banniere
 
  Nouvelles:
La modération de LGJ accueille deux nouveaux membres dans son équipe !

A voir ICI même.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 5
  Imprimer  
Auteur Sujet: Sea, sex and sun (pv avec doutzen)  (Lu 5150 fois)
Alex Sanderson
Humain(e)
-

Messages: 648



Voir le profil
FicheChalant
« le: Mai 02, 2015, 12:31:42 »

Alex attendait Doutzen à l’intérieur de son jet privé. Assis confortablement dans son siège, un verre champagne posée sur la table  basse devant lui, il avait l’air songeur et assez grave. C’était assez rare que pour être souligné. La raison de tout cela ? A vrai dire il n’y avait pas que les événements liés à sa récente paternité. Certes, il devait encore digérer la nouvelle. Il avait encore du mal à se faire à cette idée, et si à présent, il avait la conviction que c’était son fils, il n’en restait pas moins que ce n’est pas ce qu’il avait prévu. Kelly venait de lui faire un cadeau empoisonné et s’il tenait à assumer son rôle, c’était  pas forcément le signe qu’il était prêt pour cela. Il avait agi par fierté, par désir de montrer qu’il n’était pas du genre à se défiler et parce que son fils était son fils. Hors de question de le laisser vivre avec un autre homme que lui comme père. Mais maintenant, il fallait encore organiser  les droits de garde et de visite. Alex tenait à voir Kyle mais dans quel but, dans quel rôle ? Il fallait aussi tenir compte de sa mère, une femme qu’il n’aurait jamais pensé revoir un jour. Et puis comment ne pas penser à sa propre histoire, lui qui avait découvert que ses parents n’étaient pas ses parents. Bref, il y avait pas mal de questions et pas toujours de réponses.

Il y avait aussi Doutzen comme motif de prise de tête. La jeune femme n’avait pas vraiment daigné le revoir depuis leur nuit assez agitée. Elle faisait un peu la morte et Alerx ne savait pas vraiment quoi en penser. Ne voulait-elle pas le revoir ? Voulait elle juste un coup d’un soir ?Etait-ce lié au fait qu’il l’avait vu pirater son pc ? Le fait qu’il se pose autant de questions sur elle était finalement assez nouveau pour lui. Habituellement il ne se souciait pas de ses conquêtes une fois la chose faite. Mais là c’était différent, Doutzen était différente. Il avait envie de la revoir mais il devait aussi s’en méfier vu ce qu’il avait découvert. Travaillait-elle pour quelqu’un ? Agissait-elle come arnaqueuse ? Était-ce un piège de Kelly ? Alex devait essayer de savoir. Mais plus que tout, il avait envie d’elle, de lui faire l’amour et malgré les doutes qu’il avait sur elle, c’était plus fort que tout.

Voilà donc pourquoi Alex avait décidé d’inviter Doutzen a partir sur son île pour le week-end. Il avait envie de la sortir du contexte actuel et de pouvoir passer plus de temps en sa compagnie pour tenter de mieux la cerner. Il fallait la sortir de ses habitudes pour qui sait la déstabiliser.Et pour lui, c’était aussi un bon moyen de quitter la ville et quelque peu souffler vu les derniers événements.

Attendant dans son jet qui n’avait rien à envier à un appartement niveau confort et équipement, le jeune héritier de 22 ans avait envie de faire ce qu’il savait faire de mieux : s’enfoncer dans la luxure. Et Doutzen était la partenaire idéale pour cela.  Recevant un appel de son chauffeur lui annonçant qu’ils allaient arriver, il fit signe à une des hôtesses, sexys évidemment, d’aller prévenir le pilote de se tenir prêt mais également d’amener une seconde coupe de champagne.

Portant un pantalon noir de costume avec une chemise  bleu pâle et sa montre au poignet droit, le fait que la jeune femme n’ait pas accepté de suite son invitation l’avait contrarié. Quelle femme refuserait de s’envoler sur une île située dans l’océan pacifique ?Quelle femme refuserait l’invitation d’un des plus beaux partis au monde ?Qui refuserait en sachant qu’elle n’avait besoin de rien  hormis de venir elle-même puisque tout le reste lui serait offert ? Oui doutzen avait accepté mais elle avait demandé un délai de réflexion. Et cela avait titillé l’égo du jeune homme. Cette femme jouait avec lui ce qui avait le don de l’agacer.


« Doutzen … »

Sortant de ses pensées, elle venait d’entrer dans le jet. Faisant signe à une des hotesses de l’amener face à lui, il la regardait sans vraiment cacher le désir qu’il avait pour elle. Néanmoins, il y avait aussi une forme de rancœur et cela aussi cela pouvait se sentir dans les propos suivants

« Je me suis demandé jusqu’au bout si tu viendrais. Il faut dire que mon offre n’était sans doute pas très tentante »

Ironique, sarcastique, Alex était amer. Mais aussi satisfait , car d’une façon ou l’autre, ce week-end lui offrirait la chance de posséder à nouveau cette jeune femme. C’était ce qu’il voulait

« Mais je suis ravi d’avoir la chance de passer enfin du temps avec toi. La dernière fois nous n’avions pas vraiment parlé »

Et alors que d’un geste de la main, il fit comprendre aux hôtesses de s’éloigner un peu non sans savoir laissé la bouteille entre les deux verres sur la table, on entendit la voix du pilote qui annonçait

« Monsieur Sanderson nous allons bientôt décoller »

Et pour confirmer cela l’avion se mit à se mouvoir
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 308



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Mai 03, 2015, 01:52:02 »

« …Que ce soit bien clair entre nous, ma chérie !
 -  Hnnn… ! »

Difficile de répondre, avec le gag ball niche dans sa bouche, le masque sur les yeux, mais la douleur, elle, fut bien là quand Reto tira sur le nœud à l’arrière de son corps, une sorte de point central dans tout l’ensemble de cordes meurtrissant sa chair. La jeune femme ne fut que gémir, mordillant dans l’objet en plastique. Reto était un homme brutal, et cet élément, sa brutalité, était quelque chose qu’il tenait toujours à rappeler, comme une piqûre de rappel constante sur le fait qu’il était dangereux. Doutzen le savait mieux que personne, surtout quand la verge de l’homme était plantée dans son con, ramonant son corps en la faisant silencieusement hurler. Ce n’était pas la première fois que Reto la violait, et elle savait que ce ne serait pas la dernière fois. Quand il la prenait ainsi, quand il la besognait, Reto finissait par haleter et par grogner, à tel point qu’on pouvait se demander si c’était bien un être humain normal qui était en train de la prendre. Sa verge était terrifiante, par sa longueur, sa dureté, et lui-même était redoutable, par sa force, son endurance, sa constitution naturelle. Il remuait à chaque fois le corps de Doutzen, la tenant par les cordes, suspendue au-dessus du sol, son corps remuant d’avant en arrière sous les coups de reins massifs de l’homme.

Il y a quelques jours, la jeune femme avait reçu un curieux courrier, une correspondance émanant d’Alex Sanderson, l’invitant à un week end sur une île privée lui appartenant, au large du Japon. L’Empire Sanderson ne s’était jamais porté aussi bien, et Doutzen était bien placée pour le savoir. Elle avait installé dans ce dernier un discret virus, conçu par les spécialistes de la Mafia russe, d’anciens hackers qui travaillaient pour le Kremlin avant de rejoindre le privé, et qui leur avaient permis de voir la fortune considérable de Sanderson. Il aurait été facile de la voler, mais les Petrovski n’étaient pas intéressés, en soi, par l’argent du riche et volage héritier. Le reste, Doutzen l’ignorait, car elle n’était qu’une exécutante. Ce qu’elle savait, c’est qu’elle ne devait pas relâcher sa relation avec Sanderson. Ainsi, elle ignorait que Reto, de son côté, avait été voir Kelly.

Cette invitation avait troublé Reto. Un week end ailleurs, c’était plusieurs jours sans sa surveillance, avec le risque que Doutzen ne finisse par parler. Reto n’aimait pas Sanderson. Doutzen le sentait. Il n’avait pas confiance en lui, il voyait en lui un rival, et, pour ça, il était bien résolu à le démolir… Mais ça, Doutz’ l’ignorait. Tout ce qu’elle savait, c’était que Reto n’aimait pas Alex Sanderson, et elle soupçonnait que cela venait du fait que l’homme était né avec une cuiller en argent dans la bouche. Reto n’avait rien contre la richesse, mais il pensait que tout, dans ce monde, se méritait. Recevoir une fortune considérable du simple fait de la naissance ne produisait aucun mérite, et, rien que pour ça, par principe, il avait envie de ruiner Alex, de l’appauvrir tellement qu’il finirait dans un bidonville de Calcutta, à nettoyer les latrines afin de récupérer quelques malheureuses piécettes pour s’acheter un hamburger industriel dégueulasse dans un fast food aux prix prohibitifs.

« HNNNNNNNNNNN… !! »

Il se mettait à la gifler, mais il connaissait bien sa fille. Doutzen approchait de l’orgasme, et il jouit en elle, balançant plusieurs chapelets de sperme en grognant… Un grognement particulièrement rauque, sur un ton très grave. Il relâcha le corps de Doutzen, qui s’écroula sur le sol, en se tortillant faiblement.

« Tu y iras, Doutz’, finit par lâcher Reto dans un soupir. Je n’aime pas l’idée de me séparer de mon Petit Chaperon Rouge pendant deux jours… Mais sache que je ne serais jamais très lon, et que, en tout état de cause, ta vie m’appartient. »

Ça, c’était quelque chose qu’elle ne se risquait pas à oublier.



C’était Yuri qui avait conduit la berline ayant conduit Doutzen hors de la ville, le long d’une des pistes privées de l’aéroport de Seikusu. Le Sentaï International Airport était une grosse structure, assez récente, qui avait été construite pour tenir compte de l’importance croissante de Seikusu dans les relations internationales, que ce soit le commerce ou le tourisme. Yuri arrêta la voiture près de la piste, et observa Doutzen dans le rétroviseur intérieur.

« N’oublie pas, Doutzen… Nous aurons toujours un œil sur toi. »

Elle hocha la tête, cessant d’observer la vitre pour le regarder, avec l’impression lancinante que tout cela n’était rien de plus qu’un piège. Quand Alex’ lui avait envoyé ce courrier, elle n’avait pas su comment réagir. L’homme avait déjà tenté de la revoir, mais, à chaque fois, la femme avait réussi à se subtiliser. Entre ses cours privés assurés par Kou-san, les activités scolaires, et les tâches de Reto, Doutzen avait, de fait, un agenda très chargé. Quand elle avait relevé cette proposition à Reto, l’homme avait hésité. Et elle-même hésitait aussi, car elle savait que Sanderson n’était pas fiable, qu’il était un homme à femmes, un play boy. Pourquoi l’inviter elle ? Ils avaient passé une bonne soirée, mais elle n’était tout de même pas si exceptionnelle que ça. La décision revenant en définitive à Reto, la belle blonde s’était appuyée sur son avis, et, maintenant, le Chaperon Rouge se tenait devant le jet privé.

Comme il faisait beau, elle portait une tenue de circonstance. Ses bottes rouges avaient été délaissées par des sandales, et elle portait une robe rouge, des lunettes de soleil, et un chapeau de paille la protégeant du soleil.

« Tout se passera bien, Yuri, je ferais attention.
 -  C’est dans ton intérêt. On te fait confiance sur ce coup-là, mais, si tu merdes… Alors, oublie pas les règles, okay ? »

Le téléphone portable de Doutz’ comprenait une puce GPS, et elle devait, toutes les six heures, envoyer un message à Reto pour lui dire qu’elle allait bien. Si elle n’envoyait pas ce message, Reto enverrait une équipe. L’homme savait que Doutzen ne devait pas dire de conneries… Mais il ne pouvait pas non plus négliger le fait qu’Alex’ cherche à lui tendre un piège. Les Petrovski étaient convaincus que Sanderson avait, parmi ses relations d’affaires, des Yakuzas. On ne pouvait pas lui faire confiance.

Doutzen sortit de la voiture, et Yuri en sortit également. Il ouvrit le coffre, et sortit une valise, puis s’approcha avec elle du tarmac, en posant une main sur son épaule. Yuri aussi avait couché avec Doutzen… Il était moins brutal que Reto, mais tout aussi intense dans sa manière de coucher avec elle. Yuri aida à charger les affaires de Doutzen,q ui grimpa dans l’intérieur du jet.

Elle n’avait encore jamais grimpé dans un jet, et était intimidée par tant d’opulence. Tout cela la dépassait totalement, et elle déglutit légèrement, avant de voir Alex’, assis sur un fauteuil. Il entama rapidement la discussion, et son ton n’échappa nullement à Doutzen, qui s’assit face à lui.

« Et bien, lui répondit-elle, je dois t’admettre que je ne m’attendais pas à… À une telle chose. »

Elle n’eut guère l’occasion d’ne dire plus, car l’avion s’ébranla, et se mit à décoller. Doutzen préféra alors regarder par la fenêtre. Elle vit le tarmac défiler, puis l’herbe, les arbres, les toits de Seikusu, et la mer, l’avion s’envolant progressivement. Quand elle commença à se sentir un peu mieux, Doutzen le regarda, et lui parla :

« Pourquoi cette invitation, Alex ? Pourquoi… Pourquoi moi ? »

C’était la question qui la taraudait depuis le début de cette folle aventure.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Alex Sanderson
Humain(e)
-

Messages: 648



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Mai 03, 2015, 01:06:22 »

Alex n’avait pas dit grand-chose. Du moins dans un premier temps. Il faut dire que le décollage avait eu lieu et qu’hormis le bruit qui entourait cela,  Alex avait toujours une certaine appréhension. Il avait beau voyager souvent en avion, il restait nerveux. Du coup, il préférait attendre d’être bien dans les airs pour relacher la pression. Et puis, il avait eu tout le temps de regarder Doutzen de plus près. Tres sexy, il n’avait pas pu s’empêcher d’esquisser un sourire. Elle était diablement excitante, il savait que c’était dangereux pour lui mais il ne pouvait pas s’empêcher de le penser. D’ailleurs, s’il avait tenu à la revoir, c’était aussi pour cela. Cette fille avait quelque chose de spécial. Et Alex cherchait toujours à savoir quoi précisement. Par contre, il ne se rappellait meme pas que ce chauffeur bossait pour lui. Mais bon il avait tellement d’employés….
Buvant une gorgée de sa coupe, il invita Doutzen à faire de même alors qu’il fit signe à une des hôtesses de venir débarasser son invitée des choses dont elle n’avait plus  besoin. Au passage, on put même constater une certaine forme de jalousie chez l’employée,  comme si elle enviait la place de la belle étudiante. Il faut dire que rien que l’intérieur du jet laissait rêveur. Il y avait un coin cuisine, un coin couchette, une salle de conférence même et un équipement high tech au top. Il y avait aussi bien sûr le bar. Il était difficile de ne pas se dire que c’était un luxe presque indécent. Et puis Doutzen avait droit aux honneurs quand l'hotesse avait juste eu droit à quelques parties de baise à la sauvage

« Je pensais que tu  avais compris lors de notre soirée que tu n’étais pas qu’une conquête comme les autres »

Alex avait bien senti qu’elle faisait mine de ne pas comprendre. Etait-ce volontaire ?Ou alors avait-elle vraiment le sentiment de n’être qu’un coup d’un soir ?Ou était-elle si distante depuis lors car elle savait qu’elle avait volontairement piraté son pc ?Ce qui était certain, c’est que les deux avaient bien plus de points communs qu’ils ne le pensaient. Sans le voir Kelly er Reto complotaient dans leur dos. Avec sans doute tot ou tard des implications dans leur vie respectives.

« Je ne suis pas idiot, tu n’as pas accepté directement mon invitation et tu m’as évité un maximum. Je n’en prends pas ombrage  mais je sais que tu te méfies de moi. J’en suis désolé car je pense sans aucune arrière pensée qu’on a plutôt passé un bon moment toi et moi. Et je pensais que tu avais perçu que j’avais envie de te revoir et que je te considérais pas comme un énième trophée. Mais bon j’ai un week end pour te convaincre »

Souriant, il but une autre gorgée, la fixant. Elle était à son goût, pas plus pas moins.Dans son idée, il avait l’intention de reprofiter de ses atouts. Mais seulement si elle le voulait. Alex avait certains principes, comme celui de ne jamais forcer une femme.

« Tu es libre de partir quand tu le veux à partir de ce moment. Je compte partir dimanche soir mais si pour une raison ou l’autre tu veux abréger ce moment, je te laisserai faire même si cela me désolerait »

Marquant une pause, il ajouta encore

« De toute façon j’ai besoin de décompresser. Ces derniers temps j’ai eu à gérer pas mal de choses. Alors si je peux le faire en ta charmante compagnie j’en suis heureux mais je ne te forcerai pas. Que les choses soient claires »

 Consultant son smartphone, qu’il pouvait à présent utiliser, il vérifia qu’il n’avait pas de message de Kelly. Il lui avait expliqué  qu’il était absent pour le week end, hors du pays, mais qu’il était joignable. C’était aussi cela ses nouvelles responsabilités. Reposant toute son attention sur  Doutzen il dit , alors que le pilote annonçait un voyage de  5 heures

« Nous allons au moins avoir le temps  de parler »
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 308



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Mai 04, 2015, 02:27:02 »

Les jeux pervers de Reto étaient terribles pour Doutzen, car elle avait toujours l’impression d’avoir un train de retard... Ce qui, d’ailleurs, n’était pas qu’une impression. Volontairement, Reto ne lui disait pas tout ce qu’il savait, car il ne fallait pas mettre tous ses œufs dans le même panier. S’intéressait-il à Sanderson pour son argent ? C’est ce que Doutzen avait initialement pensé, avant de comprendre que ce qui, davantage que l’argent, intéressait Reto, c’était ses relations. Comme Reto le disait lui-même, dans ce monde, l’important, ce n’était pas d’avoir du pognon ; c’était d’avoir un bon carnet d’adresses.  Les relations étaient ce qui faisait et défaisait un individu en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. L’argent n’était qu’un moyen de gonfler son répertoire. Alex, pour une obscure raison, voulait mettre Doutzen dans une autre partie de son répertoire que la double-page « Putes à baiser d’un soir ». Pourquoi une telle fixation ? Était-ce parce qu’elle était blonde ? Doutzen savait que les Japonais adoraient les blondes, ce qui amenait beaucoup de Japonaises pure souche à se teindre... Mais les cheveux de la belle Doutz’, eux, étaient naturels. Les questions se multipliaient dans son esprit, sans pour autant trouver la moindre réponse.

Le jet privé filait maintenant au-dessus de l’eau, et Doutzen était seule face à Alex... Seule face à quelqu’un cherchant à comprendre pourquoi Doutzen se refusait à lui. Cette dernière restait assise, sans rien dire. Devait-elle jouer le jeu de la pétasse voulant juste son fric ? Reto avait voulu qu’elle ait un autre rôle... Mais c’était avant. Maintenant, il ne lui avait rien dit, si ce n’est de ne pas parler. Le pauvre Alex ne comprenait pas dans quoi il s’engageait. Elle était le Petit Chaperon Rouge, et, si Alex continuait à tourner autour d’elle, Reto viendrait lui briser les genoux. Doutzen savait cet homme cruel, et sadique. Il n’était pas qu’un pervers aimant sodomiser de jeunes adolescentes, il utilisait aussi ses poings, et avait du sang sur les mains... Yuri lui avait parlé de Reto dans le lit. Ils s’étaient connus à Moscou, quand Reto était encore un simple combattant de rues, usant de ses poings pour ramasser quelques piécettes. Comme il avait toujours été costaud, il était progressivement devenu garde du corps d’un Parrain local, qu’il avait fini par tuer. À cause de ses muscles, on avait toujours cru Reto idiot... C’était une erreur. Si Alex se mêlait trop de ses activités, les Russes se débrouilleraient pour qu’il ait un accident tragique... Et Doutzen n’avait pas envie d’avoir sa mort sur la conscience.

Elle était un cadeau empoisonné, une « fleur du Mal », comme dirait Baudelaire. Aussi belle qu’une rose, mais avec des ronces mortelles dissimulées sous les pétales. Alex’ s’en rendait-il compte ou pas ? Doutzen ne comprenait pas, et ne savait pas ce qu’il avait en tête. Il sortit son téléphone portable, consultant son Smartphone, et elle lui répondit, tandis que l’avion continuait à voler :

« Oui... Même si je t’avoue que je ne comprends pas ton acharnement à mon égard... »

Doutzen se tut pendant quelques secondes. L’intérieur luxueux de ce jet était assez intimidant. Reto était fortuné, mais il n’avait pas encore son jet privé pour autant.

« Tu sais, je suis venu te voir uniquement parce que tu étais riche, Alex... Je ne sais pas pourquoi tu t’attaches à une fille comme moi... Tout ça, c’est... C’est surréaliste. »

Complètement.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Alex Sanderson
Humain(e)
-

Messages: 648



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Mai 04, 2015, 06:48:27 »

« 99% des gens qui viennent vers moi le font pour le fric »

Alex n’était pas bête et il n’avait pas besoin de Doutzen pour faire ce constat. Ce qu’elle disait, il le savait déjà. En la fixant, il essayait donc de lui faire comprendre que tout cela n’était pas neuf. D’ailleurs, il n’avait pas besoin d’en savoir plus pour le moment :ne l’avait-il pas vu pirater son pc ? Il ignorait toujours les implications de cela et au fond sans doute elle-même ne se rendait pas compte qu’elle n’était qu’un pion manipulé, mais ce qui était certain c’est qu’alex avait fait le nécessaire pour se prévenir du danger. Les services concernés qui bossaient pour lui étaient entrain de bosser sur cela. Ce qui lui donnait un double avantage sur son invitée. Il ne savait pas encore s’il allait lui dire qu’il savait. Peut être que oui peut être que non. Mais de toute façon il n’en avait pas vraiment à faire de tout cela. Reto ne l’intéressait pas ni ses affaires d’ailleurs. Alex avait d’autres chats à fouetter

« La vraie question c’est qu’espérais-tu en venant me voir pour mon fric ? Que je t’offre une vie meilleure ?Que je te fasse découvrir une autre façon de vivre ? Que tu puisses mener grand train ?Ou tu voulais juste passer une chouette soirée ? »

Si on suivait sa logique ces questions étaient finalement normales. Même si au fond, pour lui, l’essentiel était ailleurs.

« Au fond je m’en fous, mais je ne vois pas pourquoi tu as tant de mal à accepter l’idée que je puisse avoir envie de te revoir. C’est comme si j’étais le pire des monstres ».

Ce qui objectivement n’était pas le cas. Faisant signe à l’hotesse de resservir du champagne plus frais, il avait au fond une seule question qui pour le moment était dans son esprit : pourquoi était-elle là finalement ? Si vraiment elle n’avait jamais eu l’envie de le revoir, pourquoi accepter cette escapade ?

« Tu sais comme je t’ai dit tu étais libre de ne pas venir et tu es encore libre de repartir. Il n’y a aucune obligation. Si être ici te pose soucis, tu peux le dire »

Le ton n’était pas agressif mais il voulait bien lui faire comprendre que si elle était ici, c’était pour quelque chose de bien et pas pour commencer à se lamenter sans cesse ou faire les choses avec mauvaise volonté. Il n’avait pas envie de cela.

« Tu me plais c’est vrai mais ce n’est pas un délit Doutzen. Je n’ai pas la sensation que notre première rencontre fut déplaisante. Et si c’est le fait que tu ne veuilles pas t’engager qui te pose soucis pas de soucis, pour etre franc avec toi j’ai eu quelques changements dans ma vie qui risquent de toute façon de m’affecter assez fort. Par contre si tu veux passer du bon temps et profiter de ce week end sans prise de tête et en se disant qu’on ne se promet rien, je pense que tu pourrais te plaire non ? »
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 308



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Mai 05, 2015, 01:54:43 »

Le jet filait dans les nuages. Doutzen était toujours assise, son regard oscillant continuellement entre le paysage défilant sous ses yeux et Sanderson. Même au-dessus de l’eau, ses soucis revenaient la hanter... Ses soucis, et la vie qu’elle menait. Alex’ continuait à parler, et Doutzen se contentait de l’écouter, les lèvres closes. Que voulait-elle ? Que lui voulait-elle ? Des questions sans réponse... Ce qui était plutôt curieux, car on aurait pu croire que Doutzen serait au moins fixée sur ses propres attentes. La réalité était plus nuancée. Elle était venue voir cet homme uniquement pour faire plaisir à Reto, comme tant d’autres hommes, mais les choses étaient différentes. Sanderson s’était montré différent, différent de ce à quoi elle avait initialement pensé. Oh, elle avait beau essayé de se persuader du contraire, elle ne pouvait guère se mentir à elle-même. Il y avait quelque chose de différent chez lui, et Sanderson le savait. Il n’était pas aussi idiot qu’il aimait à le faire croire, et, à plusieurs reprises, Doutzen s’était demandée s’il ne cherchait pas à se rapprocher d’elle uniquement pour savoir pour qui elle travaillait. Elle n’avait pas le sentiment d’avoir fait d’erreurs en allant chez lui, mais on ne pouvait jamais être totalement sûrs de ce qui se passe, de nos jours.

Sanderson continuait encore à parler, noyant Doutzen dans des explications. Pourquoi avait-elle accepté son offre ? Lui-même se posait cette question... Et elle se la posait aussi. Maintenant qu’elle était dans le jet, elle sentait des pointes de regret la traverser. Tous ces petits jeux la fatiguaient, et, tout ça... Ce voyage en jet, ce séjour sur une île éloignée au large du japon, c’était... C’était totalement ahurissant. La jeune blonde n’arrivait pas vraiment à comprendre ce qui lui arrivait, à saisir où elle était. Elle aurait dû se sentir follement excitée à l’idée d’être dans un jet, à l’idée de se retrouver sur une île exotique... C’était des vacances royales ! Mais Doutz’ savait que tout ça était faux...

Elle finit par sourire devant sa tirade, et croisa les jambes.

« Je constate surtout que tu n’as pas répondu à ma question. »

Doutzen était maligne, à force. Il avait répondu à sa question par une autre question, et par une technique classique consistant à la faire culpabiliser, en lui disant qu’il n’était pas « le pire des monstres ». Comment interpréter cette phrase ? S’agissait-il d’une référence à Reto ? Ou est-ce qu’elle se faisait des idées ? Reto était quelqu’un de prudent, Doutz’ le savait. Il était presque paranoïaque, même, en se débrouillant toujours pour ne pas s’impliquer dans les activités de sa fille.

Cette dernière lâcha quelques bribes supplémentaires :

« Pourquoi crois-tu que les belles filles comme moi vont faire les séducteurs riches comme toi ? Tout ce que je voulais, c’était de l’argent. Et c’est pour ça que je suis là aussi. Il n’y a rien de plus. Si j’ai tant hésité, c’est parce que ça m’a fait flipper... Je veux bien croire que je suis douée au lit, mais je suis loin d’être une pro’. Pour quelle autre raison voudrais-tu me voir, si ce n’est pour tirer ton coup à nouveau ? Alors... Tout ça, ça m’a intrigué. »

Rien de plus... C’était un fieffé mensonge, mais Doutzen était toujours face à la même ambiguïté. La vérité était tout simplement trop horrible pour qu’elle puisse la dire... Et, de toute façon, Alex’ ne pourrait pas y croire.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Alex Sanderson
Humain(e)
-

Messages: 648



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Mai 05, 2015, 03:13:13 »

« Ainsi donc tu penses que ce qui m’intéresse chez toi c’est uniquement de te baiser encore une fois ? »

Alex était pour le moins vexé de ce constat. Encore une fois, Doutzen se cachait derrière cette facade alors que plusieurs fois, il lui avait expliqué qu’il ne cherchait pas que cela avec elle. Était-elle stupide ou était elle subtilement maligne ?Alex avait la sensation qu’elle se cachait derrière ce personnage qu’il l’arrangeait bien. Mais il n’était pas dupe. Souriant en la voyant croiser les jambes, il but une autre gorgée, prenant le soin de peser chaque mot. Il fallait être prudent et habile pour ne pas dire n’importe quoi ou faire n’importe quoi. Chaque parole prenait un sens assez lourd dans cette situation

« Crois-tu que je me donnerais autant de mal si je voulais juste te sauter Doutzen ? Est-ce que je me ferais chier avec pareille mise en scène si mon seul but était de me jeter dans la luxure ? Non et tu le sais très bien. Si j’avais envie de baiser, je peux trouver quelqu’un sans mal. Là maintenant je pourrais me taper une des deux hotesses sans aucune difficulté ou sortir et me payer du bon temps avec une de ces poules de luxe. Mais tu vois j’en ai assez de cela, de cette vie qui finalement n’est qu’une illusion. Et que tu le croies ou non tu as contribué à cette prise de conscience. D’ailleurs je pense que toi aussi tu mérites mieux que ce que tu veux bien dire.Tu as une basse opinion de toi même ».

Il s ‘arrêta. Devait-il lui dire  qu’il avait un enfant ? hormis à son avocat, Alex ne l’avait dit à personne. C’était cela aussi son  paradoxe, il n’avait ni ami, ni famille. Rien de tout cela tout simplement.  C’était aussi pour cela qu’il avait besoin de Doutzen, pour se confier, pour pouvoir en quelque sorte vider ce qu’il avait sur le cœur

« j’ai appris récemment que j’étais père. Une femme que je n’avais plus vue depuis des années a débarqué ici avec un gosse de 3 ans. Que tu me crois ou pas, je n’étais au courant de rien. Et elle est venue ici avec une idée bien précise en tête : gagner au lotto grâce à lui. J’ai passé un accord avec elle, lui assurant une position confortable tout en garantissant une certaine confidentialité. J’ai décidé aussi de jouer un rôle dans la vie de cet enfant. Je ne sais pas pourquoi mais cela me semble évident pour moi. Je n’aurais pas pu faire autrement »

Il s ‘arrêta, constatant qu’étrangement, il s’était mis à sourire et à avoir le visage plus illuminé quand il avait parlé de Kyle. Était-ce cela la fierté paternelle ?

« Tu sais ce qui est le plus drôle de l’histoire, C’est que pour éviter de me faire gruger, j’ai embauché un ex militaire de haut rang pour enquêter sur la mère de mon fils, pour voir si elle était fiable. Et avant de partir il m’a remis son rapport. Et non seulement, elle  a accepté le joli paquet de fric que je lui ai filé, mais j’ai appris qu’elle habitait dans un immeuble de luxe ayant des ramifications avec la mafia russe et que son avocat avait aussi des liens avec ce milieu. Et en plus elle a été vu plusieurs fois avec un des pontes de ce milieu »

Sortant une enveloppe  de l’intérieur de sa veste, il la déposa sur la table basse, sans se douter que la personne avec Kelly était le père adoptif de Doutzen. Ni même à quel point ils étaient liés.

« Tu vois, j’ai voulu être réglo,  et au final je me demande finalement dans quelle pièce je joue exactement ? C’est aussi pour cela que j’avais besoin de partir pour souffler un peu. Et si je t’ai choisi, c’est parce que tu le veuilles ou non l’accepter, j’ai apprécié ta compagnie.  C’est pas comme avec toutes les autres. D’ailleurs t’es la seule personne à qui j’ai parlé de ma paternité. Si la presse ou mon conseil d’administration apprenait cela, imagine le scandale »

Buvant une autre gorgée, il se leva et s’avança vers Doutzen, lui caressant tendrement la joue gauche avec sa main. Cette jeune femme lui plaisait, et avec ses sandales, sa robe rouge, ses lunettes et son joli chapeau,elle était sublime. Mais elle aussi l’avait dupé, et elle aussi lui mentait. La regardant, il reprit la parole

« Si ce qui t’intéresse chez moi est l’argent, alors tu auras ce que tu veux. »

Il avait envisagé cette éventualité. Même si il continuait de penser qu’il y avait autre chose derrière. Retournant s’asseoir face à elle, il plongea ses yeux sur elle et conclut en disant

« Mais moi aurais-je ce que je veux, à savoir toi ? »

Et il ne parlait pas uniquement de physique.
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 308



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Mai 10, 2015, 02:23:29 »

Les deux jouaient ensemble à un jeu dont ils ignoraient toutes les règles et tous les enjeux. L’épisode entre Reto et Kelly n’était pas connue de Doutzen. Ils étaient comme deux joueurs en train de monter un puzzle, chacun de leur côté, assemblant les pièces, certains ayant des pièces communes. Doutzen ignorait où tout cela allait la mener, et, dans le doute, elle préférait se dissimuler derrière la prostituée qu’elle était… Une sorte d’écran protecteur, mais difficile à mettre en place. Contrairement aux pays européens et occidentaux, où la prostitution était nécessairement vue comme quelque chose d’humiliant et d’honteux, qu’il fallait presque supprimer. Ici, au Japon, la prostitution était vue différemment. Certes, ce n’était pas la Panacée, mais les Japonais avaient moins de mal avec le sexe. Doutzen l’avait vu, et elle le voyait encore continuellement, chaque fois qu’elle voyait, dans les rues de Seikusu, des maid café, ou d’autres cafés adultes de la Toussaint où, parallèlement au menu des boissons, il y avait un autre menu indiquant toutes les prestations sexuelles fournies auprès des hôtesses, à l’exception de l’acte sexuel en lui-même.

Alex lui confia alors être père… Et, en entendant cela, Doutzen écarquilla les yeux, se demandant, pendant un temps, s’il plaisantait. L’homme avait l’air sérieux, et lui expliqua que la mère était venue le voir dans le but d’avoir de l’argent, et qu’il avait mené sa petite enquête. Doutzen déglutit silencieusement, en se demandant si Alex n’avait pas aussi réalisé une enquête sur elle.

*Je suppose qu’il ne doit pas être difficile de me pister en stationnant à l’entrée de la maison…*

Doutzen passait l’essentiel de son temps à agir comme une fille normale… Mais, parfois, elle se trouvait dans les voitures noires aux vitres fumées, afin de rejoindre les lieux où elle devait accomplir ses missions pour le compte de Reto. Dans ce cas, il était impossible de la voir à travers la vitre… Mais est-ce que cela suffisait à arrêter un détective privé bien formé ? Vu la fortune d’Alex’, il devait embaucher des gens talentueux, les mêmes que ceux trouvant des potins incroyables sur les stars du monde entier, ou sur les hommes politiques. Tant d’honneur pour elle-même… Mais ce n’était pas d’elle dont on parlait ! Quoique…

L’homme balança sur la table basse entre eux plusieurs photos, et Doutzen sentit sa gorge s’assécher en voyant Reto. Il avait balancé une enveloppe, que Doutzen avait récupéré. Elle observa les photos. C’était un hôtel de luxe, où elle s’était déjà rendue à plusieurs reprises. Les photographies étaient prises depuis une voiture, à l’entrée, et montraient une mystérieuse femme à la longue chevelure brune, que Doutzen n’avait jamais vu, et parfois Reto. L’homme était suffisamment prudent pour éviter de sortir en compagnie de cette femme, et d’autres clichés avaient été pris dans le hall de l’hôtel. La femme était abordée par Yuri, que Doutzen reconnut. Elle se pinça les lèvres.

*Reto… Mais à quoi joue-t-il ?*

Le dossier du détective était sûrement encore plus volumineux, et contenait très certainement des éléments obtenus illégalement. Doutzen reposa tranquillement l’enveloppe, et regarda à nouveau Alex’. Pourquoi lui dire tout ça ? Pourquoi lui parler de Reto ? Est-ce que l’enquête du détective lui avait permis de voir que Doutzen était proche de Reto ? S’il avait photographié Yuri, il avait pu le retrouver à l’entrée du lycée Mishima, les rares fois où il allait chercher Doutz’, ou à l’entrée de soirées, quand il faisait le chauffeur pour elle. Reto avait une grande confiance en Yuri, et il savait que son Petit Chaperon Rouge lui était précieux, ce qui expliquait pourquoi il passait souvent par Yuri pour la conduire. Lui évitait toujours de se mouiller.

Alex lui avoua qu’elle était la seule à qui il avait révélé cette histoire de paternité… Mais qu’avait-il révélé ? Elle n’avait aucune preuve, et aucun moyen de le faire chanter. Lui aussi était trop malin pour s’impliquer en personne. Il alla lui caresser la joue, et elle s’écarta légèrement, en soupirant, repoussant sa main avec la sienne.

« Ce que je veux… »

Elle soupira encore, sans savoir. Le testait-elle ? Que savait-il sur la jeune femme ? Elle s’humecta les lèvres.

« Cette histoire de gosse… C’est merveilleux pour toi, mais je n’ai pas envie d’être mère de famille. »

Elle déposa l’enveloppa sur la table basse, et le regarda en croisant les bras.

« Et évite de me caresser sans mon accord, si tu veux me faire croire que je suis autre chose qu’une prostituée. »

Doutzaen le regardait sans plaisanter.

« Pourquoi tu me parles de ça ? Qu’est-ce qui t’a tant marqué ? Qu’avons-nous fait d’autre que baiser ensemble, Alex’ ? »

Elle continuait dans ce sens, à poser les mêmes questions, car, à chaque fois, Sanderson répondait par autre chose.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Alex Sanderson
Humain(e)
-

Messages: 648



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Mai 10, 2015, 09:13:04 »

« Je suis désolé Doutzen, c’est vrai je n’aurai pas du faire cela »

La fixant, il était de nouveau assis et venait de faire amende honorable. Nulle stratégie de sa part, il était sincère. Il ne trichait pas avec elle, il était honnête. Et c’est aussi pour cela qu’il aurait bien aimé pouvoir lui donner une réponse claire à ses multiples demandes. Seulement il n’en avait pas. C’est aussi pour cela qu’il  ne parvenait pas vraiment à lui répondre. Lui-même s’était posé mille fois cette question. Et il n’arrivait jamais à la même réponse. Tout ce qu’il savait c’est qu’il la voulait elle. Prenant le temps de répondre, il se lança alors dans une longue tirade

« J’ai ressenti quelque chose pour toi lors de notre nuit que j’ai jamais ressenti avant. Je ne sais pas ce que c’est, désolé d’ailleurs de ne pas être plus précis, mais  tu as provoqué quelque chose en moi. Oui nous avons essentiellement baisé comme tu dis, c’était bien, mais au dela de cela j’ai envie d’autre chose aussi.Tu es belle, fraiche, tu as cette allure superbe et ce côté mystérieux. T’es pas comme toutes ces poules de luxe que j’ai pu me faire.  non toi tu es différente, tu  as ta propre façon de fonctionner. Je ne te demande pas de jouer le rôle de la mère de famille. Mon fils a déjà une mère, et la connaissant et vu la tournure que les choses prennent, elle fera tout pour que cela reste ainsi. »

Il marqua une pause. Buvant une autre gorgée, il était assez nerveux, même si son attirance pour elle était pour le moins évidente dans la façon qu’il avait de la fixer

« Je me doute que tu aimerais quelque chose de plus précis ou de plus clair. Mais tout ce que je peux te dire c’est que je ressens quelque chose pour toi et ce n’est pas seulement de l’attirance. J’ai envie de passer du temps avec toi, d’apprendre à te connaitre, de rigoler avec toi, d’être avec toi tout simplement. C’est nouveau pour moi. Mais c’est ce que je veux. Je ne te vois pas comme les autres Doutzen, tu es différente à mes yeux. »

Ce qu’il essayait de lui dire, c’est qu’il la voyait comme une femme avec qui il avait envie d’être en couple. Seulement Alex n’avait pas forcément les mots pour exprimer cela.Tout simplement parce que la situation était inédite.Il était sorti de sa zone de confort

« ce que j’essaie de te dire Doutzen, c’est que si je voulais être en couple avec quelqu’un, je pense que ce serait avec quelqu’un comme toi. C’est pour cela que j’ai voulu te revoir. Je sais que pour toi, les choses sont plus claires et que tu me vois comme un compte en banque vivant. Mais je ne désespère pas de te convaincre que je ne suis pas qu’un enfoiré arrogant. Je sais que j’ai une mauvaise image. Mais je sais aussi que je peux te rendre heureuse. »

Il s’arrêta encore, hésitant à lui parler de la clé usb dans son pc. Il attendait encore un peu, se disant que peut être elle aborderait le sujet d ‘elle-même. Et puis, une part de lui redoutait d’apprendre le fin mot de l’histoire, même si la découverte du double jeu de Reto pouvait aussi servir se sintérêts.

« Voilà Doutzen, j’espère avoir été assez clair. Si ce n’est pas le cas je m’en excuse d’avance »

Il la fixait toujours. Dieu que cette femme avait de l’allure.
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 308



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Mai 12, 2015, 02:01:51 »

Les explications venaient lentement, et étaient, en réalité, plus troublantes qu’autre chose. Sanderson, amoureuse d’elle ? Doutzen ne put masquer sa surprise. Oh, elle avait bien envisagé cette hypothèse, oui, mais elle avait été bien incapable de lui apporter le moindre crédit, tant elle semblait absurde et surréaliste. Alex, qui l’aimerait ? Il avait l’air sérieux… Et, si Doutzen avait pu envisager cette hypothèse, elle n’aurait jamais cru avoir vu juste. Ciel ! Comment ? Pourquoi ? Ces questions se bousculaient dans sa tête, s’entrechoquant au fur et à mesure que l’homme continuait à parler. Honnête et sincère, il avait déballé tout ce qu’il avait… Ou presque. Seule la question de la clef USB restait en suspens, et ce simple petit détail, en réalité, expliquait, à lui seul, pourquoi la voie entreprise par Alex ne le conduirait qu’à la souffrance. Ce détail, c’était la preuve que le Petit Chaperon Rouge n’était pas toute seule, et que, derrière elle, il y avait… L’Autre. Son bienfaiteur et son cauchemar. Celui qui l’avait construit, celui qui l’avait créé, celui à qui elle devait tout, qu’elle aimait et qu’elle haïssait en même temps. Un Judas, aussi monstrueux et horrible qu’il était bénéfique. Reto Kroes. L’homme qui la prostituait, l’homme qui la battait, la violait… L’homme qui lui avait permis de sortir des profondeurs de son village natal, afin de rejoindre une grande ville, et, surtout, qui lui avait permis d’effectuer son rêve : devenir une actrice. Comment pouvait-elle le condamner totalement, alors que, grâce à lui, elle était là ? Et même Alex ne pouvait pas totalement le condamner, car, sans Reto, Doutzen ne l’aurait jamais vu… Mais, pourtant, avec Reto, Alex n’obtiendrait jamais ce qu’il voulait.

Son aveu laissa l’avion dans un silence circonspect, uniquement troublé par le ronflement des moteurs. Doutzen ne savait pas quoi dire. Un malicieux petit génie venait de voler son inspiration, et elle le regarda donc sans rien dire, avant de finir par soupirer. Un léger rire nerveux s’échappa de ses lèvres, et elle se mordilla la bouche, secouant sa tête de gauche à droite, venant se poser sa main sur la tempe.

« Alex… Je m’attendais à tout, sauf à ça… »

N’arrivant pas à rester assise, Doutz’ se redressa à son tour. Il y avait peu de turbulences dans l’avion, et elle marcha un peu, serrant nerveusement les poings. Si elle s’attendait à ça… Alex, amoureux d’elle ! C’était différent de tout ce à quoi elle avait pu penser ! Elle déambula donc un peu, avant de se retourner vers lui.

« C’est… C’est ridicule, Alex. Je ne connais rien de toi… Et tu ne connais rien de moi. Alors… Comment pourrais-tu prétendre être amoureux de moi ? Ça n’a pas de sens ! »

Pour elle, en tout cas, ça n’en avait aucun.

Et, surtout, au-delà de ça, une romance entre eux était tout simplement impossible !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Alex Sanderson
Humain(e)
-

Messages: 648



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Mai 12, 2015, 03:12:09 »

Alex n’était pas surpris par cette réaction.il savait lui-même que tout ceci pouvait paraitre fou et incroyablement étrange. Surtout quand on pensait à son comportement habituel avec les femmes. La voyant se lever et marcher un peu, alors que l’avion traversait quelques turbulences, il s’était levé aussi mais s’arrêté à quelques pas d’elle, se souvenant qu’elle ne voulait plus qu’il la touche sans son accord. Complètement déstabilisé, le jeune homme de 22 ans cherchait toujours un moyen pour essayer de reprendre le contrôle. Il savait qu’il se mettait lui-même en danger et prenait le risque de se faire dévorer par doutzen. Mais il l’avait voulu et devait donc assumer ce choix

« Je me doute que je ne suis pas le prince charmant ni le petit ami rêvé. J’assume ce que je suis et demande juste avoir le droit d’avoir une chance de changer. Cela peut paraitre fou en effet, cela n’a aucun sens mais  ne dit on  pas que l’amour rend irrationnel ?Je veux dire j’ai toutes les raisons de me méfier de toi, surtout que tu m’as avoué être venu à moi pour mon argent . Et pourtant j’arrête pas de penser à toi »

Elle s’était mise face à lui, et il plongeait ses yeux bleus dans ceux de la belle Doutzen. Cette dernière avait relevé ses lunettes de soleil sur son front et encore une fois, il la trouvait désirable avec sa jolie robe et ses sandales. Elle était sublime tout simplement, une vraie démone au visage d’ange. Même si Doutzen pouvait avoir des doutes et ne pas croire ce qu’il pouvait lui dire, elle ne pouvait nier la façon qu’il avait de la regarder. Cela mêlait tendresse, désir bien sûr et envie , mais également bienveillance et l’impression qu’elle était unique à ses yeux. Elle qui était souvent vu comme un objet de désir devait d’une façon ou l’autre appréciait cela aussi. Même si cela venait d’Alex. S’avançant lentement vers elle, il était vraiment proche d’elle et tendit lentement sa main droite pour venir lui caresser la joue.Il le faisait lentement, presque au ralenti, redoutant sa réaction, comme on faisait pour apprivoiser un animal craintif ou sauvage.

« Je peux ? »

Demanda t’il, en posant et caressant désormais clairement sa joue gauche. Par ce geste il voulait lui montrer qu’il tenait compte de ses remarques, de ses souhaits, de ses désirs.C’était sa façon à lui de lui faire comprendre qu’il était sérieux et pouvait pour une fois changer d’attitude

« j’ai envie de t’offrir le plus beau week-end de ta vie. Après tu seras libre de me voir comme bon te semble : petit ami, amant de passage, source de revenus, coup d’un soir ou pigeon à plumer. Mais avant je souhaite te montrer quel vie je peux t’offrir. Si tu le veux bien sûr comme je le t’ai promis et si tu souhaites m’accorder cette chance et ma présence avec toi. De cette façon tu verras que tu ne seras plus jamais obligé d’aller coucher avec un homme pour avoir ce que tu désires, que ce soit être actrice, célèbre, avoir une bonne situation ou tout simplement être heureuse »

Parlait-il uniquement de lui, d’autres hommes, en savait-il plus ou bien avait-il simplement cela déduit cela en fonction de ce qu’elle avait pu dire et de ce qu’il avait pu déduire en fonction de ce qu’il savait déjà ? Quoiqu’il soit il continuait  de lui caresser la joue et replongea ses yeux dans ceux de Doutzen

« On a tous un passé. On ne peut pas le changer contrairement au présent et au futur. Même si cela se limite à ce week-end »

Approchant lentement son visage, il avait quasi sa bouche sur celle de la belle étudiante. Il marqua une autre hésitation, ne voulant pas forcer ni voler ce baiser. En avait-elle envie ?Lui en avait envie mais c’est à elle que revenait la décision……
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 308



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Mai 15, 2015, 01:31:48 »

Savait-il ? Ne savait-il pas ? La question la hantait. Comment aurait-il pu savoir ? Est-ce qu’il savait qu’elle avait piraté son ordinateur portable ? Les informaticiens travaillant pour Reto lui avaient assuré que leur programme était indétectable, mais, avec l’informatique, on ne pouvait jamais être totalement sûrs de quelque chose. Est-ce qu’il avait embauché des détectives privés pour la suivre ? Cette espèce d’obsession qu’il faisait sur elle s’expliquait-elle juste par son beau sourire ? Ou y avait-il autre chose ? Était-il vraiment amoureux ? Ou n’était-ce qu’un prétexte pour comprendre qui elle était et ce qu’il se passait ? Autrement dit, ces photographies de Reto et de la mère de son enfant n’étaient-ils que des coïncidences ? S’inventait-elle des liens qui n’existaient pas ? Doutzen déglutit lentement, refoulant l’inquiétude naissante. Elle ne devait pas laisser son imagination s’emballer, et s’en tenir aux faits. Oui, les faits, eux, ne mentaient pas. Et les faits lui assuraient qu’il n’y avait aucune chance pour qu’Alex ait compris ce qui se passait. Les faits étaient avec elle, lui soufflant que ce n’était que de simples coïncidences, et qu’elle n’avait rien, absolument rien, à craindre. Comment aurait-il pu savoir, après tout ? L’homme n’avait pas la science infuse, et la paranoïa de Reto n’était pas là pour rien.

*Il ne sait rien, il ne sait rien…*

C’est ce qu’elle se répétait… Mais pouvait-elle s’en assurer totalement ? S’étant relevé, il s’était rapproché d’elle, retournant dans son cercle intime, trop tactile pour prétendre être un véritable Japonais. Elle le laissa faire, croisant son regard avec le sien, comme si elle pensait pouvoir lire la vérité dans ses yeux. Ils n’étaient pas accusateurs. Ils n’étaient pas en train de lui dire qu’il savait qu’elle était la chienne de Reto, et qu’elle l’avait dupé, et qu’elle continuerait encore à le faire, si Reto le lui demanderait. Elle restait face à lui, sentant le désir de l’homme, ne sachant pas comment y répondre… Amoureux d’elle. Tout ça la dépassait, car elle n’arrivait pas à comprendre les raisons de cet amour, ni à se dire que c’était vrai… Parce que, pour elle, Alex’ faisait partie du « monde de Reto », et que le « monde de Reto » n’était pas un lieu où l’amour et les bons sentiments pouvaient triompher. Elle l’observait donc, les lèvres entrouvertes, sans oser parler, et sans savoir quoi dire.

La bouche de l’homme finit par se rapprocher de la sienne, et elle soupira lentement. Il attendait un baiser, une réponse, un signal… La possibilité d’un week-end à ne penser à rien… Une vaine promesse, car Doutzen savait que son esprit allait carburer. Le temps sembla se suspendre entre leurs lèvres. Elle se les mordilla donc… Puis l’embrassa un peu, pendant quelques secondes. Sa poitrine s’enfonçait contre son torse, et, ensuite, elle se recula, calmement.

« Va pour un week end de repos, alors… »

N’abattre aucune carte, et ne rien dire. L’omerta, la loi du silence. Doutz’ appliquait à la perfection ces principes vieux comme le monde.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Alex Sanderson
Humain(e)
-

Messages: 648



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Mai 15, 2015, 02:12:35 »

Le baiser était furtif, tout comme la légère étreinte. Doutzen avait l’air pour le moins hésitante encore et il ne lui en voulait pas. Tout au plus, il se réjouissait d’avoir finalement encore  une chance de pouvoir gagner sa confiance. Oh la tâche serait bien sûr ardue et compliquée, mais de toute façon ne l’était-elle déjà pas ? Il avait bien compris qu’elle  ne s’ouvrirait pas à lui et qu’elle gardait sa retenue et sa méfiance. Il n’était pas certain que c’était contre lui car elle laissait deviner une certaine forme de retenue par rapport à tout. Il ne savait pas vraiment qui elle était et c’était voulu. Doutzen semblait vouloir se protéger  mais de quoi ou de qui ? Îl ne le saurait pas, du moins pour le moment. Et il avait le sentiment que de toute façon plus tard il le saurait, mieux ce sera pour lui

« Oui va pour un week end loin de  tout. On y verra plus clair après je pense . Qui sait tu aimeras peut être plus que tu ne le penses»

S’approchant d’elle, il était étonnamment hésitant. Lui d’habitude si certain de son fait marchait sur des œufs. Lui souriant, il ne savait pas si dès à présent il pouvait la considérer sienne ou pas. Au fond, il avait perçu que Doutzen n’était pas forcément le genre de femme à aimer le romantisme. Du moins pas comme cela et pas avec lui. Il l’avait mis mal à l’aise et lui aussi par la même occasion. Lui comme elle était plus à ‘l aise dans le sexe. Après tout leur première soirée avait été une franche réussite et ils n’avaient pas du parler beaucoup. C’était peut être cela la solution, revenir à des fondamentaux. Après tout, une femme comblée et épris de plaisir était plus facile à atteindre.

« je pense que toi comme moi devrions revenir à des fondamentaux que nous connaissons mieux »

Il lui caressait de nouveau la joue. Elle savait à quoi il faisait référence. Après tout depuis cette nuit, il n’avait eu cesse de penser à l’idée de la refaire sienne. Toutes celle qui étaient passés depuis étaient fades, sans éclats. Maintenant qu’il avait touché au but, qu’il l’avait pour un moment, pourquoi se priver ? il avait été franc et honnête, il ne s’était pas jetté sur elle et lui avait montré des égards. Il pouvait dès lors se montrer plus primaire, surtout qu’elle n’allait pas être déçue normalement.

« Tu m’as manqué Doutzen »

Et en disant cela, il était venu la saisir par la taille , l’amenant contre lui, comme pour signifier que désormais elle était de nouveau à lui. Du moins pour le moment. Ses deux mains caressant le bas du dos et le dessus des fesses, il revint  prendre son visage à deux mains puis déposer un  baiser assez appuyé sur ses lèvres, sa langue se frayant un chemin entre les lèvres de la jeune femme pour venir chercher sa semblable. Au niveau de son entrejambe, on sentait déjà sa virilité bien en forme et ce n’était pas vraiment surprenant.

Plongeant lui-même sa bouche dans le cou d e Doutzen, il lécha puis mordilla le lobe de l’oreille, avant de revenir l’embrasser sur les lèvres, ses mains redescendant au niveau de son postérieur, reprenant le contrôle de ce corps tant désiré

« Il y a un coin chambre dans le fond de l’avion, si cela te dit bien sûr. »

Lui murmura t’il entre deux baisers, l’invitant si elle le désirait à y passer.Même si d'une certaine façon le fait qu'elle ait accepté de venir et le fait de sentir ses doutes ne laissait que peu de liberté d'action à la jeune femme, et il le savait. En effet, derrière une porte, à l’arrière, il s’était fait ménager une petite chambre contenant l’essentiel : un lit, une douche, un bar et une installation audio. Ainsi bien sûr que tout le confort et le luxe allant avec. Et comme pour l’amuser davantage il ajouta

« Et le voyage risque d’être long… »
Journalisée

Doutzen Kroes
Humain(e)
-

Messages: 308



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Mai 16, 2015, 01:57:11 »

Chassez le naturel… Le vieux proverbe revint à l’esprit de Doutzen quand Alex’ exprima le fond de sa pensée. Dans sa tête, un léger sourire goguenard, presque désabusé, se dessina. Tout ça pour ça… Pour elle, il n’avait fait aucun doute que l’invitation d’Alex’ n’avait été qu’un plan cul osé et détaillé. Certes, ce n’était pas tous les jours qu’on l’invitait sur une île privée, mais, en définitive, on en revenait toujours à ça… À ça. Peu importe la fortune, les enluminures, les efforts qu’on mettait, en fin de compte, le rapport entre un homme et une femme revenait toujours à ça… Le bâton entrant dans le trou. C’était presque une espèce d’ironie mordante. Des milliers d’années d’Histoire et d’évolution n’empêchaient toujours pas les hommes de maintenant de réagir et de raisonner comme les individus de Cro-Magnon : Alex’ lui avait juste fait la cour, et, maintenant qu’il s’était bien engagé, il continuait à agir ainsi… Encore et encore, il lui caressait la joue, feignant d’obtenir son assentiment, feignant de le lire dans ses yeux. Était-il maladroit, ou juste malhonnête ? Doutz’ n’osait croire à une certaine maladresse dans son action, et elle ne lisait pas dans son esprit. Pour elle, jeune fille pauvre, d’origine paysanne, les riches avaient toujours un plan, toujours une stratégie. Celle d’Alex’ était en réalité fort simple, et n’avait eu que pour but d’amener Doutzen dans son lit, afin de coucher avec elle. Elle s’en rendait compte, maintenant, et observa la porte menant à la chambre.

Il lui avoua qu’elle l’avait manqué, et elle ne répondit pas, son visage restant relativement inexpressif.

*Moi, ça ne se résume pas qu’à mon corps, Alex’…*

L’homme la serra contre lui, l’embrassa. Elle sentit la bosse se former entre ses cuisses, si similaire tant d’autres bosses. Les hommes… Ils pouvaient prétendre être les plus romantiques du monde, juste pour avoir la queue se nichant entre les cuisses d’une femme. Non, Sanderson n’était pas bien différent des autres. Toutes ses phrases ressemblaient à un baratin savamment distillé pour essayer de se faire passer pour ce qu’il n’était pas : un homme à femmes. Un homme qui avait eu un enfant avec une femme qu’il ne connaissait pas, et qui, plutôt que d’en tirer les conséquences, multipliait encore une vie de golden boy. Il invitait Doutzen en jet privé sur son île privée, et la traitait comme son objet, n’imaginant pas un seul instant que, après son numéro de Don Juan, elle puisse se refuser à lui.

Plus le temps passait, et plus Doutzen avait tendance à préférer les femmes… Il était plus difficile de mentir avec elles. Doutzen avait déjà essayé de feindre le plaisir avec une femme, une Japonaise qui était spécialiste des cordes, et elle la giflait sur le bout du nez à chaque fois que Doutz’ simulait. Avec un homme… Ce n’était pas très compliqué. Après leurs baisers, elle avançait l’une de ses mains, venant caresser le sexe de l’homme, le masturbant à travers son pantalon, et hocha lentement la tête, rapprochant sa bouche de son oreille. Elle soupirait contre sa nuque, et murmura dans le creux de son oreille :

« Je te laisse me montrer le chemin, alors… »

La jeune femme paracheva l’ensemble avec un tendre sourire, révélant ses belles dents blanches, un sourire malicieux et qui semblait chargé d’envie et de désir.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Alex Sanderson
Humain(e)
-

Messages: 648



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Mai 16, 2015, 12:31:18 »

Alex se rendait bien compte que la jeune femme était là sans être là. Il n’était ni aveugle, ni stupide. Et il avait bien compris qu’elle ne le croyait pas ni qu’elle ne débordait pas d’enthousiasme à coucher avec lui ou à passer du temps avec lui. Il n’y  a pas si longtemps, il aurait pu se contenter de cela, faire semblant, ne pas se soucier d’autre chose que son plaisir à lui. Mais plus maintenant.  Campé sur ses positions, il tenait Doutzen par la main, ne semblant pas vraiment vouloir aller dans la fameuse chambre. Et pour cause, il n’avait pas fini de parler avec elle.

« Je sais que tu penses que je te mens et que tu me prends toujours pour un flambeur doublé d’un enfoiré. Je t’en veux pas, je suis ce que je suis. Mon attitude aussi et sans doute que je suis maladroit avec toi. A ma décharge j’ai pas l’habitude de cela, de chercher chez une femme autre chose que du sexe et du plaisir.  Pour la première fois j’ai pas forcément envie de faire un usage unique d’une personne.  Naivement, j’ai cru qu’il suffirait de t’inviter sur mon ile, de t’en mettre plein les yeux, de faire étalage des richesses pour te convaincre de me laisser une chance. Mais l’amour comme le respect ne s’achètent pas. Je l’ai longtemps pensé mais plus maintenant »

 Faisant de nouveau quelques pas, Alex se prenait la tête dans les mains. Lui-même ne savait plus trop qui il était. C’était bien la première fois que coucher avec une femme ne lui suffisait pas. Du moins pas comme cela. Se retournant face à elle il continua

« Ecoute je m’excuse, je suis là à te presser de coucher avec moi comme si c’était quelque chose d’obligé alors que ce n’est pas le cas. Je t’ai dit que je respecterai tes envies et je dois le prouver. Alors oui j’ai très envie de toi mais tu peux refuser. Si tu n’as pas envie de moi ou que tu ne désires pas t’offrir à moi tu en as le droit. D’ailleurs il y a  assez de chambres dans la villa pour faire chambre à part de toute façon ».

Effectivement il avait changé. Car pour le coup, on aurait pu croire qu’une autre personne avait pris sa place. Pourtant ce n’était pas le cas.  C’est bien lui qui parlait

« j’ai toujours fonctionné par rapport au sexe.  C’était confortable pour moi, facile, cela ne demandait pas d’investissement.  Mais comment pourrais-je revendiquer quoique ce soit vis-à-vis de toi si je continue de te traiter comme cela ? Notre premier rendez vous était superbe mais c’était juste sexuel. Et puis, je suis devenu père. Ne suis-je pas sensé inculquer certaines valeurs ? »

 Alex était un peu paumé vu tous ses changements dans sa vie. Doutzen pouvait dire ce qu’elle voulait, il y avait quelque chose de changer en lui

« Ecoute Doutzen, j’ai besoin de savoir. Tu es venu pourquoi ? dans quel but, quelle intention ? Qu’attendais tu de moi en venant ici »

Il hésita un instant puis décida de jouer cartes sur table.Après tout comment nouer une relation saine en mentant sur quelque chose d’important

« Il est temps de jouer franc jeu.Je sais que tu as mis une clé usb  dans mon pc quand tu es venu chez moi. J’ai une caméra dans  ma chambre. Mon équipe d’analystes informatiques a bossé la dessus et c’est un programme spyware de haut niveau. C’est pas de la merde et eux-mêmes ont eu un mal de chien à l’identifier, d’ailleurs, ils n’ont même pas réussi à tout détailler tant c’était verrouillé et l’origine de ce logiciel reste inconnue. Tout ce que je sais c’est que cela aurait permis d’espionner mes activités, surtout celles liés à mon argent. J’ai du faire quelques ajustements sécuritaires »

 Il marqua une pause. Forcément la nouvelle  faisait son effet, même si au fond, il était libéré d’un poids

« Que les choses soient claires Doutzen, je ne porterai pas plainte et je n’ai pas dit à mes collaborateurs que je savais qui et comment on avait mis ce logiciel espion dans mon pc.  Je ne veux pas non plus me servir de cela pour t’atteindre et faire de toi ce que je veux. Il y a pas si longtemps, je l’aurais sans doute fait mais plus maintenant. J’ai réellement envie de passer du temps avec toi, de te connaitre et c’est pour cela que je me suis résolu à tout te dire. Ce week-end n’est pas un piège, seulement je me suis rendu compte qu’on ne pourrait pas établir une relation saine si on gardait chacun ses secrets. Tu es sur la defensive, fuyante et je sais pourquoi. Et comme tu n’aurais sans doute pas eu l’intention de me le dire, j’ai pris les devants. Alors voilà, j’ignore si tu agis pour ton propre compte, pour  un associé, pour la mère de mon enfant ou pour un ennemi inconnu et je m’en fiche. De toute façon j’ai pris les dispositions nécessaires pour que l’effet de ce programme soit atténué. L’essentiel est ailleurs »

Il s ‘était avancé vers elle,  se plantant juste devant son visage. Il lui sourit et vint lui déposer un baiser fougueux, passionné, aussi inattendu que sauvage devant une Doutzen sans doute médusée ou pétrifiée. Mais au moins ce baiser clarifiait la situation et confirmait  que cela ne changeait rien à son attirance et ses sentiments pour elle

« J’ignore qui  tu es vraiment et si finalement tu es ce que tu prétends être. Mais sache une chose : tu as suscité chez moi quelque chose qui doit sans doute se rapprocher de l’amour. Tu m’as rendu plus humain et donc plus exposé à la souffrance. Et je ne sais pas pourquoi mais rien que pour cela je t’en suis reconnaissant. Alors maintenant, à ton tour de jouer la carte de l’honnêteté. Qu’attends tu de moi ? »
Journalisée


Tags:
Pages: [1] 2 3 ... 5
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox