banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Aeroport [Ouvert à tous]  (Lu 1072 fois)
Kenjii H.
-

Messages: 12



Voir le profil
Fiche
« le: Juillet 29, 2014, 09:54:47 »

Premier contact

L'arrivée s'était passée sans encombre malgré le temps de chien à l'extérieur. Je détestait l'avion, cette boite de conserve volante ne m'inspirait aucunement confiance en terme de sécurité mais en plus.. on ne pouvait plus y fumer.. Quelle horreur. Heureusement qu'il y avait toujours les hotesses de l'air qui étaient agréables à la vue.

Le contrôle de sécurité s'était passé relativement vite, il est vrai que j'avais peu de matériel sur moi, un sac en bandouillère et le contenu de mon compte en banque roulé en liasse dans la poche de mon jeans. Impossible de faire plus compact que cela. Seul inconvénient mon pc portable, c'était une vieille machine datant de plus de 10 ans qui permettait très peu, il n'avait pas survécu au transport, brisé en deux lors d'un transfert de terminal il dévoilait son intérieur électronique comme un chat écrasé sur l'autoroute. Repose en paix. Je te trouverais un digne successeur un jour... mais pour l'instant.. Attends un instant mec.. et si.. 

Dans ma tête plusieurs plans s'échaffaudent, je suis certainement surveillé et mon ordinateur comportait des données qui devaient être détruites, quelques chose avait enregistré mes déplacements, j'étais certainement suivi et ce pc portable détruit était un signe.
D'un coup j'en étais sur.. j'avais du être tracé, suivi, poursuivi peut être, mes habitudes de surf avaient du être enregistrées quelques part et un logiciel espion avait peut être déjà tout envoyé à un inconnu anonyme qui aurait tôt fait de me débusquer et de fournir tout le contenu de mon disque à la terre entière. Abandonnant toute dignité, je me mis à genoux pour extraire de la carcasse plastique le disque dur que je frappais au sol brutalement à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'il s'ouvre en deux dans mes mains. A ce moment je compris que je m'étais un peu emporté.

Le temps s'était arrêté autour de moi, les passants me dévisageaient comme l'on aurait regardé un homme achevant une bête sauvage à coups de pierres, quelques mètres plus loin une petite fille pleurait dans les bras de sa maman apeurée par mes faits.
Honteux mais soulagé je me mis en quête de la sortie, heurtant plusieurs personnes au passage sans me retourner pour m'excuser, il me fallait sortir d'ici et prendre une clope.. une bonne bouffée et tout irait mieux, tant d'heures de vol pour en arriver ici et cette interdiction de fumer.. putain, il me faut une clope. D'une main rapide je fouille dans ma vieille veste de toile kaki, elle doit avoir fait plusieurs guerres et j'avoue ne les a pas toutes gagnées, mon briquet fuit à l'approche de ma main, il se fout de ma gueule. Quand je parviens à l'atteindre j'ouvre mon paquet de Bienboro pour constater qu'il ne me reste plus que deux clopes.. On s'en fout.. il est temps...

Le briquet émit un crachotement et la flamme dansa un instant avant d'entrer en contact avec le papier, le tabac se consume et ma bouche aspire la fumée avidement afin qu'aucune de mes alvéoles pulmonaires ne soient en manque de nicotine. Tout va mieux, tout va bien.. le manque disparait et je reprends contact avec la réalité. Tout va bien. Tu est arrivé à bon port et tu va récupérer ta part. Ton ersatz de vie est terminée, tu reprends autre chose.. Mais la.. j'attends le bus ou un taxi, aucune idée de ce que j'attends mais il pleut.. et j'ai envie d'un putain de bon café italien. Rien qui ressemble à cela. Du starbuck, du Mc Donald, de la merde industrielle mais rien d'autre. Le mégot file sous la pluie pour rejoindre la route et s'y éteindre dans un grésillement et une myriade d'étoiles incandescentes. La seconde cigarette suit le même chemin que la précédente, bouche, poumons, bouche, air extérieur, caniveau.

Frénétiquement ma main se pose sur le paquet pour une dernière cigarette mais il est vide. Désespérément vide.. et pas l'ombre d'une queue d'un magasin qui vends ma marque habituelle. Ca démarre pas fort. Dans les environs le bruit des voitures se confond avec celui des avions, de la ville, des gens, des autres.. et moi j'attends comme un con..
" Putain, c'est quoi cette ville, il faut réserver 2 ans  à l'avance ce taxi ? Un café et une cigarette. juste cela. C'est trop demander bordel? Et un putain de taxi qui va en ville pour me trouver une putain d'hôtel."

Les murmures dépassent les frontières de mes lèvres pour s'élever et atteindre les passants à proximités. Peut être comprennent t'ils ce que je dis, peut être pas. J'en ai juste rien à foutre, j'ai froid, je suis mouillé, j'ai envie d'un café et d'une clope. Et d'une douche.. ouais..
J'attends...


Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4268



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #1 le: Août 02, 2014, 06:31:28 »


« Bon je vais faire quoi moi ? »


La lycane soupira, coucher sur son lit, les bras croisés derrière sa tête. Le plafond était certes intéressant à observer pendant une méditation mais  au bout d’un moment, cela devenait presque lassant. Et bien qu’étant en paix, la Louve s’embêtait royalement. Et pour se changer les idées, elle ne trouvait aucune occupation pouvant  la divertir pour l’heure. Sortir en ville ? Toujours la même routine ? Prendre l’air dans les terres sauvages ? Pareil, rien de bien intéressant.  Alors que faire ? Elle savait que maintenant, grâce aux portails, tout accès sur les différents plans lui était possibles. Mais même avec cela, elle n’arrivait pas à choisir un lieu pour se changer les idées. Et pourtant, ce n’était pas ce qui manquer sur Terra !  Alors pourquoi ne pas aller sur Terre tout simplement ? Un petit tour là-bas, profiter de la technologie des terriens, qu’il y’avait-il de mesquins à le faire ?

Ayant enfin trouvé une idée d’occupation, la Louve se leva d’un bond de son lit. Bien évidemment, elle ne pouvait se rendre sur Terre avec les tenues propre à Terra. Ouvrant son armoire, la Terrranide s’empara d’un simple jeans ainsi que d’un haut couleur azur. Autour de son cou, elle noua une petite écharpe en soie fin dans le même ton, cette dernière finissant en deux branches qui voletaient de temps à autre derrière son dos. Pour les chaussures ?  Celles de villes correspondront facilement. Il faut dire qu’arriver sur Terre avec des bottes en cuir digne du moyen-âge ne risquaient pas de la faire passer inaperçue. En quelques instants, l’Okami fut vite apprêtée et prête à partir. Pourtant, elle ne pouvait encore y aller directement.

Attrapant sa bourse de pièce d’or qui correspondait à ses rémunérations de fins de mois, la Louve se dirigea rapidement vers la pièce où se trouvait le coffre-fort.  Les finances étaient à jour et son objectif n’était pas de prendre d’autres piécettes mais de faire une transaction entre l’argent terrien et l’argent Terranien. Usant de la clé dont elle avait la charge, la lycane ouvrit  le dit coffre, prenant quelques liasses de billet permettant de payer sur Terre. En échange, elle déposa dans le coffre l’or égal au montant utilisé. Car oui, sur Terre, les habitants ne payaient plus avec des pièces d’or pure.  Une fois la transaction faite, elle referma le tout à double-tour, allant par la suite ranger la clé afin de ne pas la laisser traîner.  Déposant cette dernière dans un coin de sa chambre, la lycane s’étira un instant, observant quelques secondes l’extérieur par la fenêtre avant de frapper dans ses mains.

« Bon. »

Maintenant, la Terranide était prête à se rendre sur Terre. Enfin, presque prête. Un miroir lui permis de voir son reflet et de constater qu’elle n’avait pas pensé à  cacher ses attributs d’animaux Petite formalité. Jetant un rapide sort qu’on lui avait enseigné, elle cacha ses oreilles et sa queue à la vue des futurs terriens qui croiserait sa route. Alors que dans le cas concret, ces derniers seraient toujours présents. Juste invisible. La Louve s’habilla également d’une ample veste noire qui lui arrivait derrière les genoux. La veste comportait également une capuche du même ton qu’elle pourrait rabattre sur sa tête en cas de forte pluie. Là, maintenant, elle était prête.  Ouvrant un portail vers Seikuzu, elle traversa ce dernier passant donc du plan de Terra à celui de la Terre.

Et bien sûr ce fut la pluie qui l’accueille. Sentant les gouttes tomber rapidement contre sa peau, la Louve ne put réprimer un petit  grondement avant de mettre sa capuche d’ébène sur sa  tête, se protégeant de ce fait. Elle était arrivée dans une petite ruelle sombre dont elle s’était assuré que personne n’y trainait. Sinon, imaginez la  panique que cela aurait pu engendrer ! Son objectif ici était assez simple : prendre du bon temps. Manger des spécialités terriennes, aller au cinéma, se trémousser sur une piste de danse. Se détendre et s’amuser quoi. Elle sortit donc de la petite ruelle, marchant  un peu, au hasard.

La pluie au début faible, devenait de plus en plus forte et les piétons se faisaient de moins en moins présents. Ce fut donc quand elle vit un homme planté là, ronchons qu’elle ne put retenir un regard interrogateur.  Pourquoi diable restait-il ici à attendre sous la pluie ? En tendant l’oreille, elle put entendre qu’il attendait un taxi.  Hors, elle n’en avait pas vu un seul depuis son arrivée.  En grève sans doute.  Dans ce cas, cet homme pouvait encore attendre une éternité avant d’avoir un chauffeur lui permettant d’accéder à sa destination.  Haussant les épaules, la Terranide s’approcha de l’inconnue, l’apostrophant :

« Rien ne sert d’attendre un taxi, je crois qu’ils sont en grève ici. Enfin, je n’ai rien à faire pour le moment, besoin d’aide peut-être ? Un hôtel à chercher ? Un endroit où manger ? »

Oui, aller vers un inconnu ainsi pourrait être de pure folie, mais la lycane ne craignait rien. Et puis, cela lui permettrait un peu de se changer les idées. Bien évidemment, elle ne pourrait pas l’emmener dans son propre appartement, n’en possédant pas un, mais le conduire vers un hôtel, cela elle pourrait le faire. De plus, ce n’était pas ce qui manquait à Seikuzu, ni les restaurants d’ailleurs.  Après, il pouvait tout aussi bien la chasser et elle partirait tout simplement. Elle  attendait donc, sous cette foutue pluie. Et dire qu’à Nexus il faisait beau.
Journalisée

Kenjii H.
-

Messages: 12



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Août 02, 2014, 07:57:36 »

https://www.youtube.com/watch?v=7H14nuSdE8w

La pluie tombe autour de moi, dessinant des vagues, des formes sur le trottoir déja détrempé, je me suis réfugié en mon fort intérieur pour combattre ce manque, je me suis réfugié à l'intérieur de ma cellule de sécurité intérieure,

loin de ce monde, comme détaché de cet endroit, de ce moment, hors de cet espace temps. Mis à part la musique émanant d'une boite de nuit toute proche rien ne vient trou..


« Rien ne sert d’attendre un taxi, je crois qu’ils sont en grève ici. Enfin, je n’ai rien à faire pour le moment, besoin d’aide peut-être ? Un hôtel à chercher ? Un endroit où manger ? »
Mon regard quitte mon point de fuite et se fixe sur celle dont la voix vient d'atteindre mon oreille. Immédiatement mon cerveau se met à fonctionner à toute vitesse. Qui est t'elle ? D'ou vient t'elle ? Pourquoi s'adresse t'elle à moi ? Mes yeux détaillent la personne, l'endroit. Seul, à l'écart du monde, dans l'attente d'un hypotétique taxi je pourrais faire une proie facile. Je la détaille de bas en haut, les yeux couverts par une paire de lunettes de soleil qui n'ont aucune fonction dans ce temps pourri, après quelques minutes de silence mes lèvres s'accordent pour former une phrase qui s'élève dans l'air qui nous sépare avec un peu de difficulté, mes mains rejoignent mes poches non sans avant avoir tâté l'endroit ou se cachent mes économies.

"Je vous remercie mademoiselle mais je pense ne pas être celui que vous attendez.. je suis.."
Un hotel ? Un endroit ou manger ? Un hotel possède certainement un distributeur de cigarettes et un endroit ou manger une bonne machine à Expresso. Voila peut être une occasion revée d'assouvir mes envies. Mon cerveau me hurle de me méfier de cette femme, habillée de noir, coiffée d'une capuche qui atténue le détail de ses traits elle pourrait être envoyée par d'autres avec le seul but de ne pas me faire toucher ma part .. et.. cigarettes... ouais je vais lui demander des clopes. Mes yeux se fixent sur ses doigts, longs, fins, manucurés comme si ils s'agissaient de griffes, soignés.. pas la moindre de trace de cette teinte jaune courante pour les fumeurs, tant pis. je me lance...

"Vous n'auriez pas une cigarette ? Une BonBorro ? Je suis tombé à court en attendant ces putains de taxis et j'ai besoin d'une clope."
C'est ca.. demande lui une clope, ca te donne un peu de temps pour réfléchir si tu va accepter ou pas de l'accompagner. Tu viens de débarquer, tu n'a rien d'autre à faire, pourquoi ne pas faire un peu la fête en attendant de toucher ta part ? Ca fait combien de temps que tu n'a plus faire la fête ? Que tu ne t'es pas tapé une gueule de bois, de t'éveiller sans savoir ou tu es ? Non je ne devrais pas, on ne sait jamais. Peut être me suis t'elle depuis un moment déja et peut être ne cherche t'elle qu'a te neutraliser. Un sourire commercial apparait sur mon visage/

" Je m'apelle Kenji. Enchanté de faire votre connaissance .. mademoiselle ? Je n'ai pas saisi votre nom."
C'est cela, donne lui aussi ton numéro de carte bancaire, le rouleau de pognon que tu as dans le froc et tout ce que tu sais. T'es vraimment un con quand t'es en manque. Un gros con. Elle va t'ammener à l'hotel, elle va manger avec toi, te foutre un truc genre GHB dans ton verre et demain tu va te réveiller dans une bain de glace avec un rein en moins. D'un geste machinal je releve ma capuche égalemen pour me protéger mieux de la pluie. Ma veste est trempée, le froid commence à entrer en moi et j'en ai plus que marre d'attendre sur ce putain de quai un taxi qui ne viendra jamais.

D'un geste de la main je lui fais signe de me suivre et nous avancons dans la ville, les lumières de celle ci dessinent dans les airs et dans le reflet de l'eau sur la route un kaloidoscope de couleurs comme si j'étais sous extasie. Les couleurs fluos m'agressent comme si j'étais sous morphine, mes mains tremblent comme si je manquais de cocaine. Un bon départ dans la ville du soleil levant non ? Un rapide coup d'oeil me fait remarquer que ma montre ne fonctionne plus... Perdu, loin de tout, sans idée de l'heure qu'il est et sans idée de qui m'accompagne. Je voulais de l'aventure je pense que je vais être servi...
Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4268



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #3 le: Août 03, 2014, 11:50:08 »

Au moins, il n’avait pas sursauté par surprise. La lycane restait là, attendant une quelconque réponse, affichant un petit sourire amusé en voyant l’humain vérifier si elle ne venait pas de lui dérober quelque chose. Qu’il tâte sa veste, qu’il fouille dans ses poches, la Louve ne lui avait rien pris. Après, il était tout à fait normal qu’il se méfie et c’est pourquoi, elle le laissa faire, sans omettre le moindre commentaire. Le seul mouvement que la Terranide fit, fut de rabattre légèrement plus sa capuche pour mieux se protéger de cette pluie glaciale.  Maudit temps.  Puis, elle releva soudainement sa ligne de mire vers l’inconnu, l’entendant lui poser une question et face à cette dernière, elle donna la négation :

« Désolé mais non.  Mais il doit rester encore quelques tabacs ouverts en ville »

La cigarette, le tabac, la louve détestait en sentir la fumée. Son odorat plus fin était un supplice quand une personne prenait une bouffée de tabac à ses côtés. Cependant, elle se voyait mal dire à cet homme qu’il ne devait pas fumer en sa présence. Chacun était encore libre de faire comme bon lui semblait après tout.  Au pire, cela ne serait pas une ou deux cigarettes qui allaient la gêner et ce n’était pas l’espace qui manquait pour s’éloigner et avoir accès à un air en partie non vicié.  Cependant, elle dû avouer que pour un fumeur, il ne portait pas sur lui la désagréable odeur de la fumée. Au contraire même, c’était plutôt une odeur d’eucalyptus qui s’en dégageait. Une odeur bien plaisante même, au contraire de celle de la nicotine.

« Shad tout simplement »

Au moins, les présentations étaient faites. Cependant, la Louve n’avait toujours pas la moindre idée s’il désirait un peu ou non de l’aide. Sa réponse fut rapidement donnée. Le geste de main était sans équivoque et elle hocha simplement la tête se mettant à le suivre en ville. Les rues étaient en partie désertes. Seuls quelques piétons couraient rapidement, se protégeant comme ils le pouvaient de cette pluie diluvienne. Les lumières des lampadaires ainsi que celles des rares voitures se reflétaient dans les flaques d’eaux.  Et la pluie s’écoulait rapidement le long des rigoles, vers diverses plaques d’égouts.  Un temps de chien à ne pas douter. Sur le chemin, la lycane regardait rapidement de gauche à droite, vérifiant chaque enseigne qu’elle pouvait apercevoir.   Soudain, elle trouva le bâtiment de sa quête. Ce dernier était rudimentaire de quelques mètres carrés en apparence et possédant une vitrine où était entreposées diverses revues. Ces dernières allaient de la simple bd au magazine de sport à la revue scientifique.  Mais ce n’était pas de la lecture qu’elle cherchait.


« je crois qu’on va pouvoir résoudre votre problèmes de cigarettes. »

Regardant rapidement les horaires d’ouvertures, la lycane poussa par la suite la porte, entrant dans le magasin. Une chance que ce petit bureau restait longtemps ouvert. Mais pour l’heure, nul vendeur au comptoir.  La Louve désigna d’un geste de la main l’emplacement des paquets de tabacs avant de marcher à son tour dans les rayons, prenant certains magazines, les feuilletant rapidement. Un petit moyen pour se changer les idées. Et puis, ici, ils étaient en partie au sec. Tout en lisant une revue quelconque, elle ne put s’empêcher de questionner la personne qu’elle accompagnait.

« Des envies particulières pour la suite ?  Faut dire qu’avec ce temps pourri….Enfin, sinon, vous  êtes ici en guise de vacances ou pour un tout autre projet ? »

Elle referma subitement le livre qu’elle était en train de feuilleter et lâcha un juron envers sa propre personne.  En repensant à son interrogation, la Louve décela des parties pouvant  être compris  différemment de l’idée de base.  La revue rangée, elle s’approcha du comptoir et interpella le vendeur pour qu’il se bouge un peu avant de se retourner vers Kenji.

« Mouai ma question avant pouvait être mal pris désolé. Enfin, j’pourrais t’aider à te trouver un petit hôtel ici, ce n’est pas ce qui manque à Seikuzu et…ha bha tiens le vendeur arrive »

L’homme d’une trentaine d’années s’avançait du fin fond de la remise.  Il portait sur lui un jeans et une chemise à carreau mise en valeur par une paire de lunettes ronde et rouge. C’était même l’une des premières choses qu’on remarquait sur lui.   Observant ses clients, il posa ses mains à plats sur son comptoir, fit claquer sa langue avant de questionner :

« Vous désirez ? »
Journalisée

Kenjii H.
-

Messages: 12



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Août 03, 2014, 03:21:42 »



« Shad. »
Ainsi tel était son prénom, sa réponse était la plus douce à mes oreilles. Il restait un tabac, un de ces endroits ou il pourrait peut être trouver de quoi enfin ingérer sa dose de nicotine. Souriant un instant à sa nouvelle compagne de l'instant il la remercia avant de suivre celle qui lui montrait le chemin de la délivrance. A l'idée de pouvoir assouvir ses vices il ressentit une diminution de son état de manque. Les rues se suivaient, les unes après les autres, la pluie lui donnait de grandes gifles mouillées comme il n'en avait plus recu depuis qu'il avait fait quelques trajets en voilier.

Dans les rigoles, des feuilles de papiers, des tracts pour des escorts-girls aux positions des plus suggestives se faisaient emporter dans les égouts à toute vitesse, les avaloirs dévoraient leurs documents comme si il s'agissait d'ogres dévorant des enfants. Un instant le coté paranoïaque de l'homme repris le dessus. N'allait t'elle pas l'amener dans une ruelle sombre ou des complices viendraient lui trancher la gorge pour quelques billets et jeter son cadavre dans une benne à ordure. Ils arrivèrent enfin dans une boutique mal éclairée dont le néon rouge et bleu clignotait à l'entrée. A l'intérieure le bruit du frigo et de l'air conditionné était comparable à celui d'une armée de ventilateurs. La main gracieuse de Shad, manucurée et légère lui désigna un nombre incalculable de marque différentes de cigarettes.. Mais hélas rien qui ne ressemblait à ses « bienboro », ma main se dirigea donc vers une marque inconnue dont le logo était celui d'un petit singe muni d'un chapeau rouge à pompom «  Green monkey with a red hat ». Aucune idée mais cela semblait être suffisant tout du moins pour la soirée, en tout cas pour tenir le coup et combattre la musique qui tentait d'inonder l'endroit.
https://www.youtube.com/watch?v=xfek1dF64Fk

« Je crois qu'on va pouvoir résoudre vos problèmes de cigarettes. »
Effectivement, le problème était résolu, ma main déchira l'emballage et avanca une cigarette vers ma bouche, le briquet produisit une légère étincelle et ce fut la délivrance. Sa question première me fit tousser légèrement, il était assez inhabituelle qu'une jolie femme sortie de nulle part propose ce type de demande. J'en était la de ma réflexion quand la seconde question arriva. Ma bouche forma un cercle presque parfait et la fumée sorti en vague importante, tsunami cancérigène. Un motel. Je n'avais rien planifié effectivement, cela pourrait être une bonne idée. Un homme de trente ans s’avança en faisant claquer sa langue, manifestement le patron du magasin, il me trouva cigarette au bec, le paquet dans la poche.

« je vous ai pris un paquet de cette merde qui donne le cancer. »
Un billet fut déposé sur le bar et le regard de l'homme motiva le vendeur à ne pas se plaindre, rien n'était attendu en retour. La cigarette consommée fut écrasée en petit tas dans le cendrier et l'homme se dirigea vers la porte accompagné de sa belle inconnue.

«   Au fait, je sais qui tu es mais qu'est ce que tu fais ici ? Tu assures le support pour les touristes perdus ? Pourquoi m'avoir abordé  puisque tu ne m'a rien volé et que tu ne semble pas chercher autre chose qu'une compagnie ?  Pour répondre à toutes tes questions, je suis ici en vacances.. peut être de longues vacances. Disons que je viens rendre visite à un ami banquier. Je suis partant pour l’hôtel mais est ce que tu ne serais pas tentée par prendre un verre ?  »
Le ton était agréable, le coté paranoïaque de l'homme semblait avoir disparu pour laisser place à un gentleman ou presque. L'odeur de tabac était parvenu à faire presque disparaitre celle de l'eucalyptus que l'on ne parvenait plus qu'a sentir que lorsque l'on était au contact presque de l'homme. La discussion était passée du vouvoiement au tutoiement, sans aucune gène.

« Dernière édition: Août 03, 2014, 03:58:45 par Kenjii H. » Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4268



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #5 le: Août 04, 2014, 05:05:37 »

Le nuage de fumée fila droit vers le visage de la Terranide, qui pour dissiper rapidement ce panache âcre de nicotine, goudron et autres saloperies cancérigène, ne manqua pas de reculer d’un pas tout en agitant une main devant elle pour chasser la fumée.  La Louve toussota, sentant presque une larme perler au coin de l’œil. L’auteur de cet état fut gratifié d’un regard noir, pour peu elle aurait même grogné mais cela aurait pu s’avérer étrange sur Terre.   Son regard se posa par la suite sur la cigarette entamée qu’elle injuria de tous les noms mentalement.  Prenant une bouffée d’air pur, elle nota rapidement que le gérant de cet établissement venait tout juste d’avoir son argent pour l’achat de ce paquet menant vers une destruction des poumons à petit feu.

Bien que le temps fût exécrable dehors, la Louve était bien pressée de quitter cet endroit. La ventilation était bruyante et donner presque des migraines mais ne rivalisait en rien avec la musique qui provenait de deux haut-parleurs situés à  deux extrémités du magasin. Cela aurait pu être plaisant si la musique n’était pas digne des supermarchés de bas-étage et surtout si les haut-parleurs n’émettaient pas un léger grésillement preuve de faux raccord.  Un simple geste de la main fut donnée à l’attention du vendeur alors qu’elle poussait à nouveau la porte, passant du sec à l’humide. Ses mains passèrent instinctivement derrière sa tête et chercha sa capuche qu’elle remonta pour se protéger au mieux de la pluie.

Il reprit la parole et elle l’écouta tout en marchand, mains dans les poches.  Bien évidemment, elle fut interrogée quant à son identité mais elle se voyait mal lui avouer qu’elle venait d’un autre monde et était loin d’être une simple humaine.  Il lui faudrait donc inventer un mensonge auquel elle réfléchit à toute vitesse afin de ne pas le faire languir trop longtemps. Par chance, Kenji entama de suite avec une nouvelle proposition. Au moins, il avait accepté l’aide pour trouver un hôtel dans cette ville japonaise et lui proposait même de boire un petit verre. Sur le coup, la Louve s’arrêta, réfléchis quelques instants et reprit sa marche en lançant un :

« Va pour le verre ! »

Il ne restait pour cela que de trouver un petit endroit où dépenser de l’argent tout en buvant un verre ou deux.  Et pour cela, l’endroit le plus adéquat restait le bar.  Coup de chance, un ignoble néon vert et jaune représentant un homme  levant le coude pour ingurgiter une pinte de bière permis de trouver le bar tant convoité.  La Louve s’y rendit avec le nouvel arrivant en ville, s’installa sur l’un de ses  haut-tabouret et pris une cacahuète grillée qu’elle porta à sa bouche après avoir rabattue dans son dos sa capuche. Etant au sec, cette dernière ne lui était  d’aucune utilité pour l’heure.  Pas de barman pour le moment qui viendrait prendre une commande. Soit autant en profiter pour répondre aux questions.

« Sinon, pour répondre à tes questions. Non, je ne travaille pas dans une agence pour accueillir les  gens. Disons que comme je t’ai vu un peu « perdu » et énervé, je me suis dit qu’un peu t’aide ne te ferait pas de mal. Pour ton argent, garde le, je ne suis pas là pour te le voler et on va dire que je suis également en vacances ici. Bien que ma durée sera nettement plus courte que la tienne. D’autres questions ? »

Au moins, il y’avait une grande part de vérité dans ces propos. Ses doigts filèrent à nouveau vers le petit bol et deux trois arachides furent prises avant d’être engloutie. La lycane observa un peu mieux les lieux. Un bar, une piste de danse et de la musique de toute sorte. Rien de bien impressionnant n’en soit. Ha ! Tiens, voilà qu’ils faisaient jouer des néons de couleurs aux rythmes des musiques  passées. Rouge, bleu, jaune, l’endroit  se voyait parer d’une myriade de couleur. Et enfin, le barman arriva, demandant les commandes.

« Une simple bière pour moi. » commanda la Louve au tenancier du bar.

En réalité, la lycane préférait les liqueurs fruitées mais pour une fois, elle avait envie de faire une petite exception. Sa  bouteille fut ramenée et elle la décapsula d’un geste vif, la capsule émettant ce fameux son légèrement aigue et métallique. Pourtant, elle ne  porta pas encore la bouteille contre ses lèvres pour en boire le contenu, posant une question qui lui titillait l’esprit.

« Si tu es là pour rejoindre un ami. Pourquoi ne peut-il pas d’héberger quelques jours ? »

Cela tombait sous le sens pour la lycane. Surtout que des hôtels corrects et pas trop cher étaient fait rare à Seikuzu Alors que bon, il avait un ami qui pouvait l’héberger, pourquoi ne pas en profiter ? Sa main se referma sur la bouteille de bière dont elle but quelques gorgées avant de la reposer sur la surface de travail du bar.  Cette sortie sur Terre réservée bien des surprises.
Journalisée

Kenjii H.
-

Messages: 12



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Août 05, 2014, 07:13:08 »

J'aspirais la fumée avec un plaisir non feint. C'était toujours le meilleur moment lorsque la fumée acre s'insinuait dans mes poumons. Bête peut être mais j'étais sur de passer une agréable soirée avec un paquet de clopes en poche. Nos pas communs nous amenèrent dans un pub du genre irlandais, le néon à l'entrée nous avait déja mis au goût de la population de l'endroit , dès l'entrée le bruit de voix nous submergea comme une vague submerge le chateau d'un enfant sur la plage. L'endroit était assez peu éclairé, seuls des néons clignotants et des boules à facettes nous permettaient de nous diriger. Des miroirs me renvoyaient deux à trois fois nos images sous différentes facettes.

Ils s’installèrent donc dans l'attente d'une visite pour les commandes et la conversation se mit en place.
« Je posais simplement des questions, je me demandais juste ce qu'une femme comme toi fais pour se retrouver à aider un touriste. C'est assez peu commun en fait, j'ai perdu l'habitude qu'on fasse des choses dans le seul but de venir en aide à l'autre, souvent c'est qu'il y a une idée derrière ou une volonté de nuire. Je dois vivre dans un monde spécial.. ou je suis peut être paranoïaque. »

Le tenancier s'avanca et j'entendis la belle passer sa commande, une bière.. drôle d'idée. Ma commande était des plus simple, un petit verre de saké tiède. Cela aurait été bête de ne pas profiter de l'endroit pour se consacrer à ce que le pays fait de mieux...

« Au fait, je te conseille de ne pas manger ces .. trucs.. ca fait peut être quelques jours qu'elles sont la. »
Mon regard se posa dans les yeux de Shad, écartant les arachides de la trajectoire de la main de celle ci.

« Et pour répondre à ta question, mon « ami » ne peut pas m'héberger car je ne le connais pas plus que cela, c'est plus un contact qu'un ami en fait. Il m'a contacté pour venir chercher quelque chose en ville, quelque chose qu'il me doit. Je suis donc arrivé ici avec un sac, deux tenues, une brosse a dent.  Il faudrait d'ailleurs que je me trouve un hôtel pour finir la nuit. A moins qu'on la termine autour d'une bière ici même ce soir.. Mais je suppose que ton mec va pas apprécier... »
Un sourire se dessina sur mon visage à ces mots, ignorant que celui ci découvrait une rangée de dents dont la teinte jaunâtre n'attirait pas le regard. Au moment moment une musique à la mode au pays du soleil levant se fit entendre et la piste de danse se remplit d'un coup comme une fourmilière se vide sous l'effet d'un coup de pied. Pivotant mon siège je pris le temps de regarder les individus se tordant sur celle ci comme si un court circuit avait animé leur corps, j'avoue que mon regard se posa un peu plus longtemps sur les demoiselles. Mon attention se reporta sur ma compagne de l'instant et ma voix s'éleva une fois encore dans la cacophonie de l'endroit.

https://www.youtube.com/watch?v=tVSqd1SzkQE

« Et donc toi tu viens d'ou ? Et tu fais quoi dans le coin pour tes vacances ? Qu'est ce que tu recherche ? »
Mon verre se tendit vers le sien afin de trinquer à notre rencontre. La fumée provenant d'une machine envahit la piste dans une odeur de menthe ce qui me motiva à tirer une nouvelle cigarette de mon paquet de « Green monkey with a red hat »


 
« Dernière édition: Août 05, 2014, 07:18:21 par Kenjii H. » Journalisée
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4268



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #7 le: Août 07, 2014, 02:47:22 »

L’estomac de la Louve était assez résistant et lui permettait d’ingérer des aliments qu’un être humain aurait tôt fait de ne pas digérer et de recracher en filant droit vers des sanitaires pour les inonder de sucs gastrique. Mais cela, Kenji ne pouvait guère le savoir et quand il poussa la main de la Terranide hors de portée du petit bol de cacahuète salée, cette dernière hocha simplement la tête en signe de compréhension avant  de replier son bras contre elle. Il fallait avouer que si Shad viendrait à prendre une nouvelle bouchée de ces arachides, son compagnon d’un soir ne manquerait pas de la regarder bizarrement. Mieux valait éviter pour l’heure d’éveiller les soupçons ou de faire naître des interrogations diverses et variées.

L’Okami l’écouta par la suite répondre à sa question concernant son ami et l’hébergement que celui-ci aurait pu lui procurer.  Et aux dires de l’homme, elle s’était trompée sur son idée. Elle qui pensait que les deux personnes se connaissaient, c’était en réalité tout à fait différent !  Quand il énuméra sa liste d’affaire, elle ne put s’empêcher de jeter un rapide coup d’œil vers ces dernières, arquant un sourcil d’interrogation. Pouvait-on seulement partir vivre avec si peu sur Terre ? Avait-il seulement tout ce qu’il fallait sur lui ?  Ce paquage semblait bien petit pour commencer à vivre sur Seikuzu. Mais après, peut-être se trompait elle et peut-être allait-il acheter les affaires dont il avait besoin une fois l’hôtel trouvé ? Ou mieux, un petit studio si son séjour viendrait à se prolonger. A sa dernière réplique, elle  se mit à sourire, amusée avant d’effacer ce dernier en voyant les dents jaunes propres à un consommateur de tabac. Comment pouvait-on tellement apprécier cette infamie ?  Son air de dégoût disparu rapidement  laissant place à un air amical et chaleureux :

« Je vois, je vois….Et bien désolé de mettre tromper, je pensais vraiment que tu connaissais mieux cette personne.  J’imagine que donc trouver un hôtel pour débuter ne serait pas trop mal. Quant à mon « mec », ne t’en fais pas pour cela,  car je n’en ai pas actuellement. Et  tu as raison, mieux vaut se méfier que de faire confiance à tout le monde. »

Du moins pas comme il le sous-entendait.  La Terranide se voyait mal lui dire qu’en réalité elle était en partie une esclave sexuelle d’un démon sur un autre monde. Imaginez seulement sa réaction !  Il valait mieux rester évasif sur le sujet pour le moment. Tout comme Kenji, Shad se mis à observer la piste de danse qui se mis à se remplir d’un bloc, les nippons se déhanchant sur la musique que leur passait le DJ.  Ses oreilles invincibles aux yeux de l’humain se mirent à s’agiter doucement quand il  reprit la parole, parlant fort pour passer outre la cacophonie de l’endroit. Mas nul besoin d’hausser tellement la voix car la lycane l’entendait parfaitement si elle se concentrait un peu soit peu sur sa personne. Elle laissa planer un moment de silence, trinquant son verre contre celui de son interlocuteur avant de boire une gorgée d’alcool. Bien évidemment, elle ne put réprimer un regard noir vers le paquet de cigarette qui fut  gratifié d’un regard noir.  Elle soupira finalement, prenant la parole :

« D’où je viens ? D’une ville pas loin. Ce que je cherche à faire ? Je pense te l’avoir dit non ? Juste prendre un peu de bon temps, profiter de la ville avant de repartir, ni plus ni moins. »


Non car bon, dire qu’on venait d’un autre monde pouvait choquer. Autant prendre l’option d’une ville avoisinante. Et puis s’il viendrait à s’intéresserez plus à ce sujet, elle verrait bien comment elle réagira. Peut-être lui donnera-t-elle plus d’informations, peut-être éludera t’elle la question ou peut-être mentira-t-elle. Tout cela n’était que de l’ordre de l’hypothèse. Son regard se tourna à nouveau vers la piste de danse qui ne cessait de se remplir. Seuls deux trois danseurs s’octroyaient une pause pour commander un quelconque alcool au bar. La Louve quant à elle termina sa pinte de bière avant de désigner l’endroit où les danseurs se trémoussaient.

« Ça fait longtemps pour ma part, mais une petite danse peut-être ? »

A moins qu’il préférait rester ici à discuter. Mais autant dire que l’endroit poussait la clientèle à faire au moins deux à trois pas de danse. Après pouvait-on réellement penser d’art de danser dans un tel lieu ? Il suffisait juste d’aller sur la piste et de bouger son corps dans des positions de temps à autre suggestives au rythme de la musique.
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox