plus miteux et digne d’une future esclave. Soit, elle les récupérera, ainsi que ses armes. Non mais sans rire,  elle y tenait à ses présents et hors de questions de laisser un satané humain y poser ses sales pattes ! Pourtant, ces derniers n’avaient pas réussi à lui retirer deux « bijoux » lui appartenant. Le premier était un bracelet doré représentant un serpent dont l’œil était composé d’une petite pierre précieuse et qui semblait «  ancré » dans la peau de la Terranide. Donc à moi de l’amputé d’un membre, ils n’auraient pu le lui retirer. Quant au second, il ne s’agissait ni plus ni moins que de son talisman arachnéen. La Louve le souleva, observant sa surface, son pouce caressant l’araignée stylisée présent en centre. Une goutte de sang séchée y était présente, preuve qu’on avait essayé de le lui retirer. Si même Lucifer lui-même ne pouvait le toucher comment des humains le pourrait-il ? En tout cas, celui qui avait essayé était mort à l’heure qu’il est. Bien fait pour lui. Un second soupir lui échappa tandis qu’elle lâcha son collier, ce dernier retrouvant sa place au niveau de sa poitrine. L’Okami reposa son attention sur son compagnon de cellule. A vrai dire, au premier coup d’œil, elle l’avait prise pour une fille mais la non-présence de poitrine lui firent rapidement comprendre son erreur, il s’agissait juste d’un homme très efféminé.  Elle nota que comparé à lui, elle n’était pas enchaîné. Depuis combien de temps était-il là-dedans ? Au vue de sa propreté physique, cela ne devait faire guère plus de quelques heures. Peut-être même était-il arrivé ici en même temps qu’elle à quelques minutes près ? C’était tout à fait plausible.

« Tch…toi aussi tu en as un on dirait. »

Disant ses mots, elle tapota contre son propre collier d’obsidienne entourant sa gorge et sa nuque. Si cet homme portait un tel carcan,  cela ne pouvait signifier que leurs geôliers mettaient en cage ses attributs magiques, ou soit qu’ils étaient prévoyants. Mai que  tout comme elle, s’il possédait bien un quelconque pouvoir, qu’il se ferait une joie de les utiliser une fois qu’il les aurait récupérer.  Prise d’un doute, la Terranide tourna son bras de sorte à avoir le bas vers le haut et y fait une légère entaille à l’aide d’une de ses griffes, faisant perler le sang. Un sang plus noir qu’à l’accoutumé. Voyant cela, elle fronça ses sourcils, se doutant bien de ce qu’il s’agissait. Outre le collier, son sang était également souillé par des résidus de cette satanée pierre et il lui faudrait un certain temps avant que son organisme soit de nouveau «  pur ». Si au moins cela aurait été du poison…son médaillon aurait su la protéger, mais là…non. Un léger grognement rauque se fit entendre mais se tut rapidement.  La Lycane tourna son regard vers la porte, entendant au loin des bruits de pas et des murmures.

« On va devoir attendre le moment opportun pour partir d’ici. En tout cas, cette cellule semble avoir été parfaitement conçue. Tu m’excuseras mais je n’ai aucune solution pour le moment à te proposer et je pense que toi non plus…A moins que tu ais détecté une faille ?  Entre les murs parfaitement bien encastré et cette porte en fer forgé protégée par des runes, on n’a pas trop le choix que d’attendre à moins que… »

La Louve se releva d’un bond et se dirigea vers  un autre pan de mur,  levant sa tête, elle observa une fenêtre en hauteur, cette dernière avait également des barreaux. Mauvaise idée. Encore aurait-il fallu qu’ils puissent l’atteindre. Sa queue caudale s’agita dans son dos, marquant son agacement, mise à part attende un peu sur le coup et profiter d’un moment opportun, ils étaient bel et bien bloqués ici. Elle s’installa donc à nouveau à même le sol, posant un coude contre une de ses cuisses, la paume de sa main lui servant de support pour l’une de ses joues.

« Au fait, je m’appelle Shad et tu es ? »

Quoi comment ça il fallait vouvoyer un inconnu ? La Louve n’avait pas le temps pour de telle politesse d’autant plus que l’inconnu, elle le rencontrait au beau milieu d’une cellule crasseuse. Alors les règles de bonnes conduites, elle pouvait aussi bien s’en passer, ce n’était pas comme si elle l’aurait rencontré au détour d’un chemin. Quoi que cette possibilité lui aurait été mieux plu que celle actuellement présente.


Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Griffith
Dieu
-

Messages: 44

avatar

Le faucon blanc, Le dieu démon


Voir le profil
FicheChalant
Description
Il est un dieu qui peut assouvir tous les désirs des mortels ! Cependant, il faut en payer le prix ...

Le dieu démon peut revêtir son ancienne forme mortelle pour voyager sur les plans des vivants. Il peut revêtir son armure du Faucon blanc sur Terra comme il peut être habillé d'un beau costard Blanc sur Terre.
« Répondre #2 le: Septembre 02, 2015, 09:21:46 »

-Tch…toi aussi tu en as un on dirait.


De quoi parlait-elle ? D’un collier ? J’avoue ne pas y avoir fait plus attention. Je me suis simplement arrêter au fait que j’avais des chaines aux pieds et aux mains … Pour cela, la louve était plus chanceuse. Quand ils l’ont jeté, je n’aie pas vu grand-chose de particulier … Enfin, en dehors de son accoutrement semblable au mien et de cet étrange collier gris à la pierre noire au centre. De l’obsidienne ou de l’onyx, l’un des deux. Je ne pouvais pas ressentir la moindre propriété magique dans mon état. A cause de cette chose qui influait sur moi. Cette pierre était apparemment le point faible de cette si puissante Okami dont j’ignorait totalement la vie, le parcours qu’elle avait parcourut et notamment ses pouvoir qui pouvaient facilement la classer au rang d’un démon ou encore d’un demi-dieu. A quelques pouvoirs et puissance prêt, elle pourrait s’élever au titre de dieu. J’aurais pu l’aider à accéder ce stade si seulement … je n’étais pas devenu vierge de tous mes pouvoirs … Je lui aurais permis d’avoir accès à un Béhélit, elle n’aurait eu qu’a se sacrifier d’un peu de sang pour ouvrir le portail jusqu’à ma dimension. J’aurais revêtis ma forme réelle et actuelle et permis de réaliser son souhait … en échange d’un sacrifice et d’une loyauté sans pareil à mon égard. Mais tout cela n’était que rêve à présent. J’étais incapable des plus grands exploits divins à présent …

Ma main vint alors se poster doucement contre ma gorge. Oui … j’avais un collier moi aussi. Je touche doucement une partie plus lisse … je ne m’en rendais pas compte mais cet objet était en contacte directe avec ma peau. Comme dans le cas de l’Okami, mon collier était serti d’une magnifique pierre entre le rouge, le magenta et le rose. Cette dernière était parsemée de petits traits plus clairs qui semblaient bouger à l’intérieur comme si il y avait un liquide à l’intérieur. Je ne le voyais pas, je ne pouvais que le toucher de mes doigts fins. Etait-ce cela qui me rendais aussi faible ? Aussi fragile qu’un simple mortel ? Peut-être mais c’était impossible pour moi de le retirer. Le collier était fait dans une des matières les plus dures qu’on puisse trouver en Ashnard. Un collier dont le métal était de l’ébonite enchantée. Une chose assez … difficile à briser et dont le prix était excessivement élevé. Il n’y a pas à dire … celui qui nous voulait à du y mettre les moyens pour être sur de nous garder sages et en cage …


-On va devoir attendre le moment opportun pour partir d’ici. En tout cas, cette cellule semble avoir été parfaitement conçue.


Elle ne savait pas vraiment si bien dire en réalité. La cellule n’était pas une cellule banale mais pratiquement à l’épreuve des pires assauts magique. Cnvient même que nos colliers n’auraient pas ou peu d’effets sur nos caractéristiques spirituelles, la cellule était runée et enchantée pour nous couper tout moyens de téléportations et de pouvoirs. Bien que limite pour coincer un dieu … autant dire que les colliers marchaient du tonnerre ! Pour mon cas en tout cas … la porte runée n’était qu’un simple exemple comme quoi la pièce avait été travaillée minutieusement pour notre séquestration …


-Tu m’excuseras mais je n’ai aucune solution pour le moment à te proposer et je pense que toi non plus…A moins que tu ais détecté une faille ? 


La phrase que je redoutais mais que j’attendais à la fois. Bien sur qu’elle n’avait aucune idée de comment se sortir d’ici. Comme moi en réalité. Nous n’étions que deux petits moutons entre les crocs de plusieurs loups bien rusés comme des renards. Je désapprouve simplement, poliment avec une pointe de neutralité dans mes gestes et mon regard. Mes yeux se tourne ensuite vers la porte. Je réfléchis … cherche un plan. Surement que nos gardes seraient pas assez stupide pour passer avec les clefs de notre cellules attachées à leurs ceintures. Ce serait surement trop simple … De plus que dans mon cas, les chaines risquaient de tromper ma présence. Chose dont la louve était épargnée. Chanceuse … Maintenant pour ce qui était des détails, des failles, je n’en avait vue aucune. Enfin je n’aie pas inspecté la pièce avec détails non plus. J’avais fais un rapide tour d’horizon.

La louve semble hésitante, comme si une idée venait de lui traverser l’esprit. Je l’entends se lever et se jeter presque sur l’unique fenêtre qui éclairait notre cellule, en hauteur bien évidement. Les barres de métal qui se dressaient dans son ouverture étaient comme ceux de la porte. Runées elles-aussi. Rien d’étonnant.

Elle râle, abandonne son idée puis s’assoit. Voir son agacement arrivait à me faire esquisser un petit sourire inconsciemment. J’aimais voir les problèmes des mortels depuis que j’étais devenu un des Dieux-démons. Même si bon … son agacement pouvait se faire comprendre. J’étais bien plus calme comparé à elle. Je n’avais pratiquement pas bougé de mon emplacement hormis ma tête pour regarder à gauche puis à droite avant de se reporter sur elle au final.


-Au fait, je m’appelle Shad et tu es ?


Je l’observe calmement de mes yeux bleutés. L’air calme. Je garde à peine le sourire que j’ai esquissé pour reprendre un air neutre presque sans sentiments. Après tout … depuis quand n’avais-je plus ressentis quelque chose ?


-Mon nom est Griffith.


Elle n’avait pas besoin de savoir mon nom officiel. Le nom humain suffisait simplement. Après tout, à quoi bon donner le nom d’un dieu qui est neutralisé en cet instant précis ? Je me sentais assez tâché ainsi … n’être redevenu qu’un simple mortel ...

Même si c’est, au fond, ce que j’aurais réellement souhaité.

Pourtant, aussi étonnant soit-il, ma voix restait calme, sereine et claire. Une voix qu’elle n’avait surement jamais entendu par le passé. Une caractéristique, en plus de mon physique, liée à ma nature androgyne.

Je regarde autour de nous à nouveau et je me mets à soupirer, les yeux fermés, calmement. Il nous fallait un plan pour sortir d’ici … je ne comptais pas passer ma vie dans une cage.

Cage, menottes, prisonniers … Je ne voulais plus revoir cela. Re subir cela. Savez-vous seulement ce que sa fait d’être torturé jour pour jour durant plus d’un an ? A en perdre votre peau, vos paupières, vos tendons … jusqu’à en devenir fou et ne souhaiter que mourir pour se libérer de ce tourment …


- Je ne sais pas qui nous retient prisonnier … ceci dit … ils ont bien pensé.


Mes yeux se tournent à nouveau vers cette porte métallique, runée, enchantée contre nos propres pouvoirs. Ma main même se porte à ma gorge, contre ce collier serti de la pierre magenta. Qu’est-ce que j’aurais aimé retrouver mes pouvoirs, partir d’ici simplement en tranchant surement la tête du ou des responsables de mon emprisonnement. Notre emprisonnement …

D’ailleurs, qu’est-ce qu’ils ont fait de nos affaires ? Mon armure argenté, ma rapière … Ma tenue du faucon blanc. Je ne le savais pas encore mais cette pierre allait neutraliser mes pouvoirs durant de longue heure. En priant pour ne pas qu’elle se soit intégré à ma peau … la retirer aurait été un acte très douloureux. De plus, par son emplacement, elle pourrait m’être fatale. Bien que surement j’aurais revu le jour dans ma propre dimension. Un dieu ne meurt jamais après tout, comme il ne peut être oublié.


- Ces colliers et cette pièce sont runés et enchantés pour empêcher toute fuite …


Je la regarde alors.


- Tu dois être bien puissante pour que quelqu’un s’intéresse à toi … je ne pense pas qu’ils vont nous revendre … Plus … qu’ils vont nous utiliser comme source, réserve d’énergie. Pour en faire quoi … c’est une bonne question. Si c’est un sorcier, il pourrait condenser nos pouvoirs en un artéfact qu’il pourrait ensuite utiliser à son propre compte ou le revendre aux plus offrant …


Je regarde la porte à nouveau. J’avais bien ma petite idée sur comment sortir d’ici mais je n’avais pas le matériel adapté sous la main. Que c’était fâcheux …


- Nous devrions étudier cette porte plus en détails. Ainsi qu’observer l’heure de passage de nos geôliers … ils vont bien venir nous apporter de quoi nous nourrir pour nous maintenir en vie. Avec de la chance, ils auront les clefs … ou dans l’autre cas, il faut comprendre le mécanisme de la serrure et trouver le moyen de la crocheter.


Plus facile à dire qu’à faire, j’en suis parfaitement conscient. Mais disons que … on n’avait pas vraiment le choix après tout …
Journalisée

Tout n'est que le fruit de la causalité ...


Voici la liste de mes autres doublettes ICI
Mp préférentiellement SAYANA pour proposer un RP.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4097



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #3 le: Septembre 03, 2015, 06:03:45 »

Griffith. Un nom hors du commun, assez singulier même, mais la Louve pouvait bien dire la même chose du sien. Quoi qu’il en soit, il était toujours plus aisé de discuter avec une personne dont on avait connaissance de son identité, cela facilitait grandement les choses.  La Terranide resta dans la position précédente prise, sa joue  appuyée contre sa main, elle tourne son regard vers la porte enchantée et protégée par les runes au même instant où son compagnon de cellule en fait part. Et il était vrai, à ne point douter que leurs geôliers avaient parfaitement prévus leurs coups, inhibant leur source magique et protégeant également la pièce entière de toute magie. Ils n’étaient pour l’heure que de gentils petits animaux en cage. La Louve soupira à cette idée, réfléchissant à une quelconque solution pour se sortir de ce pétrin avant d’être subitement sortie de son flot de pensé par une petite tirade de la part de Griffith.

« - Tu dois être bien puissante pour que quelqu’un s’intéresse à toi … je ne pense pas qu’ils vont nous revendre … Plus … qu’ils vont nous utiliser comme source, réserve d’énergie. Pour en faire quoi … c’est une bonne question. Si c’est un sorcier, il pourrait condenser nos pouvoirs en un artéfact qu’il pourrait ensuite utiliser à son propre compte ou le revendre aux plus offrant …

L’Okami cligna deux à trois fois des yeux, avant d’afficher un petit sourire carnassier, sa queue ondulant doucement dans son dos.  Mais ce petit sourire disparut bien rapidement pour reprendre un visage plus neutre, détendu. Etre utiliser comme source d’énergie ? Voilà une idée qui était bien étrange ! Et pourtant, la Lycane avait déjà vu cela par le passé, elle avait déjà vu des êtres magiques êtres drainée de cette dernière afin d’alimenter une Machine et invoquer un Grand Ancien. Et également pour créer des hommes-porcs au passage. Une histoire digne d’un bon petit film d’horreur. Mais qui prouvait pourtant que l’intuition du Griffith pouvait s’avérer exacte.

« Disons que j’ai aussi mes atouts…Je me ferais un plaisir de te les montrer si je récupère mes facultés. Au passage, tu devrais aussi vérifier ton sang, s’il est plus noir que d’ordinaire, tu peux être sûr que tu as aussi de cette pierre qui annule tes pouvoirs en toi. Quant à ce qu’ils veuillent faire de nous….Pour être sincère, je n’ai aucune envie de devenir une pile humaine… »

Oh ça non ! Sur le coup, même l’esclavage était une idée bien plus intéressante. D’autant plus qu’il serait aisé de s’enfuir au moment opportun. Des maîtres par le passé, la Lycane en avait connu un paquet et à chaque fois, elle avait réussi à s’en sortir. Même de chez ce vampire psychopathe et tortureur. Alors certes, aucune possibilité d’échappatoire ne semblait être visible en cet instant, mais il y’avait toujours une faille, toujours une opportunité à saisir. Et lorsque l’homme aux cheveux blancs lui parla de son idée concernant les gardes et la porte, la Terranide garda un instant le silence avant de répondre calmement :

« La porte serait plus à étudier en dernier recours, j’ai dans l’idée que si nous nous attardons trop dessus, ils le seront. Non, la meilleure solution reste l’idée des gardes, le mieux serait bien sûr d’avoir toujours le même et qu’il vienne à horaire régulière… Et puis, concernant la porte, comment voudrais-tu la crocheter avec rien ? Nous n’avons ni nos pouvoirs, ni accessoires.»

Là, elle marquait un point. De plus, la Louve était sûre que s’ils viendraient à trop trifouiller cette porte, cela se verrait automatiquement.  Elle posa cependant son regard sur les runes, ces dernières représentants un symbole différent, reliées entre elles par un fin fil de magie bleue arcanique. L’ouvrage avait été parfaitement bien pensé. Machinalement, la Terranide attrapa son médaillon dans sa main libre et en effleurant le contour. Bien évidemment, il ne pourrait pas s’activer, maudite protection machine. Elle le laissa donc de nouveau choir contre sa poitrine, l’une de ses oreilles s’agitant doucement.

« Quelqu’un arrive. »

L’Okami avait peut-être perdue ses pouvoirs de métamorphose et pyrotechnique pour l’instant, mais elle gardait ses facultés naturelles. Elle n’eut donc aucun souci pour entendre au loin une personne, visiblement en armure, arrivée vers leur cellule. Mais elle avait aussi quelques inconvénients comme le fait de sentir extrêmement bien toutes ces odeurs nauséabondes. Et encore leur cellule était pour le moment  « plus ou moins propre, alors imaginez avec quelques passages aux sanitaires ! Finalement, la porte s’ouvrit, laissant entrevoir un homme tout en armure, épée au fourreau, un trousseau de clef à la main. Attendez à la main ? Etaient-ils  si sûr d’eux qu’ils laissaient à la vue des prisonniers leur clé de sortie ?  Sans un mot, le garde leur jeta deux bols remplie d’une espèce de pitance assez…peu encourageante avouons-le. Il se retourna, sortant rapidement de la cellule, la refermant derrière lui. Sans se presser, la Terranide alla ramasser  les bols, affichant un air de dégoût non dissimulé et les posant au centre, entre Griffith et elle. A propos, avait-elle besoin de manger ? Logiquement, non, mais avec tout ce qu’il lui arrivait…Mieux valait ne pas prendre de risque. Même si, le repas proposé avait déjà une allure horrible et qui plus est, il ne dégageait pas une odeur forte appétissante. Ha les joies des prisons ! Enfin, au moins, ils n’étaient pas au pain sec et à l’eau.

« Si c’est le même à chaque fois, ou s’ils gardent aussi bien leur clé, ça ne devrait pas être trop difficile de leur prendre. A moins que c’est un piège qu’ils nous tendent. »

Dans leur situation, mieux valait être prudent, extrêmement prudent et penser à toute possibilité, quelle qu’elle soit.
Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Griffith
Dieu
-

Messages: 44

avatar

Le faucon blanc, Le dieu démon


Voir le profil
FicheChalant
Description
Il est un dieu qui peut assouvir tous les désirs des mortels ! Cependant, il faut en payer le prix ...

Le dieu démon peut revêtir son ancienne forme mortelle pour voyager sur les plans des vivants. Il peut revêtir son armure du Faucon blanc sur Terra comme il peut être habillé d'un beau costard Blanc sur Terre.
« Répondre #4 le: Septembre 03, 2015, 10:25:56 »

Elle n’avait pas tord en même temps, notre regard sur la porte fréquemment attirerait l’attention de nos gardiens. Mais ça … il fallait encore qu’ils fassent attention. Maintenant bon … il est vrai qu’on ne savait pas si notre cellule était surveillée ou non … Qui sait combien de sorts étaient actifs dans notre pièce après tout ? il est certain que, au final, cette option là était la pire des deux … puis on avait rien. Hm … mais des crochets artisanales pouvaient se fabriquer. Il suffisait juste d’un peu d’imagination. Il suffisait que les plateaux où on nous donnerait la pâté soit quelque peu fissuré. Arracher le bout de métal et le cacher pour l’utiliser plus tard … mais tout cela était malheureusement bien risqué …


-Quelqu’un arrive.


Hm … il est juste que l’acuité auditive et visuelle des Terranides, notamment ceux de la famille des canidés, soient bien plus développé que pour un humain normal. J’entendis effectivement des bruits de pas se situant dans le couloir et qui semblaient se diriger dans notre direction. Notre geôlier ? Notre kidnappeur ? « Propriétaire » ? On allait très vite le savoir.

Le bruit était accompagné d’un cliquetis typique des personnes possédant des armures de plaques composés de n’importe quels métaux. Toutes les armures de ce type faisaient un bouquant assez conséquent. A la grande limite, seules les armures d’écailles pouvaient encore être suffisamment légères pour provoquer un taux de sons relativement pauvre … Mon regard se porte alors vers la porte comme pour ma colocataire de cellule …

Un homme en armure était là. Mon visage n’était pas entièrement tourné vers le garde mais mes yeux, eux, oui. J’en profitais pour observer un maximum de détails. Il était relativement grand, proche du mètre quatre-vingt je dirais. Sa carrure était importante comme, en général, tout homme portant ce type d’armure. Bel attirail en tout cas … Même les ouvertures sont recouverte de ce qui pouvait se comparé à une épaisse fourrure. Même une lame aurait du mal à trouver un chemin parmi tout cela. En dehors de ça, il avait ses clefs dans la main droite et notre repas dans la main gauche. Je vois aussi cette grosse rapière, encore dans son fourreau, au niveau de sa ceinture. La vue de cette arme dans cette situation me rappelait des éléments de mon enfance. Mon visage, à cet instant, ne montrait aucune émotion … alors qu’intérieurement je ressens la frustration et la haine que j’avais ressentie durant une partie de mon enfance. Une période bien sombre de mon histoire … l’époque même où ma propre mère m’avait vendu comme un vulgaire objet de plaisir, un jouet que les adultes aimaient salir avidement. Aucune moralité. Seule la loi du plus fort existait à ce moment là … encore maintenant je présume … cette pratique ne devait pas se faire que dans mon monde. Ici aussi …

Mis je ne comprenais pas une chose … Pourquoi avait-il les clefs dans sa main ? De la provocation ou de la naïveté ? Dans un cas, c’était laborieux, un moyen de mettre nos nerfs à l’épreuve tant dis que dans le second cas c’était de la bêtise pure et dure … Bien que j’espérais que ce sois la seconde option. Mais après avoir pris autant de disposition pour me neutraliser, moi, un dieu, je me dis que cela ne pouvait être que de la frustration. De toute façon, il était hors de question d’attaquer maintenant. Il faisait jours encore … L’attraper et l’attaquait avait beaucoup de chance d’attirer l’attention des autres et de réduire nos chances de fuite à néant. Il serait plus sage d’attendre un peu … de voir les habitudes de passages et plus prendre le risque de l’affronter une fois le crépuscule tombé voire la nuit complète.

Mais malgré tout, je tente de localiser la moindre faille dans son armure. Je continue à le regarder tout aussi longtemps qu’il est là, dans notre pièce. Je finis, enfin, par repérer deux-trois ouvertures. Fines certes mais présentes. Une au niveau du casque, dans l’encolure de la plaque de métal recouvrant le visage et le cuire cachant l’arrière de la tête, au niveau des oreilles, une autre au niveau des flancs, entre les ceintures de cuirs qui retiennent les plaques et un poil sous les aisselles. Si je n’avais plus mes pouvoirs, j’avais gardé au contraire mes reflexe de guerrier aguerri. Après tout, avant de devenir Femto, j’étais le faucon blanc, un soldat mercenaire aux talents exceptionnels. Je n’étais pas devenu le commandant de mes troupes pour rien …

D’un geste peu élégant, l’homme en armure nous jette nos bols au sol. La pâté s’en vit soulevé pour retomber ensuite soit dans son récipient, soit au sol … Il repartit aussitôt en prenant soin de verrouillé à clef la porte de notre cellules à double tours …

Shad eut la délicatesse, et la gentillesse, de prendre les bols et de les distribuer. Elle m’en passa un et garda l’autre. Je regarde quelques instant cette mixture qui donnait franchement pas envie … on aurait dit ce composte moisi qu’on donne aux porcs dans les fermes … mais bon. Je ressentais la faim, surement un des effets secondaires de ma nature de dieu neutraliser par ce fichu caillou rose bonbon … Doucement, je me saisis du bol et plonge doucement mon index et mon majeur à l’intérieur pour en récupérer la nourriture et manger. Bon sang … l’odeur était infecte et le goût n’était pas mieux. M’enfin … autant manger que crever ici …


-Si c’est le même à chaque fois, ou s’ils gardent aussi bien leur clé, ça ne devrait pas être trop difficile de leur prendre. A moins que c’est un piège qu’ils nous tendent

-C’est surtout de la provocation. Ce garde ne doit pas être seul … Vu l’heure de la journée, ils doivent être une bonne poignée à se relayer sur la journée.


Je continue de manger calmement avant de m’arrêter un moment. Je regarde vers la porte puis vers Shad. Je devais lui faire part de mon idée. J’allais parler bas … très bas. Un humain normal me demanderait surement d’augmenter l’intonation de ma voix pour mieux entendre mes paroles mais j’étais sur que la louve, elle, m’entendrait par sa nature Terranide et son ouïe bien plus fine que la notre. Mon regard bleuté se plonge dans le sien comme si elle pouvait presque lire le fond de ma pensée.


- On doit attendre de voir les autres gardes. S’ils sont habillés et armés de la même manière, je peux arriver à en neutraliser un suffisamment rapidement pour le tuer sans en avertir les autres … mais à condition bien sur qu’ils aient les clefs sur lui. De là, on sort, on part chercher notre équipement et on s’en va. On trouvera bien le moyen de se débarrasser de nos colliers empoisonnés dehors …


Une fois le plan que je prévoyais et mes idées transmises, je reportai mon regard sur mon bol de nourriture et le rapprocha de ma bouche pour me nourrir à nouveau. Shad n’avait pas trop l’air de se régaler, comme moi au final. Qui voudrait d’une chose aussi infecte dont je suis sur que même les rats n’en voudraient pas ?


-Tant qu’on en est là … Si tu me parlais un peu de toi … Qu’est-ce qu’un puissant sorcier ou maitre en voudrait à une Terranide louve ? Ce serait pour de l’esclavage … tu ne serais pas ici …


Je redresse mon visage et mes yeux qui se posèrent sur les siens puis sur son collier dont la pierre obsidienne, aussi noir que la nuit même, laissait entre voir un léger reflet gris sous les quelques rayons du soleil qui le frappait depuis la fenêtre de notre cellule.


- Ce collier … que provoque-t-il chez toi … Quels pouvoirs inhibe-t-il ?
Journalisée

Tout n'est que le fruit de la causalité ...


Voici la liste de mes autres doublettes ICI
Mp préférentiellement SAYANA pour proposer un RP.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4097



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #5 le: Septembre 03, 2015, 11:14:45 »

Le repas était infect. C’était un fait indéniable et la Terranide mangeait plus par obligation que par envie. L’odeur âpre et presque moisi de la nourriture lui restait au fond de la gorge, lui donnant presque envie de recracher le tout. Pourtant, elle se faisait violence et avaler cette substance toute bonne à donner aux cochons. Elle hocha simplement la tête face à la réponse de Griffith, replongeant son index et son majeur dans sa bouillie et les portants à ses lèvres. Elle mangea ainsi pendant quelques instants avant de noter le fait que son compagnon de cellule se rapprochait d’elle, bougeant ses lèvres et laissant échapper des sons.  D’abord surprise, elle releva ses oreilles, posa son bol au sol et écouta attentivement ses paroles. La Louve l’entendait parfaitement, comme s’il parlait dans un débit normal et articulé alors que, pour une oreille humaine, ce n’était qu’un murmure incompréhensible. Il avait donc décelé des failles dans l’armure de ce garde ? Impressionnant. Il était vrai que pour sa part,  en temps normal, elle ne se préoccupait plus de chercher un tel petit détail, ses armes, dagues, lames, crocs et griffes pouvaient aisément faire fi de ces plaques de métal. Mais à présent, il était de bon ton qu’elle fasse plus attention à ce genre de détail. En tout cas, Griffith avait l’air particulièrement confiant et la Lycane pu lire cette confiance et cette détermination dans son regard perçant.  Elle hocha de nouveau la tête en signe d’affirmation, confirmant par ce geste silencieux qu’elle avait parfaitement compris l’enjeu et le plan énoncé.  Certes, elle aurait pu parler, mais pour cela, elle aurait dû parler assez fort pour que Griffith l’entende et donc, sa prévoyance aurait été mise à mal.

Sans un mot, la Louve attrapa de nouveau son bol, lâchant un bref soupir tout en regardant la porte avant de porter à nouveau ses doigts pleins de nourriture à sa bouche. Sa queue cette fois s’agitait plus d’une manière colérique semblant imager ses pensées sur la qualité de sa nourriture. Rien que pour cela, ce qui les avait enfermés méritaient de crever la bouche ouverte et les tripes à l’air. Le silence ne dura pas bien longtemps, la Lycane remonta son regard vers son interlocuteur qui venait de lui demander à la fois qui elle était vraiment et quels étaient ses pouvoirs. Elle retira doucement ses doigts d’entre ses lèvres, posant le bol devant elle.

« C’est vrai, en tant que Terranide, je devrais plus être dans la salle des esclaves sexuelle. Ça m’aurait arrangé, plus simple pour partir et je n’ai aucune idée de comment il me connait. Enfin depuis peu j’ai tendance à attirer des fanatiques des Grands Anciens mais bon, c’est une histoire assez longue et assez compliqué. Je peux juste t’affirmer qu’à la base, je suis bien une Terranide j’ai juste eu un petit…coup de main quant à la pierre d’obsidienne…. »


Elle effleura cette dernière du bout de ses doigts, pliant légèrement ces derniers pour faire crisser ses griffes sur sa surface. Ha si seulement elle pouvait la retirer ! Mais là, rien que le simple effleurement de ses doigts sur la pierre lui empêcherait une utilisation de sa magie pour quelque minute. Shad éloigna donc ses phalanges et continua sa phrase laissé en suspension :

« ….Elle m’empêche de me transformer que ce soit en louve, louve géante, lycanthrope et même démone, ainsi que d’utiliser mes capacité pyrotechnique ou même d’ouvrir un portail. Ma faculté concernant le fait de contrôler des animaux de la forêt ne serait cependant d’aucune utilité ici.  Mais crois-moi que dès que j’en aurais l’occasion, je me ferais une joie de planter mes crocs dans la gorge de certains d’entre eux. Ou même de les entendre crier tandis que les flammes brûleront leur corps….Et je dois aussi retrouver mes habits et mes armes…. »

En parlant de vêtement, elle regarda ceux qu’elle portait, affichant un air déconfit. C’était vraiment un habit de prisonnier et en plus, il lui avait donné la taille au-dessus. Ce qui ne serait en l’occurrence pas pratique pour bien se mouvoir vu que ces vêtements risqueraient de la gêner.  L’Okami nota qu’elle devra y remédier avant la mise en action du plan de Griffith. Elle  tapota sur son bracelet doré représentant un serpent ancré à son poignet.

« Étrange que j’ai gardé ceci tu ne crois pas ? Ce «  bijou » me lie d’une certaine manière à un corbeau de l’effroi que j’ai capturé avec l’aide d’un puissant seigneur démoniaque. A vrai dire, j’ai songé à l’appeler mais il est assez fier et s’il voit que je n’ai plus mes capacités, il risque surtout de se retourner contre moi…quant à ceci – elle souleva le collier- c’est un cadeau offert par la Reine de Araignées Elise. J’ai appris il y’a peu que la magie qui le comportait était celle du Roi Cramoisi. Hum une sorte de démon qui aurait été roi d’Ashnard. Enfin pour faire bref, je suis également pourchassé à cause de ceci, car il est la clé pour rentrer dans la forêt de la dénommée Elise et il a besoin d’elle. Longue histoire, très longue histoire…Je t’en dirais plus si tu le désire. Il me protège des poisons et également des bêbêtes velues à huit pattes. C’est devenu un peu mes alliés de temps à autre. Alors peut-être que nos ravisseurs me connaissent via cela. Sérieusement ? J’en sais rien. »

Et si seulement il pouvait s’activer ! Prise d’un petit doute, la Lycane tapota sur  le centre de son médaillon, observant l’araignée qui y était présente. Cette dernière ne bougea pas immédiatement mais pris vie, se déplaçant rapidement  sur le corps de sa propriétaire, s’arrêtant sur son avant-bras, une goutte de poison visible à la pointe de ses crochets. Voilà qui était intéressant et logique. Le médaillon ne souffrait  pas de l’arrêt magique car toute la salle n’était pas protégée contre cette dernière. d’où la raison de la porte  aux runes bleutées. La Louve attrapa doucement l’araignée dans la paume de sa main, la mettant bien en avant, regardant son interlocuteur droit dans les yeux.

« Ne te fis pas aux apparences, cette petite est en partie l’une de mes protectrices. Enfin si on peut l’appeler ainsi. Là sur le coup elle ne m’a vraiment aidé. Enfin…son poison est immédiat et mortel. Peut-être pourrait-elle nous servir ? «

L’Okami avait parlé bas, extrêmement bas afin que personne ne l’entende mis à part l’humain en face d’elle. Puis, elle reparla  avec la même tonalité.

« Et toi ? Qui es-tu réellement ? Quelles sont tes facultés ? »

Donnant donnant non ? N’était-elle pas en droit de savoir un peu plus ce qui l’attendrait une fois qu’il aura récupéré touteS ses capacités ?
Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Griffith
Dieu
-

Messages: 44

avatar

Le faucon blanc, Le dieu démon


Voir le profil
FicheChalant
Description
Il est un dieu qui peut assouvir tous les désirs des mortels ! Cependant, il faut en payer le prix ...

Le dieu démon peut revêtir son ancienne forme mortelle pour voyager sur les plans des vivants. Il peut revêtir son armure du Faucon blanc sur Terra comme il peut être habillé d'un beau costard Blanc sur Terre.
« Répondre #6 le: Septembre 04, 2015, 10:18:00 »

Une louve de taille commune et une de taille titanesque, une forme lycanthrope, démon … A croire que cette petite Okami avaient toutes les transformations possible et inimaginable pour ce qui ressemblait de peu ou de loin à ce brave canidé qu’on appelait le loup. Mais ce n’était pas tout/ La jeune lycane était aussi capable de maitriser le feu, les flammes … Une énergie forte en soi, l’un des éléments de base. Sans feu, pas de vie. C’est con à dire certes, mais la vie à besoin d’une température appropriée pour s’épanouir. Ce n’était pas rien comme capacité … encore plus si on le maitrise à la perfection. Je me demande jusqu’à quel point cette femelle contrôle cet élément … Peut-elle créer des flammes ? Ou tout simplement les manier s’il y a une source de chaleur et de belles flammes dansantes ?  Cependant, une chose était sur : ce n’est pas maintenant qu’elle aurait réussit à me montrer cet exploit. Pas avec ce qui nous retient prisonnier …

Mais la jeune femme avait un autre tour dans son sac. La téléportation. Enfin … Plus ce qui s’apparence à des portails que le vraie pouvoir de pouvoir se téléporter par-ci et par-là comme le ferait un dieu majeur, voire mineur. Comme c’est étrange … Moi aussi je suis capable de cet exploit. Quoi de plus étonnant pour un dieu après tout ? je maitrise l’espace sans le moindre soucis. Par contre j’étais incapable d’interagir avec le temps. Dommage …  J’aurais tant aimé … empêcher que ce drame n’arrive.

Pour ce qui était du dernier détail … mouai … peu étonnant. Pour ma part, je maitrisais certains démons par ma nature de dieu corrompu et que … je ne m’appelais pas Femto pour rien. Le dieu démon. Tout était dans le mot composé il me semble … Sauf que ces démons là, nous les appelions des apôtres. D’anciens humains qui ont demandé la faveur des dieux corrompus pour devenir plus fort. Rêves accepté à condition d’y mettre le prix et, en plus, de devenir nos pions. Mais, après tout, pourquoi refuser quand on à plus rien à perdre ?

Au point même d’en perdre son humanité, son âme, ses souvenirs, sa propre personnalité …


-Mais crois-moi que dès que j’en aurais l’occasion, je me ferais une joie de planter mes crocs dans la gorge de certains d’entre eux. Ou même de les entendre crier tandis que les flammes brûleront leur corps….


Ho tu n’es malheureusement pas la seule ma petite. Si toi tu les brules vifs et les égorge à coup de dents … tu ne feras que t’attaquer à la surface. Le corps des mortels n’est qu’une façade, une partie de la réalité. Moi … je m’attaquerais à bien plus. Certes, le physique prendra cher … mais son âme et son esprit me supplieront d’arrêter de le faire souffrir … Jusqu’à même me supplier de l’achever …

Elle finit par un petit mot sur ses vêtements. J’avoue que j’aimerais bien récupérer les miens aussi… Mon armure argenté du faucon blanc. Une armure qui a fait ma réputation durant quelques années dans mon monde et le royaume d’Ishtar. Personne ne voulait avoir à faire à la bande du faucon. Mes tactiques pouvaient paraitre folles parfois mais toujours elles ont portées leurs fruits. Je n’aie jamais perdu un combat. Ja-mais.  

La louve me montre ensuite ses quelques petits bric à braque qui lui était resté malgré sa mise à nue dans cet accoutrement proche de la pauvreté et d’une classe social négligée.

Un bracelet incrusté dans la peau et un collier représentant une araignée. Si j’étais étonné ? Je m’en moquais à vrai dire. Je n’en avais que peu à faire d’un bracelet permettant d’invoquer un vieux corbeau miteux et d’un collier qui renfermait un immense lien avec une reine d’une forêt dont j’y fouterai surement jamais les pieds. Bien que voir le médaillon s’animer attira un peu de mon intention. Mes yeux regarde la bête à huit pattes métalliques de couleur d’orée se baladée sur le corps de sa propriétaire pour ensuite se stabiliser sur sa main. Main qu’elle tendit vers moi comme l’observer de plus près. Il me rappelle un apôtre que j’avais transformé plus ou moins de la même manière. Une bête hideuse, affreuse et terriblement mortelle. Comme tous les autres.

Je me rends compte d’une chose alors. Ce médaillon … était-il magique ? Cela prouverait alors que seul l’entré et la fenêtre son gardé par la magique, que la pièce même n’a subis aucun sort. A moins que le médaillon même ne soit tout simplement pas affecté par la magie. Une possibilité comme une autre … en attendant … cela n’allait pas trop nous aider dans la situation actuelle. Il nous fallait l’un de ces gardes avec les clefs. Impérativement.


-Ne te fis pas aux apparences, cette petite est en partie l’une de mes protectrices. Enfin si on peut l’appeler ainsi. Là sur le coup elle ne m’a vraiment aidé. Enfin…son poison est immédiat et mortel. Peut-être pourrait-elle nous servir ?



Mon regard retourne sur l’Okami et me ramène par la même occasion au présent. Une protectrice et un poison mortel qui agit dans la minute. Pas mal comme système de protection. Hm … Peut-être oui qu’elle pourra nous être utile dans le cas où notre plan ne fonctionnerait pas. Ce serait une roue de secours. En espérant encore que cette petite araignée d’or puisse bouger loin de sa maitresse …


-Peut-être …

-Et toi ? Qui es-tu réellement ? Quelles sont tes facultés ?



Voilà donc la question qui fâche. Bien sûr … Elle à dévoiler ses propres compétences sans même penser aux conséquences. Dangereux mais nécessaire à la fois. Il fallait bien utiliser les capacités de l’un et de l’autre à bon escient vu notre état et situation. Normal vous allez me dire. Mais … Avais-je réellement envie de lui expliquer ce que je suis ? Surement qu’elle en avait déjà rencontré des Dieux … ou pas. Encore fallait-il qu’elle me croie. Maintenant … je n’étais pas obligé de dévoiler toute ma vie aussi …


-Qui je suis réellement … Hm … c’est une longue histoire à vrai dire …


Je ferme lentement mes yeux. Mes lèvres sont à peine entre-ouverte et un long soupir s’en échappe. Je suis quelque peu lassé et blasé … Comme si cette question était la pire torture dont j’aurais pu avoir à faire. Disons que … Ma personnalité, depuis que j’étais devenu Femto, avait tendance à ne pas aimer repenser au passé et s’expliquer en prime.


- Pour faire simple … Je suis un Dieu. Je n’en aie peut-être pas l’air mais je suis une entité extrêmement puissante. Mes pouvoirs dépassent surement tout ce que tu as pu t’imaginer ou voir jusqu’à maintenant. A moins que tu en aie déjà rencontré. Je ne suis pas un dieu issu de Terra. Je suis un dieu de Blueshine. Un monde parallèle à ici … Comme tu dois t’en douter, je maitrise l’espace. Je suis capable de me déplacer n’importe où en créant des failles dans les dimensions.


J’ouvre lentement mes yeux pour la regarder. Mes pupilles semblent quelque peu en amande, légèrement affinée tout en gardant un aspect ovale.


- Je suis un dieu qui réalise des souhaits, qu’importe soit-il. Cependant, m’invoquer n’est pas aussi facile qu’on ne le croit. Il faut le ‘mériter’ … c’est une longue histoire … peut-être t’en dirais-je plus sur cela dans un futur proche. Pour ce qui est de mes capacités, en dieu, c’est … Sans limite. Mais mes pouvoirs principaux sont d’ordres de vecteurs. C'est-à-dire que j’influence sur tout mon environnement. L’air, le son, la terre, la matière … En dehors de ça, je possède des pouvoirs ressemblant fort à de la télékinésie. Je sais contrôler les objets à distance avec une facilité déconcertante. Cela ne m’étonnerait guère que notre ravisseur veuille s’approprier de tels pouvoirs … combiner aux tiens. Nous avons les portails en commun. Ce n’est pas rien … ma maitrise des vecteurs plus ta maitrise des flammes peut rendre n’importe quel pyromane extrêmement dangereux … Autant dire que ce type de pouvoirs dans un artefact peut rendre n’importe quel mortel au rang de dieu.


Je regarde alors doucement mes mains alors que je me mets en position de tailleur : assis, les jambes croisés. Mes mains posées simplement sur ces derniers.


-Mais sous cette forme humaine … sans mes pouvoirs. Je redeviens simplement un mortel. Je ne peux alors que compter sur ma vitesse, mon agilité et mes capacités tactique. Je suis un combattant aguerri, je me bats essentiellement avec une rapière.


Je la regarde alors dans les yeux. Elle pouvait ressentir alors comme une désagréable sensation, comme si je lui transmettais à la fois ma haine … mais surtout ce sentiment de vide en moi.


-Crois moi que si je trouve celui qui m’oblige à me rabaissé de la sorte en paiera lourdement les conséquences. Je ne compte pas le laisser en vie. Je le retrouverais même si il fuit. Je le pourchasserais … Et je le tuerais …
« Dernière édition: Septembre 04, 2015, 10:35:03 par Griffith » Journalisée

Tout n'est que le fruit de la causalité ...


Voici la liste de mes autres doublettes ICI
Mp préférentiellement SAYANA pour proposer un RP.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4097



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #7 le: Septembre 05, 2015, 02:56:38 »

La Louve écouta tranquillement le récit de Griffith, écarquillant légèrement les yeux en apprenant sa véritable nature mais ne semblant pas afficher un air plus enjoué ou surpris. Des dieux, elle en avait déjà rencontré, ainsi que des démons dont Lucifer lui-même, des créatures plus étranges les unes que les autres  et un Grand Ancien, créature venue de temps immémoriaux et qui ne souhaite avec ses compères que la destruction de ce monde pour y imposer leur suprématie et un règne de chaos. Donc non, le fait que Griffith soit véritablement un Dieu ne faisait réellement ni chaud, ni froid à l’Okami. Ce n’était pas le premier qu’elle rencontrerait et ce ne serait sûrement pas le dernier qui croiserait sa route. Après tout, sur Terra, les rencontres de cet ordre-ci pouvait être monnaie courante, bien plus que sur la Terre qui avait pratiquement abandonné toute forme de magie et qui était surtout dirigé par un Dieu Unique. Oh certes, il y’avait encore des peuplades qui vénéraient divers Dieux mais la majeure partie de la population terrienne adorait  un dieu unique qui arborait différent nom mais qui était en somme, identique.

« Un dieu…Non tu n’es pas le premier que je rencontre, loin de là, mais j’ose à imaginer la haine qui dois t’habituer toi qui habituellement au-dessus des mortels et qui te retrouve dans une telle situation de disgrâce. Quant à nos pouvoirs combinés…oui…ils pourraient s’avérer redoutable bien que tu n’auras largement pas besoin des miens une fois que tu auras retrouvé  ton rang divin. Et je n’ose en effet pas imaginer la souffrance que tu vas inculquer au mortel qui t’as fait cela. Remarques, je ne pense pas partir sans avoir laissé un petit souvenir derrière mon passage, sur ce point, nous sommes raccord. »


Une chose était sûre, ce qui leur avait infligé cela allait amèrement le regretter. Peut-être pensaient-ils maintenir sagement Griffith et Shad dans une cellule magique sans risquer une quelconque rébellion du fait que d’apparence ils n’avaient rien pour se défendre ? Les fous. S’ils savaient, s’ils savaient seulement ce qui se mettait doucement mais sûrement en place. Bien qu’ayant parlé de ses artéfacts, la Terranide avait noté le désintéressement total pour ces derniers de la part du blanc. Qu’importe ! Au moins, elle lui en avait fait part. Elle laissa encore l’araignée parcourir son corps avant que cette dernière ne se repositionne à sa position initiale. Pensive, la Louve observa le dieu actuellement déchu. Ainsi il accordait des vœux ? Voilà qui n’était pas banal, un dieu accordait sa bénédiction la majeure partie du temps, particulièrement à ses suivants mais de là à jouer les génies et à accorder un souhait ? Etrange, très étrange. Pour l’heure, l’Okami n’avait pas réellement d’information à ce sujet, mais si l’avenir le lui permettait, elle comptait bien en recueillir un peu plus. Après tout, qu’il y’avait-il de mal à cela ? Et n’était-ce pas naturel de s’interroger sur un tel sujet qui avait été abordé subtilement ? Finalement, la Louve soupira et partit s’adosser contre un mur, son regard fixé contre la porte magique.

« Je n’ai entendu aucune incantation…Juste le bruit d’une clé….cette porte est-elle réellement magique ? » songea t’elle en se rappelant la venue du garde.

Mais comment en être réellement sûre ? Pour cela, il faudrait qu’elle s’en approche et qu’elle l’inspecte plus en profondeur, ce qui dans le meilleur des cas, prouverait son intuition que cette apparence magique n’était que du flanc, d’où la présence de leur collier annihilateur de magie, ou qui qui dans le pire des cas, prouverait que ces runes ne font juste pas office de décorations. Pas le choix, la Louve allait tendre mieux l’oreille et se concentrer à chaque aller et venue d’un garde. Encore fallait-il qu’ils viennent régulièrement Levant son visage, la Terranide observa un instant la fenêtre en hauteur, seule vue sur le monde extérieur. Les nuages s’amoncelaient dans le ciel et une pluie diluvienne et drue n’allait pas tarder à recouvrir toute la cité.  Elle regarda par la suite sa position précédente, ne pouvant rien faire d’autre que d’attendre, encore et encore, leur plan d’évasion ne pourrait se faire dès le second garde venue dans leur cellule. Non, Griffith l’avait bien dit, ils devaient observer et noter toute information importante et capitale pour la réussite de leur fuite.

Les heures passèrent dans un silence pensant. A vrai dire, la Lycane ne voyait pas l’utilité de parler. Pour quoi faire ? Le calme qu’affichait Griffith prouvait bien qu’il appréciait sans doute plus le silence que des palabres inutiles et stériles. Puis, enfin, alors qu’elle n’y croyait plus et que la pluie martelait le rebord de l’unique fenêtre, le bruit caractéristique d’une clé se fit entendre, laissant apparaître sur le seuil de la porte, un garde vêtu comme le précédent. Etait-ce le même ? Dur à le dire avec ce casque qui cachait le visage mais la carrure et sa façon de bouger indiquait qu’il s’agissait bel et bien de la même personne. Encore juste un unique bruit de clé, pas de parole. Etrange. Le garde regarda les prisonniers tour à tour, avant de mettre une main sur la garde de son épée, prêt à dégainer au cas où, et se diriger vers la Terranide qui fut violemment empoignée et trainée au dehors. Sous la menace de sa propriétaire, l’araignée avait commencé à reprendre vie. Mais la Louve avait  entouré cette dernière de sa paume, annulant son réveil. Trop tôt, beaucoup trop tôt.

« T’es le prochain mon beau. » lança le garde alors qu’il refermait la porte de la cellule laissant un dieu déchu seul.

L’Okami fut amenée dans une pièce annexe, attachée sur un support en croix. Ce qui les avaient capturés été en réalité loin d’être dupe et il se doutait qu’il fallait en partie tuer leur instinct de rébellion.  Au fin fond de ce dédale de cellule, un fer rougis à blanc s’appuyait contre la peau nue de l’Okami  tandis que des coups de fouets lacéraient son corps. Respirant avec difficulté, la supplicié accueillait les coups, n’offrant pas de cris de souffrance à ses bourreaux.  Elle ne put cependant pas retenir quelques gémissements étouffés. Au bout de deux heures, la Lycane fut ramené, ou plutôt jeté dans la cellule, son vêtement de prisonnier tombant presque en lambeau, de multiples plaies sur tout le corps ainsi que plusieurs traces de brûlures. Tombant à même le sol, la Louve releva doucement la tête vers la  porte qui se refermait, crachant par la suite un peu de sang sur le sol. Légèrement tremblante face au traitement eut, elle parvint néanmoins à se relever et à utiliser le mur comme support, s’y adossant de nouveau. La torture, ce n’était  pas la première fois qu’elle en faisait les frais et celle-ci avait été encore assez douce comparé à ce qu’elle avait connu.

« Une patrouille de six gardes dans notre couloir. C’est un labyrinthe ici. Une autre patrouille un peu plus loin dans un couloir sur la gauche, même nombre de soldats. Deux gardes surveillent une énorme porte forgée. C’est tout ce que j’ai pu noter…tain ça fait mal putain…»

Bien qu’amenée à être torturée, la Louve avait réussi à noter quelques informations qu’elle n’hésita pas à dire à Griffith. Si ce qu’avait dit le garde qui l’avait cherché était vrai, l’humain, ou du moins l’ancien humain serait le prochain à être amené dans la salle de torture.




Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Griffith
Dieu
-

Messages: 44

avatar

Le faucon blanc, Le dieu démon


Voir le profil
FicheChalant
Description
Il est un dieu qui peut assouvir tous les désirs des mortels ! Cependant, il faut en payer le prix ...

Le dieu démon peut revêtir son ancienne forme mortelle pour voyager sur les plans des vivants. Il peut revêtir son armure du Faucon blanc sur Terra comme il peut être habillé d'un beau costard Blanc sur Terre.
« Répondre #8 le: Septembre 07, 2015, 07:45:13 »

Bien qu’un peu étonné au début, je me rends finalement compte que je ne suis pas la première divinité qu’elle croise. M’enfin, qu’importe. Qu’elle en ait déjà rencontré avant m’importe peu … je ne connaissais pas son histoire et il m’était impossible pour l’instant de voir son histoire en sondant son esprit. Dommage … ou pas ? Etait-ce si important au final ?

La louve admet que ma situation devait me mettre bien mal à l’aise. Et elle ne savait pas si bien dire en réalité. C’était humiliant, affligeant, dégoutant … être au sommet d’une hiérarchie et de pouvoir pour finalement se retrouver aussi bas que les vers eux-mêmes dans le sol. Surement que cela vous parait exagéré mais dois-je vous rappelez que j’avais perdu toute notion d’humanité et de compassion vis-à-vis des mortels ? Pour moi, ces derniers n’était que des sujets qui n’en valaient pas la peine sauf dans les quelques cas ou ces derniers voulaient acquérir de la puissance pour arriver à leurs fins. Que ce soit en bien ou en mal. J’accordais des vœux en transformant ces derniers en monstres … Monstres qui devenaient mes apôtres. Nous vénérant d’une certaine manière et qui renforçait notre égaux et notre suprématie sur ce monde grotesque.

Mais si l’Okami le désirait … je pourrais lui accorder un de ses voeuxs. Cependant, je devais retrouver mes pouvoirs d’ici là … je me demande si elle le ferait. Avec ses capacités, cela pourrait être une bonne servante, un bon apôtre …



Ainsi les heures passent et passent inlassablement. On entendait par moment le bruit des pas des gardes marcher mais sans jamais passer devant notre cellule.

Durant ce temps, je m’étais simplement adossé contre l’un des quatre murs de notre prison, les yeux fermé, la tête relevée et placer contre le mur dallé, assis simplement. Je patientais à ma manière. Le silence régnait … Après tout … qu’est-ce qu’on aurait pu dire ? je n’avais guère envie de parler sur l’instant … Et puis, cela aurait certainement éveillé les soupçons de nos geôliers à force de nous entendre parler. Ils ne sont pas cons aussi, ils doivent bien se douter qu’on cherche un moyen de sortir d’ici et de nous libérer.

Un son vint alors briser ce silence au bout de ces longues heures pratiquement morte d’ennuis. J’ouvre lentement mes yeux alors que le son des clefs clinquantes l’une contre l’autre se fait de plus en plus proche. Voilà notre geôlier qui est de retour … mais sans plat cette fois. Il a la main près de son fourreau, à la limite du manche de son épée alors que dans l’autre main, les clefs s’y trouvaient. Se méfiait-il ? Avait-il remarqué quelque chose ? Ou simplement par précaution ? Allez savoir … je me demandais bien ce qu’il venait faire alors …  A voir sa démarche, il s’agissait effectivement du même garde. Maintenant, je pouvais me tromper …

Le garde vint alors se saisir de la pauvre Shad par les cheveux, la forçant à se lever voir jusqu’à la trainer après son passage. Ce dernier tourne sa tête dans ma direction en ajoutant :


-T’es le prochain mon beau


Mes sourcils se froncent légèrement à cette interpellation. « Mon beau ». Des souvenirs encore me reviennent en mémoire alors que mon passé était normalement sous clefs. Qu’est-ce que cette louve avait pour réussir à me faire remonter de tels souvenirs … Même dans une pareille situation, des mots tourner pour moi, des souvenirs reviennent. Cela ne m’était jamais arrivé avant. Il s’en va alors et ferme la porte derrière lui. Je saurais probablement ce qu’il lui serait arrive … sauf si ils ont changé d’avis et on décidé de nous séparer dans d’autres cellules. Mais dans ce cas … pourquoi je serais le prochain ? J‘ai plusieurs hypothèse qui me viennent en tête … Seul le temps me dira laquelle de ces hypothèses sera la bonne …

Même pas dix minutes plus tard, un autre garde arrive, habillé autrement. Je l’observe … il est habillé d’une sombre cuirasse en plate noir. Je me rends compte qu’il n’est pas seul puisqu’un second le rejoins, légèrement plus petit que le premier. Voilà alors pourquoi … on venait me chercher moi aussi. Qu’est-ce qu’ils voulaient ?

Le plus grand sort des clefs lui aussi et ouvre ma porte alors que le second vint près de moi, ne me laisse pas le temps de me lever qu’il me tire par les cheveux pour m’obliger à me redresser et me fait sortir en prenant  soin de vérifier si j’étais toujours bien attaché. Il attendit que son compère finisse de fermer la cellule avant de se mettre en marche. Le plus gros me pousse me faisant comprendre de le suivre. Il fermait la marche. Charmant … je me demande ce qu’ils me réservent … Je pars à l’opposé de là où était partie la louve. Je marche durant de longues minutes à travers plusieurs couloirs moi aussi. Mes yeux font de léger mouvement furtif à chaque carrefour, je tente de voir du mieux que je peux la venue de chaque couloir … pour finalement descendre et entrer dans une salle sentant la mort, le sang et la charogne. Je fronce un peu mes sourcils alors que le gros derrière moi m’empoigne par mes cheveux et s’avance en me forçant par la même occasion de continuer tout droit.

Au bout d’un temps, on me force à m’assoir sur une chaise où on m’y attache solidement. Les deux gardes de part et d’autres de moi. Surement par sécurité. Ils avaient de sacrées belles épées … Je regarde devant moi alors et je vois un gars assez vieux arriver avec un tortionnaire. J’allais passer un sale quart d’heure … c’est sur.


- Faite moi une entaille aux deux bras. Je veux récolter un maximum de son sang mais … ne me le tuer pas … Je ne voudrais pas le perdre.


Mon sang … pourquoi il voulait mon sang ? Je vois les deux gardes sortirent leur épée et me tailler profondément les deux bras. Je lâche un sourd grognement de douleur. Cela faisait bien des années que je n’avais plus ressentis cette sensation si désagréable … mes deux bras se mettent à saigner abondement, le sang ruisselant le long de mes avant-bras pour finalement s’égoutter au dessus de deux récipients. Mon sang était presque noir. Cette okami avait donc raison … cette pierre affecte bien mon corps jusqu’à en même influencer mes liquides biologiques. Bon sang …

Je vois cet air enjoui sur le vieux malade qui devait certainement être un peu fou. En quoi mon sang lui serait utile …

Cela ne dura pas si longtemps. Le tortionnaire, qui s’était écarté, revint avec un fer à blanc qu’il plaça contre mes blessures pour les cautériser. Je ne pus résister, la douleur était tellement que je poussais des cris à chaque fois qu’il me brulait la peau.


-Bien bien … cela suffira pour l’instant. J’ai assez de matière pour quelques temps. Laissez le se reposer. Il en a bien besoin …


Salopard … attend que je me libère. Je me demande … si c’est lui qui nous a emprisonné. Non … ca ne doit être qu’un larbin. Le véritable responsable doit-être autre part, en sécurité derrière ses gros murs enchantés …

Le vieillard s’en va avec ses récipients, chacun remplit à raz-bord de mon sang. Le tortionnaire profite de l’absence de ce dernier pour fouetter mn corps mais surtout mon visage de son martinet en me causant de multiple plaie. Les deux soldats me ramènent finalement à ma cellule. J’essaie à nouveau de voir quelque chose d’intéressant.

Le grand soldat me jette d’une traite dans ma cellule avant de la refermer et partir avec son collègue. Je me redresse lentement, sourcils fortement froncés. Je rageais tellement de ne pas pouvoir me libérer.

J’avais déjà retrouvé des sentiments plus humains, plus mortels. Était-ce une bonne chose ?

Mais J’eus à peine le temps de m’assoir que j’entends un autre garde arriver. Je lève à peine la tête et je vois la louve jette comme un sac à patates au sol sans gène. Tu parles d’une galanterie … Elle en avait bouffé pas mal apparemment … Des morceaux de lins en moins, des plaies partout … elle n’a pas du jouir de cette souffrance. Je compatis. Pour une fois …


- Une patrouille de six gardes dans notre couloir. C’est un labyrinthe ici. Une autre patrouille un peu plus loin dans un couloir sur la gauche, même nombre de soldats. Deux gardes surveillent une énorme porte forgée. C’est tout ce que j’ai pu noter…tain ça fait mal putain…

-je ne dirais pas le contraire …



Son regard se tournera d’une façon ou d’une autre vers moi. Elle pouvait aussi contempler, si on pouvait le dire, mes propres blessures. Plusieurs lignes de sang sur le visage, les marques de brulures aux avants bras et quelques tissus en moins sous les coups répétés que j’ai subis … J’ai mal mais je reste silencieux. J’ai écouté attentivement ses paroles. Donc son coté était plus sécurisé que le mien. Si le couloir dans lequel on m’a mené était bien celui qui menait au sous-sol, c’était à ce douter qu’il n’y aurait pas de garde. A moins d’être une taupe, ce couloir ne nous mènerait nulle part.


-De mon coté, je n’aie vu qu’un ou deux hommes et encore, ils se promenaient dans les couloirs. Avec de la chance, c’est là que ce trouvent nos affaires … mais notre sortie sera probablement par là où tu t’es rendu …


Je regarde la porte alors, repensant à la fâcheuse différence entre le garde qui l’a emporté et ceux qui m’ont pris. Je me demande encore si l’autre garde va venir me chercher pour me torturer à mon tour. Encore …


- Ils ne sont pas tous pareil … ceux qui sont venu me chercher étaient plus … résistant et sérieux je dirais. Il doit y avoir une classe hiérarchique. Celui qui t’a pris doit être plus faible que les deux qui sont venu me chercher. Ils savent bien que je suis dangereux. Comme ils doivent te sous-estimé vu l’escorte que tu as bénéficié …


Je la regarde alors dans les yeux, sérieusement.

Nous pourrons utilisés ce défaut comme un avantage. Tu es une femme démuni de tes pouvoirs. Ils doivent te croire faible … mais vu les aventures que tu as du vivre, tu dois être encore bien redoutable. Tu as des griffes, des crocs, la vitesse et la grâce d’un loup. Cela nous sera utile. Si on recroise ce garde une fois encore … Ce sera son dernier tour de garde.

Je regarde le ciel par notre unique fenêtre et je vois que le crépuscule tombe. Nous sommes enfin le soir … D’autres bruits de pas reviennent. Je tourne la tête et je vois que c’est le même geôlier que celui qui a emporté Shad plus tôt. Il me regarde alors qu’il ouvre la porte de ses clefs.


-Bien mon beau … comme promis plus tôt : c’est ton tour …


Il s’avance vers moi, la main encore au fourreau. Sauf que la il s’apprête à ranger ses clefs à la ceinture. C’est le moment d’en profiter. Je pousse d’une traite sur mes jambes pour me relever et foncer dessus. Il me voit, pose un pied en arrière mais je suis plus rapide que lui. J’ai déjà ma main sur sa rapière alors que lui a toujours sa main à son fourreau. Je tire la lame malgré mes deux mains liés par ces fichus menotte, je repère la faille au niveau de son casque, juste entre les plaques de métal qui recouvrent les oreilles et cette couche de cuir devant son visage. La lame se retrouve hors de son fourreau d’une traite avant que le bout de la lame n’aie se heurter, avec une précision extrême, dans l’encolure du casque. Ce dernier n’a pas le temps de réagir et … ne réagit même plus en fait. On voit le sang couler le long de la lame puis le corps s’écroule. J’ai surement du traverser le crâne de part en part, provoquant un coup mortel.

Le corps manque de s’effondrer, je me mets devant histoire de l’empêcher de tomber et lentement je le pose au sol avec l’aide de Shad. Je regarde le garde puis ses clefs. Je pose rapidement l’épée et me saisit du trousseau et fouille les clefs une à une jusqu’à m’arrêter à une. Je fais signe à la louve de venir et je détache ses propres menottes. Je lui donne le trousseau pour qu’elle fasse de même avec moi. Je la regarde alors.


-Sortons de ce trou maintenant …

Journalisée

Tout n'est que le fruit de la causalité ...


Voici la liste de mes autres doublettes ICI
Mp préférentiellement SAYANA pour proposer un RP.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4097



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #9 le: Septembre 08, 2015, 04:06:50 »

Je ne dirais pas le contraire …

Intrigué par ces paroles, la Louve se retourna et put contempler sans un mot que Griffith avait également dû passer un sale quart d’heure. Elle nota rapidement la présence des deux entailles à ses bras, fronçant les sourcils, songeant que ses tortionnaires avaient dû faire couler en quantité son sang. Son regard se porta sur ses différentes blessures, ses palies, ses brûlures…..C’était comme si celui qui les avaient enfermés cherchaient à briser leur volonté en leur infligeant de pareilles blessures. Et à en juger par le passé du meurtris, ceux qui lui avait infligé pareils blessures allaient s’en mordre amèrement les doigts. La Terranide écouta par la suite l’observation du dieu déchu, frottant un peu sa main contre un poignet endolorit, acquiesçant tout simplement pour signifier qu’elle avait d’une part compris la position des gardes et d’autre part l’enjeu qui allait se tramer avec la venue prochaine du garde, si ce dernier s’avérerait être le même qui l’avait emmené dans la salle de torture. Il était vrai qu’en observant sa démarche, sa posture, il était tout à fait possible de le contrer,  mais encore faudrait-il être rapide et ne pas hésiter l’espace d’une seconde. Il ne restait plus qu’à attendre son arrivée, patiemment.

Et  par chance, le duo ne dût pas attendre bien longtemps, bien vite des bruits de pas résonnèrent dans le couloir indiquant l’arrivée d’un garde. Etait-ce le même que celui qui avait emmené auparavant l’Okami ou était-ce l’un identique à celui qui avait traîné Griffith jusqu’au sous-sol ? Quoi qu’il en soit, les prisonniers n’auraient d’autres choix que de réagir rapidement. La porte s’ouvrit finalement, le garde considéré comme au plus bas de la hiérarchie par Griffith faisant son apparition et se préparant à emmener ce dernier dans la salle de torture où avait été conduite Shad quelques temps plus tôt. C’était là leur seule opportunité, le moment à saisir. D’autant plus que la porte n’avait pas été refermée et qu’ils pourraient donc sortir une fois que l’obstacle humain aura été défait. La Terranide s’était apprêté à bondir dans la seconde même où il avait franchi la porte mais fut devancé par Griffith qui fit preuve d’une vélocité surprenante. Le garde n’eut guère le temps de comprendre ce qui lui arrivait que déjà, il gisait à même le sol. Libérée de toutes ses entraves, la Lycane délivra également le Faucon de ses carcans de métal. Il leur faudrait encore trouver la clé pour se débarrasser de leur satané collier et surtout trouver de quoi rendre leur sang vierge de toute infection magique.

« Il faudrait aussi voir pour trouver un antidote afin de nettoyer notre sang et une clé pour ce foutu collier… »

Il ne restait plus qu’à espérer qu’une telle flasque se trouve là où leurs effets avaient été consignés. La Louve fouilla le cadavre du garde, trouvant une petite dague qu’elle jugea bon de s’en saisir. Griffith avait la rapière et pourrait donc faire face à des combats directs, quant à elle, sa dague lui permettrait d’assassiner des gardes afin de leur permettre de se frayer un chemin. Ce n’était pas grand-chose en comparaison d’une arme blanche à grande portée mais son utilité serait tout de même relativement importante.  Elle fouilla encore rapidement le corps du mort, trouvant deux onguents de soin. Au moins, il avait de quoi refermer leurs blessures si leur besoin se faisait sentir, sauf qu’ils n’avaient rien pour les transporter pour le moment. Et avoir une main prise risquait de leur être fâcheux. La Lycane jugea donc juste de laisser ces cataplasmes ici et se releva,  sortant par la suite avec Griffith dans les couloirs humides et nauséabonds de la prison. Suivant le chemin opposé à celui qu’elle avait emprunté auparavant, la Lycane dû avouer qu’il n’y avait pas grand monde de ce côté-ci. Après tout, qui garderait une impasse vers le sous-sol ? Elle espérait cependant que l’homme ne se soit pas trompé quant à sa supposition de voir consigné leur vêtement et leur arme vers ce côté-ci du donjon.

Soudain, alors que le calme régnait dans cette partie des cachots, l’Okami entendit un éternuement au loin. Un son qui n’avait pas dû échapper également aux oreilles de Griffith.  Il y’avait quelqu’un sur leur route et il serait mal avisé que ce dernier les voit. Faisant signe au dieu déchu qu’elle s’en occuperait, la Louve se dirigea à pas de loup vers sa future cible. Bien qu’étant sous une forme humaine, ses pas ne provoquaient aucun son, comme s’il s’agissait de pattes d’un véritable loup en train de chasser. Shad se glissa furtivement derrière le garde, plaqua sa main contre sa bouche pour éviter qu’il ne cri et ameute le reste des troupes et trancha en silence et enfonça sa lame dans la petite intersection du casque. Un gargouillis hideux se fit entendre et du sang vint maculer la paume de la Terranide qui tenu bon, voyant les yeux du malheureux qui se révulsaient et la vie le quitter. Puis, elle fit glisser son corps sur le sol, le mettant dans un coin d’ombre et fit signe à Griffith de venir.

La suite se passa sans grand encombre. Il y’eut encore quelques gardes à tuer, mais étant éloigné des uns des autres, cela se fit sans grand mal. L’Okami jugeait cependant que l’art de l’escrime de Griffith serait mis à l’épreuve  quand ils prendront le chemin le plus fréquenté. Pour l’heure, c’était à elle d’user de sa lame, une lame bien rouge actuellement, mais qui commençait à avoir quelques entailles. Vivement qu’elle retrouve ses armes en adamentium… Ils arrivèrent finalement devant une porte close, un cadenas faisant office de verrou. La Louve se pencha sur ce dernier et entreprit de le trifouiller de l’intérieur à l’aide de l’une de ses griffes. Ainsi elle utilisait cette dernière comme un passe-partout cherchant à faire sauter le cadenas.  Après cinq bonnes minutes, et par chance sans visite surprise, le verrou daigna s’ouvrir laissant libre accès au duo pour rentrer dans la fameuse salle. A savoir encore s’ils allaient retrouver leurs équipements ou si leurs yeux se poseraient sur une autre vision.
« Dernière édition: Septembre 12, 2015, 08:22:16 par Shad Hoshisora » Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Griffith
Dieu
-

Messages: 44

avatar

Le faucon blanc, Le dieu démon


Voir le profil
FicheChalant
Description
Il est un dieu qui peut assouvir tous les désirs des mortels ! Cependant, il faut en payer le prix ...

Le dieu démon peut revêtir son ancienne forme mortelle pour voyager sur les plans des vivants. Il peut revêtir son armure du Faucon blanc sur Terra comme il peut être habillé d'un beau costard Blanc sur Terre.
« Répondre #10 le: Septembre 13, 2015, 05:24:29 »

On se déplace en silence dans les couloirs où se trouve notre cachot comme tant d’autres sur notre gauche et notre droite. Il ne nous fallut pas longtemps pour croisé, bien que de loin, un garde. Peu avant de sortir de notre cellule, j’avais gardé la rapière de ce dernier comme son fourreau que j’avais accroché au niveau de ma ceinture pour ne pas la garder inlassablement dans ma main droite. Pas que la lame était lourde mais on ne sait jamais que j’aurais besoin d’un moment ou autre de mes deux mains …

Je repère, comme la louve, le garde au loin qui nous tournait le dos. Ma main droite prête à se saisir du manche de mon épée temporaire … puis je m’arrête sous un signe de main de l’Okami. Je compris de suite qu’elle allait s’en occuper. La Terranide s’avance alors avec une discrétion remarquable avant de s’occuper du garde Ashnard qui mourut de la même manière que j’ai fait peu avant avec notre geôlier … Je ne sais pas quoi penser entre le fait qu’elle m’ait copié ou me sentir honoré d’avoir démontré une technique d’assassinat qui fonctionne à cent pour cent. Une part ce sent frustré et l’autre se sent honorée. Une sensation bizarre à la fois désagréable et positive.

La louve me regarde et fait signe que je peux m’approcher. Je ne réagis pas … enfin gestuellement parlant. Je m’avance simplement vers elle et, ensemble, on reprend notre escapade. D’autres gardes s’opposèrent à nous. Shad, comme moi, n’hésitions pas à les exterminés si ils représentaient une menace potentielle et immédiate. Ils ne devaient impérativement pas savoir que nous nous étions échappé … cela aurait été fâcheux. Quelque chose me dit qu’en plus si le maitre des lieux apprenait notre fuite qu’il enverrait certainement les deux gaillards en armure qui m’avaient emmené dans cette drôle de salle avec ce vieux fou que j’ai tendance à qualifier de sorcier … J’observe un instant la dague de l’Okami qui était rouge de sang des hommes qu’elle avait tué mais qui tait déjà bien abimé et tailladé par endroit. Elle se battait plutôt bien pour une femme. Ses coups rapide et précis montrait qu'elle avait l'habitude de se battre avec ce type de lame. Cependant l’usure rapide de l’arme montrait qu'elle était déjà, de base, dans un sale état due à un manque d’entretien. Comment ces soldats entretenaient-ils leurs armes ? C'était désobligeant de voir cela ...

Cependant, même si je n’entendais pas les pensées de Shad, j’étais d’accord avec elle : vivement qu’on trouve soit des armes de meilleurs qualités soit qu’on retrouve nos affaires …

Nous tombons finalement sur une porte que j’avais indiquée à Shad. Pourquoi ? Je vous dirais l’intuition … Nous avions croisé plus de gardes que sur le reste de notre péripétie, autant dire qu’il devait certainement y avoir une raison. J’observe la louve jouer les voleuses en crochetant le cadenas qui verrouillait la porte. Elle n’eut pas trop de mal à réussir son coup vu qu’une poignée de minutes plus tard nous nous retrouvons dans la salle. Je m’avance premier, la lame dégainée par précaution …




La pièce était somber, éclairée par quelques torches à peine. Des mannequins sur le coté avec l’armure de nos deux protagonistes. D’un coté la tenue de shad et de l’autre l’armure blanche du faucon blanc. Une armure dont le casque était une représentation d’un bec d’aigle pour la bouche et de grandes ouvertures ovales pour les yeux. Le reste de l’armure était une composition de plusieurs couches de métal argenté dont certaines parties de l’armure de « platine » rappelaient des plumes. Au niveau des épaulières, la longue cape faite d’un tissu entre la soie et le coton blanc fut attachée par deux attaches représentant des plumes d’or. Au centre de mon plastron se trouvait une languette rouge où un insigne était accroché au centre, en or lui aussi. L’insigne dessus était celui de mon ancien groupe de mercenaire de la bande du faucon : l’épée ailée.

A coté des deux armures se trouve un atelier d’armes où se retrouvaient les dagues et les autres armes de Shad juste à coté de sa tenue habituelle alors, qu’à l’opposé, se trouvait la même chose pour mi avec ma rapière fait d’un acier extrêmement résistant dont le manche et une partie de ma lame était décorée de détails d’or.

Je vois la louve extrêmement ravie de voir ses affaires et fonce direct pour se saisir de ces objets personnels. Je m’avance aussi avant de m’arrêter, mon regard attiré par ces deux bibliothèque remplit de livre sur le mut opposé à nos armures et armes. Entre les deux, des petits meubles vitrées où ce trouvaient des objets qui concernait directement les deux individus. Dans un, se trouvaient des artefacts typiquement Terranide en relation direct qu’avec les représentants Okami. Peut-être représentaient-ils quelque chose de précis comme en relation avec une mythologique nordique voir encore avec une divinité canine. Pour ma part, j’avais des écris parlant de dieux inter dimensionnels avec des informations comme quoi nous étions des dieux déchus qui réalisons des vœux mais imposent une malédiction en retour. Je vis cela de façon abregée bien entendu … le langage était assez ancien et même le papier était vieux. Cela devait bien avoir quelques siècles. A coté de cela, je vois plusieurs Béhélits et j’en reste septique. Il y avait un Béhélit gris destiné pour les personnes lambda, des Béhélits jaune pour les personnes qui renfermaient déjà des pouvoirs de base et … Etonnement un rouge. Mon sang ne fait qu’un tour quand je vois ce dernier, ma pupille s’affine fortement même et des flashs me reviennent en mémoire. Les trois béhélits ouvrent leurs yeux sous ma présence. Le gris avait des yeux bleus, le jaune : vert et le dernier avaient les yeux d’or. Les trois me regardent. Je me sens mal … les flashs de mémoire me procurent d’horrible douleur à la tête. Ma main se porte sur mon crâne …


- Ces … souvenirs …


Les souvenirs qui me reviennent sont ceux de mon enfance : la vieille qui m’avait confié un Béhélit rouge (dit l’œuf des rois conquérants), mon périple durant le temps où j’étais humain, du temps où j’étais le vraie faucon blanc jusqu’aux derniers instants de ma vie mortel. Mon emprisonnement, ma libération, ma vie sans valeur après une année de torture intensive et ma rencontre avec mes confrères. Banales vous allez me dire mais ce qui m’était vraiment douloureux était ces sentiments humains qui me revenaient … Grâce en partie à ce collier qui neutralisait ma partie divin. Je pouvais presque sentir cette part divin se séparer de ma partie humaine. Pas comme deux entités mais comme deux part de ma personnalité distinct.


« Dernière édition: Septembre 13, 2015, 06:58:15 par Griffith » Journalisée

Tout n'est que le fruit de la causalité ...


Voici la liste de mes autres doublettes ICI
Mp préférentiellement SAYANA pour proposer un RP.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4097



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #11 le: Septembre 14, 2015, 06:36:50 »

Oh pour être ravie de retrouver sa tenue et ses armes, la Louve l’était à ne point en douter ! Au revoir cette tenue miteuse de prisonnier et bonjour à celle qu’elle portait actuellement, une sorte de combinaison en cuir qui pouvait la faire passer pour un mercenaire ou un assassin. Elle vérifia la présence de ses couteaux de lancer dans leurs étuis, six au total, vérifia la présence des lames cachées sous ses poignets, ces dernières sortant rapidement après une légère flexion de son poignet, ne faisant pas moins d’une quinzaine de centimètres, l’acier de ses armes étant fait en adamentium tout comme ses dagues, ses armes principales que la Lycane observa un instant en silence, vérifiant qu’il n’y avait rien de fâcheux. Les runes elfiques et nordiques pulsaient d’un léger éclat, la garde n’avait subi aucun désagrément tout comme l’acier en lui-même. D’un côté, mis à part ses couteaux de lancés,  ces dagues et ses lames étaient faites d’un métal extrêmement résistant, capable de percer la plupart des alliages et n’étant pas corrodable. Un vrai petit cadeau qu’elle avait eu de la part d’une elfe de soleil. La qualité des armes était celle d’un orfèvre, il n’était point étonnant que l’Okami était plus que ravie de retrouver ces dernières, et de pouvoir ainsi délaisser la dague du soldat de piètre qualité.

Fermant sa ceinture à tête de loup, la Lycane rejoignit doucement Griffith qui, étrangement c’était arrêté devant une étagère contenant des ouvrages concernant son peuple et plus particulièrement la classe des Okamis. Elle en fut quelque peu étonnée, se demandant ce que pouvait signifier tout cela, encore plus quand un ouvrage sur  la mythologie nordique était également présent. Son regard dériva sur ceux concernant son compagnon de cellule et, elle ne put en comprendre les écrits. Malheureusement, la Louve n’avait pas réellement el temps de se plonger dans pareil œuvre et d’en commencer une petite traduction, le temps leur était compté. Cependant, Shad nota que ce n’était pas réellement les livres concernant des recherches à leurs sujets qui semblaient mettre un peu mal à l’aise  le Faucon Blanc, mais trois petites pierres étranges de couleurs différentes. En les regardant de plus près, l’Okami vit qu’il s’agissait de visage disposés dans un sens incongru et parfaitement illogique. Comme une sorte d’art abstrait. Pourtant à en juger par la réaction de Griffith et par ce qu’il lui avait raconté sur sa véritable identité quand ils étaient encore en cage, la Louve ne put s’empêcher de se demander s’il y’avait un lien. Oh la question lui taraudait l’esprit, lui brûlant les lèvres, elle voulait le lui demander,  mais étrangement, au vue de son état, elle doutait qu’il puisse l’entendre. Elle osa simplement l’interpeller :

« Griffith ? - L’Okami marqua un instant de silence – tu m’expliques ? »

Car pour qu’il réagisse ainsi, c’était bien qu’il devait y avoir une raison et ne sachant de quoi il en retournait, l’Okami ne pouvait pas réellement apporter son aide. Si d’autant cette dernière pouvait être utile dans une telle situation. Son regard se porta sur les trois béhélits et un léger frisson parcouru son échine. Qu’est-ce que pouvait bien être ces choses si singulières ?  S’avançant vers celui de couleur jaune, la Louve s’apprêtait à mettre le main dessus avant qu’une voix grave et forte ne résonne dans toute la pièce suivit par une multitude de bruits de pas et de métal.

« PAS UN GESTE ! »

En l’espace de quelques secondes, la salle venait d’être envahie de soldats en armure, certains pointant des lances et des hallebardes vers le duo. Leur fuite n’était donc plus un secret, les cadavres avaient sans doute étaient retrouvés le long des couloirs et leur absence dans leur cellule fut vite découvert également La milice comptait jouer sur le nombre d’hommes pour tenir en respect le Faucon Blanc et l’Okami.  Cette dernière se retrouva dos à dos avec son partenaire de fortune, son regard analysant la situation. Ils étaient nombreux certes, mais avec ce nombre leur mobilité était sans doute réduite. Pour l’instant, ils n’avaient pas encore récupéré leurs facultés magiques mais le duo n’était plus sans défense. La Lycane n’attendait qu’un geste de la part de Griffith pour attaquer et se défendre de concert.
Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Griffith
Dieu
-

Messages: 44

avatar

Le faucon blanc, Le dieu démon


Voir le profil
FicheChalant
Description
Il est un dieu qui peut assouvir tous les désirs des mortels ! Cependant, il faut en payer le prix ...

Le dieu démon peut revêtir son ancienne forme mortelle pour voyager sur les plans des vivants. Il peut revêtir son armure du Faucon blanc sur Terra comme il peut être habillé d'un beau costard Blanc sur Terre.
« Répondre #12 le: Septembre 15, 2015, 06:00:25 »

J’entends très vaguement, comme dans une sorte d’écho lointain, la voix de la lycane. D’abord mon nom qui semblait se répéter comme si on était dans une immense salle dont le son se réverbère sur les murs pour revenir plusieurs fois à nos oreilles. Puis une question que j’entends à peine. Si j’allais bien ? Devais-je des explications ? J’avoue ne pas être assez « conscient » sur l’instant pour comprendre et aussi répondre à la question.

Ma main est toujours sur mon visage … je mets de longues secondes avant de me sentir revenir à moi. Je cligne quelques fois des yeux comme si mon introspection temporaire s’était terminée. Je regarde un instant Shad regarder vers les Béhélits, source de mon mal être temporaire. Sa main tendue vers ces derniers. Forcement qu’elle pourrait se sentir intéressée voir attiré par ces derniers … Ces artefacts étaient à la fois une bénédiction pour ceux qui les trouvait comme une malédiction. Certes, cet objet serait la preuve que la louve voudrait de nos services mais cela la condamnerait à devenir notre pantin pour l’éternité … Et je doute fortement qu’elle voulait d’un tel destin.

Pour la première fois, depuis bien longtemps, je sens mes sentiments humains me faire part d’un peu de moralité.


-Shad, ne …

- PAS UN GESTE !!


Nos regards se portent respectivement sur nos opposants qui ont déboulé dans la salle. Comment avons-nous fait pour ne pas les entendre vus les armures que ces derniers portaient ? Surtout moi ? J’en reste le premier étonné. Enfin … non pas vraiment … j’ai été distrait par mes souvenirs … il ne serait pas étonnant que le détail du son m’aie échappé mais … pour l’Okami ? Leur ouïe n’était-il pas bien plus développé que ceux des humains ? Comme moi pour le moment ?

Mais le temps n’était plus aux questions, il nous fallait un plan … et très vite ! Bien que j’avais encore ma rapière de secours, je n’étais pas habillé de ma cuirasse comparé à Shad qui avait déjà revêtit depuis un moment sa tenue de cuir au grand complet tout en ayant récupérer son arsenal de combat.

Le point positif était la pièce qui était petite et dont le seul moyen d’entrer était cette porte ! Si Shad est bonne viseuse et aussi agile qu’elle ne le laisse paraitre, ces soldats seraient comme des amuses bouches pour elle. Je la regarde alors, je vois un regard légèrement furtif de cette dernière vers moi comme si on s’échangeait un plan rapide par le regard. J’approuve simplement en la regardant et murmure suffisamment bas pour qu’elle m’entende.


-Occupes-toi d’eux.


La lycane fonça d’une traite vers les ennemis en les attaquant avec la rapidité, la grâce et la tactique d’un loup effarouché ! Alors que moi, je reculais à peine pour me saisir de ma propre rapière. Je n’avais évidement pas le temps de mettre mon armure. Une fois mon arme favorite récupéré, je fonce à mon tour vers les soldats qui s’opposent à nous et nous barrent la route. Je suis suffisamment agile et rapide, moi aussi, pour réussir à en désarmer et les déstabiliser. Je profite de leur chute où ils me laissent dévoiler des failles à leurs armures pour planter mes lames et sectionner avec précision leurs carotides, leurs trachées et œsophage au passage. Shad les tuait aussi à sa manière.

Plus on en tuait, plus il en venait jusqu’à ce qu’une poignée d’hommes finissent par fuir par lâcheté et prévenir leur supérieur … Ils reviendraient aussi avec des renforts surement. Nous reprenons nos souffle, je regarde Shad et sourit.


-Et bien … je t’avais sous-estimé Shad. Je vois que tu te bats très bien en réalité. Tu m’impressionnes.


J’esquisse pour la toute première fois, depuis notre rencontre, un doux sourire. Cela faisais longtemps que je n’avais plus ressentis cette joie de me battre aux cotés de quelqu’un … Cela me faisais plaisir, me rendais … un peu de joie.


-Et je sens que tu peux encore m’impressionner.



J’allonge un poil d’avantage mon sourire avant de me tourner vers mon armure blanche. Je pose mes lames sur le coté et m’empresse d’enfiler mon armure. Que Shad m’observe m’habiller ou me déshabiller m’importunait peu … je n’avais plus réellement de pudeur depuis bien longtemps, au plus loin remonte mon enfance … Je finis d’enfiler le tout en attachant comme je le peux mes cheveux et j’enfile mon casque à tête d’aigle blanc. Je range ma rapière à son fourreau et j’attache ma seconde épée de secours à ma ceinture avant de regarder Shad.


-On peut y aller.


Je regarde un instant vers les petites vitrines où se trouvaient des éléments important de nos deux origines et cultures. Je regarde alors la louve … si elle voulait se saisir d’un Béhélit, elle le pouvait … sincèrement … A elle de voir si elle voulait influencer sur sa destinée ou pas. Mais maintenant que je me sens plus humain … je pourrais la mettre en garde de certaines conditions dans un futur proche. Et comme elle m’avait aidé, et inversement, à me libérer de cette prison … je l’aiderais volontiers à choisir son futur. Mais nous n’étions pas encore sortit d’affaire. Notre relation coopérative se renforcerait d’avantage. Qui sait … nous deviendrons peut-être amis ? Bien que pour moi … un amis est une personne qui pense qu’à elle-même et fera tout pour me dépasser … C’était, à l’époque, ma vision de l’amitié. Mais j’étais bien loin de me douter que ce n’était pas réellement ma conception de la chose.
Journalisée

Tout n'est que le fruit de la causalité ...


Voici la liste de mes autres doublettes ICI
Mp préférentiellement SAYANA pour proposer un RP.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4097



Voir le profil
FicheChalant
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #13 le: Septembre 15, 2015, 08:56:41 »

Le regard de l’Okami se posait sur chacun des soldats présents, sa queue se balançait doucement de gauche à droite,  fouettant même de temps à autre le sol. Elle attendait un signal de la part de Griffith qui ne tarda pas à venir. Ce fut un ordre mais elle ne s’en offusqua pas, bondissant immédiatement  sur le  soldat situé  en face d’elle.  L’Okami le renversa et planta l’une de ses lames cachées dans la gorge du malheureux, cette même arme qu’elle avait sortie au même instant où elle effectuait son saut. Bondissant rapidement,  profitant de l’effet de surprise qu’avait procuré son attaque pour s’en prendre aux soldats alentours, évitant les lances et les hallebardes, jouant beaucoup sur la vitesse et l’agilité plus que sur la force brute en elle-même. Ses armes perforaient sans le moindre problème l’armure, passant au travers et atteignant l’organe visé. Ha quelle joie de retrouver son attirail ! De plus, la Louve ne se préoccupa pas réellement du Faucon Blanc,  entendant parfaitement les cris d’agonies provenant de son côté, lui aussi tuait efficacement ses adversaires un à un. La pièce fut ainsi bien vite remplit de quelques cadavres entassés les uns sur les autres, le sang maculant le sol. Quelques couards prirent peur et filèrent à toute allure. L’un  n’atteignit que le pas de la porte,  un couteau de lancer s’étant figé dans sa  nuque. Cet idiot avait oublié de mettre son casque. La Louve alla près du cadavre et récupéra son bien, entendant au même instant un compliment de la part de Griffith.

« Merci. – Elle se retourne et sourit en retour - il a bien fallu que j’apprenne à me défendre »

Tournant son attention vers le couloir, l’Okami savait tout comme le Dieu Déchu qu’ils reviendraient à nouveau. Elle se retourna vers ce dernier, notant qu’il était toujours en train de sourire et que ce même sourire semblait s’élargir un peu plus. Elle qui l’avait vu affiché une expression neutre depuis tout ce temps, ne laissant paraître aucune émotion, voilà qui l’étonnait quelque peu. Elle soupira légèrement amusée, se rendant en même temps vers un soldat en armure, s’accroupissant à ses côtés.

« Nous verrons bien si je peux encore t’impressionner… »

Laissant Griffith mettre son armure, la Lycane observait ainsi celle que portait l’un de leur ancien assaillant, repensant subitement au fait qu’elle n’avait pas entendu leur venue. Comment diable une telle chose était possible ? Ses facultés auditives étaient bien plus développées que ceux d’un humain. Alors comment ?  Tout un inspectant l’armure, la Louve gardait toutefois un œil sur la porte, au cas-où des renforts viendraient. Elle finit par noter la présence d’une petite marque magique, une sorte de glyphe posée sur l’épaulière.

« Normal qu’on ne les as pas entendus venir…leurs armures avaient eu un enchantement pour être discrètes… »

Se frottant les mains, la Lycane se releva et n’entendant plus les sons caractéristiques de la mise en place d’une armure, elle se retourna avant de marquer un arrêt. Griffith était bien plus impressionnant comme cela et elle lâcha un petit sifflement d’admiration. Il était…beau dans cette armure. Oui, elle n’avait pas d’autres termes sur le coup. Cette apparence lui sied à ravir et donner l’impression qu’il n’était pas mortel, ce qui, en l’occurrence était un peu le cas. Tout en suivant sa ligne de mire, la Louve observa également la vitrine, reposant son attention sur les béhélits avant de s’en approcher. Elle ouvrit une petite sacoche en satin qu’elle avait à sa ceinture  et pris simplement les trois pierres une à une, sursautant en voyant la première ouvrir les yeux. La surprise passée, elle les mit dans le sac, ne sursautant pas lors de la prise du deuxième et de la troisième pierre.

« Je ne sais pas ce que c’est, mais au vue de ton état d’avant, quelque chose me dis que c’est important. On avisera de ce qu’on en fera une fois dehors, mais je préfère les amener que…de les laisser ici.  Et puis des pierres avec des yeux….Ca ne peut être quelque chose de banal à laisser à qui  le veut.»

C’était loin d’être commun ! Elle noua la sacoche à sa ceinture, s’assura de sa tenue et indiqua à Griffith qu’elle était prête à continuer leur petit périple au sein de ce donjon. Tous les deux sortirent ainsi de la pièce, repassant par les couloirs précédemment empruntés. A présent, il leur fallait trouver un moyen de sortir d’ici. Mais également trouvé de quoi leur ouvrir leur collier de métal. Pour peu, la Louve les avait presque oubliés mais la réalité la rattrapa rapidement.  Côte à côte, le Faucon et la Louve se frayait un chemin, tuant les gardes solitaires sur leur passage avant de se retrouver face à une barrière de bouclier et d’armure.  Grognant la Lycane les regarda avant de subitement relever ses oreilles et de crier :

«  Plonges ! »

Qu’il  l’écoute ou non ne changea pas le fait que la Terranide plongea sur le sol, évitant un arc électrique de justesse. Son ouïe lui avait permis d’entendre le crépitement des éclairs que le mage préparait entre ses doigts avant de lancer son attaque. L’un des gardes en profita pour tenter d’abattre son arme sur elle et elle se releva rapidement, bondissant en arrière, un autre s'était attaqué à Griffith, elle entendit par la suite un ricanement :

« La partie est finie ! On va vous montre qui s’est qui commande ici…. »

Cette voix provenait du mage qui était à nouveau en train de préparer une attaque. Mais il n’était pas le seul lanceur de sort et d’autres se mirent à entourer le duo, l’un des soldats leva son arme et hurla d’attaquer. Immobiliser, blesser mais ne pas tuer, tels étaient leurs ordres. La foudre risquait de frapper à tout moment, envoyée par ces satanés lanceurs de sorts.  Subitement, la Louve eut une idée, incongrue certes, mais pas impossible, elle en fit part à Griffith, parlant de sorte qu’il soit le seul à l’entendre :

« C’est peut-être fou mais..cette foudre…si elle touche nos colliers elle pourrait provoquer un court-circuit magique et les forcer à s’ouvrir…oh putain ! »

Elle croisa ses deux dagues devant elle, bloquant la lame d’une épée, faisant crisser les aciers. Elle serra les dents, cherchant une oucerture avabt de subitement pousser vers l'avant puis de lâcher prise, entraînant le soldat cers le sol par perte d'équilibre. Elle l'acheva tout simplement. Les mages avaient presque fini leur sort et s’apprêtaient à frapper, allaient-ils tenter la folie qu’elle avait proposée ?

« Dernière édition: Septembre 16, 2015, 07:26:29 par Shad Hoshisora » Journalisée

-Ralentissement RP ! -

-Envie de RP ? MP ! -



Wouf
Pour une idée des différentes tailles, clique ici !
Griffith
Dieu
-

Messages: 44

avatar

Le faucon blanc, Le dieu démon


Voir le profil
FicheChalant
Description
Il est un dieu qui peut assouvir tous les désirs des mortels ! Cependant, il faut en payer le prix ...

Le dieu démon peut revêtir son ancienne forme mortelle pour voyager sur les plans des vivants. Il peut revêtir son armure du Faucon blanc sur Terra comme il peut être habillé d'un beau costard Blanc sur Terre.
« Répondre #14 le: Septembre 16, 2015, 11:02:32 »

Alors que je finis d’endosser mon armure, j’entends un sifflement se faire. Je relève mon regard et donc mon casque en direction de l’okami qui me regardait avec une certaine admiration. Il est vrai que mon armure avait de quoi donner cette impression de supériorité voir même de pureté. C’était un peu le but que je recherchais durant mon temps mortels où je faisais tout pour que le peuple voie que la bande du faucon n’était pas qu’un groupe de mercenaire cherchant inlassablement l’or pour grimper les échelons et devenir riche mais qu’on puisse savoir que quand le faucon blanc est là, tout espoirs n’est pas perdu. J’avais inspiré bon nombre d’habitants et même de soldats par cette prestance. Dommage que je soie tombé si bas en succombant aux supplices que mon corps meurtri m’imposait lors de mes derniers instants comme humain mortel.




Plus tôt, elle s’était penchée sur les différents hommes que nous venions de combattre et c’est un peu sans surprise qu’elle avait annonçé à haute voix que l’armure de ces derniers étaient runées : ce qui expliquait le fait que ni moi ni Shad ne les avaient entendu arriver. Non seulement ils sont au courant de notre escapade mais ils ne rigolent plus trop sur les moyens. Le pire était donc à venir … Si l’infanterie se voyait runer pour éviter tous bruits, quelle serait la prochaine étape ? Des bersekers ? Des mages ? Sorciers ? Tant de possibilité … trop même … A cette pensée, je pose ma main sur le collier magenta qui décore encore mon coup en me disant que si ce satané collier n’était pas là …

Mais je me stoppe dans mes pensées … ce colliers, certes, inhibe toutes mes particularités divines mais … Elle me rend plus humain aussi. Fallait-il vraiment que je la retire ?

Mais alors que je réfléchis sur l’avenir de l’artefact qui garnissait encore le pourtour de ma gorge, la voix de la louve me sortit de mes songes.


-Je ne sais pas ce que c’est, mais au vue de ton état d’avant, quelque chose me dis que c’est important. On avisera de ce qu’on en fera une fois dehors, mais je préfère les amener que…de les laisser ici.  Et puis des pierres avec des yeux….Ca ne peut être quelque chose de banal à laisser à qui  le veut.


Je me tourne alors vers elle pour observer la sacoche dans laquelle elle avait placé les trois béhélits. Bien entendu, il était bon de prendre ces dites « pierres » avec nous. Ma conscience et ma moralité enfin revenu, même si elle n’était pas encore complètement rétablit, m’indiquait qu’il valait mieux que le maitre de ces lieux ne retombe plus dessus. J’espérais sincèrement qu’il n’ait pas trouvé la brèche de la pierre rouge. Cette pierre était la plus rare des trois et la plus importante aussi. Si elle était ici, cela indiquait qu’un futur frère ou sœur rejoindrait nos rangs. Chose tellement rare qui n’arrivait qu’un peu plus de tous les deux siècles dans ma propre dimension. Alors je me demande comment une telle pierre peu se retrouver ici … j’avais bel et bien dispersé des Béhélit gris voire jaune dans cette dimension mais … pas des rouges.


-Tu fais très bien de les emporter avec nous. Ces pierres sont des Béhélits, sache le. Mais je t’en dirais plus, si tu le souhaites, une fois qu’on sera sorti de cet endroit.


C’est ainsi qu’on s’échange un rapide regard avant de partir ensemble dans les couloirs. Bien entendu, nous avons croisé multitude de gardes sur notre chemin que nous nous étions empressé de tuer sur le champ. La diplomatie n’était absolument pas d’actualité … notre seul option était de tuer ou de se faire capturer et je pense que mon associée Louve était du même avis que moi : il était hors de question que nous restions ici une seconde de plus !

Nous avons bien dur parcourir plusieurs dizaine de couloir de cette façon en laissant toujours notre empreinte par les cadavres des victimes qui s’étaient opposés à nous. Je me moquais bien sur l’instant qu’ils soient de pauvres parents en manque d’argent ou qui cherchait les moyens pour sauver de leur famille. Ma seule pensée était que je devais partir impérativement d’ici !

Mais lors qu’on tourne ensemble dans un nouveau couloir, nous nous arrêtons net aussi bien elle que moi. Le couloir était barricadé de soldat, tous ayant leur bouclier levé formant un véritable mur d’acier qui nous semblait à première vue infranchissable et pour couronner le tout, il y avait un mage de l’autre coté de ce mur d’homme.

 On ne le voyait pas vue notre situation mais la lycane entendait parfaitement le crépissement de l’électricité parcourir l’air, un son bien trop fin pour mes oreilles. C’est ainsi qu’elle me mit en garde et c’est pratiquement au même moment que nous nous sommes abaissés. L’arc de lumière foudroya le mur derrière nous de pleins gré, un grand flash bleuté s’était fait voir un cours instant comme la foudre qui s’abas du ciel pour martelé le sol. Je jette un rapide coup d’œil derrière nous et je constate avec stupeur un joli trou dans le mur avec encore quelques débris retombant au sol. Je reporte mon regard devant nous alors.


-Si on se prend une telle décharge, on risque de se retrouvé cuit, carbonisé ou dans un sale état … Murmurais-je.


Deux hommes nous foncent dessus, un dans ma direction et l’autre vers Shad. Elle le combat et l’abat comme je déploie ma rapière personnel pour désarmer rapidement le chevalier s’opposant à pied, le repousse de mon pied pour l’envoyer contre ses confrères et créer une certaine brèche dans ce mur d’homme.


-La partie est finie ! On va vous montre qui s’est qui commande ici…

-C’est peut-être fou mais..Cette foudre…si elle touche nos colliers elle pourrait provoquer un court-circuit magique et les forcer à s’ouvrir…oh putain !


Les hommes nous entourent et certains s’attaque à nous à nouveau. Je déploie ma seconde rapière usée et je combats plusieurs hommes à la fois donnant cette impression de danser sur place dans un ballet de lame qu’il ne valait mieux pas trop se ramasser de trop près. Je tente de réfléchir du mieux que je peux tout en restant concentré dans le combat sur la proposition de ma nouvelle amie. Un plan fou certes mais pas si improbable. Ces colliers devaient être confectionné par magie alors un sort les frappant de plein fouet devait certainement pouvoir les briser ! C’était risqué mais c’était peut-être là notre seule chance !

J’observe alors tant bien que mal le mage et ses disciples qui concentrent ensemble un nouveau sort dans le domaine de la magie de la foudre. Parfait ! C’est ce qu’il nous fallait !

C’est alors que j’accélère mes coups d’épées pour en tuer un maximum jusqu’à même embrocher la gorge des assaillants de Shad. Je jette un corps tant bien que mal dans la foulée alors que mon regard dont les pupilles étaient rétractés en amandes se porta sur les sorciers. Je m’empresse de prendre Shad par la hanche, ma main sur la crête iliaque droite de son bassin pour la coller contre moi alors que, à l’instant même où les mages lancent le sol, je dirige la pointe de ma rapière pure vers la foudre et approche le manche un maximum de nos colliers. La foudre vient frapper de plein fouet mon épée comme attirée par un paratonnerre, l’énergie est transmit le long du métal pour violement se heurter à nos colliers dont une forte douleur se fit ressentir aussi bien pour elle que pour moi. J’en lâchais même un grognement tout en fronçant fortement mes sourcils.

On entend nos colliers emettre un léger bruit alors, comme un cliquetis puis ces derniers s’ouvrent dans un fracas avant de retomber au sol. Je lâche Shad pour me retrouver à genou, mon corps tremblant fortement … j’avais du encaisser une partie de l’attaque magique vu que ma main était encore sur la rapière au moment de la frappe. Et comme j’avais retiré ma main droite de sa hanche à temps, elle n’avait eu au final que le ressentit de la douleur sur sa gorge. Je tente de me relever mais mes jambes peine à me tenir debout.

Bien que nos colliers aient été désactivés et retirés, nous avions encore leurs satanés effets dans le sang. Nous ne serions purgés que d’ici quelques heures voire jours si nous sommes mal chanceux. Des hommes tentent de profiter de cette situation pour nous attaquer dont moi en premier qui suis le plus affaiblit. Je relève mon regard en observant Shad me défendre vaillamment.


-Les mages … Occupes-toi des mages. Tu es en meilleure forme que moi …


Je tente malgré tout de me relever en m’aidant de la rapière abimée et je fonce d’une traite sur le mur d’homme pour casser leur formation et permettre à l’Okami une ouverture pour qu’elle puisse passer. J’avais confiance en elle, je savais qu’elle réussirait.


-Si tu fonces maintenant ! Ils n’auront pas le temps d’exécuter un autre sort ! Profites-en !!
« Dernière édition: Septembre 16, 2015, 11:23:44 par Griffith » Journalisée

Tout n'est que le fruit de la causalité ...


Voici la liste de mes autres doublettes ICI
Mp préférentiellement SAYANA pour proposer un RP.

Tags:
Pages: [1] 2 3 4
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox