banniere
 
  Nouvelles:
APPEL À CANDIDATURES : Proposez-vous pour être Administrateur de LGJ ! Plus d'informations ici : http://lgj.forum-rpg.net/index.php?topic=20663.0

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: La visite de Samara [Privé]  (Lu 574 fois)
Prima Cadenza
Avatar
-

Messages: 29


Maman des Enfers


Voir le profil
FicheChalant
« le: Juillet 06, 2014, 10:02:29 »

25 ans plus tôt...

- Vous devriez vous allonger, ma Dame.
- Non merci, ça ira.
- Vous êtes sûre ? Vous voulez que j'aille vous chercher un verre d'eau ?
- Je te dis que tout va bien, Annie ! Cesse de me cajoler, tu sais bien que je déteste ça.

La maid cessa de tenir la main de sa maîtresse, ne sachant plus quoi faire. Celle-ci avait beau dire que tout allait bien, la scène en elle-même suffisait à affirmer le contraire. Sa maîtresse enceinte jusqu'au cou, au chevet de sa démone de fille qui gémissait dans son sommeil, et sans aucun mari pour la soutenir depuis des mois que l'état de leur enfant fluctuait... peu importait les remèdes ou les sorts de soins, on aurait aussi bien pu essayer de contrôler le vent qui soufflait dehors.

La faute au dernier amant de la démone, qui était passé par là - et qui lui avait d'ailleurs peut-être valu son ventre qui s'arrondissait comme un croissant de lune, mais c'était une autre histoire. Celui-ci n'avait pas apprécié que la rousse refuse qu'il touche sa fille. Il s'était enfui sans demander son reste, mais non sans lancer une puissante malédiction sur la pauvre héritière, qui tenait le lit depuis des semaines maintenant.
Évidemment, Cadenza avait tenté de faire venir son époux. Mais la période était à la guerre, au sein des armées d'Ashnard. Son importante position ne lui permettait pas de venir remplacer sa femme et lui permettre de se reposer un peu. Cela faisait des mois qu'elle ne l'avait pas vu, qu'elle n'avait même pas pu lui annoncer sa grossesse.

Autant dire que cela faisait longtemps que la comtesse ne s'était pas senti aussi seule. Les sautes d'humeur causés par sa grossesse n'arrangeant pas les choses, nul n'aurait su dire si elle avait plus pleuré ou détruit le mobilier du château sous la colère.
Annie constatait cela, en balayant à présent les marches de l'escalier qui menait à l'entrée. L'imposante pièce qui la composait semblait comme dévastée : des statues éventrées, des tableaux déchirés, il y avait même une vitre cassée à l'ouest de la pièce circulaire. Le tempérament indépendant de Cadenza avait du mal à supporter qu'elle ne puisse rien faire pour lutter contre ça, même après des journées entières passées à travailler dans son laboratoire pour trouver un remède.

La démone avait pourtant accepté de demander de l'aide à une puissante magicienne, qu'elle connaissait de réputation et qui était censée arriver dans très peu de temps, maintenant. Annie entendit d'ailleurs que l'on frappait à la porte, alors qu'elle préparait du thé très fort à sa maîtresse.
Sans plus attendre, la servante évita les restes d'un miroir brisé à terre et ouvrit doucement la porte, laissant apparaître un visage aux traits tirés. Tout le monde avait les traits tirés ici, en ce moment.
« Dernière édition: Juillet 07, 2014, 07:27:33 par Prima Cadenza » Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 437



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Juillet 07, 2014, 01:16:21 »

Il y a plus d’une vingtaine d’années, Samara était encore loin d’être la magicienne ashnardienne influente qu’elle était actuellement, proche d’une Déesse, et entretenant d’étroites relations avec des personnes ashnardiennes influentes. Il y a plus d’une vingtaine d’années, elle errait encore dans les Contrées du Chaos, traquée par les fanatiques de l’Ordre Immaculé, ainsi que par d’autres personnes. Elle s’était émancipée des griffes de son maître, et son pouvoir magique grandissait au fur et à mesure qu’elle « dévorait » d’autres mages. Elle ne pouvait pas prétendre tuer uniquement des salopards. Elle n’était pas une redresseuse de torts, et il lui arrivait parfois de sauver des voyageurs attaqués par des monstres pour les avaler ensuite, usant de ses pouvoirs psychiques pour dévorer leurs âmes, que ce soit des mages ou non. En cette cinquantaine d’années d’errance, Samara avait bien du tuer plusieurs centaines de personnes, essentiellement des hommes. Elle avait peur d’eux, peur de ces mâles monstrueux qui abusaient des femmes, et elle laissait parler sa peur en les tuant. Sa dernière victime était le bailli d’une petite ville, qui battait violemment ses enfants. Elle l’avait tué, dévoré son âme, et avait violé sa fille, avant de partir. La garde locale la traquait dans la région, et Samara s’était enfuie.

Elle se trouvait maintenant dans les terres impériales, à une époque où Nexus était encore dirigée par Liam Ivory, et où les Ashnardiens venaient d’envoyer leurs meilleurs éléments en guerre contre Nexus. Une énorme horde impériale avait fait route, emmenant bon nombre de soldats et de mages. Samara s’était installée dans une belle région, dans une confortable tour qu’elle avait rénové, et avait entrepris de soigner la population locale. Du fait de la guerre, il n’y avait quasiment plus que des femmes, des vieillards, et des enfants. Elle les soignait bien, et avait fait l’amour avec la moitié des femmes du village. C’est ce qui avait finalement amené une puissante dame de la région à venir la voir, afin de solliciter son aide. Elle n’était pas venue en personne, bien sûr, mais elle avait entendu parler des talents médicaux de Samara. Cette dernière n’était pas une guérisseuse, ni une experte en magie blanche, mais elle s’y connaissait suffisamment pour réussir quelques tours.

Samara avait fini par accepter cette visite. Elle s’avançait le long de la forêt, sa queue caudale ondulant dans son dos. Elle avait traversé la forêt, jusqu’à voir l’imposante structure, et un sourire épanoui avait traversé ses lèvres.

*Ma chère Samara, c’est l’heure de la consécration...*

À force de voyager et de se déplacer, Samara avait de plus en plus envie de se poser, et Ashnard la tentait bien. L’Empire était moins fanatique Nexus vis-à-vis des démons, et, si les Tekhanes l’avaient pendant un temps tenté, elle avait vite compris qu’elles étaient réfractaires à la magie, et voudraient en faire une esclave. Samara avait donc choisi de se rapprocher d’Ashnard, et, pour se poser, elle avait donc commencé par utiliser son talent.

Samara se rapprocha de la porte d’entrée, et toqua à cette dernière, avant de croiser les bras. La porte finit par s’ouvrir, et Samara esquissa un sourire langoureux à destination de la servante se trouvant à l’intérieur.

« Bonjour, jeune dame ! Je suis la magicienne Samara... Il me semble que la dame de ces lieux a besoin de mon assistance. »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Prima Cadenza
Avatar
-

Messages: 29


Maman des Enfers


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Juillet 21, 2014, 12:08:43 »

La maid n'observa pas Samara d'une façon différente des autres invités. Quand on était au service d'une démone de haut rang, on voyait en effet tout et n'importe quoi. Elle se contenta donc de lui faire une révérence très marquée, débarassant Samara de son manteau, tout de même consciente de qui elle avait en face d'elle.

Les escaliers furent vite montés, la porte vite ouverte, et Annie vite effacée devant la présence de sa Maîtresse, toujours occupée à être assise au chevet de sa fille, à lui caresser les cheveux.
Pour peu que la situation ne soit pas connue, la malade aurait presque pu paraître morte. Ses longs cheveux blonds étalés sur les draps de soie de son lit, vêtue d'une longue chemise de nuit blanche, sa poitrine se soulevait par à coups et allait de paire avec son corps baigné de sueur. Les conséquences de cette maladie mystérieuse étaient physiques, mais aussi psychologiques, vu les cauchemars qui en découlaient.

Cadenza en avait été témoin pendant les nuits blanches passées ici, qui lui semblaient interminables. La vie, de manière générale, lui semblait de toutes façons interminable depuis le début de cette histoire.

La comtesse gardait cependant dignité et grâce, même avec le ventre aussi rond que les cernes sous ses yeux. Elle donna à son invitée une révérence simple, deux pans de sa robe dans ses deux mains.


- Samara... merci d'être venue aussi vite. Le voyage n'a pas dû être de tout repos.

Cadenza avait beau ne pas entretenir beaucoup de liens sociaux, elle connaissait la sorcière par le biais des différents démons qu'elle fréquentait et qui passaient à son appel dans sa demeure. C'était la première fois que la magicienne se présentait devant elle, donc.
Quittant à regret son enfant du regard, la rousse quitta la chambre pour rejoindre la magicienne qui se tenait toujours devant l'encadrement, fermant la porte doucement.


- Je n'ai pas quitté cette chambre depuis des jours, soupira-elle. Allons nous installer confortablement, je vais vous expliquer le problème...

Cependant, dés que les deux dames furent installés dans un salon proche et le thé servi, Samara se rendit bien compte que c'était plus facile à dire qu'à faire. Les faits étaient là : celui qui avait lancé la malédiction était un professionnel dans les arts de la magie noire et les principaux symptômes de la maladie étaient un sommeil permanent, de violentes agitations durant la nuit et de fortes poussées de fièvres, ainsi que d'intenses crises de douleur de temps à autre.
Cadenza avait beau être elle-même douée dans les arts de l'occulte et de l'alchimie, et capable de préparer des centaines de remèdes... le problème qui se posait ici était hors de sa portée.


- La maladie est d'origine magique, mais l'ensemble des paramètres m'échappent, finit d'expliquer Cadenza d'un air dépité. J'ai beau maîtriser beaucoup d'arcanes en ce qui concerne la magie blanche, je suis incapable de soigner ma propre fille...

La démone posa une main sur son front blanc, l'autre étant sur son ventre arrondi par la maternité.

- Je- je me sens vraiment seule. Seule et impuissante. J'ai tout essayé, vous êtes la dernière chance de pouvoir réveiller ma fille. Si vous y parvenez, tout ce qui vous plaira vous sera donné. Je n'en peux vraiment plus, il faut que ça s'arrête...

Étant elle-même d'origine démoniaque, Cadenza savait qu'il n'était pas très stratégique d'autant se révéler devant une de ses semblables. Mais la fatigue la poussait à se laisser aller... elle n'alla cependant pas plus loin dans le mélodrame, se levant après avoir fini sa tasse.

- Allons la voir... il fait bientôt nuit, vous pourrez observer les symptômes de façon très claire. C'est souvent à ces heures-là qu'ils sont les plus visibles...

Découragé par avance, la comtesse poussa de nouveau la porte de la chambre, laissant passer Samara devant elle.
Journalisée
Samara
Avatar
-

Messages: 437



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Juillet 22, 2014, 01:25:42 »

La majordome l’observa comme si Samara était une vulgaire paysanne venant offrir un quignon de pain. Samara fut courroucée dans sa fierté, mais n’en montra rien. La domestique daigna tout de même lui ôter son manteau, révélant Samara dans sa superbe tunique noire serrée, qui moulait à la perfection son corps magnifique. Vaniteuse, il n’était pas rare qu’elle use de sa magie grandissante pour créer des clones sexuels d’elle-même. Elle avait appris la difficile technique du clonage magique en ingérant les pouvoirs magiques d’un mage noir usant abusivement de cette technique, et qui était un peu trop misogyne. Elle perfectionnait peu à peu sa technique, et suivit la domestique. Elle aimait bien ce manoir. Il transpirait la richesse, la puissance, l’influence... Tout ce que cette arrogante femme recherchait pour améliorer sa position sociale dans ce monde. Remuant généreusement des hanches, elle suivait la domestique, jusqu’à rejoindre une hanche.

La maîtresse des lieux était là, au chevet de sa fille, une petite blonde étalée dans son lit, recouverte par une confortable couverture. Les deux étaient très belles, et, même malgré la maladie qui minait les traits de la fille, et la peur qui tirait sur ceux de la mère, elles dégageaient une redoutable beauté. Samara retint un sourire en se rapprochant, restant professionnelle. Belle et puissante, cette Prima était une cliente parfaite pour son ascenseur social.

« Ne vous en faites pas pour ma santé, chère Prima, répliqua Samara d’une voix envoûtante. Devant l’urgence de la situation, je suis venue aussi vite qu’il m’était possible de le faire. »

Prima était visiblement enceinte d’un autre bébé. Son ventre était tendu, déformant légèrement sa belle robe rouge, excitant davantage Samara. La démone suivit la femme dans un salon, louchant sans difficulté sur ses formes, sur son adorable cul. Si Prima n’avait pas fait l’amour depuis des jours, Samara était également en manque. Elle avait préféré maintenir ses réserves magiques pour l’opération à venir. Faire des clones d’elle-même consommait pour l’heure beaucoup de magie, car elle avait encore du mal à maîtriser cette technique.

Samara s’assit en croisant les jambes, écoutant la comtesse parler. Elle était abattue et désespérée, ce que Samara comprit rapidement. Elle le saurait sans doute aussi, à sa place. Sa fille avait été ensorcelée, et les guérisseurs étaient particulièrement rares. À cette date, la guerre entre Nexus et Ashnard était à son apogée, ce qui entraînait des complications dans tous les domaines. La magie blanche, notamment, n’était pas un art très répandue à Ashnard, les mages blancs venant surtout de Nexus. Avec la guerre, ils ne venaient plus, ce qui expliquait sans doute pourquoi Prima avait fait appel à Samara. La magicienne, qui espérait bien devenir Archimage, avait déjà exorcisé des maisons, et affronté plusieurs malédictions.

Elle était heureuse de se retrouver là, devant cette belle femme, puissante, aux seins généreux. Elle espérait qu’elle serait aussi généreuse dans sa récompense.

« Je- je me sens vraiment seule. Seule et impuissante. J'ai tout essayé, vous êtes la dernière chance de pouvoir réveiller ma fille. Si vous y parvenez, tout ce qui vous plaira vous sera donné. Je n'en peux vraiment plus, il faut que ça s'arrête... »

Samara hocha lentement la tête, sentant la détresse de cette femme.

« Il n’existe aucune malédiction qui ne soit susceptible de me résister, Comtesse... Je vous garantis être apte à la résorber. »

Elle n’allait pas se dévaloriser. Si elle était désolée pour Prima, Samara pensait avant tout à son propre intérêt. Elle restait une démone, après tout. La Comtesse invita ensuite Samara à retourner voir sa fille, et cette dernière acquiesça. Les deux femmes retournèrent ainsi dans la chambre, et Samara s’avança vers la femme endormie. Elle posa une main sur son front. Il était bouillonnant. Elle tournait le dos à Prima, ferma les yeux, et prononça quelques mélopées, s’ouvrant au monde de la magie, essayant de sentir, magiquement parlant, l’empreinte de la fille de Prima.

« Hum... »

Elle continua à caresser son front, sans rien dire, pendant une ou deux minutes, avant de relever sa main.

« Je vois... Il me faut tracer un glyphe... »

Samara se concentra, et, autour d’elle, des craies apparurent comme par enchantement. Elle tendit chacune de ses mains, doigts écartés, vers le sol, et laissa les craies tracer des courbes et des lignes sur le sol. Tandis que les craies traçaient des courbes, Samara se retourna vers Prima, et s’avança légèrement vers elle. Elle l’enlaça alors, et, sans attendre, l’embrassa tendrement. Sa main remonta pour caresser ses cheveux, tandis que l’autre glissa le long de son estomac, caressant son ventre rebondi.

« Mon prix, ma chérie, sera bien léger... Je ne veux pas d’or... Mais je veux ton aide. »

Elle s’écarta d’elle. Les craies continuaient à tracer leurs lignes, et Samara reprit ses éclaircissements :

« J’ambitionne de devenir Archimage... Une telle position me permettrait d’étendre mon influence personnelle auprès de l’Empire d’Ashnard... Mais, pour ça, il faut suffisamment impressionner le Conseil des Mages pour que ces derniers acceptent de faire de moi une Archimage. Si je soigne votre fille, je souhaite que vous interveniez en ma faveur auprès du Conseil de l’Académie d’Ashnard. »

Dans le fond, ce n’était pas grand-chose, et il n’y avait aucune raison que Prima s’y refuse. Le temps que cette dernière réfléchisse, le sceau se mit en place, et les lignes blanches se mirent à luire d’une lueur violette. Samara tendit sa main, et souleva le corps de la fille de Prima, le retirant de son lit, et le posa au milieu du sceau.

« La maladie qui l’affecte est mentale... Elle n’est pas physique, ni spirituelle, elle s’insinue dans ses rêves. Ce sceau que j’ai tracé est un trou, une faille qui nous permettra de s’insinuer dans ses rêves... En suivant un rituel spécial et assez difficile à réaliser. »

Samara lui sourit alors, ménageant un petit effet de suspens, et rajouta, en guise de préambule à ses explications :

« Il va falloir coucher avec votre fille. »
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox