banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 5
  Imprimer  
Auteur Sujet: Amnésie? [PV Mélinda Warren]  (Lu 4234 fois)
Tessou Tsuzuri
Humain(e)
-

Messages: 159


Jeune mère, veuve et policière.


Voir le profil
Fiche
« le: Février 07, 2015, 11:50:21 »

« Voici donc votre mission, agent Tessou. Vous resterez chez vous pour de faux congés, votre tâche sera de garder cette jeune femme auprès de vous et de l'aider. Sa mémoire reviendra peut-être vite, peut-être pas. S'il y a du changement, appelez-moi. On ne peut pas se permettre de laisser cette jeune fille à l'hôpital, d'après les quelques témoins, son agresseur portait notre uniforme, un sale con ou bien une mauvaise blague, on ne peut pas la laissé dans une chambre sans surveillance. Vous étiez avec moi lors du moment des faits, je peux donc vous faire confiance. »

Ouah, une telle mission ? Elle semblait simple et si importante à la fois ? Il est vrai que depuis l'affaire des Yakuzas, où l'un de ses collègues s'était avéré être un agent double, toute la police était un peu sur les dents en suspectant leurs collègues les uns, les autres. Elle a failli y rester ce jour-là si Kara n'aurait pas été là. Pire, Kyoko aurait pu être une cible aussi, sa famille, sa belle-famille aussi... Mais là, sa tâche serait de veiller sur cette fille ? Une jeune fille, moins de vingt ans, sans identité ? En effet, aucun papier sur elle au moment des faits, aucun témoin pour donner son identité, de légères blessures à part sur la tête, elle a dû être assommée à coup de barre de fer ou pire selon les médecins mais le pire étant qu'elle a oublié qui elle était. Parler, manger, tout ça restait acquis mais son identité était voilée de mystère. Une Japonaise ? Une touriste ? Difficile à dire. Pour le moment, la police va garder son état sous sceller et ils verront auprès des hôpitaux ou des postes de police si quelqu'un vient signaler une disparition. Sans le savoir, cette jeune fille était peut-être la clé pour enfermer un ripou, peut-être même plusieurs ?

De plus, même s'il n'y avait aucune autre blessure ou indice, ses vêtements étaient assez déchiré, peut-être une tentative de viol par-dessus le marché. Simple supposition mais pourquoi un simple coup sur la tête abîmerait autant les vêtements ? Même si cela a pu se passer avant, sans ce témoin pour faire fuir ce type habillé comme un agent, qui sait ce qu'elle aurait subi ? Son visage ne lui disait rien à Tessou pourtant, même si elle ne traînait pas autour des lycées, elle aurait pu la croiser dans la rue ou autres. Elle avait un joli minois après tout, on aurait dit une poupée de porcelaine grandeur nature. Pour ce qui était de ne pas éveiller les soupçons du coupable, une agente venue d'une ville voisine viens jouer le rôle de celle agressée, en prenant sa place dans un hôpital, comme ça dans le pire des cas, elle saura se défendre, sachant que son lit était équipé de micro et la chambre filmé. L'agresseur connaît peut-être très bien la jeune femme retrouvée dans cette ruelle ? Cette mission à la maison sera parfaite pour elle, elle avait toujours le pager de Kara dans le pire des cas et puis cette occasion sera parfaite pour laisser du temps libre à sa petite sœur et ses parents comme beaux-parents et pouvoir passer plus de temps avec Kyoko.

S’occuper de cette pauvre fille amnésique ne devrait pas être un véritable poids pour elle, elle peut gérer sa fille et cette demoiselle perdue. Surtout que d'après ses quelques heures à l’hôpital, elle était calme. Silencieuse, confuse mais pas le genre a tapé une crise de nerfs. Cette fille avait déjà été accompagné par d'autres personnes de confiance sélectionnée par le commissaire. Ils étaient en chemin, elle aussi vu que du coup, elle a sa fin de journée pour commencer sa mission. Une fois le chemin de fait, ils ouvraient la porte à cette jeune femme, à laquelle ils avaient expliqué plus ou moins en détail ce qui allait se passer. Tessous gara sa voiture avant de les voire avec cette jeune femme, des bandages encore autour de la tête mais la blessure devrait ne pas rester trop longtemps. Entre-temps, elle ignorait si la jeune fille avait retrouvé sa mémoire, au moins son nom mais Tessou gardait un grand sourire rassurant en venant lui prendre doucement les épaules entre ses mains.

« Bonjour, je suis Tessou Tsuzuri mais tu pourras m’appeler Tessou-san si tu veux, d'accord ? Allez viens, je vais te présenter ton nouveau chez toi, pendant quelques-temps. Est-ce que ça va ? Tu as besoin d'aide pour marcher ? Des questions peut-être ? »
 
Autant rendre son séjour ici plus confortable possible alors autant que tout aille comme sur des roulettes.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #1 le: Février 09, 2015, 02:15:06 »

« Aaah ! »

La pluie qui tombe, les bruits de pas rapides...

« Vous ne la toucherez pas ! »

Un rire moqueur, puis un hurlement, et le frottement du sang sur son corps... Une course éreintée, un souvenir diffus, l’impression de branches fouettant ses jambes, de bruits de pas rapides, de bêtes hargneuses lui hurlant dessus...




Tout était confus et vague... Comme une impression de shrapnel, un sentiment diffus et éloigné de peur lancinante remontant dans son cerveau... Qui était-elle ? Elle se rappelait d’une cage profonde, d’un homme violent et dangereux, d’une sensation d’isolement, de larmes versées sur un corps sali... Le noir, l’obscurité, et la lumière, agressive, lui brûlant les yeux, desséchant sa peau... Le sourire gras et moqueur du bourreau, le grincement de la serrure, les coups de pied, les gifles, le fouet qui claquait sur son dos, les cordes vocales brisées et rompues sur l’autel de la souffrance et des lamentations perdues... Un miroir fragmenté, un kaléidoscope délirant de couleurs fluorescentes et agressives qui lui faisaient de l’œil... Et cette question, lancinante, comme le puits sans fond au cœur d’un océan de vagues furieuses... Qui était-elle ? Qui était-elle ?



La police l’avait retrouvé dans le parc, dans un uniforme de lycéenne déchirée... Ou, plutôt, c’était un riverain qui l’avait trouvé. Il faisait du sport matinal, un footing le long du parc central de Seikusu, et avait vu cette femme étalée entre les arbres, sous un buisson. Il avait appelé la police, et une ambulance était venue rapidement. Aucun document, aucun papier d’identité, rien d’autre qu’un doux visage angélique, et des questions laissées en suspens. Les policiers avaient monté une scène de crime, mettant des bandes jaunes autour de la zone, avant d’appeler l’équipe scientifique. Une culotte verte, déchirée, avait été retrouvée, et il fallait maintenant remonter le puzzle... Trouver les pièces manquantes, en commençant par aller dans les lycées de la ville, afin de retrouver son identité.

Pendant ce temps, un commissaire avait décidé d’affecter cette femme à un programme de protection des victimes. En effet, la théorie soutenue par la police était qu’elle avait été traquée par les Yakuzas. La police était depuis plusieurs mois sur la piste de Yakuzas faisant du trafic d’enfants avec plusieurs organisations criminelles dans des pays étrangers, comme la Thaïlande. L’idée était de vendre de jeunes femmes afin d’en faire des prostituées, ou les faire tourner dans des films pédopornographiques. Une cellule était implantée à Seikusu, et, malgré le taux de corruption assez élevé au sein de la police, c’était le genre de choses que le Préfet ne pouvait pas tolérer. Ses ordres avaient été claires : si le trafic n’était pas démantelé à la fin de l’année, certains commissaires pourraient demander leur départ en retraite anticipée.

Cette fille pouvait donc être poursuivie par les Yakuzas, et, ce faisant, il avait été choisi de l’affecter à un membre de l’équipe qui ne faisait pas partie de l’équipe d’investigation principale, quelqu’un qui, ce faisant, ne serait pas la cible principale des Yakuzeas. Ce quelqu’un avait été Tessou Tsuzuri, ce qui tombait d’autant mieux que, après ses déboires avec les Yakuzas, le commissaire cherchait à la ménager... Ce qui était difficile, vu que Tessou n’aimait pas rester confinée au bureau, et voulait se rendre sur le terrain. Or, le commissaire ne voulait pas avoir sur la conscience la mort de Tesosu, et, surtout, voir Kyoko devenir orpheline. S’occuper d’une petite minette était donc tout à fait dans ses moyens, et c’est de cette manière que le dossier avait été goupillé.
   
Mélinda se trouvait donc dans l’une des sorties de service de l’hôpital, silencieuse, les yeux bas. Deux policiers l’escortaient, et Tessou vint la voir. En entendant qu’on parlait d’elle, la femme releva la tête, en clignant des yeux.

« Je... D’accord... »

Comme un automate, Mélinda tendit sa main, et agrippa celle de Tessou. Les médecins avaient indiqué qu’elle avait reçu une commotion cérébrale importante, et qu’elle était amnésique... Ainsi que relativement apathique et effacée, ce qui était aussi une conséquence des magasins. Sa mémoire était susceptible de revenir par le biais de stimuli qui lui rappelleraient son passé, et c’était en ce sens que les docteurs avaient recommandé aux policiers de trouver des éléments qui étaient susceptibles de lui rappeler son passé, tout en se montrant très prudents... Personne ne savait comment une jeune femme amnésique pouvait réagir, et ce d’autant plus que des traces de sperme avaient été retrouvées dans son vagin, et qu’elle avait donc été violée...

Mélinda suivit donc Tessou vers sa voiture, en observant à nouveau ses pieds.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tessou Tsuzuri
Humain(e)
-

Messages: 159


Jeune mère, veuve et policière.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Mars 05, 2015, 10:16:49 »

C'était une mission spéciale pour Tessou, cette fois il n'y avait pas vraiment de danger en apparence, elle devait juste s'occuper et veiller sur une pauvre fille qui ne se rappelait de rien. C'était un peu comme s'occuper de sa fille mais en plus grande ? L'occasion aussi de passer un peu de temps avec Kyoko. Son seul regret avec son travail était de ne pas passer assez de temps avec sa fille et devoir toujours compter sur sa famille pour veiller sur elle quand Tessou travaillait tard. Elle n'avait pas envie d'être une de ces mères effacées qui fait tout pour joindre les deux bouts et qui, finalement, se retrouve avec une adolescente turbulente qui lui renvoi toutes les fautes. Oui, elle avait déjà vu ce genre de scène en zappant à la télé, c'était certes le plus souvent avec des familles américaines, occidentaux mais cela se passait au Japon, à Seikusu. Les médias étaient moins enclins à montrer ce genre de choses, tout simplement.

La jeune femme sans nom était bien silencieuse, observant ses pieds en avançant. Elle savait ce qu'il fallait faire dans la voiture, mettre sa ceinture, attendre mais pour ce qui était de ses souvenirs concernant et  l'agression ou avant cela, c'était le noir complet pour elle apparemment. Cela finira par lui revenir. Tessou allait prendre le volant, enclenchant la voiture pour démarrer doucement et se prendre la route pour rentrer chez elle. C'était rare qu'elle rentre aussi tôt mais si elle puis dire ainsi, elle ramène du travail à la maison alors en théorie, elle n'est pas en repos et doit quand même travailler. Le trajet en voiture était assez calme, elle laissait la jeune lycéenne observer ses pieds ou bien le décor, qui sait, ça lui rappellerait peut-être quelque chose ? Elle savait que dans cette situation, un rien pouvait tout remettre en place. Un mot, une image, un son, une odeur, elle espérait avoir un début de pièce, quelques pièces du puzzle s'assembler. Sa mémoire était précieuse, même si les souvenirs liés à cette agression ne sont sûrement pas joyeux... elle devait avancer et devenir plus forte encore.

Au final, rien ne semblait s'être emboîté dans la tête de la jeune femme, pas de réaction en tout cas. Elle l'invita à descendre de la voiture une fois garé, fermant le tout électroniquement avant de marcher avec elle vers son immeuble, grimpant dans l'ascenseur pour monter à son étage. C'était peut-être l'occasion de bavarder un peu plus avec elle.

« Tu sais, je sais que ce que tu vis ne doit pas être facile en ce moment mais j'espère quand même pouvoir t'aider à te souvenir de ton identité... Un peu de calme et de repos devraient être bénéfique après tout? »

Elle espérait que ce soit effectivement le cas mais comment savoir après tout ? Bref, le temps d'arriver, les portes s'ouvraient, la laissant marcher dans un couloir pour arriver à sa porte. Sortant le trousseau dans sa poche elle ouvrait la porte et trouva sa sœur cadette dans le salon, regardant la télé, son portable à la main, Kyoko jouant joyeusement dans son petit parc.

« Me revoilà. Elle a été sage ? »
« Comme toujours. Du coup, je te laisse te débrouiller ses prochains jours ? »
« Oui, reposes-toi bien et profite en aussi pour réviser tes cours. »


Elle se leva en prenant ses affaires, observant la mystérieuse inconnue avant de faire un petit signe négatif à sa sœur. Elle l'avait prévenu pour cette fille. Elle s'était dit qu'avec de la chance, cette fille était amie avec une de ses connaissances ou même sa sœur ? Certes, elle allait à la fac et non au lycée mais elle aurait pu avoir de la chance. Tessou se dirigeait vers le petit parc pour récupérer sa fille en souriant, la serrant dans ses bras.

« Je te présente Kyoko, c'est ma fille. Elle va bientôt fêter ses un an... » Un triste double anniversaire pour la famille Tsuzuri... La petite fille observa l'inconnue sans trop y faire attention. C'est sûr qu'elle n'avait pas les mêmes cheveux blond si attirants comme sa tata Kara. « On vivra donc à trois ici quand tu seras avec nous. Viens, je vais te faire visiter. »

Tessou passa rapidement dans chaque pièce de la maison, la salle de bain, les toilettes, la cuisine, la chambre de Kyoko et sa chambre qui sera la leur tant qu'elle vivra sous ce toit. En effet, la jeune inconnue dormira avec elle, elle préférait cela. Elle pourrait bien dormir sur le canapé dans le salon mais elle n'aimait pas faire dormir une invitée là-bas et de son côté, elle préférait rester au plus proche de sa fille dans la chambre voisine. Puis avec son instinct maternel, elle avait le sommeil léger alors elle se réveillerait sûrement si elle se lèverait pour faire dieu sait quoi. Que ce soit aller aux toilettes ou bien vagabonder dans l'appartement. La jeune inconnue n'avait pas vraiment d'affaire mais cela ne dérangeait pas Tessou de lui prêter quelques-uns de ses vêtements en attendant. Elles n'avaient pas la même taille mais bon, au pire des cas, elle aura un peu plus de place dans ses vêtements.

« Je vais te trouver un petit cahier et un stylo aussi, tu le garderas avec toi. Comme ça, si tu penses te souvenir de quelque chose, tu pourras toujours le noter pour ne pas l'oublier ou bien le dessiner si jamais tu as du talent pour ça. Est-ce que tu penses te souvenir de ton nom, un indice ? J'avoue être assez dérangé de ne pas savoir comment te nommer pendant ton séjour ici... Si un nom te plaît, tu n'as qu'à te faire appeler ainsi le temps que tu sois fixé. » Gardant Kyoko dans ses bras, elle pouvait quand même poser une main sur l'épaule de sa protégée en lui souriant. « Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas à me le dire, d'accord ? Je ferais mon maximum pour t'aider. »

L’instinct maternel peut-être mais Tessou rayonnait de bonté envers cette inconnue.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #3 le: Mars 09, 2015, 02:21:10 »

Pendant tout le trajet en voiture, Mélinda était relativement silencieuse. Elle voyait ses doigts s’entremêler, et regarder autour d’elle, ses yeux verts observant les rues et les immeubles, les piétons et les gens qui déambulaient. Tout cela ne lui disait absolument rien. Où était-elle ? Et, surtout, qui était-elle ? Les calmants que les médecins lui avaient mis aidaient son esprit à ne pas paniquer, et elle ne disait rien, car elle ne voyait pas quoi dire. Cette femme, celle qui l’accompagnait, avait l’air gentille et douce, et, en l’état, c’était tout ce dont Mélinda avait besoin.

*Je ne sais même pas quel est mon prénom...*

Elle se concentrait parfois, fermant les yeux, en essayant de trouver un nom qui pourrait aller, un nom qui pourrait convenir. Elle faisait un effort colossal, et, tandis que la voiture s’engageait dans le parking souterrain, elle continuait à rester perdue. Curieusement, elle savait ce qu’était une voiture, ce qu’était un parking... Mais elle ignorait dans quelle ville il se trouvait. Alors que les deux femmes rejoignaient l’appartement de Tessou, Mélinda commençai toutefois à voir des noms danser dans le noir de son esprit, dans les pensées vagues et furtives qui dansaient dans son crâne vide. La vampire inconnue sortit de ses pensées quand Tessou parla à une nourrice, puis lui présenta Kyoko, sa fille.

Mélinda leva lentement la main, dans le but de la saluer :

« Salut, Kyoko... »

Sans pouvoir se l’expliquer, la vue de ce bébé la remplit d’allégresse, et l’amena à toucher machinalement son ventre. Un bébé... Un enfant, une progéniture... La femme ignorait qui elle était, mais elle était convaincue d’avoir envie d’un bébé, et même certaine d’avoir essayé. Elle ne dit rien de plus, et Tessou se dressa ensuite face à elle, en lui disant qu’elle allait lui confier un stylo et un cahier, afin qu’elle puisse écrire tout ce qui lui passait par la tête, de manière à l’aider à retrouver la mémoire. Mélinda hocha la tête de haut en bas. Elle trouvait que c’était une bonne idée, même si elle ne savait pas trop quoi dire.

Ensuite, Tessou lui demanda si, malgré tout, elle ne se rappelait pas de quelque chose... N’importe quoi, n’importe quel mot qui soit susceptible de l’aider. Mélinda se concentra alors, se pinçant les lèvres, puis releva la tête.

« Mélinda... Je pense que c’est comme ça que je m’appelle. Mélinda... Ça sonne bien... Mélinda, oui... »

Mélinda, Mélinda... Elle se répétait ce nom dans sa tête, et, sans pouvoir se l’expliquer, acquit la conviction que c’était bien son prénom. Un autre mot lui arriva ensuite dans la tête, et elle regarda autour d’elle.

« Est-ce que... Est-ce que nous sommes à Ashnard ? Est-ce là le nom de cette ville ? »

À moins que ce ne soit son nom de famille... Mélinda Ashnard. Sans pouvoir se l’expliquer, elle trouvait ça assez moche, mais elle avait du mal à voir à quoi, autrement, ce mot pouvait correspondre... Car il flottait également dans sa tête, mais sans qu’elle ne puisse précisément le rattacher à une idée quelconque, si ce n’est celle du foyer. Ashnard... Et rien de plus.

Qu’elle ne panique pas en ce moment était, en soi, la preuve d’une grande force morale inconsciente, d’un sacré caractère...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tessou Tsuzuri
Humain(e)
-

Messages: 159


Jeune mère, veuve et policière.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Mars 23, 2015, 10:05:48 »

Accueillir cette fille chez elle était étrange mais après tout, s'occuper d'elle et de Kyoko ne devrait pas être trop compliquée. De plus, elle pourra quand même travailler de son côté, ce n'est pas comme si elle devait se tourner les pouces. Elle avait bien vu à sa présentation avec sa fille que la jeune femme venait de se toucher le ventre. Un indice potentiel ? Une jeune mère lycéenne comme on en voit beaucoup de nos jours ? Une fausse couche ? Une simple envie d'avoir un enfant plus tard ? Cela rassurait assez Tessou, se disant qu'ainsi, elle ne risquait pas de faire de mal à sa fille. Ce n'était là que des suppositions alors elle va rester encore prudente malgré tout. Une fois son carnet entre les mains, elle ne s'attendait pas à une réponse de sitôt mais la jeune femme trouvait que le prénom « Mélinda » lui allait bien. Un prénom qui sonne quand même assez européen ? Un de ses parents serait hors du Japon ? Vu son visage, ce ne serait pas étonnant. Elle ne semblait pas asiatique à cent pour cent pour Tessou. Certes, il y avait un petit air dans son regard mais de là à ce que ce soit forcément un de ses parents ? Peut-être grand-parent ?

« Oui, cela te va bien je trouve. »

Néanmoins, ce nom était une piste que les enquêteurs pourraient toujours faire passer. Des lycéennes se prénommant Mélinda, il ne devait pas en avoir énormément. Mais bien vite, elle évoqua un autre nom, Ashnard ?

« Ha non, ici, c'est Seikusu. Au Japon. »

Oui bon vu la langue qu'elles parlaient ça semblait logique mais on ne sait jamais, bien précisé peut changer la chose. Cela dit, Ashnard peut être son nom de famille ? Comme cela peut être un nom qu'elle a lu dans un livre ou vu dans une série ou autres mais ça reste une piste quand même alors c'est toujours ça de pris. De même, elle nota ce genre d'information dans sa tête puis sur son portable plus tard au cas où Mélinda – appelons là ainsi pour le moment – aurait oublié de se servir de son carnet. Elle invita cette dernière à quitter la chambre pour retourner dans le salon.

« Tu fais ici comme chez toi. Enfin je veux dire... n'hésite pas à te servir ou te balader ici. Tu peux jeter un œil aux livres ou DVD que j'ai, qui sait, cela pourrait te donner quelques souvenirs. »

Elle déposa Kyoko de nouveau dans son parc, allant chercher deux verres avec du jus d'orange, un peu de quatre quart avec un biscuit au chocolat en plus qu'elle offrait d'abord à sa fille qui le prit sans faire d'histoire pour commencer à le manger. Elle servit Mélinda d'un verre, le second étant pour elle, elle alluma la télévision pour mettre des dessins animés pour sa fille.

« Tu sais, tu n'as pas besoin de te forcer à chercher, ça viendra comme ça viendra. C'est comme parfois quand on perd des clés ou un objet, on le cherche partout sans le trouver et puis deux jours après, cet objet se trouve sous notre nez alors qu'il ne se trouvait pas là auparavant. »

Cela viendra quand ça viendra, sans chercher en repensant à quelque chose ou faire quelque chose qu'elle avait l'habitude de faire avant, un geste particulier ou autre. Ouvrant son ordinateur portable, elle avait tout le temps devant elle avant de travailler maintenant alors une fois le tout bien démarré, elle ouvrait une page internet en tournant son pc vers elle.

« Et si tu essayais ? Même si tu ne te souviens de rien, tes doigts vont peut-être guider tes pensées ? On appelle ça la mémoire... Oh je ne sais plus mais ça a un rapport avec les gestes et réflexe. C'est comme si un sportif de haut niveau ne se souvenait plus de rien, son corps lui s'en souviendra. Un receveur serait sûrement capable de rattraper une balle alors qu'il serait persuadé de ne jamais avoir joué au base-ball. Il y a peut-être un site que tu avait l'habitude de fréquenter ? Essaie donc. »

Surement un truc comme Facebook, les jeunes et les réseaux sociaux...
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #5 le: Mars 26, 2015, 02:14:28 »

Seikusu, au Japon… Seikusu… Ce nom évoquait vaguement quelque chose chez Mélinda, mais… Et bien, c’était très flou. Son esprit était comme une serrure inviolable, comme si un cadenas solide venait de s’y abattre, étirant toutes ses chaînes autour de ce dernier. Impossible de le forcer, impossible de l’ouvrir, impossible de le percer. Elle avait beau s’échiner, elle avait beau s’efforcer de tenter de percer, son esprit lui restait totalement opaque. C’était terriblement frustrant, mais elle était au moins sûre de son nom : Mélinda. Restant étonnamment muette, accusant toujours le contrecoup de son choc, elle laissa Tessou border sa fille, admirant ce beau bébé, ressentant, encore une fois, un curieux pincement au cœur en voyant ce bébé gigoter, ce qui l’amena à caresser instinctivement son ventre.

*Est-ce que je suis enceinte ?*

Curieusement, elle avait la certitude que non, une certitude profondément enterrée, comme si elle avait déjà fait quantité de recherches là-dessous, pour en arriver à l’absolue conviction que, quoi qu’il arrive, son ventre ne pourrait jamais accueillir la vie… Alors, pourquoi est-ce que Kyoko l’intriguait tant ? Qu’est-ce que tout cela dissimulait ? Il fallait qu’elle perce ce mystère, qu’elle comprenne ce qui s’y passait… Qu’elle découvre qui elle était, tout simplement ! Assise dans le fauteuil du salon, elle observa ses mains, les retournant. Elle avait des ongles assez longs, et elle leva la tête quand l’agréable et belle Tessou revint, amenant avec elle deux verres de jus d’orange. Mélinda en prit un, la remercia, et le but à petites gorgées, tandis que la policière essayait de la rassurer, en lui disant de ne pas forcer, tout en sortant un ordinateur portable.

En voyant ce curieux appareil en forme d’angle droit, la vampire fronça lentement les sourcils… Cet appareil évoquait en elle quelque chose d’assez négatif, comme une sorte de frustration profonde, d’incapacité à le comprendre. Ce sentiment était également très curieux, et elle se pinça les lèvres, tandis que Tessou tournait l’appareil vers elle, en lui demandant si elle n’avait pas un site Internet, ou si le simple fait de taper sur des touches pourrait l’aider à se rappeler qui elle était. Mélinda se pinça les lèvres, et secoua rapidement la tête, de droite à gauche.

« Je… Je ne crois pas que ce soit une bonne idée, Tessou… »

Elle n’avait vraiment pas confiance en cette machine. Les touches qui apparaissaient, et qui constituaient le clavier, l’effrayaient un peu. Elles avaient l’air… Dangereuses. C’était un point de vue très superstitieux, mais Mélinda ne pouvait pas s’en empêcher. De multiples frissons la traversaient, et elle regarda ailleurs. Ashnard… Ce mot lui revenait en tête, et elle regarda encore la machine. Google… Les moteurs de recherche. Ça, ça lui parlait.

« Je… Peut-être qu’il y a moyen d’obtenir des informations sur Ashnard à partir de ce bidule… »

Ce « bidule »… Elle l’avait dit instinctivement, et, dans sa bouche, c’était une manière claire et précise d’indiquer toute la répulsion que l’informatique lui inspirait.

Ashnard… Pourquoi est-ce que ce nom continuait à la hanter ? Elle soupira, puis releva la tête, ayant soudain une autre idée derrière la tête, comme un souvenir qui remontait :

« Je crois que… Que j’ai une… Une maison i… Ici… À Sei… À Seikusu… »

Elle le croyait… Ce qui n’était pas, pour elle, une certitude.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tessou Tsuzuri
Humain(e)
-

Messages: 159


Jeune mère, veuve et policière.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Avril 23, 2015, 08:46:16 »

C'est sûr que faire retrouver la mémoire de Mélinda ne sera pas une tâche toute simple, ce n'est pas comme si elle allait prendre un cachet et au bout de quelques minutes, ça va mieux, là, il faut laisser son cerveau travailler tout seul. Elle pouvait cependant donner un petit coup de main en essayant de lui proposer des choses qui vont lui rappeler certaines choses ? C'était la meilleure chose à faire après tout. Les enquêteurs travaillaient de leur côté pour aider Mélinda – et choper quelques taupes – alors Tessou devait elle aussi faire de son mieux en étant chez elle. Elle avait remarqué chez la jeune fille ses petits regards vers sa flle, évidemment, elle s'en inquiétait un peu mais elle se disait que Mélinda rêvait peut-être d'avoir un bébé quand elle sera adulte ? Elle avait peut-être la fibre maternelle ou alors, elle a dû éviter de tomber enceinte après une amourette d'un soir ? C'est que certains jeunes sont assez précoces... Ou bien peut-être que la demoiselle était du genre à avoir des enfants en bas âge autour d'elle ? Petit frère ou sœur, travaillant comme baby-sitter ou autres encore ? Comment savoir ?

Tessou vint à lui proposer son pc portable pour que peut-être ses doigts les guident vers un indice mais étrangement, elle refusait. Ha ? Une jeune fille qui n'aime pas le pc ? Ça existe encore ça ? Mélinda serait le genre de fille à préférer un bon livre plutôt que les informations du net ? Est-ce qu'elle a vécu une mauvaise expérience via l'ordinateur ? Une mauvaise rencontre sur un site quelconque la menant vers une ruelle où elle se serait fait agresser ? Mmmh, peut-être était-ce instinctif ce refus ? Une piste à creuser pour la jeune femme mais Mélinda vint quand même proposé quelque chose avec son potentiel nom de famille, Ashnard. Ça ne coûtait rien d'essayer.

« Tu as raison, voyons voir ça. »

Elle tapait les lettres et lança la recherche mais pas grand-chose avec ce nom. Il y avait quelques petites choses sur un personnage de jeu vidéo, via le réseau social Facebook, des gens ayant pour nom Ashnard mais en allant rapidement sur ses quelques liens, rien de visible chez Mélinda ? Pas de personne qu'elle reconnaissait ? Elle continua encore sur les quelques pages suivantes mais rien, ça arrivait même au point où cela était le résultat d'un nom d'une section sur un forum... rpg ? Tessou ne s'y connaissait pas assez mais voir sur FB les quelques indices via les « Ashnard » ce serait à voir. Qui sait, Mélinda est peut-être sur une des photos d'un de ces profils même si sur ce site, n'importe qui peut se nommer Ashnard s'il en a envie. Elle poursuivait les recherches depuis le site de la police, entrant ses identifiants pour voir si quelqu'un à Seikusu avait une maison au nom d'un certain Ashnard. Propriétaire, locataire, colocataire ? Mais hélas, rien non plus. Tessou se calait sur sa chaise en croisant les bras. Ce ne sera pas simple...

« Ce n'est pas parce que nous ne trouvons rien que c'est un mauvais signe. Nous nous penchons à peine dessus alors que dans mon travail, plusieurs personnes sont en train de se pencher sur chaque piste et hypothèse pour retrouver ton identité. Après tout, tu n'es pas le genre de fille qui doit passer inaperçue et que ce soit dans un lycée ou même un collège de Seikusu, quelqu'un doit bien avoir des informations sur toi. Tu étais forcément éduqué quelque part ? »

Sauf si c'est une touriste en vacances mais dans ce cas, quelqu'un aurait forcément signalé sa disparition. Le portable de Tessou vbrait sur la table, c'était un de ses collègues, peut-être pour savoir si tout se passe bien ou lui donner une information ?

« Tu peux surveiller Kyoko un instant ? J'en ai pour quelques secondes. »

Elle prit son portable et se leva pour aller dans sa chambre, tentant de garder un œil quand même sur Mélinda et sa fille. Finalement, ce n'était qu'un appel de routine mais elle donna en même temps les quelques pistes évoquées avec elle. Elle pense que son nom est Mélinda et son nom de famille serait Ashnard. Tessou évoquait aussi souvent le fait qu'elle se touche le ventre comme une femme enceinte mais forcément, avec les prises de sang à l’hôpital, elle aurait été au courant si elle avait un heureux événement mais cela pouvait donner comme piste de voir si une fille qui ressemblait à Mélinda s'était fait avorter il y a peu ? À peine plus d'une minute s'écoula avant qu'elle ne regagne le salon où elle déposa ses mains sur les épaules de Mélinda, se penchant sur elle, pour se mettre à sa taille, la regardant dans les yeux avec un grand sourire rassurant.

« Ne te prend pas la tête avec ça. Qu'est-ce que j'ai dit ? Ça va forcément revenir tôt ou tard alors pas de panique. Tu veux bien me sourire un peu ? »

Tessou observait les yeux verts de sa petite camarade en lui souriant mais du côté du petit parc, ça s'agitait un peu en voyant Kyoko debout, se tenant au rebord. Elle parlait – du moins tentait – et devait surement lui dire un truc ? Tessou sourit en venant prendre sa fille dans ses bras.

« Je pense que Kyoko est d'accord avec moi. Fait comme chez toi ici, Mélinda. Si tu veux regarder la télé ou te reposer, tu as le droit. Si tu as une question, n'hésite pas à la poser, d'accord ? »

Tessou ne devait pas que forcer son cerveau à se souvenir, elle devait faire en sorte que Mélinda se repose aussi, c'était important. La pauvre sortait tout juste de l’hôpital après tout.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #7 le: Avril 25, 2015, 02:08:29 »

« Oui, Whisley... Bien sûr, Whisley. Je les ai, oui, oui... »

La voix grave de l’homme parlait dans l’habitacle du petit bureau. Portant un impeccable costume taillé sur mesure par une boutique spécialisée, l’homme raccrocha son téléphone portable après sa communication avec l’homme. Il se pencha ensuite sur le dossier médical étalé sur le bureau devant lui. Il contenait ce que l’homme recherchait : les résultats des examens sanguins réalisés sur la jeune femme amnésique que l’hôpital avait soigné cette nuit. De tels examens étaient tout simplement stupéfiants, et l’homme comprenait l’émoi du docteur en charge du bilan médical.

*Bandes d’amateurs... Ils n’ont pas réussi à la tuer, et, maintenant, même sans le vouloir, elle continue à foutre la merde...*

Douglas Seagels était venu aussi vite que possible quand Whisley l’avait appelé. Il lui avait dit, avec l’euphémisme et le ton calme et froid qui caractérisait l’homme, qu’il y avait eu des complications quant à l’élimination de « la petite peste ». Les tueurs envoyés par Akihiro avaient échoué, et la police surveillait l’hôpital. Akihiro avait préféré ne pas attaquer un hôpital public, peinant à voir l’importance que cette femme avait aux yeux de Whisley et de l’organisation. Maintenant, il fallait faire le ménage, afin de s’assurer que le SHIELD ne vienne pas en personne se mêler de leurs affaires. Whisley voulait que cette affaire soit réglée rapidement et sans faire de bruit, et, pour ça, il avait fait appel à Seagels. Ce ne serait pas la première fois que Seagels couvrirait les traces de l’organisation, en dispensant de faux indices pour les guignols et les cow boys du SHIELD. L’HYDRA faisait toujours office de suspect idéal. L’agent Seagels n’avait pas peur, il espérait juste retrouver rapidement la fille. D’après ce que l’équipe médicale lui avait dit, la police l’avait pris sous son aile, mais ils n’avaient pas l’identité de l’agent s’étant occupé d’elle, juste que c’était une femme.

Autrement dit, Seagels allait devoir reprendre contact avec ce gros incapable d’Akihiro, afin que Guramu utilise son réseau au sein de la police pour savoir où ils avaient logé la petite Mélinda. Ensuite... Et bien, un regrettable accident arrivait toujours. Seagels aimait celui de la fuite de gaz, car il ne laissait aucune trace, et permettait de faire des blagues sexistes sur les ménagères. C’était toujours amusant. Certes, il devrait déplorer la mort d’un agent, d’une policière... Mais ce ne serait pas la première fois.

Pour l’heure, il avait récupéré le dossier médical, et sortit du bureau, croisant, dans le couloir, le chirurgien s’étant occupé de l’opération.

« Ces prélèvements... Ils...
 -  Comme je vous l’ai dit, Docteur, ce dossier médical est désormais couvert par le secret de l’instruction. Autrement dit, poursuivit l’homme en sortant des lunettes de soleil Ray Ban Aviator, toute information que vous ferez concernant le contenu de ce dossier, ou les informations relatives à votre désormais ex-patiente, feront l’objet de poursuites disciplinaires et pénales.
 -  Ne me sortez pas le couplet, je le connais !
 -  Nous ne sommes jamais trop prudents, Docteur. Certes, je ne suis pas dans ma juridiction, mais les évènements qui se passent ici sont liées à une enquête fédérale en cours depuis plusieurs années aux États-Unis. Le simple fait de mentionner ce qui s’est passé cette nuit peut conduire nos suspects à partir, et à effacer toutes les preuves dont nous pourrions avoir besoin pour mettre fin à ces odieux trafics. »

Quand il s’agissait de mentir, ou de calmer la curiosité des civils, Seagels était bon. Il n’était pas fondamentalement cynique. Au contraire, il pensait que menacer quelqu’un était souvent contreproductif. Par expérience, il savait que jouer sur la conscience citoyenne des individus hauts placés était souvent efficace. L’argent et les menaces, c’était aux pauvres qu’il fallait les réserver, à la lie de la société.

L’agent fédéral sortit de l’hôpital.

La piste Warren était froide, mais il était un fin limier. Il la trouverait. Et il règlerait définitivement le problème, à sa manière.



« Hihi ! Toi, t’es trop mignonne ! »

Un sourire ravi sur les lèvres, Mélinda jouait à un jeu que les bébés, généralement, adoraient : l’avion. Elle tenait Kyoko entre ses mains, à hauteur des aisselles, et la soulevait alors très haut, faisant rire aux éclats le beau bébé, qui se tortillait de joie entre les doigts de Mélinda. Elle reposa la petite sur le sol, en lui faisant un sourire malicieux.

« Prête ? Attention au décollage. 1... 2... FFSCCHOOUUUUWWW !! »

Mélinda la leva très haut, et rigola avec Kyoko, avant de la tenir dans ses bras. Oui, la vue d’un bébé la remplissait de joie... Mais aussi, et sans qu’elle ne puisse se l’expliquer, d’une immense tristesse. C’était un sentiment très curieux, mais qui remontait dans sa poitrine, l’envahissant progressivement. Tessou n’avait rien trouvé sur ce bidule qu’on appelait l’Internet, et elle lui avait demandé de surveiller Kyoko... Ce que Mélinda avait accepté avec joie. Kyoko remuait dans tous les sens, et elle permettait à Mélinda de s’évader. Sa mémoire était comme un shrapnel, complètement fragmenté. Est-ce qu’elle aurait dû paniquer davantage ? La femme se sentait emprise d’un profond calme, d’une très grande maîtrise de soi, comme si, peu importe ce qui lui arrivait, elle était capable de l’endurer. Elle avait le sentiment d’avoir une grande confiance en elle-même, et beaucoup de personnes qui l’aimaient... Mais, alors, pourquoi se sentait-elle si triste ? Si seule ? Ce n’était pas lié qu’à son amnésie, mais plus un sentiment général quand elle réalisait sur elle-même sa propre introspection.

En voyant Tessou revenir, Mélinda reposa Kyoko dans son parc, et lui sourit un peu. Le bébé semblait très heureux, et Tessou suggéra à Mélinda de voir la télévision.

« Euh, d’accord... »

Curieusement, ça aussi, ça ne la tentait pas. La femme laissa passer quelques secondes, plongée dans ses pensées, puis regarda à nouveau Tessou.

« Est-ce qu’il serait possible de sortir en ville demain ? Je pense que me promener dans la ville pourrait m’aider à... À en savoir plus sur qui je suis, et d’où je viens... »

Mélinda joignit ensuite les mains dans son dos, laissant passer quelques secondes supplémentaires, puis reprit :

« Et... Je vous remercie pour votre aide, c’est très généreux de votre part, de m’héberger ainsi... »

Oui, cette femme était très gentille... Et elle avait un si beau bébé ! Alors, ça ne pouvait forcément être qu’une bonne personne !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tessou Tsuzuri
Humain(e)
-

Messages: 159


Jeune mère, veuve et policière.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Mai 27, 2015, 09:29:21 »

Tessou faisait de son mieux, elle savait que cette mission avait son importance, elle savait aussi que cette mission était pour la ménager après les quelques missions qui ont eu leur haut et leur bas. Tessou était dans la même brigade depuis le début après avoir obtenu son diplôme et avec Ryota, ils étaient proches de leur camarades alors naturellement, les gens font des efforts pour ménager Tessou, qu'elle puisse souffler, profiter de sa fille. Même si de son côté, elle tente de faire de son mieux pour que le boulot soit bien fait. Mais pour le moment, passer du temps avec sa fille n'était pas fait pour lui déplaire. De même qu'elle voulait aider Mélinda. De retour avec elles, elle avait bien vu que Mélinda se sentait proche de sa fille, peut-être suivait-elle une formation pour être auprès des petits enfants ? Encore une piste a explorer.

De retour, elle proposait à Mélinda de regarder la télé car elle se disait qu'un rien, même dans un programme pour enfants, pourrait faire un déclic dans la mémoire de Mélinda après tout. C'est toujours intéressant dans ce genre de situation de tout essayer. Si une odeur pouvait réveiller des souvenirs, avec toutes les situations et stupidité qu'on pouvait voir, rien qu'avec la publicité, ça pourrait être bénéfique pour Mélinda, non ? Mais au bout de quelques instants, Mélinda venait proposer de sortir un peu demain. Aïe... Dans sa situation, elle était en sécurité ici, bien à l'abri et dehors... Tessou grimaçait un peu en détournant le regard car après tout, Mélinda n'était pas prisonnière entre ses murs mais c'est évident qu'ici, personne ne risque de l'embêter. Même si elle venait la remercier pour ce qu'elle faisait, elle continuait de maintenir sa fille sur elle en venant poser sa main sur la tête de la jeune femme, observant les bandages autour de sa tête.

« Je ne sais pas trop, honnêtement, si c'est une bonne idée... Tu te doutes bien que tu n'es pas devenue amnésique comme ça, simplement... »

Les bandages étaient bien la preuve qu'elle avait reçu un coup à la tête qui était surement la cause de sa perte de mémoire. Parfois, c'était autre chose qu'un coup à la tête mais en règle général, c'était souvent à cause d'un coup.

« Si la personne qui t'a fait ça t’aperçoit, il va sûrement tenter de te faire du mal ou peut-être de fuir et donc, nous échappés à nous la police. Peut-être qu'il va fuir dans une autre ville et recommencer à faire du mal aux gens... Crois-moi, j'aimerais bien pouvoir t'emmener ailleurs qu'ici mais pour le moment... nous n'avons pas trop le choix... »

Elle s'en voulait un peu de briser les espérances de la demoiselle de cette façon mais elle préférait ça que lui mentir encore et encore. Cependant, elle avait peut-être bien un plan B où elle préfère quand même demander l'avis à un de ses supérieurs avant de devoir forcément faire une croix dessus ou lui garantir cette sorti.

« Mais je suis sûr qu'avec des lunettes noires et un bonnet ou autre chapeaux à la mode, tu pourrais quand même venir nous accompagner faire quelques courses demain avec Kyoko ? »

Il est préférable de ne pas la laisser seule après tout, on ne sait jamais si elle fait une bêtise ? Ce ne sera pas une grande sortie en faisant le tour de la ville mais c'est sûr que la sortir un peu ne sera pas du luxe, même si bon, elle est ici depuis pas longtemps, pas assez pour dire qu'elle est toujours enfermée ici. Mais pour le moment, en voyant une publicité, elle avait une nouvelle question qui vont peut-être réveillée des souvenirs chez Melinda ? Elle l'espérait en tout cas. Se retournant vers elle, elle gardait le sourire en posant sa question.

« Est-ce que tu as envie de manger quelque chose en particulier ce soir ? »

Peut-être qu'elle se souvenait encore de ses goûts ? Et y penser pourrait réveiller un ou deux souvenirs en particulier ? La mission de Tessou était aussi de redoubler d'imagination après tout.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #9 le: Mai 29, 2015, 01:02:12 »

Tessou lui déconseilla de sortir, ce qui, effectivement, attrista un peu Mélinda. Elle avait redonné à Kyoko sa liberté, et la policière lui expliqua que ce n’était pas sûr, car la personne qui l’avait agressé pouvait recommencer à le faire si elle voyait dans la rue. Mélinda ne dit rien, plongée dans ses pensées. Qui avait bien pu vouloir l’agresser ? Ah ! Que c’était frustrant ! Elle était incapable de se rappeler qui elle était, et les bidules technologiques présents dans cet appartement l’effrayaient plus qu’autre chose. Et elle se voyait mal rester seule toute la journée... De fait, Mélinda se faisait mal à l’idée de devoir se terrer pour devoir fuir quelque chose. Il était difficile de l’expliquer clairement, mais elle avait le sentiment qu’elle n’était pas le genre de femmes à fuir devant les problèmes. Non, elle semblait plutôt être l’exact opposé, le genre de personnes qui, face à l’adversité, n’hésiteraient pas à prendre des risques, à se lancer dans une situation conflictuelle, et à prendre les problèmes à bras-le-corps.

La policière lui expliqua qu’elle pourrait sortir en étant déguisée, mais, là encore, Mélinda se refusait instinctivement à un tel artifice.

*De quoi devrais-je avoir honte ? C’est moi qui me suis faite attaquer... C’est moi la victime ! Je ne vais pas fuir, ni me cacher !*

Oui... Sa mémoire avait disparu, mais elle pouvait sentir qu’elle avait un fort caractère, et qu’elle ne devait pas beaucoup aimer qu’on lui dise non... Est-ce qu’elle était une fille riche ? Une riche bourgeoise née avec une cuiller en argent dans la bouche, et qui ne supportait pas qu’on la contredise ? Diable ! Sans savoir pourquoi, elle trouvait cette image affreuse... Et elle la rejeta, au profit de celle d’une femme exceptionnelle, mais qui n’avait pas à rougir de ses propres performances. Elle garda tout cela pour elle-même, tandis que Tessou l’invitait à manger... Ou, plutôt, à choisir ce qu’elle voulait manger.

Les yeux dans le vague, Mélinda revint progressivement à la réalité. Elle finit par regarder Tessou, et hocha lentement la tête :

« Quelque chose... De saignant. J’aime beaucoup la viande rouge. »

Elle se souvenait que la gastronomie japonaise, reposant beaucoup sur les fruits de mer, les crudités, et incluant très peu de viandes, ne lui plaisait pas des masses. Sans savoir pourquoi, la seule idée d’une bonne viande rouge saignante (et le terme « saignant » était important, même si elle ignorait pourquoi) creusa une ligne dans son estomac. Ce dernier se mit d’ailleurs à gargouiller, et, en rougissant légèrement, Mélinda posa une main sur son ventre.

« Oops... »

Est-ce qu’elle avait faim ? Oui... Mais, curieusement, c’était une faim... Différente. Mélinda avait du mal à s’expliquer clairement ce qu’elle ressentait. C’était comme...

*Une soif sanguine...*
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tessou Tsuzuri
Humain(e)
-

Messages: 159


Jeune mère, veuve et policière.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Juillet 06, 2015, 09:56:57 »

Tessou se sentait mal à l'aise, elle ne voulait pas blesser Mélinda en lui proposant un déguisement pour sortir mais il faut la comprendre, elle ne voulait pas que l’agresseur ne voie Mélinda et, se sachant éventuellement en danger, risque de fuir à toute vitesse vers un endroit où il ne pourra pas être retrouvé. Du moins, avec encore moins de chance. Il ne faut pas que Mélinda voie ça par honte mais plutôt pour aider la police à faire son travail tout en ayant la possibilité de sortir sans être enfermé entre quatre murs. Passant sur un sujet moins dangereux, elle demandait ses goûts en ce qui concerne la nourriture, au cas où elle saurait se souvenir de ses goûts ? Et la réponse tomba, de la viande rouge, saignante ? Cela pouvait se faire, Tessou en avait dans son frigo mais vu sa réponse, elle se disait que ses parents devaient avoir des goûts aisés ? Elle était peut-être la fille d'une personne importante ? Oh non, sinon ses parents auraient déjà signalé sa disparition... sauf s'ils sont en voyage ? En voilà une nouvelle piste du coup.

« Très bien, je ferais ça ce soir alors. Mais en attendant, je vais faire quelques petites tâches dans la maison pour une fois que je suis là. Tu veux bien rester ici avec Kyoko ? Regardez la télé si vous voulez, tu peux la mettre dans son parc si tu veux, elle n'aime pas rester seule... »

Tessou laissait donc sa fille entre les mains de Mélinda le temps pour elle de faire un peu de lessive, préparer des affaires pour Mélinda pour demain comme pour ce soir, une brosse à dents pour elle en plus, ce genre de petites choses qui leur sera utile quand même pour après. Deux bonnes heures plus tard, Tessou avait fini sa liste de choses à faire, préparant tout ce dont elle avait besoin avant de finir leur soirée tranquillement en paix. Retournant dans le salon pour voir sa fille et Mélinda, elle reprit sa petite dans ses bras pour partager ce genre de moment qui lui manque tant d'habitude au bureau. Câlinant sa fille elle retourna bien vite son regard vers son invitée.

« Dans quelques minutes, je préparais le dîner en espérant que tu aimes ma cuisine. Pour ce soir, il est préférable que tu dormes avec moi plutôt que sur le canapé, si tu as besoin de quoi que ce soit, tu pourras me réveiller, je suis déjà habitué à me réveiller en pleine nuit avec Kyoko. Je t'ai préparé une serviette, une brosse à dents ainsi qu'un pyjama pour ce soir. Et pour demain, en attendant de t'acheter des affaires, tu porteras les miens, rien de bien extraordinaire mais ça évitera que tu portes deux jours de suite les mêmes affaires. »

Ce n'était pas très intime de lui prêter de ses culottes et soutien-gorge – en espérant qu'elles aient le même tour de bonnet ? – mais bon, il faut bien faire ainsi en attendant de lui trouver quelque chose demain. Pour en revenir à leur nuit, comme elle se lève encore en cas de mauvaise nuit, cela ne la dérangeait pas. Elle trouvait même l'idée plus prudente. Quoi qu'il en soit, elle prit place sur le canapé avec sa fille sur ses genoux, sortant son portable pour envoyer un petit sms à Kara pour lui dire d'éviter de passer. Elle expliquait rapidement la situation – une fille amnésique qu'elle garde chez elle pour une enquête – afin d'éviter que Kara ne se retrouve comme une idiote. Une fois terminé, elle rangea son portable dans sa poche avant de reporter son attention entre Kyoko et Mélinda.

« Est-ce que tu t'es souvenue de quelque chose depuis ? Un quelconque talent ? Pour la cuisine, le dessin, quelque chose ? »

La moindre piste pouvait être importante après tout. Puis si elle est douée en cuisine, elle pourrait lui donner un coup de main pour se changer les idées.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #11 le: Juillet 10, 2015, 02:12:15 »

Tessou lui demanda de veiller sur Kyoko pendant qu’elle ferait des trucs. Mélinda acquiesça en hochant la tête, et choisit de prendre le petit bébé, et le posa sur ses genoux, puis alluma la télé.

« Tu veux voir des dessins animés, Kyoko ? »

Mélinda appuya sur plusieurs touches, jusqu’à voir des images animées. Sur les enfants, les dessins animés avaient quelque chose de magique, car, pendant tout le temps où la vampire avait sous la garde le bébé, Kyoko ne dit rien, et ne bougea même plus. Lèvres entrouvertes, elle observait les images défiler devant le téléviseur. Quoi de mieux que le Japon pour voir des dessins animés, après tout ? Kyoko les regardait sans rien dire, et Mélinda en profitait pour caresser rêveusement ses cheveux. Un bébé... Tessou avait bien de la chance, alors qu’elle... Mais c’était ridicule ! Il suffisait de voir son visage pour se rendre compte qu’elle était encore jeune, et donc trop jeune pour avoir une famille... Alors, pourquoi se sentait-elle si âgée ?

Elle continua à veiller sur Kyoko jusqu’à ce que Tessou revienne. Il fallut que sa mère la prenne dans ses bras pour que Kyoko s’arrache à la contemplation de la télévision, puis la policière lui expliqua ensuite la suite. Elles allaient dormir ensemble, et Mélinda allait porter ses vêtements.

« Euh... D’accord. »

C’était un peu tendancieux pour elle, mais, ce qui l’étonnait, c’est que Tessou était seule. Où était donc le père de Kyoko ? Elle n’osait pas poser la question, car elle se doutait de la réponse, et elle s’en doutait encore plus, maintenant qu’elle lui proposait de dormir avec elle. Elle avait initialement pensé à un divorce, mais, en voyant qu’il y avait encore, ici et là, des photos du père, elle avait opté pour quelque chose d’encore plus terrible... Car on ne gardait jamais une photo de son ex-mari, si ce n’est pour cultiver sa rage.

Tessou s’assit à son tour sur le canapé, et Kyoko se lova contre elle, la regardant, puis observa à nouveau la télé. La policière sortit son téléphone portable, et Mélinda, silencieuse, restait plongée dans son absence de souvenirs. Qui était-elle ? Elle n’arrivait pas à s’en rappeler ! Elle se souvenait de son prénom, elle s’en souvenait très bien, mais le nom de famille, lui, lui échappait. Elle avait parlé d’Ashnard, mais, plus elle y réfléchissait, et plus elle avait des doutes... Raah, que c’était pénible ! Elle réfléchissait à s’en donner des maux de tête, mais sa mémoire restait toujours hermétiquement fermée, close à tout. Tessou finit par se retourner vers elle, et lui demanda si elle avait pu se rappeler de quelque chose, et si elle avait un quelconque talent :

« Hum... Non... Rien de plus, mais... C’est... C’est compliqué... »

Un talent pour la cuisine ? Pas vraiment. Elle se massa le front en réfléchissant davantage.

« Je... Je ne sais pas trop... Je crois que... Que j’aime bien discuter avec des gens, mais... C’est à peu près tout. »

Elle baissa la tête. Une passion particulière ? Rien ne lui venait en tête... Absolument rien ! Elle soupira à nouveau. Ce qui était étonnant, c’était son calme impérial. D’autres filles auraient pu hurler en gesticulant dans tous les sens, mais Mélinda, elle, semblait prendre ça sereinement, pas plus paniquée que ça... Ou plutôt, elle contrôlait sa peur.

« Je sais que j’aime bien... Ce qui est rouge... Même si je ne saurais pas trop dire pourquoi, parce que la couleur en elle-même m’est indifférente... Mais j’aime bien le rouge. »

Elle se tut pendant quelques secondes. Non, c’était incorrect. Elle n’aimait pas le rouge... Elle en était totalement folle. Mais, dans sa tête, ce rouge avait quelque chose de liquide.

*Bon sang, mais qu’est-ce que ça veut dire ?!*

La jeune femme était totalement perdue...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tessou Tsuzuri
Humain(e)
-

Messages: 159


Jeune mère, veuve et policière.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Août 11, 2015, 09:31:06 »

Ce n'était peut-être pas la solution par excellence mais en attendant demain pour lui acheter quelques affaires personnelles, là, elles n'avaient pas le choix. Mélinda n'allait pas dormir nue dans son lit ? Elle n'allait pas garder toute la soirée les mêmes affaires qu'elle a portées aujourd'hui ? Au moins Tessou avait déjà quelques petites choses vraiment importantes pour que ce soit personnel comme une brosse à dents pour commencer. Elle espérait toujours que la mémoire lui revienne, plus ou moins rapidement, même si elles avaient quelques pistes pour le moment, ce n'était rien de concluant, Mélinda, Ashnard, une passion pour les bébés apparemment, elle aimait la viande rouge, ce qui amenait la liste des identités potentielles à encore des millions de jeunes filles de son âge rien qu'au Japon.

De même que malheureusement, elle ne savait pas si elle avait une passion ou un talent pour la cuisine ou un autre art, c'est dommage mais ça aurait pu être une piste. En dehors du fait d'aimer parler. Pour le moment, Tessou ne pouvait pas dire que Mélinda était pipelette mais quelle fille de son âge n'aime pas parler ? Il y a bien des filles plus timides et silencieuses mais en posant les yeux sur elle, elle n'imaginait pas cette jeune femme intimidée devant les autres ? Malgré sa bouille de poupée en porcelaine, elle la voyait bien entourée de bien des amis. Espérons que ceux et celles qui enquêtent auprès des lycées et fac du coin trouvent une piste sur « Mélinda »... Puis elle évoquait qu'elle aimait bien le rouge, pas vraiment la couleur en elle-même mais le rouge.

« Mhh... c'est peut-être liée à un endroit ou à un souvenir où tu as retenu que quelque chose était rouge à ce moment-là ? »

Pas la scène qui l'a rendu amnésique du moins, sinon elle aurait été plus paniqué alors que là, elle aimait le rouge ? Reste à savoir c'était quoi ? Il y avait des milliards de réponses ? Ça pouvait être un objet qu'elle avait eu ou vu quand elle a partagé un super bon moment avec sa meilleure amie ou un petit copain ? Ça pouvait être en rapport avec un cadeau que ses parents lui auraient fait ? Le collier pour un petit chien par exemple ? Cette piste ne semblait pas les mener bien loin pour le moment mais Tessou continuait de creuser cette piste, même si c'est long, elle trouvera forcément une piste après tout. Levant sa main vers elle, elle lui caressa les cheveux en souriant, relevant la mèche qui masquait sa blessure à la tête. C'est dingue, ça avait vite guéri quand même ! Bon, ça se voyait encore mais moins qu'à sa sortie de l’hôpital.

« On va bien trouver quelque chose, on a déjà bien avancé depuis ton arrivée ! »

Elle se voulait rassurante, ça ne servait à rien de l'inquiéter. Même si ce n'était pas totalement vrai, ce n'était pas non plus totalement faux, après tout, avec ce qu'elle lui avait raconté depuis le début, ça en faisait des pistes ! Elle verra si les autres ont trouvé des choses de leur côté. Elle indiquera tout cela dans le mail qu'elle enverra ce soir ou demain matin. Tessou continuait de lui caresser les cheveux en gardant ce sourire rassurant, laissant Kyoko plongé sur l'écran de télé, elle, elle faisait son devoir de policière, enfin, un peu de maman actuellement. Elle agissait un peu comme une mère avec Mélinda après tout.

« Ne t'en fais pas. Tu resteras avec nous deux tant qu'on aura pas quelque chose de sérieux ou tant que tes souvenirs ne seront pas revenue. Pas question de te lâcher dans la nature comme ça. Ici, tu pourras être un peu comme une grande sœur pour Kyoko, et moi, je serais un peu comme la jeune maman d'une grande fille ! »

Tessou disait ça sur la plaisanterie, enfin, pour ce qui était de la fin de la phrase, sinon, elle disait la vérité. Pas question de lâcher Mélinda dans la nature alors qu'elle ignore tout de sa vie, surtout qu'un criminel qui en a voulu à sa vie court toujours. Ébouriffant un peu ses cheveux, elle retira sa main en pouffant de rire avant de regarder un instant ce que la télé proposait pour sa petite fille. Le repas n'avait pas encore besoin d'être préparé mais peut-être que demain, elle pourrait commander une pizza ? Un vrai plat de jeune ? Ça pourrait relever quelques souvenirs chez elle ? Tessou n'en avait pas fini avec les pistes à soulever pour aider Mélinda. Elle était sérieuse dans son travail mais la jeune femme avait aussi un cœur d'or, toujours prête à aider les autres. C'était un peu pour ça aussi qu'elle avait choisi cette voie, rendre la ville meilleure en arrêtant les méchants mais aussi pour aider les citoyens qui avaient besoin d'aide.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3148



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #13 le: Août 17, 2015, 02:05:17 »

Le rouge... C’était quelque chose qui la passionnait, mais elle ne comprenait pas trop pourquoi. D’où s’expliquait cette origine ? Ahlàlà ! Mélinda avait vraiment du mal à comprendre. C’était particulièrement frustrant. Sa mémoire était comme une vitre brisée, un puzzle où elle n’avait encore pas l’ensemble des pièces, et était incapable de les remettre en état. Non seulement elle n’avait pas le tableau d’ensemble, mais elle n’avait même pas toutes les pièces ! Tessou interprétait ce qu’elle était en train de lui dire, avant de lui sourire et de caresser ses cheveux. Kyoko était absorbée devant l’écran télévisé, et la policière s’assit à côté d’elle, sur le canapé, en lui disant que ça n’était pas grave, et que, maintenant, toutes les trois formaient ensemble une famille.

Ce mot tiqua et résonna dans son esprit. Famille. Une famille... Elle cligna des yeux à plusieurs reprises, en trouvant que ce mot avait, dans sa tête, une consonance particulière. Elle posa alors instinctivement sa main sur son ventre, comme si elle était enceinte... Ou comme si elle avait envie de sentir la vie pointer en elle. Un bébé... Elle se vit alors en train de caresser un ventre, et de sentir quelque chose taper dessus, provoquant de doux rires autour d’elle. La jeune femme s’en mordilla les lèvres, et releva alors la tête, en clignant des yeux.

« C’est bizarre à dire, mais... J’ai envie d’avoir une famille. Je ne sais pas pourquoi, mais... Je crois que je rêve d’être enceinte... »

Elle en était même sûre ! Elle avait maintenant l’intime conviction, en regardant Kyoko et Tessou, qui agissait comme si elle était sa mère (elle plaisantait, bien entendu), qu’elle avait envie d’être une mère de famille. Cependant, elle sentait aussi qu’elle n’en avait pas... Et, pour autant, elle ne se sentait pas seule. La femme était en réalité convaincue que bien des personnes devaient en ce moment la rechercher, ce qui la rendait nerveuse et énervée. Elle devait comprendre ce qui lui arrivait, elle devait comprendre qui elle était, et pourquoi elle avait perdu la mémoire ! Mélinda se mordilla les lèvres, observant la télévision, puis regarda à nouveau Tessou... Et posa alors une main sur son ventre.

« Ma Maman... Kyoko a dû sortir de ton ventre... Je me suis toujours demandée... Qu’est-ce que ça faisait, ce qu’on pouvait bien ressentir. Que ce soit pendant la grossesse, pendant, ou... Ou après. Sentir la vie palpiter dans son ventre, sentir une petite poussière grossir jusqu’à devenir un beau petit bébé... »

Mélinda en parlait avec une voix rêveuse, presque mélancolique, tandis que sa main glissait sur le ventre de la femme.

« Si j’avais été ta fille à cette époque, je pense que j’aurais toujours voulu poser ma tête sur ton ventre, afin de sentir Kyoko vivre dedans... »

Elle regarda Tessou, et, dans ses beaux yeux verts, on pouvait sentir sa profonde attirance pour les mères de famille, pour le fait d’accoucher... Ainsi que sa souffrance à l’idée de ne pas le faire. Car, et ça, Mélinda en était convaincue, convaincue avec cette absolue certitude que le soleil se couchait la nuit et revenait au petit matin : elle était stérile.

« Oui, tu as vraiment beaucoup de chance, Tessou... »

Difficile de croire, en l’entendant parler, que Mélinda puisse être réellement si jeune.

Quel lourd secret cachait-elle donc ?
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Tessou Tsuzuri
Humain(e)
-

Messages: 159


Jeune mère, veuve et policière.


Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Septembre 03, 2015, 09:16:14 »

Tessou tentait autant que possible d'être de bonne compagnie pour Mélinda, de l'aider à se sentir bien malgré son handicap. Est-ce que ça marchait ? C'est ce qu'elle souhaitait en tout cas. Elle espérait qu'avec ce qu'elle venait de lui dire, ça conforterait Mélinda plutôt que lui causer du chagrin mais... elle n'en savait trop rien ? Elle ne semblait pas tellement triste même si elle avouait rêver entre enceintes. Une phrase étrange de la part d'une jeune fille de son âge mais si c'était son rêve, c'était déjà quelque chose de plus normal. Ce n'est pas comme si elle avait envie d'être enceinte comme on a envie de grignoter un petit quelque chose.  Mélinda venait poser sa main sur le ventre le Tessou, l’appelant « Ma maman », bon ça restait maman mais ça ne dérangeait pas Tessou, elle trouvait ça mignon, ça voulait dire qu'elle était une bonne mère en quelque sorte.

Mélinda semblait rêveuse et curieuse, elle n'allait rien dire de travers ou autres, elle allait lui dire tout ce qu'elle avait ressenti déjà durant la grossesses, la suite, après l’accouchement était un cas à part puisque Tessou avait dû jongler avec la naissance de sa fille et la perte de son compagnon.

« Eh bien c'est une chose étrange la grossesse. Au début, en dehors des nausées, ça va mais par la suite, un coup on est heureuse, puis ensuite triste, inquiète, énervé, nostalgique, on a des envies particulières... quand tout n'est pas dans le même jour parfois ! » dit-elle en plaisantant. C'est vrai que ça faisait cliché mais les hormones la travaillaient tellement à ce stade de sa vie que tout ça était vrai. « C'est vrai que l'accouchement est douloureux et qu'une fois fini, c'est une libération en quelque sorte mais après... s'occuper de Kyoko, la voir grandir, l'entendre rire et s'amuser... ça vaut bien neuf mois compliqué. »

C'était sa petite bouée de sauvetage, quand elle allait au plus mal après sa naissance, elle était toujours là pour lui donner un petit sourire en coin, l'aider à chasser ses soucis et reprendre la vie du bon côté. Même si elle aimait bien Mélinda, elle ne parlerait pas de Ryota, sa mort le jour de la naissance de sa fille, ça casserait l'ambiance en plus. Tessou gardait un œil sur sa fille entre elles alors qu'elle prenait et serrait doucement Mélinda contre elle.

« Un jour aussi tu auras cette chance Mélinda mais soit patiente, élevée une enfant, ce n'est pas simple tous les jours. »

Surtout que Mélinda semblait jeune, elle ne voulait pas qu'elle fasse comme les jeunes américaines en étant une mère lycéenne... Tessou a élevé seule son enfant, même si elle peut compter sur sa famille. Se séparant doucement d'elle, elle se releva en regardant les filles avec un grand sourire.

« Je vais commencer à me mettre aux fourneaux. Tu veux venir m'aider ? Tu es peut-être une bonne cuisinière ? Et dans le pire des cas, je te donnerais ta première leçon de cuisine. »

Si elles y vont, elle va devoir mettre Kyoko dans son parc avec ses jouets et la télé. Même si ça ne l'empêchera pas de regarder comment va sa fille toutes les deux minutes mais bon, autant être prudente. À vrai dire, Tessou ne laissait pas vraiment le choix à Mélinda, elle lui attrapait la main pour la redresser avant de prendre sa fille en la posant dans le parc avec un petit baiser sur la tête.

« Je suis sûr que tu es doué pour ça ! Même si je fais peut-être fausse route, avec un peu d'entrainement, tu seras certainement un vrai cordon bleu ! Allez, suis-moi. »

Et en avant la musique ! Tessou se demandait comme cela allait se passer mais elle était prête à tout pour l'aider et la faire se sentir bien ici. Quitte à aller dans son dos pour l'épauler en manipulant doucement ses mains pour bien lui montrer, la jeune mère allait lui montrer qu'avec un peu de bonne volonté, elle réussirait ! 
Journalisée


Tags:
Pages: [1] 2 3 ... 5
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox