banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: La sirène rencontre l'écureuil [Lyli]  (Lu 1123 fois)
Squirrel Girl
Terranide
-

Messages: 58



Voir le profil
Fiche
Description
Squirrel Girl est une terranide écureuil née dans les Terres Sauvages. En harmonie avec sa part animale, elle est venue sur Terre pour utiliser ses formidables dons au service de la justice.
« le: Mars 14, 2015, 08:08:46 »

Depuis quelques jours, SquirrelGirl enquêtait sur de mystérieux cas de disparition aux alentours du port et de la plage de Seikusu. Des témoins, ainsi que des agents de police, lui avaient rapporté que, dans tous les cas, les victimes étaient des femmes plutôt séduisantes, qui disparaissaient mystérieusement pendant la nuit, puis qu'on retrouvait le lendemain, sur la plage ou sur les quais, complètement trempées, sans aucune blessure apparente, aucun signe de mauvais traitements, et aucun souvenir de ce qui leur était arrivé. La police avait ratissé la plage et le port de fond en comble, mais elle n'y avait rien trouvé : pas une trace, pas une empreinte, pas le moindre petit indice. Finalement, devant le manque d'éléments de cette enquête et les autres dossiers qui s'accumulaient, la police a préféré laisser tomber l'enquête et faire passer un communiqué invitant les femmes de Seikusu à être plus prudentes durant leurs sorties nocturnes.
Au départ, SquirrelGirl n'avait pas prêté attention à cette affaire, n'y voyant aucun intérêt puisque les victimes revenaient toujours le lendemain, saines et sauves. Mais quand la police a cessé d'enquêter, elle s'est mise en tête de résoudre l'affaire elle-même. Mais elle avait oublié à quel point l'investigation peut l'ennuyer : elle est avant tout une héroïne qui vit pour l'action, et cette enquête ne lui en offrait aucune. Elle allait renoncer, quand une autre femme disparut. Mais quand on retrouva celle-ci, SquirrelGirl sentit quelque chose de différent sur elle, une odeur qu'elle n'avait pas trouvé sur les autres victimes... une odeur de semence masculine. Les tests confirmèrent qu'elle avait été violée. Après cela, SquirrelGirl se remit en chasse, animée par une nouvelle énergie, bien décidée à capturer le responsable pour lui faire payer ses crimes. Rien que l'idée qu'un être humain soit capable de faire une chose aussi atroce la rendait malade. Pendant des jours et des nuits, sans prendre de pause, elle fouilla chaque recoin de la ville qui était lié, d'une façon où d'une autre, à cette affaire. Mais tout comme la police, elle finissait bredouille. Qui que soit cet homme, il avait le don d'effacer ses traces.

C'était la quatrième nuit d'enquête. SquirrelGirl, qui n'avait presque pas dormi, sentait le poids de la fatigue peser sur son corps. Le seul moyen qu'elle avait de rester éveillé était de demander à Monkey Joe de la chatouiller avec sa queue si jamais elle s'endormait. Et si ce n'était pas suffisant, de la mordre.
Déprimée parce qu'elle ne trouvait rien, elle songeait de plus en plus à laisser tomber et à refiler l'affaire à un autre super-héros, plus compétent dans le domaine des enquêtes. Pourquoi pas Batgirl ? Elle l'avait déjà rencontré, elle savait que c'était quelqu'un de fiable. Mais alors qu'elle allait se mettre en route pour la trouver, ses yeux aperçurent quelque chose au loin : une femme, qui marchait d'une manière étrange. Immédiatement, SquirrelGirl se lança pour aller la rejoindre. Passant d'un toit d'immeuble à l'autre, puis sautant dans le vide pour se réceptionner dans un arbre avant de sauter à nouveau au sol, elle se retrouva rapidement devant la femme.

« Madame, tout va bien ? Vous marchez bizarrement. »

Pas de réponse. Sans même prêter attention à la terranide, la femme continuait à avancer. SquirrelGirl posa sa main sur son épaule pour l'arrêter, et c'est là qu'elle l'entendit. Un chant mystérieux, hypnotique, qui résonnait dans sa tête et l'attirait, comme pour cette femme. Très vite, elle se mit à avancer, la tête vide, guidée par ce chant. Monkey Joe, inquiet de la façon dont son amie agissait, tenta de la chatouiller avec sa queue. Aucune réaction. Il dut donc se résoudre à passer au plan B. Et bien que ça ne lui fasse pas plaisir, il planta ses dents de devant dans le cou de SquirrelGirl, l'une des seules parties de son corps à ne pas être protégée par sa combinaison. La douleur lui fit reprendre ses esprits.

« Aie ! Joe, pourquoi tu m'as mordue ? »

Joe lui expliqua ce qui venait de lui arriver. Elle en conclut que la personne à qui appartient ce chant est sûrement le responsable des enlèvements. Batgirl devrait attendre, l'affaire était relancée. SquirrelGirl suivit le chant, en essayant de ne pas y céder. Et à chaque fois qu'elle sombrait, Monkey Joe lui mordait le cou pour la réveiller. Elle traversa ainsi toute la ville de Seikusu.

Morsure de rappel !

Après presque une heure de marche, SquirrelGirl se rendit compte qu'elle avait presque quitté Seikusu. Ce qui explique pourquoi aucun indice n'avait été retrouvé à Seikusu : le coupable attirait ses victimes trop près des limites de la ville pour que la police pense à aller y fouiller. L'héroïne continua d'avancer, toujours guidée par ce merveilleux chant.

Morsure de rappel !

La piste s'arrêta au large de Kyoto, dans une vieille épave de navire échoué sur la côte. Il ne faisait aucun doute que le coupable était à l'intérieur, c'est donc là que SquirrelGirl devait aller. Mais avant d'entrer, elle essaya d'empêcher la femme qu'elle avait trouvé dans la rue d'avancer dans ce vieux tas de rouille. Elle revint quelques mètres sur ses pas jusqu'à la retrouver. Mais comme la femme refusait de l'écouter, elle dut se résoudre à l'assommer, d'un coup bien placé dans la nuque. Elle utilisa son téléphone pour demander à la police de venir la chercher, puis elle retourna à l'épave. Dehors, le chant continuait.

Morsure de rappel !

C'est donc avec quatre traces de morsure et une furieuse envie d'en découdre que SquirrelGirl entra dans cette vieille épave.
« Dernière édition: Mars 14, 2015, 08:47:58 par Squirrel Girl » Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Lyli
Créature
-

Messages: 1051


Sirène


Voir le profil WWW
Fiche
« Répondre #1 le: Mai 25, 2015, 01:35:25 »

20H35, quelque part sur la plage de Seikusu une épave en mauvais état attend la première inconnue qui osera la pénétrée, attirée par le doux chant des sirène. Ce chant, n'est fredonné autre que par moi, Lyli, surement la première sirène de Seikusu recherché par la police, bien que leurs filières pensent avoir à faire à un simple kidnappeur. L'affaire n'est pourtant pas aussi simple, aucun témoin et les rares proies relâchés osant briser le tabou décrivent une situation surnaturelle. Heureusement pour moi, les humains étaient bien trop naïve et fermés d'esprits pour croire en ce qui leur échappé. Alors je ne me souciais guère des rumeurs me concernant, que pouvaient-ils faire ? avec mon apparence totalement humaine impossible de reconnaître ma véritable race, et ils n'allaient pas non plus embarquer une jeune femme poussant la chansonnette sur la plage.

* Alors, ce sera quoi ce soir ? Une belle blonde ? Oui, ce serait bien, une belle blonde aux cheveux longs qui aura entendu mes notes la première, et qui franchement docilement l'intérieur de l'épave... Juste pour moi ! Et une fois à l'intérieur... plouf ! Elle sera totalement impuissante, sous l'eau ! Oui, on va bien s'amuser...*

Je jubilais déjà à l'idée d'imaginer ma proie bien que je n'étais pas difficile et qu'une fois la nuit tombée je ne pouvais pas choisir. A partir d'une certaine heure les plages étaient désertes et si l'envie de m'amuser me prenais j'étais contrainte de chercher une proie plus loin, la piégeant par le son de ma voix. Simple et efficace, bien que son pouvoir était limité en nombre de personnes pouvant être charmés simultanément.

* Mais le temps lui s'écoulait, 21H20 à l'horloge de la ville soit presque deux heures d'attente, un record d'après la bonne mémoire de la sirène. Pourtant personne ne semblait avoir été prit par le sortilège, personne ne semblait avancer vers Lyli d'un air hypnotique te dévouer comme elle l'aurait souhaité. La police de Seikusu, avait alors peut être déjà pris des mesures en conseillant un couvre-feu aux habitantes ? C'était une hypothèse fort possible... jusqu'à ce qu'un talon, pas très haut, s'écrasât dans le sable. *

* Hum ? Ma belle blonde arrive enfin ? Je commençais à me sentir seule, ça tombe bien. *

Les bruits de pas s'accentuent lentement et sont plus insistant, je pouvais les entendre entre chaque vague qui s'écrasaient sur le sable mouillé. Puis, un arrêt, comme une hésitation avant d'enfin franchir la porte, dévoilant le portrait d'une jolie demoiselle... bien loin d'être blonde !

Bon, c'est pas grave, une belle brune c'est tout aussi bien.

Ces mots sonnent la fin du chant envoutant, laissant place à un sourire déstabilisateur et observateur sur la moindre partie de son corps. Un nouveau sourire plus appuyé et un sifflement, alors je le savais pourtant déjà bien au plus profond de moi... Quelque chose clochait ! Certes, elle était tout à fait à mon goût même peut être mieux que ce que j'aurais pu imaginer pour me divertir toute la nuit. Après tout, ses courbes étaient parfaitement dessinées dans un corps agréablement musclé, semblant désigner une attitude au combat et une souplesse dignes des plus grandes gymnastes. Elle avait en plus, eu l'audace de porter une tenue assez moulante.

Bien belle créature, je commençais à m'ennuyer toute seule, quel est ton nom ?

Mais un froncement de sourcil survient sur mon visage lorsque l'écureuil sur son épaule, que je n'avais pas remarqué jusque là, mordit le cou de la belle brune déjà bien imprimé d'une marque de dents. Alors, c'était ça, cette drôle de sensation ? Elle n'était pas seule ?

Comment.... Comment tu fais pour ne pas être totalement envouté... enfin... je veux dire... ne trouves tu pas les notes de ma chanson envoutantes ? C'était joli non ? Je viens ici la nuit... parfois... pour chanter toute seule et m'entraîner.

Piètre rattrapage, mais malgré la drôle d'allure de cette femme elle avait bel et bien été charmé, même à moitié par mon chant. A partir de là peu importe qui elle était, je la désignais comme ma proie !

Tu sais... tu as un écureuil qui te mord le cou...

Il fallait mieux essayer ne serait-ce que par sécurité de jouer les idiotes, d'essayer d'en savoir plus sur cette drôle de proie..

Ce n'est pas dangereux de sortir la nuit ? De mauvaises rumeurs circulent en ce moment dans la ville de Seikusu. Dans une telle tenue de plus... Il ne faudrait mieux pas s'approcher des rues sombres de Seikusu, si vous voyez ce que je veux dire, mademoiselle.

Dans la pire des situations, la partie arrière de l'épave était inondée d'un bon mètre d'eau, ce qui me laissait une échappatoire et peut être moi un moyen de la piéger, si je jouais correctement mes cartes.

Au risque de me répéter... vous avez un écureuil sur l'épaule qui vient encore de vous mordre le cou... vous commencez à saigner un peu. Vous voulez peut-être approcher un peu ? Que je puisse soigner cette vilaine blessure et vous débarrasser de cet animal ?

Puis soudain, je venais de comprendre devant la réaction à la morsure comment elle avait pu résister à une partie de ma magie. La vive douleur procurée par la morsure rappelait son corps à la réalité, se procurer une douleur était même plutôt commun pour briser des charmes ou des illusions. Il s'agissait alors peut être là d'une combattante chargée de m'éliminer. J'étais dans de beaux draps !
Journalisée

Squirrel Girl
Terranide
-

Messages: 58



Voir le profil
Fiche
Description
Squirrel Girl est une terranide écureuil née dans les Terres Sauvages. En harmonie avec sa part animale, elle est venue sur Terre pour utiliser ses formidables dons au service de la justice.
« Répondre #2 le: Mai 28, 2015, 11:08:37 »

SquirrelGirl pénétra dans la vieille épave avec un peu de crainte. Si la voix de la personne ou de la créature qui vivait là-dedans était bien celle du responsable de ces disparitions en série, la prudence était de mise. Sans l'intervention de Monkey Joe, elle aussi aurait fini envoûtée. Mais tandis qu'elle avançait dans le bateau, une voix brisa le silence. Une voix qui fut rapidement suivie de l'apparition d'une femme. Plutôt grande, le visage aux traits jeunes et mignons, les yeux verts clair, la bouche pulpeuse, les cheveux bruns avec des reflets roses, le corps seulement couvert par un bikini qui dévoile sa poitrine bien formée, son ventre plat et ses fesses bien sorties. Une apparence très attirante, qui ne laissait pas indifférente l'héroïne terranide. Son flair, cependant, lui disait de faire attention, qu'il y avait quelque chose d'étrange chez cette femme.

Elle la salua, contente de ne plus être seule dans cette épave, et lui demanda son nom.

« SquirrelGirl. »

Puis elle s'étonna de ne pas la voir totalement envoûtée par son chant.

« Donc c'est toi qui chante cette chanson ? »

La femme acquiesça.

« Je trouve que c'est une très jolie chanson. J'avoue que, pendant un moment, j'ai été envoûtée par sa beauté. Mais mon petit compagnon ici présent m'a arraché à ma rêverie. »

Grâce à ses coups de dent dans le cou, l'équipier de SquirrelGirl avait su la préserver de l'abrutissement total devant le pouvoir du chant de cette femme.

« Et oui, je sais qu'il est là et qu'il me mord. »

SquirrelGirl écouta la femme la mettre en garde contre les dangers de se balader la nuit dans les rues sombres de Seikusu, surtout avec une tenue comme la sienne. La terrainde trouvait la voix de cette femme vraiment charmante, même quand elle ne chantait pas. Par précaution, Monkey Joe la mordit à nouveau. Rappelée à l'ordre par la douleur, elle se concentra à nouveau sur la personne en face d'elle plutôt que sur sa voix.

« Croyez moi, si quelqu'un essaie de s'en prendre à moi, il le regrettera amèrement. »

Elle enchaîna en lui faisant remarquer que la dernière morsure l'avait atteinte jusqu'au sang. La terranide porta ses doigts à son cou pour vérifier et, effectivement, du sang coulait de son cou.

« Joe ! Tu pourrais te retenir un peu quand tu me mords. »

L'écureuil s'excusa. La femme demanda ensuite si SquirrelGirl voulait qu'elle soigne sa blessure et qu'elle la débarrasse de l'écureuil qui nichait sur son épaule.

« Si vous pouvez me soigner ça, je n'ai rien contre. Par contre, ne touchez pas à Monkey Joe. C'est mon ami, et je tiens beaucoup à lui. »

L'héroïne approcha calmement de la femme. Il y a encore quelques mois, elle l'aurait sûrement déjà assommé pour ne pas prendre le risque de se faire à nouveau envoûter. Mais sa récente rencontre avec Nikolaus lui avait appris qu'il ne fallait pas juger les gens trop vite, leur laisser une chance de s'expliquer avant de les attaquer. C'est pourquoi elle voulait attendre un peu, et accorder le bénéfice du doute à cette femme.

Une fois devant elle, elle la laissa examiner son cou. En même temps, elle en profita pour la questionner à son tour. Il lui fallait plus d'informations avant de prendre une décision.

« Je peux vous demander votre nom ? »

Le nom allait surtout être utile pour pouvoir communiquer.

« Je dois vous poser quelques questions à propos de la récente vague de disparitions de femmes à Seikusu. Je m'excuse d'avance si c'est désagréable, mais je suis obligée.
Première question : Avez vous utilisé votre voix pour envoûter et attirer des femmes dans votre épave ?
Deuxième question : Avez vous sexuellement abusé de ces femmes ?
Selon vos réponses, je déciderai ce que je ferai de vous. »
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Lyli
Créature
-

Messages: 1051


Sirène


Voir le profil WWW
Fiche
« Répondre #3 le: Juin 09, 2015, 12:22:46 »

Squirrel Girl ? C'était un nom ça ? Ca avait plutôt l'air d'un pseudonyme de super héros comme on en voyait quelques fois à Seikusu... des humaines cherchant à jouer les justicières bien souvent. Mais dans ce cas, étais-je alors la super vilaine qu'elle devait affronter ? Amusant... et excitant !

Bien, mademoiselle Squirrel, je ne toucherais pas à l'animal, je ne pensais même pas qu'il était votre compagnon à vrai dire. Difficile de le croire vu l'ardeur qu'il semble y mettre à chaque morsure.

La suite de son discours et de son petit questionnaire laissait pensé que j'étais démasquée, que la jeune femme au corps et au visage si délicieux était venue spécialement à moi pour me mettre hors d'état de nuire. Pourtant, c'était bel et bien moi qui l'avait envouté ? Aurait-elle réellement pu venir de son plein grès d'une façon ou d'une autre ?

Si c'était le cas il fallait redoubler de prudence, n'importe qui serait aux aguets, prêt au combat ! Pourtant je ne sentais pas cette animosité dont on pouvait faire preuve avant la bataille, la belle brunette ne semblait posséder aucune haine envers la sirène que j'étais... Pour le moment.

Avant de donner mon nom j'aurais préféré connaitre le vôtre, enfin votre vrai nom... Mais ce n'est rien, vous pouvez m'appeler Lyli. Je vais apporter de quoi soulager votre cou, je n'en ai pas pour longtemps.

Mon index et mon majeur caressent son joli cou, un sourire aux lèvres. La blessure n'était pas si profonde mais si rien n'était fait le sang allait continuer à couler et laisser une belle croûte, ce qui ne serai pas gracieux. L'océan disposait heureusement de tout ce dont j'avais besoin pour la soigner au plus vite, grâce aux nombreuses algues méconnues et bien cachées des êtres humains.

Quelque seconde plus tard je me laissais aller dans l'eau, m'enfonçant dans la partie engloutie de l'épave en envoyant un dernier sourire, plongeant sans remonter à la surface et dévoilant par cette même occasion ma nature de créature aquatique.

Si le lieu dans lequel je voulais me rendre était une vieille épave, à une trentaine de minutes de nage pour un humain, il n'en faudrait pour ma part seulement un peu plus de cinq aller et retour compris, en nageant à pleine vitesse. Cette épave était pour moi comme une sorte de résidence dans laquelle je pouvais me cacher ou dormir sans être dérangé par les nombreux baigneurs, qui ne s'aventuraient pas si loin du bord. Mais j'y avais également caché quelques algues aux propriétés variées, très méconnue des humains puisque celle-ci provenait des plus grands fonds marins. Ce qui était bien dommage car on pouvait y trouver en ces plantes... tout un tas d'effets très intéressant, allant du simple aphrodisiaque au plus puissant des cicatrisants.

Désolée de t'avoir fait attendre, j'espère que tu n'as pas pensé que je voulais m'enfuir.

Il est vrai que j'aurais pu après toutes ces questions, il était parfaitement clair que j'étais la cible qu'elle recherchait et qu'elle ne comptait pas partir sans m'avoir mise hors d'état de nuire... Finalement j'avais tapé en plein dans le sujet, lorsque je m'amusais à penser à elle comme une super-héroïne.

Ca risque de piquer un peu à cause de l'eau de mer sur l'algue, mais tu devrais ressentir les effets cicatrisant en moins de deux minutes. Demande à ton écureuil de ne pas me mordre, par contre.

Avec la plus grande des douceurs je frottais l'algue contre son cou en abordant un sourire amical, dévisageant son corps et m'arrêtant un instant sur ses superbes lèvres. Y presser les miennes contre... cette simple idée me faisait déjà frémir alors que je décidais de jouer cartes sur table, sans aucun mensonge. Elle cherchait la nature de ses problèmes ? J'allais lui dire qu'elle l'avait devant elle.

Je n'ai pas pris le temps de répondre à vos questions tout à l'heure, mais je pensais que la prise en charge de votre plaie était plus importante, certains animaux peuvent transmettre des maladies par la salive lorsqu'ils mordent.

Même si ma main frottait son cou avec sensualité et que ma voix était calme je n'en étais pas pour autant très sereine. Bien que proche de l'eau il suffisait d'un seul faux pas et j'étais cuite, moi qui étais plus faible qu'une simple humaine hors de mon élément aqueux. Il était encore temps de fuir... fuir et laisser cette splendide jeune femme toute seule dans l'épave... quel gâchis ce serait !

Je ne vois pas de quoi vous parlez, je ne suis qu'une simple jeune femme, aimant chanter... Vous me croyez, n'est-ce pas ? Bien sûr que non... alors je vais être franche.

Lâchant l'algue, je la regarde dans les yeux en laissant toutefois mes deux sur son cou, montrant une expression beaucoup plus sérieuse.

Oui, j'envoûte des femmes avec mon chant, c'est un des pouvoir que possède les sirènes. Et à en juger par votre beauté je vous confirme que ça marche plutôt bien... La deuxième question était quant à elle plutôt vexante... Abusé de ces femmes ? Certes beaucoup de femmes ont étés attirées sous l'eau contre leur grès, et ensuite ? Sont-elles vraiment à plaindre ? Qui ne rêverait pas de rencontrer une sirène et de pouvoir lui faire l'amour ?

Que comptait-elle me faire maintenant ? Me mettre en prison ? Me passer à tabac ? C'est vrai que l'un ou l'autre lui serait surement pas difficile, mais je ne comptais pas me laisser faire pour autant.

Et puis même si elles avaient l'air déboussolé je ne suis pas si méchante... pour preuve une sirène respectant les légendes à la lettre auraient noyé ces femmes. Ce n'était donc qu'une aventure sous-marine... miss écureuil. Car c'est bien ce que tu es non ? Une femme écureuil ? Je ne vois pas d'autres explications à cette queue, si celle ci n'est pas un accessoire.

Plus je regardais ses lèvres, et plus j'avais simplement envie de l'embrasser, car après tout elle était celle que j'avais attirée à moi, elle devait être mon amante pour la soirée, même si son but était tout autre.

Et maintenant que comptez vous faire ? Qui êtes-vous ? Une ennemi prête à en découvre ? Ou une amie qui partagera ma soirée pour me défaire de cette solitude ? De quoi avez-vous réellement envie, au fond de vous ?
Journalisée

Squirrel Girl
Terranide
-

Messages: 58



Voir le profil
Fiche
Description
Squirrel Girl est une terranide écureuil née dans les Terres Sauvages. En harmonie avec sa part animale, elle est venue sur Terre pour utiliser ses formidables dons au service de la justice.
« Répondre #4 le: Juin 11, 2015, 03:47:17 »

Alors qu'elle espérait une réponse à ses questions, SquirrelGirl vit la mystérieuse femme de l'épave se soucier plus de la blessure au cou de la terranide que de ses interrogations. C'était gentil de sa part de se soucier autant de l'état d'une personne qu'elle venait de rencontrer, mais elle n'en restait pas moins suspecte. Il fallait donc garder l'œil bien ouvert.

La femme dit s’appeler Lyli. Un nom plutôt original. L'héroïne sentit deux doigts de la femme caresser son cou avec une dextérité très avancée. C'en était presque excitant. La terranide retenait ses gémissements, mais c'était vraiment difficile : entre ses doigts sur sa peau et sa voix envoûtante dans ses oreilles, Lyli lui donnait des envies perverses et lui mettait des images plein la tête. Elle était si attirante, ce serait sans doute un bonheur de coucher avec elle...

Non, non, non, je ne dois pas y penser.

SquirrelGirl ferma les yeux pour chasser ces pensées perverses et, quand elle les rouvrit, Lyli n'était plus là.

« C'est pas vrai ! »

Apparemment, la femme avait profité de la perturbation dans l'esprit de l'héroïne pour filer à l'anglaise. L'héroïne jura comme une charretière de l'avoir laissée s'échapper alors qu'elle la tenait à portée de main. Monkey Joe se boucha même les oreilles pour ne pas entendre tout ce qu'elle disait. Une fois la colère passée, elle se lança sur la piste de la femme pour essayer de la retrouver, mais il n'y avait aucune trace de fuite autour d'elle. Où avait elle bien pu passer ? Heureusement pou elle, sa question trouva réponse cinq minutes après, quand sa fugitive ressortit de l'eau avec des algues dans la main. Elle s'excusa pour l'attente, espérant ne pas avoir laissé croire qu'elle s'enfuyait.

« J'avoue que l'idée m'a traversé l'esprit... »

SquirrelGirl se mordit les lèvres pour ne pas risquer de trop en dire. Cette mystérieuse femme avait une certaine emprise sur elle et, si elle ne prenait pas garde, elle allait finir totalement sous son emprise. Et alors, elle finirait dans le même était que toutes les autres femmes qui avaient sûrement été envoûtées par celle qui se tenait devant elle. Même s'il lui restait encore un peu le bénéfice du doute, les soupçons pesaient de plus en plus fort sur elle à chaque minute que l'héroïne passait avec elle.

Lyli vint appliquer les algues qu'elle avait en main sur la plaie de SquirrelGirl, et les frotta dans son cou avec la plus grande des douceurs. Cette dernière frémit légèrement quand le sel de l'eau de mer pénétra dans sa chair, mais elle avait plus envie de couiner qu'autre chose à cause de la façon dont la femme passait son remède dans son cou. Encore une fois, elle agissait de telle sorte qu'elle devenait l'objet de fantasmes pour la terranide. Des fantasmes qui obscurcissaient son jugement. Et la voix de sa soigneuse n'était pas pour arranger les choses.

« Si Monkey Joe avait une maladie quelconque, je le saurais. Malgré tout... Merci pour votre aide avec ma blessure. »

Entre la sensualité des mains de Lyli et la douceur de sa voix, l'héroïne avait beaucoup de mal à ne pas se jeter sur elle pour l'embrasser à pleine bouche, malaxer ses gros seins et et lécher son sexe. Mais quand elle l'entendit dire qu'elle allait enfin être franche avec elle, elle rassembla le peu de self-contrôle qu'elle avait encore pour lui accorder toute son attention.

Tout d'abord, Lily reconnut être une sirène, un de ces êtres soi-disant légendaires qui utilisaient leur chant pour attirer les marins et les conduire à leur perte. De son côté, Liliy préférait utiliser son chant pour attirer des femmes dans cette épave, puis les entraîner sous l'eau pour leur faire l'amour. Cependant, elle ne voyait pas ça comme un abus, mais comme une chance inespérée pour ces femmes de pouvoir coucher avec une sirène. En plus, elles les avaient laissés en vie au lieu de les noyer après leur petite aventure sous marine. C'était bien la preuve qu'elle n'était pas méchante, seulement un peu trop joueuse. Seulement, un problème persistait...

« La dernière personne qui a été attirée par votre voix, mademoiselle la sirène, a été retrouvé avec des lésions vaginales du à un viol particulièrement brutal. Qu'avez vous à répondre à ça ? »

Cependant, sa propre question n'avait pas de sens : pour qu'il y ait viol, il fallait un pénis. Pour qu'il y ait un pénis, il fallait un homme. Or, c'était sans aucun doute à une femme qu'elle s'adressait. Le doute s'insinua encore plus profondément dans son esprit.

Et maintenant que comptez vous faire ? Qui êtes-vous ? Une ennemi prête à en découvre ? Ou une amie qui partagera ma soirée pour me défaire de cette solitude ? De quoi avez-vous réellement envie, au fond de vous ?

La réponse était évidente. Mais il ne fallait pas qu'elle la paresse.

SquirrelGirl utilisa son cerveau hyper-inventif pour mettre au point une stratégie. Elle était risquée mais, si elle supposait bien sur la façon de penser de la sirène, alors elle pourrait marcher. La première étape était d'éloigner Monkey Joe, celui que redoutait la jeune femme. L'héroïne vint chuchoter à l'oreille de son fidèle compagnon.

« Joe, il va falloir que tu me fasses confiance. Je veux que tu sortes de l'épave et que tu gardes un œil sur moi, mais de loin. Si jamais je te semble en danger de mort, viens immédiatement me réveiller. Sauf si elle veut m'entraîner sous l'eau. A l'entendre, elle ne noie pas les gens. »

Ce fut à contrecœur que l'écureuil quitta le navire, laissant son équipière seule avec cette femme potentiellement dangereuse. La terranide se tourna ensuite vers elle.

« Ce que je veux, au plus profond de moi... C'est entendre votre chant. Votre merveilleux et envoûtant chant de sirène. Je veux m'enivrer à l'écouter, me laisser bercer par ces si belles notes. Et que rien ni personne ne me sorte de ce délicieux rêve. »

Lyli afficha un grand sourire, puis se mit à chanter. SquirrelGirl se sentit perdre pied à mesure qu'elle écoutait la voix de la sirène, comme si tout son corps s'enfonçait dans un écrin de coton. Et aussi bizarre que ça puisse paraître, c'était exactement ce qu'elle espérait. Pour que sa stratégie fonctionne, il fallait qu'elle se laisse envoûter. Cependant, au fond d'elle, au plus profond de son âme, elle voulait que cette femme chante pour elle et en fasse son amante pour la soirée.

Portée par ce nouveau sentiment qui prenait peu à peu le contrôle d'elle, elle alla directement vers Lyli et l'embrassa passionnément. Ses lèvres étaient si pulpeuses qu'elle avait l'impression d'embrasser un nuage pelucheux. Sa langue ne tarda pas à se frayer un chemin dans la bouche de sa partenaire pour venir jouer avec sa jumelle. Après une minute d'embrassade passionnée, elle lâcha avec regret la bouche de son amante.

« Lyli... Prends moi... Je suis tout à toi...
Au fait : si nous allons sous l'eau, sache que je me baigne entièrement nue. »


Dans l'esprit de SquirrelGirl, il y avait de moins en moins de place pour la stratégie et la réflexion. Le plaisir dominait...
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Lyli
Créature
-

Messages: 1051


Sirène


Voir le profil WWW
Fiche
« Répondre #5 le: Juin 12, 2015, 12:47:10 »

La dernière victime... Il fallait que je m'en souvienne. Etait-ce cette lycéenne ? Cette belle blonde qui s'était lancée dans une carrière de top-modèle ? Il y en avait eu tellement... Comment s'en souvenir avec certitude ? Mais alors que j'étais sur le point de m'en souvenir, quelque chose de doux et pulpeux se posait contre mes lèvres, me surprenant agréablement. Cette chose, n'était autre que les douces lèvres de la brune, une paire de lèvres gourmande que je dévorais avec passion. Qu'elle était douée, ce baiser était tout simplement somptueux, et que dire de cette langue qui s'entremêlait avec la mienne ? Exécutant une danse endiablée et douce à la fois. Qu'en était-il de ma punition ? Si la justicière réglait tout ses combats de la sorte le taux de criminalité devait battre les records...

Te prendre ? Tu n'auras pas besoin de me le dire deux fois, ma belle...

Ses lèvres avaient été indescriptibles, leurs textures, leurs douceurs... et même leurs goûts ! Ce baiser n'avait rien d'anodin, à tel point que j'en étais déjà accroc.

Tes lèvres sont si gourmande... Et ce gout particulier, mhh... Je vais te les dévorer ...

Chaques temps morts étaient comblés par un chant de sirène bien connue, enfonçant peu à peu la belle brunette dans un rêve cotonneux. Mais ses lèvres me manquaient déjà beaucoup trop, je me surprenais à sauter de nouveau dessus sans une once de contrôle... laissant presque croire que c'était elle qui avait l'emprise sur moi. Le baiser était lui tout aussi passionné et fougueux, peut être un peu plus lorsque je perdais une main dans sa chevelure, que j'empoignais fermement en englobant totalement ses lèvres. Seuls les gémissements étouffés pouvaient s'échapper de ce baiser, que j'interrompais cette fois-ci à mon tour, en capturant sa lèvre inférieur entre mes dents comme un trophée de chasse, reculant en la fixant d'un air coquin, mordillant toujours le bas de sa bouche.

Entièrement nue hein ? quelle coquine... Laisse-moi te débarrasser du lourd fardeau de cette tenue

Une main se pose contre son bas-ventre et le caresse, tout en allant chercher son cou de mes lèvres pour l'embrasser, y laissant même une longue léchouille le long de celui-ci, avant de le mordiller comme une belle vampire ! Plus les secondes passaient et moins j'arrivais à m'en défaire, ne m'arrêtant plus, m'emportant sur son joli cou l'enlaçant contre moi. Le contact de la combinaison était en soit très agréable et la partie avec les fourrures douces. Mais nue je n'osais pas imaginer la splendeur de son corps.

L'eau est froide, mais quelque chose me dit qu'on va très vite faire monter ta température corporelle...

Maintenant un regard provoquant et sensuel j'embrasse le bout de mon index, avant de l'écraser contre ses lèvres, envoyant un clin d'oeuil. Cette petite provocation est suivit d'un long baiser dans le cou pendant que je me défait de sa ceinture, d'un geste expert et aveugle. Un à un, les éléments en fourrures recouvrants sa combinaison sont retirées soigneusement, à commencer par son joli bustier.

J'offre cependant de quoi lui faire un avant goût, léchouillant son intimité en levant le regard, que je maintiens dans le siens. La langue laisse bien vite place aux lèvres, qui embrassent et sucent ses lèvres intimes, toujours à travers la combinaison sombre de la brune. Une petite minute plus tard mes lèvres montent doucement le long de son corps et longent son ventre, s'attardant peu après sur sa jolie poitrine bien formée. Un dernier long baiser dans le cou, puis voilà que je me trouvais de nouveaux contre ses lèvres pour un nouvel échange gourmand, cherchant à taton la fermeture dans son dos.

Mmmmh... Même si je ne compte pas te noyer je resterais très joueuse... Alors j'espère que tu es douée en apnée...

Nue, elle était tout aussi belle que vêtue, peut être même plus... Ce corps si parfait ne demandait qu'à ce qu'on lui saute dessus pour lui faire l'amour encore et encore... Ce que je comptais bien lui offrir puisque je la guidais déjà vers l'océan sans attendre, beaucoup trop impatiente.

Retiens bien ton souffle... sois prêtes pour le grand plongeon.

Ma main l'attire doucement vers l'arrière de l'épave submergée jusqu'à ce que l'eau froide effleure sa poitrine. J'use de ce prétexte pour y poser mes mains dessus, comme pour réchauffer ses deux globes de chaires avant de plonger sous trois mètres de profondeur.

Je vais te faire une faveur... Si je trouve ta compagnie assez délicieuse, je te promets de freiner mes agissements.

Sa chevelure brune qui dansait autour de son visage, les fines bulles d'air qui s'échappait d'entre ses lèvres si gourmandes. Aucun doute, elle semblait encore plus belle sous l'eau, j'aurais pu lui faire l'amour instantanément jusqu'à l'épuisement total... Mais je voulais tout d'abord voir combien de temps elle serait capable de retenir sa respiration pour fixer un cran de sûreté, qu'elle ne s'étouffe pas par erreur lors de nos ébats. Ainsi, je saurais quand m'arrêter pour la laisser respirer.

Il y avait cependant une autre raison. Puisque Squirrel Girl était la première femme à se laisser envoûter de plein grès, je voulais également tester sa témérité et voir si elle aurait l'audace de prendre les devant même maintenant qu'elle était sous l'eau, par rapport à mes autres amantes.

Allez à ton tour, je te laisse retirer mon maillot et me montrer de quoi tu es capable. Attise mes désirs jusqu'aux limites de ton souffle, aussi longtemps que tu peux m'en faire la démonstration.
Journalisée

Squirrel Girl
Terranide
-

Messages: 58



Voir le profil
Fiche
Description
Squirrel Girl est une terranide écureuil née dans les Terres Sauvages. En harmonie avec sa part animale, elle est venue sur Terre pour utiliser ses formidables dons au service de la justice.
« Répondre #6 le: Juin 14, 2015, 08:18:17 »

Lyli était une femme délicieuse, au charme fou et à la voix envoûtante. Normal pour une sirène. Et de savoir qu'elle allait pouvoir coucher avec elle faisait frissonner SquirrelGirl de plaisir. Sous sa combinaison, son corps répondait déjà à son état d'excitation primaire.

Lyli embrassait ses lèvres à répétition en disant qu'elles les trouvaient si gourmandes qu'elles voudraient les dévorer. Et quand elle n'embrassait pas la femme écureuil, elle la charmait avec son merveilleux chant. La terranide se sentait comblée par la douceur qui se répandait sur ses lèvres et dans ses oreilles, puis par celle de la main qui passait dans ses cheveux bruns. Elle gémissait, mais ses bruits étaient étouffés par la bouche de la sirène, collée contre la sienne et jouant avec sa lèvre inférieure, qu'elle mordilla doucement. Puis vint le meilleur moment des préliminaires : enlever sa combinaison de super-héroïne, mélange parfait de cuir, de latex et de fourrure synthétique.

SquirrelGirl vit le visage de Lyli afficher une expression coquine, puis sentit une main caresser son ventre. Malgré le bustier en fourrure et la seconde couche de sa combinaison, elle pouvait très bien la sentir. Mais ce qu'elle sentit encore mieux, ce fut l'assaut de la sirène sur son cou, à coups de baisers, de léchouilles et de dents. La terranide gémissait fort car son plaisir était aussi fort. La femme savait comment stimuler une personne par le cou, et sa partenaire en couinait de joie.

Après un commentaire prometteur sur le futur des événements, SquirrelGirl eut droit à un index sur les lèvres, un long baiser dans le cou et sentit sa ceinture se détacher. Suite à cela, ce fut son bustier qui s'en alla, puis les pièces aux niveaux de ses poignets, et enfin les pièces sur le bas de ses mollets. A présent, elle ne portait plus que le mélange cuir-latex. En guise de mise en bouche, Lyli vint lécher son entrejambe au travers de sa combinaison. Même avec le vêtement sur son corps, la terranide pouvait sentir la langue de la sirène sur son intimité, et gémissait bruyamment en réponse. Puis la langue se mit à remonter, d'abord pour passer sur son ventre, puis sur sa poitrine, où elle s'attarda un peu pour la faire gémir fortement. Après quoi, la sirène embrassa le cou de sa partenaire, puis ses lèvres, tout en cherchant la fermeture éclair de la combinaison. Soucieuse de finir nue au plus vite, elle prit ses mains et les amena en haut de son dos, là où se trouvait le bout de la fermeture. Lyli descendit le zip puis déshabilla la femme.

« J'espère que tu es contente de ce que tu voies. »

La sirène guida SquirrelGirl jusqu'au trou de l'épave qui menait à l'océan. La terranide la suivit sans discuter un seul instant. Mais quand l'eau arriva au niveau de ses seins, elle sentit le froid entrer dans son corps.

« Aahh... C'est froid. »

En réponse, Lyli posa ses mains sur ses deux globes de chair. SquirrelGirl les sentit immédiatement se réchauffer, ainsi que le reste de son corps. Ensembles, elles plongèrent sous l'eau, jusqu'à arriver à environ trois mètres en dessus du niveau de la mer. La terranide se retrouvait hors de son élément, en position évidente de faiblesse, obligée de retenir sa respiration et de limiter ses gestes pour ne pas perdre inutilement de l'oxygène. Au moins, grâce à son corps de terranide entraînée, elle se savait capable de tenir au moins trois minutes tout en faisant l'amour avec la sirène. D'ailleurs, cette dernière l'invitait à venir la satisfaire du mieux qu'elle pourrait malgré la contrainte de l'eau. L'héroïne, qui pouvait l'entendre même sous l'eau grâce à ses super-aptitudes, fit oui de la tête puis se dirigea vers elle en nageant.

La première chose qu'elle fit fut d'enlever le bikini deux pièces couleur grenat que Lyli portait, qui remontèrent vers la surface. Après quoi, elle vint embrasser les tétons de ses seins nus, qui se dressèrent rapidement sous l'effet de l'excitation. Une fois suffisamment raides, elle en prit un dans sa bouche et l'aspira avec un effet ventouse, pour ne pas risquer de voir de l'eau s'infiltrer dans sa bouche. C'était une technique qu'elle avait développé pour aspirer le venin de son corps ou de celui d'un autre individu en cas de morsure. Le principe était d'aspirer le plus fort possible tout en appliquant sa bouche extrêmement serrée pour supprimer toute arrivée d'air extérieure. Ou, dans le cas présent, des arrivées d'eau qui pourraient la noyer.

Lyli commençait à gémir. Supposant qu'elle devait commencer à mouiller, la terranide dirigea une de ses mains vers son sexe et le caressa. Malgré l'eau qui les entourait, SquirrelGirl pouvait clairement sentir la cyprine dégouliner, et décida donc de commencer à doigter sa partenaire. Cette dernière se mit à couiner de plaisir, mais l'héroïne ne comptait pas s'arrêter là. Son autre main pinça doucement les tétons de la sirène et sa bouche se colla à la sienne pour l'embrasser passionnément, en faisant danser leurs langues ensemble.

La femme écureuil continua à s'occuper ainsi de sa partenaire pendant deux minutes, puis elle sentit qu'elle commençait à manquer d'oxygène. A cause de ça, elle fit une petite brèche dans son baiser ventouse et l'eau commença à s'infiltrer dans sa bouche. Elle fut obligée de se détacher de Lyli pour remonter à la surface, cracher l'eau de mer dans sa bouche et reprendre son souffle.

SquirrelGirl avait les bras posés sur le bord métallique qui séparait le bateau du trou menant à l'océan. Lyli ne tarda pas à la rejoindre pour vérifier que tout allait bien.

« Faire l'amour sous l'eau... C'est vraiment étrange... Je ne suis pas sure de pouvoir assurer... »
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic
Lyli
Créature
-

Messages: 1051


Sirène


Voir le profil WWW
Fiche
« Répondre #7 le: Juin 27, 2015, 12:37:08 »

Malgré le danger certain la terranide ose me suivre de son plein grès, alors même que l'enchantement portée par ma voix est trop faible pour complètement l'envoûter. J'en conclus donc que c'est de son désir, que de me suivre sous cette étendue d'eau salée, le domaine ou j'aurais les pleins pouvoir sur elle. En effet, quoi que je voulais désormais lui faire subir la jolie femme écureuil n'avait plus aucune échappatoire...

Oui l'eau est un peu froide... mais ne t'en fais pas ça va très vite se réchauffer...

La promesse allait être tenue mais d'une manière un peu plus différente de ce que j'aurais imaginé. Normalement, dans l'eau, j'avais pour habitude de guider chaque mouvement de ma partenaire et d'y mener la danse, rare étaient celles qui avaient assez de cran pour y prendre les devants. Habituellement ça se terminait même en pleurs, en supplication pour regagner la surface, respirer, et pouvoir avoir une chance de rentrer. Pourtant Squirrel girl est bien différente et bien au-delà de toutes ces proies, retenir sa respiration ne semble pas lui faire peur, tout comme me procurer ce plaisir que j'attendais tant.

Mmmmhhhh...

Un long soupir de plaisir s'échappe d'entre mes lèvres, parfaitement audible grâce à mes cordes vocales de sirènes, adaptées pour émettre les sons dans ce genre d'environnement aquatique. Les premiers assauts sur ma poitrine sont déjà divin, et sa technique pour sucer mes tétons semble parfaite, ne laissant aucune chance à l'eau de s'infiltrer entre ses lèvres pour la noyer. Ce comportement fait grimper la femme écureuil dans mon estime, d'autant plus qu'elle m'offre un baiser des plus somptueux, caressant ma langue à l'aide de la sienne dans une danse endiablée et envoutante. Mais la belle brune voit finalement sa limite arrivée et l'eau s'engouffre dans sa bouche, l'obligeant à remonter vers la surface pour reprendre son souffle.

« Faire l'amour sous l'eau... C'est vraiment étrange... Je ne suis pas sure de pouvoir assurer... »

Sur ces mots, je souris et viens me coller à elle, passant ma main dans sa chevelure noisette et caressant ma poitrine bien fournie contre la sienne.

Qu'est-ce que tu racontes ? Tu t'en sortais très bien. Et puis trois minutes en apnée... N'importe laquelle de mes proies se serait noyée... tu es au contraire la mieux placer pour assurer !

Je l'enlace, caresse son dos mouillé en pressant ma poitrine sur la sienne, rassurant la demoiselle écureuil dans cette étreinte amicale et accueillante.

Et puis, tu es différente des autres... tu n'as pas eu peur, tu as plongé sans même hésiter alors que tu savais que je pourrais faire ce que je veux de toi. Je ne te vois pas comme une proie, mais comme une amante, une compagnonne de jeu... Si ce n'était pas le cas, je ne t'aurais pas laissé remonter à la surface...

Pressant mes lèvres contre les siennes, je savoure ce baiser au goût noisette avant de m'y écarter, mordillant sa lèvre inférieur en reculant tout en la fixant d'un regard sulfureux.

Mais tu n'as pas besoin de remonter à la surface, je peux faciliter ton apnée... si tu me donnes une chance de te le montrer et si bien sûr tu me fais assez confiance pour ça.

A vrai dire je ne m'attends pas à une réponse, continuant à me presser contre son corps et caressant son bas-ventre du bout de mon index, en décrivant de petits cercles. Jusqu'à ce que ce même doigt ne dérape jusqu'à ses cuisses, bien entendu ! Là, il y trouve facilement l'intimité de la belle brunette, testant d'abord son clitoris ne le titillant, le pinçant pour mettre en bouche sa jolie partenaire, qui reprends son souffle. Qu'elle profite bien de l'air de la surface, une fois qu'elle aurait récupéré assez de souffle les choses sérieuses commenceraient, j'en avais déjà l'eau à la bouche. Mais en attendant comme pour lui en montrer un aperçu, je plonge sous l'eau, sans donner signe de vie durant une dizaine de secondes. Lui laissant à peine le moment de se demander ou j'étais passé, une envolée de bulle remonte contre son intimité, la caressant d'une façon plus originale que ce dont elle devait avoir l'habitude.

J'embrassais maintenant sa zone intime comme s'il s'agissait de ses douces lèvres pulpeuses et délicieuses, dévorant son intimité à pleine lèvre et en y introduisant la langue sans m'en faire prier d'avantage. Pourtant, dans cette position, je découvre une autre partie de son corps que j'avais jusque-là ignoré... sa longue queue d'écureuil. Comme celle-ci était adaptée à sa taille elle était bien plus grande que celle de base ce petit animal, et avait forcément l'air plus douce. Sur le coup, la pensée de me retrouver enveloppée par celle-ci me traversait l'esprit... On devait s'y sentir si bien, blottit à l'intérieur.

Bien... respire à fond de nouveau.

D'une voix de nouveau très envoûtante je remonte à la surface et attire doucement le visage de Squirrel Girl sous l'eau. D'abord la bouche, puis son nez, ne laissant hors de l'eau que ses yeux et la courte chevelure brune, qui danse autour d'elle, sur la surface. Nos regards restent croisés l'un dans l'autre, et je ne détourne à aucun instant le regard, comme un piège hypnotique se refermant sur elle pour le faire couler quelques secondes plus tard totalement sous les flots marins. Cette fois-ci, hors de question qu'elle ne remonte, ma belle amante se retrouve allongée et plaquée contre le fond sableux, très vite rejoint par mon corps qui se presse à nouveau sur le sien, dans une étreinte cette fois-ci fusionnelle.

Seins contre seins, intimité contre intimité, toutes les parcelles de nos corps se retrouvent collées l'une sur l'autre, à tel point que chaque mouvement éveille un désir au creux de nos reins. Ma poitrine dominant aisément la sienne, s'écrase et gigote de droite à gauche, faisant rebondir sa paire de seins contre les miens, en percutant nos tétons déjà durcis les uns sur les autres. Ces mouvements, ont également pour effet de frotter nos lèvres intimes l'une contre l'autre en laissant échappé nos gémissements de plaisir... enfin surtout les miens qui pouvaient aisément sortir à pleine gorge, sans risque de noyade.

Et si tu nous enroulais dans ta longue queue d'écureuil ? J'ai envie de me sentir capturer contre ton corps...

Pour que l'étreinte soit encore plus fusionnelle, je serre ses mains dans les miennes et viens blottir mon visage sur un de ses épaules, en profitant pour embrasser longuement son cou, et en mordiller la peau, en évitant la partie déjà blessée par son compagnon. La simple chaleur qui se dégageait de nos parties intimes et qui réchauffait l'eau autour de nos cuisses me faisait comprendre que nous étions bien assez excités par ce qui se passait. Nous étions toutes les deux en train de souiller l'eau en mouillant, de plus en plus à chaque frottement qui me faisait presque regretter de ne pas pouvoir l'explorer plus en profondeur... pour le moment en tout cas.

Est-ce que tu veux que je te montre... pourquoi certaines sont sorties de l'eau l'air plus souillé ? Dis-je en mordillant à la suite un peu plus fort son cou, me rendant par la même occasion compte que mon amante arrivait totalement à cours d'oxygène.

Déjà trois minutes ? Que le temps passait vite, lorsqu'on se sentait transporté ailleurs... Enfin, je n'avais pas le choix, dans quelques secondes elle se noierait surement si je ne faisait rien, d'autant plus qu'elle avait à première vue l'air d'en manquer sérieusement... Joues rougies, gonflées par l'air qu'elle tente désespérément de ne pas faire éclaté en bulle en dehors de ses lèvres... Son apnée avait peut-être duré plus longtemps que prévu, sans que nous nous en rendions compte dans ces délicieuses préliminaires.

Oups... je crois qu'il est temps de te montrer ce dont je te parlais... laisse-moi t'offrir un cadeau de sirène.

Sans attendre une seule seconde je me jette sur ses lèvres pour l'embrasser, mais pas seulement ! Dans ce doux et délicieux baiser qui semble avoir un goût de noisette, j'entrouvre ses lèvres en y forçant ma langue. Par seulement pour venir caresser la sienne, mais surtout pour offrir une petite subtilité à ce baiser qui la surprendra très certainement. De l'air !

Je soufflais mon propre oxygène à l'intérieur de ses lèvres pour qu'elle puisse de nouveau en remplir sa gorge, ses poumons, un air légèrement moins salvateur que celui de la surface puisqu'il s'agissait de mon propre souffle et donc légèrement vacillé. Mais contrairement à une humaine qui aurait essayé de faire ce geste, je pouvais lui en offrir en quantité infinie et surtout de grande et longue bouffée, puisque je ne risquais pas de me noyer ou de m'épuiser dans ce bouche à bouche mêlé au baiser. J'espère qu'elle apprécierait assez mon petit cadeau pour bien me le rendre !
Journalisée

Squirrel Girl
Terranide
-

Messages: 58



Voir le profil
Fiche
Description
Squirrel Girl est une terranide écureuil née dans les Terres Sauvages. En harmonie avec sa part animale, elle est venue sur Terre pour utiliser ses formidables dons au service de la justice.
« Répondre #8 le: Juin 29, 2015, 07:03:55 »

SquirrelGirl était persuadée d'avoir manquée d'efficacité sur ce coup, mais Lyli ne semblait pas du même avis. Avec sa poitrine collée contre celle de la terranide, sa main dans ses cheveux et ses compliments sur la durée de l'apnée de sa partenaire, elle donnait l'image d'une personne satisfaite. Dans son étreinte amicale et rassurante, elle dit même à la femme écureuil qu'elle était différente comparée aux autres.

« C'est juste parce que je ne suis pas comme les humains ordinaires. Et puis, si tu essayais de me faire du mal, il te faudrait bien plus qu'une jolie voix pour que je devienne ta proie. »

Ses paroles avaient beau être un peu dures, SquirrelGirl était complètement sous le charme de la sirène. Cependant, son instinct de survie avait toujours la priorité, et rien n'aurait pu changer ça, pas même une séance de sexe aussi singulière ou une voix aussi merveilleuse.

La terranide partagea un nouveau baiser avec Lyli. Cette dernière devait sûrement apprécier le goût noisette sur ses lèvres, un trait génétique inhérent à sa nature de terranide et dont elle n'avait jamais pu trouver l'explication, mais qui restait néanmoins très amusant. Quand la sirène se retira, la femme écureuil sentit qu'elle lui mordit la lèvre inférieure avant de lui dire qu'elle pouvait augmenter la durée de son apnée.

« Tu ne m'a pas noyée quand tu en as eu l'occasion. Rien que pour ça, je te fais suffisamment confiance pour... Ah... »

Avant qu'elle n'ait pu finir sa réponse, SquirrelGirl sentit un doigt passer sur son intimité, puis un deuxième venir pour pincer son clitoris. Elle gémit tellement fort qu'elle ne remarqua même pas, dans un premier temps, que la sirène avait filé sous l'eau. Elle pensait qu'elle était juste partie récupérer une autre algue sous-marine, jusqu'à ce qu'elle sente la langue de sa partenaire passer sur ses lèvres intimes et les embrasser comme elle embrassait ses lèvres hautes.

SquirrelGirl gémissait, et gémissait encore, à tel point que, couplée à sa récente apnée, elle avait du mal à reprendre son souffle. Mais elle faisait un effort, et capturait dans ses poumons la moindre trace d'oxygène qu'elle pouvait récupérer. Ça allait être important pour la suite du sexe sous l'eau. A défaut d'assurer au même niveau que lorsqu'elle était sur la terre ferme, elle voulait au moins tâcher de faire de son mieux.

Lyli remonta et demanda à la terranide de respirer à fond, elles allaient retourner dans les flots marins. Elle la suivit sans discuter, comme hypnotisée par ses yeux (mais surtout par son chant), et se retrouva le dos contre le fond sableux de l'océan, avec sa partenaire couchée sur son ventre, pressant sa poitrine contre la sienne et collant son entrejambe sur la sienne.

Dans cette position, où toutes les zones sensibles de leurs corps se retrouvaient plaquées les unes contre les autres, chacun de leurs mouvements apportaient de délicieux frissons aux deux femmes. La terranide, de son côté, se sentait un peu prisonnière d'être en dessous, surtout qu'elle l'était rarement quand elle copulait, et de ne pas pouvoir laisser ses gémissements de plaisir s'échapper de sa bouche sans risque de se noyer. Et pourtant, le plaisir était bien là. Difficile à savourer, mais totalement réel. Tout à coup, Lyli proposa à SquirrelGirl de l'envelopper dans sa queue d'écureuil pour qu'elle la fasse se sentir capturée contre son corps. Ni une ni deux, la femme passa sa queue poilue dans le dos de sa partenaire pour qu'elle vienne se blottir plus près d'elle, et que leurs chaleurs respectives se transmettent de l'une à l'autre.

Même sous l'océan, la terranide pouvait sentir sa mouille et celle de Lyli s'échapper de leurs sexes frottant l'un contre l'autre et venir souiller l'océan. Elle sentit également ses mains se faire serrer par celles de sa partenaire, et son cou se faire attaquer à coups de dents. C'était de plus en plus dur pour elle de retenir ses gémissements, mais elle savait que, si elle craquait, elle n'aurait que peu de chances de remonter à temps à la surface. Il fallait tenir à tout prix.

Lyli remarqua aisément que sa partenaire était en train d'étouffer par manque d'air, elle lui offrit son ''cadeau de sirène'', censée rallonger la durée de son apnée : elle plaqua fermement sa bouche contre la sienne, ouvrit le passage avec sa langue et se mit à souffler son oxygène directement dans les poumons de sa partenaire. Et comme c'était une sirène, elle pouvait en souffler autant qu'elle voulait et en récupérer dans l'eau pour recommencer autant de fois que nécessaire.

Pour SquirrelGirl, ce fut comme une renaissance. Elle avait à nouveau assez d'air dans les poumons pour tenir encore trois minutes dans l'eau et se consacrer pleinement à sa sirène bien-aimée. Ne pouvant pas lui dire merci pour son bouche à bouche très agréable, elle choisit de laisser ses actes parler d'eux mêmes. C'était le moment d'utiliser toutes les connaissances en sexe qu'elle avait en réserve pour satisfaire une femme.

La terranide descendit un peu sa queue préhensile pour que la partie centrale enserre et caresse le postérieur de Lyli, tandis que le bout vint chatouiller l'espace où se trouvaient leurs deux intimités respectives. Chacune des deux femmes y trouva un plaisir certain, mais ce n'était encore que le début pour la créature des mers. Après quoi, la femme écureuil utilisa ses mains pour l'obliger à revenir l'embrasser dans un puissant et fougueux baiser, où leurs langues jouaient ensemble avec ardeur. Pour conclure en beauté, elle se mit à remuer le bassin pour accentuer les sensations de leurs corps, avec leurs tétons dressés et leurs vulves humides qui se caressaient les uns sur les autres. C'était un festival brûlant, où tout leurs êtres vibraient d'un intense et puissant désir qui ne cessait de devenir plus gourmand.

Même dans le monde du silence, il aurait été difficile de ne pas entendre les gémissements de la sirène, dont la voix ne faisait que rendre sa partenaire toujours plus désireuse de son corps. Elle ne pouvait plus s'arrêter. Elle n'en avait plus envie.
Journalisée

Venez découvrir mes DC sur ce topic

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox