banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: I got a hangover, uwoohooo [Kjersti]  (Lu 742 fois)
Jessica Price
Humain(e)
-

Messages: 247


L'Hirondelle.


Voir le profil
Fiche
Description
Délinquante londonienne très portée sur la boisson.
Coursière et chanteuse de métal.
« le: Novembre 27, 2014, 08:46:16 »

Boum boum. Des coups de tambour dans les tempes, voilà la première sensation à laquelle Jessica gouta en se réveillant. L'impression de se prendre un coup à chaque battement de cœur, brusque retour au réel après ce rêve étrange qu'elle avait fait. Jamais elle ne saurait pourquoi le banc de poissons allait aussi vite que la locomotive. Attends, c'était quoi ce rêve à la con? C'était comme si la réalité lui en avait voulu de l'avoir quittée pour le monde onirique. D'un seul coup, la lumière l'agressait même à travers ses paupières toujours closes, et la moindre voiture qu'on entendait au-dehors s'en prenait directement à ses oreilles. Elle cherchait à tâtons la couverture pour s'y enfoncer, mais il n'y en avait pas. Pas d'oreiller non plus. Elle essaya donc d'écraser son visage dans le matelas. Mais il ne rencontra que du cuir.

Elle ouvrit donc les yeux en les gardant plissés. Du cuir oui, elle s'était endormie, toute habillée, sur un canapé. Et ce n'était pas le sien. Merde, je suis où? Elle se redressa avec difficulté, toute grimaçante, alors que son cerveau, balloté à l'intérieur de son crâne, lui hurlait que non, ce n'était pas la meilleure idée qu'elle ait. Elle se frottait le visage des deux mains avec des gestes consciencieux, comme si elle était faite de sucre, remontant ses doigts dans sa chevelure sûrement en piteux état. Assise, elle regardait autour d'elle, cherchant toujours à s’accommoder à la lumière. Un appartement, plutôt grand, avec une décoration assez moderne, dans les tons monochromes. Pas sale, pas bordélique... Pas à elle. Un écran plat, énormissime, comme elle n'en avait jamais vus. Mais plus elle le fixait, et plus elle avait l'impression qu'il s'éloignait, et que la pièce gagnait en profondeur. Elle avait le vertige, assise sur un canapé. La migraine violente et saccadée commençait à s'installer en un bon mal de crâne de second plan, aussi elle sentit, lorsqu'elle se frotta les yeux, que son œil gauche lui faisait mal. La table basse, blanche, était suffisamment propre pour y distinguer un reflet, et surtout le magnifique coquard qui se dessinait autour de son orbite. Elle avait comme des flash, une soirée, de l'alcool, une baston... Et encore de l'alcool. Elle tourna brusquement la tête vers la fenêtre, et son intuition s'avéra exacte: elle était brisée, et des bouts d'adhésif portant encore quelques bris témoignaient du méfait. Donc c'est pas la fenêtre du train, que j'avais pétée... Oui, logique. Elle se demandait comment elle avait pu grimper jusqu'à la fenêtre et la briser, alors que le seul moyen d'y accéder semblait être un lampadaire situé à deux mètres au moins du rebord. Je fais des trucs dangereux, des fois...

Elle tâta sa poche arrière pour vérifier, puis y plongea la main, pour en ressortir sa petite bible, qu'elle ouvrit. Elle en sortit sa flasque d'Hirondelle et la secoua, n'y entendant que de légères gouttes au fond. Elle était persuadée de l'avoir remplie la veille, dans l'après-midi. Ceci explique cela. Il était peut-être temps de mettre les voiles. Malgré la gueule de bois. Et malgré le fait qu'elle n'avait aucune idée d'où elle était.
Journalisée

Kjersti
Humain(e)
-

Messages: 33


Petite starlette ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Vous avez pas entendu parler de la nouvelle idole des jeunes ? La jeune Kjersti ! La petite starlette du moment, qui fait la première page des magasines, des publicités, des émissions et j'en passe. Très populaire elle n'arrive pas trop à se faire des amis et à joindre les deux bouts entre sa célébrité et sa scolarité.
« Répondre #1 le: Novembre 30, 2014, 04:21:20 »

« Hmmmmmmmmmmmmmmm... »

Kjersti venait de se réveiller, s’étirant dans son grand lit, les yeux encore fermés. Elle ne savait pas qu’elle heure il était et elle s’en foutait totalement. C’était son jour de repos, elle voulait en profiter au maximum ce qui voulait dire… Ne rien faire de la journée ! Sérieusement il ne devait pas être loin de midi. Elle ne c’était pas couché trop tard la veille au soir il devait être 22heure… Donc imaginer un peu la nuit qu’elle venait de faire. Un délice ! Elle s’étira encore dans son lit, s’enroulant dans les couvertures, elle avait dormit comme un loir, rien n’aurait pu la réveiller… Même pas une personne qui serait rentrée chez elle en brisant la fenêtre !

Enfin, Jers’ décida quand même de se lever, elle allait se préparer un bon petit déjeuner avant de se poser sur le canapé pour regarder la télévision toute la journée. Voilà une programmation forte alléchante. Elle sortie de sous la couette, elle portait un mini short noir et un long débardeur de la même couleur avec des motifs blancs dessus… Rien de bien sexy comparé à ce qu’elle portait d’habitude. Mais jour de repos jusqu’au bout !

Elle se dirigea dans sa cuisine, attrapa le pain de la veille, un peu de confiture et se fit une petite tartine. Ensuite elle se servit un verre de jus d’orange. Les mains prises elle se dirigea dans son salon… C’est à ce moment que toute sa programmation bascula. Une jeune fille était assise sur son canapé, la vitrine du salon était également cassée…

« AHHHHHHHHHHHH ! » Jers’ se mit alors à crier… Pour nue première réaction c’était plutôt pas mal. Pour une gueule de bois c’était très mal… Sans le vouloir, elle venait de lancer une attaque critique.

« Qu’est ce que tu fais chez moi ? » La starlette parlait… Enfin criait toujours aussi fort ! Elle jeta ensuite sa tartine vers la jeune fille, suivit du verre de jus d’orange. Jers’ n’aurait pas eu le premier prit en tir car dans les deux cas, elle loupa sa cible ne faisant que salir son salon et rajoutant du verre partout.

Jers’ partie en courant vers la cuisine attrapant un couteau de cuisine… C’était beaucoup plus imposant qu’une tartine de confiture et qu’un verre de jus d’orange. Elle revint alors dans le salon comme une furie.

« Tu vas partie de chez moi !! Sinon j’appelle les flics ok ! » Ce n’était pas une question, Jers’ ne lui laissait pas le choix. La starlette parlait toujours aussi fort, elle tenait maladroitement son couteau devant elle, alors que tout son corps tremblait comme une feuille. La fille qui lui faisait face n’avait pas l’air très impressionnante et elle surtout elle donnait l’air d’être complètement dans le gaz. Mais il fallait toujours se méfier des apparences… C’était peut-être une dangereuse criminelle. Jers’ se faisait souvent des films.

Enfin dans tout les cas, ce n’était pas un réveil comme elle aurait voulu. Sa journée télévision venait de tomber à l’eau en moins de 5 secondes à cause d’une inconnue.
Journalisée

Jessica Price
Humain(e)
-

Messages: 247


L'Hirondelle.


Voir le profil
Fiche
Description
Délinquante londonienne très portée sur la boisson.
Coursière et chanteuse de métal.
« Répondre #2 le: Décembre 08, 2014, 10:55:49 »

"AAAAAAAAAHHHHHHHHHHHH!"

Le calme de la pièce, déjà assez oppressant, avait été déchiré par ce cri. C'était le point de rupture. Après le sursaut, plus rien, Jessica s'était figée, ses yeux fixant la table basse sans vraiment la voir. Son mal de crâne avait pris une ampleur soudaine, comme si la voix avait pour but de lui faire éclater la cervelle. Elle respirait à fond, elle voulait que ça passe. Le monde autour d'elle pouvait bien s'écrouler, elle voulait juste que sa migraine se dissipe. Mais la voix reprit, vive, cinglante:

"Qu’est-ce que tu fais chez moi?"

J'en sais rien. Je ne sais même pas où c'est, "chez toi". Tais-toi. Cesse. Sous la douleur, ses yeux larmoyaient. Il n'y avait rien de pire pour Jess que les douleurs internes: elles n'avaient rien d'amusant, comme une rougeur ou un bleu, et c'étaient pourtant souvent les pires. Comme à chaque gueule de bois elle se promit d'arrêter de prendre de l'Hirondelle, savant pertinemment qu'elle ne se passerait jamais de ce divin breuvage qu'elle avait inventé. Elle leva les yeux vers la voix. Une tenue noire. Plus haut. Des seins. Encore plus haut. Putain, c'est quoi cette géante? Un petit-déjeuner lui passait au-dessus de la tête, le jus d'orange gicla sur son épaule et dans son cou, alors que le verre alla s'écraser derrière elle. J'ai pas compris. Le jus froid dégoulinait sur sa peau. Tout, absolument tout lui voulait du mal. Rien n'était agréable. Mais les choses commençaient enfin à se clarifier, et c'était sans doute dû à la fraîcheur du liquide, ou au bruit du verre qui s'était brisé. La géante, elle, s'en allait au pas de course. Pour revenir l'instant d'après, toujours aussi bruyante:

"Tu vas partir de chez moi!! Sinon j’appelle les flics ok!"

La réaction de Jessica ne se fit pas attendre. Aigrie, elle bondit sur ses deux pieds, écartant légèrement les mains de son corps pour assurer son équilibre, et se mit à hausser le ton à son tour:

"HÉ! TU VAS LA FERMER UN PEU, TA G-"

C'était la première chose qui lui était venue à l'esprit, néanmoins elle avait été coupée dans son élan à la vue du couteau, et du tremblement nerveux de son hôte. Ce n'était pas la première fois qu'on la menaçait avec un couteau -elle avait même eu droit à un pied de biche, une fois- mais ce n'en était pas pour le moins risqué. D'autant que les personnes en stress sont plus dangereuses et irréfléchies qu'elles ne le paraissent au premier abord. La situation devenait délicate. Ce n'était décidément pas le meilleur réveil de sa vie.

"Olah, doucement, calme-toi... Pose le couteau, d'accord? On peut discuter, non? Je sais même pas où on est!"

Elle accompagnait ses paroles confuses de gestes de mains vers le bas, qui lui intimaient de lâcher son arme et de garder son sang-froid. En réalité l'Hirondelle était passée de la colère à l'appréhension en un instant, et ce changement d'état l'avait elle-même un peu chamboulée. Une chose était sûre, elle était bel et bien réveillée à présent.

"Écoute, je... Je m'appelle Jessica, ok? Je sais pas qui t'es ni où on se trouve exactement, mais si tu pouvais arrêter de me lancer du jus de fruit et de pointer ce couteau vers moi..."

Elle déglutit un instant, son regard faisant un bref-aller retour entre la fenêtre brisée et Kjersti. Elle arrivait à se faire une idée de ce qui pouvait lui passer par la tête:

"Je suis pas une voleuse! D'accord, hein? Je me suis endormie sur le canapé mais... J'ai rien volé! J'te le jure!"
Journalisée

Kjersti
Humain(e)
-

Messages: 33


Petite starlette ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Vous avez pas entendu parler de la nouvelle idole des jeunes ? La jeune Kjersti ! La petite starlette du moment, qui fait la première page des magasines, des publicités, des émissions et j'en passe. Très populaire elle n'arrive pas trop à se faire des amis et à joindre les deux bouts entre sa célébrité et sa scolarité.
« Répondre #3 le: Septembre 11, 2017, 03:00:01 »

"HÉ! TU VAS LA FERMER UN PEU, TA G-"

Mais... D'où elle se permettait de crier sur Kjersti alors qu'elle était chez elle, dans sa maison, elle qu'elle venait de lui exploser une fenêtre. D'où c'était permis de faire ça ? Les gens n'avaient vraiment aucun respect et beaucoup de culot. Mais très vite elle ferma sa gueule quand elle vit la starlette avec un couteau à la main. Et oui ça fait moins la maligne d'un coup hein, hein ! Tu cris plus maintenant ! Petite conne, de merde !

Ouais !! Maintenant, elle parlait normalement, lui demandant de faire doucement, de se calmer, de poser le couteau... Le couteau servait juste à impressionner, jamais Jers' s'en serait servie il faut bien le tire. Déjà, elle n'aurait pas eu le courage et ensuite sa réputation en aurait pris un énorme coup. Elle se voyait déjà en haut de l'affiche... Euh non, elle se voyait déjà faire les gros titres des magazines, des informations le soir à la télévision... Non, non elle devait réfléchir avant d'agir, la meilleure chose à faire était d'appeler les flics.

"Tu es chez MOI ! T'es rentré par effraction chez MOI !! Alors pour me calmer ça va être dur ok ?"

Le coeur de la starlette battait à 100 à l'heure voir plus 1 million ! Bon peut être moins... Mais il battait vite ok ! L'inconnue fait des signes à Jers' pour qu'elle dépose son couteau... La jeune femme, baissa l'arme blanche et la déposa sur un meuble à côté d'elle. Elle ne l'avait plus en main pour ne pas faire de bêtise mais, au cas ou elle pouvait le reprendre à tout moment pour se protéger.

Kjersti l'écouta parler... D'un côté elle la croyait que ce n'était pas une voleuse. Les voleurs ne vont pas chez les gens pour dormir sur le canapé, sa serait quand même une drôle d'histoire. Cette fille pouvait être juste une fan de la starlette qui voulait la voir, certain le fond. Mais ça ne tenait pas vraiment debout comme elle venait de lui gueuler dessus au lieu de lui demander une dédicace.

"Bon ok Jessica..."

Kjersti, se frotta le visage d'une main pour essayer de tout remettre en ordre dans sa tête...

"Si tu n'es pas une voleuse... Qu'est-ce que tu fais ici ? Qu'est-ce que tu faisais allongé sur MON CANAPE !!!"

Jers' élevait de temps en temps la voix. Il fallait la comprendre c'était le stress de la situation.
Journalisée

Jessica Price
Humain(e)
-

Messages: 247


L'Hirondelle.


Voir le profil
Fiche
Description
Délinquante londonienne très portée sur la boisson.
Coursière et chanteuse de métal.
« Répondre #4 le: Septembre 09, 2018, 06:21:06 »

J'avais songé à la table basse, mais ça me paraissait moins confortable.

Non, il valait mieux éviter les remarques stupides maintenant, quand bien même elle avait daigné poser le couteau. Elle était toujours nerveuse, et ça la rendait instable, irritable, et donc toujours menaçante. C'était d'ailleurs curieux. En plus d'être grande, elle semblait athlétique, et en grande forme avec ça. Merde, je suis si flippante que ça au réveil? L'air ahuri, elle fit machinalement un tour d'horizon, cherchant du regard une autre surface réfléchissante dans laquelle elle pourrait vérifier encore sa tête de six pieds de long. L'appartement était spacieux, bien éclairé car bien orienté, et également bien meublé. Il y régnait une espèce de fouillis qu'elle connaissait, celui des gens qui sont trop occupés pour tenir leur foyer "convenablement". Sa colocataire la rabâchait souvent avec ça, mais le fouillis qui régnait chez Jess tenait davantage d'une bonne grosse flemme que de réelle "occupation". Pourquoi trier le linge quand elle pouvait glander sur YouTube, et chercher de nouvelles chansons à ajouter à son répertoire?
Un moment d'égarement, et la langue trop pendue de l'Hirondelle la trahit:

"Ah ouais, dis donc, t'as les moyens, toi!"

C'était le genre de remarques qu'il fallait précisément éviter après être entrée par effraction chez quelqu'un, et s'être automatiquement faite étiqueter comme voleuse. Il valait mieux trouver une justification très vite avant que cette furie ne se décide à appeler les flics, quelque chose de plus valable que j'sais pas, j'étais complètement perchée, j'calculais plus rien. Même si au final, c'était ça, la vérité pure et dure. Elle fit donc un effort de mémoire, et resta ainsi figée pendant un instant de flottement, durant lequel son regard détaillait avec une certaine jalousie les formes de son "hôte". C'était toujours pareil de toute façon, il y avait toujours une bombasse pour rayonner à proximité, quand elle-même avait l'élégance d'un pot de cornichons laissé ouvert sur la table en plein soleil.

Récapitulons, la veille, elle était allée au Bureau. Un café-théâtre, qui s'appelait "au Bureau". Elle n'y avait pas été pour jouer, mais parce que cette fille, Maureen, une écossaise qu'elle avait rencontré dans le métro, l'avait invitée. Elles passaient une bonne soirée, la demoiselle était un peu niaise, mais elle était marrante. Et puis il y a eu... L'happy hour. Oh ouais, ça y est, ça me revient. Maureen avait l'alcool mauvais. Et le plateau de shots à 200 yens pour les filles, on ne passait pas au travers, pas en compagnie de l'Hirondelle. Qu'eeeest-ce que j'ai fait... La face rougie par l'ivresse, Maureen avait commencé à huer les musiciens, puis à insulter les gens qui lui intimaient de la boucler. Amusée par une compagnie qu'elle trouvait de plus en plus plaisante, Jessica avait sorti sa flasque. Tout est parti en sucette. Les insultes sont montées, des serviettes puis les verres à shots ont servi de projectiles. Et là, avalanche de phalanges. Des jointures avaient rencontré des visages, et... Merde, même la barmaid s'est mangé une chaise. Le tumulte qui avait eu lieu rendait les souvenirs un peu confus, mais plus Jess cognait, plus elle se la ramenait. Plus elle se la ramenait, plus elle descendait sa flasque. Et plus elle buvait, plus elle cognait. La police avait fini par intervenir, et n'écoutant que son courage, Jessica s'était envolée par la sortie de secours à la vue même de ces troubles-fête. Elle n'avait pas vu si Maureen avait filé aussi, et l'idée qu'elle se soit faite coincer ne lui avait pas traversé l'esprit jusqu'à maintenant. Penser à son sort à l'instant ne fit qu'arracher un sourire narquois à Jess. Et ensuite? Ensuite elle avait cavalé dans la rue comme si elle avait le diable aux trousses, son souffle entrecoupé par les obscénités qu'elle criait sur la stupidité des poulets, et le fait qu'elle était "trop rapide et trop maline pour se faire attraper, de toute manière". Elle avait dû avoir ensuite un épisode de paranoïa qui lui avait intimé de pas rentrer directement chez elle, parce que c'était le premier endroit où ils viendrait la cueillir.

Oui, difficile d'en tirer quelque chose d'autre que "j'étais complètement perchée et du coup j'ai pété ta fenêtre pour me cacher des flics et de la CIA". La CIA, putain? Tant pis, plan B. Elle fit une moue triste à en fendre le cœur, et plongea son visage dans ses mains en sanglotant:

"Y a des mecs qui m'ont accostée hier soir et... L'un d'eux m'a cognée... J'ai couru... J'avais peur, je savais pas où aller!"

Elle reniflait bruyamment. Elle ne savait pas se forcer à pleurer, mais il y avait de la chance dans son malheur. En appuyant ainsi ses mains sur son visage et en particulier son œil au beurre noir, c'était bien assez douloureux pour se soutirer quelques vraies larmes.
« Dernière édition: Septembre 11, 2018, 02:56:10 par Jessica Price » Journalisée

Kjersti
Humain(e)
-

Messages: 33


Petite starlette ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Vous avez pas entendu parler de la nouvelle idole des jeunes ? La jeune Kjersti ! La petite starlette du moment, qui fait la première page des magasines, des publicités, des émissions et j'en passe. Très populaire elle n'arrive pas trop à se faire des amis et à joindre les deux bouts entre sa célébrité et sa scolarité.
« Répondre #5 le: Septembre 26, 2018, 01:20:35 »

Kjersti attendait sa réponse qu'est-ce que cette fille complètement dans le gaz faisait là allonger sur son canapé ? Si ce n'était une admiratrice qui c'était bordel... Elle m'était du temps à répondre regardant l'environnement dans lequel elle se trouvait... Jers' en profitait pour essayer de se calmer... Un peu... Très très peu... Elle se tenait au meuble qui se trouvait devant elle, ses bras tremblaient, si elle le lâchait elle tombait surement. Beaucoup trop d'émotion au petit matin. Et la réponse de Jessica tomba enfin... Action, réaction...

"VOLEUSEEEEEEEEEE !"

Kjersti se remit à crier brutalement dans sa cuisine. Heureusement que son lieu d'habitation était bien isolé, car vue comme elle criait à cette heure elle aurait pu avoir des ennuis. Mais d'un côté ce n'était pas son problème... C'était cette fille le problème ! Ce zombie qui regardait son magnifique lieu de vie ! Tous ses effets personnels qui avait de la valeur autant financière que sentimental. Et qui voulait finalement peut-être lui voler. Elle devait être ici en repérage. Une fille comme ça impossible de se méfier, elle était faite comme un cure-dent. Un coup de vent pouvait la faire s'envoler à l'autre bout de la pièce. Mon Dieu... Comment on pouvait se laisser aller de la sorte.

Bordel, Jers' ce n'est pas le moment de penser à la relooker, ni même de lui proposer un programme d'alimentation et de sport. Cette fille était là pour voir les objets de valeur de la starlette, voir pire encore... Elle travaillait peut-être pour un pervers sexuel qui voulait lui voler ses petites culottes ! Tout était possible dans le monde des étoiles... Nombre homme fantasmait sur la starlette au point de venir sentir ses culottes... Horrible, sale porc !

Et alors que la starlette dérivait dans des scénarios hors du commun, Jessica se mit à fondre en larme. D'un coup... Quoi ? Alors qu'il y a deux secondes tu me criais dessus, maintenant tu te mets à pleurer ? Kjersti commençait à avoir mal au crâne... Son histoire était bizarre...

"On va reprendre... Tu te fais accoster et frappé... Tu as peur... Et tu arrives chez moi... Hein ?"

Restez calme, ne pas crier...

"Tu ne t’es pas dit que courir chez les flics seraient une meilleure idée ?"

Pas crier...

"Et non pas rentrer chez moi par effraction ?"

Respire...

"Donc, ne pas grimper au lampadaire en face de ma chambre... Et... NE PAS BRISSER MA PUTAIN DE FÊNETRE !"

Des postillons sortaient de la bouche de la starlette tellement elle criait.

"TU TE FOUTRAIS PAS UN PEU DE MA GUEULE LA ? TU AURAIS PU ALLER N'IMPORTE OU !!! TRANQUILLEMENT POUR TE CACHER... ET TOI TU DECIDE TRANQUILLEMENT D'ESCALADER UNE PUTAIN DE LAMPE DE JE NE SAIS PAS COMBIEN DE METRE... ET UNE FOIS CHEZ MOI AU LIEU DE DEMANDER DE L'AIDE TU TE POSE LA SUR MON CANAPE POUR PIQUER UN PETIT SOMME STYLE DE RIEN..."

Stop, stop... Kjersti pense à ta voix, ce n'est pas bon de trop crier comme ça... La starlette tendit le bras et attrapa un téléphone.

"Dis-moi la vérité ou dans trois minutes les flics sont ici, tu vas avoir de très gros soucis..."

S'en prendre ainsi à une starlette pourrait lui coûter vraiment cher, surtout avec la horde d'avocat que Jers' avait derrière elle.
« Dernière édition: Septembre 26, 2018, 01:47:26 par Kõya Breathless » Journalisée

Jessica Price
Humain(e)
-

Messages: 247


L'Hirondelle.


Voir le profil
Fiche
Description
Délinquante londonienne très portée sur la boisson.
Coursière et chanteuse de métal.
« Répondre #6 le: Septembre 27, 2018, 02:48:34 »

Le coup de gueule soudain de Kjersti arracha un hoquet de surprise à Jessica. Elle recommençait à crier. Et l'Hirondelle pouvait à peine l'écouter tant elle l'entendait. Sa voix résonnait dans sa tête comme une balle de fer qui cognait à l'intérieur de son crâne, et les tons plus aigus venaient en rajouter à la torture en lui vrillant les tympans. Les tempes de la jeune anglaise martelaient, et elle elle en souffrait tellement physiquement qu'elle n'avait plus besoin de se forcer pour pleurer. A travers les larmes dans ses yeux et cette atroce sensation de lobotomie sans anesthésie, elle vit la grande brune attraper un autre objet. Ce n'était pas un couteau ou une arme. Un téléphone!

"Dis-moi la vérité ou dans trois minutes les flics sont ici, tu vas avoir de très gros soucis..."

Pas les flics!
Ce fut un très mauvais réflexe pour Jessica. Un geste beaucoup trop agressif, peut-être, une réaction beaucoup trop irréfléchie. Elle avait bondi comme une lionne, et lui avait arraché le téléphone des mains avant même d'y penser. Se rétractant d'un même élan, les yeux rivés sur l'écran, elle marqua un temps d'arrêt. Soulagée de voir qu'elle n'avait même pas eu le temps de ne serait-ce que déverrouiller l'appareil, elle réalisait du même coup ce que la panique venait de lui faire faire. Ça compte comme une agression ça, non? C'est du vol à l'arrachée? Putaaiiiiin! Son instinct avait pris le dessus sur sa comédie, et elle n'avait fait que s'enfoncer davantage. Il lui fallait trouver une excuse, aussi bidon soit-elle:

"Sans déconner, t'as déjà eu affaire à la police de Seikusu? Regarde-moi, je suis une loque et j'empeste l'alcool! Ils iront dire que je les avais aguichés, ou que je demandais que ça... Ooou je sais pas quoi!"

D'accord, c'était brouillon, ridicule même, mais elle n'avait pas trouvé grand chose. Jessica se sentait acculée, confuse et maltraitée. Oui, bien sûr qu'elle était en tort, et sa méfiance des forces de l'ordre ne justifiaient ni une entrée par effraction ni un téléphone chouravé. Téléphone qui soi-dit en passant dansait toujours entre ses mains, comme pour canaliser son stress. Alors la délinquante fit ce qu'il s'imposait de faire. Une chose que toute personne sensée aurait évité de faire dans une situation aussi inextricable: Rejeter la faute sur autrui.

"Oh, et puis c'est quoi ton délire parano, là? J'sais même pas qui t'es, et t'arrêtes pas de t'acharner sur moi! C'est moi la victime dans l'histoire, d'accord? Et si tu veux mon avis t'es trop suspicieuse pour être honnête!"

Un éclat de colère, ou peut-être une simple réaction défensive contre ses cris incessants. Peu importe la raison, c'était une très mauvaise idée. Elle sentait la situation lui échapper. Non, elle sentait qu'elle n'avait aucun contrôle sur ce qu'il se passait. Dans un éclair de lucidité, elle sentit également comment l'inconnue allait réagir.
En un nouveau mouvement, elle fondit sur le couteau. Elle l'empoigna avec une certaine maladresse, mais pas dans le but de le brandir ou de s'en servir. Elle bouscula Kjersti hors de son passage avec agacement, se dirigeant vers la cuisine où elle le rangea tout simplement dans son support. Ensuite de quoi elle prit une grande inspiration, parce que c'était trop pour elle, et que ça fait un danger de moins. Avec une colère contenue, elle se mit à articuler lentement, comme si prendre les gens pour des cons allait l'aider à se dépêtrer:

"Booooon, on recommence. Moi c'est Jessicaaaa... J'ai failli me faire violeeeeer... Et-"

Elle s'était interrompue à cause d'une nouvelle douleur lancinante et désagréable. Encore une. Sauf qu'il s'agissait de sa main droite, avec laquelle elle avait pris appui sur le meuble, comme pour marquer un semblant d'autorité. En levant cette même main, elle eut le déplaisir d'y voir un filet de sang, et en l'ouvrant, une belle plaie qui entrebâillait sa paume dans tout la largeur. Elle eut un rictus grimaçant:

"Eeeet j'me suis coupée. Oh putain, ça fait super mal!"
Journalisée

Kjersti
Humain(e)
-

Messages: 33


Petite starlette ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Vous avez pas entendu parler de la nouvelle idole des jeunes ? La jeune Kjersti ! La petite starlette du moment, qui fait la première page des magasines, des publicités, des émissions et j'en passe. Très populaire elle n'arrive pas trop à se faire des amis et à joindre les deux bouts entre sa célébrité et sa scolarité.
« Répondre #7 le: Octobre 11, 2018, 12:26:50 »

Kjersti cria comme une gamine quand Jessica lui sauta dessus. Une agression, la voilà sous son nouveau jour. Pourtant, elle ne sauta pas pour la frapper non... Elle s'accrocha à son bras, à sa main, lui écartant les doigts pour lui attraper son téléphone.

"Mais t'es complètement folle !!" Vraiment, heureusement que les voisins n'entendaient rien... Quoi que... Cela serait finit depuis un bon moment finalement. Et putain bordel, c'est vrai qu'elle puait l'alcool à plein nez. Jers' tourna légèrement le visage, mettant le dos de sa main sous son nez. Pour une fois ce qu'elle disait était vrai, la police de Seikusu n'allait jamais croire une fille qui puait autant. Et alors que la starlette commençait à prendre ses distances, s'éloigner de cette cinglée, elle se mit à lui rejeter la faute dessus.

"Quoi ? QUOI ? SANS DÉCONNER !" Comment elle pouvait oser lui dire ça... S'en était trop ! Jers' allait récupérer son téléphone et pour ça elle allait la menacer avec son couteau de cuisine. Ouais, la meilleure idée de tous les temps. Elle n’aurait jamais dû le poser, cela ne serait jamais arrivé. Tout cela serait déjà réglé. La femme, voulait se déplacer doucement vers le couteau, comme-ci de rien n'était. Impossible... Cette fille Jessica, bondit avant elle, un vrai petit singe.

"AHHHH !!" Kjersti se mit à hurler de peur, c'était maintenant elle qui était en infériorité. "Si tu me tue, tu auras des énormes problèmes ! S'attaquer à la star du moment... Tu ferais une très grave..." Elle essayait de la résonner pour sauver sa vie et pu voir que Jessica alla tout simplement ranger le couteau. Pas décider à la poignarder... Elle laissa échapper un soupir de soulagement, Jers' était quand même à deux doigts de se pisser dessus. Elle attrapa le bord d'un meuble se sentant partir, loin, très loin... Quand l'autre cinglé reprit la parole... Ce n'était pas finit loin d'être finit... Cette fille, Jessica... C'était un clown non ce n’était pas possible. La main ouverte, du sang coulait... Partout... Dans la belle cuisine de la starlette.

Un long soupire, Jers' posa sa main sur ses yeux, les fermant un instant respirant, réfléchissant. Cette situation n'avait rien de normal. Tiré d'un rêve ? D'un scénario foireux ? Pourtant, c'était bien ce qui était en train de lui arriver. Cette fille ne lui avait pas fait de mal, même quand elle avait le couteau. Elle n'avait pas l'air de savoir qui était Kjersti. Son histoire était des plus foireuse, mais elle ne donnait pas l'impression de vouloir renifler les petites culottes de la starlette.

"Tu vas mettre ta main au-dessus de l'évier... Et arrêter... DE METTRE DU SANG PARTOUT DANS MA CUISINE !" La voix de la starlette dérailla sur la fin... Elle toussa légèrement. Elle avait beaucoup trop crié aujourd'hui. S'en était trop.

"Je vais chercher de quoi arrêter ça... Tu ne bouges pas..." Kers' se déplaça jusqu'à la salle de bain, en marche arrière pour toujours avoir Jessica dans son champ de vision. Dans la salle de bain, elle se dépêcha d'attraper la trousse de secours soigneusement rangé pour revenir dans la cuisine.

"Tiens, d'emmerde toi avec ça..." La starlette n'allait quand même pas la soigner ? Même si elle mourrait d'envie de lui verser le flacon d'alcool à 90° sur la main. Ouais, pour bien désinfecter. Elle comprendrait ça douleur. Mais surtout, pendant qu'elle allait se soigner... Jers' allait en profiter pour récupérer rapidement son téléphone portable. Son seul moyen pour sortir cette tarée de chez elle.
Journalisée

Jessica Price
Humain(e)
-

Messages: 247


L'Hirondelle.


Voir le profil
Fiche
Description
Délinquante londonienne très portée sur la boisson.
Coursière et chanteuse de métal.
« Répondre #8 le: Octobre 13, 2018, 03:45:20 »

"Trop aimable..."

Son ton était grinçant et son faciès grimaçant, mais c'était la façon que Jess avait eue de la remercier. Et au passage, de rejeter la faute sur Kjersti. Ce serait jamais arrivé si tu l'avais pas sorti, pour commencer! En vérité, ce ne serait jamais arrivé si elle n'était pas rentrée par effraction, complètement torchée. Mais la jeune fille, comme bien des britanniques, était de très mauvaise foi. Remisant le téléphone dans la poche arrière de son jean, elle attrapa la trousse avec toute la délicatesse d'une rebelle contrariée, et se rendit au-dessus de l'évier, où elle commença la désinfection. Ses gestes étaient appliqués et experts, par la force de l'habitude. Elle appliquait une compresse de main de maître et coupa un bandage qu'elle tendait en tenant l'extrémité entre ses dents. Les premiers soins prirent à peine quelques secondes, car son habileté à panser les plaies tenait davantage de l'expérience que de l'expertise. Elle en avait vu d'autres. Elle en verrait d'autres. Aaah, ça pique sa mère! grognait-elle quand même.
Malgré sa mauvaise humeur, elle rangea consciencieusement l'attirail dans la trousse de soins, avant de la refermer. Jessica était une petite conne, certes, mais elle était civilisée, et elle savait respecter les choses importantes. Surtout quand ces choses l'arrangeaient. Puis, comme frappée par une soudaine épiphanie, elle releva le menton d'un coup, avant de se retourner d'un bloc:

"Attends, t'entendais quoi par la star du moment? Tu parlais de toi?"

Un sourire mauvais aux lèvres, elle recommença a déshabiller du regard la géante. Même en y réfléchissant, elle n'avait aucune foutre idée de qui elle pouvait bien être. Comme beaucoup d'artistes qui galèrent et cherchent à vivre de leur talent, la londonienne passait très peu de temps devant la télé ou à suivre les actualités, préférant passer ses soirées à boire et à se plaindre que le monde était injuste d'avoir rendu Selena Gomez célèbre alors qu'elle, elle chantait devant une cinquantaine de personnes, grand max. Alors Jessica fit ce que n'importe quelle gamine mal élevée ferait dans cette situation. Elle joua aux devinettes.

"T'es championne de natation? Non. Basket? Non plus? Tu fais dans la chanson en montrant tes nibards?"

La dernière pique était amère. Outre les inégalités du monde de la musique, Jess se sentait écrasée par les inégalités des bonnets de soutien-gorge. De la jalousie pure et simple, et l'idée méchante qu'elle aurait pu faire carrière, elle aussi, si elle avait eu cette plastique de rêve. Mais elle effaça cette théorie sur le simple argument qu'elle passait trop de temps à couiner et crier pour ménager sa voix. Ce qui laisse donc...

"Naaan... Tu fais du porno c'est ça? C'est pour ça, la crise de parano? T'as cru que j'allais te vio-"

"Violer", oui. Elle venait de déconner là-dessus, alors qu'elle venait d'essayer de la baratiner sous le même motif. L'Hirondelle se rendait compte qu'à force de rancœur et de méchanceté gratuite, elle venait de foutre en l'air sa propre comédie. Un léger flottement, où elle se sentit très conne, et elle pressentait la hargne de Kjersti qui revenait au galop. Il fallait qu'elle change de sujet, qu'elle fasse comme si de rien n'était.

"Allez, sans déconner, t'es qui au juste? J'ai beau chercher, tu m'dis rien du tout!"
« Dernière édition: Octobre 13, 2018, 08:27:18 par Jessica Price » Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox