banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3 4 ... 7
  Imprimer  
Auteur Sujet: L'étrange soirée d'Harigato-senseï [Nanami Seikyo]  (Lu 5669 fois)
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 217



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #15 le: Mars 27, 2015, 01:01:00 »

Nanami n’ut pas longtemps à attendre pour voir la réaction de la professeur. Cette dernière avec carrément bondit sur place en poussant un petit cri. Imitant la surprise comme ses camarades, Nana savais parfaitement se  que sentait réellement la prof. Après tout le petit œuf vibrant était son sexe à elle, c’était elle qui donnaient les vibrations dans celui de la prof, mais contrairement à cette dernière, elle savait parfaitement dissimulé son plaisir. Le petit œuf vibrait mais que doucement pour le moment, Nana pouvait monter encore les vibrations et pouvait aller jusqu’à la faire jouir. Comment la prof allait gérer se plaisir qu’elle allait ressentir ? Comment elle allait réagir face à tous ses élèves ? Allait elle tenir jusqu’à jouir ? Voilà ce que voulait voir Nanami, puis profité elle-même du plaisir que lui donnait l’œuf était un plus.

-Quelque chose ne va pas mademoiselle ?

La prof leur demanda de retourné à leur activité, donc de continué leur exercice comme si rien n’était. Surement que pour le moment, elle trouvait ça supportable, même si il était évidant que ça lui faisait quelque chose. D’ici, elle la voyait rougir. Après tout avec le plaisir qu’elle ressentait entre ses cuisses ça ne pouvait qu’être normal. Malgré la demande de mademoiselle Harigato, inévitablement un brouhaha de chuchotement se fit entendre. Après sa démarche bizarre depuis son arrivé, la coupure et maintenant ça, les élèves inévitablement se posaient des questions. Discrètement, Nanami, entra sa main dans sa trousse et tourna la molette de la télécommande pour monter l’intensité des vibrations, sentant immédiatement le petit œuf vibré plus fort en elle. C’était si bon, son intimité s’humidifiant par le plaisir, mais se qui l’excitait le plus se n’était pas les vibrations elle-même, mais la situation de sa professeur.

-Vous êtes sûr que vous allez bien ? Vous êtes bizarre aujourd’hui, vous êtes toute rouge vous n’avez pas de la fièvre ?
Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 62



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #16 le: Mars 30, 2015, 02:13:46 »

Pour la belle Hikari, les choses ne se passaient vraiment bien. Le cauchemar qui avait eu lieu hier soir, dans cette ruelle, semblait être bien parti pour reprendre un bon coup. La pauvre n’y comprenait vraiment rien. C’était comme si son corps était soumis à des pulsions de désir incontrôlables et impensables. Des pulsions sexuelles, mais Hikari n’en comprenait pas l’origine. C’était comme si une petite souris venait de se nicher dans son intimité, mais il n’y avait rien… Et il fallait que ça arrive en plein cours ! Hikari sentait la catastrophe monter, son cerveau imaginant déjà un scénario-catastrophe… Les élèves racontant les mésaventures d’Harigato-senseï à leurs parents, ces derniers, courroucés, demandant des rendez-vous, puis demandant ensuite son exclusion… Hikari savait que le lycée Mishima, malgré ses locaux et sa propreté, avait une assez mauvaise réputation, et était fréquemment englué dans des scandales médiatiques et des procès. Elle ne voulait tout de même pas faire partie de cette légende ! Mais que lui arrivait-il, bon sang ? La senseï n’y comprenait absolument rien, et les élèves murmuraient entre eux, en se demandant quelle mouche avait bien pu piquer Hikari. Dans un film humoristique, ça aurait presque pu être drôle, mais, en ce moment, Hikari était tout, sauf en état de plaisanter.

Elle se rassit, mais sentit le plaisir revenir, et se pinça les lèvres. Ses doigts tremblaient sur place. Contrairement à Nanami, Hikari n’avait effectivement aucune expérience sexuelle, et, partant de là, elle était bien en peine de lutter contre l’émoi que Nanami suscitait en elle. Le désir explosait dans son corps, comme si une bombe était en train d’exploser, et elle sentait sa culotte s’humidifier. Elle se pinça encore les lèvres, s’enfouissant contre un manuel de mathématiques. Fermant les yeux pendant quelques secondes, elle releva ensuite la tête, les joues cramoisies, et regarda l’horloge. Le cours était encore loin de se terminer, et elle haletait sur place. Elle se pinça les lèvres, la rougeur de ses joues n’échappant bien entendu à personne autour d’elle.

C’est ainsi que Nanami se mit à poser la question fatale :

« Vous êtes sûre que vous allez bien ? Vous êtes bizarre aujourd’hui, vous êtes toute rouge vous n’avez pas de la fièvre ? »

De la fièvre… Elle saisit cet argument au vol, et se releva, en hochant la tête, serrant les poings.

« O-Oui, Nanami, je… Veuillez me pardonner, je vais aller prendre de l’aspirine… »

Et, sans plus attendre, au mépris de tous les codes déontologiques pouvant exister au sein du corps professoral, Hikari quitta le cours en plein milieu, précipitamment, et fila vers les toilettes. Fort heureusement, ils n’étaient pas très éloignés de la salle, et elle s’enferma dans une cabine, puis s’empressa, en s’appuyant contre un mur, de se doigter. Elle ne put s’en empêcher, et elle fourra deux doigts de sa chatte, serrant les lèvres, les joues toutes rouges, essayant de s’empêcher de gémir, de retenir ses soupirs… Le désir sexuel était fort, comme jamais auparavant, et Hikari se masturba frénétiquement, sans relâche, ses doigts s’enfonçant profondément dans sa chatte, s’humidifiant, son bassin claquant contre la paroi, d’avant en arrière.

Pendant plusieurs minutes, elle se masturba donc, et, avec son autre main, toucha l’un de ses seins, en sentant les effusions exploser dans son corps, remontant dans tout son être.

« Haaaa… Haaaa !! »

Gémissant et soupirant, tête en arrière, yeux cos, Hikari laissait son plaisir s’exprimer, et, dans les rivières du sexe et de l’imagination filant dans sa tête, elle vit le corps de Nanami, sans trop pouvoir se l’expliquer. Elle se voyait l’embrasser, elle, puis faire aussi l’amour avec Maki, les trois femmes ensemble, haletant et gémissant à l’unisson… Et c’est avec cette image en tête que l’orgasme vint. Un filament de mouille explosa, et vint décorer la paroi en face, laissant Hikari à même le sol, épuisée, en sueur, les vêtements légèrement défaits, devant ce spectacle… Sur le mur et le long de ses cuisses, puis de ses doigts, elle voyait sa mouille, et reprenait lentement sa respiration.

*Mon Dieu… Mais qu’est-ce qui se passe ?!*

C’était la question à un million de dollars… Et, surtout, Hikari espérait sincèrement que personne ne l’avait entendu…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 217



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #17 le: Avril 12, 2015, 12:11:49 »

Nanami regarda la prof amusé, ce qui était pas vraiment dérangeant car d’autre élève était amusé de la situation, alors que d’autre des filles plus sérieuse s’inquiétait plus pour leur professeur. Prenant sa question comme une porte de sortie, la prof s’empressa de quitté la salle pour soit disant aller prendre de l’aspirine. Avec son pouvoir, Nana pouvais sentir la présence de sa victime dans un large rayon autour d’elle, il ne lui fut pas difficile de remarqué qu’elle n’était pas allé bien loin. C’était le moment parfait pour s’amuser avec elle. Elle se leva attirant tous les regards sur elle.

-Je vais voir comment elle va, faudrait pas qu’elle fasse un malaise dans les couloirs. En plus j’ai fini.

Personne ne contesta et elle put sortir comme si rien n’était. Suivant sa présence, se fut sans surprise qu’elle localisa la prof dans les toilettes. Discrètement elle entra dans les toilettes. La prof c’était enfermé dans une cabine et au son qu’elle entendait se soulager toute. Vue comme c’était lancé, elle n’avait plus besoin de son aide. Nana coupa donc son pouvoir sur elle. Ainsi Hikari ne ressentait plus les vibrations de l’œuf qui mouillait la culotte de Nana. Voyant que la prof continuait, elle en déduit qu’elle n’avait surement pas remarqué la différence. Nana monta sur l’évier et s’assied sur celui-ci face à la porte où se situait sa victime. Maintenant qu’elle avait désactivé son pouvoir, elle aurait pu retirer l’œuf, mais si la prof sortait pendant son geste sa enlèverait toute crédibilité à son idée. Heureusement elle avait pensé à prendre la télécommande avec elle. Il aurait suffi que Maki fouille sa trousse pour prendre quelque chose et la connaissant, elle aurait vite comprit ce qu’il se passait au du moins aurais joué avec la télécommande.

Un grand sourire s’afficha sur le visage de Nanami, alors qu’elle voyait la prof s’effondré apercevant son corps sous la porte de la cabine. Installer sur le lavabo, elle n’était visible. Ce n’est que quand la prof ouvrit la porte qu’elle put enfin apercevoir Nana. Profitant de ce temps, la jeune fille avait bien réfléchi à quoi lui dire et comment refermé son piège sur elle.


-Vous allez mieux Mademoiselle ? Moi qui vous ai suivi par ce que je m’inquiétais pour vous…Je n’aurais pas imaginé un instant que ce n’était pas la fièvre mais l’excitation qui vous avait mis dans cette situation…Se sont vos élèves qui vous mettes dans cet état ? Je n’ose pas imaginer la réaction des parents face à une telle nouvelle…

Jouant le rôle parfaitement de la fille choquée, elle descendit du lavabo regard sa prof presque avec dégout.  Elle lui tourna le dos se dirigeant vers la porte des toilettes pour partir et au moment de franchir la porte, elle se retourna une dernière fois vers elle.

-Je ne dirais rien jusqu’à ce soir…Retrouvait moi dans votre salle vers 18h, on discutera au calme. Dépêché vous de vous remettre en état, la classe vas se posé des questions.

Avec un dernier regard de dégout, elle partit pour retourner en classe. En réalité, elle n’était pas dégoûtée bien au contraire, elle était fière de son coup. A partir de là, elle avait une piste pour faire chanter la prof et en plus sans avoir dévoilé son pouvoir. Mademoiselle Harigato, allait devenir son tout premier jouet. De retour en classe, elle annonça vite fait que la prof allait bien et allait vite revenir et repris sa place pour reprendre le cours comme si rien ne c’était passé.
Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 62



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #18 le: Avril 12, 2015, 01:38:39 »

Mais que lui arrivait-il ? Hikari resta assise contre la cabine pendant quelques secondes, une main dans ses cheveux, observant l’autre, maculée de sa cyprine. Finalement, la professeur finit par soupirer. Elle avait encore des responsabilités, des devoirs à faire. L’absentéisme d’un professeur durant une heure de cours n’était tolérée que sous certaines conditions d’extrême urgence. Si un responsable voyait qu’il n’y avait plus personne dans la salle, Hikari risquait le conseil de discipline... Et elle risquait surtout de ne jamais réussir à sortir de ce lycée, et à retourner à Tokyo. En soupirant donc, la professeur se redressa. Elle allait mieux, et en vint à se demander si ses troubles n’étaient pas d’origine hormonale. Le sexe n’était pas un domaine avec lequel elle était très familière, mais que ce soit hier ou aujourd’hui, il s’agissait à chaque fois de problèmes liés au sexe. Les Japonais étaient par nature des gens superstitieux, des personnes qui, s’ils ne négligeaient nullement les bienfaits de la science, estimaient qu’il existait aussi des forces ancestrales qui influaient sur vous. Il était possible que les agissements de son corps soient des troubles spirituels, liés au fait qu’elle ne prenait pas suffisamment soin de son corps, sexuellement parlant. Hikari avait entendu parler de certaines thérapies de couple et de personnes célibataires recommandant la pratique sexuelle pour redynamiser la vie de couples, ou pour sortir de la mélancolie. Il n’y avait vraiment qu’au Japon qu’on pouvait trouver de tels conseils, et Hikari ne voyait aucune autre explication. Son esprit, ou, plutôt, la partie inconsciente de son esprit, devait lui envoyer des signaux... Mais que pouvait-elle faire ? Aller sur Internet pour commander un gigolo ? Ou se taper l’un de ses collègues ? Sortir en soirée, se bourrer la gueule dans un abr, et baiser avec le premier venu ?

*Seigneur, non...*

Machinalement, Hikari s’essuya ses doigts avec du papier-toilette, le jeta dans la cuvette des toilettes, et tira la chasse d’eau. Elle avait les cheveux légèrement défaits, et les remit un peu en place, tout en remettant ses vêtements. Elle ouvrit ensuite la porte... Et crut avoir une attaque en voyant Nanami. Cette dernière lui fit son petit numéro, celle de la fille faussement choquée, et Hikari, atterrée, fut incapable de lui répondre. Elle se figea sur place, comme une statue de cire, son dos heurtant la cloison séparatrice, et la fille fila, en lui donnant rendez-vous ce soir, à 18 heures, soit juste après la fin des cours.

Que... Que venait-il de se passer... ?! L’esprit d’Hikari avait été déconnecté sous l’effet de la surprise, et elle revint lentement à elle. Nanami... Nanami l’avait poursuivi jusqu’ici, et elle l’avait très certainement entendu se caresser. Hikari avait essayé d’être discrète, mais elle savait qu’elle avait gémi, et qu’elle s’était tortillée. De plus, les cloisons séparant les toilettes étaient très fines, et il y avait des ouvertures partout.

*Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu... Ohlàlà, mon Dieu, non, dites-moi que je rêve... !*

Mais non... Non, tout cela était bel et bien réel. Nanami, peu importe ses raisons, ou les images qu’elle se donnait (Hikari ne croyait pas du tout à son petit numéro de jeune fille prude choquée), avait de quoi plomber sa carrière. Le lycée Mishima avait déjà affronté des scandales sexuels, et avait toujours réussi à s’en sortir... Mais, si elle se mettait à parler, Hikari risquait d’avoir toutes les associations de parents d’élèves sur le dos. De plus, on ne pouvait nullement négliger le fait qu’elle avait peut-être enregistré sa professeur. Les téléphones portables étaient maintenant de véritables caméras ambulantes, avec une image en HD et un son presque impeccable. Hikari, blême, déglutit encore, et respira lentement, se rappelant les techniques de relaxation qu’elle avait suivi lors de cours zen, à l’université.

*Respire, inspire, respire, inspire, calme-toi, Hikari... Pense à ta respiration, conserve un rythme régulier...*

Hikari avait envie de fuir, de retourner à bride abattue chez elle, mais elle ne pouvait pas fuir ses responsabilités. Elle se dirigea vers un lavabo, et se mit de l’eau sur la figure, s’observant dans le miroir. Ses joues étaient rouges, mais, mis à part cela, son apparence était normale. Ses cheveux s’étaient convenablement remis en place. La professeur ne pouvait pas attendre plus longtemps. Elle allait devoir trouver un moyen de résoudre son problème, et, pour l’heure, il allait falloir s’occuper de Nanami.

*C’est toi l’adulte, c’est toi la responsable, c’est toi la diplômée... Si elle veut te faire chanter, tu as les moyens de la contrer, Hikari... Surtout, ne te laisse pas intimider. Ce n’est qu’une gamine rebelle.*

Rebelle, parce qu’elle ne venait même pas en uniforme. Autrement dit, si elle voulait jouer à un bras-de-fer, Hikari avait aussi des muscles à faire valoir. Reprenant lentement son souffle, elle se décida à y aller, et sortit des toilettes, puis retourna dans la salle de classe.

Nanami fit comme si rien ne s’était passé, et, après quelques minutes d’hésitation, et quelques excuses, Hikari reprit son cours, puis le cours suivant, et toute la journée... Jusqu’à ce que la soirée arrive.

Hikari était restée dans sa salle, en sentant la panique monter, tout en s’encourageant à rester calme.

Qu’est-ce que Nanami allait bien pouvoir lui demander ?
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 217



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #19 le: Mai 01, 2015, 10:36:58 »

De retour en cours, Nanmi avait repris sa place comme si rien n’était. Le reste du cours c’était passé sans nouvel incident. Bien au contraire, Nana était parfaitement détendue. L’idée que son plan c’était passé mieux que prévue et la sensation que lui procurait l’œuf toujours en elle, la laissait parfaitement détendu. C’était vraiment un cours passionnant, le meilleur qu’elle ut droit.

Ce n’est qu’au moment de la pause, qu’elle profita d’aller aux toilettes, pour enfin retiré l’œuf de sa culotte et de se masturbé pour se calmé. Elle c’était bien faite plaisir puis avait rangé tout ça à l’abri. Elle continua la journée normalement s’amusant des rumeurs circulait déjà sur l’étrange comportement de mademoiselle Harigato. Avec une classe entière d’élève il y avait de quoi faire circuler vite les rumeurs. Heureusement les rumeurs tournait plus sur son état de santé, ce qui évité d’attiré trop de problème.

C’est donc à la fin des cours comme prévu qu’elle retourna retrouver mademoiselle Harigato dans sa salle à 18h. Nana avait les cheveux encore mouillé, car elle sortait de la douche  suite à son club de kendo. Elle avait avec elle un sac de sport, qui contenait bien sûr ses affaires de sport, mais aussi quelques jouets amusant. En entrant dans la salle, Nana s’approcha de la prof et s’assied sur l’une des tables du premier rang, posant aussi son sac à côté d’elle. Nana posa alors son regard sur la prof.


-Je vous pensais plus coincé que ça. Je vous ai suivi pensant que vous allez mal et je vous trouve en train de vous masturbé dans les toilettes…Sa vous arrive souvent ce genre de chose ?

Cette fois elle ne faisait plus la choqué, au contraire elle souriait en la regardant. Pour lui mettre un la pression, elle avait posé son téléphone à côté d’elle. Nana n’avait rien enregistré, mais elle n’en dit rien, elle voulait faire travailler le doute chez la prof, pour ainsi lui bloqué le plus de chance possible de s’en sortir.

-Se sont vos élèves qui vous excitent comme ça ? Moi peux être ? Vous pensiez peut être à moi quand vous vous masturbiez tout à l’heur….Votre carrière en prendrais un cou si ça se savais. Je pourrais me taire, mais vas falloir me convaincre.
Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 62



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #20 le: Mai 02, 2015, 01:18:22 »

Hikari était perturbée… Et « perturbée » était en réalité un bel euphémisme pour décrire son état actuel. Hikari avait fait l’impensable, elle avait commis ce qu’elle n’aurait jamais cru commettre… Elle s’était masturbée dans les toilettes, comme une grosse catin, elle avait frotté sa moule jusqu’à se faire jouir, et elle avait été terriblement heureuse à ce moment précis. Oui, c’était typiquement ça, le problème, le véritable problème. Loin de désapprouver ce moment, elle l’avait adoré, et avait envisagé de le refaire… Ce qui l’énervait, ce qui la travaillait, c’était les conséquences, c’était Nanami… Et quelque chose ne collait pas. On pouvait dire tout ce qu’on voulait sur Hikari, mais elle n’était pas idiote. Nanami l’avait suivi… Comme si elle savait ce qui allait lui arriver. L’accuser était sans aucun doute exagéré, grossier et trompeur, mais, quand on vivait ce genre de pulsions, toutes les hypothèses se mélangeaient dans votre tête. La senseï n’avait jamais cru au surnaturel, mais peut-être que, d’une manière ou d’une autre, Nanami avait réussi à la droguer… La drogue était maintenant une autre hypothèse qu’elle envisageait très sérieusement, comme une probabilité juste et fondée. Tout cela ressemblait trop à un coup monté, et Hikari devait tirer ça au clair… Et donc affronter Nanami.

Quand la lycéenne arriva, Hikari était sûre de son fait, totalement convaincue de son interprétation. Il fallait la voir pour le comprendre. Nanami ne jouait pas la femme outrancière, mais la femme sûre, déterminée, convaincue d’avoir un atout décisif, un as dans sa manche. Hikari ne la salua pas, et Nanami s’assit rapidement, puis entama les négociations, en exhibant son téléphone portable.

*Elle veut me faire chanter… Sois forte !*

Les jeunes… Ils avaient bien changé. Il y a encore trente ans, une telle conversation n’aurait jamais pu avoir lieu. Que cette femme soit là, en ce moment, face à elle, était bien la preuve que les temps avaient évolué, et que l’autorité naturelle des professeurs avait décru… Et c’était aussi la preuve que les adolescents n’étaient plus de jeunes hères en quête d’identité et ayant des problèmes avec leur sexualité. Hikari ne se faisait aucun doute sur cette Nanami : son expérience sexuelle devait être nettement supérieure à la sienne. Oui, maintenant, Hikari était sûre qu’elle était liée à cette histoire… Que, d’une manière ou d’une autre, Nanami se vengeait sur elle.

Nanami la menaçait, lui disant qu’elle comptait parler… Sauf à la convaincre du contraire. Serrant les lèvres, Hikari laissa planer quelques secondes, avant de poser ses mains à plat sur la table. Elle ne comptait pas rentrer dans son petit jeu, sûrement pas.

« Je ne me l’explique pas encore, Nanami, mais je ne suis pas une idiote. J’ignore encore comment tu l’as fait, mais, d’une manière ou d’une autre, tu m’as drogué. Tu peux nier, ma grande, mais je le sais. »

Hikari soupira lentement. En aucun cas, elle ne comptait parler de ce à quoi elle avait pensé en se masturbant… Car il n’y avait quasiment eu que Nanami.

« Maintenant, dis-moi ce que tu veux… Si c’est de l’argent, je n’en ai pas. Si tu es aussi maligne que tu le prétends, il est dans ton intérêt d’arrêter ça. Je suis une femme gentille, Nanami, mais ne commets pas l’erreur de me pousser à bout. Si tu m’attaques, je répondrais. Ma carrière en prendra peut-être un coup, mais toi, je peux t’assurer que plus aucun lycée ne voudra de toi, et que tu n’arriveras jamais à rentrer dans la moindre université si tu continues à me harceler comme ça. »

Hikari cherchait à conserver un ton calme, afin de ne pas paniquer, et, surtout, afin de montrer à Nanami qu’elle contrôlait la situation.

Bluff contre bluff, les paris étaient engagés…
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 217



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #21 le: Mai 14, 2015, 11:49:13 »

Nanami regarda sa prof qui pour une fois sortait de rôle de la gentille professeur. Même pas de salutation. Bon après tout vue la situation c’était compréhensible. La première chose que fit mademoiselle Harigato fut de l’accusé de l’avoir de drogué. En effet elle n’était pas idiote, mais ce n’était pas de la drogue, mais un don. L’avantage de son pouvoir, c’est qu’il n’y avait aucune trace. Ce n’était que des sensations transmises de son cerveau à celui de sa victime qui faisait ressentir la même chose. Si elle se faisait faire un examen approfondit rien ne serrais trouvé.  La seule chose qui était visible avec son pouvoir c’était la couleur de ses yeux qui changeait, mais étrangement personne ne semblait le voir. Nana venais à se demandé si elle n’était pas la seule à pouvoir le voir. Tout ça n’u d’autre effet que de la faire rire.

-Moi je vous aurais drogué ? Je serais curieuse de savoir comment. Je pense surtout que c’est votre chausson qui vous a trop travaillé hier soir.


Elle rigola encore en souvenir de l’excuse qu’elle avait sorti en explication à ses élèves suite à ce qui lui était arrivé la veille. Chose qui était étrange, car la prof continuait à ressentir de la douleur alors son corps propre corps n’en ressentait pas et même après que le pouvoir est été désactivé, c’était une première. Mademoiselle Harigato tenta de la menacer à son tour, sur ce qu’elle serait capable de faire si elle-même la menacé. Ça ne put que la faire sourire.


-Vous pouvez me fermez toute les porte d’université que vous voulez. Ça ne m’intéresse pas de toute façon. Votre argent non plus. Pour vous dire la vérité, quand je vous ai suivi j’ai deviné que vous étiez excité. Je sais reconnaitre un visage qui en demande, je ne sais pas ce qui vous a mise dans cette état, mais j’ai vite remarqué. C’est pour ça que je vais ai suivi. Je ne vous aurez pas cru capable de vous masturber dans les toilettes. C’est pourquoi j’ai sauté sur l’occasion. En échange de mon silence, je vous demande si vous accepterait de réalisé l’un de mes fantasmes. Joué sexuellement avec l’une de mes profs, peut être que vous même avec l’une de vos élèves ça vous plairez. Sa restera entre nous bien sûr.
« Dernière édition: Juin 02, 2015, 03:40:59 par Nanami Seikyo » Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 62



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #22 le: Mai 16, 2015, 01:54:55 »

Oui, Hikari n’était pas dupe. Nanami tournait trop autour d’elle pour que ce soit une simple coïncidence. C’était sûrement à cause de son dessin… Elle avait cru comprendre que cette petite femme était très attachée à ses dessins. Elle n’avait pas dû apprécier qu’Hikari le lui prenne pour le jeter. Hikari admettait avoir été dure sur ce coup-là… Mais, après tout, c’était pour sanctionner un comportement qui se répétait continuellement, à chaque jour. Nanami, non seulement n’écoutait pas, mais perturbait aussi le fonctionnement de la classe, car elle était plus intéressée par l’idée de montrer ses dessins à ses camarades de classe, plutôt qu’étudier et rester attentive. Un tel comportement, profondément irrespectueux, méritait une sanction. Hikari avait réagi de manière impulsive, en respectant le règlement, qui autorisait la confiscation de tout matériel et/ou document divers utilisé par un élève en salle de cours et n’ayant rien à voir avec le cours, et, si elle s’en voulait un peu, car elle n’aimait pas l’idée d’être autoritaire et dure, elle estimait que ce qu’elle subissait était totalement injuste et disproportionnée. Pour l’heure, elle ignorait encore ce que Nanami faisait, mais elle n’était pas dupe. Elle, choquée par ce qu’elle avait vu dans les toilettes ? La bonne affaire ! Elle mentait. Elle lui affirma avoir compris ce qu’Hikari avait fait quand elle se rendait dans les toilettes, mais c’était parce qu’elle l’avait provoqué. Est-ce qu’elle commençait à devenir parano’ ?

*Ce n’est qu’une élève, pas une agente secrète…*

Dans sa tête, Hikari imaginait la femme trouver un moyen de la droguer. Si cette remarque avait fait rigoler Nanami, Hikari était sûre qu’elle n’était pas loin. Non, il était impossible que ce qu’elle ait vécu soit juste un désordre hormonal, ça n’avait pas de sens. Elle restait silencieuse, et Nanami lui proposa son marché : son silence en échange de la réalisation de ses fantasmes. Hikari écarquilla les yeux sous l’effet de la surprise, et retint son envie de gifler cette femme. Ses belles joues se mirent à rougir sous la colère, et ses doigts se crispèrent.

*Je suis une prof’, salope, pas une PUTE !* avait-elle envie de lui hurler.

Hikari Harigato soupira lentement, par le nez, et elle se mordilla les lèvres. Elle restait lucide. Nanami avait pris une vidéo d’elle, et la femme savait que, si cette vidéo était rendue publique, ses chances d’aller à Tokyo deviendraient tout simplement nulles. Elle avait refusé les avances de son directeur de thèse, et la jeune senseï savait que c’était pour ça que, malgré son excellent dossier, elle s’était retrouvée à Mishima, plutôt qu’à Tokyo. Autrement dit, pour lutter contre cet homme, elle allait devoir avoir un dossier exemplaire, et sûrement pas un scandale sexuel.

Le silence s’instaura entre les deux femmes, un silence vaincu et coupable. Nanami se moquait de ne pas aller à l’université. Elle n’avait, de toute façon, pas la mentalité d’une bosseuse. Hikari était sûre qu’elle ne comptait même pas s’inscrire aux concours universitaires. Contrairement aux pays occidentaux, à la fin du lycée, il n’y avait pas d’épreuve finale… L’épreuve finale, c’était le concours d’admission à l’université, pour lesquels les lycées préparaient les étudiants. Mais Nanami s’en moquait totalement. Tout ce qu’elle voulait, c’était se taper une professeur… Ce qui faisait horreur à Hikari.

*Ohlàlà, je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas quoi faire !*

Elle était piégée face à cette femme, et soupira à nouveau.

« C’est dingue… Il existe d’autres profs’ que moi ici qui seraient ravies de coucher avec toi. Je connais la réputation de ce lycée, Nanami… Pourquoi moi ? »

Oui, Hikari bottait en touche… Tout son être lui hurlait de repousser cette femme, cette perverse, de l’envoyer au Diable… Mais elle savait à quoi elle s’exposait en faisant ça, car elle voyait que le regard de Nanami était assuré. Elle n’hésiterait pas à broyer sa carrière, et peut-être même que ça l’exciterait… Comme quoi, quand on disait que les jeunes étaient des anges… C’était un point de vue un peu trop angélique.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 217



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #23 le: Juin 02, 2015, 04:02:40 »

Nanamie souriait en regardant la prof. Elle n’avait pas hésité une seconde en lui annonçant clairement ce qu’elle voulait. Elle voulait se tapé sa prof, du moins pour débuter car elle ne comptait pas s’arrêter à une fois, mais ça elle n’avait pas besoin de la savoir maintenant. Mademoiselle harigato ne savais pas cacher ses émotion, elle la voyait bouillir intérieurement, elle se retenait. Surement que la prof voulait lui crié dessus, voir la frappé, elle était trop sainte ni touche pour penser en premier au plaisir qu’elle pourrait y ressentir. Puis Nana la vis se calmé et la question qu’elle posa ensuite, prouva qu’elle manquait d’arguments, elle ne voyait pas comment lui faire face.

-Allons ce n’est pas évident ? Aller je vais vous donner au moins trois raison à ça. La première et la plus évidente, vous êtes là seule à vous êtes mis dans une situation qui ma permit de vous proposer ceci. Vous pouvez toujours croire que je vous ai drogué pour vous excité et vous piéger, moi je vous garantit que ce n’est pas le cas.

Elle sauta de la table et commença a marché faisant le tour d’elle avec le même sourire confiant.

-La seconde, vous êtes belle et désirable. Je ne suis pas la première ici à avoir envie de coucher avec vous. Même si je suis peut être l’une des seules femmes.

Nana s’approcha d’avantage pour venir alors lui murmuré à l’oreille.


-La troisième…vos gémissement, m’ont terriblement excité.

Sur ses derniers mots, elle se mit de nouveau en face d’elle prenant un visage plus sérieux.

-J’ai juste envie de coucher avec vous. Je ne cherche pas de sentiment ou autre, non juste du plaisir avec vous. Vous aussi vous pourrez en profité. Sa serra toujours mieux qu’un chausson. Je reconnais que ce n’est pas la meilleure façon pour vous le demandé, mais si je vous l’avais dit normalement m’aurais vous vraiment prise au sérieux ? Si vous souhaitez, je suis prête à assouvir vos propres envies. Personne ne saura rien, juste du plaisir entre femme. Je vous jure qu’après tout serra oublier, après tout j’ai rien à y gagner à vous pourrir la vie non ?
Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 62



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #24 le: Juin 06, 2015, 08:12:48 »

Nanami était sérieuse quand elle disait qu’elle voulait coucher avec elle. C’était tellement dément ! Totalement perdue, Hikari ne savait plus où donner de la tête. Très clairement, elle ne s’était pas attendue à un tel retournement de situation avec la redoutable lycéenne. Elle était toujours aussi convaincue que l’assurance naturelle de Nanami ne pouvait s’expliquer que parce qu’elle savait qu’elle avait toutes les cartes en main. Que ce soit de la drogue, de l’hypnose, ou de la suggestion mentale, Hikari était sûre et certaine que cette jeune femme était derrière tout ça. Les adolescents du 21ème siècle étaient de véritables terreurs, et, désemparée, Hikari ne savait pas vraiment comment réagir face à cette femme et à ses propositions. Sûre d’elle-même, Nanami tournait autour d’Hikari, jouant avec elle, à un jeu pervers et dominateur, en lui exposant toutes les raisons pour lesquelles elle voulait coucher avec elle, terminant en se mettant face à elle, et en expliquant à Hikari quelque chose de simple : elle n’avait aucun intérêt à lui pourrir la vie.

*Le bâton et la carotte...*

Perdue, Hikari sentait son esprit imaginer des complots, imaginant que Nanami était en réalité envoyée par son ancien directeur de thèse afin qu’elle cède à ses avances, qu’elle soit filmée, et que la vidéo soit ensuite diffusée sur Internet, s’assurant ainsi de briser définitivement sa carrière... Mais c’était ridicule. Hikari rejeta cette théorie infondée, en préférant s’appuyer sur ce qu’elle savait déjà, et ce dont elle était sûre. Nanami voulait coucher avec elle. Bien. Elle le voulait parce qu’elle trouvait Hikari bonne, et que coucher avec une prof’ était un fantasme... Et Hikari savait que Mishima, sous couvert d’être une institution normale et respectable, encourageait, par son laxisme et par ses recrutements, les relations sexuelles entre élèves et membres du corps enseignant. Une débauche à laquelle Hikari, par principe, se refusait, mais quelles étaient ses options ? Elle était faite comme un rat, piégée, et ça, Nanami le savait... Car c’était précisément ce que Nanami voulait. Bien plus intelligente que l’image d’élève laxiste et désintéressée qu’elle donnait, elle avait piégé Hikari, et cette dernière le comprenait.

Concrètement, Hikari n’avait pas d’autres choix que d’accepter, car la senseï savait qu’elle n’avait pas les billes nécessaires pour repousser cette femme. Elle aurait dû taper du poing sur la table, jouer ça au bluff, arguer qu’elle était sa professeur, et que les &élèves ne devaient pas coucher entre eux, mais elle savait que Nanami resterait sourde à cette argumentation. Alors, à défaut, Hikari en vint à dire la seule chose qui pouvait la sauver... Sans se douter que cet argument pourrait aussi être celui qui l’enfoncerait davantage.

« Je... Nanami, je... Tu te trompes sur mon compte... Je suis vierge, alors... Je ne pourrais rien t’apporter de ce que tu recherches. »

Pour elle, dans son esprit, c’était une façon de lui dire qu’elle n’avait rien à lui apporter en terme d’expérience sexuelle, et que Nanami, partant de là, ferait bien d’aller voir ailleurs... Ou peut-être que, inconsciemment, elle savait qu’un tel aveu ne pourrait que renforcer l’intérêt de Nanami à ses yeux.

Après tout, quel élève n’avait pas envie d’arracher la virginité de sa professeure, surtout quand elle était belle à s’en damner ?
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 217



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #25 le: Juin 15, 2015, 11:37:54 »

Nanami remarqua vite que la prof se laissait prendre, elle n’arrivait pas trouvé comment lui résisté. Heureusement que la prof, ne pouvait lire dans sa tête sinon, c’est certain qu’elle serait déjà partie. Malgré tout la prof tenta un dernier argument pour la convaincre de la laisser. C’était surement son dernier espoir car c’était un argument à double tranchant. Manque de chance pour elle c’était le mauvais côté de lame qui l’emporta.  L’idée d’être la première à la touché n’était qu’encore plus excitant. Elle se voyait déjà prendre un gode et la défloré avec. Les envies se mélangeait déjà dans sa tête certaine agréable d’autre plus cruel.

-C’est vrais que vous aurez pus rêvez mieux pour une première fois…Je vous promets de me montrer douce, je vais rendre ce jour inoubliable pour vous. Après ça je peux vous dire que vous ne regarderez plus les femmes de la même manière.

Elle reprit place sur la table et rangea son téléphone. Maintenant elle savait parfaitement que la prof ne pouvait plus fuir, elle avait sorti son ultime dernier recourt qui n’avait pas fonctionné. Elle lui avait promis de faire pour sa premier fois attention à elle et comptait bien le respecté. Mais pour la première fois. Elle ne lui avait parlé que de le faire une fois, mais c’était par la convaincre.

Nana avait bien envie de recommencé plus tard, elle voulait lui donné envie de renouveler, encore et encore, la rendre accro a elle et peut à petit la soumettre. Partie dans des pratiques de plus en plus déviantes. Mais pour le moment de la douceur.


-Pour rendre votre première fois plus agréable que direz-vous d’aller dans un endroits plus agréable ?

Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 62



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #26 le: Juin 16, 2015, 12:42:12 »

Hikari avait misé sur le fait que Nanami recherchait une amante expérimentée, car on attendait de personnes adultes qu’elles soient plus expérimentées que des personnes adolescentes... Hélas, en voyant la lueur de perversion qui traversa le regard de Nanami, Hikari comprit que c’était tout l’inverse, et que Nanami était effectivement une grande perverse. Loin de la restreindre, l’idée d’être la première amante d’Hikari semblait la ravir, ce qui horrifia encore plus Nanami... Et la convainquit que cette maudite adolescente était derrière tout ça. D’une manière ou d’une autre, elle avait trouvé un moyen de l’hypnotiser, et, dans sa tête, Hikari était en train de se dire que se rapprocher de cette femme pourrait aussi être un bon moyen d’en savoir plus sur elle et sur ses tours... Mais, de là à coucher avec elle... Non, c’était tout simplement horrible ! Hikari sentit un frisson d’horreur subit la traverser. Ce geste allait contre tout ce à quoi elle croyait ! Coucher avec une élève...

*Non, c’est impossible ! C’est le genre de trucs qui me font rager quand je le vois dans le journal télévisé... Et je m’apprête à faire ça ?! Non ! Non, Hikari, tu ne peux pas !*

Nanami, toute contente, s’assit sur le bureau, face à elle, en lui proposant de passer aux choses sérieuses... Notamment en allant dans un coin plus discret. Hikari se mordilla les lèvres, et ferma les yeux, en tentant de retenir les battements nerveux de son cœur. Elle ne pouvait pas faire ça... Non, elle ne le pouvait pas ! Et pourtant... Oui, pourtant, elle était bien partie pour le faire ! Elle soupira encore, et releva la tête vers Nanami, très proche d’elle.

« Je..., répondit-elle, d’une voix blanche. Oui, Nanami... Dans... Dans un endroit discret, s’il... S’il-te-plaît... »

Un endroit où elles étaient susceptibles de ne pas avoir de témoins. Elle était prise au piège, comme la mouche dans la toile de l’araignée, et, plus elle tenterait de se débattre, et plus elle s’engluerait dans la toile.

Tout ce qu’elle devait faire, c’était la suivre, et serrer les dents.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 217



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #27 le: Juillet 01, 2015, 11:15:14 »

Nanami afficha un sourire triomphant, alors que la prof donna la réponse qui conclut les négociations en faveur de l’étudiante. Maintenant restait plus qu’a rejoindre un endroit plus tranquille. Et justement, elle connaissait l’endroit parfait pour ça. Nana descendit du bureau et pris son sac. A l’intérieur il y avait différent objet destiné à utiliser sur son professeur, suivant le résultat de la discussion. Vue comme sa c’était passé, elle avait décidé de n’utilisé aucun d’eux cette fois ci, mais surement une prochaine fois.

-Suivez-moi, je connais l’endroit parfait pour qu’on soit tranquille. Je suis contente que vous avez acceptez.

Sortant de la salle  de classe, elle guida ses pas à travers les couloirs.  Elles sortirent rapidement des classes, pour rejoindre la partie réservée au différent club d’élève. Les profs venais rarement ici, par certain qui s’occupait justement d’un club. A L’heur actuel, aucun club n’était présent, ainsi le bâtiment était vide. C’était parfait pour être tranquille. Nana la guida à une salle en particulier, celui du club de danse urbaine auquel elle appartenait. Arrivé devant la salle, elle fouilla ses poches et sortie les clés de la salle. Une fois ouverte, elle invita la prof à rentrer et rentra à son tour. Une fois à l’intérieur, elle referma la porte à clés laissa les clés dessus.


-Voilà ici, on serra en paix.

La salle était équipée pour diffuser de la musique et avec des tapis de dance sur le sol, il y avait aussi des cabines improvisées pour que chacun se change. Il y avait toute sorte de matériel et même des les affaires personnelles de certain membre. Nana posa son sac sur une chaise et se tourna vers la prof.

-Mettons-nous à l’aise.

A peine ses mots prononcés que Nana commença à retirer ses vêtements, dévoilant petit à petit son corps de sportive. Elle voulait laisser la prof se déshabiller elle-même. Mais si elle tardait trop à se lancé, une fois elle-même nue, elle était prête à venir l’aidé.

Journalisée

Hikari Harigato
Humain(e)
-

Messages: 62



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #28 le: Juillet 03, 2015, 01:59:47 »

Silencieuse, Hikari suivait Nanami dans les méandres du lycée, avec l’impression d’être en train de rêver. Elle avait du mal à croire que ce qu’elle vivait était réel, qu’elle était bel et bien en train de marcher avec une élève qui comptait coucher avec elle, une élève qui, d’une manière ou d’une autre, avait réussi à la corrompre, à se jouer d’elle, et pouvait désormais obtenir ce qu’elle voulait d’Hikari. La professeur était totalement perdue, face à une situation inédite. Poussée au pied du mur, elle avait suivi Nanami, convaincue que, de tous les maux, ceci était le moindre... Mais, alors qu’elle avançait dans les couloirs déserts du lycée, elle ne pouvait s’empêcher de se demander si tout cela n’était pas un piège, une sorte de canular monté par d’autres pour la piéger encore plus, et pour avoir des preuves qui soient désormais totalement irréfutables... Comme des vidéos. Les adolescents pouvaient être cruels, maintenant, et aussi très pervers. Se mordillant les lèvres, Hikari vit que Nanami rejoignait les salles des clubs.

Le lycée proposait de multiples activités extrascolaires, par le biais de clubs : club de football, club d’échecs, club de lecture, club de danse... Quand Hikari était arrivée à Mishima, elle avait été très étonnée du nombre élevé d’activités périscolaires proposées, signe que le budget du lycée était élevé. Elle s’était attendue, au vu de la réputation de Mishima, à un lycée miteux, mais, au lieu de ça, le lycée était énorme, avec plusieurs bâtiments, un campus, et plutôt bien entretenu. Les pas d’Hikari suivirent Nanami jusqu’à la porte de la salle de danse, et elle constata que cette dernière avait les clefs.

Hikari déglutit, et le duo entra. La porte se referma derrière elles, et elle put voir une salle de danse, avec des tapis, et une chaîne HIFI dans un coin permettant de diffuser des musiques d’accompagnement... Et un grand miroir au fond, pour mieux s’observer. Il n’y avait qu’elles... Et aucun dispositif d’enregistrement vidéo. Prudemment, Hikari regarda dans tous les coins. Cette petite promenade n’avait nullement diminué sa nervosité. Au contraire, cette dernière avait encore cru, et, alors qu’elle tentait de respier plus normalement, Nanami lui dit de se mettre à l’aise... Et commença à se déshabiller.

Les joues de la senseï s’empourprèrent instantanément, et elle détourna la tête en se mordillant les lèvres.

*Je ne peux pas faire ça, je ne peux pas faire ça...*

Comment avait-elle cru pouvoir le faire ? C’était... Ah, c’était tellement indécent ! Hikari tremblait sur place, et sa main s’appuya sur la devanture de la porte. Sans inquiétude, Nanami avait retiré sa veste, puis continua à se déshabiller, ôtant son débardeur, son pantalon... Hikari, elle, restait toujours habillée, et était proche de la sortie. Tout son cerveau lui hurlait d’ouvrir cette porte, de filer à toute allure, d’oublier cette histoire, et de trouver une autre solution. Il y avait forcément une autre solution !

*Réfléchis, Hikari, réfléchis, bordel !*

Elle était trop paniquée pour réfléchir, et se mordilla les lèvres, en voyant Nanami retirer également sa culotte. La femme agissait lentement, dévoilant un corps beau, magnifique, et aussi musclé, avec des reins solides, des hanches puissantes, des muscles qui épousaient à la perfection ses formes parfaites.

« Na... Nanami, il.. Il ne faut pas faire ça... »

Hikari bredouillait, la gorge sèche, et sa main tâtonnait contre la porte. Sans pouvoir se l’expliquer, son regard était fixé sur le corps nu de Nanami... Et sa main, elle, cherchait à s’enfuir.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nanami Seikyo
E.S.P.er
-

Messages: 217



Voir le profil
FicheChalant
Description
Jeune fille au pouvoir qui transforme son corps en poupée vaudou
[color=blue] Parole esprit normal [/color]
[color=navy] Parole esprit sadique [/color]
« Répondre #29 le: Juillet 20, 2015, 11:44:55 »

Nanmi dans la salle avait lancé un compte à rebours. Elle avait commencé à retirer ses vêtements un a un, sans pour autant transformé ça en spectacle érotique, elle laissait le temps à son corps de se dévoilé. Il fallait que la prof vois ce qui l’attendait, ce à quoi elle allait gouter, car si d’ici la fin de son déshabillage, elle n’avait pas elle-même retiré de vêtements, c’était elle-même qui s’en occuperait. La pauvre prof paniquait de plus en plus, caller à la porte de la salle fermé à clé. Si elle voulait fuir, ce n’était pourtant pas bien dur, la clé était sur la porte, le temps de l’ouvrir et elle était dehors. Nana, même nue, pouvait rapidement la rattrapé, même nue, ça ne al dérangerais pas vraiment. Mais la prof, était trop paniquée, puis son regardé était porté sur son corps, preuve qu’elle ne la laissait pas indifférente.

Une fois sa culotte tombée au sol, Nana était enfin entièrement nue. Elle fit un sourire doux à la pauvre femme et s’avança lentement vers elle. Arrivé devant elle, elle vient directement l’embrassé. D’une main elle attrapa le poigné qui cherchait désespérément à ouvrir la porte, alors que l’autre main cherchait déjà défaire la jupe d’Hikari. Elle mit sans son baisé toute la douceur qu’elle avait en elle. Malgré son caractère de garçon manqué, malgré qu’elle était une leadeur d’un gang des rue, qu’elle était une violeuse et une sadique sanguinaire, Nanami savait se montré d’une douceur incomparable.


-Détendez-vous, laissez-vous faire. On est là pour passer un bon moment, je ne veux pas vous faire du mal mais du bien.


Elle venais de lui murmurer ça a l’oreille alors qu’elle fit tombé sa jupe le long de ses jambes.

-Fermé les yeux si vous voulez, je vais juste vous déshabillé pour l’instant. Je vous promet de ne pas attaquez tout de suite.


C’est ainsi qu’elle continua à lui défaire ses vêtements en douceur.
Journalisée


Tags:
Pages: 1 [2] 3 4 ... 7
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox