banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Qu'est-ce donc ? {Pv Finlay Voelin}  (Lu 1162 fois)
Sah'raan Ashar
Avatar
-

Messages: 39



Voir le profil
FicheChalant
« le: Août 08, 2015, 12:02:38 »

La nuit touchait à sa fin et elle n'avait pas beaucoup de temps, pourtant son instincts naturel la poussait à accomplir une nouvelle fois sa sainte mission. L'esprit avait entendu un appel dans la nuit, une souffrance féminine, et cherchait depuis lors à se laisser guider par ses pas vers la source de tant de détresse, avançant depuis les ombres pour trouver l'épicentre et par la même la possible pactisante. Dans le fond cette nuit avait été bien calme, comme beaucoup d'autres, mais étrangement l'éclat de douleur qu'elle avait perçue avait soudainement rendu cette fin de soirée particulièrement troublante, et vu qu'elle n'avait aucune manière de se défendre face à ce rôle implanté dans son corps et sa chair, elle avançait d'elle-même, dans un état second, cet état qui caractérise les Sah'raan Ashar, mais qui aussi les pousse à se mettre de plus en plus souvent en danger sans même qu'elles ne puissent s'en apercevoir. Elle était donc en train de déambuler dans les rues d'une ville Celkhane qu'elle n'avait jamais connue, aux hauts immeubles et aux étranges inventions, avant de remarquer au loin le but de sa recherche : un bâtiment que beaucoup aurait identifié comme un centre scientifique, mais qui pour la jeune femme équivalait surement à un gratte-ciel comme il y en avait pleins d'autres dans la grande cité, et si elle avait encore un semblant de sens commun avant de s'en approcher, la proximité de sa cible fit qu'elle perdit tout contrôle, devenant à nouveau l'esprit vengeur craint de beaucoup, son esprit étant désormais pleinement focalisé sur sa future mission. Elle n'avait plus beaucoup de temps cette nuit, mais elle en aurait bien assez pour finir sa mission n'est-ce pas ? C'est avec cette idée en tête qu'elle s'avança avec hâte vers l'entrée du bâtiment, inconsciente de ce qu'il allait s'y dérouler.

Pas besoin d'ouvrir la moindre porte, elle passa au travers comme si de rien n'était et entra dans un grand hall, une personne avec un balai-brosse étant encore en train de nettoyer le sol pendant que la femme spectrale s'avançait lentement vers les escaliers, guidé par un instinct implacable vers le lieu où devait se trouver celle qui avait tant besoin d'aide en cette nuit de douleur. Pourtant quelque-chose n'allait pas, car si seulement la pactisante pouvait la remarquée dans cet forme des plus spectrale, cette forme de vengeance et de haine que seule celle qui partageait ces ressentiments pouvait percevoir, la femme en train de faire le ménage leva distraitement la tête à son entrée, cherchant des yeux ce qu'elle ne pouvait pas voir, ce qu'elle ne pouvait même ressentir normalement. Perdue dans son rôle justicier, la Sah'raan Ashar ne put même pas s'en rendre compte, avançant rapidement vers la porte des escaliers, et la traversant comme celle de l'entrée, avant de s'engager lentement vers les hauteurs du lieu. Il y restait comme une étrange odeur, une forte fragrance de ... De pin ... et de camphre, c'était étrange et enivrant, mais paradoxalement l'effet sur l'esprit vengeur fut bien inverse à un enivrement, étant donné qu'elle perdit peu à peu la trace de sa cible alors qu'elle montait les marches, tandis que son esprit humain faisait rapidement surface, jusqu'à ce qu'elle s'arrête au cinquième étage, perdue. Elle savait ce qu'elle faisait ici, mais était désormais incapable de produire la moindre énergie spectrale, incapable de ressentir sa pactisante et ... Et cette odeur qui continuait à lui prendre les narines, au point de lui donner envie de vomir. Bon sang, elle ne s'en était pas rendue compte plus tôt, mais cette odeur était typiquement celle des encens de purification utilisé par les prêtres, merde !

Elle voyait mal comment un prêtre pouvait purifier un bâtiment Celkhan, mais en tout cas elle n'avait pas vraiment le temps de se laisser aller à la réflexion sur le sujet, si elle restait encore ici trop longtemps, elle finirait par perdre toute forme éthérée, et se ferait dés lors surement découvrir par les systèmes de sécurité déjà bien affiné des agences de protection Celkhanes ! Retournant sur ses pas, ce coup-ci en courant, elle se mit à dévaler les escaliers en sens inverse en espérant de tout coeur qu'elle puisse atteindre les portes avant de se retrouvée dépourvue d'énergie. Les femmes de ce lieu n'en avait surement aucune idée, mais elles avaient créées un véritable traquenard pour esprit, et si le camphre continuait perpétuellement d'agresser ses sens les plus basiques d'être éthéré, le pin tout particulièrement était en train de lui donner mal à la tête, et le tournis, si bien qu'arriver en bas de l'escalier elle avait besoin de se tenir en partie à la rambarde pour assurer sa vive descente. Elle ne pouvait plus traverser la porte dans cet état, elle le savait, si bien qu'elle passa directement au plan de pousser la porte à toute vitesse et de foncer au travers du hall, oubliant par la même la ménagère qu'elle avait vue plus tôt en train de s'occuper des sols de l'entrée. Ses sens furent agresser par une odeur encore plus forte que celle des escaliers, tandis qu'un cri strident fut poussé par la demoiselle avec son balai qui courut en direction du comptoir pour appeler la sécurité. Mince elle n'avait pas le temps de l'arrêter, ni la force vu son état, si bien que l'esprit ne prit même pas la peine de s'arrêter sur cette pauvre femme et courut vers l'entrée avec désespoir alors qu'elle entendit les alarmes se déclencher avec horreur. Bon sang elle n'avait ni le temps de courir, ni le temps de se laisser poursuivre, l'aube approchait et bientôt elle n'aurait pas plus de pouvoirs qu'un humaine lambda...

L'entrée était vitrée sur toute la longueur, c'était au moins pour l'aider. Puisant dans ce qu'il lui restait de dons spectrales, elle put faire sortir la pointe de son arme depuis la paume de sa main, et s'en servit pour réduire en miette la vitre qui bloquait son chemin, envoyant le verre brisé tapissé la rue alors que ses lourdes bottes de fers foulèrent ce sol scintillant pour l'emmener loin vers les profondeurs de la ville, les équipes de recherches à ses trousses. Elle les entendait aux loin, ces femmes ou ces hommes, elle ne le savait guère, en train de lui filer le pas dans le but de la ramener au laboratoire afin de connaître la raison de sa présence en ces lieux ! Sauf que si elle remettait les pieds là-bas s'en était clairement finit pour elle, l'effet du pin et du camphre qui tapissait le sol avec cette insupportable odeur aurait tôt fait de tant imprégner son être qu'elle ne serait plus capable de bouger le moindre petit muscle de son corps, pour la laisser finalement sans substances jusqu'à sa totale disparition. Non ils ne devaient pas l'attraper, et à l'aube, avec un peu de chances, elle pourra compter sur la foule naissante pour se dissimuler, mais pour l'instant elle courrait avec tout ce qui lui restait d'énergie, ce qui était bien peu d'ailleurs, afin de ne pas se laisser rattraper par ceux qui devaient avoir une folle envie de rattraper celle qui avait osée pénétrer dans leur précieux lieu de travail. Cherchant à se cacher dans les rues les plus tortueuses, elle finit par trouver un coin de la ville particulièrement labyrinthique, et quitte à se perdre elle se mit à parcourir les rues comme une dératée, passant parfois près d'un ou deux passant à l'air interloqué en apercevant une femme dans une telle tenue en pleine nuit. Enfin elle trouva une rue bien sombre, renfoncée entre deux immeubles et s'y enfonça pour enfin se cacher derrière une pile de cagette bien haute, essoufflée, haletante même, et désespérément faible.

Elle se laissa glisser contre le mur, épuisée. Elle entendait bien du bruit plus loin mais elle était quasiment sure de ne pas sentir de présence humaine immédiatement à ses cotés, si bien qu'elle se permit une pause, une pause qui se promettait relativement longue étant donné qu'elle avait besoin de récupérer de son énergie et de ses forces pour l'aube, passage obligatoire pour lequel elle avait désespérément besoin d'un minimum de ressources spectrales afin de ne pas se faire bannir dans le mondes sombre, unique et dernier lieu où une Sah'raan Ashar pouvait se régénérer. Ce n'est que dix minutes plus tard qu'elle le remarqua, cette drôle de petite machine qui l'observait depuis le lot de cagettes avec un voyant vert un peu trop gros au milieu de son pan frontal. Elle hésita un instant à le briser, il était un risque qu'elle soit découvert, mais finalement elle dut se retenir, non pas parce qu'elle ne voulait pas, mais ne pouvait pas le faire, ses forces étant épuisées... Alors dans un dernier élan un peu désespérée, elle fit un signe simple, un doigt devant ses propres lèvres, puis quelques mots bien simple, chuchotés à la machine en espérant qu'il soit assez évolué pour avoir une reconnaissance vocale :

 -  Chut, pas un bruit.
Journalisée
Finlay Voelin
E.S.P.er
-

Messages: 56


Magiologiste en herbe


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Août 08, 2015, 02:49:20 »

Le matin même Finlay avait été réveillée par son alarme, une sorte de criquet mécanique qui était synchronisé avec son réveil qui faisait un bruit horrible, mais efficace pour la tirer du lit.

C'est vêtu d'un fin col roulé sans manches noir, qui était remonté par un sommeil un peu agité, et un boxer de la même couleur que la belle au bois dormant se releva. La bestiole mécanique fit alors un bon et crissa pendant quelques secondes, avant de stopper, alors que Linfay fit un bâillement à s'en décrocher la mâchoire. Ayant perdu une partie de la nuit sur un prototype, qui refusait obstinément de marcher, elle avait du mal à émerger. Ce fut donc à moitié endormi qu'elle descendit de la chambre faite dans le lieu de squatte connu de tous comme l'atelier bricolage de Finlay. Elle loupa l'escalier et se retrouva pendue, la tête en bas, par un fil d'araignée reliant sa jambe gauche au plafond. Ce n'était pas la première fois qu'elle finissait ainsi par manque d'attention et cela ne serait pas la dernière. Heureusement, elle avait prit l'habitude de s'attacher au plafond, à moins que ce dernier craque sous le poids plume de Finlay, il n'y avait plus ce risque.

Elle regarda le bazar environnant l'étage inférieur, des livres compliqués, des mécanismes en tous genre et un simulateur maison, pour les moments où elle souhaite faire une pause voltige ou pour s'entraîner. Faisant un petit tour complet tranquillement elle vit alors un petit message qu'elle avait écrit au cas où elle oublierait un truc c'était marqué..."Rendez-vous 7h15 livraison journal +"...Il était 7h...7H?!

Cette constatation lui fit perdre le fil, au sens propre, et elle fit une petite chute sous la surprise, mais c'était déjà le branle-bas le combat. Finlay était cette fois bien réveillée et elle se fit une toilette de chat avant de s'habiller de sa tenue habituelle, prenant une tranche de pain au passage. Elle enfourcha la mobylette qui lui avait été prêtée pour les livraisons. Heureusement, elle avait repéré des raccourcis qui lui firent arriver à temps au boulot. La patronne fut contente de la voir, car sans celle qu'elle remplaçait, c'était une partie des abonnées qui auraient râlé. Certaines personnes aimaient encore le support papier pour les nouvelles, la nostalgie, peut-être, ou alors c'était pour le contact physique.

Une heure plus tard la livraison était faite et Finlay allait pouvoir aller à Tekhos pendant le week-end. Ceci pour plusieurs raisons. La première était une connaissance qui lui avait demandé la réparation de son engin, qui souffrait d'une problème de direction apparemment. La seconde était pour la curiosité. Bon, elle ne se faisait pas d'illusion avec son corps très masculin, elle allait sans doute se faire un peu embêter, mais elle avait sa carte prouvant qu'elle était une futa de l'archipel. Sa voix était légèrement plus grave que celle des adolescentes de son âge, mais restait crédible, l'environnement dans lequel elle avait vécu était propice à ce genre de chose. Elle allait aussi emmener une petite bricole, un petit drone autonome de la taille d'une boite d'allumettes, pour voir le comportement en milieu étranger.

Sa journée fut bien remplit avec son arrivée à 14h, car le véhicule de la personne était assez complexe, même pour la bricoleuse que Finlay était, il s'agissait d'un modèle custom avec pas mal de nouvelles technologies peu accessibles aux civils. Mais vers 18H la réparation fut faite et elle eut même droit à un petit plus pour sa patience, ainsi que le bon boulot. C'était moins cher qu'une vrai mécano, mais chacune y trouvait son compte.
La jeune magiologiste se dirigea vers l’hôtel le plus proche et s'accorda une huitaine d'heure de sommeil avant de tester sa petite machine qui reposait dans sa poche gauche. La chambre était des plus silencieuses et confortable, trop pour la bricoleuse qui avait toujours l'habitude du ronronnement des ventilos ou des machines, des cliquetis de l’horloge, les petites vibrations qui se produisaient au sol. Cela ne l'empêcha pas de dormir, mais allait rendre l'endormissement difficile.
Finlay usa de son pouvoir d'Esper pour se faire un hamac en toile où elle se sentit déjà beaucoup mieux, le sommeil arriva quelques instants plus tard et, à moins d'un intrus, elle allait être difficile à réveiller. Tant qu'il avait contact avec de la toile la miss n'avait rien à craindre et se sentait en sécurité, même lorsque qu'une vaisseau taxi passait à toute allure à côté de sa fenêtre. Il s'agissait d'un instinct issu de ses pouvoirs.

Le réveil finit par sonner, attendant la fin du minuteur pour se stopper faute d'avoir l'ordre de s'arrêter. Il aurait attendu longtemps sinon, car la jeune adolescente était déjà partie depuis une heure, trop impatiente de faire ses observations. Le drone fut donc sorti de la poche, il avait l'air d'une petite boite de thon auquel on aurait ajouté six pattes et une petite tête pourvue d'une diode multicolore. Il ne fallait pas le sous-estimer, car il comprenait un petit système de vol par champ magnétique et un petit système de reconnaissance pour les gestes et la parole. Mais en le mettant en route Finlay eu une mauvaise surprise, le curieux insecte partie à vive allure.

-Arrêt !

Cela ne fit rien. Il devait y avoir un dysfonctionnement du programme, encore une fois. Finlay n'était pas programmeuse, car c'était moins marrant que la magie et la mécanique, aussi ce genre de bug arrivait souvent lorsqu'elle tentait d'en faire. Comme la place était restreinte, il n'y avait pas d'arrêt à distance, sauf commande vocal, mais il y avait une puce GPS.

-Reviens ici saloperie !

Ce fut alors une longue course poursuite où la vitesse de drone lui fit prendre la poudre d'escampette. Enfin, avant de croiser une personne dans les signes vitaux étaient étranges, car à l'origine, ce petit joujou devait servir à repérer les personnes malades ou affaiblis pour pouvoir lancer une procédure d'assistance par la suite. Ce fut sans un bruit qu'il se posa sur un endroit où sa vision pouvait lancer un diagnostique. Les signes montraient un stress et le geste, associé à la parole, indiquait une situation difficile.
La diode verte se mit alors à clignoter doucement, à un rythme proche d'un battement de cœur calme, et il n'eut plus aucun mouvement du drone qui se mit en veille. La lumière avait pour but de calmer les personnes qui calquaient inconsciemment leurs respirations dessus. Un message d'alerte, ainsi qu'un itinéraire apparut sur le PDA de Finlay, qui fut surprise. Le drone aurait fuit pour cette raison ? Peut probable, mais elle devait voir.

Cela lui prit cinq bonne minutes pour trouver l'accès à la ruelle. Il y avait de l'agitation dans la rue principale, une intruse aurait semer la pagaille dans un bâtiment, les forces de l'ordre indiquaient aux personnes de quitter les lieux rapidement. Finlay allait le faire, après avoir vu s'il y avait réellement une personne dans le besoin. Si c'était le cas alors elle lui apporterait assistance pour quitter la zone.

L'adolescente tourna dans la ruelle. L'endroit était à peine visible, s'y bien qu'on pouvait manquer cette impasse très facilement. Le lieu était assez encombré, parfait pour se cacher. Il y avait des prospectus au sol et ce dernier était loin d'endroit propre, l'obscurité partielle qui y régnait rendait la vison difficile, mais Finlay était une vraie chauve-sourie, comprenez que bricoler dans l'obscurité est normale pour elle et ses yeux reconnurent une forme.
Il y avait bien quelqu'un qui semblait à bout de force, le drone avait donc bien détecter une personne. Ce fut avait une démarche lent et calme que la bricoleuse approcha, les gens dans cet état n'étaient pas facile des fois et ses compétences de médecine était celle d'un bricoleur. Tout raccourcissant la distance avec la femme vêtu de noir et de rouge, Finlay laissait de fins fils senseurs, pour avoir des yeux dans le dos et ne pas être surprise. Elle jeta un regard à la petite bestiole mécanique.

-Reviens et veille.

La petite chose bondit jusque dans sa poche et ne bougea plus. La pauvre femme semblait avoir perdue ses forces, mais restait consciente, c'était une bonne nouvelle. Son allure de démone pouvait effrayer des gens, mais Finlay avait vécu dans le respect de tous les êtres et savait que l'habit ne faisait pas forcément le moine. Elle mit de côté la possibilité que cela soit la responsable du bazar, car une démone n'avait pas ses chances face à la technologie, sauf si c'était au moins une demi-déesse.

La magiologiste reconnut des signes proches de le purification, une de ses camarades, une démone, ayant eu un accident avec un objet détenu par une élève, une prêtresse, avait eu se genre de signes, commençant par une perte de force. C'était le genre de choses avec lequel il ne fallait pas plaisanter, car cela pouvait prendre un tournant dramatique. Mon diagnostique pouvait être faux, mais il était clair qui lui fallait des forces.

-Madame ? Vous m'entendez ? Ne vous inquiétez pas, je vais vous aider. Je vais vous donner un petit truc pour que vous alliez mieux, redonner un peu d'énergie, ensuite on verra, l'endroit n'est pas sûr ce soir.

Finlay sortit cinq petites billes de son collier, un flacon d'eau dans sa poche droite, fit couler les cinq réserves de mana dans le flacon, puis ouvrit son calepin. Si la malade pouvait sentir le mana la bille attirerait son attention car elle était chargée uniquement de cela. Elle récita une courte formule et l'eau prit une teinte dorée. Finlay avait fabriqué un régénérant magique, de quoi remettre sur pieds beaucoup de personnes. Hélas cela n'allait que régénérer l'énergie physique du corps et non le reste. Au mieux elle pourra marcher, au pire, cela allait l'aider à tenir debout. Une vraie mage guérisseuse aurait fait mieux, mais on fait avec ce que l'on a sous la main.
Une bille se formait par jour et avait une teneur magique équivalente à un huitième d'une petite fiole de mana. C'est fou la quantité de mana qui peut se disperser d'un corps ayant des aptitudes magiques.

L'Esper ne savait pas ce qui était en face d'elle, mais son côté chevaleresque ne pouvait ignorer une personne en détresse.



« Dernière édition: Mai 03, 2016, 05:10:32 par Finlay Voelin » Journalisée
Sah'raan Ashar
Avatar
-

Messages: 39



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Août 10, 2015, 12:48:24 »

Elle observait la machine avec insistance, se demandant ce qu'allait faire ce morceau de ferraille maintenant qu'il l'avait repérée. Allait-il prévenir ses poursuivants parce qu'il s'agissait d'un éclaireur ou d'un scout mécanique envoyé à sa suite ? Ou était-ce tout simplement le jouet un peu vagabond d'un enfant qui s'était retrouvé de manière complètement aléatoire à ses cotés ? En tout cas elle ne sut pas trop quoi faire quand elle le vit soudainement se mettre en état de veille, seule sa diode témoignant encore d'une activité alors que celle-ci clignotait lentement, au rythme particulièrement reconnaissable d'un coeur vivant. Que cela serve ou non pour une quelconque raison, l'esprit ne pouvait pas vraiment profiter des effets de ce calmant bionique : son coeur ne vivait plus depuis bien longtemps, elle ne savais même pas si cette enveloppe spirituelle en possédait un, si bien qu'essayer de le calmer, de le faire battre à un rythme apaisé ne servait pas vraiment à grand chose. Surement appréciait-elle du moins le geste vu son état, mais en dehors de cela elle n'en profitait pas le moins du monde, et d'avoir un petit robot de soutien n'allait pas l'aider à se sortir de la situation critique dans laquelle elle se trouvait. Elle les entendait, et elles étaient surement bien assez pour quadriller la zone et la retrouver sans le moindre problème si elle s'éternisait dans le coin, mais elle avait les jambes coupées, les membres fatigués, et l'esprit embrumé par les vapeurs qu'elle avait inhalée dans l'immeuble. Elle essaya bien une fois de se mettre à nouveau debout, mais ses jambes glissèrent sous son poids et le sol inégale pour la ramener rapidement au sol, l'esprit grommelant sur l'instant et se décidant à se dissimuler du mieux qu'elle le pouvait, dans l'espoir que si elles osaient passer près de la ruelle, elles ne sauraient la repérer immédiatement, ce qui lui permettrait un brin de repos supplémentaire...

Mais à la place ce qu'elle vit arriver était un petit brin de jeune fille, ou de jeune homme, elle ne savait comment faire la différence dans le cas présent, qui s'engouffra d'un coup dans la ruelle avec une lenteur et une prudence toute convenue par rapport à l'aspect insalubre et sombre de cette petite impasse. Sans la moindre hésitation, elle vit celle-ci, ou celui-ci, se diriger vers le petit robot avec le même démarche affinée par la prudence, voir la méfiance, tandis que ses yeux était directement posés sur elle, la forme sombre et actuellement plaintive qui cherchait un moyen désespérer de s'échapper du guêpier dans lequel elle s'était retrouvée. Quitte à être observée, l'esprit en faisait de même, jaugeant de haut en bas ce corps en plein adolescence et dont le sexe lui semblait particulièrement difficile à déterminer ! Le visage était parfaitement androgyne, tellement même qu'elle ne pouvait y trouver le moindre signe d'une quelconque appartenance sexuelle, par contre la forme de son corps lui fit lentement tendre ses suppositions vers le fait que la personne à ses cotés soit un homme. Ses hanches n'étaient pas développées, sa poitrine clairement manquante, mais au delà de cela elle était bien en mal de trouver d'autres détails qui puissent la guider dans ses doutes. Finalement elle s'accorda à le considérer comme un homme, mais en ce cas là que faisait-il à Tekhos ? Les hommes avaient tendance à ne pas supporter le moins du monde la totale matriarchie de ce lieu, cela leur était insupportable, et les autres étaient à considérer comme des esclaves, alors comment un petit bout de chou dans son genre pouvait se trouver en de telles rues. La réponse vint d'elle même quand la femme aperçue ce nouveau-venu se diriger vers la petite machine avant de lui parler avec un ton supérieur :

 -  Reviens et veille.

D'accord, il s'agissait du maître ou concepteur de ce petit robot, maintenant tout allait se jouer dans l'instant, était-il un envoyé du building parti à sa trace, ou un potentiel allié qui allait lui tendre un main salutaire au moment où elle, l'esprit craint et invincible en temps normal, était au plus bas de sa forme et de sa puissance ? Après il était tout à fait possible que le jeune homme ne soit dans le fond qu'un passant sans intérêt particulier qui allait la laisser ici sans chercher à en savoir plus sur qui il avait rencontré, mais elle en doutait pour une raison des plus simples, à savoir que ce dernier la regardait avec bien trop d'insistance depuis son arrivée dans la ruelle pour qu'elle puisse accepter que ce ne soit que par curiosité. De plus, elle n'était pas sotte, même dans sa forme des plus "humaine" elle gardait, de par son lien avec l'au-delà, une vision particulièrement aiguisée de la magie, et ce qui se trouvait désormais à la sortie de la ruelle n'était rien d'autre qu'une gigantesque toile tissée par des moyens particulièrement précis. Ainsi, l'homme avait bien quelques idées en tête, quelques buts qu'elle ne pouvait peut-être pas comprendre ou imaginer, mais il était animé par un désir quelconque, et cela se devait d'avoir une relation avec l'état précaire dans laquelle elle se trouvait. La Sah'raan Ashar d'ailleurs aurait bien aimée pouvoir se munir d'une précaution, mais elle doutait avoir la force de se lever pour attaquer son potentiel opposant, et si son arme originelle aurait été à distance, elle n'avait pas le moindre reste d'énergie pour l'appeler à sa main, réduisant cette possibilité à néant. Ne lui restait donc plus que l'attente, la longue et désagréable attente de voir comment allait réagir ce damoiseau, Tout en espérant encore une fois qu'elle ne soit pas tombée sur un de ces rebuts de l'espèce humaine capable de s'attaquer à une femme affaiblie en pleine rue.

 -  Madame ? Vous m'entendez ? Ne vous inquiétez pas, je vais vous aider. Je vais vous donner un petit truc pour que vous alliez mieux, redonner un peu d'énergie, ensuite on verra, l'endroit n'est pas sûr ce soir.
 -  Je... Je vous entends, elle hésita un court instant, puis continua, tentant le tout pour le tout. Je suis poursuivie... et ne peux aller nulle part... Si je continue dans cet état, je vais... me désagréger.

Sa voix était faible, son corps surement encore plus, mais elle parlait toujours avec un ton qui ne laissait pas transparaître son état. Elle restait fière, elle restait un esprit supérieur, et une femme représentant un pouvoir et une justice qui effrayait l'humanité depuis des lustres, si bien qu'elle ne pouvais pas se permettre le moins du monde de se laisser à la plainte et à la quémande devant un membre de cette même espèce, encore plus quand celui-ci faisait partit de ceux qu'elle se devait de punir en cas de problèmes. Pourtant elle ne ressentit pas l'aigreur ou la colère normalement en réponse à de pareils termes, au contraire, elle ressentit chez ce jeune homme de la bonté, de la candeur, voir même ce quelque-chose très étrange que certains appelaient "innocence", chose qu'elle ne connaissait que peu chez des jeunes adultes de l'âge de la personne en face d'elle. Peut-être était-ce pour cela, mais quand la jeune personne lui tendit cette étrange bille au contenu doré, elle n'hésita pas le moins du monde pour tendre faiblement la main, et venir prendre possession de cet onguent pour l'ingérer sans attendre, ayant très bien compris à quoi pouvait servir pareil produit. Poisons, drogues, médicaments, peu lui en faisait actuellement, de toute façon sa survie dépendait entièrement de ce damoiseau qui avait fait une providentielle apparition, alors quitte à faire, autant oser la confiance envers cette douce personne qu'elle présentait comme étant un jeune homme des plus louables. Et elle fit bien, sentant qu'une certaine dose d'énergie lui revenait, un poids se soulevant de sa poitrine, et ses membres s'en libérant, lui laissant enfin accès à ses jambes qui, tout à l'heure, n'avaient pas plus d'utilité que quelques baguettes sur lesquelles elle aurait put tenter de maladroitement marcher.

 -  Merci... Je suis ... Je suis un esprit, un esprit particulier, et une odeur étrange dans l'un de vos bâtiments a agis comme une purification de mon être, m'obligeant à fuir et à me cacher dans l'espoir d'aller mieux. Ce ne fut pas vraiment le cas, jusqu'à ton arrivée... Quel est ton nom, jeune homme ? Et peut-être plus pressant, mais sais-tu comment parti d'ici ?

Elle n'oubliait pas le principal pour autant.
Journalisée
Finlay Voelin
E.S.P.er
-

Messages: 56


Magiologiste en herbe


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Août 10, 2015, 02:58:59 »

Finlay avait noté trois choses, d'une part cette femme avait choisit de ne pas trop montrer sa faiblesse évidente dans sa façon de parler. Cela démontrait une sacrée force de caractère de sa part ou peut-être qu'elle pensait que la bricoleuse était un mâle, qu'elle avait certaines attitudes de Tekhos, se pensant supérieure à celle qui lui venait en aide. Deuxièmement, le terme "désagréger", qui indiquait que ce n'était pas exactement l’entité pensé au début. Enfin, le point le plus important, elle était traquée par quelqu'un ou quelque chose. La magiologiste espérait que ce n'était pas ce à quoi elle pensait car cela allait compliquer les choses.
Pour le côté hautain supposé il fut bien vite écarté, car la malade prit le médicament créé par magie. Finlay hésitait à en refaire, mais ce genre de choses perdaient de l'efficacité s'ils n'étaient pas ingéré rapidement et puis, comme tout médicament, il y avait des limites à ne pas dépasser, même pour un simple remontant comme celui-ci. Elle avait testé une fois et avait été malade pendant toute une journée, utilisant une seule bille à la fois, car le dosage n'était pas indiqué dans le livre d'où elle avait tiré cela. On pouvait la prendre pour une alchimiste, mais elle n'avait pas les connaissances qui allaient avec, c'était bel et bien de la création magique. 
L'inconnue se mit à parler indiquant sa nature d'esprit, pourtant elle semblait bien réelle, c'était sans doute le côté particulier qu'elle mentionnait. L'odeur devait être un produit d'entretien particulier, ce qui ne fit que renforcer ses doutes concernant l'identité de la demoiselle en détresse. Bah, elle allait bien trouver quelque chose si ses craintes venaient à se confirmer et puis la malade ne semblait pas hostile.

Le "jeune homme" fit très légèrement tiquer Finlay, elle était une futa, après ce n'était pas sa faute si son corps était masculin, mais c'était une erreur qui serait fréquente en dehors de Caelestis, aussi elle ne fit pas de remarque. Elle avait une carte de voyage prouvant l'éducation qu’elle avait eu et son appartenance à l'archipel volante, lui donnait droit à un certain respect de la part des Tekhanes. Si on devait situer Finlay elle était entre les hommes et les femmes.

-Je me nomme Finlay Voelin, bien que techniquement mon corps peut être celui d'un homme je suis une futa. J'ai bien des idées pour sortir, mais avant j'aimerais savoir si vous êtes la femme que les autorités recherches. Sachez que cela ne changera pas le fait que je vais vous aider, je fini toujours ce que je commence, mais je préfère savoir. J'ai une autre question, avez-vous déjà utilisée un change-tout ? Un truc pour changer de vêtements et stocker les autres. dit-il en indiquant une sorte de montre à son poignet droit.

Son cerveaux avait carburé pour trouver tout un panel de plan, en prenant en compte le fait qu'elle soit la personne recherchée suite à ses doutes. Avec un peu de chance il n'y aurait pas de portait robot vu qu'elle était un esprit à l'origine, ne laissant que l'allure général pour la recherche, or les démones il y en avaient pleins dans la zone encore bien remplit malgré les efforts de la police. La magiologiste sortit son PDA et appuya sur la commande de pilote automatique de la moto à gravité, de location, qu'elle avait choisit pour se balader en ville. Ledit engin allait se garer sur la place prévue par la compagnie la plus proche, il possédait deux places, car Finlay avait prévue de faire des emplettes à l'origine. Dans la foule de véhicule appelé pour quitter la zone il était anodin.
 
Revenons au "change-tout", Finlay l'avait reçu d'une camarade de classe au cas où son apparence pas assez féminine venait à causer lui causer des soucis. Cet engin transformait la matière en mana et inversement, il adaptait automatiquement les modèles à son porteur, faisait les retouches automatiquement et puisait dans une batterie à mana interne. Le seul soucis était de savoir quels modèles y était enregistré car il n'y avait pas visuel, juste un intitulé, et il pouvait y avoir de tout, mais vraiment de tout.

-Je vous préviens, c'est une maie qui m'a donné le change-tout, donc je ne sais pas trop ce qu'il contient.

Elle tenta de voir ce que cela donnait avec l'intitulé "Soirée détente léger froid 1". Ses vêtements changèrent instantanément pour un pull à col roulé, sur un soutient gorge qui se changea en brassière à cause de la "platitude" de la bricoleuse, cela offrait une chaleur confortable et étonnante. Pour le bas un simple jean, moulant un peu son fessier, cachant un paire de collants noire avec un sous-vêtement féminin qui se changea en shorty de part sa nature particulière. Pour habiller ses pieds cela fut des bottines en tissu avec un très léger talon, mais suffisant pour changer sa posture. Finlay était devenu un peu plus rouge et elle reprit ses habits en poussant un soupir de soulagement, notant la tenue par une étoile. Être sans ses frusques habituelles était très gênant, mais mieux valait tester avant de laisser ce joujou à l'esprit, car la propriétaire était du genre à tout ranger dedans, même des tenues plus intimes. Un indicateur se mit à clignoter, la baterrie n'avait pas été rechargé évidemment.

-Je recharge la batterie et vous essayerez, la tenue avec une étoile est celle que j'ai testée, rassurez vous votre tenue sera sauvegardé. Une fois changée nous sortirons d'ici. Pourriez-vous m’indiquer un prénom pour vous nommer si jamais on me demande qui vous êtes, un faux fera l'affaire vu que vous êtes chassée.

La bricoleuse sortie un tournevis avec un réservoir cyan et l’appliqua à l'entré de mana, cela ne dura que quelques seconde et Finlay donna l'objet à l'esprit qui l'utilisa, se retrouvant dans une tout autre tenue. La magiologiste estimait que cela serait suffisant et elle l'aida à se relever, passant un des bras de la miss derrière son cou pour lui apporter un peu de soutient et lui demandant de le garder le temps qu'elle s'éloignent même si elle allait mieux. Il n'était pas rare que certaines fêtardes se couchent à l'aube pour récupérer un peu, Tekhos était une ville qui ne dormait jamais. Finlay défit la toile à l'entrée et prit vers l'avenue principale pour rejoindre le véhicule, mais à peine sortie elles se firent interpelées par la police.

-Ne panique pas et reste appuyé sur moi.
murmura t-elle

Finlay était tombée sur une Tekhane assez hautaine et qui était du genre un peu hostile envers la gente masculine. D'habitude Finlay aurait eu du mal, mais là c'était le genre de situation où elle pouvait parler avec aisance.

-Que fait un mâle à cette heure-ci ?
-Je raccompagne mon amie qui est sujette à de la fatigabilité et qui a trop forcée pour une première soirée. Sinon je suis une futa de Caelestis madame l'agent, souhaitez vous voir ma carte ? dit-elle avec une juste politesse.

Cela changea un peu le caractère de la représente de l'Ordre qui changea un peu son ton. Même si cela ne changeait pas la nature l'appartenance à la cité volante jouait un rôle, l'éducation des hommes en femme étant connu.

-Désolé de vous avoir dérangé, la zone est dangereuse, si vous voyez une personne dans une sorte armure noire et rouge partez et appelez-nous, cette personne est dangereuse et armée. Malheureusement nous avons peu d'informations sur elle, soyez prudentes.

-Nous nous dirigions vers le véhicule pour suivre l'ordre de se mettre à l'abri. Merci madame l'agent et bon courage.

Elles marchèrent jusqu'au véhicule qui s'était garée quelques dizaines de mètres plus loin. Finlay aida la fugitive à bien s’assoir et activa le système contre les chutes. Cela appliquait de petits champs de force pour éviter qu'un passager assoupit ne tombe, mais réduisait la vitesse à son minimum, heureusement l’hôtel n'était pas loin. La pilote demanda à sa compagne de passer ses bras autour de sa taille pour s'assurer un équilibre et démarra en douceur.

-Nous allons à l’hôtel, sauf si tu as un autre endroit où aller, cela sera mieux que de rester dehors et tu pourras te reposer un peu.

Elle avait user du tutoiement sans s'en rendre compte, mais c'était souvent le cas lorsqu'elle aidait une personne.

La conduite fut aisée, ce n'était pas la première fois que la magiologiste accompagnait une femme, elle jouait souvent le rôle de taxi sur l'archipel volante. Elle était trop concentrée sur la conduite pour remarquer la réaction de sa passagère, car il y avait du monde sur les voies volantes. Le seul bémol de Tekhos concernant les routes c'était qu'elle ne pouvait pas voltiger comme elle le souhaitait, car même avec une simple moto pouvait s’éclater. Bon, avec une passagère elle ne l'aurait pas fait, mais c'était tentant.


Journalisée
Sah'raan Ashar
Avatar
-

Messages: 39



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Août 10, 2015, 10:16:52 »

 -  Je me nomme Finlay Voelin, bien que techniquement mon corps peut être celui d'un homme je suis une futa. J'ai bien des idées pour sortir, mais avant j'aimerais savoir si vous êtes la femme que les autorités recherches. Sachez que cela ne changera pas le fait que je vais vous aider, je fini toujours ce que je commence, mais je préfère savoir. J'ai une autre question, avez-vous déjà utilisée un change-tout ? Un truc pour changer de vêtements et stocker les autres.
 -  Respectivement oui, et non.

Pas besoin de parler plus que cela, elle n'avait pas éluder volontairement la précision sur sa nature d'esprit vengeur pour ensuite lui expliquer la raison pour laquelle ce groupe de protectrice tekhane était à sa poursuite, cela n'aurait pas eut le moindre sens dans le fond. Elle, parce que oui finalement elle s'était trompée sur la nature sexuelle de la jeune femme, même si le terme ne lui faisait que peu écho, avait d'ailleurs elle-même pas enchaîner suite à la réponse des plus directes de la dame spectrale, prouvant par là que les détails ne la concernait pas, ou que, dans des termes moins prévenant, cela ne l'intéressait pas. Le résultat final en était que la Sah'raan Ashar n'avait pas à en dire plus qu'il n'en fallait, et c'était un résultat suffisamment satisfaisant pour que l'esprit s'en accommode, attendant donc du coup de voir cet objet dont elle lui avait parlé, apparemment clé de leurs possibilités de sorties, et outil technologique au demeurant inconnu dans son cas. Quand elle la vit sortir la télécommande, elle fut surprise de se dire que cela pouvait être le dit change-tout qu'elle voulait lui faire utiliser, mais dés qu'elle se mit à à en faire usage de son coté, la femme put bien comprendre que si ce fameux gadget se trouvait sous la forme d'une montre au poignet de la jeune futa, c'est bien que celui qu'elle allait lui passer se devait être de la même forme. Étrangement l'idée qu'elle puisse lui passer celui qu'elle avait au poignet ne lui avait pas effleurée l'idée, elle avait après tout tellement l'habitude de se déplacer avec pour seuls vêtements que son armure spectrale, qu'elle en avait presque oublié que les humains étaient largement capable de changer de tenue, et donc de posséder pour les plus avancés technologiquement des garde-robe portative, peut-être pas la meilleure possible, mais salvatrice dans ce genre de situations.

 -  Je vous préviens, c'est une amie qui m'a donné le change-tout, donc je ne sais pas trop ce qu'il contient.
 -  J'aimerais éviter du trop voyant en effet...

Elle n'imaginait pas les horreurs dans lesquelles elle pourrait se retrouver, si bien que quand la jeune fille alla pour faire un premier test de la machine, l'esprit ne l'en empêcha pas le moins du monde, trouvant qu'il s'agissait là d'un très bon moyen d'annulée une tenue un peu trop provocante si elle venait à apparaître dans les premiers choix de la machine. Finalement la tenue qui apparut sur la jeune demoiselle n'avait rien d'aguicheur, encore moins de provocant, et lui offrit une vision un peu candide et touchante de sa sauveuse, perdue dans un pull qui paraissait bien trop grand pour ses fines formes alors que le jean suivait parfaitement son corps. En un sens elle faisait bien plus féminine pour le coup, si bien que la femme eut l'occasion de se dire que tout devait vraiment dépendre de la manière dont la futanari se vêtissait, et peut-être était-ce d'ailleurs le but de l'amie qui lui avait offert pareil outil : Avoir la possibilité de voir cette petite Finlay dans des tenues qui siéraient plus à une jeune femme plutôt que son habit de mécano un peu étrange, style des plus androgynes et qui soulignait encore un peu plus l'ambiguïté vis-à-vis de la demoiselle. Quel dommage qu'elle s'empressa de remettre sa tenue naturelle, mais l'esprit n'allait pas lui demander de conserver perpétuellement cette habillage en sa présence juste pour le plaisir du regard indiscret, et patiente, elle attendit qu'on lui tende l'objet quand elle vit la jeune Celkhane hausser un sourcil en observant les différents voyants de l'appareil, ceux-ci transmettant surement un message, message qui d'ailleurs était complètement incompréhensible du point de vue de la femme spectrale. Encore une fois, sans même qu'elle n'ai à le demander, Finlay lui expliqua à haute voix le problème, palliant son ignorance tout en lui permettant d'éviter la gêne de demander des explications :

 -  Je recharge la batterie et vous essayerez, la tenue avec une étoile est celle que j'ai testée, rassurez vous votre tenue sera sauvegardé. Une fois changée nous sortirons d'ici. Pourriez-vous m’indiquer un prénom pour vous nommer si jamais on me demande qui vous êtes, un faux fera l'affaire vu que vous êtes chassée.
 -  Très bien, merci encore. Pour mon prénom ... Je ne donnerais de toutes manières pas le mien, en quelques cas que ce soit mais ... Utilises mon nom : Nastyr. C'est trop vieux et je n'ai eut aucun descendant, personne ne peux me reconnaître avec cela.

Elle attendit tranquillement qu'elle lui tende à nouveau l'objet, puis elle l'installa avec prudence autour de son poignet avant de l'observer avec une expression de confusion un peu particulière. La demoiselle semblait être à d'autre réflexions, si bien que si elle voulait trouver une tenue, c'était le moment, au moins elle pouvait considérer garder un minimum de pudeur si elle tombait sur quelque chose d'étrange. Elle se mit alors à faire défiler la liste de tenue, un peu surprise de la multitude de titre que ce petit objet contenait et finalement elle eut le désagréable sentiment d'être vraiment peu doué avec ce genre d'outil, les noms défilant mais la femme étant tout à fait incapable de retrouver l'étoile dont lui avait parlée la futanari. Cherchant encore un instant, elle finit par grommeler et à appuyer au hasard sur un des noms de tenues qui se trouvait parmi la liste, nommé de manière bien énigmatique *mauvaise messe* et c'est avec d'ailleurs une certaine gêne et une envie pressante de changer de tenue qu'elle se découvrit portant une tenue qu'elle aurait de manière bien subjective traitée d'horreur. Parcourant rapidement les titres à nouveau, et ayant ce coup-ci comprise comment l'amie de Finlay avait tendance à nommer ses différentes tenues, elle se mit en recherche de quelque chose qui aurait été appelé triste, sombre, sobre, et c'est alors qu'elle faisait défiler en tout hâte les noms qu'elle tomba sur l'habillage "soirée ennuyeuse". Pitié que cela marche. Elle clique de manière rapide, et voilà que cette horrible tenue de nonne aux relents de lubricité vira pour quelque chose d'uni, une robe mauve ouverte comme le pouvait l'être son armure au niveau du torse, couvrant malgré tout ses bras et ses jambes à la manière dont sa propre armure le fait, et enfin un léger détail dans les cheveux pour les nouer, ne les laissant plus s'éparpiller aux quatre vents, mais lui offrant un aspect un peu changé, surement plus "détendu".

 -  Bon allons-y, je suis prête...

Elle n'eut pas besoin de lui dire plus, étant donner que la jeune femme ne fit que couper les fils qu'elle avait installée d'un trait pour ensuite se diriger en compagnie de sa camarade vers une direction qu'elle semblait choisir avec raison, surement le lieu où se trouvait quelques transports leur permettant de s'éloigner prestement des polices et autres groupes de recherches envoyés à ses trousses. Malenna ne sut pas si c'était par sa faute, sa démarche un peu déséquilibrée ou hésitante, mais à peine avait-elle dépassée le coin de la ruelle qu'elle se firent héler par une femme en uniforme, les sourcils froncés et l'air peu avenant, leur faisant de grands signes pour leur intimer de se rapprocher rapidement d'elle. Cela ne promettait rien de bon, l'esprit sentait déjà le traquenard se former, mais alors qu'elle allait partir pour chercher un nouveau moyen de fuite, elle sentit la main de Finlay sur son bras, et son doux murmure pour l'intimée au calme.

 -  Ne panique pas et reste appuyée sur moi.
 -  Que fait un mâle dehors à cette heure-ci ?
 -  Je raccompagne mon amie qui est sujette à de la fatigabilité et qui a trop forcée pour une première soirée. Sinon je suis une futa de Caelestis madame l'agent, souhaitez vous voir ma carte ?
 -  Désolé de vous avoir dérangées, la zone est dangereuse, si vous voyez une personne dans une sorte armure noire et rouge partez et appelez-nous, cette personne est dangereuse et armée. Malheureusement nous avons peu d'informations sur elle, soyez prudentes.
 -  Nous nous dirigions vers le véhicule pour suivre l'ordre de se mettre à l'abri. Merci madame l'agent et bon courage.


Rapide, efficace, ça se voyait que la jeune demoiselle avait l'habitude de connaître les injonctions policières, elle avait eut à la fois le tact et la finesse pour régler cela en quelques instants, et de manière à ce que la policière ne fasse même pas attention à elle, ce qui était en soi un miracle étant donné que la femme de ménage qui avait dut émettre son signalement avait eut largement le temps d'apercevoir sa chevelure argentée, difficile à rater. En tout cas sitôt l'échange terminée, elles ne traînèrent pas pour rejoindre le lieu vers lequel Finlay avait fait aller ses pas, et elles arrivèrent ainsi devant un petit véhicule de déplacement aérien, un modèle que la femme jugeait bien inférieur au vu de la taille d'autres véhicules d'ailleurs, sans se douter que pour le coup ce n'était clairement pas l'apparence ou la contenance de tel ou tel engin qui allait faire sa qualité. Sur les conseils de la jeune futanari, Malenna dut relever une bonne partie de sa robe pour pouvoir s'installer, n'ayant pas bien prévue de devoir s'asseoir à califourchon en choisissant sa tenue, mais finalement elle trouva une position confortable qui lui permettait aussi de cacher au moins un minimum ses jambes. C'est ainsi qu'elle attendit que sa sauveuse s'installe elle aussi, pour une nouvelle fois écouter ses directives, et enlacer de manière assez légère sa taille, puis de manière bien plus ferme quand l'engin se mit en lévitation d'un coup, manquant de lui faire lâcher prise sur l'instant. Elle n'avait pas l'habitude de se déplacer ainsi après tout, et si elle avait eut l'occasion de ne pas le faire, elle n'aurait pas hésiter le moins du monde. Mais là elle n'avait pas le choix, et elle se laissa donc ainsi trimbaler par sa compagne de fortune, montant haut dans le ciel avant de se diriger lentement vers les grands axes, collée à Finlay, sa poitrine sur son dos, son visage près de sa nuque.

 -  Nous allons à l’hôtel, sauf si tu as un autre endroit où aller, cela sera mieux que de rester dehors et tu pourras te reposer un peu.
 -  Je n'ai pas d'autres possibilités, je te fais donc confiance pour cela.

Le vol se passait sans le moindre trouble, ce qui eut d'ailleurs le don d'interloquer la femme qui ne s'attendait clairement pas à un déplacement aussi simple alors que le rapide décollage de la machine s'était fait avec bien plus de tumulte. Finalement elle avait tout le temps d'observer les différentes zones de la plus grande ville technologique du globe depuis les hauteurs, si bien qu'en faisant ainsi elle se mit vite à comprendre la direction qu'elles prenaient, un grand immeuble avec de superbe lettre en front annonçant "Hotel" commençant à être perceptible pour des yeux humains depuis leurs positions. Elle ne savait pas trop quoi dire d'ici à ce qu'elles arrivent à destination, puis elle se rappela qu'elle était toujours aussi surprise par le sexe de la jeune demoiselle qui l'avait sauvée, une futanari c'est cela ? Elle n'en avait jamais vue, après tout sa nature l'éloignait naturellement de ce type de personne, étant donnée qu'elle châtiait les hommes pour les femmes, et du coup elle ne savait pas très bien de quoi il s'agissait. Un homme avec un sexe féminin ? Une femme avec un sexe masculin ? D'autres étrangetés qu'elle n'avait pas le don d'imaginer ? Finalement elle se perdit assez dans ses idées pour ne se focaliser que sur cette question, et c'est donc sans même réfléchir au ressenti de la personne contre laquelle elle se tenait qu'elle descendit sa main, sans la moindre arrière-pensée, et vint toucher du bout des doigts la bosse au niveau de son entre-jambe, comprenant par là que sa sauveuse était bien une personne féminine dotée d'un sexe masculin... A moins qu'elle ne se trompe encore. Et d'ailleurs comme si c'était naturel et parfaitement normal, elle ôta sa main juste après, puis vint relever le visage vers la forme juste devant elle, avant d'oser une nouvelle question, un peu directe mais presque innocente, vu son ignorance sur le sujet.

 -  Je ne comprends pas ce terme de futanari... Tu as un sexe d'homme mais tu es une femme ?
Journalisée
Finlay Voelin
E.S.P.er
-

Messages: 56


Magiologiste en herbe


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Août 11, 2015, 01:32:05 »

Finlay n'avait rien dit concernant la tenue, qui était tout autre que celle prévue, mais cela lui allait bien. La pilote faisait attention, car Nastyr ne semblait pas familière aux transports, vu sa manière de se coller contre la conductrice. Le contact ne la gênait pas et l'habitude rendait cela juste plaisant. Elle arrivait à la dernière portion de route, prenant la sortie indiqué par les panneaux holographique. Il n'y avait personne autour et cela fut une chance car la magiologiste n'avait pas remarqué la geste de sa passagère, jusqu'à ce que la main de cette dernière touche, le plus innocemment du monde, son mini-short au niveau de son petit oiseau. Finlay se raidit un peu, ce qui se traduisit par un léger écart que la pilote rétablit immédiatement, surprise par ce geste qui était rare, mais qui la fit rougir. Nastyr ne semblait pas être une perverse et elle se demandait le pourquoi de ce geste, ne songeant pas à de l'innocente curiosité jusqu'à ce qu'elle pose sa question.

-P-pas vraiment dans m-mon cas, c'est un p-peu compliqué...D-deux s-secondes, je vais ex-expliquer.

Finlay commençait à bégayer un peu. Certains la pensait imperturbable, mais la magiologiste pouvait devenir timide, ce qui ne l'empêchait pas de faire ce qu'elle avait envie. Elle prit quelques inspirations profondes pour se calmer un peu, bien que ses joues gardaient une jolie teinte, elle cherchait aussi ses mots pour ne pas dire de bêtise.

-Normalement ce terme signifie une forme d'hermaphrodisme d'une femme. Elles peuvent juste avoir un sexe d'homme, complet ou non, ou les deux sexes. Mon corps serait celui d'un homme, mais j'ai été éduquée comme une futanari et me considère comme telle. Bien sûr l'erreur est permise, mais je rectifie toujours gentiment le tir.

Elle eu juste le temps de finir de parler qu'elle arrivèrent à la barrière de l'hôtel. La pilote tendit sa carte d’identité pour entrer et le pilote automatique voulut se mettre en route faisant pousser un juron à la bricoleuse qui força le contrôle manuel pour aller se garer. Elle détestait ne pas avoir le contrôle du véhicule, car s'il y avait un accident elle saurait qu'elle était responsable. Finlay regardait un petit panneau indiquant le nombre de chambre disponibles. Seul un tiers du bâtiment était occupé, au moins elles pourront se reposer.

La présence de Nastyr ne laissait pas les portiers de marbres qui devaient trouver cette dernière ravissante. Le hall était assez vide en cette heure charnière, chose normale, et nous nous dirigions vers l'accueil où une femme, la réceptionniste, adressa un sourire à la magiologiste qui avait été reconnue. Une nuit avait suffit pour que cette femme se rappelle de son visage, c'était étonnant.

-Je vois que vous êtes en charmante compagnie mademoiselle Voelin.
-Merci, pourriez-vous faire un changement de chambre pour passer à deux personnes ?
-Bien sûr, le prix est un peu plus élevé comme vous pouvez vous en douter. Dois-je modifier votre chambre actuelle ou en prendre une autre ?
-Je préfèrerais que celle actuelle soit modifiée, cela affecte t-il ce que j'ai dedans ?
-Le système se chargera de placer vos affaires dans des valises, rassurez-vous. Vous disposerez de 40m² pour le prix d'une chambre double.
-Ce n'est pas censé est un peu plus petit ?
-Il semblerait que vous avez aidé une connaissance de la direction et cette offre n'est valable que pour une chambre double. Avez-vous d'autres questions ?
-N-non cela ira.

La personne qui lui avait conseillée cet hôtel avant son départ n'était autre que la femme qu'elle avait aidé la veille.
Le paiement fait, un double de la clé, destiné à Nastyr, fut donnée et à peine eurent-elles tourner vers l'ascenseur que Finlay se remit à parler, encore toute étonnée de cette surprise pour le moins providentielle. Cela allait lui faire faire des économies.

-Pour la chambre tu es plus familière avec un style de construction particulier, genre une pièce avec un cheminée ou autre ? Ici on peut recréer beaucoup d'intérieur pour se faire un lieu relaxant, hélas il n'y a pas le son. Cet hôtel n'est pas très cher et n'a donc pas tout.    

Elles arrivèrent bien vite à l'étage et la bricoleuse se dirigea vers la chambre, qu'elle ouvrit avec une petite pointe d'inquiétude. La salle était pour le moment blanche, divisée en trois espaces, une regroupant salon et chambre, la deuxième la salle d'eau et l'autre qui était les toilettes. Au milieu trônait une valise, la sienne.
Finlay toucha le mur droit et un panneau holographique apparut.

-Si tu souhaites un truc n'hésite pas à demander pendant que je reprogramme, tu as le droit d'avoir ton confort.


La magiologiste fit apparaitre plusieurs choses, comme une petite table, deux lits suffisamment grands pour accueillir deux personnes chacun, une penderie avec un assortiment de vêtements de nuit. Le vitre furent teintées pour que la lumière moins fortes, pouvant aller jusqu'à une noirceur totale, car le jour se levait. Voelin pensait voir ce qu'il y avait dans la montre change-tout, elle n'avait pas vu la tenue de nonne et pensait que son amie était plus sage que ce qu'elle avait imaginé.

-Tu peux enlever la montre, ta tenue restera, cela ne consomme du mana que pour le changement. Une fois les derniers changements fais ici tu pourra donner ton avis sur la salle de bains. Si tu as des questions n'hésite pas.

Si Nastyr n'avait pas connue se genre de pièce cela risquait de  lui faire tout drôle et si elle avait besoin d'aide Finlay serait là, car elle prenait conscience que ce qui est logique ou normale, ne l'était pas forcément pour sa compagne.

« Dernière édition: Août 11, 2015, 05:52:32 par Finlay Voelin » Journalisée
Sah'raan Ashar
Avatar
-

Messages: 39



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Août 11, 2015, 11:32:37 »

 -  P-pas vraiment dans m-mon cas, c'est un p-peu compliqué...D-deux s-secondes, je vais ex-expliquer, exprima t-elle, hésitante et troublée. Normalement ce terme signifie une forme d'hermaphrodisme d'une femme. Elles peuvent juste avoir un sexe d'homme, complet ou non, ou les deux sexes. Mon corps serait celui d'un homme, mais j'ai été éduquée comme une futanari et me considère comme telle. Bien sûr l'erreur est permise, mais je rectifie toujours gentiment le tir.
 -  Je vois petite demoiselle, ne t'en fais pas je ne changerais pas d'avis sur toi pour un tel détail. Une personne qui se dit femme et vit comme telle reste une de mes protégées.

En faite cela n'était pas vrai le moins du monde, l'esprit ayant normalement une vision des plus pragmatique en ce qu'il s'agissait du sexe d'un être. Soit il était masculin, soit il était féminin, mais en aucuns cas la femme ne pouvait se permettre de faire des compromis, au risque de voir sa raison d'être s'écrouler et sa manière d'agir drastiquement changer. Alors pourquoi avait-elle dit une telle chose à la jeune Celkhane ? Eh bien parce qu'elle y croyait, elle y croyait même dur comme fer en remarquant que la demoiselle avait un comportement complètement féminin, une façon de penser qui s'en rapprochait intimement, et surement l'un des caractères les plus ambigus qu'elle avait eut le droit de voir, mais qui en un sens prouvait à quelle point elle possédait cette fragilité intérieur que la femme spectrale se devait de protéger au-delà de toute chose en ce monde. Et c'est ce pour quoi elle était sure et certaine de ce qu'elle venait de prononcer. Qu'elle soit née homme ne changeait pas grand chose, elle était une adorable jeune fille qui méritait pleinement qu'elle lui promette protection, douceurs et surement quelques autres privilèges que la femme ne pouvait offrir normalement à un être masculin, telle que la possibilité de répondre à ses muets appels de douleurs et de trahison si un jour elle connaissait pareil poison. Bien sur elle ne lui espérait en aucun cas de connaître pareille souffrance, mais malgré tout elle savait que si un jour une demoiselle du nom de Finlay se retrouvait au beau milieu de la solitude, à appeler une épaule sur laquelle elle pourrait se reposer, elle serait surement là le plus rapidement possible pour y répondre. Enfin, alors qu'elle repensait toujours à l'état particulier de sa sauveuse, elles approchèrent enfin du sol à nouveau, et se posèrent, l'esprit pouvant enfin se relevée et rétablir sa tenue prudemment, à son plus grand bonheur.

Elle attendit patiemment que Finlay gare comme il faut son véhicule, et en profita pour regarder le grand bâtiment dans lequel elle allait pour la première fois apprendre ce qu'étais le repos en sécurité. En effet cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas connue cela, le fait de trouver un endroit qui supportait la présence d'un esprit et qui en plus se trouvait être sans danger pour elle ou pour ses dons spectraux, de bien nombreux prêtres et autres chasseurs de fantôme adorant truffer de piège ce genre d'écueil spirituel afin d'attraper sans trop de peine quelques "ennemis" parfois trop dangereux à capturer de front. En tout cas cela promettait d'être des plus agréable, et elle ne se fit pas attendre quand la mécano partit en direction de l'entrée, Malenna lui emboîtant le pas avec hâte pour enfin gravir les quelques marches qui menant au grand hall central du bâtiment. Il faut avouer que le regard que lui servirent les deux portiers, ou ce qu'elle assimilait comme telle, ne furent clairement pas pour lui donner envie de poursuivre sa marche, mais rejetant au plus profond de son être son dégoût pour de tels comportements, elle préféra poursuivre son chemin sans même leur adresser le plus simple des regards, se réfugiant avec hâte dans le hall, auprès de Finlay, qui elle allait droit vers la réception, à laquelle se tenait deux personnes à l'air encore endormie, ayant embaucher depuis surement peu, et une autre qui accueillit la venue de la jeune demoiselle avec un charmant sourire. Pour une fois que les gens semblait aimable alors qu'elle était dans les environs, cela eut le don de toucher l'esprit, bien plus habituée aux peurs et au désespoir. Finalement elle se posa juste à côté de la petite miss alors qu'elle engageait une discussion amusante avec cette autre femme, et Malenna osa tendre l'oreille pour écouter ce qu'elle se disait.

 -  Je vois que vous êtes en charmante compagnie mademoiselle Voelin.
 -  Merci, pourriez-vous faire un changement de chambre pour passer à deux personnes ?
 -  Bien sûr, le prix est un peu plus élevé comme vous pouvez vous en douter. Dois-je modifier votre chambre actuelle ou en prendre une autre ?
 -  Je préférerais que celle actuelle soit modifiée, cela affecte t-il ce que j'ai dedans ?
 -  Le système se chargera de placer vos affaires dans des valises, rassurez-vous. Vous disposerez de 40m² pour le prix d'une chambre double.
 -  Ce n'est pas censé est un peu plus petit ?
 -  Il semblerait que vous avez aidé une connaissance de la direction et cette offre n'est valable que pour une chambre double. Avez-vous d'autres questions ?
 -  N-non cela ira.


Pas un mot de la part du spectre qui se fit bien discrète, même quand la femme parla d'elle, et quand elle obtint le double des clés elle se permit un grand sourire de remerciement, même ci elle ne chercha pas à s'exprimer plus que cela, et en fit donc que suivre sa providentielle amie pour partir vers les ascenseurs, réfléchissant un peu à la discussion qu'elle venait d'attentivement écouter. Apparemment elle n'était pas la seule à connaître la gentillesse de cette jeune demoiselle, elle semblait en faire part à peu près toute personne qui venait le lui demander, et en un sens cela rendit le jugement de Malenna envers Finlay encore plus positif, l'esprit se demandant bien comme un jeune homme éduqué comme une membre du sexe féminin pouvait développer une telle empathie envers autrui. Elles pénétrèrent dans un large ascenseur, et Malenna laissa encore une fois la partie technique à la jeune demoiselle, attendant qu'elle ait appuyée sur les boutons permettant d'atteindre l'un des hauts étages pour l'observer à nouveau dans toute sa candeur et son élégance si particulière à cause de son androgénie. C'est à ce moment même où la Celkhane choisit de lui parler à nouveau, prenant un peu l'esprit au dépourvue étant donnée qu'elle en trouva pas la moindre réponses satisfaisantes à ce qu'elle venait de lui proposer :

 -  Pour la chambre, tu es plus familière avec un style de construction particulier, genre une pièce avec un cheminée ou autre ? Ici on peut recréer beaucoup d'intérieur pour se faire un lieu relaxant, hélas il n'y a pas le son. Cet hôtel n'est pas très cher et n'a donc pas tout.
 -  Euh je ne ... Je ne sais pas ... Je n'ai pas d'écho de goûts humains ...

Elle avait surement parler bien bas, elle ne savait même pas si sa camarade l'avait entendue, mais en tout cas elle n'eut pas de réponses si c'était le cas, les portes de l'ascenseur s'ouvrant vers un couloir relativement large, présentant relativement peu de porte, étonnant par là Malenna qui s'imaginait les hôtels avec  de bien plus nombreuses entrées, au vu du nombre de chambres nécessaires pour loger autrui, et Finlay s'engouffrant directement dans celui-ci pour se diriger vers la porte correspondante au doublon de clé que l'esprit avait reçue. Une fois celle-ci ouverte, et la femme spectrale enfin aux abords de la porte, elle put apercevoir un appartement dénué de la moindre forme de décoration, et c'est avec une grande surprise encore qu'elle vit la petite demoiselle faire apparaître un énorme panneau holographique sur le mur, laissant entendre par la-même pour l'esprit qu'elle n'avait décidément ni les connaissances, ni la nature raciale lui permettant de comprendre la plus petite once de technologie. Finalement, entrant lentement et avec un certain doute sur le lieu qu'elle était en train de fouler, elle posa les clés sur la seule petite table sans grand intérêt qu'elle croisa, et rejoint encore une fois la forme vivante et agréable de sa sauveuse, sans un mot, se demandant si elle aurait l'honneur de quelques explications, ou si elle allait simplement accepter toutes ces "scientifiqueries" inconcevable pour elle le temps de s'y habituer et de découvrir leur fonctionnement par l'expérience. Ses yeux se posant sur le panneau que commençait déjà à tripatouiller la mécano, elle essaya de retenir l'enchaînement de boutons que celle-ci utilisait pour faire marcher le lieu holographique, si bien que quand Finlay éleva la voix, elle mit un instant à comprendre ce qu'elle venait de lui dire et fut encore plus étonnée de sa réponse, quasi-immédiate.

 -  Si tu souhaites un truc n'hésite pas à demander pendant que je reprogramme, tu as le droit d'avoir ton confort.
 -  Du ... du bois. Des murs ou un sol en bois... Pardon je ne sais pas pourquoi je dis ça, être sans mes pouvoirs me rend particulièrement incompréhensible et faible...

La chaleur du soleil naissant disparut derrière les protections que mit Finlay aux fenêtres, et c'est avec une joie particulière que l'esprit accueillit ce changement d'atmosphère, se posant enfin dans un milieu qui lui était profitable et agréable, si bien qu'elle observa encore un instant les lentes fentes d'ombres voiler le décor de la ville jusqu'à ce que Tehkos Metropolis disparaisse de son champ de vision dans la pénombre de l'appartement. C'est alors que Finlay s'exprima à nouveau, et que la femme se tourna de nouveau vers elle, avec ce coup-ci un léger mais élégant sourire qui était apparue sur son visage, signe que le changement de luminosité lui avait clairement fait le plus grand bien, en plus de lui offrir les capacités de se régénérer de manière bien plus efficace !

 -  Tu peux enlever la montre, ta tenue restera, cela ne consomme du mana que pour le changement. Une fois les derniers changements fais ici tu pourra donner ton avis sur la salle de bains. Si tu as des questions n'hésite pas.
 -  Je vois, voudrais-tu récupérer la montre alors ? Sinon pour les questions, je dois t'avouer que je vais me contenter d'observer, si bien que je ne vais en avoir que quelques-unes bien plus personnelles. Par exemple, que vas-tu faire maintenant ? Tu viens d'aider quelqu'un qui est considérée par les police tekhane comme une criminelle, déjà que ta nature portes à confusion. Cela n'est-il pas dangereux pour toi ?

Se relâchant d'ailleurs, tout le stress accumulée par son état s'évaporant d'un coup, elle semblait d'un coup plus naturelle, moins dure, presque plus humaines dans la façon d'agir, encore plus quand la mécanicienne put voir la femme se laisser aller à un peu de repos volontairement visible, quand elle vint soudainement se diriger vers un lit pour s'asseoir tandis qu'elle lui parlait encore. Une fois assise d'ailleurs, elle eut une envie terrible de passer directement à la station allongée, dans l'espoir de connaître enfin une pleine relaxation, mais de manière à ne pas être impolie envers sa sauveuse, elle se tint bien droit une fois son séant trouvé, l'observant avec un franc sourire et enfin un impression de douceur et de légèreté que l'on pourrait croire tout à fait impossible de sa part étant donné les réactions qu'elle avait eut plus tôt en pleine ville, sans parler de son aspect naturel terrifiant. Enfin, elle finit de poser ses questions alors que ses mains se perdaient légèrement sur le tissu doux et agréable qui se trouvait sous elle, et elle se surprit même à sentir ses pensées s'égarer vers son envie d'un repos "humain", d'une sensation pleinement vivante qu'elle pourrait ressentir étant donner son état actuel, privée de pouvoirs et de dons spectraux. Et c'est en s'en rendant compte qu'une dernière pensée lui vint à l'esprit, une question bien étrange pour la femme, une question qui ne lui aurait surement jamais venue à l'esprit si elle n'avait pas atteint un stade humain à cause de la purification, mais dont elle eut pleinement envie de poser à la jeune demoiselle qui se tenait peu loin d'elle. Ainsi, sans même attendre que la mécano ne réponde à ses premières questions, elle posa la dernière qui venait de lui traverser l'esprit, se relevant même pour tourner sur elle-même, cherchant un moyen de la dire sans paraître étrange, ce qui était déjà bizarre en soi.

 -  Oh et je n'ai sut te dire merci pour cet habit d'ailleurs. Encore une fois, merci, mais j'aimerais savoir : Qu'en dis-tu ? Ou comment me trouves-tu ? Je ne sais pas comment exprimer cela...
Journalisée
Finlay Voelin
E.S.P.er
-

Messages: 56


Magiologiste en herbe


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Août 12, 2015, 12:20:55 »

Il ne fallait pas être sortie de l'école pour voir que la technologie n'était pas très connus de son invitée, elle devait venir de la partie moyenâgeuse de Terra alors tout cela devait lui paraitre bien compliqué. Nastyr semblait curieuse, elle regardait par dessus l'épaule de la bricoleuse, cette dernière modifia un peu l'affichage pour que cela soit un peu plus compréhensible, mettant des icônes pour chaque type d'objet et un petit visuel à côté.
Elle-même avait apprit à l'utiliser de cette façon avec sa mère, ce n'était pas pour infantiliser sa compagne, mais peut-être lui permettre d'essayer. Les lits se drapèrent automatiquement du nécessaire, la douceur n'égalait pas la soie, mais devait semblait la même pour une habitante de Nexus ou d'Ashnard.
Lorsque l'esprit indiqua l'envie de faire du bois ce qu'elle rajouta derrière fit gentiment rire Finlay. Si la fugitive avait l'habitude de fuir, de combattre, sans prendre le temps de se poser il était naturelle qu'elle se sente vulnérable, elle-même ressentait ce sentiment de temps en temps.

-Tu n'as pas à t'excuser, j'ai moi-même des moment où je suis pareil. Partons pour du bois donc. Pour modifier un truc tu pose ton doigt sur le symbole à côté de l'image de ce que tu recherche, là une série d'images apparait et tu sélectionne ce qui t"intéresse. Si  un objet n'est pas présent il sera créé. Sur la droite tu as le plan, cela permet de bouger les objets, sauf ceux en rouge qui ne bougeront pas.


Pour montrer cela ses mains glissèrent sur la droite du panneau pour faire bouger un peu la table, puis elle passa, le sol se recouvrit d'un bon parquet tiède en un instant, la sensation avait changée d'un coup. Finlay espérait que cela n'effrayerait pas son invitée. Les murs prirent un aspect bois également, Finlay se permit de mettre le même type sol et mur dans la salle de bains où elle y fera couler un bon bain plus tard.
La bricoleuse remarqua que l'obscurité convenait plus à Nastyr que la lumière, était-elle ce genre d'esprit à avoir besoin de certaines conditions de vie particulières ? Peut-être, mais cela aurait été impolie de demander. En tout cas elle avait un doux sourire qui était très agréable et embellissait son visage. Finlay lui sourit en répondant à sa question, son inquiétude peut-être, quand au fait de l'avoir aider. Elle remit la montre à son poignet pendant ce temps.

-Bien sûr que cela peut être dangereux, mais quand une personne est dans le besoin je ne peux pas la laisser et une fois que j'aide une personne cela est à cent pourcent. Si la police me demande je dirais simplement un demi mensonge en disant que nous étions devenus amie plus tôt et que tu étais sous le coup de la fatigue pendant quelques minutes. Comme cela sera mon premier pépin avec la loi j'éviterais la prison et cela ne sera pas marqué. Au pire je ferais du travail d'intérêt général ou bosserait gratuitement pour quelqu'un un certains temps, mais comme je suis du genre à déborder d'énergie cela ne me posera pas de problème.

Le dernière question déstabilisa un peu Finlay. Si elle avait un certain gout esthétique en matière de vêtement, donner son avis était toujours un peu compliqué pour la mécano car un mot de travers pouvait foutre en rogne la personne en face. Nastyr avait bien choisit ses habits, cela lui donnait une certaine classe et elle était belle, difficile de croire qu'elle pouvait faire du mal ou être aussi dangereuse que les autorités présumaient. C'était d'autant plus frappant qu'elle ne portait pas de maquillage, une beauté naturelle comme il est rare de voir en dehors des citées tekhanes et celkanes.

-Ce-cela te vas très bien. Mais tu es aussi une femme très jolie.

Finlay ne savait pas si son invitée avait l'habitude de recevoir ce genre de mots. Elle enviait aussi un peu la fugitive qui avait de jolies formes, comme une jeune adolescente envierait une femme plus âgée. Finlay pouvait avoir de petits moments où elle désirait avoir un corps plus féminins, mais c'était normal quand on avait vécu dans un milieu dominé par la gente féminine. Cependant être une futa avait aussi ses avantages.

-Souhaites-tu prendre un bain ou te reposer un peu avant ? Si tu veux passer la première je peux attendre, avoir un peu de sueur pendant quelques temps ne me gêne pas. Je peux te montrer comment cela marche si tu veux.

Finlay était du genre à patienter pour se décrasser, car elle avait toujours un truc à faire, mais elle n'irait pas en cour ou au boulot sale. Être une bricoleuse ne veux pas dire être négligente sur son hygiène. Elle ne savait pas si Nystar pouvait prendre une douche, ni ses habitudes. Elle avait l'habitude des bains et des douches seule, même s'il y avait une autre personnes, c'était chacun son tour, mais chez quelques adolescentes venant de l'extérieure c'était deux par deux afin d'économiser l'eau. La magiologiste trouvait cela gênant, mais ne disait rien ,car elles avaient connus un autre mode vie, moins luxueux selon elles. Oui pour certains les bains et douches étaient un luxe, alors qu'il était commun ici. Cet accès à l'eau pouvait créer des tensions au début, car nous passions pour des nobles selon certains, heureusement cela se calmait assez vite et les femmes venant de l'extérieur se faisaient vite à cette nouvelle vie.

En tout cas Finlay était sûr que son invitée serait surprise par la taille de la baignoire, elle pouvait largement s'y allonger dedans, elle pouvait accueillir une personne de deux mètres cinquante, taille maximal recensé à Tekhos, les hôtels devaient donc fournir un modèle de cette taille. Finlay l'avait prise que pour le plaisir de pouvoir s'y immerger et avoir de la place. Quand elle pourra se payer un appartement plus grand, un grand lit et une grande baignoire seront un truc à marchander avec la proprio.

« Dernière édition: Août 12, 2015, 12:44:26 par Finlay Voelin » Journalisée
Sah'raan Ashar
Avatar
-

Messages: 39



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Août 13, 2015, 05:42:33 »

 - Bien sûr que cela peut être dangereux, mais quand une personne est dans le besoin je ne peux pas la laisser et une fois que j'aide une personne cela est à cent pour cent. Si la police me demande je dirais simplement un demi mensonge en disant que nous étions devenus amie plus tôt et que tu étais sous le coup de la fatigue pendant quelques minutes. Comme cela sera mon premier pépin avec la loi j'éviterais la prison et cela ne sera pas marqué. Au pire je ferais du travail d'intérêt général ou bosserait gratuitement pour quelqu'un un certains temps, mais comme je suis du genre à déborder d'énergie cela ne me posera pas de problème.

Aaaah la justice humaine, tellement plus partiale que celle des esprits. Dans le fond cela put clairement rassurer la femme qui considérait jusqu'ici la possibilité d'une peine bien plus grave pour cette jeune demoiselle qui avait oser lui tendre une main des plus secourables, et de savoir que celle-ci pouvait simplement s'en sortir avec un peu plus de travail supplémentaire lui offrit presque l'occasion de laisser sortir de ses lèvres un soupir de soulagement. Enfin, tout en observant cette jeune femme qui étais aller dans quelques explications juridiques, elle se mit à imaginer ce que pourrait valoir une telle traîtrise au code spectrale, et quand elle se mit à imaginer les possibles sentences, allant de la simple destruction à l'annihilation complète de la source d'âme, ce qui permettait en toute logique à un esprit de rester immatériel en ce monde constituer uniquement de matière, elle se reprit à avoir envie de souffler son soulagement, ce qu'elle ne fit pas encore une fois pour ne pas faire croire à sa camarade qu'elle puisse exprimer une lassitude envers ses explications. Dans le fond les choses se présentaient assez bien pour la futanari, malgré son choix un peu osé vis-à-vis d'elle, ne restait donc à la demoiselle que de faire attention à ses propres problèmes, à savoir d'éviter de se faire maladroitement attraper par les autorités alors qu'elle avait enfin atteint un lieu de recueil, et donc d'attendre qu'elle soit en pleine capacité de ses moyens pour repartir, invisible, introuvable, indétectable, et encore plus prudente qu'autrefois. D'ici là, elle allait jouer l'humaine, l'entité la plus classique de ce monde, la moins dangereuse, et aussi la moins suspicieuse, et en ce sens elle s'en sortait pour l'instant assez bien, surtout depuis qu'elle avait put découvrir à quel point sa coquetterie cachée pouvait lui servir à tromper les membres, féminins ou masculins, de cette race de Terra.

 -  Ce-cela te vas très bien. Mais tu es aussi une femme très jolie.
 -  Me dire femme est un peu avancé, dans le fond je ne suis qu'un esprit doté d'une telle apparence. Mais... Je te remercie franchement pour ce compliment, heureuse que ça puisse plaire à ma sauveuse.

Elle était très loin d'être habituée à ce genre de propos, et même il fallait être honnête, elle était très loin d'attendre de pareils termes de la part d'autrui, l'apparence n'ayant en tant que tel aucune raison pour la femme, et même, pouvant normalement plutôt la blesser, l'esprit détestant la futilité avec laquelle un être féminin pouvait être considérée par ses semblables. Pourtant dans le cas présent, elle avait vraiment appréciée les propos de la jeune demoiselle. Peut-être était-ce parce qu'elle considérait Finlay comme une personne pure, une personne naturellement candide, et donc que ses mots ne se trouvaient pas entachés par la vilenie naturelle que l'esprit voyait en tout homme, mais en tout cas quand elle lui offrit son compliment elle ne put s'empêcher de laisser apparaître sur son visage un sourire clair et rayonnant, expression de tout son plaisir à l'écoute de sa voix, et du sens qui s'y était glissé. En fait, de la manière la plus honnête possible, ce n'était pas vraiment exact, elle était surtout des plus flattée qu'on puisse la considérer comme belle, peut-être même qu'un être matériel puisse même la considérer comme une femme, étant donné qu'elle-même ne se voyait pas plus que comme un monstre vengeur qui ne faisait que son devoir. Mais de là à ce qu'un esprit soit honnête avec autrui et lui-même, il y avait un grand, très grand pas qui était clairement bien compliqué à franchir pour une personne comme Malenna, destinée à défendre, par le mensonge, son identité même, pour ne pas risquer de perdre le moindre de ses pouvoirs. Enfin tout ça lui permit de se rasseoir sur le lit suite à son exhibition avec une joie notable, marquée sur son visage par une expression sereine, décontractée, qui contrastait définitivement avec la mine peu amène, même sévère, avec laquelle Finlay avait put la découvrir plus tôt dans la ruelle.

 -  Souhaites-tu prendre un bain ou te reposer un peu avant ? Si tu veux passer la première je peux attendre, avoir un peu de sueur pendant quelques temps ne me gêne pas. Je peux te montrer comment cela marche si tu veux.
 -  Hum ? Oh je... Eh bien ...

Un...bain ? Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas à nouveau connue la caresses de l'eau sur sa peau, pour de nombreuses raisons, certaines toutes compréhensibles, et d'autres concernant avant tout quelques soucis bien naturels pour d'autres, mais qu'elle n'avait jamais testée par prudence. Un exemple simple était peut-être le fait que nombres d'esprits ne supportent pas l'eau vive, et se retrouve facilement effacés par les courants qui traversent les terres de la grande Terra, obligeant ainsi la grande majorité d'entre eux à parcourir les ponts et autres gués afin d'être sur de ne pas connaître une annihilation malencontreuse. Dans le cas de Malenna, elle n'avait tout simplement jamais essayée de traverser un fleuve ou un cours d'eau à pied, et elle ne savait pas du tout l'effet sur son être si elle tentait soudainement de s'immerger dans un bac d'eau, qu'il soit naturel, comme un lac fermé ou une mer isolée dans les terres, si bien que l'invitation de la jeune demoiselle devenait à la fois une possibilité de vérifier pareil contact, mais aussi un risque qu'elle avait du mal à prendre alors qu'elle était au plus bas de sa forme, de nombreux êtres spectraux préférant ne jamais essayer de s'approcher de l'eau par simple crainte. Le seul soucis dans tout cela, c'est qu'elle ne voulait pas non plus se faire voir comme une souillon auprès de la jeune femme à ses cotés, et si elle avait en effet atteint un stade matériel en se retrouvait démunie de sa nature spectrale par sa faiblesse énergétique, elle ne pouvait pas invoquer le fait qu'étant immatérielle, elle n'était pas sujette à la crasse et autres saletés. En résumé, elle se retrouvait face à un dilemme des plus gênants, et alors qu'elle remarquait que son air de doute était en train de s'éterniser sans raison valable pour sa camarade de chambrée, elle prit son courage à deux mains pour tenter de trouver une explication valable :

 -  Eh bien je .... Enfin je ne sais pas comment dire ça ... Disons que je, enfin, je n'aime pas..., elle prit une grande inspiration pour essayer de calmer un peu ses doutes et d'exprimer clairement ses propos. Je ne suis pas... je ne sais pas comment ça marche et ... Je n'en ai pas tant besoin que ça, tu sais ? Enfin, c'est que...

Elle se mit à rougir en baissant le visage, se trouvant bien ridicule à chercher quelques hypothétiques explications afin de faire comprendre à la jeune demoiselle qu'elle était en train de la tirer vers une potentielle faiblesse qui risquait d'être gravissime pour elle vu son état actuel. Mais après tout ne pouvait-elle pas tout simplement lui dire la vérité ? Après tout Finlay l'avait aidée, lui avait offert un endroit où se reposer et semblait même agir envers comme avec quelqu'un de normal, ce que n'était clairement pas l'esprit vengeur... Alors pourquoi lui cacher cela ? Se tournant lentement vers elle, observant avec encore un peu de crainte dans le regard vis-à-vis de la potentielle réaction de la jeune demoiselle, elle finit par s'éclaircir la gorge, et avant que la futanari ne s'exprime sur ce qu'elle avait entendue de la part de Malenna, elle éleva de nouveau la voix, mais ce coup-ci en laissant entendre le léger tremblement de voix qui caractérisait sa situation peu enviable en rapport avec la future baignade :

 -  En fait je... J'ai peur de l'eau. Nombres d'esprits ont peur... très peur de l'eau. Et je ne suis pas différente. Je ne sais pas ce que je risque... si j'essaye de me baigner.

Elle baissait les yeux vers le sol, rouge de gêne.
Journalisée
Finlay Voelin
E.S.P.er
-

Messages: 56


Magiologiste en herbe


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Août 14, 2015, 01:01:34 »

La réaction de Nastyr étonna au début Finlay. C'était la première fois qu'une personne agissait ainsi à la mention d'un bain. elle se demandait ce qui n'allait pas, après tout même les gens moyenâgeux en prenaient, bon souvent dans l'eau froid d'une rivière, car l'eau bien chaude valait un certain montant que tous ne pouvait se payer. Était-ce là le problème ? Apparemment non car l'esprit rajouta autre chose qui afficha un léger sourire sur le visage de la mécano. Elle ressemblait à ses personnes que n'apprécient pas le moment du décrassage et qui font tout pour y échapper, ce qui ne serait pas le cas. Oui Finlay c'était trompée dans l'interprétation de ses mots et souhaitait intervenir, malheureusement elle n’eut pas l'occasion car Nastyr se lança dans une autre explication, beaucoup plus sérieuse cette fois-ci. Ce qui mit un peu Finlay mal à l'aise. La crainte était facilement audible pour la magiologiste, c'était une chose qu'elle avait déjà entendu à plusieurs reprises avec ses camarades de classe sur des peurs d'autres natures.

-Désolé, je ne savais pas que tu étais en quelque sorte aquaphobe, c'est la peur de l'eau en générale.

Son embarra était assez visible et intérieurement elle se disait qu'elle avait fait une grosse boulette sans le vouloir. Elle réfléchissait à une solution pour qu'elle puisse se laver, quitte à lui faire une toilette de chat, si elle ne craignait pas d'être mouillée. Bon sang, ce n'était pas facile quand une personne avait des craintes de ce genre qui lui privait d'une partie des choses qui étaient communes pour une Celkhane.
Elle avait aidé une fois à calmer une  personne prise de panique, ce genre de peur n'était pas à prendre à la légère. Finlay avait pleins d'idées en tête, mais elles imposaient presque toutes une confrontation avec ledit élément. Il restait bien la toilette de chat, mais c'était un peu gênant. Imaginer une inconnue nue était beaucoup plus...c'était plus perturbant que d'imaginer une amie et cela n'était que de l'imagination. Avec le sport et la natation il n'était pas rare de voir une femme en tenue d'Eve dans le vestiaire, mais c'était des connaissances. Finlay se rendait compte qu'elle s'égarait un peu et agita sa tête pour chasser ses pensées. Elle avait bien choisit son moment pour rêvasser.

-J'ai de petites idées, qui comporte peu de risques, mais cela peut te demander du courage. Je ne te forcerais pas et si tu sens que cela est au-dessus de tes forces n'hésite pas à le dire. Je resterais à côté de toi, d'accord ?
dit-elle d'un ton rassurant.

Voelin lui expliqua la première idée. Il s'agissait de lui faire tremper un pied, voire deux, dans des bassines qui seront de plus en plus remplit jusqu'à un volume de deux litres. Ceci était pour déterminé si c'était l'eau ou la quantité qui provoquait la peur, cela pourrait aussi la rassurer un peu vis-à-vis de sa crainte. La magiologiste indiqua qu'elle enroulera un petit fil d'araignée pour lever ses jambes, dans le cas où elle n'en serait pas suite au contact avec l'eau.
La deuxième idée exposée était un peu plus...bourrin dirons-nous. Nastyr s’installerait dans la baignoire tranquillement et  l'eau coulerait doucement depuis la pommeau de douche posée contre le fond. Le niveau montera donc doucement avec un très léger courant, le temps de remplissage. Finlay lui tiendra la main et aura mit des fils  au niveau de ses genoux et coudes pour la sortir du bain si cela venait à être trop éprouvant. La magiologiste avait bien songé à être dans le bain en même temps , mais n'avait donnée cette information car c'était trop gênant de son point de vue. Déjà la voir nue la fera rougir, si elle choisissait cette option.
Le troisième choix était un lavage au gant de toilette, mais Finlay indiquait qu'elle préférait tester d'abord les deux autres solutions, si Nastyr s'en sentait capable, bien sûr.

Elle précisa que si elle voulait tenter les bassines avant le bain cela ne serait pas un problème. Elles avaient le temps. Oui la mécano avait oubliée la raison de la venue de son invitée dans la chambre et se concentrait sur la peur qu'elle avait à la place. Le jour où vous verrez Finlay faire deux choses en même temps c'est qu'elle aura été incapable de trancher sur l'importance des deux choses en question.

-Si je peux faire une chose pour t'aider n'hésite pas à le dire, je le ferais, dans la mesure de mes moyens. Mais si tu peux avoir moins peur après cela t'ôtera un poids, cela j'en suis certaine.


Pas de moquerie, mais une volonté sincère de l'aider, comme dans la ruelle. Elle avait une gentillesse justement dosée. Malgré son air assez serein elle ne savait pas trop comment traiter la chose, mais elle faisait de son mieux. Elle espérait que cela marcherait.
« Dernière édition: Août 14, 2015, 01:24:05 par Finlay Voelin » Journalisée
Sah'raan Ashar
Avatar
-

Messages: 39



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Août 15, 2015, 11:52:47 »

Il était évident que son comportement n'était pas digne d'un spectre de son niveau, et cela se ressentait dans l'expression que lui servie sa jeune sauveuse à mesure qu'elle s'était embourbée dans ses précédentes explications, une expression de surprise ou d'incrédulité, preuve qu'elle cherchait à la fois à voiler ses faiblesses comme n'importe quel être vivant, mais que surtout... Elle en possédait, des faiblesses, chose qui restait inacceptable pour l'esprit, et apparemment bien surprenant pour la Celkhane. Finalement elle avait même une boule au ventre rien qu'à l'idée qu'elle avait put, de manière complètement idiote et précipitée, avouer à une jeune femme parfaitement matérielle qu'elle possédait une faiblesse aussi banal que celle de l'eau, et que celle-ci pouvait la mettre grandement en danger. Mais encore, ceci n'était pas tout à fait exact, parce que le pire n'était pas qu'elle était faible face à cet élément aquatique, mais qu'elle en était terrifiée parce qu'elle ne voulait pas être affaiblie ou blessée par cet élément, et cela était si fort que son comportement de fière dame vengeresse en prenait un sévère coup, ce qu'elle n'aurait normalement jamais put accepter. Décidément, la jeune Finlay doit faire face à un spectacle que personne n'a eut le droit d'observer en de nombreuses décennies, et ce n'est peut-être pas une chance que d'en avoir eut le droit, par contre c'est surement l'occasion pour elle de prouver à nouveau sa bonté de coeur, car là où l'esprit aurait bien vu une race matérielle prouver à nouveau sa perfidie en jouant de cette faiblesse pour la faire chanter, elle entendit la paradoxale voix de la futanari s'élever dans l'air pour s'adresser à elle, mais sans moquerie, sans avis des plus railleurs sur la question, sans provocations ni bêtises de la même sorte, bien au contraire : Elle cherchait surement à la rassurée plus qu'autre chose.

 -  Désolé, je ne savais pas que tu étais en quelque sorte aquaphobe, c'est la peur de l'eau en générale.
 -  N-non voyons ne t'excuses pas c'est tout à fait normal voyons. Tu ne pouvais pas savoir pour cela, il en faut beaucoup normalement pour qu'un esprit ne parle de ses faiblesses, alors je vois mal comment je pourrais te demander des excuses à ce propos.

Et bravo voilà qu'elle venait de mettre sa sauveuse et camarade de chambrée mal à l'aise, félicitation Malenna, finalement agir comme une humaine n'était vraiment pas fait pour toi, et si il suffit que tu laisses un peu couler ta vigilance pour finalement rendre les gens autour de toi soit désireux de te faire connaître les pires vilenies possibles, soit de s'excuser pour un mal inexistant qu'ils auraient put te faire connaitre, alors autant que tu continue à garder ton air d'esprit supérieur et évite de poser plus de problèmes à la pauvre Finlay qui ne cherche qu'à t'aider dans le fond. Ah elle n'aimait décidément pas comment les choses se passaient mais ne voyait pas le moindre moyen pour rendre l'atmosphère un peu plus agréable, un peu plus joyeuse pour toute deux, si bien que baissant la tête, elle se mit à faire instinctivement l'inventaire des autres soucis qu'elles pourraient rencontrer vis-à-vis de sa nature spectrale, cherchant dés lors un moyen de les voiler dés que le moment sera venu. C'était peut-être un peu lâche de procéder ainsi, mais au moins elle ne risquait pas de rendre sa camarade encore un peu plus gênée par une maladresse qui ne provenait même pas d'elle, et ainsi les choses avaient de bien meilleures chances de se dérouler sous de bien meilleurs hospices, sans qu'elles ne finissent par ne plus être capable de se regarder dans les yeux sous le coup de la timidité,  voir de la honte. Mais alors que l'esprit, elle, tentait de s'écarter le plus possible des éléments gênants de sa personnalité, Finlay procédait à une réflexion toute inverse dans sa propre boîte crânienne, si bien que quand la femme voulut de nouveau discuter avec la jeune demoiselle pour lui dire de laisser tomber cette histoire et de ne pas faire plus attention à son soucis avec l'eau, elle entendit la mécanicienne prendre les devants, et mettre un bien honnête coup de pied en plein dans la fourmilière :

 - J'ai de petites idées, qui comporte peu de risques, mais cela peut te demander du courage. Je ne te forcerais pas et si tu sens que cela est au-dessus de tes forces n'hésite pas à le dire. Je resterais à côté de toi, d'accord ?
 -  Euh je .... Je ne sais pas je ... Eh bien, je sais que je peux te faire confiance mais ..., elle avait bien du mal à se décider, puis finalement se résigna, elle ne pouvait pas y manquer dans le fond. Je... Je t'écoutes vas-y, peut-être qu'une solution me parlera.

Elle se tut le temps que la jeune demoiselle lui expliques les différentes idées qu'elle avait eut en tête, et malheureusement pour elle toute allait comporter une part de danger non négligeable, si bien que la femme ne sut pas trop quoi dire pour tenter de faire varier un peu les décisions de sa camarade, tout en sachant bien que même si elle arrivait à la convaincre d'une quelconque manière, elle était destinée à se retrouver finalement dans un bac d'eau plus ou moins chaude dans un temps indéfini, et qu'il était ainsi peut-être plus sage d'essayer ici pour avoir enfin connaissance des effets du liquide sur son corps. Graduellement elle sentit que son "amie" avait des raisons d'insister, et ces raisons étaient parfaitement logique et responsables, si bien que l'esprit finit par se lever du lit pour se redresser face à sa camarade, tandis que celle-ci continuait ses explications sur un ton parfois gêné, parfois touchant, mais toujours empreint de cette douceur et de cette bienveillance qui la caractérisait, faisant encore une fois comprendre à la femme vengeresse à quelle point elle avait eut de la chance de tomber sur une telle âme charitable. Quand Finlay d'ailleurs eut finit, Malenna prit le temps qu'il fallait pour repasser en tête ses propositions, afin d'en chercher une qui lui permettrait de voir réellement si elle était réellement en danger au contact de l'eau, et elle ne vit dans le fond pas d'autres solutions que celle de se laisser peu à peu immerger dans la baignoire, jusqu'à avoir de l'eau jusqu'au cou, au moins. Cela allait l'obliger à grandement prendre sur elle mais elle n'avait pas vraiment le choix n'est-ce-pas ? En tout cas elle s'avança un peu vers la futanari et alors que celle-ci s'exprima une dernière fois pour tenter d'offrir un peu de réconfort et de courage à ce spectre qui lui faisait face, elle lui répondit avec un grand sourire.

 -  Si je peux faire une chose pour t'aider n'hésite pas à le dire, je le ferais, dans la mesure de mes moyens. Mais si tu peux avoir moins peur après cela t'ôtera un poids, cela j'en suis certaine.
 -  Je le sais, merci Finlay. Je.. Je vais essayer mais je veux bien que tu m'aide un minimum, au moins pour faire marcher tout ce matériel. Tu veux bien m'aider mon... amie ?

Oui cela avait été un peu compliquée d'être aussi franche, mais elle avait bien compris qu'elle pouvait considérer la jeune fille comme son amie. Amie dont elle attendis d'ailleurs l'accord pour finalement choisir de la suivre jusqu'à la salle de bain, qu'elle observa avec précision pour en comprendre les moindres détails, et honnêtement aussi pour avoir une vision de ce à quoi elle pourra s'accrocher pour fuir rapidement hors de l'eau si elle risque à un moment quoi que ce soit à cause de l'élément aqueux. D'un coté du mur, un ou deux meubles de rangements contenant des produits de beautés ou de soins, ainsi que les serviettes et autres gants permettant de se frotter de manière efficaces une fois dans l'eau et hors de l'eau. De l'autre coté, un large lavabo muni d'un miroir relativement haut et large devant lequel elle passa d'ailleurs la main pour vérifier si elle avait toujours sa nature humaine plus que spectrale, ses pouvoirs ayant reçus la purification de plus tôt et n'ayant, selon Malenna, pas encore eut le temps de se régénérer. D'ailleurs le résultat fut sans appel, étant donné qu'elle vit immédiatement le reflet de sa main dans le miroir, preuve qu'elle était toujours plus matérielle qu'immatérielle, malheureusement pour elle et sa nature. Enfin, dans le fond de la pièce, en vis-à-vis de la porte, se trouvant une large, longue, et profonde baignoire, à coté de laquelle se trouvait Finlay qui commençait à bidouiller elle ne savait quoi pour faire couler l'eau. En attendant, Malenna prit le temps d'observer sa tenue pour voir comment l'enlever, et finit par trouver la fermeture à son col et dans son dos, débloquant l'une puis l'autre pour enfin faire glisser la tenue de ses épaules, puis sur ses hanches, avant que celle-ci ne vienne s'échouer sur le sol avec un bruit léger et sourd. Elle était parfaitement nue, et pas gênée la moins du monde, après tout ce n'était qu'un corps...

... Mais qui sait comment pouvait réagir la futanari ? Ça malheureusement elle n'y avait pas pensée.
Journalisée
Finlay Voelin
E.S.P.er
-

Messages: 56


Magiologiste en herbe


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Mai 26, 2016, 07:50:34 »

-HJ- Réponse un peu plus courte, mais uqe j'espère suffisante pour continuer, n'hésite pas à me mp si cela n'est pas le cas ^^ -HJ-

Le mot amie lui avait été difficile à dire, était-elle plus du genre solitaire ou alors est-ce qu'elle se mettait si souvent dans le pétrin qu'elle n'avait pas l'occasion de les préserver. Cela pouvait être aussi sa nature très particulière qui lui empêchait cela. En tout cas cela lui fit plaisir d'entendre cela et elle se leva pour aller vers la salle de bain en faisant petit signe de la tête pour convier son invitée de la suivre.

La salle de bain n'avait rien d'exceptionnel en soit, si ce n'est la baignoire, bien plus grande que ce qu'elle utilisait d'ordinaire avec beaucoup plus d'option. Finlay se promit de remercier sa cliente la prochaine fois qu'elle passerait la voir, car c'était un sacré cadeau au vu de ce qu'elle pensait être une simple réparation. Elle découvrir qu'il y avait une option pour vider le bain immédiatement, chose qu'elle n'avait encore pas testé, mais qui arrangeait beaucoup ses affaires pour aider Nastyr. Son pouvoir ne sera pas tant utile que cela, dommage elle avait déjà songé à un système pour relever la belle en cas de pépin, mais cela serai moins rapide qu'un vidage instantané, donc plus traumatisant.
Elle pianota sur le petit écran holographique, prenait une température un peu chaude pour détendre Nastyr si cela se passais bien et peut-être lui faire découvrir le plaisir d'une eau chauffé. À l'extérieur de la ville il était assez difficile d'en avoir, à moins de payer assez chèrement un service à prix modéré ici et sur Cealestis.

Elle entendit le bruit caractéristique de l'habit venant choir sur le sol, Finlay tourna tout naturellement la tête pensant trouver Nastyr en petite tenue, bon avec la poitrine visible vu la tenue, et devient un peu pivoine en voyant que son amie était totalement nue sous la tenue. Elle allait devoir en parler à celle qui lui avait prêter le change-tout pour au moins mettre un sigle car si cela ne semblait pas gêner la fugitive il en était un peu autrement pour la magiologiste qui retourna un peu vite la tête pour finir les réglages.

-D-désolé. C-cela sera bientôt prêt.

Bon il y avait aussi une autre raison à sa réaction, c'était la beauté de Nastyr qui n'avait rien à envier aux autres femmes qu'elle avait rencontré et cela s'était vu de manière plus perceptible sans ses atours. Le bain eu un léger fond d'eau de deux centimètres à peine, la raison était de voir si cela allait causer un problème. Finlay remit rapidement ses idées en place et se tourna vers Nastyr, non sans garder une certaine couleur. Cela ne gênait pas avec des amies avec qui elle avait passé un temps mais l'amitié était encore trop jeune avec Nastyr pour que la gêne ne soit pas présente. Elle mit une serviette à ses côté des fois qu'il faille la sécher rapidement.

-O-on peut commencer si tu veux.


Elle restait à côté de la baignoire en cas de besoin et pour rassurer l'esprit. Cela ira tout doucement, elle commencerais à mouiller un peu les pieds avec la paume de douche et remonterait tout doucement. Bon elle risquait d'être un peu rouge par la nudité de sa nouvelle amie, mais l'aidait était la priorité, tant pis si elle finissait pivoine. Si tout se passait bien elle mettra l'eau à couler à un débit assez lent pour que Nastyr puisse avoir le temps de manifester sa limite, si elle venait à en avoir une.
Journalisée

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox