banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Forge Legacy [Kara Forge]  (Lu 2764 fois)
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 301



Voir le profil
Fiche
« le: Janvier 05, 2015, 07:24:50 »

Le Chimarea approchait de GeoSky quand il reçut l’autorisation de s’amarrer à l’un des deux spatioports minuscules de la belle station. Elle se découpait dans l’obscurité de l’espace, et le vaisseau ne comprenait que deux personnes : la pilote, une femme expérimentée, et une curieuse femme qui avait été invitée il y a quelques jours à rejoindre l’une des pistes de décollage du Dôme.

« Nous commençons notre approche, Madame… Profitez-en pour admirer le paysage. »

Le Chimarea était l’un des vaisseaux personnels de Miranda Forge. Elle ne l’utilisait pas pour rejoindre Tekhos, car, concrètement, elle s’était depuis longtemps fait construire un Portail de transfert entre GeoSky et ses bureaux de la GeoTower, Portail qui ne pouvait être actionné que par quelques rares personnes au monde, et qui permettait d’éviter les désagréments d’un vol spatial. Néanmoins, Kara n’avait pas encore pu le prendre, car il lui fallait d’abord se faire enregistrer dans les serveurs du GeoSky, afin d’être authentifiée comme l’une des rares personnes capables d’ouvrir le Portail. Le Chimarea était donc parti du Dôme, s’envolant dans les airs, poussé par d’énormes propulseurs au sein du Dôme, qui avaient agi comme une espèce de canon spatial, les propulsant dans l’atmosphère à toute allure, les solides moteurs du vaisseau leur permettant ensuite de s’arracher à l’attraction terrestre pour flotter dans les airs. Tekhos n’était encore qu’une naine dans l’exploration spatiale, mais la GeoWeapon Corp. avait dépensé de nombreux crédits et développé d’immenses projets de recherche pour conquérir l’espace, que ce soit par le biais de satellites ou de stations spatiales. GeoSky n’était pas la seule station spatiale tekhane, mais elle était l’une des plus grosses. Elle suivait tranquillement l’orbite de Terra.

Nul doute que Kara pouvait être surprise. Il y a quelques jours, alors qu’elle était au bureau, Kate Morwood était venue la voir en lui disant que son triomphe au procès était remontée très haut, et que Mme Forge voulait la voir chez elle.

« Ça, ma belle, c’est ce que j’appelle une offre qu’on ne pourra pas refuser… »

Kara avait récemment réussi à réussir un procès important contre une filiale de MERCATEL, l’un des rivaux de la GeoWeapon Corp. Une affaire difficile, dans lequel la GWC était clairement en tort, mais se refusait à l’admettre. Kara avait réussi à plomber le dossier de MERCATEL, et en avait proposé pour soulever des demandes reconventionnelles en diffamation, réclamant un préjudice estimé à plusieurs millions de crédits. MERCATEL avait perdu son procès, et Kate était suffisamment intelligente pour savoir que les moyens utilisés par Kara pour faire disparaître des preuves ou amener des témoins à se rétracter n’était pas spécialement légal… Mais ce n’était pas un problème. L’une des premières règles du GeoLaw était simple. On ne cherchait pas, par le biais d’un procès, à établir la vérité, mais à la prouver. Pas de preuves, et le dossier était loupé. C’était un cabinet rempli de requins, d’Anges avec des griffes tranchantes, et Kate ne pouvait nullement faire la morale à Kara. Elle avait au contraire récompensé Kara en lui faisant chaudement l’amour, et était juste jalouse de ne pas avoir été invitée par Forge dans sa tour spatiale. Rares, très rares, étaient les femmes invitées là-bas, et c’était toujours un grand moment.

Le Chimarea se posa sur le spatioport, et la pilote vérifia une dernière fois la combinaison de Kara.

« Je vous le redis… Vous n’avez qu’à marcher tout droit sur la plateforme. Votre ligne de vie vous empêchera de partir à la dérive, et, au pire, l’appareil dispose d’un jetpack. »

Avant de rejoindre l’espace, Kara avait été appelée au Dôme, où, pendant une journée, elle avait subi un programme virtuel d’entraînement spatial sommaire, où on lui avait juste appris à marcher dans l’espace. La porte de la navette s’ouvrit, laissant la femme sortir. Un pont menait droit vers l’installation principale, et la première chose à faire était d’attacher sa sangle aux rambardes latérales avec le mousqueton. Une fois ceci fait, il suffisait de marcher vers la porte d’entrée.

Pour entrer dans le sas de pressurisation, il y avait un bouton sur la gauche. Kara dut donc appuyer dessus, et rentra ensuite dans le sas. La porte se ferma derrière elle, et l’oxygène fut diffusé dans la pièce, adaptant ainsi le sas au reste de la station dans de longs sifflements. La porte du sas s’ouvrit alors sur un vestiaire où une élégante femme attendait Kara : Hannah LaBelle.

« Je vous souhaite la bienvenue, Mlle Adams. Maîtresse Forge est prête à vous recevoir. »

Hannah fit signe à Kara de déposer sa combinaison dans une armoire transparente.

« Maîtresse Forge m’a chargé d’être votre hôte. Ce faisant, je suis apte à répondre à la plupart des questions que vous seriez susceptibles de vous poser, Mlle Adams. »

Le ton d’Hannah était respectueux, mais aussi empreint de sensualité et de désir. Elle jeta sur Kara un regard qui était ainsi inondé d’envie.
« Dernière édition: Janvier 11, 2015, 12:49:46 par Miranda Forge » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Janvier 05, 2015, 08:09:02 »

L'espace.
Il était rare que Kara Adams se sente toute petite, elle qui avait assez d'amour propre à elle seule pour plusieurs personnes, mais à voir sa planète de l'extérieur, et le grand vide parsemé d'étoiles lointaines, elle se sentait presque humble devant un tel spectacle.
Presque.
La jeune femme ne laissait toutefois pas ce paysage titanesque la détourner du futur proche, la rencontre avec sa grande patronne, l'une des femmes les plus influentes, riche, et puissante de Tekhos Metropolis : Miranda Forge. Kara connaissait tout de cette femme, sa biographie avait été depuis des années un modèle pour elle, et elle trépignait d'impatience, et un peu de stress, à l'idée de la voir en personne.
Être invitée sur sa station spatiale était un privilège rare, que Kara avait gagné en humiliant de façon durable MERCATEL, et en faisant par la même occasion un gros trou dans les possibilités d'investissement de cette rivale de GeoWeapon Corp, au point qu'un rachat agressif de la firme était envisageable. Kara avait gagné ses dents de requin ce jour là, de par son magistral coup de pute, à grands renforts de chantages, de menaces, et de pots de vin, elle avait démoli un dossier en béton. La justice, à ce niveau, n'était plus une conception de bien ou de mal, mais simplement une belle illustration de la loi de la jungle : manger ou être mangé.
En ce jour, Kara avait clairement fait savoir qu'elle était une prédatrice dans cette jungle.

Et pourtant, toute aussi certaine de ses capacités, elle avait l'impression de rapetissir à mesure que la station spatiale s'approchait. La jeune femme pouvait presque sentir la présence de cette, presque, légende vivante. Miranda Forge était un modèle pour elle, la rencontrer un honneur, en un sens, mais surtout un opportunité d'une vie. Faire bonne impression, c'était déjà fait, mais continuer sur sa lancée, et Kara pourrait vraiment s'ouvrir un carnet d'adresses bien rempli.
De cette rencontre, allait dépendre le reste de son avenir, elle en avait la conviction.
Elle en était tellement convaincue, que sa première sortie dans l'espace lui tordit moins les boyaux que la perspective d'être face à face avec la PDG d'une des plus imposantes Mégacorporations de ce monde.

*Cool, et Zen Kara. Forge ne veut pas voir une gamine impressionnée, elle veut voir l'avocate qui lui a gagné ce procès.*

La grandeur des enjeux la stressait au moins autant que cela lui permettait de garder le contrôle sur elle même. Le lourd silence de l'espace, alors qu'elle s'accrochait à ce fil l'ammenant à la station, lui donna l'occasion de faire le vide complet en elle. Pas besoin de stresser, Forge voulait la voir pour la féliciter, discuter, rencontrer la jeune avocate qu'elle était. Kara partirait nécessairement sur des bases solides, elle n'avait finalement qu'à être elle même, montrer ce qu'elle avait dans le ventre, et qu'elle ne reculait devant rien pour faire son job.
Tout le reste, ce voyage en vaisseau, la Fourmillière vue de l'espace, et cette escapade dans le vide...
Aux yeux de la jeune femme, ça n'avait qu'un intérêt limité en ce moment.

Lorsqu'elle arriva dans le sas et que la pression se rétablit, Kara se hâta d'ôter sa combinaison qui n'était pas des plus confortables à porter en gravité normale, et c'est à ce moment qu'une chienne de compagnie vint l'accueillir.
Oui, une chienne. C'était une humaine, proprement habillée et avec de belles manières qui aurait pu passer inaperçue auprés de n'importe qui. Seulement voilà, Kara n'était pas n'importe qui. La façon de parler, els gestes, l'attitude, tout dans l'esprit de la jeune femme ammenait à une seule possible conclusion : cette femme qui l'acceuillait était une esclave de la compagnie, une GeoSlave en prime, le genre dont on pouvait se servir comme de toilettes personnelles.

Elle leva alors le doigt dans la direction de la femme, laissa un bref silence s'installer alors qu'elle avait la bouche ouverte, comme pour chercher ses mots, puis parla enfin.

GeoSlave hein ? Non ne répondez pas. L'attitude soumise ça se retrouve chez la plupart des esclaves, mais ce genre là qui mêle à ce point soumission et attitude de salope, c'est bien de chez nous.
J'ai une question en effet. Considérant le fait que je suis une avocate, désormais assez hautement placée, du cabinet de GeoWeapon Corp, et que vous...mademoiselle...êtes une esclave putain, vous pouvez me dire pourquoi vous êtes en train de me matter tout en ayant une posture debout comme si vous vous considériez comme mon égale ?


Kara avait, ces derniers jours, eu beaucoup de boulot avec ce procès, l'après procès, et la venue sur cette station.
Autant dire qu'elle avait un besoin irrésistible de se défouler un peu.

Tu sais ma cocotte, si t'étais pas une esclave appartenant à ma boss, je crois que je t'en aurais mis une. Mais une bonne hein.
Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 301



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Janvier 05, 2015, 08:27:15 »

Hannah n’avait jamais connu ses parents… Et ce tout simplement parce qu’il n’y en avait pas. Elle était née in vitro, un bébé-éprouvette. Elle avait été conçue à partir d’une donneuse anonyme et de sperme artificiel, chimiquement créé. Le sous-projet qui avait existé autour de ça était encore embryonnaire, car il avait engendré beaucoup d’échecs… Hannah faisait partie des rares succès de ce programme eugénique. Elle avait vu le jour dans un laboratoire, et avait grandi dans un centre de dressage, où elle s’était révélée être une esclave-élève très douée. Elle parlait un grand nombre d’idiomes, incluant aussi des langues mortes. Elle était très douée en sciences, en couture, dans la confection de vêtements. Pour autant, l’idée même d’être libre ne l’avait jamais effleuré. Miranda Forge était sa Maîtresse, et GeoWeapon Corp. son monde, son univers. Par-dessus tout, en raison de sa docilité exceptionnelle, Hannah savait l’identité réelle de cette femme. Elle savait que son véritable nom serait bientôt « Forge », et qu’elle était la fille de Miranda… Soit sa Maîtresse. Elle aurait pu ordonner à Hannah de se trancher la gorge pour incompétence que cette dernière l’aurait fait sans hésiter. Sa formation était complète, sa soumission totale, et Kara sembla le réalise,r car elle se mit copieusement à l’insulter.

« Tu sais ma cocotte, si t'étais pas une esclave appartenant à ma boss, je crois que je t'en aurais mis une. Mais une bonne hein. »

Loin de là, tout en étant proche, par le biais d’un écran de sécurité, Miranda ne permettait pas une miette de ce spectacle. Elle était, non pas dans son lieu de travail, mais dans un tout autre endroit, là où Hannah était censée conduira Kara : sa chambre. Elle était assise sur un fauteuil sphérique, qui s’adaptait à elle, le haut de la sphère diminuant pour épouser ses formes. Jambes croisées, elle observait devant elle d’énormes baies vitrées, qui s’étaient recouvertes, montrant l’&écran de sécurité. Kara s’affichait en grand plan devant elle, et, sur le bureau, Miranda avait un dossier, sobrement intitulé « KARA FORGE ». Seules elle et Hannah avaient eu la chance de consulter ce dossier. Il avait été rempli dès les premières minutes de Kara, comprenant tout ce qu’il y avait à savoir dessus : bulletin médical, rapports et observations des docteurs, bulletins scolaires, relevés de notes, enquêtes policières concernant les « disparitions » d’élèves… La vie entière de Kara s’affichait, avec d’innombrables photos prises d’elle depuis des caméras de sécurité publiques, ou récoltées depuis les réseaux sociaux. C’était l’album de famille de Kara, et il était entièrement fait sur papier. Aucune autre copie de ce dossier n’existait, numérique ou papier. De cette manière, il n’y avait aucun risque que quelqu’un d’autre apprenne, un jour, qui était vraiment Kara. Sur ce point, Miranda avait sciemment appliqué les consignes en vigueur dans la dynastie Forge depuis la mise en place de ce mode de transmission : aucun bruit ne devait filtrer.

Elle attrapa un verre, et se servit d’un fin nectar rouge, un délicieux vin provenant des champs nexusiens, et en but un peu, tout en regardant la scène. Kara était si belle, et Miranda se sentait tremblante, pleine d’excitation. Elle se revoyait à sa place, il y a vingt ans, quand sa propre mère, maintenant décédée, l’avait invité ici. Elle avait été extrêmement nerveuse, mais aussi fière et heureuse d’être ici. Rencontrer Forge avait été le moment le plus intense de toute sa carrière, un moment de grande nervosité, de tensions fébriles.

Hannah, de son côté, fléchit alors les genoux.

« Je vous présente mes excuses, Mlle Adams. Si je vous ai offensé d’une manière ou d’une autre, vous avez le droit de me corriger… »

Elle lui tendit même une cravache, qu’elle leva à l’aide ses deux mains, la positionnant face à Kara, relevant ensuite la tête pour observer respectueusement son corps. Même si elle devait du respect envers cette femme, ça ne l’empêchait pas de saliver. Elle était vraiment aussi belle que sa mère ! Se faire battre par elle, comme Maîtresse Forge le faisait fréquemment, serait un vrai régal !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Janvier 05, 2015, 08:57:50 »

Ne serais-ce que pour le programme GeoSlave, Miranda Forge méritait tout le respect que l'esprit egocentrique de Kara pouvait accorder. La jeune femme avait, pendant longtemps, hésité à investir dans l'une de ces salopes de compétition pour son usage personnel, mais avait fini par se raviser de par sa propre nature. Une esclave, toujours la même, finirait indéniablement par la lasser, et Kara n'avait pas les moyens de s'en offrir un harem afin de varier les plaisirs.
Là en revanche, c'était un plaisir inédit puisque avec une femme qu'elle n'avait jamais rencontrée, et qu'elle traitait comme une grosse chienne. Elle venait de l'insulter, la rabaisser...et elle ne montra pas le moindre mouvement de protestation, et acceptait même son sort pleinement. Ce qu'avait fait Kara était gratuit, mesquin, elle l'avait fait car elle le pouvait, et bon sang ce que ça faisait du bien. A l'aube d'aller voir une femme toute puissante, devant laquelle elle même, Kara Adams, n'était que peu de chose, tomber sur une esclave qui s'écrasait devant elle était stimulant et bienvenu.

Kara hésita l'espace de quelques secondes à cette tentation. L'esclave ayant plié les genoux en signe de soumission, sortit même une cravache qu'elle devait porter systématiquement sur elle, et la lui tendit.
Elle en avait le droit.
Un frisson parcouru la colonne vertébrale de la jeune femme qui, même si elle acceptait volontiers le rôle de soumise face à de rares femmes qu'elle en jugeait digne, était par essence une dominatrice la plupart du temps. Il fallait qu'elle aille voir Miranda Forge, elle fallait que cette grosse vache lève son cul et la guide...mais la tentation était vraiment trop forte, aussi prit-elle la cravache entre ses délicats doigts, qui effleurèrent les paumes des mains de l'esclave, qui sentirait alors cette douceur de peau propre aux Forge.

On se met à quatre pattes petite pute, et on lève bien son gros cul hum ?

L'esclave s'exécuta, d'une docilité sans bornes, et se mit en position de chienne en prenant un soin tout particulier à bomber ses fesses, qui apparurent presque intégralement, la jupe qu'elle portait étant assez courte pour le permettre. Kara elle, marcha lentement, roulant ses hanches à chaque fois que ses chaussures à talons claquaient sur le sol de métal, et se plaça dans le dos de la chienne. Tendant le bout de cravache, Kara le fit filer sous la jupe de façon à la relever, pour dévoiler intégralement le cul de cette chienne, qui demandait à se faire battre.
Et le premier coup partit, fendant l'air, avant de se terminer par un CLAC sec et net sur la peau de la femme. Kara avait fait ça un grand nombre de fois, martyriser ses partenaires qui en redemandaient. L'orientation du bout de la cravache, la force de l'impact, et où donner le coup, autant de facteurs auxquels elle ne réfléchissait plus, ils lui venaient instinctivement.
Kara ne prononça pas un mot durant les quelques minutes où elle donna sa punition à cette esclave, intérieurement elle jubilait, mais voulait conserver cela pour elle. Seule sa mère, par le biais de son écran de surveillance, pourrait voir le petit sourire illuminer les lèvres de sa fille, presque le même que le sien...étais-ce un héritage de famille ?
Kara ne s'arrêta que lorsque l'intégralité de la peau fut rouge, brûlante, elle n'y était pas allée de main morte, motivée en prime par les couinements de l'esclave qui avait adoré ça. Elle jeta alors la cravache par terre, satisfaite.

Il aurait été plaisant de continuer à punir l'impertiente que tu es, salope, mais...j'ai mieux à faire, là, tout de suite. Ta maîtresse m'attends, et j'ai hâte de la rencontrer, alors mène moi à elle...maintenant.

Cette esclave avait beau être attirante, docile, et accepter n'importe quoi, il y avait dans cette station une personne incomparablement plus attirante. Kara ne s'était occupée de l'esclave que pour se mettre en condition, afin de s'offrir ensuite pleinement à cette femme. Elle en avait vu de multiples hologrammes, mais la réalité, elle, promettait d'être...
Incomparable.
Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 301



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Janvier 05, 2015, 09:26:50 »

Le fauteuil de Miranda était un fauteuil très particulier. Il était relié à sa porteuse, et, par le biais de multiples capteurs microscopiques, percevait l’excitation sexuelle de cette dernière. Miranda avait droit à un spectacle magnifique, et ce d’autant plus que ce spectacle était fourni par sa fille. Hannah s’était inclinée devant elle, en quête d’une punition bienvenue, laissant à Kara le choix entre, soit s’écraser afin de voir au plus vite sa patronne, soit en profiter pour punir cette catin… Catin qui, au demeurant, n’avait rien fait de mal. Cette punition était entièrement gratuite, n’ayant que pour but de flatter l’ego de Kara, et de lui permettre de violenter une autre personne, afin de se dire qu’elle était la plus forte ici… Un léger sourire caressait le visage de Miranda. C’était bien digne de sa fille, un tel comportement… Elle n’allait pas épargner la belle Hannah, et récupéra la cravache, se déplaçant lentement. Docilement, Hannah avait obtempéré, se mettant à quatre pattes, en bombant les fesses. Miranda soupira en entendant les claquements des talons verts de sa belle. Kara était déjà sienne, et la voir ainsi, en train de se laisser aller, voilà un spectacle qui était formidable… Surtout quand il était en haute résolution. Miranda avait plusieurs angles de vues possibles, avec la possibilité de faire des zooms extrêmement précis, et, sur ses écrans, plusieurs images apparurent : un plan large montrant la scène, un autre ciblé sur le visage de sa chère fille, et un autre sur le corps d’Hannah. Hannah, effectivement, portait toujours avec elle une cravache, au cas où…

Prenant tout son temps, Kara entreprit alors de fouetter le cul de sa servante, le vestiaire se remplissant alors de deux types de sons, faisant écho l’un à l’autre : les couinements et les hurlements d’Hannah, et les sons secs et sévères de la cravache s’abattant sur son cul. Kara ne se contenta pas de quelques coups, non. Minutieusement, elle fouetta Hannah pendant plusieurs minutes.

*Vas-y, vas-y, Kara… Fouette-là, humilie-là…*

Hannah avait été éduquée et pensée ainsi. Elle hurlait et gémissait, les joues rouges, retenant ses larmes. Kara avait la main lourde, et le corps d’Hannah était aussi sensible que pouvait l’être celui de n’importe quelle humaine. Tout avait été travaillé sur Hannah, qui avait également bénéficié de techniques de génothérapie. Sa voix était extrêmement douce, car c’était ce qui convenait à une soumise, et l’entendre hurler était un vrai régal. Ce plaisir-là n’était pas négligeable, mais la chose qui excitait vraiment Miranda, à tel point que le fauteuil remua, ce fut de voir les yeux de Kara, pleins de malice et d’envie, ainsi que ce petit sourire sur ses lèvres, au fur et à mesure qu’elle fouettait la belle esclave. Le long du fauteuil, de petits orifices se formèrent, et de fins tentacules métalliques en jaillirent, se glissant sous les vêtements de Miranda, avant de se glisser dans son intimité. Se crispant à l’accoudoir, cette dernière se mit à haleter et à gémir.

« Haaaannn… Hnnnn… »

Les tentacules remuaient en elle, comme une forêt de doigts, répandant également de petites ondes électriques, n’ayant que pour but d’exciter le plus possible Miss Forge. Cette dernière sentait le plaisir exploser en elle, et eut un orgasme peu de temps après que Kara eut fini de corriger Hannah.

« Il aurait été plaisant de continuer à punir l'impertinente que tu es, salope, mais...j'ai mieux à faire, là, tout de suite. Ta maîtresse m'attend, et j'ai hâte de la rencontrer, alors mène moi à elle...maintenant. »

Hannah entreprit de se redresser, sa robe venant à nouveau cacher son cul. C’était une belle correction, et ses joues avaient rougi. Elle se releva lentement, d’une démarche assurée, et, si on observait bien le sol, on pourrait voir, non seulement des traces de sueur, mais aussi sa propre mouille. Cependant, sa minijupe était imperméable. Elle hocha la tête.

« Très bien, Mlle Adams. Je vous prie de bien avoir l’obligeance de me suivre. »

Hannah marcha, essayant de conserver une démarche droite, mais elle titubait parfois un peu. Son cul était en feu, et les deux femmes quittèrent les vestiaires. Elles arrivèrent ainsi dans un grand jardin artificiel, avec une verrière, donnant ainsi l’illusion de se trouver dans une serre naturelle. Des arbres et de nombreuses fleurs avaient poussé, et une grande fontaine se trouvait au centre. Hannah s’avança vers une porte qui s’ouvrit en deux à son passage, et des lumières s’allumèrent le long d’un agréable couloir incurvé avec un escalier.

« La chambre de Mme Forge se trouve en contrebas. »

Il ne fallut que quelques minutes pour l’atteindre. L’étage du dessous était le logis, avec plusieurs pièces différentes, et elles descendirent encore d’un étage, pour s’approcher d’une porte. Hannah posa son doigt dans une fente prévue pour cet effet, puis son œil, et souffla. La porte les conduisit ensuite dans un autre sas, où un scan corporel eut lieu par le biais de diodes rouges tourbillonnant dans le sas. La porte s’ouvrit ensuite, et les mena dans une antichambre.

« Ça ira, Hannah, jaillit alors, depuis un haut-parleur, la voix de Miranda. Mlle Adams, passez par la porte juste devant vous. »

La porte s’ouvrit à son passage, et menait tout droit à la chambre de Miranda. Cette dernière était là, et les énormes écrans avaient disparu, affichant une vue de Terra, les panneaux vitrés étant redevenus de simples fenêtres. Miranda se releva de son fauteuil, un sourire chaleureux sur les lèvres.

« Voilà donc celle qui a rendu un si fier service à notre compagnie… J’attends ce moment depuis longtemps, Kara. Est-ce que tu veux boire quelque chose ? »

Elle avait rempli deux coupes, d’un meilleur champagne, et en tendit un à Kara. C’était sa fille… Sa propre fille.

C’était la première fois que Miranda la voyait… Du moins, si on excluait les quelques minutes ayant suivi le moment où elle avait accouché d’elle. Pour éviter tout attachement impromptu, l’enfant était en effet rapidement séparé de sa mère, dès les premières minutes. C’était dur, même cruel, mais c’était ainsi que les choses fonctionnaient.

Elle revoyait enfin sa fille, et le plaisir pouvait se lire dans ses yeux.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Janvier 06, 2015, 06:59:14 »

Cette petite séance de punition avait été courte, mais très bénéfique pour Kara qui se sentait revigorée. Chaque opportunité qu'elle avait d'asseoir sa suprématie sur autrui déclenchait chez elle du plaisir, par vagues énormes, l'adrénaline notamment qui était pompée à flots dans son métabolisme. Sa respiration s'était à peine accélérée, et elle gardait le contrôle d'elle même, mais elle aurait volontiers remerciée cette esclave pour s'être ainsi offerte à elle. Sauf que non, cela aurait mis en péril son image de femme forte, à la fois aux yeux de l'esclave tout comme de sa patronne, et puis ce n'était pas non plus son genre...elle aurait donc « presque » pu la remercier.
La dite esclave se redressa sur ses pieds, rabaissant sa jupe afin de cacher son cul meurtri par des dizaines de coups de cravache, et se décida à, enfin, la mener à Miranda Forge. Durant cette promenade au sein de la station spatiale, qui dura la bagatelle de quelques minutes, Kara eut ainsi tout à fait l'occasion d'en contempler l'intérieur, du moins de cette partie, qui était loin de l'image qu'elle aurait pu se faire d'une telle structure. Elle s'était attendue à des murs et des couloirs, froidement éclairés par des lumières, le tout se combinant en un ensemble monocorde et ennuyeux. Mais il n'en fut rien, elle tomba nez à nez avec des plantes, des fontaines, le tout probablement permis par les gigantesques panneaux de la station absorbant l'énergie Solaire, qui après tout devaient à terme être capables d'alimenter un canon à la puissance phénoménale...autant dire que cette station ne devait pas avoir de problèmes d'alimentation en énergie.

Le voyage des deux femmes se fit, somme toute, silencieusement. Kara ne voyait son attention reprise par l'esclave que de temps en temps, lorsque entre deux analyses qu'elle faisait de la structure de la station, elle se permettait de jeter un coup d'oeil à ces fesses qui devaient être meurtries. Et la démarche parfois titubante de cette femme, lui arracha quelques sourires supplémentaires.
Puis une dernière porte, où l'esclave passa moultes protocoles de sécurité, fit comprendre à la jeune femme que le moment était venu. Cette porte hautement sécurisée s'ouvrit sur une petite salle, servant d'antichambre, et une voix, juste très légèrement déformée par l'effet de haut parleur, s'adressa alors à elle. Elle y était, la rencontre avec Miranda Forge était imminente, Kara était bien entendu un peu stressée mais se contrôlait fort bien, surtout après s'être défoulée au préalable. Au moment de passer le seuil de la porte, Kara donna alors avec une de ses mains une dernière et audible claque sur les fesses de l'esclave, et les malaxa pendant à peine deux secondes, avant de s'avancer. Juste avant que la porte ne se referme derrière elle, Kara s'était alors retournée, et avait envoyé un clin d'oeil à la femme tout en miment un baiser avec ses lèvres, qui lui était destiné.
Une petite provocation gratuite, Kara s'était bien rendue compte que la pauvre esclave la trouvait belle, ce qui était hautement normal, alors pourquoi ne pas lui laisser de quoi « souffrir » un peu plus en fantasmant sur elle ?
Puis, lorsque la porte se ferma effectivement, Kara tourna à nouveau les talons. Elle poussa un long soupir, passa une dernière fois sa main dans ses cheveux, puis s'avança.
Le bruit de ses talons résonnait dans le couloir, et très rapidement, Kara débarqua dans une salle qui n'était pas, comme elle l'aurait cru, un bureau. C'était une chambre, la présence d'un grand lit à deux places n'en laissait pas le mondre doute. La baie vitrée donnant sur la planète était certes digne d'intérêt, mais le fait que Miranda Forge la recoive dans sa chambre et non pas dans son bureau, lui donna quelques éléments probables de sa présence ici, de quoi pouvoir adapter son attitude si son hypothèse devait se révéler correcte.

Dans tous les cas, Miranda Forge se présenta à elle.
Et cette dame, était encore plus impressionnante en vrai. Sa voix ? Ses lunettes ? Son attitude ? Son âge ? Ou peut-être un mélange subtil de tous ces éléments, fit que inconsciemment Kara se sentit petite face à elle. Loin de s'écraser toutefois, Kara avec quand même la sensation de se trouver face à ce qu'elle était elle même : une prédatrice ne reculant devant rien pour parvenir à ses fins. Et pourtant, l'une comme l'autre n'allaient pas se dévorer mutuellement, car il est parfois plus utile de chasser en meute.
La question que Forge lui posa était rhétorique, au vu du fait qu'elle lui tendit une coupe de champagne, que bien évidemment elle accepta.

Miss Forge, le plaisir est réciproque, c'est un grand honneur que de vous rencontrer. Sans faire de la flatterie gratuite, vous êtes un de mes modèles.

La jeune femme but une partie du contenu de sa coupe. Pour le moment, elle ne savait pas encore trop comment aborder les choses, car la raison même de sa présence ici était encore floue. Cette femme ne l'avait très certainement pas faite amener ici juste pour la féliciter, ou même juste pour coucher avec elle. Peu de gens voyaient Miranda Forge, car une femme comme elle devait sans doute sélectionner celles qui pouvaient avoir cet honneur. C'était mégalomane comme façon de procéder, mais Kara était de celles qui comprenait cet état d'esprit car elle l'appliquait elle même.

Je dois vous avouer que je ne me rends pas encore tout à fait compte que je suis en face de vous. Mon coup d'éclat lors des derniers procès contre MERCATEL était certes une prouesse, mais de là à attirer votre attention...vous ne m'avez pas faite venir jusqu'ici juste pour me féliciter, je me trompe ?
Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 301



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Janvier 06, 2015, 07:33:27 »

Les délicats gestes de Kara à l’attention d’Hannah ne lui avaient nullement échappé, et elle les conservait dans un coin de sa tête, bien décidée à exploiter plus tard l’attirance, naturelle, de Kara envers Hannah… Miranda ne s’entourait après tout que de l’élite, et, de tous les esclaves issus de GeoSlave, Hannah était une véritable merveille, avec un degré d’intelligence, de soumission, et de beauté, rarement atteints. Quoi de plus surprenant ? Elle avait été encodée génétiquement pour correspondre à ce profil, tout comme Kara l’avait été… Et le spectacle était magnifique. Kara était tout simplement superbe. Peu importe où le regard de Miranda se posait, elle ne voyait aucun défaut dans cette silhouette, un appel à la perfection, un corps de propagande tekhane qui, en quelques formes et quelques silhouettes, résumait toutes les théories sur le sexe unique et sur la supériorité indiscutable de la Femme sur l’Homme. La perfection même se dressait face à elle, et Miranda ne pouvait qu’en être admirative… Et envieuse.

Kara attrapa le verre de champagne, tout en affirmant que Miranda était l’un de ses modèles, ce qui la fit poliment sourire. Elle pouvait sentir les sentiments contradictoires qui traversaient le corps de Kara : l’humilité face à une telle femme, ainsi que la fierté de l’avoir rencontré, la fierté d’être face à une telle femme, si influente et si importante… Autrement dit, se rencontrer flattait l’ego des deux femmes, et Kara ne tarda pas à parler, de sa voix douce et mélodieuse, cette voix enchanteresse qui, à chacune de ses plaidoiries, que Miranda avait toutes sur un disque, faisait malheur, envoûtant presque chaque juge, jusqu’à susciter la sympathie des parties adverses ou leur désir.

« Je dois vous avouer que je ne me rends pas encore tout à fait compte que je suis en face de vous. Mon coup d'éclat lors des derniers procès contre MERCATEL était certes une prouesse, mais de là à attirer votre attention... Vous ne m'avez pas faite venir jusqu'ici juste pour me féliciter, je me trompe ? »

Miranda sourit, et marcha un peu.

« Ce procès était très mal parti pour nous… MERCATEL avait le droit de son côté, et des preuves suffisamment solides pour obtenir su juge, non seulement l’impossibilité de commercialiser notre produit, mais aussi celle d’avoir une preuve à produire au pénal pour nous condamner. J’avais confié ce dossier à Caitlin, car elle est l’avocate la plus talentueuse de mon cabinet… Alors, quand elle m’a dit qu’elle comptait confier ce dossier à une jeune femme comme toi, je t’avoue qu’elle prenait un gros risque… »

Ce n’était, en soi, pas totalement faux, mais Caitlin n’avait pas spécialement eu le choix. De fait, Miranda avait réussi à maquiller certains éléments du procès pour être sûre que Caitlin ait la sagesse d’esprit de le confier à Kara. Tout avait été soigneusement planifié à l’avance. L’un des témoins-clefs de MERCATEL était ainsi une ancienne amie de Kara, datant de l’époque de la fac’, et Caitlin, grâce aux détectives privés de la corporation, l’apprendrait rapidement. Quand elle l’avait su, elle avait travaillé avec Kara sur ce dossier, mais, peu à peu, sa fille avait su s’emparer de ce dossier. Miranda faisait donc faussement l’étonnée, ceci dans le but de flatter l’orgueil de Kara.

Elle tournait ainsi lentement autour d’elle, comme une prédatrice observant sa proie.

« J’ai suivi ce procès avec la plus grandes attentions, Kara… J’ai visionné chacune de tes plaidoiries, chacun de tes écrits… Tu es une perle rare. Tu es une virtuose du prétoire, tes capacités de raisonnement et d’analyse sont remarquables… J’ai remonté jusqu’à ton CV et à tes notes à la fac’… Aucune fausse note, aucun raté dans ta formation. Tu es ambitieuse, arriviste, ayant toutes les qualités requises pour me plaire… »

Elle avait terminé sa tirade en se rapprochant du dos de Kara. Ses seins heurtèrent ce délicieux dos, que Miranda rêvait de lécher et de mordiller, et elle susurra dans le creux de son cou la fin de sa phrase :

« …Et tu es d’une incroyable beauté… »

Cette avalanche de compliments n’avait que pour but de faire plaisir à Kara, dans la mesure où, après tout, elle était sa fille. Miranda s’écarta ensuite un peu.

« Je t’ai donc invité pour te féliciter, oui… Mais aussi pour te proposer autre chose. Caitlin est aussi ambitieuse et arriviste que toi, et, si tu restes dans ce cabinet, l’une de vous deux torpillera l’autre. Je ne tiens pas à ce que cela arrive, et, comme tu le sais sûrement, ce cabinet a toujours été une antichambre menant à de vrais postes. Caitlin est douée, mais tu es plus forte qu’elle… Et c’est pour ça que je te propose une mutation… »

Miranda aurait pu lui confier un poste extrêmement prestigieux, comme Directrice du Dôme, Responsable des projets d’armement, ou d’autres postes qui étaient considérés comme un aboutissement professionnel absolu… Mais elle était plus maternelle que sa défunte mère, et voulait rattraper le temps sacrifié avec sa fille. Elle la regarda donc avec un léger sourire sur les lèvres, portant le coup de grâce :

« …Je souhaite que tu deviennes mon assistante personnelle, Kara. Voilà le but de mon invitation. Tu seras à la tête de toute la société, en me conseillant sur chacun des choix stratégiques de la mégacorporation, en remplissant des lettres et des contrats en mon nom, en faisant aussi office se secrétaire, en te renseignant sur chacune des Sénatrices, femmes d’affaires, juges, ou militaires avec qui je serais amenée à discuter… Voilà mon offre, ma beauté. »

Et elle était plutôt généreuse !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Janvier 07, 2015, 09:42:13 »

Kara, malgré toute son intelligence, était bien loin de se douter de la raison véritable pour laquelle Miranda Forge l'avait faite venir jusqu'ici, pour lui parler en privé. Elle connaissait déjà les grandes lignes, pour avoir mis presque à genoux l'un des concurrents de GeoWeapon Corp, la jeune femme pensait et à raison qu'elle aurait droit à un changement de poste hautement intéressant.
Mais ce qui allait suivre, il lui manquerait certains éléments clefs pour en comprendre la complète logique. Mais elle ferait avec.
Kara écouta longuement sa patronne parler, établir les faits, les rappeller sans nul doute afin d'établir clairement un contexte. Miranda Forge avait une décision à justifier, ça crevait les yeux, mais pour la jeune femme le fait qu'elle se sente obligée de la couvrir de compliments était un bon signe. Mais loin de se fendre en de multiples remerciements, Kara se contentait juste de, parfois, hocher doucement la tête.
De son point de vue, elle n'avait après tout pas à se montrer « trop » honorée par ces compliments, car elle les considérait comme acquis et justifiés. Comme l'avait dit Forge, ne venait-elle pas de sauver cette société d'un procès qui aurait pu lui coûter beaucoup ? Des remerciements étaient, pour ainsi dire, la moindre des choses, le minimum qu'elle pouvait attendre.

En temps normal, autant de compliments l'auraient mise sur ses gardes, car ils auraient été prononcés sans saveur, par des bouches ne les pensant pas. C'était le cas de beaucoup de ses collègues avocates, le jour où le procès s'était terminé, et où elle avait eu droit à un ballet d'hypocrites envieuses de son succès. Seule la nécessité de conserver son standing dans ce cabinet d'avocats l'avait empêchée de déverser son fiel sur ces suceuses. Mais là, c'était différent, Miranda Forge ne cherchait pas à cacher quoi que ce soit, juste...à la féliciter. C'était bien sûr insuffisant pour combler l'appétit de cette ambitieuse jeune femme, mais tout de même, ça flattait son ego.
Et puis, il y eu ce bref moment, où Miranda s'était glissée dans son dos. Kara portait un tailleur léger, très léger même, qui comportait entre autres une absence presque totale de tissus sur son dos, quand à sa patrone et bien...elle s'était collée justement à son dos. Sentant le contact de la poitrine presque nue de sa boss sur sa peau, Kara eu la confirmation qu'elle lui faisait de l'effet.
Cela ne la dérouta pas le moins du monde, c'était même prémidité, le tailleur ne faisait que mettre en valeur son corps de déesse. L'idée de coucher avec Miranda Forge lui était venue dès qu'elle avait reçu cette invitation à venir la voir, pour la simple et bonne raison que Kara n'avait jamais rechignée à user de son corps comme d'un argument de vente si cela pouvait lui ammener, en contrepartie, des opportunités juteuses. Le genre d'opportunités qu'une femme comme Miranda Forge pouvait tout à fait donner à une jeune avocate ambitieuse telle que Kara Adams.

Ma foi, merci pour ce portrait tout à fait juste de moi Miss Forge.

S'en suivit de légers mouvements de son dos, de gauche à droite, afin de créer pendant quelques furtives secondes un frottement entre sa peau nue et la poitrine de sa patronne. Cette dernière se retira, et la provocatrice jeune femme reprit alors sa contenance, mais toujours ce léger sourire au lèvres et ces yeux pétillants de malice ornaient son visage.
Elle était comme une enfant attendant son cadeau pour avoir eu de très bonnes notes, elle savait qu'elle méritait cette promotion, qui, d'après les dires de la PDG, allait l'emmener vers d'autres horizons de la firme.
C'était...étonnant. Kara s'était attendue à récupérer la place de Caitlin, qui était autant son amie que sa plus dangereuse rivale. Cela avait été le cas dès son arrivée au cabinet, où les deux s'étaient tout de suite à la fois appréciées et détestées, pour une raison simple : il ne pouvait pas y avoir éternellement de place pour les deux. Kara ne se contentait pas de sa place de simple avocate, tout comme Caitlin s'accrochait à son poste avec la volonté d'aller encore plus haut.
Les séparer était...intelligent de la part de cette femme. Kara perdait le plaisir personnel de voir sa concurrente manger la poussière, mais elle comprenait le point de vue de sa patronne qui voulait conserver ces deux bons éléments, sans qu'elles ne se détruisent l'une et l'autre.
Puis vint alors la proposition de Miranda.
Kara cligna des yeux pendant un moment, un bref silence s'était installé, le temps de bien se rendre compte de la situation, et qu'elle avait bien compris ce que cela signifiais.

Vous voulez...que je devienne votre bras droit ? Carrément ?

Ce n'était pas tant une question destinée à Miranda, qu'une façon pour Kara de le dire elle même et de s'en rendre compte. Elle, devenir, en résumé, la deuxième dirigeante de GeoWeapon Corp. Certes, il y avait tout à parier que Miranda Forge conserverait le mot final sur chacune des décisions à prendre, mais rien que le fait d'avoir elle son mot à dire dans la destinée de cette Mégacorporation...
C'était ce dont elle avait toujours rêvée. Atteindre le sommet ultime.
Ou presque, elle ne serais pas la « seule » dirigeante dans l'affaire, mais tout de même...voilà une promotion qui la propulsait plus haut que ce qu'elle aurait imaginée. Aurait-elle été de nature moins assurée, Kara aurait certainement fondu en larmes par l'émotion la submergeant. Mais si elle avait été ce genre de personne, elle ne se trouverait pas ici. En revanche, elle regardait Miranda Forge, tandis qu'intérieurement son esprit analysait ce qui se produisait, ce qu'elle avait entendu.
Puis, quelques secondes après, elle prit une inspiration.

D'accord, Miss Forge. Seule une imbécile refuserait une telle proposition. Je me moque de savoir pourquoi moi parmi tant d'autres, j'accepte, mais à quelques conditions toutefois. Je veux que cette prise de fonction ne se fasse pas avant quelques semaines, le temps pour moi de prendre connaissance des dossiers importants de GeoWeapon Corp. J'entends aussi, si vous me voulez comme une assistante et non pas comme une potiche, avoir accès à « tout » ce dont j'aurais besoin pour comprendre ce que j'aurais à assimiler.
Si vous acceptez de me traiter comme votre égale, afin que je puisse vous seconder au maximum de mes capacités, alors d'accord, j'accepte.
Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 301



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Janvier 07, 2015, 10:21:12 »

Miranda s’était rassise sur son fauteuil, jambes croisées, et eut l’immense plaisir de voir un spectacle qu’elle ne verrait pas souvent : une Kara surprise. La magnifique beauté, qui la regardait avec un regard sensuel, venait tout d’un coup d’être surprise, ses yeux s’écarquillant et sa bouche s’entrouvrant sous l’annonce.

*Hum, qu’elle est magnifique, cette petite !*

Oh oui, c’était une vraie perle ! C’était vraiment sa fille, et Miranda sourit légèrement. Il ne fallut à la belle et magnifique Kara que quelques secondes pour se ressaisir, et pour laisser son esprit analytique se mettre à s’exprimer :

« D'accord, Miss Forge. Seule une imbécile refuserait une telle proposition. Je me moque de savoir pourquoi moi parmi tant d'autres, j'accepte, mais à quelques conditions toutefois. Je veux que cette prise de fonction ne se fasse pas avant quelques semaines, le temps pour moi de prendre connaissance des dossiers importants de GeoWeapon Corp. J'entends aussi, si vous me voulez comme une assistante et non pas comme une potiche, avoir accès à « tout » ce dont j'aurais besoin pour comprendre ce que j'aurais à assimiler. Si vous acceptez de me traiter comme votre égale, afin que je puisse vous seconder au maximum de mes capacités, alors d'accord, j'accepte. »

Miranda, toujours assise, laissa planer la réponse, suspendue à ses lèvres et au verre de vin qui venait subrepticement se glisser dans sa bouche. Seul son regard était en train de lui répondre, un regard amusé. Kara ne perdait pas le nord, et Miranda n’avait pas à s’en sentir offusquée. C’était normal, c’était sa fille. Elle voulait être une véritable assistante, pas une simple potiche, comme elle l’avait si bien dit, de sa belle et magnifique vois. Le cœur de Miranda était au bord de ses lèvres, prêt à exploser. Aurait-elle eu Kara plus jeune qu’elle n’aurait pu rien la refuser. Sa voix était tellement douce, sa peau si magnifique… Miranda regrettait de ne pas avoir pu se charger elle-même de l’éducation sexuelle de Kara… Sa fille n’était plus vierge, et Miranda, de fait, aurait adoré être celle lui prenant son innocence. La vie en avait décidé autrement, et il n’y avait aucune raison de s’appesantir là-dessus… Et ce d’autant plus qu’elles allaient avoir pleinement l’occasion de rattraper le temps perdu.

Au bout de quelques secondes, la PDG reposa son verre sur une table basse, puis posa ses doigts contre sa tête, penchant légèrement cette dernière sur le côté.

« Tu as raison, Kara… Comme tu le sais, chaque employée travaillant au sein de la société dispose d’un code d’accès hiérarchisé et crypté. »

Selon la position de la personne au sein de l’entreprise, elle avait accès à certains fichiers précis. Le dernier niveau d’échelon était le niveau Ultima, celui à partir duquel on avait accès à l’essentiel des données du personnel : tous les bulletins de salaires, tous les dossiers de suivi de chaque employé, tous les programmes, les archives, les ressources, les bilans comptables, les expertises… Il y avait des teraoctets de données dans tous les sens.

« Il n’y a qu’une seule personne dans l’entreprise qui a accès à ce niveau : moi… Du moins, jusqu’à maintenant. Tu es maintenant de niveau Ultima, Kara. Tu as accès à tout ce que je sais, y compris des informations qui intéresseraient énormément la justice. »

Interceptions téléphoniques illégales, surveillance des salariées, interceptions de leurs communications électroniques, espionnage industriel, harcèlement, contacts avec les mafias pour traquer et neutraliser des rivaux potentiels, tout était encrypté dans des fichiers que Kara finirait par trouver… Tout, sauf un seul fichier, un seul fichier qui était inaccessible, et qui constituerait l’ultime épreuve de Kara. Quand elle le trouverait, soit elle en parlerait à Miranda, soit, et c’était plus probable, elle chercherait à le pirater. Si elle y arrivait, elle verrait alors des rapports d’analyse médicale concernant sa propre naissance… Il suffirait ensuite d’un bref travail d’investigation pour qu’elle compare son sang à celui de Miranda, et qu’elle comprenne qui elle était réellement. Ces informations étaient l’ultime pépite mise par Miranda pour amener Kara à comprendre tout son héritage… Mais elle ne risquait pas de le trouver rapidement, même malgré tout son potentiel et tout son indéniable talent.

Miranda se releva à nouveau, et marcha d’un pas élancé vers Kara, puis tendit sa main, venant caresser sa joue.

« Dès demain, ma belle, nous irons dans les locaux du Programme GeoSlave, afin de voir les nouvelles petites putes issues de ce programme… Fawley est folle d’impatience à l’idée de me les montrer, et je pense que cela te fera une bonne mise en bouche… Surtout après la manière dont tu as frappé et humilié ma belle Hannah. »

Un nouveau sourire perla sur les lèvres de Miranda, qui déplaça sa main de sa joue pour caresser sa hanche, appuyant entre ses deux doigts sa tenue verte. Elle tira légèrement dessus, se mordillant les lèvres, ses seins venant heurter ceux de Kara.

« Il y a aussi une règle très importante si tu veux être mon assistante… Sauf circonstances exceptionnelles, tu devras toujours dormir avec moi… Est-ce que cela te dérange, ma beauté ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Janvier 11, 2015, 06:01:06 »

Si pareille expression pouvait avoir un sens chez les Tekhannes, il fallait alors une sacrée paire de couilles, métaphoriquement parlant, à Kara pour poser ainsi des conditions d'embauches à un job dont devaient rêver bon nombre d'autres femmes. Mais celle çi n'était pas n'importe laquelle, là où toutes les autres se seraient contentées d'être de simples poupées au service de Miranda Forge, Kara ne l'entendait pas de cette oreille. Elle était intelligente et le savait, et ne comptait pas gaspiller son talent, mais en faire tout l'usage qu'elle pouvait à son profit. Elle était bien une Forge sur ce point là,  orgueilleuse et fière , et le pire était sans doute qu'elle avait des raisons de l'être.
Ce qu'elle avait fait, toutefois, était un risque calculé. Miranda Forge était une femme pragmatique qui, comme Kara, n'aimait pas perdre son temps. L'aurait-elle faite venir ici, la rencontrer en personne, si elle n'avait pas eu en tête de faire de Kara son bras droit ? Probablement pas, mais Kara n'était pas une femme à se reposer sur ce que les autres pouvaient penser, elle avait voulu mettre les choses au clair afin qu'aucune ambiguité ne puisse être de la aprtie.
Et Miranda Forge accepta, elle accepta même mieux que ce que Kara avait pu espérer.

A l'intérieur de son crâne, connectée à son cerveau, Kara avait fait installer depuis plusieurs années une micro-puce qui lui permettait un accès instantané, depuis son esprit, au large réseau Tekhan d'information et de partage. L'équivalent d'internet sur Terre. Elle pu ainsi voir, en direct, son status au sein de la société passer les échelons, jusqu'à atteindre l'ultime, celui jusque là possédé par une seule personne. Elles étaient désormais deux.
Tout, elle avait accès à tout. Kara ne se rendrait pas tout de suite compte de cet unique fichier qu'il lui serait impossible d'ouvrir, mais il était plongé au beau milieu d'une forêt d'autres qui lui étaient ouverts. Kara avait accès à l'ensemble des archives de GeoWeapon Corp, une mine d'informations que beaucoup seraient prêtes à se damner pour avoir. Il était vrai, du peu qu'elle pouvait filtrer, que certaines de ces informations intéresseraient beaucoup de monde, mais l'idée de vendre es secrets ne traversa pas une fois l'esprit de la jeune femme, qui se rendait bien compte que seule une idiote tenterait de jouer cette option. Premièrement, la liste des suspects étant aussi fine qu'une feuille de papier en cas de fuite, Kara ne pourrait pas se cacher des assassins que GeoWeapon Corp ne manquerait pas d'envoyer à ses trousses. Et deuxièmement...qui donc pourrait lui offrir plus que ce que Miranda Forge venait de lui offrir ? Kara était dans les faits devenue la deuxième directrice de la corporation, même un sacré paquet de sénatrices ne pouvaient se targuer d'avoir autant de pouvoir à leur disposition. Elle y songea, pendant un bref instant, cela lui fit presque tourner la tête mais surtout...elle se sentit emplie d'un sentiment de plaisir infini.
Celui de se sentir enfin à la place que l'on mérite.

Je vois donc que vous étiez bel et bien sérieuse quand à l'idée de faire de moi votre bras droit, Miss Forge. Vous ne regretterez pas cette décision, je vous le garantis.

Arriviste, mais certainement pas idiote. Miranda Forge venait de s'attirer la sympathie éternelle, ou presque, de la jeune femme, ainsi que sa loyauté, en la traitant comme son égale sur ce sujet. La curiosité, et la soif d'apprendre de Kara l'aurait en d'autres circonstances poussée à s'isoler dans un coin calme afin d'épelucher toutes ces archives, mais lorsque sa patronne s'approcha sensuellement d'elle, au point de coller son corps au sien tout en glissant une main inquisitrice sur elle...Kara se déconnecta intégralement du cyberspace, et focalisa toute son attention sur ce qui se passait à présent. C'était attendu, n'importe quelle assistante personnelle de n'importe quelle PDG d'entreprise avait comme double emploi de servir d'amante à leur employeuse, c'était dans la mentalité Tekhane et dans l'idée qu'on se faisait de ce job si particulier.

A ma décharge Miss Forge, votre esclave l'avait cherché. Et puis, vu les couinements que cette petite trainée à poussé quand je me suis occupée d'elle, quelque chose me dit qu'elle a adoré. Mais aller à la rencontre de plusieurs de ce type d'esclaves, voilà qui est en effet tentant...et stimulant.

La douce voix de Kara tombait directement dans le creux des oreilles de Miranda, car elle s'était lovée contre elle, mimant la manœuvre d'approche que sa patronne avait faite à son encontre. Être propulsée ainsi aux plus hautes sphères de la société Tekhane l'émoustillait, et Kara voyait en cette approche une opportunité d'être reconnaissante, très reconnaissante envers Miss Forge, qui d'ailleurs entendait bien s'accaparer Kara pour toutes les nuits à venir ou presque.

Oh pas le moins du monde. Je dois vous confesser quelque chose Miss Forge, vous êtes, en plus d'un modèle, la représentation même d'un grand fantasme de ma part : celui de la femme de pouvoir.

Kara posa ses mains dans le dos de Miranda, non seulement pour le caresser, mais aussi afin de conserver son équilibre. Elle leva l'une de ses jambes, et avec sa cuisse nue, vint frotter celle de Miranda lentement, sensuellement, le frottement de ces deux peaux douces et épilées ne provoquant qu'n très léger bruit qui était toutefois délicieux aux oreilles. Son visage se rapprocha de la belle blonde aux lunettes, qui lui donnaient un air autoritaire hautement crédible, mais elle pour sa part jouait sa carte favorite : sourire provocateur, et regard de braise.

Une femme plus âgée que moi, donc très expérimentée, tout en ayant conservé la beauté de ses jeunes années, et surtout qui dégage une telle aura de puissance et d'autorité qu'elle me fait fondre...vous êtes tout cela et un peu plus encore Miss Forge. J'offre peu souvent mon corps, car rares sont celles qui me méritent, mais vous...vous avez tous les droits dessus.

Sa voix, suave, n'était plus qu'un murmure mais qui était bien suffisant pour que chaque mot parvienne aux oreilles de Miranda Forge. Elle travaillait surtout sur le frottement de sa cuisse contre celle de sa patronne, et sur les baisers qu'elle donnait dans son cou, sur son souffle chaud qui heurtait la peau de la PDG. C'était un délice, et effectivement un fantasme pour Kara qui se réalisait, celui d'être entre les mains d'une femme mûre, de pouvoir, et d'une beauté implacable. Il était probable que du côté de Miranda Forge, ce soit la jeunesse de Kara qui l'attirait, son ambition, et son impertinence calculée.

Que diriez vous de...signer mon contrat ?
Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 301



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Janvier 11, 2015, 08:46:01 »

Miss Forge esquissa un léger sourire. Sa fille n’avait pas froid aux yeux, et, de fait, elle était effectivement ravissante. Comme Kara le soupçonnait si bien, à Tekhos, la promotion-canapé n’était pas vue avec dédain, mais comme une forme normale d’ascension et de progression au sein d’une entreprise. Après tout, une société n’était rien de plus qu’une collectivité de femmes se mettant ensemble pour produire de l’argent. Qu’est-ce qui interdisait le sexe au sein d’une relation de travail ? C’était un moyen très efficace de nouer des liens, de se rapprocher, et ainsi d’être plus productive au travail. Miranda autorisait volontiers le sexe, et même, dans certains cas, le rendait obligatoire. Dans les plus grands bureaux, ceux abritant les cadres supérieurs, la compagnie mettait ainsi à disposition des GeoSlave, avec lesquelles les employées pouvaient, pendant des horaires très précis, faire sauvagement l’amour. Un système plutôt bien rodé, et qui leur permettait parfois de dormir au bureau. Miranda avait bien ficelé son entreprise, et Kara comprenait très bien son fonctionnement. Non seulement elle ne voyait aucun problème à dormir, et à coucher, avec Miranda, mais elle lui avoua que Miranda était un fantasme. Elle se lovait contre elle, leurs seins se heurtant, et Miranda dut bien admettre qu’elle ne restait pas insensible au charme de Kara. D’un strict point de vue physique, Kara était en soi une femme magnifique… Et le fait qu’elle soit sa fille renforçait encore plus le désir de Miranda, un désir qui était sur le point d’éclater, gonflant et enflant dans sa poitrine, remontant dans tout son organisme.

Son sourire était magnifique, ses yeux flamboyant… Miranda aurait-elle autorisé une autre femme à être aussi tactile avec elle, à frotter ses seins contre elle ? Sûrement pas. Même si cette femme avait été aussi belle que Kara, rien que pour l’exemple, elle l’aurait puni, mais là… En ce moment, elle ne pensait à rien d’autre que Kara, que son souffle sur ses lèvres, que son corps magnifique. Elle avait suivi toute la vie de Kara, toute son existence depuis ses premiers jours. Ainsi, elle savait avec qui Kara avait perdu sa virginité. Elle savait énormément de détails intimes sur elle, tout comme la présence d’une puce dans son cerveau… Une technologie expérimentale proposée par une clinique privée appartenant à GeoWeapon Corp. Cette puce était très onéreuse, et permettait au cerveau humain de se connecter sur Internet, et de voir par la rétine ce qui se passait. Miranda savait donc que Kara avait été voir son profil sur GeoWeapon Corp., afin de s’assurer de son statut.

Kara s’empressa, à son tour, de flatter Miranda, et entendre sa douce voix sensuelle, incroyablement douce et chaude, était tout simplement magnifique :

« Une femme plus âgée que moi, donc très expérimentée, tout en ayant conservé la beauté de ses jeunes années, et surtout qui dégage une telle aura de puissance et d'autorité qu'elle me fait fondre...vous êtes tout cela et un peu plus encore Miss Forge. J'offre peu souvent mon corps, car rares sont celles qui me méritent, mais vous...vous avez tous les droits dessus. »

Expérimentée et talentueuse, Kara frottait sa jambe contre la sienne, sa cuisse glissant contre son corps, leurs peaux nues se claquant l’une à l’autre. Miranda avait ses mains sur les hanches de la femme. Kara aurait tout à fait pu être hôtesse d’un téléphone rose, tant elle était douée avec son timbre de voix. Sa bouche glissait près de son oreille, elle murmurait chacun de ses mots, semblant les porter avec la vague du désir. Oh ! Qu’elle pouvait être douée ! Miranda sentait les idées affluer en elle, et ses mains glissèrent davantage, venant finalement empoigner l’une des plus belles parties du corps de sa loquace fille : son cul. Chacune de ses mains se crispa ainsi sur son postérieur, le pressant, le remuant et le malaxant tendrement. Elle se mordillait les lèvres, appréciant cette masse de chair, ce cul parfait, le frottant à travers son tailleur, glissant joyeusement dessus, donnant des coups appuyés, écartant chacune de ses fesses, les malaxant. C’était une masse très confortable, agréable et douce, tendre et chaude. Miranda les palpait avec un plaisir évident, nullement feint.

Pendant ce temps, Kara, qui continuait de jouer avec elle, de frotter son beau corps, continua à parler :

« Que diriez-vous de...signer mon contrat ? »

Cette phrase déclencha instantanément dans l’esprit de Miranda une idée, et elle sourit lentement, avant d’approcher son visage de celui de Kara.

« Oh, mais c’était bien mon intention... »

Elle l’embrassa tendrement, plaquant ses lèvres contre les siennes. Bien des personnes avaient déjà complimenté Miranda, mais aucun compliment n’avait jamais autant excité la PDG que ceux que Kara avait prononcé. Cette femme était terrible, et elle serait sa digne héritière. Une véritable Forge, fidèle à ce que les Forge se devaient d’être. Plus les générations passaient, et plus les gènes s’affinaient. Miranda avait été nettement plus talentueuse que sa mère, et il en serait de même pour Kara. Tout en y songeant, elle l’embrassait, et, conservant une main sur ses fesses, appuyant à travers la robe, l’autre se déplaça pour s’appuyer sur le menton de la femme, le tenant entre deux doigts, sa langue filant dans sa bouche. Miranda et Kara embrassaient toutes les deux à la perfection. Une Forge se devait d’être l’incarnation de la perfection dans tous les domaines de la vie, et le sexe en faisait partie. La langue de Miranda jouait avec celle de Kara, la malaxant, la titillant, lui roulant une pelle longue et sulfureuse.

Quand Miranda la termina, elle retira sa bouche en souriant légèrement, terminant en laissant sa langue caresser les lèvres de Kara, puis la propre langue de sa fille. Leurs nez se touchaient alors, se frottant, et leurs bouches, seulement séparés de quelques centimètres, pouvaient laisser leurs langues parler. Miranda joua ainsi pendant un certain temps, avant de finir par se retirer, souriant à sa fille.

« Le contrat, donc… »

Emoustillée, elle se dirigea vers son bureau, et en servit une feuille. C’était un contrat-type, sur un papier spécial, fin et transparent.

« C’est du carbone spécial… Je suppose que tu as dû entendre parler de ces papiers. Ils sont incrustés de nanofibres et de capteurs qui permettent immédiatement d’avoir une version numérique. »

Un petit exemple de ce que le progrès, maintenant, permettait de faire. Kara sortit en conséquence un stylo, un sourire espiègle sur el coin des lèvres. Pendant ce temps, elle déplaça aussi le dossier sur son bureau, mettant en double page des photos très érotiques, prises depuis la caméra de sécurité du bureau de Kate, et qui permettaient de voir les deux avocates en plein coït sauvage contre le bureau de Kate, puis contre le mur. Le stylo, quant à lui, était une invention issue du département GeoSex pour les secrétaires s’ennuyant. Il se présentait comme un stylo tout à fait normal, mais la pointe était équipée de nanocharges électriques répandant des charges électriques ayant pour but de stimuler le système nerveux. Les secrétaires les utilisaient pour se toucher pendant qu’elles s’ennuyaient. Les charges traversaient en effet la plupart des vêtements pour directement atteindre la peau… Et, avec le papier spécialement choisi, et qui était vierge, la pointe le traverserait sans problème.

« Offre-moi ton dos… Appuie-toi sur mon bureau. »

Miranda la laissa passer devant elle, puis posa le papier sur son dos, louchant sur cette magnifique partie de son corps. Le papier était glacé, réfrigérant Kara, et Miranda en profita pour caresser les hanches de la femme, se glissant contre elle. Elle se pencha alors vers l’avant, et embrassa sa nuque, ses seins venant s’enfoncer contre son torse.

« Alors… Es-tu prête à ce que je rédige ton contrat, ma chère ? » sussurra-t-elle à son tour dans le creux de son oreille.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Février 19, 2015, 10:56:21 »

Bien des femmes auraient tout donné pour pouvoir être à la place que Kara occupait actuellement, dans les quartiers privés de Miranda Forge, devenue son assistante personnelle, et par extension une de ses amantes. Être la seconde, et ce de façon officielle, de la dirigeante d'une des Hypercorp les plus influentes et puissantes de Tekhos, ainsi que le pouvoir qui allait avec une telle place, était l'achèvement d'une vie. Pour Kara, ce ne serait que le début de projets plus lointains, plus grands, car en éternelle ambitieuse elle n'était nullement du genre à se satisfaire de ce qu'elle possédait. Mais pour l'instant, elle allait faire une exception à cette règle en célébrant comme il se devait sa promotion, avec sa nouvelle patronne, qui était désormais la seule à qui elle rendrait des comptes. Posséder autant de pouvoir était grisant, excitant, et expliquait en partie pourquoi Kara semblait aussi séduisante à Miranda en ce moment même, car elle était radieuse comme n'importe qui le serait en étant parvenue à ce degré de réussite. Elle y voyait là une revanche sur la vie, sur ses mères qu'elle n'avait jamais vraiment aimées tant elles voulaient brider son intelligence, et tous ces pouilleux sans éducation de la campagne qui la jalousaient...maintenant, au moins, ils auraient une véritable raison de le faire.
Kara avait enfin cette sensation, cette délicieuse sensation, de se trouver à la place qui lui était due. Au dessus de presque tout le monde, même Miss Forge était à ce stade autant sa supérieure que son égale, au vu du pouvoir décisionnel et des responsabilités que Kara venait d'obtenir. C'était au delà de ses rêves les plus fous, mais la jeune femme n'avait pourtant pas la sensation de se trouver dans un rêve, ni même de croire que c'était trop beau pour être vrai, non...elle se rendait pleinement compte de ce qui lui arrivait, car elle trouvait cela normal que Miss Forge la désigne comme son assistante, tout en lui étant reconnaissante de lui donner sa chance de prouver ce qu'elle valait vraiment.

Kate...oh Kate, sa supérieure au cabinet, rien que la perspective de la revoir avec un tel changement de rapport hiérarchique l'amusait et l'excitait au plus haut point, et tant d'autres opportunités allaient s'ouvrir à elle. Elle y songeait, mais seulement dans un coin reculé de son esprit, car la majeure et quasi totalité de sa concentration était fixée sur l'instant présent. Celui où Miranda Forge approchait ses lèvres des siennes, et où les deux femmes se mirent à échanger un baiser sulfureux. Le terme d'assistante personnelle pouvait signifier de nombreuses choses, référer à de nombreuses tâches et responsabilités, mais à Tekhos la grande majorité se voyaient affublée à coup sûr du rôle d'amante de leur patronne, un rôle que Kara avait l'intention de gérer comme le reste de ses obligations: avec excellence.
Poussée autant par un désir sincère que par volonté, pragmatique, de contenter son employeur, Kara répondit au baiser de Miranda Forge avec toute l'expertise dont elle était capable. Et sans même chercher à être vantarde, Kara embrassait à la perfection. Le baiser était après tout la première introduction à n'importe quelle partie de jambes en l'air, et dans la société Tekhanne, coucher était autant un divertissement qu'un moyen de grimper dans l'échelle sociale. Une réalité que Kara avait vite assimilée, et s'était pleinement appropriée. Elle jouait de sa langue à l'unisson avec celle de Miss Forge, se frottant, se caressant tandis qu'elle explorait les profondeur de sa délicieuse bouche, quand à leurs lèvres elles se scellaient et remuaient les unes contre les autres. Elles étaient parfaites, enlacées l'une contre l'autre, mère et fille, même si c'était une réalité qui échappait encore à Kara, le caractère incestueux de ce qui se passait ne pouvait que rendre le baiser encore plus mémorable, même de façon inconsciente.
Kara laissa échapper un gémissement, bien évidemment étouffé par le baiser qu'elle était en train de faire, lorsque sa patronne glissa ses mains le long de son dos nu, pour ensuite descendre plus bas et empoigner ses fesses. La tenue que la jeune femme portait, outre le fait d'être courte, était aussi très fine, et n'offrait qu'un bouclier très limité entre la peau de Kara et les mains de Miranda. La façon dont elle lui palpa le cul indiquait clairement que c'était là une zone de son anatomie qui, en particulier, la faisait fantasmer, ce que la jeune femme ne manqua pas de noter dans un coin de son esprit afin de s'en rappeler, et de l'utiliser à bon escient.

Puis finalement, au bout de quelques minutes d'un baiser continu et vigoureux, qui demanda à Kara de reprendre son souffle à son issue, Miranda Forge se sépara d'elle pour aller chercher un nécessaire à la rédaction de son contrat. Kara passa une main dans ses cheveux, machinalement, tout en se mordillant les lèvres qui étaient encore impreignées de la marque de Miranda, du moins en avait-elle l'impression après un tel baiser.
Kara se demanda toutefois si Miss Forge, l'espace d'un instant, n'avait pas pris à la lettre sa demande de signer son contrat, surtout après un tel baiser, alors qu'elle même avait sous-entendu la fusion de leurs corps en un étalage de débauche absolument obscène. Elle y crû, jusqu'à ce qu'elle ne voie le stylo qu'elle comptait utiliser, ainsi que sa demande qu'elle s'allonge en partie sur son bureau.
Signer le contrat hum...

Oh...tout de suite Miss Forge, et je dirais même...avec plaisir.

Taquine, joueuse et séductrice, Kara se dirigea vers le bureau sans se presser, afin de calculer tout de son court chemin. La façon dont ses talons claqueraient au sol, la façon dont elle allait se déhancher sur le chemin, la façon dont elle courberait son dos nu avant de, sensuellement prendre place comme elle le désirait. Le bureau était, fort heureusement, suffisament haut pour qu'il ne soit pas trop inconfortable de s'y installer ainsi, penchée dessus, seule la partie supérieure de son corps s'y trouvant tandis que ses jambes légèrement écartées restaient bien en contact avec le sol. Kara aurait pu tout simplement s'allonger pleinement sur le bureau, mais pareille position offrait un avantage: la courbure de son cul serait encore plus prononcée, il serait une offrande à sa patronne, et courte comme sa tenue l'était...disons que Miranda aurait un aperçu bien plus prononcé de ses formes.
Kara frissonna lorsque le papier fut posé sur la peau nue de son dos, et plus encore lorsque Miranda Forge vint se glisser derrière elle, s'allongeant en partie sur elle...Kara avait beau être expérimentée, elle avait la délicieuse impression que Miranda Forge allait lui faire découvrir de nouveaux horizons malgré tout.

Oh oui madame. Je suis plus que prête. Auriez vous l'amabilité de me dicter à haute voix ce que vous écrirez ? Ma position actuelle ne se prête guère à la lecture, même si pour vous elle doit être des plus...agréables à l'oeil.

Avec sa tête penchée sur le côté, elle pouvait néanmoins offrir à Miranda deux de ses atouts en plus: son regard de braise, et son sourire de séductrice.
Telle mère, telle fille.
Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 301



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Février 19, 2015, 11:30:37 »

Beaucoup de choses pensaient, à tort, que la philosophie tekhane voulait l’éradication du sexe masculin au profit du sexe féminin. C’était une erreur, dans le sens où, si on supprimait le sexe masculin, parler de sexe féminin n’aurait pas de sens. Plus que supprimer un sexe, la philosophie tekhane reposait sur l’évolution, sur l’utilitarisme, sur la méritocratie, et sur le fait que, fondamentalement, le sexe masculin était inférieur, en terme de perfection, au sexe féminin. De la même manière que l’évolution guérissait les maladies et favorisait le développement de la vie, l’évolution de la civilisation amenait à plus d’égalité, à la recherche de la perfection, d’un idéal... Et cet idéal ne pouvait prospérer que dans des silhouettes féminines. Voilà le but de cette démarche : créer un sexe unique et parfait. Pour s’en convaincre, il suffisait de voir le déhanché provocateur de Kara, parfaite Tekhane. Le sexe était inscrit dans le code génétique des individus, et c’était une chose que les Tekhanes acceptaient librement. Pour Miranda, pouvoir exhiber son corps, et faire facilement du sexe, était la preuve de la puissance, et c’était quelque chose qu’elle aimait profondément, et qu’elle prouvait encore en ce moment, en compagnie de la belle Kara. Remuant lentement des hanches, la Tekhane s’appuya contre le bureau, creusant son dos, confirmant le fait que, peu importe l’angle où on la regardait, Kara était belle... Une beauté magnifique et parfaite, comme si son corps avait été charpenté dans le plus pur des diamants... Miranda l’observa donc, louchant volontiers sur son cul, avant de se rapprocher.

Comme pour sa fille, elle avait sur sa bouche le goût des lèvres de Kara, intimement convaincue de n’avoir jamais goûté à une bouche aussi bonne... Mais était-ce si surprenant, Kara était sa fille, et avait été génétiquement améliorée et purifiée, afin d’être la plus belle possible, et ce sur tous les points. Elle était le fruit de toute la technologie tekhane, une technologie qui, pour les très riches, était extrêmement évoluée, permettant, par le biais de simulations sur ordinateur, de déterminer, à partir de critères génétiques précis, comment le corps d’une personne se développerait. C’était ce genre de techniques que Miranda avait utilisé pour s’assurer que Kara soit, non seulement belle, mais surtout parfaite... Elle était sa fille, après tout. C’était le plus beau des cadeaux qu’une mère pouvait vous offrir.

« Oh oui madame. Je suis plus que prête. Auriez vous l'amabilité de me dicter à haute voix ce que vous écrirez ? Ma position actuelle ne se prête guère à la lecture, même si pour vous elle doit être des plus...agréables à l'œil. »

Elle lui sourit, et posa son stylo sur la feuille virtuelle, heurtant ainsi la chair de la femme. La pointe de son stylo libéra de petites impulsions électriques, et son autre main jaillit sous la robe verte de Kara, venant palper directement l’un de ses seins, le pinçant à hauteur du téton, un sourire sur les lèvres.

« Oh, mais bien sûr, mon cœur, je ne voudrais pas que ma future assistante se sente flouée... »

Elle appuya sur les omoplates de la femme, et se mit alors à écrire, traçant des boucles délicates, son stylo larguant à chaque fois de délicates impulsions. C’était une pointe spéciale, qui était faite d’un embout doux et tendre, comme si on était en train de la caresser.

« Hum... Le titre... Contrat d’embauche à durée indéterminée... Entre les soussignées... La Société GeoWeapon Corp., dont le siège social est à Immeuble GeoTower, 855 Avenue Liberté, Tekhos Metropolis... Immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Tekhos Metropolis sous le numéro AB-535-987-212-32... Représentée par... Miranda FORGE, agissant en sa qualité de Présidente-Directrice-Générale... »

Tout en écrivant, et en énonçant lentement ce qu’elle disait, elle continuait à palper le sein de la femme, pinçant son téton, malaxant cette partie de son anatomie, jouant délicieusement, et malicieusement, avec elle. Elle écrivait le contrat, délivrant un câlin, s’amusant à frotter sa colonne vertébrale, envoyant de petites impulsions électriques ayant pour but d’exciter le système nerveux. Elle termina les mentions initiales, puis en vint au contenu du contrat, détaillant chaque clause.

« Article 2 – Fonctions exercées... Durant l’exécution de son contrat, Madame ADAMS exercera les fonctions d’assistante de travail, auprès de Madame FORGE. À ce titre, elle exécutera toutes les tâches requises par Madame FORGE... »

Miranda releva son stylo en souriant, et vint l’embrasser dans le creux du cou, avant de descendre sa main, pour la glisser sous sa ceinture, et ainsi atteindre son intimité, ses doigts se rapprochant de sa petite fente rose.

« Toutes... Les... Tâches, petite catin... Est-ce bien clair, ma petite précieuse ? »

Elle termina sa phrase en léchant son oreille...
« Dernière édition: Février 21, 2015, 08:09:41 par Princesse Alice Korvander » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kara Forge
Humain(e)
-

Messages: 17



Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Juillet 14, 2015, 08:09:59 »

Kara était dans une position qu'elle adoptait très rarement, à savoir celle de la petite soumise allumeuse. De par son caractère très prononcé, la jeune femme ambitieuse se montrait en général aussi impitoyable durant ses réquisitoires, que durant ses moments intimes. Ses partenaires se laissaient plus souvent faire, laissant les rennes à Kara qui se sentait particulièrement à l'aise dans un rôle de dominatrice. Il était d'ailleurs presque surprenant qu'elle se prête autant au jeu cette fois-ci, car elle n'enfilait son rôle de soumise généralement que en étant réticente. Mais cette fois-ci était justement une exception, Miranda Forge était l'une des femmes les plus influentes de tout Tekhos, et elle venait de la propulser à sa droite...Kara ne pouvait en tout état de cause que faire un effort tout particulier, sans compter qu'elle ne trouvait pas aberrant de se "soumettre" à l'un de ses modèles. Miranda Forge était par excellence le type même de femme issue d'un milieu défavorisé, qui avait réussi à se hisser au plus hauts sommets de la société, Kara était elle aussi issue de ce genre de milieux et trouvait donc écho à sa propre situation. Nul doute que sa patronne savait tout d'elle, et que cette ressemblance avait du influer son choix, même si Kara ne pouvait pas encore se douter à quel point les deux femmes se ressemblaient.

Pour le moment elle se trouvait là, couchée contre le bureau de sa patronne, le cul ainsi parfaitement mis en avant et elle attendait que Miranda joue avec elle. Cette rédaction de contrat n'était qu'un prétexte à ce jeu, vu que le support d'écriture allait être son dos nu. La femme s'approcha, elle la sentit se coller contre elle tout en posant la feuille sur son dos, et elle commença à écrire. Le stylo qu'elle utilisait lui envoya de multiples et petites impulsions, alors qu'elle écrivait de sa main douce, en prenant tout son temps. Kara avait depuis un moment aggripé les rebords du bureau, devant elle, en anticipation, et les serrait à présent.

Hmmmmm....

De sa voix suave, Miranda Forge dictait en même temps qu'elle écrivait. Les petites impulsions le long de sa colonne vertébrale, la voix de sa patronne, ainsi que le fait de sentir son corps contre le sien, la mettaient dans tous ses états. N'ayant besoin que d'une main pour écrire sur un papier qui adhérait parfaitement à la peau de Kara, Miranda avait envoyé sa seconde main se glisser sous la fine robe de Kara, se glissant le long de son flanc droit et ainsi aggriper l'un de ses seins. La jeune femme, sous ce traitement, remuait et tortillait son fessier sensuellement, pour se frotter contre sa patronne, et gémissait telle une petite salope. Kara savait que Miranda était attirée par elle, et que l'obtention de son poste n'était pas étrangère à cette attirance, aussi se montrait-elle à la hauteur de cette fin d'entretien d'embauche. Kara continuait à suivre avec attention ce qu'écrivait Miranda, mais cela devenait difficile à force, surtout qu'elle ne serait guère en état de signer prochainement, elle avait bien d'autres idées en tête pour le moment.
La jeune femme se sentit fondre lorsque, posant son stylo pour marquer une pause sur un élément important du contrat, elle se colla complètement à elle en se courbant, leurs corps s'épousant dans une harmonie parfaite, la poitrine de Miranda se pressant contre le dos de Kara. Mais le must, ce fut lorsque Miranda se glissa à nouveau sous sa robe avec sa main inquisitrice, entre ses cuisses, pour ne trouver aucune résistance. Kara n'avait même pas pris la peine de porter de sous-vêtements, et partageait avec sa mère le goût des tenues minimalistes, aussi les doigts de Miranda se heurtèrent-ils directement à sa douce intimité, proprement épilée, et déjà humide.

Hnnnn...pas tellement Miss Forge, ce terme est quelque...haaaa...quelque peu vague. Je crois qu'il vous faudrait...hum...préciser dans le "détail", ce que vous désirez entendre par ce terme...

Kara le savait parfaitement, mais elle ne pouvait s'empêcher de jouer, de vouloir entendre cette belle femme autoritaire le dire à voix haute. Il était très rare qu'elle prenne véritablement son pied à être ainsi dans un rôle de soumise, mais l'alchimie entre les deux femmes semblait ici marcher à merveille. Inconsciemment, Kara et son corps devaient reconnaître qu'elle était sa mère biologique.
Mais seulement inconsciemment...pour le moment.
Journalisée
Miranda Forge
Humain(e)
-

Messages: 301



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Juillet 14, 2015, 08:44:55 »

Seule une Forge pouvait soumettre une autre Forge, c’était dans l’ordre logique des choses. Kara ne pouvait pas être une simple fleur fragile aimant se faire fesser et dominer par les autres. Elle était une Forge ;, une vraie Forge, qui avait parfaitement réussi à se hisser au sommet de la société, et, maintenant, Miranda allait lui faire l’amour. Pendant des années, ensemble, elles baiseraient sauvagement. Toutes les rumeurs qu’on disait sur Miranda étaient vraies, et étaient souvent en-deçà de la réalité. Miranda s’amusait à exciter la belle Kara, et put sentir, avec un plaisir infini, qu’elle n’avait que sa robe, et rien dessous. Ses doigts s’enfoncèrent donc dans son vagin, dans son intimité proprement lubrifiée et épilée. Elle tortilla ses doigts, en souriant de plaisir, et Kara en gémissant, en remuant son cul parfait contre le sien, lui demanda de préciser ce qu’elle voulait. La PDG esquissa un sourire léger, sur le coin des lèvres, et répondit en embrassant Kara sur le cou, avant de mordiller tendrement sa peau, puis la lécher.

« Tu sais, on me dépeint comme une grande perverse... Récemment, le magazine ‘‘So Business’’ m’a classé dans le Top 3 des plus belles femmes de Tekhos... Et, par ailleurs, toutes ces rumeurs sur le Net qui circulent sur ma participation dans des films pornographiques sont entièrement fondées, tout comme ma passion pour l’exhibitionnisme, ou le sexe public. »

Elle l’embrassa sur l’oreille, et sa main se retira de l’intimité trempée de Kara pour se poser sur le cul de la belle femme. C’était sa fille, et coucher avec elle était un grand plaisir. Miranda voulait donc prendre son temps, et déplaça son autre main pour empoigner à nouveau l’un de ses seins, pressant son téton.

« Vois-tu, je pars du principe que, quand on est au sommet, il faut jouir de cette puissance... Et je n’en jouis pas à travers juste ma fortune, mais à travers le sexe. Être mon assistante, ce n’est pas que préparer des contrats, participer à des négociations, ou pouvoir me fournir des dossiers très complets sur des clients ou des concurrents d’affaires. Ta véritable fonction, Kara, ce sera de m’accompagner dans toutes mes aventures sexuelles... »

Elle avait détaché chaque syllabe, et continuait à sourire, nichée dans le dos de Kara. Elle palpait son corps, le massait entre ses doigts, et embrassait régulièrement le creux de son cou, mordillant sa chair. Belle, elle était si belle... Oh, Miranda avait tellement envie de lui faire l’amour, elle avait tellement envie de la baiser dans tous les sens, de la retourner, et de la faire hurler... Ce moment, la PDG l’avait attendu depuis longtemps. Elle l’avait rêvé, fantasmé, imaginé sous bien des manières, et, à chaque fois, elle s’était dit qu’elle ne devait pas brûler les étapes... Et c’était ce qu’elle faisait. Ses mains tremblaient, tout son corps appelait à faire l’amour à Kara. Sa respiration était saccadée, s’accélérant par moments, et même sa voix était parfois parcourue de trémolos suggérant tout son désir. Sentir le cul de Kara contre son bassin était merveilleux, et, pour mieux le sentir, elle avait cessé de le palper pour envoyer son autre main sur son sein.

Kara était belle, décidemment merveilleuse. Même son odeur était parfaite, magnifique, et Miranda frotta son nez contre elle, et lécha quelques mèches de cheveux de la femme, avant de finir par reprendre ses explications :

« Il y a une fois où une policière m’a arrêté pour exhibitionnisme... Je l’ai sodomisé dans ma cellule. Ce que je veux de toi, Kara, c’est que tu sois là pour prendre cette policière par le devant... »

En souriant, Miranda retourna alors Kara, et son regard croisa le sien. Ses mains se posèrent sur ses épaules, les caressant et les appuyant, puis se rapprocha encore un peu plus d’elle, son visage proche du sien.

« Je veux que tu sois mon assistante sexuelle, que tu m’assistes dans l’exécution de mes fantasmes... Et je veux surtout que les tiens soient à hauteur des miens. »

Miranda l’embrassa ensuite, pendant quelques secondes, et rompit le baiser, la regardant attentivement. Elle était toujours très proche d’elle, sa bouche à quelques centimètres de la sienne, son souffle venant sur les lèvres de la jeune femme, et inversement :

« Alors ? Toujours intéressée par ce boulot, Kara ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags: geoweapon_corp.  inceste  yuri  
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox