banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: La capture d'une fée [Oriana]  (Lu 4464 fois)
Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 407



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« le: Juin 24, 2015, 01:48:07 »

Le clan Magoa était un vieux clan composé de Succubes et d’Incubes... Et,  comme tout vieux clan, il avait une influence de plus en plus grandissante. Le siège du pouvoir du clan était un immense et gargantuesque palais planté dans les Enfers. Les Palais infernaux avaient pour réputation d’être immenses, sans une véritable utilité. Les démons s’occupaient juste, et la meilleure manière de faire ça, outre en se tapant dessus, était de construire d’immenses palais. Ce palais se composait ainsi de multiples ailes, et était surtout relié à différentes structures entre les Plans Intermédiaires et le palais, des moyens faciles pour permettre aux Succubes et aux Incubes de rejoindre les Plans Intermédiaires, grâce à de petits groupes de fidèles qui communiaient pour eux afin de les invoquer et de les faire venir quand leurs maîtres avaient envie d’arriver. Les démons de Luxure étaient bien plus faciles à attraper que des Princes Infernaux, et il était fréquent qu’Alastar fasse le voyage entre les Plans Intermédiaires, afin de trouver de multiples amantes.

L’un de ces antres était son endroit favori. C’était un manoir se trouvant en lisière de la plus grande ville de Terra, Nexus. Ce manoir était à l’orée d’une forêt insérée dans la ville. Nexus était une cité gigantesque, constituant le cœur du royaume, la grosse majorité de ses richesses et de sa population. Nexus était entourée par des murs épais à l’extérieur, et au sein des murs, il y avait, outre la ville, plusieurs forêts et des champs agricoles. La nourriture était l’un des problèmes majeurs de Nexus, et, pour cette raison, la municipalité entretenait, en périphérie de la ville, plusieurs champs agricoles, afin de pouvoir remplir régulièrement certains greniers en cas de famine. Le manoir d’Alastar, de fait, avait sous sa tutelle plusieurs fermes d’élevage, abritant des porcheries, des poulaillers, ou encore des écuries. Le châtelain de ce manoir, Sire Aurvandil, était d’ailleurs proche des Magoa. Son père avait couché avec Onyxian Magoa, la Matriarche du clan, et cette dernière avait porté dans son ventre l’enfant de cet homme. Une fois venu au monde, Aurvandil avait pris le contrôle de ces terres, et restait fidèle envers sa mère. C’était lui qui avait organisé ce petit culte satanique, en utilisant ses serfs et ses esclaves, ainsi que des prostituées qu’il récupérait depuis les bas-fonds de la ville. Et, comme sa mère, Aurvandil était dévoré par l’ambition et par le pouvoir. Beau et ténébreux, il pouvait se montrer autant cruel que généreux et bienveillant.

« Arrêtez-le ! » vociférait-il.

Les mercenaires et les gardes veillant sur la propriété étaient sûrs d’avoir atteint le voleur... Son sang ornait le sol, en destination de la forêt, et d’autres allaient chercher les chiens. Furieux, Aurvandil voyait la piste du voleur disparaître dans l’épaisse forêt. L’individu tenait entre ses mains une gemme précieuse, un cadeau de sa mère... Et Mère y tenait, car cette gemme faisait partie d’un ensemble magique à mettre sur un diadème, dont elle comptait faire cadeau auprès de l’une des concubines d’Asmodée. Un moyen pour elle de monter en grade. Aurvandil était sûr que sa mère cherchait à devenir la nouvelle Princesse de la Luxure. Elle était loin d’être aussi forte qu’Asmodée, mais sa puissance était terrifiante.

« Il ne peut pas être allé bien loin...
 -  On ne le laissera pas filer si facilement ! »

L’homme qui venait de lui était l’un des Incubes proches d’Onyxian, Alastar Magoa, surnommé « Le Diablotin ». Quand il se rendait à Nexus, il passait souvent par la demeure de Sire Aurvandil.

C’était le soir, et leur cible ne pouvait pas être bien éloignée. Alastar s’élança donc dans la forêt, afin de retrouver sa trace. Le Diablotin n’était pas qu’un amant incroyable, il était aussi un chasseur émérite... Et il comptait bien rappeler que les Incubes et les Succubes n’étaient pas que de simples prostitués.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Oriana
Créature
-

Messages: 198


Fée des Fraises


Voir le profil
Fiche
Description
Fée des Fraises, fille d'une divinité des moissons et de la fertilité, elle a hérité de sa mère ses attributs plus que généreux. Blonde, les yeux bleus, elle est dotée d'une grande joie de vivre, d'une insatiable curiosité et d'une profonde gentillesse.
« Répondre #1 le: Juin 24, 2015, 07:32:07 »

Adrian von Ziegler - A Celtic Lore

Les rayons du soleil perçaient à travers le feuillage des arbres, jetant des éclats dorés sur la chevelure d'Oriana, se reflétant sur sa peau rose et tendre. Marchant tranquillement dans la forêt, elle entendait ses mille et un petits bruits, ici un écureuil courait le long d'une branche, là un furet sortait de son terrier, savourait la riche odeur d'humus provenant du sol, celle émanant de l'écorce des arbres et de leurs feuilles, ainsi que le doux parfum des fleurs qui se répandaient à l'envi.
Elle avait découvert cet endroit il y a plus d'un mois alors qu'elle déambulait dans le parc de Seikusu. A un moment donné, elle avait senti, grâce à sa nature féérique, une sorte de vibration ; curieuse, elle s'y était dirigée et avait fini par trouver deux arbres entre lesquels l'air ondulait, un peu comme sur l'asphalte par une journée ensoleillée. Oriana, comme toutes les Fées, connaissait l'existence de portails qui pouvaient vous transporter vers n'importe quel endroit du globe, voire vers un autre monde ; elle en avait déjà emprunté par le passé, pour aller de l'Arcadie, la patrie des Fées, vers la Terre, aussi en trouver un n'était pas une grande nouveauté pour elle. Elle l'examina quelques secondes, essayant de déterminer vers quel endroit il pouvait mener. C'était important de prendre en compte ce genre de choses car vous pouviez très bien vous retrouver dans un lieu pas vraiment très accueillant, comme le repaire d'un Troll, l'antre d'un Dragon, la crypte d'un Vampire ou sur l'île de Koh-Lanta...

Son examen se révéla infructueux. Ce portail pouvait mener n'importe où. Devait-elle le traverser ou rebrousser chemin ? Elle haussa les épaules, fit un pas en avant, passa entre les deux arbres. Ce qu'elle faisait était diablement risqué mais Oriana, en tant que Fée, était d'une nature très curieuse ; qui plus est, rien ne l'emballait plus que de découvrir quelque chose de nouveau, d'inconnu, de mystérieux. Un cadre familier était sécurisant mais si l'on y faisait pas attention on finissait par s'enfermer dans une sorte de routine et de se fermer à la nouveauté.
Pendant un instant elle crut que le portail n'avait pas fonctionné vu que le décor semblait le même mais elle se rendit rapidement compte que l'air n'était pas du tout pollué et que les couleurs et les senteurs étaient plus riches, plus intenses. Grimpant à un arbre, elle atteignit au bout de quelques minutes le sommet : elle voulait voir jusqu'où s'étendait cette forêt ; quelle ne fut pas sa surprise de s'apercevoir qu'elle était nichée au sein d'une vaste cité de type médiéval ! Elle venait de découvrir un nouveau monde.

Cela faisait donc maintenant la troisième fois qu'elle arpentait cet endroit. La première fois, elle n'avait pas mis moins d'une bonne semaine pour explorer ce bois, évitant de se montrer aux humains qui empruntaient la route principale afin de se rendre vers une autre partie de la ville. Au bout de ce laps de temps, elle connaissait déjà chaque arbre, chaque pierre, chaque plante, chaque cours d'eau et avait vite fait connaissance avec les animaux qui y vivaient.
La seconde fois, elle s'était risquée à marcher au milieu des humains, dans l'un des quartiers de la ville qui jouxtait la forêt, celui des marchands. Elle avait pris soin d'altérer son apparence afin de ressembler à une gamine des rues tout ce qu'il y avait de plus ordinaire. Si elle n'avait pas opté pour ce "déguisement", elle aurait très vite attiré l'attention des gens, surtout de ceux qui étaient les moins recommandables, comme les esclavagistes...
Pour sa troisième excursion, elle avait préféré rester dans la forêt, la compagnie de ses habitants étant plus agréable que celle de ceux de la cité (même si elle se promettait de visiter d'autres quartiers).

Elle perçut un gémissement poussé par une gorge humaine à peine audible pour une oreille ordinaire mais pas pour une fée. Il venait de quelques mètres sur sa droite. Intriguée elle s'y rendit et découvrit, calé contre un arbre, un jeune homme vêtu d'un pourpoint à capuche, de culottes et de bottes de cuir noir. Du sang s'écoulait de blessures provoquées selon toute vraisemblance par des lames tranchantes. Il souffrait le martyre, ses traits étaient tirés comme s'il luttait contre la souffrance. Oriana s'approcha du malheureux, sûrement un pauvre bougre attaqué par des brigands, elle en avait repéré quelques uns non loin de la route, et ce dernier écarquilla les yeux, époustouflé par la beauté de la fée. Elle s'agenouilla et lui prit la main ; même si elle n'avait pas de connaissances en médecine, elle savait que l'homme n'en avait plus pour longtemps : il avait perdu beaucoup trop de sang.

- Du vin... supplia-t-il.

Oriana prit sa gourde de vin de Fées et lui en donna une petite gorgée. En temps normal c'était le genre de breuvage qu'on ne donnait qu'aux humains avec beaucoup de précautions car il pouvait provoquer des hallucinations mais dans le cas d'une personne à l'article de la mort, cela lui procurerait certainement un peu de réconfort.
Les traits du moribond se détendirent et un léger sourire apparut sur son visage. Toujours lui tenant la main, la Fée ferma les yeux et lui insuffla un peu de l'amour qu'elle ressentait envers les animaux, les arbres, les plantes, les fleurs, les pierres, le vent, le soleil, la lune et les étoiles, bref l'ensemble de la nature. Quand elle les rouvrit, le jeune homme avait rendu l'âme mais son visage affichait une expression paisible. Au moins il aurait eu une belle mort.

Elle allait se détourner du défunt quand elle vit quelque chose briller dans son autre main. Elle vit une gemme précieuse couleur rouge-sang et qui jetait des éclats écarlates sous la lumière du soleil couchant. Oriana écarquilla les yeux tant la beauté de la gemme dépassait tout ce qu'elle avait pu voir jusqu'ici !
Les questions se bousculèrent dans son esprit : si l'homme avait été agressé par des brigands, pourquoi ces derniers n'avaient-ils pas emporté la gemme ? Elle était plutôt difficile à rater et devait valoir une petite fortune. Elle en vint à la conclusion qu'il l'avait plutôt volée à quelqu'un et que cette personne avait essayé de protéger son bien de manière virulente.
Des aboiements de chien résonnèrent dans l'air vespéral : sûrement le propriétaire de la gemme qui avait lancé ses limiers à la poursuite du voleur. Ils venaient sûrement du manoir qui se trouvait au sein de la forêt et qu'elle avait évité lors de son exploration : elle y avait senti quelque chose d'étrange et d'hostile à l'intérieur qui lui avait donné la chair de poule. La même sensation se manifesta de nouveau : apparemment l'un des poursuivants n'était pas tout à fait humain et elle n'avait pas trop envie de découvrir sa véritable nature.

Elle marqua un temps d'hésitation et finalement s'empara de la gemme qui était délicatement enserrée dans les doigts du mort. Cette pierre précieuse ferait merveille dans sa collection !

Elle avait confiance en ses capacités de Fée pour passer inaperçue au sein de la nature mais avec cet être qui les accompagnait, sans compter les chiens qui avaient un flair des plus affutés, mieux valait prendre la poudre d'escampette. Aérienne et légère, elle se faufila à travers les arbres, telle une douce brise printanière...
« Dernière édition: Juin 24, 2015, 10:51:07 par Oriana » Journalisée

Police utilisée : Umberssk
Thème musical
Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 407



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #2 le: Juin 25, 2015, 08:27:03 »

La gemme que l’homme avait volé était beaucoup plus importante que ce qu’Aurvandil pensait. Alastar ne lui avait volontairement pas tout dit sur cet objet. Cette gemme faisait effectivement partie d’un ensemble, d’un diadème, qu’on appelait « Le Diadème Magoa ». C’était un puissant objet magique qui existait au sein du clan Magoa depuis les origines. La légende disait que Asmodée en personne l’avait récupéré après la chute de Satan, et la fin de la Grande Armée Infernale. Ce diadème s’était ensuite retrouvé entre les mains de l’une des fondatrices du clan, une amante régulière d’Asmodée. Depuis lors, le Diadème était entre les mains du clan. Chaque Matriarche nouvellement proclamée le portait sur sa tête, et il permettait bien des pouvoirs, grâce à ses gemmes. Les différents gemmes magiques le composant étaient individuellement très fortes, mais, ensemble, dans le Diadème, elles formaient un redoutable ensemble magique. Chaque gemme était reliée à l’essence d’un Magoa, et Alastar pouvait la sentir. Cependant, il ne voulait pas dire à Aurvandil à quel point cette gemme était importante, car, s’il était comme Onyxian, on pouvait légitimement se méfier de lui.

Filant dans la forêt, entre les arbres, Le Diablotin avançait à toute allure, usant de la magie. C’était une forêt assez petite, à l’intérieur de la ville, et il ne tarda pas à percevoir d’autres choses... Ce qui l’amena à s’arrêter. En même temps qu’Oriana ressentait la présence d’Alastar, Alastar, lui, sentit la sienne. C’était une présence qui n’avait rien à faire dans une si petite forêt, une puissance florale qu’on retrouvait généralement dans les profondeurs vertes des immenses forêts millénaires qui parcouraient encore le grand continent de Terra. Le Diablotin en fut si surpris qu’il s’arrêta sur place, cessant de se déplacer en se téléportant rapidement pour analyser la région.

*Non, mes sens ne me trompent pas... Est-ce que c’est la gemme qui l’a attiré ?*

Alastar reprit sa marche, et retrouva le voleur. La blessure l’avait tué, mais Alastar sentait, tout autour de lui, la présence d’une fée... Y compris sur le corps de l’homme. Malgré sa blessure, il était mort avec le sourire aux lèvres. Pister une fée, toutefois, était très difficile... Mais elle avait pris la gemme. La magie devait l’attirer, comme la lumière attire les mouches. Alastar se releva, et regarda autour de lui, puis ferma les yeux, et se concentra à nouveau. Au loin, il entendait les chiens d’Aurvandil, qui pistaient l’odeur du voleur. Ils allaient arriver ici... Mais même leur flair ne leur permettrait pas de traquer cette fée.

*Les fées sont par définition craintives... Elle sait que cet homme était pourchassé, et elle ne veut pas que ses poursuivants la retrouvent... Il va donc être plus difficile de la retrouver.*

Pour autant, Alastar ne devait pas laisser cette gemme partir. Avec un peu de chance, la fée commettrait l’erreur de l’enclencher... En faisant ça, la magie rose se répandrait autour d’elle, et formerait une sorte de puits de gravité magique. Pour l’heure, la piste était faible à suivre, mais elle menait vers la ville. Alastar se dépêcha, et s’élança vers elle, bien décidée à récupérer cette gemme...

...Et à faire payer à cette fée chapardeuse quelques pénalités...
« Dernière édition: Juin 26, 2015, 12:22:40 par Le Diablotin » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Oriana
Créature
-

Messages: 198


Fée des Fraises


Voir le profil
Fiche
Description
Fée des Fraises, fille d'une divinité des moissons et de la fertilité, elle a hérité de sa mère ses attributs plus que généreux. Blonde, les yeux bleus, elle est dotée d'une grande joie de vivre, d'une insatiable curiosité et d'une profonde gentillesse.
« Répondre #3 le: Juin 25, 2015, 10:08:53 »

Oriana fit une petite pause, non pas à cause de la fatigue, le corps des Fées renfermant plus d'énergie que ne laissait transparaître leur frêle apparence, à plus forte raison quand elles se trouvaient au sein de la nature, mais parce qu'elle allait bientôt atteindre la ville de Nexus proprement dite et elle se demandait si elle parviendrait à semer ses poursuivants dans les rues de la cité. Pour le moment, elle ne sentait plus la présence des humains et des chiens, pas même celle de l'être spécial qui les accompagnait, mais ce ne serait qu'une question de temps avant qu'ils ne parviennent à sa portée.
Le soleil couchant jetait ses derniers feux et Oriana en profita pour examiner la gemme : il y avait de la magie en elle, cela était évident, même un individu peu au fait des questions magiques serait capable de sentir au minimum l'aura surnaturelle qui l'entourait ; elle ne savait pas au juste quels étaient ses pouvoirs ni comment les activer mais elle sentait qu'ils étaient liés à quelque chose de très ancien et de très puissant, de la même manière que les artefacts mythiques détenus par les membres les plus éminents de la noblesse féérique, telle la fameuse épée Caliburn, plus connue sous le nom d'Excalibur.

Un frisson la traversa : l'être spécial était là ! Il se trouvait encore assez loin d'elle mais il se déplaçait vite et il serait rapidement à sa hauteur dans quelques minutes. Aussi elle n'hésita pas : elle franchit les quelques mètres qui la séparaient du quartier marchand et s'engagea dans l'une des ruelles, ayant auparavant pris soin de changer son apparence, passant de fée sublime à jeune humaine un peu souillon.

Le soleil venait de se coucher et la ville était plongée dans l'obscurité, les seules tâches de lumière étant les torches des soldats du guet, les pots à braise placés à intervalles réguliers le long des remparts et devant les postes de garde, ainsi que par les quelques chandelles allumées dans les maisons. Mais cela ne dérangeait nullement la Fée qui, comme les chats, était capable de voir dans le noir.
Où aller ? La meilleure solution, pour elle en tout cas, serait de se dissimuler dans une taverne ou une auberge  : au milieu des humains, elle serait plus difficile à repérer. Du moins l'espérait-elle.

Elle vit l'enseigne d'un établissement dont le nom était "La langue pendante". Elle y entra, priant pour que ce ne soit pas un repaire de malandrins à l’œil torve. Elle fut vite rassurée : l'intérieur était un peu enfumé mais les quelques clients attablés n'avaient pas l'air de repris de justice, simplement des manouvriers voulant se changer les idées après une dure journée de labeur ; aucun ne lui jeta un regard appuyé, tant il était vrai que son simulacre n'avait rien pour attirer l'attention. Elle se dirigea vers une table, dans un coin isolé, non loin de la cheminée, et une serveuse, une femme entre deux âges, au visage un peu fatigué, vint prendre sa commande.

Tout en savourant sa boisson, de l'hydromel, elle repensa au défunt et plus particulièrement à son accoutrement : d'après les quelques bribes de conversation qu'elle avait pu entendre par-ci par-là lors de sa deuxième visite à Nexus, les membres d'une guilde de voleurs portait ce type de vêtements, tout en cuir noir, et elle en vint à l'hypothèse suivante : une commanditaire avait pu demander à la guilde de voler cette gemme et de la lui rapporter. Si c'était le cas, quelqu'un, dans cette vaste cité, attendait le voleur afin de procéder à l'échange.
Il était également possible que le jeune homme ait voulu commettre ce larcin pour son propre compte ou encore que c'était une sorte d'épreuve imposée par la guilde. Les possibilités ne manquaient pas...
« Dernière édition: Juin 25, 2015, 10:16:40 par Oriana » Journalisée

Police utilisée : Umberssk
Thème musical
Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 407



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #4 le: Juin 26, 2015, 12:22:47 »

Nexus était une cité immense, abritant des millions d’âmes. Dans un environnement urbain aussi vaste, il était extrêmement difficile de retrouver qui que ce soit. La magie était totalement saturée, et Alastar se retrouva dans une ruelle, se dissimulant derrière un long manteau noir avec une capuche. Dans un État humain où l’Ordre Immaculé avait une forte présence, il valait mieux éviter de montrer sa peau rouge. Alastar s’avança donc, le long des élégantes rues d’un des multiples quartiers marchands de la ville. Ce quartier jouxtait plusieurs scieries à l’orée de la forêt, et attirait donc dans ses tavernes bûcherons, ouvriers, et fermiers. Même à cette heure-ci, alors que la nuit tombait, les rues étaient bondées. Une chaleur équatoriale remontait de la mer, et une chape de plomb s’abattait sur la ville. Beaucoup de fenêtres étaient ouvertes, des torches brûlaient aux quatre coins pour éclairer les rues pavées. Ce n’était pas les bas-fonds, où n’importe quel soudard pouvait vous attaquer à chaque coin de rue. Le Diablotin longeait les immeubles et les tavernes. La fée était par là... Il ne pouvait plus la sentir, mais il sentait la Gemme... Un signal diffus, ténu, mais qui se rapprochait, s’amplifiant au fur et à mesure que l’homme marchait. Alastar regardait les enseignes, les individus... Puis s’arrêta devant une auberge.

« La Langue Pendante ». Du son en émanait, des gens en entraient et en sortaient. Le Diablotin s’avança lentement, ressemblant à une sorte de moine. Les individus ne faisaient pas trop attention à lui, et, si certains le regardaient, ils pourraient voir deux beaux yeux bleus brillant dans l’obscurité. Alastar avait toujours eu des yeux magnifiques, et les masquer n’avait que pour effet de les rendre plus visibles encore. Silencieusement, l’homme observait cette bicoque, avec la certitude, de plus en plus forte, que sa voleuse se trouvait à l’intérieur.

*Oui... Elle est dedans...*

Il le pensait, avec une conviction forte et inébranlable. Il se rapprocha donc, et pénétra à l’intérieur. Il y avait une grande salle centrale avec un bar en forme de U, la cuisine au centre. Alastar marcha un peu. Il y avait, dans l’arrière-salle, un endroit pour les voyageurs, avec des banquettes et des lits dans un coin, et une autre zone où des individus jouaient au poker de dés, un jeu qui venait des Royaumes nains, et qui s’était exporté à Nexus. Alastar continua à marcher. La gemme était là, il la sentait, pulsant dans son cœur... Mais la trouver n’était pas facile.

« Et un de !
 -  Full !
 -  ...Cette petite courtisane, là... »

Plaisanteries grivoises, ragots... Alastar avançait sans se faire remarquer, et fit le tour de l’auberge, se rapprochant de la cheminée, et d’une table où il y avait une femme, seule, avec une chevelure blonde, qu’Alastar apercevait au loin...

... Quand la porte s’ouvrit brusquement, laissant passage à plusieurs hommes d’armes. Alastar tourna la tête, et poussa un sifflement désapprobateur en reconnaissant l’un des lieutenants d’Aurvandil, Borom, un Rôdeur à la mine patibulaire.

*Aurvandil n’a pas traîné...*

L’homme avait utilisé ses contacts au sein de la Garde royale pour fouiller le quartier... Ce qui allait mettre la fée aux aguets. Alastar ne pouvait pas se permettre une telle publicité, car elle risquait de faire fuir sa proie...

Si elle n’avait pas déjà fui.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Oriana
Créature
-

Messages: 198


Fée des Fraises


Voir le profil
Fiche
Description
Fée des Fraises, fille d'une divinité des moissons et de la fertilité, elle a hérité de sa mère ses attributs plus que généreux. Blonde, les yeux bleus, elle est dotée d'une grande joie de vivre, d'une insatiable curiosité et d'une profonde gentillesse.
« Répondre #5 le: Juin 26, 2015, 06:54:16 »

Elle sortit discrètement la gemme de sa poche et l'examina attentivement, veillant à ne pas être vue des autres clients qui ne manqueraient pas d'être attirés par l'éclat du joyau ; mais non, chacun vaquait à ses propres occupations, certains jouant au poker de dés, d'autres bavardant de choses et d'autres, tous avaient l'esprit plus ou moins embrumé par l'alcool.
Les facettes de la pierre renvoyaient la lumière de la bougie la plus proche d'elle, créant ainsi de parfaites miniatures de la flamme qui dansaient devant ses yeux en un ballet envoûtant. Au sein de cette féérie, Oriana discerna quelque chose ressemblant à une spirale lumineuse qui flottait au sein d'un espace sombre. L'ensemble avait une qualité hypnotique propre à faire oublier la notion de temps et d'espace...

Un frisson la traversa, le même frisson qu'elle avait ressenti tout à l'heure quand "l'être spécial" s'était manifesté, l'arrachant à sa contemplation, et ce fut une bonne chose car petit à petit elle avait commencé à se laisser gagner par une douce torpeur qui menaçait de l'engloutir. Elle cacha la gemme et vit une forme encapuchonnée refermer la porte de l'établissement.

- J'ai tellement été captivée par cette pierre que je ne l'ai pas senti tout de suite... pesta-t-elle intérieurement. L'individu arpenta tranquillement la salle, avançant doucement au milieu des tables et arriva bientôt à sa hauteur. Manifestement son regard n'était pas capable de percer les Brumes, le voile mystique qui enveloppait les Fées, les rendant quasiment invisibles aux yeux des personnes ordinaires et qui masquaient leur véritable apparence quand elles se promenaient parmi les mortels sous un simulacre.
Néanmoins, elle pouvait sentir ses yeux fouiller, scruter, chercher à travers la salle et ce ne serait qu'une question de secondes avant qu'il ne la repère.

- Que faire ? se dit-elle. Elle était presque tentée de lui rendre la gemme et de s'excuser mais elle sentait qu'elle ne s'en sortirait pas comme ça et puis de toute manière cette gemme était tellement belle que s'en déposséder serait un vrai crève-cœur. Non il fallait créer une diversion afin qu'elle puisse s'éclipser sans éveiller l'attention.
La diversion vint d'elle-même : la porte s'ouvrit, et quelques hommes d'armes au faciès de brute, mené par un type à la mine peu engageante, entra dans l'auberge. Le "moine" tourna la tête vers les nouveaux arrivants ; il semblait contrarié mais Oriana ne s'appesantit pas sur les raisons car l'occasion était trop belle : en moins de temps qu'il n'en fallut pour le dire, elle se leva et se glissa discrètement vers l'arrière-salle qui servait de lieu de repos pour les voyageurs fourbus.

Elle déambula tranquillement entre les lits et les couchettes, espérant trouver une autre issue. Elle vit une porte qui par bonheur n'était pas fermée et qui menait à l'arrière-cour ; une odeur d'urine et d'excréments assaillit ses narines délicates : les latrines se trouvaient sur la gauche, au-delà la courette continuait sur quelques mètres jusqu'à un muret qu'elle escalada sans effort. Elle atterrit sur le sol boueux d'une petite ruelle. Les maisons étaient tellement rapprochées que deux personnes se trouvant en face l'une de l'autre à la fenêtre pouvaient se serrer la main. Du ciel on ne voyait qu'une mince bande étoilée.

Désirant mettre le maximum de distance entre elle et le poursuivant, elle s'engagea dans la ruelle...
Journalisée

Police utilisée : Umberssk
Thème musical
Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 407



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #6 le: Juillet 03, 2015, 01:59:13 »

Alastar sentait la présence de la fée… En train de s’échapper. Il pesta contre l’arrivée impromptue de Borom, qui l’avait perturbé, et avait offert à la fée l’occasion de s’échapper. Cette dernière utilisait ses sorts pour échapper aux individus les poursuivant, notamment à lui. La fée longea les couchettes, où des voyageurs de passage attendaient généralement des navires pour s’enfoncer plus loin dans Terra. Le Diablotin reprit rapidement sa marche, et heurta un individu ivre qui s’esclaffait bruyamment. Alastar le poussa rapidement, amenant ce dernier à protester.

« Hey, ‘faites gaffe ! »

Il ne se donna même pas la peine de répondre, et vit une femme passer par une porte à l’arrière. Alastar se dépêcha d’y aller, pour rejoindre une étroite ruelle. Elle faisait le tour de l’auberge, et menait à un escalier qui descendait vers une petite cour fermée. Le Diablotin se dépêcha, voyant la silhouette, et se téléporta rapidement, arrivant dans la cour, juste devant elle.

« Toi ! » gronda-t-il.

Planté juste devant elle, Alastar se débarrassa de sa bure, et révéla ainsi son corps rouge, et les cornes se dressant au-dessus de sa tête. Il restait face à elle, et put ainsi voir sa beauté… Une magnifique femme à la longue chevelure blonde, avec une poitrine généreuse, et une peau délicieusement blanche. Alastar la regarda silencieusement pendant quelques secondes, et se redressa lentement. Dans l’auberge, Borom et ses hommes s’avançaient progressivement vers la porte arrière, menant à cette petite cour. Un portail en bois permettait d’en sortir, mais Alastar bloquait le passage, faisant face à la fée.

Il enchaîna assez rapidement, essayant d’en imposer par sa prestance démoniaque :

« Tu as récupéré quelque chose qui m’appartient, et qu’un voleur nous a subtilisés… Une gemme magique… Que tu vas me rendre rapidement, petite fée, si tu ne veux pas subir l’ensemble de mon courroux… »

Alastar la regardait avec ses étincelants yeux bleus, comme pour lui dire qu’il ne plaisantait clairement pas.

Mais, dans tous les cas de figure, il ne comptait pas laisser cette petite fée partir ainsi, et cette dernière, grâce à la gemme, pouvait sentir le désir qui brûlait dans le corps d’Alastar. Un défi fort et prenant, comme on pouvait s’en attendre d’un Incube.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Oriana
Créature
-

Messages: 198


Fée des Fraises


Voir le profil
Fiche
Description
Fée des Fraises, fille d'une divinité des moissons et de la fertilité, elle a hérité de sa mère ses attributs plus que généreux. Blonde, les yeux bleus, elle est dotée d'une grande joie de vivre, d'une insatiable curiosité et d'une profonde gentillesse.
« Répondre #7 le: Juillet 08, 2015, 10:34:43 »

Soudain, sans crier gare, la personne vêtue d'une robe de bure apparut comme par magie devant elle. "Magie" était bien le mot car l'instant d'avant elle l'avait senti à quelques mètres d'elle et l'instant d'après il se tenait devant elle, la dominant de sa taille, qu'il avait haute, et lui bloquant le passage vers la ruelle.
L'inconnu se débarrassa en un tournemain de son accoutrement, révélant un corps à la peau écarlate ; des petites cornes ornaient sa tête, encadrée par une épaisse chevelure noire.

Il la toisa du regard et Oriana en ressentit un certain malaise car elle savait bien ce que ces prunelles bleues exprimaient : un désir intense et violent. Oriana était belle, elle l'avait toujours su mais n'en avait jamais vraiment tiré une quelconque fierté. Maints poètes, troubadours et chevaliers avaient chanté les louanges de sa splendide apparence et cela avait eu pour effet de la faire rougir de plaisir ; d'autres, plus frustes, avaient exprimé de manière beaucoup moins lyrique leur admiration et elle en avait toujours ressenti une certaine gène, voire du dégoût quand certaines démonstrations étaient des plus explicites.

Donc cet être ne différait pas de la plupart de ceux qu'elle avait croisé par le passé. Mais la manifestation de son désir était tellement intense qu'elle irradiait de sa personne, au point d'envelopper la Fée ; elle sentit une bouffée de chaleur submerger son corps comme si elle se tenait à proximité d'un feu de forge et elle dut lutter pour ne pas se laisser envahir par cette sensation.

Tu as récupéré quelque chose qui m’appartient, et qu’un voleur nous a subtilisés… Une gemme magique… Que tu vas me rendre rapidement, petite fée, si tu ne veux pas subir l’ensemble de mon courroux…

Ainsi il avait deviné sa nature, tout comme elle avait deviné la sienne : un noble Sidhe avec qui elle avait sympathisé lui avait parlé de créatures habitant une dimension que les humains appelaient "Enfer" (même si d'autres peuplades la nommaient autrement) et qui possédaient des pouvoirs capables de rivaliser avec ceux des Fées.

- D... D'accord... fit-elle timidement, plongeant la main dans son sac où se trouvait la gemme en question, mais également de la Poussière de Fée. Elle en prit discrètement une pincée et, d'un geste vif comme l'éclair, la jeta au visage du démon. Profitant de la surprise, elle prit la fuite, allant à gauche, à droite puis encore à droite, et ainsi de suite, essayant de mettre le maximum de distance entre elle et son poursuivant.

La Poussière de Fée provoquait chez celui ou celle qui la respirait ou qui se la prenait en pleine poire des hallucinations. Cependant elle ignorait si elle était efficace sur ce type de créatures. Cependant, il y avait une autre chose qu'elle ne savait pas : la gemme était entrée en contact avec la poudre féérique, modifiant ainsi ses propriétés de manière significative ; elle produisait toujours des hallucinations mais elles avaient gagné en puissance, affectant simultanément les cinq sens et en outre elles étaient de nature plus "sexuelles"...
Journalisée

Police utilisée : Umberssk
Thème musical
Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 407



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #8 le: Juillet 11, 2015, 01:39:23 »

Face à elle, Alastar était convaincu de la dominer. Il se disait juste que cette petite fée avait peur, et que, maintenant qu’il avait haussé la voix, elle allait obéir. Fort heureusement, elle n’avait pas encore enclenché la gemme, chose qu’elle était tout à fait capable de faire, puisqu’elle était une fée. Si elle l’avait enclenché, Alastar l’aurait su, et aurait agi tout différemment devant elle. Il se tenait donc face à la fée, et cette dernière, d’une voix tremblante, et visiblement paniquée, glissa sa main dans son sac... Mais, au lieu d’en sortir la gemme promise, elle lui jeta à la figure de la poussière de fée.

« Ah ! Sale peste ! »

Le Diablotin poussa un grognement de rage en sentant la poussière piquer ses yeux, et secoua la tête en se les frottant, tout en inhalant cette dernière. Il tituba sur place, et entendit la femme fuir. Quand Alastar revit les yeux, il la vit filer dans une ruelle à gauche. Alastar s’élança immédiatement à sa poursuite, fila à gauche, puis entendit des rires et des soupirs. Il s’arrêta sur place, l’esprit troublé, et secoua la tête, se tenant cette dernière. Sa vision était floue, et il vit, dans les ombres, des courbes féminines, des sourires, des gloussements... Il s’appuya contre le mur, et toussa à nouveau. La poussière de fée était un puissant hallucinogène, Alastar le savait, et, si l’Incube avait des défenses élevées, il sentit aussi le pouvoir de la gemme. Si elle avait les deux dans le même sac... Alors, la gemme avait dû influencer sur sa poudre. Il constata qu’il avait une érection, et tituba encore, restant dans cette étroite ruelle, heurtant le mur, en voyant des femmes le caresser, rigoler, susurrer son nom, lui offrir des seins qu’il empoignait.

« Alastar... Alastar !
 -  Fais-moi l’amour, Alastar... »

Des gloussements coquins.

« Et si tu me défonçais le cul, Alastar ?
 -  Prends-moi bien fort... »


Il secoua la tête, en essayant de mettre fin à ces voix, à ces caresses fictives... Mais elles étaient bonnes, si bonnes, et lui, en tant qu’Incube de la Luxure, était prompt à succomber à la Luxure. Il tomba à genoux, et sa main saisit son sexe, son membre turgescent, et il se mit à se masturber, assis contre le mur, en espérant qu’un orgasme puisse faire passer la torpeur qui l’engloutissait.

De son côté, Oriana continuait à fuir, filant de ruelles en ruelles... Et son corps heurta brusquement le torse d’un homme, l’envoyant s’étaler sur le sol. Il s’agissait d’un homme musclé, en armure, qui était en compagnie d’un autre homme d’armes... Et d’Aurvendil, qui la regarda en écarquillant les yeux. Les gardes, eux, qui s’attendaient à voir une vulgaire mégère, ou une souillonne, observèrent les gros seins de la femme, et sa belle chevelure blonde... Tandis qu’Aurvendil, lui, vit son sac. Il n’était pas un démon aussi fort qu’Alastar, mais il pouvait sentir la gemme, surtout quand elle était aussi proche.

« Elle a la gemme ! Arrêtez-là !! »

Les gardes étaient toutefois encore surpris... Oriane avait lancé de la poussière de fée, mais il restait encore d’infimes particules sur ses doigts... Et, sur des faibles d’esprits, ces particules étaient fortes. De fait, ils bandaient comme des taureaux, et observaient Oriana avec la lueur de profonds dévots dans les yeux.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Oriana
Créature
-

Messages: 198


Fée des Fraises


Voir le profil
Fiche
Description
Fée des Fraises, fille d'une divinité des moissons et de la fertilité, elle a hérité de sa mère ses attributs plus que généreux. Blonde, les yeux bleus, elle est dotée d'une grande joie de vivre, d'une insatiable curiosité et d'une profonde gentillesse.
« Répondre #9 le: Juillet 12, 2015, 01:08:24 »

Oriana continuait à courir à travers le lacis de ruelles, jetant de temps à autre un regard par dessus son épaule afin de s'assurer que le "diable rouge" ne la suivait pas. Sur ce point elle pouvait être tranquille. Ce fut en passant l'angle d'une ruelle qu'elle entra en collision avec une personne ; le choc ne fut pas violent mais il fut suffisant pour qu'elle se retrouve le cul assis par terre.

- Oh, t... toutes mes excuses !... bredouilla-t-elle à l'adresse de l'inconnu qui était accompagné de deux autres personnes. C'est alors qu'elle se rendit compte que quelque chose clochait : l'un des membres du trio avait une aura des plus étranges, comparable à celle que possédait son poursuivant, même si son intensité était moins prononcée. En un éclair elle comprit qu'il faisait partie du groupe qui l'avait pris en chasse. Elle en eut la confirmation quand le chef - qui avait une belle figure, elle lui concédait au moins cela - cria :

- Elle a la gemme ! Arrêtez-là !!

Les deux gardes semblèrent ne pas avoir entendu l'ordre, se contentant de regarder la Fée avec des yeux ronds, comme s'ils avaient été frappés par la foudre. Visiblement, pour une raison ou une autre, son simulacre venait de sauter, révélant ainsi au grand jour sa nature féérique. Deux bosses déformèrent le haut du pantalon des deux soudards et elle vit que l'expression de leur visage reflétaient un désir des plus brûlants ! Ils s'approchèrent d'elle avec lenteur, un filet de bave coulant le long de leurs lèvres épaisses mais Oriana, aussi vive qu'une anguille parvint à s'échapper en glissant entre les jambes du premier soldat. En règle générale les humains étaient plus forts et massifs que les êtres-Fées (en dehors des Trolls bien sûr) mais ils étaient également balourds. Ces deux là ne faisaient pas exception à la règle.

Plus rapide et plus souple, le chef essaya de lui barrer le passage mais la Fée, légère et aérienne, s'aida d'un tonneau posé sur la gauche pour bondir, effectuant ainsi un saut gracieux sur plusieurs mètres avant de se réceptionner en douceur. A peine avait-elle posé le pied qu'elle courut à toute vitesse.

Elle finit par arriver à une vaste place bien éclairée où des tentes avaient été dressées et où régnait une joyeuse animation. De toute évidence, il devait y avoir une sorte de kermesse ou de fête. Des vendeurs proposaient des produits de toutes sortes : pain, gâteaux, oublies*, remèdes miracles, cartes, etc... Une jeune cartomancienne à la peau sombre et aux yeux de velours proposait aux passants de lire leur avenir dans les cartes ; plus haut, un acrobate faisait le funambule sur une corde attachée entre deux maisons, à quelques mètres du sol, là un montreur d'ours amusait les enfants avec son plantigrade qui effectuait une danse comique, un jongleur faisait rebondir une bonne dizaine de balles dans les airs... En temps ordinaire Oriana aurait apprécié se mêler aux badauds afin de profiter des spectacles mais là elle était en cavale.

Elle se fraya donc un passage au milieu de la foule, non sans avoir pris de soin de revêtir un simulacre. Elle allait gagner l'autre bout de la place quand elle passa devant un éléphant qui était attaché à une lourde chaine reliée à un poteau massif, solidement planté dans le sol. Une idée amusante germa dans son esprit : elle se dirigea vers le pachyderme, fit sauter le lourd verrou avec sa magie féérique - son Glamour - et lui murmura quelques mots dans la langue des Fées, qui était également celui des plantes, des pierres et des animaux :

- Fiche une belle pagaille mais ne blesse ni ne tue personne ! Ne mets pas ta vie en danger et rends-toi docilement si ça devient dangereux pour toi !

Le lourd mastodonte s'avança pesamment et poussa un barrissement joyeux qui résonna dans l'air nocturne de Nexus. Oriana passa entre les maisons, tandis que l'éléphant semait un joyeux foutoir, arrosant de sa trompe les badauds, renversant des tables et des étals...

* sorte de pâtisserie médiévale
Journalisée

Police utilisée : Umberssk
Thème musical
Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 407



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #10 le: Juillet 13, 2015, 02:05:54 »

Aurvandil ignorait où était passé Alastar, mais peu importe. S’il réussissait à récupérer la gemme, Onyxian lui en serait redevable, au pire. Au mieux, l’homme pourrait prendre la gemme, et dire qu’ils n’avaient pas réussi à la retrouver. Chez les démons, l’amour était différent de chez les humains, et la fidélité était souvent perçue comme une preuve de faiblesse. Aurvandil, comme tout démon ambitieux, cherchait à renverser Onyxian, une puissante Matriarche, et dont le clan était un puissant clan de la Luxure, en plein essor. En étudiant cette gemme, et en en perçant les secrets, il y arriverait peut-être... Aurvandil avait donc très envie de la récupérer, et, alors qu’il se rapprochait, la petite femme blonde réussit à se faufiler, prouvant sa grande agilité, ainsi que la lenteur de ses hommes. Quand il la vit filer, l’un d’eux le saisit.

« Non !
 -  Pas touche à la Dame !
 -  Imbéciles ! »

Furieux, Aurvandil les repoussa, et usa de sa magie, déclenchant une onde de choc magique L’un de ses deux hommes heurta le mur, et l’autre tomba au sol. Aurvandil se dépêcha alors de la poursuivre, s’enfonçant dans les ruelles, pour débarquer dans une grande place où une foire de troubadours était en train d’amuser la galerie. Des fakirs, des lanceurs de feu, des jongleurs, des clowns... Un cirque itinérant, qui amena Aurvandil à pester. Ce genre d’attroupements étaient très nombreux dans Nexus, ville qui, malgré la crise économique, restait encore une ville très touristique et très artistique. Il s’avança rapidement, commençant à sentir la panique et la rage l’envahir. Bordel, il la tenait ! Elle était là, toute proche, mais se dissimulait dans les mouvements de foule, là où elle était assurée qu’on ne puisse pas la retrouver, car son essence magique se confondait dans la population.

Aurvandil s’avança rapidement, et écarta sommairement un clown s’approchant trop près de lui, renversant ce dernier. Sur des stands, on offrait de la barbe à papa, des gaufres, ou des croustillons, dans une délicieuse odeur sucrée. Rires et cris se mélangeaient, et les enfants regardaient les ours dansants, écoutant les contes d’intrépides aventuriers expliquant comment ils avaient dompté ces bêtes.

« Elle ne peut pas être bien loin... »

L’homme en était convaincu, et, alors qu’il continuait à avancer, il entendit du brouhaha. Tournant la tête vers la droite, ses oreilles captèrent le barrissement d’un éléphant, qui balança depuis sa trompe de puissants jets d’eau, renversant des étals, et soufflant plusieurs badauds, dont Aurvandil, qui roula sur le sol. Le dresseur du pachyderme se dépêcha de s’avancer vers ce dernier.

« Aaahh ! Maman, au secours !!
 -  L’éléphant est devenu fou ! »

Les fées étaient proches des animaux, et, alors qu’Aurvandil se relevait, l’eau apparut à nouveau. Il leva la main, et forma un bouclier magique qui repoussa l’eau. C’était cette maudite fée... Elle avait fait diversion pour pouvoir filer ! Aurvandil se dépêcha d’avancer, mais, depuis l’endroit de l’éléphant, il y avait quantité de rues et de ruelles.

« Mais où est-elle passée ? Bon sang, bon sang, mais où est-elle passée ?! »

Il fulminait, pestant contre lui-même.

Entre-temps, la fée semblait bel et bien avoir semé Aurvandil... Mais, alors qu’elle s’enfonçait dans une ruelle étroite, il y eut comme un souffle autour d’elle, qui fit voleter ses cheveux.

« Piéger un Incube avec la Luxure... Ça ne manque pas d’audace... »

Le « diable rouge » était revenu, mais semblait invisible, comme s’il se dissimulait quelque part.

« Tu ignores la puissance de l’artefact que tu tiens dans la main, petite fée... Et, plus tu utilises ta magie, et plus cet artefact est en train de se réveiller. Moi, je l’ai reçu de plein fouet, et il m’a fallu un peu de temps pour en purger mon organisme... Mais les humains n’ont pas mon système immunitaire. Il est dans ton intérêt de me rendre cette gemme, petite voleuse, surtout qu’elle ne t’appartient pas... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Oriana
Créature
-

Messages: 198


Fée des Fraises


Voir le profil
Fiche
Description
Fée des Fraises, fille d'une divinité des moissons et de la fertilité, elle a hérité de sa mère ses attributs plus que généreux. Blonde, les yeux bleus, elle est dotée d'une grande joie de vivre, d'une insatiable curiosité et d'une profonde gentillesse.
« Répondre #11 le: Août 16, 2015, 11:16:20 »

A un moment donné, alors qu'elle s'engageait dans une des nombreuses ruelles de Nexus, elle sentit comme une sorte de courant d'air faire voleter ses cheveux. Elle se figea car elle avait senti que ce n'était pas le vent mais autre chose. Elle en eut la confirmation quand elle entendit une voix familière venir des hauteurs : celle du diable rouge !

Comment a-t-il fait pour me retrouver aussi vite ?! D'ailleurs, comment fait-il pour se déplacer aussi vite ? pensa-t-elle, se plaquant contre un mur, jetant des regards nerveux sur les toits de la cité endormie.

Pour le premier "comment", il devait certainement pister la signature magique de l'artefact et plus elle utilisait sa magie, plus le joyau gagnait en puissance. Elle pouvait presque sentir son énergie étrange qui petit à petit l'enveloppait au point où elle se demanderait s'il ne finirait pas par altérer définitivement et complètement ses pouvoirs ainsi que sa nature féérique ; la question était de savoir ce qu'elle deviendrait par la suite...
Quant au second "comment", il devait certainement utiliser un pouvoir de téléportation sur courte distance. Assez pratique en somme.

Quoi qu'il en soit, il était hors de question qu'elle tombe entre ses mains. Par ailleurs, il valait mieux, pour elle, qu'elle se débarrasse de la gemme ; le mieux était de la rendre au "diable rouge" mais seuls les Dieux savaient quels sombres desseins il comptait accomplir avec...

Ses sens exercés repérèrent une plaque d’égout. Elle venait de trouver une issue de secours !

Pas très ragoutante comme issue... se dit-elle quand les remugles nauséabonds agressèrent ses narines délicates après qu'elle eut soulevé délicatement la plaque de métal. Elle emprunta l'échelle métallique et bientôt ses pieds se mirent à fouler une chaussée pierreuse suintante d'humidité, coupée en deux par une rigole remplie d'une eau souillée. Elle prit à droite et arpenta les couloirs sombres et ténébreux des égouts de Nexus...
Journalisée

Police utilisée : Umberssk
Thème musical
Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 407



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #12 le: Août 23, 2015, 08:36:24 »

Il était fascinant de voir la résistance naturelle de la fée face à la puissance de la gemme. La gemme était un émetteur à magie rose, mais, si on ne s’en protégeait pas bien, les effets de la gemme atteignaient aussi son utilisateur. Mais peut-être que cette fée était atteinte à sa façon ? Elle aurait dû comprendre qu’Alastar et ses hommes tenaient à cette gemme, mais elle refusait encore de la rendre, préférant continuer à jouer avec l’Incube et les autres... Elle jouait dangereusement, de manière irrationnelle, et la magie rose pouvait provoquer ce sentiment euphorique et d’impunité. C’était d’autant plus probable que, si on en croyait les légendes, les fées étaient souvent des créatures sexuellement frustrées, car asociales... Mais Alastar n’aurait pas parié un penny sur la véracité de ces légendes. En attendant, il continuait à traquer la fée, et soupira en la voyant filer par un égout, dévalant une échelle qui l’amena dans les tréfonds de Nexus.

« Beurk ! Les égouts ! »

C’était clairement la partie de la ville que Le Diablotin détestait le plus. Les égouts, ça puait, et, en plus, ceux de Nexus étaient dangereux ! Ils avaient été construits il y a des éons avec l’aide des Tekhanes, car il avait fallu des ingénieurs en génie civile ayant un niveau en urbanisme plus qualifié que les spécialistes de Nexus. Les égouts étaient nécessaires, car, à cette époque, l’explosion démographique à Nexus avait multiplié les maladies, les épidémies, avec une propagation internationale par les navires de commerce, allant jusqu’à Tekhos. Nexus et Tekhos s’étaient donc arrangés pour que, pendant des mois, les Tekhanes viennent sur place pour aider à construire des égouts. Au final, les égouts avaient été construits au milieu de cryptes souterraines, de catacombes, d’anciens réseaux d’égouts, et le résultat était une ville sous la ville, une ville sombre et puante, peuplée de monstres, de sectes cannibales, de trafiquants utilisant les égouts pour éviter les patrouilles... Et ça puait, surtout !

Alastar allait devoir se forcer, mais il se promit de faire payer à cette petite peste de l’avoir emmené là-dedans ! N’ayant pas envie de transplaner pour se retrouver ankylosé dans un mur, il se rapprocha de la bouche d’égout, toujours ouverte, et descendit à son tour, et atterrit dans une eau boueuse et sale, qui manqua bien de le faire vomir.

*Les Incubes sont des êtres sensibles et raffinés ! rageait-il intérieurement. Les Incubes n’aiment pas mettre leurs pieds dans... Oh, je ne veux même pas savoir ce qu’il y a là-dedans. Raah ! Sale petite peste ! Je dois AU MOINS la sodomiser, à titre de dédommagement !*

Alastar se concentra un peu, en fermant les yeux... Mais la puanteur était trop forte pour qu’il parvienne encore à sentir les éclats doucereux de la gemme. Il leva la main, et forma une boule lumineuse au-dessus de lui, qui éclaira ensuite tout l’égout. Fort heureusement, il y avait régulièrement des grilles en fer qui séparaient différentes portions d’égouts. Une mesure prise pour empêcher la propagation de monstres ou pour lutter contre les trafics.

La lumière provoqua quelques gémissements, et, en tournant la tête, Alastar grimaça en voyant un clochard, qui dormait dans un coin. Les humains et leur sens de l’hygiène... Rapidement, Alastar remonta le long de l’une des tranchées faisant le tour des galeries, et s’avança un peu.

La principale menace venait de créatures amphibies ayant pour particularité d’être dans zones de ce type : des égouts ou des marécages, voire le long de certaines plages mal entretenues, comme si l’eau pourrie les attirait. Ils avançaient dans l’eau comme des crocodiles, et étaient bien connus des chasseurs de monstres. Il s’agissait de noyeurs, et les égouts de Nexus en étaient infestés.

Avec un peu de chance, ils viendraient s’en prendre à la fée, et Alastar pourrait l’entendre...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Oriana
Créature
-

Messages: 198


Fée des Fraises


Voir le profil
Fiche
Description
Fée des Fraises, fille d'une divinité des moissons et de la fertilité, elle a hérité de sa mère ses attributs plus que généreux. Blonde, les yeux bleus, elle est dotée d'une grande joie de vivre, d'une insatiable curiosité et d'une profonde gentillesse.
« Répondre #13 le: Octobre 18, 2015, 11:08:17 »

- Oulalah, ça pue ! murmura Oriana, tandis qu'elle progressait à travers les corridors humides et nauséabonds des égouts de Nexus. Fort heureusement, grâce à sa nature aérienne et légère, ses jolis petits pieds flottaient à environ deux ou trois centimètres du sol sans qu'ils soient salis ; cette particularité lui permettait également de "marcher" sur les cours d'eau et la neige.

A gauche.... Droit devant... A droite... Elle prenait les directions au petit bonheur la chance, espérant mettre le maximum de distance entre elle et son poursuivant. Car il ne faisait aucun doute dans son esprit que ce dernier avait rapidement deviné par où elle s'était enfuie et qu'il était maintenant à sa poursuite.

A un moment donné, elle s'arrêta et sortit le joyau. Il brillait faiblement au sein de la pénombre des égouts de Nexus, diffusant une douce lumière, suffisante pour se repérer dans le noir, même si cela n'était d'aucune utilité à la Fée vu qu'elle voyait clair dans le noir. Cela allait être un véritable crève-cœur que de s'en débarrasser mais elle n'avait pas le choix.
Un bruit attira son attention : un léger glougloutement provenant de la large rigole. Se penchant légèrement, elle vit quelques bulles crever à la surface de l'eau. C'est alors que, sans crier gare, une créature surgit de l'eau, se jetant sur elle ; elle n'eut que le temps de voir une forme humanoïde, des yeux morts, une bouche aux chicots répugnants et des mains décharnées avant de faire un pas de côté, esquivant ainsi la monstruosité qui répandait autour d'elle une odeur répugnante de cadavre en décomposition.

Se doutant que cette chose n'allait pas l'inviter à danser, elle prit ses jambes à son cou. D'autres créatures surgirent à leur tour de la rigole, une bonne demi-douzaine au total, essayant de l'attraper. Vive et agile, elle les évita sans peine et continua sa course à travers les corridors des égouts de Nexus.

Se retournant, elle vit que l'un des monstres n'était qu'à quelques mètres derrière elle. Agissant par pur réflexe, elle se retourna et lui balança la mystérieuse gemme qui alla se loger pile poil dans sa bouche ; surprise, la créature eut un hoquet de surprise puis s'arrêta net, complètement interloquée.
La Fée, ne demandant pas son reste, détala comme un lapin. Elle ne s'arrêta qu'au bout d'une bonne dizaine de minutes, quand elle fut certaine qu'aucune des choses n'était encore à sa poursuite. Après avoir repris son souffle, elle réalisa enfin qu'elle avait jeté la gemme.

- Mouais, je ne comptais pas m'en débarrasser comme ça... Enfin bon, c'est fait et au final c'est peut être pas plus mal. Ceci dit je me demande quel effet elle aura sur cette créature...

Secouant la tête, esquissant un petit sourire amusé, elle reprit son chemin. Elle finit par aboutir à une section qui semblait plus propre. Tournant l'angle d'un couloir, elle aperçut à quelques mètres de là une solide porte faite d'un étrange matériau...
Journalisée

Police utilisée : Umberssk
Thème musical
Le Diablotin
Avatar
-

Messages: 407



Voir le profil
Fiche
Description
Spéléologue amateur de trous
« Répondre #14 le: Octobre 28, 2015, 06:29:27 »

Qui aimait les égouts, de nos jours ? Ah, ces clichés sur les démons ! L’Enfer n’était effectivement pas un endroit où il faisait bon vivre, mais c’était précisément pour ça que les démons voulaient en sortir. Les Incubes, eux, étaient des démons raffinés, qui appréciaient les bonnes odeurs, le confort, le luxe... Alastar pestait donc en marchant, tout en devant également se concentrer, afin de ressentir les pulsations de la gemme. Fort heureusement, son soutien, ici, vint surtout des noyeurs, qui semblaient plus à son aise que lui dans cet endroit. Ce cloaque faisait qu’Alastar avait du mal à concentre, mais l’odeur de la bonne fée, elle, attirait davantage les noyeurs que celle de l’Incube. Il les suivait donc, jusqu’à sentir la présence de la gemme... Sans celle de la fée.

*Qu’est-ce que ça veut dire ? Ma gemme...*

Il continuait à suivre les noyeurs, jusqu’à parvenir près d’une grille en fer forgée. La gemme était derrière, et Alastar se téléporta derrière la grille, avançant dans un corridor sombre, de plus en plus étroit, qui l’amena devant un mur. En grommelant, l’Incube constata que ce mur sonnait creux, puis après, quelques hésitations, le fit exploser à l’aide d’un sort magique. Un sort qui n’était guère discret, provoquant une explosion qui vibra dans toute la zone.

Derrière la porte, il y avait une crypte souterraine, et il s’y avança. Alastar avait débarqué dans un couloir, mais vit, au fond de ce dernier, de la lumière... Le reflet de flammes. Il s’avança prudemment, et entendit alors des bruits de pas, puis, étonné, vit des hommes armés débarquer.

« Qu’est-ce que... ?!
 -  Un intrus ?! C’est lui qui a fait tout ce boucan ?! »

Plusieurs cadavres de noyeurs gisaient sur le sol du couloir, et les hommes armés avaient tous le crâne rasé, avec, sur leur tête, un tatouage en forme d’œil noir au milieu d’un serpent. Une secte... Alastar avait entendu parler de mouvements sectaires s’organisant dans les souterrains, dans certaines cryptes abandonnées dans les profondeurs de Nexus. Il observa alors les cadavres des noyeurs, et serra les dents.

« Vous avez trouvé une gemme sur l’un des noyeurs, n’est-ce pas ? »

Pour une obscure raison, la fée l’avait balancé là-dedans.

« Qu’est-ce que ça peut te faire, peau-rouge ?
 -  Cette gemme m’appartient, et j’aimerais pouvoir la récupérer.
 -  Sa venue n’est pas autorisée par le Clairvoyant... »

Alastar grommela, et ses mains se mirent à flamboyer.

« Ma. Gemme. Maintenant. »

Les hommes froncèrent les sourcils, et s’approchèrent, en position de combat.

Alastar était par ailleurs nettement plus proche d’Oriana que ce qu’il pensait, car la porte que cette dernière avait trouvée ne faisait que mener à cette crypte...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags: fee  demon  nexus  action  
Pages: [1] 2 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox