banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: I got a hangover, uwoohooo [Kjersti]  (Lu 642 fois)
Jessica Price
Humain(e)
-

Messages: 243


L'Hirondelle.


Voir le profil
Fiche
Description
Délinquante londonienne très portée sur la boisson.
Coursière et chanteuse de métal.
« le: Novembre 27, 2014, 08:46:16 »

Boum boum. Des coups de tambour dans les tempes, voilà la première sensation à laquelle Jessica gouta en se réveillant. L'impression de se prendre un coup à chaque battement de cœur, brusque retour au réel après ce rêve étrange qu'elle avait fait. Jamais elle ne saurait pourquoi le banc de poissons allait aussi vite que la locomotive. Attends, c'était quoi ce rêve à la con? C'était comme si la réalité lui en avait voulu de l'avoir quittée pour le monde onirique. D'un seul coup, la lumière l'agressait même à travers ses paupières toujours closes, et la moindre voiture qu'on entendait au-dehors s'en prenait directement à ses oreilles. Elle cherchait à tâtons la couverture pour s'y enfoncer, mais il n'y en avait pas. Pas d'oreiller non plus. Elle essaya donc d'écraser son visage dans le matelas. Mais il ne rencontra que du cuir.

Elle ouvrit donc les yeux en les gardant plissés. Du cuir oui, elle s'était endormie, toute habillée, sur un canapé. Et ce n'était pas le sien. Merde, je suis où? Elle se redressa avec difficulté, toute grimaçante, alors que son cerveau, balloté à l'intérieur de son crâne, lui hurlait que non, ce n'était pas la meilleure idée qu'elle ait. Elle se frottait le visage des deux mains avec des gestes consciencieux, comme si elle était faite de sucre, remontant ses doigts dans sa chevelure sûrement en piteux état. Assise, elle regardait autour d'elle, cherchant toujours à s’accommoder à la lumière. Un appartement, plutôt grand, avec une décoration assez moderne, dans les tons monochromes. Pas sale, pas bordélique... Pas à elle. Un écran plat, énormissime, comme elle n'en avait jamais vus. Mais plus elle le fixait, et plus elle avait l'impression qu'il s'éloignait, et que la pièce gagnait en profondeur. Elle avait le vertige, assise sur un canapé. La migraine violente et saccadée commençait à s'installer en un bon mal de crâne de second plan, aussi elle sentit, lorsqu'elle se frotta les yeux, que son œil gauche lui faisait mal. La table basse, blanche, était suffisamment propre pour y distinguer un reflet, et surtout le magnifique coquard qui se dessinait autour de son orbite. Elle avait comme des flash, une soirée, de l'alcool, une baston... Et encore de l'alcool. Elle tourna brusquement la tête vers la fenêtre, et son intuition s'avéra exacte: elle était brisée, et des bouts d'adhésif portant encore quelques bris témoignaient du méfait. Donc c'est pas la fenêtre du train, que j'avais pétée... Oui, logique. Elle se demandait comment elle avait pu grimper jusqu'à la fenêtre et la briser, alors que le seul moyen d'y accéder semblait être un lampadaire situé à deux mètres au moins du rebord. Je fais des trucs dangereux, des fois...

Elle tâta sa poche arrière pour vérifier, puis y plongea la main, pour en ressortir sa petite bible, qu'elle ouvrit. Elle en sortit sa flasque d'Hirondelle et la secoua, n'y entendant que de légères gouttes au fond. Elle était persuadée de l'avoir remplie la veille, dans l'après-midi. Ceci explique cela. Il était peut-être temps de mettre les voiles. Malgré la gueule de bois. Et malgré le fait qu'elle n'avait aucune idée d'où elle était.
Journalisée

Kjersti
Humain(e)
-

Messages: 31


Petite starlette ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Vous avez pas entendu parler de la nouvelle idole des jeunes ? La jeune Kjersti ! La petite starlette du moment, qui fait la première page des magasines, des publicités, des émissions et j'en passe. Très populaire elle n'arrive pas trop à se faire des amis et à joindre les deux bouts entre sa célébrité et sa scolarité.
« Répondre #1 le: Novembre 30, 2014, 04:21:20 »

« Hmmmmmmmmmmmmmmm... »

Kjersti venait de se réveiller, s’étirant dans son grand lit, les yeux encore fermés. Elle ne savait pas qu’elle heure il était et elle s’en foutait totalement. C’était son jour de repos, elle voulait en profiter au maximum ce qui voulait dire… Ne rien faire de la journée ! Sérieusement il ne devait pas être loin de midi. Elle ne c’était pas couché trop tard la veille au soir il devait être 22heure… Donc imaginer un peu la nuit qu’elle venait de faire. Un délice ! Elle s’étira encore dans son lit, s’enroulant dans les couvertures, elle avait dormit comme un loir, rien n’aurait pu la réveiller… Même pas une personne qui serait rentrée chez elle en brisant la fenêtre !

Enfin, Jers’ décida quand même de se lever, elle allait se préparer un bon petit déjeuner avant de se poser sur le canapé pour regarder la télévision toute la journée. Voilà une programmation forte alléchante. Elle sortie de sous la couette, elle portait un mini short noir et un long débardeur de la même couleur avec des motifs blancs dessus… Rien de bien sexy comparé à ce qu’elle portait d’habitude. Mais jour de repos jusqu’au bout !

Elle se dirigea dans sa cuisine, attrapa le pain de la veille, un peu de confiture et se fit une petite tartine. Ensuite elle se servit un verre de jus d’orange. Les mains prises elle se dirigea dans son salon… C’est à ce moment que toute sa programmation bascula. Une jeune fille était assise sur son canapé, la vitrine du salon était également cassée…

« AHHHHHHHHHHHH ! » Jers’ se mit alors à crier… Pour nue première réaction c’était plutôt pas mal. Pour une gueule de bois c’était très mal… Sans le vouloir, elle venait de lancer une attaque critique.

« Qu’est ce que tu fais chez moi ? » La starlette parlait… Enfin criait toujours aussi fort ! Elle jeta ensuite sa tartine vers la jeune fille, suivit du verre de jus d’orange. Jers’ n’aurait pas eu le premier prit en tir car dans les deux cas, elle loupa sa cible ne faisant que salir son salon et rajoutant du verre partout.

Jers’ partie en courant vers la cuisine attrapant un couteau de cuisine… C’était beaucoup plus imposant qu’une tartine de confiture et qu’un verre de jus d’orange. Elle revint alors dans le salon comme une furie.

« Tu vas partie de chez moi !! Sinon j’appelle les flics ok ! » Ce n’était pas une question, Jers’ ne lui laissait pas le choix. La starlette parlait toujours aussi fort, elle tenait maladroitement son couteau devant elle, alors que tout son corps tremblait comme une feuille. La fille qui lui faisait face n’avait pas l’air très impressionnante et elle surtout elle donnait l’air d’être complètement dans le gaz. Mais il fallait toujours se méfier des apparences… C’était peut-être une dangereuse criminelle. Jers’ se faisait souvent des films.

Enfin dans tout les cas, ce n’était pas un réveil comme elle aurait voulu. Sa journée télévision venait de tomber à l’eau en moins de 5 secondes à cause d’une inconnue.
Journalisée

Jessica Price
Humain(e)
-

Messages: 243


L'Hirondelle.


Voir le profil
Fiche
Description
Délinquante londonienne très portée sur la boisson.
Coursière et chanteuse de métal.
« Répondre #2 le: Décembre 08, 2014, 10:55:49 »

"AAAAAAAAAHHHHHHHHHHHH!"

Le calme de la pièce, déjà assez oppressant, avait été déchiré par ce cri. C'était le point de rupture. Après le sursaut, plus rien, Jessica s'était figée, ses yeux fixant la table basse sans vraiment la voir. Son mal de crâne avait pris une ampleur soudaine, comme si la voix avait pour but de lui faire éclater la cervelle. Elle respirait à fond, elle voulait que ça passe. Le monde autour d'elle pouvait bien s'écrouler, elle voulait juste que sa migraine se dissipe. Mais la voix reprit, vive, cinglante:

"Qu’est-ce que tu fais chez moi?"

J'en sais rien. Je ne sais même pas où c'est, "chez toi". Tais-toi. Cesse. Sous la douleur, ses yeux larmoyaient. Il n'y avait rien de pire pour Jess que les douleurs internes: elles n'avaient rien d'amusant, comme une rougeur ou un bleu, et c'étaient pourtant souvent les pires. Comme à chaque gueule de bois elle se promit d'arrêter de prendre de l'Hirondelle, savant pertinemment qu'elle ne se passerait jamais de ce divin breuvage qu'elle avait inventé. Elle leva les yeux vers la voix. Une tenue noire. Plus haut. Des seins. Encore plus haut. Putain, c'est quoi cette géante? Un petit-déjeuner lui passait au-dessus de la tête, le jus d'orange gicla sur son épaule et dans son cou, alors que le verre alla s'écraser derrière elle. J'ai pas compris. Le jus froid dégoulinait sur sa peau. Tout, absolument tout lui voulait du mal. Rien n'était agréable. Mais les choses commençaient enfin à se clarifier, et c'était sans doute dû à la fraîcheur du liquide, ou au bruit du verre qui s'était brisé. La géante, elle, s'en allait au pas de course. Pour revenir l'instant d'après, toujours aussi bruyante:

"Tu vas partir de chez moi!! Sinon j’appelle les flics ok!"

La réaction de Jessica ne se fit pas attendre. Aigrie, elle bondit sur ses deux pieds, écartant légèrement les mains de son corps pour assurer son équilibre, et se mit à hausser le ton à son tour:

"HÉ! TU VAS LA FERMER UN PEU, TA G-"

C'était la première chose qui lui était venue à l'esprit, néanmoins elle avait été coupée dans son élan à la vue du couteau, et du tremblement nerveux de son hôte. Ce n'était pas la première fois qu'on la menaçait avec un couteau -elle avait même eu droit à un pied de biche, une fois- mais ce n'en était pas pour le moins risqué. D'autant que les personnes en stress sont plus dangereuses et irréfléchies qu'elles ne le paraissent au premier abord. La situation devenait délicate. Ce n'était décidément pas le meilleur réveil de sa vie.

"Olah, doucement, calme-toi... Pose le couteau, d'accord? On peut discuter, non? Je sais même pas où on est!"

Elle accompagnait ses paroles confuses de gestes de mains vers le bas, qui lui intimaient de lâcher son arme et de garder son sang-froid. En réalité l'Hirondelle était passée de la colère à l'appréhension en un instant, et ce changement d'état l'avait elle-même un peu chamboulée. Une chose était sûre, elle était bel et bien réveillée à présent.

"Écoute, je... Je m'appelle Jessica, ok? Je sais pas qui t'es ni où on se trouve exactement, mais si tu pouvais arrêter de me lancer du jus de fruit et de pointer ce couteau vers moi..."

Elle déglutit un instant, son regard faisant un bref-aller retour entre la fenêtre brisée et Kjersti. Elle arrivait à se faire une idée de ce qui pouvait lui passer par la tête:

"Je suis pas une voleuse! D'accord, hein? Je me suis endormie sur le canapé mais... J'ai rien volé! J'te le jure!"
Journalisée

Kjersti
Humain(e)
-

Messages: 31


Petite starlette ♥


Voir le profil
Fiche
Description
Vous avez pas entendu parler de la nouvelle idole des jeunes ? La jeune Kjersti ! La petite starlette du moment, qui fait la première page des magasines, des publicités, des émissions et j'en passe. Très populaire elle n'arrive pas trop à se faire des amis et à joindre les deux bouts entre sa célébrité et sa scolarité.
« Répondre #3 le: Septembre 11, 2017, 03:00:01 »

"HÉ! TU VAS LA FERMER UN PEU, TA G-"

Mais... D'où elle se permettait de crier sur Kjersti alors qu'elle était chez elle, dans sa maison, elle qu'elle venait de lui exploser une fenêtre. D'où c'était permis de faire ça ? Les gens n'avaient vraiment aucun respect et beaucoup de culot. Mais très vite elle ferma sa gueule quand elle vit la starlette avec un couteau à la main. Et oui ça fait moins la maligne d'un coup hein, hein ! Tu cris plus maintenant ! Petite conne, de merde !

Ouais !! Maintenant, elle parlait normalement, lui demandant de faire doucement, de se calmer, de poser le couteau... Le couteau servait juste à impressionner, jamais Jers' s'en serait servie il faut bien le tire. Déjà, elle n'aurait pas eu le courage et ensuite sa réputation en aurait pris un énorme coup. Elle se voyait déjà en haut de l'affiche... Euh non, elle se voyait déjà faire les gros titres des magazines, des informations le soir à la télévision... Non, non elle devait réfléchir avant d'agir, la meilleure chose à faire était d'appeler les flics.

"Tu es chez MOI ! T'es rentré par effraction chez MOI !! Alors pour me calmer ça va être dur ok ?"

Le coeur de la starlette battait à 100 à l'heure voir plus 1 million ! Bon peut être moins... Mais il battait vite ok ! L'inconnue fait des signes à Jers' pour qu'elle dépose son couteau... La jeune femme, baissa l'arme blanche et la déposa sur un meuble à côté d'elle. Elle ne l'avait plus en main pour ne pas faire de bêtise mais, au cas ou elle pouvait le reprendre à tout moment pour se protéger.

Kjersti l'écouta parler... D'un côté elle la croyait que ce n'était pas une voleuse. Les voleurs ne vont pas chez les gens pour dormir sur le canapé, sa serait quand même une drôle d'histoire. Cette fille pouvait être juste une fan de la starlette qui voulait la voir, certain le fond. Mais ça ne tenait pas vraiment debout comme elle venait de lui gueuler dessus au lieu de lui demander une dédicace.

"Bon ok Jessica..."

Kjersti, se frotta le visage d'une main pour essayer de tout remettre en ordre dans sa tête...

"Si tu n'es pas une voleuse... Qu'est-ce que tu fais ici ? Qu'est-ce que tu faisais allongé sur MON CANAPE !!!"

Jers' élevait de temps en temps la voix. Il fallait la comprendre c'était le stress de la situation.
Journalisée

Jessica Price
Humain(e)
-

Messages: 243


L'Hirondelle.


Voir le profil
Fiche
Description
Délinquante londonienne très portée sur la boisson.
Coursière et chanteuse de métal.
« Répondre #4 le: Septembre 09, 2018, 06:21:06 »

J'avais songé à la table basse, mais ça me paraissait moins confortable.

Non, il valait mieux éviter les remarques stupides maintenant, quand bien même elle avait daigné poser le couteau. Elle était toujours nerveuse, et ça la rendait instable, irritable, et donc toujours menaçante. C'était d'ailleurs curieux. En plus d'être grande, elle semblait athlétique, et en grande forme avec ça. Merde, je suis si flippante que ça au réveil? L'air ahuri, elle fit machinalement un tour d'horizon, cherchant du regard une autre surface réfléchissante dans laquelle elle pourrait vérifier encore sa tête de six pieds de long. L'appartement était spacieux, bien éclairé car bien orienté, et également bien meublé. Il y régnait une espèce de fouillis qu'elle connaissait, celui des gens qui sont trop occupés pour tenir leur foyer "convenablement". Sa colocataire la rabâchait souvent avec ça, mais le fouillis qui régnait chez Jess tenait davantage d'une bonne grosse flemme que de réelle "occupation". Pourquoi trier le linge quand elle pouvait glander sur YouTube, et chercher de nouvelles chansons à ajouter à son répertoire?
Un moment d'égarement, et la langue trop pendue de l'Hirondelle la trahit:

"Ah ouais, dis donc, t'as les moyens, toi!"

C'était le genre de remarques qu'il fallait précisément éviter après être entrée par effraction chez quelqu'un, et s'être automatiquement faite étiqueter comme voleuse. Il valait mieux trouver une justification très vite avant que cette furie ne se décide à appeler les flics, quelque chose de plus valable que j'sais pas, j'étais complètement perchée, j'calculais plus rien. Même si au final, c'était ça, la vérité pure et dure. Elle fit donc un effort de mémoire, et resta ainsi figée pendant un instant de flottement, durant lequel son regard détaillait avec une certaine jalousie les formes de son "hôte". C'était toujours pareil de toute façon, il y avait toujours une bombasse pour rayonner à proximité, quand elle-même avait l'élégance d'un pot de cornichons laissé ouvert sur la table en plein soleil.

Récapitulons, la veille, elle était allée au Bureau. Un café-théâtre, qui s'appelait "au Bureau". Elle n'y avait pas été pour jouer, mais parce que cette fille, Maureen, une écossaise qu'elle avait rencontré dans le métro, l'avait invitée. Elles passaient une bonne soirée, la demoiselle était un peu niaise, mais elle était marrante. Et puis il y a eu... L'happy hour. Oh ouais, ça y est, ça me revient. Maureen avait l'alcool mauvais. Et le plateau de shots à 200 yens pour les filles, on ne passait pas au travers, pas en compagnie de l'Hirondelle. Qu'eeeest-ce que j'ai fait... La face rougie par l'ivresse, Maureen avait commencé à huer les musiciens, puis à insulter les gens qui lui intimaient de la boucler. Amusée par une compagnie qu'elle trouvait de plus en plus plaisante, Jessica avait sorti sa flasque. Tout est parti en sucette. Les insultes sont montées, des serviettes puis les verres à shots ont servi de projectiles. Et là, avalanche de phalanges. Des jointures avaient rencontré des visages, et... Merde, même la barmaid s'est mangé une chaise. Le tumulte qui avait eu lieu rendait les souvenirs un peu confus, mais plus Jess cognait, plus elle se la ramenait. Plus elle se la ramenait, plus elle descendait sa flasque. Et plus elle buvait, plus elle cognait. La police avait fini par intervenir, et n'écoutant que son courage, Jessica s'était envolée par la sortie de secours à la vue même de ces troubles-fête. Elle n'avait pas vu si Maureen avait filé aussi, et l'idée qu'elle se soit faite coincer ne lui avait pas traversé l'esprit jusqu'à maintenant. Penser à son sort à l'instant ne fit qu'arracher un sourire narquois à Jess. Et ensuite? Ensuite elle avait cavalé dans la rue comme si elle avait le diable aux trousses, son souffle entrecoupé par les obscénités qu'elle criait sur la stupidité des poulets, et le fait qu'elle était "trop rapide et trop maline pour se faire attraper, de toute manière". Elle avait dû avoir ensuite un épisode de paranoïa qui lui avait intimé de pas rentrer directement chez elle, parce que c'était le premier endroit où ils viendrait la cueillir.

Oui, difficile d'en tirer quelque chose d'autre que "j'étais complètement perchée et du coup j'ai pété ta fenêtre pour me cacher des flics et de la CIA". La CIA, putain? Tant pis, plan B. Elle fit une moue triste à en fendre le cœur, et plongea son visage dans ses mains en sanglotant:

"Y a des mecs qui m'ont accostée hier soir et... L'un d'eux m'a cognée... J'ai couru... J'avais peur, je savais pas où aller!"

Elle reniflait bruyamment. Elle ne savait pas se forcer à pleurer, mais il y avait de la chance dans son malheur. En appuyant ainsi ses mains sur son visage et en particulier son œil au beurre noir, c'était bien assez douloureux pour se soutirer quelques vraies larmes.
« Dernière édition: Septembre 11, 2018, 02:56:10 par Jessica Price » Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox