banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Boire ou conduire il faut choisir. [PV Gabriel]  (Lu 2762 fois)
Gabriel Valmy
E.S.P.er
-

Messages: 1551



Voir le profil WWW
Fiche
« Répondre #15 le: Septembre 22, 2014, 08:03:45 »

Gabriel s'attendait à énormément de choses de la part de la jeune femme. Certes, il ne s'attendait pas à ce qu'elle se détache, par exemple, mais c'était impossible. Il s'agissait davantage d'une surprise quant à sa véhémence… et dire qu'il n'y avait pas dix inutiles, elle était assez ivre pour faire entrer le flic chez elle sans le connaître. Alors vous vous doutez bien qu'il n'allait pas s'attendre à ce qu'elle parvienne à pouvoir parler… il eut un sourire mauvais alors qu'elle regardait de ses yeux furibonds le flic…

Elle recracha un peu tout ce qu'il lui avait coincé dans la bouche, des chaussettes et un string, pour être précis… c'était un sous vêtement qu'elle semblait apprécier dites-moi… il en avait vu trois ou quatre traîner, plus celui qu'elle portait… il lui sourit alors qu'elle jouait la provocation. Mais vous savez quoi, elle perdait toute crédibilité attachée…. Gabriel était un sanguin. Le passage à tabac était quelque chose qui le prouvait, mais il n'était pas idiot et savait résister à ce genre de manigances bas de gammes, surtout quand il pensait avec autre chose que son cerveau…

Son cul était si serré qu'il n'arrivait pas à s'y enfoncer plus loin que l'ongle, et que d'un seul doigt bien sur, car ce n'tait même pas la peine de compter sur deux en même temps, elle était trop serrée pour ça… mais il ne renonçait pas, bougeant le bout de son doigt comme il pouvait alors qu'elle tentait comme elle pouvait de se dérober à son emprise, chose bien difficile quand on était dans sa position… elle pouvait lever le bassin, mais pour échaopper à son doigt était une autre paire de manches… il regarda la jeune femme  alors qu'elle l'insultait. Au moins elle ne criait pas au viol… Il sourit et se redressa, quittant son entrejambe pour jour avec elle de manière plus sérieuse…

« Tu tiens à ce que je te libère les mains, ma petite chérie… soit... »

Il s'approcha de son visage en faisant attention à ses dents pour venir lui saisir les cheveux et la tirer vers le haut avant de, se servant de cette unique prise, la faire basculer sur le ventre et revenir derrière elle pour lui saisir les hanches avec fermeté, allant masser ses fesses avant de la lâcher mais se placer sur ses genoux, l'empêchant ainsi de le frapper ou de se retourner et il mit enfin à jour la bête qui était prête à l'assaut dans son cale-butte… il laissa glisser jean et caleçon aux chevilles alors qu'il embrassait et mordillait les fesses du beau brin de femme qu'il avait sous la main…

« Une fois que je t'aurai pris le minou autant que je veux, je te détacherai au moment de t'enculer comme une chienne en chaleur, c'est promis... »

Lui soulevant le bassin de ses mains, il plaça sa verge entre les cuisses de la jeune femme et pénétra son intimité fort bien lubrifiée alors qu'il lui envoyait, depuis son gland, deux nouveaux orgasmes, comme si le simple fait d'entrer en elle lui offrait suffisamment de plaisir… enfin, c'était ce qu'il voulait lui faire croire… c'était ce qu'il voulait qu'elle pense, que malgré elle, aimait ça, et qu'elle en éprouve une très grande honte.

« Alors, tu aimes ma grosse queue dans ton con ? »

Balivernes, elle n'avait rien de grosse, elle n'était pas plus grosse ni plus longue que la normale… elle était même banale, dans la moyenne…. Moyenne supérieure si on prenait la manière de penser de Gabriel…

Il commença à faire des aller et retour en elle alors qu'il lâchait ses hanches pour venir enserrer entre ses mains la chaîne des menottes et tirer dessus, forçant ainsi la jolie jeune femme à se cambrer devant lui. A intervalle régulier, il lui envoyait un léger courant électrique, qui donnait l'impression d'approcher un peu trop près sa peau d'une flamme de bougie, c'était la sensation de l'électricité qui entrait en contact avec la beau de la jeune femme… mais les ravages intérieurs étaient autres, en effet, il y avait dans le courant électrique très ciblé, suffisamment  de courant pour le plus violent orgasme qu'elle aurait pu vivre, sans pour autant de la douleur après…

« Et dis toi que ça, ça n'est qu'un prélude… tu vas voir quand je vais te défoncer le cul à t'empêcher de marcher droit ou de t'asseoir pendant des jours... »
Journalisée

Deanna Campbell
Humain(e)
-

Messages: 37



Voir le profil
Fiche
Description
Deanna est une surveillante avec une grande gueule. Elle aime bien faire la fête, boire, se droguer, la mode... Mais surtout... LES COUPS DE MARTINET ♥
« Répondre #16 le: Janvier 10, 2016, 04:23:46 »

Deanna… Boîte à insulte, elle ne faisait que ça ! N’arrêtant pas d’insulter le flic, qu’elle avait une grande gueule cette fille. L’alcool, il est descendu d’un coup, reprenant conscience de ce qu’elle faisait ou au moins en partie… Elle n’allait pas se laisser faire comme ça par un flic. Tu peux être sûr à la moindre occasion de fuir, elle le ferait. La surveillante partira en courant dans l’immeuble en criant au viol. Et les flics… Tu peux être sûr qu’elle ira les voir ! Et lui ce vieux ripou, il prendra cher ! Il ira en prison et c’est lui qui prendra cher, très cher dans les cellules. Il ne fera plus le malin quand elle sera libre…

Pendant qu’elle l’insultait, Deanna contractait les fesses, ne voulant pas que le flic enfonce son doigt dans son anus. Elle le sentait forçant légèrement l’entrée de son petit fondement, mais il abandonna assez vite lui proposant de lui détacher les mains.

« Vas-y ouais ! Détache-moi fils de pute et on va verra ensuite qui fait le malin… »

Gabriel lui attrapa alors les cheveux pour la retourner et la mettre sur le ventre. Pendant ce temps, elle essaya de se débattre, se tortillant dans tous les sens, malgré qu’il était en train de lui tirer les cheveux. Mais se fut très cours, car il la retourna facilement. Au moment de la lâcher ne pouvant pas vraiment retenir son corps, la tête de la jeune fille frappa le sol, lui faisant pousser un cri de douleur.

Elle tourna alors la tête pour essayer de voir ce que le flic était en train de faire derrière elle, Deanna ne voyait pas tout, mais elle se doutait qu’il allait bientôt passer aux choses sérieuses de son côté. Puis il reprit la parole… Le salaud… La belle brune aurait dû se douter qu’il n’allait pas là détacher directement. C’était sûr ! Et elle ne m’y pas longtemps à répliquer.

« Sale sous-merde ! T’as même pas les couilles de me détacher, tu penses ne pas faire le poids comme une femme ivre, c’est pour ça que tu m’attaches ? T’es qu’une putain de fillette ! »

Alors qu’elle crachait son venin, Gabriel souleva son bassin et ce qui devait arriver, arriva. Elle sentie le flic rentrer dans son intimité, il n’eut pas de mal. Et bizarrement, elle eut envie de pousser un long soupire de plaisir. Heureusement Deanna se mordit la lèvre inférieure comme pour s’empêcher de crier, comme pour remplacer le désir par la douleur de se mordre les lèvres presque jusqu’au sang. Pourquoi elle éprouvait maintenant du désir ? Ce mec était un pauvre con, cela ne devrait pas arriver… C’était comme-ci son corps désirait cet homme, mais pas son cerveau. Comme-ci son corps était en manque, alors que non. Jamais elle n’aurait voulu coucher avec un homme qui lui faisait autant de mal…

Deanna était quelque peu perdu… Mais même si elle voulait gémir, elle ne le ferait pas. Elle était encore assez consciente et déterminer pour se retenir. Elle allait à l’encontre de ce que son corps ressentait.

Il prenait du plaisir à la traiter ainsi comme une chienne, sal psychopathe de merde. Le flic se mit à tirer sur les menottes, la forçant à se cambrer, creusant son dos et tendant ses fesses en arrière. Sa poitrine également pointait en avant et son corps réagissait toujours bizarrement. Car ses tétons pointaient et de la mouille commençait à couler entre ses cuisses. Mais elle ne voulait pas lui faire croire ça, elle prit une grande inspiration pour ne pas pousser de gémissement.

« Qu’elle queue bâtard ? Je sans rien du tout ! Tu me pénètre là ? »


Deanna ferma vite sa bouche, se revenant à se mordre les lèvres. Elle continuait dans la provocation malgré tout ! Mais quelle honte ! Mais quelle honte d’aimer ce qu’il était en train de faire. La surveillante pourtant restait forte pour ne pas qu’il puisse le voir. Mais tout n’allait pas vraiment se passer comme elle le voulait…

Déjà elle sentait des choses bizarres contre sa peau… Comme de la chaleur, mais le flic n’avait rien pour produire des flammes surtout qu’il était toujours en train de tirer sur les menottes. Puis d’un coup… Ce fut le drame. Tout son corps se réchauffa d’un coup. Un orgasme ? Non ce n’était pas possible. Pourquoi elle avait un orgasme là maintenant… Deanna essaya de serrer les dents, de faire ce qu’elle pouvait. Mais elle ne pouvait simplement pas contenir cet orgasme, ce n’était pas comme les gémissements d’avant. C’était largement plus fort. Elle n’en n’avait jamais connu un orgasme aussi fort.

« AHHHHHHHHHHH… HHHHH ! Ouii ! Ah ! Ah ! »

Deanna se mit alors à crier dans son appartement laissant échapper le plaisir qu’elle venait de ressentir. Pendant qu’elle criait, tout son corps se mit à se contracter et de mouille sortie en abondance de sa chatte, coulant sur ses cuisses. Avant qu’elle finisse de crier, elle sentait déjà la honte la parcourir… Comment avait-elle pu faire ça ? Deanna essayait de reprendre son souffle comme elle le pouvait !

« Fils de pute ! Comment t’as fait ? C’est pas normal ! »

Deanna se doutait légèrement que quelque chose n’allait pas… Mais comment c’était possible, elle n’en savait rien. Il se passait des choses bizarres.

« J’ai pas aimé ! Ce n’est pas possible… ! »

Deanna essaya de revenir sur l’avant, tirant en avant, alors que le flic tenait toujours les menottes.

« Et si tu touches à mon cul, petite pute ! Je te promets qu’une fois que je serais libre c’est toi qui te prendra mon gode dans ton cul. Tout ce que tu me fais je te le ferrais payer en 1 000. Tu pourras plus t’assoir, plus marcher, plus chier ! T’es qu’une grosse merde ! »

La surveillante essayait de cacher sa honte avec des insultes, encore et toujours. Et comme il avait dit, normalement il allait la détacher pour lui faire les fesses c’est à cet instant qu’elle devra agir. Bon faut-il déjà qu’il le fasse… Deanna avait un petit espoir quand même.
Journalisée

Gabriel Valmy
E.S.P.er
-

Messages: 1551



Voir le profil WWW
Fiche
« Répondre #17 le: Janvier 13, 2016, 07:28:39 »

Elle avait intérêt à fermer sa grande gueule si elle ne voulait pas avoir davantage d’ennuis, s’en rendait-elle compte ? Pas le moins du monde !  Il regarda la jeune femme avec un sourire en coin avant de finalement lui lâcher la chevelure et lui mettre une grande claque sur la fesse, à la limite de la cuisse, alors qu’il revenait lui saisir les hanches, histoire de la sauter ave davantage de fermeté…

Ses insultes, il commençait à en avoir sa claque et il envisageait presque de lui mettre une raclée avant de finalement sortir de son con. Putain ce que c’était que de laminer le vagin de cette nana, c’était un vrai régal…. Oui, il comptait la saillir, encore, encore, encore et en encore, jusqu’à ce que son corps, tremblant, ne puisse plus lui permettre de prononcer le moindre mot !  Il lui fit un sourire mauvais alors qu’elle avançait encore des insultes, encore et toujours…

« Je te détacherai, je te l’ai promis, quand je t’enculerai, tout simplement, quand tu auras le cul tellement béant que n’importe quoi pourra y entrer et que ma semence te recouvrera, retapissera ton intérieur et ton extérieur, et que tu en lècheras la moindre goutte accessible avec une foule d’envies lubriques dans le fond de l’œil ! »

Il la saisit de nouveau par les cheveux, histoire de la forcer à se cambrer davantage alors qu’elle continuait ses provocations, mais un coup de jus eut tôt fait de la calmer, d’un seul coup, elle n’était plus en train de l’insulter mais de se noyer dans le plaisir, elle en gémissait…. Elle devait regretter profondément regretter de ne plus pouvoir cacher tout cela sous un bâillon n’est-ce pas…. Elle devait regretter de l’avoir craché… mais c’était tant pis pour elle, il savourait alors ses gémissements involontaires et qui le mettait en joie. La jolie quantité de mouille quand il se remit à la besogner.

« Putain ce que tu es bonne, ma nana est encore mieux, mais tu n’es pas mal du tout ! »

Il lui fit un petit sourire et admira le nouvel orgasme qu’il lui envoyait ! il l’entendit même admettre dans le feu de l’action qu’elle aimait cela !  Il lui caressa doucement les reins avant de finalement ma laisser au sol, la laisser tremblante de son plaisir… il ne pouvait s’empêcher de savourer cette situation ! Il regarda la jeune femme et attendit un peu, sa queue sortie et posée entre la vallée de ses fesses entre lesquelles il la faisait glisser sans pénétrer, caressant juste cette zone tout du long de sa verge…. Il regarda un peu plus amusé par la réaction de la jeune femme….

« Pas normal ? plus m’asseoir et plus marcher ? Moi ? Il faudra d’abord que tu sois en état de te lever après que je me sois chargé de toi…. Et crois-moi, ce n’est pas gagné du tout, loin s’en faut !  Je vais te ruiner l’arrière train, te briser les pattes arrières… tu crois que j’en ai fini avec ta chatte, mais ça ne fait que commencer !  Tu vas commencer par jouir encore quelques fois, histoire que tu prennes la pleine mesure à quel point tu adores que je te fasse tout ça ! »

Il lui fit un petit sourire avec un regard amusé alors qu’il s’écartait d’elle pour la retourner, la mettre sur le dos, qu’il profite de son regard ivre de plaisir quand il comptait la baiser de nouveau. Certes, elle serait moins cambrée, mais bon, ce n’était pas grave…. Il regarda un peu plus la jeune femme avant de finalement lui écarter de nouveau les cuisses et entrer brutalement dans son antre inondé de plaisir.

« Putain ce que c’est bon cette quantité de mouille ! attends d’en avoir encore plus… »

Lui plaquant les mains sur les épaules pour la contenir au sol, il se vautra sur elle pour aller lui mordre les mamelons, pas de quoi marquer mais de quoi la faire au moins glapir de douleur un court instant avant qu’il ne se mette à jouer à lécher, suçoter, mordiller les pointes en érection de sa poitrine. Plusieurs fois, il mordit de nouveau ses seins. La différence se fut qu’il fit correspondre ces morsures avec de grandes secousses de plaisir qu’il lui envoya via l’électricité, un plaisir qui se diffusait depuis ses seins.

« Alors, toujours en train de détester ? »

Il lui mordilla la gorge, ses mains venant lui saisir la tête, il alla même introduire sa langue dans son oreille, la laissant glisser sur sa joue avant de lui susurrer, arrêtant de lui pilonner la chatte.

« Je vais juste te donner un conseil…. Quand je te prendrai le cul, évite de résister où tu auras plus mal que tu ne pourrais l’imaginer. Moi je m’en fous, je finirai par passer. Toi par contre, tu douilleras comme jamais ! Tu as compris ? »

Il lui fit un suçon dans le cou de la belle !
Journalisée

Deanna Campbell
Humain(e)
-

Messages: 37



Voir le profil
Fiche
Description
Deanna est une surveillante avec une grande gueule. Elle aime bien faire la fête, boire, se droguer, la mode... Mais surtout... LES COUPS DE MARTINET ♥
« Répondre #18 le: Septembre 11, 2017, 02:17:16 »

Deanna n'avait pas le temps de reprendre ces esprits que son violeur lui redonna un orgasme. La surveillante essaya de se contenir encore une fois en se mordant les lèvres presque jusqu'au sang, mais rien n'y faisait elle ne pouvait pas se contenir. La jeune femme se remit alors à crier de plaisir, alors qu'elle venait de tomber par terre, l'homme l'ayant relâché. Le visage contre le sol, Deanna était essoufflée, son corps tremblait, de la mouille avait inondé ses cuisses.

"Hmmm... T'es qu'une pute comment... Comment tu fais ça ?"

La jeune femme savait bien qu'elle ne pouvait pas prendre du plaisir comme ça, il y avait quelque chose qui n'allait pas bien. Le problème ne venait pas d'elle mais de ce flic ! Il lui faisait quelque chose qui la forçait à avoir des orgasmes, ce n’était pas possible autrement. Deanna en était convaincu être violée ne pouvait pas la faire jouir, deux fois de suite en plus. Et même d'habitude ses orgasmes arrivaient bien plus tard, là c'était trop rapide ! Ça n'allait pas... Et Deanna était en train d'essayer de chercher ce qui n'allait pas. Et elle n'allait pas arrêter de crier, de l'insulter, de se défendre. Non ça jamais ! A la moindre occasion le flic allait le payer.

Alors qu'elle essayait de chercher une solution pour se sortir de ce gros tas de merde, elle sentie la verge du flic entre ses fesses. Deanna se mit alors à bouger de gauche à droite, pour éviter qu'il la touche.

"Dégage de là, sous-merde ! N'ose même pas..."

Deanna n'écoutait même pas ce qu'il était en train de lui dire. Elle voyait du coin de l'oeil ses lèvres bougées, ses sourires de prédateurs, mais aucun son n'arrivait aux oreilles de la jeune femme. Comme-ci avec la peur un long silence c'était installé pendant plusieurs minutes. Mais juste quelques secondes seulement étaient passées. Elle reprit pleinement conscience quand le flic la retourna sur le dos.

Voir comme il fallait son visage l'écœurait terriblement, elle essaya de se redresser pour venir lui mettre des coups de boule, mais elle n'était pas assez grande pour le faire. Et c'est alors que son calvaire recommença ! Le prédateur lui écarta les cuisses pour venir y fourrer encore une fois sa bite. Avec toute cette mouille il était maintenant tellement facile de rentrer en elle.

"Va te faire foutre sale bâtard !"

Deanna gigotait dans toute les sens, mais elle ne pouvait pas s'échappé de son emprise, de tout son poids qui pesait sur son corps. Et de ces morsures sur ces seins !

"AHHHH !! HMMMM ! OUIIII !"

A chaque morsure, succion, lèchement Deanna se mettait à pousser des cris de plaisir. Comme toute à l'heure, elle ne pouvait pas se retenir. A chaque moment de plaisir, elle relevait son bassin, faisant rentrer le flic encore plus profond en elle contre sa volonté. Ses tétons se montrait de plus en plus durs, ses seins avaient pris un peu de volume sous l'effet du plaisir. Elle ne comprenait toujours pas comment cela pouvait être possible. Mais tout ce qu'elle savait c'est que cet homme allait s'en réjouir, il allait jouer avec ça. Il n'allait pas s'arrêter de la narguer.

Il lui attrapa alors le visage pour venir lui lécher l'intérieur de l'oreille, avant de lui susurrer quelques mots. Un soi-disant conseil ! Il fallait qu'elle se détente quand il allait la sodomiser... Non, mais elle avait une tête à se détendre dans cette situation est-ce que c'était vraiment le cas ? Mais quelle ordure ! Au moment où il releva la tête de son cou, quand il arrêta de lui faire un suçon, Deanna le regarda avec des yeux noirs de colère puis elle lui cracha un énorme molard à la gueule ! Celui-là venait du fond du coeur.

"Je sais pas comment tu fais... Non je sais pas..."

Cela se voyait que Deanna était perdue.

"Prends-moi le cul tant que tu veux, mais un jour ça sera à mon tour de te la foutre bien profond ! Et tu verras je te dirais la même chose... Tu douilleras comme jamais, évite de résister. Et là j'irais le plus fort possible, je te déchirais ton petit cul de fragile de merde ! "

Deanna se mit alors à soulever son buste et à le laisser retomber comme une masse contre le sol en continu comme pour trouver un autre moyen de signaler sa présence.
Journalisée


Tags: humain  humiliation  alcool  viol  policier  vaginal  
Pages: 1 [2]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox