banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Tempête de sable [Keesh]  (Lu 559 fois)
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4231



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« le: Juin 03, 2015, 06:06:39 »

Les pattes frôlaient tout juste le sable brûlant, une demi-seconde le temps d’y prendre appuie et de continuer sa course. De par les circonstances en cet instant, Shad s’était vêtit de sa forme animalière qui lui permettait d’avoir une vitesse de pointe plus rapide que celle sous sa forme de Terranide.  Le soleil était à son zénith et empêchait bon nombre de créatures de sortir de leur coin d’ombre. Elle aussi, elle aurait dû rester dans une zone fraîche, à attendre une heure plus clémente où la chaleur du soleil couplée à celle du sol ne risquerait pas de la faire choir. Pourtant,  la seule raison qui l’avait poussé à sortir était cet amas de sable tourbillonnant qui arrivait à pleine vitesse sur les Landes Dévastées. Tout en courant tel un quadrupède, la Louve réfléchissait, se demandant bien pourquoi elle ne s’était tout simplement pas téléportée dans une ville voisine ou bien pourquoi n’avait-elle pas appelée Rukhmar pour voler sur son dos ? La réponse pourtant, elle la connaissait. Par le passé, la Louve avait pu passer quelques jours en ville, oh quelques jours plus ou  moins tranquille, mais c’était bien ici, dans ces contrées reculées du monde qu’elle se sentait la plus vivante, là où la Mort pouvait la frapper à tout instant de diverses manières. C’est en vivant dans ces lieux hostiles qu’elle s’endurcissait. Etrangement, la mort en elle-même ne l’effrayait pas, ou du moins, elle était déjà passée aux Enfers et savait ce qui pouvait l’attendre là-bas.  Levant un instant son museau vers les cieux qui devenaient de plus en plus sombre dû à la présence imminente de la tempête de sable, la Lycane ne put s’empêcher de réaliser qu’elle avait vu le Royaume d’En-Bas, mais qu’elle ne verrait jamais les Cieux.  Après tout, avec tout ce qu’elle avait fait, son accès lui était sans doute interdit. Elle souffla à cette idée, accélérant la cadence.

La Nature était magnifique à ne point douter. Mais de sa beauté pouvait naître des dangers mortels. La Terranide savait très bien que si elle décidait de rester dans une zone découverte, les grains de sables composant la tempête aurait tôt fait de l’asphyxier en s’infiltrant dans son système respiratoire. Ce ne serait certes pas une noyade mais le résultat serait équivalent.  Et déjà, la Louve sentait des grains soufflés par les vents tumultueux qui lui fouettaient l’arrière-train. Son regard azuré vacillait de la gauche à la droite, il était à présent primordial et salutaire qu’elle trouve un abri, et rapidement. Pourtant, qu’importe où se posait sa ligne de mire, elle ne voyait rien qui serait suffisant pour lui garantir un abri sûr où elle pourrait attendre l’accalmie après la tempête.  Sous ses pattes, le sable se mis à son tour à se soulever, emporter par les vents provoquaient par la tempête qui était juste sur les talons de la Lycane. Et avant qu’un voile formé de grain de sables n’obscurcisse la vue de Shad et ne lui permette plus que de voir qu’à un mètre devant elle, la vue salutaire d’une grotte avait fait son apparition.  Cela n’avait duré que deux secondes mais la Louve en avait retenu la direction et s’y dirigeait, tête basse, luttant contre le vent et le sable. Afin d’éviter que ce dernier ne pénètre en elle et l’asphyxie, la Louve retenait du mieux qu’elle pouvait sa respiration, ne prenant que des goulées que quand cela était véritablement nécessaire. La distance vers la grotte était en réalité extrêmement courte mais semblait à la fois si longue. Ce ne fut qu’après une bonne poignée de minute que la Lycane arriva à se faufilait à l’intérieur, marquant un temps d’arrêt tandis que la tempête au dehors faisait rage.

La Louve resta sur place, se transformant, reprenant une apparence plus humaine avec des oreilles et une queue caudale lupine.  Le retour à la normale effectué, la Terranide toussa, crachant quelques grains de sable sur le sol caverneux.  Elle s’essuya par la suite la bouche du revers de la main, observant un peu les lieux. La grotte semblait partir sur plusieurs mètres et disposée de nombreuses cavité. Bien que pouvait voir dans le noir avec plus de facilité qu’un humain, la Louve fit apparaître dans la paume de sa paume des petites boules de feu qu’elle lança dans les petites cavités situées au niveau des parois. Afin de créer des feux naturels ancrés dans la roche. Une manière très simple de s’éclairer à la lueur des flammes vacillantes.  L’Okami s’étira, faisant craquer certains de ses os avant de faire volte-face et de se retourner nez à museau avec un Terranide des contrées froides qui semblait avoir été le premier présent en ce lieu. Ses bras étirés finirent leur mouvement, s’arrêtant derrière la tête de la Terranide en position de croix, de support à sa nuque. Elle marqua un arrêt et lança tout simplement.

« Salut. »

Ni plus, ni moins.  Ses bras restèrent croisés derrière sa tête et sa queue s’était mise à doucement battre de gauche à droite. Son regard quant à lui observait les mouvements de la créature en face d’elle, au moindre mouvement, la Louve était prête à réagir en conséquence malgré l’apparence m’enfoutisme qu’elle semblait abordait en ce moment même. Et dire qu’elle n’avait pas remarqué de suite sa présence ! A cette pensée, un léger grognement s’extirpa de sa gorge mais le mal était fait à présent.
Journalisée

Keeshanic
Terranide
-

Messages: 1070


Jean-Loup le Magnifique


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juin 10, 2015, 11:57:33 »

Le Temps vous fait oublier plusieurs choses. Le Temps nous arrache certains souvenirs que l'ont croyait endurer toute notre vie, pour le meilleur ou pour le pire. Cette cruelle Maîtresse vole nos joies, nos peines, nos aspirations, notre force et parfois, notre propre nom. Le Temps réclame tout ce que nous avons et tout ce que nous sommes. Pas pour Keeshanic. Keeshanic ne pouvait s'empêcher d'oublier. Oublier ce qui causait et animait le feu de rage qui crépitait en son esprit. Il ne pouvait pas empêcher la peine, la souffrance et l'humiliation qu'il a vécue au service des humains. Il fut traité comme un domestique, comme un animal de chasse, comme un simple jouet pour une noble cruelle et délaissée qui éprouvait du plaisir à infliger de la souffrance. Sa fierté ne pouvait l'empêcher d'oublier ces épreuves qui ont forgé son caractère, tempéré son âme telle une lame. Oh, pas qu'il visait à se venger. Ceux qui lui ont fait vivre tout ça ont déjà goûté à leurs justes dus et il ne désirait pas répéter cette destinée à tous les humains. Mais ce sont ses expériences qui le gardent aux aguets. Plus jamais il ne se fera capturer de cette manière.

Depuis combien de temps avait-il fui Ashnard? Il ne pouvait plus le dire. Des années? Peut-être pas, mais facilement quelques pleines lunes. Ça, il en était certain. Les jours se comptaient difficilement en cette partie du monde, de nombreuses tempêtes de sable balayaient souvent les environs, cachant soleil et étoiles lors de leur passage. Aujourd'hui ne faisait pas exception à cette règle. Keeshanic n'avait même pas besoin de sortir de sa caverne pour le sentir. Le vent se levait et le sable fin menait une élégante danse qui célébrait la venue des terrifiantes forces de la nature. Il ne voyait pas ce spectacle, mais il le sentait dans l'air, il l'entendait par les sifflements irréguliers de la pierre. Keeshanic ne faisait qu'un avec la nature et ses sens n'en étaient que développés de manière presque surhumaine. Du moins, son ouïe et son odorat l'étaient. Mais la lever du sable amenait plus que des dangers, elle amène également l'heure du repas. Lors des tempêtes, les chasseurs sortaient de leurs cachettes et arpentaient les buttes sableuses à la recherche de voyageurs perdus ou des quelques herbivores de la région. Keeshanic n'en avait pas après les herbivores, mais après les chasseurs. Malgré leur apparence répugnante, le loup avait découvert bien vite que leur chaire était délicieuse. Avant que la tempête ne se lève, Keeshanic s'était retiré un peu plus loin dans le désert, là où il avait découvert une cachette de vers des sables. Malgré leur nom, ces créatures se rapprochaient davantage du reptile. Ils ressemblaient à de grands serpents à la gueule reptilienne, la gueule remplie de centaines de crocs tranchants, avec deux mandibules assez puissantes pour casser du roc, exploit dont le grand loup avait été témoin. Ses créatures ne possèdent pas d’yeux et utilisent leur ouïe surdéveloppée pour chasser. Il était non loin de leur cachette, à quatre pattes, l'oreille près du sol, les yeux clos. Il pouvait les sentir sous le sable. Deux vibrations particulièrement inquiétantes s'éloignaient rapidement du nid. Les adultes venaient de partir et avaient laissé leurs petits à la maison. C'est exactement ce que le loup recherchait. Un ver adulte prenait des dimensions absurdes et malgré ses talents et sa force, Keeshanic savait très bien qu'il n'avait aucune chance s'il essayait de se battre contre ses créatures dans leur propre domaine. Leurs petits par contre...

Il ne fit que deux ou trois pas vers le nid avant de sentir plusieurs vibrations qui se lançaient vers lui à une vitesse folle. Quatre... Non, cinq enfants. Pas très gros. Il se lança sur le côté, une créature jaillit du sol, exactement à l'endroit où il était. La bête était aussi grande que lui. Quatre autres vers tout aussi grands s'expulsaient du sable, leur gueule pointée dans sa direction, poussant des hurlements stridents. Celui qui l'avait attaqué en premier se jeta sur lui. Il esquiva en sauta dans les airs. Une fois au sol, il se coucha à plat ventre, en évitant un autre qui avait tenté de le prendre au vol. Il esquiva une autre charge vers la droite, une quatrième vers la gauche. Il sauta sur le dernier, le renversa au sol et planta ses griffes dans son abdomen encore sensible dû à son âge pour arracher son cœur. La bête poussa un hurlement et tomba raide mort. Il savait comment les chasser. Tous se lançaient un à un pour éviter de se rentrer dedans à cause de leur taille et se retourner leur prenait toujours un peu de temps comme ils n'avaient d'autre moyen que d'onduler sur le sol pour se déplacer. Le dernier à charger était donc vulnérable. Il avait également étudié leur anatomie. Si les adultes étaient recouverts d'une épaisse carapace digne des écailles d'un dragon, les enfants, eux, étaient plus sensibles et leur ventre était particulièrement mou. L'un quitta son groupe, emporté par la rage et la perte de son frère. Il tenta de décapiter le loup d'un simple coup de mandibule. Le grand loup agrippa ses mandibules tranchantes, grognant, tandis qu'un épais filet de sang coulait à profusion de ses pattes. Poussant un rugissement bestial, Keeshanic poussa vers l'avant, écartant les armes naturelles de la créature qui finit par s'arracher. Elle tomba sur le sol, se tortillant de douleur tandis que sang verdâtre. Keeshanic en tua un autre en plantant les mandibules cassées dans ce qui pouvait servir de gorge à ses créatures. Elle tomba sur le sol, s'étouffant dans un gargouillis de sang. Les deux derniers n'ont pas offert beaucoup plus de défi au chasseur, bien que l'un d'eux avait réussi à le renverser au sol et à lacérer son torse et son crâne, lui laissant une large et profonde coupure sur son poitrail et au-dessus de son sourcil gauche. Satisfait, il amena les carcasses vers sa caverne avant que les adultes ne reviennent. Ceux-ci n'allaient pas être contents de constater que leur famille au grand complet vient d'être tuée.

La tempête venait tout juste de se lever dans les environs de sa demeure. Les vents étaient violents, le sable brûlant chauffait ses blessures, rendant le trajet beaucoup plus difficile qu'il ne devrait l'être. Mais tout ça n'était pas ce qui l'inquiétait. Le vent avait effacé presque toutes les preuves visuelles, mais il ne pouvait pas tromper son nez. Quelqu'un était chez lui. Il grogna, laissant tomber les carcasses à l'entrer, silencieusement et s'avança. C'était visiblement une femme. Une terranide même, à en juger à ses oreilles et sa queue de louve. Par contre, un détail le dérangeait. Elle ne l'avait pas remarquée, à croire qu'elle venait tout juste de rentrer. Il se leva sur deux pattes, la fixant du haut de son trois mètres. Même s'il l'avait surpris, elle ne semblait pas ébranlée. Pas du tout même. Elle lui lança une salutation, bravant son regard. Il plissa les yeux, humant l'air autour d'elle. Son odeur était... Particulière. Terranide, mais également bien d'autres choses. Elle n'était pas naturelle.

''Qu'est-ce que tu es.'' Lâcha le grand loup dans un grognement rauque, témoignant de sa difficulté avec le langage des hommes. Il avait également dit ''qu'est-ce que tu es'' et non ''qui es-tu'', il avait été très clair là-dessus.

Il ne pouvait pas cataloguer son odeur. C'était unique, hors de ce monde et franchement... ça le dégoûtait. Il ne montrait pas les crocs, il n'avait pas l'air agressif, mais il semblait tout aussi prêt qu'elle à lui sauter à la gorge, même s'il avait piètre allure avec ses blessures. Oh, c'est vrai. L'ignorant un peu, il sortit de sa grotte quelques instants, revenant quelques secondes plus tard traînant les cinq énormes carcasses pour les mettre au fond de la grotte. Il ne voulait quand même pas laisser le vent et le sable dévorer ses proies. Ou pire encore, attirer les parents avec l'odeur du sang.

''Toi partir. Pas la bienvenue ici.''
« Dernière édition: Juin 11, 2015, 12:03:23 par Keeshanic » Journalisée

Pvt. Keesh, gros con première classe.
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4231



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #2 le: Juin 12, 2015, 09:40:15 »

La Louve était petite face à l’imposant furry se tenant devant elle.  Il la surplombait de toute sa hauteur et pourtant, elle le fixait droit dans les yeux sans ciller, sans trace de peur  ou de mouvements pouvant faire penser à une attaque de sa part. Mais elle se tenait également prête à réagir, tout comme devait l’être également cet imposant Terranide.  A bien y réfléchir, elle en avait croisé quelques-uns durant ses voyages mais c’était bien la première fois qu’elle en voyait un de cette carrure. Une personne censée aurait pris ses jambes à son cou, et serait morte comme une idiote dans la tempête de sables faisant rage dehors. Mais la Louve restait là, laissant une atmosphère pesante s’installer, comme si un rapport de force silencieux s’effectuait entre les deux êtres.  Elle n’eut aucune difficulté à comprendre et surtout à constater que le loup en face d’elle pouvant être considéré comme une machine à tuer. De puissantes griffes, encore couvertes de sang, une musculature imposante, une gueule garnie de crocs. Non, mieux valait ne pas être son ennemi. La Lycane à côté de ce monstre avait l’air bien chétive et pourtant, c’était cette apparence si frêle qui lui permettait de cacher son jeu, sa véritable identité. Et elle n’allait pas s’en plaindre loin de là !

« Qu’est-ce que tu es … »avait demandé la créature.


Une question bien pertinente ? Qu’était-elle ? Elle pourrait lui répondre qu’elle était une Terranide mais elle sentait que cela ne suffirait pas à apaiser la méfiance de ce loup. Devait-elle lui dire donc qu’elle avait eu quelques pouvoirs démoniaques ? Peut-être mais la croirait-elle ? Elle en doutait sur ce point. Dans tous les cas, tout ce que la Louve pouvait ressentir avec cette question était la méfiance non dissimulée du propriétaire de la grotte, qui n’attendrait sans doute pas des lunes. Il lui fallait une réponse et vite, et cette dernière arriva spontanément sans qu’elle y est réellement à y réfléchir.

« Pas ton ennemi. »

C’était concis mais véridique. L’Okami ne voyait pas l’utilité d’expliquer en long en large et en travers qui elle était à l’imposant loup. Non, elle lui confirmait juste qu’elle ne lui chercherait pas des noises et pendant que ce dernier s’absentait pour ramener des vers géants, sans doute ceux qui étaient à l’origine de ses blessures, dans la grotte, elle marcha un peu au sein de cette dernière, s’arrêtant subitement quand il lui demanda de partir. Sa tête se tourna vers l’extérieur ou la tempête faisait rage, ayant même doublée d’intensité. Sortir ici serait digne de signer son arrêt de mort et sur le point la Terranide fut étonnée de voir ce loup osait braver la tempête quelques secondes pour rameuter ses proies à l’intérieur de la grotte.

« Après la tempête, pas avant. »

L’Okami avait compris que faire des longues phrases ne serviraient à rien avec cette créature, ou du moins c’est ce qu’elle présagé. Peut-être se trompait-elle mais pour l’heure, elle n’avait également pas envie de faire des phrases longues de dix pieds et une simple réponse concise était parfois suffisante. Elle se rendit par la suite dans un coin de la grotte et s’installa contre la paroi, augmentant légèrement l’intensité des flammes se trouvant dans les petites cavités. D’un geste du menton elle désigna les cinq vers.

« Si tu as peur que je te pique ton repas, tu n’as pas à t’en faire, je ne le prendrais pas et je ne te gênerait pas. »

La Lycane laissa ensuite ses doigts glissaient contre son médaillon arachnéen, dessiner son contours, elle l’observa d’un air absent, avant de tout simplement le relâcher. Puis, elle releva sa tête et se mis à observer devant elle, observant de ce fait l’extérieur. Là où elle se trouvait, la Louve avait une vue sur l’intégralité de la grotte, ou du moins une grande partie et surtout sur le grand loup. Elle osa lui demander, d’un ton légèrement amusé.

« Pourquoi tu veux me chasser ? Je te ferais peur ? »

Un être aussi imposant que lui avoir peur d’une si frêle créature telle qu’elle ? Voilà qui était bien impensable, mais la Louve voulait savoir et puis, cela lancerait un peu la discussion.

Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox