banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: [ABANDONNÉ] Age Of The Strongest [Aozaki Yui]  (Lu 3741 fois)
Aozaki Yui
Humain(e)
-

Messages: 23


Criminelle tuant des criminels


Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Décembre 06, 2014, 04:48:55 »

~~ Commander, je détecte de l'être une capacité qui scan nos systèmes. Déploiement de la défense effectuée, cependant quelques informations ont été assimilée.

Je n'avais pas prévu le fait qu'il puisse avoir une capacité de scan. Je devais impérativement savoir ce qui avait été prit, pour anticipé une possible contre-attaque de sa part. l'étrange femme n'avait quand à elle rien fait, je sentais mon corps frémir à l'idée qu'il puisse avoir trouvé des informations sur mon passé.

*Quels informations ?*

Le vaisseau avait bien attendu trois secondes avant de répondre.

~~ Liaison des Nano-Commande. Il ne semble rien avoir assimilé de plus.


Je vint à sourire, ce n'était que ça. Bien qu'il s'agissait d'un point clé de ma puissance, il était peut probable qu'il puisse trouver le point faible de ce type de liaison. La chaleur qui m'englobait ne me dérangeait nullement, les nano-machines en moi travaillaient pour maintenir mon corps dans une température descente. Je ne quittait pas le Superman des yeux, faisant totalement abstraction de l'étrange femme qui n'avait au final que peu d'utilité. Sa seule force avait été la surprise, rien d'autre. Le vaisseau m'informait de l'état des bloc d'osmium, passant de l'étant solide à liquide, une partie allant à l'état gazeux. Mes nano-machines avaient déjà incorporé la procédure en cas de combat dans la brume nocive.

Enfin le Superman prenait la parole pour se lancer dans une longue explication que je pouvais résumé à ceci : Le renouveau dans la destruction, la collecte de gardien de ce nouveau monde et aussi des informations que la Sith, qui ne me surprit pas tellement, en vérité si. Avoir affaire à une véritable Sith était à la fois une immense joie et une grande déception.

Alors qu'il partait dans les airs je me mis à pousser un grand rire.

~~ Commander dois-je l'attaquer ?

*Laisse le partir. Nous avons trop dépensée d'énergie et de matière dans ce combat. Jouons une dernière carte. Surchage des nano-machine et connecte moi avec la Sith*

Je sentais le lien se faire. Contrairement au Superman mon corps vint à se réchauffer. La connexion psychique était assez spéciale et avait différents effets selon les personnes. La Sith pouvait voir sur mon pelage naître un tatouage qui commençait au niveau des yeux et descendait jusqu'à mes pattes antérieurs. Hormis l'apparence, la puissance était poussé à son maximum. J'avais déjà fait un test de ce mode et je pouvais compter sur cinq minutes avant que les muscles ne se déchirent, c'était ma limite de temps.

J'ai pris une impulsion pour rejoindre  Superman et passa en Accel World quelques seconde avant d'arriver à son contact, si son cerveau était celui d'une machine, son corps mécanique ne pourrait pas se mouvoir aussi rapidement. Sans chercher à retenir ma force je lui donne deux coups de poings rapproché à quelques millième de seconde, le tout boosté par les nano-machine. Le vaisseau s'occupait de couper l'arrivée au cerveau de la douleur, qui était énorme vu que ma main. Elle était dans le même état que si je l'avais plongé dans un mixeur. Cela ne m’écœurais pas, j'assumais le fait de me blesser dans les combats et même donner la mort.

Je lui laissais un message télépathique.

* A la prochaine. *

Je désactive l'accélération et retombe sur le sol, ma main saignant abondamment et s’évaporant sur le sol, ce dernier commençant à devenir très chaud. J'avais atteint une certaine limite, ne dépassant jamais le point de non-retour pour ma propre sauvegarde. Les tatouages disparurent, le vaisseau repassant dans un mode plus normal et lévitant à présent, le lac n'existant plus. Je me reconnecte sur la Sith.

* Tu vas faire quoi maintenant ? Je peux te proposer de venir dans mon vaisseau. Ce n'est pas aujourd'hui que nous le battrons, ni ne sauverons les ruines de cette planète. Il faut savoir se ménager pour d'autre batailles, sinon on deviens faible.*

Les nano-machines travaillaient sur le reconstitution de ma main. Pour moi le seul moyen de les rendre vulnérable serait de déraciner le vaisseau de la planète et le bombarder d'attaque non-stop, je n'avais pour ma part aucun moyen de le faire. J'aurais du faire sauter la planète dès le départ.
Journalisée

Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #16 le: Décembre 07, 2014, 03:47:17 »

Talon vit son ennemi s’envoler dans le ciel, rapidement rejoint par la mystérieuse femme. La Sith, pour le coup, se sentait effectivement un peu inutile. Ces deux personnes trichaient en volant, et elle n’avait plus son vaisseau. Le X-07 n’était plus qu’un amas de débris métalliques carbonisés, de hautes flammes dansant dans le ciel, et la planète continuait à mourir. Malaxar-12 se mourrait, et l’air commençait à se raréfier, non seulement parce qu’il était chargé en carbones, mais aussi parce que la planète elle-même mourrait. Il n’y avait plus aucun arbre, plus aucune forêt, plus aucune végétation. L’oxygène qui servait à chaque être humain provenait de la biomasse de la planète, ce qui incluait, non seulement les arbres, mais aussi toute forme de matière organique, fossilisée ou sédimentée, qui permettait de produire du dioxygène. Le Grand Guédester avait tout avalé, et la planète saignait, ses plaies se manifestant par des éruptions volcaniques colossales, qui avaient rougi le ciel. Les cendres formaient comme des météorites, et le sol continuait à se fissurer. D’ici quelques minutes, toute la croûte terrestre de Malaxar-12 s’effondrerait, et la planète ne serait plus qu’un enfer volcanique, avant que la lave elle-même ne devienne boue et argile, et que Malaxer-12 ne soit plus qu’une planète morte. C’était effrayant. Quel était donc cet être, ce Créateur si puissant ? Les explications de cet individu mi-homme mi-machine avaient permis d’avoir des éléments de réponse, mais ces éléments n’amenaient qu’à des questions supplémentaires. Talon devait retourner sur Aurelia, elle devait se renseigner sur cet ennemi, sur Krypton, sur le Grand Guédester, sur cette technologie qui la dépassait totalement.

Dans les airs, elle vit la femme frapper le cyborg. Ceci surprit l’homme, le faisant reculer de quelques mètres, et il se retourna vers les deux femmes, les observant de loin... Puis s’envola. Talon vit, au loin, une immense gerbe de lave jaillir d’un volcan, formant un spectacle cauchemardesque. La Sith sentait toute une planète mourir, ce qui l’ébranlait. Les Sith voyaient la Force comme un outil de pouvoir, une puissance surnaturelle qui leur permettait de se hisser au-dessus de la plèbe et de pouvoir être libre. Les Sith ne cherchaient pas la destruction et le chaos. Tout cela relevait de la propagande des Jedi. La philosophie des Sith avait été exprimée à travers le Code Sith de Dark Bane, comme un mantra dont l’objectif final était de libérer les Sith. Là où les Jedi revendiquaient la paix de l’esprit comme libération, Dark Bane avait considéré que la paix n’existait pas, et qu’un être vivant était avant tout régi par des sentiments, par ce qu’il avait appelé « passion ». C’était de nos sentiments que venaient la force, la force nécessaire de protéger ceux à qui on tient ou d’assouvir nos ambitions. Cette force conférait la puissance, la capacité d’être fort, et cette puissance menait à la capacité d’exercer du pouvoir sur les autres. Et seul le pouvoir permettait d’obtenir la liberté. En définitive, seul le plus fort était libre, car nul ne pourrait imposer sa volonté sur lui. Autrement dit, les Sith ne recherchaient pas la destruction, et voir cette planète en lambeaux était une déchirure dans le cœur de Talon, ainsi qu’une sinistre menace. Ce Créateur était nettement plus fort qu’elle, et se nourrissait de la Force. Il était un adversaire terrible, une menace aussi redoutable que celle des Jedi.

*Je dois trouver un moyen de l’éliminer...*

Le sol continuait à vibrer, et la femme redescendit vers elle, lui demandant ce qu’elle avait prévu de faire.

« J’accepte ton invitation. Le mien n’existe plus, de toute manière. »

En frappant le cyborg, la femme avait pulvérisé sa main, et cette dernière était en train de se reconstituer. Toute cette technologie la dépassait, les nanomachines n’ayant jamais vraiment été étudiées dans la Galaxie d’où elle était originaire. Pour l’heure, il était temps de partir, et de rejoindre ce vaisseau... De préférence avant que la planète ne se détruise. Le sol était en train de se fissurer, et, alors que la Sith venait d’accepter l’invitation, une vibration sismique particulièrement violente s’abattit sur elles.

« Attention ! »

Le sol s’ouvrit en deux, et Talon tomba dans le vide. Elle réussit à s’agripper à une paroi rocheuse, et son corps heurta violemment le rebord. Elle grogna, voyant la lave en contrebas. Les parois continuaient à s’effriter, et Talon se redressa, sentant la roche s’effriter, des cailloux dégringolant tout autour d’elle.

Fuir cette planète devenait vraiment urgent. Elle se concentra, et usa d’une poussée de Force pour s’envoler, faisant un saut périlleux de plus d’une dizaine de mètres, saut qui la ramena à la surface.

« Vite, il faut partir ! »

Talon respirait de plus en plus lourdement. L’air continuait à se raréfier, et, d’ici quelques minutes, Malaxar-12 ne serait certainement plus qu’un immense mouroir à ciel ouvert.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aozaki Yui
Humain(e)
-

Messages: 23


Criminelle tuant des criminels


Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Décembre 07, 2014, 08:11:33 »

La Sith venait de me dire de faire attention, me poussant légèrement avant qu'un faille ne s'ouvre et qu'elle tombe dedans. Le vaisseau n'avait pas activé la téléportation, pouvant activer ce processus quelques seconde avant que la jedi obscure ne touche la lave. Aussi entendais-je son corps toucher le rebord et sa voix gémir. Aussi gentille que je pouvais l'être, je n'allais pas l'aider. Le monde est cruel,seul les personnes forte et intelligente peuvent espérer survivre. Je l'observais en contre-bas, avec un regard froid. Ne pas éprouver de pitié, surtout envers des êtres pouvant vous poignarder dans le dos.

~~ Commander la planète va atteindre son point de rupture, il serait judicieux de partir d'ici neuf minutes.

C'est pile à la fin de cette phrase que la Sith venait de remonter à la surface, son souffle  lourd ne faisait que me donner envie de donner un coup de pied à son visage. Je poussais un long soupir, ordonnant au vaisseau de nous transférer en lieu sur. La téléportation fut rapide et la Sith se trouvait dans une cellule, de nombreux systèmes de défenses interne étaient braqué sur elle, pendant que je l'observais.  J'avais au passage reprit ma forme originelle, bien que gardant ma tenue militaire.

* Met toi en orbite et récupère quelques débris pour des analyses. Si un de leurs vaisseaux nous tire dessus tu ripostes, carte blanche sur la méthode employée. *


~~ Bien reçu Commander.

Le vaisseau prenait le large et je tourne mon regard sur la Sith.

* Je me nomme Aozaki Yui. Je suis la commandante de ce vaisseau. Jusqu'à ce que nous arrivions à destination tu resteras dans cette cellule. Si tu as besoin de quelque chose demande au vaisseau. Je préfère te prévenir qu'il a reçu l'ordre de riposter à toute agression de ta part et que je privilégie les méthode expéditives.*

J'observe d'un coin de l'oeil le radar et la récupération des matériaux.

*Si tu as des questions n'hésite pas à les poser. Cependant, je n'assure nullement d'y répondre. Estime toi déjà chanceuse que je prenne en charge ton transport et ne te laisse pas crever sur cette planète.*

Je devais montrer à cette Sith que ça vie était entre mes mains et ne valait guère plus qu'un boulon d'une épave. Je ne comptais pas faire amie-amie avec elle, mais m'assurer qu'elle allait rester sage pendant la récupération et le retour sur Terra. J'étais certaine qu'elle pourrait s'adapter à cette nouvelle planète. Dans le cas contraire elle trouvera un maître ou une maîtresse intéressée par son exotisme.

Je restais sur mes gardes, un coups de Force pouvait toujours partir et rien ne disait que des compagnon trainaient parmis les vaisseaux ayant survécu à l'attaque. Le vaisseau alignait les robots qui s'approchaient de trop, alors qu'il s'éloignait doucement hors de la zone de combat. 
Journalisée

Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #18 le: Décembre 09, 2014, 02:52:52 »

Avec son vaisseau en miettes, et la moribonde planète, Talon n’avait pas d’autres options que de faire la passagère clandestine, et de s’inviter à bord du vaisseau de cette mystérieuse femme polymorphe. La Sith ne comptait pas encore retourner à la Force, pas avec une telle menace qui pesait dans la Galaxie. Ce Grand Guédester devait être neutralisé. Il se nourrissait de la Force, la voyant comme un outil… Une philosophie qui était très propre à la conception des Sith, qui voyaient la Force comme une sorte d’instrument à utiliser pour assouvir leur propre puissance. Cependant, Talon avait un point de vue un peu plus respectueux. Durant sa formation à Korriban, elle avait consulté bon nombre d’Holocron, s’imprégnant autour de la philosophie sith, que de la philosophie jedi. Une importante partie de son éducation avait été tournée autour de la fameuse Règle des Deux de Dark Bane, de la manière dont cette règle avait été nécessaire pour unifier l’Ordre sith, mais aussi de ses limites et de ses imperfections. La critique centrale autour de la théorie de Bane était qu’elle amenait fatalement à un échec. Dans la mesure où l’Apprenti grandissait pour vaincre le Maître, tous les efforts entrepris par le Maître pour libérer les Sith des Jedi échoueraient par les efforts entrepris par l’Apprenti pour surpasser le Maître. C’est de cette manière que Dark Vador avait supprimé Dark Sidious, mettant ainsi fin au réveil des Sith, mettant fin à une vengeance millénaire. En définitive, ce n’était pas les Jedi qui avaient terrassé l’ancien Empereur, mais bien Vador qui l’avait supprimé. Cette limite faisait que Dark Krayt avait réinventé le modèle des Sith, développant une nouvelle approche, mélangeant l’ancienne voie des Sith et celle de Dark Bane : faire un Grand Maître sith, quelqu’un qui serait au-dessus des autres, et qui se nourrirait des autres Sith. Talon, autrement dit, avait été un outil au service de Dark Krayt… Mais le lien s’était rompu, soit parce qu’elle avait quitté la Galaxie, soit parce que Krayt était mort. En tout cas, Talon avait retenu qu’elle ne voulait plus être un outil, et que la Force avait sa volonté propre… Ce Grand Guédester était similaire à Dark Krayt. Il avait juste des moyens technologiques plus avancés.

Talon fut téléportée dans le vaisseau, et se retrouva dans une cellule, devant une porte énergétique. Sa sauveteuse n’avait pas vraiment envie de sympathiser, et s’empressa de lui signaler, lui indiquant que le vaisseau n’hésiterait pas à l’atomiser si jamais elle tentait quoi que ce soit. La Sith fronça lentement les sourcils, regardant autour d’elle. Il y avait, outre des tourelles et des lasers de sécurité, un système de verrouillage automatique, visant à verrouiller hermétiquement cette cellule, probablement dans le but de libérer un gaz incapacitant… Voire létal. Cette femme, Aozaki Yui, ne plaisantait pas.

Pour seule réponse, Talon se contenta de s’asseoir en tailleur, et ferma les yeux, méditant. Elle s’ouvrit à la Force. La masse que représentait le Grand Guédester s’était envolé dans l’espace, et semblait totalement se désintéresser des vaisseaux restants. Leurs tirs frappèrent le monstre, provoquant plusieurs explosions, mais il disparut dans l’hyperespace au bout de quelques minutes, laissant derrière lui un spectacle de mort et de désolation.

*Je dois admettre que je suis impressionnée…*

Pour Talon, la technologie n’était qu’une bien maigre chose face à la Force. Seule comptait la Force, en définitive, ce qui expliquait pourquoi les dispositifs défensifs de ce vaisseau ne l’inquiétaient pas outre mesure. Elle avait aussi ses propres atouts, et ce n’était pas cette simple femme qui pourrait la retenir enfermée longtemps. Elle méditait donc, retrouvant son calme, sa concentration, et sentit d’autres perturbations dans la Force.

« La cavalerie… »

Quelques minutes après le départ du Grand Guédester, une armada impressionnante de croiseurs de guerre et de cuirassés, jaillit dans le système. Ils étaient tous organisés autour d’un gargantuesque vaisseau-mère. Talon esquissa un sourire en les reconnaissant. Il n’y avait pas beaucoup de puissances galactiques capables de déployer une telle flotte.

« Les Gordaniens… »

Leur vaisseau-mère s’avança lentement, et, au bout de quelques minutes, un message fut transmis dans le vaisseau d’Aozaki :

« Vaisseau inconnu, ici le Sunlight Strike. Nos senseurs ont détecté plusieurs formes de vie à bord du vaisseau, dont un Spécimen. Nous sollicitions l’ouverture d’une communication avec vous dans le but d’extraire le Spécimen, et de savoir ce que vous faites ici. À vous. »

Un Spécimen… Sûrement elle. Yeux toujours clos, Talon se concentra davantage. Elle sentait une curieuse singularité dans la Force à bord du Sunlight Strike, et comprit rapidement de qui il s’agissait.

Il y avait un Jedi à bord.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aozaki Yui
Humain(e)
-

Messages: 23


Criminelle tuant des criminels


Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Décembre 09, 2014, 05:02:18 »

J'observais la Sith se mettre en position de méditation. Si elle pensait s'enfuir, elle se trompait lourdement. Je n'allais pas l'exécuter, bien au contraire, mais c'était pour moi une sécurité pour qu'elle ne gène par mes mouvements. Elle n'agirait pas à la légère, je pouvais sentir ça chez elle. Espérons qu'elle ne soit pas désagréable, car mon système de défense agirait immédiatement, sans sommation. Cela ne servait à rien face à une créature sachant se sacrifier si cela est pour la cause des Siths.

Je pouvais observer les quelques fous continuer leurs combats. Il ne faisait aucun doute qu'il allait être une cible difficile à abattre. Selon mon jugement, il était un criminel. Aussi doué de bonne intention pouvait-il être, le Créateur n'était rein d'autre qu'un exterminateur, le genre d'insecte à écraser aussi vite que possible. Se hâter aurait été une mauvaise chose. Le Superman était une forteresse à lui seul et il allait falloir trouver ses points faibles pour le tuer. Heureusement le vaisseau peut traiter mes souvenirs et les étudier. Je voyais les analyses des débris. Beaucoup d'entre-elles étaient dans des composants inconnue pour moi, mais cela ne devrait pas être difficile à synthétiser après une longue et approfondi analyse.

Je donnais la priorité sur els débris de pièces maîtresses, comme les modules de déplacement, d’armement et de défense. Dans les premiers il n'y avait pas grand choses à subtiliser, l'armement étant des canons basiques selon la technologie teckannes, quand à la défense, seul les alliages étaient vraiment intéressant. Je soupirais de frustration, si j'avais pu prendre ne serait-ce qu'un petit bout du vaisseau-sangsue, j'aurais certainement put obtenir une puissance plus grande.

La Sith vint à marmonner quelque chose, quand le vaisseau émit une sirène stridente.

~~ Détection d'une armada en sortie d'hyper-espace Commander.

J'avançais vers le siège de commandement et y pris place. J'étais sereine, s'il s'agissait de vaisseau comme ceux parmi les épaves, je pourrais aisément les couler.

* Sur l'écran de contrôle *

J'avais en visuel toute la flotte et un rictus se dessinais sur mon visage. Même sans savoir le nom des appareils, je pouvais voir l'armement lourd que certains avaient. LE tout était de savoir ce qu'ils voulaient. Cependant, je n'allais pas les laisser me prendre de court.

* Bouclier au maximum, armement en veille, chargement rapide activé. Tire de plasma privilégié et ciblage sur le vaisseau-mère. *


De l'extérieur les vaisseaux arrivés pouvaient voir les canons pivoter vers leur navire de commandement. Il n'y avait aucune énergie signalant que j'allais faire feu, donc aucune raison que ses derniers ne viennent à tirer les premiers, par précaution je lançais d'autre ordre.

*Prépare un micro-saut et l'équipement perce-vaisseau.*


~~ Bien Commander ... Nous recevons une communication extérieur, dois-je baisser les filtres ?

Hochant ma tête vers le bas je pus écouter le message.  Je lève mon index, étant le signe que j'allais répondre. La ligne se fit et je pus admirer le visage du commandant de la flotte, quand à lui il pouvait admirer mon siège, ainsi que le fait que je ne bougeais pas les lèvres pendant la communication.

* Ici la commandante du Cruiser SCB-105. Mon vaisseau a été impliqué dans un déploiement sur la planète mourante. Le but premier était de repousser un vaisseau se nourrissant des énergies de la planète et accumulant les données ADN des êtres y vivant. J'ai été personnellement impliqué dans un combat contre un être très puissant pouvant résister à un bombardement soutenu. La retraite a été un choix de survie pour éviter que mon vaisseau ne subisse des dégâts trop important du fait de l'activité volcanique de la planète. *

J'avais prit un temps de repos pour continuer. Il fallait éviter de trop en débiter d'un coup. Baratiner était le meilleur moyen de laisser le temps à mon vaisseau de se préparer pour un possible combat.

* J'avais fini mes réparations et allais donne l'ordre de quitter se système quand vous êtes apparu. Pour ce qui est du Spécimen ... *

Je fermais une seconde les yeux en ayant un sourire moqueur, avant de me lever et poser mon pied gauche sur le repose-pied, mon coude gauche sur le genoux plié.

* Serait-je dans le mensonge en parlant plutôt de Sith ?  *

Je me rasseyais sur mon siège, arborant un visage calme et serein. Pendant que je parlais, mon vaisseau scannait les différents vaisseaux pour détecter les points faibles et me permettre de faire mouche si je devais sortir l'arme.

* Je ne sais pas qui vous a fournit cet information, mais vous devriez lui dire d'être clair dans ses propos, au lieu de jouer avec les mots. Le fait que vous savez cela signifie que d'une manière ou d'une autre vous avez scanné mon vaisseau en profondeur, ce que je supporte difficilement au vu de la flotte que vous vous trimballez. Aussi, je vous avertis que si un de vos vaisseaux fait encore cinq cent mètre, je considérerais qu'il s'agit d'une rupture à cette discussion et d'un acte de malveillance volontaire.*

Si la Sith était si précieuse, ils devaient se plier au moins à cette demande.

~~ Commander, l'armement est fini et prêt à l'emploi.

Je fis un léger signe pour dire que c'était bon.  Je ne quittais pas le commandant des yeux, car je n'avais pas fini.

* Il m'a été difficile de capturer ce Sith, aussi je souhaiterais savoir ce que vous pouvez m'offrir en échange ? Je vous laisse dix minutes pour me faire parvenir une liste.*

Je fis signe au vaisseau de couper la conversation.

*Reste en alerte.*

~~ Reçu commander.

Je sors de mon siège et me dirige vers la cellule.

* Ils vont tenter de me convaincre d'accepter de te livrer, aussi je te laisse aussi dix minutes pour que je refuse de te céder à eux. Si tu y parvient, je suivrais mon plan et te laisserais sur une planète nommée Terra, c'est une planète très variée en faune et flore, où tu pourras continuer à vivre ta vie de Sith tranquillement.*

Les Sith sont maléfique selon Star Wars, cependant je n'étais ni un Jedi, ni un membre de l'ordre, simplement une meurtrière donc une ennemie de la "justice".
Journalisée

Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #20 le: Décembre 11, 2014, 03:18:57 »

Le multimillénaire Empire de Gordan était l’une des plus puissantes forces de l’Univers. C’était un Empire s’étalant sur toute une galaxie, regroupant donc des centaines de millions d’étoiles, et autant de planètes potentielles. La flotte gordanienne au grand complet comprenait des centaines de milliers de vaisseaux de combat, et la culture gordanienne était une culture guerrière, une société où l’armée avait les pleins pouvoirs depuis des décennies. Une solide junte militaire qui, depuis quelques années, se battait contre la plus importante Flotte-ruche connue. Son combat donnait lieu à des affrontements colossaux, défiant l’entendement, des milliards de Formiens venant se sacrifier contre les forteresses spatiales gordaniennes, attaquant leurs gigantesques usines, leurs gargantuesques chantiers navals. C’était une force majeure du cosmos, et ils n’étaient pas connus pour leur sens de l’humour. Ils traquaient le Grand Guédester, et Talon devinait leurs intentions… Mais ce n’était pas tant ça qui la tracassait que ce qu’elle sentait à bord du vaisseau-amiral… Une présence bien familière, et crispante. Un Jedi. Que faisait-il ici ?

Aozaki ne tarda pas à s’adresser au responsable de cette flotte : l’Amiral Javert, un soldat âgé et très respecté au sein de sa flotte. C’était un militaire aguerri, qui avait combattu les Formiens, avant d’être assigné aux Flottes Externes, un terme officiel désignant les soldats gordaniens envoyés hors de l’espace de l’Empire pour trouver des alliés potentiel set réunir des informations afin d’éradiquer la Flotte-ruche. Malgré leur apparence, ils n’étaient cependant pas des gendarmes de l’Univers. S’ils traquaient ce monstre, c’est qu’ils y avaient un intérêt. Depuis sa chambre, Talon pouvait percevoir la conversation entre Yui et Javert, tout en sentant aussi, à l’extérieur, les vaisseaux malaxariens se rapprochant de la flotte gordanienne.

Javert se présenta, et répondit à la femme, lui donnant quelques éclaircissements :

« Nous n’avons pas scanné votre vaisseau en profondeur, simplement un scan externe… De quoi nous assurer que vous ne faites pas partie de la flotte malaxarienne, votre vaisseau ne figurant pas dans les registres, très précis, de la Confédération. Ce n’est pas nous qui avons senti la présence d’une Sith à bord, mais l’un de nos alliés. Toutefois, nous n’étions pas sûrs de l’exactitude de cette information, compte tenu des perturbations qui ont eu lieu dans cette planète. »

La voix de Javert était calme et posée. Yui n’avait aucune chance en cas d’affrontement direct, ce qui expliquait sans doute pourquoi elle voulait fuir. Malheureusement pour elle, elle semblait ignorer que les Gordaniens disposaient de rayons tracteurs et le Cruiser SCB-105 était trop petit pour y échapper. La question principale, cependant, demeurait : qu’est-ce que les Gordaniens lui voulaient ? Talon avait entendu parler d’eux à la Base Spatiale, mais n’avait jamais eu personnellement affaire à ces gens-là… Elle les voyait comme une sorte d’achèvement de l’Empire Galactique, les Sith en moins. Malgré tous leurs défauts et toutes les critiques qu’on pouvait les adresser, aux yeux de bon nombre de systèmes, les Gordaniens représentaient pour l’heure la barrière la plus efficace entre les systèmes civilisés et la sauvagerie irrépressible de la Nuée. Les combats entre l’Empire et la Flotte-ruche étaient donc suivis avec la plus grande attention.

« Par ailleurs, du peu que je sais des Sith, je crois que, si vous pensez l’avoir capturé, vous faites une erreur. »

Aozaki alla ensuite voir Talon, et lui expliqua qu’elle pouvait se laisser convaincre de l’amener jusqu’à Terra. Talon, qui connaissait ce monde, resta toujours les yeux clos, et, après quelques secondes, finit par répondre :

« Ton monde natal ne m’intéresse pas. Et, si tu penses pouvoir échapper aux Gordaniens avec ton joujou, c’est, soit que ton orgueil te rend aveugle, soit que tu ne connais pas leurs technologies. Ton joujou est sans aucun doute très avancé aux yeux de Terra, mais les Gordaniens ont un niveau technologique très avancé. »

Talon se tut ensuite, n’ayant plus rien à dire. Cette femme se réfugiait naïvement derrière sa technologie, en pensant que cette dernière pourrait retenir la Force… Mais la Force était un courant irrépressible, une vague que rien ne saurait arrêter. Le temps qu’Aozaki retourne au poste de pilotage, Javert s’exprima un peu plus :

« Vous avez été sur le sol de cette planète, ce qui signifie que votre vaisseau contient peut-être des échantillons issues de cet engin de mort… Vous vous trouvez actuellement sur une zone de guerre, et, en vertu du traité passé entre la Confédération Malaxar et l’Empire de Gordan sur la coopération militaire et l’assistance stratégique, conformément aux dispositions de l’article 15 dudit traité, figurant dans le paragraphe régissant l’état d’urgence, lorsque l’état d’urgence est décrété dans le territoire de l’un des deux cocontractants, l’autorité gordanienne revêt les pleins pouvoirs. Autrement dit, et pour préciser, votre vaisseau est réquisitionné. Si vous ne vous laissez pas arraisonner, nous avons le droit de déployer des bombes-EMP qui paralyseront tous vos systèmes le temps de votre arraisonnement. »

Javert laissa planer quelques secondes, et reprit :

« Comprenez bien que je ne souhaite pas en arriver à de telles extrémités, et que j’aimerais que vous me prêtiez votre assistance et votre collaboration… Je puis vous assurer que nos intentions ne sont pas de vous incarcérer, ou de mettre la main sur votre vaisseau. Dès que nous aurons vu s’il y a des données exploitables, et les aurons récupéré, vous serez libre de retourner vaquer à vos occupations. »

Aozaki avait donc le choix… Plus ou moins.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aozaki Yui
Humain(e)
-

Messages: 23


Criminelle tuant des criminels


Voir le profil
Fiche
« Répondre #21 le: Décembre 12, 2014, 03:38:16 »

J'attendais patiemment sa réponse et ne fut pas déçu d'avoir écouté. Aux yeux de la Sith les autres vaisseaux avaient une technologie supérieur  la mienne. Elle n'avait sans doute pas comprise qu'à ce moment précis elle venait d'éveiller en moi de la curiosité. La flotte adverse était donc assez dangereuse, ce qui rendrait un combat excitant et on ne parle pas des débris récupérables, ainsi que l'assimilation de la technologie. Les Gordaniens étaient vraiment des proies de choix, bien que problématique pour le moment.

* Probabilité d'une destruction totale de la flotte adverse.*

~~ Selon les données collectée une telle entreprises est vouée à l'échec sur une probabilité de 99,99999999999 % Commander. L'élément parasite étant une intervention extérieur de grande ampleur, mais peu réalisable au vu du manque de donnée sur cette partie de la galaxie.

*Combien de vaisseaux peut-on couler ?*

~~ Trois si les tires sont rapide et précis Commander. Le schéma prévu par la suite est une riposte de grande ampleur.

Je soupirais pour évacuer ma frustration. Le résultat ne méritait pas de risquer une attaque, mieux valait trouver un autre moyen de subtiliser un peu de leurs technologie.

Le vieux barbu se remettait à transmettre alors que je venais à peine de me rassoir. S'il n'avait pas une flotte si importe je lui aurait bien fait un tire de barrage pour l'apprendre à se taire. Il me sortait un décret dont je n'avais pas connaissance et qui me saoulais vu la longue tirade que ça faisait. Surtout quand il vint à raccourcir sous l'aspect de réquisitionner mon vaisseau. Les phalanges de ma main droite furent blanche tellement je serrais l'accoudoir. Si j'avais apprit que cela aurait tourné comme ça j'aurais immédiatement demandé un saut avant de les laisser me contacter. Pour enfoncer le clou il expliquait qu'il pourrait utiliser une bombe trucmuche, une bombe similaire à une bombe IEM. JE n'avais pas toujours rétablit la communication pour demander au vaisseau des informations

*Dégât estimé d'une attaque de type IEM*


~~ Impossibilité d'effectuer un saut, armement réduit à une action mécanique, bouclier désactivé et impact important sur votre activité cérébrale du fait du lien des nano-machines. Perte de connaissance hautement probable.


Cette annonce m'obligeais à être très prudente. J’ordonnais au vaisseau d'essayer de concevoir un système pour m'éviter de tomber dans les vapes en cas d'agression IEM. Je ne savais pas s'il était capable de faire ça, mais mieux valait essayer. Perdre connaissance serait leurs donner le vaisseau et il en était hors de question. J'ai rétablit la communication.

* N'ayant clairement pas envie d'endommager mon vaisseau, je veux bien coopérer, mais sous certaine condition. Premièrement, je ne laisserais personnes rapporter un souvenir de mon vaisseau qui n'ai pas de lien avec un possible échantillon. Deuxièmement, l’allié qui a senti la présence du Sith n'aura pas accès à la cellule du prisonnier, s'il souhaite l'avoir il devra me donner ses raisons et sera soumit à une surveillance. *

Je fis une autre demande au vaisseau, me créer un collier pour qu'une voix en sorte, ce qui serait plus pratique pour parler avec les personnes qui allaient débarquer sur mon vaisseau. restait à espérer qu'ils lisent le plan que j'avais envoyé, montrant la soute d’amarrage. Les cannons restèrent vers le vaisseau-mère, je restais très méfiante vis-à-vis des militaires et des personnes à l'attitude un peu trop ... pompeuse. Le système de contre IEM fut conçu, mais le vaisseau n’assurait pas de son efficacité. Je lui donnais un autre ordre, celui de se préparer en cas de désamarrage d'urgence. Cela se traduisait pas un mini-saut ne contenant que le vaisseau, ce qui causerait la destruction irrémédiable de la soute d’amarrage. 

Le collier fut conçu rapidement et je pus l'ajuster, cela ressemblait à un pendentif noire. Je me dirige vers la soute d’amarrage où ils devaient débarquer. Même si c'était à contrecoeur, je devais quand même être présente pour les recevoir.
Journalisée

Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #22 le: Décembre 15, 2014, 02:51:49 »

Choisissant l’option la plus simple, Aozaki accepta la venue des Gordaniens sur son vaisseau. L’Amiral Javert dépêcha donc un vaisseau, léger et petit, une corvette, qui traversa l’espace. Les vaisseaux gordaniens encerclaient l’appareil d’Aozaki, dans une scène où la tension était palpable. Le petit vaisseau pénétra à l’intérieur de la soute d’amarrage du Cruiser SCB-105, et une escouade de soldats en armure y pénétra. Ils n’avaient pas l’air particulièrement commodes, et l’un d’entre eux s’avança vers Aozaki, tandis que les autres avaient leurs armes enclenchées. Ils encerclaient un scientifique qui posa sur le sol une sorte d’écran tactile, et commençait à pianoter dessus, de petits drones se mettant à tournoyer autour de lui.

« Je suis le Capitaine Garlian. L’Empire de Gordan vous remercie de votre coopération. L’analyse des données de votre vaisseau ne devrait prendre qu’un quart d’heure. Nous vous encourageons à faire preuve de patience. »

Ils parlaient avec des voix fortes, graves. Le scientifique pianotait sur son clavier, faisant apparaître un écran holographique tridimensionnel permettant de voir l’intégralité du vaisseau. Les drones se déplaçaient, émettant des ondes radar, tandis que Garlian se livrait à quelques explications supplémentaires :

« Le Grand Guédester a une capacité impressionnante de corruption des systèmes électroniques. Une technologie avant-gardiste que nous ne maîtrisons pas encore très bien. Les drones vont chercher s’il a eu le temps de vous infecter en implantant des cellules au sein de votre vaisseau. Si tel est le cas, vous n’aurez pas d’autres choix que de nous accompagner. Autrement, il prendra le contrôle de votre vaisseau, et il fera partie de son armada. »

Les drones continuaient à virevolter, passant devant la cellule de Talon. Cette dernière continuait à rester immobile, quand, brusquement, les lumières s’éteignirent. Garlian releva la tête, surpris. Il fallut une ou deux secondes avant que les écrans ne s’allument, et Talon était toujours là, immobilisée, figée comme une statue de cire. Au bout de plusieurs minutes, le scientifique finit par secouer négativement la tête, et remballa son matériel. Aucune trace d’infection électronique. Garlian hocha lentement la tête.

« Très bien. Prenez ce disque de données. La loi nous empêche de forcer des gens à nous suivre, mais il est probable que le Grand Guédester vous poursuive, ou n’envoie des séides à votre poursuite. Si jamais cela arrive, je vous encourage à nous contacter, ou à rejoindre Axa-Primaris, la station spatiale autour de laquelle notre flotte s’amarre, et le poursuit dans ce secteur. »

Garlian posa le disque de données, puis les soldats se regroupèrent dans le vaisseau, et partirent. Tout avait duré moins d’un quart d’heure, et le petit vaisseau repartit comme il était venu. Javert contacta une dernière fois Aozaki.

« En temps normal, nous aurions honoré notre alliance avec l’Ordre Jedi en vous demandant la restitution d’un Sith, mais, compte tenu des circonstances, je préfère me fixer sur un seul problème. Si j’étais vous, je tâcherais de ne pas trop s’éloigner. Seul l’Empire de Gordan a les moyens de lutter contre le Grand Guédester. Rien ne vous liant à nous, il est inutile d’aller plus loin dans nos négociations. Je vous souhaite une bonne continuation. »

Javert mit fin à la communication, et les vaisseaux gordaniens s’écartèrent lentement, laissant au Cruiser SCB-105 la possibilité de partir. Les vaisseaux inspectèrent les décombres, puis une bonne partie de la flotte, incluant le Sunlight Strike, partirent dans l’hyperespace. Quant à Talon, la Sith ne bougeait toujours pratiquement pas. Méditait-elle toujours ? Rien n’était moins sûr.

*
*  *

À bord du Sunlight Strike, Maître Elias Kunwën, en compagnie d’un Chevalier Jedi qui fut jadis son Padawan, Koro Täpur, regardait l’espace disparaître, l’équipe faisant route vers Axa-Primaris.

« Je n’aime pas cela, Elias, nota Koro. Ce Sith... Nous ne devrions pas le laisser s’échapper.
 -  Hum... »

Yeux clos, Maître Elias semblait particulièrement pensif, ne disant rien.

« C’est... C’est bizarre...
 -  Comment cela ?
 -  Je sentais toujours la présence de ce Sith dans ce vaisseau... Mais elle était diffuse... Comme si... »

Elias s’arrêta brusquement de parler, et se retourna en même temps que Koro. Devant eux, sur la baie d’observation, une silhouette se découpa au milieu de la pièce. Une silhouette rouge.

« Dark Talon ! s’exclama Koro.
 -  Je n’allais pas passer à côté de l’idée de rencontrer des Jedi...
 -  Co... Comment avez-vous... ?!
 -  Le Manteau de Force... glissa Elias. Je n’aurais jamais cru voir un jour cette technique. Vous êtes une Sith surprenante. »

Lorsqu’Aozaki irait revoir sa prisonnière, elle verrait peut-être que la Talon devant elle n’était qu’un hologramme. Pour sortir de sa cellule, Talon s’était absorbée dans la Force, méditant suffisamment longtemps pour retrouver son équilibre, et ainsi se confondre dans la Force. Cette technique, qu’elle maîtrisait plutôt bien, était dite « Manteau de Force », et consistait à manipuler la lumière, la matière, et les ondes sonores, afin de devenir invisible. Les caméras ne l’avaient pas vu, pas plus que les détecteurs de mouvement. Elle avait ensuite utilisé la Force pour surcharger un boîtier, provoquant une brève surtension qui lui avait permis de sortir. De la même manière que la Force servait à manipuler les objets pour ouvrir des portes, elle avait utilisé la Force pour dénuder plusieurs fils électriques, créant ainsi une courte fenêtre lui ayant permis de s’échapper.

Comme Javert l’avait dit à Aozaki, il n’était pas si facile que ça d’emprisonner un Sith.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aozaki Yui
Humain(e)
-

Messages: 23


Criminelle tuant des criminels


Voir le profil
Fiche
« Répondre #23 le: Décembre 19, 2014, 05:40:57 »

J'avais dans mon esprit le positionnement des autres vaisseaux. Si je ne comptais pas à  mon intégrité et celui du vaisseau j'aurais bien choisi de créer une bombe suffisamment puissante pour les balayer. Un petit vaisseau vint à approcher de la soute et j’ordonnais  de baisser les boucliers, mais de garder les systèmes de défenses prête à pilonner la soute en cas d'agression. Une escouade sortie, le fait qu'ils aient leurs armes prête à l'emploi hérissait mon poil de colère, si j'avais été un chat j'aurais le poil dressé en feulant de mécontentement. Si la situation n'était pas aussi tendu j'aurais demandé au vaisseau de faire quelques tire de sommation pour qu'ils désactivent ou rangent leurs armes.  C'est alors qu'un type sortie des drones et se présentait. Par politesse je le saluais en remuant mes lèvre, mon collier retransmettant ma voix.

* Je serais patiente et encourage vos garde du corps de se détendre un peu, ce n'est pas comme si j'étais capable d'agir face à votre flotte.*

Si la remarque les froissaient, je m'en foutais royal. J'étais déjà assez énervée d'avoir des personnes indésirable sur mon vaisseau. Je lançais un ordre mental à mon vaisseau pour que les drones puissent scanner l’appareil, mais ne pas scanner les secrets qui me liais à lui. Ce vaisseau était mon joker et je ne voulais pas que l'on puisse facilement le déjouer. Je venais aussi de rajouter au vaisseau de téléporter un mouchard sur la corvette, en toute discrétion bien sûr.  Je me doutais que cela ne marcherais pas longtemps, mais au moins pourrais-je avoir quelques informations.

Le scientifique me donnait des explications sur la menace. S'il avait prit possession du vaisseau je l'aurais sentit, car il aurait put alors prendre possession de moi. Je retenais aussi qu'ils essayaient d'imiter sa méthode, ce qui n'était clairement pas à mon avantage.  Je suivais le parcourt des drones, condamnant par ordre les données sensibles et les endroits où il ne devaient pas aller. Cela me demandait beaucoup de concentration. C'est alors que le courant vint à stopper et j'eus des vertiges. D'un ordre mental je demandais au vaisseau d'inséré sur mes os des tiges de fer, pour ne pas tomber.  Il y avait quelque chose qui clochait, mais mieux valait ne rien dire. Je fis la demande d'un chek-up du vaisseau, pour trouver l'anomalie, une surtension et c'est justement ça qui était bizarre. Aussi vieux que pouvait être le vaisseau une coupure comme ça n'était pas normale, j'avais prit soin de changer les vieilles pièces, une surtension ne pouvait exister.  Une fois remise des vertige je retirais les tige de la même manière qu'elles étaient arrivées.  Le procédé faisait mal, mais au moins personne dans la soute ne c'était douté de quelque chose.

Il finirent par se barrer et l'amiral me sorti une longue phrase dont je répondis pas un sec "De même". Je suivais le départ d'une bonne partie de la flotte, certains restant tout de même dans les environs. Ce vieux chnoque allait franchement m'emmerder jusqu'à la fin. Je passais devant la Sith, qui n'avait pas bougé.

* Ils se sont barré. Je te dépose où. *


N'ayant pas de réponse et ayant un peu marre que l'on se paie ma tête,  je demande au vaisseau d'ouvrir la cellule et donne un coup de poing à la prisonnière, la traversant comme l'on traverse une brume.  Pendant que j'étais par terre, m'étant vautre comme une grosse merde, j'imitais un rire, le son étant retransmit par le collier.

* Hahaha ! Elle m'a bien eu la salope. C'était donc pour ça la surtension.*

Je me relevais pour me poser sur le siège. Je demande au vaisseau de mettre les scanners au maximum pour trouver la destination des vaisseaux et c'est alors que je vois d'autres échos en approche. Et bien ... cette fois ce sera quoi ?  Des argoniens ou mieux des kahdjits ? Journée de merde.

Je pestais intérieurement, mais j'étais surtout stressée par le fait que la Sith était libre de parler de mon vaisseau à ses camarades. J'avais eu la preuve que la Force était plus forte que la, c'est pas faute d'avoir regardé toute la série. J'utilisais l'écran principal pour élaborer plusieurs plans. Je réfléchissais au risque de suivre la flotte avec, certainement, la Sith chez eux. Ils avaient de quoi endommage mon vaisseau, sans parler de ceux stationnés ici qui pourraient aussi bien les avertir si je bouge. Ils avaient sans doute des ordres pour me surveiller. Rester permettrait de récupérer des composants, mais la flotte en approche pouvait aussi être une menace.  Ayant le cerveau qui fume je me suis levée et ai mit un coup de boule contre la structure, la douleur passait mes nerfs et je pus choisir une option.

* Ordre du Commander ! Calcul des vaisseaux en approche et leurs zones d'apparitions ! Je veux connaître le nombre estimé de vaisseau et aussi les pourcentage de victoire. Calcul aussi le nombre de vaisseau de ses enfoirés qui ont souillés de leurs pied mon vaisseau.  Fait un filtrage des communications pour voir si tu arrive à choper leurs conversations. Je t'alloue une partie de mon cerveau si besoin est.  Puissance maximum sur les système de camouflage et coupure des moteur. Je ne veux que des mouvementsen cas de collision créant de sévère dommage. *


Le but de la manœuvre était d'anticipé l'arrivé de la flotte inconnue et de savoir si cela pouvait me donner un avantage. S'il s'agissait d'une flotte ennemi à celle qui était partie alors il suffirait d'endommager sévèrement un vaisseau du camps vaincu pour se l'approprier. Je ne cachais pas qu'assimiler la technologie de ses gord ... chord ... de la flotte qui m'a énervé ... servirait de compensation. Après je gardais toujours le saut spatiale en cas de danger réel.
Journalisée

Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #24 le: Décembre 20, 2014, 02:42:46 »

La lame bleue de Koro heurta celle de Talon. La Sith bondit sur le côté, et continua à danser. Le maniement du sabre-laser incluait plusieurs Formes de combat, chacune dépendant de la personnalité du bretteur. Talon maîtrisait la Forme 7, dite « Forme Vaapad », ou Forme de Domination. C’était une Forme extrêmement difficile à maîtriser et à appliquer, qui était généralement la forme prédéfinie des vrais Sith, dans la mesure où elle reposait sur l’usage d’émotions. Les Jedi connaissaient cette Forme sous le nom de « Forme Jiyo », « Vaapad » désignant la version sith de cette dernière. Talon avait appris cette Forme à Korriban, et c’était par ses talents de maîtrise avec cette Forme, notamment, que Dark Ryun avait choisi de la sortir de l’entraînement classique pour un entraînement très particulier, visant à faire d’elle l’Assassin personnel de Dark Krayt. Elle était rapide et forte, optant pour des attaques variantes et risquées. Cette Forme était terrible, et rares en étaient les utilisateurs, chez les Jedi. L’un de leurs plus grands utilisateurs avait été le Grand Maître Jedi Mace Windu. C’était une Forme imprévisible, mais Koro tenait bon, battant en retrait à chaque fois. Talon jouait avec lui.

Koro, inversement d’elle, opta pour une stratégie un peu plus classique. Il employait la Forme 3, dite « Forme Soresu », ou Forme de Protection. La Forme prédéfinie des Jedi, reposant sur la défense, et qu’on utilisait notamment pour repousser les tirs de blasters. Obi-Wan Kenobi et Luke Skywalker avaient été des utilisateurs de la forme Soresu. Koro attaquait peu, parant chaque attaque, essayant d’utiliser la Force pour repousser Talon. Peine perdue. Ses ondes de Force étaient esquivées par la femme, qui bondit à nouveau vers lui, et fouetta son visage avec ses lekkus après quelques passes d’armes. Koro tomba au sol, rebondit élégamment, et se redressa. Talon était déjà sur lui, et son sabre heurta le sien, l’écartant. Elle tournoya alors sur elle-même, et son pied se logea dans son plexus solaire, l’envoyant valdinguer au loin.

Le Chevalier Jedi tenta de se relever, mais une onde de Force le frappa, l’étalant sur le sol. Il grogna, et le pied de Talon se posa ensuite sur son torse, le plaquant au sol, le sabre-laser rouge étincelant à quelques centimètres du sol.

« La mort de votre compagnon ne semble pas trop vous inquiéter, Maître Jedi... »

Koro serrait les dents, furieux.

« Vous ne comptez pas le tuer, répondit tranquillement Maître Elias.
 -  Qu’est-ce qui vous fait dire ça avec tant de certitude ?
 -  Je le sens en vous. Vous êtes venus vers moi, car vous avez besoin de notre aide.
 -  Les Sith crachent sur l’aide des Jedi ! rétorqua Talon, irritée.
 -  Nous sommes bien loin de notre galaxie, et vous n’avez plus à suivre les traces de Dark Krayt. Vous avez choisi votre propre voie, Talon, et vous avez compris les impasses de la philosophie sith, ainsi que ses incohérences. »

Talon fronça lentement les sourcils... Puis rangea son sabre-laser, libérant la poitrine de Koro, qui soupira lentement.

« Nous traquons la même cible.
 -  Je ne pense pas que votre Conseil apprécierait votre alliance avec les Gordaniens... »

Elias se fendit d’un léger sourire.

« Nous désapprouvons leurs méthodes... Mais ils sont les plus à même de pister Brainiac, et de le supprimer.
 -  Brainiac ?
 -  C’est le nom de l’Intelligence Artificielle qui contrôle le Grand Guédester, intervint Koro.
 -  Ah... »

Ils en savaient plus qu’elle, clairement. Et, pendant ce temps, les vaisseaux filaient vers Axa-Primaris.

La partie de la flotte gordanienne restée autour de Malaxar-12 était dirigée par le Commandant Juan Estanito, un militaire en qui l’Amiral Javert avait toute sa confiance. Estanito sur le pont du Bride Of Gordan, un autre vaisseau imposant. La mission était de récupérer les réfugiés et les blessés, tout en envoyant des sondes sur Malaxar-12, afin de faire des prélèvements. Vu de l’espace, la planète avait un visage horrible, comme si une batte de base-ball cosmique l’avait fracassé. D’énormes lignes apparaissaient, visibles depuis l’espace, indiquant l’effondrement des plaques tectoniques, tandis que la planète saignait. Des volcans avaient poussé sur toute la surface du globe, formant un spectacle particulièrement macabre. Estanito avait déjà vu des planètes entièrement terraformées par les spores formiennes. C’était ici quelque chose de bien différent. Toute forme de vie avait disparu, en moins d’une journée.

*C’est stupéfiant...*

Estanito se déplaça lentement le long du pont, faisant claquer ses bottes impériales en cuir. Il entendit alors un bip strident.

« Multiples signatures thermiques en approche, Commandant...
 -  Identification des vaisseaux ?
 -  Inconnue. »

Le Commandant serra les dents, et appuya sur un bouton en allant près du pupitre central, au centre de la baie de commandement. Un écran holographique se forma devant lui. Les capteurs des vaisseaux venaient de repérer une massive flotte qui approchait, et qui ne s’était pas détectée. Estanito n’avait cependant plus beaucoup de troupes. Le Bride of Gordan était un redoutable vaisseau de combat, mais les autres vaisseaux n’étaient que des cuirassés ou de petits destroyers légers, voire de simples frégates de transport.

Jaillissant de l’hyper-espace, plusieurs Léviathans apparurent alors, faisant frissonner Estanito. Des Formiens. Leur présence ici était étonnante, car il n’y avait pas de Flotte-ruche à proximité.

« Préparez les armes à feu ! Formiens repérés !
 -  Ce n’est pas fini, Commandant ! Les signatures thermiques sont de plus en plus nombreuses ! »

Des Léviathans supplémentaires apparurent encore.

« Je détecte un truc VRAIMENT gros ! »

Estanito conserva son calme. Une immense chose apparut alors hors de l’hyper-espace : la Flotte-ruche, avec une espèce de colossal vaisseau tentaculaire, si massif que même le Bride Of Gordan ne ressemblait à rien d’autre qu’un jouet pour enfants. Estanito comprit rapidement qu’ils n’avaient pas la moindre chance contre cette Flotte-ruche. Ce n’était pas pour autant qu’il comptait abandonner, ou se rendre. Cependant, les Formiens ne semblaient pas les attaquer.

« Nous recevons une demande de transmission venant du vaisseau-mère hostile, Commandant ! »

Estanito n’avait pas le grade requis pour négocier avec un Formien. Ce gros nœud central abritait certainement l’Annexien derrière cette Flotte-ruche. Déglutissant lentement, Estanito accepta la transmission.

« Ici le Commandant Juan Estanito, capitaine du Bride Of Gordan, et responsable de la Flotte de Malaxar-12. Sachez que nous disposons d’un arsenal entièrement suffisant pour...
 -  Épargnez-moi le couplet habituel, Commandant Estanito. Le fait que nous nous croisions est le signe que nous rattrapons le Grand Guédester. Pour cette fois, misérables Gordaniens, vous n’êtes pas nos cibles.  Je vous conseille de retourner à Axa-Primaris. Votre station est la source d’énergie la plus intéressante du secteur maintenant. »

Estanito déglutit, surpris. Ils n’étaient pas là pour eux ? Le Commandant sentit la sueur couler le long de son front, et se mordilla les lèvres, signe de son extrême tension.

Qu’était-il censé faire dans de telles circonstances ?
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aozaki Yui
Humain(e)
-

Messages: 23


Criminelle tuant des criminels


Voir le profil
Fiche
« Répondre #25 le: Décembre 26, 2014, 09:04:50 »

Je relaxais mon esprit, pour permettre au vaisseau d'utiliser de façon optimum une partie de mon cerveau. Ce genre d'opération était rare et j'avais passé bon nombre d'heure à le laisser essayer d'utiliser mes neurones. Je pouvais avoir accès aux premier analyses. Ils s'agissait de vaisseau avec des échos familier au système, mais il n'arrivait pas à définir l'appartenance des vaisseaux, des parasites se créés quand un vaisseau rentre et sort de l'hyper-espace.  Alors que j'allais avoir les résultats de l'écho je sentis mon corps se faire projeter en avant. Le vaisseau avait fait un rejet brutal, quelque chose clochait.

*Qu'est-ce qui se passe ! *

L'ordinateur vint à afficher sur mon écran de contrôle les vaisseaux étant sorti, avec un scan biologique et une correspondance.

~~ Coupure de la connexion nerveuse du fait de la nature des vaisseaux ennemis. Structure biologique confirmée comme appartenant à des formiens. Vos ordre Commander ?

Je me remettait du rejet qui avait tout de même eu un impact sur mon corps. J'observais les vaisseaux et vint à donner des ordres.

*On reste en mode sous-marin. Brouille notre présence et prépare dans la soute une tenue de combat, ainsi que des mini-bombe à hydrogène. Essai de capter de possible communication. *

J'avais ma mâchoire qui me faisais mal, encore plus quand le vaisseau-mère formien vint à passer la faille spatiale. L'idée d'en détruire un ne me traversais pas l'esprit. Je pouvais espérer bousiller le commandant formien, mais encore fallait-il savoir où frapper dans ce vaisseau gigantesque.

* Charge les canons avec des obus explosifs, cela sera moins détectable que le plasma. Je veux que tu sois préparé à riposté si on se fait prendre et qu'ils commence les hostilité, après tout tu es un vaisseau tekhane.*

~~ Bien Commander.

Je perçu la communication entre les deux vaisseau-mères, la voix de l'annexien me faisais frissonner. Je ne voulais surtout pas imaginer la bestiole qui possédait cette voix immonde. Mais le message était clair. Il y avait un risque pour que ma présence est déjà été repéré, car il ne semblait pas intéressé par les vaisseaux visible et donnait même des directives.  Je demandais au vaisseau de suivre la trajectoire de ceux répondant au nom de Leviathan. Il fallait éviter de se faire repérer et surtout d'être prise en tenaille.  Je pris une profonde inspiration en fermant mes yeux.

*Réfléchit ma grande.*


Je vins à choisir une option qui permettrait de savoir si les formiens était là pour mon vaisseau. J'avais fait signe au vaisseau de retirer ses camouflages, les armes prêtes à faire feu, j'avais aussi demandé à être connecté sur la fréquence des deux capitaines. Si tant est que l'on peu appeler l'annexien un capitaine.

*Un … Deux … Euh … j'ai  une question pour le vaisseau à tête de poulpe. Vous foutez quoi ici exactement, parce que si vous cherchez le grand machintruc, il c'est taillé depuis un petit bout de temps. Et si vous dites vrai alors il serait sans doute plus intelligent de votre part d'aller sécuriser votre  base, non ? *


Je savais que si le capitaine humain était du même style que le vieux crouton, il allait pester comme un putois que j'utilise la ligne de communication. Par  contre je ne savais pas comment l'annexien allait réagir, ayant lu de nombreux rapport comme quoi les formiens aime beaucoup les humaine. Dans tout les cas mes moteurs étaient prêt à faire un bond vers la base au cas où cela tournerait en bataille royal.


Journalisée

Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #26 le: Décembre 27, 2014, 03:23:47 »

La tension était palpable entre les Gordaniens et les Formiens. Les deux factions se livraient à une guerre colossale depuis plusieurs années, une guerre que l’Empire était progressivement en train de perdre. L’énorme vaisseau tentaculaire qui venait d’arriver, qu’on appelait un Needle, était une construction formienne massive. Un vaisseau qui hébergeait d’innombrables cohortes de Formiens, et qui étaient souvent au cœur d’une Flotte-ruche. Le détruire reviendrait à supprimer toute la Flotte-ruche, mais le Bride of Gordan n’avait pas les moyens, seul, de briser un tel monstre. Clairement pas. Estanito le savait, tout comme il savait que, si les Formiens restaient l’ennemi, il ne pouvait pas non plus se permettre de sacrifier inutilement des vies. Le Bride of Gordan disposait d’ogives nucléaires tactiques, mais, s’il les larguait, les tirs n’auraient jamais le temps d’atteindre le Needle. Soit ils seraient détruits en cours de route, soit des Léviathans s’interposeraient pour se sacrifier. Juan réfléchissait donc, après avoir écouté les propos de l’Annexienne. Une voix forte, autoritaire, qui lui avait expliqué que les Formiens traquaient, eux aussi, le Grand Guédester. Juan marchait sur des charbons ardents. La simple idée de communiquer avec un Formien autrement que pour le torturer était en soi une aberration, alors, celle d’envisager une alliance... Elle lui était insupportable. Toutes ses pensées étaient en ce moment tournées vers cette étrange flotte adverse, ce qui fit qu’il ne remarqua pas à temps la communication entamée par le mystérieux outsider, cette femme qui avait affronté le Champion du Grand Guédester. Le Cruiser SCB-105... Ainsi donc, il avait choisi de rester dans le secteur ?

Juan ne dit rien après l’intervention inappropriée de la femme, ce qui laissa le temps à l’Annexienne de lui répondre. La communication entre le Bride of Gordan et le Needle se stabilisa, permettant de voir un visage s’afficher. C’était le cœur du Needle, une grande structure violette avec un trône... Et une femme à la peau violette se trouvant dessus. Juan ne l’avait jamais vu, mais comprit qu’il s’agissait de l’Annexienne... Aozaki, quant à elle, pourrait peut-être la reconnaître, vu qu’elle venait de Tekhos. Il s’agissait de Sarah Kerrigan, surnommée la Reine des Lames. Elle était reconnue à Tekhos comme étant l’une des ennemies les plus recherchées par le Sénat. Kerrigan était une Annexienne redoutable, une ancienne Ghost qui avait été transformée en Annexienne par le biais de l’Overmind, et qui se trouvait à des années-lumière de Terra. Juan ne pouvait pas le savoir, mais elle n’était évidemment pas l’Annexien en charge de la Flotte-ruche... Simplement une sorte de Cérébrate.

Kerrigan s’adressa ainsi à Aozaki, après s’être laissée le temps d’explorer son vaisseau :

« Je n’aurais jamais pensé croiser une Tekhane ici... Quant à notre base, vous l’avez sous votre nez. Le Grand Guédester a attaqué notre flotte il y a quelques parsecs d’ici. Nous avons compris l’étendue de sa puissance. Il a attaqué l’une de nos bioplanètes, et nous le traquons depuis lors. »

Les bioplanètes étaient l’un des plus gros vaisseaux de toute la Nuée. Il s’agissait de planètes intégralement terraformées par la Fourmilière, modifiées depuis si longtemps qu’elles étaient devenues des écosystèmes autonomes à part entière, capables de voyager dans l’espace. L’Empire de Gordan connaissait bien ces bioplanètes, car ils les avaient déjà affrontés à plusieurs reprises. Même leurs ogives nucléaires étaient insuffisantes pour les détruire. Pour les vaincre, il fallait une arme capable de détruire intégralement une planète... Ce qu’on ne trouvait pas à n’importe quel carrefour de la Galaxie.

« Le Grand Guédester se dirige vers votre station, Axa-Primaris, Commandant Estanito. Libre à vous de continuer à vous occuper des blessés ici. Si vous nous attaquez, nous vous annihilerons totalement.
 -  Ne me parlez pas sur ce ton, vermine ! gronda Juan. Si ce monstre se rend vers Axa-Primaris, alors c’en sera fait de lui ! De lui, et de toute votre flotte par la même occasion ! Nous vous exterminerons jusqu’au dernier ! »

Quelques secondes planèrent. Ce que Juan avait dit pouvait tout à fait déclencher les hostilités. Les Léviathans étaient toujours aussi nombreux, mais aucun vaisseau n’avait attaqué. Les Formiens disposaient de créatures capables de voler dans l’espace, mais les Léviathans attaquaient aussi en crachant depuis leurs trompes des jets plasmiques et des salves d’acide, ou, pire encore, des sondes qui transperçaient les boucliers, et se collaient contre les parois, larguant alors des Formiens qui attaquaient l’intérieur des navires et des vaisseaux spatiaux.

La réponse de Sarah fusa alors... Sous la forme d’un grand éclat de rire.

« Nous savons très bien, Commandant Estanito, pourquoi le Grand Guédester a été créé... Nous venons juste réparer vos erreurs. Quant à toi, petite Tekhane... »

Sarah esquissa un léger sourire, presque moqueur :

« J’espère que tu seras aussi souple que tes congénères... »

La communication se rompit, et le massif Needle se retourna, afin de se positionner pour aller dans l’hyperspace Sur ce point, les vaisseaux formiens étaient plus lents que les vaisseaux gordaniens, et Axa-Primaris se trouvait à quelques parsecs de Malaxar-12. C’était une station... Impressionnante :


Axa-Primaris était une grande station spatiale militaire installée près d’une géante gazeuse. Autour de la station, de multiples vaisseaux gordaniens étaient en train de se ravitailler. La base abritait aussi quantité de réfugiés venant des régions proches sinistrées après les attaques récurrentes du Grand Guédester. Le centre de la station était une sorte d’immense cercle, abritant une arme gordanienne expérimentale. Elle était constituée d’un ensemble de panneaux solaires faits de cristaux, reposant sur le principe d’une loupe cosmique. Quand on ciblait précisément une zone avec une loupe, et que le soleil s’y réfléchissait, on finissait par concentrer les rayons lumineux, et ainsi par créer une sorte d’arme capable de faire fondre la matière. Le canon solaire d’Axa-Primaris fonctionnait sur le même modèle.

Il s’agissait tout simplement d’un immense canon solaire.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aozaki Yui
Humain(e)
-

Messages: 23


Criminelle tuant des criminels


Voir le profil
Fiche
« Répondre #27 le: Décembre 27, 2014, 08:27:05 »

J'observais les réactions, sur le coin de mon regard, le vaisseau insérait le radar et les mouvements perçu. Il s'agissait d'une manipulation des neurones, insérant sur le trajet des messages optique le radar. Je n'avais pas bien comprit mais cela était assez pratique au final. Les canons ajustèrent tout le temps leurs lignes de mire, pour permettre une attaque directe et fulgurante si agression il y avait. Il n'y avait visiblement aucune hostilité des deux camps à mon égard, le capitaine humain ne disait rien, sans doute rongeait-il son frein devant mon intervention ou passait-il son temps à penser comment s'en tirer. C'est ce que j'avais pensé avant d'entreprendre la communication.  J'eus une insérable sensation de me faire palper du regard par l'annexien, le vaisseau m'indiquait que l'on  se faisait scanner. Aussitôt j’ordonnais mentalement à ce que l'on fasse de même.  Je pus voir le visage du formien et eu un léger tique au niveau de l'oeil droit. Elle ne ressemblait pas à ce que le vaisseau m'avait montré sur les formiens.

Alors qu'elle commençais à discuter le vaisseau me transmettait les information sur cette alienne. Sarah Kerrigan, une tekhane qui semblait avoir un passé militaire très chargé. D'après ce que je pouvais soutirer du vaisseau, elle avait beaucoup d'expérience dans le combat des formien. Le fait qu'elle soit tombée sous le contrôle de ses ennemis ne me plaisais guère. Force, expérience de combat, connaissance de la technologie tekhane. Tout cela jouait en ma défaveur. Je n'était pas une tekhane de naissance, pouvant m'y apparenter uniquement grâce au connaissance de ce vaisseau et les quelque mois passé à faire des simulations de manœuvre et de combat. Elle était une grande menace. L'annexienne vint à parler de bioplanète, cette information me fut aussi fournit par le vaisseau et je comprenait que cette civilisation n'était décidément pas à prendre à la légère. Pour faire une bio planète il faut quelque chose pour garder la structure stable, c'est ce que j’avais apprit de la planète agonisante juste à côté. Cette dernière semblait se réduire de taille d’ailleurs, sans doute s’effondrait-elle faute de ce quelque chose. 

Mais ma pensée revenait sur l'annexienne, elle était intelligente et attaquer un être capable de détruire une planète était assez idiot. S'il les formiens étaient aussi puissant, ils auraient écrasé la menace avant qu'une de leurs planètes se fasse anéantir.  La station semblait être la proie du Créateur … là où devait certainement être cette Sith, de plus cela serait une autre opportunité de prendre contact avec ce drôle de seigneur. C'est alors que le capitaine humain vint à l'ouvrir. Il était con ou quoi ? Il venait de divulguer une information importante, comme quoi la base contenait de quoi tout détruire, même cette flotte. J'aurais été à sa place je me l'aurais fermé. Ses militaires ne changent pas de ceux de la Terre, toujours content d'avoir le plus gros joujou pour faire la gueguerre. Rien que ses mot aurait put déferlé une nuée de tire, il ne tenait pas à son vaisseau et ses hommes ? Je ne comprendrais jamais ses militaires.

L'annexienne semblait du genre bavard, m'informant que le vaisseau absorbant les planète avait été crée et que visiblement c'était les gordaniens le créateur de cette bestiole. On aurait dit un bon vieux film où la création se rebelle contre son créateur. Comme quoi même dans l'espace on pouvait trouver des clichés barbants. L'alienne vint à m'adresser un message en me demandant si je serais aussi souple que les tekhanes. Je n'étais pas dupe sur le sous-entendu de cette phrase. Même si je n'étais pas une tekhane je serais capable de me donner la mort plutôt que de laisser cette erreur de la nature me pondre une monstruosité.  Étant tout de même une criminelle je ne pouvais me permettre d'être affaiblit par un truc qui pompera une partie de mon énergie.

Voyant les vaisseaux formiens partir, je me dis que mieux valait éviter de trop rester ce capitaine pourrait très bien passer du temps à me réprimander et coupa toute communication en ordonnant le saut au coordonné que j'avais put obtenir  du commandant. Le saut fut rapide. La technologie tekhane semblait performante pour les voyages rapide. La station fut rapidement en vu et j'eus un divin frison en voyant l'arme principale. Un condensateur de lumière. L'idée était intéressante, bien que contenait de nombreux défaut selon mon point de vu. Le premier est d'avoir toujours un alignement permettant un apport de lumière constant. Ensuite, la station avait tout de même un sacré angle mort pour ses tirs, sauf s'ils possèdent de quoi la faire pivoter rapidement. Enfin, le tir constant devait faire chauffer la structure entière, entrainant normalement un temps de refroidissement. Mais ce que j'avais apprit c'est que les technologie extra-terrestres sont assez contre-nature et je raisonnais en tant qu'humaine de la Terre.

Ne voulant pas voir le système de défense se braquer sur moi, je vint à donner l'ordre de tenir une bonne distance, le temps que leur opérateurs me contacts pour que je puisse m'identifier. Je pris aussi soin de mettre les armement en veille, pour montrer que je n'étais pas là pour des escarmouches. Cependant, mon vaisseau était prêt à faire un saut pour esquiver des tirs. Les gordaniens ont sans doute la détente facile dans cette zone qui est hostile.

Enfin on me contactait et e vins à donner mes identifiant, tout en signalant que j'avais reçu des informations comme quoi le Grand Guédester allait venir vers cette station.. Je restais cependant muette quand à l'informateur et la fiabilité. Je ne voyais pas en quoi les formiens auraient mentit. S'ils avaient été attaqué alors cela faisait d'eux des alliés temporaire, même si l'idée de faire ami-ami avec des truc qui ponde des œufs dans le ventre des femmes n'est pas mon kiff.  Une question trottait cependant dans ma tête.

Si le Grand Guédester  était aussi avancé que ça pourquoi n'était-il pas encore arrivé ici. J'avais des doutes sur le fait qu'il ne possède pas une propulsion assez puissante pour aller au moins aussi vite que les gordaniens. Le créateur avait peut-être sacrifié des caractéristiques comme la vitesse de déplacement pour conservé une grande résistance. Quoi qu'il en soit je n'avais qu'à attendre que l'opérateur me recontacte pour me donner les prochaine directive, même si agir comme un clébard me débecte je n'avais pas le choix. Il était certain que le vaisseau dévoreur de planète allait venir et j'avais besoin de connaître un peu plus les gordaniens, de glaner quelques informations sur leurs technologies pour m'en servir.
Journalisée

Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #28 le: Décembre 29, 2014, 03:08:34 »

Quand Aozaki arriva dans le système, elle fut rapidement repérée par les senseurs orbitaux et les satellites tournant autour d’Axa-Primaris. Pour être honnête, les senseurs avaient repéré le vaisseau en train d’approcher, mais, comme il était seul, le niveau d’alerte resta à son stade actuel. La station était lourdement défendue, entourée par de multiples satellites lasers et autres systèmes défensifs, comme des mines spatiales qui flottaient dans l’espace. Elles étaient désactivées, et, quand elles étaient activées, elles n’émettaient aucune signature, ce qui faisait qu’il était très difficile de les repérer, leur couleur noirâtre se confondant avec celle de l’espace. Les mines passaient en mode « Passif » ou « Actif » depuis le centre de contrôle d’Axa-Primaris, qui indiquait aux vaisseaux gordaniens où ne pas aller, afin d’éviter de se manger les puissantes mines. Aozaki était donc seule, telle une version féminine et futuriste de David défiant Goliath. Son vaisseau fut identifié à partir des données du Sunlight Strike, qui était là, et elle fut autorisée à accoster dans la station, suivant un tunnel de navigation qui fut indiqué sur ses ordinateurs de bord. Autour du grand orifice central, du canon solaire, il y avait plusieurs autres quais, et l’un d’entre eux s’ouvrit, permettant ainsi à Aozaki de s’avancer. La station était assez spéciale, car elle était faite en couloirs de verres, transparents, ce qui faisait que, mis à part quelques blocs, l’intimité n’existait pas vraiment. Ce verre était nécessaire pour permettre d’alimenter le canon solaire central.

Le vaisseau se posa sur l’astroport d’Axa-Primaris. Quand Aozaki sortit, elle pourrait voir une vieille connaissance en train de l’accueillir, avec d’autres personnes... Dark Talon était là, à côté des deux Jedi, et de l’Amiral Javert.

« Soyez la bienvenue dans notre station, Mlle Yui. Je tiens à vous préciser que mon équipage n’a nullement intrigué dans votre vaisseau pour libérer Talon.
 -  Pour me libérer, encore aurait-il fallu que je sois emprisonnée... rétorqua Dark Talon. Aucun outil technologique ne peut retenir indéfiniment un Sith, car la Force est notre outil.
 -  ...La Force est une alliée, Sith » précisa rapidement Koro.

Talon le regarda d’un air amusé. Koro digérait encore mal d’avoir été mis à terre par la Sith. Pour être honnête, Talon avait eu de la chance. Elle sentait que ces deux Jedi étaient puissants, surtout Elias. Il n’était pas un Maître Jedi pour rien, et son disciple était à la hauteur de son enseignement. C’était une alliance contre-nature... Mais elle n’était pas si impensable que ça. À l’époque de l’Empire Galactique, les Impériaux et les Rebelles s’unirent ensemble à Bakura contre une menace commune nuisible aux deux camps, les Ssi-Ruuk... Et, de même, la Nouvelle République et les Vestiges de l’Empire s’étaient, à leur époque, uni contre l’invasion des Yuuzhan Vong. Dark Talon faisait de même ici. Elle était suffisamment intelligente et clairvoyante pour comprendre qu’elle avait besoin des Gordaniens et des Jedi afin de pister le Grand Guédester. Javert reposait beaucoup d’espoir sur le canon solaire d’Axa-Primaris, et invita Aozaki à les suivre.

« Notre station est calquée sur la rotation de cette géante gazeuse, de manière à être toujours éclairée par l’astre de ce système. Bien sûr, nous aurions pu la placer au centre de ce système, mais nous avions peur que, à certains moments, le passage d’une planète entre Axa-Primaris et l’étoile de ce système ne prive la station de notre ressource. Ce canon solaire représente une arme expérimentale, que nous espérons utiliser pour supprimer cette créature métallique infernale. »

Il avançait le long des couloirs en soliloquant sur son jouet technologique. Talon, elle, fermait la marche, sans rien dire. Elle avait déjà entendu ce discours. Le quatuor rejoignait une salle avec des verres opaques, et rentrèrent dans le bureau de Javert, une grande pièce avec un holoprojecteur au centre.

« Nous traquons le Grand Guédester, car nous sommes en partie responsables de son existence. Avant de vous en dire plus, Mlle Yui, j’aurais besoin d’informations sur vous... Pourquoi avoir décidé de nous suivre ? Parlez-moi plus de vous, de vos réelles motivations... Vous avez survécu à Cyborg Superman, ce qui signifie que, soit vous êtes suffisamment fort pour lui, soit, et c’est plus probable, qu’il y a en vous quelque chose qui l’intéresse... Dans tous les cas, j’ai besoin d’en savoir plus sur vous, afin de déterminer si je peux vous faire confiance ou non. »

Tout en parlant, il s’écatit mis dans un coin, face à une belle fenêtre permettant de voir la surface bleuâtre de la géante gazeuse. Une magnifique baie vitrée, en tout cas. Même si ce n’était que du verre, c’était un verre extrêmement résistant. Cependant, Talon ne se faisait pas d’illusions. La station n’était pas prévue pour une attaque. Javert lui avait expliqué que la station pouvait, en cas d’attaque, se recouvrir de volets en adamantium, mais la défense restait le point faible d’Axa-Primaris... C’était le prix à payer pour disposer d’un canon solaire géant... À supposer qu’il marche, naturellement.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Aozaki Yui
Humain(e)
-

Messages: 23


Criminelle tuant des criminels


Voir le profil
Fiche
« Répondre #29 le: Décembre 29, 2014, 05:05:34 »

Je suivis les directive pour naviguer vers la soute où j'allais amarrer.. Le vaisseau me signala la présence d'objet flottant tout autour de nous. Le fait de ne pas les voir n'empêchait pas leurs détections par les capteurs, bien que seule le sonar avait détecté les objets. Ne détectant aucune émission d’énergie, je supposais qu'il s'agissait de dispositif défensif du genre mine anti-personnel, mais adapté pour abîmer les vaisseaux, c'était en mon sens la meilleurs défense passive contre un assaut frontal. Un canon pouvait s'enrayer et occasionner une perte en puissance d'attaque, une mine pouvait quand à elle tomber en panne, elle n'était rien par rapport à la quantité placé en général et n'engendrait qu'une toute petite zone à découvert. Les satellites n'attirèrent pas mon attention, il aurait été facile de les dégommer  avec des engins rapides et bien équipés. La défense était impressionnante pour un vaisseau comme le mien, mais était-il suffisant pour leur ennemi ? Je n'en était pas certaine. J’enregistrais le chemin de navigation et demanda au vaisseau de ne pas corriger ma conduite, sachant tout de même piloter le vaisseau et voulant dissimuler beaucoup de chose à ses gordaniens. 

Une fois à quai, je vins à donner d'autre directive, la première était de couper tout les systèmes, hormis la liaison. Mon but était de ne pas attirer le regard sur la particularité qui me liait à lui. La seconde était de se tenir prêt à toute opération d'urgence. En sortant du vaisseau j'avais pu constater la petite troupe, ne refrénant nullement un petit rictus irritée quand j'eus la Sith devant moi. J'aurais bien put lancer un commentaire désobligeant, mais j'avais tout mon temps pour au moins mettre un poing à cette petite alienne rouge. Le commandant vint à protéger ses arrières en disant qu'il n'avait pas aidé la Sith à sortir. Même s'il disait cela, il avait offert à cette joueuse de Force une bien belle occasion de me fausser compagnie. Cette dernière vint aussi à en rajouter une couche en disant que la Force était plus forte que la technologie. La chamaillerie Sith/Jedi me fit doucement rire. Je rejoignais la Sith sur le point de vu que posséder la Force était comme posséder un outil, un allié … Un allié peut agir de lui-même pour te protéger, mon vaisseau pouvait être considéré comme mon allié, la Force non. Mais très de pensée inutile, le commandant avait décidé de nous mener quelque part en se mettant à faire comme tout les militaire. S'extasier devant ce ''bijou technologique'', ce que je pouvais détester les personnes qui plaçaient trop d'espoir dans une chose et si l'ennemi possédait un bouclier thermique ? C'est con comme pensée, mais rayon du soleil ou pas cela restait une agression thermique.

Le chemin me paraissait excessivement long, sans doute le blabla militaire qui ne faisait que me donner une indigestion mentale en pensant que le vaisseau lui avait déjà tout comprit et faisait une construction schématique suivant les informations que le commandant donnait. Pour moi c'était plus un gros satellite solaire. Une fois présentant dans le bureau, il vint à chercher des informations sur moi. Le vaisseau m'informait qu'il avait repéré ma présence et construit un bout du schéma du vaisseau suivant mon déplacement et là où j'avais posé mon regard.  Je poussais un léger soupir, mieux valait  ne rien cacher sur mes intentions. J'ouvris la bouche et bougea les lèvre, alors que le collier retransmettait ma voix.

*Je vais parler de ce qui est certain. Pour ce qui est de vous suivre il y a deux raison, la première est que je voulais rendre la monnaie de sa pièce à cette minette rouge pour avoir abîmé mon vaisseau dans sa fuite. La seconde, plus importante, est que je suis avide de nouvelle technologie, pour être la plus efficace pour tuer des criminels. *

Je pris soin de me coller dos à l'un des murs. Je retirais ce masque de gentillesse pour laisser s'exprimer ma froideur naturelle.

*Je ne suis qu'une simple tueuse qui fait abstraction des lois. Je suis recherchée par certaine autorité, car j'applique mon jugement sur ceux qui y échappent. Je ne me considère cependant ni comme une divinité, ni pour comme entité supérieur, ceux qui pensent  cela sont de parfait idiots et les moins futés. Pour ce qui est de la confiance, mieux vaut pour vous de me considérer comme une alliée temporaire. Je doute rejoindre l'ennemi, l'idée et la méthode ne me conviens pas. On ne purifie pas un monde en  stockant la corruption dans des cuves, on la détruit en l'anéantissant à la racine et en inspirant une peur suffisante pour intimider , exterminant ceux voulant tout de même être contre la loi. Sa méthode affecte ceux qui ne le mérite pas, étant donc un juge corrompus pas son pouvoir absolu. *

J'eus un léger rire.

*Il est certain que l'ennemi convoite quelque chose que je possède. Peut-être est-ce ma simple détermination à ne pas laisser les forts me mettre à terre, peut-être s'agit-il d'autre chose. Reste à espérer que votre lance-pierre solaire puisse effectivement faire un tir et l'anéantir, car je doute qu'il puisse faire une seconde fois feu.  Mais il est certain que la prochaine fois que je rencontre ce Superman je l'écraserais, sans lui donner de répit, jusqu'à ce qu'il ne soit qu'un tas de ferraille.  *
Journalisée


Tags:
Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox