banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 ... 3 4 [5] 6
  Imprimer  
Auteur Sujet: L'étrange soirée d'Harigato-senseï [Nanami Seikyo]  (Lu 4558 fois)
Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 49



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #60 le: Janvier 30, 2017, 02:11:09 »

C’était une sorte de spirale dans laquelle elle s’enfonçait. Hikari avançait lentement, s’appuyant contre le mur, ne pouvant retenir un nouvel orgasme après la séquence du marché. Affreusement gênée, elle ressentait curieusement une certaine forme de bouffée d’excitation qui faisait suite à ce séjour dans ce marché. Hikari gisait donc contre le mur, et gémissait profondément, tandis que Maki lui rappelait qu’elle devait encore avoir assez de force pour retourner chez elle.

« O-Ouiii… Hmmm… Je… Je ne le fais pas exprès, haaaa… »

La jeune femme ne comprenait vraiment pas ce qui lui arrivait. Elle repensait à la main de Maki qui, en pleine rue, avait été lui palper ses fesses, enfonçant son gode. Tout ça bouillonnait dans sa tête, continuant à la perturber, sans qu’elle ne puisse vraiment arriver à mettre des mots précis sur son trouble. Néanmoins, cette fois-ci, elle réussit à ne pas tomber, même si elle s’appuya très largement sur le mur. Sa mouille glissa le long de ses cuisses, tombant sur le sol, et elle ferma les yeux pendant quelques secondes, serrant les lèvres, se les mordant fortement, tout en ne pouvant empêcher plusieurs gémissements et soupirs de fuir de sa bouche.

Finalement, Hikari sembla revenir à la réalité, et rouvrit les yeux, le visage en sueur, et se décolla lentement du mur. Elle vacilla un peu sur place, avant de soupirer encore, et massa sa nuque.

« A-Allons-y… »

Il était temps d’en finir, et, effectivement, elles n’étaient plus très éloignées. Hikari avait une petite maison de banlieue, qui n’était pas bien grande, et qui se trouvait au bout de la ruelle, le long de la rue. Respirant lourdement, Hikari s’avança donc à nouveau, en compagnie de Maki, et le duo se rapprocha de sa maison, où Nanami était là.

*Enfin… Enfin, j’y suis enfin !*
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 198



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #61 le: Mars 01, 2017, 12:44:54 »


Nanami attendait toujours patiemment devant la maison de sa prof, suite à un message des hirondelles elle avait appris l’arrêt au marché, et savait combien de fois mademoiselle Harigato avait jouie. Aussi Nana savait qu’après un arrêt supplémentaire, le duo arrivait enfin vers elle. Appuyer contre le mur devant la porte, elle regardait en direction de la rue d’où elle allait arriver. Puis enfin elle les aperçut. Comme prévue Maki poussa la prof à la rejoindre et la laissa faire la fin du trajet seule.

Une fois Mademoiselle Harigato enfin devant sa porte, Nana lui passa son sac. Ce dernier contenait toutes les affaires de la prof, ses vêtements, mais aussi le reste qui était resté sur place au lycée. Il y avait bien sûr, ses clés pour rentrer chez elle. Nanami lui laissa le temps d’ouvrir sa porte et de rentré chez elle. Une fois la porte refermée derrière elle. Nana lui fait un sourire.


-Je vous félicite, ce que vous venez  d’accomplir, prouve bien que vous êtes faite pour ça. Il n’y a pas tant de monde capable de faire ce genre de chose.

Elle la laissa se remettre de ses émotion, pouvant enfin librement reprendre son souffle, se lâcher ou tout ce qu’elle avait besoin pour relâcher la pression. Nana chercha un endroit où s’assoir pour pouvoir discuter et écrire.

-Vous pouvez-vous changer, ou resté ainsi, comme vous voulez, vous êtes libre vous êtes chez vous.


De son propre sac, elle sortie les feuille du contrat qu’elle avait évoqué plus tôt avant ce jeu.  Nanami lui avait laissé le temps du trajet pour réfléchir à si oui ou non, elle voulait accepté de séance de soumission comme celle de ce soir régulièrement, si elle acceptait ou non de devenir son esclave pendant ses moment-là. Elle n’avait pas l’intention de la laisser réfléchir d’avantage. Mademoiselle Harigato allait devoir saisir l’opportunité maintenant ou l’oublier.

-Alors êtes-vous prêtes à signé ? Ou préféré vous en resté là pour de bon ?

Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 49



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #62 le: Mars 06, 2017, 01:52:23 »

Hikari n’avait jamais mis autant de temps pour rentrer chez elle. Cette traversée avait été digne de celle de Frodon, quittant la Comté pour rejoindre la Montagne du Destina fin de détruire l’Anneau de Sauron. Hikari, elle, avait traversé une partie de la ville avec une tenue d’esclave masochiste et des godes la labourant férocement. Elle avait laissé sa signature à plusieurs endroits, lors de ses orgasmes, et c’était un miracle si personne ne l’avait vu, malgré le cordon du gang de Nanami. En tout cas, elmle était enfin arrivée dans son quartier. Hikari avait une petite maison résidentielle, avec un étage et des combles. Elle en était locataire, et la maison avait un petit perron à l’entrée. Nanami était là, dans sa tenue blanche, assise sur les marches, et lui sourit en la voyant.

« Na-Nanami, je... Je suis là... »

Alors qu’elle aurait pu s’emporter contre elle, Hikari ne ressentit qu’une bouffée d’excitation supplémentaire, irrépressible, et qui alla même jusqu’à l’effrayer. C’était comme si son être était en train de la trahir. Elle avait fait cette traversée, joui à plusieurs reprises, et, si elle pouvait prétendre être choquée, en son for intérieur, elle était excitée comme une puce. Un changement s’était opéré, quelque chose s’était brisé en elle, fendillant la normalité apparente pour plonger dans des notions plus sinueuses, plus tortueuses.

Retournant chez elle, elle laissa Nanami rentrer, sans Maki. Hikari retrouva son salon, avec ses bibliothèques pleines de livres, ses tableaux ornant les murs, comme un tableau d’un jeune peintre français qu’elle avait découvert sur Internet, Japon. C’était, du reste, une maison à l’occidentale, avec un grand salon, une cuisine américaine, et un escalier en bois menant aux chambres à l’étage. Hikari aurait pu prendre une maison plus traditionnelle, mais elle aimait le caractère fonctionnel de ce style de domicile, où tout était à portée.

Une table était au centre, et ce fut là que Nanami posa ses papiers, en revenant au sujet. Elle avait rendu à Hikari ses affaires, que la jeune professeur attrapa, avant de les poser machinalement à côté. Elle regarda ensuite Nanami, puis les bouts de papier. C’était un contrat, tout simplement. Il y a quelques jours, elle aurait pu rire devant le caractère comique de la chose. « Contrat de servitude », titrait ce dernier. Incapable de s’asseoir, elle se pencha pour le lire :

Citation
Le présent contrat est conclu entre les parties ci-après dénommées :

NANAMI SEIKYO, née le...
Ci-après dénommée « Maîtresse »

ET :

HIKARI HARIGATO, née le...
Ci-après dénommée « Esclave »

Le reste était à l’avenant, assez ahurissant. Hikari s’engageait à servir la Maîtresse, et la Maîtresse, en retour, s’engageait à la protéger, et à ne pas la mutiler, ou même à la tuer. Il s’agissait visiblement des ultimes limites possibles. Hiakri n’y connaissait pas grand-chose en droit, mais elle doutait que ce contrat ait une quelconque valeur légale, et tienne une seule seconde devant les tribunaux. Néanmoins, Nanami tenait à cette signature, probablement pour clarifier les choses.

Pendant un certain temps, on n’entendit rien de plus, dans la salle, que le vrombissement lancinant des godes enfouis en Hikari. La femme finit par fermer les yeux, puis se retourna vers Nanami... Et défit son manteau. Ce dernier tomba au sol, la révélant dans ses seuls sous-vêtements, cette tenue noire en latex très perverse. Ses joues rougirent un peu, et elle observa Nanami, avant de lui parler :

« Il y a quelques jours... J’aurais trouvé ça absurde, et je t’aurais ri au nez. Tu vois ma maison ? Plus rien ne t’est secret, maintenant. Je crois que... Je crois que tu as été un déclencheur, Nanami. Tu m’as fait découvrir... Des choses... Hmmm... »

Elle se pinça brièvement les lèvres. En s’étant déshabillée ainsi, Hikari avait relancé son excitation.

« Je... J’ai toujours refusé les... Les élans de mon corps... Vivre dans une vie sûre et fiable, refaire tous les jours les mêmes choses... Enfermée dans... Haaaa... Dans ma normalité. Toi, tu... Tu m’as montré une vie aventureuse, tu m’as fait prendre des risques, et... Et... J’ai a-adoré ça ! »

Elle se retourna vers la dernière page, et signa, avec la mention « Lu et approuvé » précédant la signature, et son nom. Hikari se retourna ensuite vers Nanami, et finit à genoux devant elle.

« A-Apprenez-moi, Maî... Maîtresse... ! »

Hikari voulait de cette vie, de ce frisson, de ce risque. Elle avait vécu pendant des années dans sa cage de verre, et Nanami avait fait un appel d’air, et le petit trou avait fait exploser la cage. Arrêter maintenant ? C’était tout l’inverse qu’Hikari souhaitait !
« Dernière édition: Avril 15, 2017, 01:03:43 par Hikari Harigato » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 198



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #63 le: Avril 14, 2017, 11:32:22 »

Nanami restait assise à l’une des chaises de la table de salon de sa prof et attendait de voir la décision que cette dernière allait prendre avec ce contrat. Un contrat d’esclavage. Bien sur ce dernier n’avais pas de réelle valeur, son intérêt était surtout de rappeler au deux qu’elles on prit un engagement en accort et volontairement. Un moyen de faire rappeler à Hikari une fois l’excitation, dans quoi elle c’était vraiment engager.

Finalement Hikari fini par venir signer les différents exemplaires, un pour chacune. La prof venais donc d’accepté d’être son esclave, Nana en était toute excité et afficha un sourire pervers et sadique. La voir ainsi à genoux devant elle, dans un telle tenue, se faisant prendre par deux gode, c’était magnifique. Nana releva sa jupe, dévoilant son sexe, vu qu’elle n’avait pas remis sa culotte depuis tout à l’heure.


-Viens donc utiliser ta langue, le temps que je t’explique comment nous allons faire.

Une fois la prof installer entre ses jambes, Nana passa l’une de ses jambe par-dessus son épaule et l’étendit dans son dos pour la maintenir ainsi contre elle et la faire la léché.

-En temps normal rien ne change entre nous, nous sommes toujours élève et professeur. Il est important que ce lien ne se perde pas. Quand tu le voudras, tu viendras me voir, ou me ferrais passé un massage pour réclamer une séance. C’est uniquement à ce moment-là que tu redeviendras mon esclave, le temps que j’organise quelque chose rien que pour toi. Je pourrais te soumettre des nuit entière et peut être des week end entier qui sais. C’est donc à toi de venir me demandé de t’assouvir. Par contre prend bien note d’une chose. S’il vient à s’écouler plus de deux semaines sans que je t’utilise dans ton statut d’esclave, je considèrerais que tu abandonnes définitivement.

C’était une condition qui n’apportait pas grand-chose à premier vue, mais en réalité le but était de crée une dépendance, si Hikarie ne voulait pas perdre ce lien avec elle. Elle allait devoir lui réclamé des séances suffisamment régulières pour ne pas perdre ce lien. Nanami la laissa continué jusqu’à à jouir à la bouche de son esclave tout juste accepté. Elle la relâcha de l’emprise de ses jambes et se leva récupérant se affaire et son exemplaire de son contrat.

-Aller je vais te laisser, il faut que tu sortes un peu de tout ça que tu te reposes, demain tu dois reprendre ta vie normal. J’attendrais avec impatience te première demande.

C’est alors en rigolant, que Nanami pris la porte d’entrée et repartie la laissant là comme ça.
Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 49



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #64 le: Avril 18, 2017, 12:41:11 »

Plus rien ne serait comme avant. Cette certitude s’imposa dans l’esprit d’Hikari avec une force inébranlable. Il aurait fallu bien du temps pour expliquer comment elle s’était retrouvée ici, ce qui avait bien pu la pousser à sombrer ainsi. Elle était au centre d’une véritable tempête, et, même si Nanami en était principalement responsable, la lycéenne rebelle avait aussi été ce petit caiollou qui, en dévalant de la montagne, engendrait une avalanche. Elle avait tapé là où ça faisait mal, et avait réveillé chez Hikari quelque chose que la femme avait enterré. Elle avait réveillé ce volcan, et, maintenant, Hikari s’inclinait devant elle. Elle venait de découvrir le véritable visage de Mishima, qui n’était pas l’instruction sociale et sociétale des élèves, mais leur éducation sexuelle... Ce qui valait autant pour les élèves que pour les professeurs.

Avec les deux godes qui remuaient en elle, Hikari était encore toute chaude, mais elle venait de signer. Un contrat qui n’avait juridiquement aucune valeur, mais qui était comme une preuve de leur situation, un rappel de la relation spéciale qui allait, désormais, les unir.

*Incroyable...*

Elle aurait pu s’attendre à ce que sa raison la rattrape, à ce qu’une voix lui glisse qu’elle était en train de faire n’importe quoi, et que ce n’était pas à une élève de lui dicter sa loi... Mais Nanami écarta ses jambes, releva sa jupe, et Hikari se pencha contre elle, obéissant silencieusement. Elle frémit en sentant l’une des jambes de Nanami se resserrer contre sa tête, venant l’immobiliser, et enfonça sa langue dans son intimité. Le sexe de Nanami était très propre, rasé et épilé, mais elle constata rapidement que son « élève » (ou sa Maîtresse) était excitée. Elle mouillait, et savoir qu’Hikair l’excitait déclencha en elle un frisson de plaisir. Elle ne disait rien, occupée à lécher, frappée de constater à quel point elle acceptait son rôle de soumise.

Hikari léchait donc, tout en écoutant Nanami lui rappeler ce qu’elle avait lu dans le contrat. Elle avait furieusement rougi en le levant, peinant à croire, non seulement qu’on puisse écrire de telles clauses, mais aussi qu’elle avait signé. En son for intérieur, Hikari avait toujours nié cet aspect de sa personnalité... Le sexe. Et voilà que tout ça lui revenait en pleine figure, déclenchant chez elle de multiples frissons, et une indescriptible sensation de bien-être. C’était paradoxal, mais elle se sentait libre, épanouie, alors qu’elle était agenouillée devant cette femme, comme si la vacuité de son existence antérieure lui ressortait en pleine figure.

Nanami lui rappela donc que c’était à elle de venir, et Hikari gémit à nouveau.

« Hmmmm... »

La lycéenne cessa de parler, et plusieurs minutes supplémentaires passèrent, le silence n’étant rompu que par les bruits de succion d’Hikari, les délicats soupirs de Nanami, et le vrombissement des godes, qui continuaient à tournoyer dans le corps de la femme. Elle gémissait, tout en titillant le clitoris de la femme, jusqu’à sentir Nanami jouir... Et elle-même vitn s’abandonner à son tour, fermant les yeux en écrasant son visage contre le corps de Nanami. Elle se déversa longuement, en sentant la jambe de Nanami se crisper contre elle lors de l’orgasme... Puis Nanami se redressa.

Hikari resta agenouillée, en reprenant ses esprits petit à petit, le visage maculé de mouille. Elle caressa ses joues, et observa silencieusement ses doigts, remplis de ce nectar transparent, avant de les suçoter. Nanami se retourna, mais, au dernier moment, Hikari releva la tête :

« Maîtresse ! »

Elle l’interpella, et ne glissa qu’un seul mot, qui sortait du fond du cœur :

« Merci. »


Le lendemain

La journée se déroula normalement, sans accroc aucun. Hikari arriva à l’heure, et assura la journée. Elle organisa un contrôle, et, pour le reste, dirigea les cours avec son entrain habituel. Nanami n’avait pas cours avec elle aujourd’hui, et la journée se passa donc plutôt bien.

Ce fut à la fin de la journée, alors que Nanami sortait de la dernière classe, qu’Hikari l’attendit dans le couloir. Pour donner le change, en compagnie des autres élèves, elle s’adressa à elle sur un ton professionnel :

« Tu peux venir, Nanami ? Il faut que je te parle. »

Les deux femmes s’éloignèrent rapidement, Hikari tournant le dos à la jeune femme. Elles rejoignirent son bureau, à proximité, et Hikari ferma la porte à clef. Quelques secondes passèrent... Puis Hikari, les joues rougies, ôta ses vêtements.

« Je l’ai acheté après votre départ, Maîtresse... Qu’en pensez-vous ? »

Et elle l’avait porté toute la journée.

Un magnifique harnais en cuir noir.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 198



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #65 le: Mai 03, 2017, 11:55:18 »

Le lendemain Nanami se leva comme d’habitude au dernier moment. Arrivé en retarde ne la dérangeait pas et les critique des profs sur le sujet était loin de l’atteindre. La nuit avait était porté par la réflexion. S’imaginant toute sorte de jeu qu’elle pourrait faire avec sa prof. Arrivé en cours tout juste à temps, elles suivirent ses derniers qu’avec peu d’intérêt, non ses pensé était sur une autre prof. A la pause du midi elle s’éclipsa et s’amusa à jouer de son pouvoir sur un élève d’une autre classe, un type d’un autre gang du sien qui dérangea certain de ses protégés. Contrairement à ce qu’elle avait fait subir à la prof, celui si ne ressenti pas du plaisir sexuel mais des douleurs causé par les entaille que Nana s’infligea sur son propre corps. Et comme le voulait sa magie, ces blessures disparurent une fois le lien rompu.

Viens alors la fin des cours, certain rentrais chez eux, d’autre partait aux activités de leurs clubs.  Nana elle n’avait pas d’activité aujourd’hui, mais était resté quand même pour passer du temps avec des amis du lycée. Ce n’est que vers la fin de journée qu’approcha Mademoiselle Harigato pour lui demander à lui parler. Elle afficha un air déranger et agacer, bien sûr trompeur et se tourna vers ses amis.


-Bon vous direz aux autres que je passerais que dans la soirée. Alice je te dis à demain…

Avec une attitude nonchalante, elle suivit alors la prof jusqu’à son bureau. Es qu’elle était déjà prête à lui réclamé à lui réclamé une séance ?  Une fois dans la petite pièce, Hakari ferma la porte à clés et après un petit moment retira ses vêtements. Forcément Nana fut surprise de voir la tenue qui se trouvait dessous.


-C’est une surprise, ça te vas bien.

Nana s’avança faisant le tour de la femme observant bien la tenue. Elle ne s’était pas attenue à ce genre de chose venant d’elle-même. La prof plongeait bien vite dans cet univers. C’en était presque décevant, si elle ne pouvait même pas lui demandé porté des tenue gênante pour lui faire ressentir la gène, puisqu’elle venais de la faire d’elle-même.


-C’est un bon choix

Elle s’approcha et se servie des boucles et des sangle pour lui attacher les bras sur les côtés limitant ainsi les mouvements de ses bras. C’était même plutôt bien pensé.

-Qu’es que ça ta fait de portée ça toute la journée devant tous tes élève ?

Avec un grand sourire, elle vient lui léché la joue et viens l’embrassé, prenant son pouvoir sur elle.

-C’était excitant ?

Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 49



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #66 le: Mai 08, 2017, 07:16:19 »

Hikari se mit à rougir en voyant Nanami la dévisager, observant son corps avec une lueur d’étonnement... Mais aussi de malice. La jeune professeur se mordilla les lèvres en baissant les yeux, frissonnant sur place. Qu’est-ce qui avait bien pu se passer, dans sa tête, pour qu’elle cède à ce point à la luxure et à la débauche ? Nanami réalisait-elle ce qu’elle avait provoqué, en forçant ainsi la jeune femme ? Elle avait fait découvrir à Hikari des sensations tellement puissantes, tellement violentes, et tellement inédites, qu’elle les avait embrassés. Elle portait donc un superbe harnais noir clouté, et Nanami, sans attendre, s’empressa d’attacher les poignets d’Hikari aux sangles sur les hanches. Cette dernière gémit à ce contact, et tenta, en vain, de tirer sur les liens, qui retenaient très bien ses bras.

La jeune professeur soupira lentement, sentant les lèvres de Nanami glisseur sur sa joue, la titillant, la narguant, jouant avec ses fantasmes, avant de l’embrasser. Nanami exultait, et elle avait toutes les raisons du monde de le faire. Sa jeune esclave était convaincue, et ne risquait pas d’avoir une crise de conscience, de se rebeller contre la situation qu’elle vivait. Bien au contraire, elle s’y plongeait totalement, et rougit encore, avant de fixer les yeux de Nanami, proche d’elle, en déglutissant.

« Je... Euh... »

Comment était-elle censée répondre à ça ? Confuse, Hikari rougissait, tout en sentant une excitation furieuse pointer à hauteur de son entrejambes, remontant progressivement dans son corps.

« Je... Oui, c’est... J’adore porter ça, mais... Je ne sais pas trop pourquoi... »

Elle soupira encore, serrant ses mains, crispant ses doigts. Elle ne pouvait plus remuer ses bras à cause des sangles, ce qui l’empêchait de pouvoir caresser le corps de sa Maîtresse. Hikari ferma les yeux, continuant à se calmer, avant de finalement prendre le risque de se lancer :

« Maîtresse, je... Je trouve que la règle que vous m’avez imposée n’est... N’est pas juste ! »

Hikari reprit lentement, sachant qu’elle en avait désormais trop dit pour faire marche arrière :

« Vous... Vous m’avez dit de venir vers vous, mais... Ce... Ce n’est pas comme ça qu’une Maîtresse devrait faire. Je... Je veux que vous soyez... Une vraie Maîtresse ! »

Elle avait parlé en fermant les yeux, par peur de voir ce que Nanami dirait, ou par honte d’elle-même. Hikari savait que Nanami lui avait fait quelque chose, une chose qu’Hikari n’arrivait pas à s’expliquer, mais elle n’avait pas vraiment envie, en réalité, de se l’expliquer. Tout ce qu’elle voulait, au fond d’elle-même, c’était subir ça, sans relâche, et avec délectation.

Mais est-ce que Nanami allait céder, et accepter d’avoir un rôle plus actif, de torturer sexuellement Hikari ? Après tout, la senseï ne faisait qu’appliquer, fondamentalement, les règles de Nanami, puisque c’était elle qui faisait cette proposition.
« Dernière édition: Mai 23, 2017, 12:55:06 par Princesse Alice Korvander » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 198



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #67 le: Mai 22, 2017, 01:34:22 »

Nanami regarda sa prof ainsi attacher avec un certain sourire de satisfaction. Il y avait dans l’établissement un grand nombre de personne qui serrais choqué de la voir ainsi devant une élève surtout avec cette air satisfait sur le visage. Mais malgré ça la prof décida de se lancé pour lui faire part de son avis sur le contrat qu’elles avaient passé la veille. Une preuve supplémentaire qu’elle plongeait plus vite que prévue dans la soumission et que surement elle avait relut et repensé aux conditions durant la nuit. Cette plonger trop brusque n’était pas forcément bonne.

Nana s’approcha du bureau du prof et s’assied dessus, laissant pendre ses jambes. Aujourd’hui encore, elle était en survêtement, évitant de mettre l’uniforme.

-On va en discuter, viens te mettre à genoux devant moi.

Une fois sa prof installer, elle fit un sourire sadique savourant cette vue, et posa ses pied sur ses épaules s’en servant comme repose pieds.

-Alors comme ça le contrat ne te satisfait déjà plus, il est injuste ? Je vais devoir t’expliqué pourquoi j’ai décidé les choses ainsi. Pour commencer, c’est pour ne pas aller trop vite, ta remarque et le fait que soit venue avec cette tenue montre que tu veux trop te précipité. Si je te donne tout de suite ce que tu veux, tu ne savouras pas l’attente, la frustration, l’envie. La seconde raison, c’est pour la discrétion, il faut que je reste votre élève et vous ma prof, mais pendants nos moment-là les choses change. C’est bien plus excitant ainsi. Puis le fait que se soit toi qui viens me le demandé me montre ta motivation, l’attente que je te prépare la surprise te fait travailler l’imagination sur se qui t’attend. Si j’ai choisie ainsi, ce n’est pas sans raison. Alors tu trouves encore à redire ? Tu préfères peut être changé voir laisser tomber ?

Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 49



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #68 le: Mai 25, 2017, 04:36:04 »

Hikari avait bien du mal à expliquer rationnellement ce qui lui arrivait. Comment avait-elle fait pour sombrer ainsi, pour une telle chute ? Nanami avait brisé quelque chose en elle, elle avait été le coup de vent qui avait fait s’écrouler le barrage, et un torrent trop longtemps contenu s’était déversé ensuite. Hikari avait passé cette nuit en un état second, partagée entre de multiples idées, et on en voyait maintenant le résultat. Méconnaissable, elle surprenait Nanami, qui lui ordonna de s’agenouiller devant elle. Hikari obtempéra silencieusement, et soupira en sentant les jambes de Nanami se poser à droite et à gauche de sa tête, lui offrant une vue plongeante sur son bassin, dissimulé par son pantalon blanc. La sportive femme se mit alors à lui parler, et Hikari releva la tête.

Nanami lui expliqua qu’il fallait que les choses aillent tranquillement, et que, si elles allaient trop vite, un phénomène de reflux était à craindre. Hikari, le cœur battant dans la poitrine, hocha lentement la tête. Ses joues étaient joliment rouges, et elle se pinça les lèvres, consciente qu’elle allait devoir préciser les choses. Là, comme ça, avec cet harnais, un changement si impressionnant pouvait effrayer.

« Je ne sais pas, Maîtresse... On dit aussi qu’il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Si nous faisons comme vous dites, il est aussi possible que je m’habitue, et que je sorte de cette... De cette euphorie dans laquelle vous m’avez placée. »

Aucune possibilité n’était à exclure. Hikari avait toujours été une jeune femme réservée, et, si Nanami avait su crever l’abcès, rien ne dit qu’il n’y aurait pas un phénomène inverse. On pouvait néanmoins comprendre les hésitations de Nanami, car elle était, après tout, en train de dominer une professeur. Rien à voir avec un simple élève. Dès lors, comment savoir de quelle manière Hikari allait réagir ? Et ce d’autant plus que l’intéressée elle-même n’en avait pas la moindre idée, tant ce qu’elle ressentait était inédit, et exceptionnel.

« Je ne veux pas laisser tomber, je... Jusqu’à hier soir, j’ignorais que j’étais capable de ressentir tant de choses. Je... Je n’ai jamais été aussi excitée qu’auparavant. Alors, vous pouvez craindre que je perde le contrôle, mais, je vous rassure, je... J’arrive encore à me contrôler. Tout ce que je veux, c’est ressentir encore ces sensations. Mais jamais je ne vous mettrais en difficulté, Maîtresse. »

Son visage se frottait machinalement contre la jambe de Nanami.

« Je veux bien attendre, si vous pensez que c’est ce qu’il y a de mieux... Mais je veux que vous m’utilisez comme esclave, je veux que vous me soumettiez... Dès ce soir ! C’est ce que vous aviez dit, que vous seriez la Maîtresse quand je le demanderai, alors je vous le demande de l’être... Cette nuit ! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 198



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #69 le: Juin 16, 2017, 11:46:37 »

Nanami était assise sur le bureau de sa prof avec cette dernière à genoux devant offrant ses épaules comme repose pied. Si un élève pouvait voir ce qui se passait dans cette salle de court, il serait surement choqué. Nana venais d’expliqué à sa prof et soumise, sa façon de faire et pourquoi elle avait choisie de méthode de séance pour leur moment de soumission. Pour simple réponse Hikari lui demanda une séance cette nuit, il était donc de temps de mettre en place une idée qu’elle avait en tête depuis qu’elles avaient commencé cette relation poussée.

-Très bien rendez-vous ce soir à 21h devant le lycée, je compte sur toi pour avoir les clés et faire en sorte que l’alarme soit désactivé. Au aussi je veux que vous portier rien sous tes vêtement jusque-là. Laisser deviner ton fessier à travers ta jupe serrer ça fera du bien à la concentration de tes élèves.

Elle descendit du bureau se dirigeant la vers la porte fermée à clé.


-Rhabiller vous et je vous dis à ce soir, « Esclave ».

Nana rigola et sorti laissant peu de temps à la prof pour se couvrir tant que la porte était plus verrouiller. Nana partie donc du lycée pour organisé tout se d’on aller allait avoir besoin pour cette nuit très intéressante qui se promettais.


Plus tard dans la soirée à 21h comme prévue, Nanami attendait devant le portail du lycée tenant un sac de sport dans les mains. Pour le jeu cette fois encore elle portait son uniforme scolaire. Comme pour lui rappeler que c’était une élève qui avait d’elle se qu’elle était devenue. Le fait de ne pas mettre son uniforme d’habitude et le porté dans le séance était aussi une forme de provocations qui testait la soumission de sa professeur.
Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 49



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #70 le: Juin 19, 2017, 01:05:53 »

Hikari ne se contrôlait plus. Plus rien n’était comme avant, tous ses repaires avaient éclaté. Nanami était entrée dans sa vie avec la puissance d’un ouragan,  renversant tout sur son passage. Et, maintenant qu’elle avait fait goûter à Hikari le fruit du désir, elle ne pouvait pas la libérer, s’éloigner, et faire comme si de rien n’était. Oh, ça, il était trop tard ! Nanami sembla en prendre conscience, et Hikari sentit son cœur bondir de joie dans sa poitrine en entendant sa Maîtresse proposer de venir la voir ce soir. Elle s’en pinça les lèvres, se surprenant immédiatement à sentir cette pointe d’excitation. Que lui arrivait-il donc ? Hikari avait de plus en plus de mal à se reconnaître, à se contrôler, mais se trouva très excitée quand Nanami lui imposa, en plus, de passer le reste de la journée sans sous-vêtements, et en relevant sa jupe pour qu’elle moule ses fesses.

La professeur rougit à cette idée, et baissa les yeux pendant quelques secondes, se pinçant les lèvres.

« Je... Très bien, Maîtresse ! » glissa-t-elle avec sincérité.

Elle se redressa, et Nanami détacha les sangles. Elle ôta donc son harnais, puisque telle était la volonté de sa Maîtresse, et frémit en sentant sa peau être libérée de ce contact en cuir serré. Hikari déglutit, et remit ensuite sa minijupe, son chemisier, et sa veste rose, puis veilla à redresser encore la jupe, et rougit à nouveau, en sentant le tissu glisser contre ses fesses.

*La jupe est bien trop relevée, je ne peux pas aller en cours comme ça !*

Mais elle savait que sa Maîtresse allait sûrement la suivre. Elle lui avait montré, lors de son petit numéro dans le quartier, combien elle était influente. Hikari n’aurait jamais cru que Nanami puisse avoir tant d’hommes sous ses ordres, et retourna donc en cours, avec la jupe très relevée, de sorte qu’on pouvait voir l’ourlet de ses fesses.

Et, pendant toute la durée de la journée, cette situation n’échappa pas à bon nombre d’élèves. Hikari essayait d’assurer ses cours du mieux qu’elle pouvait, mais rougissait régulièrement, tournant le dos à ses élèves en allant au tableau, imaginant leurs regards pervers se pencher vers ses fesses. C’était particulièrement gênant, mais, encore une fois, Hikari en ressentit aussi... Une certaine forme d’excitation.

La journée se passa ainsi, en mode pilotage automatique, Hikari pensant davantage à la nuit qui l’attendait qu’au reste. Le soir, elle rentra chez elle, et ne put s’empêcher de se masturber, gémissant le nom de sa Maîtresse, puis s’interrogea ensuite sur sa nouvelle condition. Était-ce vraiment ce qu’elle voulait ? Comment pouvait-elel accepter si facilement d’être l’esclave d’une élève ? Tout cela n’était-il pas ridicule ? Au plaisir vint la confusion, puis, alors que l’horloge approchait d el’heure fatidique, le désir revint.

Et, finalement, à 21 heures, Hikari se trouvait, elle aussi, devant le lycée, et se pinça les lèvres en voyant Nanami, portant encore son uniforme scolaire, ainsi qu’un sac. Elle rougit brièvement en se rapprochant. Elle-même avait conservé la tenue de la journée, et lui sourit.

« Bonsoir, Maîtresse... » glissa-t-elle, avec de la chaleur dans la voix.

Elle déverrouilla la porte avec sa clef, pus entra. Rapidement, elle se dirigea vers le boîtier de sécurité, et déverrouilla l’alarme pour cette porte. Elle avait en moyenne 30 secondes pour le faire avant que l’alarme ne sonne, et sourit ensuite, tout en ayant conscience qu’elle prenait une voie qui était désormais irrémédiable.

« Voilà... Le lycée est à nous. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 198



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #71 le: Juin 30, 2017, 11:18:08 »

Nanami n’attendit pas longtemps avant de voir sa prof arrivé à l’heure à prévue, sa prof ou plutôt son esclave pour la soirée. Cette dernière n’hésitant pas à l’appeler Maitresse en arrivant.

-Parfait tu es venue, je te laisse ouvrir.

Nana la regarda sortir les clés et ouvrir la porte et s’empressant de désactivé la sécurité. La première étape étant passé, il restait plus qu’à rentrer.

-On va commencer par se rendre dans ta classe. Histoire que dans tes prochains courts, tu gardes en mémoire ce qui t’attend.

Silencieusement, elles marchèrent dans les couloirs vides de l’établissement, l’ambiance était très différente sans la présence des élèves. C’était presque lugubre. Finalement elles arrièrent à la salle de classe où plutôt dans la journée, elle lui avait montré sa tenue et réclamé cette soirée.
Nanami déposa son sac de sport sur le bureau de la prof et s’assied dessus de la même façon que la première fois.


-Bien pour commencer, tu vas te déshabiller et tu vas aller te posé fesse tendu sur le bureau de l’élève qui t’excite le plus.

Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 49



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #72 le: Juillet 03, 2017, 12:46:57 »

Déglutissant lentement, Hikari poursuivait sa lente corruption, sa lente dégradation, et sa profonde perversion. Face à cette femme, elle ne pouvait tout simplement pas lutter. Nanami était sa Maîtresse, et Hikari, aussi horrible que ce soit, ne pouvait renier cette excitation qui pulsait en elle. Les deux femmes marchèrent dans un lycée silencieux. À cette heure-ci, les cours extrascolaires étaient terminés, et Nanami lui proposa rapidement de se rendre dans leur salle. Hikari, tout en rougissant, accepta, et, quelques instants plus tard, les deux femmes se retrouvèrent en position. Elles traversèrent un lycée silencieux, dans une ambiance qui avait tout du film d’horreur, puis Hikari rentra.

Elle alluma les lumières, observant les bureaux vides. La porte se referma ensuite derrière elle, et elle se retourna vers Nanami, qui alla s’asseoir sur le bureau, la dominant ainsi de sa hauteur, et donna rapidement ses premiers ordres.

« B-Bien, Maîtresse… »

Les mains d’Hikari se défirent rapidement de ses vêtements. Pas de harnais sous sa tenue, cette fois, simplement un soutien-gorge, qu’elle dégrafa, et une culotte. Consciencieuse, elle obtempéra, et finit ainsi toute nue, avec l’intimité parfaitement épilée. Reprenant son souffle, les joues rougies par un désir qui remontait furieusement en elle, elle observa ensuite les tables, se demandant ce que sa Maîtresse avait en tête.

*Maîtresse… Pourquoi est-ce que l’appeler ainsi m’excite autant ? Je ne comprends pas…*

En tout cas, elle ne pouvait pas faire face. Néanmoins, la jeune femme restait intriguée. Qu’est-ce que Nanami voulait dire par se poser « fesse tendue » ? Hikari réfléchit un peu, et se rapprocha de la table de l’élève qui l’excite le plus… Soit tout simplement Nanami, et posa ses mains sur le bureau. La respiration encore lourde, elle se pencha alors en arrière, cherchant à bomber ses fesses, puis se retourna ensuite vers sa Maîtresse.

« Co-Comme ça, Maî-Maîtresse ? » s’enquit-elle, un peu nerveuse malgré tout.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 198



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #73 le: Juillet 24, 2017, 11:20:01 »


Nanami restait assise sur le bureau pour l’instant regardant sa prof retiré un à un ses vêtements. Sa vas lui laisser des images intéressante pour ses prochain cours ça.  Hikarie enfin nue, elle la regarda s’installer finalement sur son bureau à elle. Nana fit un sourire avant de lui répondre.


-Parfait, je me suis dit que Maki te faisait peut être plus envie que ta Maitresse. Maintenant bouge pas et laisse toi faire.

Farfouillaient dans son sac de sport, elle sorti plusieurs objet qu’elle ne lui montra pas tout de suite et descendit du bureau du professeur pour rejoindre le sien, où la prof attendais nue les fesses tendu.

-C’est des jolies fesses que tu as là. Il est temps de s’en occupée.


Elle posa une main dessus histoire de les malaxé un peu puis la retira. Elle ouvrit un tube et vida entre ses fesses un peu d’huile. Une huile spécial pour préparer son anus qu’elle vient ensuite appliquer avec deux doigts.  Appliquant d’abord à l’entré et rentra les doigts ensuite pour faciliter la suite. Cette préparation dura quelque minutes en tout, puis finalement elle attrapa un plug anal avec au bout une queue, puis elle lui installa après cette préparation.

-Parfait ça te vas très bien.


Elle attrapa ensuite un sert tête monté de deux oreilles de chien et lui plaça sur la tête.

-Voici une jolie chienne. Viens te mettre à quatre patte.

Le dernier objet qui restait était un collier avec une laisse, qu’elle lui montra.

-Perte à faire un tour ?
Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 49



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #74 le: Juillet 31, 2017, 12:48:04 »

« Oh, je mentirais en prétendant que Maki ne m’attire pas... Mais c’est vous ma Maîtresse. »

Elle préférait donc davantage Nanami à Maki, sans pour autant rejeter son amie. Hikari rougit encore, gênée de s’être déshabiller si rapidement, et de ne sentir aucun problème à l’idée de faire ça. Pourtant, elle savait que c’était indécent, que c’était pervers, et potentiellement illégal, et que ça lui vaudrait une exclusion définitive du corps enseignant... Mais elle n’arrivait pas à sentir de honte. Au contraire, être comme ça, nue, face à la perversion de son élève, l’excitait profondément. Elle était donc là, nue, attendant que sa Maîtresse vienne profiter de son corps, toujours aussi incapable d’avoir honte, ou de pouvoir refouler ses pulsions.

Nanami se rapprocha donc, et, quand Hikari sentit ses mains se poser sur ses fesses, plusieurs soupirs s’échappèrent de ses lèvres. Elle rougit en serrant ses doigts sur le rebord de la table. Hikari appliqua une sorte de liquide sur ses fesses, et, quand la professeur sentit ses doigts se glisser dans son fondement, elle gémit encore, rougissant furieusement.

« Maî-Maîtresse, haaa... Que... Que faites-vous, hmmm ? »

Elle n’aurait tout simplement jamais pu imaginer (ou, du moins, c’est ce qu’elle voulait se faire croire) qu’on puisse se glisser par ce trou-ci ! Mais les protestations d’Hikari furent bien vaines, car, après avoir joué avec ses doigts, Nanami sortit un plug anal avec une queue caudale. Hikari rougit encore, et ferma les yeux, avant de gémir en sentant cet objet se rapprocher de ses fesses... Elle se tortilla sur place, se dandinant, tout en sentant l’objet se nicher en elle, et gémit encore, poussant, cette fois, d’authentiques cris de plaisir, sa mouille commençant déjà à couler le long de ses cuisses.

« Maî-Maîtresse, haaa... »

Hikari se tortilla encore sur place, puis finit ensuite à quatre pattes, avec ce gode niché dans ses fesses, la faisant gémir et soupirer. C’était... C’était douloureux, mais aussi, parallèlement... Eh bien... Terriblement excitant ! Hikari respirait longuement, et vit alors sa Maîtresse se rapprocher, tenant dans une main un collier de chien, et, dans l’autre, une laisse, reliée à ce collier. La professeur rougit furieusement, et baissa la tête, serrant les mains sur le carrelage en comprenant ce que la jeune femme avait en tête.

« Un... Un tour... »

Elle se pinça les lèvres, avant de la regarder encore, et hocha la tête, de haut en bas.

« O-Oui, Maî-Maîtresse... Où... Où vous le souhaitez ! »

Comment refuser ça ? Hikari était, encore une fois, dépassée par son propre corps, et par ses propres pulsions, qui lui commandaient de suivre cette femme, et de sombrer encore davantage avec elle dans la luxure...
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 ... 3 4 [5] 6
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox