banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Outerspace [Abel]  (Lu 588 fois)
Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
FicheChalant
« le: Janvier 25, 2015, 03:29:00 »


Le X-07 arriva près de LV-424, une redoutable planète glaciaire, et Talon consulta ses instruments et son ordinateur de bord. Elle appuya rapidement sur plusieurs boutons, et laissa le message d’urgence défiler rapidement, étant maintenant bien plus fort :

« ...Ici Colonie LV-424... Demandons renforts immédiats... Virus... Contamination... »

LV-424 était une planète glaciaire isolée, avec des mines et de riches gisements en matière première, comme du titanium, une matière qui intéressait au plus haut point bon nombre d’armées spatiales, qui était utilisée pour les armures spatiales ou pour les coques des vaisseaux spatiaux. LV-424 avait été fondée par une corporation minière, et une colonie avait été installée, avec une ville centrale, et plusieurs autres sites importants. Le cœur des installations, la Colonie, étai tune véritable ville avec un dôme énergétique qui la protégeait des vastes tempêtes de froid s’abattant sur LV-424. Si le message radio avait tant de mal à percer, c’était parce qu’une tempête hivernale s’abattait à hauteur de la Colonie, une tempête qui durait depuis des mois, et devait encore durer environ plusieurs jours, si Talon en croyait les relevés météorologiques des satellites flottant dans l’espace. Impossible de rejoindre la Colonie depuis le ciel, car le spatioport était inaccessible. Le seul moyen était d’utiliser le système de métros et de tramways souterrains permettant de relier la Colonie aux différentes installations géologiques de LV-424. Les turbométros permettaient de filer à 1 000 km/h, et donc de rallier en seulement quelques heures la Colonie.

Tout en s’approchant, Talon visait RS9, une station minière se trouvant à plusieurs milliers de kilomètres de la Colonie. Elle avait récupéré un nouveau X-07, et, si elle répondait à cet appel de détresse, c’était parce que le dispositif astronomique d’Aurelia avait repéré une activité xénomorphique ici, comparable à des Formiens... Mais il n’y avait aucune Flotte-ruche, aucun Leviathan...  Que s’était-il passé ici ?

« Colonie LV-424, ici X-07. Je réponds à votre appel de renforts... Colonie LV-424, ici X-07. Répondez... »

Aucune réponse. Talon s’approcha lentement, faisant pivoter son vaisseau, se rapprochant de la surface de la planète.

« Colonie LV-424, ici X-07, répéta-t-elle. Répondez, Colonie LV-424, répondez... Colonie LV-424, répondez... Répondez, Colonie LV-424... »

Seul le vide lui répondit, un silence intersidéral et des crachotements sur la ligne. Talon s’humecta les lèvres, puis entreprit de descendre, filant vers la surface de la planète. Le X-07 se rapprocha de RS9, et Talon se posa dans un canyon, protégeant ainsi relativement son vaisseau du froid. Ses scanners ne détectaient aucune source de vie dans al région, mais la tempête de neige brouillait tout. Elle se posa lentement, difficilement, sentant son vaisseau osciller de gauche à droite à cause des fortes bourrasques de vent, et se rendit dans la soute.

Dehors, il faisait environ -30° Celsius. Talon ne pouvait guère sortir comme ça, et entreprit donc d’enfiler, sur elle, une combinaison protectrice, qui servait aussi à voyager dans l’espace, puis entreprit de sortir.

Sa cible était RS9, à proximité.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Abel
Créature
-

Messages: 7



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Janvier 27, 2015, 09:56:00 »


Ab3L la vie!

"Ta gueule! Pourquoi tu te sacrifies à sa place putain! C'est ton gendre et tu l'aimes pas! Connard!!!"

Une fois de plus je me réveil en sursaut après ce putain de rêve. Un astéroïde vient se crasher sur une planète, je suis envoyé par un genre d'état totalitaire qui mise sur moi et ma bande de foreurs pour aller placer une charge explosive sur ce cailloux et nous extraire, moi et mes gars, en tout tranquillité une fois le boulot terminé... Jamais je survis... J'assome le gars qui tire la plus courte paille parce que le détonateur à distance fonctionne pas... ça ferait un super film mais c'est à chier comme rêve.

Tout les cadrans sont allumés et j’entends "Bella" m'annoncer :
"LV-424 à moins de 5 minutes, communication en cours..."

Comment ça communication en cours? J'appuie sur le haut-parleur, qu'est-ce qu'ils vont encore trouver à dire pour me faire chier ces blaireaux là? Je viens même pas pour les beurrer non! Je suis là pour le titanium. Ces trous d'cul en ont des malles pleines et ça se revend une fortune en bordure extérieure... Rah merde ça pue...


« ...Ici Colonie LV-424... Demandons renforts immédiats... Virus... Contamination... »

Quoiiiiii? Je remet le message chui pas certains d'avoir bien entendu.

« ...Ici Colonie LV-424... Demandons renforts immédiats... Virus... Contamination... »

Et meeeeeeerde.... C'était le moment tiens. Je regarde vers les Bobbys... Depuis combien de temps ils sont là eux encore...? Wah on ramène tout le monde et c'est partis pour un nouveau moi utile à la prise de contact. Je prend quand même la peine de répondre après avoir bouffé puis recraché un Bobby, on ne sait jamais que ce soit un petit plaisantin qui ait décidé de s'amuser au dépend d'un vaisseau de transport comme le mien.

"Alors les filles... on porte toujours la moustache?"

Pas de réponse... même pas de signal, comme s'il s'agissait juste d'un putain de message bouclé histoire de faire flipper tout le monde. Un rapide scan de la planète, rien, je cherche sur les autres fréquences... Peau de nouille... Et merde c'est quoi ce plan encore...

"Ohé? Ohé? Capitaine Abandonné?"

Et voilà que je me retape leur putain d'appel de détresse... Allez c'est la fête au merdier...

« ...Ici Colonie LV-424... Demandons renforts immédiats... Virus... Contamination... »

"Putain mais ta gueule avec ton appel à l'aide! Tu vois pas que je flippe Bordel de merde!"

C'est du sérieux faut croire, j'enfile un caleçon, je m'allonge et j'ouvre un paquet de crackers "Mr Poulpo", putain que j'adore ce goût crevette dont seul les Nautholans ont le secret. J'ouvre l'holonet... c'est mort... Bon me reste plus qu'à me mater un porno. J'vais avoir besoin de concentration un peu ce coup-ci, rester en orbite et envoyer Bobby se faire flinguer à ma place. Plutôt eux que moi...

Mais putain... Eux C'EST moi.. haaaaaaaan....


Bobby One Kennoby

J'enfile cette combinaison à la con et je me glisse dans "Madame Foxy" un petit chasseur sans envergure. Cette vieille Aile-A est toute en vitesse et en maniabilité même si elle est mal équipe et surtout, c'est la seule à pouvoir tracter le putain de caisson d'armement. Qu'est-ce que je fous là encore, répondre à un appel de détresse contenant les mots "Virus" et "Contamination" c'est vraiment pas mon genre... Ah mais ouais putain, le Titanium! Couille en or en approche! hahahaha!

Bref je rentre dans Madame Foxy ... ouais c'est ça! Une fois dedans, je me met en route vers la planète. C'est un enfer de glace et woooooooooooooow mon tableau de bord part en sucette et s’affole. Y'a cette espèce de base bizarre... Je lis vite fait "RS9" écrit en gros mais c'était sans compter le vent qui me porte et me dévie complètement de ma trajectoire, putain c'est moins une, j'esquive un gros pic rocheux, je tente de me stabiliser, je biaise l'aide de vol pour qu'elle me lâche et c'est partis pour un vol en pure manuel. Je déteste quand ça arrive mais c'est un pur sentiment paradoxalement aussi. T'es le seul maître de ton appareil et si tu te plantes, c'est ta faut à toi. Bref, j'me pose vite fait et un peu lourdement à coté d'une sorte de panneau d'aération géant hors service. Le machin est gigantesque et je pourrais probablement l'utiliser pour me cacher un peu de cette tempête de merde...


Le premier contact avec le sol est rude mais au moins je suis posé. Je peux tranquillement tout éteindre et envisager de sortir. Si c'est la merde, je préfère sortir directement tout l'attirail lourd et je sors du vaisseau que je verrouille manuellement avec le data-pad. Putain il fait gelant sa mère! Je hurle de froid mais tout le monde s'en fiche, y'a pas âme qui vive dans ce coin perdu de la planète. Bref je rentre dans "Titi" et je me met en route. Bordel ce que ça fait du bien d'être dans cette machine de guerre!


J'vais faire gaffe par contre, il nous en reste que deux... Titi et Pilou... M'enfin ce machin est tellement bien équipé que je risque pas grand chose contre des blasters, faut envoyer du lourd contre ce petit bijoux. Je laisse le caisson là, vide et je me met en route vers les panneaux d'aération... Parfait je passe... J'accroche ma synthé-corde sur une des valves et je me laisse tomber. Une putain de chute libre d'un bon 100 mètres, heureusement que Titi un système de stabilisation et je commence à freiner à un bon 25 mètres du sol pour me poser, comme une madeleine sur... des rails...? Oh putain! Le Turbométro! Kowabunga!!!




« Dernière édition: Janvier 27, 2015, 04:20:25 par Abel » Journalisée
Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Janvier 29, 2015, 03:09:06 »

C’était une planète très inhospitalière, froide, rocailleuse, et hérissée de multiples pics et massifs montagneux. Talon s’avançait lentement, sentant le vent siffler dangereusement. Elle sortit du canyon pour voir, en contrebas, un précipice épais et vaste. RS9 se trouvait juste en bas, mais elle avait une vue imprenable sur toute la région. Jusqu’à perte de vue, elle ne voyait que des montagnes escarpées, des massifs, et, au loin, une petite lueur orangée évoquant le soleil. Aucune grande plaine par ici. Le passé de LV-424 était aussi enveloppé de brumes que la tempête qui s’abattait en ce moment... Et, de toute manière, le passé géologique de LV-424 n’intéressait guère Talon. Tout en s’avançant, elle sondait la Force, mais ne trouvait aucune source de vie sur cette planète gelée. C’était une planète morte, avec, pourtant, une atmosphère respirable. La seule explication possible était que les colons avaient installé une usine pour terraformer la planète, afin de permettre la production de dioxygène dans l’atmosphère. Talon pouvait donc théoriquement retirer son masque, mais, avec le froid polaire qui s’abattait, elle préférait rester avec sa combinaison... MLais il était rassurant de savoir qu’elle ne suffoquerait pas si la combinaison était fissurée. Elle gèlerait sur place.

S’approchant du précipice, elle chercha un point d’appui, et balança une corde noire. La corde était surmontée d’un grappin qui se planta dans la roche, et elle s’en servit pour descendre en rappel. Elle bondit le long de la glace, puis arriva en contrebas. Elle appuya alors sur un bouton, et le filin se rétracta. Talon se retourna alors. Inhalant de l’air par le biais d’un respirateur artificiel équipé de filtres, sa respiration ressemblait presque à celle de Dark Vador. Talon marcha lentement, sentant la neige tomber d eplus en plus fort. Des vents terribles jaillissaient, et des flocons de neige recouvraient sa visière. Elle nettoyait alors cette dernière par le biais d’une sorte de pare-brise laser, formant un fin trait lumineux vertical allant de gauche à droite pour balayer la visière. Elle se rapprocha de la porte principale de la station, et alla voir le terminal à côté de cette dernière. Il était éteint.

*Évidemment...*

Talon s’écarta un peu. Elle aurait pu fureter, faire comme Abel (dont elle n’avait pas encore ressenti la présence), mais la Sith avait un autre projet. Elle leva la main vers les portes blindées, et invoqua la Force. Sur cette planète morte, la Force était bien moins présente, mais elle émanait de Talon. La Sith dut se concentrer un peu, et les solides portes blindées se mirent à grincer, vibrant sur elle-même, avant de lentement s’écarter, dans de sinistres grincements métalliques. Sans un bouclier pour les protéger, elles avaient été envahies par le gel, et la glace se fissurait et se craquelait au fur et à mesure que la Sith les écartait. Elle les écarta de quelques mètres, puis pénétra à l’intérieur, puis enclencha une lampe-torche située sur son front.

Sa torche ne tarda pas à capter plusieurs corps suspendus en l’air. Squelettiques et poussiéreux, ils étaient retenus par le col de leurs combinaisons. Des pendus. Elle avait débarqué dans la salle de vie, avec plusieurs tables, et d’autres cadavres. Talon les inspecta brièvement. Deux hommes s’étaient suicidés, et elle trouva, près de l’un d’eux, sur une table où son corps reposait, un petit disque de données. Talon le prit entre ses doigts, curieuse, puis le chargea dans son armure. Elle entendit un profond soupir masculin, tout en inspectant les casiers et les vestiaires.

« ...Nous avons été fous. Est-ce qu’on pensait vraiment avoir une chance ? Ils sont dehors, partout, rampants et grouillants comme des saloperies de cafards... Indétectables, invisibles à tous nos détecteurs. C’est ce putain de froid. Il gèle tous nos scanners, et ceux qui ne sont pas gelés peinent à les repérer. Notre système de sécurité automatisé a été activé, mais il ne réagit pas face à ce qui est mort... *Rire nerveux*... On a pendu Martinez et son équipe. Ils voulaient sortir, passer outre la tempête pour rejoindre la cache des contrebandiers... Mais cette porte blindée est la seule chose qui nous protège d’eux... Moi, je suis le seul survivant. J’ai tenu un journal de notre survie ici, mais... Je l’ai perdu. Les batteries se vident, le frigo aussi. Je suis le seul survivant. J’ai dû abattre Juan... Et il ne me reste plus beaucoup de balles dans mon chargeur. Jour après jour, je les entends taper contre les portes blindées, cherchant des entrées. Ils finiront par en trouver, ce n’est plus qu’une question de temps maintenant... »

Talon ignorait de qui l’homme parlait Le courant avait été désactivé. Est-ce qu’il en restait encore un peu ? Comment mettre en marche le système de métro s’il n’y avait plus de courant ? De quoi parlait-il ? D’ennemis se situant dehors ? Dans ce froid ? Nerveusement, Talon regarda par la porte d’entrée, s’attendant presque à les voir débarquer... Mais il n’y avait personne, absolument personne. Visiblement, les mineurs s’étaient enfermés ici, dans cette salle de vie, et avaient fini par subir les effets de la claustrophobie. Ils avaient perdu la raison, et s’étaient entretués.

« ...Il me reste deux options... Sortir, ou rester ici, et attendre des renforts improbables... Avec cette foutue tempête, les messages radio peinent à quitter la planète. Et quand bien même ? Ce message radio est un piège, un leurre... J’ignore si quelqu’un lira un jour ce message, mais, si jamais c’est le cas, entendez bien ce que je vous dis... Fuyez. Fuyez aussi vite que possible. Vous n’avez pas idée de ce que nous avons réveillé, et, et... Putain, je suis même pas sûr de pouvoir le résumer, alors que j’ai tout vécu de près. N’essayez pas de rejoindre la Colonie, bordel... Appelez les Gordaniens, ordonnez-leur de balancer une charge thermonucléaire sur la Colonie, et de pulvériser ce maudit caillou... »

Le message s’interrompit ensuite. L’homme avait visiblement fait son choix, et Talon entreprit de descendre un escalier. La Force lui soufflait pour l’heure qu’il n’y avait personne, et elle continua à descendre, s’engageant dans un couloir métallique, jusqu’à s’approcher d’une solide herse de sécurité. Là encore, elle se servit de la Force, l’ouvrit... Et sursauta en voyant un cadavre tomber de l’autre côté. Un véritable charnier se trouvait de l’autre côté, et la puanteur des corps avait depuis longtemps disparu. Du sang séché s’était incrusté dans les murs, et elle vit le reste de l’équipage de minage. Tous morts dans ce couloir, mis en pièce, déchiquetés, découpés, démembrés, sévèrement mutilés. Elle voyait des griffes le long des murs, des traces d’impacts, des balles sur le sol. Ils avaient été condamnés par la fermeture de cette herse, probablement décidée par Martinez et les autres colons dans la salle de vie. Une protection qui ne les avait faits que souffrir inutilement.

Talon continua à marcher, marchant parfois sur quelques os, provoquant des craquements. Elle était prête à sortir son sabre-laser. Même si la combinaison ralentissait ses mouvements, Talon pouvait toujours se mouvoir avec une rapidité exacerbée. Alors qu’elle marchait, elle sentit alors une petite perturbation dans le champ plat et vide de la Force... Une présence se trouvant en contrebas. Talon n’était pas seule... Et la présence ne semblait pas particulièrement hostile.

La Sith hésita quelques secondes, puis s’approcha d’un escalier, et entreprit de le descendre, se rapprochant ainsi de la station de métro...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Abel
Créature
-

Messages: 7



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Janvier 29, 2015, 08:00:16 »




Turbo-métro, boulot, dodo...

Pas un pet d'énergie, rien de vivant... Ça fait un bon dix minutes que je trottine sur la ligne de métro et ben... c'est pas mal mort haha... Oh putain le flippe total. J'ai la vision de nuit intégré à l'armure, quelle interface super, j'adore ça. Bref! J'avance, j'avance, je suis un max la station, je trouve un wagon au milieu de rien... Truc super rassurant, du coup je monte dedans... et rien... Pas un chat... le machin est silencieux comme tout et blanc immaculé... Immaculé j'ai dit!

Je m'arrête... Je fais un scan zone... Quedalle... La nouvelle est à la fois bonne et terriblement mauvaise. Je sors du turbo-metro en enfonçant la porte de devant et je continue ma route... Oh tiens! Une porte de service... Bon ben j'y vais. Je me penche, c'est chaud avec Titi au commande, c'est pas vraiment le truc le plus maniable dans les espaces clos, mais je m'y fais. Une salle de contrôle, c'est bien ma chance. Je fais un tour rapide de l'endroit et.. WOH PUTAIN!!!! C'est qui ce mec !?!?!

Fausse alerte... mais j'ai sentis l'urine arriver plein pot vers ma vessie... m'enfin tout roule, c'est juste un putain de cadavre.. J'avoue, je m'y attendais pas, heureusement que j'étais tout seul et que je n'ai pas appuyé sur la gâchette, j'aurais déglinguer le panneau de contrôle. Bon bon bon, à priori le mec est mort en tentant d'allumer tout le machin... ça doit explique le turbo-métro... Il voulait poursuivre sa course et y'avait plus personne pour enclencher le générateur principal. De ce que je comprend, le Turbo-métro a son propre système d'alimentation, c'est pas plus mal. Je vais pourvoir me balader un peu plus vite et rejoindre la colonie directement ou une base de forage, tirer un peu de titanium, le ramener au vaisseau d'une manière ou d'une autre et me casser en douceur. Pourquoi cette bande de cons, ils se sont butés entre eux ou quoi?


« ...Ici Colonie LV-424... Demandons renforts immédiats... Virus... Contamination... »

Ah ouais c'était ça... bordel de merde... Un virus tu parie? Le genre de machin qui rend tout le monde dingue et les fait s'entre-tuer... Dans quoi j'ai vu ça moi encore? Mad Max? Je sais plus... merde... Bon on va dire Mad Max ! C'est super classe Mad max... Hmm qu'est-ce que je disais? Oh, je relance le courant. La petite pièce s'allume, j'observe avec plus d'intérêt et j'entends les lumières du couloir de transport s'allumer elles aussi. Je me branche directement à la batterie auxiliaire pour remettre un peu de jus dans Titi et j'ouvre mon interface média. Directement branché sur le système de surveillance interne au turbo-métro. Je fais un petit retour en arrière histoire de voir ce que les caméras de sécurité ont filmés... Ouh putain...

Entre les gens qui s'affolent, les fuites, les gens qui se marchent dessus, mes images sont pleines de coupures et la plupart des stations perdent leur image assez rapidement mais au coin des.. attends je remet en arrière... Ouais, c'est des gens de bras crochus genre... Putain mais c'est quoi ce machin! Des menthes religieuses?!!! J'ai pas le temps de tout zieuter mais ça m'a l'air d'avoir été bien la merde! Je sais pas si y'a des survivants, mais les morts se sont fait défoncer leur mouilles...  Je lorgne un coup sur les écrans de contrôle et... ouh, bonjour vous... Une Twi'lek ma parole! Une vraie de vraie... Elle est vachement bien foutue en plus. Ca fait combien de temps que j'ai pas tiré moi? Bon où elle est... hnnnn... RS9? Ça tombe vachement bien c'est là que je vais. Tiens, mon petit pote mort dans la cabine, il lui manque les jambes... marrant...

M'enfin, je sors de la pièce et je retourne à mon turbo-métro en trottinant. L'aide exo est vraiment utile, je me sens comme une antilope! Bon une sacré antilope d'une demi tonne... mais une Antilope quand même! J'entre dans le poste de "pilotage" qui se résume à peu prêt à un levier de vitesse et une série de bouton pour allumer, éteindre et ouvrir les portes. Sinon j'ai un plan du réseau sous-terrain et c'est pas mal ça. Direction RS9 alors, j'active le levier et c'est partiiiiiiiiiiis! Ouh bordel ce truc trace sa race! Une véritable fusée. Les cadrans s'allument, je passe devant une première station sans voir quoi que se soit et je décélère douuuuucement devant RS9, l'occasion de faire une entrée triomphale devant cette petite demoiselle. J'active le freinage automatique et je me dirige vers la porte, tendant ma Getling laser en direction du quais au cas où le petite serait au contact avec une de ces fameuses mente-religieuse... Les portes s'ouvrent et c'est à moi.


"En voiture tout le monde!"

Journalisée
Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Janvier 30, 2015, 02:38:31 »

Talon vérifia sur son armure, et apprit que la température extérieure était acceptable. Elle choisit alors d’abaisser son casque, le faisant se rétracter dans l’armure, et se retrouva à l’air libre. Le froid caressa ses lekkus et son nez, mais elle se sentait bien mieux en ayant une partie de son corps à l’air libre. La Sith descendit lentement les escaliers métalliques, pour arriver dans un couloir. C’est à cet instant que le courant se ralluma. Elle secoua la tête, surprise, en comprenant que cette présence qu’elle avait perçu avait un train d’avance sur elle. Une alarme ne tarda pas à résonner.

« ÉVACUATION EN COURS ! ÉVACUATION EN COURS ! VEUILLEZ REJOINDRE LES POSTES DE SÉCURITÉ EN VUE D’UN PROTOCOLE D’EXFILTRATION DE LA PLANÈTE ! »

La voix était assourdissante, tonitruante, et Talon serra les dents. Dehors, une alarme intense se mit à retentir, résonnant dans toute la vallée... Un son strident, qui s’était éteint quand le générateur avait sauté, et qui, maintenant qu’Abel avait relancé la machine, venait subitement de se rallumer. Talon, cependant, était juste surprise. Qui était cet individu ? Un fou furieux ? Un autre explorateur, comme elle, attiré par le son de détresse ? La Sith s’avança lentement, marchant le long du couloir. Son sabre-laser était accroché à l’extérieur de sa combinaison, et elle continuait à être prudente, attentive au moindre bruit... Ce qui était difficile avec les alarmes. Agacée, Talon fit crépiter ses doigts, et des arcs électriques jaillirent, broyant les haut-parleurs, instaurant un peu de silence.

*Sur une planète morte comme celle-là, je ne peux pas faire entièrement confiance à la Force...*

Fort heureusement, lors de sa formation sur Korriban, Talon avait pris à se fier à la Force... Et à se battre sans tenir nécessairement compte de la Force, mais aussi de ses émotions, de ses instincts, de ses sens. C’est ce qu’elle faisait en ce moment, mais elle ne sentait absolument rien. Peu importe qui avait tué ces hommes, cette chose avait disparu... Impossible de déterminer depuis combien de temps le message d’urgence datait. Talon n’avait pas eu le temps de se renseigner davantage sur LV-424, car elle avait reçu le message alors qu’elle se trouvait dans un système éloigné, et avait préféré parer au plus urgent, en venant sur place. En apprenant quelle était la compagnie qui avait fondé la colonie sur LV-424, elle aurait pu se renseigner auprès des archives et des registres de la Base Spatiale, afin de déterminer depuis combien de temps la colonie avait été faite, et, surtout, depuis combien de temps elle n’émettait plus de nouvelles.

*Difficile de croire que la compagnie responsable de LV-424 n’a jamais envoyé de vaisseaux... Qu’est-ce qui se trame ici ?*

Elle se rapprocha de la station, quand elle entendit un déplacement, et le perçut à travers la Force. Talon se pressa davantage, et arriva sur le quai... Pour voir le turbométro s’arrêter devant elle. Une porte s’ouvrit, et un homme dans une énorme combinaison débarqua, tenant entre les mains une gatling-laser.

« En voiture tout le monde! » s’exclama-t-il alors.

Interdite, Talon l’observa pendant quelques secondes... Et resta sur la défensive.

« Qui êtes-vous ? Qu’est-ce qui s’est passé ici ?! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox