banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Démon sexy sur son dragon noir, à la rescousse. [Stephen Connor]  (Lu 6301 fois)
Cindy Terreur
Dieu
-

Messages: 105


Fille d'Hadès


Voir le profil
Fiche
« Répondre #30 le: Novembre 14, 2014, 12:03:09 »

Les caresses des deux démons étaient tour à tour tendres et passionnées. Elles me procuraient d'intenses frissons, surtout quand elles coïncidaient avec le moment où l'un des deux venait en moi, touchant des points si sensible que j'ignorais même avoir jusque là. J'étais totalement abandonnée à mes deux démoniaques amants.

Je ne rechignais pas à réitérer mes paroles quand Helel me l'ordonna. Ma voix se faisait langoureuse, tandis que je gémissais peu après. J'adorais sentir ses mains sur moi, même si c'était pour malmener un peu plus mes fesses. Surtout, même, dirais-je. Un soupir voluptueux quitta mes lèvres alors que la langue du Lion touchait un point sensible de mon cou, situé à la base de mon cou, au niveau de la clavicule. Juste dans le creux.

Je gémissais un peu plus fort quand il ralentissait le rythme. Je gémissais d'autant plus qu'Helel continuait de venir en moi avec une délicieuse brusquerie. Je tremblais presque de plaisir, entre ces deux mâles, si vulnérable, mais si comblée... J'avais un nœud de chaleur qui enflait au creux de mes reins, à mesure que venaient les coups de reins. Ainsi qu'ils le voulaient, j'observais le public qui se formaient près de nous. C'est vrai qu'ont devenaient l'attraction de cette orgie. Avec mes cheveux qui s'enflammaient, c'était plutôt facile.

« Oui... Oh, oui... »

Je voyais les démons et les succubes presque fascinés. Cette attention provoqua un spasme inattendu. Je me tortillais doucement contre le Président et le Grand Duc, gémissant de plus belle. Je me sentais presque totalement désinhibée. Je n'étais qu'un brasier de sensations délicieuse, de volupté et de désir bouillonnant. Haletante, je gémis encore lorsque Helel m'aida à me coller contre lui. Les sensations redoublèrent, et je ne pus que lâcher un cri alors qu'il me le demandais, son souffle chatouillant mon oreille, mon cou... Je frémissais de plaisir.

Et je criais encore, subjuguée, quand ma poitrine fut de nouveau la cible d'attentions décadentes. Merveilleuses sensations. J'ondulais un peu plus entre les deux, autant que je le pouvais. Je ne voyais plus les spectateurs, je ne sentais plus que les coups de reins des démons, qui allaient et venaient en moi. Je n'avais jamais été aussi comblée. Même dans ce que j'imaginais, ce n'était jamais aussi bon.

« Maître... Mmmh... C'est... Aaaah ! »

J'eus un nouveau spasme de plaisir, me cambrant violemment entre eux.

« Je ne... Aaaah, hoquetais-je. Encore... Oui... Aaaah ! »

Je me laissais totalement aller avec eux. Mes doigt se crispèrent sur les biceps du Lion, alors que mon bassin s'enhardissait, que mes mouvements devenaient plus frénétique. Juchée sur Buer, cambrée vers Helel, je me laissais aller à atteindre l'orgasme sous le regard du public que notre étreinte avait rassemblé.

« Ooooh ! Helel ! »

Arquée au possible, je sentais le feu du plaisir irriguer mes veines. Je perdais pied. Mes jambes tremblaient si fort que, si je n'avais pas été aussi bien maintenue par les mains de Buer et d'Helel, je me serais effondrée. La vague de jouissante était violente, et tellement, tellement agréable... Même quand les brumes du plaisir retombèrent, je nageais encore dans les limbes du plaisir. Et chaque coup de rein asséné ne m'aidait pas à redescendre, alors que je criais leurs noms.
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #31 le: Décembre 03, 2014, 09:30:05 »

Les mâles allaient et venaient, toujours aussi brutaux et puissants. Seule était donnée à Cindy l’opportunité de gigoter vainement contre les deux masses musculeuses qui la contraignaient. Elle ne pouvait que mouiller et s’empaler sur les queues qui la ravageaient. Deux paires de mains la forçaient à se faire enfoncer encore plus fort, inexorables.

Il n’y avait pas besoin d’une crinière enflammée pour que tous observent Cindy avec envie. Son corps était déjà assez beau pour attirer mille regards, et son déhanché fougueux avait de quoi tenter un saint. D’autant plus que de grands doigts mâles sublimaient encore plus les courbes de la jeune femme, glissant dessus et les laissant brûlantes.

Helel était chaud, lui aussi. Son corps était hâlé par la transpiration qui lui coulait, ornant son cuivre naturel d’une brillance agréable. Brillance qui lui valut des caresses et coups de langue de succubes joueuses, lesquelles s’étaient approchées de l’action. Pareillement, Buer se faisait mordiller par quelques putains démoniaques, envieuses de la Déesse.

Mais Cindy était la seule à profiter de l’ardeur renouvelée des deux démons, suite à ces caresses inattendues. D’autant plus qu’elle recevait maintenant les attentions de nombre d’incubes au physique sculpté. De nouvelles mains qui s’appropriaient sa poitrine généreuse, découvrant en douceur la finesse de sa peau.

« Je savais bien que l’on ne pourrait te laisser sans attentions bien longtemps. »
Souffla le beau diable, amusé.

Taquin, il s’enfonça aussi profondément que possible dans les entrailles de son amante, lui coupant le souffle pour qu’elle ne puisse répondre. Une main d’Helel était sur le cou de son amante, contrôlant sa respiration, la soumettant à sa volonté. Il aimait la sentir vibrer entre ses doigts. Il ne l’étouffait pas, mais plutôt la tenait contre lui, de sa main possessive.

Son autre bras passait sur le ventre de Cindy, la maintenant et l’obligeant à onduler selon le rythme qu’il lui imposait. Il reculait lorsqu’elle s’éloignait, et s’enfonçait lorsqu’elle se rapprochait, claquant brutalement contre ses petites fesses, qu’il bourrait avec fougue.

Un des incubes se pencha alors sur les mamelons de la Déesse, se les appropriant à tour de rôle, la savourant avec délice en la fixant droit dans les yeux. Mais la divine soumise n’avait pas droit à un quelconque répit pour autant. Buer la ravageait toujours, bestial et brutal. Ses coups de butoir vibraient en son amante, cognant et raclant jusqu’au fond, la pilonnant comme le ferait un bélier.

« Ta petite putain aime se faire soumettre on dirait. » Taquina le léonin Président, en glissant deux doigts dans la  bouche de Cindy. « Suce-les bien, comme si tu tétais ma queue. »

Pendant ce temps, pendant que deux sexes brulant la ravageaient, la Déesse était également la cible d’autres mains délicates mais fermes, qui se posaient sur son corps. Aucune parcelle de peau n’était laissée à l’abandon, elle était caressée de parts et d’autres, tendrement griffée, sensuellement agrippée.

Et les mouvements des deux démons se faisaient de plus en plus violents. Ils lui rougissaient le cul et l’entrejambe, la heurtant sans se soucier de la malmener. Ils l’utilisaient, brutalement, cherchant leur propre plaisir, mais avec une sensualité intense et délicieuse.

« Hmf ! » Souffla le lion, dont le bassin commençait à trembler de façon notable. « Reste là ! » Ordonna-t-il.

Ses doigts quittèrent la bouche de Cindy, pour glisser jusqu’à ses hanches. Il la maintint en place, le temps de la remplir de crème chaude. Le visage contorsionné de plaisir, le démon s’enfonça aussi loin qu’il le pouvait dans les entrailles de son amante, butant contre son col, poussant contre, le maltraitant dans sa jouissance débordante.

Un hurlement fauve quitta les lèvres du beau blond, résonnant dans la pièce alors que ses muscles imposants se contractaient, tandis qu’il relevait son bassin. Il ne voulait pas que sa femelle en perdre une goutte, il voulait la remplir à ras-bord, la laisser aussi brulante qu’il l’était.

Lentement, les paluches du mâle relâchèrent la taille de la Déesse. Buer haletait doucement, ronronnant presque de plaisir.

De son coté, le beau diable accéléra une dernière fois, prêt à emplir de foutre le petit cul de Cindy. Il grognait et s’écrasait contre le cul de la jeune femme, lui tirant les avant-bras vers l’arrière pour contrôler la façon dont elle devait se cambrer.

« Putain ! » Hurla Helel, à son tour, se fichant profondément en son amante.

 Il l’emplit alors, incapable de contenir un minimum le flot de sa crème chaude, son visage collé au creux du cou de Cindy, soupirant. Comme Buer l’avait fait, le monstre resta un instant immobile, avant de s’extirper lentement. D’un geste, il chassa les quelques incubes qui se permettaient de toucher l’invité, revenant à la jeune femme, dont le Président se séparait.

« Alors ? » Demanda le beau diable d’un air taquin, le sexe toujours dressé et dur.
Journalisée

Cindy Terreur
Dieu
-

Messages: 105


Fille d'Hadès


Voir le profil
Fiche
« Répondre #32 le: Janvier 28, 2015, 11:31:54 »

Je baignais dans le stupre. Prise en tenaille par ces deux mâles insatiables, je ne pouvais que profiter. Gémir, crier. Respirer avec difficulté. Haleter. Onduler. J'étais au sommet du plaisir, et pourtant, j'avais l'impression que ça montait encore. C'était chaud. Délicieux. Je frissonnais. Je gémissais à nouveau. Rien qu'avec les deux démons, j'étais comblée. Et pourtant, des mains venaient s'ajouter aux leurs, alors que j'avais les yeux fermées, m'empalant avec délice contre mes amants. Je rouvris les yeux un instant, surprise, et croisais les regards empreints d'envie d'incubes qui venaient de nous rejoindre. Je renversais encore la tête en arrière alors qu'un nouveau coup de rein d'Helel me rendait folle de plaisir.

Plaquée contre lui, je ressentais alors différemment les ardeurs du Président qui continuait avec autant de passion que le premier. J'essayais de rouvrir les yeux, croisant à nouveau le regard lubrique de celui qui s'occupait de me rendre encore plus folle de désir en agaçant ma poitrine. Je ne pus rien articuler de clair. Je me contentais de gémir à nouveau, surtout quand Buer redoubla d'intensité. Je criais même, totalement comblée. Je ne connaissais rien de tout ça avant ma rencontre avec Helel. Et pourtant, je me retrouvais à participer à une orgie chez les démons, et à y prendre mon pied en plus.

Le démon aux allures de lion glissa alors ses doigts entre mes lèvres ouvertes. Je soupirais un son étouffé contre eux, mais je me mis en devoir de faire ce qu'il me disais, les suçant, les aspirant en creusant les joues. Je le sentais qui redoublait encore la puissance de ses coups de butoirs, à l'instar d'Helel, mais je ne pouvais plus crier, je ne faisais que sucer avec ferveur ces doigts qui s'étaient introduits dans ma bouche. Je me sentais encore partir vers les limbes du plaisir, vers cette délicieuse douleur qui me torturait.

Je me laissais malmener avec plaisir, sans protester. Finalement, les doigts glissèrent hors de ma bouche, laissant une traînée humide sur mon corps, au moment où un cri enflait dans ma gorge. Ce cri sortit finalement, alors que le Président déchargeait son plaisir en moi. Je le sentais qui me remplissais, et j'en oubliais presque les mains étrangères qui ne me laissaient aucun répit. Entre Helel et Buer, j'étais déjà comblée. Mais avec ces invités en plus, je ne savais plus où donner de la tête. Je devenais folle, tout simplement.

Et puis mon premier amant lui aussi prit de la vitesse, de la force. Cambrée par son étreinte, je hurlais de nouveau, alors que le plaisir explosait en moi en même temps que lui. Je perdais la tête, à nouveau, le plaisir courant dans mes veines comme un feu brûlant.

Et quand ça commençait à redescendre, j'en étais haletante. J'avais eu l'impression que mes yeux avaient roulés dans leur orbite. Essoufflée, étrangement chancelante, je ressentis une sorte de vide quand les deux mâles se retiraient. Je me sentais comme au réveil, un peu engourdie. Délicieusement engourdie en fait.

« Alors ? Répétais-je d'une voix enrouée, après un premier essai infructueux. Alors je ne sais pas comment j'ai pu passer à côté de ça toutes ces années... Et vous êtes... Wahou... Exceptionnels... »

Je souriais faiblement, m'appuyant sur Helel pour rester debout, avant de finalement me laisser tomber contre Buer. Impossible de tenir sur mes jambes après ça. Et la semence qu'ils avaient déversée brûlante dans mon corps commençaient à couler contre mes cuisses encore sensibles, me donnant des petits frissons électriques qui me rendaient encore plus faible.

« Que diriez-vous d'allez se rafraîchir un peu, dans l'eau ? »

Se rafraîchir, et aussi se nettoyer un peu. On était tout les trois couverts de sueur. Et si ça rendait les deux démons encore plus sexy à mes yeux, je ne pensais pas que ça rendait pareil sur moi. Mes cheveux, qui avaient cessé de flamber, devaient être collés par la transpiration à mon crâne. Le beau volume de ma crinière n'était sans doute plus aussi parfait qu'avant.

Je tentais de me relever avec difficulté. Je tremblais encore sur mes jambes, et j'eus besoin de me retenir à Helel pour cela. Puis sans attendre leur réponse, je me dirigeais vers le bassin le plus proche. Quand je posais le pied dans l'eau, elle me parut fraîche. Mais j'étais brûlante aussi. Brûlante de désir et de cette fièvre des corps. Je m'immergeais malgré tout, et plongeais même un peu sous l'eau pour ressortir, et me tourner vers les deux mâles.

« On est... Vraiment bien ici... »

Je ne regretterais décidément jamais cette petite virée dans les Enfers.
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #33 le: Novembre 07, 2015, 11:09:27 »

Les deux mâles étaient brûlants. Le désir n’avait pas quitté les formes ciselées de leur corps, irradiant encore Cindy d’une chaleur qui aurait engourdi n’importe quelle femme. Helel aida d’ailleurs la jeune déesse à se mouvoir, pour rejoindre l’intérieur du bain. Il la comprenait, ayant lui-même perdu beaucoup de forces lors de cette baise des plus sauvages.

Heureusement, le bain avait des propriétés pour le moins… Adaptées. Comme l’on pouvait s’en attendre d’un bain qui avait accueilli plus d’orgies et de gangbangs brutaux que de véritables toilettes pudiques. L’eau de cette salle aux allures de piscine, pouvait entièrement nettoyer le corps, faisant disparaître toute impureté, comme par magie. L’eau restait toujours aussi propre, claire comme le cristal.

Et, bien évidemment, elle développait les sens de quiconque s’y baignait. Le toucher, l’odorat, le goût. Elle transformait la moindre caresse en un orgasme violent, chaque baiser en un buffet de saveurs exquises, et le parfum d’un homme ou d’une femme en une véritable fragrance divine. Mais cela, les deux mâles s’étaient bien gardé de le dire à Cindy, impatients de la voir s’étonner de désirer encore plus de sexe, incapable de se contenter de l’échange diablement brutal et délicieux dont elle s’était tirée.

« Je te rejoins. » Annonça Helel.

Fidèle à ses paroles, le Grand Duc se fraya un chemin entre deux succubes délurées, arrivant jusqu’au grand bassin où Cindy avait élu de se laver. La fraicheur du bain fit frissonner le colosse, dont les muscles roulèrent un instant, alors qu’il fermait les yeux, savourant le contact de cette eau qui lui rendait peu à peu des forces. La transpiration qui teintait d’un hâle son corps cuivré, ne s’évanouissait pas, épargnée par la magie du bain.

« Quant à moi, je vais vous laisser. » Dit Buer, qui se rhabillait de son pagne. « Au plaisir de vous recroiser un jour, mes devoirs m’attendent. Madame, ayez l’obligeance de demander à n’importe quel incube ou succube ici présent de me remplacer, si besoin est. »

Helel haussa des épaules. Seul Cindy importait à ses yeux, elle seule faisait dresser sa lourde queue, d’ailleurs encore tendue vers l’avant, son gland pointant fièrement. Qu’il la partage avec une autre femme, ou un autre homme ? Qu’importait, dans le fond, tant qu’il avait droit à ses petits trous étroits. Au milieu de l’eau, le colosse s’approcha de la Déesse, passant une main sur son ventre bleuté.

« J’ai encore beaucoup de choses à te faire découvrir, ne t’en fais pas. » Grogna le fauve restant, son front collé à celui de la belle étrangère. « J’ai envie de parcourir tous les fantasmes que tu ignorais avoir, ma douce Cindy. »

Son toucher était chaud, plus encore que d’habitude grâce à l’étrange magie de ce bain, et le démon en jouait sans la moindre gêne, apposant parfois toute sa paume, et caressant d’autre fois le délicat épiderme, du bout des doigts. Son autre main était bien moins délicate cependant, agrippant avec force les fesses bombées de la salope, les maltraitant avec amour, alternant les gifles puissantes et les tendres caresses parsemées de massages attentionnés.

« Alors, Cindy, dis-moi ce que tu veux vraiment… Ce que tu n’as jamais osé explorer… » Murmura le démon à l’oreille de son amante, d’une voix langoureuse et grave. « Et je te ferai découvrir des plaisirs plus intenses encore. »

La main qui s’était affairé à caresser le bas-ventre de Cindy, était remontée jusqu’à sa poitrine, la maltraitant avec fougue. La pointe bleutée de ces indécents tétons se voyait étirée, roulée, tandis que la chair du sein était à la merci d’un massage aussi brutal qu’orgasmique. Mais ces sensations ne durèrent qu’un instant, car bien vite la poigne du colosse se fit sentir autour du cou de la jeune femme. Helel n’appuyait pas le moins du monde, il ne faisait qu’établir sa dominance par ce geste.

« Dis-moi tout, et je te baiserai encore et encore, jusqu’à ce que tu ne puisses plus que couiner d’envie. » Gronda le colosse en giflant fort les fesses de la petite pute, les lui rougissant. « Ma petite chienne. »
Journalisée

Cindy Terreur
Dieu
-

Messages: 105


Fille d'Hadès


Voir le profil
Fiche
« Répondre #34 le: Novembre 10, 2015, 08:40:03 »

Ignorant absolument tout des propriétés de ces bains, je me glissais avec félicité dans la fraîcheur de cette eau qui nettoyait toute impureté. L’eau qui immergeait mon corps était délicieuse. Fermant les yeux avec bonheur, je savourais cette entracte comme il se devait. Je me sentais repue, en glissant un pied dans le bain. Et pourtant, à mesure que j’entendais les clapotis de l’eau contre ma peau, cette boule de désir qui s’était apaisée retrouvait de la vigueur. En même temps que je me ressourçais, je retrouvais cette envie lancinante qui me taraudait depuis ma rencontre avec Helel.

Mes paupières se soulevèrent au son de sa voix grave, d’ailleurs, et c’est avec une admiration non feinte que je l’observais approcher et se glisser à son tour dans le bassin. Buer, le magnifique Président aux traits félins, ne tarda pas à s’excuser, retournant à son quotidien après cette pause pleine de jouissance. Un sourire incurva mes lèvres, alors que je le saluais joyeusement. En seulement quelques heures, j’avais plus appris qu’en toute une vie. J’étais plus heureuse que je ne saurais l’exprimer.

La main d’Helel qui se posa contre mon ventre me fit frissonner, comme s’il m’avait caressée à nouveau comme il savait si bien le faire. Je me laissais aller à son étreinte, ma peau réagissant furieusement à son contact. Les teintes bleues et grises semblaient se mouvoir, se nacrer, se colorer d’un pourpre plaisant. Mon sourire s’élargit, dévoilant mes dents aiguisées dans un rictus approbateur. Je me laissais fondre de l’intérieur contre le démon, ignorant presque les succubes qui paradaient, languissantes, presque jalouses de l’attention dont j’étais l’objet.

A chaque effleurement, à chaque claquement dont me gratifiais le Grand Duc, je tressaillais, laissant un soupir de contentement s’échouer contre son torse puissant. Chacune de ses paroles m’électrisais, que ce soit par le sens qu’elles contenaient, ou par l’intonation qu’il avait. Entre ses doigts, je n’étais qu’une poupée, uniquement constituée de terminaisons nerveuses hyper sensibles. Son musc de mâle remuait quelque chose en moi, me donnait envie de me dépasser plus encore pour le voir grogner de plaisir, de satisfaction. Etait-ce cela, le vrai pouvoir des démons ? Pouvoir corrompre par leur seule présence ? Entraîner leurs proies dans un tourbillon de pêchés plus orgasmique encore que tout ce qu’ils pouvaient avoir connu ?

Je me laissais subjuguer sans résister. Un halètement salua l’effort de ses doigts contre ma poitrine sensible alors que je levais les mains pour m’accrocher à lui. A ses côtés, je me sentais vulnérable, mais paradoxalement en sécurité. Je me sentais libre et femme, et j’adorais ça. Alors que je penchais la tête sur le côté, ivre de son souffle contre ma peau, il agrippa mon cou sans forcer, et c’est bien volontiers que je reconnaissais l’emprise qu’il avait sur moi, mon esprit et mon corps.

Comme pour saluer ses paroles, et ses gestes, un gémissement d’envie m’échappa, faisant écho au claquement de sa grande main contre mes fesses rebondies. Mes dents agacèrent la pulpe de mes lippes tandis que ma prise sur ses épaules se renforçait. Relâchant ma nuque raidie vers l’arrière, je plongeais mes prunelles azurées dans les siennes, me perdant un instant dans la luxure qui émanait de son regard.

« J’aimerais, commençais-je, frémissante, J’aimerais te goûter encore… Te sentir te libérer entre mes lèvres… »

Ma voix n’était plus qu’un gémissement alors que mon corps s’arquait, se collant contre lui. Mes doigts glissèrent de ses épaules à ses bras traçant le contour de ses muscles puissants, jusqu’à ce qu’ils dérivent vers ses flancs. Je n’hésitais pas à laisser courir mes ongles contre sa peau hâlée, sans le griffer, et je finis par arriver à cet attribut viril, fièrement tendu, qui me passionne.

Mes lèvres se posent lascivement sur la clavicule du démon, et embrassent presque tendrement chaque parcelle de peau qu’elles explorent, descendant chaque fois un peu plus vers le sud. Du bout de mes dents, sans lui faire mal, je mordille un téton, gourmande et féline, et je continue mon avancée. Je m’interromps un instant, arrivée à son sternum, pour lui lancer un regard langoureux. L’envie irrépressible de le sentir entre mes lippes gonflées doit se lire au fond de mes yeux.

« Je veux que tu me marques, que jamais je ne puisse oublier ma visite au Palais… Que tu me possède totalement… Que tu sois aussi ivre de plaisir que je le suis… »

Un petit rire de gorge m’échappa, alors que je plaquais ma lourde poitrine contre son torse mâle.

« Je suis ta servante, en ces lieux… Ton obligée… Un soupir langoureux interrompit un instant mes paroles. Apprends-moi… Tout ce que tu sais mh ? »

Et mes lèvres viennent reprendre leur descente voluptueuse, parsemant leur avancée de petits coups de langues et de mordillements tendres. Finalement, je m’immergeais complètement dans l’eau pour m’emparer de ce sceptre viril. Etant une déesse, peu m’importait de respirer ou non. Ce n’était que des réflexes humains que j’avais acquis au fil des années. Je luttais contre cette sensation d’étouffement, un instant, avant que mon corps ne s’y fasse. Ouvrant grand la bouche, j’happais ce gland brûlant entre mes lippes affamées, le suçotant un instant tandis que l’eau m’arrivais juste au-dessus du nez, ne laissant que le sommet de mon crâne et mes yeux d’émergés. Peu à peu, plantant mon regard dans celui du diable, je l’aspirais plus profondément dans ma gorge jusqu’à réussir à frôler son aine du bout de mes muqueuses taquines.

Qu’il prenne le contrôle, ça ne me dérangeais pas. En attendant, je m’appliquais à déguster cette virilité roide avec ce savoir-faire que je ne devais qu’à mon instinct, n’utilisant que ma bouche pour laisser mes mains libres de s’agripper aux flancs d’Helel et ainsi me retenir.
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #35 le: Novembre 17, 2015, 03:43:24 »

Comme Helel s’y était attendu, l’eau dévergondait la jolie Déesse. Il le sentait en la frôlant de ses grandes mains, en inspirant son parfum délicat. Elle était brulante de désir, plus que jamais prête à sentir le toucher brutal et intense du démon. Aussi lui demanda-t-il ce qu’elle attendait de lui, ce qui lui faisait envie, ses fantasmes les plus secrets, qu’elle-même ne s’avouait pas.
 
Se libérer entre ses lèvres ? C’était un bon début, bien que ce ne fût pas le genre de révélation à laquelle s’attendait le beau diable. A vrai dire, cela relevait plus de son propre désir que de ceux de Cindy, semblait-il au démon. Cependant, il n’allait pas rechigner un tel plaisir. Car entre ses cuisses musclées, son sexe épais trépignait d’impatience, rempli à nouveau de semence brûlante, dur de désir.

Les doigts du colosse se glissèrent tendrement jusque dans la crinière de la jeune femme, la guidant dans sa dangereuse descente. Helel aimait sentir les lèvres d’une femme sur son corps. Il aimait cette sensation moelleuse et délicate, qu’on vénère ses muscles saillants et puissants à la fraicheur d’une petite bouche pulpeuse et délicate. Il ronronna lourdement lorsque les lèvres de la Déesse s’attaquèrent à son téton, et lui massa tendrement le crâne pour l’encourager à aller plus bas.

« Allez, suce. » Ordonna le colosse lorsque son amante fut enfin arrivée au niveau de son sexe. « Etouffe-toi dessus, dépêche-toi. » Grogna-t-il, un sourire aux lèvres.

Cindy apprenait diablement vite, et déjà son mâle tremblait-il doucement d’aise entre ses lèvres expertes. Une deuxième main vint rejoindre la première, posée sur le crâne de la jeune femme. Ce geste annonçait toute la brutalité dont allait faire preuve le Maître, mais c’était là tout le plaisir que le mâle et sa femelle pourraient tirer de cette violente fellation.

Helel allait baiser cette bouche jusqu’à la gorge, jusqu’à ce que la douleur se mêle au plaisir, et pour que Cindy comprenne qu’elle n’était rien de mieux qu’un jouet. Qu’elle comprenne qu’entre les doigts sévères de son beau diable, elle ne valait pas mieux que la dernière des putes. Et Helel ne perdait pas une minute, traitant d’ores et déjà la gorge de Cindy comme une vulgaire chatte.

Il la pilonnait vulgairement, brutal et insatiable, ses bourses giflant le menton de la petite un peu trop gourmande, tandis que le Maître la traitait de tous les noms. Quelques succubes, n’en pouvant plus, se décidèrent à venir laper et caresser le corps du Grand-Duc, tandis qu’il violait brutalement la gueule de Cindy. L’humidité de l’eau n’était en rien réconfortante comparé à la salive des succubes affamées. Et encore moins face à la bouche, à l’écrin divin de la jeune soumise.

« Mhhh, allez regarde-moi bien dans les yeux, salope. » Ordonna le démon en rompant un baiser goulu et gourmand avec une des succubes qui entourait maintenant le couple. « Aaaah ta bouche est bien meilleure que les leurs. » Remarqua-t-il, amusé, ponctuant alors sa phrase d’un puissant coup de bassin.

Bien évidemment, il n’y avait pas que des succubes dans ce bain de luxe et de luxure, mais aussi une petite armée d’incubes qui s’intéressaient tout autant à la scène. Un d’eux était venu masser tendrement les épaules de la Déesse, sans pour autant se mettre à son niveau. Son propre sexe s’imposait contre la nuque de Cindy, et lui courait contre la peau alors qu’il bougeait légèrement pour la masser.

Quant au Grand-Duc, ses mains s’étaient ancrées plus fermement encore dans la crinière de la jeune femme, et il continuait à la rabaisser, la traitant de tous les noms comme un fauve enragé. La petite pute pouvait le sentir, la queue qui gonflait dans sa bouche. Et Helel le sentait aussi, il sentait la moiteur de cette petite gueule, ce palais confortable et cette langue de velours qui lui massaient le chibre. Il se trouvait à l’étroit, de plus en plus, possédé par un désir puissant de jouissance.

« Aaaaaah ! » Hurla la brute. « Noie-toi dedans, salope ! » Dans un puissant mouvement de hanche, le démon s’imposa tout au fond de la bouche offerte, son bassin pris de spasmes d’extase. Il y avait plus de foutre que ce qu’une humaine pouvait franchement boire d’une traite, mais Cindy n’était pas une humaine, fort heureusement pour elle. Aussi Helel prit-il tout de même le temps de s’extirper avec lenteur d’entre ces belles lèvres.

Sans plus attendre, le colosse s’empara de Cindy par les hanches, la relevant et la retournant, avant de la pencher finalement vers l’avant. Il y avait une petite foule devant la bouche de la Déesse, petite foule qui s’impatientait, lui attrapant la tête et lui présentant queue sur queue à goûter. Pour ce qui était du chef, il avait pour projet de s’immiscer une nouvelle fois dans les entrailles de son amante, comme il le prouva d’une franche gifle sur le cul de Cindy, alors que son sexe s’imposait entre ses lèvres intimes.

« Ce n’est pas fini, ma belle. » Gronda le fauve.
Journalisée


Tags: deesse  demon  gang_bang  erotique  gorge_profonde  anal  double_penetration  
Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox