banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Le Grand Voyage [Shad Hoshisora]  (Lu 2176 fois)
Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
Fiche
« le: Décembre 28, 2014, 10:17:49 »

« Ruines d’une maison abandonnée à la périphérie de Seikusu – 06 : 00 PM »


Vêtu d’un légging taille haute en cuir de haute qualité noir, d’un gilet sans manche Jaguar et d’une belle paire de botte sans talon blanc, je rentre chez moi tranquillement après ce long moment de détente dans la première boite de nuit Japonnaise que j’ai choisie au pif. Fallait bien commencer par quelque chose pour passer de bons moments à Seikusu ! Mais faut croire que le seul et unique night-club qui me plait se trouve en pleine périphérie de la ville et sachant que je ne peux prendre un bus et encore de moto pour me ramener chez moi, je suis obligé de me taper tout le trajet du retour à pied. Y a pas à dire, c’est vraiment pénible à la fin…. Il m’arrive de temps en temps de raccourcir le délai par un bond sprint hypersonique pour limiter le chemin du retour de quelques secondes, mais il est encore trop tôt pour le faire, bien qu’il fasse déjà nuit. Je préfère effectuer cette manœuvre qu’à partir de minuit généralement. En attendant, je sors mon cellulaire de ma poche et tapoter le numéro de téléphone aux membres de ma famille nombreuse composant le vaste clan familial auquel j’appartiens. Ce n’est pas la distance qui va mettre à terme à nos relations familiales plus solides que le béton armée !

Mais alors que le claquement de mes bottes résonne dans ce  quartier en apparence tranquille que je traverse comme raccourcie afin d’arriver plus rapidement dans mon loft situer à l’étage d’au-dessus de mon restaurant, un son étrange détourne mon regard du chemin pour se coller sur ma gauche, devant cette maison japonaise moderne aux murs décrépie et qui semble être à vendre au vue de la pancarte accrocher tout près de l’entrée du portail. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais cela ne ressemble pas à des ultrasons ou infrasons que j’ai l’habitude d’entendre d’un appareil électronique, pourtant je sais de quoi je parle. Non, on dirait plutôt un mélange bizarre et un poil foireux entre le vrombissement et le grésillement qui n’est pas très agréable à entendre. Sauf qu’apparemment le passant derrière moi, un homme d’affaire empoignant une malette de bureau dans son poing droit, ne semble pas prêter attention au bruit.

-   Monsieur ?
-   Euh…. oui mademoiselle ?
-   Vous n’entendez pas comme un son désagréable venir de cette maison ?
-   Non, pas vraiment, vous avez du confondre avec autre chose peut être…..
-   Mouais…. Vous avez raison…..

Je mime de ne plus prêter attention à l’endroit et de reprendre route jusqu’à ce que l’individu prend la rue au fond à droite. A ce moment-là, je rebrousse chemin et me dirige devant l’entrée de l’habitat pour y plaquer mon oreille contre. Il n’y a personne, aucun bruit de respiration, mais l’étrange son lui s’y trouve toujours. Mais il y a autre chose….. sniff sniff…… je renifle une forte odeur qui me perturbe : celle du sang.
Je tourne la poignée de la porte qui n’est pas verrouillée, faisant fasse à un intérieur plongé dans le noir absolue. Je glisse une main sur les murs pour repérer un bouton permettant d’allumer la lumière. Je finis par vite en trouver une sur le côté. Les lampes s’allument faiblement et ce que je découvre sous mes yeux me fait plaquer une main choquée contre ma bouche, les yeux écarquillée d’effroi.

Du sang….. une épaisse trainée de sang carmin souille le couloir d’entrée de la maison !

Je pénètre quand même la maison tout en fermant la porte derrière moi. L’odeur sanguine n’est que plus imprégnant. Je m’accroupie devant la flaque pour y poser un doigt et palper la texture. Le sang est encore frais, cela ne fait donc pas longtemps que la ou les victimes ont été massacrées, plus précisément dans les deux heures et demie pour être exacte. Mais le plus intrigant dans cette scène ce sont ces traces de griffures et de pattes d’animal imprimées sur les murs comme le sol de la maison, en plus du plafond. En m’enfonçant plus loin je découvre des pièces saccagées, des meubles renversés, des ustensiles trainant par ci par là ainsi que traces d’affrontements féroces.

-   * Bon sang, qu’est-ce qui a bien put se passer……*

C’est sorti toute seule en Portugais. Ce n’est pas possible !! Comment les voisins d’en face et d’a côtés n’ont pas appelé les flics pour qu’ils inspectent les lieux et placent des banderoles de polices à l’entrée !? Sont tous sourds dans ce quartier ou ils s’été pas la quand c’est arrivé !? Marchant à pas de loup et ne montrant aucun signe de respiration, je me déplace vers la trainée de sang sur la grosse flaque conduisant vers ce qui semble être la cave de la maison. Puis déballant les marches unes par unes, le son dérangeant n’est pas seulement plus fort : la cave est éclairée par la lumière émise par…… et bien…. Une sorte de portail ovale au fond de la pièce. Pour le coup je suis sur le cul, mais littéralement ! C’est la première fois que je vois un tel phénomène. Mille questions se posent dans mon esprit perturbé par cette anomalie. Chose sûr, la trainée s’arrête devant le portail, cela veut donc dire que la « chose » qui a embarquer le corps de ses victimes se trouve de l’autre côté. J’ignore ce qu’il y a là-bas et m’intrigue au plus haut point. Vais-je me retrouver dans l’espace ? Dans la quatrième dimension ? Je sais que je ne crains rien de par ma nature particulière….. N’empêche que dans ce cas de figure ici présent je commence à ressentir un doute. Toutefois je ne peux résister à la tentation de découvrir ce qui se trouve de l’autre côté. Tout d’abord, je plonge une main au travers de la faille dimensionnelle pour voir si je risque pas de perdre un membre, ou que celui-ci se fasse congeler ou carboniser par une énergie quelconque ou autre chose de louche.

Rien. A part une chaleur agréable, rien de dangereux. Bien, dans ce cas j’y entre ! Je passe donc au travers de la faille, me retrouvant brusquement et à ma grande surprise en plein milieu d’une lande déserte, aride, frapper de plein fouet par un soleil orangée aux contraste rouge. Ou comment passé de la nuit au jour. Je balaye les environs autour de moi, baladant mes yeux analysant les vastes pics rocheux, collines et montagnes secs. Je ne m’attendais à tout…. sauf ça. Suis-je dans une dimension parallèle ? Dans une autre planète ? Je l’ignore, mais je compte bien le découvrir. En commenaçant d’abord par explorer cette ré…….

Viiuoum !!

Merde, le portail !!! Il….. Il s’est refermée !

-   FAIT CHIER !!!

C’est l’cas de l’dire ! Me voilà prisonnière a toute jamais dans ce monde dont je ne connais ni d’Adam ni d’Eve ! Je crache un juron bien gras avant de grommeler toute seule, me grattant le dessus du crane tout hésitant entre rester ici en espérant que le portail se rouvre une nouvelle fois, ou bien explorer ce monde inconnue où il est probable de je ne puisse plus jamais revoir la terre……
Un nouveau bruit me sort de ma torpeur. Au nord-Est de ma position, à environ cent mètres de distance. Est-ce la bête immonde ? Difficile de le savoir.
Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #1 le: Décembre 29, 2014, 03:41:29 »

Coups de crocs et coups de griffes. Des ombres incongrues se reflétaient contre des parois d’une grotte  qui étaient jonchée de bon nombre d’ossements. Etaient-ils de nature animale ou bien humaine ?  Nul ne le savait mais la deuxième solution était celle qui se rapprochait le plus de la vérité. Nouvelle attaque, les griffes de la lycane fendirent l’air à la rencontre d’une chaire  à taillader. Elle rencontra un obstacle, sentit une légère résistance avant de sentir la chaire de son adversaire s’ouvrir sous son assaut. Le sang gicla en gerbe signe qu’elle avait atteint une artère. La bête allait se vider de son sang et ne manquerait pas à perdre l’équilibre, la conscience et par la suite la vie.  Mais la lycantrope ne comptait pas lui laisser ce loisir et d’un autre coup direct, elle l’éviscéra laissant ses tripes tombaient sur le sol. Un grondement fut émis et des flammes vinrent lécher le corps, le réduisant en cendre. Nul besoin d’attirer d’autres créatures de cette sorte.

Et l’Okami actuellement sous une forme hybride savait très bien que la bête actuellement devenue cendre n’était pas la seule de son espèce. En effet, elle avait pu en apercevoir une  bonne dizaine avant d’être soudainement attaquée par l’une d’entre elle. Sans doute pensait-elle faire un bon repas. Néanmoins surprise, la Louve avait décidé de laisser « la bête » réagir et s’était métamorphosée. Fut une époque où elle n’aurait guère aimé utiliser cette forme, trop dangereuse, trop aléatoire quant à sa conscience. Mais à présent, Shad pouvait l’utiliser sans crainte et elle ne pouvait nier que les capacités qui émanaient de cette forme lui avaient été bien utiles contre son assaillant.

Elle s’avança un peu dans cette grotte qui lui avait tapé à l’œil lors de son excursion. En réalité, s’ennuyant un peu et ne sachant quoi faire, l’Okami avait pris la décision d’ouvrir un portail vers un lieu aléatoire de Terra et de partir en exploration. Il y’avait tellement d’endroits à découvrir que ce n’était pas en restant cloitré chez soi qu’elle aurait le loisir de les visiter. Surtout que la télévision n’existe pas ici. Ou du moins, peut-être à  Tehkos mais cette ville futuriste ne l’attirait pas réellement.  Les premières heures de son arrivée dans ce désert se firent sans encombres, jusqu’à l’arrivée de ces bêtes, l’une allant l’attaquer alors qu’elle visitait la grotte où elle se trouvait actuellement. Un antre tout à fait banal si on oubliait les quelques ossements d’humains qui jonchaient le sol.

Sans trop réellement y réfléchir, elle agrippa un crâne, l’observant sous toutes ces coutures.  Du moins, elle essaya mais la pénombre de la grotte ne lui facilitait pas la tâche. Soupirant et toujours sa forme de lycanthrope, la Terranide sortie de la grotte, marchant quelques pas sous le soleil de plomb et reposa son regard d’ambre sur le crâne présent dans sa patte. Au vue de la taille il s’agissait d’un enfant, mâle ou femelle elle ne saurait le dire. Des marques de griffes étaient présentes sur plusieurs faces des ossements et un trou, comme une perforation semblait  être la cause du décès. Le défunt avait dû sacrément morfler. Mais partir à la recherche de ceux qui avaient perpétrés pareils crimes serait une tâche bien trop longue. Et surtout peut être illusoire. Rien n’indiquait depuis combien de temps ces ossements jonchés le sol de cette grotte.

Autant tout laisser tomber. Et c’est dans cet esprit que la lycane laissa le crâne rejoindre le sol aride du désert, ce dernier roulant pendant quelques mètres avant de s’arrêter contre une roche. Un scorpion, sortit de sa torpeur, curieux et surtout hargneux de se protéger, sortie de sa cachette, escalada le crâne et alla s’introduire à l’intérieur de ce dernier par les orbites à présents vides. Mieux valait faire attention aux objets que l’on prenait dans ce lieu sauvage.  Soudain, la bête releva ses oreilles, entendant une injure, un cri de rage.  Curieuse, elle se déplaça à pas de loup, humant l’air pour trouver la trace de cet inconnu. Sa recherche ne fut pas longue et en quelques secondes, elle arriva face à la source de ce cri.

Peut-être aurait-elle dû apparaitre sous une autre forme ? Son pelage était tâché de sang frais et séché, de ses griffes et de ses crocs goûtaient des gouttes carmins et son apparence entière pouvait faire penser à une bête assoiffée de sang. Pourtant, la Louve ne montra aucun signe de menace quant à l’inconnu, l’observant un instant sans rien dire. Au vue de ses vêtements, elle ne devait pas être originaire de ce monde. Et la pauvre avait débarqué dans l’un des endroits les plus ardues en termes de survie.  Sa queue se balança nonchalamment derrière son dos, pensive. Que devait-elle faire ? Ouvrir la conversation ?   Partir ?  Pour l’instant, elle attendait déjà de voir sa réaction quant à son arrivée et son apparence quelque peu «  sanglante ».
Journalisée

Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Décembre 29, 2014, 06:47:56 »

En me concentrant davantage, je peux sentir une forte odeur animale dans la direction s’approcher de moi, jusqu’à ce que la bête sorte de sa cachette par le biais d’un passage. Non mais je rêve..... c'est....un loup-garou !? Ou devrais-je plutôt dire une louve-garou, à en juger par l’aspect de son pelage !? J'arrive toujours pas à croire ce que je vois. Pas de doute, c’est bien elle la responsable du carnage, les tâches sanguines sur elles sont là pour prouver la véracité de mes hypothèses.

Je reste sur mes gardes, gardant une certaine distance entre moi et la bête en face. A première vue elle ne montre aucun signe d’agressivités, plus de la curiosité qu’autre chose. Pourtant le sang qui souille son pelage est aussi frais que celui présent dans la maison de ses victimes. Peut-être est-ce une ruse pour tromper sa proie et la faire baisser sa garde jusqu’au moment propice pour lui sauter dessus pour se faire un festin avec ma chair. Hors dans mon cas, la bête risque surtout de se casser les crocs tant ma chair est terriblement dense et possède la dureté du béton armée. D’autant plus que je peux lui broyer le crâne d’un simple coup de poing sans user de toute ma force. Quoiqu’il en soit, je compte bien ne pas lui laisser cette chance.

-   N’espère pas une seconde à faire de moi ta prochaine victime, sale bête ! Pas après ce que tu as fait à cette pauvre famille !

 Ma voix ce veut sombre et menaçante. Aussitôt ma phrase terminée que je saisie d’un main un énorme rocher trainant dans le bord du pic rocheux près de moi, le soulevant comme s’il peser rien avant de balancer avec force vers la bête.


BAOUUUUMM !!!


Ayat du mal à contrôler ma force dans mes moments de colère, le projectile a fusé comme un boulet de canon et percute la zone où se trouve la louve, détruisant avec perte et fracas tout ce qui se trouve près de l’emplacement de la cible. Des pans de collines s’effondrent bruyamment et soulève un nuage de poussières. Est-ce que je l’ai eu ? J’en sais rien. En tout cas ça à causer des dommages collatéraux importants dans un boucan d'enfer, donnant au final un petit air encore plus désolée à la lande.
« Dernière édition: Décembre 30, 2014, 01:12:23 par Maya Da Silva » Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #3 le: Janvier 01, 2015, 06:19:48 »

Un léger jet de fumée s’extirpa des nasaux de la lycanthrope. Une façon détournée de soupirer face à un évènement qui semblait l’ennuyer.  Passive face à l’inconnue, Shad l’observait simplement et surtout, l’écoutait proliférait des jugements qui n’avaient pas lieu d’être. Enfin, elle pouvait lui accorder le bénéfice du doute et surtout l’erreur qu’elle commettait en cet instant, qui ne se tromperait pas en voyant une créature se voulant fantastique sur Terre apparaître devant soi et de surcroît tachée de sang ?  Pour cette simple raison, la Louve aurait dû reprendre une forme plus « humaine », cela aurait pu éviter ce léger malentendu.

La suite se passa relativement vite. En quelques secondes, la femme attrapa un rocher à ses côtés et le lança sur son adversaire. Surprise, la Lycane eu juste le temps de bondir en arrière pour éviter un impact direct qui aurait tôt fait de lui casser quelques os.  La stupeur put se lire un instant dans ses prunelles, cette femme venait-elle de lancer un rocher particulièrement lourd comme un boulet de canon ? Bon, au moins, elle pouvait supprimer le fait qu’il s’agissait d’une simple humaine. L’impact du projectile, souleva la terre, créant des piques rocheux qui blessèrent la Louve alors qu’elle effectuait son saut pour échapper aux projectiles. En d’autres termes, elle ne fut pas blesser par l’attaque principale mais pas les dommages collatéraux.

Arrivant à se reposer sur la terre ferme, elle jeta un rapide coup d’œil à ses blessures. Plus de peur que de mal, et malgré la douleur qui la traversait, elle n’était pas pour autant immobiliser. Son regard se reporta par la suite sur la nouvelle arrivée, ouvrant la gueule comme si une phrase allant en jaillir avant de la refermer subitement, émettant un grognement sourd et s’élançant vers elle. Ses griffes grincèrent sur les roches, laissant des sillons à chacun de ses pas et lorsqu’elle arriva à une dizaine de mètres, elle se replia sur elle-même, bondit en l’air, une flamme incandescente brûlant dans la paume de sa patte, tournoyant rapidement pour créer une sphère de feu.

Pourtant, ce ne fut pas la noire que la bête visait.  Son saut pris fin derrière elle, juste à quelques mètres et la sphère de flamme fut plaquée contre le torse d’une créature qu’elle avait précédemment combattu. Au moins, si la femme pensait que les deux êtres faisaient équipes contre elle, Shad venait de lui prouver le contraire.  Tout en plaquant la boule de feu contre le torse de la bête, la Lycanthrope laissa ses griffes traversaient sa chaire, déchirant les muscles et les organes. Nouvelles marques de sang sur son pelage d’ébènes aux arabesques rouges.  Succombant aux attaques, la créature finit par lâcher son dernier souffle et Shad se releva, titubant légèrement en arrière à cause des blessures effectuées par l’attaque du boulet de canon, avant de simplement s’assoir contre une roche.  Qui dont attaquerait une personne qui ne montrait aucun signe de menace ?

« Pfew…. »

Un léger soupir et la lycanthrope se transforma, quittant cette forme bipède pour apparaître telle une humaine avec une queue et des oreilles de loup. Oubliant un instant son interlocutrice, Shad jeta un coup d’œil à ses blessures, notant que par chance, elle était déjà en train de cicatricer. Elle finit par se tourner vers l’inconnue.

« Je te remercierais de ne plus me balancer de rocher sur la tronche. Enfin, tu viens de la Terre c’est cela ? Au vue de ta réaction d’avant, j’imagine que tu as dû passer un portail et te retrouvait ici. Désolé mais je ne suis pas la meurtrière que tu crois, mais sans doute est-ce ces monstres qui ont tué cette soit-disant famille. »

D’un mouvement du menton, elle indiqua la créature jonchant le sol. Bon, maintenant, il ne restait plus qu’à espérer que l’Okami avait réussi à prouver une partie de son innocence à Maya.
Journalisée

Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Février 09, 2015, 11:46:12 »

Bon… visiblement la grosse bestiole a peut-être esquiver de justesse mon énorme projectile, mais les débris de ce dernier l’ont quand même légèrement blessé. Pas grand-chose n’à vrai dire. Et comme je m’y attendais, la bête grogne et s’apprêter à riposter, en commençant par bondir dans les airs à une hauteur qui m’impressionne pour le coup et qui….. Génère une sphère d’énergie sur la paume de sa main griffue !!? Ah bah nous v’la bien, toutefois je ne suis prête à la réceptionner avec mon poing bien serré, le bras armé !

Au final, ce n’est pas moi qu’elle visait, mais bien une autre créature semblable à elle qui s’apprêtait à se jeter sur moi dans ma focalisation sur ma cible principale. Le combat est sanglant et c’est la louve garou qui met un terme à l’autre créature humanoïdo-lupine en effectuant un combo « boule de feu-lacération » sur le torse de ce dernier. Devant moi qui pour le coup ne comprenait plus rien tant ça aller si vite. Mes repères sont chamboulés et ressemblent plus qu’à un champ de batailles fumant.
Un crachat plus tard, ma sauveuse se métamorphose sous mes yeux ébahit, prenant rapidement forme humaine : celle d’une jeune fille ravissante aux cheveux noir, sauf sa franche qui est d’un bleu océan, avec une paire d’oreilles de loups sur la tête qui lui donne un air d’hybride plutôt adorable à voir.

Au bout du compte ce n’était pas elle la responsable du massacre de la pauvre famille dans la maison de tout à l’heure. Probablement la bête qui git au sol. Chose intéressante, elle semble être au courant de l’existence du portail que j’ai franchie, ce qui veut dire qu’elle a dû fouler la terre au moins une fois.

-    T’as sans doute raison. Désolé de t’avoir jeté ce rocher, mais quand j’ai vu les taches de sang encore fraiche sur le pelage que t’avais j’ai tout d’suite crue que c’était toi. N’importe qui aurait eu la même réaction que moi. Sinon apparemment, tu sembles connaître le portail que j’ai franchi, nan ? Toi aussi tu viens de Terre ou t’es originaire de ce monde ?

J’ai bien une montagne de question à lui poser, toutefois je dois priorisée les plus importantes.
« Dernière édition: Décembre 22, 2015, 01:46:08 par Maya Da Silva » Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #5 le: Février 11, 2015, 03:29:43 »

Tout en écoutant Maya, la Louve s’approcha de la dépouille du défunt Lycan. Ou du moins ce qu’il en restait à présent.  Son premier pas lui arracha un grondement de douleur. Mine de rien, le projectile que lui avait lancé cette humaine avait fait mouche. Ou du moins, était-ce bien une humaine ? Ca, elle en doutait fortement, si tel avait été le cas, jamais elle n’aurait pu lui lancer un tel rocher en pleine figure. Et bien que la Terre ne soit pas autant peuplé d’êtres fantastiques et bizarres que sur Terra, l’Okami savait par expérience que la planète jumelle avait également son lot de bizarrerie. Et cette femme devait être l’une d’entre elle.  Elle repensa rapidement à cet homme, Kyle, qu’elle avait rencontré lors d’un passage sur Terre. Un humain banal en apparence mais qui s’était révélé bien plus fort qu’il ne laissait penser à première vue. Et surtout qui pouvait voler ! Et ça, ce n’était pas rien.

« Je ne connais pas spécialement le portail que tu as pris, mais je connais leur existence. Pour faire simple, ils s’ouvrent aléatoirement sur Terre et ici. Des fois, personnes ne les traverses, des fois, c’est le cas, comme pour toi. Après y’en a qui savent où les trouver, comment les utiliser et d’autres non. Ha et, il est  fort probable qu’attendre qu’il s’ouvre à nouveau ici soit en réalité du temps perdu. »

Elle se releva finalement, délaissant la dépouille fumante à ses pieds, avant de simplement faire un simple geste de la main pour indiquer à son interlocutrice qu’elle faisait fit de son attaque. Après tout, elle-même aurait réagi de la même façon, elle ne pouvait donc pas lui en vouloir. Et qui ne faisait pas d’erreur dans sa vie ? Personne. Mais, la Terranide n’avait guère fini de répondre aux questions de cette inconnue. Et elle pouvait mettre sa main à couper qu’elle n’était pas au bout de ses surprises. Donc, autant  rapidement la prévenir sur l’endroit où elle  se trouve actuellement.

« Je connais la Terre, j’y ai passé quelques temps mais je suis plus originaire d’ici. Ici c’est Terra, planète jumelle de la Terre. Et si la Terre est avancée au niveau de la technologie, ici c’est plutôt la magie qui prime. Tu aimerais voir des chimères et des dragons en vrai ? Tu peux ici ! Mais à tes risques et périls. »

Qui donc n’a jamais rêvé de voir un dragon, un vrai dragon ? Les images de synthèses pouvaient donner l’illusion du réel, mais rien ne remplaçait un véritable dragon en chair et en os. Sans un mot, la Louve se dirigea vers un  rocher à la forme plate et s’y installa, croisant ses jambes, sentant un instant le vent chaud de ces contrées désertiques lui souffler au visage. Ses oreilles étaient à la fois tournée vers Maya et vers diverses directions, s’assurant de capter le moindre son.

« Ha, je m’excuse, je ne me suis pas présentée. Shad Hoshisora, Shad sera suffisant et tu es ? Enfin, si tu as d’autres questions, n’hésite pas, je tenterais de t’apporter des réponses.»

Il était toujours mieux avisé de connaître l’identité de celui avec qui on allait passer quelques temps.  La Terranide repensa subitement aux paroles qu’avaient criées Maya lorsqu’elle l’avait attaqué. A cette famille et curieuse se fut à elle de poser une question :

« Dis quand tu m’as attaqué, tu as parlé d’une famille. Tu pourrais me faire un rapide résumé ? »

Et elle se demandait si les ossements vus plus tôt n’étaient pas liée à cette disparition sanglante.
Journalisée

Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Février 22, 2015, 09:10:01 »

Au moins ce que je peux être sûr venant de la jeune fille c’est que les portails s’ouvrent et disparaissent n’ importe où sur terre comme sur ce monde étrange. Mais s’il faut attendre une éternité pour qu’un nouveau portail s’ouvre ici, bah autant aller voir ailleurs si on y est ! J’ai pas que ça à faire moi. De toute façon je compte bien séjourner dans ce monde pour un certain temps, histoire de connaître les merveilles qui s’y cachent.
Elle poursuit en avouant que bien qu’elle est passé du temps sur terre, elle reste originaire de Terra. Donc une autochtone pour ainsi dire.
Sa remarque des dragons et chimère me fait sourire. Cette révélation n’est pas vraiment une surprise grandiose, Lastrim s’est déjà chargé de le faire avant elle. C’est sans douter que ces bestioles doivent être assez puissants, mais moi aussi d’ailleurs et cela ne m’empêchera pas d’aller quand même voir ces créatures légendaires de plus près. Encore faut t’il savoir où en trouver et ça c’est une toute autre paire de manche quand on ne connait pas ce monde.

Une souffle brulant de l’air plus tard, elle se présente comme étant Shad Hoshisora. C’est étonnant qu’une fille de ce monde porte un nom typiquement japonais. Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus exotique comme nom, genre Adonai, Eris ou autre chose dans le même style.

-   Ravi d’te connaître ! Moi c’est Maya…. Maya Da Silva. Bien sur que Shad me suffit. Sinon oui, j’ai bien une question : puisque tu sembles appartenir à ce monde, est-ce-que tu connais cette endroit ? Si oui tu sais où se trouve la ville la plus proche ? Ou le village ?

Et vue qu’elle n’est pas la responsable du meurtre de cette pauvre famille dans leurs foyer respectif, elle a bien le droit de le savoir ! Et puis ce sera un remerciement pour m’avoir sauvée des griffes du véritable responsable. Le même qui gît par terre et où Shad se tenait debout depuis peu. Je soupire profondément.

-   Ben pour faire court, j’ai retrouvée des traces de griffes et de sangs dans une maison mise s’en dessus dessous dans un quartier de Seikusu. Puis en suivant les traces de pas ensanglantées vers la cave, j’ai remarqué une lueur étrange éclairer la pièce et c’est là que j’ai découvert le portail.

Je pose un regard méprisable sur la carcasse fumante de la créature lycanthrope.

-   Et je crois bien que cette bête ne peut être que la responsable du carnage. Quant à savoir ce qu’elle a fait de leurs carcasse, ça j’en sais rien…..
Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #7 le: Février 25, 2015, 03:33:30 »

Il était en effet très singulier que la Louve porte un nom d’origine nipponne. Mais n’avait-elle pas vécue plusieurs années sur le plan de la Terre ? Pour ainsi dire, il s’agissait ici du nom qu’elle s’était créer pour mieux s’intégrer au sein de la société terrienne tout en cachant à ses habitants ses particularités animalières. Mais tout cela faisait à présent partie du passé et à bien y réfléchir, avait-elle encore besoin de son nom terrien ? Il lui arrivait de se présenter en l’utilisant et des fois, ne pas en faire part. Après tout, même si cette nomination n’avait plus aucune importance ici, sur Terra, elle restait une part de son passé. Et en parlant de nom, celui de son interlocutrice la fit  légèrement sourire. Si elle avait une connotation nippone, cette fille avait quant à elle une connotation espagnole. Dans tous les cas, cette Maya ne semblait aucunement gênée par ce qu’elle venait d’apprendre. Voilà donc un fait qui était curieux mais qui était également fort appréciable. Il était bien plus aisé de survivre en ce monde quand on n’était pas paniqué toutes les cinq secondes.

« Au milieu de nulle part ? Tu es dans les Landes Dévastées. Quand à une ville, il y’en a pas avant plusieurs lieux mais concernant un village, on pourrait un croiser un nomade qui sait ? Cette région est assez inhospitalière et ceux qui y vivent ne se dévoilent pas au grand jour. Surtout quand ils peuvent être la proie d’esclavagiste. »

Ou comment subtilement indiquer que l’esclavagisme, la traque d’esclave et leur vente était monnaie courante ici. Un acte ignoble qui avait été aboli dans la plupart des pays sur Terre. Mais là n’était pas la question et son interrogation sur le meurtre dont elle fut injustement accusée reçu à son tour une réponse.  La Louve resta pensive quelques instants, sa queue se balançant tranquillement de gauche à droite au fur et à mesure de ses pensées. Puis, elle se rappela soudainement de la grotte qu’elle était auparavant en train d’explorer. Une grotte dont le sol était jonchée de nombreux ossements. Peut-être s’agissait-il de ceux de cette malheureuse famille mise en charpie par ce lycantrhope ? Non, ce n’était pas une incertitude mais une certitude. Cela devait être les restes de cette famille tuée par un être infâme ne provenant pas de leur monde d’origine.

« Je crois le savoir. Mais ce n’est pas joli à voir. Viens c’est par là. »

La Louve mena ainsi Maya jusqu’à la dite-grotte, l’invitant à y rentrer. Ne sachant pas s’il lui était possible de voir dans le noir, elle fit apparaître deux petites sphères de flammes  qui se mirent à léviter et tourner autour d’eux, offrant ainsi une source de lumière aux deux consœurs. Elles marchèrent quelques instants avant de s’arrêter dans une salle à l’aspect plus spacieuse et où trônaient sur le sol bon nombre d’ossement. Shad s’abaissa et en désigna où des lambeaux de chairs étaient encore présents sur la carcasse.

« Ceux-là on était tué il y’a peu de temps. Peut-être est-ce la famille que tu recherches ? »

Ou du moins, leurs corps. A voir l’état dans lequel il se trouvaient, il était évident qu’ils n’avaient pu survivre et qu’ils avaient servis de pitances à la créature lycantrhope.
Journalisée

Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Mars 08, 2015, 06:36:42 »

Apparemment, j’apprends venant de Shad que je me trouve dans une zone appeler les Landes Dévastées. Mais également le fait que je ne risque pas de trouver un village avant trèèèès longtemps car ce n’est pas non plus l’endroit où il fait bon vivre. Sauf la nuit…. et encore ca dépends pour qui au juste. Certainement pour les créatures ayant élu domicile ici, car après ce que j’ai vue, je ne vois pas comment des humains pourrait vivre plus d’une journée dans un environnement aussi hostile que celui-là. A côté de ça la jungle Amazonienne à tout l’air d’une balade de santé. Ah parce qu’il y a des esclavagistes qui rodent dans les parages dans la journée !? Mais pour capturer quoi ? Des bestioles locales !? Ce n’est pas censé être des humains et autres créatures humanoïdes qu’ils sont censés capturer !? A moins que ça ne soit des passants mais j’en doute fort. Certainement des créatures ressemblant à des humains qui vivent ici.

 Quoiqu’il en soit, ce monde est plus étrange que je ne l’aurais crue. Ils doivent être sacrément équipés pour oser s’aventurer dans de pareils endroits, les esclavagistes.
C’est alors que Shad annonce qu’elle sait où se trouve la famille récemment disparue…. sauf que sa dernière phrase me donne une idée du sort qu’il leur est arrivé.

Nous nous dirigeons vers une grotte dont j’accepte l’invitation d’un geste affirmatif de la tête, tandis que je regarde sur quoi je marche .Qui sait, il y a peut-être des trucs vraiment dégueulasse qui doivent trainer. Etrangement, je ne suis plus aussi impressionner par le tour de magie que la lycanthrope effectue en générant un duo de deux flammes au-dessus de sa main droite. En tout cas ça éclaire très bien la zone caverneuse.
Après cinq bonnes minutes de marche, elle s’arrête et me montre un tas informe plus loin devant moi, près de ce qui semble être un ancien nid. Ce que je vois me fait plaquer une main contre la bouche avec une forte envie de dégueuler que je peine tant biien que mal à maitriser, tant la vision de ce tas de chair et dos en décomposition est horrible.

J’essaie de reprendre mon clame avant de me tourner vers Shad, la mine déconfite.

-   En effet… c’est vraiment écœurant à voir. quittons cet endroit, tu veux bien ? Je n’peux pas supporter cette vue plus longtemps.

Une fois sortie, je respire lentement avant de reporter mon attention sur la jeune fille.

-   Sais-tu dans quelle direction se trouve le village la plus proche que tu connais ? Juste la direction….
Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #9 le: Mars 10, 2015, 08:36:01 »

Voir des cadavres en état de décomposition avancée n’avait rien de bien glorieux. La vue, l’odeur…tout cela avait pour objectif de vous faire régurgiter votre précédent repas. La Lycane fronça  les sourcils, émettant un grognement avant de mettre sa main devant ses narines. Son odorat développé était plus une gêne qu’une bénédiction dans  ce cas précis. Un rapide coup d’œil vers Maya et elle put noter que l’odeur pestilentielle la dérangeait également. Après tout, il faudrait ne pas avoir d’odorat pour supporter un tel charnier !  Ainsi, la Louve hocha positivement la tête acceptant de ressortir de la grotte avec la terrienne, appréciant la bouffée d’air pur qui emplit ses poumons une fois le pas de l’antre atteint. Haa si au moins les cadavres avaient une odeur plus…agréable ? Non, cela n’était guère possible et ça reviendrait à penser que ce serait les vivants qui devraient…puer la mort. Un beau paradoxe.

-   Sais-tu dans quelle direction se trouve le village la plus proche que tu connais ? Juste la direction…. »

Question simple mais à la fois difficile.  La Louve savait la direction pour les villes principales, telle Nexus et Ashnard mais de là pour un village. De plus, la plupart des villages étaient de nature nomade, elle aura beau lui indiquer une direction possible, rien ne disait que Maya croiserait âme qui vivent sur sa route.  L’Okami se mis à taper du pied contre le sol rocailleux, faisant surgir de sous une pierre un scorpion curieux qui observa qui osait le sortir de son sommeil à l’ombre d’un soleil frappant et impitoyable. Que faire, que faire ?  Certes, cette Maya était forte, extrêmement forte et n’aurait donc aucun souci pour survivre dans ces contrées désolées mais avait-elle d’autres capacités surhumaine mise à part sa force herculéenne ? Et puis, elle ne venait pas d’ici ! Si elle décidait de s’aventurer seule, ce serait sans filet avec aucune possibilité d’appeler des quelconques secours. Au mieux, elle risquerait d’être vendue sur  la Place du Marché à Nexus. Irritée également la queue de la Terranide se mis à fouetter l’air, claquant tel un fouet alors qu’il était possible de deviner que Shad cherchait une solution.

Essuyant les perles de sueur qui perlaient sur son front d’un revers de la main, la Louve leva les yeux vers le ciel avant de l’abaisser sur son avant-bras droit, à l’endroit même où un bracelet représentant un serpent doré entouré son membre antérieur. Voilà déjà une possibilité. Ou alors…Oui ! Elle avait dans ses mains deux possibilités, deux alternatives  qui permettait à Maya de se rendre au sein d’un village nomade ou d’une ville en toute sécurité.

« Désolé. Je peux te proposer d’utiliser un portail pour te rendre soit dans une ville soit non loin d’un village ou bien tout simplement y aller en volant.  A moins que tu ne souhaites vraiment y aller seule dans ce cas, vers l’Est tu iras vers Nexus et vers l’Ouest vers Ashnard. Je te conseillerais plus Nexus, disons que la deuxième ville n’est pas très…recommandable. A  toi de me dire ce que tu préfères. »


Shad était sûre d’une chose, ça n’allait pas être un second cavalier qui allait gêner Rukhmar. Rukhmar ? Un corbeau de l’effroi, un volatile d’une taille impressionnante dotée d’intelligence et capturée à l’aide d’un démon. Ou du moins l’Okami avait aidé à sa capture et en été maintenant la propriétaire. En partie seulement, car l’oiseau l’écoutait aussi bien que le Seigneur Pourpre Malk.  En d’autres termes,  Rukhmar avait deux maîtres.  Et déjà, comme s’il avait entendu un appel silencieux, il était là, présent dans le ciel azuré, volant en cercle à plusieurs pieds de haut au-dessus des deux femmes.
Journalisée

Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Mars 14, 2015, 06:59:56 »

Bon ben je crois bien que je vais laisser tomber l’idée de la direction puisque ça non plus elle est incapable de connaître la moindre direction. Du moins si ! Sauf qu’à l’Est c’est vers Nexus tandis que dans le sens opposé c’est plus Ashnard. Hors, je préfère voir autre chose que Nexus et quand à l’autre cité ce n’est même pas la peine que j’aille y poser les pieds, vu comment Lastrim m’a décrite cette cité encore pire que la cité marchande. Me grattant la tête par reflexe pensif, tout en penchant la tête sur le côté, je ne prends même pas une minute à opter pour l’option « portail » comme moyen de transport proposé par Shad entre ça et la voie des airs. Compte tenu de mon poids démesuré je doute fort qu’elle ait la force nécessaire pour me tracter en volant. Peut-être que je trompe et qu’elle le peut, mais si on peut atteindre le village nomade le plus proche instantanément pourquoi m’en priver ?

J’hoche la tête avec un sourire dessiné sur ma bouche.

-   Ma foi…. je suis pour le transport par le biais d’un portail pour rejoindre la civilisation. Je ne suis pas contre pour le vol, mais je tiens à te prévenir que je suis loin d’être un poids plume, contrairement aux apparences. Si t'arrive à tracter plus d’une tonne aisément, alors pourquoi pas !

 Je balaye la zone du regard puis je me concentre sur mon ouie hyperdevellopper pour savoir si une autre présence se tient non loin de nous. Où qui se dirige vers nous. Pour l’instant rien, hormis le croissement des charognards servant de faune local.
Elle avait dit que c’était également le térrain de chasse des exclavagistes, ce qui laisse penser qu’il ne faut pas trainer ici plus longtemps et qu’on décampte maintenant.
Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #11 le: Avril 10, 2015, 08:52:58 »

« Et bien…on peut dire que tu ne fais pas ton poids ! »

Oh ça, elle ne le faisait absolument pas. Comment une personne avec une apparence pouvant être considérée de « normale » pouvait-elle peser pas loin d’une tonne ? Une tonne bon sang ! Ce n’était pas rien ! Mais si son poids était lié à sa force, l’Okami comprenait mieux à présent comment Maya avait pu soulever sans peine ce rocher qu’elle lui avait précédemment envoyé en pleine figure. A moins que cette femme n’avait d’autres atout dans sa manche, ce qui serait loin d’étonner la Terranide, qui se  mis à marcher de sortes à effectuer un cercle autour de son interlocutrice,  semblant l’observer et juger si sa déclaration était vraie. Mais avec ce  que la Louve avait déjà vu, peu de chose l’étonnait à présent !  Et au vue de cette information, le choix du moyen de transport serait bien plus facile à choisir. Shad savait sa monture forte mais pas à ce point. Et ce dernier sans qu’aucun ordre ne lui fût donné s’en allait déjà, ne devenant qu’une tache dans l’horizon. Finalement, l’Okami se replaça devant Maya fit craquer ses doigts tout en s’étirant et déclara :

« Bon on moins le choix sera vite fait. Nous arriverons à  une centaine de mètres du campement précédent que j’ai pu voir. Il vaut mieux ne pas arriver en pleins milieux de leur camp si tu veux mon avis. »

Finissant sa phrase,  La Louve bougea rapidement ses doigts décrivant un demi-cercle dans les airs. Suite à cela quelques étincelles magiques firent leurs apparitions avant de donner naissance à un portail à l’apparence violine. Il s’agissait là d’une sorte de vortex où si on se concentrait assez on pouvait voir le point de destination à travers le brouillard le formant. L’Okami était encore une jeune démone et ses portails restaient instables, ne tenant que l’espace de quelques secondes. Juste assez pour le traverser en sommes, ce qui ne laissait guère le temps à la préoccupation et aux questionnements :

« Si Madame veut bien se donner la peine, il ne tiendra pas longtemps. »

La Lycane attendit donc que Maya traverse avant de la suivre juste sur ses talons. La destination n’était rien de moins qu’une vaste plaine rocailleuse bordée de falaises et de monts escarpés. Loin de bien chaleureux.  Observant les alentours, Shad semblait être à la recherche d’un élément. Et ce dernier fut bien vite trouvé. Apostrophant Maya elle lui indiqua d’un mouvement du menton un panache de fumée qui s’élevait au loin. Cela ne pouvait être que le village de nomades ou si la chance leur jouait des tours, il s’agirait d’un autre camp.  Mais la première solution restait la plus plausible. Il ne leur restait donc plus qu’à marcher jusqu’au campement, sur le chemin la Louve réalisa une chose :

« Si ce sont des Terranides, ils risquent d’être méfiants. Ce n’est pas sûr qu’ils nous offrent l’hospitalité. Enfin, je suis l’une des leurs donc je devrais réussir à leur parler. Du moins…en toute logique…Ha on y arrive ! »

Le campement pouvait se comparer à un camp nomade de personnes vivantes dans le désert sur Terre. La plupart des habitations étaient composés de tentes dont une, légèrement plus grande devait être celle du chef de la bande. Plus les deux femmes avançaient, plus elles pouvaient prendre connaissances de l’activité qui y régnaient. Une silhouette, à l’apparence enfantine revenait portant sur ses épaules deux sceaux d’où s’échappaient de temps à autres des gouttes d’eaux. D’autres s’occuper d’un petit troupeau de bétail, s’arrêtant pour les observer, méfiants. Cette méfiance fut bien prononcée quand, ce qui pouvait s’apparenter à des soldats se mirent sur leurs routes, lances en main, les tenant en joue.

« Terranides des contrées froides » Murmura Shad à l’attention de Maya.

Les dits Terranides pouvaient être considérés comme des chacals hybrides. En observant la troupe plus précisément, la Louve remarqua qu’il y’en avait également qui ressemblait à des serpents, des scorpions, des fennecs. En d’autres termes, à des animaux du désert. Cependant, l’Okami ne comprenait pas réellement ce qu’ils faisaient ici, eux, les Terranides des contrées froides qui étaient majoritairement dans les Montagnes Gelées. Cependant rien n’empêchait qu’ils aient voyagés jusqu’ici et au vue de leur lien animalier, ce lieu semblait être le plus adéquat pour eux. Observant la pointe de la lance, l’Okami abaissa sa capuche dévoilant aux gardes de fortunes son appartenance à leur race avant de déclarer.

« Paix, paix, je ne viens pas chercher querelle. J’ai rencontré cette humaine sur le sentier, pouvions nous espérer un peu d’hospitalité de votre part avant de repartir au matin ? »

En toute logique, les peuples nomades aidaient ceux dans le besoin, surtout dans de telles contrées. Pourtant, rien n’était sûre avec tous les pièges que pouvaient tendres les chasseurs d’esclaves. Il ne leur restait donc plus qu’à attendre et au pire à improviser.
Journalisée

Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Avril 14, 2015, 07:20:56 »

 C’est clair qu’a vu d’œil j’ai l’air d’être toute légère en apparence, loin d’avoir la carrure de grosse vache et Shad fait part de son avis dessus. Remarque, c’est ni la première et certainement pas la dernière à penser cela. Je n’compte même plus les fois où j’ai failli tuer plus d’une personne sous mon poids, m’obligeant à éviter la moindre chute sur autrui sous peine de réduire ce dernier en chilli corne carné. Pendant presque toute ma vie ce fut une gêne des plus agaçantes, où j’ai eu droit à des noms d’éléphants, de rhinocéros et d’hippopotame venant de quelques-unes de mes frères et sœurs. Mais passons….
Suite à la mélodie osseuse que joue Shad avec ses articulations en se rapprochant de moi, elle m’informe qu’un campement stationne à cent mètres plus loin. Oh ben ça va alors….. je m’attendais à beaucoup plus que ça ! Je partage son avis de ne pas apparaitre comme par magie en plein campement. Déjà qu’on ignore s’ils sont amigos ou non, comme le fait si des magiciens font partie du lot, il vaut mieux peut être qu’on réapparaisse non loin de notre destination. De préférence à ce qu’il ne remarque pas un flash suspect. Je ne voudrais pas qu’ils nous prennent pour des chasseurs d’esclaves déguisées en simples voyageurs pour mieux berner leurs proies et les capturer sans qu’ils ne voient rien venir dans leurs sommeils, pour se réveiller subitement dans une cage et être vendue aux enchères de Nexus. Comme ces pauvres filles que j’ai aperçues au marché de cette même ville, la dernière fois. Un sort que je n’envie à personne, pas même à mon pire ennemie….. Quoique c’est pas sûr pour ce cas-là.

Par des gestes circulaires de ces mains dans les airs, shad fait apparaitre un portail d’un pourpre clair sous l’éclatement d’étincelles façon Disney. Et suite à son petit commentaire sur le fait qu’il va disparaitre dans très peu de temps si je ne me dépêche pas, Shad disparait dans le portail. Cette situation me fait surtout sourire car elle a un air de « déjà vue » avec une certaine magicienne m’ayant fait découvrir l’existence de ce monde. Etonnant, non ?
Une main venant remettre en place une mèche rebelle et une traverser plus tard, je me retrouve toujours dans ces foutues landes. Mais pas au même endroit….. et se montrant surtout plus espacés. Une vaste plaine semi-aride avec pour décor de fond des chaines montagneuse abruptes et de canyons qui fait vaguement penser aux déserts arides du Texas, ou Nouveau-Mexique. Le tout baigné dans un soleil de plomb qui frappe toujours aussi sèchement. Contemplant cette vue panoramique avec la tranche d’une main collé sur mon front pour faire de l’ombre à mes yeux, puis l’autre main posé sur une hanche arrondie pendant une demi minute, avant que la térranide me fait signe vers la colonne de fumée timide qui s’élève dans le ciel. En plissant les yeux je remarque les quelques tantes formant le camp rechercher, à cinquante mètres de notre position.
Shad a beau être elle aussi une Terranide, elle reste quand même douteuse dans son approche diplomatique avec les indigènes de ces terres hostiles.

-   Remarque, je peux les comprendre….. il fait pas bon vivre d’être Terranide, avec ces chasseurs d’esclaves….

En attenant ils ont l’air de bien mener leurs vie pénarde. Une adorable petite gamine de douze ans revient fraichement avec deux seaux d’eau séparer par une barre en bois sur ses frêles épaules, sans prêter attention à nous. Plus loin, une troupeau de brebis suit l’ombre de leur berger à la trace et à l’extérieur d’une des tentes, une adolescente aide sa mère à pendre le linge. Ils me font penser aux bédouins du sahara. D’autant plus que leur attribut animal correspond exactement avec certaines bestioles connues sur terre.   
Ohoh…. on dirait bien qu’ils nous ont aperçues en train de s’approcher vers eux. Forcément, ils nous regardent de travers et les enfants obéissent aussitôt aux ordres de leurs parents à rentrer pour se cacher. Et apparemment ils ne sont pas désarmés pour autant : trois térranides mâles s’approchent de nous, équiper d’épées recourbées et portant des côtes de mailles sur leurs vêtements de bédouins. Ils nous encerclent, leurs gardes montées et prêt à nous assaillir au moindre faux pas ou signe de menace. Quoi ? Shad à bien murmurée qu’ils viennent des contrées glacées ? Parce qu’ils ne sont pas originaire de ces landes ? Tout cela m’a bien l’air flou….. en même temps, je connais rien du mode de vie Terranides. Je lui poserais la question une autre fois. Là, faut d’abord qu’on calme la tension.
Shad enlève la capuche qu’elle portait pour leurs montrer ses attributs de Terranides pour leur prouver son appartenance à leurs races. Puis elle tente de rassurer nos agresseurs de m’avoir trouvé perdue dans les landes et qu’un peu d’hospilitalité nous ferais le plus grand bien. Apparemment ils n’ont pas l’air d’être convaincue. Peut-être que si je mettais ma main à la pâte….

Je lève les mains en l’air comme le ferais un guichetier braqué par un cambrioleur.

-   Je n’vous veux aucun mal ! Je ne suis pas une chasseuse d’esclave. Je n’viens pas de ce monde appeler la terre et en traversant un des portails qui mène ici, je me suis retrouvée coincée.
-   Et qu’est-ce qui me garantit que vos dires ne sont point des salaces, hein ?

Un homme trentenaire plus imposant que les soldats brise le silence et s’approche de nous avec une grosse épée. A mon avis ce doit être le chef du village, vu qu’il vient tout juste de sortir de la plus grande des tantes qui porte une bannière avec un symbole en forme de croissants lunaire qui se croisent, avec au milieu une tête de coyote. Le grand gaillard s’adresse surtout à Shad. Un térranide coyote tirant une tronche de mauvaise humeur.

-   On nous a déjà fait le coup une fois….. et ça m’a couté la femme de ma vie. Ça ne marchera pas une deuxième fois sur moi ! Donnez-moi une simple bonne raison de ne pas vous descendre ici, maintenant ?
-   Je vous assure que je ne suis pas ce que vous croyez ! Pour preuve, vous n’avez qu’à sentir mon odeur pour voir de vous-même que je ne mens pas.
-   Vraiment ?

Il s’approche dangereusement de moi et tout en gardant son arme pointé sur moi, il se met à renifler mes vêtements de haut en bas pendant une dizaine de secondes environ, avant de faire un pas en arrière.

-   Mhuum…. je te crois, humaine….. mais ca n’veut toujours pas dire que je ne me méfie plus de toi……

Il lève son arme. Pas pour l’abattre sur l’une de nous, mais bien pour la ranger sur son dos avant de faire signe à ses hommes de baisser les armes. Puis il porte de nouveau son attention vers ma coéquipière de voyage Térranide.

-   Au coucher du soleil, je veux que vous soyez déjà partie….. et il n’y a pas à négocier. Me suis-je bien fait comprendre ?

Compte tenu de l’inclinaison du soleil…. ça ne nous laisse à peine deux heures. Moi perso, ca me convient. Après, pour Shad….. faut voir.
Journalisée

Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #13 le: Avril 15, 2015, 02:04:24 »

L’arme du chef du camp pointait contre elle, la Louve restait stoïque, observant ce dernier sans esquissait un mouvement de recul. Ses oreilles ne se rabattirent pas en arrière en signe d’ajustement, mais restèrent droites sur le sommet de son crâne, pivotant de gauche à droite pour capter chaque murmure. Il était méfiant et c’était un fait normal et logique surtout pour une telle race, elle-même réagirait de la sorte. Mais sa fierté venait d’être légèrement piquée à vif et le fait d’être considérée comme une chasseresse d’esclave fut difficile à digérer. Comment pouvait-il penser cela ? Ce serait-elle mise en danger en se rendant dans leur camp si elle était, ce qu’il pensait qu’elle était ?  Un grondement sourd s’échappa de sa gorge, une sorte de mise en garde. Il était déjà difficile pour Shad de ne pas tout simplement remettre ce chef à sa place et ne manqua pas donc de le lui faire comprendre :

« Ne me confonds pas avec l’un de ces humains Coyote ! Je ne souffrirais pas que tu m’insultes de la sorte !  »

 Elle s’apprêta donc à saisir l’arme du Coyote qui commençait à un peu trop piquer sa peau à son goût,  avant d’être promptement interrompu par Maya qui tenta de calmer l’atmosphère. Sans un mot, l’Okami la laissa faire, haussant un sourcil circoncit quand elle proposa tout bonnement de se faire renifler. Ce n’était pas une action que l’on demandait souvent mais cela sembla calmer le jeu. Du moins, la réponse à la requête précédemment formulé ne sembla guère satisfaire la Louve. En observant la course de l’astre solaire dans le ciel, le temps accordé leur était bien trop minime. Oh, ils pouvaient être méfiants, mais là, si elles ne seraient que de simples personnes, cela reviendrait à les envoyer tout bonnement à la mort. Sortir la nuit dans les Landes Dévastées n’était pas conseillé pour ceux qui n’avaient aucun moyen de se défendre. Certes, ce n’était pas le cas de Maya et de Shad mais cette tribu nomade ne le savait pas. La Lycane croisa simplement ses bras sur son buste, désignant  d’un mouvement de menton le soleil  qui avait déjà entamé sa descente dans le ciel.

« Je pensais que les peuples nomades aidaient ceux dans le besoin ? Avez-vous vraiment peur de deux femmes ? Il vous serez facile de nous surveiller pourtant. Je n’ai aucune raison de vous apporter miséricorde. Je n’ai aucune idée si cette femme connait ou non ce monde et pouvoir le lui expliquer dans un endroit calme serait un fait plus…avisé. »

Bon, après il était vrai qu’elle aurait pût les amener autres parts mais Maya n’avait-elle pas choisi de se retrouver dans un simple village de nomade ? Ce qui en y repensant était assez atypique. Comment une personne perdue en pleine contrée désolée pouvait refuser de se rendre dans une des grandes villes de ce monde ? La seule raison valable à cela était que sa camarade de voyage en connaissant bien plus qu’elle ne voulait dire sur ce monde. En songeant à cela, la Lycane se décida à l’interroger plus tard. Après tout si elle connaissait déjà ce monde, cela lui éviterait des heures d’explications !  Sentant cependant la tension plus que palpable, Shad décida d’en priser le silence en détachant une bourse de satin de sa ceinture.  L’ouvrant, elle en sortit une dizaine de pièces d’or qu’elle tendit à l’humaine, qui ne l’était pas tant que ça à bien y réfléchir.

« Tiens, je pense qu’ils doivent avoir un marché, achètes ce que tu veux, ne te préoccupes pas de moi, je t’attendrais vers le pu… »

Sa phrase ne fut pas finie. Faisant volte-face, la Louve vit un jeune coyote arriver en courant, particulièrement essoufflé. Des chasseurs d’esclaves ? Si tel était le cas, cela pourrait jouer en leur défaveur. Pourtant ce fut tout à fait autre chose qui fut crier par l’apeuré :

« LE DEVOREUR ! IL ARRIVE ! Il  ARRIVE ! »

Face à ce message, un vent de panique gagna l’assemblé. Tout ce qui était désarmé allèrent se réfugié dans leur tente, seul ceux armés restèrent dehors, se regroupant en cercle concentrique leurs lances pointées vers le ciel.  Décidément non, ce n’était pas des chasseurs d’esclaves mais alors quoi ? Observant le ciel, la Louve demanda au chef de la tribu :

« Qu’est-ce…ce dévoreur ? »

Et en guise de réponse, un rugissement assourdissant  résonna dans la plaine, faisant trembler le plus hardi des guerriers du camp.

« Ha. » se contenta-t’elle tout simplement d’émettre. Au moins, elle venait d’avoir une réponse claire et concise !
Journalisée

Maya Da Silva
E.S.P.er
-

Messages: 63



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Décembre 22, 2015, 06:48:47 »

Shad ne semble pas apprécier la réaction de son semblable en émettant un grognement bestial avant de le rembarrer comme quoi elle n’avait aucun point en commum avec ces chasseurs d’esclaves qui, peu à peu, risque de vite devenir mes pires ennemies dans cette outremonde. On est au limite de la confrontation, mais heureusement que le chef tribal se montre sage en ordonnant à ses hommes de baisser leurs armes, ainsi que la sienne. Cela ne veut pas dire pour autant qu’on est toujours les bienvenues chez eux. Pour preuve, il veut que nous quittions sa tribu dans moins de deux heures. Quel générosité.......
Alors que les guerriers du chef ainsi que les habitants regagnent leurs occupations initiales, le commentaire négatif de Shad sur les tribus de ces terres m’oblige à me tourner vers elle.

-   Peut-être que cette tribu a dû vivre des antécédents désastreux avec des voyageurs perdues qui ont rendu les gens de cette tribus plus méfiantes. Je suppose que cela à commencer par la mort de l’enfant du chef. C’est triste, mais au fond il n’a pas tort. Le contraire m’aurait même étonné, après je n’y connais rien dans les mœurs de leurs peuples.
Et pour répondre à ta dernière question, Shad : Oui, ce n’est pas la première fois que je viens dans ce monde, mais bien la deuxième fois. La première, c’est par une Magicienne qui, après une apparition soudaine dans mon appartement sur terre et un échange de mots, m’a téléporté chez elle auprès de créatures dont je n’aurais jamais cru si je ne les avais pas vus de mes propres yeux. Puis d’une ville appeler Nexus. Malgré tout, je ne connais que très peu de chose sur ce monde et encore moins de la ville où je suis allé. Il y a encore trop de nouveauté chez moi.


Voilà de belles informations que je lui jette en pâtures, mais c’est bien parce que je lui fais confiance et que j’ai plus que besoin de me faire des alliés dans ce monde qui me réserve certainement pleins d’autres surprises.

Et pas des moindres.......

Au même moment, la femme aux oreilles de louves s’approche de moi et me tendre une bourse en tissu brodée contenant une poignée de pièces d’or par pur générosité pour que je puisse m’acheter quelque chose au marché local du village. C’est très sympa de sa part, sauf qu’au moment de la remercier en toute politesse pour son acte de charité je suis interrompue par le crie paniqué d’un natif local revenant au village comme s’il avait la mort au trousse. Courant pour sa vie, la tête figée dans une expression d’effroi total. Des sceaux d’eau et autres objets sont lâchés subitement par quelques personnes, avant qu’une vague de panique retentisse et que tout le monde cours dans tous les sens autour de nous. Les femmes, les enfants et les vieillards partent se réfugier dans leurs habitations tandis que les guerriers se regroupent au côté d’un chef tribal confus qui interrompt la course de l’alerteur pour lui soutirer des informations vers où il va arriver.

Qui est le dévoreur, dit-elle ? Je m’pose la même question. Mais la réponse à notre question ne tarde pas à arriver dans nos oreilles sous la forme d’un rugissement tonitruant venant du ciel, semblable à celui du T-rex de jurassik park. Regardant d’abord la tête de Shad vers le ciel, j’oriente ma tête dans la même direction qu’elle pour apercevoir une immense ombre ailé masqué partiellement le coucher du soleil et se rapprochant à grande vitesse. Non je ne rêve pas, c’est bien un Dragon qui fonce sur nous ! Une authentique créature mythologique grande comme un Antonov-225, surchargé d’écailles plaquées lisse, munis d’ailes impressionnantes et pourvue d’une gueule et d’un regard reptilien des plus dissuasifs D’ici je peux entendre le battement sans problèmes le rythme cardiaque des guerriers s’accélérer à mort. Des mots comme « Quoi, déjà !? » ou encore « Je ne comprends pas ! Le Devoreur est censé être endormie pour encore un siècle ! » Fusent dans l’air. Le chef retrousse ses lèvres et révélant ses crocs serrés à fond, au même titre que la poigne de ses mains sur la garde de son arme. Malgré son air courageux, il n’est pas sûr d’en ressortir vivant de l’affrontement. Pendant ce temps-là, le dragon plonge en diagonale, droit sur le hammeau.

Je le vois faire volteface vers ses hommes pour leurs ordonner d’emmener leurs familles loin d’ici pendant qu’il fait diversion, seul. Quelques braves voix s’oppose à cela, insistantes à vouloir mourir auprès de leurs chef, l’épée à la main. Mais ce même chef redouble de force dans sa voix en leur ordonnant de faire ce qu’il demande. En leurs questionnant sur l’utilité de leurs sacrifices s’il ne restait plus personne dans leurs tribu pour conter leurs exploits.

BROUUUUUMM !!!!!

Ça c’est moi qui, après s’être accroupie pour donner de l’élan à mon impulsion de mes pieds pour sol, fuse dans les airs. Soulevant une bourrasque d’air aux alentours qui fait souffler les tenues des guerriers, tout en formant un cratère peu profond. La distance qui me sépare du Dragon se raccourcie de manière exponentielle. Et l’impact de mon direct du droit contre sa cage thoracique lui fait creuser un trou béant qui fait les trois quarts de son torse, faisant gicler des morceaux d’écailles, mais aussi de chairs, d’organes et de sang. Un râle puissant mais court à retentit, avant que la carcasse draconienne s’écrasement lourdement au sol et fasse quelques tonneaux mémorables. Soulevant un panache de poussière occultant la vue de tout le monde.
Quand « l’écran de poussière » s’est dissipé, c’est avec des yeux chouettales que le chef et ses guerriers contemplent la carcasse de ce qui fut le Devoreur. Le chef n’en revient toujours pas de ce qu’ils ont vu à l’instant. Au même moment, ils me voient contourner sur le côté le corps inerte de la bête, époussetant ces traces d’hémoglobines et d’organes qui entaches mon T-shirt noir et mon mini short en jean que constitue ma tenue. Et c’est sans gêne que je retourne auprès de Shad pour récupérer la bourse qu’elle me tendait, sans oublier de lâcher un « merci » courtois à la fille aux cheveux bleus.

A cette instant, le chef se fraie un chemin parmi ses cinquante guerriers en les écartant manuellement pour ensuite s’approcher de nous deux. Puis soudainement il pose un genou au sol et baisse la tête. Ses guerriers l’imite.

-   Je.... Je n’sais comment vous remerciez de nous avoir sauvés, moi et ma tribu. Cela fait de nombreuses générations que ce monstre tourmente mon peuple. Depuis trop longtemps......
Veillez me pardonnez pour ce que j’ai dit tout à l’heure ! Vous pouvez rester parmi nous aussi longtemps que vous voulez. Je vous autorise même à prendre ce que nous avons au marché gratuitement. Je sais que c’est peu.... mais c’est le mieux que je puisse vous offrir.


Je m’accroupie pour me mettre à son niveau, puis je pose une main amicale sur son menton pour lui demander de se relever.

-   Allons, c’est rien. Relever vous, je ne suis pas une reine ! Et puis ça va, je vous pardonne. Je vous remercie également pour votre offre, mais rassurez-vous je ne suis pas exigeante. Tout ce que je veux c’est juste une carte géographique qui puisse m’aider à me situer dans ce monde.
-   j’ai bien peur de ne pas avoir ce dont vous aviez besoin.... Nous n’avons pas l’habitude d’avoir ce genre de chose sur nous.....
-   Okay.... alors on se contentera juste de passer la nuit parmi vous. Quand pense tu, Shad ?
« Dernière édition: Décembre 22, 2015, 07:27:57 par Maya Da Silva » Journalisée


Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox