banniere
 
  Nouvelles:
"Ask not what LGJ can do for you, ask what you can do for LGJ !"

LGJ lance un appel à candidatures pour différents postes importants ici.

N'hésitez pas à vous présenter !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Prise d'otages [Azusa Miura]  (Lu 1725 fois)
Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 270



Voir le profil
Fiche
« le: Avril 09, 2015, 01:49:39 »

Les vans noirs s’arrêtèrent dans le parking du Luxor Building, un bâtiment des affaires au cœur de Tekhos Metropolis. Les deux vans s’ouvrirent, et libérèrent des hommes en armure, des commandos d’élite disposant de boucliers cinétiques, et d’un véritable équipement de pointe. Ils avancèrent rapidement, aussi bien vers les ascenseurs que vers les escaliers ;, tout en communiquant par onde radio avec le Centre de Commandement. Une opération risquée était en train de s’élaborer, et avait pour cible l’un des étages du Luxor Building, abritant les locaux de la Greenwings Bank, une banque tekhane qui était une filiale d’une mégacorporation bien connue, GeoWeapon Corp. Les commandos avaient répété cet exercice pendant des centaines d’heures sur des simulateurs d’entraînement, et étaient fins prêts.

La Greenwings Bank, elle, était un bel étage accueillant régulièrement quantité de clients pour diverses raisons. On entrait dans le Luxor Building par un grand hall en marbre avec un portique de sécurité, et plusieurs ascenseurs conduisant aux différents étages recherchés. Le Luxor Building se composait ainsi de plusieurs séries de sièges sociaux, ainsi que d’appartements d’habitation dans les étages supérieurs. Il faisait partie d’ensembles architecturaux que les Tekhanes envisageaient de développer dans les ghettos de leurs cités, afin de relancer l’activité économique dans ces secteurs déficients. L’idée était de mélanger étroitement les activités commerciales et civiles, en implantant directement les sièges des entreprises dans les immeubles des résidents. Une vaste initiative sociale qui avait plutôt bien marché, et dont le Luxor Building était l’un des fleurons.

Parmi les clients de la Greenwings Bank, il y avait une pulpeuse femme en combinaison rouge, Andrea Willow. Elle venait de passer un rendez-vous avec sa banquière, afin de discuter de l’état de son compte, et venait de se rendre aux toilettes. S’assurant qu’elle était seule, elle sortit son téléphone portable, et composa un numéro crypté.

« Je suis à l’intérieur du périmètre, Commandant.
 -  Très bien, Agent Willow. Vous êtes dans les temps. Nous allons pouvoir commencer les hostilités. Commencez l’exécution de la Phase 1. »

Andrea travaillait pour une milice tekhane, les Sons Of Men, abrégé SoM. SoM était une milice terroriste militant pour l’égalité politique entre les hommes et les femmes, chose difficile dans une société hyper-féministe, où l’un des enjeux était justement de supprimer progressivement le sexe masculin, afin d’aboutir à l’unicité du sexe humain. SoM était une milice très active, multipliant aussi bien des attentats que des opérations politiques, passant par le biais de tracts, de messages diffusés sur Internet, ou en piratant les grandes chaînes de communication audiovisuelle afin de transmettre des messages à la tolérance et au respect du sexe masculin. Andrea, elle, avait volontairement rejoint SoM. Elle venait d’une famille tekhane aisée, mais avait toujours trouvé injuste le sort réservé aux mâles. Elle avait ainsi effectué, il y a des années, sa conversion, grâce à un petit ami. Endoctrinée à la propagande de SoM, elle avait abandonné son ancienne identité. En effet, sous des arguments relativement justes, SoM était une organisation terroriste disposant de camps secrets, et de bases d’endoctrinement, où on formait les jeunes recrues. Andrea était totalement convertie à la cause de SoM, et comptait bien accomplir sa tâche.

Elle sortit donc des toilettes. Le Luxor Building avait des portiques de sécurité, ce qui faisait que on pistolet était uniquement fait en polystyrène, et balançait des décharges électromagnétiques non-létales. Elle sortit des toilettes, et s’aventura discrètement dans un couloir. Un agent de sécurité ne tarda pas à lui tomber dessus.

« Madame, puis-je voir votre badge ? » demanda-t-il sur un ton poli.

Elle lui répondit en lui tirant dessus. Une décharge électrique le frappa au torse, et l’agent s’écroula sur le sol. Andrea se pinça les lèvres, et se dépêcha de rejoindre la salle des générateurs. Elle connaissait par cœur les plans de la banque, qu’elle avait pu étudier grâce aux informations techniques récupérées par les pirates informatiques de SoM. Elle tira sur deux autres agents de sécurité, en profitant de l’effet de surprise. Ces agents n’étaient pas très bien entraînés, de toute manière, et sa combinaison rouge pulpeuse les induisait en erreur, lui laissant ainsi le temps de tirer la première.

Andrea rejoignit ainsi la salle des générateurs, et se dépêcha de retirer la plaque du disjoncteur central. Peu importe le niveau de technologie dont on disposait, le meilleur moyen de tout couper, c’était encore de couper le courant... Ce qu’Andrea fit. Elle ouvrit un panneau, et arracha plusieurs câbles, ce qui désactiva les ascenseurs, et plongea les locaux de la Greenwings dans le noir, avant que des diodes rouges de secours ne s’allument.

Au même instant, les portes de l’escalier de secours s’ouvrirent, livrant passage aux commandos, qui débarquèrent dans la grande salle.

« Ceci est une prise d’otages ! À TERRE !!
 -  Remuez vos gros culs, bande de salopes ! »

Les commandos firent feu en l’air, et s’avancèrent rapidement.

La Phase 1 était la plus simple.

C’est ensuite que les choses allaient se compliquer.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azusa Miura
Humain(e)
-

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Avril 10, 2015, 05:19:49 »

Azusa avait été repérer depuis un moment par une agence de mannequinat féminin, il était vrai que toute soldate Tekhane devait respecter leurs rangs militaire d'autant que mêmes les hommes n'avait aucun droit de s'en approcher, ni de chercher à flirter avec l'une d'entre elles mais ce jour-là, un jeune reporter avait aperçut cet jeune femme au cheveux brunes et avec son énorme poitrine, la soldate sortait de son Gundam après avoir parcourue un périmètre en testant les puissante capacités de son prototype. Le jeune homme en fut totalement charmé et en devint écarlate mais seulement, il n'avait pas le droit d'approcher le QG afin de faire transmettre une missive immédiatement alors il tenta de voir autrement il opta par une idée plus judicieux mais assez risqué mais il tenta le tout pour le tout. Il déposa une feuille de papier blanche plié en deux et qui contenait un message à l'encontre de la demoiselle. Azusa qui sortait justement du cockpit et qui partit rejoindre son vestiaire, remarqua un message à son nom en ouvrant la porte de son casier:

"Bonjour Chère demoiselle

Vous trouverez cela étrange qu'une missive vous parvienne alors que dans votre quotidien, vous n'en ayez jamais connu de base mais je n'ai pu trouver de meilleur idées afin que ce message vous soit retranscrit, veuillez m'en excusez... Mais je l'ai fait dans les meilleurs intentions... J'ai pu voir votre radieux visage au moment ou vous êtes sorti de votre armure mobile après votre atterrissage et tout d'un coup, j'ai reçut comme une illumination et j'aurais voulu savoir si vous seriez d'accord de participer à un événement important qui aura lieu ce soir. Voyez-vous, je suis un intrépide reporter qui pars à l'aventure et qui a pour mission de faire des captures d'images afin de promouvoir notre agence de mannequinat en invitant des jeunes femmes de n'importe quel firme d'ou l'essentiel de notre métier est de faire revendre nos clichés auprès de spots publicitaire à l’effigie d'un produit de marque. J'aurais souhaiter savoir si vous étiez disponible afin de représenter notre agence en posant comme modèle avec une tenue de soirée luxueuse que nous vous fourniront pour demain soir au Luxor Building. Si vous êtes intéressée, passez donc demain soir pour vingt-deux heures trente et demandez a retirer auprès de la réception un paquet à votre nom portant les initiales de A.M avec un badge d'accès pour la soirée, votre tenue se trouvera dans le paquet, allez-vous changer dans les toilettes de filles et préparez-vous, j'espère vous revoir dans la soirée et que vous tiendrez parole.

Cordialement, Z.Q.


Azusa leva son visage avec un regard médusé, elle ne savait pas trop quoi dire davantage et en plus on dirait qu'elle avait reçut la visite d'un admirateur secret et qui pour seul trace de son passage était cet lettre lui demandant de participer à une petite soirée pour le titre de leur entreprise inconnu, Azusa se mit a réfléchir un instant et finalement accepta cet idée, il était vrai car ces derniers jours, elle ne faisait rien d'autre que de piloter son Gundam et avait un peu le dos endolorie et avait besoin de se relaxer d'une certaine façon. Elle prit rapidement une douche et sorti de la base et bien sure, elle devait garder sa tenue militaire afin de pouvoir accéder au portique extérieur à cause de la sécurité, elle se rendit alors sur le siège de Luxor Building et fit un sourire jovial auprès du jeune standardiste, le jeune homme ne chercha pas à faire décliner l'identité de la jeune femme brune et resta hypnotisé par les gros melons qui bougeait sous la veste militaire et lui demanda seulement ce qu'elle désirait, Azusa lui fit comprendre que quelqu'un lui avait délivrer un paquet à son nom, le garçon vérifia rapidement son ordinateur et remarqua qu'elle disait vrai et lui tendit une grosse boite en carton qui se trouvait dans un sac épais. Azusa le remercia et se dirigea dans les toilettes des filles là ou elle se changea en hâte. Elle fut surprise de voir enfaîte que sa tenue de soirée un déguisement de cosplay !! Azusa ne s'y attendait pas et sortit les vêtements de la boite, elle enfila la mini-veste pourpre avec le bustier, la mini-jupe avec les petits bracelets qui l'accompagnait ainsi que les longues cuissardes à plateforme , elle sortit des toilettes pour rejoindre la cour, la plupart des hommes d'affaires présent sur les lieux avait les yeux rivés sur la magnifique jeune femme qui était apparut devant eux mais elle poursuivit son chemin sans faire de distinction et s’arrêta vers une salle qui se trouvait à part de la zone d'animation en tenant son parasol en tenant un petit parasol en plastique afin d'illustrer son image de Race Queen.

Tout à coup, les lumières se coupèrent au milieu de la soirée et tout le monde paniqua avec effroi, des grosse voix masculines et brutaux se firent entendre et un important groupuscule composé d'hommes armés déboulèrent dans la pièce en hurlant, Azusa qui semblait avoir prit peur aussitôt se figea et ne bougea pas en étant acculé dos au mur, les talons de ses cuissardes jointes contre elles, ses mains devenues moites, elle ne savait pas quoi faire si ce n'est que voir l'horreur de la scène qui venait de se manifester dans cet soirée auprès des convives.

Journalisée

Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 270



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Avril 11, 2015, 01:27:25 »

« Arrêtez-vous ! Police ! »

Pour toute réponse, l’homme bondit par-dessus la table large de la cuisine du restaurant, forçant les cuisinières, surprises, à s’écarter en hurlant. Impossible d’avoir un angle dégagé sur le suspect, qui ouvrit une porte d’un coup d’épaules, débarquant dans un couloir. Il courut le long de ce dernier, renversant derrière lui une femme qui venait de débarquer par un local, et bondit dans une réserve. En sueur, l’homme courait avec la peur au ventre, suivant ce bon vieux dicton selon lequel la peur donne des ailes. Une véritable gazelle, qui courut le long de la réserve, pour passer par un portail ouvert, à côté d’un camion où des individus déchargeaient des stocks de nourriture.

« Hey ! s’exclama-t-on.
 -  Non, mais ça va pas !
 -  POLICE ! »

Ayant noué ses cheveux en queue-de-cheval, portant une veste bleue avec un débardeur et une casquette bleue, Sarah Pezzini était sur la piste d’un suspect qu’elle et sa coéquipière, Nathalie Lamb, pourchassaient. Elles avaient été le cueillir dans son studio, au-dessus d’un centre commercial implanté le long d’un ghetto masculin. Ils leur avaient échappé, et Pez’ le poursuivait, tandis que Lamb avait opté pour une autre piste. Sarah l’avait poursuivi le long du centre commercial, jusqu’à rejoindre un restaurant.

Heureusement, Pez’ était une femme sportive, énergique et endurante. Elle s’entraînait régulièrement et continuellement, passant de nombreuses heures dans des salles de sport ou au gymnase du commissariat. Cet homme était aussi rapide. Il contourna le camion, et s’élança dans une ruelle. Pez’ évita les ouvriers, et brandit son pistolet incapacitant vers la cible... Quand la voiture de patrouille de Pezzini et de Lamb s’arrêta pile devant l’homme. La portière passager s’ouvrit, et heurta l’homme, qui tomba sur le sol.

« Haaa... Brutalité policière !
 -  Ne me donne pas des envies, Zöhn ! »

Lamb sortit rapidement, et posa un genou sur son dos, immobilisant l’individu au sol. Pez ‘arriva ensuite, et vit Lamb glisser des menottes sur les poignets de Zöhn, qui continuait à se débattre en marmonnant des mots dans sa barbe.

« Et bien, Pez’... Tu n’aurais pas dû prendre ce hamburger ce midi...
 -  Va te faire foutre... Lamb... ! »

Sarah soupira, reprenant son souffle, et secoua la tête. Lamb souleva Zöhn, et le balança à l’arrière, puis les deux femmes grimpèrent dans la voiture, Sarah en position passager. Zöhn était un suspect impliqué dans un trafic d’armes, et Pezzini entendait bien le faire parler. Les deux femmes cherchaient à remonter la filière d’un trafic d’armes qui sévissait à Tekhos Metropolis. Continuellement, des armes transitaient dans la ville, et la police ignorait comment. Zöhn était un informateur potentiel. Il avait un casier judiciaire constitué de petits délits et d’infractions légères, et était actuellement chauffeur pour une compagnie d’import/export, convoyant des marchandises à Tekhos Metropolis et dans son agglomération.

La voiture se mit à démarrer, et Pezzini retrouvait son souffle, passant sa main dans ses cheveux pour essuyer quelques gouttes de sueur.

« Bon, Zöhn... Je suppose que tu sais ce qu’on te veut, n’est-ce pas ?
 -  D’la merde ! répliqua ce dernier. J’vous dirais rien, parce que j’sais rien ! Tout ça, c’est du foutu harcèlement, vous avez rien contre moi ! Quoi ? Y suffit qu’on soit fiché une fois sur vos putains de casiers judiciaires, et, après, vous croyez pouvoir débarquer chez moi, défoncer ma porte, et me tirer de la salle de bains comme si j’étais la dernière des putes ? Mais allez vous faire mettre, bande de sales putes ! »

Lamb avait effectivement défoncé la porte d’un coup de pied, car Zöhn ne répondait pas. Il se trouvait en caleçon quand elles avaient débarqué, le cueillant dans sa salle de bains, où il venait de terminer de prendre sa douche.

« Tu veux qu’on compare tes dépenses avec ton salaire, Zöhn ? Je suis pas sûre que le salaire d’un simple chauffeur urbain suffise à payer tout ce home cinéma que j’ai vu chez toi...
 -  Va t’faire niquer, salope ! J’en ai marre de vos conneries et de vos abus ! J’connais mes droits, maintenant ! J’dirais rien, tant que j’aurais pas une foutue pétasse d’avocate à côté d’moi ! ‘Kay ?! »

Sarah soupira, et appuya sur un bouton du tableau de bord. Outre le grillage séparant la voiture, une vitre blindée s’éleva, ayant aussi pour objet de couper les vociférations de l’homme. La policière était bien placée pour savoir que la police tekhane se livrait à de nombreux abus sur la population masculine, au mépris de la loi. C’était toute la différence entre la théorie et la pratique. Le Sénat affirmait haut et fort que la législation cherchait à protéger les mâles, au même titre que les femmes, mais, dans les faits, de telles lois étaient mal appliquées. Le racisme masculin était une réalité, ce que Sarah regrettait, car il s’agissait là d’un cercle vicieux.

La voiture roulait vers le commissariat quand un message d’urgence crachota depuis la radio de cette dernière :

« ...URGENCE !! URGENCE !! On nous signale une prise d’otages au Luxor Building... Toutes les unités doivent impérativement s’y rendre... »



Les commandos regroupaient tous les clients, les employés et les agents de sécurité dans le salon principal de la banque. Certaines femmes pleuraient déjà, et les commandos ne faisaient guère preuve de tendresse avec eux. Ils les poussaient rudement, les regroupant ensemble, puis se regardèrent, communiquant entre eux. Le Luxor Building était scellé, et ce n’était maintenant qu’une question de minutes avant que la police n’arrive.

« Des traces de Kawatchi ?
 -  Non, aucune... »

Les commandos inspectaient les visages se trouvant devant eux, mais sans trouver la trace qu’ils recherchaient. Sur leurs poignets digitaux, le visage d’une femme apparaissait, mais ils ne la reconnaissaient pas encore parmi les captifs. Ce faisant, d’autres gardes marchaient le long des bureaux, cherchant d’autres personnes.

Andrea Willow, elle, ne tarda pas à s’arrêter devant une femme qui, tétanisée, était restée en retrait. Une belle nana avec une jolie paire de seins et une tenue particulièrement courte, qui la fit sourire.

« Je crois que nous avons trouvé la pin up de la banque... »

Andrea esquissa un léger sourire. Elle savait que GeoWeapon Corp. avait pour spécialité d’allouer à certains de ses services des esclaves sexuels, à destination de ses employées. Manifestement, cette fille, avec sa tenue violette flashy et très courte, semblait être de ce lot-là. Andrea lui sourit donc, un sourire malicieux et pervers. Sa main gantée se releva, et caressa la joue de la femme.

« Peut-être bien que nous allons avoir droit à un bonus avec toi, après tout... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azusa Miura
Humain(e)
-

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Avril 25, 2015, 12:41:24 »

Azusa ne savait pas exactement ce qui se passait mais on dirait bien que son plan tombait à l'eau, elle qui fut inviter par ici par un admirateur secret, là voila embarquer dans une histoire avec des terroristes, elle se demanda ce que ces gens d'allure hostile pouvait avoir comme plan en tête ou encore quels étaient exactement leur objectif en cours... La Race Queen pensait rentrer à la caserne bien avant le lever du soleil avant qu'un sergent ne constate son absence de son dortoir, elle ne put qu'attendre la fin de ce merdier.Azusa regretta d'être venu à cet évènement, si elle le savait à l'avance, elle aurait anticiper cet assaut et aurait refuser cet action, elle n'en savait rien malheureusement. La brune n'était pas armé mais si elle était venu à bord de son Gundam, il est sure qu'elle aurait pu détruire le commando à elle seule. Elle n'avait rien prit sur elle pour se défendre mais rien n'était perdu, il aurait suffit qu'elle s'écarte un peu de ces terroristes et quelle file en douce, par chance aucun de ces hommes ne l'avait encore remarquer et donc elle avait un monstrueux coup de bol mais pour longtemps. Alors qu'Azusa allait prendre la poudre d'escampette en reculant à petit pas (Azusa ne savait pas si il l'avait repêrer ou non), elle fut appréhender par une inconnu au gros seins à la peau blanche, c'était qui celle-là ? et quel manie d'oser caresser le visage des gens comme ça sans aucune tenue ?! l'étrangère semblait la trouver à son gout mais la soldate décida de réagir au lieu de lui parler en face à face, elle s'y prit autrement et lui agrippa le sein gauche et se mit à la pincer fortement en collant son visage à la sienne.

Et quel genre de bonus, il s'agit ma belle ?

Azusa ne la connaissait pas mais elle ne pouvait pas se laisser marcher sur les pieds sans même se défendre corporellement, elle enfila sa main gauche derrière sa taille en l'étreignant contre sa propre poitrine, ses seins se heurtèrent en même temps aux siens et lui enfonça son index dans son nombril avec force en déformant le revêtement en cuir rouge qui recouvrait physiquement l'étrangère, Azusa est ue soldate Tekhane et avec leurs confrérie, on ne plaisante pas.
Journalisée

Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 270



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Avril 26, 2015, 01:46:22 »

La belle petite poupée avec des vêtements courts avait tapé dans l’œil d’Andrea... Et, si Andrea avait accepté de rejoindre Sons Of Men, elle n’avait pas oublié ses racines. Tekhane un jour, Tekhane toujours. Ce qu’elle avait en tête était très clair, et elle fut particulièrement étonnée de la réaction de la femme. Plutôt que de la repousser, elle lui pinça le sein, ce qui excita fortement Andrea, qui gémit involontairement. Elle ne répondit pas tout de suite à la femme, sentant un index s’enfoncer dans son estomac, et l’un des terroristes ne tarda pas à arriver, et posa sa main sur l’épaule de la Tekhane, l’envoyant heurter le mur.

« Tu vois, ma mignonne, ce n’est pas très compliqué... Nous allons être coincés ici plusieurs heures, ensemble... Et, tu sais ce qu’on dit... Plus une prise d’otages se prolonge, et plus on sympathise... Ou alors, on deviendra plus nerveux, et on descendra tous ces types sous la pression policière. Toi, d’un autre côté... Tu vas nous aider à soulager toute notre frustration, ma mignonne. Ce n’est pas plus compliqué que ça... »

Tekhane un jour... La société tekhane était focalisée et axée autour du sexe, et, en suivant une formation paramilitaire, Andrea, comme tant d’autres soldats masculins de SoM, avait développé une certaine frustration sexuelle. Maintenant que l’opération avait fonctionné, qu’ils contrôlaient le bâtiment, cette frustration s’était amplifiée, accompagnant un sentiment de toute-puissance. Andrea observait la femme avec un regard des plus intéressés, un regard qui, en soi, n’avait rien de très rassurant.

« Une minute... Vous devez déjà retrouver Kawatchi. »

Andrea acquiesça. La mission d’abord... Aux yeux de SoM, Azusa n’était pas une cliente, mais une prostituée, engagée par l’établissement bancaire pour distraire les employés. Sa tenue laissait peu de place à l’imagination, et leur donnait ce préjugé. Deux mercenaires entouraient la femme, et Andrea, en soupirant, s’écarta d’eux. Oui, la mission avant tout... Kaori Kawatchi était le nom de l’experte-comptable principale de la banque, celle qui avait accès aux registres de compte, et aux informations bancaires que SoM recherchait. L’opération avait été finement menée, et tous les détails avaient été prévus.

Pendant ce temps, les deux mercenaires attrapèrent la femme, et la guidèrent dans une pièce isolée, qui était une salle de réunion, avec une grande table en verre au centre. Ils se regardèrent entre eux, puis s’avancèrent vers la femme.

« Mets-toi à genoux, salope... » ordonna l’un des deux, sur une voix qui ne laissait guère de place à la discussion.



La police avait rapidement entouré le Luxor Building, bloquant les rues adjacente,s repoussant les curieux et les badauds derrière des bandes de sécurité. Des ambulances étaient également là, ainsi que des camions de pompiers... Et des médias. Le Luxor Building, ce n’était pas un immeuble miteux d’un ghetto de mâles, c’était une grosse structure, un bâtiment au cœur de Tekhos Metropolis, dans le quartier des affaires. Les terroristes avaient avec eux des spécialistes informatiques, car des herses blindées s’étaient abattues à l’entrée, verrouillant totalement l’accès. Une mesure de sécurité développée lors de révoltes ayant eu lieu dans les ghettos, et où les riches Tekhanes craignaient que des hordes de sauvages ne viennent les voler. Les compagnies de sécurité avaient développé des protocoles défensifs consistant à verrouiller hermétiquement le bâtiment. L’idée était aussi de protéger le Luxor Building contre le vol quand il n’y avait plus personne.

Zöhn était toujours attaché dans la voiture de Sarah et de Lmab, qui se tenaient dehors, observant le massif bâtiment.

« On n’a pas affaire à de simples braqueurs... Les types qui ont fait ça sont des pros, et ça m’inquiète encore plus.
 -  Pourquoi donc ? »

Lamb s’humecta les lèvres. Elle observait la façade du gratte-ciel, puis baissa la tête.

« Le Luxor Building abrite de multiples bureaux appartenant à divers sociétés et autres entreprises. Cependant, toutes ces structures sont toutes insérées dans des holdings ou des groupes d’entreprises, qui, en définitive, appartiennent toutes à la même structure... »

Sarah connaissait la réponse qui allait venir.

« GeoWeapon Corp... »

Des types assez dingues pour s’en prendre aussi directement à GWC, ça ne courait pas les rues... Et ça n’augurait rien de bon, si la GeoArmy décidait de s’en mêler. Sarah se souvenait encore de leur intervention musclée aux Caligulas*, qui avait déclenché une émeute, et entraîné la destruction d’un hôpital, entraînant avec elle la destruction de tous les petits secrets de la mégacorporation. Elle n’avait aucune confiance en GWC.

Autrement dit, il allait falloir trouver un moyen de rentrer là-dedans pour désamorcer la situation de l’intérieur.



* : Cf. RP « Secret d’État ».
« Dernière édition: Mai 24, 2015, 05:44:48 par Sarah Pezzini » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azusa Miura
Humain(e)
-

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Mai 22, 2015, 02:43:12 »

La soldate n'en revenait pas, elle qui s'attendait a ce que cette rouquine cède a ses avances, ce fut plutôt l'effet inverse car l'inconnue avait un tempérament d'homme et elle adopta le même caractère masculin que les mâles dominants et elle fut repousser par un de ses congénères avoir après sorti un speech incompréhensible a l'oreille de la bimbo, Azusa ne comprenait plus rien sans énoncer un mot de protestation et elle fut conduite par deux gorilles cagoulés hors de la salle pour la faire entrer dans une autre vaste pièce et là, ils lui ordonnèrent de se mettre a genoux en prenant la position, la Race Queen devina immédiatement leurs intention et se laissa au sol en s'agenouillant et se redressa a partir du haut-du-corps en les regardant a tour de rôle, sa poitrine vibrait sous le mini-bustier a chaque de rythme de sa respiration car elle savait a quoi elle devait s'attendre par la suite. Ces pourceaux immondes avait une chance que la soldate ne soit pas venue a bord de son Gundam sinon elle les aurait piétiné en les réduisant en bouillie eux et leurs groupe terroriste, le moment venu elle s'occupera personnellement du cas de l'autre garce de rouquine, elle ne compte pas la laisser en vie mais elle lui fera subir un cours d'anatomie basé sur la dissection de ses tripes, elle devait d'abord voir ce qui lui arrive avant de rejoindre le territoire des ombres, bref ! pour l'instant elle était prise au piège avec ces imbéciles et allait devoir attendre le moment opportun comme une ouverture pour s'échapper mais elle garda soigneusement ce plan en tête.

Et ensuite, bande de pédés ?! je devrais attendre que l'un de vous plonge une queue de porc au fond de ma trachée ou vous comptiez passer la nuit en vous bécotant entre vous ?

Azusa savait très bien ce qu'elle faisait, mais elle est une soldate Tekhane et elle n'oubliait pas que des hommes armés comme eux ne pouvait qu'être que des porc immondes et des amateurs du suçage féminin, quoique même des gaillard avait des points faible, il suffisait par exemple que l'un d'eux expose leur membre en face de la brune avant la manœuvre et il suffirait de la leur couper avec un instrument adapté et ils pourrait très bien en crever sur place mais comme elle ne disposait d'aucun objet tranchant sur elle, il lui restait quand même une autre option mis a part le ton de la provocation, il aurait suffit qu'elle referme ses dents sur la matière et en forçant un peu, elle pourrait leur infliger une sévère blessure rien qu'en l'arrachant a pleine dent mais pour l'heure, aucun de ces idiots n'avait encore bouger et la seconde partie promet surement d'être divertissant. 
Journalisée

Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 270



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Mai 25, 2015, 01:46:11 »

De toutes les firmes composant Tekhos, GeoWeapon Corp. faisait partie de cette catégorie extrêmement étroite, qu’on appelait « mégacorporations ». On désignait, par ce néologisme rentré dans la langue courante, une immense firme, si forte qu’elle en impactait profondément l’économie tekhane. Les mégacorporations avaient émergé avec la guerre contre les Formiens, suite aux lois ultralibérales votées par le Sénat, et qui avaient surtout eu pour but d’augmenter drastiquement les pouvoirs de l’armée, tout en favorisant l’initiative privée. Les précieux marchés publics, que tout entrepreneur rêvait d’acquérir, avaient laissé leur place, en terme d’ordre de préférence, face aux marchés militaires, et ces marchés étaient tellement ambitieux que seules les mégacorporations avaient l’influence et les moyens nécessaires de répondre aux exigences de l’armée. Ainsi, la plupart des nouvelles armes futuristes composant l’arsenal militaire tekhan venaient de toutes ces mégacorporations. La guerre leur avait été énormément profitable, ce qui n’était pas sans inquiéter de nombreux analystes, pour qui Tekhos avait cessé d’être une démocratie, et était maintenant un curieux mélange entre une oligarchie financière ultralibérale et une junte militaire patriotique.

La police était de plus en plus nombreuse, et les cordons de sécurité bloquaient les accès de la rue. Le Luxor Building était grand et massif, et Sarah continuait à l’observer. Un camion blindé abritant des forces spéciales venait d’arriver, et se rapprochait de l’entrée principale, tandis que d’autres forces s’approchaient d’entrées latérales. Des hélicoptères se trouvaient aussi dans les airs, et, le long des autres immeubles, des tireurs d’élite se positionnèrent dans des appartements et sur des toits.

« Il faut trouver un moyen de rentrer là-dedans... »

Sarah acquiesça. L’opération toute entière était supervisée par une femme, le Capitaine Raven. Une femme forte et autoritaire, qui aboyait ses instructions, afin de contrôler la zone, que ce soit à l’égard de la scène de crime en elle-même, ou encore des interférences extérieures, comme les journalistes, ou les simples curieux.

Raven marchait un peu, quand elle reçut un appel, émanant du Luxor Building, et le prit rapidement :

« Ici le Capitaine Raven.
 -  Ordonnez à vos unités de ne pas entrer dans le building, Capitaine, ou nous tuerons les civils.
 -  Je n’ai pas pour habitude de négocier avec des terroristes.
 -  Vous l’aurez quand nous balancerons des cadavres sur les toits de vos voitures depuis le balcon. »



Pendant ce temps, les deux mercenaires rigolèrent devant les provocations de la femme. Elle s’était mise à quatre pattes sans rechigner, et, plutôt que de paniquer, d’implorer leur indulgence, cette Tekhane, fidèle à son peuple, entreprit de les narguer, prouvant par la même occasion qu'elle n'avait pas sa langue dans sa poche :

« Et ensuite, bande de pédés ?! Je devrais attendre que l'un de vous plonge une queue de porc au fond de ma trachée ou vous comptiez passer la nuit en vous bécotant entre vous ? »

Ils sourirent donc, et l’un d’eux joua avec son pantalon, l’abaissant. Son sexe ne tarda pas à pointer, et il s'approcha de la femme, venant poser ses mains sur son corps, à hauteur de son bassin.

« Ouais, tu as la langue bien pendue, salope... Tant mieux, tu vas pouvoir couiner, comme ça... »

Et, joignant le geste à la parole, il s’empressa de la pénétrer. Son membre s’enfonça rapidement dans son intimité, et il donna des coups de reins, remuant d’avant en arrière. Sa main se releva pour caresser les cheveux de la femme, et il tira alors sur ses cheveux, redressant son corps, avec un sourire vorace sur les lèvres.

L’autre avait également délivré son sexe, et s’en servit pour caresser le visage de la femme.

« Suce ma queue, salope... » finit-il par ordonner.
« Dernière édition: Août 23, 2015, 06:33:29 par Sarah Pezzini » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azusa Miura
Humain(e)
-

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Août 23, 2015, 05:43:16 »

La soldate était bien dans de beau draps, elle n'avait pas prévu que ces vélociraptors de gus avide de chaire féminine rentrerait dans sa combine narquoise, elle aurait plutôt cru que ses hôtes l'aurait enfermer dans une cellule ou une salle quelconque à double tour pour avoir eut à leur égard une trop grande gueule mais cela eut l'effet inverse et ne la conduisirent nulle part et se dévêtirent presque entièrement, dévoilant à l'air libre leur corps horrible de terroriste. Azusa n'était pas prête pour ça et elle n'avait faite ce chemin depuis la base pour que ça se termine ainsi ! En tout cas, ça changeait la donne, elle qui jusqu'à maintenant s'était toujours garder de ne pas garder le moindre avec des hommes sur Teckhos, la voilà servi ! Cela sera sa première expérience sexuelle mais cela restait à voir si elle alla se montrer coopératif ou non. Elle fut allongée au sol et sembla ne pas opposer de résistance mais elle eut un vilain sourire au visage comme si elle les attendait, elle se mit à caresser sa poitrine en relevant une jambe, le talon de sa botte plateforme raclant légèrement le sol, elle se mit à ricanant en dévoilant sa culotte rose à rayure.

Je ne demande qu'à voir ça mes cocos ! Pour moi, vous n’êtes que des gamins non viril qui n'ont sans doute jamais baisé une femme de leur vie et si ça se trouve, vous avez du même apprendre à vous branler en lisant un mode d'emploie

Les types ne semblèrent pas être de son avis et en l'entendant parler sur sa remarque précédente, ils rirent à leur tour et se dépêchèrent de passer à l'action, le gars devant la fille se courba en s'agenouillant et fit grandir son sexe et la pénétra sans aucune douceur dans son intimité , tandis que l'autre comparse lui agrippa le sein droite en la serrant comme un animal, ce qui fit suer la jeune femme à grosse goutte, une douleur intense et corporelle s’emparât d'elle, Azusa sentit que ses vêtements se collaient à elle au fur et a mesure de chaque mouvement de va-et-vient de son assaillant dans son organe génitale. Le second mec se plaça derrière sa tête et lui caresser son membre sur la joue, quelques brin de liquide dégoûtante s’échappa de ce gourdin de la taille d'un stylos et se macula sur sa joue mais voilà qu'il promena à présent son item sur une partie facile de la jeune femme et lui ordonna d'ouvrir la bouche mais Miura tenu bon, le gus en colère lui infligea un coup de poing au ventre et serra le sein droite avec force, ce qui fit gémir la femme et ouvrir sa bouche et le type en profita plonger son pénis à l'intérieure de la partie orale de celle-ci.

MMMMmmmmmmmmhhhhhhh...   

La Teckhane n'avait pas de bol pour ce coup-là, elle se faisait baiser dans les deux, quel chance incroyable, ce fut le hasard ou le signe du destin, personne d'autre a part elle ne pouvait bénéficier de cet opportunité, mais le gong ne tardera pas à sonner et pourtant elle se laissa remplir de sperme jusqu'à ce que son abdomen soit gonflé comme un ballon et après, elle saura comment le vider par la suite des événements.

 
Journalisée

Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 270



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Août 24, 2015, 08:48:00 »

On disait que la sexualité des femmes, à Tekhos, était détraquée, une conséquence du fait d’avoir une société composée à plus de 80% de femmes. La nature, tout simplement, n’aimait pas ce qui était unique. Elle aimait l’équilibre, elle aimait les associations duales : la vie/la mort, l’amour/la haine... Les forces fondamentales de l’Univers reposaient sur une dualité essentielle, déterminante, et cette dualité était brimée à Tekhos, donnant lieu à de curieux résultats... Comme de voir une femme s’apprêtant à se faire violer se tortillant sous le nez de ses violeurs. Les deux hommes avaient des mandrins disproportionnés, le résultat des cliniques esthétiques tekhanes, où on grandissait et où on épaississait votre steak, afin de satisfaire les nanas avides de queue comme cette Miura. Ils la prirent donc à deux, l’un devant, enfonçant son mât dans sa chatte dégoulinante, tandis que l’autre dut se faire obéir pour lui violer sa petite bouche de salope. Les deux hommes la prirent ainsi, donnant de tels coups de reins qu’ils mettaient à l’épreuve les reins et les hanches de la femme, soulevant et arquant son corps comme un arc de flèche. Ses cris se transformèrent en gémissements diffus, tandis que les deux hommes se faisaient plaisir. Ils finirent par jouir généreusement en elle, et celui qui la prenait par le con la récupéra ensuite, et posa sa main sur ses cheveux. Il souleva la femme, et la plaqua contre son torse, l’embrassant tendrement.

Même après avoir joui, grâce aux stéroïdes et aux drogues, son sexe restait toujours aussi dur, et il se redressa, continuant à prendre cette femme, mordant sa bouche, tirant dessus. Il plaqua contre le mur, près de la porte, et continua à la ramoner, un sourire sur les lèvres.

«  Allez, hurle, petite pute... Est-ce que c’est la queue d’un pédé, ça, hein, salope ?! »

Il pinça l’un de ses seins, et le tordit à hauteur du téton, avant d’approcher sa bouche. Azusa avait de gros seins, et il tira sur son vêtement, le déchirant pour exhiber ses seins, qu’il palpa avec sa bouche, mordillant son téton, donnant des coups de reins assez forts, la baisant ainsi pendant plusieurs minutes, avant de finir par jouir à nouveau en elle, et de la relâcher. La Tekhane tomba mollement sur le sol, et l’homme resta devant elle, un sourire sur le coin des lèvres, son sexe trempé de foutre caressant ses joues.

« Putain, ça fait du bien... »

L’homme soupira, puis ouvrit la porte ramenant dans la salle principale des bureaux... Pour constater que l’endroit était devenu une grosse orgie. La prise d’otages allait être longue, et, si certains des mercenaires s’occupaient encore de la surveillance, d’autres s’en donnaient à cœur joie, violant à loisir toutes les femmes ici présentes. Elles étaient attachées contre les murs, prises par l’arrière sur les bureaux, obligées à sucer des queues, dans des soupirs et des gémissements.

Le violeur d’Azusa s’écarta, et, quelques instants après, Andrea revint, et esquissa un sourire en voyant le corps de la femme, plongé dans le foutre.

« Voilà qui est réjouissant... Mais j’espère que vous avez encore des forces, une prise d’otages peut durer longtemps... Et votre beau corps risque d’être très demandé parmi mes hommes... »

Andrea lui fit un sourire mesquin, avant de s’écarter.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azusa Miura
Humain(e)
-

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Mai 06, 2016, 08:42:39 »

Azusa avait l'air d'une marionnette désarticulé au vu de comment les hommes de main de cet connasse anonyme s'occupe d'elle, on aurait dit qu'ils n'avaient jamais "baiser" de femme depuis des années, la soldate reconnut qu'elle prenait bien son pied et c'est la première fois que son corps en désirait autant et elle était en manque de chaleur masculine depuis tout ce temps ! Vint le moment de l'arrosage éjaculatoire, sa voix fut bloqué par le zizi dégoûtant de l'un d'eux et elle sentit que quelque chose l'a brûlait densément depuis son intimité, elle sentit alors un liquide chaud l'emplir intérieurement alors qu'elle essayait de baisser les yeux vers celui qui avait envahit son anus, sa vue ne put y accéder car les seins de sa grosse poitrine lui masqua la scène en bougeant de haut en bas, alors que dans sa bouche, cela se passa autrement, sa gorge sembla aussi remplie et sa langue du s'acculer sur le pénis de l'autre crétin pour limiter le flux spermatique qui risquerait de l’étouffer... Elle étouffa quand même un petit cri alors que l'épuisement s'en faisait ressentir, elle fut si vidée quelle ne se rendit compte de rien, l'homme la serra contre lui alors que les bras de celle-ci pendait mollement vers le sol comme si elle n'avait plus de force. Il continua de s'amuser longuement mais finalement après avoir largement inonder d'urine, il alla voir ce qu'il en était pour ses autres compagnons en la laissant morte d'épuisement, Azusa entendit des paroles féminins, elle reconnu la voix qui était celle avec qui elle avait tenter de coucher tout a l'heure et elle vint juste l'avertir qu'apparemment la journée allait être longue et que ses brutes attendaient surement d'être comblés. Quel mauvaise blague ! Elle osa parler de cette manière devant une soldate de Tekhos ? Elle va regretter d'avoir oser croiser le fer avec son camp et d'insulté sa patrie. Azusa ôta alors son slip sacrément trempé par les fluides corporelles des deux imbéciles et se releva en hâte, elle vit son corset abaissé pendant quelle se faisait suçoter par l'un d'eux et le réajusta en replaçant les seins sous le tissu et sortit une télécommande miniature de sa poche et appuya fort sur le bouton, il n'était pas à présent que question de temps avant que son renfort n'arrive, au bas-mot moins de trente minute et après ça, rira bien qui rira le dernier.

"Je n'en serais pas si sure à ta place et dans un peu moins d'une demi-heure, c'est vous qui allez en faire les frais !"

Azusa tira alors les cheveux de la meuf rousse aussi fort quelle le pouvait pour la ramener en arrière dans la salle en lui écrasant son sein gauche de colère tout en collant sa poitrine derrière son dos pour garder l'équilibre à cause de son épuisement et en profita pour lui fourrer sa culotte spermatique tout au fond de sa bouche avant qu'elle n'essaie de le recracher. Elle n'oublia pas que les hommes qui l'avait baiser gratuitement ne devait être sans doute pas loin pour intervenir et piqua son flingue pour enfoncer le canon du revolver dans sa poitrine afin de les prévenir que si l'un de ses deux comparses n'esquisse la moindre geste, Miura se fera alors un plaisir de lui brûler son cœur fragile mais dure comme la pierre.
    
Journalisée

Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 270



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Mai 09, 2016, 08:55:24 »

Pour Sarah, ce qu’il y avait de plus frustrant dans une prise d’otages, c’est qu’on ne pouvait rien faire. C’était la situation casse-gueules par excellence. Pezzini venait d’apprendre que ce braquage pouvait dissimuler autre chose que du vol d’argent, à savoir un vol d’informations. Elle savaient affaire à des tueurs professionnels, qui n’hésiteraient pas à tuer des otages. Dès lors, plusieurs questions se posaient. Fallait-il attendre que tout se résolve par l’opération du Saint-Esprit, ou agir par soi-même, et prendre l’initiative ? Autant le dire franchement, Pezzini était partisane d’une action directe. L’attente, ça n’avait jamais été pour elle. Elle était une femme d’action, une femme « au sang vif d’Italie », comme certains de ses anciens collègues new-yorkais avaient pu le dire.

« Est-ce que tu connais une entrée discrète, Lamb ? demanda Pezzini quand elle apprit que la Capitaine avait ordonné aux unités d’élite de ne pas intervenir, par peur de voir les otages se faire abattre.
 -  Des entrées discrètes, on en trouve toujours, éluda rapidement Lamb.
 -  Alors, c’est le moyen d’en prendre une. »

Il était impensable de pénétrer par l’entrée principale du Luxor Building, ou même par les entrées de service, qui étaient toutes surveillées. Mi-femme et mi-cyborg, Lamb était, de leur duo, la spécialiste informatique. Les deux femmes se déplacèrent donc vers leur véhicule, et Lamb accéda à l’ordinateur intégré, afin d’accéder aux plans locaux... Notamment au plan des égouts, ainsi que des lignes de métro. Le sous-sol de la capitale tekhane avait connu de nombreuses évolutions. On y avait construit plusieurs lignes de métros, et certaines étaient désaffectées.

Par chance, Lamb eut la réponse que Sarah attendait.

« Par les égouts, tu peux accéder à une voie de métro désaffectée qui file sous le Luxor Building...
 -  Non surveillée ? s’enquit Sarah.
 -  Non, mais... Il faut que je le dise au Capitaine. »

Pezzini se mordilla les lèvres.

« Si tu veux, mais, si les troupes d’élite passent par là, elles se feront repérer bien plus facilement que si je le fais toute seule.
 -  Attends, là... Toi... Toi toute seule contre ces types ? Pez’, c’est...
 -  Je peux le faire. »

Les deux femmes se jaugèrent du regard. En fait, Sarah n’était pas vraiment toute seule, mais elle évitait de mentionner l’appareil très bizarre qu’elle avait en guise de montre. Et elle avait raison. Seule, elle pouvait s’infiltrer jusqu’à l’étage où les otages étaient détenus. Si toute une équipe débarquait, les chances de se faire repérer seraient bien plus fortes. Tout ce qu’elle demandait à Lamb, c’était de lui donner un peu de temps.



Un retournement de situations intéressant, qui amena sur les pulpeuses lèvres d’Andrea Willow un sourire amusé. Devant elle, deux miliciens pointaient leurs armes vers Azusa, et elle, elle se tenait au milieu, avec le pistolet niché entre ses seins.

« J’ignore ce que tu comptes accomplir, ma chérie, se moqua Andrea. Tu comptes me tirer dessus ? Et ensuite ? Ces types te tueront en moins de temps qu’il n’en faut pour cligner des yeux.
 -  Relâchez-là ! »

C’était une véritable impasse. Cependant, Andrea était bien plus sournoise que ce qu’on pensait.

« Ou alors... On peut aussi parier sur la vie des otages. Il y en a beaucoup ici. C’est simple, ma chérie. Si tu ne me lâches pas immédiatement, d’ici une minute, un otage sera abattu, puis encore un autre, et ainsi de suite. Combien de morts une soldate, censée protéger les civils, peut-elle avoir sur la conscience avant de réaliser que, si elle se contente juste d’obéir, il n’arrivera aucun mal aux civils ? »

Avec un petit sourire sur les lèvres, la femme rajouta :

« Dépêche-toi vite, le compte à rebours a déjà commencé à tourner... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azusa Miura
Humain(e)
-

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Octobre 14, 2016, 07:48:27 »

Azusa fut quelque peu acculé dans un mur et il n'y avait pas d'autres alternative que de suivre les ordres de cette conne mais il était pas question qu'elle négocie avec une terroriste car sur Terre combien de soldat terrien se sont plié aux ordres de ce genre de dégénérés mentaux qui n'hésite pas a recourir a ce genre de chantage ? Et puis quand un homme ou une femme civile est exécuter, seule les proches ou des membres de la famille de ces derniers pleureront leur mort mais qu'est-ce qu'il en est du reste de l'humanité quand ils apprennent cela par le biais des journaux télévisé ou à la radio, ils en entendent juste parler mais ça reste sans suite car ils s'en foutent royalement de leur sort, la brunette eut le regard absent tout en maintenant toujours la femelle en joue et puis pencha sa tête en arrière en ricanant comme une folle sadique. Combien d'humains ont du périr depuis plus de neuf-cent-mille ans dans d'affreuse circonstance, alors si un humain devait mourir dans le passé, présent ou futur, qu'est-ce que ça changerait ? Il y en aurait toujours qui les précéderont, prenez pour exemple un membre du personnel dans une fabrique de magasine people, il y a des salariés qui sont affecté a différente catégorie de prestation dans leur bâtiment (voire les étages) et chacun d'eux ont un rôle bien définie dans l'entreprise mais si jamais un jour quelqu'un avait faillit à sa tâche ou commise une erreur, il est probable que le "boss" de l'établissement soit mit au courant de la bavure et si celui-ci aura besoin de faire rentrer de l'argent dans son industrie, il aura besoin de bons personnels, donc il se débarrasse de son pion inutile et le remplace aussitôt par une personne fiable et expérimenté. En somme, la mort pouvait être vu dans certain sens même dans le monde sociale mais cette planète en est remplie alors a quoi bon lutter ?

Je vais tous vous amener avec moi alors qu'est-ce que tu va faire lorsque le ciel vous sera tomber sur la tête ?

Joignant le geste à sa parole, elle pressa alors un bouton vert qui s'enclencha laissant dévoiler un genre de voyant lumineux qui se mit à clignoter, la forme se trouva en vol stationnaire à moins d'un mètre du toit du bâtiment, la structure mouvante se mit alors en mouvement et de ses griffes , il défonça les murs de béton qui l'en soutenait qui s’effondra comme un château de carte dans un puissant de bruit de ferraille et d'engrenage aux son assourdissant. Les tireurs prit de panique et d'angoisse a ce phénomène levèrent les yeux en tout sens et crurent qu'il s'agissait d'un tremblement de terre mais ne semblèrent pas bouger leur cul de de la salle mais quand la voûte se détacha du plafond pour s'écraser, le réflexe fut justement de bouger les fesses avant de se faire écrabouiller et de se mettre a l'abri ! Il en fut de même pour les personnes se trouvant dans la réception et les voix des bandits se mélangèrent avec les autres. Azusa profita de la cohue générale de la situation pour s'esquiver mais avant ça, elle retourna le flingue dans l'autre sens et assomma sa prisonnière et fila dans une autre salle en mettant a couvert après avoir récupérer trois chargeur de vingt balle chacune en plus du flingue déjà chargé, seulement elle n'allait pas faire sans doute long feu mais heureusement que son Gundam pouvait détourner l'attention mais pour l'instant, elle ne pouvait pas bouger de sa planque car les éboulis continua de pleuvoir du plafond, peut-être en avait-elle un peu trop fait ? De plus, elle ne savait pas pourquoi elle a voulu protéger cette chienne, mais ne prêtant pas inattention, elle récupéra de la salive de la bouche de son agresseuse évanouie sur le sol en l'embrassant, histoire de faire genre qu'à présent, ce fut la chef des terroristes qui se trouve à ses griffes ! 
Journalisée

Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 270



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Octobre 17, 2016, 11:26:58 »

Les égouts, le grand rituel incontournable de toute tentative d’infiltration... Sarah était en train de s’y diriger, ayant conscience qu’elle dépassait un peu le cadre de ses ordres et de sa mission, mais Pez’ avait toujours été comme ça, même à New York. Un véritable électron libre qui n’en faisait qu’à sa tête, au mépris, souvent, du règlement. Elle se dirigeait donc vers une entrée quand elle sentit un fourmillement dans son poignet.

*Que... ?!*

Cette sensation commençait à lui être familière, et, faute d’un terme précis, elle l’appelait son « sens de l’araignée », comme Spider-Man. Quand elle était face à un danger, ou à un évènement significatif, le Witchblade réagissait en conséquence, et c’est ce qui se passa en ce moment. Elle se tourna vers l’immeuble, et vit alors, près du toit, une sorte d’armure de guerre robotisée se former, ressemblant à tous ces jouets Hasbro qu’elle achetait étant petite.

« Un robot géant !!
 -  Qu’est-ce que c’est que ce machin ?! »

Les autres policiers étaient autant surpris que Pez’, et, quand le robot se mit à faire feu sur l’immeuble, il y eut de multiples hurlements émanant des civils qui observaient la scène. Toute la zone se mit à vibrer, comme si un séisme venait d’éclater, tandis que le toit de l’immeuble explosait sous une terrible puissance de feu, des sortes de rafales d’énergie surpuissantes sortant des mains du robot, provoquant un effondrement du toit, rappelant à Sarah les heures les plus sombres de la ville de New York.

Immédiatement, les commandos d’élite de la police se ruèrent vers l’immeuble, et Sarah, constatant que son plan initial d’infiltration était tombé à l’eau, se dépêcha rapidement de courir. Elle se réfugia dans une ruelle adjacente, et put alors déployer le Witchblade, sans personne pour la voir. Tout son corps se recouvrit progressivement d’une sorte d’étrange texture métallique grisâtre, son armure. Un heaume se forma également sur sa tête, de même substance que le reste de son armure, avec un menton proéminent, et des yeux rouges étincelants.

Sous l’armure, Sarah sentit la puissance l’envahir, et fit un bond prodigieux, rejoignant en quelques secondes le toit de l’immeuble contre lequel elle avait déployé le Witchblade, à plus d’une dizaine de mètres, puis courut le long de ce dernier, avisant le Luxor Building. Venant de prendre son élan, Pez’ se catapulta dans les airs, et, dans son dos, déploya une paire d’ailes, et s’en servit pour s’envoler, rejoignant l’étage où il y avait les locaux de la Greenwings Bank. Sarah entra en défonçant une fenêtre, dans les derniers étages, atterrissant dans une salle de réunion qui était miraculeusement intacte, même s’il y avait sur le plafond, de multiples fissures. Elle défonça ensuite la porte à l’aide d’un puissant coup de pied, la porte venant rebondir contre un pilier fragilisé, mais qui tenait toujours... Du moins, pour l’heure.

Deux tueurs la regardèrent, surpris, et Sarah fonça sur eux, les envoyant rapidement au tapis. Son poing frappa l’un au thorax, l’envoyant valdinguer contre les gravats et les débris qui se trouvaient devant, et elle frappa l’autre au ventre avec son genou, lui coupant le souffle, pour le neutraliser ensuite. Sarah n’eut guère le temps de claironner, car le pilier de soutènement était sur el point de rompre. Elle se rapprocha donc rapidement de lui, avançant au milieu de décombres, et d’une alarme stridente, posant sa main dessus. Immédiatement, le Witchblade se mit à interagir avec la matière, diffusant une matière grisâtre qui vint recouvrir les fissures du pilier, tout en le solidifiant davantage, la texture gris métallique du Witchblade arrivant aussi sur le plafond.

L’un des pouvoirs de Sarah était en effet sa capacité phénoménale à interagir avec la matière, et à la modifier. Elle s’attaqua donc au pilier, afin de le maintenir, puis se déplaça ensuite, libérant des individus prisonniers derrière la chute de décombres, leur ordonnant de prendre les escaliers de secours. Elle entendit alors de multiples coups de feu venant de l’autre côté des débris, et se dépêcha de se rapprocher, en allant depuis les bureaux, qui longeaient la salle centrale... Mais vit le robot géant se rapprocher à nouveau.

*Merde, encore lui !*

Ignorant que cette machine était utilisée contre les terroristes, Sarah voyait surtout une grosse machine meurtrière qui avait attaqué un immeuble, et qui, sur la base de ses informations, devait travailler pour les terroristes.

*Putain, elle va tirer !*

Autour de la tête du robot, des sulfateuses étaient en train de se mettre à tourner, se préparant à tirer... Lorsque Sarah bondit depuis le bureau où elle était, transperçant une fenêtre, et atterrit sur le corps du monstre, cherchant à planter ses griffes dans son corps.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azusa Miura
Humain(e)
-

Messages: 46



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Juin 23, 2017, 09:06:33 »

Azusa douta vraiment de ses capacités en tant que soldates de l'armée, si elle n'avait mis botte à cette endroit, elle n'aurait pas autant souffert que ça, elle ne savait pas si les citoyens avait pu s'en sortir mais là encore, elle ne put rien y faire car elle n'est pas "Super-girl" pour sauver le monde comme dans ces conneries de films de fiction et sans son MS, elle n'est qu'une simple humaine sans pouvoir particulier... La mannequine n'avait rien a craindre non plus des sbires de la sorcière puisque les facteurs naturels s'en sont chargés en partie a sa place. Elle regarda la big-boss de ce groupe de fantassins qui fut tombée dans les pommes, maintenant qu'elle est entre ses mains, son compte était bon ! Miura pouvait être en mesure de lui faire subir son courroux ou de la torturer ou encore de la faire souffrir en laissant la peur envahir son regard en lui tirant plusieurs balles sur son corps dans les membres par exemple, elle ne le fera pas car elle n'est pas une meurtrière car elle a toujours de la pitié pour ses ennemis désarmés et inutile, cependant elle eut une idée. Elle l'aurait surement voulu le mettre en pratique ici, ce fut pourtant une mauvaise idée car si la structure est déjà évacuées de ses occupants comme les employés, en revanche rien ne pouvait certifier que le bâtiment tiendra debout et qu'il pouvait s'effondrer a tous moment. Azusa n'avait pas la force d'un homme pour porter la fille évanouie, et ça serait une mauvaise idée de la tirer par les cheveux car qui sait si elle risque d'être blessé sérieusement... C'est pourquoi elle tira par les bras en la traînant par-terre, fort heureusement que sa machine ne disposait d'une intelligence artificielle incorporer dans ses fonctions, sinon il aurait pu faire de gros dégâts. Un bruit d'explosion et de violence se fit entendre plus loin dans une autre salle, elle n'avait pas idée de ce qui se passe mais il semblerait que les autorités et la police prennent d'assaut l'immeuble contre les terroristes (ignorant qu'il n'y a plus probablement grand monde dans le coin) au moyens d'avions de combat ou d'hélico de l'armée terrienne.

*Par tous les putains de ces morts, il se passe quoi encore ?!*

Azusa arriva bientôt devant une salle qui se trouvait être au début un bureau avant sa destruction, un trou béant donnant presque sur le vide de plusieurs étage désormais. Elle sortit la commande de sa mini veste de Grand Prix Queen et appuya dessus, l'armure mobile se dirigea doucement vers le pan du bâtiment assiégé de l'extérieur, le cockpit fut aisément accessible. Le sas d'entrée s'ouvrit auxquelles miss Miura s'y engouffra avec la pétasse inconsciente en y prenant place sur le siège pouvant recevoir maximum deux personnes. La pilote de Tekhos se prépara à quitter les lieux et d'aller sauter cette meuf afin qu'elle puisse payer les crimes d'abus sexuel qu'elle a du lui faire subir par le biais de ses hommes de main par vengeance. Alors que son cœur s'emballait a l'idée de la baiser (Azusa est assise sur le siège de son engin et avait fait s’asseoir par-dessus ses genoux la chef des terroristes en la ceinturant bien à elle) en la palpant et de lui déposer des crapoutoux (bisous) sur son cou et sa bouche. Ce moment de délire pervers fut perturbé par l'arrivée surprise d'un nouveau danger ! Une alarme retentit a l'intérieur de sa machine, elle jeta un oeil sur son hublot et vit une créature bizarre faite de mélasse louche et argenté la prendre d'assaut en essayant de griffer son alliage de katchin (mélange de fer renforcer avec du tungstène)... C'est qui celle-là ? Le G-unit ne fut pas assez agile en raison de son armure malgré sa résistance aux intempéries et il ne pouvait ni contre-attaquer ni bouger. Raison de plus pour changer de plan et passer a l'offensive a son tour. Elle ne savait absolument pas pourquoi cette espèce de lézarde s'en prenait a miss Miura alors que les méchants sont dans le bâtiment.



L'asklepios passa alors en mode attaque, sa lourde armature de protection ainsi que ses pattes griffues montèrent en arrière, dévoilant à la place unrobuste Gundam blanc et violet  dont la longue crête au-dessus de la tête mécanique brilla fièrement prêt a en découdre avec son opposante. Azusa avait un peu de mal a manœuvrer correctement sa machine a cause de sa vue réduite qui fut masquer de peu par la chevelure de l'autre idiote évanouie et même si son adversaire est aussi rapide qu'une libellule, elle ne pouvait pas éviter les action éternellement, elle parvint a décocher un solide coup de poing contre cette vilaine maîtresse qui la fit valser vers un autre immeuble et elle s'écrasa sous un grondement assourdissant. Profitant de cette courte ouverture, sa main hydraulique droit rabaissa la patte griffue et lui lança des tirs de laser rapide et précis afin de la décourager, Azusa n'avait pas l'intention de la tuer puisque son geste fut retenue et visiblement, cette "monstresse" n'est pas le genre d'être qui meurt aussi facilement, c'est pourquoi les rayons qui fut projeter atteignit des bloc massif de béton et de débris afin qu'elle soit mise hors-course laissant ainsi le temps a miss Miura et a sa prisonnière de s'enfuir d'ici. Bien qu'elle aurait pu détaler juste après son attaque, elle voulu savoir si son adversaire pouvait riposter ou non, ça coute d'attendre un peu après tout puisqu'elle avait tous son temps ?
Journalisée

Sarah Pezzini
Humain(e)
-

Messages: 270



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Juillet 03, 2017, 12:55:24 »

Un redoutable coup de poing heurta le corps argenté de Sarah. Cette dernière s’envola le long de la rue, et défonça la façade d’un immeuble face à celui où elle se trouvait. Elle se retrouva au milieu de décombres, sonnée, son corps entièrement recouvert par son armure argentée, qui la protégea d’une mort certaine. Il faudrait sans doute beaucoup d’heures de débriefing, ensuite, pour comprendre ce qui s’était passé, et pour expliquer comment un robot géant tueur avait fini par débarquer au milieu d’une prise d’otages. Au milieu des décombres, Sarah se redressa lentement, et plusieurs tirs la frappèrent alors, provoquant des explosions supplémentaires.

Fort heureusement, elle avait atterri dans un étage en pleine rénovation. Les tirs la repoussèrent, et elle heurta une série de pylônes soutenant un échafaudage. Son corps heurta un gros pilier en béton, et l’échafaudage se mit à trembler sur place. Sarah secoua lentement la tête, sonnée, et vit, à travers la visière de son casque, l’échafaudage vaciller... Et s’écraser sur elle.

Autour de l’immeuble, les policiers finirent par entrer, et sécurisèrent les nombreux otages, attaquant les rares terroristes qui étaient encore en état de se battre. Une autre équipe, toutefois, grimpa les marches menant à l’étage où se trouvait Pez’. Cette dernière, qui gisait sous le tas de débris, entendit des bruits de pas, et commença à revenir à elle. Alors que les policiers se rapprochaient, les débris volèrent en éclats, et Pez’ se redressa.

Avec son armure intégrale, elle regarda ses collègues, un heaume argenté recouvrant sa tête.

« Qu’est-ce que c’est que ce truc ?!
 -  Une armure de combat ! »

Pez’ secoua la tête, et se concentra. Une paire d’ailes jaillit alors dans son dos, et les balles plurent alors sur elle. Elles rebondirent contre son armure, et la femme se mit à courir, refusant de se battre contre eux, et sauta dans les airs, avant d’utiliser ses ailes, et de se mettre à voler.

*Ce robot géant ne m’échappera pas !*

Blessée, Sarah laissait parler le Witchblade, qui avait pris le contrôle de son corps et de ses pensées. Elle allait retrouver ce robot, et le neutraliser !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox