banniere
 
  Nouvelles:
P'tit jeu pour fêter Halloween !
Venez jouer avec nous !!



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 18
  Imprimer  
Auteur Sujet: [ABANDONNÉ] Le procès du vampiroïde [Darthestar]  (Lu 14697 fois)
Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« le: Septembre 14, 2014, 01:12:13 »

Ce RP est la suite du RP « L’envoyé du désert ».



« Le procès commencera demain, Madame...
 -  Hum... Il est enfin arrive ?
 -  Il est pour l’heure détenu au Donjon du Palais. Nous avons reçu la signification confirmant votre statut de juge assesseur dans ce procès, ainsi que la liste des différents avocats, le représentant du Ministère public, du greffier, et de l’avocat de la défense. »

Toujours aussi experte, Véronique, une ancienne Française qui était maintenant attachée aux services de Samara, marchait en décrivant des ronds autour de l’Archimage, dans son vaste appartement en plein cœur de la capitale impériale. Cet appartement était grand, comprenant de nombreuses pièces, et les trois femmes se tenaient dans le salon, un endroit agréable, avec de l’encens, de la luxueuse tapisserie et de grands tableaux valant des fortunes accrochés aux murs. Trois femmes, oui, car, entre les jambes de Samara, sa queue caudale caressait le dos tendre d’une belle tête blonde, filant sous sa culotte noire pour frotter ses fesses. Rien ne pouvait détourner Kazuha, l’esclave sexuelle et garde du corps de Samara, tueuse sadique et cruelle, et en même temps prostituée de luxe. Là où Monica assurait le rôle de secrétaire dans l’agenda surchargé de la belle démone à la peau rouge, Kazuha, elle, servait d’exécutante pour les basses manœuvres, et l’un de ses passe-temps favoris était de lécher l’intimité ruisselante de mouille de Samara.

L’intéressée laissa donc Monica, avec son agenda, lui parler de certains juges. La personne jugée était un curieux vampire, un vampiroïde qui était poursuivi par le Ministère public pour avoir commis des exactions. Il avait été capturé à Sylvandell il y a plusieurs semaines, après avoir aidé les Sylvandins et les Ashnardiens locaux à venir à bout d’un serviteur de Tzeentch, Jay Woods, dont le corps et l’esprit avaient été possédés par Mälrunn. Son aide avait été précieuse, mais nul ne pouvait se soustraire à la justice ashnardienne, et il se trouvait en ce moment dans les cachots du Palais Impérial, l’Empire ayant organisé la tenue du procès pendant son transfert de Sylvandell à Ashnard. Un procès très particulier, ce qui expliquait pourquoi la formation collégiale réunie pour le juger était tout autant exceptionnelle.

Le Président de la juridiction était le Conseiller impérial Emhyr Var Emreis, un homme intelligent, un politicien affûté, qui avait une excellente connaissance du droit, et dont son frère, le Maréchal Coehoorn, était un redoutable stratège militaire, respecté au sein de l’armée. Jadis, les Emreis avaient eu leur lot d’Empereurs siégeant sur le trône. La famille était tombée en disgrâce durant la Guerre Civile provoquée par la folie du Roi Cramoisi, mais elle avait progressivement su renaître de ses cendres. Il fallait bien avouer que les Var Emreis étaient l’une des familles fondatrices de l’Empire, d’anciens notables qui avaient fait le voyage jusque dans ce désert, mettant en collectivité tous leurs biens pour poser les jalons d’une nouvelle puissance, une puissance qui devait devenir l’Empire.

Deux juges assesseurs l’accompagnaient : Samara, et la Duchesse Ashara, une femme élégante et influente. Elle aimait se parer de vêtements luxueux, et était connue pour ses talents de médiatrice. Elle était régulièrement désignée comme arbitre par des nobles ashnardiens, veillant à résoudre leurs litiges en évitant qu’ils ne dégénèrent en conflits internes. Sa dernière intervention récente avait été de distiller sa science dans le cadre d’un contrat opposant un puissant comte à une guilde d’armements devant fournir au comte un stock d’épées conséquent, ayant promis des épées de première facture, enchantées et puissantes. Quand le stock était arrivé, il était composé d’épées de piètre qualité, et le créancier de l’obligation avait hurlé à l’usurpation, refusant de payer pour les épées défectueuses, et avait demandé la résiliation du contrat, ainsi que la condamnation de la guilde à verser des dommages-intérêts. Cette dernière s’était prévalue d’une clause limitative de responsabilité pour refuser de payer cette indemnité. L’expertise d’Ashara avait permis de dénouer la situation, mais le procès qui s’annonçait avec ce Darthestar serait bien plus politique que vraiment juridique. Néanmoins, Ashara était belle, et on disait même qu’elle était une perverse n’hésitant pas à organiser des orgies dans sa maison à Ashnard, avec ses dames de compagnie. Pour Samara, c’était une belle occasion de se faire remarquer.

Le Procureur était un jeune homme prometteur, Antoine Bargas, qui était un teigneux, mais qui était aussi un ancien soldat, descendant d’une famille de chevaliers ashnardiens. La formation paraissait donc favorable à Darthestar. Pour Samara, c’était l’occasion, non seulement de se faire remarquer parmi ses collègues mages, qui s’intéressaient de près à cette histoire, mais aussi auprès des puissants, satisfaisant ainsi l’ambition dévorante et toujours plus forte de Samara.

Elle avait hâte que ce procès commence.
« Dernière édition: Mai 01, 2018, 12:45:08 par Samara » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Darthestar
Créature
-

Messages: 3053



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #1 le: Septembre 14, 2014, 03:38:51 »

L'arrivée à Ashnard n'avait pas été des plus discrètes, Darthestar ayant fait parti du retour des troupes armées de la capitale impériale tandis que ceux ci faisaient tout le chemin, triomphant, jusqu'aux casernes de la ville, offrant donc aux passants la vue de leurs faces réjouies d'être revenus de l'enfer de sable alentour, mais aussi la vue de la carriole étrange où il était enchaîné, et où certaines personnes passèrent la tête par curiosité. Il n'avait pas beaucoup changer depuis le départ de Sylvandell, hormis une barbe de quelques jours qui commençait à apparaître sur son menton et ses joues il n'y avait rien de différent, à part peut-être le vêtement que lui avait offert le roi Tywill pour qu'il se vêt, un manteau de cuir, un peu moins long que celui qu'il portait avant, mais qui avait l'avantage d'être plutôt léger, et il faut l'avouer, de meilleur qualité que son précédent vêtement fétiche. En tout cas ils ont remonter les rues d'Ashnard ainsi, à la vue de tous, jusqu'à atteindre la garde, et ainsi se diviser en deux groupes : un, conséquent, qui partit à l'intérieur de la garde pour obtenir enfin ce qu'ils méritaient depuis un bon moment, à savoir un repos nécessaire et réparateur, tandis que le deuxième groupe, bien moins fourni, se dirige avec la carriole de Darthestar vers une autre destination que le vampiroïde ne connait guère, mais peux pré-supposer, les prisons et autres cachots d'Ashnard, où il devra attendre son procès.

Quand ils y arrivèrent d'ailleurs l'annonce de leur arrivée devait surement s'être déjà propagée à grande vitesse dans la ville, car les portes étaient grandes ouvertes sur un homme de forte stature, à l'air assez aimable et dont le bras droit était sectionné un peu en dessous de l'épaule, résultat d'un coup qui avait du être passablement violent ! Le présentations furent vite faite, et Darthestar put donc comprendre qu'il s'agissait du vice-gardien des cachots, Frederick Hrömer, venu chercher en personne le vampiroïde qui restait selon les autorités un être qui méritait la plus grande des vigilances vis-à-vis de ses possibles réactions et de sa tendance fréquente par le passé à échapper aux forces de poursuites d'Ashnard sans la moindre raison compréhensible. Cela ne gêna point Darth qui descendit immédiatement de son lieu de voyage pour enfin sentir sous ses pas le dallage de la ville, et pouvoir faire officiellement face au second des cachots d'Ashnard, le dit second le regardant droit dans les yeux quand il le voit avant d'allonger un peu son sourire et de demander à ce que les portes menant aux prisons de l'Empire soit ouvertes. Pendant que les soldats s'affairent à cet ordre, l'homme invite le vampire à s'approcher tandis que celui-ci est encore sous la surveillance de deux soldats de Katharn, puis s'enfonce en compagnie du guerrier manchot dans les longs couloirs clos où il passeras surement quelques mois au frais.

- Je ne sais pas si vous êtes au courant vampire, mais votre procès est déjà sur le point de se dérouler. Vous n'attendrez donc pas longtemps, mais d'ici là vous allez avoir le droit à la cellule. Comprenez que je vous remercie pour l'aide que vous avez apporter à mes camarades, mais un criminel reste un criminel avant tout.

Il ne pouvait que comprendre cette vision des choses et suivait donc docilement le gardien, ne faisant point plus que cela, ne répondant même pas vraiment aux questionnements sous-jacents de l'homme, comme la raisons d'un tel empressement dans ce jugement, ou encore sa présence auprès de l'armée de Sylvandell et d'Ashnard durant la bataille qui a précédé son retour dans la ville où il avait commit tant d'exactions. Ils vont de couloirs en couloirs, passant parfois devant certaine prisons où se trouve les rebus de la société d'Ashnardienne, certaines comprenant de fameuse célébrité, comme un prince des voleurs auto-proclamé que le vampire reconnait sans soucis pour l'avoir croiser lors de ses voyages, ou encore un vendeurs peu scrupuleux connus pour ses nombreuses ventes d'esclaves qui lui servait avant tout à détrousser les acheteurs de leurs bien une fois qu'ils avaient acquis leurs nouveaux serviteurs. Finalement ils arrivent dans les recoins les plus sombres de la cité geôlière, sans lumières hormis quelques torches éclairant bien mal le domaine où ils se trouvent, et l'homme sort un trousseau de clé de sa main encore existante pour enfin ouvrir une cellule de bonne taille plongée dans le noir, hors de toute luminosité et ne possédant pas le moindre ameublement à part un pot de chambre et une assise en bois de piètre qualité. Si le vampire ne s'attendait pas au meilleurs des accueils, il peut toutefois dire que le résultat est au-delà de ses espérances, et il se demande qui a put lui attribuer pareille cellule à part quelqu'un qui devait sincèrement lui en vouloir. Se serait-il attaquer à un membre important de la communauté Ashnardienne autrefois, ou en lien avec le chef de la prison ? Aucune idée, mais le résultat en était particulièrement désagréable.

- Ouais je sais c'est pas top pour un type qui nous a aidé, mais je ne suis pas celui qui choisis les cellules ici. Le jugement que tu obtiendras t'offriras peut-être mieux, ou pire, mais en tout cas c'est ici que tu seras avant que le tribunal se mette en route dans quelques jours. Au moins n'auras-tu pas à souffert de la brûlure du soleil n'est-ce pas ?
- Certes ...

Il rentre donc lentement dans la cellule et vas s'asseoir dans le fond en observant les lieux. Il s'agit des cellules les plus renforcés, les murs sont d'une extrême épaisseur, enfoncés au coeur de la forteresse, et les barreaux sont fait avec les métaux les plus résistants que peuvent créer les artisans Ashnardiens. Peut-être même qu'ils en importent de Tehkos, comme les menottes et les chaînes que porte actuellement le vampire au poignet, afin d'être sur que même les êtres les plus puissants ne puissent s'en sortir par une soudaine envie de liberté et une utilisation abusive de leurs forces titanesque, ce qui montre bien l'aspect consciencieux des hautes instances d'Ashnard quand il s'agit de conserver en leurs murs les éléments dangereux de leur sacro-saint empire. Une fois sur le banc-couchette, le vampire peut entendre la grille se refermer et les clés jouer dans la serrure pendant que le second de la prison prends bien soin de fermer la cage du vampiroïde, puis de remettre le trousseau de clés à sa hanche avant de se redresser de toute sa hauteur et de regarder le nouvel occupant des prisons impériale, sans présenter le moindre signe de suffisance ou de supériorité. Il fait juste son travail, ça se lit sur son visage, et le manchot fais un pas pour partir avant de s'arrêter dans son geste, et de revenir lentement vers le vampiroïde pour lui parler entre les tiges métalliques.

- Les repas arriveront tout les soirs, même si tu n'en a pas besoin. Je ne peux rien dire sur les personnes qui serviront à te juger, mais de ce que j'ai entendu, ce ne devrait pas être trop à ton désavantages, même si les plaignants sont coriaces pour certains. Ne te fais surtout pas trop d'illusions.
- Nuls soucis, je ne suis pas connu pour me méprendre. Passez une bonne journée.
- Vous aussi.

Les pas s'éloignent, et le vampire se déplace pour se caler contre le mur et méditer. Au moins el temps passeras plus vite.
« Dernière édition: Septembre 15, 2014, 06:10:41 par Darthestar » Journalisée


Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Septembre 17, 2014, 01:47:27 »

Leurs lèvres se décollèrent, et un sourire effleura celle de son amie.

« Oui, je suis bien heureuse d’être rentrée... Ne serait-ce que pour goûter à nouveau à tes lèvres, ma belle Samara. »

Samara ne put s’empêcher de sourire, et embrassa à nouveau Tora. L’Archimage de la Foudre était l’un des principaux soutiens de Samara à Ashnard. C’était elle qui l’avait aidé à mieux maîtriser ses pouvoirs magiques, et à prendre contact avec les instances politiques impériales, ainsi qu’à bénéficier de son appartement actuel. Sans elle, Samara aurait eu bien plus de mal à entrer au sein de l’académie magique impériale d’Ashnard, et à être reconnue comme Archimage.

La maison de Tora était un confortable manoir dans les beaux quartiers de la ville, une vaste demeure qui avait été confiée à cette dernière par un duc dont elle était la conseillère magique et politique. Tora y avait de nombreux domestiques, essentiellement des femmes ou de jeunes éphèbes. Elle était revenue de Sylvandell, et avait longuement parlé avec Samara, qu’elle considérait toujours un peu comme sa disciple, de son combat contre Tzeentch, ainsi que de Mälrunn, et du vampiroïde... Dans la foulée, elles avaient fait l’amour dans son lit, pendant de nombreuses heures, leur magie se mélangeant ensemble pour une osmose parfaite et délicieuse.

« Je suppose que c’est à cause de toi que je dois d’être juge...
 -  Je me disais que cela te ferait plaisir, compte tenu de tes ambitions. C’est une bonne manière de se faire reconnaître, surtout qu’Emhyr y sera... »

Les deux femmes étaient allongées dans le grand lit de Tora, et Samara embrassait tendrement son épaule nue, remontant le long de sa peau, ses mains glissant le long de son corps.

« C’est vrai que c’est un bon moyen de se faire voir... Emhyr a une forte influence, maintenant... »

Tora acquiesça lentement. Emhyr était un pur politicien, avec un sens affiné des réalités socioéconomiques. Il était dangereux, et il valait mieux éviter d’être son ennemi. Les Emreis avaient su retrouver leur ancienne influence au sein de l’administration impériale. C’était lui qui avait signé le décret de nomination faisant de Samara une Archimage, et c’était lui qui lui permettrait encore de s’élever. Il fallait s’en méfier, sans pour autant le négliger.

« Et que comptes-tu faire du vampiroïde, hum ?
 -  Je ne sais pas encore... Il est étonnant... Il y aurait peut-être quelque chose à en tirer pour mes recherches. »

Un nouveau baiser s’échangea entre les deux femmes. Le sexe était leur lien commun, quelque chose qui leur permettait de travailler ensemble, et d’être plus que de simples collègues.

« Nous pourrions peut-être aller le voir... »

Tora considéra silencieusement cette proposition. En réalité, Samara était assez curieuse, et elle savait que Tora avait accès aux cachots du Palais Impérial. Il ne fallait pas le crier sous les toits, mais Tora utilisait parfois certains prisonniers condamnés à des peines lourdes comme cobayes, sous réserve de leur autorisation. Elle ne maîtrisait pas que la Foudre, et s’évertuait d’essayer de diversifier ses activités. L’Archimage finit par accepter, et elles s’embrassèrent encore, avant de s’habiller, et de sortir de son manoir.

La prison impériale dans laquelle était détenue Darthestar se trouvait au Donjon Impérial, la structure centrale du vaste Palais Impérial. C’était une immense tour dans laquelle se trouvait, à son sommet, les quartiers personnels de l’Empereur. Tout en bas, sous le sol, dans les profondeurs, on trouvait la Cité Pénitentiaire. Elle s’articulait autour d’un immense trou central, les cellules filant tout le long de ce trou, s’enfonçant parfois dans de longs couloirs sinueux abritant de multiples oubliettes et autres salles de torture. C’était un endroit sinistre, où il faisait froid, et où on entendait parfois des cris filant des profondeurs du trou central. D’aucuns auraient pu s’insurger devant le sinistre de cette prison, mais, en même temps, c’était une prison. Tora et Samara entrèrent par la porte principale, suivant un geôlier, qui s’avançait à l’aide d’une lampe à huile.

« Il est ici... »

On avait mis Darthestar le long d’un couloir, en l’écartant du trou, dans une cellule où il était seul.

« Hum... Un choix judicieux, ils vous ont mis dans une cellule conçue pour contenir des trolls. Darthestar, je suis heureuse de vous voir, et j’aimerais vous présenter Samara, l’une de mes amies... Qui sera aussi l’une des trois juges chargées de se pencher sur votre cas. »

Samara hocha lentement la tête, sa queue caudale glissant sur le sol.

« Je dois admettre que votre dossier est assez parcellaire... Je ne sais même pas encore de quoi on vous accuse précisément. »

Elle ressentait effectivement quelque chose en lui, et comprenait mieux pourquoi Tora le trouvait si intéressant. Il y avait en lui une certaine puissance contenue, une force bestiale et très puissante, une force que Mälrunn avait essayé de libérer... Sans succès, en tout cas. Du moins, en apparence.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Darthestar
Créature
-

Messages: 3053



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #3 le: Septembre 17, 2014, 11:42:32 »

Les heures étaient longues dans les cachots d'Ashnard, particulièrement longues, tellement longues que la moindre source d'occupation devenait vite une joie intense pour les prisonniers qui étaient obliger de supporter la lumière faiblarde des lieux, le manque d'hygiène croissant avec le temps passé dans ces cellules, et parfois le manque clair d'amabilité de certains gardiens qui avaient tendance à rabaisser les prisonnier pour se couvrir de la satisfaction personnelle de ne pas faire partie de l'autre cotés des barreaux. Par chance et malchance à la fois, le vampiroïde n'avait que peu de choses à connaître de tout cela hormis le terrible ennui qu'il accumulait au fil du temps, cet ennui qui le faisait parfois se perdre dans la simple contemplation des lignes du dallage du couloir, ou qui l'amenait à tenter de tendre l'oreille pour entendre autre chose que son propre souffle dans la pénombre, ou les quelques rongeurs qui se baladent un peu trop dans les diverses cellules pour trouver de quoi manger. Les dites bêtes ont d'ailleurs du trouver quelque chose de très intéressant chez le vampiroïde, car même si les animaux ont une certaine difficulté en sa présence, les souris, les rats et autre camarades de cette grande famille ont tendance à venir couramment voir le vampire afin de lui quémander son repas qu'il ne peut de toutes manières pas manger pour d'évidentes raisons. Les petites bêtes partent donc repues, et reviennent au prochain repas, petite mécanique qui permet au vampire d'éviter un peu l'ennui pendant quelques minutes le temps que le pain et les morceaux mystérieux qui traînent dans le plat disparaissent dans le gosier de son attraction journalière.

Son écart lui évitait de voir du monde, et seul un geôlier passait de temps à autres pour vérifier mais il partait bien vite, apparemment peu habitué à la présence d'êtres dans ce pavillon de la prison, sans parler de la nature surnaturelle du prisonnier qui se trouvait là. Darthestar avait tenter de s'adresser à lui, mais le geôlier n'avait fait que presser le pas en retour, ne semblant décidément pas enclin à échanger avec le vampiroïde, sans parler de cet air de colère mêlé de peur dans son regard à chaque fois que celui-ci se tournait sur la forme sombre à l'intérieur de la cellule qu'il était, preuve encore une fois que même si il y a des personnes qui le considère, une grande parties des gens communs devait surement lui voué les même sentiments que son gardien : une crainte viscérale, et un méfiance toute compréhensible. Ah les choses n'allaient pas être simple durant le jugement, et il se doutait que si il avait en face de lui des personnes comme ce geôlier, alors les choses allaient être plus que compliquée pour alléger les peines à son encontre. Le pire serait que même la personne sensée le défendre soit contre lui, en ce cas il ne pourrait pas estimer grand chose du travail de cette personne et finirait surement par croupir en prison des années durant. C'était bien sur une optique dans laquelle il souhaitait très honnêtement se tromper, mais malheureusement c'était bien possible qu'en Ashnard il existe bien plus de personne qui désirerait le voir croupir en prison pour toujours plutôt que d'obtenir une peine légère et rapidement remplie.

Il est ainsi facile de comprendre la situation du vampire : il cogite sur son futur en Ashnard, se demandant comment vont se dérouler les prochains jours avec la quasi certitude que les choses vont se passer bien plus mal que ce qu'avait prévue Alice quand ils en avaient discuter avant qu'il ne parte de Sylvandell, et s'ennuie de plus en plus, les deux éléments s'alimentant pour créer un cercle vicieux où le vampiroïde réfléchit toujours plus pour compenser son ennui croissant, cette même hausse de réflexion minant son moral et l'amenant à se dire que tout était peut-être déjà joué. Le seul moyen qu'il a trouvé pour éviter cela est la méditation, et les heures passés dans un autre domaine de conscience lui permettent quand même de rassurer ses pensées et son coeur, sans quoi il serait déjà en train de ruminer ses erreurs avec son habituelle manie de s'auto-flageller pour toutes les erreurs qu'il a commis par le passé. C'est durant cette méditation qu'il effleure une conscience qu'il a déjà perçut autrefois, une conscience qu'il pense reconnaître bien que l'idée qu'elle soit ici même, entre les murs de la prison impériale, lui soit tout à fait incongru et lui fait se dire qu'il est en train de confondre son désir de voir du monde avec des réalités tout à fait grotesque. Pourtant l'impression se rapproche et il retire doucement sa conscience à son corps pour passer de ses sens magique à ses sens physiques, captant dés lors l'approche de trois personnes aux bruits de pas sur les marches de l'escalier central, puis des dalles du couloir, avant de voir se profiler la tête de son fameux geôlier.

« Il est ici... »

C'était bien elle, Tora, mais que faisait-elle en venant le voir en ce lieu ? Certes le vampire était décidément bien heureux de pouvoir la voir, cette femme avec qui il avait échanger bien maladroitement une partie de sa mémoire durant le siège de Mälrunn, et à qui il devait deux fois la vie par ailleurs, mais elle avait surement un tas de choses bien plus intéressantes à faire que de venir à la rencontre d'un prisonnier, surtout juste avant que ce dernier parte devant la barre pour payer ses crimes, alors pourquoi donc était-elle ici ? La réponse se trouvait surement dans l'autre personne qui l'accompagnait, une femme, une démone pour être plus exacte, d'une grande beauté et qui pour l'instant restait en rentrait, mais qui semblait garder son regard droit et fier sur sa personne, le laissant comprendre qu'il allait avoir le droit à une certaine considération de sa part dans peu de temps, mais à propos de quels sujets, cela il ne le savait guère. Peut-être était-ce une collègue de Tora qui s'intéressait à la nature magique du vampiroïde après que l'archimage foudroyante lui ai parlée de son voyage en Sylvandell et du criminel qu'elle y avait sauvée ? Ou peut-être était-ce une quelconque scientifique, anthropologue qui souhaitait en apprendre plus sur cette forme de vampirisme anormale dont témoignant le vampiroïde ? En tout cas elles étaient toutes les deux venues apparemment pour échanger, et le geôlier lui repartit comme à son habitude quasiment immédiatement une fois la destination atteinte, les laissant entre eux, chose appréciable.

« Hum... Un choix judicieux, ils vous ont mis dans une cellule conçue pour contenir des trolls. Darthestar, je suis heureuse de vous voir, et j’aimerais vous présenter Samara, l’une de mes amies... Qui sera aussi l’une des trois juges chargées de se pencher sur votre cas.
- La joie est partagée, je suis ravi de vous revoir dame Tora, tout comme ravi de rencontrer votre amie. Mes salutations dame Samara, veuillez me pardonner de paraître en une telle situation, encore plus alors que vous allez avoir à me juger dans les jours qui viennent. J'aurais souhaité être un peu plus présentable. »

C'est vrai que sans chaussures, avec un pantalon en mauvaise état suite aux affrontements qu'il avait connu dans le désert et la citadelle maudite, un haut modeste offert par le roi Tywill, ses cheveux détachés qui tombaient en cascade sur son dos et son torse, ainsi que les fers qu'il portait aux mains et aux pieds, il était très difficile de dire que le vampiroïde était dans le meilleurs des apparats pour accueillir les deux femmes. Il avait plutôt cet air d'ancien guerrier désormais vagabond, que l'on aurait emprisonner ici après une bagarre dans une auberge ou un trafic quelconque dans un lieu mal-famés, et la lumière crépitante de la torche qui avait été placée au mur pour que l'on puisse l'observer sans soucis ne faisait que rajouter un peu de tranchant à ses traits déjà coupés au couteau, ce qui rendait la comparaison désormais exceptionnellement facile à faire. La seule contradiction était la prison en elle-même, bien trop sécurisée pour abriter un soiffard qui aurait mal cuvée sa bouteille de tord-boyau et aurait ainsi fini par créer une bataille incontrôlée. Enfin, se redressant, le vampiroïde quitta son banc et s'approcha des barreaux afin de pouvoir être vu sans soucis par Tora et sa camarade, Samara, les dominant toutes deux d'une bonne tête une fois debout. C'st quand il vit la femme ouvrir les lèvres qu'il se tourna instinctivement vers elle, posant son regard sur les traits particulièrement agréable de son visage.

« Je dois admettre que votre dossier est assez parcellaire... Je ne sais même pas encore de quoi on vous accuse précisément.
- Il suffit de demander. J'ai attaqué dans la ville d'Ashnard, au cours des nuits, un total de cent vingt-sept personnes. Dans la majorité des cas, c'était afin de me nourrir, mais certaines ponctions furent particulièrement longues et dangereuses pour la vie de celles que j'ai vampirisé. Dans quinze de ces cas je suis aussi poursuivi pour viol je crois me souvenir, mais je n'ai eut ces informations que vaguement, en me renseignant une fois mes crises passés. Je suis aussi coupable de refus d'obtempération pour les six fois où la milice a cru m'attraper, et de la mort de treize gardes au cours des dites poursuites, sans parler du nombre de blessés. Je crois que ceci est déjà bien et ne vais donc pas non plus essayer de compter les dégâts matériels, les résultats vous seront surement donner durant le jugement et j n'ai pas le souvenir de toutes mes erreurs. »

Il parlait avec un ton professionnel et parfaitement honnête, énumérant à voix intelligible la liste de ses crimes sans peur de ne pas garder dans l'ombre quelques éléments troublants ou particulièrement dangereux a énoncer, préférant être juger une fois pour toutes pour tout ses crimes et de la manière la plus franche possible plutôt que de tenter de ne pas respecter la chance qu'on lui a offert de faire pardonner ses péchés passés en jouant les mystérieux et en éludant certains éléments de ses crimes. Il était après tout un prédateur naturel qui avait perdu le contrôle et s'était ainsi acharné sur la ville d'Ashnard afin de se remplir de son sang en oubliant les conséquences de ses pulsions et de ses actes, chose qui n'était dûment pas acceptable de la part d'un être qui devrait avoir la tenue d'un grands seigneur au vu de sa place dans le monde de la chaîne alimentaire. Un vampire a le droit de se sustenter, mais pas comme une bête sauvage, et c'était bien là son plus grand crime, entre monstre et être humanoïde il avait perdu la partie la plus humaine pour n'être plus qu'une bête de pulsion et de besoins. Encore merci, la présence d'Unahzaal à Ashnard permit d'arrêter le vampiroïde aux derniers instants, avant qu'il ne perde les dernières onces d'humanité pour agir sous une seule forme, celle bestiale, celle qui avait toujours besoin de plus de sang, de plus de massacre, de se baigner dans le divin élixir dont il devait se repaître. Ayant reprit conscience il avait fuit Ashnard sans faire face à ses crimes, deuxième fautes dont il devait désormais accepter la sentence.

« Vous venez donc par rapport au futur jugement ? Je répondrais à toutes les questions que vous me poserez, n'en doutez pas. De toutes manières je suis seul ici, donc nous pouvons parler sans hésitation, et je dois vous avouer que ça me feras du bien de ne plus m'ennuyer dans les ombres. Dame Samara, dame Tora, je vous écoutes. »
Journalisée


Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Septembre 20, 2014, 02:12:03 »

« Il suffit de demander. J'ai attaqué dans la ville d'Ashnard, au cours des nuits, un total de cent vingt-sept personnes. Dans la majorité des cas, c'était afin de me nourrir, mais certaines ponctions furent particulièrement longues et dangereuses pour la vie de celles que j'ai vampirisé. Dans quinze de ces cas je suis aussi poursuivi pour viol je crois me souvenir, mais je n'ai eut ces informations que vaguement, en me renseignant une fois mes crises passés. Je suis aussi coupable de refus d'obtempération pour les six fois où la milice a cru m'attraper, et de la mort de treize gardes au cours des dites poursuites, sans parler du nombre de blessés. Je crois que ceci est déjà bien et ne vais donc pas non plus essayer de compter les dégâts matériels, les résultats vous seront surement donner durant le jugement et j n'ai pas le souvenir de toutes mes erreurs. »

Ah oui, quand même... Bras croisés, Samara réussit à masquer sa surprise en fronçant les sourcils. Plus d’une centaine d’attaques, probablement des dizaines de meurtres, sans compter les viols... S’il ne s’était contenté que de vulgaires raclures et autres vauriens des bas-fonds, l’Empire aurait vraisemblablement fermé les yeux, mais, vu que Darthestar ne se souvenait pas vraiment de ce qu’il faisait dans cet état, il était plus probable qu’il n’y ait, dans sa liste, des noms renommés. Autrement dit, son affaire restait assez mal engagée, malgré son soutien envers l’Empire. Samara n’avait honnêtement pas vu les choses sous cet angle, et une moue pensive éclaira son visage.

Qu’est-ce qu’elle était supposée faire ? Un léger moment de silence flotta entre eux suite aux explications du vampiroïde. La queue de Samara, tout en se déplaçant, évitait autant que possible de toucher le sol. Il était laid, moche, sale, et poussiéreux. Samara était une femme qui, maintenant qu’elle avait goûté à la beauté, au luxe et à la volupté, ne supportait pas vraiment leurs opposés. Or, cette prison était un magnifique hommage à l’insalubrité publique. C’était un endroit sale, puant, avec une forte odeur de renfermé et de moisi. Plus vite elle en sortirait, et mieux ce serait. Tora regarda brièvement Samara, avant de regarder à nouveau Darthestar.

Elle lui envoya alors un message télépathique (MT) pour lui faire part de ses pensées :

*[MT] Tu le ressens, n’est-ce pas? Sa puissance... [/MT]
[MT] Je lis aussi en lui une bestialité, une profonde sauvagerie... Qu’il enferme derrière ses politesses excessives. [/MT]
[MT] Je suis une femme qui aime prendre des risques, Samara, tu devrais le savoir… [/MT]*

Samara hocha lentement la tête, puis reporta pour de bon son attention sur le vampiroïde !

« Nous venons effectivement dans la perspective du procès, oui, pour vous connaître un peu plus. Un procès qui implique Emhyr n’est jamais une chose à négliger, et, comme vous êtes le principal intéressé, il me semblait opportun de vous découvrir.
 -  Samara est une Archimage de l’académie, expliqua Tora. Durant ce procès, elle servira de juge assesseur, et fait partie du jugement, car la magie aura un grand rôle à y jouer.
 -  Votre culpabilité en tant que telle ne fait aucun doute, puisque vous avouez vous-même vos crimes, expliqua Samara. C’est sur la question de la responsabilité que nous allons nous déchirer... Savoir quels ont été vos mobiles, si vous aviez encore conscience de vos actes pendant la commission des crimes, et si vous êtes susceptibles de les réitérer encore... Tous ces éléments détermineront la sanction que le tribunal prononcera à l’issue des audiences.
 -  Fait plus original dans une procédure pénale, j’interviendrais au procès afin de représenter l’Académie magique impériale. Nous avons des prétentions à faire valoir vous concernant. Vous êtes un spécimen très réussi, et j’aimerais bien pouvoir vous étudier un peu plus, afin de comprendre votre réelle nature. »

Samara se demandait ce que tout ça cachait... Quels étaient les véritables enjeux derrière ce procès ? Comme elle l’avait dit, le conseiller Emhyr Van Emreis n’y participerait pas s’il n’y avait pas quelque chose qui lui échappait. C’était un procès orienté vers la magie, mais il y avait forcément autre chose. Le sens politique affiné de Samara lui soufflait quelque chose dans ce sens, mais elle n’était pas encore capable de le comprendre. En réalité, elle n’avait tout simplement pas encore assez de données en jeu.

« Je ne peux guère vous poser trop de questions, vu l’audience qui s’annonce, mais, malgré tout, et même si cette question risque de vous être reposée ultérieurement, j’aimerais savoir ce que vous envisagez de faire... Dans l’hypothèse où le tribunal déciderait de vous libérer, bien entendu. »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Darthestar
Créature
-

Messages: 3053



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #5 le: Septembre 20, 2014, 12:13:13 »

Le vampire restait au bord des barreaux et observait à la fois Samara et Tora dans cette position, se laissant le temps de profiter de la vision de deux personnes étrangères à ses gardes habituels, et surtout appréciant la présence d'une personne aussi agréable que Tora, qu'il aimait beaucoup pour différentes raisons, notamment le temps qu'il avait passé avec elle en tant que disciple, ou encore les quelques échanges qu'ils avaient eut en dehors de cette relation, lui ayant laissé l'impression d'une personne sensée et intelligente. Quand à son amie, Samara, elle semblait être venue telle une professionnelle, souhaitant avant tout la poursuite de son travail et la réussite de celui-ci, du moins en apparence, mais le reste des intentions de la démone archimage ne lui était pas connu, ni visible, celle-ci ayant un capacité à n pas montrer le fond de ses pensés qui dans le fond forçait un peu le respect, le vampiroïde ayant l'habitude de lire plus loin dans l'être profond des autres rien que par le regard et les gestes. Elle paraissait juste "inquiète" de ce qu'il pourrait se produire au tribunal, et cela s'entendait tout particulièrement étant donné les crimes gravissimes qu'il avait commis. Il ne les connaissait pas tous, et ne connaissait pas non plus la finalité de chacune des ponctions qu'il avait eut l'occasion de pratiquer, mais les juges et les différents parties en jeu durant ce procès auront les données exacte eux, et cela ne présageait rien de bon si en effet son cas était plus grave que ce qu'il venait déjà d'énoncer.

Le silence tenait d'ailleurs soudainement une bonne place dans la conversation tandis que le vampire semblait attendre les prochains mots de la démone aux airs réflectifs, comme si elle essayait de retourner un à un les problèmes dans sa tête pour rendre clair les zones d'ombres du dossier sur lequel Darthestar n'avait surement pas tout dit, ou du moins pas dit ce dont il était dans l'incapacité de dire, par faute de son ignorance du sujet. Peut-être en savait-elle déjà plus qu'elle ne voulait le faire savoir et avait tentée de le piéger pour voir si il allait mentir à propos de ses pertes de contrôles du coup, il ne pouvait pas vraiment dire si il était sur ou non de la personne en face de lui à cause de cette retenue que Samara affichait pour ne pas présenter ce qu'elle pensait intérieurement, et ainsi enchaînait les suppositions sans pour autant trouver une signification aux agissements de cette première "juge" de son tribunal. Ses sens magique tiquèrent d'ailleurs un moment, signe qu'il y avait un petit quelque chose de magique dans l'air, et au vu du changement infime d'expression de Tora, il put très bien s'imaginer qu'il s'agissait là d'un échange privé entre les deux archimages, via la télépathie. Il y avait donc quelque chose qu'avait remarquée Samara, ou Tora à l'inverse, et elles avaient prit le temps de s'échanger cette information tandis que le silence se prolongeait, non péniblement, mais avec une certaine indélicatesse qui laissait un peu le vampire hors de toutes connaissances du point de vue de belle démone, ce qui pour le coup le mettait un brin mal à l'aise.

« Nous venons effectivement dans la perspective du procès, oui, pour vous connaître un peu plus. Un procès qui implique Emhyr n’est jamais une chose à négliger, et, comme vous êtes le principal intéressé, il me semblait opportun de vous découvrir.
 -  Samara est une Archimage de l’académie. Durant ce procès, elle servira de juge assesseur, et fait partie du jugement, car la magie aura un grand rôle à y jouer.
-  Votre culpabilité en tant que telle ne fait aucun doute, puisque vous avouez vous-même vos crimes. C’est sur la question de la responsabilité que nous allons nous déchirer... Savoir quels ont été vos mobiles, si vous aviez encore conscience de vos actes pendant la commission des crimes, et si vous êtes susceptibles de les réitérer encore... Tous ces éléments détermineront la sanction que le tribunal prononcera à l’issue des audiences.
-  Fait plus original dans une procédure pénale, j’interviendrais au procès afin de représenter l’Académie magique impériale. Nous avons des prétentions à faire valoir vous concernant. Vous êtes un spécimen très réussi, et j’aimerais bien pouvoir vous étudier un peu plus, afin de comprendre votre réelle nature.
 -  Je vois. Cela me surprends, l'Académie magique est-elle si importante pour qu'à la fois vous vous présentiez, et qu'un autre membre de ce jugement appartienne aussi à l'école de magie ? Ne vont-ils croire à une quelconque influence ? Enfin, ce ne sont pas vraiment mes affaires n'est-ce pas ? Je devrais plutôt me concentrer sur la finalité du jugement que ce qui y transparaît. »

Ça c'était un joli mensonge de sa part mais après tout il mentait peu normalement, alors il pouvait bien se permettre ce genre de mensonge innocent pour paraître comme un prisonnier de tout les jours qui attendait patiemment un jugement qui allait surement aller à son encontre au vu des charges que tout cela impliquait, n'est-ce pas ? Elles avaient d'ailleurs parler d'un certain Emhyr, mais il était incapable de se rappeler de quelle personne il s'agissait, même si il avait déjà entendu le nom quelque part dans les rues d'Ashnard autrefois. Surement un puissant noble, ou une personne d'influence dans la politique de la capitale impériale vu ce que lui attribuait les deux femmes, mais cela ne l'arrangeait pas pour faire un quelconque jugement d'opinion sur cette information offerte comme une évidence pour les deux archimages. En tout cas, et comme toujours le vampiroïde ne laissait rien au hasard et souhaitait bien aller devant la barre avec le plus d'informations possible sur ceux avec qui il allait devoir échanger à propos de ses crimes, même si le résultat était peut-être déjà joué d'avance au vu des personnes qu'il allait devoir affronter, et de leurs justes et habiles plaintes contre l'agresseur nocturne. D'ailleurs il remarqua aussi qu'il avait prit la place d'un sujet d'observations et d'intérêt scientifique pour Tora, et peut-être de quelques autres mages de la grande cité d'Ashnard, ce qui pouvait expliquer pourquoi l'Académie magique avait tant envie de jouer un rôle durant ce procès, surement pour faire valoir leurs désirs de conserver un spécimen unique comme Darthestar.

« Je ne peux guère vous poser trop de questions, vu l’audience qui s’annonce, mais, malgré tout, et même si cette question risque de vous être reposée ultérieurement, j’aimerais savoir ce que vous envisagez de faire... Dans l’hypothèse où le tribunal déciderait de vous libérer, bien entendu.
-  Surement choisirais-je de repartir dans mes longs voyages, continuer d'explorer des lieux qu je ne connais pas. Dame Tora semble avoir quelques questions à me poser, et je serais ravi de rester le temps de lui offrir les informations qu'elle souhaite obtenir à mon encontre, mais même si je suis acquitter, possibilité rare que celle-ci, je doute que ma présence en ce lieu ne soit particulièrement désirée, ce qui expliquera le choix de mon départ le moins tardif possible. »

Ce coup-ci, la vérité. Il se rappelait très bien de la proposition franche et sincère de Tora quand ils étaient encore au campement de guerre contre Mälrunn, à savoir la possibilité qu'il apprenne à parfaire sa nature magique au travers des enseignements de l'Académie de magie d'Ashnard, mais il n'avait pour proprement dire absolument aucune chance de s'y installer tout en sachant que nombre des personnes qui s'y trouverait auront surement quelques griefs à son encontre pour avoir le droit d'étudier avec eux malgré son passé de criminel. De plus un jugement considéré comme anormal de la part du grands publics ne pourrait que renforcer leurs inimitié, leur animosité envers le vampire gracié, ce qui n'aurait comme débouché que de le mettre dans une position fortement indélicate vis-à-vis de ceux dont il croiserait le chemin en Ashnard. Il pourrait rester certes pour offrir à ses bienfaiteurs l'aide et la bonne humeur nécessaire pour que leurs curieux travaux trouvent de nouveaux chemin et de bien intéressantes découvertes, mais au-delà de cela il fallait être honnête et voir les choses en face : sa présence dans la grande ville impériale n'était clairement plus souhaitée, que ce soit par lui, ou les autres occupants, petits ou grand, de la capitale. Du moins cela était sa vision des choses, et il pouvait surement gravement se tromper, mais pour l'instant cette perspective semblait être la plus plausible pour le vampiroïde, et en ce sens il ne voyait pas comment il pourrait en être autrement.

« J'espère que cela vous permet de vous donner une idée un minimum exact de ma personne dame Samara, et sachez que j'estimerais le jugement qu'il me sera fait avec toute la considération possible. Après tout il ne manquerais plus que je fasses preuve de mauvaise foi alors que j'atteins enfin le juste moment pour racheter mes crimes, que ce soit par le pardon ou la repentance. »
Journalisée


Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Septembre 23, 2014, 01:22:38 »

Samara restait hermétique. Contrairement à Tora, qui préférait s’occuper de l’Académie, Samara, elle, avait des visées politiques clairement établies. Elle était ambitieuse, suffisamment ambitieuse pour savoir que, dans le jeu de la politique, masquer ses réelles pensées était une nécessité vitale. Elle affichait donc un visage neutre, bras croisés, en écoutant le vampiroïde lui répondre. Il n’avait aucune intention de rester ici, aucun désir de rester au sein de l’Empire. Il préférait errer le long des routes, en pensant, probablement à raison, que les Ashnardiens ne voudraient pas de lui dans les rues. Samara estimait plutôt que les Ashnardiens le préféraient dans leurs casernes, et elle se demanda si ce n’était pas là la raison d’être d’Emhyr... Trouver un moyen, si ce n’est de convaincre Darthestar, au moins d’en savoir plus sur les caractéristiques particulières de cet homme. Il n’était en effet pas, à proprement parler, un vampire, mais un vampiroïde. Samara ignorait encore quelles étaient les conséquences concrètes, mais elle savait que les Ashnardiens travaillaient depuis des années à la confection d’un sérum permettant de donner aux soldats les capacités des vampires, sans les inconvénients allant avec, comme le besoin vital de devoir se nourrir de sang. Tora en parlait assez peu, mais Samara savait qu’un groupe de recherche spécial existait au sein de l’Académie pour réaliser ce mutagène. Les tests n’étaient pas encore très concluants, et, dans la mesure où Samara ne faisait pas partie du projet, elle n’y avait jamais accordé une grande importance. D’un seul coup, ce projet lui revint en mémoire, avec la possibilité que, derrière toute cette histoire, il n’y ait que ça.

L’homme avait raison de se questionner sur l’importance de l’Académie, et elle se demandait si l’avocat qui serait choisi ne tenterait pas de soulever un vice de procédure en soulignant qu’il n’était pas normal, eu égard à l’impératif d’impartialité des juges, qu’un juge assesseur soit membre de l’Académie magique, lors même que cette dernière intervenait au procès. Emhyr était un fin connaisseur du droit ashnardien, que ce soit le droit écrit, celui découlant des ordonnances impériales et des décrets d’application, ou le droit jurisprudentiel, émanant des décisions de la Cour Impériale, la juridiction suprême de tout le droit ashnardien, juridictions privées et publiques confondues. Il disposait d’un cabinet juridique regroupant de multiples juristes travaillant pour lui dans le but d’analyser les arrêts et leur implication dans ces activités. Nul doute que le projet était déjà ficelé et plié, chacun des assistants juridiques d’Emhyr ayant déjà trouvé tous les arguments susceptibles d’être avancés au cours de l’audience... Et Samara espérait bien que ce procès ne serait pas qu’un pur échange d’arguments juridiques barbants entre experts du droit. Il y avait peu de chance que ce soit le cas, mais elle s’attendait déjà à ce que la défense l’assomme en parlant de prescription, de fins de non-recevoir, et d’autres termes procéduraux qui lui donnaient envie de dormir.

« J'espère que cela vous permet de vous donner une idée un minimum exact de ma personne dame Samara, et sachez que j'estimerais le jugement qu'il me sera fait avec toute la considération possible. Après tout il ne manquerait plus que je fasse preuve de mauvaise foi alors que j'atteins enfin le juste moment pour racheter mes crimes, que ce soit par le pardon ou la repentance. »

Samara hocha lentement la tête.

« Vous avez effectivement une dette envers la société ashnardienne... Il reste à déterminer si votre contribution à protéger Sylvandell suffira à éteindre ce passif. »

C’était la fonction d’être de la justice : racheter sa dette. La traditionnelle image de la balance qu’on attribuait à la justice, avec toutes les manières possibles de l’interpréter. L’accusé contre la victime, ou, encore, l’infraction commise contre la nécessité d’y attribuer une sanction juste et proportionnée. Ashnard n’était pas un pays aussi juridiquement avancé que Nexus, que ce soit au niveau de la garantie des libertés individuelles contre les interventions publiques, mais, de manière générale, les deux États s’accordaient sur un principe simple : un État fort et légitime nécessitait une justice efficace et visible. La justice étant l’une des prérogatives régaliennes d’un État, si elle n’était pas exercée de manière convenable, on prenait le risque de voir un délitement du sentiment national, et, en sus, un risque d’embellie et de défiance à l’égard du pouvoir... En gros, un premier pas vers la voie d’une opposition forte, si ce n’est d’une guerre civile. Nexus en était l’illustration typique. La justice était corrompue, la criminalité galopante, avec une pauvreté qui s’insinuait dans les méandres de la vaste cité-État.

« L’Académie interviendra à titre d’expert, en quelque sorte... Nous intervenons comme partie car nous avons des prétentions dans ce dossier, mais, concrètement, l’Académie ne vous soutient pas, ni le Ministère public. Très simplement, nous demanderons à ce que, en cas de condamnation, une sanction possible soit que vous effectuiez votre peine au service de l’Académie. Vous êtes un spécimen rare, Darthestar, quelqu’un qui a réussi à survivre à l’endoctrinement de Mälrunn. »

Samara hocha lentement la tête, en acquiesçant.

« Avant le procès, vous devrez vous entretenir avec votre avocat... Emhyr ayant envie d’hâter les choses, je pense que vous le verrez demain, mais j’ignore encore de qui il s’agit. »

Il y avait une espèce d’embellie dans la manière dont ce procès s’organisait, confirmant son caractère très politique. L’avocat serait probablement commis d’office, vu les prix exorbitants des cabinets d’avocat...

Sur ce point, Samara se trompait, comme elle l’apprendrait plus tard.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Darthestar
Créature
-

Messages: 3053



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #7 le: Septembre 23, 2014, 02:57:47 »

« Vous avez effectivement une dette envers la société ashnardienne... Il reste à déterminer si votre contribution à protéger Sylvandell suffira à éteindre ce passif.
-  Ashnard c'est Ashnard et Sylvandell, c'est Sylvandell. Ils m'ont pardonner d'avoir franchement manqué de politesse face à leurs bons gestes et de les avoir mis en danger, mais je n'avais commis aucun crimes chez eux, aucune mauvaise action. Pour Ashnard je suis un criminel de longue date, multi-récidiviste. Je suis conscient de ma place, et vous ne serez pas mauvaise en me disant très honnêtement que la possibilité que je sois acquitté est tout proprement nulle.»

Cela tenait du bon sens, les deux pays avaient des vus différentes sur le vampiroïde pour de multiples raisons, Sylvandell le voyant surement comme un ami de la nation tandis qu'Ashnard avait surement un point de vue beaucoup plus tranché sur la question, en ralliant le vampire au statut d'un homme de peu de foi qui avait juste agis de la manière la plus facile pour lui afin d'obtenir les bonnes grâces suite à sa capture. Du moins, tout ceux qui ne le connaissait pas, et qui allait avoir à dénigrer la posture du vampire durant cet assaut ne manqueront pas de souligner ce détail : le vampiroïde ayant été capturé, plus vite et plus efficacement il coopérait, plus ses chances allaient augmenter en faveur d'une libération sur le mérite, alors il ne fallait pas, surtout pas considérer cette possibilité car elle faisait partie du plan machiavélique d'un criminel mis dos au mur et qui essayait encore une fois de tromper les grandes et loyales forces de l'Empire Ashnardien. Il entendait le discours d'ici, et savait très bien qu'il n'avait pour seul élément contre cette attaque que sa propre parole, qui ne valait surement pas grand-chose à la barre des tribunaux. Tout cela pour résumer qu'il partait tout de même avec le gros désavantages que ses crimes étaient connus et reconnus à tel point que rien ne pouvait vraiment en alléger la malicité et la sauvagerie, ce qui fait que son entrée devant les juges sera terriblement difficile à faire, et sa défense encore plus.

Et qui dis affaire et défense difficile dit besoin d'un avocat qui connaisse son métier et qui soit capable de défendre une cause perdue tout en sachant qu'il a des capacités de la gagner avec une capacité quasiment divine à mettre le doigt sur les trous du dossiers, sur les manques de précisions, sur les résultats des analyses comportementales ou il ne savait quels documents qui attesterais du bon fond et du bon comportement du vampiroïde. Sauf que de tels avocats sont rares, il faut le savoir, et en plus d'être pratiquement impossible à trouver, il faut savoir faire avec le prix exorbitants de leurs prestations, ce qui n'allait pas vraiment dans le sens de l'homme à l'aspect miteux car il fallait se rendre à l'évidence : Il n'avait pas le moindre sous en poche, n'avait aucunes devises étrangères qui puisse faire valeur d'honoraires, et encore moins de prétextable fortune justifiant l'engagement d'un tel maître des cours de justices. Non il n'avait rien de tout cela et aurait surement un petit avocat publique, surement un jeune tout juste gradé de son école qui souhaite prendre place dans un tribunal d'importance concernant un criminel recherché dans Ashnard et ses environs depuis maintenant quasiment une année, et qui souhait mettre ses connaissances à l'épreuve, avant de découvrir la dure vérité par le biais d'une humiliation simple et sommaire devant toute la cours de ses discours mal-ficelés et de ses théories bancales.

« L’Académie interviendra à titre d’expert, en quelque sorte... Nous intervenons comme partie car nous avons des prétentions dans ce dossier, mais, concrètement, l’Académie ne vous soutient pas, ni le Ministère public. Très simplement, nous demanderons à ce que, en cas de condamnation, une sanction possible soit que vous effectuiez votre peine au service de l’Académie. Vous êtes un spécimen rare, Darthestar, quelqu’un qui a réussi à survivre à l’endoctrinement de Mälrunn.
 -  Je peux supposer en ce cas qu'aucuns doutes ne planeront sur vos têtes à toutes les deux, cela serais bien peu appréciable de voir que même derrière des barreaux je continue à porter préjudice à autrui. Et vous dites, purger ma peine en étant aux services de l'Académie ? Pour être tout à fait honnête, je pense que ce serait une bien belle manière de payer ma dette, même si je ne sais guère si j'aurais en effet la chance de travailler ainsi à l'aboutissement de mon jugement. »

Regardant distraitement dans le couloir, il entendait à nouveau des bruits de pas descendant vers les profondeurs de la prison, et notamment les dernières ailes, comme la sienne. Ils n'étaient pas bien loin, et si c'était pour eux que l'origine de ces bruit de pas arrivaient, alors cela mettrait surement à peine quelques secondes de plus pour parvenir à l'emplacement des deux charmantes mages qui échangeaient avec la forme bourrue et décrépite du vampire. Apparemment, quelques autres pas en avant de la part de la personne dans les escaliers lui fit comprendre qu'il s'agissait de son "geôlier" attitré, donc en effet il venait surement pour les deux femmes, ce dernier ayant toujours une bonne raison pour descendre si bas et si près de la cage renforcée mais surement bien trop visible et normale aux goûts de l'homme. Tant pis, son petit temps de détente et d'activité semblait vouloir toucher à sa fin, le temps des visites était terminé, et il allait devoir à nouveau rester bien calme jusqu'à son procès. Bon au moins cette journée se seras éclairée de la douceur de la présence d'autrui, et de la découverte de plusieurs informations des plus intéressante offertes par les deux archimagiciennes. D'ailleurs, un peu avant qu le geôlier n'atteigne l'entrée du couloir, il vit Samara ouvrir les lèvres de nouveau et se tourna vers elle pour écouter surement les dernières informations qu'ils allaient partager pour cette journée.

« Avant le procès, vous devrez vous entretenir avec votre avocat... Emhyr ayant envie d’hâter les choses, je pense que vous le verrez demain, mais j’ignore encore de qui il s’agit.
-  Très bien, merci de me prévenir !
-  Mesdames, pardonnez moi de vous déranger, mais quelqu'un s'est présenté et vous attends dans le bureau du directeur, en haut, espérant vous voir le plus vite possible. On m'a envoyé vous guider, je vous invite donc à me suivre. »

Ça se lit dans son regards, mais il est un peu intimidé, comme si il avait reçu quelques ordres bien moins aimable que ceux qu'il laisse transparaître. Le vampire observe cela avec un fin sourire, imaginant que les deux archimages n'étaient pas laissées sans surveillance, ou au moins l'une d'elle si bien que le déplacement pré-tribunal a du créer quelques remous chez la personne à l'origine de cette observation. En tout cas le geôlier semble avoir encore plus envie de partir que d'habitude, et de toutes manières cette personne plus haut semble avoir peu de patience si on estime les termes sous-entendus par le garde. Darthstar se tourne donc tranquillement vers Tora et Samara puis leur sourit délicatement avant de se reculer un peu pour s'éloigner des barreaux et faire une légère révérence, avant de s'exprimer avec son habituelle aisance :

« Je vois que vous êtes mandées, aussi je ne vous retiens pas plus longtemps. Je vous retrouverais donc au tribunal, d'ici là portez vous bien, dame Tora, dame Samara. »

Il se redressera et les regardera partir avec un fin sourire avant de se renfoncer dans sa cellule et de retrouver l'inconfort de la plaque en bois qui lui sert de banc et de lit à la fois. S'installant en tailleur, il laisseras de nouveau ses sens magique filtrer pour suivre le départ lent des deux femmes vers les hauteurs de la structure, sauf qu'au lieu de sortir, le geôlier les mène dans un des premiers couloirs de la prison et leurs indique un lien en particulier, lieu à partir duquel Darthestar cesseras de les suivre, pour se reconcentrer sur l'espace vide autour de lui, et l'effroyable silence qui s'était installé. Quand aux deux mages, elles arrivent devant une porte en bois massif d'un élégant bordeaux, et une fois que le geôlier y eut asséner deux coup avec l'index, il la leur ouvre afin qu'elles entrent toutes les deux dans la salle du chef de prison, monsieur Jack Fream, qui est d'ailleurs confortablement assis derrière son bureau sans y sembler avachie malgré son âge avancé, les regardant entrer dans la salle avec une patience toute courtoise. Assez proche de son bureau se trouve deux autres sièges dont l'un est actuellement occupé par une forme qui ne s'est pour l'instant pas encore retournée mais dont la coupe sans parler de la prestance de certains drapés laisse entendre la provenance et l'identité de l'invité qui les a invités à venir le voir en laissant plus bas le prisonnier : le fameux Emhyr venait lui aussi de se déplacer. Quand la porte fut fermée, le vieil homme se leva sans trop de difficulté et regarda les deux magiciennes avant de leur montrer le dernier siège libre devant son bureau.

« Bienvenue mesdames... Vous me pardonnerez mais je n'ai plus qu'une assise de libre, je laisse la plus fatiguée y prendre place. Je suis désolé de vous avoir fais venir un peu vite, vous coupant peut-être dans vos discussions, mais le seigneur Emhyr est venu m'informer de quelques détails qui semblent être important de vous communiquer. Mais je parles trop, installez vous avant tout. »
Journalisée


Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Septembre 26, 2014, 11:30:47 »

Dans ce monde, deux magiciennes ne pouvaient décemment pas espérer rester tranquilles longtemps avant que les autorités régulières ne viennent les enquiquiner. La conversation avec Darthestar, fort heureusement, touchait à sa fin. Samara était venue voir de quoi l’homme était capable, et elle n’avait pas été déçue. Ses sens avaient résonné de ce pouvoir sous-jacent qu’il renfermait en lui, de cette espèce de bestialité contenue, et qui, d’après Tora, valait pleinement le détour. En tant que femme ambitieuse, Samara rêvait toujours de voir l’Empire d’Ashnard remporter la guerre contre Nexus, car, plus l’Empire serait puissant, et plus elle serait puissante. Elle savait que, en s’emparant de Nexus, Ashnard maîtriserait la majorité du commerce mondial terran, lui assurant une mainmise, non seulement sur la terre, mais aussi sur la mer. Les théories géopolitiques en cours étaient majoritairement favorables, à Ashnard, à la théorie du Heartland. Cette théorie militaire considérait que le monde se divisait en plusieurs espaces géographiques s’articulant autour du plus gros ensemble, le Heartland, ou « cœur du monde ». Ce terme désignait le plus espace continental en terme de ressources naturelles et humaines, et s’opposait à un autre espace, « l’île du monde », qui désignait la périphérie du Heartland. Autrement dit, la terre contre la mer, Ashnard contre Nexus. L’un dominait la terre par ses armées et son contrôle sur les monstres, l’autre dominait les océans par sa marine et par son commerce international. Si Ashnard s’emparait de Nexus, il règnerait intégralement sur le Heartland, et une hégémonie mondiale pouvait alors commencer. Un beau rêve... Mais qui ne restait encore qu’un rêve. Nexus n’était pas tombée, et, même si la cité-État chancelait et boitait, ses impénétrables superforts continuaient à massacrer les armées ashnardiennes comme de la vulgaire piétaille.

Plongée dans ses pensées, Samara suivait le garde, tout en sachant vers où ils allaient : les hauteurs de la prison, le quartier du directeur... Un simple fonctionnaire impérial dont les détecteurs s’étaient probablement affolés en sentant la présence de deux magiciennes. Néanmoins, en s’approchant du bureau, en avançant dans un couloir assez cossu, l’Archimage ressentait d’autres présences à l’intérieur... Dont une qui lui était bien familière.

*Emhyr...*

Emhyr Var Emreis était là, leur tournant le dos en observant par la fenêtre la cour dehors. C’était un jardin, une agréable cour dallée et propre avec des arbres et des buissons, et, en-dessous, le centre de la prison. Emhyr n’était techniquement pas un magicien, mais il s’était entraîné à conditionner son esprit pour éviter que des télépathes n’y rentrent... Et il possédait également plusieurs talismans magiques extrêmement efficaces permettant de le protéger davantage. Jack Fream, l’honorable directeur de la prison, que Samara avait toujours trouvé d’une laideur repoussante, était réduit au simple rôle de secrétaire, se contentant d’introduire d’Emphyr et la femme qui était là... Une délicieuse duchesse dans une élégante robe verte, qui dardait sur eux un regard envoûtant et pas dénué de sensualité.

« Quelle ne fût pas notre surprise, Mesdames, quand j’ai appris que l’un des juges spécialement formées par le Conseil Impérial s’amusait à passer sa soirée dans cette sinistre prison. Mon Dieu, Samara, si vous vous ennuyez tant, je connais bien des endroits plus chaleureux que cette prison où votre présence serait bien perçue. »

Samara sourit en comprenant le sous-entendu.

« J’y penserais, Duchesse.
 -  Je voulais simplement montrer le prisonnier à Samara, ça n’avait rien d’une tentative pour influencer le déroulement du procès... » tenta de plaider la femme.

Emhyr se retourna lentement. Il avait les bras qui pendaient à droite et à gauche de son noble manteau.

« La connivence entre une partie au procès et un juge constitue un cas d’impartialité d’école de la compétence dudit tribunal. »

Tora secoua rapidement la tête.

« Ne me sortez pas vos arguments juridiques, Emhyr ! C’est vous qui avez influé sur la composition du jury !
 -  Ma chère, je crains fort que vous ne me prêtiez plus d’importance que je n’en ai réellement...
 -  Sauf en ce qui concerne ses prouesses nuptiales, crut bon de noter Ashara. Là, les critiques ont tendance à être en-dessous de la réalité. Quel dommage que vous ayez une telle obsession pour les hommes, Samara... Ce qui ne vous empêche d’aller rendre visite à un vampiroïde fraîchement débarqué... »

Le ton d’Ashara était moqueur, et Samara ne doutait pas une seule seconde qu’elle soit l’une des maîtresses d’Emhyr. Il était trop malin pour aller dans des harems et des maisons closes locales, même des maisons closes discrètes comme celle de Mélinda Warren. Non, il préférait trouver ses amantes dans la haute société. Samara ne doutait pas une seule seconde que les deux aient fait l’amour ensemble... C’était quelque chose d’assez commun sur Ashnard, terre démoniaque par excellence, où l’influence de l’Ordre Immaculé était moins prononcée qu’ailleurs.

« Je voulais voir par moi-même la puissance de cet individu, et comprendre pourquoi un Conseiller Impérial descendant de l’une des plus vieilles familles d’Ashnard s’intéresserait à un vulgaire criminel...
 -  Vous pouviez aussi venir à mon manoir, et me poser directement la question. Bien que je n’aie aucune chance de pouvoir vous montrer mes... Mes prouesses nuptiales, soyez assurée que la vue d’une si charmante dame dans mon modeste foyer m’aurait pleinement ravi. »

Samara croisa les bras en penchant la tête sur le côté.

« Je suis une autodidacte, je voulais me faire ma propre opinion... Et, de mon côté, dois-je en déduire que votre proximité avec Ashara fait que vous en savez plus que moi sur lui ? »

Cette fois-ci, la Duchesse fendit d’un sourire poli, et secoua la tête, son sourire devenant mutin.

« Vous avez opté pour voir le mâle vampiroïde, Samara... Moi, j’ai opté pour tromper mon mari, mais ce maudit Emhyr ne parle pas si facilement... Bien qu’il n’hésite pas à sortir sa langue quand il le faut. »

Ce fut au tour d’Emhyr de sourire, légèrement amusé.

« À moins que ce soit la présence de toutes ces ravissantes dames qui vous intimident, Emhyr ? Mais, sachant que vous avez couché avec les deux tiers d’entre elles, je n’y crois pas trop... »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Darthestar
Créature
-

Messages: 3053



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #9 le: Septembre 27, 2014, 01:02:52 »

« Voyons je ne saurais être intimidé par tant d'élégance, je ne peux qu'apprécier votre présence et celle de nos conviées, mais tout le monde a ses petits secrets qu'il souhaite conserver. »

Ces informations il les avait obtenu difficilement et en ce sens il n'allait pas les offrir à n'importe qui, surtout que les quelques autres personnes au courant étaient des alliés de confiance qui le soutenaient pour le tribunal qui allait se dérouler le lendemain. Ce rapport qu'il avait reçu quelques jours après l'annonce de la découverte du vampire en Sylvandell lui avait laissé le temps de réfléchir, et de s'organiser pour que la situation actuelle se déroule sans encombres, mais il ne s'était pas douté que ce soit une personne comme Samara qui témoigne en première de son orgueil en voulant posséder le vampiroïde, s'attendant plus à quelques magistrats aux ordres d'un pompeux aristocrate voulant assurer son siège parmi les grands dirigeants de la cité. Toutefois il la connaissait plutôt bien, voir même très bien, et cet avantage qu'il conservait sur la démone le mettait dans une situation de confort dont il n'avait absolument aucune envie de sortir par de bien malheureuses maladresses de langage. Ashara à ses cotés, il voyait bien que l'être étrange qui se trouvait de nombreux étages en dessous d'eux attirait les convoitises, et il pouvait le comprendre, mais à moins que le dit être est tout avoué sur sa nature étrange, ce qui paraissait peu plausible au vu des descriptions mentales qu'il avait eut en main, il savait pertinemment qu'il était seul avec ses alliés à estimer tout le potentiel que pouvait générer un être tel que le vampiroïde.

« Je ne sais pas ce que vous nous cacher cher Emhyr, mais laissez trois femmes sans réponses est un bien mauvais comportement de la part d'un homme comme vous, vous ne pensez pas ?
 -  Si ce n'était que moi, peut-être aurais-je eut l'occasion de vous susurrer quelques mots doux à l'oreille un peu plus tôt dans la journée, mais je crois qu'il y a d'autres personnes qui aurait désavoué cette action. »

C'était le seul indice qu'il allait leur offrir, savoir que parmi toutes les personnes en présence ici, si une des femmes avait avec elle l'Académie d'Ashnard, chose qu'elle ne se gênait apparemment pas de montrer face à tout le monde, il avait lui même quelques soutiens qu'il tenait pour le plus secret possible dans cette affaire. Il l'avait dit plus finement un peu plus tôt dans la discussion, Samara mésestimait sa capacité à remodeler à lui tout seul une salle entière de la cour pénal ashnardienne, mais il n'était pas seul un instant dans cette histoire et il mettait toutes les chances de son, ou plutôt de leurs cotés pour tenter d'obtenir du vampiroïde ce qu'il désirait tous : du pouvoir, de la notoriété, put-être pour les plus ambitieux, une grande et flagrante supériorité. Pour cela il avait trier sur le volet les personnes à même d'accepter ou de soutenir la cause du vampiroïde sans pour autant risquer de créer un jugement qui serait à son goût plus que décevant, à savoir la possibilité que l'homme soit choisit pour devenir un esclave et soit dés lors acheté par les plus fortunés de la ville pour leurs bon désirs personnels. Surement que le prisonnier n'avait aucune idée de la convoitise qu'il suscitait parmi les hautes sphères d'Ashnard, mais il était clair que plus d'un allongerait une monnaie plus que suffisante pour acquérir un être capable de survivre aux plus graves blessures et d'affronter un puissant serviteur du Chaos sans périr. Il était pour Ashnard quelque chose d'aussi fort que leur puissance passée à l'époque de son lien avec les seigneur sombre, pourquoi se priver de pareil merveille ?

« Puis-je me permettre d'exprimer mon avis ?
-  Hm ...? Oh bien sur monsieur Fream, nous vous écoutons. »

Le vieil homme se releva de son bureau, les sourcils froncés suite à la discussion qui survenait dans son bureau, et qui ne lui plaisait guère au vu des finalités qui semblaient être évoqués. Pour lui la place d'un criminel est dans une prison, bien enfermé entre 4 murs avec les dispositifs nécessaires pour empêcher toute fuite de ce dernier, et si l'assurance de cette sécurité carcérale n'est pas à l'aune de ce que l'on peut désirer, la mise à mort du sujet est plus que souhaitable pour éviter tout soucis. Il n'est pas aller voir ce Darthestar, pour lui il s'agit simplement d'un vampire particulier qui a le droit à sa place véritable dans la société, derrière des barreaux, et pour lui nul jugement ne devrait changer cette situation qui est de loin la meilleur pour tous ! Si les grands de la société Ashnardienne le désirent tant qu cela c'st leurs affaires, mais c'est avant tout le petit peuple qui a souffert de la présence du vampire dans leurs rues, ce sont majoritairement les femmes du petit monde qui connurent le toucher drainant du criminel, et ainsi ce n'était pas une guerre aristocratique pour la possession du vampiroïde qui allait rendre justice à tout ceux qui avait été lésé dans cette histoire ! Mais tout ça, il n'allait pas le dire. Emhyr avait une main-mise bien trop importante sur le pouvoir actuel, il ne l'écouterait pas, quand à la démone, il doutait que par bonté de coeur elle pensait à ceux qui dans cette histoire considérait l'homme quand un éternel danger qu'il fallait purger.

« Si j'en juge par ce que j'ai appris, cet homme n'a rien à faire dans notre bonne ville d'Ashnard. Pardonnez moi des termes dame Samara, mais si ce "vampiroïde" ne provient pas des enfers même, alors sa place y est toute réservée. C'est une bête sauvage et je doutes qu'un être doté de la puissance qu'on lui prête obéisse sagement aux termes d'un aristocrate, ou à la bourse d'un prince, aussi je vous le dis, à vous tous qui êtes venus pour lui : Oubliez vos projets idiots et offrez lui le dernier jugement qu'on en sois définitivement débarrassés !
-  Je peux comprendre vos inquiétudes Mr Fream, mais Ashnard a surement largement la capacité de gérer un être tel que lui. Le jugement qui se dérouleras demain en fin d'après midi seras porteur des espoirs de chacun quand à l'utilité de cet être, et je compte bien servir Ashnard toute entière en lui accordant la peine la plus juste possible dans l'intérêt de tous. »

De belle paroles, il n'avait surement pas d'autres intentions que d'agir dans l'ordre de son propre intêret, et après de celui de ses alliés, avant de penser à tout ce petit peuple qui avait connu la triste rencontre du vampiroïde en pleine nuit, et qui gardait depuis une image un peu marquante et désagréable de ce seigneur nocturne assoiffé. Jack Fream observa Emhyr droit dans les yeux, mais finalement le gardien de prison ne pouvait pas avancer plus d'arguments en faveur de l'élimination publique de l'homme qu'il gardait pour l'instant à double-tour, et choisit donc de retourner à son bureau avant de s'asseoir lentement dans son siège en pouffant à cause de l'effort musculaire du à la retenue dont il faisait preuve pour ne pas s'y vautrer de manière un peu ridicule et faible. Quand à Emhyr, il se retourna vers Samara et s'approcha un peu d'elle avant de souffler quelques mots délicats, prononcés non sans une certaine pointe de malice et un air qui laissait croire que l'homme se pensait déjà pleinement assuré dans son entreprise.

« Quand à vous Samara faites attention, je vous rappelle qu'un juge doit travailler pour la justice, et non au nom d'une quelconque conquête, chuchotta-t'il en relevant les yeux vers Toria. Sur ce, je pense que je vous ai suffisamment mise en garde, je dois retourner chez moi pour préparer la journée de demain. N'hésitez donc jamais à venir chez moi, je serais ravi de vous accueillir. »
Journalisée


Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Octobre 01, 2014, 01:02:31 »

Il ne fallait pas s’attendre à ce qu’Emhyr dévoile si facilement ses atouts. Discuter avec des magiciennes ne l’effrayait pas, et ce même s’il n’avait aucun pouvoir magique. Samara ne savait pas si elle devait l’apprécier pour son talent ou soupirer devant sa bêtise. Emhyr était dans les rouages des affaires de l’Empire depuis des années, et elle savait qu’il rêvait de devenir Empereur, de remplacer Mordret, dont le règne était en train de souffrir de son incapacité chronique à se débarrasser des Nexusiens. L’Archimage savait que, derrière les apparences de façade, bon nombre de puissants Ashnardiens rêvaient de prendre le trône. L’Empire avait toujours été comme ça : le trône impérial était moins un droit héréditaire qu’un tribut militaire, et seul le plus puissant pouvait y siéger. C’était pour cette raison, notamment, qu’il existait d’anciens droits impériaux prévoyant la possibilité de destituer l’Empereur en l’affrontant. Des anciens droits qui étaient assez obsolètes, dans la mesure où l’Empire d’Ashnard s’était de plus en plus institutionnalisé. Les clans ashnardiens étaient si puissants, ils comprenaient tant de troupes, qu’il était nécessaire d’avoir une certaine stabilité politique, sous peine de voir l’Empire se désagréger dans des combats gargantuesques. Cette union était d’autant plus nécessaire qu’Ashnard se battait désormais pour le contrôle d’Heartland. Le combat contre Nexus était « LE » grand combat, celui qui mettait en opposition deux puissances ayant des conceptions hégémoniques totalement différentes : la puissance militaire et continentale pour Ashnard, économique et maritime pour Nexus. Emhyr, comme la plupart des grands seigneurs ashnardiens, en avaient pleinement conscience. La Guerre Civile ayant éclaté il y a quelques siècles était encore présente dans les esprits, avec les conséquences désastreuses qu’elle avait eu sur l’armée et sur l’unité impériale. Samara savait tout ça, et Emhyr le savait aussi... Ce qui signifiait qu’il était en train d’œuvrer pour augmenter son influence au sein du Conseil Impérial, et pouvoir, un jour, supplanter Mordret. Il avait pour lui, outre sa finesse politique aiguisée, son nom de famille. Les Emreis avaient fait partie des premiers colons ayant bâti les fondations d’Ashnard. Leurs possessions matérielles et leurs esclaves avaient permis d’invoquer les démons ayant fondé l’Empire

Emhyr ne répondit rien, et laissa le directeur s’exprimer. Pauvre Monsieur Fream... Il ignorait que l’Académie impériale se servait volontiers au sein des déshérités et des désœuvrés de la capitale pour ses expériences magiques et génétiques. C’est ainsi que les choses marchaient à Ashnard. L’Académie magique avait avant tout pour but de servir l’armée, d’améliorer les soldats à l’aide de mutagènes améliorant leurs caractéristiques. Il fallait des cobayes pour expérimenter ces mutagènes, et acheter des esclaves était trop onéreux, même si, légalement, l’Académie Impériale faisait cela. Samara savait toutefois que les expériences étaient réalisées sur des criminels, ou sur des clochards, de vulgaires soudards qui ne vivaient que pour égorger et pour violer... Des animaux dont le seul but était de servir de rats de laboratoires. Samara n’y voyait personnellement aucun problème. C’était dans la logique des choses, c’était l’expression de la sélection naturelle : les plus faibles devaient avoir une quelconque utilité pour continuer à exister... Et, dans le cas présent, leur utilité était de servir de cobayes, de prototypes pour des expérimentations magiques. Fream soutenait que le vampiroïde devait payer pour ce qu’il avait fait, en s’en tenant à une lecture stricte et un peu classique de la justice : son rôle rédempteur. Ce n’était pas le point de vue de Samara, pour qui la justice était avant tout un instrument social visant à réinstaurer l’équilibre... Officiellement. Pour elle, la justice était réellement un outil que les puissants instrumentalisaient pour leur équilibre, faisant pencher la balance en leur faveur. Toutes les expériences sociales et historiques démontraient ce simple état de fait : le droit se pliait en fonction de qui était au pouvoir. Les citoyens ne respectaient pas la loi pour des raisons morales, mais avant tout parce qu’ils savaient que, s’ils commettaient quelque chose de répréhensible, l’autorité en charge viendrait agir. Concrètement, ceci signifiait qu’il pouvait exister plusieurs formes de justices. La seule justice efficace était celle qui arrivait à court-circuiter les autres en montrant qu’elle avait des points bien plus gros. Autrement dit, la justice, qui était vendue comme un instrument permettant de protéger les défavorisés, et ainsi de lutter contre la loi ancestrale du plus fort, était avant tout pour Samara l’expression-même de la loi du plus fort.

Elle pardonnait à Fream son manque de discernement, il n’était que directeur d’une obscure prison souterraine, un fonctionnaire assimilable à ces milliers de pions interchangeables qu’on trouvait dans n’importe quelle administration. Son intervention fut oubliée aussi vite qu’elle fût prononcée, et Emhyr, en se rapprochant de Samara, lui fit des menaces à peine voilées, dissimulées derrière un sourire mielleux.

« La justice... Votre justice, Conseiller Emreis, je présume ?
 -  Charmante et piquante... » répliqua l’homme, un sourire amusé sur le visage.

Samara savait qu’elle devait caresser Emhyr dans le sens du poil, car son avancement dépendait de lui, mais elle savait aussi qu’elle devait se faire passer pour une collaboratrice, et non pour une servante docile qui ferait tout ce qu’Emhyr voudrait. Leur discussion était terminée, et Ashara se releva alors.

« Je vais me charger de raccompagner Samara, Magicienne Tora... Il ne faudrait pas se poser de questions sur son impartialité dans le jugement à venir. »

Un élégant sourire ornait les belles lèvres de la Duchesse. Tora haussa les épaules.

« Comme bon vous semblera... »

Tora leur sourit, puis s’écarta, tandis qu’Ashara tendit son bras vers celui de Samara.

« Vous ne savez pas ce que vous manquez, lui confia-t-elle une fois qu’elles furent hors du bureau. C’est un vrai animal au lit...
 -  Je n’en doute pas... »

Cependant, elle ne se voyait pas coucher avec des hommes. C’était un blocage dans sa tête. Samara tendit alors sa main opposée, et caressa la joue d’Ashara, la griffant légèrement.

« ...Mais je pense pouvoir vous montrer que le beau sexe peut, lui aussi, se révéler sauvage. »

Le sourire plein de connivence d’Ashara était comme une invitation... Au moins, Samara n’allait pas s’ennuyer avant l’ouverture du procès de demain.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Darthestar
Créature
-

Messages: 3053



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #11 le: Octobre 15, 2014, 11:37:26 »

Tandis que les uns et les autres venaient de finir leurs longues discussions à propos de l'homme dont le jugement ne saurait tarder, ce dernier était au fond de son trou, regardant les murs sombres sans beaucoup de conviction, laissant le temps redevenir long et peu appréciable suite à l'agréable discussion dont il avait eut le droit il n'y avait pas dix minutes. Finalement la torpeur mentale revint doucement jusqu'à ce qu'il cesse de nouveau de faire quoi qu ce soit, forme immobile au fond de sa cellule laissant juste son regard traîner sur la moindre forme mouvante passant au-devant ou entre les barreaux de son alcôve pour venir lui dire bonjour. Bien sur encore une fois ce ne sont que quelques rongeurs qui l'approchent, mais c'est toujours une petite bête sur laquelle il peux poser le regard pour ne pas trop s'ennuyer, et il ne se prive pas parfois de tendre un doigt pour en repousser un délicatement, la bête partant avant même qu'il ne la touche, ou parfois acceptant le léger contact avant de fuir à toute vitesse, comme stupéfaite par cet étrange toucher. Dans le fond le temps restait long mais le vampire avait de quoi ne pas s'ennuyer, entre les rongeurs et la méditation, si bien que son humeur, sans en rester à son sommet, ne diminuait pas assez pour le rendre affable ou piquant à la moindre remarque, en tout cas pas pour les quelques invités qui pourraient venir dans le reste de la journée.

Néanmoins il profite malgré tout de la légère aigreur au fond de lui pour trouver une nouvelle source d'amusement et celle-ci ne fut pas moins évidente que de jouer à faire peur au gardien qui s'occupe de lui, qui ne porte pas le vampiroïde en son coeur et que ce dernier compte bien lui rendre à sa façon. En résulte donc plusieurs petites occasions où un gardien affolé, terrifié, aura quitter l'aile des cages réservées aux trolls et êtres à la force surhumaine avec dans ses yeux la panique la plus intense et inavouable, car ce dernier aurait juré avoir vu le vampiroïde hors de sa cellule, derrière lui, ou encore qu'une nuée de rat auraient déferlée sur lui dans le but de le dévorer. Si celui-ci avait déjà du mal à venir pour déposer les repas du vampiroïde et vérifier qu'il restait bien derrière ses barreaux, désormais l'homme vérifiais juste du coin de l'escalier s'il entendait les quelques bruits témoignant de la présence du vampiroïde et remontait à l'étage, n'ayant aucune envie de se voir réduire en miette par l'être qui, selon certains soldats, brisait le corps en pierre des gargouilles comme si il s'agissait de chaire tendre. Cette tranquillité et le plaisir de ne plus voir le faciès déplaisant de son gardien fut une deuxième bonne nouvelle pour le vampire qui avait désormais l'aile rien que pour lui, même si il ne comptait pas faire preuve de zèle en tentant de sortir de sa cellule pour se dégourdir les jambes.

Non il en profitait plutôt pour méditer tranquillement, sans la moindre perturbation désagréable alentours, répandant son énergie pour la faire voyager dans la plus grande partie de la prison qu'il pouvait atteindre sans faire d'efforts. Parfois il rentrait en contact avec l'être profond d'un prisonnier, ressentant dés lors leurs magies ou leurs étranges natures, et se donnant un peu de temps pour les observer avant de repartir dans ses recherches et vagabondages. Quand il voulu aller au plus profond de la structure, il fut malheureusement arrêter par une barrière, sans faille et prenant toute la zone, si bien qu'il dut abandonner pour l'instant sa curiosité, le lieux étant bien trop protégé pour qu'il puisse satisfaire son besoin de découvrir les petites manies et manigances des hautes instances Ashnardienne. Parce qu'il n'était pas sot, autant il n'avait absolument pas le moindre doute sur l'importance qu'il pouvait avoir pour les membres des grandes familles Ashnardiennes, autant il savait très bien que la capital impériale n'avait rien d'un paradis, et que les membres qui en foulaient le dallage étaient des maîtres en matière de coups fourrés et de plans tordus. Il savait qu'il allait devoir faire relativement attention à sa propre personne durant le tribunal, il allait aussi devoir se défendre de manière à ne pas se retrouver entre les mains d'on ne sait quel obscure personne qui pourrait se servir de lui comme d'un assassin. A ce prix là, autant rester en prison après tout.

Finalement il revient de cette méditation alors que les premiers rayons du soleils apparaissent par le trou central, et le vampire se redresse lentement, virant un des rongeurs qui s'était installé sur son ventre. Au moins la prison lui aura apprit que si les animaux habituels ont du mal avec lui, il semble que les rats ne le haïsse pas tant que cela, voir même l'apprécie, ce qui n'est certes pas une grande victoire pour le vampiroïde, mais au moins une occasion amusante de remarquer que ce sont les proscrits et les détestés, comme lui, qui accepte sa compagnie. Toutefois, alors qu'il va pour se relever, il se sent lourd, la tête lancinante, et finit par se rasseoir avant de se rappeler que la méditation a beau recharger l'être spirituel, il n'en reste pas moins que son être physique lui est resté en activité toute la nuit, sans repos. N'imaginant pas qu quiconque ne vienne le voir aussi tôt le matin, il vire donc les deux autre rongeurs qui ont élus domiciles sur le banc de bois qui va lui servir de sommier et s'allonge lentement, laissant ses jambes ballotter dans le vide. Il ferme les yeux et se laisse tomber dans les bras de Morphée, amenuisant ses sens pour pouvoir profiter d'un vrai sommeil réparateur et non un repos factice avec un oeil toujours ouverts au cas où quoi que ce soit arriverait. Non il dort sur ses deux oreilles, et ne sentiras personne arriver.
Journalisée


Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Octobre 17, 2014, 01:32:54 »

Le lendemain, une nouvelle journée se levait à Ashnard. Samara dormait paisiblement dans son grand lit, le corps de la Duchesse Ashara lascivement posée contre elle. Une humaine pleine de vigueur, en effet. Le soleil se levait, éclairant la capitale impériale, et Emhyr réfléchissait, dans l’un des bureaux de son grand manoir. Ce vampiroïde allait occuper ses pensées pendant longtemps, mais les pensées d’Emhyr étaient naturellement opaques, ce qui faisait qu’il ne servait à rien de s’y attarder. Darthestar sommeillait sur place quand plusieurs gardes vinrent le voir, amenant son repas du matin, sur un plateau en bois.

« Hey, l’politique ! ‘Faut que tu grailles un coup, tu vas avoir d’la visite ! »

Le garde lui ayant donné à manger s’écarta assez rapidement, accompagné par un gros chien, qui avait surtout pour tâche de le protéger. Le plat était relativement infect : du pain sec et de l’eau, avec quelques fruits peu attirants. Les Ashnardiens n’étaient pas connus pour nourrir leurs soldats de manière très efficace, alors il ne fallait clairement pas s’attendre à ce que la nourriture pour les prisonniers soit bonne. Les gardes oubliaient parfois de nourrir les prisonniers, mais celui-là était un détenu spécial, un « politique » comme le garde venait de l’appeler. Il fallait donc l’entretenir.

Plusieurs gardes revinrent le voir plus tard. Il y avait encore des chiens, et des soldats plus impressionnants.

« Allez, mon gars, t’as une poupée qui veut te voir! ‘Faudrait pas la décevoir ! »

Un rire gras s’échappa des lèvres du garde. Le vampiroïde ne devait pas sentir très bon, et, en bons princes, les gardes l’amenèrent vers les douches communes. Les prisons impériales n’étaient pas comme les simples pénitenciers où les prisonniers pouvaient se côtoyer. On y enfermait les détenus les plus difficiles d’Ashnard, que ce soit par leur pouvoir, ou par leur cruauté. Aucun des individus vivant ici n’était réellement digne d’être un jour réinséré dans la société... À se demander pourquoi les Impériaux les gardaient en vie.

La douche était assurée par un jet d’eau glacial que les gardes balancèrent sur le corps de Darthestar en le mettant contre un mur. Ils se méfiaient de lui, car ils savaient de quoi il était capable, et c’était la raison pour laquelle aucun des gardes ne s’approchait trop de lui. Le jet d’eau frais le nettoya rapidement, et ils ne s’écartèrent pas. Les ordres étaient clairs : ne jamais se séparer de lui, pas même une seconde. Un uniforme de bagnard lui fut donné, et, après quelques promenades dans des escaliers, il se retrouva finalement dans les hauteurs de la prison, dans des couloirs médiévaux moins glauques, plus grands, avec des torches et de belles fenêtres éclairant ces derniers. Par les fenêtres, on voyait des jardins, et il se retrouva ensuite près d’une porte, qu’un autre garde ouvrit. On était au cœur du Palais Impérial, et il y avait des gardes partout.

« Rentre. »

Un garde le laissa entrer. La porte menait à une petite pièce avec des murs verts et un bureau au centre. Il y avait un garde dans un coin, portant une armure noire... Et une femme devant, qui se redressa en lui souriant.

« Darthestar ! Je suis heureux de vous revoir ! »

La voix de cette femme était aisément identifiable. Elle portait une robe blanche, comme à son habitude, et des gants. C’était la Princesse de Sylvandell, Alice Korvander, dont le rôle dans ce procès allait désormais clairement s’affirmer.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Darthestar
Créature
-

Messages: 3053



Voir le profil WWW
Fiche
Description
Darthestar est un être d'un bon mètre 95, et il s'agit surement de l'exemple typique de l'homme torturé par sa nature.

Devenu vampire par le biais d'une bien compliquée histoire, il essayes tant bien que mal de dominer son instincts, mais son combat avec lui même le rend parfois instable et maladroit.

Homme contemplatif, il est avant tout un voyageur et n'use de sa puissance que dans les cas les plus extrêmes, y préférant une certaine forme de sagesse.
« Répondre #13 le: Octobre 17, 2014, 06:07:35 »

« Hey, l’politique ! ‘Faut que tu grailles un coup, tu vas avoir d’la visite ! »

Il existait ... Meilleures manières de se faire réveiller, ceci était une certitude que le vampiroïde ne pouvait nier tandis que la voix désagréable du maton se faisait ouïr à son oreille sensible, le tirant de sa bien méritée torpeur. Se redressant lentement de son banc, il voit la nourriture qu'il ne consommeras pas de toutes manières être déposée sur le sol, un peu en avant, et relevant un poil son regard le vampiroïde aura même la chance de remarquer la tête baveuse du chien qui le regarde avec le désir de le croquer au moindre geste suspect envers le gardien. Décidément il devenait de plus en plus froussards, ou de plus en plus méfiant, craignait-il donc à ce point l'homme qu'ils avaient en face d'eux, pensait-il avoir un quelconque air assez appétissant pour que le vampire désire se sustenter d'une bien plus agréable manière, ou n'est-ce que la terreur face à un être que l'on sait bien plus puissant et vif que soi ? Le fait qu'il ai ramener un chien ce coup-ci donnait presque envie au vampiroïde de rire au fond, car ce n'était pas une bête aussi simple qui allait pouvoir faire quoi que ce soit face au vampire, d'autant plus que les animaux avait naturellement peur de l'être inhumain qu'il était devenu, amenant Darthstar à se demander si le chien saurait tenir fièrement face à son maître si il attaquait, ou s'il partirait la queue entre les jambes, en jappant de terreur pour alerter tout les autres membres de la prison.

En tout cas il attendit qu'ils repartent tout les deux avant d'appeler les rats pour qu'ils viennent dévorer le délicieusement immonde repas qui se trouvait sur le sol, le vampiroïde plaignant intérieurement les gens qui se voyaient obliger de s'en nourrir tout les jours pendant qu'il se réveillait doucement et prenait peu à peu conscience des mots qu'avaient prononcés le garde quand il était passer lui déposer son manger du matin. Le politique hein ? Ce dont il réfléchissait hier semblait en effet devenir de plus en plus concrets, il était en train de devenir un butin, et le jugement qui allait être rendus dans les jours qui suivent allait plutôt servir à savoir qui aurait la chance de mettre la main sur la personne de Darthestar, et d'ainsi pouvoir utiliser ses particulières capacités pour se gausser des autres prétendants à la puissance Ashnardienne et monter seul les échelons de la gloire et de l'importance. Il aimerait bien trouver une parade à cela mais il n'a pas vraiment le temps d'y réfléchir, toute une petite troupe de geôlier venant le voir dans son cachots, munis d'armes, de chiens et d'armures, afin de l'en déloger surement. Le vampire pourrait jurer que le moment de son départ pour les tribunaux est venu vu le nombre de couard qui viennent l'emporter, mais les mots qu'il entends peu après lui font plutôt hausser un sourcil, et se demander ce qui peut bien se dérouler entres ces murs pour qu'autant de soldats soient ici, devant lui, pour une telle raison :

« Allez, mon gars, t’as une poupée qui veut te voir ! ‘Faudrait pas la décevoir !
-  Je ne saurais décevoir quelqu'un venant à me mander tandis que je suis emprisonné. Par contre je ne comprends pas cette débauche de moyens. Avez vous peur que je parte, ou que je reste un peu trop près de vous ? »

Un petite pique, certains sont déstabilisés mais dans l'ensemble aucun ne recule vraiment, ou ne s'énerve, ce qui est bien dommage vu que le vampire aurait adoré la possibilité de s'amuser un peu avec un garde un peu échauffé tous en voyant ses camarades tenter de la maintenir en arrière pour ne pas qu'il connaisse le triste destin qu'ont déjà connu nombreux avant lui entre les griffes et les crocs du seigneur nocturne. Finalement il obtempère avec un air aimable, et reprend donc la marche avec eux, observer d'assez loin par ses gardiens qui ne semblent dans le fond pas à l'aise à l'idée d'être en sa compagnie. Surement ont-ils peur qu'ils se mettent dans une rage incroyable et qu'il les assassine tous, mais le vampire de nature calme et réfléchi ne peux que trouver la simple pensée de ce genre complètement inappropriée et grotesque, même si compréhensible de la part de quelques humains un peu étourdis. Finalement le voilà dans les douches, à supporter les jets d'eaux et les quelques rire saugrenus et désagréable des gardien, ces derniers semblant prendre un malin plaisir à avoir enfin la position de supériorité avec leur prisonnier, chose qu'aucuns d'eux n'avait put goûter avant de se trouver dans cette situation. Étrangement le vampire se dit qu'un tel jet d'eau doit faire mal pour des détenus simplement humain, mais dans son cas les choses se passent, désagréablement certes, mais au moins ne sent-il plus le chacal et porte-t'il un tenue convenable quand il ressort de ce long moment de décrassage.

Bon ce n'est pas qu'il préférerait avoir quelque chose de plus classy, ou ayant plus d'éclat que ce qu'il porte dans l'instant, mais la tenue de prisonnier, il faut avouer que ce n'est pas vraiment ce que l'on pourrait désirer quand, comme annoncer plus tôt, il doit voir quelqu'un , et qui selon ce qu'on dit les gardiens, doit être la juge, Samara, au moins, si ce n'est pas Toria. Enfin bon il acceptera ces quelques friches le temps qu'il se trouve derrière les barreaux, mais c'est vrai que c'était loin d'être le truc qu'il appréciait le plus dans cet emprisonnement forcé, et il saura en tenir rigueur à ses geôliers quand enfin il pourra sortir de ces murs froids pour redécouvrir le délicat soupçon de liberté. Ils enchaînent donc les couloirs une fois cette douche terminée, et ce n'est pas à sa surprise que lui ainsi que ses camarades de fortune, pour être poli, commencent à monter les marches de la triste prison pour atteindre très rapidement des lieux bien plus confortable et agréable à la vue, laissant comprendre au vampiroïde qu'ils ont enfin quitter le domaine carcéral pour atteindre la structure royale qui se trouve au dessus. Toujours sous surveillance, il avancera quelques peu avant d'atteindre une lourde porte ouvragée, celle ci étant ouverte par celui qui semble diriger le groupe de gardien, qui observeras un temps le vampire avec une expression sévère de dégoût avant de lui adresser la parole dans un ordre à peine voilé.

« Rentre. »

Chose à laquelle il obéiras immédiatement avant de s'arrêter sur le pas de la porte, la surprise le paralysant sur le coup.

« Darthestar ! Je suis heureuse de vous revoir !
- Alice que ... »

Que fait-elle là ? Elle était bien la dernière personne qu'il pensait croiser en un tel endroit, et toute suite sa condition de prisonnier ainsi que sa tenue lui parurent incroyablement plus laide et avilissante qu'il l'avait fait croire en premier lieu. Il osait à peine la détailler comme autrefois, cette femme si élégante, à l'allure gracile et aux délicates intentions maintes fois reconnues, si bien qu'il ne put empêcher une légère roseur s'installer sur son visage, chose dont il prit conscience prestement, et qui le laissa vite comprendre que la rencontre bénie était en train de le confondre de manière bien trop rapide pour que ce soit acceptable de sa part. Prenant sur lui-même, il fit des efforts pour maîtriser un peu ce qui était en train de le rendre parfaitement impolie envers le Joyau de Sylvandell qui avait prit le temps de venir à sa rencontre, et essaya de se redresser du mieux qu'il peut tout en reprenant sa nature tout à fait digne et louable, même si ses atours du moment n'aidaient pas vraiment à la prise en considération du bon caractère de Darthestar. S'avançant un peu dans la pièce, il s'approcha doucement de la jeune femme avec un fin sourire, et désormais à ses cotés, il se prit la peine d'une légère révérence, bien reconnaissable pour l'avoir fait déjà plusieurs fois en l'encontre de la merveilleuse princesse. Délicat, il se redresse avec l'élégance propre à sa gestuelle naturelle avant de la regarder.

« Je suis ravi de vous revoir aussi, même si encore une fois je vous retrouve alors que je porte une bien triste tenue. Comment allez vous, vos blessures ont-elles guéries ? »
Journalisée


Samara
Avatar
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Octobre 20, 2014, 01:40:10 »

SAMARA

Les lèvres d’Ashara se posèrent tendrement sur celles de Samara. Un réveil infiniment plus doux que celui de Darthestar. La démone ouvrit lentement les yeux, se réveillant sous les attouchements et les caresses de la Duchesse. Au moins, Emhyr n’avait pas menti sur cette femme. Son dos était traversé de zébrures rouges, des traces des griffes de la démone, et son cou était également marqué par des traces de morsures... Rien de particulièrement rédhibitoire, dans la mesure où la magie permettrait rapidement de nettoyer son corps, afin que ce dernier conserve sa pureté et sa beauté étincelante. Elle retourna l’embrasser, à nouveau, se faisant plus câline le matin, plus douce que le soir.

« Hunnn...
 -  Je pourrais t’embrasser un bon millier de fois, Samara… »

La main d’Ashara fila sur son sein, le pétrissant tendrement, et sa bouche se déplaça à nouveau, pour aller déposer un suçon sur sa peau rouge. Machinalement, l’une des mains de l’Archimage démoniaque glissa le long du dos de la Duchesse, s’agrippant à son postérieur, cette croupe qu’elle avait eu largement le temps d’observer cette nuit. La démone sentait le désir revenir en elle, au milieu de sa belle chambre. Ashara était typique de ces nobles femmes ashnardiennes, qui avaient des gènes démoniaques dans le corps, ce qui les amenait à être de véritables nymphomanes en puissance au lit, insatiables, aussi belles qu’énergiques... De manière plus générale, elles étaient à l’image de Terra, une planète où le sexe était omniprésent, bien plus que dans d’autres réalités alternatives, comme la Terre. Les lèvres de la Duchesse continuaient à jouer avec elle, et, alors que Samara émergeait, elle les sentit se poser sur la sienne, sa langue partant à l’assaut de sa cavité buccale.

L’Archimage remua un peu, clignant des yeux. Ashara poursuivit ce baiser, le prolongeant, et la main de Samara se raffermit sur ses fesses. Elle appréciait sa résistance, et Ashara écarta ses lèvres avec un sourire. Sa partenaire ouvrit alors les yeux, et ce fut à son tour de l’embrasser, leurs jambes se frôlant entre elles. Elles étaient toutes les deux nues, s’offrant l’une à l’autre dans un câlin matinal qui amena la queue caudale de Samara à se roidir un peu. Finalement, au bout d’un moment, Ashara s’écarta, se couchant sur le flanc, posant une main sur le ventre de Samara.

« J’en déduis que j’ai réussi à m’acquitter de mes devoirs d’hôte avec honneur...
 -  Hummm... On peut dire ça, oui... »

Ashara avait un sourire espiègle sur les lèvres, et se coucha sur le ventre, en regardant Samara. Difficile de voir en elle une duchesse, elle avait l’air d’avoir perdu dix ans, avec ses longs cheveux décoiffés tombant en cascade sur ses épaules. Ce fut au tour de Samara de se déplacer, de l’embrasser sur les épaules, tout en grattant son dos avec ses doigts.

« Haaan... Hummm... Tu ferais une parfaite masseuse, tu sais…
 -  Je vais prendre ça pour un compliment.
 -  Hunnn... Crois-moi, j’aimerais bien continuer à profiter de tes formes, mais... Il va falloir redevenir sérieuse.
 -  Emhyr ne peut pas se passer de toi une matinée ? »

Ashara esquissa un sourire, et se retourna à nouveau, faisant face à Samara. Sa main se leva pour caresser sa joue, grattant ensuite un peu son menton.

« Emhyr, Coehoorn, Ceallach… Tous se languissent de moi… Mais je ne veux pas te tromper avec un home, cette fois, ma petite beauté… D’après mes informations, la tête blonde de Sylvandell devrait être arrivée à la capitale.
 -  Oh... »

Cette information était surprenante, mais assez logique. D’après ce que Samara avait cru comprendre, Darthestar avait bien aidé Sylvandell, et il semblait logique que la petite peste de ce royaume de montagnards est décidé d’intervenir plus en avant dans le procès. Vu la lueur dans les yeux d’Ashara, Samara comprit que cette dernière n’était guère surprise.



ALICE KORVANDER

« Je suis ravi de vous revoir aussi, même si encore une fois je vous retrouve alors que je porte une bien triste tenue. Comment allez-vous, vos blessures ont-elles guéries ? »

La sollicitude de l’homme amena un sourire sur les lèvres d’Alice, qui hocha rapidement la tête.

« Oh oui, j’ai de très bons guérisseurs... La franchise m’oblige cependant à vous dire que vous n’avez pas très bonne mine. »

Ce n’était pas étonnant ; le budget impérial alloué aux prisons était dérisoire. L’Empire ne roulait pas sur l’or comme Nexus, et l’or à disposition était massivement utilisé dans l’entretien de l’armée. Autrement dit, dans les priorités du Conseil Impérial lorsqu’il s’agissait d’élaborer les ordonnances budgétaires, les prisons étaient en fin de liste. Il ne fallait donc pas s’attendre à ce que Darthestar soit traité comme un roi, et il suffisait de voir son visage pour comprendre que sa nuit n’avait pas dû être des plus agréables. Alice le laissa s’asseoir, se pinçant les lèvres en réfléchissant à ce qu’elle devait dire, tout en se remémorant son voyage.

Le trajet entre Sylvandell et la capitale impériale était surtout long. Alice aurait pu prendre un portail pour passer par la Terre, et ainsi rebondir dans la capitale impériale par le biais d’un autre portail, mais elle avait préféré prendre son temps, et ainsi respecter le protocole, tout en ayant le temps de songer au procès. En soi, aucune obligation morale ne l’obligeait à soutenir Darthestar. Il avait aidé Sylvandell, mais, d’une certaine façon, la Princesse se sentait redevable à son égard. Il l’avait sauvé d’un troupeau d’Orcs besogneux et en colère. Elle commença par quelques banalités, en lui disant que Mälrunn était toujours occupé par les Ashnardiens, et que Moïra s’y trouvait.

« Le Conseiller Emhyr nous a convoqués en guise de témoins. Je suppose qu’il veut entendre notre version des faits en ce qui vous concerne. »

Elle employait à bon escient le pronom « nous », car Katharn avait aussi été convoqué. On pouvait dire ce qu’on voulait sur Emhyr et sur son esprit calculateur, mais il faisait bien les choses. Alice avait voyagé avec l’Ashnardien, ce qui constituait une raison supplémentaire de ne pas passer par la Terre. Elle aurait pu loger dans le harem de Mélinda, mais Emhyr avait tenu à leur offrir l’hospitalité du Palais Impérial. Elle n’avait pas osé refuser.

« Néanmoins, je tenais à vous voir, afin de m’assurer que vous alliez bien... Je n’ai pas oublié ce que vous avez fait pour nous à Sylvandell, et je tenais encore à vous en remercier, et à vous apporter mon aide. »

En espérant qu’il l’accepte, bien entendu...
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1] 2 3 ... 18
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox