banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 7
  Imprimer  
Auteur Sujet: Long Live The Vampire [Vanillia Carnelle]  (Lu 5645 fois)
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« le: Mai 31, 2015, 02:06:27 »

Suite du RP « Entrevue ludique ».


Chronologie

  • Il y a plus d’un millénaire, la famille Warren était à son apogée. Elle était alors un véritable clan seigneurial, composé de nobles, de personnes influentes et puissantes, ayant des propriétés terriennes sur lesquelles s’étalaient d’immenses villes, des châteaux, des armées entières, et même des membres siégeant au Conseil Impérial ;

  • Il y a environ six cent ans, le clan Warren fut décimé lors des évènements tragiques de la Guerre Civile du Roi Cramoisi. Ayant rejoint les Loyalistes, Lord Warren avait peu à peu perdu la guerre, et, avec l’exil de l’Empereur, toutes ses terres lui furent arrachées. Le Conseil Impérial nouvellement constitué le déchut de son titre de noble, ne lui laissant plus comme refuge qu’un harem privé poussiéreux au sein de la capitale, harem qui, pendant la Guerre, avait servi de centre de torture pour les rebelles. Lord Warren perdit sa femme quand cette dernière accoucha de leur second enfant, Mélinda, cette dernière n’ayant jamais pu se remettre de leur déchéance. Déjà rendu instable par son rapprochement avec le Roi Cramoisi, Lord Warren sombra dans la démence, considérant Mélinda comme un monstre lui ayant ôté la seule chose qu’il lui restait encore : sa femme. Humiliée et traitée comme une pestiférée, Mélinda prit sa revanche quand les ennemis politiques de Lord Warren firent d’elle un cheval de Troie, la transformant en vampire pour qu’elle tue son père, ce que Mélinda fit avec plaisir. En récompense, les Impériaux lui attribuèrent la propriété du harem, convaincus qu’ils pourraient récupérer le stock, ne voyant pas comment Mélinda, en tant qu’ancienne esclave désolée, pourrait tenir. Une erreur qui leur fut fatale. De son passé, Mélinda ne conserva que son grand-frère, Bran, qu’elle tortura pendant des années, le transformant en vampire, jusqu’à pouvoir le briser, et ainsi le réécrire, faisant ainsi de lui un test pour toutes les techniques de dressage possibles et existantes, jusqu’à faire de lui le parfait grand-frère. Surprotecteur envers sa soeur, tueur incarné capable de maîtriser sa circulation sanguine pour annihiler la douleur, Bran veille depuis lors, et jusqu’à mort, scrupuleusement sur sa soeur ;

  • Il y a environ un siècle, Mélinda Warren gagna une influence considérable en parvenant à un accord commercial central avec Sylvandell. Le harem était alors en train de se développer progressivement, écrasant les autres maisons closes ashnardiennes en se rapprochant des mages de l’Académie Impériale d’Ashnard. Sylvandell était alors un royaume guerrier ayant de nombreux prisonniers de guerre qu’il fallait éduquer, afin de les insérer dans les circuits économiques impériaux. Mélinda se chargea alors de récupérer ces esclaves, afin de les dresser, et d’en retourner une partie à Sylvandell, tout en conservant le reste pour étendre son influence ;

  • Il y a environ dix ans, le Harem Warren était devenu une structure imposante et incontournable au sein de la capitale impérial, un lieu réputé et renommé. Ayant beaucoup d’argent, et ayant réussi à maîtriser une Faille temporelle pour se créer un Portail sur Terre, Mélinda acheta sur Terre le manoir qui se trouvait de l’autre côté, et le réhabilita, dans le but de s’étendre sur Terre, en trouvant de nouveaux esclaves ;

  • Il y a plus d’un an, à la suite d’une déception amoureuse avec une humaine qui refusa le Don, Mélinda transformait accidentellement une lycéenne en vampire, Akira, ayant de ce fait une fille. Les relations entre elles furent particulièrement tendues, mais, grâce à l’aide de Kaori, une lycéenne-esclave de Mélinda, et aussi meilleure amie d’Akira, cette dernière se fit progressivement à sa nouvelle condition

  • Il y a quelques mois, Mélinda Warren fit l’acquisition d’une importante guilde, grâce à l’argent offert par Ishtar Naviento pour l’achat d’un esclave qui lui était précieux, Theorem. Cette guilde, moribonde, fut donc achetée avec les lingots de platine de Naviento, et Mélinda investit beaucoup dedans, afin de la renforcer, de l’agrandir, d’améliorer l’équipement, les locaux, sa publicité, et attirer des guerriers plus compétents que ceux s’y trouvant ;

  • Il y a un mois, Mélinda étendit son influence dans toutes les directions. Pour commencer, elle se rapprocha d’autres esclavagistes ashnardiennes, les Jumelles Karistal, parvenant à un accord avec elles. Ensuite, elle se rapprocha d’une mystérieuse magicienne vivant près de Zon’Da, Evangeline, avec lequel elle négocia un accord similaire : fournir à ces femmes des esclaves, afin de développer leur activité, tout en conservant la propriété de ces esclaves. Une sorte de location-gérance d’esclaves, autrement dit. Religieusement, elle se rapprocha de la Déesse de la Luxure, Lust, en hébergeant chez elle son héraut, l’Ange Sya. Elle se rapprocha également d’un esclavagiste nexusien, Lenn Silvercoat, secrètement un Lycan, Mélinda parvenant, de manière énigmatique, à contrôler les pulsions du Lycan, et ainsi à exercer sur lui une forte autorité, ce qui la rapprocha donc de Nexus, et contribua à étendre ses griffes un peu partout, et à développer son Empire commercial ;

  • Il y a quatre semaines, Mélinda rencontra une vampire vivant dans les contrées de l’Empire, Vanillia Carnelle. La belle vampire, qui vivait dans un château, et qui produisait notamment du vin grâce à ses fermes, était tombée sous le charme de Mélinda. Très similaires, les deux vampires, après une longue nuit pleine de bonheur, en arrivèrent à la conclusion qu’elles allaient se marier, en suivant les rites vampiriques. Un mariage qui permettrait d’anoblir Mélinda, mais aussi lui permettrait de créer son clan, car seule une personne noble peut ouvrir un clan vampirique ashnardien ;

  • Il y a deux semaines, Mélinda obtint auprès de ses contacts au sein de l’Empire, à savoir l’Archimage et Haut-Fonctionnaire impérial Samara, l’autorisation, non seulement de devenir anoblie, mais aussi d’ouvrir son clan ;

  • Maintenant, une nouvelle ère va commencer pour Mélinda Warren.





De mémoire de vampire, le Harem Warren n’avait jamais été fermé. Jamais depuis qu’il était devenu public, il y a de cela plus de six siècles. De jour comme de nuit, et que ce soit des jours fériés ou non, ses portes avaient toujours été ouvertes, car il y avait toujours des cuisses pour les clients... Même lors d’évènements exceptionnels, de grandes soirées, de réceptions arrosées, les simples visiteurs pouvaient venir dépenser leurs deniers dans les cuisses des esclaves de Mélinda, et ainsi goûter aux rêves, ensemençant leurs fantasmes et leurs nuits de souvenirs intemporels et inoubliables.

Aujourd’hui, le Harem était fermé. Les curieux se pressant à l’entrée de la grille pourraient voir le message suivant :

Citation
Avis à la clientèle

En raison de Circonstances Exceptionnelles,
La Direction vous informe que, en ce jour, et en toutes les autres années où ce Jour béni viendra,
Le Harem sera fermé.
Aujourd’hui, nous célébrons le Mariage de notre Maîtresse bien-aimée.
L’an prochain, nous célébrerons ce Mariage.

Tous les Clients sont conviés à assister à cet Évènement !
Pour ce faire, il vous suffit de vous rendre au Palais Impérial pour réserver votre place !

Ce n’était pas tous les jours qu’on se mariait, a fortiori un mariage vampirique. De fait, en consultant les archives impériales, on pouvait presque compter sur les doigts d’une seule main le nombre de mariages vampiriques. Un mariage vampirique était beaucoup plus important qu’un simple mariage civil, voire religieux. C’était une institution ancestrale, vieille comme le monde, ou presque, et dont le sens avait été magnifiquement décrit, dans une étude, par l’Huissier de Justice ayant assisté à l’un de ces mariages, Maître Koony Lopwsey :

Citation
« Tout mariage est, fondamentalement, une union entre deux personnes physiques. Une union qui a pour conséquence principale d’unir deux familles, tant d’un point de vue juridique que social. C’est à la fois une convention entre deux êtres, et aussi, dans bien des cultures, un sacrement religieux. Dans une vision laïque de cette institution, le mariage n’est qu’une convention, c’est-à-dire qu’elle doit correspondre aux conditions juridiques élémentaires pour être valide. Faite entre deux personnes ayant une capacité de discernement, elle peut être librement révoquée d’un consentement mutuel, qui soit à la fois libre et éclairé, et ce nonobstant toutes les conséquences patrimoniales et extrapatrimoniales s’attachant à la résiliation d’une telle convention.

À travers les âges, les races et les civilisations, il est patent de constater que chaque culture, quelle qu’elle soit, et même la plus barbare qui soit, connaît une institution qu’on peut intituler ‘‘mariage’’. Chaque culture y assigne des rôles différents, des conditions particulières, des cérémonies spécifiques, mais, fondamentalement, on y retrouve toujours la même idée : une union entre deux êtres.

Le mariage vampirique, lui, est quelque chose de particulier... Et, par ce terme, j’entends là le mariage traditionnellement conçu par les vampires, et ce que chaque clan vampirique considère comme étant un véritable mariage. En effet, là où le mariage n’a pour but que d’unir deux êtres, de les amener à vivre ensemble, le mariage vampirique, lui, entraîne des conséquences beaucoup plus grandes. Loin de se contenter de n’être qu’une simple union, il est en réalité une fusion, ce qui soulève, outre d’éminentes et intéressantes questions juridiques, des questions et des débats philosophiques sur la nature même de l’être humain, et sur ce qui définit notre individualité, notre singularité par rapport aux autres.

Attardons-nous brièvement sur la présentation de ce mariage, avant de l’aborder plus spécifiquement dans la suite du développement.

Un mariage vampirique unit de la manière la plus intime qui soit deux vampires, dans une cérémonie qui est extrêmement codifiée, et dont les éléments centraux doivent être scrupuleusement respectés, sous peine de nullité de tout le mariage... Une nullité absolue, c’est-à-dire qu’elle peut être soulevée par toute personne, même extérieure au cercle familial, qui aurait un intérêt à en demandant l’annulation. Mon étude m’a permis de lister les évènements suivants, qui seront bien entendu détaillés plus bas :


  • La cérémonie doit impérativement avoir lieu dans un bassin rempli de sang. L’étude s’intéressera sur la qualité requise de ce sang et sur d’autres éléments, mais, au titre de cette introduction, on peut d’ores et déjà dire que le sang doit être de bonne qualité, et que la qualité et la quantité du sang versés illustrent l’importance du mariage ;
  • La cérémonie doit avoir lieu en présence de plusieurs témoins, qui pourront assister de la réalité du mariage. L’usage recommande, pour une meilleure opposition aux tiers du mariage, la présence d’un Officier ministériel, tel un Huissier assermenté par l’État dans le pays duquel a lieu le mariage, un Notaire, ou encore un Haut-Fonctionnaire, comme un Maire ;
  • La cérémonie en elle-même se déroule d’une manière assez rituelle. Les deux vampires entrent chacun dans le bassin, et, pendant une durée de plusieurs heures, s’unissent, aussi bien charnellement, que spirituellement. Pour cela, ils doivent chacun se mordre mutuellement, et ainsi absorber le sang de l’un et de l’autre. L’idée est d’aboutir à la fusion susmentionnée en mélangeant leurs groupes sanguins, de telle sorte que, en les sentant « sanguinement », un vampire ne puisse percevoir aucune différence entre eux. Nous rappellerons ici, pour la compréhension, ô combien le Sang est une notion importante pour les vampires.



En  conséquence de ce qui précède, une cérémonie parfaitement aboutie conduit à ce que les identités des deux personnes soient confondues, et à ce que, ce faisant, leurs patrimoines communs soient totalement mélangés en un patrimoine unique. On comprend dès lors toute l’importance d’un mariage vampirique, car il exclut, de fait, toute convention matrimoniale qui aurait pour but de limiter la constitution du patrimoine commun. Tous les biens propres des époux deviennent ainsi des biens communs, sans distinction aucune. Ainsi, tous les titres s’attachant à l’idée de l’un échoient naturellement à l’autre.

On pourrait dire que ceci pose problème en cas de divorce, mais, pour autant que nos recherches ont permis de le prouver, aucun divorce n’a jamais eu lieu. Quand l’un des deux vampires vient à mourir, l’autre mourrait également dans la foulée. On comprend dès lors pourquoi ce rituel est désuet, et si rarement provoqué, au vu des conséquences qu’il entraîne.
»

Et pourtant, aussi désuet soit-il, Mélinda allait le faire. Une folie, aurait-on pu dire, et certains le faisaient, mais, de toute sa vie, elle n’avait jamais été aussi sûre de son coup. L’annonce du mariage avait été diffusée dans tout l’Empire, car les clans vampiriques savaient ce que ce mariage impliquait... Et, même au-delà du clan, tous ceux qui, jadis, avaient écrasé les Warren et s’étaient enrichis en volant leurs terres, comme les Van Emreis, qui s’étaient copieusement servis, savaient ce que cela signifiait : Vanillia Carnelle était noble. En l’épousant suivant ce rite très ancien, Mélinda acquérait un titre de noblesse. Autrement dit, la déchéance des Warren, qui avait eu lieu il y a plusieurs siècles, ne serait plus d’actualité, et les Warren reviendraient sur le devant de la scène. Difficile de les attaquer, car Mélinda avait tout prévu. Samara, son contact au sein de l’Empire, avait obtenu l’autorisation de la main du Conseiller Impérial Emhyr Van Emreis lui-même, et rares étaient les Ashnardiens désireux de s’opposer à Emhyr, descendant de l’une des Familles Fondatrices. Un véritable coup de poker politique, qui, non seulement, permettrait à Mélinda devenir Comtesse, mais aussi de pouvoir constituer un Clan.

Et, pour le coup, un grand nombre d’invités étaient attendus afin d’homologuer ce mariage. Les plus importants, celles qui assisteraient à la Cérémonie, et pourraient attester de son existence et de son authenticité, étaient deux femmes que Mélinda connaissait très bien : Samara, et Alice Korvander. La Princesse héritière de Sylvandell était venue avec sa femme, Sakura, pour célébrer ce mariage, auquel assisterait également différentes esclaves, ainsi que la fille de Mélinda, Akira Warren.

La cérémonie en question allait avoir lieu dans le plus grand bassin du harem, qu’on avait vidé de son eau, afin de le remplir du sang de vierges et de jeunes enfants, ponctionnés sur les différents esclaves de Mélinda.

Tout était prêt... Et tout était imminent.
« Dernière édition: Juin 28, 2015, 11:51:09 par Mélinda Warren » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Vanillia Warren
Créature
-

Messages: 90


"Je ne mords pas, je le promets !"


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juin 07, 2015, 02:28:09 »

Un grand jour se préparait pour Vanillia. En effet, une nouvelle page allait s'écrire en ce jour si spécial. Comment est-ce qu'un jour aurait-elle pu prévoir une telle chose. Elle se souvenait encore de ses parents, de l'époque où ils étaient en vie et qu'elle n'était qu'une humaine. Le mariage chez les nobles avait toujours été une affaire, un business entre famille. Pas de place pour le choix ou pour les sentiments. À l'époque, la jeune fille était sûrement destinée à épouser un jour un dignitaire Ashnardien ou un autre noble, peu importe son âge et sa tête, juste pour satisfaire des accords et des contrats juteux. C'était pour cette raison que le mariage l'avait depuis toujours repoussé. Là n'était pas le fait qu'elle détestait cela, mais qu'elle en avait en réalité peur. C'était un engagement après tout. Et qui disait engagement, disait responsabilités. Et les responsabilités avec Vanillia … C'était impossible. Elle était encore trop jeune pour ça, trop sanguine, trop fougueuse comme on disait. Mais cela, c'était avant … Quand elle était humaine. Vanillia devint une vampire, et tout changea à partir de ce moment. Même si elle fut traitée comme une esclave pendant plusieurs années, sa nouvelle condition lui apporta un regard différent sur bien de choses.

Tant d'années passée seule, avec ses gens dans son château. Expérience sexuelle après expérience, mais au fond, elle avançait dans le vide. Qu'elle était le but de tout ceci ? Elle était riche, entourée de somptueuses femmes qu'étaient ses domestiques, et était appréciait par toute la haute société Ashnardienne car elle leur fournissait l'un des plus savoureux vin de toute la région. Que demander de plus. Elle ne s'ennuyait pas, mais sentait quelque chose au fond. Un quelque chose qui lui manquait. Sans jamais avoir réussie à définir ce que c'était, la réponse commença alors à lui venir quand elle fit une rencontre. À l'occasion d'un contrat, elle fut alors mise en contact avec une femme, une gérante d'un harem. Une vampire, exactement comme elle. Cette femme répondait au nom de Mélinda Warren, et dès leur premier échange de regard, Vanillia avait senti quelque chose changer en elle. Le vide se combla un petit peu plus, sans aucune explications. Puis, le temps fit son affaire et après des mois, l'évidence arriva à la tête de la noble.

Elle était tombée amoureuse de Mélinda. Ce n'était pas un amour purement physique et sexuel, c'était quelque chose de bien plus profond. Quelque chose en Mélinda l'attirait cruellement vers elle, un point d'intersection entre l'âme de Vanillia et la sienne. Les deux femmes avaient du mal à l'expliquer elles-mêmes, mais le résultat était là. Pour autant, la vampire qui avait toujours eu peur de cela, se sentit incroyablement sereine. Et en vue de la profession de Mélinda, il paraissait impossible que les deux femmes s'unissent pour l'éternité. Et pourtant, le soir où Vanillia l'invita chez elle pour lui déclarer ses sentiments, au cours d'une folle nuit de sexe et de sueur intensive, elle fut demandée en mariage par celle-ci. Un mariage vampirique, comme elle le qualifia. Une union bien plus profonde qu'un vulgaire mariage comme les humains le faisaient. Selon les dires de Mélinda, l'union vampirique allait faire en sorte de les lier physiquement pour le restant de leur jour. En se mordant, elles allaient alors partager le même sang et devenir sœur, en quelques sortes. Mais le plus intéressant était que tout ce qu'elle possédait, absolument tout, serait mis en commun. Biens, possessions et tout autre appartiendraient autant à l'une qu'à l'autre.

Et le détail qui rendait la chose encore plus intriguant était que la vie de l'une dépendrait à présent de la vie de l'autre. En partageant le même sang, elles allaient partager les mêmes souvenirs, le même esprit. Elles allaient se lier éternellement. Ce que ressentirai l'une, l'autre allait aussi le ressentir. Et cela s'appliquait dans tout … Même dans la mort. Si un jour l'une venait à mourir, l'autre en ferait de même instantanément. C'était pour cette raison que ce mariage vampirique était, d'ordinaire, une affaire à ne surtout pas prendre à la légère. Et Mélinda, impétueuse, avait quand même choisie de franchir le pas. Cela prouva à Vanillia qu'elle lui portait aussi de puissants sentiments à son égard, sinon elle n'aurait pas proposé une telle chose. À présent, et plus que jamais, elle voulait s'unir à Mélinda.

La cérémonie allait donc avoir lieu dans le harem de la vampire. Le bassin avait été vidé de son eau pour le remplir avec du sang, provenant d'esclaves vierges. Il était à présent temps de franchir le pas définitivement. Vanillia était nerveuse, et c'était normal. Elle était aux cotés de sa futur épouse, vêtue uniquement par une légère robe prête à tomber, vu qu'elles allaient entrer dans le bassin à nue. Elles étaient autour de celui-ci, et les témoins étaient déjà là. Beaucoup de visages étaient inconnus à Vanillia, bien que certains lui disaient vaguement quelque chose. Elle était très nerveuse, à un tel point qu'elle ressentie la nécessité de prendre la main de Mélinda entre la sienne et de la serrer. "Tu … Tu es prête, Mélinda ? Moi, je le suis …" Lui demanda-t-elle, ne sachant réellement pas quoi dire en cet instant. Elle avait même tenté de la rassurer en lui affirmant qu'elle était aussi prête, mais son ton était peu convainquant. Même si au fond elle l'était, le stress de la nouveauté et du cadre était toujours un élément perturbateur.

Le bassin était rempli de sang, et n'attendait plus que ses deux convives …
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #2 le: Juin 08, 2015, 01:38:53 »

Une autre vampire qui se tenait autour du bassin était la silencieuse Motoko. Cette femme s’était beaucoup rapprochée d’Akira, et était, à bien des égards, considérée comme une fille adoptive de Mélinda, même si elle était plus vieille qu’elle. Motoko était en effet une vampire millénaire, qui avait jadis été enfermée dans les profondeurs de Seikusu par des religieux. Elle s’était retrouvée dans les sous-sols du lycée Mishima, avant d’être délivrée par les esclaves de Mélinda, et d’être adoptée par elle. Motoko sortait très rarement du manoir, et, pendant des mois, elle était restée à l’intérieur, afin de s’habituer à ce nouveau monde. Maintenant, elle était de nouveau inscrite au lycée, et, pendant son exil au manoir, elle s’entait rapprochée de la véritable fille de Mélinda, Akira. Ensemble, elles avaient progressivement réussi à admettre leurs situations respectives : que Motoko devait s’insérer dans un monde bien différent du Japon féodal, et qu’Akira était maintenant une vampire. Mélinda était sûre que les deux faisaient régulièrement l’amour, et avoir Motoko serait précieux pour son futur clan, car elle avait un sang pur...

Au sein des vampires, il existait une division bipartite entre :

  • Les « Transmués », terme désignant les vampires issus d’une morsure vampirique, et qui étaient les plus fréquents ;
  • Les « Sang-Pur », désignant les vampires qui naissaient ainsi, et qui, compte tenu du fort taux de stérilité de vampires, étaient rares, car un Sang-Pur devait nécessairement avoir un père vampire et une mère vampire, sous peine d’être considéré comme un être inférieur.



De fait, il existait quantité de légendes sur l’existence des vampires, ou, plutôt, sur leur origine. La théorie religieuse disait que les vampires descendaient tous de Caïn, le premier vampire, celui qui, dans les Saintes-Écritures, avait été le premier meurtrier de l’Histoire en tuant Abel, et avait ensuite été condamné par Dieu. Mélinda ne croyait toutefois pas en cette théorie, car, pour elle, il n’y avait rien de maudit dans le fait d’être un vampire. Elle estimait au contraire que c’était une bénédiction, et, tenant la main de Vanillia dans la sienne, les deux femmes marchaient dans un couloir, éclairé par quelques torches. Chacune portait des robes blanches, fines, très légères.

Nerveuse, Mélinda l’était. Elle avançait vers la double porte battante, un fin rai blanchâtre en sortant. C’était un grand moment en perspective, et elle ne pouvait qu’être tendue. Une forte tension remuait en elle à l’idée du grand changement qui l’attendait dans sa vie derrière cette porte... Il n’était maintenant plus possible de reculer, ce couloir étant comme un rappel de toute sa vie. S’il y avait des fresques le long des murs, elles retraceraient sa vie, mais elle n’avait pas besoin de peintures pour le voir.

*C’est un grand moment... Seule une folle ne serait pas nerveuse...*

Mélinda serrait les doigts de Vanillia un peu forts, ses griffes venant lécher ses doigts. Elles arrivèrent ainsi dans la pièce, et Mélinda soupira, en voyant le public qui l’entourait. Samar a se tenait devant elles. Elle était l’officier d’état public, chargée de diriger la cérémonie. Les deux femmes se regardèrent, se rapprochant des marches menant dans le bassin. Les invités formaient un arc-de-cercle s’étalant devant elles, et Mélinda croisa le regard de son amoureuse. Un peu de sang coulait déjà de leurs mains.

« Oui... Oui, je le suis... »

Samara intervint alors, s’exprimant d’une voix forte :

« Déshabillez-vous mutuellement, et rentrez dans le bassin. »

L’Archimage prenait son rôle à cœur, Mélinda ayant, après tout, toujours été son poulain. La vampire se retourna donc vers Vanillia, et tira sur la corde de sa robe, puis la déshabilla, laissant ensuite Vanillia la déshabiller à son tour... Avant de rentrer dans le bassin, main dans la main.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Vanillia Warren
Créature
-

Messages: 90


"Je ne mords pas, je le promets !"


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Juin 13, 2015, 04:38:56 »

Un grand moment, ça l'était. Qu'allaient-elles devenir après cela ? Comment serait leur vie ? Autant de questions qui n'avaient pas de réponses. Si Vanillia ne regrettait en rien la décision de se marier à Mélinda, elle ne pouvait s'empêcher d'être très nerveuse. Elle repensait encore à leur nuit où elles avaient fait furieusement l'amour, et où cela avait été le moment de la demande. Vanillia s'était toujours dite que déclarer ce genre de sentiments ne pouvait mieux se faire qu'au travers une bonne séance de sexe, mais elle ne s'était guère attendue à une telle demande en retour. Tout avait été si vite … Les sentiments, le mariage. Elle se remémora le moment où Mélinda lui avait demandé si elle acceptait de faire un mariage vampirique. Et là, maintenant, elle était au bord du bassin rempli de sang, habillée uniquement par une légère robe blanche, main dans la main avec sa futur épouse. L'idée de savoir que Mélinda sera, en quelques sortes, sa femme la réjouissait hautement et suffisait à lui faire supporter cette étape. La vision du mariage était très différente de celle des humains, notamment au niveau de la fidélité. Le mariage vampirique n'incluait nullement cette dimension, ce qui signifiait que même si elles sont mariées, elles peuvent continuer d'aller voir ailleurs.

Mais de par sa nature, Vanillia aura grandement tendance à favoriser Mélinda dans ses rapports. Maintenant qu'elle avait goûté à sa chair, elle ne pouvait plus s'en passer. Et les autres chairs étaient devenues comme fade, en comparaison … Mais ça, c'était autre chose. Pour le moment la seule chose qui importait était ce mariage. Nerveuse, Vanillia remarqua que du sang commençait déjà à couler entre leur mains liées l'une à l'autre. Sûrement parcequ'elles se griffaient à cause de ce fort contact. De fines perles sanguines coulaient au sol, alors que les deux jeunes mariées finirent au bord du bassin. Une démone était là, et de sa voix forte, ordonna aux deux femmes de se déshabiller mutuellement. Une chose que Vanillia adorait faire, mais qui en de pareilles conditions sonnait comme un jugement irrévocable. Regardant Mélinda dans les yeux, elle s’exécuta en même temps qu'elle, passant ses mains dans son dos pour chercher les cordes de sa robe. Faisant son office, leur robe tombèrent toute deux au sol, révélant leurs somptueux corps. Elles rentrèrent dans le bassin, main dans la main, ne se séparant sous aucun prétexte.

C'était un peu le présage de ce mariage. Toujours ensemble, jamais séparée. Une métaphore qui voulait signifier que, dès à présent, elles allaient se lier profondément et à vie. Plus rien ne serait comme avant. Elles allaient devenir une partie intégrante de l'une comme de l'autre, dans la vie et aussi dans la mort, puisqu'avec une telle union, si l'une meurt l'autre en fera de même instantanément. Une preuve irréfutable d'une envie viscéral de s'unir, et aussi d'un amour extrêmement profond. Vanillia a de puissants sentiments envers Mélinda, des sentiments à la force indescriptible tellement ils sont intenses. Et c'était grâce à ces sentiments qu'elle accepta pleinement de se marier avec elle, de cette manière. Elle et Mélinda n'allait former plus qu'une, en quelques sortes. Rentrant un premier pieds dans le bassin rempli de sang, les deux vampires ne tardèrent pas à être immergées à mi-hauteur, laissant tout leur torse à l'air libre. "Et … Et maintenant ?" Demanda Vanillia d'une voix nerveuse. Elle tenait Mélinda non plus par une main, mais par les deux mains, maintenant qu'elles étaient face à face.

Vanillia sentait que le moment critique arrivait. Tout était imminent. Dans peu de temps, les deux vampires allaient être mariées pour l'éternité, sans possibilité de retour en arrière. Et de toutes les manières, il était à mille lieu des pensées de Vanillia de vouloir un jour se séparer de Mélinda. Cette femme était unique. Elle était sa femme, celle avec qui elle voulait vivre et finir ses jours. Cette attirance était autant physique et sexuelle que profondément sincère et désintéressée. Des sentiments parfaits, pour une femme parfaite. Cela devait être due à l'environnement, que ce soit au niveau du bassin rempli de sang ou au fait que sa moitié était nue, mais la verge de Vanillia était toute aussi dressée et tendue que son attention. Une érection forte, qui faisait que la moitié de son sexe dépassait hors de la surface du sang, pointant vers le ciel. La séance allait bientôt commencer …
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #4 le: Juin 16, 2015, 12:48:39 »

Pour retrouver les traces du dernier mariage vampirique célébré à Ashnard, il avait fallu fouiller dans les archives. Chaque clan vampirique avait sa propre bibliothèque, avec ses chroniques, mais il s’agissait de collections privées. Les clans avaient l’obligation de faire une copie d’une partie de leurs archives, mais Samara n’avait pas pu se renseigner à la source, et avait dû se rendre aux Archives Impériales, un immense bâtiment fermement encadré et surveillé abritant l’ensemble des registres publics ashnardiens, dont certains remontaient à la Fondation Impériale. Les documents s’empilaient dans d’immenses pièces autour d’un hall central, la Rotonde, un gigantesque hall à plusieurs étages avec une verrière centrale. Il était formellement interdit de faire sortir le moindre livre, et les visiteurs étaient scrupuleusement fouillés par les gardes. Les Archives étaient un vaste ensemble, comprenant tous les registres publics, y compris les bans de mariage. Samara avait envoyé Kazuha, et sa servante avait passé toute sa journée dans les registres d’état civil, afin de trouver des traces de mariage entre des vampires. Elle avait finalement trouvé un ban de mariage unissant deux vampires appartenant à des clans vampiriques différents. Ce mariage avait été célébré pour unifier les deux clans après une guerre intestinale entre eux qui avaient duré plusieurs siècles. Le mariage vampirique avait été un moyen de mettre fin à ce conflit, et d’empêcher ainsi la destruction mutuelle des deux clans. C’est à partir de ce ban que Kazuha avait poursuivi ses recherches, se rendant ensuite dans d’autres départements, afin de trouver des essais et des chroniques sur le mariage vampirique, ce qui lui avait pris un jour de plus. Samara avait fait les choses en grand, car elle savait que la célébration de ce mariage était dans son intérêt. Elle connaissait Mélinda, et elle savait qu’elle était aussi belle qu’ambitieuse, et que son clan pourrait volontiers concurrencer les grands autres clans impériaux. Mélinda s’était battue contre les autres esclavagistes ashnardiens, et avait réussi à s’implanter. Une bataille différente l’attendrait face aux clans vampiriques, mais elle avait confiance en elle... Et, plus l’influence de Mélinda grandirait, plus celle de Samara croîtrait au sein du Conseil Impérial. Elle voulait donc s’assurer que le mariage soit inattaquable, car elle savait déjà que les autres grands clans formeraient des recours en justice pour demander l’annulation de ce mariage. Elle ne voulait donc commettre aucune erreur, ce qui expliquait pourquoi elle avait envoyé Kazuha éplucher les millions de livres et de registres des Archives Impériales.

Mélinda était avec Vanillia, face à elle, au milieu du bassin. Un sang délicieux les entourait, et elle pouvait sentir, contre ses cuisses, le sexe de la femme, naturellement dressé dans un environnement si propice aux impulsions vampiriques. Tous leurs invités les regardaient avec curiosité, et c’était pourtant bien Samara qui menait la séance. Dans un coin, un Huissier de Justice consignait tout ce qui se passait. Son exploit d’huissier serait utilisé par Samara dans le procès à venir, afin d’attester du bon déroulement de la procédure. Toute nerveuse, Vanillia, qui n’avait pas l’habitude de quitter sa campagne et ses champs d’alcool, demanda ce qui allait maintenant se passer. La vampire lui sourit, et l’embrassa sur la joue.

« Des choses magnifiques, Vanillia... »

On aurait pu croire que le mariage était pour Mélinda totalement intéressé... Mais ce ne serait que partiellement exact. Bien entendu, Mélinda avait un intérêt certain à agir ainsi, mais il y avait aussi autre chose. Elle aimait profondément Vanillia, du plus sincère et du plus vrai des amours. Cette femme était magnifique, belle, vicieuse, si proche d’elle, si... Si parfaite ! Elle resta mains dans les siennes, et Samara se mit à parler.

« Aujourd’hui, nous sommes tous réunis pour l’union de deux êtres... De deux individus. De deux vampires. J’appelle la demanderesse au mariage, Mélinda Warren. Est-elle bien devant moi ?
 -  Oui...
 -  La demanderesse certifie-t-elle avoir demandé en épouse la vampire Vanillia Carnelle ?
 -  Oui.
 -  La demanderesse certifie-t-elle que la personne qui se tient devant elle est bien la vampire Vanillia Carnelle, qu’elle a demandé à épouser ?
 -  Oh que oui...
 -  La demanderesse certifie-t-elle avoir demandé un mariage selon les rites vampiriques ?
 -  Oui, oui... »

Cette avalanche de questions faisait partie de la procédure, mais elles restaient lassantes !

« Il sera notifié oralement que ce mariage, conçu selon les rites vampiriques, produira les mêmes effets qu’un mariage civil ordinaire, eu égard au fait que l’Empereur, suivant ordonnance signée et tamponnée de sa main et de son sceau, a reconnu, il y a de cela plusieurs siècles, la légitimité d’un mariage vampirique, lui conférant ainsi, selon jurisprudence constante de la Cour Impériale, les mêmes effets qu’un mariage civil. J’adresse maintenant lecture de cette ordonnance, et prie à cet effet Monsieur l’Huissier de Justice de venir pour confirmer l’authenticité du document. »

L’Huissier se déplaça lentement, dans sa longue robe de clerc, et observa les pages manuscrites, puis, après quelques secondes, hocha la tête, et écrivit quelques informations.

« L’Huissier de Justice confirme l’authenticité du document. »

Samara en fit ensuite lecture. Un texte juridique fastidieux, commençant avec la succession habituelle de « Vu la loi du... » ; « Vu l’ordonnance impériale du... ». Mélinda sourit à Vanillia, comme pour lui dire d’attendre la fin de cette litanie. Samara reposa ensuite le document.

« Lecture faite du document, je m’adresse à la femme demandée en mariage. Certifiez-vous être Vanillia Carnelle ? Et certifiez-vous bien consentir à un mariage vampirique ? »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Vanillia Warren
Créature
-

Messages: 90


"Je ne mords pas, je le promets !"


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Juin 20, 2015, 02:38:25 »

Des choses magnifiques, voilà ce que Mélinda répliqua vis-à-vis des interrogations de Vanillia. Cela ne faisait aucun doute que dès à présent, de magnifiques choses allaient se produire. Pas seulement ici, mais bien après aussi. Elles allaient être mariées, rien que ce détail faisait que tout allait être magnifique désormais. Mais la vampire ne pouvait s'empêcher de s'imaginer, ou du moins se demander, comment allait être la vie après cette cérémonie. Ses yeux étaient plantés dans ceux de Mélinda, et elle songeait. Allait-elle réellement se lier pour l'éternité ? Elle regardait cette femme, cette si merveilleuse et ravissante femme qui se tenait devant elle. Oui, c'était tout ce dont elle désirait. Elle allait passer le restant de sa vie auprès de Mélinda, ou du moins, à être liée avec. Cela impliquait tant de choses, c'était pour cela qu'elle avait du mal à réaliser ce qui se passait. Pour atténuer les effets, au risque de céder à la panique, Vanillia s'était donc enfermée, pour le moment, dans l'idée qu'elle était juste en train de se marier, comme n'importe quel humain le ferait. Même si elle savait que c'était infiniment plus profond. Parfois se donner une image pas forcément vraie aidait à mieux saisir la vérité en elle-même.

La démone, qui menait la cérémonie, prononça ses questions et Mélinda y répondit. Plus elle acquiesçait, plus le sourire de Vanilia devenait de plus en plus réel. Elle prenait petit à petit compte de ce qu'elle faisait, et cela lui plaisait. Plus que jamais elle voulait devenir l'épouse de Mélinda. Après la séance de questions, un vrai discours dont la noble n'y comprit pas grand chose se prononça, et vint alors son tour après. Certifiait-elle être Vanillia ? Certifiait-elle vouloir se marier ? Mais bon sang, si la réponse était non elle ne serait tout simplement pas là ! Les procédures et les mécanismes juridiques étaient décidément très rébarbatifs et lassantes … Mais on ne pouvait s'y dérober. Hochant de la tête, toujours en fixant sa bien-aimée, elle répondit alors, de sa douce voix. "Oui, je le certifie." Répliqua-t-elle. Ses mains étaient toujours prises dans celles de Mélinda, et pour rien au monde elle ne voudrait les lâcher. Ce contact était rassurant, et tant que la séance n'aurait pas réellement commencé, elle ne la lâcherait pas.

Plus elle regardait Mélinda, plus elle la trouvait belle. C'était bête, mais pouvoir juste se regarder pendant de longues minutes avait ses effets. Vanillia ne pouvait que contempler à quel point sa future épouse était ravissante, et à quel point elle était amoureuse d'elle. Même si cela avait déjà était prouvé et montré, les sentiments qu'elle lui portait étaient tout simplement gigantesques. Son cœur battait tellement fort qu'on pouvait voir sa poitrine trembler sous ceux-ci. Mélinda était la femme parfaite, sur tout les plans possibles et inimaginables. Que ce soit physiquement, où elle avait pu voir sa belle à l’œuvre dans un lit, ou bien mentalement, qui lui ressemblait comme deux gouttes d'eaux, tout chez Mélinda était fait pour faire craquer Vanillia. Il fut impossible pour elle de ne pas tomber folle amoureuse d'elle. Elle se souvenait de la première fois qu'elle l'avait vue. Et elle se souvenait qu'à ce moment précis, quelque chose s'était passé. Un courant électrique, une décharge en elle. Dès la première seconde elle avait ressenti quelque chose d'étrange et d'intense. Comme si quelque chose en Mélinda l'attirait furieusement du plus profond de son être.

Un appel viscéral, comme si elles partageaient un puissant lien. Ce fut à partir de ce jour que tout commença, et que quelques temps après, Vanillia finit par ressentir quelque chose. De l'amour, tout simplement. Pas une simple attirance physique, pas une simple envie de sexe, non. Une attirance profonde qui la troubla énormément au début, car elle n'était pas habituée à ce genre de sentiments. Mais le temps fit son effet et elle finit par accepter pleinement ces sentiments. Elle aimait Mélinda, pour ce qu'elle était, pour son âme, et pour tout ce qui la constituait de la tête aux pieds. C'était une âme-sœur. Et la nuit qu'elles ont finit par partager avait scellé dans la pierre ces sentiments, qui furent très explosifs. Vanillia avait déjà en tête de lui refaire passer une nuit comme celle-ci après ce mariage. Cela fera office de nuit de noce, comme les humains aiment à le dire. Repensant alors à tout ceci, la vampire ne pu s'empêcher de lui dire à nouveau ces quelques mots, à voix basse afin de ne pas perturber la séance, tout en serrant ses mains.

"Je t'aime …"
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #6 le: Juin 23, 2015, 12:11:09 »

Le mariage civil n’avait plus grand-chose de sacré. Ce mariage de droit commun était vu comme une convention d’union, un simple contrat, et, au fur et à mesure des années, contrairement à la pratique nexusienne, la législation ashnardienne n’avait fait qu’assouplir le régime de fin du mariage, en multipliant et en simplifiant les cas de divorce. C’était une logique conforme à la vision ashnardienne, très libérale, et très soucieuse des libertés individuelles. Nexus, en étant davantage baignée dans les enseignements de l’Ordre Immaculé, de l’importance de la famille, avait une conception plus sacralisée du mariage civil. Pour autant, même à Ashnard, il existait encore des mariages ayant un caractère très lourd, et c’était le cas du mariage vampirique. Les cas de divorce étaient rarissimes, et Samara, malgré toutes ses recherches, n’en avait retrouvé aucun. Théoriquement, la possibilité de divorcer existait, mais elle n’avait jamais été faite... Ou, en tout cas, n’avait jamais été consignée dans des écrits ou dans des chroniques judiciaires. C’était quelque chose de lourd, qui expliquait amplement tout cette procédure rébarbative. Après avoir posé une série de questions à Mélinda, Samara en fit de même pour Vanillia. Compte tenu des effets très importants de ce mariage, on pouvait volontiers comprendre cette avalanche de questions ; elle avait pour but de s’assurer, sans aucun doute possible, du consentement des parties à ce mariage. Il n’y aurait aucune surprise, et, pendant que Samara posait ses questions, le public regardait avec des yeux émerveillés.

Alice trouvait que les deux vampires formaient un couple merveilleux, et qui allait à merveille. Elle s’était un petit peu renseignée sur cette mystérieuse Vanillia Carnelle, et avait appris que son vin était assez populaire au sein de l’Empire. Elle en avait parlé en personne avec Mélinda avant le mariage, bien sûr, et cette dernière lui avait assuré de la réalité de leur amour, que ce n’était pas qu’une manœuvre politicienne ayant pour but de l’anoblir, mais qu’elle en était bel et bien amoureuse. Maintenant qu’Alice voyait de ses yeux ce phénomène, elle comprenait mieux. Ce phénomène, oui, car elle n’aurait jamais imaginé que Mélinda puisse un jour se marier. Elle, cette grande libertine qui se moquait du mariage, elle, qui adorait pratiquer l’adultère, et qui voyait le mariage comme une pure construction religieuse, avait fini par y recourir. Certes, c’était un type de mariage très particulier, mais un mariage quand même. Mélinda l’avait impressionné, ce qui confirmait, aux yeux d’Alice, le fait que Mélinda cachait bien son jeu, et n’était pas qu’une simple libertine voulant juste faire l’amour sans relâche. Elle avait de grands projets. C’était une ambitieuse, ce qu’Alice savait, et qui se confirmait maintenant. Elle était véritablement très heureuse pour elle, et il suffisait de voir la manière dont les deux vampires se tenaient la main, ou s’observaient, pour saisir toute la réalité de leur amour. Il était palpable, si fort qu’il menaçait d’éclater de toutes parts.

Vanillia, de son côté, glissa à Mélinda qu’elle l’aimait, et cette dernière lui sourit, puis caressa l’une de ses joues. Ce fut très bref, car elle ne voulait pas que Samara prenne la mouche en ayant l’impression que personne ne l’écoutait. L’Archimage avait fini sa séance de questions, et expliquait maintenant les effets du mariage :

« Il y aura des conséquences importantes, tant d’un point de vue patrimonial qu’extrapatrimonial, et il est du devoir de l’Officier d’État Civil que je suis de s’assurer que les futurs époux soient bien informés de ces conséquences. D’un point de vue patrimonial, ce mariage va opérer ce qu’on appelle une ‘‘confusion des patrimoines’’, c’est-à-dire que vos patrimoines seront intégralement mélangés. »

Si, dans un mariage civil, il était possible de moduler les effets du mariage en adhérant pour tel ou tel régime matrimonial, élaborant ainsi des distinctions subtiles entre biens propres et biens communs, faisant ainsi la joie des avocats et des notaires lors du divorce et de la dissolution du régime matrimonial, dans un mariage vampirique, tout était plus simple. Le régime était par défaut et obligatoirement celui de la communauté universelle. Un régime fort, dans lequel il n’y avait pas de biens communs ou de biens propres, car il n’y avait que des biens communs. Partant de là, il n’y avait pas de distinction à faire. Ce qui était à Mélinda avant le mariage serait à Vanillia après le mariage, et inversement. Autrement dit, dans ce régime matrimonial, il y avait un patrimoine unique. L’inconvénient notable était que, en cas de faillite de l’un des époux, les créanciers pouvaient se retourner vers l’autre, sans que ce dernier ne puisse protéger ses biens propres. L’avantage certain était aussi que, en cas de décès d’un des époux, l’autre héritait de tout son patrimoine, sans verser aucun droit de succession, et, même en cas d’enfants, si ces derniers résultaient d’un premier mariage, ou avant le mariage, ils étaient très désavantagés dans la succession.

Samara énumérait donc tout cela, et poursuivit :

« D’un point de vue extrapatrimonial, le mariage vampirique fait que chacun des époux peut librement invoquer le nom de l’autre époux. Par commodité, les époux conservent souvent leur nom d’origine dans la vie courante, mais vous pouvez décider d’en faire autrement. »

Mélinda sourit, et se pencha vers Vanillia :

« Vanillia Warren, ça te va plutôt bien... »

Cependant, Vanillia pouvait aussi choisir de se faire encore appeler Vanillia Carnelle, car, comme pour Mélinda, son nom avait une importance. On parlait bien du vin Carnelle. Son nom, autrement dit, avait une valeur financière qu’il aurait été idiot de gaspiller... Mais le choix appartenait à Vanillia.

Samara leur expliqua ensuite les devoirs de chacun des époux. Il n’y avait rien de très novateur ici, par rapport au mariage de droit commun : l’obligation de solidarité des dettes, l’obligation de contribuer aux charges du ménage, d’assister son époux, l’obligation à la contribution et à l’éducation des enfants... Il existait aussi un devoir conjugal, une sorte de variante du devoir de fidélité, qui, dans un sens ashnardien, ne s’entendait pas comme le respect de la fidélité sexuelle (fort heureusement !), mais s’envisageait plus comme une clause d’exclusivité : les époux s’engageaient à ne pas se marier avec d’autres personnes, sauf à ce que les deux soient d’accord. Ce n’était donc pas, en soi, une interdiction de la polygamie (ou polyandrie, compte tenu du sexe de Mélinda et de Vanillia), mais plus une manière de s’assurer que le devoir conjugal soit respecté.

« Bien. Nous allons maintenant pouvoir passer aux choses sérieuses. Les deux époux ayant répondu positivement à chacune des questions, si elles consentent à ce mariage... Qu’elles s’embrassent. »
« Dernière édition: Juin 28, 2015, 11:05:39 par Mélinda Warren » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Vanillia Warren
Créature
-

Messages: 90


"Je ne mords pas, je le promets !"


Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Juin 27, 2015, 11:38:06 »

La séance se tenait toujours sous la voix presque autoritaire de la démone. Celle-ci prononçait ses discours qui tenait plus de l'administratif qu'autre chose. Vanillia avait parfaitement conscience de ce à quoi elle s'engageait. Mais elle était prête à tout, absolument tout pour pouvoir être mariée à Mélinda. Partage des biens, de la fortune et de tout ce qui serait nécessaire, cela n’influerait en rien sur sa volonté. Tout était clair dans sa tête, et rien ne pouvait lui retirer la conviction que cette vampire était la femme de sa vie. Pourtant il y a quelques temps, cela aurait été une utopie de la voir ainsi. Autrefois, quand sa famille était encore en vie et qu'elle n'était qu'une humaine, elle était vouée à se marier. Mais de tout temps elle avait refusée, montrant clairement que ce genre d'union ne l'intéressait guère. Surtout si c'était un mariage arrangé, et que son futur époux n'était qu'un moyen d'enrichir encore plus la famille. C'était assez contradictoire, mais Vanillia était une femme très sentimentale et axée sur l'amour sincère. Si un jour, autrefois, devait-elle se marier ou connaître quelqu'un, elle s'était mise en tête que cette personne devait être unique, et qu'un amour fou devrait régner entre eux. Or à Ashnard, c'était utopique.

Et pourtant, preuve fut que la vie réservait bien des surprises. Mélinda, cette femme qui changea tout. Cette femme qui la fit changer d'avis sur bien de choses. Elle était tout. Et en ce jour, où elles baignaient toutes les deux dans un bassin rempli de sang, elles se tenaient par les mains, ne souhaitant se lâcher pour rien au monde. Leurs sentiments étaient si puissants qu'on avait presque l'impression qu'ils étaient palpables. Expliquer un amour aussi fou était impossible. C'était des choses qui arrivaient d'un seul coup, comme un coup de massue, et qui ne ratait pas. Et cette fougue ne diminuerait pas d'un seul cran, même après des décennies. Car, pour Vanillia en tout cas, il était viscéral. Les mains ensanglantées par le fait qu'elles se griffaient à force de se tenir aussi fortement, les deux vampires ne se quittaient pas non plus des yeux. La noble n'avait pu s'empêcher de dire à nouveau à Mélinda qu'elle l'aimait. Et elle allait devoir s'habituer à cela ; Quand Vanillia était amoureuse, elle ne l'était pas à moitié. Toute les occasions étaient bonnes pour le réaffirmer. Si cela gênerait réellement Mélinda au bout d'un moment, elle se contiendrait cela dit.

Vint un moment où, dans le discours, un point important fut abordé. Qu'allait-il devenir de leur patronyme respectif ? La jeune noble ne s'était pas posée la question jusqu'à présent, mais la proposition de Mélinda, si elle était sérieuse, la séduisait. Vanillia Warren … Cela sonnait bien. Elle afficha un sourire, signe que l'idée la séduisait grandement. Il était certain que perdre son nom d'origine, du moins dans la majorité des situations, serait un peu désavantageux. Mais elle demeurait l'héritière des Carnelle, son sang n'avait pas changé. Du moins, pas encore, puisque dans pas longtemps un nouveau sang allait prendre place en elle ; un sang mixant le sien et celui de Mélinda. Un sang nouveau, inédit, qui alimenterait les veines et ferait battre leur cœurs respectifs. Vanillia se demandait comment la vie allait être après cela, mais elle finirait bien par le découvrir sous peu. "Porter ton nom serait un honneur Mélinda …" Lui répondit-elle, tout simplement, avec un sourire.

Cependant, la séance entra bientôt dans sa phase la plus intéressante. C'est à dire, le moment où il faut embrasser la mariée ! Vanillia sourit à nouveau et, resserrant son emprise sur les mains de son épouse, la regarda un avec un regard des plus désireux. Embrasser son amante, c'était avec le plus grand des plaisirs. Ainsi, elle s'approcha doucement puis, encadrant chacune de ses joues avec ses mains, lui déposa le baiser. Jamais de toute sa vie elle n'avait fait une chose pareille. Ce baiser portait un amour puissant, une vibration interne et terriblement forte. Vanillia ferma les yeux à ce moment, et captura ses lèvres de son épouse entre les siennes, donnant lieu au baiser le plus doux, sensuel et amoureux qu'aucune femme n'avait pu procurer à Mélinda. Une étreinte aussi douce et sucrée que du miel, couplé à des caresses que Vanillia effectuait sur ses joues.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #8 le: Juillet 03, 2015, 01:35:10 »

Mélinda et Vanillia n’étaient pas les seules à baigner dans le bonheur.

Motoko les observait avec une lueur émerveillée. Avec une lueur dansante dans les yeux, elle assistait à un mariage vampirique. Que ce soit sur Terre ou sur Terra, ils étaient extrêmement rares, et, pour Motoko, qui était une très vieille vampire, c’était un vrai plaisir. Motoko était une ancienne vampire, qui avait été emprisonnée pendant des siècles par des fanatiques, hostiles aux vampires. Ils l’avaient enfermé dans des cryptes, qui s’étaient peu à peu transformées pour devenir les souterrains du lycée Mishima. Les filles de Mélinda l’avaient retrouvé, soigné, et l’adaptaient progressivement à ce nouveau monde. Motoko avait rejoint Mélinda, autant par nécessité que par survie. Elle travaillait volontiers pour Mélinda, et voyait donc ce mariage avec une grande émotion, car, non content d’être un acte d’amour, il était aussi les premiers pas vers un clan… Et Motoko ne pouvait qu’espérer que ce clan serait solide.

Akira, elle, dans sa belle robe chinoise rouge fendue, observait ce spectacle avec une lueur profonde dans les yeux. Sans aucun doute était-elle contente pour sa mère. Les deux femmes avaient eu un long passé trouble. Au début, Akira avait haï Mélinda, et s’était aussi haïe elle-même. Mélinda l’avait kidnappé, violé, torturé, et, plutôt que de la tuer, l’avait transformé en vampire. Il avait fallu des mois et des mois pour qu’Akira accepte de la voir, et encore plus pour qu’elle comprenne que la transformer en vampire n’avait pas été une malédiction, mais bien un don. Maintenant, ce passé d’hostilité semblait appartenir définitivement et irrémédiablement au passé, et elle devait probablement se réjouir d’avoir une autre vampire au sein de la famille, si belle, et de la perspective de rejoindre un clan.

Alice, de son côté, était assez éloignée de ces histoires de clans. Mélinda lui avait confié sur le lit ce qu’elle comptait faire, et, tout en la pénétrant, avait expliqué qu’elle voulait envisager des accords commerciaux avec Sylvandell, ainsi que bénéficier de la protection militair e du royaume. Un clan, c’était une autre paire de manches qu’un harem. Mélinda allait devoir affronter d’autres ennemis que les marchands de corps ashnardiens. Elle allait devoir affronter les autres clans, les nobles, et allait pouvoir s’étendre davantage à l’échelle de l’Empire, en diversifiant ses activités. Et, pour cela, elle allait affronter de plus grandes menaces, des menaces pour lesquelles sa guilde serait insuffisante. Il lui fallait donc des soutiens, des appuis, et elle avait immédiatement pensé à Sylvandell. C’est donc en pénétrant Alice dans sa chambre à coucher que cette dernière avait accepté. Elle lui avait soufflé qu’elle en parlerait à son père, car Sylvandell avait toujours besoin de nourriture. Alice connaissait donc l’histoire de ce clan, mais ce n’était pas à ça qu’elle pensait en ce moment. Elle pensait surtout à cette union, à l’amour, qui vibrait entre les deux femmes. Il était là, palpable et puissant. Alice, qui avait une sainte horreur des mariages politiques (un destin qui aurait pu l’attendre, et qu’elle voyait comme de sordides tractations), était donc heureuse de voir ces deux femmes se faire l’amour, et s’unir. La Princesse était accompagnée par sa femme, qui, après bien des hésitations, avait choisi de conserver son apparence normale. Sakura observait donc aussi la forme, dans une succulente apparence formienne, et Alice savait qu’elle allait avoir du mal à rester stoïque. Sous cette forme, Sakura était plus perverse, car elle ne se contentait pas que de prendre l’apparence d’autres espèces, elle en incorporait aussi les traits et les caractéristiques… Et les Formiens étaient d’énormes pervers.

Et, pendant ce temps, les deux principales intéressées s’embrassaient tendrement. Vanillia avait posé chacune de ses douces et magnifiques mains sur ses joues, puis se blottit contre elle, et l’embrassa. C’était en théorie un simple baiser formel, mais, de la part des deux femmes, il ne fallait pas s’attendre à un vulgaire frottement de lèvres. Ainsi, Mélinda posa sa main sur les cheveux de Vanillia, et répondit à son baiser, yeux clos. Le sang les entourait, et, malgré ce décor glauque, le spectacle était empreint de romantisme… Un romantisme vampirique. Vanillia caressait ses joues, Mélinda ses cheveux, et elles s’embrassèrent ainsi, pendant de longues secondes, ne pensant à rien d’autre qu’à ce baiser. Mélinda soupirait de plaisir, et, alors que le baiser commençait à s’étirer, Samara se racla la gorge.

« Oh… Désolée… Mais il ne faut pas nous proposer un vulgaire baiser comme si ce n’était rien… »

Mélinda avait commencé à baisser sa main le long du dos de la femme, et sa remarque suscita quelques sourires polis.

« Bien… Nous allons maintenant passer à l’essentiel… Le transfert de sang. »

L’Archimage se tut pendant quelques instants, laissant le temps aux personnes de comprendre. On y approchait enfin : le cœur de ce mariage.

« Cette partie du mariage constitue de fait la dernière, mais aussi la plus importante. Chacun des vampires doit se tenir face à l’autre, et doivent se mordre mutuellement, à la base du cou. Il s’observera alors une réaction chimique dans laquelle le sang de l’un va aller dans le corps de l’autre, et inversement… Concrètement, les deux sangs vont se mélanger, et le mariage sera alors, non seulement célébré, mais aussi consommé. Mélinda, dans la mesure où elle est la demanderesse, mordra la première… Vanillia la mordre ensuite… Et, si rien n’est spécifié à ce sujet, les épouses peuvent bien sûr se dévêtir… »

Mélinda sourit lentement, puis, choisissant cette option implicite, retira sa robe de cérémonie. Akira alla la récupérer, tandis que Motoko prit celle de Vanillia. Toutes les deux nues, elles se regardèrent encore, puis Mélinda remonta ses mains le long des bras de la femme, et les posa, à son tour, sur ses belles joues.

« Penche la tête de côté, ma puce… »

La vampire pouvait sentir l’érection de Vanillia, et elle approcha ses dents de son cou… Puis, dans un frisson de plaisir, elle la mordit.

Maintenant, les choses sérieuses pouvaient commencer.
« Dernière édition: Juillet 05, 2015, 01:21:33 par Mélinda Warren » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Vanillia Warren
Créature
-

Messages: 90


"Je ne mords pas, je le promets !"


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Juillet 04, 2015, 01:08:29 »

Le cœur de la cérémonie approchait à grand pas. Et plus il approchait, plus le cœur de Vanillia se mettait à battre fort. Elle attendait et redoutait ce moment en même temps. Un paradoxe qui s'expliquait par la grande envie de se lier éternellement à Mélinda, coexistante avec une grande peur de l'inconnue. Qu'allait-il se passer après ? Comment allait se dérouler ce fameux transfert de sang ? Autant de questions que la noble se posait, mais qui n'avaient pas de réponses. Celles-ci allaient venir d'elles-mêmes, dans quelques instants. La démone expliqua en quoi allait consister le transfert de sang, et quand Vanillia entendit cela, elle fut un peu rassurée. Si ce n'était que se mordre, ça allait. Elle avait l'habitude. Mais demeurait encore la question de savoir quel effet aura une telle chose sur les deux femmes. Après cette cérémonie, elles partageraient le même sang. Elles deviendraient des sœurs, au sens propre. Mais ce transfert ne s'arrêtait pas qu'à là. Elles allaient s'unir, c'est à dire que physiquement, elles allaient être liées. Vanillia n'arrivait pas à réaliser ce que voulait dire les termes partages d'esprits, de souvenirs, et d'âme. À quoi cela correspondait-il réellement ? Elle le saurait bientôt …

Elle sentit les bras de son épouse remonter le long des siens, pour finalement venir cajoler ses petites joues rosées, qui prirent alors une teinte encore plus rouge. Elles se dévêtirent, révélant alors une nudité totale et absolue, tandis que par leur proximité, Vanillia sentait une forte et puissante érection la prendre. Son sexe se pressa contre son épouse, mais le stress était tel qu'elle fut que très peu impactée par ce contact. Mélinda lui demanda de pencher sa tête sur le coté, signe que le transfert était imminent. Sans voix, sans réponse, la noble hocha de la tête, tout en étant anxieuse. Elle finit par offrir son délicat cou à la vampire, et en sentant ses crocs venir effleurer sa peau, un frisson la parcourut. Puis, ni de une ni de deux, Mélinda les planta en elle, effectuant alors la première morsure de la cérémonie. "Haaa !" Gémit abruptement Vanillia, à mi-chemin entre la douleur et le plaisir. C'était toujours très douloureux de se faire mordre ainsi, et cela lui rappelait la fois où elle s'était faite transformée en vampire.

Si ça avait été Mélinda qui l'avait transformée, les choses auraient été différentes. Peut-être trop différentes pour que Vanillia apprécie … Car elle aurait été sa fille et non sa femme. Mais elle doutait que l'inceste pose un problème à sa chérie. Serrant des dents, elle la sentait absorber son sang, se sentant elle-même en train de se vider peu à peu. Ses mains se crispèrent sur ses hanches, alors qu'elle tendait encore plus son cou pour faciliter l'accès à sa belle. Quelques instants après, Mélinda mit fin à la morsure, laissant alors une grande traînée de sang et deux trou béant dans sa peau. Vanillia reprit son souffle, se sentant nettement plus faible qu'auparavant. Mais il lui restait suffisamment de force pour rendre la pareille, comme le préconisait la cérémonie. Rassemblant ses forces, elle déplaça une main sur la joue de son épouse et lui sourit. "À mon tour, mon cœur …" Lui dit-elle de sa douce voix, l'incitant à pencher sa tête sur le coté.

Quand ce fut le cas, elle approcha ses crocs acérés de son cou. Sa peau dégageait toujours ce subtile et agréable parfum malgré toutes les odeurs sanguines ambiantes. Toujours aussi tendre et affectueuse, Vanillia ne pu s'empêcher de déposer un chaleureux baiser sur son cou avant toute chose. Puis, elle ouvrit la bouche, sortant ses crocs, venant effleurer la peau de Mélinda. Ce fut à ce moment qu'elle eut un petit moment d'hésitations, mais qu'elle finit par agir. Elle planta férocement ses crocs dans sa peau, la transperçant au passage, envoyant même une petite giclée de sang. Elle était en train de mordre vigoureusement sa petite chérie, tout en veillant à lui faire le moins mal que possible. Son sang fusa en elle, alors qu'elle l'aspira frénétiquement. Tout ses sens s'éveillèrent. Ce nectar carmin procurait un effet terriblement sensitif. Elle sentait le sang de Mélinda parcourir tout son être à mesure qu'elle l'aspirait depuis ses veines. Une sensation électrisante qui faisait battre très fort le cœur de Vanillia. Elle finit par retirer ses crocs quand ce fut nécessaire, laissant à son tour une grande tâche de sang couplée à deux entailles saillantes.
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #10 le: Juillet 10, 2015, 02:11:42 »

Le Rituel allait enfin commencer. Après la litanie de démarches officielles et procédurales, uniquement destinées à s’assurer du consentement des deux vampires, les choses sérieuses démarrèrent. Mélinda avait déjà goûté au sang de Vanillia, mais, en ce moment, alors qu’elle approchait ses crocs de son cou, qu’elle sentait son odeur, sa verge tendue caressant son ventre, glissant contre sa peau, ce n’était pas la soif et le plaisir qui dominaient... Mais la peur. Elle allait faire quelque chose d’important, quelque chose qui constituerait un point de non-retour. Elles allaient fusionner... Fusionner, oui, car le sang n’était pas qu’un simple liquide rouge qui circulait dans les veines. En tant que vampire, Mélinda avait mené des recherches sur le sang, lu des livres, des études, mené elle-même des expériences. Le sang était un liquide biologique fascinant, la preuve de l’incroyable complexité du corps humain. Le sang comprenait énormément de composants. L’hémoglobine n’en était qu’une infime partie, et Mélinda était sûre que cet ensemble faisait que le sang convoyait la vie. Ce que les deux femmes allaient faire n’était pas qu’un simple rituel formel et abstrait, comme échanger des anneaux. Un lien incroyable allait les unir, et Mélinda avait peur de ce lien... Peur de ce qu’il entraînerait. Serait-elle toujours la même après ce mariage ? Serait-elle toujours Mélinda Warren ? Ou un croisement improbable entre sa propre personnalité et celle de Vanillia ? Dans sa tête, toutes les hypothèses se mélangeaient, et elle finit par se dire qu’il était temps d’agir.

*Je l’aime, et de cela, je suis sûre... C’est la seule chose qui importe en ce moment.*

La seule chose qui importait tout court. Mélinda ouvrit donc les lèvres, et planta ses dents. Le plaisir afflua immédiatement, renforcé par tout ce liquide dans lequel elles baignaient. Un frémissement traversa tout son corps, comme une intense vibration de plaisir, puis elle se crispa contre le corps de Vanillia. Ses deux canines frôlèrent sa veine, l’ouvrant légèrement, et elle renvoya ses dents en arrière, puis aspira. La première partie du Rituel venait de commencer, et Vanillia attendait maintenant l’avis de Samara avant d’agir. L’Archimage observait la scène, et s’humecta les lèvres. Elle avait déjà laissé Mélinda la mordre, et... C’était assez agréable. Mélinda lui avait dit qu’elle avait un sang « génial », et, vu la manière dont elles avaient fait l’amour, ensuite, Samara avait tendance à la croire.

Elle attendit donc un peu, puis finit par parler :

« À votre tour, Vanillia... »

Les crocs de Vanillia pointèrent, et elle mordit à son tour Mélinda.

« Hnnnngggnnn... » soupira la vampire.

Les dents de Vanillia s’enfoncèrent dans sa nuque, et elle soupira, yeux clos, en sentant son sang partir. Le Rituel commençait... Et, entre elles, il y avait cette verge grosse, joufflue, tendue, baignant dans le sang. Le reste fut très facile à comprendre. Mélinda se redressa, une main sur la nuque de la femme, et elle enroula ses jambes autour de sa taille, et enfonça son chibre dans son corps. Ainsi, la fusion devint totale, le plaisir sexuel se mélangeant à ce moment avec le plaisir sanguin.

Elles fusionnaient, les corps liés, se pressant entre eux, Mélinda remuant très lentement, d’avant en arrière, afin de ne pas rompre le lien. Elle buvait le sang de Vanillia, qui filait dans son cœur, puis repartait pour filer dans celui de Vanillia, et revenir ensuite dans le sien. Plus qu’une fusion, c’était un cycle sanguin qui s’élaborait entre les deux, mélangeant peu à peur leurs sangs... Et leurs souvenirs. Elles étaient en train de s’unir, et Mélinda sentit son passé revenir...

...Une pièce sombre et étroite, une jeune femme nue et crasseuse, avec des cheveux sales et poisseux, de dos, les joues ravagées par des larmes. Elle était dans une pièce vide, avec un seau dans un coin, pas de fenêtres, et une porte grosse... Une porte qui s’ouvrit sur un corps massif, disproportionné par les souvenirs d’une jeune fille broyée. Elle tourna la tête, en pleurant... Et le ceinturon s’abattit sur son dos, la faisant hurler et gémir. Massif, l’homme s’avança, lui hurlant dessus, d’une voix démoniaque et infernale...

...Des sangles qui la retenaient sur un lit, et un corps gras et massif, semblable à celui d’un ogre, qui la prenait, la faisant hurler. Elle avait l’impression qu’on enfonçait une lame dans son corps, et l’homme l’étranglait, posant ses gros doigts boudinés sur sa gorge, la faisant hoqueter, des points noirs dansant devant ses yeux. Elle avait envie d’hurler, mais seule sa bouche, sale et craquelée, s’ouvrait...

...Les pleurs, encore et encore, tandis qu’elle était attachée dans une grande pièce, devant des démons hideux et grimaçants, des hommes qui riaient, tandis que son frère s’approchait d’elle, et guidait son sexe vers ses fesses. Son corps était nu, sa peau sale, et elle avait peur, si peur... Mais elle savait que c’était ce qu’elle méritait, car elle savait qu’elle avait tué sa mère... Pour autant, quand il s’approcha d’elle, et qu’elle sentit cette bosse sale et puante qu’on lui enfonçait parfois dans la bouche, la douleur fut insupportable, si forte... Elle pensait pourtant avoir tout connu de la souffrance, mais ce fut comme si un nouveau pan s’ouvrait devant elle...

...Elle était née dans le sang et les hurlements, et était un bébé affreux, rose et rouge, grotesque, qui se tortillait entre les bras de l’infirmière, devant les yeux d’un homme médusé... Un homme qui était penché vers un corps endormi, un corps qui gisait sur un lit médical, dans une pièce blanche, toute blanche, froide, si froide, à la lumière aveuglante et asphyxiante. Il se penchait vers ce corps, et une main blanchâtre, angélique, se leva pour caresser son visage. Des larmes, de la souffrance... Puis la femme s’éteignit. Une femme avec des yeux verts magnifiques, et une chevelure qui avait jadis été étincelante. Son corps, jadis magnifique, se dissimulait derrière les parures dorées pour masquer sa peau rachitique, ravagée, ses rides, ses poumons en piètre état... Et le sang, le sang, ce sang qui s’échappait de son corps, ce sang qui tâchait le corps de ce bébé. Les larmes de son frère, qui hurlaient dans le couloir en tapant contre les vitres en voyant tout ce liquide carmin couler sur le sol... Et la seule responsable, ce petit bébé monstrueux et replet, ce gnome abominable, qui se tortillait contre un misérable ver entre les mains d’une infirmière...


Tout se mélangeait. Le passé, le présent, les souvenirs de joie et les traumatismes enfouis... Elle, Vanillia. Et, instinctivement, le corps de Mélinda se crispait contre celui de Vanillia, tandis que, depuis ses yeux clos, des larmes s’échappaient pour glisser le long de ses joues.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Vanillia Warren
Créature
-

Messages: 90


"Je ne mords pas, je le promets !"


Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Juillet 10, 2015, 05:40:39 »

Les morsures s’enchaînèrent, et les deux vampires le faisaient à tour de rôle. Le processus était en pleine exécution, leur sang se mélangeait au fur et à mesure que les morsures s'effectuaient. Vanillia se sentait différente, outre la douleur bien entendu. Tout changeait, tout se déstabilisait. Les crocs de Mélinda lacéraient sa chair à chaque reprise, et elle en faisait autant. Un échange sanguin qui donnerait un malaise à bien des personnes. Cette odeur flottait dans les airs, donnant une impression plus terrifiante. C'était bel et bien un mariage, mais qui était en train de s'inscrire dans le sang de chacune. Plus jamais elles n'allaient être pareilles, et plus jamais elles allaient être comme avant. Vanillia, Mélinda, toutes les deux ne seraient plus qu'une. Le sang qui coulerait dans leur veine serait le même ! Et ce n'était pas une métaphore. Ce que cela voulait dire, était lourd de sens. Elles partageraient tout ; âme, esprit, souvenirs. Et c'était bien cela qui avait terrifié Vanillia au tout début. Mais son amour pour Mélinda avait été plus fort que tout, et pour elle, elle avait accepté cette épreuve.

Elles se mordaient sauvagement, faisant couler le sang, jusqu'à ce que Mélinda ne décide de parfaire la fusion en venant enrouler jambes autour de la taille de Vanillia, puis à venir s'empaler sur sa verge. La noble poussa un énième gémissement. Ce n'était plus une fusion sanguine, c'était aussi une fusion physique. Une dimension sexuelle venait de s'ajouter. La vampire membrée posa ses mains sur les fesses de son épouse, d'une part pour l'empêcher de tomber, et de l'autre, pour le simple plaisir de tâter son si beau fessier. Elle reculait d'avant en arrière, légèrement, pour mieux se maintenir. Vanillia pénétrait Mélinda, son sexe était en feu mais les morsures l'obnubilait tellement qu'elle arrivait à se contenir. Le plaisir sexuel était là, saisissant, et donnait l'envie à la noble de faire furieusement l'amour à sa femme ! Car oui, plus que jamais, elle était fière et heureuse de dire que Mélinda était sa femme, dorénavant !

Tout se mélangeait, et les souvenirs y comprit. Vanillia finit même par avoir des remontées de son passé, douloureuses. Mais elle luttait pour les chasser, voulant à tout prix se concentrer pour réussir le processus d'échange sanguin. Elle sanglotait tout en continuant à mordre et à se faire mordre. Elle continuait d'honorer la féminité de Mélinda, effectuant des allers/retours, sa verge venant taper contre le fond de son intimité. "Haaaa …" Gémissait-elle, rassemblant douleur et plaisir en un seul cri. La douleur était insurmontable, et des larmes finirent par couler des yeux de Vanillia. Les souvenirs en étaient autant, et elle finit par remarquer que son épouse se crispa contre elle, anormalement, les larmes aux joues. Raison de plus pour sentir son cœur tomber dans ses entrailles. Le processus commençait déjà à fonctionner, puisqu'elle sentit une profonde tristesse et douleur rien qu'en voyant sa chérie en larmes.

Plaçant sa main dans sa chevelure, alors qu'elle se faisait à nouveau mordre, Vanillia rassembla ses forces pour lui susurrer quelque chose. "Je t'aime …" Dit-elle d'une voix profondément sincère et fébrile, due à la douleur. Tout ceci devenait insupportable. Jamais Vanillia n'avait ressentie une pareille chose. Une énorme tristesse et douleur, qui nouait son estomac dans tout les sens, au moment même qu'un grand plaisir sexuel s'emparait d'elle, à mesure qu'elle allait et venait dans la féminité de son épouse. Elle décida, inconsciemment, de tout mettre en œuvre pour faire le plus plaisir à Mélinda et se chargea alors de mettre plus de force et de vigueur dans ses coups de reins, souhaitant à présent la faire jouir. Une scène qui aurait au moins le mérite de prouver qu'un puissant liens unissait à présent ces deux femmes, qui souffraient le martyr juste pour être unies l'une à autre, pour l'éternité …
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #12 le: Juillet 12, 2015, 02:15:21 »

Ce qui se passait était incompréhensible pour les personnages extérieurs. Que ce soit, Alice, Samara, Akira, ou même l’Huissier de Justice, nul ne pouvait décrire précisément cette situation. On retiendrait que c’était un moment extrêmement érotique et émouvant, deux corps enlacés se faisant l’amour tout en mélangeant leur sang. Cependant, cette description, aussi belle soit-elle, et les peintures qu’on en ferait par la suite, ne rendraient jamais compte de l’intensité de ce moment. Entre Mélinda et Vanillia, c’était une toute autre dimension qui se déroulait. Passé et présent se mélangeaient, objet et sujet se confondaient. Toutes les barrières volaient en éclats au fur et à mesure que le sang circulait, et que les réactions chimiques et physiologiques entraînaient des changements. Mélinda sentait tout ce qui se passait... Elle sentait la verge de Vanillia... Elle sentait le sang qui remuait autour d’elles... Elle sentait tout cela, et, en même temps, elle sentait aussi d’autres choses. Elle était à la fois actrice et spectatrice, et, tandis qu’elle buvait le sang de Vanillia, et que Vanillia buvait le sien, leurs identités s’imbriquaient, comme deux bateaux venant de s’accrocher, et qui se mélangeraient peu à peu.

Elle vit ainsi une jeune femme pleurer devant la sévérité de son père, pleurer devant un héritage auquel elle n’avait pas le droit, dans un château de campagne, entouré de plantations et de végétations. Elle vit la frustration d’une femme aux ambitions de géante, incapable de faire quoi que ce soit, parce que son sexe le lui interdisait, parce qu’elle était née dans des provinces ashnardiennes archaïques où les femmes étaient encore vues comme des incapables. Elle vit ensuite les corps en sang, le massacre, les majordomes tués, égorgés, les projections de sang le long des murs, les hurlements et les larmes, les pleurs et la souffrance, la mort et la cruauté, comme une vague noire de haine et rouge de sang qui déferlerait le long des murs et des couloirs. Ses souvenirs ? Les siens ? Le souvenir du moment où elle était revenue se venger ? De celui où toute la famille de Vanillia avait été massacrée par des rivaux ? Elle voyait des dents trempées de sang devant un cadavre, un visage aux yeux rouges se retournant vers elle, et plantant ses crocs... Elle voyait la caresse du cuir sur son corps, elle se voyait tenant entre ses doigts le cœur de son père, tandis que, autour d’elle, ses gardes les plus loyaux étaient tués... Elle voyait, elle voyait...

...Elle ressentait le sang dans ses cheveux, elle voyait le souffle du Vampire devant son visage, elle voyait ses dents longues alors qu’il s’approchait, et qu’elle sentait la bosse contre ses cuisses... Elle voyait les corps sanguinolents, elle entendait les bruits de la bataille. Elle se retourna, et vit les boules de feu jaillir des magiciens, soutenant les archers et les spadassins, massacrant les gardes. Elle vit Bran, son frère, se ruer vers un ennemi, avant de se recevoir un coup dans le ventre, puis un coup dans les jambes, et un au visage, l’envoyant s’écraser sur le sol... Elle vit la main sanguinolente de son père se tendre vers elle... Elle vit le cadavre de son proche, sur la salle à manger, gisant dans son sang, au milieu de flaques de vin renversées, au milieu d’un buffet somptueux souillé par la mort et le sang. Elle pouvait voir des traînées de sang sur la gauche, qui allaient jusqu’à un page à qui on avait ouvert le ventre, faisant vomir ses intestins, et qui avait rampé misérablement sur le sol. La mort et la cruauté... Comme les piliers de leur identité nouvelle, de leur identité commune.

La mort et la cruauté, comme une page indélébile, comme un premier chapitre... Puis elle vit la verge s’enfoncer dans le corps, elle vit les crocs se planter, elle entendit les hurlements, elle ressentit dans sa propre chair les crocs meurtrissant la chair, se plantant férocement dans les corps... Elle sentit tout cela. Elle se vit ensuite dans une chambre, attachée, sentant des coups de reins dans ses fesses... Une chambre qui prenait les allures d’une prison pour une petite fille qui pleurait... Elle vit ensuite le fouet fondre sur le dos de Bran, entendit les hurlements et les gémissements de l’homme. Il demandait grâce, puis suppliait ensuite qu’on le laisse mourir, le corps en sang. Il n’avait plus que la chair sur les os, et son dos était une masse rouge sombre, avec des lambeaux de peau qui pendouillaient le long de son corps. Elle l’avait écorché vive, épluché comme la peau d’une banane.


C’est ça qui est terrible avec la cruauté. La cruauté était terrible en soi, mais elle était aussi contagieuse. Quand on vous écrasait le pied, votre première réaction était de pousser l’homme qui vous avait fait mal. Œil pour œil, dent pour dent. La loi du Talion, ancestrale, profondément ancrée dans chaque individu, qu’il soit simple humain, vampire, ou elfe. Marchez-moi sur le pied, et attendez-vous à une réponse.

Et voilà où elles en étaient. À cette union, à ces corps entrelacés, et à ce sang qui circulait. Elles étaient déconnectées du temps, vivant dans leur propre univers. Mélinda devint Vanillia, Vanillia devint Mélinda, et, ensemble, elles devinrent autre chose.

Qu’elles ne fassent plus qu’un. Maintenant et à jamais.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Vanillia Warren
Créature
-

Messages: 90


"Je ne mords pas, je le promets !"


Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Juillet 19, 2015, 06:15:20 »

La mariage vampirique était un rituel qui cachait encore bien des mystères. Quand Vanillia avait entendu Mélinda lui dire qu'elles n'allaient devenir plus qu'une, elle pensait que c'était une métaphore. Ou tout du moins, pas sur un niveau aussi profond. Elle était à mille lieux d'imaginer que cette fusion allait être aussi intense, et douloureuse. Cette mutualisation de leur personne n'était simplement cantonnée au sang ; elles étaient littéralement en train de se transformer. L'une devenait l'autre, et vice versa. De telle sorte à ne former plus qu'une seule et même entité. Comment la vie allait être après une telle chose … Vanillia s'appelait-elle encore Vanillia ? De même pour Mélinda … L'une pouvait autant être Vanillia que Mélinda, elles étaient toutes les deux pareilles à présent. Qu'était-il en train de se passer ? La question demeurait en suspens. D'un point de vue extérieur, nul doute que la scène était captivante de par la réaction des deux protagonistes. Mais de par leur point de vue, à toute les deux, c'était autre chose.

Un autre monde, un autre temps. Alors qu'elles se mordaient, des souvenirs douloureux faisaient surface. Si la douleur avait été physique jusque là, elle devenait psychologie en plus. Mais, le fait qui troubla le plus la noble, était bien que les souvenirs qu'elle revoyait se transformait peu à peu. Plus elle se faisait mordre, et qu'elle mordait en retour, plus les images qu'elle revoyait étaient étranges. Pas dans le sens où elles n'avaient aucun sens. Dans le sens où … Elle n'avait pas souvenir d'avoir vécu cela. Comme si ces souvenirs n'étaient pas les siens. Et, en réalité, elle n'avait pas tord. Elle commençait à voir des images qui n'appartenaient pas à son passé, mais à celui de son épouse. C'était des visions atroces et malsaines qui donnaient mal au cœur à la noble qui supportait de moins en moins une telle vision. Du sang, des pleurs, de la violence et des viols.

Le choc était si abrupte et violent à voir que des larmes commencèrent à couler sur les joues de Vanillia. Elle ne pouvait pas supporter de voir de pareilles choses, surtout si c'était Mélinda la principale victime ! Les larmes coulèrent, mais elle tentait de les retenir, en vain. Tout n'était que douleur et visions atroces, alors que tout ceci concernait celle qui comptait le plus dans sa vie. Comment avait-elle pu endurer tout cela ? Et pourquoi ? Qu'avait-elle fait ? Prise dans un autre monde, une dimension de songes et d'horreurs, elle remuait encore plus fortement son bassin, comme pour tenter de combler la douleur par le plaisir sexuel. Sa verge pilonnait hargneusement sa féminité, surchauffant au passage, créant alors un mélange impossible entre torture mentale/physique, et plaisir sexuel. Bon sang, ce genre d'expérience n'est à faire qu'une seule fois dans toute une vie ! Mais, pour Mélinda, pour ce qu'elle représentait aux yeux de Vanillia … C'était amplement justifié et mérité. Pour elle, Vanillia était prête à bien plus que ce qu'elle était en train de subir.

Son amour pour elle était puissant et incalculable. Elle tentait de garder cela en tête alors que son esprit était submergé par les images provenant tout droit du passé de sa chérie. Elle avait énormément souffert … Peut-être trop souffert, d'ailleurs. Mais elle ne pouvait s'empêcher de faire le parallèle avec sa propre histoire, celle de sa vie. Elle aussi avait été réduite en esclave, en quelques sortes. Elle aussi avait été abusé. Elle aussi avait connu la mort de sa famille, la déchéance de sa famille. Ce n'était pas pour rien qu'elles s'aimaient autant ; elles étaient de bases très similaire en bien des points. C'était à se demander si, le fait qu'elles deviennent de vrais sœurs n'était un signe du destin pour leur énoncer clairement qu'elles auraient pu l'être à la base. Il n'y avait que des sœurs pour se ressembler autant ! Même si elles n'allaient pas l'être au sens propre, physiquement, elles allaient l'être. Et le moins que l'on pouvait dire, c'était que l'idée de se marier avec sa sœur ne répugnait en rien Vanillia. Cela la motivait encore plus ! Mais plus elle pensait, plus ses propres souvenirs remontaient à la surface, à son tour.

La mort de ses parents, sa transformation en vampire, son changement anatomique … Tout remontait, absolument tout …
Journalisée

Compte secondaire de Vanessa White.

• Pour voir la liste complète de mes comptes, cliquez ici-même !
Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3158



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #14 le: Juillet 24, 2015, 02:06:08 »

Il y avait autant de mystères sur le sang que sur le fonctionnement de l’esprit. Même après tant d’études scientifiques ou magiques sur sa composition, sur cet élément indispensable pour les vampires, toutes ces études avaient engendré plus de questions que de réponses. Ces études avaient été financées par de puissants clans vampiriques terrans, afin de trouver la molécule responsable de la soif de sang des vampires, l’idée étant de la synthétiser pour pouvoir la reproduire plus facilement. Ces clans avaient réalisé de multiples expériences sur des cobayes, mais toutes ces études n’avaient abouti à rien de concret. Le mystère restait entier, et, la seule conclusion qu’on pouvait pour l’heure en tirer, c’est que, chez les vampires, le sang déclenchait un grand nombre de réactions physiologiques encore inexpliquées. Mélinda et Vanillia étaient en train d’en faire les frais en ce moment-même. Entre elles, le sang communiquait et filait, se mélangeant, fusionnant, pour ne former plus qu’un seul sang unique. Une fusion. Et rien ne leur était épargné. Mélinda se rappelait même de souvenirs enfouis, de moments anodins, ou de moments importants. Ses souvenirs se mélangeaient à ceux de Vanillia, et, au milieu de leurs souvenirs, leurs fantasmes apparurent.

Entre les deux femmes, les ressemblances n’étaient pas juste purement physiques. Certes, elles étaient toutes les deux très belles, d’une beauté terrifiante, mais... Il y avait indéniablement plus que ça. Elles avaient aussi eu un parcours similaire, jalonné de souffrances, et, pour les deux, le vampirisme avait été comme une libération... Même si ça avait été plus vrai chez Mélinda que chez Vanillia. Les deux, en tout cas, partageaient cette intime conviction que leur condition vampirique était clairement une évolution. Maintenant qu’elles étaient des vampires, elles avaient évolué, elles avaient atteint un autre stade de conscience, et une force supérieure bouillonnait dans leurs veines.

C’est ainsi que le fantasme vint... Celui de deux femmes en robe élégante, dans un grand salon, au milieu d’une belle famille composée de vampires, masculins comme féminins, se regardant, s’embrassant, se caressant. Mélinda reconnut Akira, elle reconnut Motoko, elle vit Brad, dans un coin, mais se demanda aussi si elle ne voyait pas le futur... Ce qui, bien sûr, était impossible, mais elle voyait aussi des visages inconnus, et qui, pourtant, avaient en elle une curieuse résonance. Puis ces images disparurent, se noyèrent, et elle réalisa qu’elle avait eu un orgasme... Encore.

Impossible de dire avec précision combien de temps venait de se passer. Le passé continua à déferler, jusqu’au moment où Mélinda et Vanillia s’étaient vues, et avaient fait l’amour, dans son manoir. Elles n’avaient maintenant plus aucun secret, l’une pour l’autre. Vanillia avait pu voir Mélinda fonder son harem, avec en tête d’en faire le premier pas d’un nouvel empire. Elle l’avait vu rechercher dans les bibliothèques et les archives impériales le souvenir de sa famille passée. Tout se mélangeait, son désir d’une famille unie, d’un clan fort, de retrouver la puissance de son clan...

...Et elle finit par rouvrir les yeux.

Ce fut comme si elle venait de sortir d’une longue transe. Elle rouvrit lentement les yeux, en ayant l’impression de sortir d’un long rêve, et remarqua vite qu’elle saignait de partout... Comme Vanillia. Leurs griffes étaient sorties, et, pendant toute la durée de leur union, elles s’étaient griffées mutuellement, ensemble et longuement.

Aucun mot n’arrivait à sortir de sa bouche, et elle finit tout simplement par embrasser Vanillia sur les lèvres.

Un jour nouveau s’offrait à elles.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags: mariage  yuri  futanari  vaginal  anal  vampire  romance  melindawarrenisthebest  inceste  
Pages: [1] 2 3 ... 7
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox