banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Forge Legacy [Kara Forge]  (Lu 2292 fois)
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Juillet 15, 2015, 03:25:01 »

Pour autant qu'elle s'en souvienne, Kara ne s'était pas trouvée dans un tel état d'excitation depuis la première fois qu'elle avait fait l'amour, avec l'une de ses camarades, et cela remontait déjà à plus de six ans. De nombreux facteurs expliquaient cet état exceptionnel, où la jeune femme d'ordinaire très maîtresse d'elle même se trouvait à devoir lutter pour garder sa contenance. Sa promotion en tant que bras droit de Miranda Forge pour commencer, ce qui était en soit l'objectif de toute une vie, et qu'elle était parvenue à réaliser dès ses plus jeunes années, l'euphorie de cette nouvelle très récente avait de quoi tourner la tête de n'importe qui. Ensuite, Miranda Forge elle même était la grande raison de son état. Cette femme cumulait sa beauté, son statut de supérieure, et son âge plus grand que celui de Kara qui s'accompagnait d'une expérience proportionnelle. La jeune femme avait toujours eu le béguin pour des femmes plus expérimentées, et plus âgées qu'elle, elle ne se l'expliquait pas rationnellement, c'était juste un de ses fantasmes: la femme d'âge mûr.
Kara était littéralement en train de fondre sur place, il était tellement rare qu'elle accepte ainsi la position de dominée que c'en était presque nouveau pour elle, mais face à l'une des femmes les plus puissantes de la société Tekhanne, celui ne lui semblait pas aberrant, c'était même plutôt logique. Oh et puis ses doigts...les doigts de cette femme qui n'hésitèrent pas un instant à se glisser en elle, face à l'absence de défense en tissu pour protéger son intimité. Kara s'était douté que son entrevue se finirait ainsi, et en ayant choisi cette tenue, avait même cherché à provoquer cette opportunité, elle ne se serait toutefois pas douté que ça serait aussi intense dès les préliminaires...mais quand le corps s'exprimait, il n'y avait rien d'autre à faire que se laisser porter par la vague. Kara se tendit délicieusement en sentant les doigts fins de Miranda se glisser à l'intérieur de son vagin, bougeant et triturant dans son intimité.

Ah...Hmmmmm oui...

La jeune femme soupirait d'aise, tout en tendant l'oreille à ce que Miranda lui murmurait. Elle était réellement impressionnée par la capacité de cette femme à conserver son calme, certains signes de son corps trahissaient une excitation au moins aussi importante que la sienne, mais Miss Forge avait pour elle des années et des années d'expérience, et gardait bien plus de contenance que Kara. La jeune femme n'en menait pas large, entre les baisers et les caresses, couplés avec cette voix enchanteresse. Assistante dans les aventures sexuelles d'une milliardaire connue pour sa perversion sans bornes, voilà qui était donc officialisé, en plus des responsabilités plus sérieuses de bras droit. Kara n'y voyait là pas une contrainte, absolument pas, coucher régulièrement avec Miranda Forge allait lui apparaître plutôt comme un loisir auquel elle était déjà accroc alors qu'elles n'avaient même pas commencé.
La jeune femme s'était contentée d'écouter et d'acquiesser par de petits soupirs aux paroles de Miranda, c'était difficile de faire quoi que ce soit d'autre alors qu'en même temps, la femme caressait son corps, embrassait sa peau, et jouait habilement avec ses zones sensibles. Kara parvint à reprendre un peu ses esprits quand finalement elle pu se redresser, invitée par Forge qui s'était alors retirée de son dos. Face à elle, sa patronne la tenait par les épaules, et à cet instant Kara se sentit...étrangement proche d'elle. Ce fût un sentiment fugace, très rapide, celui d'une fille face à sa mère, mais comme elle n'avait jamais rien éprouvé de tel pour ses mères adoptives, elle n'aurait jamais pu faire le lien, sans compter que niveau émotionnel, elle se trouvait actuellement assaillie de toutes parts. Kara répondit au baiser de Miranda Forge, le tout en posant ses mains dans le dos de sa partenaire. Un baiser court, suivi par une question...qui obtint une réponse, sans pour autant que la moindre parole ne soit prononcée.

Kara rapprocha alors à toute vitesse ses lèvres de celles de Miranda, et entreprit à nouveau de l'embrasser, plus férocement cette fois, passionnément même, tout en ayant glissé ses mains plus en bas, jusqu'à atteindre le cul de sa patronne pour l'empoigner fermement. Si Kara n'avait pas l'expérience et la capacité de se contrôler de Miranda, elle avait en revanche pour elle sa beauté rare, et surtout la fougue de sa jeunesse. Une assistante certes, mais Miranda Forge ne voulait sans doute pas d'une petite soumise à un pareil poste, plutôt d'une femme apte à manoeuvrer à ses côtés, à sa façon. Elle l'embrassa ainsi pendant une longue minute, sans se laisser le soin de reprendre son souffle, et elle ne se retira que lorsqu'elle se sentit presque à court d'air, sa respiration devenant haletante.

Je pense que cette réponse devrait vous convenir Miss Forge...mais juste au cas où...

Ses mains remontèrent alors lentement, en épousant la corps de Miranda tout le long de leur chemin jusqu'à ses épaules, suite à quoi Kara entreprit doucement d'avancer, laissant tout le soin à sa patronne de reculer à son tour.

Permettez que je dissipe pleinement tout malentendu...

Kara poussa alors Miranda, qui chuta directement sur le lit deux places qui se trouvait dans la pièce, il lui avait fait de l'oeil depuis son entrée ici, et la jeune avocate avait bien l'intention de profiter de son confort. Elle entreprit alors de définitivement montrer à Miss Forge l'acceptation des clauses de son contrat, en posant ses propres mains sur les rebords d'épaules de sa robe, en ayant au préalable retiré sa ceinture blanche. Elle les fit glisser, et il n'en fallu pas plus pour que l'effet de gravité artificielle ne fasse le reste, la robe de Kara ne pouvant plus tenir en place, elle tomba le long de ses jambes, et révéla la jeune femme dans sa splendide nudité.
Décidée à jouer encore un peu, Kara glissa alors ses mains le long de ses cheveux blonds, les saisissant délicatement pour les remonter et ainsi dégager complètement son dos et ses épaules, et tout en lançant à Miss Forge des regards de braise et des petits sourires aguicheurs, elle tourna lentement sur elle même tout en se déchaussant. Un tour complet, au cours duquel elle se cambra pour mettre en valeur les courbes de son corps qu'elle s'avait exquis, avant de relâcher ses cheveux et de s'avancer en direction du lit, d'une démarche lente et sensuelle.

Toujours intéressée pour mon embauche Miss Forge ?

Et paf, retournement de situation, où elle avait cette fois mené la danse à son rythme. Elle s'approcha du lit, et se vint se placer à califourchon sur cette magnifique femme, en se dandinant un peu au passage.
« Dernière édition: Février 21, 2016, 03:33:21 par Kara Forge » Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #16 le: Juillet 15, 2015, 04:46:26 »

Quand on rejoignait une entreprise aussi importante que GeoWeapon Corp., et qu’on convoitait un statut de cadre ou un poste à responsabilités, il y avait quelques règles de base à accepter : un gros salaire, des avantages en nature, mais aussi affronter la politique de l’entreprise. Il y avait une chose avec laquelle GWC avait du mal à s’entendre : la notion de distance entre « vie privée » et « vie professionnelle ». Au sein d’une entreprise comme GWC, un cadre ne travaillait pas 35 heures par semaine, il approchait plutôt des 100 heures par semaine, et c’était pour ça que la mégacorporation offrait à ses employés distingués de multiples avantages : un logement de fonction suffisamment grand pour accueillir sa famille, une voiture, la possibilité de faire du télétravail... Tout était fait pour favoriser les employées de GWC à travailler au mieux possible, ce qui amenait beaucoup de gens à voir dans la politique de GWC, comme d’autres mégacorporations, une forme de « néo-esclavagisme », ce dont la société se défendait très bien, en invoquant les salaires fournis, et les différentes primes. L’une des spécialités de GWC était ainsi d’organiser des concours de performances entre employées, en offrant à la gagnante de ces concours une esclave issue du programme « GeoSlave ». C’était un don suffisamment précieux pour motiver n’importe qui. Et puis, plus on montait, et plus on se devait de se dévouer à l’entreprise. Kara était en train de le comprendre. Elle n’aurait pas 35 heures hebdomadaires, ni même 100, mais 168 heures de travail par semaine. Autrement dit, sa vie allait être son travail, et c’était bien pour ça que Miranda et elle devaient partager leurs fantasmes communs. Bien sûr, Miranda aurait pu révéler le pot-aux-roses, lui dire quelle incroyable destinée attendait Kara... Mais il fallait que l’envie der diriger vienne d’elle-même, et qu’elle ne voit pas ça comme un droit-créance dont elle disposerait par enfance, mais comme un droit-devoir, quelque chose qu’elle aurait mérité à la sueur de son front, et aux mouvements de ses hanches. Voilà pourquoi Miranda lui exposait sans gêne, mais au contraire avec un plaisir contenu et de plus en plus fort, l’ensemble de ses fantasmes. Autant que Kara soit au courant, et, si elle était une digne Forge, ceci ne la dérangerait pas...

Et ce fut le cas, bien entendu. Miranda trembla de plaisir quand elle sentit les mains de Kara se poser sur ses fesses, les palpant, et elle répondit volontiers à son baiser, glissant une main dans ses cheveux, l’autre dans le creux de son dos. Trop tard pour faire marche arrière, ou pour continuer la rédaction du contrat, les deux femmes avaient fini par craquer, l’une contre l’autre. C’était normal, prévisible, et intégralement délicieux. Kara était une femme parfaite, et ce baiser fit trembler Miranda des pieds à la tête. Kara prit peu à peu ses aies, poussant Miranda. Ses chevilles heurtèrent son grand lit, et il était bien évident que Miranda n’avait pas fait venir cette magnifique femme dans sa chambre sans arrière-pensée. Kara finit par la pousser, et Miranda s’étala joyeusement sur le lit, se pinçant les lèvres en relevant son visage pour la regarder.

« Oh, Kara... »

Elle se pinça les lèvres, et vit Kara se rapprocher, puis retirer sa robe de travail. Une tenue particulière, qui ne tenait que par un savant usage de nanofibres intégrées à la robe, et qui en facilitaient l’adhésion sur son corps. Une tenue extrêmement onéreuse, qui tomba rapidement sur le sol. Kara continua à se déshabiller, et lui fit un petit show, en tournoyant sur elle-même, retenant ses longs cheveux d’une main... Et Miranda, elle, n’en perdit évidemment pas une miette. Que ce soit sa chute de reins, la coupe de sa silhouette, la forme anguleuse de son corps, la beauté de ses longues jambes fuselées, son cou magnifique, ses seins amples et généreux, ou son cul ferme et rebondi, tout, chez Kara, transpirait la beauté et la perfection. Miranda était sous le charme, totalement conquise, subjuguée par la beauté impériale de sa fille... Oh, comment douter, à ce moment, que Kara puisse être autre chose qu’une Forge ? Après ce petit tour de présentation, qui avait donné à Miranda suffisamment de fantasmes et d’idées pour alimenter toute une collection de films pornos, elle laissa Kara grimper sur le lit, se rapprochant d’elle, telle une panthère sauvage, faisant frissonner Miranda de partout. Elle en aurait presque pleuré, tant elle en était émue ! C’était sa fille, sa belle petite fille, qu’elle avait tenu dans ses bras alors qu’elle n’était qu’un bébé, et qu’elle avait suivi à distance pendant toute sa vie. Et sa fille était belle, si douée, si forte...

Kara se posa à califourchon sur elle, après une ultime invitation, de sa voix magnifique, une voix douce, sensuelle, si sensuelle, et tellement belle, oh, tellement belle ! Kara lui avait demandé si elle était toujours intéressée par elle... Pour seule réponse, Miranda remonta sa main, et caressa la joue de Kara, puis glissa son pouce, pour venir frotter ses lèvres. Elle avait envie de jouer avec elle, et, avec son autre main, elle alla palper les fesses de la femme, en pinçant une.

« Je dirais que tu as de très bons arguments, Kara... Mais c’est un poste à plein temps que je te demande... Montre-moi de quoi tu es capable, ma chérie... »

Miranda avait différentes idées en tête, et écarta sa main, puis appuya sur un bouton de son réveil, ce qui déclencha un compte à rebours de dix heures.

« Si tu arrives à m’épuiser avant ce délai, ou à ne pas être épuisée à l’expiration de ce délai, ma puce, tu seras définitivement mon assistante... »

Un petit défi sexuel, quoi de mieux pour finaliser un contrat d’embauche ?
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Octobre 10, 2015, 01:23:18 »

Pour autant qu'elle s'en souvienne, Kara doutait d'avoir été dans un tel état d'excitation dans sa vie. Ce n'était pas que sexuel, mais aussi circonstanciel ce qu'elle ressentait, cete délicieuse sensation d'avoir atteint un but, celui de s'élever au dessus de ses origines modestes, celui de devenir autre chose que ce que ses mères avait voulu pour elle. Être l'assistante de la PDG d'une des plus puissantes Mégacorporations de Tekhos, voilà qui allait ouvrir à Kara bien des opportunités, des moyens, et des défis à la hauteur de son ambition dévorante. A elle l'accès aux hautes sphères de pouvoir, où elle pourrait jouer ses propres cartes, se faire son propre chemin tout en agrandissant celui de son employeuse. Ambitieuse certes, mais pas idiote, Kara n'avait, du moins pas pour l'instant, l'optique d'évincer d'une quelconque façon sa mécène, car elle sentait que Miranda Forge était dans la même veine qu'elle même: une prédatrice...au moins allaient-elles s'entendre à merveille.
Cela semblait d'ailleurs évident alors que Kara était nue, et assise à califourchon sur le corps allongé de Miranda, cette dernière en profita pour palper un peu le sien. Et tandis qu'une des mains de la dirigeante se posait sur son fessier, Kara ne manqua pas de s'approprier l'autre posée sur une de ses joues, notamment en attrapant ces doigts dans sa bouche, pour les lécher telle une catin en manque. Kara était d'un naturel joueuse, dominatrice, et même si elle prenait plaisir à devenir la petite chatte de Miss Forge, le regard brûlant qu'elle lui  lançait tout en suçant son index indiquait clairement que Kara était une passionnée, et donc pouvait à sa manière griffer. Le compte à rebourdd, qui était parti pour une dizaine d'heures, en tant que test à l'embauche, l'amusa beaucoup, au point qu'elle gloussa avant de retirer doucement le pouce de sa bouche.

Voilà qui me laissera peut-être le temps de vous montrerune partie de mes talents Miss Forge, même si je vous sens déjà toute émoustillée à la simple vue de mon corps...

Taquine et joueuse, Kara ondulait sensuellement son bassin contre le bas-ventre de Miranda, et tout en laissant les mains de sa patronne libres de faire ce qu'elle en voulait, celles de la jeune femme avaient leur proche chemin à se faire. Kara se baissa doucement, et approcha son visage de celui de Miranda pour à nouveau aller l'embrasser, tandis que ses mains allèrent flâtter les seins dela PDG, qui étaitn déjà dûrs, et magnifiquement nus sous le fin tissu que sa patronne portait encore...mais plus pour longtemps.

Vous savez quel est mon péché mignon Miss Forge ? Ce que j'adore faire avec mes partenaires, mes délicieuses petites proies ?

Cela étant dit, elle s'approcha de l'oreille de la femme, pour lui murmurer comme si elle lui confiait un secret. Kara avait toujours trouvé très sexy le fait de murmurer des paroles salaces dans le creux de l'oreille de ses amantes, surtout avec sa douce voix, très sensuelle, que beaucoup lui enviaient.

Les frustrer. J'adore les pousser à  la limite, et leur nier la délivrance, prendre tout mon temps en me déléctant de leur souffrance, alors que tout leur corps réclame un orgasme...leurs gémissements de petites traînées en manque...huuuuuum...

Elle lui mordilla alors le lobe de l'oreille, tout en pressant alors plus fermement ses seins, à la manière d'une tigresse jouant avec sa proie. PDG ou non, Kara si elle arrivait à être "soumise" dans le cadre du travail, l'était beaucoup moins dès qu'elle était dans un lit. Les gênes Forge avaient fait d'elle une dominatrice née, même face à sa mère dont elle ignorait la vraie nature. Elle descendit ses lèvres dans le creux du cou de Miranda, et alla la mordre également à cet endroit, juste assez fort pour laisser sa marque, et à de multiples reprises entre quelques coups de langue. Puis elle revint, aussi rapide qu'un félin, sur ces lèvres qu'elle prit entre ses dents, avant de se retirer tout aussi rapidement en se redressant, un air coquin illuminant son visage.

Mais vous Miss Forge...je serais aussi votre petite chatte, dévouée, douce, extrèmement nymphomane...

Mêlant les actes à la parole, les mains de Kara glissèrent le long des flancs de sa patronne, elle faisait en sorte que ses ongles parcourent toute cette surface, mais cette fois sans griffer, se montrant ainsi plus douce...plus docile. Puis elle se déplaca alors, se rapprochant des bords du lit tout en restant sur le matelas,à hauteur des pieds de Miss Forge, et profita de cette position pour retirer en envoyer au loin les chaussures à talon que sa patronne portait. Puis, à genoux entre les jambes écartées de Miranda, Kara se saisir alors d'une de ces jambes pour la soulever, posant une de ses mains à l'arrière du mollet, et l'autre venant sesaisir de ce pied qui lui faisait de l'oeil. Puis, après avoir lancé un clin d'oeil à sa patronne, elle entreprit de lécher son pied. Sa langue se posa contre la plante du pied, et elle lécha tout du long, à plusieurs reprise, avant de se concentrer sur ses doigts de pied qu'elle goba l'un après l'autre dans sa bouche pour les sucer.

Hmmmmmm....
Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #18 le: Octobre 10, 2015, 02:36:28 »

Allongée sur le lit, Miranda s’amusait à palper le fessier de Kara. Elle aurait aussi pu s’attaquer à ses seins, ou à tout le reste de son corps... Mais elle avait choisi de se concentrer sur son beau petit cul. Sa beauté était tout simplement... Parfaite. Elle était l’illustration de cette théorie selon laquelle les gènes, plutôt que de décliner, s’affinent et s’améliorent de génération en génération. Elle avait sucé son doigt avec une sensualité telle qu’elle aurait tout à fait pu être l’actrice-vendette des shows sexuels télévisés sponsorisés par GeoWeapon Corp. Kara réalisait-elle à quel point son héritage était immense ? GeoWeapon Corp. était un terrifiant empire commercial,  dont le chiffre d’affaires annuel écrabouillait le PNB de bien des États. C’était une firme tentaculaire, avec de multiples branches : GeoSex, GeoWeapon, GeoMedias, GeoLaw, etc... Il n’y avait pas un domaine que GWC n’avait pas marqué de son logo à Tekhos. Le lit d’une Forge accueillait des Sénatrices, d’autres femmes d’affaires, des souverains, quantité de femmes puissantes qui venaient réclamer son aide, car GWC, par son influence, avait le pouvoir de défaire ou de faire une région. Ses plans économiques, ses stratégies, étaient ainsi autant de politiques économiques qui avaient autant d’impact que ceux que le Sénat édictait. Il existait des régions entières qui n’existaient que grâce aux usines de GWC, ou à ses laboratoires, et, même si la production était à perte, GeoWeapon Corp. les maintenait. Nul se souciait des frasques sexuelles de Miranda, ou des expérimentations génétiques de la firme, du moment qu’elle continuait à fournir de l’emploi, et à lutter contre le chômage. C’était une leçon que Miranda avait retenu : elle offrait autant d’emploi que possible, car tout cela était rentable. Le salaire que sa firme fournissait à ses employés était récupéré sur leurs biens de consommation, la nourriture, la fourniture énergétique... Voilà tout ce que Kara allait miroiter, tout l’Empire qu’elle allait pouvoir contrôler. GWC avait accès à tout, et sa base de données était aussi vaste que les registres militaires. Chaque employé de la firme avait un dossier informatique, et la firme empiétait volontiers sur la vie privée de ses employés pour obtenir le plus grand nombre de données possibles. Voilà... Voilà l’héritage des Forge.

Et il commençait là, par une séance de sexe, par une belle bouche en cœur qui suçait un doigt, et par des mains venant se crisper sur un postérieur. Kara se pencha alors vers le corps de Miranda, et elles s’embrassèrent tendrement, la femme venant se courber vers elle, permettant à Miranda de pouvoir mieux malaxer ses fesses. Chacune de ses mains s’appuyait sur son postérieur, et elle remuait ce cul, écartant les fesses de Kara l’une de l’autre, simplement pour l’exciter... Et la femme se mit à parler, disant qu’elle comptait la frustrer, car c’était quelque chose qu’elle adorait.

*Oh, je le sais, j’ai vu les vidéos de sécurité de tes ébats sexuels avec tes collègues, Kara...*

Miranda considérait le sexe comme une chose très importante, sans doute encore plus que les capacités économiques ou sociétales. À Tekhos, le sexe était une valeur fondamentale, quelque chose qui permettait de s’élever socialement, et Miranda avait donc été ravie de mouiller à chaque fois qu’elle voyait Kara faire l’amour. Sa fille était tout simplement parfaite, et elle se regardait souvent chacune de ses prestations... Elle était donc ravie de pouvoir enfin l’embrasser, la palper, et tout son corps en frémissait de plaisir, ses seins venant se durcir, ses tétons pointant, le désir éclatant en elle comme rarement auparavant.

« Hmmm... Ouiii... »

Soupirant de plaisir, Miranda sentit la bouche de Kara s’attaquer à son cou, venant la mordiller. Une chose que Kara aimait bien faire, et qu’elle fit d’ailleurs à plusieurs reprises, alternant entre mordillements et lèchements, s’attaquant ainsi au corps de Miranda, faisant trembler cette dernière. Ses mains remontèrent pour griffer et caresser son dos, jouant avec ses longs cheveux, fourrant ses doigts dedans. Tout en elle était beau, magnifique, sensuel, attirant, excitant... Ah ! Comment ne pas aimer cette petite ? Comment ne pas ressentir un amour terrible en présence d’elle ?

Après avoir joué avec le lobe de son oreille, Kara se rapprocha de ses lèvres, lui glissant que, pour elle, elle serait sa « petite chatte », avant d’aller goulûment l’embrasser, un baiser auquel Miranda goûta sans hésitation, en soupirant de plaisir, la bouche contre celle de la femme. Un bref baiser... Avant de passer à la suite.

« Ohhh, ma chérie... »

La « chatte » justifia son surnom en grattant ses flancs avec ses beaux ongles, tout en se déplaçant. Coucher avec Miranda Forge... Pour Kara, ce devait être un rêve, la promesse d’une élévation sociale qui allait sûrement faire des envieuses d’un bout à l’autre de la société. Miranda avait couché avec des centaines d’employées, et elle n’avait encore jamais rencontré une seule femme de la firme n’ayant pas envie de faire l’amour avec elle. Ce n’était pas surprenant, après tout, car elle était Miranda Forge, la puissante PDG, et elle comprenait donc tout à fait que Kara se sente gonflée de fierté.

Bien décidée à lui prouver que toutes les parties de son corps lui faisaient envie, Kara se déplaça entre ses jambes, puis ôta les chaussures de Miranda, et souleva ses pieds, avant d’en approcher un de ses lèvres. Miranda se laissa faire, et déplaça l’autre, venant le poser en appui sur sa cuisse, un sourire sur les lèvres, répondant ainsi à celui de son amante. Kara approcha alors sa bouche, et entreprit de lécher ce pied, ce beau pied que, comme tout le reste de son corps, Miranda entretenait. Elle le lécha à hauteur de la plante, remontant ensuite jusqu’à ses doigts de pied, en faisant frissonner la femme blonde.

Le fétichisme... Un art qu’elle avait toujours su apprécier à sa juste valeur, quelque chose d’exquis et de magique. Elle remua ses doigts de pied, et, entre-temps, se servit de son autre pied pour caresser le corps de Kara, le redressant lentement, prudemment, et s’en servit pour caresser et frotter ses hanches.

« Hmmmm... Oh oui, ma belle, lèche bien... Suçote mes pieds, suçote les pieds de ta patronne, montre-lui à quel point tu la trouves belle et magnifique, et à quel point tu aimerais être comme elle... »

L’excitation était forte, très forte... Pour autant, il fallait que Miranda se calme, car, en aucun cas, elle ne devait avouer à Kara quel était leur secret. C’était une chose que sa fille devrait découvrir d’elle-même. Pour l’heure, il fallait juste qu’elles fassent l’amour, et que Miranda se contente de rattraper le temps perdu... Chose qu’elle faisait en l’occurrence à la perfection. Telle mère, telle fille, comme le disait le proverbe, et, en ce moment, il se justifiait à la perfection !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Octobre 12, 2015, 01:21:13 »

Kara avait rapidement pu s'en rendre compte, le fétichisme des pieds était assez répandu parmi les sphères de pouvoir de la société Tekhanne, et ce pour une raison simple. Que pouvait-il y avoir de plus évident pour illustrer un rapport de soumission qu'une femme léchant les pieds d'une autre ? C'était aussi simple qu'efficace, car il illustrait clairement les rapports de force entre deux femmes tout en étant une pratique très plaisante. Kara ici léchait donc les pieds d'une femme extrèmement puissante, et même si la jeune femme était d'un tempérament plutôt dominatrice, elle arrivait parfaitement à se faire à l'idée d'être exceptionnellement la chose de Miranda Forge. Elle avait été pendant un temps celle de Caitlin, sa supérieure au cabinet d'avocates de GeoLaw, mais Kara et Caitlin avaient une relation très particulière, car Kara ne se sentait absolument pas inférieure à cette femme. Elle l'avait donc toujours fait en se rebellant, et en reprenant même parfois le dessus, car il ne se passait jamais un seul instant sans que la jeune femme soit aux aguets pour torpiller sa supérieure, et la réciproque était vraie.
Mais ici, les choses étaient différentes. Miranda Forge était plus que sa patronne, elle était un modèle pour Kara, et ce depuis des années. Cette femme avait élevé sa corporation à  son statut de super-puissance actuelle, et continuait à la maintenir à ce stades et même à la faire d'avantage prospérer. Kara l'admirait, et avait longuement fantasmé sur elle, alors lui lécher les pieds était pour elle quelque chose de tout à fait naturel, et qu'elle appréciait grandement. La jeune femme y mettait du sien, pas de défiance, juste de l'envie, et cela devait se sentir au vu de la façon dont Miss Forge semblait apprécier ses caresses buccales, qui à elles seules lui montraient bien à quel point Kara l'enviait, et la respectait.
Pour la première fois de sa vie, la jeune femme se sentait presque humble. Presque seulement, elle considérait en effet que cette place revenait de droit à une femme de son calibre, mais tout de même...être l'assistante d'une membre de la lignée des Forge était a chance d'une vie, et n'était pas offerte à tout le monde. Elle passait pour ainsi dire son entretien pour ce job, et cela ne faisait que la pousser à se montrer sous son meilleur jour. Elle continua de lécher le pied de sa patronne pendant encore un moment, jusqu'à ce qu'elle ne déplace ses lèvres plus en avant, remontant le long de son mollet. Kara se mit à mordre à plusieurs reprises la peau de sa partenaire, tigresse qu'elle était, l'acte de mordre ses amantes sur tout le corps était un acte qu'elle appréciait, et en lien avec son attitude très féline qu'elle se donnait.

Votre peau est...Hum...à croquer...Miss Forge...

Chaque interruption entre ses mots étaient due à un baiser, ou à des coups de dents parfaitement dosés, car Kara aimait à laisser des marques de son passage sans pour autant blesser ses amantes. De  plus en plus, elle se rapprochait des cuisses de sa patronne, etlui lançait des regards brûlants alors que parallèlement, par sa position, elle pouvait voir sous la jupe de Miss Forge sa très légère culotte en dentelle. Elle continua à se rapprocher, ses baisers trouvant leur chemin à l'intérieur de la cuisse, tandis qu'elle envoya ses mains remonter la très courte jupe de Miranda, afin de lui laisser un accès plus aisé. Kara se retrouva donc accroupie, le visage très proche de l'intimité de sa partenaire, entre ses cuisses qu'elle écartait avec ses mains.
Ses doigts, joueurs, suivirent alors l'autoroute de ces cuisses jusqu'aux bordures de cette culotte, mais elle stoppa juste au moment où ses ongles allaient entrer en contact avec le tissu. Elle gratta alors légèrement la dentelle se trouvant sur les bords, tira un peu dessus avant de relâcher. Kara l'avait prévenue, elle adorait jouer ainsi, et frustrer une femme aussi puissante était trop tentant dans sa position pour ne pas oser le faire.

Hum...les sous-vêtements, quelle invention étrange ne trouvez vous pas Miss Forge ? Surtout dans une société comme la nôtre, où l'on peut-être amené à coucher à tout moment. Oh je ne nie pas leur côté potentiellement sexy, mais des fois...

Elle approcha alors son visage tout près de son intimité, et frotta délicatement le bout de son nez contre le tissu, qu'elle sentit alors légèrement humide.

...ils sont si surfaits...

Elle remonta alors sa bouche, puis se saisit du haut de la culotte avec ses dents, et commença alors à tirer, faisant glisser le sous-vêtement, avec une lenteur calculée, le long des jambes de Miss Forge. Elle prit tout son temps, volontairement, afin de faire durer le plaisir et de frustrer un peu sa patronne, sa belle patronne, à qui elle retira enfin sa culotte. Redressée sur ses genoux, elle garda durant quelques secondes ce bout de tissu entre ses dents, un peu à la manière d'une féline joueuse, avant de le laisser tomber sans plus de cérémonie.

On pourrait même pousser ce raisonnement jusqu'aux vêtements en eux mêmes qu'en pensez-vous ? En la situation présente, je me sens si bien nue...libre...

Tandis qu'elle parlait, Kara avait posé ses deux mains sur chacun de ses seins, et avait commencé à se les caresser, mais rapidement, elle fit glisser sa main droite plus en bas, le long de son ventre, jusqu'à se glisser entre ses cuisses, pour commencer à se masturber juste sous les yeux de Miss Forge, tout en ondulant son bassin, et en respirant un peu plus fort pour qu'elle l'entende bien.

Libre...belle...huuuuum...

Oh oui, elle était en train de la provoquer, surtout d'attiser ses tendances exhibitionnistes. Kara n'avait en effet pas l'intention d'être une petite chatte soumise, elle serait son assistante, et donc une tigresse. On ne demandait pas à une assistante d'être une esclave soumise après tout, mais d'être désirable pour son employeuse...et là, Kara faisait en sorte de la frustrer afin d'attiser sa flamme.
Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #20 le: Octobre 12, 2015, 09:27:05 »

Miranda avait bien conscience d’être un modèle pour bien des Tekhanes. Belle, riche, provocante, elle avait toutes les qualités qui sied à une Tekhane pure souche. Elle ne reculait devant aucun scandale sexuel, et était comme un inébranlable roc, impossible à renverser. Peu importe les procès et les scandales, les condamnations judiciaires et les interventions médiatiques, elle arrivait toujours à s’en sortir. Comment, donc, ne pas fantasmer sur elle ? Sur son pouvoir, sur sa puissance ? Miranda était une femme puissante, puissante dans le sens où elle aimait exercer cette puissance, et non inutilement se reposer dessus. Elle l’exerçait à travers le sexe, et c’était jouissif... Mais, en ce moment, elle ne cherchait pas à impressionner des masses. Il n’y avait aucune caméra, aucun appareil qui viendrait enregistrer et diffuser sa prestation sur Internet. Non, ici, elle rattrapait simplement le temps perdu avec sa fille, sa fille qui se dévouait à fond, sa fille qui avait léché et mordillé son pied, tout en parlant de sa douce et merveilleuse voix de velours, sa fille qui faisait battre son cœur... Oh, comme Miranda avait désiré et attendu ce moment ! Elle avait suivi autant que possible chacune des prouesses sexuelles de Kara, se délectant à chaque fois qu’elle faisait l’amour, qu’elle perdait sa virginité, heureuse pour elle, heureuse et à la fois triste, car ne pouvant pas assister en personne à ce moment. L’héritage des Forge était à ce prix, et c’était un héritage qui s’avérait parfois très lourd à porter.

Un bel héritage, naturellement... La bouche de Kara se déplaça alors, remontant de nouveau le long de ses jambes. Oui, oui... ! Il était si bon de l’entendre parler, si bon de la savoir heureuse... Elle était clairement la plus grande fierté de Miranda, et, en remontant le long de son corps, en l’embrassant, Kara la répandait de bonheur. Sa bouche remontait ainsi jusqu’à sa culotte, et la PDG l’écoutait parler, de sa voix sensuelle, aux accents séducteurs et à la tonalité rose.

« Tu... Tu aimes mordiller, hein ? Petite croqueuse... »

Oh oui, qu’elle croque sa peau ! Miranda n’y voyait aucun problème ! Certaines Tekhanes étaient des mordeuses, et c’était aussi le cas pour Miranda. Il était amusant de voir les merveilles de la génétique, de constater que Kara avait hérité des goûts sexuels de sa mère, et, surtout, de son insatiable appétit. Elle était aussi ambitieuse et autoritaire qu’elle, et le sexe était une bonne manière de le voir. Outre le plaisir physique, le sexe était aussi une manière de mettre les gens à plat, de faire sauter tous les artifices pour voir comment ils se comportaient. Voilà pourquoi Miranda considérait comme essentielle de coucher avec ses partenaires d’affaires, car c’était une excellente manière de voir comment, fondamentalement, ils pensaient et réagissaient. Elle se fiait beaucoup plus au fait de savoir si son partenaire était une soumise ou une dominatrice qu’aux lignes inscrites sur son CV. Et, avec Kara, une seule chose s’imposait en la voyant ainsi jouer avec Miranda : elle était une Forge.

Elle se mit donc à jouer avec sa culotte, la titillant, après avoir remonté la courte jupe de Miranda, révélant l’intégralité de ses longues jambes fuselées, faisant gémir la femme, qui s’en mordillait les lèvres. Elle sentait le plaisir croître et exploser en elle.

« Hnnn... »

Miranda portait une élégante culotte blanche à dentelle, transparente à hauteur de son sexe. Elle se promenait souvent avec des robes transparentes, laissant apparaître lors de ses meetings et des entretiens avec les médias ses sous-vêtements. La provocation sexuelle, voilà une chose qu’elle aimait, et elle en doutait pas que ce serait le cas pour Kara bientôt... Oh, comme elles allaient se faire plaisir, ensemble ! La femme blonde la sentit finalement tirer sur sa culotte avec ses dents, mais, là encore, elle prenait tout son temps, démontrant ainsi qu’elle adorait la frustration, le fait de faire impatienter ses partenaires... Tout ceci confirmait bien ce que Miranda savait sur elle, à savoir une femme qui, en amour, pouvait se montrer très cruelle, en faisant pleurer ses partenaires avant de les faire jouir. Une femme belle, forte, avec un doigté indéniable, qui fit lentement glisser sa culotte.

Goûtant pleinement à ce moment, Miranda sentait avec plaisir cette douleur naître entre ses cuisses, cette envie de se faire prendre. Il n’y avait que sa fille pour oser jouer ainsi avec elle, et la manière dont elle le faisait si instinctivement était sans aucun doute la plus belle preuve que les deux femmes partageaient un lien privilégié, bien plus intime et bien plus étroit qu’une relation professionnelle. Elle sentit sa culotte glisser tout le long de ses jambes, puis Kara se redressa ainsi, tenant ce tissu entre ses lèvres, comme une sorte de chienne exhibant son trophée... Avant de le jeter à côté, et de se mettre sur Miranda, et de lui offrir un genre de show sexuel.

« Oh, ma belle... »

Miranda avait la gorge sèche en la regardant. Elle était à califourchon sur elle, se massant ses seins, toute nue, d’une beauté incroyable, les yeux pétillant de bonheur et d’envie. Miranda avait mis la barre très haute, en lui disant de tout faire pour tenir jusqu’à ce qu’elle soit épuisée... Mais elle l’avait fait en sachant déjà que Kara pouvait réussir, et Kara était justement en train de le prouver en ce moment.

La PDG sourit donc en la voyant, et finit par se redresser, et posa ses lèvres sur l’un de ses seins, venant le mordiller.

« Oui, tu es belle, Kara, si belle... Si belle, ma puce... »

Elle se redressa encore un peu, et posa une main sur sa nuque, et l’embrassa dans le cou, avant de mordiller sa peau, puis de se reculer. Elle retourna se coucher sur le lit, en lui souriant alors. L’exhibitionnisme... Encore un trait que les deux femmes partageaient.

*Parfaite, elle est tout simplement parfaite...*

Miranda souriait, toute émue.

« Frustre-moi encore, ma chérie... Fais parler tout ton art sur mon corps... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #21 le: Octobre 13, 2015, 01:16:56 »

Le potentiel de nouveauté, Kara avait en partie parié sa prestation sur une hyptohèse qu'elle pensait valide, à savoir que fortpeu de femmes devaient oser se poser ainsi sur un pied d'égalité dans le lit de Miranda Forge. Il était naturel d'avoir le rôle de soumise face à une telle femme, même Kara l'aurait volontiers été, et le serait sans doute au cours des nombreuses tâches qui l'attendaient à son service. Elle ne doutait pas qu'une grande majorité des partenaires de cette femme devaient courber l'échine devant elle, alors la jeune femme était partie du principe qu'avoir le cran de tenter autre chose ne pourrait être que positif. Cela aurait pu être à double tranchant, car Kara était vraiment en train de la frustrer, mais à la réaction qu'eut Miss Forge, la belle assistante vit que son intuition avait encore touché juste.
Là, à califourchon au dessus de sa patronne, Kara se masturbait, et lui offrait le spectacle de ses doigts fins triturant sa propre intimité.  Ce à quoi Miss Forge répondit en se redressant, son visage parvint ainsi à atteindre les seins tendus de Kara, qui se mit à gémir alors qu'elle enroulait ses lèvres autour de l'un de ses têtons tendus.

Hmmmmm...oh Miss Forge...

La jeune femme se cambra un peu pour bomber sa poitrine, l'amener tout contre le visage de sa patronne, alors qu'elle même se colla brièvement contre, allant ensuite embrasser son cou avant de s'allonger à nouveau. Kara tremblait légèrement face à ces simples caresses buccales, mais pouvait-il en être autrement ? Coucher avec Miranda Forge avait été jusqu'à récemment de l'ordre du fantasme irréalisable, et quel fantasme...Kara ne comptait plus le nombre de fois où il lui avait prit l'envie de se masturber sur des images holographiques d'elle. Là elle sentait tout son corps sous le sien, et elle lui demandait de la frustrer encore. Tout en continuant à caresser son intimité et en ondulant son bassin, Kara porta alors son autre main à ses cheveux, pour enrouler des mèches autour de ses doigts, tout en fixant Miss Forge avec un grand sourire, se donnant un air de petite précieuse qu'elle était certaine qu'elle adorait.

Encore Miss Forge ? Quelle gourmande vous êtes. Mais je serais bien mal placée pour vous juger, après tout...je suis votre petite chatte...

Elle mena alors ses mains à d'autres tâches, elle entreprit de défaire le bout de tissu qui servant de maintien au haut transparent de Miranda, puis se dépêcha par la suite d'enchaîner en enlevant le haut lui même, laissant ainsi sa patronne avec la poitrine à l'air libre. Elle balança au loin ce vêtement, mais tout de suite après, elle reprit la ceinture en tissu, la tendit avec ses deux mains tout en allant mordre dedans. Puis elle s'allongea sur Miss Forge, en lui offrant un baiser langoureux, tandis qu'avec ses mains elle prit les bras de sa patronne pour les positionner au dessus de sa tête. Preuve de son expertise, Kara entreprit ainsi d'attacher les poignets de Miranda tout en continuant à l'embrasser, parvenant au final à l'attacher au lit.
Kara mit alors un terme au baiser long et langoureux qu'elle avait offert à sa patronne, puis la regarda avec un sourire en allant caresser ses lèvres du bout de ses doigts, son visage à quelques centimètres à peine du sien.

Si l'on m'avait dit qu'un jour j'aurais la chance d'attacher à son propre lit la célébrissime Miranda Forge...vous voulez connaître la vraie frustration Miss ? Alors dans ce cas il n'y a rien de mieux que ça...l'impossibilité de prendre le contrôle. La vulnérabilité...

Kara rentrait pleinement dans son rôle de dominatrice qui lui allait si bien, elle déposa un bref baiser sur le nez de Miranda, avant de commencer à s'allonger de tout son long sur son corps, leurs poitrines respectives s'écrasant l'une contre l'autre.

Vos mains doivent vous démanger non ? Mon petit cul est juste là, littéralement à portée de main...

Seulement les liens de Kara étaient solides, et ses noeuds impossible à défaire dans la position où se trouvait Miss Forge. Elle qui adorait pratiquer le bondage avait très rapidement appris à faire des liens solides sans pour autant blesser ses amantes. Elle de redressa alors, se mettant à quatre pattes au dessus de Miranda, puis Kara alla s'occuper d'une partie de l'anatomie féminine qu'elle appréciait particulièrement...le nombril. Oh pour Miss Forge ce serait tellement frustrant, de voir de visage de la jeune femme descendre, faire mine de s'approcher de son intimité, avant de finalement poser ses lèvres sur son ventre. Kara alla lécher le pourtour puis le trou que formait son nombril, glissant sa langue dedans, elle embrassa son ventre un peu partout, avant de commencer à descendre. Les lèvres de Kara déposaient des baisers presque en continu sur le chemin qu'elles suivaient, elle allait en ligne droite vers son intimité, et l'atteignit presque...avant de faire un léger détour.
Kara se mit à mordre l'intérieur des cuisses de sa patronne, tandis qu'avec ses mains elle entreprit de lui ôter sa mini-jupe, pour la mettre complètement à nue, mais jamais ses lèvres ne se posèrent sur celles intimes de Miranda, tout au plus s'approchait-elle de leurs contours avant de repartir tout à fait ailleurs. L'amante de Kara mouillait abondamment, ce qui la faisait sourire, mais il en fallait bien plus pour la convaincre de cesser ses tourments, d'autant qu'elle tirait un réel plaisir à agir ainsi.
Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #22 le: Octobre 13, 2015, 06:53:58 »

Miranda allait jouer avec le feu, mais c’était plus fort qu’elle. Elle se souvenait de toutes ces vidéos, ces vidéos où elle voyait Kara faire pleurer ses partenaires à force de les frustrer, jouissant sur elles, mais sans jamais les caresser, et sans pour autant leur laisser le temps de s’ennuyer. Elle était une experte du désir, et, si on pouvait trouver l’attitude de Miranda suicidaire, elle s’expliquait avant tout par son envie de pousser sa fille dans ses ultimes retranchements, et de voir de quoi cette dernière serait capable en étant poussée à bout, et en devant vraiment déployer tous ses talents. Autrement dit, Miranda voulait tout simplement la voir à l’œuvre, et c’était bien pour ça qu’elle avait fini par lui dire de la frustrer. Elle ne voulait surtout pas que le rapport hiérarchique ne vienne bloquer l’état de leurs relations. Elle voulait coucher avec sa Kara, avec la vraie Kara, et non avec une image contrefaite. Fort heureusement, Kara saisit rapidement le message, et entreprit de se déshabiller Miranda, ôtant le haut transparent de la PDG, révélant ainsi sa magnifique poitrine, plantée sur un corps tout autant magnifique. Miranda était belle, et elle l’admettait volontiers, car elle payait à prix d’or ses chirurgiennes esthétiques pour entretenir son corps, de manière à ce que sa beauté reste la plus naturelle possible. Traitements hormonaux, gommages, rayonnements sur la peau, tout y passait, chacune des séances se chiffrant parfois en milliers de crédits. Miranda ne supportait pas la moindre imperfection, et tenait à ce que chaque partie de son corps soit belle. Elle se laissait parfois aller à résumer ça en une blague scatophile, en disant que même sa merde devait être comestible... Chose qui, sur ce point, relevait encore de la science-fiction.

Quoi qu’il en soit, elle se livra à Kara, dans une agréable nudité, ses jolis seins pointant vers elle, son corps parcouru, ici et là, de plaques rouges témoignant de son excitation. Se mordillant les lèvres, elle laissa alors Kara prendre la ceinture, puis se rapprocher vers elle. Leurs lèvres se rapprochèrent, et Miranda l’embrassa, répondant volontiers à son baiser, tout en sentant le corps nu de la femme se presser contre le sien, leur mouille se mélangeant. Kara lui avait, pour l’heure, offert de magnifiques perspectives, que ce soit en la voyant se masturber (quel délicieux spectacle que de voir sa fille, au corps si parfait, en train de se caresser intimement !), ou en mordant son cou( Miranda imaginait alors Kara gémir, soupirer en plissant ses lèvres, une image absolument unique). De fait, et peu importe ce qu’elle fasse, Miranda n’arrivait pas à ressentir autre chose qu’une incroyable bouffée de bonheur, un bonheur terrible, un bonheur qui répondait à une frustration latente et profonde, une frustration dont seule Hannah, qui partageait tout avec Miranda, avait pu se rendre compte. Une frustration qui se dissolvait enfin, sous les lèvres magnifiques de Kara, sous cette femme provocante, qui noua les poignets de Miranda aux barreaux du lit, les attachant autour du même, avant de boucler la ceinture, et de tirer dessus, sans même la regarder... La plus belle preuve de son expérience, tandis que la PDG continuait à lentement remuer ses jambes, son corps continuant ainsi à caresser le sien.

« Hmmmm... »

Le baiser continua encore, leurs langues se mélangeant. Miranda aurait pu l’embrasser ainsi pendant des heures, mais Kara finit par le rompre. Elle se mit alors à parler, commentant la situation, en faisant sourire Miranda, qui s’amusa à tirer sur ses poignets, juste pour éprouver la résistance de la ceinture. Elle était bien posée, et la femme aurait, en réalité, eu bien du mal à se libérer. Un sourire amusé éclaira alors ses lèvres, et elle lui répondit, en frottant ses jambes contre les siennes :

« Oui, Kara... Apprends-moi la frustration, et félicite-toi de savoir que tu humilies la grande Miranda Forge... »

Miranda comprenait très bien ce que Kara ressentait, car elle-même avait, jadis, été à sa place. Quand elle avait sodomisé sa mère, elle ignorait alors qui elle sodomisait, et voyait juste la femme qu’elle rêvait d’être. Pour elle, ça avait été un immense honneur, mais elle-même n’avait jamais pu ficeler sa mère. La grand-mère de Kara avait eu l’esprit moins maternel que Miranda, ce qui, selon la blonde, s’expliquait surtout par le contexte. Les Formiens venaient d’apparaître à l’époque de sa défunte mère, et cette dernière avait dû s’occuper d’eux, et Miranda était apparue pendant tout ce lot. Mais, même malgré ça, sa mère avait toujours été plus froide qu’elle. Tous les scandales sexuels de Miranda, toutes ses provocations, ne faisaient que masquer ce cruel manque d’affection qu’elle ressentait à l’idée d’être victime du poids de l’héritage des Forge.

Elle laissa donc Kara jouer sur son corps, cette dernière descendant le long de son corps, mais venant s’attaquer à son nombril. Miranda se mordilla les lèvres, sentant la douleur croître encore quand sa fille acheva de la déshabiller, mais refusa de s’attaquer à sa moule. Son vagin était bien humide, et Kara, sur ce point, faisait preuve d’un calme impressionnant, narguant sa mère et sa patronne avec un délice vicieux et pervers.

« Hmmm... Ma puce, haaaa... Tu es... Tu es une assistante... Terrible, haaaa... »

Elle ne léchait pas son sexe, mais les rebords, les contours... Miranda, cependant, avait encore autre chose à lui montrer.

« La.. La table de chevet, ma chérie... Il... Il y a une télécommande dedans. Appuie dessus... Fais-le, tu ne le regretteras pas. »

Si elle le faisait, un compartiment s’ouvrirait, et révélerait aux magnifiques doigts pervers de Kara toute une série de jouets et d’instruments, essentiellement issus de GeoToy. On y trouvait ainsi des vibromasseurs électriques, des pinces pour les seins, et quantité d’autres objets. En l’invitant à ouvrir ce compartiment, Miranda manifestait clairement, et de manière irrévocable, son consentement pour tous les supplices que Kara voulait lui infliger...

...Parce qu’il était définitivement jouissif d’être ainsi martyrisée par sa propre progéniture !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #23 le: Février 21, 2016, 03:29:01 »

Kara se trouvait présentement dans une situation dont elle tirait un plaisir inouï, posséder, à cet instant, la belle et puissante Miranda Forge. Là, les bras attachés, cette femme qui avait Tekhos à ses pieds était entre les belles griffes de la jeune femme, qui jouait sans vérogne avec son corps. C'était dans cet aspect là que Kara excellait, frustrer ses partenaires, car elle avait un excellent instinct pour jauger le plaisir, savoir à quel moment le point de non retour était atteint...et donc quand s'arrêter pour nier toute jouissance. Si la jeune femme prenait autant ses aises, c'était aussi de par l'excitation que lui procurait le fait de dresser sa patronne, une femme qu'un nombre incalculable de personnes se pressait pour lui manger dans le creux de la main. Là, elle niait à Miranda Forge le plaisir de sentir ses douces lèvres, et sa délicate langue, glisser le long de ses lèvres intimes. Oh ce n'était pas pour autant que Kara était inactive, au contraire, elle léchait, et mordait même avec amour l'intérieur des cuisses de la femme, tandis que ses délicates mains parcouraient ses hanches, carressant et frottant la belle peau qu'on lui offrait. Mais sentir la frustration, et le début de douleur chez cette femme, c'était en un sens encore plus jouissif que de simplement lui procurer ce que son corps voulait. La jolie blonde toutefois se redressa, curieuse, quand Miss Forge lui déclara l'existence d'un compartiment secret dans la commode juste à côté du lit, il ne fallu que peu de temps à Kara pour trouver un bouton bien caché, qui ouvrit alors la petite commode.

Et bien Miss Forge, vous avez effectivement une belle collection.

Amusée, assise à califourchon sur la femme toujours attachée, Kara prenait tout son temps pour farfouiller dans l'ensemble de sex-toys qui s'offraient à elle. C'était autant une autre façon de frustrer Miranda que de lui laisser l'occasion d'apprécier, pleinement, le spectacle de Kara dressée nue au dessus d'elle, fouillant avec son air pervers, avec ses délicates mains, dans ces objets de luxure qui avaient du tant servir. Outre le fait de prendre tout son temps, il fallu aussi à Kara décider quoi prendre, elle n'était généralement pas du genre à avoir besoin de trop d'artifices de ce genre, mais face à une telle collection d'une telle qualité, elle se disait qu'il serait idiot de s'en passer. Puis, son visage s'illumina d'un fin sourire, taquin, tandis que son regard se dirigea à nouveau vers son amante, sa main s'étant brusquement arrêtée en ayant saisi quelque chose qui de toutes évidence venait de la contenter.

Je pense que ceci fera parfaitement l'affaire.

Elle sortit alors strapon à fixer au niveau de la bouche et de la nuque d'une personne, au style futuriste bien Tekhan, et à la texture molle et dûre à la fois qui n'était pas sans rappeller, de façon un peu synthétique, un pénis. Sans un mot, la jeune femme le posa momentanément entre les seins de Miss Forge, afin de pouvoir avec ses mains ramener la chevelure de la femme sur le côté, afin de pouvoir passer la sangle fixante aisément à l'arrière du crâne. Elle glissa alors sensuellement l'extrémité la moins longue de ce pénis artificiel dans la bouche de Miss Forge, et serra la sangle. Kara se pencha ensuite d'avantage, son visage se rapproche de celui de son amante, et elle commença avec ses doigts délicats à miment une masturbation de long de ce sexe synthétique, qui se réchauffait, puisant dans la chaleur de la bouche de Miss Forge.

Je dois vous faire une confidence Miss Forge. Je suis tombée sur certaines de vos prouesses, les publiques notamment, où vous vous êtes exhibées sans honte devant des centaines de personnes qui vous regardaient. Vous n'êtes pas seulement un modèle pour moi, vous avez aussi été un motif de multiples plaisirs intimes, les soirs où j'étais seule. Quand je me caressais, en vous regardant, je rêvais à m'imaginer être à la place de ces femmes que vous étiez en train de labourer avec votre verge. C'est drôle à bien y penser, je ne ressens pas d'attirance particulière envers cet héritage que nous volons aux hommes, mais dans votre cas...hum...

Ses doigts s'étaient désormais posés sur les joues de la belle femme, tandis qu'elle commençait à déposer des baisers le long de ce gode, qui était tout chaud, tout tendu, ses longs cheveux blonds tombant en cascade sur le corps de sa patronne.

Laissez moi vous donner un avant-goût de ce que je réserve à votre sexe, quand sera venu l'heure de l'utiliser.

Kara Ouvrit alors grand la bouche en se positionnant juste au dessus de cette verge synthétique, maintenue par Miranda qui en avait l'autre extrémité en bouche, plus petite. La jeune femme elle avait droit à un beau morceau, long et épais, mais qu'elle prit très rapidement en gorge profonde, sans montrer le moindre signe d'étouffement ou d'hésitation. Elle maintenait avec ses mains la tête de Miranda, afin que cette dernière ne puisse pas trop de décaler, et elle s'enfonça jusqu'à la garde de ce gode, ce qui fit que leurs visages se rapprochèrent au point de se toucher, leurs nez notamment se frottèrent l'un contre l'autre. Puis Kara entreprit alors de sucer ce gode de façon sensuelle, allant et venant tout de son long, le trempant de sa salive, mais elle aimait à régulièrement s'enfoncer jusqu'au bout, afin de passer de délicieuses secondes très proche de Miranda, à sucer gouluement ce sexe artificiel...dans une démonstration de ce qu'elle était capable de faire.
Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #24 le: Février 21, 2016, 04:23:55 »

Kara n’avait pas que des ressemblances physiques avec sa mère. En réalité, les deux femmes étaient extrêmement proches, tant physiquement, que mentalement. Depuis des années, Miranda avait été frappée par l’apparence de Kara, qui lui ressemblait énormément. Une forte ressemblance physique, qui faisait que Kara comprendrait très certainement rapidement que cette ressemblance n’était pas qu’une simple coïncidence. Cependant, et au-delà de cette apparence similaire, Kara était une femme d’une grande perversité, qui risquait bien, sur le long terme, d’égaler celle de Miranda.

Miranda, effectivement, était une perverse, ce que Kara signala en lui mettant, sur le visage, un strapon. La femme ouvrit la bouche, afin de bien caler le bout contre ses lèvres. Étant l’une des plus puissantes femmes de Tekhos, Miranda avait depuis longtemps décidé de montrer que, quand on était riche et puissante, on pouvait faire tout ce qu’on voulait. Le Net pullulait ainsi de vidéos de Miranda et de ses exploits sexuels. Elle adorait l’exhibitionnisme, et couchait ainsi fréquemment dans des endroits insolites. Il lui arrivait ainsi d’arrêter une femme en pleine rue, et de la prendre contre un mur, en pleine rue. De même, quand elle se rendait dans un plateau-télé, elle aimait aussi se farcir la présentatrice. Il y avait même une émission télé’, sur l’une des chaînes de GeoWeapon Corp., consistant à proposer des challenges sexuels à Miranda. La femme avait été arrêtée par la police à bien des reprises, et condamnée pour de multiples faits d’exhibitionnisme et d’agressions sexuelles. Une fois, elle avait même couché avec la Juge qui l’avait condamné. Miranda ne se refusait à rien, et cette provocation outrancière, loin de choquer la population, avait, au contraire, contribué à forger d’elle l’image d’une Tekhane pure et absolue. Ce n’était donc pas un hasard si, lors des sondages sur les employées de GWC, beaucoup disaient avoir envie de coucher avec Miranda, de se faire prendre par elle.

Miranda Forge, donc, était une perverse, et c’était sous son règne que GeoSex avait connu un parfait développement. Elle avait développé des laboratoires, avec des études et des expériences, afin de perfectionner le sex toy. Ce que les scientifiques avaient fait, c’était synthétiser la peau humaine, pour l’appliquer sur des vibromasseurs. Ce n’était pas de la peau humaine naturelle, mais une matière synthétique, créée en laboratoire, et dont le but était de reproduire, aussi fidèlement que possible, la réalité. Ainsi donc, ce gode était très agréable à lécher. C’était comme lécher un vrai sexe.

Kara le lui mit donc, et Miranda cligna des yeux, avant de la sentir se rapprocher0

« Hmmm... »

Ce regard, ce visage, cette expression... Elle voyait, dans les yeux de Kara, le regard des Forge. Et ça, plus que n’importe quel test ADN, ou ressemblance quelconque, ça, c’était le signe que Kara était son héritière, qu’elle était une Forge. Ce regard assuré, déterminé, c’était le vrai regard d’une Forge. Un regard plein d’assurance, rempli d’une impressionnante détermination, alors qu’elle se mit à masturber goulûment ce sexe, leurs nez venant ainsi se frotter.

« Mmmhmmmm... !! »

Réduite à l’impuissance, la PDG en pouvait que gémir et soupirer, marquée par ce magnifique spectacle, celui du corps de Kara qui ondulait sensuellement et gracieusement contre le sien.

Elle ne pouvait rien faire d’autre que subir, et... Haaa, que sa fille était douée ! Elle ondulait sa bouche contre sexe, sa salive glissant dessus pour caresser les lèvres de la PDG. Miranda serra ses poings, tout en sentant son corps chauffer, son sexe s’humidifiant lentement.

*Oh oui, ma fille... Ma fille, tu es parfaite !!*

Parfaite, tout simplement !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #25 le: Décembre 26, 2017, 12:00:15 »

Kara était pour le moment bien trop dans une "bulle" pour véritablement se rendre compte des intentions de Miranda Forge à son égard, et probablement en partie du fait que ces intentions n'étaient nullement mauvaises. Kara ne s'était pas montrée une avocate aussi douée pour rien, au simplement de par sa parfaite connaissance du système judiciaire Tekhan, et de ses failles, mais aussi car elle avait une capacité naturelle à estimer les vraies intentions à son égard. Elle aurait pu se poser des questions en réalité, car se trouver propulsée à une place aussi importante au sein d'une des plus puissantes corporations en exercice à Tekhos, alors qu'elle n'était que jusqu'à peu qu'une addition comme une autre au cabinet d'avocates de GeoWeapon Corp., ne pouvait être "que" le fruit de sa prouesse lors de son dernier procès. Mais Kara se trouvait aussi dans un état d'euphorie, qui était tout à fait compréhensible. Même en n'ayant aucune idée que Miranda était sa mère, elle était pour Kara un modèle à suivre, la quintessence même de ce que devait être une vraie Tekhanne. Riche, puissante, belle, perverse, elle était tout ce que Kara aspirait à devenir...et elle venait de le lui offrir, même si ce n'était pas complètement sans raisons. Alors se trouver à en prime pouvoir coucher avec elle, il y avait de quoi abaisser, même temporairement, même la méfiance d'un paranoïaque authentique.
Et pour couronner le tout...et bien, qui pouvait se targuer d'avoir l'occasion de pratiquer du bondage sur une femme aussi influente ? Peu de personnes en réalité, et rien que ça, c'était suffisant pour emplir le coeur de Kara de fierté, et d'un peu d'orgeuil.

Kara continua à sucer ce long gode pendant un moment. Elle prenait son temps, ne se souciant absolument pas d'un quelconque rythme qu'elle aurait pu s'imposer, oh que non, elle travaillait ici à se rendre désirable, sensuelle, pour une Miranda Forge qui se laissait momentanément entre ses griffes. Solidement attachée par les poignets à son lit, la puissante PDG avait donnée carte blanche à Kara pour l'emmener sur des sentiers du sexe qu'elle n'avait, de son aveu même, probablement jamais explorée. Se faire dominer, c'était en réalité difficile à accepter même dans une partie de jambes en l'air, à moins de considérer sa partenaire comme crédible dans ce rôle. Kara voyait bien Miranda Forge, dans sa position influente, avoir du mal à accepter de se soumettre à ses partenaires, qui devaient clairement avoir une situation bien, bien moins importante que la sienne. Peut-être qu'en faisant de Kara presque son égale, elle pouvait enfin s'abandonner un peu ? La jeune femme comptait bien en tout cas ne pas lui faire regretter cette décision.

*De la frustration elle désire, de la frustration je vais lui donner...*

Tout en suçant goulûment, mais très lentement, ce gode buccal que Miranda portait, Kara ondulait délicatement son corps contre le sien. Elle remuait comme si elle était en train de lui pratiquer un massage Nuru, à savoir de frotter très sensuellement, et avec de forts appuis, son corps contre le sien. La poitrine de Kara notamment, massait avec beaucoup d'insistance celle de sa patronne, et c'était globalement des parties de son corps que se frottaient et massaient leurs "collègues" du corps de Miranda. Seins contre seins, ventre contre ventre, cuisses contre cuisses. Mais elle adorait surtout, et plus que tout, prendre ce gode en gorge profonde, car ainsi son nez venait se coller à celui de Miranda, dans une espèce de parodie très sexuée de baiser qui n'en était pas vraiment un, car leurs lèvres demeuraient séparées par la texture de ce gode.
Et c'était là tout le talent de Kara...prodiguer du plaisir, tout en refusant de le prodiguer dans sa totalité. Elle était parvenue, à de maintes reprises, à faire littéralement fondre en larmes certaines de ses partenaires sous l'effet de la frustration. Car en lisant correctement le langage corporel, Kara pouvait alors nier l'orgasme à ses partenaires durant un très, très long moment. Kara finit toutefois par se redresser, sortant ce gode de sa bouche, et elle brisa sensuellement un filet de salive qui reliait ses lèvres à ce jouet par un petit coup de langue...le tout en gratifiant sa patronne d'un regard sulfureux dont elle avait le secret, le genre de regard qui pouvait faire fondre presque n'importe qui.

Comme vous pouvez le constater Miss Forge, la gorge profonde n'a aucun secret pour moi. Même si cela me semble être une base, peu de femmes même à Tekhos savent "vraiment" sucer...

Elle s'allongea de nouveau de tout son long sur le corps de sa patronne, et tandis que ses mains partaient vers l'arrière de sa tête pour défaire les lannières de ce gode buccal, Kara lui sussurait de doux mots à l'oreille.

J'ai eu l'occasion de coucher avec beaucoup de Futanari, et elles étaient toutes unanimes...j'ai un don pour ça. Il paraîtrait, et ce sont leurs mots, que leurs sexes "fondaient" dans ma bouche, et qu'elles n'arrivaient pas à se retenir...du moins quand je les laissais jouir. Je vous laisse méditer sur ça Miss Forge...songez-y, à ma petite bouche...

Kara retira finalement ce gode, libérant la bouche de Miranda. En se dressant à califourchon sur elle, Kara jeta au sol ce jouet, avant de délicatement poser ses mains sur les seins de sa patronne. Il étaient durs, et tout en les massant, Kara coinçait ses tétons entre deux de ses doigts pour les pincer.

Mais vous m'avez demandée de vous faire découvrir la frustration, et je ne vous ai pour l'instant introduit qu'au prélude. Je dois vous prévenir Miss Forge que...et bien sous l'effet de cette sensation, il est probable que vous finissez momentanément par me haïr. J'ai poussée dans leurs retranchements bien des femmes, certaines pleuraient, d'autres m'insultaient, ou me suppliaient, mais la plupart faisaient un mélange des trois...je me demande sincèrement ce que "vous" allez faire...

Kara remua alors, descendant de sa position à califourchon pour se glisser entre les jambes écartées de Miranda. Elle se baissa alors, ses lèvres se posant sur le ventre de sa patronne, tandis qu'avec ses mains, elle caressait son aine. Le tout avec un tel calme, et une telle sensualité, qu'il était indéniable que Kara savait ce qu'elle faisait.
Faire sortir de ses gonds une Miranda Forge parfaitement bien attachée...rien que pour ça, ce poste valait tout l'or du monde.
Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 247



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #26 le: Décembre 26, 2017, 01:54:33 »

Kara était une Forge. Elle l’ignorait encore, mais, quand elle l’apprendrait, Miranda savait qu’elle n’en serait pas surprise. Elle non plus, jadis, n’avait pas été si surprise que ça. Oh, certes, elle avait quand même été secouée, estomaquée même... Mais, au fond d’elle-même, elle s’en était toujours doutée. Les Forge avaient toujours été promis à une grande ambition, à un destin exceptionnel. Et Kara ne faisait pas exception. Dans un recoin de sa tête, elle devait déjà se douter que quelque chose lui échappait. Certes, sa victoire dans le procès contre MERCATEL méritait bien des récompenses, mais, de là à pouvoir attacher Miranda Forge, et à pouvoir la torturer sexuellement... Miranda voyait son visage s’affaisser contre le sien, mais, surtout, elle sentit Kara prendre tout son temps, déplaçant chaque centimètre carré de son corps, afin de superposer sa peau sur la sienne, presque de manière symétrique. Le fait que leurs deux corps soient légèrement en sueur ne faisait que faciliter les glissements, permettant à Kara de se lover tout contre le corps de Miranda, et par remuer en elle.

« Hmmmm... !! »

Yeux clos, Miranda expérimentait cette exquise sensation... La frustration. Elle était peu habituée à la ressentir, mais avait déjà suivi des soirées spéciales, portant sur ce thème. Toutefois, Miranda n’avait pas menti. Elle n’avait jamais poussé la chose aussi loin, et vit clairement, au regard de Kara, que cette dernière comptait bien la pousser jusqu’à bout. Tant mieux ! Miranda n’en espérait pas moins ! On pouvait croire ça frugal, mais, pour Miranda, le talent sexuel de sa fille était encore plus important que sa maîtrise des affaires, ou ses connaissances juridiques. On ne devenait une bonne Tekhane que quand on faisait l’amour comme une Reine. Les performances sexuelles de Miranda avaient très largement permis à cette dernière de promouvoir l’ascension sociale de sa firme.

Elle portait donc un strapon, et, tandis que sa langue léchait l’extrémité de ce gode, elle sentait la bouche de Kara s’ouvrir dessus, filant d’avant en arrière. Quand elle enfonçait ce profond gode en elle, son nez pouvait caresser le sien. Miranda ouvrait alors bien grand les yeux, afin de pouvoir mieux observer sa fille, tout en tirant lentement sur les liens qui la retenaient. Impossible de se libérer, bien sûr, et elle sentait le désir croître en elle, remontant progressivement dans son corps. La salive de la belle Kara recouvrait le gode, et elle continua à agir, sans relâche, accélérant, ou maintenant parfois ce gode au plus profond de sa gorge pendant de longues secondes. Son regard croisait alors celui de sa mère, et Miranda gémissait lentement.

La PDG avait chaud, de plus en plus chaud à hauteur de son sexe. Des frissons la traversaient, tout son corps frissonnant de délice sous le corps de Kara. Elle ne s’était pas juste contentée de s’allonger sur elle, non, elle lui faisait un véritable massage, sensuel, lent, approfondi... Tout était lent, appuyé, Kara lui montrant l’étendue de ses talents. Elle la stimulait, mais sans jamais s’attaquer à son sexe, ciblant tout, sauf le plus intéressant. Elle faisait ainsi lentement monter le plaisir dans le corps de Miranda, le désir se déversant progressivement en elle.

« Mmmmhmmmm.. !! »

Oh oui, Kara était douée. Très douée, et ce sans aucun doute possible ! Ce qu’elle faisait à Miranda était tout simplement exquis, sans aucune comparaison possible avec tout ce qu’elle avait déjà vécu auparavant ! Oui, oui, Miranda s’attendait à passer des heures incroyables ! Le compte à rebours de dix heures allait être une longue souffrance. Kara, elle, finit par rompre la situation, se redressant avec sensualité, et libéra la bouche de Miranda, tout en massant ses seins. La PDG soupira encore, clignant des yeux, se tortillant lentement sur place, tout en écoutant Kara lui parler, lui expliquant de quoi elle était vraiment capable.

Miranda sourit en retour, et déglutit lentement, avant de lui répondre :

« Je... Je sais de quoi tu es capable, Ka-Kara... »

Elle ferma les yeux, soupirant encore en sentant les lèvres de la femme embrasser son ventre. Joueuse et sensuelle, Kara continuait à prendre tout son temps, embrassant le bassin de sa mère, mais, encore une fois, sans jamais s’attaquer à son sexe. Elle la titillait, elle la stimulait, avec cette lente passion, ce désir ardent qui bouillonnait progressivement en elle.

« C’est... C’est ce que je veux, hmmm... Tout ce que je veux, Kara... Que tu me rendes folles, que je te hurle dessus cette nuit, que je te supplie de me faire jouir ! Il n’y a... Il n’y a qu’à ce prix-là que tu pourras être digne de me seconder, Kara... »

Tout ce que Miranda espérait, maintenant, c’était que la femme soit à la hauteur de ce qu’elle avançait... Mais ça, Miranda allait vite être fixée !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags: geoweapon_corp.  inceste  yuri  
Pages: 1 [2]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox