banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: My Life As A Catty Slave [Azuria Nahima]  (Lu 2562 fois)
Samara
Avatar
-

Messages: 459



Voir le profil
Fiche
« le: Janvier 13, 2015, 02:58:44 »

Sans pouvoir prétendre à la taille et à la richesse des marchés nexusiens, la Grande Foire d’Ashnard s’en sortait pas mal. Elle proposait des lots venant de tous les coins de l’Empire : Sylvandell, Papua, etc… On trouvait de tout. Il y avait de multiples stands d’esclaves, des stands de nourriture, des bijoutiers, des magiciens, des échoppes proposant des armes, des boucliers, des runes et des artefacts magiques… Chaque grande guilde, chaque laboratoire, chaque mage, n’hésitait pas à venir vendre ses produits. La Foire avait lieu dans l’une des grandes places de la capitale, la Place de la Victoire, une place qui s’articulait autour d’une grande structure centrale représentant un soldat ashnardien victorieux. Il y avait quantité de notables ashnardiens, de bourgeois, qui venaient… Ou qui envoyaient leurs esclaves, aisément reconnaissables à leurs tenues courtes, et à leurs colliers autour du cou. Ashnard était un État très strict, très militarisé, mais les tenues vestimentaires étaient autorisées dans une large liberté. Les Ashnardiens interdisaient de se promener nus… Et encore. C’était l’un des paradoxes d’un État impérial, très liberticide, mais parallèlement très libertaire sur de nombreux points de vues. On avait coutume de dire que l’Empire méprisait les libertés publiques, mais encourageait autant que possible les libertés individuelles. C’était une bonne comparaison, qui se tenait globalement.

En déambulant dans les étals, et en sentant les regards libidineux posés sur sa croupe, Kazuha était toutefois très éloignée de ces considérations. Portée par le vent, sa longue chevelure de blé ondulait de gauche à droite, permettant parfois de dévoiler l’ourlet de ses fesses. Quasiment nue, marchant en sandales et en sous-vêtements, elle portait, accrochée à une ficelle de son string noir élégant, sa bourse. Elle avait fièrement, autour de son cou, un collier d’esclave. Un collier qui indiquait qu’elle était la propriété exclusive de « Maîtresse Samara », et que quiconque tenterait de l’attaquer, ou de l’arrêter, en répondrait auprès de Samara. Or, Samara, Archimage, et haute-fonctionnaire impériale hautement placée, était typiquement le genre de femmes qu’il ne fallait pas agacer. Siégeant au Conseil d’administration de l’Académie magique d’Ashnard, Samara avait aussi, parmi ses contacts, l’un des plus influents conseillers impériaux du Conseil Impérial, Emhyr Var Emreis. Kazuha marchait tranquillement, en roulant des hanches, tout en cherchant un beau cadeau pour sa Maîtresse.

Plus sentimentale qu’on ne le croyait, Kazuha comptait fêter dignement sa première année de servitude auprès de Maîtresse Samara. L’heure attendue se rapprochait rapidement, l’heure de leur anniversaire, et elle voulait offrir à sa Maîtresse quelque chose de beau. Malheureusement, elle n’avait rien trouvé du côté des runes magiques. Soit il y avait de la camelote, soit des produits que sa Maîtresse avait déjà. En désespoir de cause, elle se rendait vers les esclaves. Lui offrir une Terranide était un cadeau possible. Samara n’avait pas de peluche à domicile, et Kazuha savait que ce serait une bonne chose.

*Dieu, que c’est cher !*

Kazuha écumait la Grande Foire depuis plusieurs jours, et elle ne trouvait tout simplement rien…

Fort heureusement, la fortune n’allait pas tarder à lui sourire, de manière totalement inattendue, et ce alors qu’elle déambulait au hasard dans les dédales du marché, se consolant en sentant les quelques regards posés sur sa croupe, laissant parfois certaines mains agréables venir discrètement les caresser ou les empoigner.
« Dernière édition: Janvier 16, 2015, 12:39:08 par Samara » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azuria Nahima
Terranide
-

Messages: 47



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Janvier 13, 2015, 07:44:02 »

En plein milieu d'un rêve de bagarre, l'opposant a bon nombres de soldats et de marchands d'esclaves, la petite Azuria fut rêver par un petit Terranide mort de faim. Elle le prit dans ses bras et lui donna une bonne part de pain fraîchement volé cette nuit. Elle parla un peu avec l'enfant et se rappela de la foire d'Ashnard. Merveilleux jours que ceux-là. Des bourgeois a volés, des troubles a semer ainsi que quelques marchands d'esclaves a martyriser. La jeune Terranide câlina son protégé et se laissa guider par lui pour se préparer. Elle prit une douche rapide avec son aide se laissant choyer par ce dernier. La préparation du petit manège pouvait commencer. Elle mit une robe des plus simple assez jolie, mais pas de grande valeur. Devant passer pour une petite Terranide fragile et aveugle, elle ne devait pas attirer l'attention. Le petit garçon rougit lorsqu'il reçut l'une des culottes d'Azuria sur le visage. Elle ria et lui demanda son bâton d'aveugle lui disant qu'il peut la garder, car elle n'en a pas besoin. Son bâton en sa possession, elle prit un sac ou elle prit soin de faire plusieurs compartiments faits de terre pour que les bourses volées ne fassent pas de bruit en s'entre choquants.

Enfin prête, elle fit un bisou au petit garçon lui demandant de veiller su les autres lui promettant de revenir avant trois heures. Si tel n'est pas le cas, elle ajouta de ne pas venir la chercher et de rester cachés sous terre. Azuria maîtrisa la terre pour se frayer un passage refermant derrière avec attention pour ne pas laisser qui pourrait trahir la tanière aux yeux des humains. Elle s'arrêta net a la frontière et tapa le sol pour sentir les vibrations et ainsi voir si des personnes sont de l'autre côté. La voie est libre. La Terranide fit un trou pour sortir et referma tout de suite glissant ses doigts partout pour être sure que c'est comme toujours, un simple mur. Rassurée, elle prit un aspect légèrement voûtée et mit sa capuche sur la tête pour faire la petite fragile. Loin d'avoir besoin du bâton pour sentir et voir, elle frappa le sol pour détecter les gens potentiellement intéressantes. Elle ouvrit son sac et commença ses larcins. La forte concentration de marchands, de bourgeois, de client, et même d'esclaves facilita grandement le travail de la petite Terranide qui vola les bourses à une vitesse et une dextérité hors du commun. Elle se calma un peu pour ne pas attirer l'attention et changea de quartier.

Elle se mit adosser contre un mur et sentit la présence d'une humaine qui sembla plutôt riche. Tapant avec son bâton, elle sentit la bourse dodue de la jeune fille. Entourait d'homme qui la toucha, Azuria soupira et décida quand même de passer à l'attaque. Elle se mit en position et couru en direction de Kazuha et lui subtilisa sa bourse garnit :

''De la part d'Azuria, merci. Tu es amusante, viens m'attraper si tu le sens.''

D'une voix moqueuse et pleine de défis, Azuria utilisa sa maîtrise pour se propulser sur le toit d'une maison et ajouta la bourse de Kazuha à sa collection. Fière d'elle et fermant son sac, elle partit en marchant sure qu'elle ne risqua plus rien :

« Quelle bonne journée, Allez, c'est l'heure de rentrer pour ce matin. »
Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 459



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Janvier 17, 2015, 03:11:30 »

Kazuha émanait d’une guilde d’esclaves professionnelle spécialisée dans le dressage d’esclaves de luxe. Il fallait comprendre par là qu’elle n’avait pas été éduquée pour être une simple prostituée, ou une simple servante, mais bien pour être une majordome, une assistante cultivée et talentueuse. Elle avait appris à lire, à écrire, à compter, connaissait les rudiments de l’algèbre, des mathématiques, avait des connaissances scientifiques, culturelles, historiques et géographiques... Sa formation, très complète, et éminemment chronophage, l’avait amené à suivre de nombreux cours durant son enfance, tous axés autour d’une seule et même chose : plaire le futur Maître ou la future Maîtresse. Kazuha avait été dressée dans la servitude, tâche d’autant plus facile qu’il était prouvé, par les études d’esclavagistes, que, plus une personne était cultivée, moins elle était susceptible de devenir une esclave. Il y avait une sorte de corrélation entre le niveau culturel et l’émancipation intellectuelle, mais, pour cela comme pour tout, il existait des techniques. Kazuha était donc une esclave, une esclave qui avait sa fierté, et ce depuis le jour où Maîtresse Samara l’avait acheté. Dès ce premier jour, elle avait été docile et servile, parce qu’elle estimait principalement qu’il était dans son intérêt d’être avec une femme puissante et influente, et qu’elle connaissait sa position. Avec le temps, sa dévotion était devenue adulation. Elle aimait sa Maîtresse, profondément et sincèrement, et cherchait donc pour elle un cadeau, un cadeau suffisamment précieux pour lui montrer toute sa dévotion et tout son amour. Kazuha s’activait donc.

Malheureusement, outre la difficulté à trouver un produit, elle était aussi retardée par des hommes. Avec cette tenue, c’était prévisible, et elle se retrouva face à plusieurs hommes, formant un demi-cercle autour d’elle.

« Nous avons de bons esclaves pour vous... disait l’un des hommes, tandis qu’un autre massait ses fesses.
 -  Je rechercherai une neko... Docile... Comme un genre de peluche... »

Kazuha savait, à force de les côtoyer, que les Archimages de l’Académie d’Ashnard avaient parfois des esclaves terranides, s’en servant comme des espèces de peluches. Elle avait déjà vu sa Maîtresse, lorsqu’elle était invitée chez une collègue, jouer avec ses peluches humaines, leur faisant voracement l’amour... Et, plus le temps passait, et plus Kazuha que ce cadeau serait très apprécié par sa Maîtresse, une démone ambitieuse et arriviste qui aimait bien se faire voir. Elle continuait à discuter, tout en écartant les hommes libidineux. Contrairement à sa Maîtresse, elle n’était pas foncièrement lesbienne, mais elle refusait de se faire toucher par des gens qu’elle n’aimait pas, ou sans avoir eu, préalablement, l’autorisation expresse de sa Maîtresse. Kazuha restait fondamentalement une bonne esclave, et elle tenait à le rester.

C’est ce manque de vigilance qui permit à Azuria de lui subtiliser sa bourse. Kazuha sentit le poids de sa bourse disparaître, puis tourna immédiatement la tête, fronçant les sourcils, avant de voir la voleuse, une neko, se mettre à la narguer, et à grimper au sommet d’un toit à côté. Kazuha leva la tête, tandis que les hommes, interloqués, regardaient la neko en train de grimper.

« Elle... Elle a pris votre bourse ! »

Retenant une réplique cinglante, Kazuha serra les poings... Puis se mit à courir. Elle n’était pas une grande magicienne, mais elle était surtout une excellente guerrière. Elle avait été engagée par Samara pour être sa garde-du-corps, afin de la protéger des assauts physiques, si jamais sa Maîtresse se retrouvait dans l’incapacité d’user de sa magie. Elle courut donc vers le mur, et bondit sur un tonneau d’un viticulteur, puis rebondit sur le pilier supportant sa tente, et fit un autre bond prodigieux, tournoyant sur elle-même pour s’agripper à une fenêtre. Elle bondit alors en hauteur, s’appuyant sur un renfoncement dans le mur, et continua ainsi à grimper, rejoignant en quelques secondes le toit. Elle bondit dans le dos de la neko, et courut rapidement vers elle.

Kazuha sauta dans son dos, son genou venant la frapper entre les omoplates, et la neko tomba sur le sol, prise avant tout par surprise. Kazuha avait l’avantage de ne porter quasiment rien sur le corps, ce qui faisait qu’elle était terriblement rapide. Son bras gauche alla se nicher dans la nuque de la neko, afin de l’immobiliser, de la plaquer sur le sol. En d’autres termes, Kazuha se retrouva sur elle, un genou dans le milieu du dos, penchée vers son visage, et parla dans le creux de l’une de ses oreilles :

« Ce n’est pas ton argent, petite voleuse... Pour qui travailles-tu ? Qui cherche à voler et à déshonorer Maîtresse Samara ?! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azuria Nahima
Terranide
-

Messages: 47



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Janvier 17, 2015, 01:01:58 »

Tâtant la bourse assez conséquente, Azuria ronronna et la plaça en premier dans son sac. Un ronronnement pouvait se faire entendre et un large sourire également. Azuria s'apprêta a sourire, mais elle fut interrompue par la jeune fille volée précédemment. Elle nu pas le temps de la détecter avant et se fit taper dans le dos. Elle tomba au sol et son sac tomba aussi un peu plus loin. Ne s'occupa pas de la jeune fille qui essaya de la maîtriser, Azuria maîtrisa la terre pour rappeler son sac. Ayant prévu ce genre de contretemps, elle perdit momentanément son pouvoir ne pouvant plus bouger les bras. Un grognement violent sortit de la bouche de la Terranide qui ne pouvait plus voir puisque ses pieds ne touchent pas terre. Complètement perdue et paralysait, une larme sortit de son œil bleu ignorant si Kazuha a vu son visage. Mais le plus important n'est pas là, Azuria a une mission et elle doit ramener son sac à la tanière pour que les Terranide cachés en profitent. La jeune fille lui parla donc assez prêt dans l'oreille, chose qu'Azuria ne supporte pas. Elle essaya d'abord de la mordre avant de répondre :

« Je ne travaille pour personne et je ne sais pas qui est cette Samara. Mais si c'est ta maîtresse, elle est mon ennemie. Ce sac n'est pas pour moi mais pour les Terranide opprimés que j'ai libéré et qui vivent avec moi. Laisse-moi partir. Reprends ta bourse et laisse moi le reste avant que je ne m'énerve. »

Azuria bougea ses pieds prit dans sa robe pour y voir quelque chose. Ceci fait, elle poussa un petit « on va s'amuser » et maîtrisa des pots en terre qui se trouvèrent au sol et les dirigea vers Kazuha. Elle se libéra et se recula de quelques mètres tendant ses bras vers elle. Enlevant sa capuche et regardant la jeune fille, elle sembla traîner les pieds et se mit en position et l'attaqua a distance avec un bloc de terre qu'elle découpa en disques et les lança vers son adversaire :

« Ta maîtresse est peut-être puissante, mais mes convictions et mon importante mission aussi. Même si tu me bats et m'emmènes devant elle, je livrerais mon sac pour qu'il puisse se sentir comme les autres. Le besoin, tu ne dois pas connaître ça. Je suis aveugle mais pas sourde. »

Folle de rage, elle se battit comme une lionne effectuant des mouvements fluides et décidés. Les disques volèrent vers l'humaine. Ne voulant pas savoir si elle la touche, elle se contenta de lui envoyer ses attaques et récupéra son sac qu'elle attacha solidement contre elle un ronronnement bien audible. Se retournant vers Kazuha, elle sourit et maîtrisa un des disques pour qu'elle fasse une sorte d'armure de pierre la recouvrant entièrement ne laissant que ses pieds et son visage a découvert :

« Comme tu le vois, je maîtrise la terre. Ta maîtresse est plus puissante que moi, j'en suis sure. Je t'ai entendu dire qu'elle recherche une peluche neko docile. Tu vas devoir passer ton chemin excepté si tu arrives à briser mon armure. La seulement, je me rendrais. Mais si tu y arrives, je veux la promesse que ce sac ira à mes protégés. Si tu es d'accord, commençons. »

Azuria se mit en position et attendit Kazuha bien décidé a ne pas la laisser gagné même si savoir qui est cette fameuse Samara la pousse à la curiosité. La Terranide enfonça ses pieds dans le toit heureusement fait en terre et capta l'énergie et la position de la jeune femme. Gardant son sourire de défis, Azuria annonça un combat sans merci.
Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 459



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Janvier 17, 2015, 04:57:03 »

La belle Kazuha comprit rapidement que cette Terranide était une magicienne. Elle se débattait sous son poids, et sembla user de télékinésie, envoyant sur elle un pot de terre. Surprise, Kazuha bondit en arrière, libérant ainsi la Terranide, qui en profita pour se déplacer. L’esclave sortit alors de son soutien-gorge une arme de combat qu’elle s’autorisait à porter pour se défendre, une petite dague. Elle avait appris les arts martiaux, et, même si sa tenue ne plaidait pas vraiment en sa faveur, Kazuha était une redoutable escrimeuse... Ce qu’Azuria n’allait pas tarder à découvrir. La neko lui expliqua qu’elle se battait pour des Terranides opprimés, des esclaves qu’elle avait libéré, et qui étaient dans une grotte à proximité. Ses motivations, Kazuha n’en avait honnêtement pas grand-chose à faire. Elle était une esclave, et la question de son indépendance, de sa liberté, ne lui avait jamais traversé l’esprit... Ou, plutôt, si elle y avait songé, elle l’avait rejeté d’emblée. La servitude était ancrée dans ses gènes, filant dans son corps. Elle aimait l’idée d’être une esclave, et encore plus celle de Maîtresse Samara. Cette neko était rebelle, énergique, et avait tout pour plaire à sa Maîtresse, qui aimerait assurément l’exhiber devant ses amies et ses collègues magiciennes. Tout ce qu’il fallait, c’était réussir à la neutraliser.

Son adversaire manipula d’autres pots de terre, les découpant à l’aide de sa magie, une sorte de curieux mélange entre la télékinésie et la Terre, formant des disques tranchants, puis les lança tout droit vers la femme. Kazuha, en position de combat, les évita, ou les para avec sa dague. Certains disques frôlèrent son corps, la faisant saigner, mais ce n’était que des blessures superficielles. Elle avait appris à endurer la douleur, et sa Maîtresse, de plus, la fouettait régulièrement. La Terranide continua ainsi à l’attaquer, envoyant voler des disques, qui devenaient de véritables projectiles, et Kazuha bondissait de côté, roulant sur le sol. Un disque la frappa néanmoins à hauteur du torse, au-dessus des seins, et elle poussa un petit hurlement de douleur en tombant sur les fesses, roulant sur le sol. Couchée sur le sol, elle roula sur le côté, évitant un autre impact, et vit ensuite les disques restants former une armure en terre autour de la femme. Essuyant sa salive, Kazuha se releva. Elle avait mal à hauteur de la poitrine, et serrait les dents, énervée.

*Elle se bat bien...*

Elle se battait bien, et elle avait aussi la langue bien pendue. La Terranide lui proposa alors de briser son armure afin de la soumettre.

« Tu parles beaucoup... »

Kazuha, après cette remarque, courut rapidement vers la femme, mais sentit le sol vibrer. La neko maîtrisait la Terre, et elle en avait mis un peu partout avec ses disques terreux. Les grains s’animaient, formant comme de longs fouets qui s’abattirent vers elle. Kazuha bondit en hauteur, ou en avant, faisant de rapides roulades. Elle avait appris à se battre contre des magiciens, mais elle manquait encore d’expérience, et l’un des tentacules réussit à la fouetter au ventre. En hurlant, Kazuha eut le souffle coupé, et rebondit sur le sol, près du rebord du toit, lâchant son couteau. Des grains de terre trônaient sur son ventre, et elle se releva lentement, gémissant et soupirant. Un autre tentacule se releva pour la frapper, et elle tourna dans l’autre sens, basculant dans le vide. Elle aurait pu se rompre le cou en contrebas, mais la femme réussit à s’agripper au rebord de la toiture, sur une gouttière.

En bas, les badauds hurlèrent, tandis que des gardes, nerveux, se rapprochaient rapidement, non seulement sur le sol, mais aussi depuis les toits alentour, archers et arbalétriers se rapprochant de cette animation imprévue. Réfléchissant rapidement, Kazuha s’agrippa contre la façade de l’immeuble, et se déplaça rapidement, sautant d’un appui à l’autre. Elle arriva ainsi à une autre partie du toit, une zone encore relativement épargnée par la terre, et courut vers la femme. L’armure intégrale de la neko ne découvrait que son visage et ses pieds, et Kazuha opta donc pour les parties à découvert.

Le plat de sa main fusa à toute allure, et frappa la femme, pile à la jonction entre l’armure et sa tête. Elle avait à nouveau usé de sa vitesse, l’attaquant dans le dos, et, au moment où elle réussit à la toucher, un autre tentacule terreux la frappa encore, l’envoyant heurter une cheminée au milieu du dos. Il n’y avait plus qu’à espérer que le coup qu’elle avait porté à Azuria avait neutralisé cette dernière...

Autrement, Kazuha allait encore devoir continuer à se battre. En aucun cas, elle ne laisserait les gardes s’emparer de la future peluche de Maîtresse Samara !
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azuria Nahima
Terranide
-

Messages: 47



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Janvier 17, 2015, 09:43:07 »

Dominant son adversaire, Azuria se concentra sur Kazuha qu'elle envoya valser plus loin. Entendant des gens hurler, des soldats coururent en direction des jeunes filles, et même sur les toits. Incapable de tous les arrêter, elle sentit un coup dans le dos et près du visage la déséquilibrant et explosa son armure en petits morceaux. Grognant, elle reprit son équilibre s'assurant que son sac et toujours sur elle. Elle frappa le sol pour être sure du nombre de soldats et leurs armes. Hummm, quinze archers et vingt hallebardiers :

« Ça s'annonce très mal. »

Azuria capta aussi sa jeune adversaire qui partit un peu plus loin. Elle se dit que c'était le moment de s'éclipser et dit au revoir au garde et a Kazuha. Malheureusement, elle sentit une brûlure immense dans le ventre la transperçait. Elle tomba au sol une flèche en plein ventre. S'écrasant au sol, elle se releva pleurant en criant de douleur. Un cri déchirant venant de la bouche d'Azuria. Elle criant que ses Terranides ont besoin d'elle pour vivre. Utilisant ses dernières forces, elle enleva la flèche et utilisa de la terre pour faire une sorte de pansement. Invoquant un géant de terre avec ce qu'elle pouvait pour retenir les soldats pendant qu'elle fuit. Oubliant totalement Kazuha, elle courut directement vers la tanière perdant peu a peu conscience. Un sentiment de peur la prit se rappelant ce fameux soir où elle a perdu la vue à tout jamais.

Ne voulant pas perdre à nouveau, elle repoussa au maximum le moment de l'inconscience et sentit qu'elle arriva à la tanière. Frappant le sol, elle s'assura que personne ne la suit. Elle ouvrit un passage et appela le Terranide de garde. Elle lui confia le sac et lui expliqua qu'elle aller perdre le combat. Elle l'embrassa sur la joue s'excusant et donna ses dernières instructions qui sont de faire attention et de ne pas se faire prendre. Elle reprit malgré tout la bourse de Kazuha pour lui rendre et referma le passage dans un dernier adieu :

« Alors c'est ça la mort ? »

Azuria tomba à genoux et sentit une présence a coté d'elle sachant bien qui est la. Elle lui jeta la bourse et se tenu le ventre. Dans un dernier ricanement, elle regarda Kazuha et baissa la tête ensuite :

« On dirait bien que tu as gagné. Amène-moi a ta maîtresse Samara, je me rends. Enfin, si elle me veut vivante, tu as intérêt de te dépêcher, j'en ai plus pour très longtemps. Tic-tac, l'heure tourne. »

Azuria enlevant son ''pansement'' de terre laissant le sang couler préférant mourir que de vivre ainsi. Elle tomba donc inconsciente s'écroulant au sol dans une mare de sang. Ses bras le long du corps et ses jambes s'écartèrent toute seule. Azuria respira doucement et de façon très irrégulière. Ses yeux clairs se fermèrent et la Terranide ne bougea plus ne représentant plus de dangers.
Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 459



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Janvier 18, 2015, 02:46:47 »

« Et bien, elle a fait du bruit...
 -  J’espère qu’elle vous plaît, Maîtresse...
 -  Elle est belle... Mais sa maîtrise de la magie pourrait représenter un problème à court terme... Fort heureusement, j’ai des instruments contre ça.
 -  Je n’en doutais pas. Dès que je l’ai vu, j’ai su qu’elle pourrait vous convenir, Maîtresse.
 -  Tu as l’œil... Et elle t’a blessé.
 -  Comme je vous l’ai dit, sa maîtrise de la magie est...
 -  Ce n’était pas un reproche, Kazuha... Juste un amusement de ma part. Es-tu sûre que les gardes ne t’ont pas suivi ?
 -  Je les ai devancés, et j’ai traîné cette Terranide par les catacombes. Ils doivent être dans l’auberge, à traquer les Terranides qui accompagnaient cette femme. En revanche, je ne peux pas garantir que personne m’ait reconnu, j’ai un physique qui, apparemment, s’imprime dans l’esprit des gens...
 -  Oh, vraiment ? Voilà qui me surprend...
 -  Hum...
 -  Va te doucher, Kazuha... Repose-toi, fais-toi belle, je m’occupe de cette petite impertinente... »

Samara termina sa tirade en caressant le visage d’Azuria, endormie.



Soigner la petite neko n’avait pas été trop difficile. Quand Kazuha l’avait vu retirer son pansement, elle avait fait rapidement un bandage à l’aide de papiers se trouvant à proximité, dans le but de ralentir l’hémorragie, puis avait rejoint les catacombes et les égouts de la ville. Elle avait ainsi filé jusqu’au luxueux quartier dans lequel se trouvait l’appartement d’Ashnard, usant de la clef fournie par la démone pour ouvrir les portes grillagées, et en avait profité pour rejoindre l’appartement. Une opération rondement menée. Elle était passée par une entrée secrète dans les caves, permettant de rejoindre l’immeuble, évitant ainsi les gardes, et elle avait ensuite rejoint l’appartement.

L’appartement en question était une véritable suite, faisant plus d’une centaine de mètres carrés, avec de multiples pièces. L’Archimage était en train de méditer quand Kazuha était arrivée, et elle lui avait tout expliqué, tandis que Samara utilisait ses rudiments de magie blanche (très sommaires, Samara étant après tout une démone, et ayant l’âme noircie) pour soigner la jeune femme. Une flèche l’avait transpercé, mais la blessure n’était pas particulièrement profonde, et il avait donc été assez facile de la soigner.

Azuria se reposait maintenant dans une pièce spéciale... Elle était toute nue, maintenue en hauteur par les poignets et les chevilles, retenus par des sangles noirâtres qui tenaient par le biais de la magie. Azuria était dans une chambre noire, sans fenêtres, éclairée par quelques bougies, qui permettaient de voir des fouets, des cravaches, des chevalets... Une salle que Kazuha visait fréquemment, et où elle était régulièrement la joyeuse victime de l’imagination débordante de l’Archimage. Azuria était donc nue, son beau corps luisant sous le reflet des flammes... À l’exception d’un collier autour du cou. C’était un collier très spécial, car, outre être un simple collier pour chiens, il avait aussi, à l’intérieur, un cristal en obsidienne. L’obsidienne, la bête noire des magiciens, était un cristal dont les propriétés étaient d’annuler les pouvoirs magiques. Il avait été incrusté dans le collier, non seulement pour éviter qu’Azuria ne le retire, mais aussi pour que seule cette dernière soit impactée par ses effets. Samara était donc libre d’utiliser sa magie, et c’était bien ce qu’elle comptait faire.

Elle claqua avec ses doigts.

« Debout ! »

Ce simple mot fut amplifié par la magie, résonnant aussi fort que si un dragon venait de rugir dans les oreilles de la neko.

Un réveil très efficace.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azuria Nahima
Terranide
-

Messages: 47



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Janvier 18, 2015, 08:18:00 »

Toujours inconsciente, Azuria sentit tout de même qu'on la déplaça à plusieurs endroits. Emmener donc à Samara par sa fidèle Kazuha, la Terranide se fit soigner facilement par l'archimage qui la déshabilla. Elle l'attacha jambes et bras a des sangles maintenues par de la puissante magie. Un collier de chien avec une obsidienne pour lui supprimer ses pouvoirs. Avec cette pierre, Azuria perdit donc sa maîtrise et sa faculté de voir. Quelques minutes plus tard, elle fut réveillée en sursaut par un debout remplit de magie et de noirceurs. Azuria fut prise d'une peur incontrôlable essayant de se débattre sans succès. L'ambiance étrange de la pièce la calmant un peu et sent une aura maléfique :

« Qui est là ? Kazuha, c'est toi ? Non, ce n'est pas elle. Suis-je en face de vous, Samara ? »

Azuria ne voulant pas se laisser faire sans rien faire, maîtrisant la terre, mais rien ne se passa. Sentant un collier lui serrait le cou, elle réalisa que de l'obsidienne est intégrer dans le collier pour lui bloquer ses pouvoirs. Ignorant totalement ou elle est retenue prisonnière, elle cessa de se débattre et réalisa aussi qu'elle était toute nue. Serrant ses jambes, elle rougit a mort pour que Samara ne la voie pas ainsi et ne voie pas qu'elle est encore vierge. Morte de honte, et baissa sa tête et ne bougea plus pour que sa grosse poitrine ne lui donne pas envie :

« Que voulez-vous de moi ? Je ne serais votre peluche. Peut importe ce que vous a dit votre soumise, vous ne me briserez jamais. Demandez-lui, si un enfoiré de soldat ne m'avait pas touché avec une flèche, je l'aurai vaincu et mes protégés nageraient dans l'or des bourgeois. Je suis peut-être aveugle, mais je peux vous sentir près de moi. »

Azuria ricana se débattant doucement essayant d'analyser le type de magie qui pouvait la retenir ainsi. Malheureusement pour elle, sans sa maîtrise de la terre, elle ne pouvait rien faire a part attendre une occasion pour partir. Se sentant d'une faiblesse incroyable, Azuria lâcha une larme de tristesse qui atterrit sur sa poitrine. Sans fondre en larmes, elle se demanda si ses amis étaient tout sains et sauf et surtout si les soldats ne les ont pas trouvés avec le butin amassé par les bons soins de la Chatte aveugle :

« Avant que vous ne commenciez à me torturer, espèce de sadique. Dites-moi si mes amis vont bien. Je ne me souvins de rien après que j'ai confié le sac au Terranide de garde. »

Serrant encore plus ses jambes, elle poussa un gémissement de plaisir très discret mais audible par la magicienne. Le fait de se retrouver ainsi nue devant une inconnue l'excita involontairement. L'ambiance de la pièce était propice à ce genre de vice. Même si elle ne pouvait voir, elle sentit l'aura de perversion et la force mentale de Samara. Bien faible a coté d'elle, Azuria sentit qu'elle n'avait aucune chance tant qu'elle porte ce collier en Obsidienne bien implanté sur son cou :

« Dame Samara, a quoi ressemblez-vous, je suis aveugle et sans ma maîtrise, je ne suis d'aucuns dangers pour vous. J'aimerais vous touchez pour avoir un aperçu. »

Sa voix se calma et Azuria ne bougea toujours pas attendant la réponse de celle qui l'avait entre ses mains. Rougissant toujours, elle essaya toujours de se retenir d'être aussi excitée inconsciemment de la situation serrant ses dents.
Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 459



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Janvier 19, 2015, 03:19:47 »

Nue comme un ver, attachée contre les liens, Azuria émergea rapidement, et se mit à parler. Samara l’écouta, tout en se déplaçant légèrement. Elle tenta, en vain, de se libérer, ou d’invoquer sa magie. Néanmoins, son odorat développé lui avait permis de sentir sa présence. Samara ne disait rien, la laissant parler. Nue, belle et désirable, Azuria lui affirma tout de go refuser d’être sa poupée, tout en voulant se renseigner sur le sort des Terranides capturés. Samara continuait à rester silencieuse, jusqu’à percevoir l’excitation intime de la femme. Azuria était nue, et le vent caressait ses cuisses... Il fallait aussi croire que l’idée d’être ainsi nue, offerte à des regards libidineux, sans pouvoir voir quoi que ce soit, l’excitait particulièrement. Samara s’approcha alors, ses talons claquant sur le sol, ses bottes crissant contre sa peau, et sa main se leva, venant caresser l’une des joues d’Azuria.

« Tu as la langue bien pendue, petite neko... »

Elle posa un doigt sur sa bouche, l’empêchant ainsi de se répliquer, et déplaça son autre main, venant masser le sein droit de la neko. Elle le pressa tendrement, généreusement, le pinçant à hauteur du téton, tout en le remuant, le soulevant, l’abaissant. Cette femme était bien proportionnée, et Samara pouvait sentir le désir perler en elle, luisant dans tout son corps, s’exprimant totalement. Elle était sienne, sa petite esclave... Un délicieux cadeau offert par son esclave. Kazuha avait bien travaillé pour la récupérer, et Samara était déjà contente de cette jeune femme, qui était désormais sienne... Et ce même si, évidemment, elle prétendait le nier.

« Mais tu as un très joli corps... Inutile de dissimuler ta virginité, Azuria, je la sens... Quant au sort de tes amis... Disons qu’il dépendra en grande partie de toi et de ton comportement. »

Que voulait-elle dire par là ? Samara allait y venir. Elle libéra la bouche d’Azuria, et pinça son autre sein, malaxant ainsi avec chacune de ses mains ses seins. Elle était experte et douée, tout simplement parce que Samara avait déjà malaxé, empoigné, et pressé bien des poitrines auparavant. Les seins généreux de la neko se perdaient dans les paumes de ses mains, et elle continua à parler, lui exposant ce qui s’était passé :

« Kazuha a remonté ta piste, mais les gardes aussi... Tes Terranides ont été capturés. Cependant, je suis une femme influente... Une Archimage, mais aussi une haut-fonctionnaire impériale. Je peux les libérer, les transférer dans un endroit abandonné où ils n’auront aucune difficulté à être heureux et à pouvoir s’épanouir en pleine forêt... Ou je peux aussi ne rien faire, et les laisser finir dans des mines d’argent, dans des forges gigantesques, ou être empaillés... Tout dépend de toi et de ton comportement vis-à-vis de moi, Azuria... »

Samara laissa sa phrase en suspens, continuant à peloter les seins de la neko, puis déplaça ses mains, venant caresser ses hanches. Il fallait bien l’admettre : ce petit jeu l’excitait énormément. Un sourire épanoui sur les lèvres, la Reine des Lames se faisait véritablement plaisir ce moment. Elle savourait cette femme, ce corps, toutes les promesses implicites qu’elle était en train de faire entendre... Tout n’était qu’une éternelle et sempiternelle promesse de douceur et de sexe sauvage et débridé. Samara avait donc toutes les raisons du monde d’être excitée.

Et, pour l’instant, mais pour l’instant seulement, elle préférait laisser à Azuria sa cécité.

« Dis que tu veux être ma salope, Azuria... Dis que tu veux que je te fouette le dos, obéis-moi, et j’intercéderai en faveur de tes Terranides. Refuse, fais la rebelle, et leur sort risque de n’être guère agréable... »

C’était un chantage affectif... À force de côtoyer des esclavagistes comme Miss Warren, aux méthodes complexes, Samara avait fini par s’en imprégner.

Il fallait bien admettre que c’était plutôt efficace.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azuria Nahima
Terranide
-

Messages: 47



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Janvier 19, 2015, 10:03:28 »

Un sourire se dessina sur le visage de la Terranide lorsque Samara lui dit qu'elle avait la langue bien pendu. Avant qu'elle puisse faire quoi que ce soit, Samara lui bloqua la bouche et commença à lui caresser la poitrine. Sa virginité a était repérer facilement par l'archimage qui lui raconta la suite des événements. Les chers Terranides d'Azuria ont étaient capturés à cause d'elle lorsqu'elle a fui. Elle devint blanche et baissa la tête sembla complètement abattu par cette nouvelle. Azuria se laissa donc faire espérant que Samara userait de son influence pour les sauver et tenir sa promesse. L'expérience de la démone la surprit devant le plaisir qu'elle lui procure. Ne s'attendant pas à être aussi excitée par sa position de soumise, Azuria écarta légèrement les jambes par réflexe laissant Samara abusée d'elle :

« Han Samara, arrêtez, je n'aime pas du tout ça. Je suis sure que si je vous laisse faire, vous me mentirez. Les riches d'Ashnard n'ont aucune parole. »

Azuria fronça les sourcils et essaya de mordre Samara passant bien loin du visage de l'archimage. Complètement démunit, elle resserra ses jambes trop excitées par ce qu'elle subit. Samara lui toucha alors les hanches et Azuria poussa un cri de plaisir. Elle ferma sa bouche, honteuse d'avoir crié ainsi. Particulièrement sensible sur les hanches, Azuria bougea son corps de droite à gauche pour faire partir Samara sachant bien qu'elle ne résiste pas longtemps sous les caresses délicieuses de Samara. Intérieurement prête à être la salope personnelle de la démone Samara, elle lutta pour résister au maximum :

« Je ne serais jamais votre salope, comme vous dites. Libérez-moi et on verra si vous faites encore la maligne avec un collier d'obsidienne. »

Le regard plein de défis, Azuria releva la tête et regarda Samara. Son corps tremblota prouvant qu'elle meurt d'envie d'être le jouet de l'archimage et de son pouvoir. Azuria força sur ses étreintes voulant les briser :

« Han, mais laissez moi partir enfin. Je vous hais. »

Azuria se mit a pleurer complètement démunis face à une situation qui lui échappe totalement. Face à elle, la démone Samara qui meut d'envie de la soumettre et d'en faire sa peluche salope. Réfléchissant a la situation, Azuria se calma et cessa enfin toutes résistances. S'avouant vaincu, elle baissa la tête :

« C'est bon, j'arrête. Faites de moi, votre salope, maîtresse Samara. Fouettez-moi jusqu'au sang mais promettez moi de sauver mes amis. »

Faites de moi, votre salope, maîtresse Samara. Azuria serra les dents et pensa à la nuit qui l'attendait. Une nuit de torture et de sévices sexuels complètement tordu. Peut-être même que Kazuha viendra avec les filles :

« Embrassez-moi maîtresse. Punissez-moi d'être aussi vilaine. Mais détachez moi, je ne pourrais pas être votre peluche dans cette position. »

Azuria bougea son corps d'impatience ronronna et appela sa maîtresse à la démonter jusqu'à épuisement.
Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 459



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Janvier 24, 2015, 03:31:42 »

Azuria avait un corps tendre, chaud et doux, comme on l’attendait des nekos. Les Terranides étaient très appréciables pour les gens comme eux grâce à ça. Ils avaient un corps très doux, une fois qu’on les avait bien nettoyés. Azuria serait une parfaite peluche, clairement. Elle remuait d’avant en arrière, tout en parlant de sa voix douce, mais non moins forte. Paniquée, des idées contradictoires se mélangeaient dans les mots d’Azuria, voulant tantôt se libérer, ce qu’elle manifesta en tentant vainement de la mordre, tantôt la servir, en mouillant, en gémissant, et en indiquant qu’elle pouvait la fouetter. Samara souriait, un sourire invisible pour la neko, mais qui était non moins présent. Azuria dansait sur place, faisant hésiter Samara. La neko termina en disant qu’elle voulait que Samara libère ses liens, et, pour seule première réponse, Samara avança ses mains sur les fesses d’Azuria, venant les palper et les presser, une main sur chaque fesse. Elle les serra généreusement, les malaxant, son corps venant se blottir contre le sien, ses doigts remuant chacune de ses belles fesses potelées dans tous les sens, les pressant et les empoignant.

« Hum... Te libérer... Alors que tu as tenté de me mordre ? Tu es bien présomptueuse, Azuria... Avant cela, il faut que je t’apprenne le respect, ma douce... »

Samara s’écarta d’elle, en déposant un nouveau baiser, très bref, sur ses lèvres. Elle s’écarta d’elle, et alla chercher l’un de ses fouets. Azuria était attachée au milieu de la pièce, et l’Archimage se déplaça lentement dans son dos, faisant claquer les talons, suffisamment fort pour que la neko l’entende, et qu’elle sache ainsi d’où venait les sons. Elle souleva alors son fouet, et l’abattit dans le vide. La particularité du fouet était que ce dernier, juste en pénétrant dans l’air, faisait du bruit. D’un point de vue scientifique, c’est ce qu’on appelait, familièrement, un « bang supersonique » : la vitesse du fouet dépassait la vitesse du son, produisant ainsi un claquement sonore. Un son extrêmement délicieux, et qui, souvent, faisait office d’avertissement. Samara souleva ainsi le fouet, et fouetta l’air pendant quelques secondes, avant de se déplacer à nouveau.

Un léger gloussement s’échappa de ses lèvre, et elle regardait le dos d’Azuria.

« Tu as un dos magnifique, ma chérie... Allez, régale-moi de tes larmes et de tes cris... »

Ce fut l’heure du fouet. Samara le leva à nouveau, et l’abattit en plein milieu du dos d’Azura. Le fouet claqua et le cuir mordit la peau d’Azuria, laissant une traînée rouge. L’arme repartit ensuite en arrière, se redressa, et frappa à nouveau, fouettant Azuria à hauteur des fesses. Fort heureusement pour la neko, c’était un fouet peu dangereux, comme une lame émoussée. Un véritable fouet lui découperait la chair en morceaux, mais Samara ne voulait pas briser sa peluche... Juste la faire souffrir. Le fouet continua à s’abattre, faisant se dandiner le corps d’Azuria d’avant en arrière, à chacun des coups de fouet qu’elle recevait sur son dos et sur ses fesses.

Samara continua ainsi à la fouetter, une bonne dizaine de fois. Chaque coup de fouet l’excitait, l’amenant à se mordre les lèvres. Elle fouettait aussi beaucoup sa belle Kazuha, car elle estimait que c’était le meilleur moyen de soumettre quelqu’un, de montrer à cette personne qui était celui ayant le pouvoir. Quand elle termina, le dos de et les fesses d’Azuria étaient biens rouges. Samara claqua alors dans sa main, et les liens retenant les bras et les jambes d’Azuria se retirèrent. La neko tomba sur le sol, et Samara marcha lentement, ondulant des hanches, ses talons claquant sur le sol.

« Montre à quel point tu aimes que ta Maîtresse te fouette, petite salope, et viens lui lécher les pieds... »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azuria Nahima
Terranide
-

Messages: 47



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Janvier 29, 2015, 07:59:47 »

Azuria, toujours attachée par la magie, fut embrassée par la démone Samara. Son baiser la fit mouiller encore plus laissant un petit gémissement sortir de sa bouche. l'archimage prit un fouet et fit claquer l'air. Un tremblement parcourut le corps de la Terranide qui avait une phobie immense pour cette arme. La peur la gagna lorsque Samara lui demanda de lui faire entendre ses cris et ses larmes :

« Tu aimerais bien. »

Le fouet lui claqua le dos et Azuria poussa un cri déchirant de toutes ses forces. Le fouet s'abattit de plus en plus fort sans faire saigner Azuria qui pleura sans se retenir. Un tel état de soumission la détruisit et finit par la briser au plus le fouet la frapper. Elle bougea dans tous les sens sous l'excitation, mais aussi sous la colère :

« Han pétasse, arrêtes ça. »

Azuria cria et essaya d'invoquer ses pouvoirs faisant briller le cristal puis celui-ci l'absorba rendant Azuria aussi inoffensif qu'un petit chaton. Son petit cul de féline fut aussi rouge qu'une tomate ainsi que son dos. La douleur la fit encore pleurer ce qui excita encore plus la démone qui la relâcha enfin. Sans aucune force physique et mentale, elle s'écroula au sol comme un poids mort et atterrit à coter des pieds de Samara. Elle lui demanda alors de se comporter comme une salope et de lui lécher les pieds :

« Oui.... Maîtresse. »

Azuria se mit à quatre pattes puis chercha les pieds de Samara avec ses mains n'y voyant rien du tout. Une fois ceux-ci trouver, elle lui caressa doucement les pieds puis se mit à les léchers comme la petite soumise qu'elle est a présent. Trouvant que ce n'est pas si désagréable, elle lui prit une jambe et la caressant doucement remontant au fur et à mesure des jambes. Elle arriva à l'entre-jambe de Samara et se frottant contre montrant qu'elle désirait cet endroit :

« Maîtresse, prenez-moi, j'ai hâte de vous sentir en moi. Prenez ma virginité, elle est a vous. »

Azuria ronronna mouillant encore plus. Elle se dandina contre Samara mordillant son habit voulant lui enlever pour lui faire du bien. Sa grosse poitrine s'écrasa contre l'une des jambes de Samara et la Terranide mima une branlette espagnol entre ses gros seins pour exciter encore plus l'archimage. Des supplications complétèrent les demandes d'Azuria :

« Kazuha peut venir aussi. Je suis toute a vous. Pitié, prenez-moi, je n'en peux plus d'attendre. Fouettez-moi, donnez-moi a des centaines d'hommes, mais pitié, faites-moi, ça maintenant. »
Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 459



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Janvier 31, 2015, 03:22:54 »

Azuria avait été retournée avec la force d’un deux mettant ses gants de boxe pour affronter sur le ring un flush royal. Elle était vaincue dès le premier round, dès les premiers coups de fouet. S’écroulant sur le sol, elle s’était relevée avec la soumission dans tout le corps. L’obsidienne l’empêchait d’utiliser sa magie. Samara avait un cristal d’obsidienne de bonne qualité, et elle s’entraînait régulièrement avec eux. L’obsidienne était un cristal aux propriétés magiques fascinantes, car il permettait naturellement d’atténuer et de perturber la magie. Les cristaux d’obsidienne étaient traités par des laboratoires spécialisés, et vendus aux esclavagistes, principalement. Ils permettaient ainsi d’empêcher les Terranides disposant de facultés magiques de s’en servir. Si Samara connaissait la culture terrienne, elle aurait pu dire que l’obsidienne était la kryptonite de la magie... En théorie. En pratique, c’était un pue plus nuancé que ça.

Un cristal mal taillé était beaucoup moins efficace, et, selon la distance entre le cristal et le mage, la magie était plus ou moins sensible. C’est de cette manière qu’il existait des cristaux encore plus rares et encore plus efficaces, comme la dymérite. Samara disposait de plusieurs cristaux d’obsidienne, et elle avait pu remarquer que, en se concentrant énormément, elle pouvait surpasser les effets négatifs de cristaux mal taillés. En revanche, quand elle s’en mettait un sur le corps, toute sa magie s’atténuait, absorbée par le cristal. D’après certaines théories, seules les Sources avaient le pouvoir de surpasser les cristaux d’obsidienne... Si on adhérait à cette théorie. La Source était ainsi un être qui naissait au monde avec un potentiel magique incommensurable, si fort que, généralement, ce potentiel le submergeait dès ses premières années. C’était une théorie pédagogique qu’on utilisait pour enseigner aux élèves la différence entre le « potentiel magique » et la « capacité magique réelle » d’une personne. Tout individu avait en soi un potentiel magique plus ou moins fort, et c’était ce qui expliquait pourquoi des individus n’ayant reçu aucune formation magique pouvaient utiliser la magie. En revanche, il y avait une différence entre ce qu’un individu était théoriquement capable de faire, et ce qu’il pouvait réellement faire. Les académies magiques n’avaient que pour but d’enseigner aux novices l’art et la manière d’exploiter au mieux leur potentiel.

Azuria n’avait visiblement pas eu besoin d’une école pour utiliser sa magie, ce qui était le signe qu’elle avait un fort potentiel, renforçant donc sa valeur comme poupée sexuelle... Elle se rapprocha de Samara, léchant ses bottes, puis se fit impatiente, désirant se faire prendre, allant jusqu’à mordiller sa culotte.

« Kazuha peut venir aussi. Je suis toute a vous. Pitié, prenez-moi, je n'en peux plus d'attendre. Fouettez-moi, donnez-moi a des centaines d'hommes, mais pitié, faites-moi, ça maintenant. »

La main de Samara gifla sèchement la joue d’Azuria, provoquant un claquement sonore qui envoya Azuria sur le sol. Samara agit rapidement, et posa son pied sur l’intimité d’Azuria, appuyant dessus, douloureusement, fermement. Son fouet fouetta à nouveau, et claqua les tétons de la neko, mordant avec la vivacité d’un serpent, avant de se replier dans sa caverne.

« Depuis quand les esclaves donnent-elles des ordres à leurs Maîtresses, petite salope ? C’est MOI qui détermine quand et comment je te baiserai, misérable traînée ! »

Elle appuya encore un peu sur son intimité. Samara sentait tout le plaisir de la jeune femme, et relâcha son pied. Azuria s’était frottée à elle, et, même si Samara venait de la battre, elle avait apprécié ce spectacle. Elle l’avait battu par principe, pour lui apprendre qu’on ne se comportait pas ainsi avec sa Maîtresse. L’entendre gémir et supplier était un vrai régal, et constituait un véritable cercle vicieux. Si Azuria n’avait pas gémi, Samara aurait continué à la torturer, et, en gémissant, elle se faisait également battre. En conclusion, peu importe le chemin pris, Azuria se faisait battre et humilier.

« Maintenant, mets-toi à quatre pattes, et bombe bien ton petit cul de pétasse, sale pute. »

Samara attendit qu’Azuria s’exécute, puis défit le haut de sa tunique, qui tomba sur le sol. Elle n’avait plus sur le corps que ses longs gants et ses bottes, et laissa une verge rouge sortir de son corps, dans un long soupir de plaisir. Comme elle était excitée, son sexe sortit, recouvert de mouille.

« Allez, petite pute, j’arrive... »

Ses mains se posèrent sur ses hanches, et elle s’avança... Puis enfonça sa verge dans son intimité, broyant rapidement son hymen, gémissant de plaisir, fermant les yeux en sentant le sang virginal d’Azuria glisser le long de sa hampe de chair.

Magnifique !
« Dernière édition: Février 07, 2015, 03:36:01 par Samara » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Azuria Nahima
Terranide
-

Messages: 47



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Février 06, 2015, 11:40:51 »

Le trop de paroles prononcer par Azuria finit par exaspérer Samara. Celle-ci la gifla pour la faire taire puis l'envoya plus loin sous le choc. Son fouet claqua sur les tétons durs de la Terranide qui poussa un couinement de douleur. Samara lui cria après et lui demanda de fermer sa bouche et de ce mettre a quatre pattes pour qu'elle s'amuse. La démone la traita de pétasse et de sale pute se qui énerva encore plus Azuria. Malgré le collier en obsidienne, elle essaya d'appeler ses pouvoirs pour fuir le plus vite possible sans aucuns effets. Pour seule effet, le cristal brilla de nouveau et aspira les pouvoirs de la Terranide. Elle sentit une grosse fatigue dans son corps et se mit a quatre pattes comme Samara lui ordonna. Ne sachant pas ce qu'elle allait faire, Azuria dandinna ses fesses et bougea sa queue pour exciter la démone :

« Maîtresse, je vous attend. »

Samara invoqua un membre d'homme et pénétra Azuria sans aucun respect ni attention. La Terranide couina et pleura de douleur sentant le sang coulait sur ses jambes. Elle se cogna la tête au sol sous la douleur et fut un peu assommée. Tremblotante, elle griffa le sol pour se libérer de l'emprise de l'archimage :

« Arrêtez, vous me faite mal. Ce n'est pas comme ça qu'il faut faire. »

Malgré les supplications d'Azuria, la douleur disparut petit a petit et elle fit place au plaisir. Azuria sentit le membre en elle rentrer facilement et trouver le chemin tout seul. La Terranide mouilla même sans se contrôler rougissant de ce nouveau traitement. Le cul d'Azuria se frotter contre Samara en demandant aussi. La petite chose frotta sa poitrine contre le sol au rythme des coups de butoir en elle :

« Maîtresse Samara, plus fort. Continuez de me battre. Je ne fais que parler. »

Azuria s'offrit le luxe de provoquer ouvertement l'archimage par défis. Elle dandina ses fesses et malaxa sa grosse poitrine. Ronronnant très fort et mouillant encore plus, elle commença a apprécier fortement le traitement de la démone. Malaxant fortement sa poitrine, elle se mordilla les tétons et s'enfonçant encore plus fort sur le membre de Samara lui montrant qu'elle aime et qu'elle veut encore plus de coups de butoir et de nouvelles sensations. Des gémissements sortirent de la bouche de la poupée qui mouille de plus en plus.
Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 459



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Février 09, 2015, 02:48:50 »

Samara pénétrait joyeusement Azuria, s’enfonçant en elle. C’était une petite vierge, et, par conséquent, elle ne tarda pas à perforer l’hymen, ce qui, évidemment, engendra dans le corps d’Azuria une vive douleur... Et dans celui de Samara un fort plaisir. Le long de son membre, elle sentit des auréoles de sang, le sang virginal d’Azuria, décorant ce dernier. Azuria venait de lui offrir son corps, sa fleur venait d’être butinée pour la première fois, et, malgré ses protestations, Samara poursuivit. Azuria était à elle, sa poupée, sa grosse peluche à ronrons, et l’Archimage remua en elle, d’avant en arrière, pénétrant et défonçant joyeusement la neko, sans relâche. Elle y allait de plus en plus franchement, peinant au début à forcer un passage. L’intimité d’Azuria, en effet, était étroite, mais la neko mouillait tellement qu’il ne fut pas bien difficile ‘y entrer, de glisser, et, progressivement, d’écarter ses parois. Cet espace creux et étroit, cependant, constituait un vrai régal. Samara soupirait longuement, relevant la tête, reprenant son souffle, avant de continuer ses coups de reins, sans tenir compte des protestations d’Azuria, et ce dans le sens où, peu importe ce qu’elle disait, Azuria ne pouvait pas dissimuler son excitation.

Peu à peu, la neko cessa même de se révolter, acceptant pleinement la présence du membre de Samara en elle, et l’Archimage remua sa queue plus joyeusement, la pénétrant rudement, d’avant en arrière, s’enfonçant de plus en plus facilement en elle, giflant ses belles petites fesses, en sentant Azuria frémissante d’envie, son con ne demandant qu’à se faire labourer par les assauts fougueux et incessants de l’Archimage... Un domaine dans lequel Samara comptait bien la satisfaire.

« Haaaa, salope, ma belle petite pute ! »

Azuria n’était pas au bout de ses peines, et allait rapidement comprendre ô combien il était jouissif de coucher avec une Archimage. Alors que Samara remuait en elle, sa magie agit, et, sous les yeux d’Azuria, une autre Samara apparut, totalement nue. Un clone magique de la version originelle, qui posa ses mains sur les cheveux d’Azuria ainsi que sur son menton, afin de redresser son visage, de manière à ce qu’Azuria se tienne bien. Ainsi, tandis que Samara se plongeait en elle, remuant son membre dans son sexe, l’autre Samara enfonça sa queue dans la bouche de la jeune femme.

Comme ça, Azuria ne pourrait plus trop parler, et aurait également la chance d’être prise à deux endroits à la fois. Samara continua donc ses coups de reins, avec un plaisir et une hargne renouvelés à chaque fois. Ses assauts étaient rapides, violents, et de plus en plus nerveux, sa verge se retirant de moins en moins du trou intime d’Azuria, se contentant de glisser à l’intérieur, d’avant en arrière, longuement et joyeusement.

« Hummm... ! Ce que tu es bonne, ma chérie !! C’est bien, ma petite pute, haaaann... C’est très bien !! »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox