banniere
 
  Nouvelles:
La nouvelle Gazette est en ligne !
Bonne lecture !



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: L'oasis du désert (Valijasminée !)  (Lu 4329 fois)
Rhian Thoris
Humain(e)
-

Messages: 209



Voir le profil
Fiche
« le: Septembre 26, 2014, 02:16:41 »


Une histoire si ancienne, si ancienne qu’elle en est maintenant devenue une légende, raconte qu’en des temps immémoriaux, le Royaume de Papua était envahi par un adversaire cauchemardesque, le Warlock. Nul ne pouvait le vaincre, nul ne pouvait le repousser, car il avait avec lui les plus redoutables guerriers du désert : les abominables Djinns Noirs, esprits de la nature, créatures redoutables qui se nourrissent de l’âme des humains qu’ils dévorent.

Le Warlock dévastait tout sur son passage, brisant armées, villes, pillant et rasant, avec pour seul objectif de semer le chaos, et de l’offrir à ses maîtres. Cruel et sadique, épaulés par ses redoutables Djinns Noirs, il fut stoppé par Nomeydas Thoris, qui parvint à en venir à bout en réunissant les six morceaux de la Pierre de Foudre, et en l’amenant auprès d’une ancienne tour magique un soir d’orage. Quand la foudre tapa sur la Pierre, juchée au sommet de la Tour, les Géants de Lumière se réveillèrent, sortant de leur sommeil ancestral, et balayèrent les Djinns Noirs. Une lutte terrible eut lieu entre ces deux forces surnaturelles, et le Warlock se retrouva face à Nomeydas.

Le Warlock avait avec lui la force terrible et surnaturelle du Dieu cruel qui lui avait permis de dominer son armée. Il se heurta à Nomeydas dans un combat sanglant, et son épée lui arracha un bras après un combat qui, dit-on, dura plus de dix heures. Vaincu, Nomeydas se retrouva empalé par son ennemi, son sang se déversant sur l’armure noirâtre et abominable du Warlock. Le monde touchait alors à la fin, car, sans Nomeydas pour les guider, les Géants de Lumière s’écrouleraient et se disloqueraient. Heureusement, Nomeydas trouva la force d’agripper la Pierre de Foudre, de la tenir, et un éclair jaillit alors du ciel, comme une aide divine. La foudre frappa la Pierre, et les électrocuta tous les deux. Nomeydas mourut, et le Warlock aussi.

Pour empêcher ce dernier de ressusciter, il fut enfermé dans les profondeurs de la Tour, dans un donjon spécial, un fort souterrain, et, pour s’assurer qu’aucun de ses anciens disciples ne chercherait à le réveiller, les hommes de Nomeydas érigèrent un camp autour de cette tour. La tour en elle-même devint un palais, le camp devint une ville, la ville devint un royaume, et l’Histoire devint légende. Un conte qu’on raconte aux enfants le soir au coin du feu pour émerveiller leurs nuits, un récit épique qu’on enorgueillit d’actions et de voyages oniriques pour vous permettre de vous évader. Un avertissement que les religieux assènent aux pêcheurs : continuez à vous vautrer dans la luxure et dans le vice, et vous réveillerez le Warlock. Un apologue qu’on utilise pour enseigner aux jeunes guerriers les vertus du courage et de l’abnégation.

La Pierre de Foudre fut perdue, tout comme l’accès au fort souterrain, à la prison du Warlock. On dit qu’elle a été cachée, et que seul le véritable héritier de Nomeydas pourra la retrouver dans les méandres des catacombes...

...Car la légende dit que le Warlock, un jour, émergera de son sommeil, et ravagera Papua de son souffle de braises.






PARTIE 1
PAPUA

INTRODUCTION

Jadis un royaume libre vivant en plein désert, Papua est, depuis des siècles, une province impériale réagie par l’Empire d’Ashnard. Si les autochtones continuent encore à voir en Papua un royaume, d’un point de vue administratif et juridique, Papua est une province impériale. Elle bénéficie cependant d’un régime spécial, en ce sens que le Gouverneur impérial reste le pouvoir royal.

Les Ashnardiens ont colonisé ce territoire il y a des siècles, lors d’une guerre qui dura plusieurs années, et qui fut un échec cruel pour les Papuans. Ces derniers peuvent encore en ressentir un certain ressenti, mais les avantages qu’il y a à appartenir à l’Empire ont eu souvent tendance à contrebalancer ces velléités d’indépendance. D’un point de vue économique, Papua est ainsi inséré dans tout un circuit marchand s’étalant sur des milliers de kilomètres, et bénéficie de plus d’une aide militaire... Aide dont elle n’a pas besoin, vu la qualité de ses soldats. Les soldats papuans sont régulièrement convoqués par les Ashnardiens afin de se battre pour eux, et bénéficient d’une formation faisant d’eux aussi bien des guerriers accomplis que des magiciens.

S’étalant sur un vaste désert comprenant quelques milliers de kilomètres, Papua est une organisation théoriquement centralisée, mais laissant beaucoup d’indépendance aux administrateurs locaux. Il s’agit généralement de petits seigneurs féodaux qui font appel au pouvoir royal quand ils ont besoin d’aide. Politiquement parlant, le royaume est assez paisible, tous respectant l’actuelle famille royale, qui existe depuis des millénaires, et dont la légitimité a parfois pu être remise en cause par des révoltes, notamment suite à l’annexion de Papua par Ashnard, que certains voient toujours comme une profonde trahison. La famille royale de Papua bénéficie pour l’heure d’une longue période de paix, caractérisée par de bonnes relations commerciales avec les voisins. Malheureusement, cette période de paix arrive à son terme. Dans l’ombre, des complots s’ourdissent contre l’actuelle famille royale, notamment contre le Roi, perçu comme un personnage trop autoritaire, et comme trop proche des Ashnardiens.

Pour comprendre cette opposition, il faut remonter à l’époque de la guerre entre Ashnard et Papua, où il est dit que, pour mettre fin à la guerre, la dynastie royale a vendu son royaume, alors même que leurs soldats, des guerriers expérimentés et talentueux, auraient pu continuer à repousser les Ashnardiens. Pour ces critiques, la dynastie a vendu Papua pour conserver son trône, et les temps durs arrivent. La paix, ce sentiment éphémère, ne suffit pas parfois à assurer une bonne santé économique et prospère, et, à chaque crise socio-économique que le royaume traverse, il est régulier de remettre en cause la légitimité du pouvoir en place, de les voir comme des traîtres, des parvenus corrompus qui ont déshonoré l’héritage du Grand Nomeydas. La première cible de ces accusations est le tribut impérial que les Papuans doivent s’acquitter, afin de financer la guerre entre Nexus et Ashnard, un tribut qui n’est pas que financier, dans la mesure où bon nombre de soldats papuans sont réquisitionnés par les Ashnardiens.

Avisé, le Roi de Papua, Tomeyrus, sent que des jours sombres arrivent. Lui qui a réussi à préserver l’intégrité et la sécurité de son royaume en chassant monstres et pillards voit désormais son sommeil se dérober à lui... Comme si ce sentiment de paix était illusoire, comme si la tempête menaçait, une tempête si forte qu’elle pourrait balayer Papua. Il entend les murmures de mécontentement, il entend les railleries, il entend les questions, il sait que la convoitise dans le cœur de ses vassaux a laissé place à la colère et à la rancœur. Il sait qu’une menace plane sur Papua, une ombre, il sait qu’on murmure son nom à chaque fois que des pillards attaquent des caravanes ou des hameaux isolés. Le Warlock... On murmure son retour, on murmure qu’il est en colère, et que les parvenus actuels n’arriveront jamais à le stopper.

Tomeyrus craint pour Papua, craint pour ses deux enfants, le Prince Herebos et la Princesse Rhian. Aussi s’est-il mis en tête de retrouver l’artefact légendaire, la Pierre de Foudre, la Pierre que Nomeydas a brandi pour sauver Papua en invoquant les Gardiens de Papua, les Géants de Lumière, cette même pierre que son ancêtre n’a pas su trouver lors de l’invasion des Ashnardiens. Il sait que la Pierre se trouve dans la tombe de Nomeydas, sous le château, et a commandé des fouilles archéologiques. Malheureusement, les profondeurs du Palais sont envahies par des monstres, et le vieux fort n’a toujours pas été retrouvé. Chaque jour, Tomeyrus commence à sentir la peur entailler son cœur de brave guerrier. Chaque jour, il sent l’ombre s’avancer, les nuages planant sur Papua.

Car la tempête approche. L’orage vient, et se matérialise à travers un nuage de brumes annonçant des cavaliers noirâtres, des cavaliers spectraux que les lances ne peuvent pas tuer. Sont-ce les Djinns Noirs ? Est-ce là le retour du Warlock ? La menace approche, et, à chaque sang versé, la peur monte dans Papua, jusqu’à se muer en terreur, et par tout ravager sur son passage. Inquiet, Tomeyrus n’a eu d’autres choix que d’envoyer Herebos à sa place pour chasser ces mystérieux ennemis.

Il convient enfin de signaler que la nature est assez redoutable à Papua, que ce soit à cause des monstres la peuplant, ou de la faille sismique qui la traverse, le royaume étant situé à un croisement entre deux plaques tectoniques.


PRÉSENTATION DE LA CAPITALE

1°) La ville


Papua est aussi bien le nom du royaume que de la capitale elle-même. C’est une ville très agréable, très vivante, abritant des milliers d’êtres vivants. Elle est située à l’embouchure d’un vaste lac, si grand qu’il est presque une mer intérieure, et qui permet à Papua de s’inscrire comme ville-étape dans une grande route commerciale serpentant à travers l’immensité de l’Empire ashnardien. Ce faisant, les Papuans accueillent fréquemment de nombreux touristes, qui viennent admirer les multiples palais de la ville, ses grands jardins agréables, ses minarets, et ses multiples monuments. On entre dans la ville par de nombreux postes de garde, avec, à chaque fois, des marchands ambulants. La ville recèle son nombre de colporteurs, et, comme toute grande ville, dispose de bas-fonds.

Ces quartiers miséreux sont des endroits mal famés, où une prostitution racoleuse se mélange aux soudards venant agresser les riches personnes ayant eu la sottise de se perdre par ici, et où les bâtiments en ruine décorent le paysage. Chaque quartier est délimité par des murailles internes, et, pour certains, la hausse du nombre de gardes traduit le fait que le pouvoir royal redoute une révolte imminente. Il arrive assez souvent que des émeutes secouent les bas-fonds, mais elles ne durent généralement jamais très longtemps.

Papua reste une ville très diversifiée et cosmopolite, et très ouverte aux touristes. C’est une ville où il fait bon vivre. Par ailleurs, la ville dispose de plusieurs barrages et aqueducs permettant de faciliter l’hydratation des cultures, ou tout simplement de la ville elle-même.

On trouve également, ici et là, quelques palais, abritant les casernes de Papua, et servant notamment de structures administratives.





2°) Le Grand Souk


Le Grand Souk de Papua est le marché central de la ville. Il est établi le long du port de Papua, afin d’être le plus près possible des commerçants étrangers venant à l’intérieur de la ville pour commercer. Le marché se déroule dans un grand bâtiment avec une rotonde centrale, le Grand Souk, et en-dehors de ce dernier, pour les marchands n’ayant pas pu avoir de place au sein du bâtiment. Ils vendent en pleine rue, dans un endroit spécialement prévu à cet effet. On a ainsi pour coutume de dire que les produits les plus réussis et les plus luxueux se trouvent dans le Grand Souk, et que les autres se trouvent dans la rue, dans ce qu’on appelle communément « Le petit Souk ».

On trouve absolument de tout au Grand Souk : outre des vêtements, des bijoux, de la nourriture, de nombreux stands de guildes proposent des armes, des armures, des artefacts magiques... Les guildes en profitent pour établir leurs comptoirs commerciaux, afin de pouvoir notamment recruter d’éventuels intéressés. N’importe qui y trouvera son bonheur !





3°) La Mosquée


Terre convertie, Papua dispose d’une mosquée, un établissement de culte construit pour être le siège de l’Ordre Immaculé à Papua. Le choix d’une mosquée, et non d’une église, s’explique par le fait de respecter la tradition cultuelle et architecturale de la ville. L’Ordre Immaculé exerce une influence certaine à Papua, comme dans n’importe quelle société civilement constituée. La Mosquée est un lieu de culte fréquenté par de nombreux pèlerins et Papuans, et l’Ordre dispose d’un conseiller près de la famille royale, afin de conseiller le Roi.

L’Ordre Immaculé n’exerce pas qu’une fonction symbolique et purement cultuelle à Papua, car il est parfois utilisé pour exorciser certaines parties du désert. De fait, la véritable raison de la présence de l’Ordre à Papua s’explique par leur volonté de se renseigner sur les Djinns Noirs de la légende, et, le cas échéant, de les supprimer, ces êtres étant perçus comme des créatures entièrement malfaisantes, rentrant donc parfaitement dans les compétences de l’Ordre Immaculé.


PRÉSENTATION DU PALAIS ROYAL

1°) Le Palais


Le Palais Royal de Papua se trouve à la périphérie de la ville, séparée de cette dernière par un pont rocheux. C’est une superbe structure, partiellement ouverte aux visiteurs. Ses murs extérieurs offrent une vue imparable sur toute la région environnante, que ce soit la capitale elle-même, les montagnes au loin, ou la mer. Le Palais est bâti près d’un fleuve dont l’embouchure fait parfois l’objet de visites guidées, car on y trouve de vieux villages engloutis, suite à une crue particulièrement violente il y a des années qui avait fait déborder l’un des barrages de la ville.

Agréable et grand, le Palais se tient juché sur une épaisse montagne, et est traversé en son milieu par une rivière artificielle qui part se jeter dans le vide, permettant de fournir au Palais des bassins et des jardins beaux et fleuris. La légende raconte que, dans les profondeurs de la montagne, on trouverait l’ancien fort de Papua. Néanmoins, provoquer des fouilles archéologiques risquées, notamment en creusant dans la roche, provoquerait le risque de faire s’écrouler tout le Palais.

Pièces à l’intérieur du Palais (liste non exhaustive) :





2°) Les geôles


La montagne comprend de multiples grottes souterraines, de longues galeries sinueuses dans lesquelles il est facile de se perdre. C’est en amont de ce réseau de grottes souterraines qu’on trouve la prison du Palais. Papua comprend plusieurs établissements pénitentiaires, et les geôles du palais hébergent les criminels les plus dangereux, notamment les traîtres, les rebelles, et les meurtriers violents. Ces prisons sont séparées des grottes, car les grottes souterraines abritent des monstres dangereux. De cette manière, les prisonniers cherchant à s’évader par les grottes souterraines risquent ainsi d’avoir de curieuses surprises.

On peut s’en douter, mais les geôles sont évidemment interdites d’accès aux visiteurs. Les prisonniers figurant dans ces geôles souterraines connaissent une vie difficile et éprouvante, loin du soleil, et n’ayant le droit à aucune visite. Ils sont régulièrement torturés par les bourreaux, et les prisonniers ont pour habitude de ne rien porter d’autre sur leur corps qu’un masque noir recouvrant leur visage, un pagne, des chaînes, ainsi qu’un tatouage permettant de les identifier. Ils n’ont plus aucun nom, plus aucune identité, jusqu’à ce que l’administration, par miracle, se décide à en libérer un ou deux. C’est un véritable mouroir.


3°) Le Vieux Fort


Le Vieux Fort désignerait, dans les profondeurs du Palais, un ancien fort souterrain construit lors des fondations du Palais pour y abriter le tombeau de Nomeydas, avec la Pierre de Foudre, cet artefact légendaire capable d’invoquer les Géants de Glace. Cependant, personne n’a jamais retrouvé le Vieux Fort, et il apparaît de plus en plus comme une structure légendaire. Depuis des siècles, les différents Rois et Reines ont mené de difficiles expéditions archéologiques pour tenter de le retrouver. Elles sont difficiles, car ils doivent des heurter aux monstres vivant dans les profondeurs de la montagne.

En réalité, le Vieux Fort existe bel et bien, mais les rares ayant réussi à le trouver n’en sont jamais revenus. La tombe de Nomeydas ne se découvre pas facilement, et le Vieux Fort recèle de pièges vicieux, à tel point qu’il est permis de se demander si ceux qui l’ont fondé cherchaient vraiment à honorer la mémoire de Nomeydas, ou à concevoir une tombe qui rendrait impossible à quiconque de venir le voir, et donc de récupérer la Pierre de Foudre.


4°) La Salle de Trône


Cœur du Palais, la Salle de Trône est une belle pièce avec de la moquette, et un escalier menant au siège du Roi. L’endroit abrite plusieurs gardes d’élite, ainsi que quelques courtisanes. C’est dans cette pièce que le Roi siège et rend ses doléances, accueillant les étrangers et les sujets désirant d’obtenir son aide pour résoudre des litiges, ou pour demander des subventions ou de l’aide. En somme, la Salle du Trône permet au Roi d’exercer ses fonctions judiciaires, et les doléances sont rendues deux après-midis par semaine.

Parfois, la Reine supplante le Roi pour les rendre, notamment lorsque ce dernier est occupé à guerroyer ou à former les militaires. Le droit papuan repose beaucoup sur le droit ashnardien, même s’il existe quelques spécificités législatives propres à Papua, spécificités dans lesquelles il serait inutile de rentrer. Retenons juste que, en vertu de son pouvoir royal, la Salle du Trône est une juridiction spéciale capable d’accueillir tout pourvoi en cassation formé par des plaideurs mécontents, la recevabilité du pourvoi étant cependant limitée à des cas bien précis.


PRÉSENTATION DU ROYAUME

1°) L’Armée Royale


L’Armée Royale abrite essentiellement des fantassins, que ce soit des archers ou des spadassins. Ce sont des guerriers puissants et bien entraînés, conçus, non seulement pour tuer des humains, mais aussi des monstres et des démons. Ils sont entraînés depuis l’enfance, et les formateurs n’hésitent pas à les habituer à l’usage de psychotropes et de drogues spéciales permettant d’annihiler la sensation de peur, et d’augmenter leur taux d’adrénaline pendant un court instant. Ils développent ainsi une certaine insensibilité à la douleur au moment de se battre, ce qui explique pourquoi ils n’ont pas d’armures, privilégiant la rapidité et la fluidité à la résistance.

Leurs épées sont enchantées, et les soldats papuans maîtrisent la magie, s’en servant au combat, ce qui ne les rend que d’autant plus redoutable. Ils sont généralement appréciés par les Ashnardiens, et leur discipline et leur rigueur amènent parfois à se demander s’ils ne sont pas eunuques. La réponse est négative, car les soldats sont généralement fils de soldats. Les Papuans maîtrisent juste leur sens et leurs émotions. Il est très difficile de les corrompre, à cause de leur sens de l’honneur. Ils sont entraînés depuis l’enfance à mourir pour leur Roi, et voient en ce dernier un Dieu vivant. L’armée n’est cependant pas très grande, n’abritant que quelques milliers de soldats. C’est largement suffisant pour assurer la sécurité intérieure du pays, mais bien loin de pouvoir rivaliser avec les innombrables Légions ashnardiennes.

L’armée voue un profond respect envers Herebos, qui, malgré son statut de Prince héritier, a été entraîné comme eux. Généralement, les soldats sont des gens pauvres, qui n’ont vu aucune autre alternative à leur situation que de s’engager. Herebos, malgré sa fortune et la promesse d’une vie oisive et facile, s’est longuement entraînée à être le digne héritier de son père. Pour beaucoup, Herebos est même le seul digne héritier du Grand Nomeydas depuis des millénaires.


2°) Les villes papuannes


Outre Papua la capitale, le royaume abrite aussi de nombreuses villes, de tailles moyennes ou petites, généralement des hameaux ou de petits villages. Les plus grandes villes sont localisées près des zones de richesse du royaume : les oasis, les exploitations minières... On trouve à l’orée du désert des petits hameaux abritant moins d’une centaine de personnes, où il fait très chaud, et où ces derniers doivent souvent se replier dans les mosquées quand on annonce des monstres, afin de bénéficier de la protection magique de l’Ordre Immaculé contre ces créatures infernales.

Bon nombre d’étrangers aiment se rendre dans ces endroits, notamment les aventuriers, et il n’est donc pas rare d’en croiser les auberges, à la recherche de trésors, d’anciens artefacts, de monstres spéciaux à occire. Les commerçants et les négociants préfèrent généralement ne pas s’aventurer dans les profondeurs du royaume, car il faut bien reconnaître que les routes sont dangereuses, et qu’il est déconseillé de voyager sans une escorte. Même si l’armée fait des patrouilles régulières, le désert est vaste. Cependant, ceux qui ont la curiosité de se promener dans les villages et ces villes locales ne le regrettent pas. Les locaux sont plutôt amicaux, sans vraiment être hostiles aux Ashnardiens comme peuvent l’être les habitants de la capitale. Il s’agit de la campagne profonde, et, lors de la guerre, les Ashnardiens ne les ont pas vraiment attaqués, s’étant concentrés sur la capitale.

La plupart des autochtones sont persuadés que le Warlock existe réellement, et qu’un jour viendra où il sortira de son sommeil. Par ailleurs, les campagnards apprécient beaucoup le Prince héritier du royaume, Herebos, car il lui arrive fréquemment de venir les voir, et il n’hésite pas à verser son propre sang pour les protéger contre les monstres. Autrement dit, Herebos ne reste pas à l’abri derrière ses soldats, et n’hésite pas à aller au devant des lignes de front, et à affronter en personne les monstres.


3°) Les ruines papuannes


Papua est surtout connue des aventuriers pour ses multiples ruines. Elles sont le fruit d’une histoire longue et marquée par des conflits entre les humains et les monstres, et entre les chefs tribaux, avant que le pouvoir royal ne parvienne à les unir. Papua est une région riche en artefact magique, son sol abritant d’importants gisements miniers, attirant la convoitise des négociants et des politiques. Cependant, les simples aventuriers peuvent aussi trouver des trésors enfouis dans les temples. Papua étant située sur une faille sismique, plusieurs temples, et parfois même des villes entières, ont pu être engloutis sous le sol.

L’exploration des ruines de Papua n’est donc pas un élément à négliger, car il attire régulièrement de nombreuses guildes désireuses d’y trouver de quoi renflouer leurs caisses.


PERSONNAGES

1°) La légende du Warlock

Warlock. Être légendaire, le Warlock est un être nimbé de légendes. Tout ce qu’on sait est qu’il est généralement une cause de frayeur pour les Papuans, et que, pour l’heure, son retour n’est pas encore assuré. Le Warlock fait l’objet d’une vieille légende le décrivant comme un redoutable mage-guerrier ayant pactisé avec une mystérieuse divinité cruelle, et a pu, en échange, bénéficier du contrôle des Djinns Noirs, et s’en est servir pour tenter de détruire Papua. On le disait habité d’une force hors du commun, et capable d’employer des sorts magiques colossaux. La légende raconte qu’il n’est pas mort, mais endormi, et qu’un jour viendra où il se réveillera, provoquant avec lui le réveil des Djinns Noirs. Ce jour est-il arrivé ?

Djinns Noirs. Ces créatures fantastiques appartiennent au registre de monstres légendaires du désert. Il s’agit d’esprits pouvant se matérialiser, et qui ne sont attirés que par le chaos et la destruction. Assimilables à des espèces de démons, ils renforcent leur pouvoir en se nourrissant d’âmes, appréciant plus particulièrement celle des nourrissons ou des enfants, car elles sont plus pures, plus honnêtes, et parviennent donc à les renforcer. Plus aucun Djinn Noir n’a été aperçu dans la région de Papua depuis la fin du Warlock, et, de même que ce dernier, ils sont aujourd’hui perçus par la plupart des Papuans comme des êtres fantasmagoriques. Endormis avec le Warlock, ils se réveilleront avec ce dernier.

Géants de Lumière. Les Géants de Lumière sont des êtres colossaux et surpuissants qui ne peuvent être invoqués que par l’utilisation d’un artefact ancestral, la Pierre de Foudre. La légende dit que, pour les réveiller, la Pierre doit être utilisée sur le toit de la tour magique où ils ont été conçus, un soir de tempête. Ces êtres ancestraux sont extrêmement robustes, capables de générer des orages entre leurs doigts, et font d’excellents paratonnerres. La foudre les frappe et renforce leurs batteries, leur permettant ensuite de provoquer de véritables tempêtes magiques. La légende raconte enfin que, quand Papua sera au bord du désespoir, l’Élu réveillera les Géants de Lumière, éternels et invincibles gardiens du royaume, afin de le sauver. Une partie de la légende à laquelle de moins en moins de gens croient.



2°) La famille royale

Roi Tomeyrus. Roi de Papua, Tomeyrus est un puissant guerrier. C’est un roi sage et avisé, qui a pacifié le royaume en chassant pendant des années des tribus de pillards et des monstres. Il a participé à maintes guerres avec les Ashnardiens, et est communément reconnu comme un Roi guerrier d’une grande sagesse, capable de diplomatie. Tomeyrus se fait vieux, et, même si sa lame n’est pas encore émoussée, il a le sentiment persistant que des jours sombres menacent. La plus grande fierté de sa vie est Herebos, son fils, le Prince dauphin, et son plus grand souci est de trouver un bon Ashnardien à marier avec sa fille, et ce même si cette dernière y est opposée.

Reine Khaora. Khaora était jadis une Ashnardienne descendant d’une grande famille, et qui a été mariée à Tomeyrus pour permettre de rapprocher Papua et sa famille. Depuis ce mariage, les deux disposent d’accords commerciaux très avantageux. Khaora est une belle femme, très belle, et également relativement perverse. Si elle n’a jamais couché avec ses enfants, elle dispose cependant d’un harem. Théoriquement, cet harem appartient à son mari, mais c’est en réalité très souvent elle qui s’y rend, parfois seule, parfois en compagnie de Tomeyrus. Outre son appétit sexuel démesuré, Khaora reste une Reine talentueuse et compétente, qui supplante fréquemment son mari lors des doléances, et qui a bien éduqué Rhian. Elle aime beaucoup sa fille, et l’a aidé à devenir une femme forte et autoritaire, afin de se trouver un bon parti, et de ne pas se faire marcher dessus. Lors des disputes de famille, Khaora prend souvent le parti de sa fille quand Tomeyrus souligne qu’il est temps de la marier.

Prince Herebos. Herebos est le dauphin de Papua, le Prince héritier. Fils de Khaora et de Tomeyrus, c’est un archétype de prince guerrier vertueux et romantique. Il a appris à se battre en suivant un entraînement militaire rigoureux, et, ce faisant, Herebos bénéficie d’une forte popularité au sein de la populace, mais aussi, et surtout, au sein de l’armée. Les soldats voient en lui un héros talentueux, charismatique, dont les talents impressionnent même les Ashnardiens. Certains vont même jusqu’à dire qu’il est le seul et véritable héritier du Grand Nomeydas. On pourrait croire que Tomeyrus puisse être jaloux d’Herebos, mais il voit en réalité son fils comme sa plus grande fierté, et les deux adorent s’entraîner ensemble dans les cours d’entraînement du château. Très souvent, c’est Tomeyrus qui gagne, mais le Roi n’est pas aveugle, et sait que son fils le laisse volontairement gagner. C’est un homme chevaleresque, quoique légèrement coureur de jupons, et qui considère que protéger son royaume est sa raison d’être... Ainsi que protéger sa petite sœur, Rhian.

Princesse Rhian. De la Princesse, nous retiendrons sommairement qu’elle est belle, forte, instruite, qu’elle sait se battre, qu’elle est débrouillarde, qu’elle aime son Papa et sa Maman, qu’elle n’a pas envie de se marier... Et, pour de plus amples détails, je vous invite à consulter sa fiche, qui se trouve juste ci-dessous.



PARTIE 2
RHIAN THORIS

  • Nom/Prénom : Rhian Thoris
  • Surnom : Princesse de Papua – « Fleur du Désert »
  • Sexe : Femme
  • Âge : 21 ans
  • Race : Humaine avec quelques gênes démoniaques
  • Orientation sexuelle : Bisexuelle
  • Expérience sexuelle : Pas vierge



Physique

Rhian Thoris est, à n’en pas douter, une fort belle jeune femme. Elle a, sur ce point, beaucoup hérité de sa mère, et sa beauté a été très rapidement marquée, lui valant l’affectueux surnom de « Fleur du Désert ». Belle, donc, Rhian porte, sous ses vêtements, de courts sous-vêtements dorés constituant un appel sauvage au sexe et au viol. Cette fort indécente tenue lui a été offerte par sa mère, qui lui a expliqué que c’était une tenue rituelle, qu’une mère se devait de transmettre à sa fille. Cependant, Rhian n’en a pas spécialement besoin pour faire tourner la tête des hommes (ou des femmes) qui la croisent. Avec sa fine silhouette svelte, sa peau basanée, ses hanches confortables, son agréable fessier, sa poitrine avenante, sa longue chevelure brune, et son visage anguleux, elle ne manque pas de charmes.

Consciente de sa beauté, Rhian n’hésite pas à l’exposer pour avoir ce qu’elle veut. Le fait de devoir porter des vêtements est pour elle une plaie, ce qui fait qu’elle a souvent tendance à se balader dans le palais avec cette simple tenue sur son corps, qui la fait alors ressembler à une sauvage. Est-ce là une conséquence de sa nature d’hybride, du fait que son organisme contienne quelques gênes démoniaques ? On ne sait pas, mais on ne va pas forcément s’en plaindre.

Par ailleurs, Rhian porte parfois une cape violette qui file le long de son dos, et aime bien porter des bijoux sur son corps.

Galerie








Caractère

Rhian est loin d’être une femme timide ou candide. C’est, au contraire, une guerrière instruite, une femme qui, sans avoir les capacités martiales de son frère, sait malgré tout manier des lames. Elle a pour habitude de se battre avec des dagues ou des poignards, et excelle au maniement de l’arc. Elle a avant tout été formée par sa mère, qui lui a expliqué que, si une femme doit savoir se battre dans un environnement guerrier, elle ne doit pas négliger ses qualités premières, intrinsèques à la condition féminine : celle d’être le beau sexe. Autrement dit, Rhian n’hésite pas à mettre en valeur sa beauté, et sa mère l’a formé au sexe. Savoir si les deux ont eu ensemble des relations incestueuses est un éternel sujet de discussion tabou, car il est connu que le harem de Khaora est partagé par sa fille... De là à supposer qu’elles le partagent ensemble simultanément, il n’y a qu’un pas, que certains n’hésitent pas à franchir.

De manière générale, la jeune femme a grandi dans une famille où le sexe était perçu comme quelque chose de décomplexé. Tomeyrus est connu pour ses frasques sexuelles avec des prostituées de luxe, et Khaora n’en est guère choqué, comprenant bien que son mari, robuste et avec un appétit d’ogre, ait besoin de se soulager quand il part en campagne. Rhian a partiellement hérité de leurs gênes sur cet aspect, et redoute pour cela de devoir se marier, car elle n’a pas envie de tomber sur un mari jaloux, ou, plus simplement, de perdre cette indépendance qui lui tient à cœur, et qu’elle perdrait nécessairement en passant l’anneau autour du doigt. De fait, elle aimerait plutôt seconder Herebos, comme Premier Ministre, mais Tomeyrus s’y refuse, en arguant que Papua a besoin de se rapprocher d’Ashnard. Autant dire que ces histoires de mariage donnent lieu à d’interminables querelles, et que Papua se fait un point d’honneur à congédier chacun des prétendants venant lui demander sa main.... Que ce soit à l’aide de ses tigres, ou en empoisonnant les vins de ses convives pour qu’ils passent la soirée aux commodités, perdant ainsi en quelques secondes toute forme d’honneur ou de crédibilité.

Rhian est espiègle, partiellement manipulatrice, et rêve avant tout d’indépendance. Elle a envie de servir Papua, d’aider son royaume, mais pas de devenir une esclave qui devra se marier avec les Ashnardiens. Tout en retenant l’impossibilité qu’il y a à s’écarter d’Ashnard, que ce soit pour des nécessités militaires ou économiques, elle aimerait bien que Papua bénéficie d’un peu plus de liberté, et espère que la réputation de son frère y suffira. Plus simplement, Rhian a été éduquée par sa mère, et Herebos par son père, et, s’il s’agit bien d’une famille, on remarque dans leurs traits de caractère ces différences. Elle apprécie beaucoup son frère, mais est secrètement envieuse du fait que Tomeyrus ne cherche pas nécessairement à le marier, mais à en faire avant tout un Prince. Elle aussi aimerait qu’on la voie comme une princesse, avant d’être la femme d’un riche duc ashnardien.

Histoire

Papua est un petit royaume désertique dans les terres ashnardiennes, rattaché pleinement à l’Empire, tout en conservant une certaine forme d’indépendance dans la gestion de ses affaires intérieures. Ainsi, la famille royale continue pleinement à diriger Papua, mais doit rendre des comptes à l’Empire, notamment par le biais de différents traités impliquant une coopération (parfois perçue à sens unique) économique, militaire, ou encore juridique. La famille royale est la même dynastie depuis que Papua a été fondée, et l’actuel Roi est Tomeyrus, un Roi sage et avisé, mais qui commence à se faire vieux, et qui sent que des temps durs approchent... Comme si l’apogée de Papua, cette longue ère de paix, touchait à sa fin, et que des temps sombres menaçaient.

Rhian, elle, est le second enfant de Tomeyrus et de sa femme, Khaora, une Ashnardienne semi-démone. Elle a été éduquée par sa mère, qui s’est chargée de faire d’elle une fille instruite, forte, et habile au combat. Elle a connu une enfance assez tranquille dans la capitale, étant assez appréciée du peuple, et rêvant de les diriger, de les aider. Elle assistait ainsi aux séances de doléances présidées par sa mère, voyant en elle une femme habile et inventive, capable de dénouer les litiges et les problèmes opposant les particuliers venant réclamer son arbitrage.

Par ailleurs, Papua est un royaume dont l’origine est relatée dans une légende, une légende évoquant un ancien guerrier infernal, le Warlock, qui aurait été défait par l’ancêtre des Thoris, Nomeydas-le-Grand. Nomeydas aurait vaincu le Warlock à l’aide d’un artefact légendaire, la Pierre de Foudre. Cet artefact, en étant placé sur le toit de la tour magique où il a été conçu, permettrait d’invoquer la foudre, et, surtout, de réveiller les Géants de Lumière, des golems magiques conçus pour protéger Papua en cas de grand péril. Le Warlock aurait été défait par eux, mais son esprit, brisé mais pas mort, attend son heure de revanche... Une heure qui, pour certains, approche, et qui se matérialisa quand les Djinns Noirs, les troupes du Warlock, reviendront.

Papua n’a jamais vraiment été en paix. Entre les monstres qui pullulent à sa surface et les bandits, l’armée n’a jamais totalement à chômer. Pour autant, depuis quelques mois, les pillages se multiplient dangereusement dans les zones reculées du royaume. Tomeyrus est inquiet, et Herebos, pour le rassurer, et pour faire taire les rumeurs parlant de pillards dotés de pouvoirs surnaturels, a décidé de mener une expédition en personne dans les profondeurs de Papua, afin de trouver les bandits, et de ramener leur chef. Une telle aventure inquiète forcément le père d’Herebos, dont les tracas se portent aussi sur sa fille, qui, depuis quelques années, refuse obstinément de se marier, et ce avec le soutien de sa mère, qui soutient qu’elle aura amplement le temps de se marier quand le temps viendra.

La dernière image que Rhian a eu de son frère est de le voir partir à la tête d’une armée, s’enfonçant dans les profondeurs de Papua, sous les acclamations de la foule, avec cette promesse qu’il reviendra rapidement, et que, cette fois, Rhian devra se marier. Rhian hésite de plus en plus, mais elle sait que Tomeyrus est malade. Son père se fait vieux, et sort de moins en moins se battre, ou se bat de moins en moins longtemps, s’essoufflant vite. Les médecins ont été incapables de diagnostiquer son maléfice, et Tomeyrus veut assurer la succession de Papua. Un mariage entre Rhian et un puissant duc ashnardien permettra de renforcer l’alliance entre le royaume et l’Empire, et de bénéficier d’alliés importants. Rhian continue à hésiter.

Elle est alors loin de se douter que les jours sombres sont arrivés, que la paix a depuis trop longtemps ensemencé les landes de Papua, et que la guerre et la dévastation marchent sur eux.

Pouvoirs

Mis à part son maniement des lames et de l’arc, Rhian n’a aucune capacité guerrière spéciale. Précisons tout de même qu’elle a plusieurs tigres de compagnie qui ne répondent qu’à elle. Ce sont des tigres sacrés que Tomeyrus avait offert à Khaora en guise de cadeau de mariage, et elle les a ensuite transmis à Rhian. Elle se sert généralement de ses tigres pour faire fuir ses prétendants. Elle dispose de trois tigres, répondant chacun au nom de Baja, Naja, et Taja. De vrais anges.

RPs

1°) Désolation [Ashaard de Corvenin] [ABANDONNÉ]
2°) Les Charmes du Désert [Persée] [ABANDONNÉ]
3°) Slave [Armée infernale de Malk] [ABANDONNÉ]
4°) Of Monsters And Women [Duc Galahad Pentaghast] [ABANDONNÉ]
5°) Les Joyaux du Désert [Neith-Men-Heb] [ABANDONNÉ]
6°) La Guerre pour Papua - ''The Big Coffin Hunters'' [Eris Langnar] [ABANDONNÉ]
7°) Perles de Sable [Mélonye Harubaal] [EN COURS]
8°) Visite diplomatique ou familiale ? [Hinata/Nora] [TERMINÉ]
9°) L'Odyssée du Désert [Duc Galahad Pentaghast] [EN COURS]
10°) This Dusty Land [Serket Al-Asnam] [EN COURS]
11°) Oasis [Aaliyah Farhat] [EN COURS]
12°) Stupre & Sable [Yamiha Mal Ismël] [EN COURS]
13°) L'Odyssée de Papua [Eris Langnar] [EN COURS]
14°) Un Rêve de sable chaud [Kanede Yume] [EN COURS]
« Dernière édition: Mai 20, 2018, 11:16:53 par Rhian Thoris » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kyle Macross
Bogoss en Collants
Valinichonneur
-
*
Messages: 7722



Voir le profil
Fiche
Description
◄ Sentinel Prime ►
(En plus d'avoir des plus grosses couilles que ton père, il porte mieux les collants que ta mère.)
« Répondre #1 le: Septembre 26, 2014, 02:24:50 »

Je refuse de valider cette fiche pour deux raisons :

- Je n'ai pas de duc ashnardien.
- Je n'ai pas de duc ashnardien.

Et on ne dit nulle part que je suis irrésistible, ce qui est plus ou moins un crime de lèse-majesté.








...putain, pourquoi je peux pas pratiquer un abus de pouvoir ? éè Va jouer, bonnasse. Superreeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeebienv'nue ! Sourire
Journalisée

Fania Lacour
Humain(e)
-

Messages: 65



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Septembre 26, 2014, 04:10:47 »

Bienvenue, chère ennemie ! ^^
Journalisée

Holy
Humain(e)
-

Messages: 16



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Septembre 26, 2014, 04:24:38 »

Re-bienvenue un X nombre de fois :3

Hanw *^* Comment j'aime cette fiche <3

Je passerais bien faire un petit tour dans votre Oasis un jour :3



Journalisée
Sorcelienne
Legion
-

Messages: 139



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Septembre 26, 2014, 06:11:08 »

Nom nom nom *^*

Re-bienvenue profite bien nos locaux o/

- ...Ils connaissent au moins la poudre hein ?

- Oh bon dieu. Je crois que je vais ...faire quelques préparations au cas où.

- Les terrans je ne les connait pas donc tant pis.
Journalisée

Magic is for the heretic, the whore, the desperate, and the lover... But the lover is just another bitch
Cassidy Green
Avatar
-

Messages: 2849


Une femme, un homme ? Ou bien les deux ?


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Septembre 26, 2014, 06:49:17 »

re bienvenue Grima&ccedil;ant
Journalisée

Voici mon topic pour découvrir mes autres comptes. Veuillez aussi me contacter sous ce compte pour mes autres personnages, vu que je suis plus souvent connecter avec Cassidy Green qu'avec les autre Grima&ccedil;ant
Rhian Thoris
Humain(e)
-

Messages: 209



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Septembre 26, 2014, 07:32:45 »

Sentinel Prime ==> C'est con... Heureusement que je n'aime pas les ducs ashnardiens, ça te laisse toujours une chance Tire la langue

Fania Lacour ==> Merci, charmante Nexusienne ^_^ Le jour où notre Empire démolira votre royaume en loques, je vous réserverai une place de choix dans ma garde personnelle Grima&ccedil;ant

Sorcelienne ==> "Nos locaux" Huh Mais merci x)

Holy ==> Vous y serez toujours la bienvenue, Votre Sainteté.

Cassidy Green ==> Merci ^^

Merci à vous Sourire
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Kagami Laga
Humain(e)
-

Messages: 232



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Septembre 26, 2014, 07:40:19 »

Je vous souhaites un re-bienvenue votre majesté. J'espère un jour pouvoir visiter votre jolie Oasis.
Journalisée

Souhaitez-vous me connaître ?

Pour tous RP et reprise de RP avec Leonna, Aril, Prisma et Lunea, veuillez envoyez un mp sur Kagami Laga.

Merci ♥
Sorcelienne
Legion
-

Messages: 139



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Septembre 26, 2014, 07:50:43 »

Le forum en gros, le petit coté formel tout çaaaaa...
Journalisée

Magic is for the heretic, the whore, the desperate, and the lover... But the lover is just another bitch
Hinata/Nora
Humain(e)
-

Messages: 666


Princesse d'Edoras


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Septembre 26, 2014, 08:01:49 »

Reeeeeeeeeeebienvenue ^^
Journalisée

Rhian Thoris
Humain(e)
-

Messages: 209



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Septembre 26, 2014, 08:27:03 »

Kagami Laga ==> Les portes du royaume sont grand ouvertes =)

Sorcelienne ==> D'accord ! Je comprends mieux comme ça xD

Hinata/Nora ==> Meeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeerci !!
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Lobo
-

Messages: 7


The Main Man


Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Septembre 26, 2014, 08:27:48 »

Je passerais à l'oasis voir ce qu'ils servent à boire, un jour.
Bienvenue poulette.
Journalisée
Voodoo
E.S.P.er
-

Messages: 969


Regardez-moi dans les yeux... J'ai dit les yeux...


Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Septembre 26, 2014, 08:30:07 »

Sympathique royaume, j'y ferais bien un tour un de ces quatre  Grima&ccedil;ant

Welcome
Journalisée

(cliquez sur ma userbar pour voir ma fiche)



Mes paroles (Turquoise)
Mes pensées (Indigo)
R.P.G.
Dieu
-

Messages: 58


Salut, c'est moi !


Voir le profil
Fiche
Description
J'ai quatre apparences qui me sont propres, sinon je peux devenir n'importe qui. Oui, même toi, là, le personnage dont le joueur est en train de regarder cette description.
« Répondre #13 le: Septembre 26, 2014, 08:50:52 »

Bienvenue à toi !

Et re-x∞-bienvenue au joueur. T'en as jamais marre ? Enfin j'dis ça, moi ça m'assure ma survie, alors bon...
Journalisée

- Bastet -
Dieu
-

Messages: 140


Déesse Egyptienne


Voir le profil WWW
Fiche
Description
Bastet est la déesse égyptienne des femmes, des enfants, des accouchements, du sexe, de la musique et des félins. Loin de l'olympe et des autres divinités, elle dirige et protège une petite cité désertique dans les landes dévastées.
« Répondre #14 le: Septembre 26, 2014, 09:11:51 »

Re bienvenue à toi, fille du désert :3
Journalisée


Tags: orient  papua  
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox