banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
Auteur Sujet: [ABANDONNÉ] La Guerre Technologique [Tryzox - Ludya]  (Lu 6885 fois)
Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #30 le: Octobre 21, 2014, 01:32:19 »

Très prudemment, les deux survivants filèrent se réfugier dans l’armurerie. La porte blindée était résistante, et les pattes des Nécromorphes s’abattirent violemment sur cette dernière, l’ébranlant... Mais elle tint bon. La Sith ne disait rien, et n’avait que peu d’intérêt pour les armes présentes ici. Elle avait déjà son sabre-laser, et c’était une arme entièrement suffisante pour se protéger. Talon regardait autour d’elle, cherchant une autre sortie. L’oxygène venait de petites gaines de ventilation, trop petites pour leur permettre de s’enfuir. C’était un endroit sûr, oui... Mais aussi une véritable prison. Il n’y avait plus qu’à attendre que les Nécros se calment... Ce qu’ils ne tardèrent pas à faire en percevant de la chair fraîche. Talon les sentait, dans la Force. Les Nécromorphes avaient beau être des tissus morts réanimés, elle pouvait les sentir. Généralement, c’était les parasites qu’elle ressentait, mais, ici, c’était... Curieux. Quelle était la technologie ayant permis de les ressusciter ? Brainiac était-il aussi intelligent que ça ? Ou est-ce que les Gordaniens avaient mené des recherches sur les Nécromorphes, afin de trouver un moyen d’utiliser ce virus, et de pouvoir s’en servir sur les planètes infectées par les Formiens ? C’était tout à fait dans la nature des Gordaniens de jouer avec des forces qui les dépassaient totalement.

Les lumières grésillèrent alors, confirmant que la station était dans un triste état. Quand elles s’éteignirent totalement, Talon alluma sa propre source de lumière, et une lueur rougeâtre se mit à vibrer dans la pièce, émanant de son sabre-laser. Ludya était en train de s’armer, et elle le laissait faire.

*Ne sois pas trop dure avec lui, il n’avait jamais entendu parler de la Force avant aujourd’hui... Il n’est pas étonnant qu’il préfère faire confiance en ses armes absurdes plutôt qu’en la Force.*

Talon, elle, en profitait pour réfléchir à un plan de secours. L’Abyssian avait suggéré de foncer par le trou ouvert, en profitant du chaos généralisé pour passer. La tactique était valable, mais présentait aussi ses inconvénients. En se trouvant au cœur de la bataille, les deux passagers clandestins augmenteraient le risque de se retrouver dans un tir croisé, et de prendre des tirs qui ne leurs étaient pas destinés. Talon pouvait toujours utiliser la Force pour essayer de dissimuler le vaisseau aux détecteurs, mais, non seulement elle n’était pas sûre d’y arriver, mais dissimuler le vaisseau ne le rendrait pas indestructible. De plus, en débarquant précisément dans le lieu où la bataille faisait rage, ils accroîtraient leurs chances de tomber sur toute une armée de robots en atterrissant.

Que Ludya choisisse un tel plan, là où Talon optait pour la furtivité et la prudence, ne l’étonna guère quand elle le vit s’armer. C’est à croire qu’il avait choisi de scotcher sur le corps tout le contenu de l’armurerie ! Il y avait des armes partout, et elle se demandait comment il comptait se déplacer avec un tel fatras sur le corps. Talon, elle, n’avait que son sabre-laser... Et se demandait aussi comment il comptait tirer, vu que certaines armes étaient fixées sur son ventre. La Sith finit par hausser les épaules. Autant le laisser faire son show, se disait-elle, elle avait d’autres soucis en tête.

« Oh-kay... Ca suffit. Talon... T'as déjà vu ces horreurs quelque part... T'y a survécu... Y a plein d'armes ici et pour l'instant je crois... Qu'on est encore en sécurité dans cette pièce... T'as déjà vécu ça hein ? On doit pouvoir se frayer un chemin jusqu'aux vaisseaux. Tu crois qu'on pourrait emprunter des tunnels ou conduites d'aération allant jusqu'au quais pour limiter les contacts avec ces trucs ? »

Ludya lui avait déjà posé des questions sur ces saloperies qui se trouvaient de l’autre côté du bureau, et elle n’avait pas répondu, parce qu’elle faisait le tri dans sa tête, parmi toutes les idées s’offrant à elle.

« Les Nécromorphes sont un ancien fléau cosmique, expliqua-t-elle. J’ai déjà eu la chance, pour ainsi dire, de les rencontrer. Il s’agit de parasites qui pondent dans la chair morte, la ressuscite, et la font muter. Ces parasites sont des créatures monstrueuses, fonctionnant selon un esprit de ruche assez similaire à celui des Formiens, même s’ils n’ont pas l’intelligence de ces derniers. Ils ont été neutralisés par une ancienne civilisation cosmique, qui les a anéantis en utilisant des structures défensives, les Monolithes. Avec le temps, cette civilisation a disparu, de même que les Nécromorphes... Malheureusement, la cupidité humaine s’est chargée de les réveiller. »

Elle lui expliqua que plusieurs compagnies de colonie spatiale spécialisées dans l’extraction de ressources minières sur des planètes abandonnées ou désertiques avaient, un jour, trouvé une planète morte abritant un Monolithe. Ils avaient ôté le Monolithe, et avaient réveillé les parasites, qui avaient alors attaqué les colons, les tuant et prenant leur place. Les Nécromorphes avaient ravagé la station spatiale.

« Cette histoire s’est développée, et, après cet incident, les Nécromorphes ont été étudiés dans certains laboratoires, comme des stations de recherche spatiales... Et, quand il y a eu des incidents, ça a généralement résulté en des carnages. Le seul moyen de tuer un Nécromorphe est de le réduire en bouillie. Le parasite à l’intérieur régénère les tissus cellulaires, mais s’épuise vite, car maintenir un organisme en vie est difficile. Autrement dit, pour les tuer, il faut les démembrer. Les décapiter ne leur fait pas grand-chose. »

Elle n’était même pas surprise que les Gordaniens se soient livrés à des recherches.

« Ce qui me surprend, ici, c’est qu’il n’y a pas de parasite. Je ne suis pas spécialiste en xénobiologie, mais, d’après ce que j’ai compris, les parasites utilisent une sorte de liquide qu’ils répandent dans le corps de leurs victimes pour les animer. Le Grand Guédester a dû réussir à synthétiser ce liquide en un gaz volatil. »

Un liquide n’avait jamais été un très bon moyen pour répandre une épidémie, mais un gaz... Il se dissipait partout, et il était difficile d’y résister. En théorie, ce gaz ne les affecterait pas, car il fallait être mort... Mais la Sith ne voulait prendre aucun risque.

« Tâche d’être agile, les Nécromorphes sont très rapides. Dès qu’ils ont repéré une proie, ils se ruent dessus, et ne te feront aucun cadeau... Tu es sûr de pouvoir te déplacer facilement avec tout ton barda ? » demanda-t-elle, inquiète.

Avoir Ludya en soutien était une bonne tactique, mais ils seraient en infériorité numérique, dans un grand espace, et le risque était grand que ces monstres contournent Talon pour l’attaquer. Il avait une ossature résistante, mais Talon avait déjà pu voir à quel point les pointes et les jets d’acide de ces abominations étaient redoutables, faisant fondre le métal et le béton. Leur insensibilité à la douleur faisait qu’ils restaient perpétuellement dangereux jusqu’à ce qu’ils soient morts, compliquant encore plus les affrontements contre eux. D’un autre côté, une telle puissance de feu serait utile si les Nécromorphes attaquaient en masse.

« Vise les jambes en priorité. S’ils ne les ont plus, ils avanceront bien plus lentement. »

Elle avait donné tous les conseils possibles, à Ludya d’agir en conséquence. Chacun son style de combat, et, si Talon se revendiquait d’un style souple et rapide, elle le laissait volontiers utiliser des gros calibres. Talon ouvrit la porte, et pénétra dans le bureau. Les lumières étaient éteintes, Olysseum fonctionnant sur les générateurs de secours. Dès lors, des diodes rouges illuminaient le bureau, donnant à l’atmosphère une ambiance lugubre et cauchemardesque. La Sith s’avança prudemment, sortant du poste de sécurité...

Son objectif était d’essayer d’éviter la masse pour rejoindre les portes de sécurité menant à la station de tram’, mais son instinct lui soufflait que les Nécromorphes n’allaient pas partir comme ça. La plus grosse partie du troupeau était partie poursuivre les survivants que le duo avait entendu il y a quelques minutes, mais il en restait encore d’autres.

Et, comme elle s’y attendait, ils attaquèrent.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #31 le: Octobre 23, 2014, 01:40:01 »

Les Nécromorphes ne tardèrent pas à se déplacer, et l’un d’entre eux contourna Talon, se ruant dans le poste de sécurité pour attaquer Ludya. En pestant, cette dernière se retourna, et s’empressa de le rejoindre, son sabre-laser prêt à trancher dans le vif. Inutile d’utiliser ses éclairs. En effet, l’insensibilité des Nécromorphes à la douleur rendait ce pouvoir obsolète. Elle entendit des bruits de combat, et, quand elle s’approcha, elle put voir que Ludya avait réussi à tuer le monstre. D’autres arrivèrent alors, comme s’ils avaient précisément attendu ce moment. Talon aurait pu les attaquer avec son sabre-laser, mais Ludya préféra se mettre en première ligne, se rapprochant trop des Nécromorphes pour que la Sith puisse utiliser son sabre-laser. Elle risquait de le toucher, et son arme ne faisait pas de différences entre les alliés et les ennemis.

*Merde !*

Restant en retrait, elle ne pouvait rien faire d’autre qu’user de la Force, inversant les rôles prédéterminés. Les deux fusils à pompes de Ludya n’étaient pas des massues, et risquaient à tout moment de se rompre en fracassant des boîtes crâniennes et des os. La Sith aurait pu se sentir vexée de cette situation : à quoi bon s’équiper de trois armes à feu, si on les utilisait comme des sabres ? La logique des armes à feu lui échapperait toujours. Pour autant, elle ne resta pas totalement inactive. Quand Ludya souleva un bureau pour écraser un Nécromorphe, Talon utilisa la Force pour maintenir le bureau métallique, afin de s’assurer que leur ennemi soit définitivement mort. C’était une orgie de sang, d’os éclatés, d’organes broyés, de projections sanguines contre les murs. Avec la lueur rouge émanant du gaz mortel de Brainiac, elle avait clairement l’impression de se trouver en Enfer. Elle finit par relâcher le bureau à l’aide de la Force, la gravité artificielle de la station le rappelant. Le bureau se fracassa sur le sol.

Les Nécromorphes rampaient depuis un soupirail dans un coin, une gaine de ventilation à même le sol. Talon savait qu’ils aimaient beaucoup utiliser les conduits de canalisation, des systèmes permettant généralement, au moins dans les vieux modèles de stations ou de vaisseaux, d’éviter les systèmes de sécurité. Depuis quelques années, les systèmes de défense plus récents impliquaient également des protections dans les conduits, précisément en cas d’attaque formienne, ou, plus généralement, xénobiologique. Sa main se tourna vers un casier de rangement pour l’abaisser, mais l’Abyssian fut plus rapide, renversant le lourd objet sur le sol, bloquant le Nécromorphe derrière, qui tapa rageusement sur l’armoire.

Ils avaient fait assez de boucan pour ameuter toute une armée, mais Talon se permit de respirer. La première vague avait été repoussée. Ludya avait des traces de sang sur le corps, des souvenirs des Nécromorphes qu’il avait pulvérisés. Il était sorti de l’armurerie en prenant trois armes encombrantes : deux fusils à pompe à répétition qui avaient l’air joliment fracassés, et un fusil Gauss dans le dos... Des armes nettement plus lourdes que son sabre-laser. Talon désactiva d’ailleurs le cône d’énergie, et sortit à son tour.

« Je sais pas si c'était une bonne idée Talon... Si jamais je suis amené à tirer avec ces armes ça va faire trop de bruit et ils vont tous nous tomber dessus. »

Elle le regarda silencieusement, avant d’observer les deux fusils à pompes. Il ne s’agissait guère d’armes discrètes, en effet, à moins d’avoir des silencieux pour étouffer le bruit des tirs... Mais le poste de sécurité n’en avait pas.

« Vu l’état dans lequel ils sont, je serais surprise qu’ils parviennent encore à fonctionner. »

La crosse d’un fusil à pompe n’était pas aussi résistante qu’une arme blanche. Ce n’était que du bois et du fer, et, face à des os, ça se brisait. La force de Ludya avait permis de les maintenir, mais la Sith se demandait s’ils n’étaient pas en morceaux à l’intérieur. Ceci étant dit, elle reconnaissait volontiers n’avoir qu’une connaissance très sommaire des armes à feu, des armes qui n’étaient plus utilisées dans sa Galaxie depuis de nombreux millénaires. Ludya remarqua alors, dans un coin, la présence d’une hache à incendie, et lui demanda si elle savait ce qu’il y avait là-dedans.

Pour toute réponse, la Sith observa la boîte métallique, puis tendit la main. L’objet se mit à remuer à l’intérieur, de gauche à droite, puis traversa la vitre, et fila se loger dans la main de Talon. C’était une solide hache à incendie, destinée à briser des obstacles enflammés ou des portes bloquées... Mais dont on pouvait tout à fait trouver d’autres utilisations en cas d’infestation zombie. Ludya regretta alors de ne pas avoir un sabre-laser, ce qui fit sourire Talon :

« Le sabre-laser est l’arme de prédilection d’un Jedi ou d’un Sith, l’ultime épreuve de notre formation. L’usage veut que seul un Jedi ou un Sith aient le droit d’en porter un. Bon nombre de profanes ayant voulu l’utiliser se sont déjà suicidés. Même ton ossature résistante se ferait découper en deux. »

Elle tenait toujours la hache dans la main, et la tendit à Ludya.

« Abandonne tes pétoires, et utilise plutôt ça. Conserve le Gauss, il fait moins de bruit que des chevrotines, et est plus efficace à distance. »

Le duo se trouvait dans la place centrale, et Talon savait qu’ils ne pouvaient pas rester là trop longtemps. Les Xénomorphes piégés par l’armoire métallique continuaient encore à taper dessus, et finiraient probablement par chercher un autre chemin. La Sith s’avança donc vers un couloir, et l’emprunta. Les portes étaient fermées, mais, encore une fois, la Force s’avéra être une bonne alliée. Talon restait calme et prudente, suivant en ce sens tous ses exercices de méditation sith. Les émotions ne devaient pas être occultées, mais rationnalisées et contrôlées, afin d’être employées de façon optimale durant les combats. Elle s’avança le long d’un couloir. Olysseum était plongée dans l’obscurité, et on n’entendait même pas les bruits de combat à l’extérieur. La station était immense, et rejoindre les spatioports allait prendre un temps fou, surtout si les tramways ne fonctionnaient pas.

Ils s’éloignaient du gaz rouge, dans des couloirs sombres, jusqu’à rejoindre la station de tram’... Les cadavres jonchaient le sol, mais tout était éteint, que ce soit les lumières, ou les écrans annonçant dans combien de minutes un tramway allait arriver.

« Il va falloir remettre en marche le système... Si nous devons y aller à pied, nous mourrons bien avant. »

Talon entendit alors du bruit venant des toilettes, et tourna la tête. La Force l’avertit alors de la présence de quelqu’un.3

« Sortez de là !
 -  O-Oui, oui, ne... Ne me tuez pas !! »

Un individu débarqua des toilettes, complètement paniqué, avec des lunettes qui rebondissaient le long de son nez. Il avait les bras levés, regardant craintivement autour de lui.

« Les... Les robots sont partis, h-hein ?! Vous... Euh... Vous êtes les renforts ?! »

Talon ne dit rien pendant quelques secondes. L’homme leur expliqua qu’il était un ingénieur, et qu’il s’était réfugié dans les toilettes quand les robots tueurs avaient débarqué, massacrant tous les habitants.

« Ils... Ils ont dû couper le courant, mais... Chaque tramway dispose d’un propre générateur... Au... Autonome...
 -  Donc, il suffit juste de trouver un tramway ?
 -  Je... Je pourrais le mettre en marche », acquiesça l’homme.

Talon en fut soulagée. Peut-être bien qu’ils n’allaient pas tous mourir ici, finalement. Elle s’approcha de la rame, et tourna la tête, à gauche comme à droite. Le wagon était au loin, et Talon descendit au milieu des rails.

« Ça va faire du bruit » prévint-elle.

La Force allait parler. De la même manière que Maître Yoda soulevant le X-Wing de Luke Skywalker hors des marais enlisés de Dagobah, Talon ferma les yeux, et visualisa dans son esprit le tramway, puis remua sa main, en essayant de le déplacer.

« Mais je... C’est... »

L’ingénieur allait dire quelque chose quand le train émit un antique grincement métallique en frottant les barres en fer, et se déplaça... Lentement, au début, seulement de quelques centimètres. Talon serra les lèvres en grinçant des dents. Au sein de la Force, la masse des objets fonctionnait de manière différente, à tel point qu’on avait coutume de dire que la masse n’importait pas... C’était partiellement correct. Le train était lourd à déplacer, et la Sith devait vraiment faire appel à tout son contrôle pour le faire. Elle sentait son cerveau en train de fulminer, son corps sous l’effet d’une intense activité de son organisme, amenant son corps à suer et à transpirer... Mais, lentement, le train se déplaçait, se rapprochant de plus en plus vite, en glissant le long des rails.

Ce boucan était tel qu’il risquait cependant d’attirer les Nécromorphes, mais Talon ne voyait aucune autre solution. Une autre piste aurait pu être de laisser l’ingénieur grimper à l’intérieur, mais les parois étaient malheureusement trop serrées dans le tunnel pour qu’un corps puisse se déplacer. Il fallait donc déplacer le train jusqu’à atteindre l’élargissement des parois, soit le faire glisser sur quelques mètres.

« Incroyable, elle y arrive ! » s’exclama l’ingénieur.

Pas facilement, oui… Mais elle y arrivait.

Malheureusement, les Nécromorphes approchaient aussi, et elle se redressa.

« Voilà… Allez dedans, et remettez-le en marche. »

Talon, épuisée, remonta sur le quai, reprenant son souffle. C’était encore plus épuisant que de faire un 3x500 mètres à toute allure.

« Tiens-toi prêt, Ludya... Il va falloir les repousser le temps que notre taxi soit prêt à décoller. »

On pouvait les entendre hurler, l’écho rapportant les hurlements furieux et ignobles des Nécromorphes chargeant en masse. Tout le troupeau était en train de leur foncer dessus, se rapprochant à vive allure.

Une vraie cohue.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #32 le: Octobre 26, 2014, 01:07:08 »

Déplacer le tramway avait été épuisant, mais la Sith n’avait pas le temps de se reposer. La Force devait continuer à bouillonner en elle, car elle sentait les Nécromorphes se rapprocher... Par le bruit. Comme ils étaient déjà morts, ils étaient invisibles dans la Force, mais, pour ce qui était des autres sens, c’était tout autre chose. Ils arrivèrent assez rapidement, poussant des hurlements ignobles et inhumains, avant de se heurter contre les portiques de sécurité séparant les couloirs du quai. Talon usa encore de la Force pour essayer de solidifier ces structures, de les rendre plus résistantes... La pression était terriblement lourde, et Ludya choisit de l’aider en se servant de son fusil Gauss, notamment du mode grenade. Les projectiles filèrent de l’arme futuriste, provoquant de belles explosions qui vaporisèrent plusieurs groupes de Nécromorphes en différents morceaux.

La Sith en tendit alors des bruits de pas venant des murs et du plafond. Les Nécromorphes contournaient l’objectif, passant par les conduits de ventilation, et ne tardèrent pas à leur bondir dessus. Délaissant l’usage strict de la Force et des pouvoirs en découlant, Talon saisit dans sa main son sabre-laser, et le déclencha. Le cône énergétique rouge apparut, et découpa un Nécromorphe en deux qui venait juste de bondir à côté d’elle. D’autres débarquèrent depuis les toilettes, hurlant comme des déments, ou depuis le poste de contrôle de la station. Talon ne pouvait pas les repérer à l’aide de la Force, mais, fort heureusement, son apprentissage sur Korriban avait visé à faire d’elle, non seulement une forte Sith, mais aussi une redoutable guerrière... Ce qu’elle était en train de prouver en ce moment. La Sith utilisait malgré tout la Force, notamment des poussées, afin de repousser les Nécros. La plupart d’entre eux étaient de simples Slashers, optant pour leur vitesse, bondissant sur la Sith pour planter leurs longues griffes acérées en elle. Elle en évita un en bondissant en arrière, et son sabre fusa, tranchant l’une des deux pattes. L’autre tenta de la transpercer, et elle pivota sur place. Sa combinaison orange fut légèrement ouverte, sa peau entaillée, et la lame frappa à nouveau, découpant le monstre à hauteur du tronc. Le sang jaillit dans tous les sens, venant tâcher sa combinaison.

Les Nécromorphes étaient de plus en plus nombreux, mais variés. Talon vit un Puker se dresser face à elle. Sa peau était partiellement absente, permettant de voir ses intestins, qui se mirent à luire. Il lui balança alors au visage un jet d’acide, et, par réflexe, Talon se servit de la Force, le renvoyant droit sur son expéditeur. L’acide fit fon dre les intestins du monstre, et elle combattit encore quelques Slashers, ne cherchant guère à les ménager, faisant d’impressionnants sauts périlleux permettant, soit de les esquiver, soit de les attaquer à revers, sa lame-laser venant trancher des membres. Elle découpa ainsi d’un coup latéral les deux jambes d’un monstre, puis, alors qu’il tombait sur le sol, ses griffes en relevant son arme, tranchant dans le vif.

Depuis les murs, des Leapers s’avançaient dangereusement, plantant leurs lourdes griffes dans les murs. Ils n’avaient pas de jambes, mais une longue queue tranchante, et l’un d’eux bondit vers Talon, gueule ouverte, mains tendues vers l’avant. Talon roula sur le sol, passant ainsi devant le monstre. Ses griffes se plantèrent sur le sol, Talon se retourna... Et la queue du monstre la fouetta sèchement, déchirant sa combinaison. Elle poussa un cri de douleur en tombant sur le sol. Sa peau était ouverte, et du sang en sortait. Grognant de colère, Talon vit le Leaper se retourner. À quelques centimètres près, sa queue acérée aurait pu la découper en deux. Son regard se tourna alors vers un autre Nécromorphe à proximité, un Exploder. L’un de ses bras était devenue une sorte de grosse excroissance pulpeuse, et il s’avançait lentement, soulevant son excroissance sur le sol, devant lui, s’en servant pour tracter son corps.

*Peut-être bien que mes arcs électriques vont servir à quelque chose, finalement...*

Elle tendit la main vers le monstre, et, alors que le Leaper bondissait sur elle, la Sith envoya ses éclairs. Ils frappèrent la grosse excroissance, et une violente explosion jaillit, la déflagration soufflant son adversaire. Le Leaper s’écrasa contre l’un des piliers du quai, et Talon en profita pour se relever. La queue du monstre fouettait les airs, et elle la trancha avec son arme, puis arracha l’un des bras du monstre.

« Saloperie ! »

La blessure, fort heureusement, restait bénigne. Ludya se battait avec sa hache et sa force surnaturelle. Le technicien, lui, continuait à travailler sur la machine. Comme Ludya l’avait fort justement supposé, il avait ouvert un panneau de maintenance, et traficotait des fils et des câbles. Certes, le train avait son propre générateur, mais il y avait longtemps qu’il n’avait pas été utilisé, et la maintenance à Olysseum laissait toujours à désirer. Autrement dit, quand il avait essayé de lancer le train, la carte-mère avait grillé, et, en ouvrant le panneau de commande, il avait senti de la fumée. Plusieurs composants avaient cramé, et il avait remarqué que plusieurs fils étaient mal mis, le contraignant à remettre d’autres composants, et à rebrancher les fils, tout en veillant à ne pas s’électrocuter trop fort.

L’homme entendit soudain un choc sourd sur le toit du tramway, et releva la tête... Pour entendre quelque chose taper contre la vitre, fragilisant cette dernière, tandis qu’une bête hurlait.

« Woow putain de bordel de merde !! »

Ses deux protecteurs étaient très certainement morts, ou pas loin de l’être. Il regarda autour de lui, paniqué. La queue du monstre, un autre Leaper, s’abattit à nouveau, et brisa la vitre. Le Nécromorphe rentra alors à l’intérieur du tramway, et regarda autour de lui, ne voyant aucun humain. Le courageux technicien s’était abrité derrière une rangée de sièges, et le Leaper se posa sur le sol, se déplaçant lentement. Sa queue glissait dangereusement, tel un serpent, et l’ingénieur claquait des dents, faisant dans sa tête une prière. Le monstre grognait légèrement, sentant la chair fraîche. Le monstre se rapprochait, encore et encore, la distance se raccourcissant... Et l’ingénieur bondit alors, pointant vers la créature le Cutter-Plasma qu’il avait ramassé dans le poste de sécurité. C’était normalement une arme d’entretien, servant à couper des câbles, mais on pouvait aussi lui trouver d’autres fonctions. Il fit feu à plusieurs reprises, sentant l’arme trembler entre ses doigts. Le monstre hurla quand des rayons énergétiques bleuâtres sortirent de l’arme pour le frapper, arrachant à chaque fois un peu de sa chair. Il releva sa queue, et le technicien tira au bon endroit. L’objectif du Leaper était de le tuer avec sa queue, mais, au lieu de ça, le tir sectionna la queue du reste du corps. Le monstre poussa alors un hurlement en vomissant du sang, et avança l’une de ses mains, fauchant la jambe de l’ingénieur, qui tomba sur le sol en couinant.

« Saleté, saleté, saleté !! Merde, merde, merde... »

Il rampa vers l’arrière, sentant les griffes de la créature déchiqueter la partie gauche de son pantalon, entaillant sa chair. L’adrénaline et la peur luttant contre la douleur, il leva son pied droit, et frappa en vain la tête du monstre, puis pointa son arme, et fit feu à plusieurs reprises, hurlant comme un dément, que ce soit sous l’effet de la peur, de la douleur, ou de la colère. Chaque tir éclatait l’ennemi, faisant vomir des morceaux de sang, de chair, de tripes, d’os, et de tout ce qu’on voulait. Il en avait sur ses jambes, sur son torse, et même sur ses lunettes.

« Crève, crève, crève, crèèèèève !! » hurla-t-il, comme possédé.

Il hurlait, le monstre hurlait, il avait du sang partout… Jusqu’à ce que de la fume s’échappe de l’arme, et qu’il ne réalise que le monstre ne bougeait plus... La moitié de son corps était en bouillie, et l’ingénieur se mit à pleurer et à rire, un bout de cervelle dégoulinant le long de sa joue.

Dans le quai, pendant ce temps, Talon se battait avec rage, bondissant sur place. Elle s’aida d’un pilier pour bondir dans les airs, et découpa en deux un Nécromorphe en s’abattant sur lui, son sabre filant du haut vers le bas. Avec la Force, elle poussa ensuite le cadavre contre un monstre. Agile et efficace, elle se servait de la Force à bon escient, utilisant les griffes très tranchantes des Nécromorphes contre eux, s’en servant en fait comme javelots. Elle les lançait sur eux, les catapultant à l’aide de la Force, ce qui avait pour effet, soit de les démembrer, soit de les envoyer s’empaler contre le mur. La Sith était monstrueusement efficace, mais les ennemis étaient aussi terriblement nombreux.

La station se mit alors à trembler et à pencher, poussant de sinistres grincements. Surprise, Talon tomba à la renverse. C’était comme si une sorte de séisme venait d’arriver, et, cette fois, la Force lui en indiqua l’origine, l’épicentre : Ludya. L’Abyssian faisait encore preuve de ses superpouvoirs monstrueux, et déclencha autour de lui des espèces de tempêtes d’énergie, pulvérisant les Nécromorphes tout en défonçant les couloirs, provoquant des zébrures et des fissures un peu partout, le long des murs et du plafond. La Sith battit légèrement en arrière, sentant le sol trembler sous ses pieds.

« Woow... »

Ce fut le seul commentaire que put faire Talon quand la situation sembla se calmer. Ludya avait utilisé le concept de la poussée de la Force... Mais avec une intensité nettement plus élevée que celle à laquelle Talon était habituée. Ses poussées étaient si fortes qu’elles en avaient défoncé le sol, tout en sectionnant les Nécromorphes, les mettant en pièce.

*Je suppose que je peux maintenant comprendre ce que Palpatine a ressenti en tombant sur Anakin Skywalker...*

Le plafond tremblait dangereusement, des fissures continuant à apparaître, s’élargissant de plus en plus. La Sith conservait son sabre-laser activé, et vit Ludya se rapprocher de lui, assez logiquement tout guilleret d’avoir repoussé les adversaires.

« Bon il a fini de réparer l'ingénieur parce que là ça devient vraiment urgent ! Plus urgent que de faire un tour aux toilettes par exemple.
 -  Je pense que... »

Le plafond se mit à nouveau à trembler dangereusement, et Talon leva la tête en sentant de la poussière lui tomber sous le nez. Elle comprit alors, et sa main se posa sur le torse de Ludya, le poussant soudainement.

« AT... ! »

Le plafond explosa alors, et, au milieu des blocs de béton, une masse colossale apparut, ses pieds défonçant le sol, tandis que deux bras énormes visaient respectivement Talon et Ludya, les loupant tous les deux. Les deux poings s’abattirent lourdement sur le sol, et l’onde de choc repoussa Talon, l’envoyant s’écraser à travers le poste de sécurité. Elle passa à travers la vitre séparatrice, et heurta des casiers en gémissant.

Une Brute venait d’apparaître, colossale et massive ! Elle frappa à nouveau le sol, puis envoya son poing droit vers Ludya, pulvérisant le mur au passage. Talon sortit du poste de sécurité, et des tirs jaillirent alors du tramway, frappant le dos du monstre, l’arrêtant dans son geste.

« C’est réparé, vite, venez !! » hurlait l’ingénieur.

Le tramway était déjà en train de partir, et l’homme tirait depuis une fenêtre. Talon ne demanda pas son reste. La Brute était trop épaisse pour chercher à la repousser avec une poussée de Force, et elle préféra bondir par l’une des portes ouvertes du tram’. Le monstre recevait des tirs près de sa tête, sur les excroissances jaunâtres poussant entre ses bras massifs. Cependant, outre sa présence en tant que telle, sa taille massive avait continué à ébranler le toit, qui était en train de s’effondrer.

« Ludya !! hurla Talon, en utilisant sa Force pour essayer de retenir certains des blocs.
 -  Vite, venez ! »

Quand la Brute avait atterri, elle avait séparé Talon et Ludya, mais avait permis de rapprocher Talon du tramway, ce qui expliquait pourquoi elle avait pu le rejoindre si rapidement.

Tout ce qu’il fallait, maintenant, c’était que Ludya grimpe aussi dedans.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #33 le: Octobre 31, 2014, 03:00:31 »

Malheureusement, Ludya ne fut pas assez rapide pour fuir. La Brute réussit à l’attraper, et les choses, cette fois-ci, se compliquèrent gravement pour Talon. Impossible pour elle d’aider Talon, notamment en tentant de repousser le monstre avec la Force. Il était trop massif pour ça, et elle dut utiliser la Force en deux endroits différents à la fois : empêcher que toute la station ne s’écroule, et empêcher que le train ne parte. Dans le premier cas, elle tendit sa main gauche, en essayant de retenir les éboulements à l’aide de sa télékinésie, et, dans le second, elle s’aida de la Force pour immobiliser le train, provoquant comme une sorte de bouclier de Force ayant pour but de bloquer le train. En théorie, c’était simple... En pratique, Talon eut droit à une véritable torture mentale. Un marteau-piqueur dansait dans son crâne, et elle était incapable de suivre quoi que ce soit, que ce soit les efforts de Ludya pour tenter de préserver l’intégrité de ses os, les tirs du technicien pour l’aider, ou la tête de Ludya se fracassant sur le sol, ne devenant pas de la bouillie par on ne sait quel miracle de la science.

Talon, en réalité, souffrait, l’esprit déchiré en deux. Le train était comme une balle qu’elle devait ralentir, et la station continuait à se fissurer. Même elle ne pouvait éternellement maintenir ces deux forces physiques impérieuses. Son corps était en ébullition, de multiples gouttes de sueur glissant le long de son front. Impossible de dire comment la Sith faisait pour ne pas tomber dans les pommes sous la pression de la Force. Peu à peu, ses doigts se délitaient, la Nature reprenait sa force, et le train se mit à fuir, tandis que la station s’effondrait. Talon tomba à genoux, les yeux révulsés, incapable de maintenir davantage la connexion.

*C’est... Trop...*

Elle tomba à quatre pattes sur le sol, reprenant son soufflé, tandis que le train, ralenti, gagnait de l’allure rapidement, tremblant sur place. La Sith s’appuya à une barre, se redressant lentement, en voyant Ludya rentrer. L’Abyssian s’était comme catapulté de la station de tram’ d’Olysseum pour arriver ici, et semblait en piteux état. Talon, elle, ne dit rien. Sa vision était floue, la lumière l’agressait, et elle s’assit sur un siège, en tentant de retrouver son calme. Elle avait beaucoup forcé, et son esprit était disloqué. Le train, lui, filait très rapidement, et l’ingénieur, médusé, ne sachant plus où donner de la tête, entreprit de ralentir un peu sa vitesse.

Talon sentit peu à peu le train décélérer. Elle clignait des yeux à plusieurs reprises, en tentant de méditer. Ses pensées devenaient confuses, passé, présent, et futur se mélangeaient. La réalité elle-même semblait s’écrouler, et elle bascula sa tête en arrière, inspirant et expirant lentement, se rappelant tous ces exercices de régulation. De la même manière que le train, qui se stabilisait peu à peu, Talon revenait lentement à elle. La Sith cligna lentement des yeux, et le train s’arrêta.

« Voilà ! Il faut rejoindre le spatioport, maintenant ! »

Ils étaient loin de l’infection des Nécromorphes, et il n’y avait donc aucune chance pour que ces derniers les poursuivent à nouveau. Talon, restant relativement silencieuse, se leva, entreprenant de sortir. Ses jambes étaient lourdes, et elle dut s’appuyer contre le rebord. Si Ludya avait alors l’idée de la tenir, grand mal lui en prendrait, car Talon le repousserait d’un coup d’épaule en grognant. Mal en point, certes, mais fière Sith avant tout.

*Ce n’est qu’un petit moment passager, ça va passer...*

Il fallait juste qu’elle se détende. La Sith avait été comme écartelée dans la Force, et reprenait peu à peu ses esprits. Le trio arriva sur un quai avec des écrans digitaux annonçant tous une situation d’urgence et d’évacuation en cours. Des diodes rouges étaient allumées dans les coins, et il y avait de multiples cadavres de soldats gordaniens.

« Ohlàlà, ohlàlà, ohlàlà ! »

Talon se rappelait qu’il y avait un double système de tramways au sein de la station. Elle suivait le technicien, mais ils arrivèrent devant une lourde porte blindée.

« Hum... On va passer par les tunnels de maintenance. »

Au même moment, la porte s’ouvrit brutalement , dans un grondement, et Talon sentit une présence derrière. D’épais projecteurs les englobèrent alors, et le technicien poussa un hurlement paniqué.

« Des civils ! Ne tirez pas !!
 -  Des civils ! Des civils ! Évacuez-les ! »

Le technicien soupira de joie. Des soldats ! Ils étaient accompagnés de lourdes armures de combat, et, visiblement, se moquaient bien des désaccords entre Javert et Talon et Ludya. Des gardes les attrapèrent en les poussant, les amenant dans un camp d’urgence improvisé, avec une sorte couloir de sécurité blanchâtre... Un couloir circulaire improvisé, comme dans ces contaminations, avec ces longs couloirs blancs séparant la zone de quarantaine du monde normal. Talon était alors trop patraque pour remarquer qu’ils portaient tous des masques à gaz, et ils s’avancèrent, jusqu’à arriver dans un sas de décontamination.

« C’est un camp de réfugiés ! » comprit l’ingénieur.

Le sas s’ouvrit alors sur une sorte de grand hall central, avec de multiples civils blessés, et des gardes, que ce soit des humains ou des drones de surveillance. Des patrouilles de Gordaniens se déplaçaient rapidement d’un bout à l’autre, probablement pour combattre les troupes ennemies. Olysseum disposait de tout un arsenal de combat, et les Gordaniens devaient estimer qu’il était nécessaire de le conserver, afin de continuer à affaiblir le Grand Guédester.

Talon se moquait bien de stratégies militaires.

« Vous... Euh... Vous allez bien ? »

Elle poussa un grognement pour seule réponse, et s’appuya contre un pilier.

« Il faut trouver un moyen de rejoindre nos vaisseaux » lâcha-t-elle alors, n’ayant guère envie de s’appesantir sur sa faiblesse passagère.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #34 le: Novembre 03, 2014, 02:17:03 »

L’ingénieur qui les accompagnait comprit assez rapidement qu’il n’obtiendrait rien avec la Sith. Talon était dans son monde, plongée dans ses pensées, et il préféra s’écarter rapidement, venant se mélanger à la foule locale. La Sith, quant à elle, s’était assise sur un banc. Sa tête était toujours dans un triste état, et elle tentait de se contrôler, entendant autour d’elle des messages, des voix, sans pouvoir savoir, avec certitude, s’ils étaient issus de sa propre imagination, ou s’ils venaient des gens à proximité

« Je t’ai dit que j’ai vu des Leviathans dehors !
 -  Tu es faible, Talon, tellement faible... Tu n’aurais jamais dû partir, nous formions une famille !
 -  Ces Gordaniens se servent de nous comme appât ! C’est une station libre, pas...
 -  ...Ce dispositif permet de repérer les ondes formiennes dans une majeure partie de l’Univers, bien au-delà des frontières de notre galaxie...
 -  Ta puissance n’est rien si elle n’est pas couplée avec celle de tes frères et sœurs, au service de la Cause Unique...
 -  ...Faits comme des rats ! »

Talon grogna en secouant la tête, la tenant entre ses mains. Elle se releva rapidement, en sentant sa vision tourner, et s’appuya contre un mur. Son esprit fumait, et elle avait besoin de repos... Cependant, elle ne pouvait pas se le permettre. Dehors, les Gordaniens et les Formiens continuaient à affronter le Grand Guédester, et, si Talon tardait trop, ils louperaient leur fenêtre pour rejoindre l’intérieur de l’énorme astéroïde métallique. Un astéroïde si vaste qu’une bombe atomique n’avait pas suffi à le démolir intégralement, et qui devait probablement se reconstruire tout seul. Ce n’était pas l’heure d’avoir des scrupules, mais celui de rejoindre leurs vaisseaux, puis de s’en servir pour neutraliser le Grand Guédester en s’y infiltrant. Malheureusement, sa tête continuait à bourdonner. La Force avait sa propre logique, et il n’était jamais bon d’en abuser, comme la Sith avait pu le faire. Son esprit se recroquevillait sur lui-même, la ramenant à sa formation sur Korriban... Quand elle était encore une jeune femme, une disciple, une simple Apprentie, qui était formée par d’autres Sith, afin de devenir l’une de esclaves de la Force de Dark Krayt. Elle avait réussi à échapper à cet endoctrinement.

La Sith secoua la tête en déambulant un peu, reprenant peu à peu ses esprits, chassant les souvenirs de son passé, chassant les séances d’entraînement, les combats dans le temple, les expéditions dans les grottes sinistres de Korriban. Elle devait se concentrer sur l’essentiel, sur le moment présent. Son regard se leva en hauteur, vers plusieurs écrans plats qui diffusaient tous le même message d’information :

BASE ASSIÉGÉE !
Tous les résidents doivent se rendre aux camps de réfugiés à l’entrée de chaque spatioport, et ne doivent en sortir SOUS AUCUN PRÉTEXTE tant que les troubles se poursuivront !

Des patrouilles passaient rapidement, en courant, amenant des renforts supplémentaires, dans le but de reprendre Olysseum. En un sens, ce spectacle était rassurant, car il signifiait que, malgré leurs déboires, les Gordaniens arrivaient encore à combattre leur adversaire. Le Grand Guédester n’était donc pas immortel. Talon hocha lentement la tête, en sentant ses esprits revenir. Elle vit plusieurs sentinelles dans les coins, espérant que personne ne la remarquerait... La tâche était difficile, car elle était la seule Twi’Lek de la station, avec un physique plutôt reconnaissable. Les gens parlaient entre eux, les réfugiés murmurant à voix basse.

« Ils surveillent aussi les tunnels de maintenance, tout est bouclé !
 -  Nous allions si bien avant qu’ils n’arrivent... Tout ça est de leur faute ! Ils ont menti sur Arubis, et ils continuent à mentir ! Si nous ne faisons rien, nous allons mourir ! »

Talon ne pouvait pas nier qu’il y avait une part de vérité là-dedans. Elle avait vu de quoi ce monstre était capable sur Arubis. De plus, le Grand Guédester n’avait toujours pas déployé son arme la plus puissante : ce mystérieux cyborg kryptonien surpuissant. Il représentait une menace encore plus dangereuse que les vaisseaux et les robots que Brainiac était capable de larguer. Talon devait bien se rendre à l’évidence : vaincre un tel ennemi ne serait clairement pas facile. Cependant, elle était une Sith. Elle ne cherchait pas la facilité.

*Krayt m’a menti... Je ne suis pas faible.*

Elle entendait encore sa voix dans sa tête. La philosophie de Krayt avait été d’amener ses Apprentis à se croire individuellement faibles, et collectivement forts, en s’unissant autour de Krayt, permettant ainsi de créer une synergie de groupe qui permettait à Dark Krayt de surpasser ses limites, son objectif étant d’atteindre la même maîtrise de la Force que le premier Empereur Sith. Talon avait grandi en se croyant faible sans la présence de Dark Krayt, et, là, l’endoctrinement revenait. Elle luttait contre ce dernier, en se rappelant tout ce qu’elle avait accompli, chassant la voix caverneuse de Krayt. Une famille ? Non, elle avait été une esclave ! Elle n’avait pas fui une famille, elle avait fui un enfer, un cauchemar monstrueux où elle n’aurait été rien de plus qu’une ombre, un pantin de Force au service d’un tyran cruel et avide de pouvoir. L’ennemi qu’elle affrontait en ce moment était infiniment plus dangereux que quelques affrontements absconds entre Jedi et Sith.

La Sith reprenait peu à peu pied avec la réalité quand Ludya revint la voir... Et elle comprit rapidement qu’il n’était pas sagement resté assis dans un coin.

« Bon... J'ai réussi à nous dégoter ça mais faudrait en profiter sans trainer, me demandez pas comment j'ai fait. Le gars à qui je l'ai subtilisé fait encore dodo aux toilettes mais si quelqu'un commence à trouver son absence un peu longue ils vont le retrouver et puis j'aurai de gros problèmes. Alors faut qu'on dégage. »

Elle vit qu’il tenait entre ses doigts une carte magnétique de sécurité gordanienne, et hocha lentement la tête, sans chercher à en savoir plus.

« D’accord... Il faut rejoindre le tramway. »

Talon s’avança rapidement. Elle préférait éviter de passer par les sas de sécurité principaux, car elle doutait qu’une simple carte de sécurité soit suffisante. Elle emprunta donc les tunnels de maintenance. Les Gordaniens les avaient scellés avec de lourdes portes, mais la carte de Ludya permit de les ouvrir. Le duo restait proche, et Talon se plongeait à nouveau dans la Force, évitant ainsi les quelques patrouilles de soldats, fort heureusement rares.

Le duo poursuivit leur progression à travers d’étroits tunnels de aintenance, jusqu’à s’approcher d’un grand quai. Talon entrouvrit la porte, et le duo put voir d’immenses robots gordaniens, des caisses de chargement, et un train militaire qui attendait, des soldats déchargeant le matériel.

« Dépêchez, dépêchez ! Il faut reprendre cette station !
 -  L’Escouade Delta-06 a besoin de renforts ! Les exos’ sont prêts ?
 -  Batteries chargées !
 -  Alors, en piste ! »

Les Gordaniens devaient envoyer des troupes et du matériel depuis les spatioports, et se servaient de trains pour convoyer les munitions. Talon comprit rapidement qu’ils n’auraient qu’un seul moyen de passer, et sa main attrapa alors celle de Ludya, son regard se tournant vers elle.

« Je vais nous faire disparaître dans la Force, Ludya... Mais, pour que ça marche, il faut que tu sois calme... Dans le même état que celui que tu as pris quand nous avons médité, d’accord ? »

C’était le seul moyen de gruger les détecteurs. Le Manteau de Force était une technique très difficile à utiliser individuellement, alors, à deux... Elle comptait sur l’énorme potentiel de l’Abyssian pour y arriver, mais, dans l’état où se trouvait son esprit, la tâche serait vraiment difficile. Talon se concentra donc, fermant les yeux, et fit le vide dans sa tête, ne pensant à rien d’autre qu’au fait de disparaître. Elle visualisa la Force, elle se visualisa elle, et Ludya, et se concentra pour les faire disparaître... Et ce fut fait.

Quand Talon rouvrit les yeux, ils se voyaient toujours, mais leurs corps semblaient comme enveloppés d’une aura translucide. Elle posa un doigt sur ses lèvres, puis s’avança lentement. Le Manteau de Force était là, mais il était fragile, et la moindre perturbation était susceptible de le rompre. Tenant la main de Ludya, Talon sortit du couloir, longeant le mur. Les détecteurs de mouvement et les caméras de sécurité ne repérèrent rien, et ils s’approchèrent du train. Les ultimes caisses de munitions étaient en train d’être déchargées, et le train allait bientôt repartir dans l’autre sens. Le quai faisait office de poste de commandement avancé, avec des ordinateurs sur des tables, des techniciens se chargeant de relayer les ordres, et d’autres appareils de transmission. Talon ne s’y intéressa pas très longtemps, et poursuivit sa route.

Elle continuait à tenir la main de Ludya, et le duo rentra dans l’un des wagons. Quelques instants après, la porte se referma, et Talon fit se volatiliser le voile qui les recouvrait.

« Voilà... Bravo, Ludya. »

Le duo était maintenant en route vers le spatioport. Le train militaire ne tarda pas à démarrer, et, par le biais d’ouvertures dans la cloison du wagon, Talon et Ludya purent voir ce qui se passait dehors.

Et ce n’était pas beau à voir. La flotte gordanienne et la flotte formienne continuaient à attaquer le Grand Guédester sur les deux flancs, et des débris spatiaux flottaient partout. Plus inquiétant, l’un des spatioports d’Olysseum était en train de brûler intégralement.

*Espérons qu’on aura plus de chance qu’eux...* commenta sobrement Talon.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Dark Talon
Créature
-

Messages: 203



Voir le profil
Fiche
« Répondre #35 le: Novembre 05, 2014, 02:37:37 »

La bataille était impressionnante. Les vaisseaux gordaniens bombardaient le Grand Guédester, provoquant de multiples explosions, tandis que les spores des Formiens filaient droit le long de la surface du monstre. La stratégie des Leviathans était assez facile à comprendre : ils balançaient des jets d’acide faisant fondre le métal, puis larguaient ensuite des spores dans les ouvertures ainsi faites. C’était leur stratégie usuelle, qu’ils employaient aussi contre les simples vaisseaux, ou les stations spatiales. L’un des Léviathan avait été détruit, et d’autres arrivaient en soutien. Talon vit dans l’espace une frégate de combat exploser violemment quand un laser mortel l’atteignit, émanant depuis l’une des innombrables tourelles du Grand Guédester. Depuis Olysseum, de multiples canons bombardaient l’énorme étoile métallique, des canons se situant également le long des spatioports, crachant des rafales de balles explosives, de tirs-lasers, et des vagues de missiles. Un véritable arsenal, très impressionnant. Talon n’était pas très fan, mais elle devait bien le reconnaître :c’était un sacré spectacle visuel. Plusieurs des gros tentacules métalliques que le Grand Guédester avait planté dans la station avaient également été détruits, et, de temps en temps, l’espace s’illuminait d’impressionnantes explosions supplémentaires.

*Avec un peu de chance, peut-être que nous n’allons servir à rien...*

C’est ce que Talon avait envie de se dire, mais elle sentait une telle concentration de la Force dans ce vaisseau qu’elle en doutait. Ce machin avait survécu à une attaque atomique, et la flotte gordanienne était sérieusement endommagée. Talon ne pouvait pas se reposer sur eux. Les Gordaniens ne juraient que par leurs armes et par leur technologie. Un manque de croyance qui leur serait fatal, que ce soit dans leur guerre contre les Formiens, ou même contre Brainiac.

Sentant Ludya se troubler, Talon se retourna vers lui, et le vit retirer ses pansements, puis se mettre à farfouiller dans le wagon, ouvrant des caisses vides, regardant autour de lui.

« Ludya ?! Qu’est-ce qui se passe ? »

Pour toute réponse, Ludya se contenta de dire qu’il entendait des « trucs vraiment flippants ». Simple hallucination... Ou la Force était-elle en train de lui parler ? Talon savait que la Force se manifestait de bien des façons différentes, et, avec Ludya, qui appartenait à une espèce qu’elle n’avait jamais vu auparavant, ces manifestations étaient très originales. Talon savait que, par le biais de la Force, on pouvait entendre des échos venant de loin. Elle savait aussi que certains grands Maîtres Jedi avaient réussi à survivre à la mort par le biais de la Force, acquérant une forme d’immortalité en devenant des fantômes, comme Yoda, ou Obi-Wan Kenobi. Ludya semblait chercher quelqu’un, mais il n’y avait rien dans ce wagon... Et Talon comprit, à son regard, qu’il n’avait pas spécialement envie de parler de ça. La Sith aurait, en d’autres circonstances, pu chercher à en savoir plus, mais, malheureusement, le temps leur manquait.

Le train se rapprochait du spatioport. C’était le leur, abritant le vaisseau de Talon et celui de Ludya. Elle devait encore se contrôler, car, s’il y avait des Gordaniens d’un bout de la ligne, ils seraient également de l’autre côté. Le voile de la Force était une technique efficace, mais Talon doutait de réussir à l’utiliser si les Gordaniens débarquaient en masse. Elle déclencha donc son sabre-laser, et se rendit dans un coin, puis planta son sabre dans le sol, jusqu’à découper un passage rectangulaire.

« Une fois que le train sera à l’arrêt, nous allons descendre par là. »

Le train entrait dans la gare, ralentissant progressivement, les freins s’enclenchant, faisant jaillir des étincelles le long des rails. Talon était accroupie devant le trou, puis bondit dedans lorsque le train s’arrêta. Elle se retrouva à ramper sur le sol, et fila sur la droite, les Gordaniens débarquant par la gauche. Il y avait des gardes dans les coins, mais ils étaient tous occupés à regarder le tramway. Talon ne s’attarda cependant pas, et reprit la main de Ludya dans la sienne. Une nouvelle fois, le voile vint les recouvrir, et la Sith s’avança la première, passant par un couloir latéral. Elle rompit le sortilège.

« Bon... Maintenant, il faut rejoindre les... »

Le spatioport se mit alors à trembler dangereusement, comme si un séisme venait d’éclater. Talon sentit son équilibre se rompre, discernant des secousses dues à de violentes explosions. Elle tomba contre le mur, alors que le spatioport se penchait sur la gauche. Le long tunnel que le duo venait d’emprunter était attaqué par plusieurs batteries de missiles, qui s’explosèrent à différents endroits, jusqu’à détruire le tunnel. Séparée de ce dernier, le spatioport devint une station autonome, qui se mit à dériver dans l’espace, se recevant plusieurs missiles supplémentaires.

Le plafond de leur couloir se fragilisa dangereusement, des fissures apparaissant ici et là.

*Il nous traque...*

Le Grand Guédester se déplaçait lentement, et d’énormes tentacules métalliques noirâtres, similaires à ceux qu’il avait utilisé pour rejoindre Olysseum, jaillirent du ventre du monstre colossal, pour se planter à différents endroits du spatioport, défonçant les murs sans la moindre difficulté. Le spatioport, qui dérivait sur la gauche, s’inversa alors, se redressant vers la droite, car les tentacules qui s’étaient plantés en lui se mirent alors à le tracter. Lesdits tentacules se recouvraient de couches de protection supplémentaire, un alliage en vibranium, un métal extrêmement résistant.

« Bordel ! Nous sommes faits comme des rats ! »

Talon avait probablement dû trop utiliser le voile de la Force. Pour se couvrir elle et Ludya, elle avait dû augmenter son sort.

Arriveraient-ils à rejoindre à temps le spatioport avant que ce dernier ne soit avalé par le Grand Guédester ? Talon ne pouvait que l’espérer !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox