banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Fin des postulats aujourd'hui, si vous êtes intéressés n'hésitez pas !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Strange Night Of The Omnificence [Arashi]  (Lu 6962 fois)
Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« le: Avril 15, 2014, 05:22:11 »

Un goût de sang dans la bouche, le jeune oriental ouvrit les yeux. Il peinait à sentir son corps, et seuls certains muscles de son visage fonctionnaient encore. Juste assez pour ouvrir les yeux, et constater qu’il était sur le sol, le visage de coté, joue droite contre le carrelage chaud. L’assassin voyait relativement flou, un flou qui s’estompait néanmoins, avec une certaine lenteur.

Au bout d’une minute, Silat se trouva enfin en mesure d’observer clairement les alentours. Ses doigts parvenaient également à se mouvoir, suffisamment pour que le jeune homme puisse pousser sa main jusque devant ses yeux. Elle était ensanglantée, véritablement recouverte d’un fluide carmin et poisseux, qui avait commencé à sécher.

Le sens du toucher revenait au jeune homme juste après sa vue. Pour ce qui était de l’ouïe, Silat ne s’entendait même pas respirer ou déglutir. Les autres sens semblaient eux aussi inaccessibles. Encore pire, le tueur aux yeux de jade ne parvenait pas à se souvenir des évènements récents. Sa mémoire n’avait enregistré qu’une vive douleur, et l’assassin ne se souvenait même pas d’avoir perdu connaissance.

Quelques minutes supplémentaires, et l’assassin put tenter de se relever. Tout le haut de son corps répondait à l’appel du jeune homme. Il parvint à se pousser, usant de ses mains pour tenir, redressé. Ses mains arrangèrent ses jambes dans une position de tailleur. Les sens du démon étaient presque revenus à la normale. Encore plus, ils étaient aiguisés, bien plus qu’avant.

Car le tueur remarqua que cette pièce, qu’il voyait comme parfaitement éclairée, était en fait dépourvue de la moindre source de lumière. L’endroit était un long couloir, aux cotés parsemés de piliers. Tout était d’une couleur rouge foncée, d’une texture parfaitement lisse. Aucun matériau ne venait à l’esprit de Silat en guise de comparaison à cette étrange matière chaude.

« Tu as été plutôt rapide. »
Constata une voix douce derrière le jeune homme.

Un frisson parcourut l’échine de l’oriental. C’était un frisson des plus agréables, comparable à la caresse d’une brise fraiche lors d’une caniculaire journée d’été. Silat se retourna lentement, alors que les souvenirs les plus récents de sa vie, et de sa mort, lui revenaient. Celui qui se trouvait derrière lui n’était autre que le Père des Démons, le Diable en personne.

Le tueur aux yeux de jade voulut prendre la parole, mais s’en trouva bien vite incapable. Il était submergé par la beauté androgyne de cet être Absolu. Et surtout, il se perdait dans les yeux céruléens de Lucifer, ne trouvant aucun mot à prononcer, comme s’il avait peur de gâcher la beauté de ce moment.

Au bout de cette pièce en forme de long couloir, il y avait le Maître des Enfers, assis sur son trône, lequel se tenait surélevé. La réminiscence des instants passés depuis peu attisa le brasier des souvenirs, et ce fut ainsi que le jeune homme se souvint des évènements récents. Immédiatement, l’assassin porta son regard à son torse dénudé.

Il était maculé de sang, mais point de trace de la moindre entaille. Sentant la force revenir à ses jambes, le jeune démon se releva alors, non sans quelques difficultés. Il peinait à tenir debout, mais forçait son corps engourdi à le supporter. Lucifer haussa un sourcil, souriant légèrement.

« Lumière. »
Murmura le Diable.

Et la lumière fut. Les décorations étranges, apposées sur les piliers, s’illuminèrent de flammes pourpres. Un feu qui ne brûlait à partir de rien, et sur rien, flottant presque dans les airs, quelques centimètres au dessus des plateaux que comportaient les décorations murales.

Cela ne changeait pas grand-chose pour le jeune homme, qui voyait déjà parfaitement. Mais nul doute que l’ancien Chérubin de l’Eden avait ses raisons. Et peut-être même les dévoilerait-il sous peu à ce nouvel enfant, qui se tenait encore méfiant des pouvoirs de son Père.

« Tu n’es pas le seul que m’a ramené Helel. »
Expliqua la voix douce de Lucifer. « Il y a deux autres personnes, des femmes. Tu les connais. Une d’entre elle apparaîtra sous peu, mais pas dans cette pièce. »

A ces mots, le Diable se leva. Il descendit quelques marches, arrivant au niveau de Silat. Sans prévenir, le Maître des Enfers posa sa main gauche sur l’épaule de son Fils, et tous deux disparurent dans une large bulle de lumière éblouissante.

Lorsque la lumière s’estompa autour des deux, ils étaient dans une chambre qui ressemblait à s’y méprendre à celle qui servait aux hôtes de la maison Belmont. Mais, sans même que Silat ait à parler, Lucifer lui fit comprendre qu’ils n’étaient pas sur Terra. Pourtant, même la fenêtre donnait sur la place publique de Nexus, comme chez Connor.

« C’est une réplique. Cette porte d’entrée est un portail, et lorsque la Vampiresse entrera, elle sera happée jusqu’à nous. Seule sa paume peut déclencher ce sortilège, et mon instinct me dit qu’elle arrive, maintenant. » Dit l’Ange en souriant.

Silat aurait tout de même voulu trouver un haut à revêtir afin de cacher son torse ensanglanté, mais ce qui était fait était fait. Apparemment, le Diable voulait commencer par Arashi. Peut-être son statut de morte, de par sa race Vampirique, jouait-il sur les préférences de Lucifer. Toujours silencieux, le nouveau démon observait la poignée de porte avec appréhension.
Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Arashi
Maîtresse des câlins
Créature
-

Messages: 609


Polymorphe au sang vampirique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #1 le: Avril 15, 2014, 05:25:17 »

Arashi se promenait en ville, son regard perdu dans le néant, elle avançait sans réel but en fait, elle n’avait complètement rien à faire et cela l’ennuyait alors elle se disait qu’une promenade cela faisait du bien à tout le monde, un peu d’air pure est la meilleur chose, on raconte. Bien qu’une bonne coupe de sang A positif devant un foyer est formidable aussi. La vampire était calme, son regard turquoise au teinte de bleu en même temps regardait vers l’avant, glissant doucement sa main dans un sac pour y sortir un autre sac, au liquide carmin, du sang, A positif.

Alors qu’elle restait perdue dans ses pensées, elle se mit à réfléchir à sa vie, qu’était-elle vraiment? Une simple esclave? Oui… Surement, mais elle ne voulait pas rester toute sa vie une esclave, elle voulait être plus! Être forte! Elle a un don et ne l’exploite même plus, elle qui par avant changeait toujours de forme pour prendre elle qui lui plaisait un peu plus, la voilà qu’elle ne garde qu’une forme en général et qu’elle la change peu de fois et reprends cette même forme par après.  La vampire passa sa main dans ses cheveux s’arrêtant dans un coin de rue, se frottant un peu les yeux, lâchant un soupire d’agacement. Vie, que feras-tu d’elle? Elle qui désirait avancer et ne plus être sur la même marche pour toujours.

Elle leva son regard vers le ciel, buvant une gorgée carmin alors que son dos fit la rencontre du mur, elle resta là… Réfléchissant un peu, elle ne se sentait pas presser de retourner à la demeure Belmont, ses tâches étaient accomplies pour la journée et même le maître, Silat et l’autre qu’elle perd toujours son nom était absent, Shad… Shad elle ne savait pas vraiment elle était où alors elle n’avait pas vraiment personne à qui parler à la demeure, certains travailleurs lui avaient déjà dit à plusieurs reprise de pas les déranger le jour, peut-être qu’elle parle trop? Surement.

La vampire vida cette poche de sang et reprit sa route, jetant le sac vide dans une sorte de poubelle. Puis elle marcha, traversant les longs corridors de Nexus, marchant pour retourner au quartier, elle ne sait pas pourquoi, mais elle commença à sentir un stress l’envahir plus qu’elle avançait, un stress qui la fit battre son cœur fortement, ses pupilles s’affina légèrement et elle dû même s’arrêter pour reprendre un peu d’air son se stress. Elle eut un rire nerveux en se chuchotant à elle-même qu’elle était étrange de stresser juste à retourner à la demeure Belmont, elle le faisait si souvent en plus! Alors elle ne devrait pas avoir ce stress!

Elle leva son regard et recommença à marcher, augmentant ses pas pour y aller plus rapidement. Arrivant devant la grille qui séparait la rue de la propriété du maître Belmont. Lentement elle leva sa main, ouvrant la grille avec lenteur, un nouveau bond dans son cœur se fit, elle prit une grande respiration et lentement fit un pas pour entrer dans le terrain du maître, refermant la grille pour la barrer à nouveau. Elle se retourna et reprit son chemin pour monter jusqu’à être devant la porte de la demeure, cette fois elle y était, son cœur battant fortement. Son intuition lui disait que cette poignée de porte n’était pas normal, qu’une fois elle aurait ouvert et traverser cette porte, il n’y aura plus de retour en arrière, que tout seras changer, un bouleversement se ferais…

« Aller Arashi… Ce n’est qu’une poignée de porte… Ce n’est pas comme s’il y aurait un portail derrière… qui me transporterais au enfer! La bonne blague… »

Elle eut un rire nerveux et lentement elle leva sa main et se saisit de la poignée de porte. Elle fronça fortement les sourcils à ce moment, au moment qu’elle avait posée sa main sur la poignée, elle avait senti une forte odeur de sang, un odeur qu’elle connaissait, celle de Silat. Ce n’était pas comme une petite coupure, non c’était loin de cela. Elle se mordit légèrement la lèvre et elle se dit qu’elle devait ouvrir cette porte, mais elle craignait. Mais bon sang, ce n’est qu’une porte! Pourtant c’était qu’en touchant cette poignée qu’elle avait senti ce sang qu’elle aurait pu reconnaitre de loin! Elle eut un léger grognement d’incompréhension et la vampire ouvrit la porte d’un coup, apercevant… La maison comme à son habitude, elle eut un rire et se dit qu’elle était une pure idiote, et pourtant l’odeur de se sang frappe ses narines. Lentement elle fit un pas et entra dans la maison, tout en refermant la porte et commençant sa phrase.

« Bonjour je suis ren…Quoi? »

Elle s’arrêta sec, elle aperçut Silat, ensanglanté? Et un homme à une beauté hallucinante, elle se frotta un peu les yeux et se frotta les yeux une seconde fois. Elle regarda Silat qui aurait dû plus ''L’intéresser'' dû au fait qu’il était ensanglanté et que son odeur la frappait droit au narine, mais ce fut l’homme qu’elle ne connaissait pas du tout, cette vision de cette homme à l’allure androgyne, la faisait perdre ses mots, elle ne sut pas pourquoi mais elle pencha légèrement son regard au sol pendant un instant, elle sentait l’odeur de l’inconnue, si particulière si… indescriptible… Nouvelle odeur éclatante de mille saveurs sans même l’avoir goûté, qui lui parcourut le corps comme si elle venait de s’y abreuver. Elle eut un long frison qui lui parcourut le long du dos et elle dit d’une voix timide en relevant son regard.

« Finalement c’était vraiment un portail cette porte…? »

Bien que la pièce fût tout à fait ressemblante à celle de la demeure Belmont, il y avait une chose qui ne pouvait la tromper, cette odeur… Cette odeur qu’Arashi pouvait sentir toujours dans la maison qui comme l’autre servante était plus développer. Mais cette odeur n’y était pas, voilà pourquoi elle se doutait qu’elle n’était plus chez les Belmont, alors où était-elle? Elle allait surement avoir un choc à cette nouvelle, car sa blague qu’elle s’était fait était vraie et que s’est désir serait peut-être vrai?
Journalisée

Mes Personnages :
01 - Arashi
02 - Kalianna
03 - Valiance
04 - Mïao
05 - Kärnel

Mes demandes de RP
Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #2 le: Avril 15, 2014, 11:25:23 »

La poignée de porte tourna, lentement. Silat retint son souffle, se trouvant bien incapable de faire autre chose qu’écarquiller les yeux. Comment diable Lucifer pouvait-il savoir à quel moment se rendre dans cette « fausse pièce » ? Comment diable pouvait-il savoir que ce serait Arashi qui se présenterait à ce moment ?

Pourtant, ces prouesses divinatoires n’étaient qu’une infime parcelle des pouvoirs quasi-infinis du Père, une simple goutte d’eau dans un océan de puissance. Une étoile dans une nuit éclairée d’omnipotence. Le sourire angélique du Maître des Enfers s’offrit à la vue de son Fils, qui se sentit immédiatement apaisé.

Car Lucifer était un être d’une beauté inégalable, qui fleurait une odeur indescriptiblement douce, et dont la grâce et le raffinement n’auraient su trouver leur pareil. Et ces traits enivrants n’étaient qu’exacerbés pour ceux qui partageaient son sang, le sang de l’Être Suprême.

« Bienvenue. » Souffla la délicate voix du Chérubin.

De son regard céruléen, le Bel Ange détaillait Arashi. Son sourire ne laissait pourtant filer aucune émotion, autre qu’une satisfaction qui aurait pu s’interpréter de mille et une façons. Et l’Empereur des Morts ne bougeait pas, croisant simplement ses bras sur son torse, se tapotant un biceps d’un rythme lent.

Sans avoir besoin d’ouvrir la bouche, Lucifer fit comprendre à Silat que ce dernier se trouverait chargé d’introduire la Vampiresse à la situation. Bien que l’oriental n’ait pas la moindre idée de ce qu’avait le Père des Démons derrière la tête. Faisant un pas prudent en avant, l’Enfant de Lucifer prit la parole.

« Ce… » Hésita un instant le jeune homme, prenant ensuite une bouffée d’air avant de reprendre. « Oui, c’était un portail. Arashi, tu es en enfer. L’homme à mes cotés est… »

Une légère brise interrompit l’assassin. Silat n’avait rien d’un habitué, mais il savait désormais que ce zéphyr familier était l’œuvre du Père, comme une mesure silencieuse prise pour interrompre ses Enfants. Docile, le jeune éphèbe se tut alors, observant simplement la Vampiresse, les yeux pleins d’incompréhension.

Le vent frais soufflait toujours dans la pièce, pourtant évidemment fermée. Il régnait un silence inconfortable, que le Maître des Enfers ne semblait pas vouloir briser immédiatement. Au lieu de cela, il se tenait aux cotés de son Fils, souriant toujours, l’air bienveillant.

Ses yeux purs et céruléens semblait capables de lire à travers l’âme de quiconque, sondant vraisemblablement Arashi, chaque aspect de sa personnalité. Et ce que voyait le Père l’amusait grandement. Finalement, un clignement d’œil fut la seule chose dont Lucifer eut besoin pour signaler la fin de son observation.

« Une fille de Lilith. »
Remarqua le Chérubin, un sourire paternel aux lèvres. « Tu es bien une Vampiresse, comme l’avait affirmé Helel. Tu n’es pas encore une Nocturne d’exception, mais nous remédierons bien vite à cela. » Affirma le Diable.

Une nouvelle fois, le silence général se prolongea. Et quand bien même Silat ou Arashi auraient-ils voulu prendre la parole, cela le leur aurait été impossible. L’aura de Lucifer écrasait tout, jusqu’à la seule possibilité de parler en même temps que lui. Et il n’avait vraisemblablement pas fini de s’exprimer.

« Vampiresse, il est temps pour toi de remonter à la source de tes pouvoirs. Tu vas rencontrer la première femme, et la mère des Nocturnes. » Expliqua simplement le Maître de la Mort. « Maintenant, je vais vous laisser, Silat, Arashi. D’autres affaires m’attendent. Vous trouverez votre chemin. »

Ce fut à ces mots qu’apparut une gigantesque bulle de lumière, qui engloba les trois individus. L’éclat était puissant, suffisamment pour forcer les deux à fermer leurs yeux. Et lorsqu’enfin Arashi et Silat purent les rouvrir, ils se trouvaient dans une cour.

L’endroit était grand, et une fontaine trônait au milieu. Quatre chemins menaient hors de l’endroit, un pour chaque point cardinal. La croix ainsi formée séparait quatre espaces « verts », qui étaient décorés de plantes étranges, belles et très probablement toxiques.

Un grand balcon bordait l’endroit, qui était entourée d’arcades blanches. Aucune trace de Lucifer, qui s’en était allé à d’autres affaires, fidèle à ses paroles. Silat soupira, visiblement agacé à l’idée de se retrouver une nouvelle fois jeté dans une « mission », sans avoir la moindre idée de ce qu’il devait accomplir. Etait-ce une habitude chez les démons ?

« Arashi, permets moi de t’offrir un peu de contexte. » Commença par dire Silat, ne souhaitant pas laisser Arashi plus perdue qu’il ne l’était lui-même. « Connor a fait de moi un démon, comme prévu. Mais j’ai la très nette impression qu’il prépare autre chose, quelque chose qui nécessite qu’il fasse de toi une… Créature plus puissante, je suppose. Toujours est-il que celui que nous venons de quitter est apparemment le Maître des Lieux, Lucifer. »

Ce nom sonnait comme un lourd coup de tambour. Lucifer, c’était un nom connu sur Terre, Terra, et une multitude d’autres plans et planètes. Un nom qui portait toute la signification universelle de ce qu’étaient les enfers. Le nom de celui qui apporte la Lumière, le Chérubin qui avait osé s’opposer au dieu imparfait.

« Quant à cette Lilith… Eh bien, tu me vois aussi confus que toi. Je n’ai aucune idée de qui elle est, et où nous sommes supposés la trouver. » Avoua le jeune homme, perplexe.

Pourtant, une odeur devait paraître familière au nez de la Vampiresse. Car c’était une odeur de sang. Non pas celui du jeune homme qui se trouvait à ses cotés, c’était une odeur de sang absolument enivrante. Un parallèle tout à fait approprié à la beauté enivrante de Lucifer, comme si cette odeur menait à un penchant Vampirique du Père des Démons.

Et c’était la pure et simple vérité. Guidée par son nez, Arashi serait en mesure de faire traverser couloirs et passages à Silat. Elle serait en mesure de guider l’oriental jusqu’à une porte, d’où se dégageait ce parfum singulier. Et cette porte cachait la demeure de la première femme. Lilith la rejetée. La mère des Vampires.
Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Arashi
Maîtresse des câlins
Créature
-

Messages: 609


Polymorphe au sang vampirique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #3 le: Avril 16, 2014, 02:58:08 »

Arashi n’osait pas vraiment réagir, son regard observant les deux êtres faces à elle, elle n’aimait pas se sentir être autant le centre d’attention tout d’un coup.  Ses joues légèrement rouges elle  attendit… L’être androgyne regardait la jeune vampire qui ne savait plus quoi dire, son regard observant cet être parfais qui l’attirait dans le sens de son odeur si particulière, si nouvelle et si fabuleuse. Elle se demandait vraiment ce que c’était cette odeur qui enivrait tant ses sens vampires, elle devait faire attention pour se contrôler, ses pupilles légèrement plus fine sous ce besoin qu’elle avait pourtant calmé avant d’arriver.

« Bienvenue. »

Sa voix délicate et parfaite, elle parcourut son corps comme une délicate brise, un petit sourire timide se fit sur ses lèvres. Elle l’observa, il semblait avoir un délicat sourire à ses lèvres mais qui ne démontrait aucune réel émotion, la vampire observa Lucifer, mais elle n’était pas capable de parler, elle ne trouvait pas les mots pour briser la glace, fasciner par ce qu’elle voyait, la bouche légèrement ouvert, détaillant du regard cet être parfait qu’était cet ange infernal. Elle ne voulait briser ce moment particulier, mais ce fut rapidement le cas quand Silat débuta à parler.

« Ce… Oui, c’était un portail. Arashi, tu es en enfer. L’homme à mes cotés est… »

Quoi? Pourtant avant d’entrer c’était qu’une blague! Qu’une plaisanterie!  Elle avait blaguée, elle n’était pas du tout sérieuse! Elle devait rêver, elle ne pouvait être en enfer, elle semblait être dans la chambre d’inviter, mais l’odeur était différente et en plus qui était ce bel inconnu au côté de Silat? Il avait été coupé quand il allait répondre, par un vide coup de vent. Le silence se reprit, Arashi avait un regard remplie d’incompréhension comme ce fut le cas de Silat à en voir son regard et elle se demandait vraiment pourquoi il avait plein de sang, mais pas de blessure!

Le silence était légèrement lourds, mais personne ne prenait la parole, l’être suprême du monde infernal observait la vampire de son regard parfait, cet air bienveillant sur son visage la rassurait comme l’inquiétais, lentement elle pencha un peu son regard, un frison d’insécurité la saisit lentement, traversant son corps d’un coup, elle se mordit la lèvre qu’elle que peu. Puis son regard se releva pour fixer le chérubin sans pourtant être un regard qui se voulait trop fixe.  L’être l’observait comme s’il la sondait, elle se demandait ce qu’il faisait et pourquoi il le faisait, elle ne comprenait vraiment pas, elle avait le goût de partir se cacher sous la sensation étrange la parcourant. Il eut alors un sourire particulièrement différent presque paternel?

« Une fille de Lilith. Tu es bien une Vampiresse, comme l’avait affirmé Helel. Tu n’es pas encore une Nocturne d’exception, mais nous remédierons bien vite à cela. »

Lilith… Elle savait qui elle était, elle ne serait pas un bon vampire si elle ne connaissait pas la mère des vampires. Mais qui était ce Helel qu’il parlait, elle n’osa pas poser la question, mais elle eut comme un coup de poignard dans le cœur quand il lui dit qu’elle n’était pas une nocturne d’exception… Normal, déjà qu’elle était esclave et avait un caractère bien différent de tout vampire dû à son dégoût de boire le sang directement dans le cou des autres. Qu’elle détestait mordre les vivants pour absorber leurs liquides carmins directement des veines qui pulsait ce doux liquide chaud et si délicieux pour les être nocturnes.

« Vampiresse, il est temps pour toi de remonter à la source de tes pouvoirs. Tu vas rencontrer la première femme, et la mère des Nocturnes. Maintenant, je vais vous laisser, Silat, Arashi. D’autres affaires m’attendent. Vous trouverez votre chemin. »

Puis une lumière fut, si forte qu’Arashi en ferma les yeux, un léger tremblement se saisit dans son corps, elle eut un frison d’effroi pendant un instant sous la perte de sa vision. Elle entendit quelque seconde puis enfin la vision revint et tout son odorat changea dans la sensation des odeurs et de sa vision des choses, elle fit le tour d’elle-même pour observer tout le décor qui la saisit de stupeur. Elle fut attirée par les plantes, mais leurs odeurs qu’elle semblait dégageait la déconseillait fortement de s’y approcher, ce qu’elle fit donc. Elle se retourna pour regarder vers les deux hommes, mais le bel ange déchu avait disparu, laissant que Silat et elle. Elle l’observa et regarda encore son sang sur son torse, elle eut un très léger rougissement, détournant le regard.

« Arashi, permets moi de t’offrir un peu de contexte. Connor a fait de moi un démon, comme prévu. Mais j’ai la très nette impression qu’il prépare autre chose, quelque chose qui nécessite qu’il fasse de toi une… Créature plus puissante, je suppose. Toujours est-il que celui que nous venons de quitter est apparemment le Maître des Lieux, Lucifer. »

Elle l’écoutait, le regard montrant sa stupeur de ses mots, elle avait de la misère à le croire pendant un instant, elle avait fait face au malin? À ce démon si craint et si puissant, lui l’homme à la si bonne odeur, si particulière et alléchante? Lui avec son air si angélique? Elle se rendit compte à ce moment à qu’elle point les apparences sont trompeuse. Elle observait Silat, ses pupilles légèrement fine sous deux odeurs qui lui titillait les narines, du sang, d’un côté lui de Silat et de l’autre une odeur forte alléchante qui réveilla l’esprit ‘’ vampirique’’ de la jeune verte. Mais son attention revint sur Silat qui lui parla.

« Quant à cette Lilith… Eh bien, tu me vois aussi confus que toi. Je n’ai aucune idée de qui elle est, et où nous sommes supposés la trouver. »

La vampire observa Silat et s’approcha un peu de lui pour l’observer, Silat put voir à ce moment dans le regard de la vampire ce léger air prédateur, fière cadeau de son côté vampirique. Elle l’observa un instant, et dû se faire douleur pour reculer, il sentait bon, une odeur de sang si proche, mais elle devait résister, elle ne voulait pas boire le sang de la nuque d’une personne. Mais pourtant alors qu’elle retourna sa tête, elle pouvait sentir une autre odeur, fort plus délicieuse, elle ressemblait même à celui de ce Lucifer, mais légèrement différente, elle eut un léger sourire, se mordant alors légèrement la lèvre. Elle détourna son regard vers l’arrière pour fixer Silat et elle dit :

« Tu ne sais pas qui est Lilith? Pourtant tous devrais savoir de qui il s’agit… C’est la mère des vampires, le premier vampire… Celle qui débuta le règne… On raconte même qu’elle fut créée par dieu lui-même… Mais cela est que des histoires vampiriques… »

Elle eut un léger sourire inquiétant et elle dit par la suite pour continuer ses paroles, sa voix légèrement plus douce, presque ronronnant, comme si elle tentait d’adoucir une proie avant d’y sauter à la gorge

« Je sais où nous pouvons la trouver, je sens son odeur… »

Puis avec lenteur, la polymorphe vampire fit les premiers pas pour emprunter le passage qui menait vers le sud, son nez guidant vers cette odeur douce, alléchante et enivrante. La vampire se sentait étrange à ce moment, elle ne se sentait pas elle-même… C’était la bête en elle qui parlait et pensait, la bête nocturne qui s’agitait face à cet emplacement et à cet odeur qui la fascinait de plus en plus qu’elle faisait des pas vers l’avant. Commençant à traverser couloirs et petit chemin au fin décor qui en temps normal aurait fasciner la vampire, sourire à ses fines lèvres. Elle avait soif, cette odeur lui donnait soif, un terrible soif qu’elle voulait assouvir. Ses pupilles légèrement fines. Elle continua à marcher, le temps ne la préoccupait plus à cette instant.

Malgré que Silat lui parle, elle ne l’écoutait pas son esprit trop ailleurs pour seulement écouter ou réagir, elle aperçut alors au loin cette porte d’où venait cette délicieuse odeur.

« C’est là… »
Journalisée

Mes Personnages :
01 - Arashi
02 - Kalianna
03 - Valiance
04 - Mïao
05 - Kärnel

Mes demandes de RP
Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #4 le: Avril 19, 2014, 02:11:56 »

Sans doute était-il logique pour une Vampiresse de connaître l’existence de Lilith. La première femme créée par le dieu imparfait. Celle dont la volonté intarissable d’être libre et rebelle lui avait valu d’être déchue de l’Eden, remplacée par Eve, la claire, la faible.

Cette femme avait trouvé refuge dans les Enfers, le siège de tous ceux qui se rebellaient contre le faux dieu. Et la belle était une importante contribution, étant détentrice des pouvoirs de la nuit. Son nom lui-même signifiait « La Lune », dans les anciens dialectes Babyloniens. Et nombre de peuplades avaient vénéré cette puissante créature comme une véritable déesse.

Le jeune Silat connaissait également cette femme, sans la connaître. Dans les terres arides d’où venait son clan, Lilith était connue sous le nom de « Kisîk Il-lila », « La jeune femme des arbres ». Vénérée en temps que déesse des vents, maîtresse des siroccos du désert.

Nul doute que, si le nouveau démon avait su qu’il se trouvait sur le point de rencontrer la Déesse gardienne des assassins et rodeurs nocturnes, il se serait rendu plus présentable. Aussi, l’idée de rencontrer la Mère des Vampires n’enchantait guère le jeune homme, qui s’imaginait déjà attiser de sombres appétits par la faute de son torse ensanglanté.

Car déjà, Arashi affichait un air des plus carnassiers, visiblement attirée par l’odeur sanguine qui émanait de son charmant accompagnateur. Accompagnateur qui en vint d’ailleurs à se demander si Lucifer n’avait pas fait exprès de le laisser couvert de sang. Finalement, la Vampiresse remit ses échanges avec le démon sur des rails plus sains. Sans entrer dans les détails, la polymorphe laissait clairement sous-entendre que cette « Lilith » n’était pas n’importe qui.

« Fantastique, me voici couvert de sang à devoir rencontrer la Mère des Vampires en compagnie d’une de ses fidèles. » Soupira le jeune homme en se pinçant le nez. « Jamais l’impression d’être une coupe de champagne gratuite dans un diner mondain n’aura été aussi forte. »

L’ironie et le sarcasme étaient bien les derniers mécanismes défensifs dont pouvait faire preuve le jeune homme, qui ne pensait pas pouvoir s’échapper. Et puis, il était déjà mort, de toute façon. Jamais la suite du programme ne pourrait-être plus morbide qu’elle ne l’était déjà.

D’un simple hochement de tête, Silat répondit à l’affirmative aux urgences d’Arashi. Voilà que la Vampiresse sentait l’odeur de sa Mère Infernale. Et si la curiosité n’était pas l’un des nombreux défauts du jeune homme, ce dernier se devait bien d’admettre qu’il était intéressé à l’idée de voir l’apparence de cette femme.

Silencieux, l’assassin se mit en routes aux cotés de sa partenaire, ne mettant point en doute son sens de la localisation, ni son odorat. Pourtant, l’impression d’errer sans but était des plus présentes. Il n’y avait personne dans les couloirs colossaux des lieux, et sous les arcades de pierre. Tout se ressemblait, comme dans un labyrinthe élégamment conçu.

Finalement, les deux jeunes gens arrivèrent face à une porte. Elle était de bois d’ébène, d’un noir absolu qui ne reflétait que quelques luminescences blanches. La hauteur était maigre, de sorte à ce que Silat doive probablement pencher la tête pour entrer dans la pièce. Aussi les décorations serpentines du bois semblèrent onduler lorsque le jeune homme posa sa main sur la poignée.

« Allons-y. » Murmura le démon, plus pour se motiver que pour une véritable annonce.

Lentement, la poignée pivota, fermement enserrée par la main de l’oriental. Il ne semblait pas y avoir de lumière derrière cette ouverture, comme si elle donnait sur une pièce sombre. En ouvrant la porte, Silat constata avec étonnement qu’il se trouvait dans un désert. Un désert de nuit, aux températures qu’il savait glaciales. Mais le froid ne gênait pas le tueur aux yeux de jades.

En observant derrière lui, l’éphèbe d’orient put constater que la porte de son arrivée était toujours là, se tenant debout, seule dans ce désert presqu’infini. En face de cette porte, évidente dès l’entrée dans cette « pièce », il y avait la Lune. Elle flottait dans les cieux étoilés, paraissant plus proche qu’à l’accoutumée.

Mais aussi, et surtout, il y avait Lilith. Ou, tout du moins, celle que Silat supposait être Lilith. La Mère des Vampires était belle, et tout aussi irréelle que Lucifer. Les yeux de jades du tueur n’osèrent pas détailler les courbes exposées et généreuses de la créature fantastique. Vêtue d’une armure minimaliste, en chitine noire, la belle se tenait assise, jambes croisées.

Sous le postérieur de la Déesse, il y avait un pouf oriental, étranger au paysage seulement de par son emplacement au sommet d’une dune de sable. Lilith était affalée dessus, une longue et fine pipe au bout des doigts, savourant un tabac dont les aromes mentholés se sentaient de loin. Un seul de ses yeux était visible, l’autre se trouvant caché par sa longue chevelure de jais.

« Je n’attendais pas de visiteurs. »
Dit simplement l’Infernale.

La voix de la belle ne trahissait pourtant nulle surprise. Elle était charmeuse et douce, sonnant réconfortante et étrangement excitante aux oreilles du démon. Mais était-ce étonnant, venant d’une femme qui personnifiait les charmes dangereux de la nuit ?

N’osant fermer les cinq mètres qui le séparaient de l’Infernale, Silat se tourna vers Arashi. Il l’observa un instant, avant de revenir à Lilith. Marquant un pas en avant, le jeune homme posa un genou à terre, penchant humblement le visage vers le sol. Il ne le faisait pas par habitude, mais simplement parce que Connor s’était incliné de pareille façon face à Lucifer.

« Lucifer nous a conduit jusqu’à vous. Il parlait de faire d’Arashi, la Vampiresse qui m’accompagne, une Nocturne d’exception. » Expliqua le jeune homme, prenant les devants. « Dame Lilith, je vous prie de nous accorder un peu de votre temps. »

Un rire cristallin quitta les lèvres de la sublime Déesse, qui plissa les yeux d’un air amusé. Son expression trahissait clairement le plaisir qu’elle prenait à voir un jeune homme agenouillé devant elle. Cette posture agaçait d’ailleurs profondément le jeune oriental, mais il souhaitait aider Arashi à obtenir ce qu’elle désirait, peut-être inconsciemment.

D’un signe provocateur du doigt, la femme fit signe à sa Fille Nocturne d’approcher. En même temps, elle porta sa pipe à ses lèvres, inspirant une petite bouffée de son tabac, qu’elle expira en une nuée de petits ronds. Silat porta son regard vers la Vampiresse qui l’accompagnait, visiblement plutôt anxieux.

« Une de mes filles ? » Demanda la Déesse en haussant un sourcil. « Que désires-tu, mon enfant ? Quel cadeau peut t’offrir ta Mère ? »

C’était bel et bien le même ton que celui employé par Lucifer, juste avant qu’il ne fasse éventrer son nouveau Fils. Autrement dit, c’était un ton qui n’était guère rassurant. Mais c’était à Arashi d’agir, et non pas aux doutes et appréhensions de Silat.
« Dernière édition: Avril 28, 2014, 10:24:46 par Silat Al-Saqr » Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Arashi
Maîtresse des câlins
Créature
-

Messages: 609


Polymorphe au sang vampirique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #5 le: Mai 07, 2014, 12:46:54 »

La vampire observa cette porte à découvert, son regard analysant chaque détails d’architecture. Simple, mais dans la simplicité est souvent de bon goût. Le bois sombre semble empli de l’odeur de cette Lilith. Cette odeur si fabuleuse qui entrait dans les narines de la jeune femme, la faisant presque rêver de goûter plus à cette odeur, son regard exprimant bien son idée. Elle posa légèrement sa main sur la porte juste pour l’effleurer au bout de ses doigts pour les retirer et reculer légèrement, elle avait le cœur battant, elle ne savait pas quoi faire, elle hésitait à s’enfuir à toute jambe ou bien surpassée son cœur qui battait fortement. Elle n’avait pas peur, c’était plus l’inquiétude qui la prenait.

La vampire regarda Silat qui posa sa main sur cette poignée de porte, elle prit une grande respiration. L’incertitude goûtant son corps.

« Allons-y. »
« Ou...Oui... »

Puis la poignée ce tourna et il commença à ouvrir la porte, Arashi retenant son souffle pendant  la procédure, au plus grand étonnement de la vampire ils se retrouvèrent dans un désert à la nuit tombé, la température était loin d’être confortable, le froid glissant sur la peau de la vampire. Elle eut un frison en posant ses mains sur ses bras qu’elle frotta légèrement pour réussir à se réchauffer un peu plus. Elle observa le décor désertique pour que son regard se pose finalement sur une femme qui était là.

Son cœur battit fortement à la vue de cette femme à la beauté suprême. Le regard de la polymorphe détailla rapidement chaque détails de sa mère vampirique… Elle avait un léger tremblement, elle ne savait pas quoi faire à cette instant, elle était perdue, déboussolée et craintive par l’incompréhension des évènements, tout d’abord son entrer dans la maison Belmont dont la porte principal menait à l’enfer, la rencontre de Silat ensanglanté… Et aussi la rencontre de ce démon infernal, Lucifer même… Et maintenant elle rencontrait sa mère, LA mère de tout bon vampire! Celle dont tout ses fidèles rêvent de rencontrer! Alors la vampire continuait à analyser celle-ci, voulant garder son image bien en tête.

« Je n’attendais pas de visiteurs. »

Cette voix… Tant de charme dans une si petite phrase, mielleuse à souhait, remplie de charme et de douceur, la vampire en eux un léger frison qui parcourut son corps à cet instant, elle ne savait pas quoi faire, elle paniquait légèrement elle-même, elle ne se sentait pas digne d’être en présence de la mère des vampires, elle qui avait si peur de boire le sang chauds des être vivant… Elle qui n’avait jamais agis comme un digne vampire. L’envie de courir de tout cette jambe était plus forte que jamais à cet instant, malgré que son regard ne dictait pas cet envie, son regard exprimant cette faim qui l’assaillait de plus en plus. Silat réagit alors, brisant ce léger silence, il s’avança d’un pas pour se mettre à genou devant la nocturne démone.

« Lucifer nous a conduit jusqu’à vous. Il parlait de faire d’Arashi, la Vampiresse qui m’accompagne, une Nocturne d’exception. Dame Lilith, je vous prie de nous accorder un peu de votre temps. »

Faire d’elle une Nocturne d’exception… Qu’elle défi, elle se dit que cela serait compliquer de faire cela pour elle, dû à sa nature peu ‘’vampirique’’… Mais pourquoi faire d’elle cela? Pourquoi, elle avait cette chance? Elle et pas un autre… Elle ne comprenait pas, mais était heureuse, son petit cœur battant fortement, alors que ses petites crocs étaient voyante. Son regard analysant sa mère vampiresse qui eut un rire, un magnifique rire légèrement cristallin, un rire qui mit la vampire mal à l’aise... Le regard de la démoniaque vampire fixait Silat de ce petit air amusé et lentement se regard se rendit sur la vampire qui se mordit doucement la lèvre sous ce stress, elle cligna doucement des yeux, tentant d’être digne devant sa mère Nocturne, elle ne savait vraiment pas quoi faire.

Lentement elle fit un signe de doigt pour demander à la vampire d’approcher d’elle alors qu’elle fit de petit ronds de tabacs dans les airs. Le regard du servant de son maître vint aussi sur elle, à cette instant elle angoisa encore plus, peu habituer d’avoir autant d’attention, elle prit son courage et fit doucement des pas pour s’avancer et s’approcher de cette femme envoutante, malgré le fait que les femmes n’est jamais attirée la vampire. Lentement le regard légèrement teinte de violet observa cette femme, ce disant dans sa tête que finalement elle devrait désirer des choses plus souvent, peut-être cela ce réaliserais? La vampire n’osa pas parler, ne voulant pas dire une parole qui risque de la rendre encore plus idiote.

« Une de mes filles ? Que désires-tu, mon enfant ? Quel cadeau peut t’offrir ta Mère ? »

La question qui mit mal à l’aise la vampire, elle observa sa mère vampirique, se mordit la lèvre, angoissa en même temps. Elle regarda vers Silat un instant et vers Lilith, son regard démontrant cette crainte d’incompréhension toujours présente.  Elle laissa sortir un soupire et elle reprit son courage qu’elle dût chercher au plus loin d’elle et se mit droite et elle ouvrit lentement la bouche pour débuter à parler, elle parlait lentement, réfléchissant à chaque mot qui allait sortir de sa bouche.

« Je me nomme Arashi, depuis que je suis un vampire, je suis un vampire lamentable… Peu puissante, peut-être dû au fait que je ne sais pas une vampire de pure souche… J’ai toujours été une honte pour la race que je représente désormais… Mais maintenant… »

Son regard s’endurcit légèrement, montrant une détermination bien présente.

«  Je désire être forte, ne plus être qu’une simple vampire faible, je veux la force, je veux être une vampire digne d’être nommée ainsi… Je veux être votre digne représentante… Que vous soyez fière qu’un être comme moi puisse représenter votre race… »

Elle se tut alors, son cœur battant fortement dans sa poitrine, elle était terriblement angoissée, elle paniquait même, malgré le fait qu’elle le cache à ce moment sous cet air neutre. Elle ne voulait pas paraitre ridicule, mais elle se disait que surement ce qu’elle venait de dire était la chose la plus ridicule et idiote qu’elle est pu dire dans sa vie! Surtout devant sa mère Nocture, celle dont tous vampires désireraient rencontrer.

La vampire se gratta légèrement le bras, ses pupilles légèrement fines montrant toujours dans son regard la détermination mais en plus cette soif du sang qu’elle avait de plus en plus.
Journalisée

Mes Personnages :
01 - Arashi
02 - Kalianna
03 - Valiance
04 - Mïao
05 - Kärnel

Mes demandes de RP
Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #6 le: Mai 12, 2014, 03:08:05 »

Arashi n’avait pas parlé, pas jusqu’à ce que Lilith le lui en donne, tacitement, la permission. Cette absence totale de paroles portait de lourds sous-entendus qui avaient de quoi glacer le sang du jeune oriental. Ça et le froid givrant du désert nocturne.

Silat n’avait pas l’impression d’être un invité, en ces lieux. Plutôt, il avait l’impression de se voir comme l’intrus à une réunion sordide. Il avait l’impression d’être en train d’assister à quelque chose qui ne le regardait pas. Mais au-delà de cette peur, il y avait du réconfort.

Car de Lilith émanait une aura toute particulière, à la fois pétrifiante et réconfortante. Le jeune oriental savait bien qu’il n’était là que pour accompagner Arashi dans la découverte de nouveaux pouvoirs. Mais alors, pourquoi diable Lucifer avait-il jugé obligatoire d’imposer la présence de son nouveau Fils ?

La tête chargée de questionnements, certains plus légitimes que d’autres, Silat s’efforçait de répondre aux regards de la Vampiresse d’un sourire avenant. Elle n’était peut-être pas lâche, mais le courage ne brillait pas non plus dans les yeux d’Arashi. Aussi le démon pensait-il nécessaire de la soutenir dans ce moment assez particulier.

Quand enfin la Vampiresse prit la parole, le regard du jeune oriental fila jusqu’au beau visage de Lilith. La mère des Nocturnes observait son enfant d’un œil bienveillant. Jambes croisées, le pied se balançant très doucement, la pipe au bout des doigts. La désinvolture de la Première Femme était une chose paradoxalement pleine de grâce.

Et à mesure qu’Arashi parlait, Silat réalisait ce qui la tourmentait. Il fallait bien préciser que les deux jeunes gens avaient peu discuté, jusqu’à aujourd’hui.

Mais la réponse était entre les lèvres pulpeuses de Lilith.

« Il n’existe pas de Vampire ou de Vampiresse lamentable. »
Répondit tout d’abord la Mère d’une voix empreinte de sévérité. « Tous mes enfants sont des êtres puissants, éblouissants comme la Lune qui trône dans ce ciel. »

Le ton de la Déesse était clairement agacé. Mais rien de réellement menaçant, car la Première Femme n’avait pas quitté son assise, et fumait toujours allègrement sa longue pipe. Ces réprimandes semblaient plus être prononcées pour la forme que par réelle véhémence.

Une longue vape de fumée quitta alors la belle bouche de Lilith. Les fumées grisâtres ne s’envolèrent pas comme les autres. Elles ne se dissipèrent pas non plus, s’immisçant avec lenteur vers Arashi. Doucement, la fumée se fit liens indestructibles, s’enroulant autour de la Vampiresse.

Quant au filet qui sortait encore des lèvres de Lilith, la Diablesse s’en empara, tirant ensuite sur le bout qui s’était décroché. Intangible, la fumée se montrait pourtant capable de tirer irrésistiblement la polymorphe jusque devant sa Mère.

« Néanmoins, je consens à t’accorder mes faveurs. Car si c’est réellement Lucifer qui t’envoie, tu dois certainement le mériter. »
Lilith marqua une courte pause. « Et s’il ne t’envoie pas vraiment, je suppose que ton audace mérite une récompense. »

Délicatement, les jambes de la Déesse se décroisèrent. Elles s’écartèrent ensuite, les talons glissant sur le sable dans un bruit agréable. La Diablesse lança alors un regard dans la direction de Silat, qui observait toujours silencieusement.

« Mets-toi à genoux, comme ton charmant accompagnateur. » Obligea la voix stricte de Lilith.

L’oriental détourna légèrement le regard. Cette femme le troublait au plus au point, et la position dans laquelle elle mettait Arashi était… Relativement équivoque.

D’un coup sec sur le filet de fumée, Lilith venait de faire tomber sa fille à genoux. Gracieusement, la Princesse de la Nuit avait ensuite dégagé son coup, en rejetant sa chevelure vers l’arrière. Maintenant, la belle passait ses doigts contre les épaules de sa Fille.

Tendrement, les paumes de la Déesse coulèrent le long des bras d’Arashi. Elles étaient d’une grande délicatesse, et plus douces que le plus fin des velours qui soit. Leur contact était de ceux qui marquent éternellement l’esprit d’un ou d’une amante, comme une caresse qui ne s’estompait jamais.

D’ici, la Diablesse serra la taille de sa Fille, entre ses jambes féminines et fuselées. Et la scène achevait d’être très clairement érotique. A ce stade, Silat ne détournait même plus le regard. Mais personne n’aurait pu le blâmer, tant ce petit jeu saphique était plaisant à observer.

Les jambes de Lilith poussèrent un peu plus Arashi, collant leurs ventres l’un contre l’autre, et obligeant la Vampiresse à s’étaler doucement sur le corps de sa Déesse. Ce fut à ce moment que la silencieuse Nocturne se décida à parler.

« Ta bouche. » Ordonna-t-elle.

Il y eut un court silence, alors que les doigts fins de Lilith se faufilaient sur la gorge d’Arashi. L’index et le majeur remontèrent lentement des clavicules de la Vampiresse jusqu’à son menton.

« Sur mon cou. » Susurra la Diablesse. « Bois. »

A ces mots, la Déesse pencha son visage sur la droite, découvrant une belle veine saillante. Ses doigts s’emparèrent de la chevelure de sa Fille, et l’autre main se mit à glisser contre les omoplates de la jeune femme, aussi sensuellement qu’il était possible.

Dans son coin, Silat se demandait si toute cette mise en scène était réellement nécessaire. Mais il ne s’en plaindrait pas. Non seulement la vue était des plus agréables, mais il n’était pas le prochain au programme.
Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Arashi
Maîtresse des câlins
Créature
-

Messages: 609


Polymorphe au sang vampirique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #7 le: Juillet 12, 2014, 03:58:21 »

La vampiresse observa sa mère vampirique, elle avait un léger frison qui la traversait, cette faim qui la prenait, le sang qu’elle sentait sur la peau de Silat, le goût, l’étrange goût de vouloir goûter au sang démoniaque de la femme. Son regard bleu à la légère teinte violacée continuait à regarder la femme. Elle n’osait pas détournée le regard pour ne pas offusquée la propriétaire du lieu, ses pupilles fines restant toujours présentes, elle eut un léger mordillement de lèvre, tentant de restée calme, malgré le stress qui prenait tout son corps subitement.  Quand Lilith alla pour parler, la vampire avala légèrement de travers. 

« Il n’existe pas de Vampire ou de Vampiresse lamentable. Tous mes enfants sont des êtres puissants, éblouissants comme la Lune qui trône dans ce ciel. »

Elle fit un peu stresser par ses paroles, se disant qu’elle avait mal choisis ses mots, mais dans son cas, c’était vrai qu’elle se trouvait faible, son cœur de glace battais fortement, la vampire gardait son regard rivée sur l’hôte qui malgré ses paroles montrant cette sévérité, n’avait pas bouger. Elle fumait toujours cette pipe, puis lentement celle-ci fit sortir de la fumée grisâtre de sa bouche, cette fumée fut étrange et quand Arashi la vie arrivée vers elle, un stress immense la saisit quand cette fumée devint lien et s’entourèrent autour d’elle. La vampire ne put cachée de son visage stupeur et terrible crainte. La femme envoutante tira doucement sur ce lien pour attirer la vampire à approcher… Ce qu’elle dût faire, même si elle aurait tentée de résister.

« Néanmoins, je consens à t’accorder mes faveurs. Car si c’est réellement Lucifer qui t’envoie, tu dois certainement le mériter. Et s’il ne t’envoie pas vraiment, je suppose que ton audace mérite une récompense. »

La vampire trembla doucement, elle était heureuse, mais incroyablement stresser, elle fixait sa mère nocturne de ses pupilles fines alors que celle-ci se leva dans toute la délicatesse que celle-ci pouvait faire preuve. Arashi n’osait pas détourner le regard, son cœur battait fortement pourtant, celle-ci détourna le regard pour regard son compagnon de voyage ensanglanté. Arashi resta silencieuse, son attention restait juste sur cette Lilith, comme émerveiller de ce retrouver devant celle que tout vampire rêve de rencontrée, elle était devant sa mère Nocturne qui en plus lui accordait sa faveur.

« Mets-toi à genoux, comme ton charmant accompagnateur. »

Elle allait réagir, mais celle-ci décida de la forcer, tirant sur ses liens de fumées, la forçant à tomber à genoux, la vampire fut ma à l’aise de cette position qu’elle était. Les joues légèrement teintée de rouges, son regard qui voulait fuir, mais semblait comme hypnotisée par cette femme que même une personne pas attirée vers les femmes ne pouvait résister à ce charme démoniaque. Le regard de la Mère se tournait vers la vampire alors qu’elle repoussa sa longue chevelure noir vers l’arrière, dévoilant son cou. Les pupilles de la vampire devinrent que de fine ligne. Le goût du sang passa dans tout son corps, elle avait soif, une terrible soif qu’elle désirait assouvir.

Lentement les doigts de cette femme touchèrent ses épaules, un frison parcourant à nouveau son corps, ce touché que jamais elle ne puisse oublier, remplie de douceur, de plaisir, de délicatesse… Tant d’effet et pourtant si compliquer à tout décrire sans faussé. Puis lentement ses mains comme ses doigts débutèrent à descendre sur ses bras, la démoniaque être se penchait de plus en plus, la vampire était mal à l’aise malgré tout, se faire toucher par une femme… C’était… étrange. Lentement les jambes de la séductrice se retrouvèrent derrière son dos alors qu’elle prenait légèrement ses cuisses comme siège. Les jambes de celle-ci se serrèrent un peu plus alors que Lilith faisait en sorte que la jeune Arashi avait son ventre coller contre le sien, légèrement penchée.

L’odeur au née de la vampire était si magique, elle avait si soif, cette faim tiraillait son ventre et sa gorge, elle désirait goûter à ce sang qui semblait si magique, si bon, si chaud, si délicieux. Juste à cette pensée la vampire ne put que frissonner de plaisir.

« Ta bouche. »

Un ordre, mais qu’elle serait la suite des mots, la vampire se disait que Lilith allait lui demander d’ouvrir la boucher et y faire couler son sang où qu’elle que chose du genre…  Le silence était présent alors que celle-ci fit doucement bouger ses doigts, les glissant sur ses clavicules pour toucher seulement du pouce et l’index sa peau alors qu’elle fit lentement remonter ses doigts jusqu’à son menton pour finalement finir cette phrase qu’Arashi attendait avec impatience la fin.

« Sur mon cou… Bois. »

Arashi fut étonnée, alors qu’elle observa se cou à découvert, un stress la prenant fortement, elle détestait boire au cou des gens quand ce n’était pas nécessaire… Elle sentit la main de la Mère dans ses cheveux et l’autre sur ses omoplates, puis la vampire eut un tremblement. Lentement elle osa ouvrir sa bouche, deux canines plus développée se faisait voir, elle savait que lorsqu’elle percera cette chair, son destin sera chavirée, osera-t-elle, osera-telle pas… ?

Elle osa. Lentement elle ferma les yeux et approcha sa bouche de la nuque de Lilith, son souffle parcourant sa peau avec douceur, la vampire fit glisser ses crocs sur ce cou offert, puis sa langue osa doucement caresser cette chair qui envoutait tout être, elle faisait cela pour réduire les douleurs des crocs qui percerait la chair, même si elle se doutait que cela ferait de mal à la Démoniaque Nocturne. Après cette légère préparation mental la vampire lâcha un doux soupire et planta avec douceur ses crocs dans la chair.

La vampire ouvrit ses yeux d’un coup alors que le sang entra dans sa bouche, lentement la vampire glissa ses doigts contre la Nocturne et trembla légèrement alors que tout son corps réagissait instinctivement. La vampire prenait du sang de cette femme envoutante tandis que tout son corps tremblait sur le fort plaisir qui la prenait, dans son corps d’étrange chose se passait, elle ne comprenait pas tout, mais elle adorait. Elle sentait une force s’installer en elle, son corps se modifier sans qu’elle est demandée de ce changée, lentement les cheveux de la femme changea de teinte, perdant doucement leurs teinte verdoyante pour ce faire remplacer vers une teinte rousse, un mélange parfait entre l’orangée et le rouge. La longueur aussi se modifia, devenant long, très longs, venant frôler doucement le sol.

Ses yeux changèrent de teinte à leurs tours, changeant pour le dorée, un dorée donnant un air légèrement sauvage à son regard, brillant de douceur et en même temps de maturité, montrant la nouvelle étape que la vampire était rendue. La petite vampire immature devenait enfin mature, une femme qui seras sans aucun doute plus puissante, différente et pourtant si peu en même temps si nous parlons de son caractère.

Les doigts d’Arashi se glissèrent sur la nuque de sa mère Nocturne alors qu’elle continuait de boire de ce sang si divin, puis après que tout son corps se soit enfin modifier, elle retira doucement ses crocs, ses lèvres légèrement ensanglantée semblaient rougir ses lèvres et pourtant lorsqu’elle vint récolter le sang sur ses lèvres de sa langue, elle restait d’une belle teinte rouge.

« Mère Lilith… » Sa voix était douce, mielleuse, semblant prendre un semblant de teinte de celle de sa mère Nocturne. « Je vous remercie pour avoir acceptée la faveur que je vous ai demandée… Et de me faire devenir une Nocturne d’exception »

Elle sentait dans son corps tant de changement qu’elle avait hâte de découvrir mieux, elle sentait tous ses changements sans les identifiées pour le moment, mais cela viendra. Elle regardait cette femme de ses pupilles fines, alors qu’elle tourna son regard un instant vers l’observateur pour retourner immédiatement son regard vers cette femme envoutante alors qu’elle ne tentait pas de briser leurs positions si… Particulière.

Je sais, désoler du retard!
Journalisée

Mes Personnages :
01 - Arashi
02 - Kalianna
03 - Valiance
04 - Mïao
05 - Kärnel

Mes demandes de RP
Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #8 le: Août 18, 2014, 03:48:09 »

Silat ne pipait mot, toujours agenouillé, l’expression aussi neutre que possible. Il commençait à connaître les voies du Seigneur d’En-Bas, et il semblait évident qu’il n’était pas en ces lieux sans raison. Et puis, le jeune assassin avait donné assez de sang pour aujourd’hui, à son humble avis.

Toujours était-il qu’un peu de sang, ce n’était pas cher payé pour assister à un tel spectacle. L’oriental aurait menti s’il avait affirmé ne pas avoir admiré ici et là les courbes de la vampiresse, par le passé. Mais face à une si sublime Déesse, dont les cuisses enlaçait si sensuellement Arashi, le démon devait bien admettre que ses sens étaient en feu.

Sans parvenir à l’expliquer, il sentait aussi une odeur nouvelle. Comme si son odorat parvenait à sentir autre chose que les parfums habituels. Cette odeur, c’était celle du désir et de la perversion la plus immorale. Pour l’instant, Silat ignorait ce qu’était cette fragrance, mais  il la trouvait simplement envoutante.

Le jeune homme était bien loin de saisir le combat que menait Arashi. Boire à la source de cette fontaine sanglante, c’était sacrifier ses restes d’humanité, contre un pouvoir sans égal. Aux yeux de l’assassin, c’était une affaire en or. Mais la Fille de Lilith semblait hésitante.

Finalement, il y eut une légère pause, un silence qui n’était qu’accentué par les siroccos capricieux de ce désert immense.

Brisant le silence, Lilith gémit. Un gémissement presque orgasmique, alors que ses doigts glissaient longuement sur le corps de sa fille. D’où il se situait, Silat pouvait voir la Déesse se mordiller la lèvre inférieure, le visage parcouru de rictus plaisants.

« Haaaaan… » Gémit-elle encore, serrant ses cuisses sur les hanches de sa proie.

Elle bascula un peu plus la tête en arrière, offrant encore plus de son cou délicat aux crocs affamés d’Arashi. Il y avait là une analogie que le jeune oriental n’osait même pas envisager.

Mais voir cette sublime créature se tortiller et gémir, en étant percée par des crocs épais… C’était assez érotique aux yeux de Silat, pour le plonger dans une franche gêne. Aussi regardait-il sans vraiment regarder, détournant le regard à chaque fois que Lilith le surprenait à jouer les voyeurs.

Pourtant, aucun gémissement érotique n’aurait pu détourner le regard du jeune oriental, de ce qui arrivait à la jeune femme qu’il accompagnait.

« C’est quoi ce bordel ? » Murmura-t-il, prêt à se relever en urgence.

La chevelure d’Arashi s’allongeait, changeant de teinte. Son corps tremblait, dans un mélange entre exténuement et plaisir intense. Dans cette étrange nuit sans fin, où tout semblait possible, le jeune homme se sentait perdu. Celle qui l’accompagnait devait le guider dans l’inconnu, et il avait maintenant l’impression de se retrouver seul.

« Calme-toi. » Murmura Lilith, en relâchant doucement son emprise sur sa fille. « Ton amie n’a rien. Elle se porte même mieux que jamais. »

La pipe qui avait quitté les doigts de Lilith, y réapparu, alors que la Mère des Souffles prenait place une nouvelle fois sur son pouf, congédiant nonchalamment Arashi.

« Tu peux retourner en bas de la dune. » Dit simplement la Déesse, croisant ses jambes et s’affalant un peu plus, avant de savourer une nouvelle bouffée mentholée.

Son cou avait arrêté de saigner en un seul instant. Encore plus incroyable, Silat avait vu la blessure se refermer si vite et efficacement, qu’il en avait cru avoir rêvé la précédente scène.

Mais ce n’était pas un rêve. La chevelure flamboyante et les yeux dorés de la vampiresse en étaient une preuve irréfutable. Etait-ce pour autant la fin de cette escapade ? L’assassin en doutait. Notamment parce que Lilith ne leur avait pas dit de prendre congé, juste de retourner en bas de la dune.

« Je suppose que ce n’est pas fini ? Qu’y a-t-il en suite ? » Demanda Silat, certes impressionné par la Déesse, mais pas assez pour perdre le nord.

Lilith sourit, soufflant ensuite un nuage de fumée.

« Tu n’as aucune patience, je n’aime pas ça. » Répondit sèchement la Nocturne, le ton pourtant joueur. « J’espère que ma fille fera de toi un meilleur serviteur, maintenant. »

Ne mordant pas à l’hameçon, Silat resta silencieux, mais il ne se priva pas de grommeler pour autant. S’il n’aimait pas qu’on lui manque ainsi de respect, le jeune homme savait néanmoins choisir ses combats. Et il n’avait clairement pas l’avantage.

Lilith se releva au bout de quelques secondes, élégante et gracieuse. De son index, elle invita les deux membres de la maison Belmont, à la suivre. Les écrits et récits décrivaient souvent Lilith comme munie de grandes ailes noires, et de cornes épaisses. Pour l’instant, ces attributs n’étaient pas visibles. Non pas que Silat ait pu le savoir, de toute façon.

Mais cela lui aurait parfaitement convenu. Car, à mesure qu’il marchait à travers les dunes de sable, le jeune démon avait tout le loisir d’observer le déhanché hypnotique de la Déesse. Déhanché qu’une gigantesque paire d’ailes aurait bien évidemment caché.

Aussi Silat évitait-il d’offrir autre chose que des œillades curieuses à Arashi. Parler dans le dos de leur hôte semblait être une mauvaise idée, et l’assassin ne doutait pas qu’il aurait l’occasion de parler à la vampiresse, sous peu.

« Nous y sommes. » Dit alors Lilith, brisant le silence.

Ils n’avaient marché que depuis dix minutes, et l’endroit où ils étaient semblait absolument… Désert.

Silat se tut pourtant, certain que n’importe quelle question ou commentaire lui reviendrait à la figure, en un éclair.

« Tu apprends vite. » Taquina la Déesse, un regard vers le démon. Elle se tourna ensuite vers une dune massive, et balaya l’air de sa main.

Comme de lui-même, le sable s’envola, libérant une simple planche de bois blanc. Et avant que des questions ne puissent être posées, la planche se dupliqua, encore et encore. Les doublons flottaient dans les airs, créant un escalier à l’apparence précaire. Ce dernier montait, encore et encore…

« Jusqu’à la Lune… » Souffla Silat, ébahi.

Lilith se tourna vers les deux invités.

« Ce n’est pas votre destination. Je vous rejoindrai plus tard, vous, vous irez ici. »
Dit-elle simplement, pointant du doigt un Palais Oriental.

L’assassin ouvrit de grands yeux, trop étonné pour sursauter. Ce Palais avait jaillit silencieusement du sol, ou bien il était tombé du ciel. Car les yeux aguerris du faucon n’avaient pas vu cet édifice auparavant, et son ouïe fine n’avait entendu nul froissement dans les dunes.

Pas de question. Pas le temps d’en poser, car déjà, Lilith avait déployé ses ailes, volant vers la Lune en ignorant l’escalier qui s’était formé. Cela n’avait aucun sens aux yeux de Silat, mais il était las d’être étonné.

« Arashi, viens. Je pense qu’on pourra se reposer un peu là bas. »
Affirma Silat, dans un soupir. « Comment te sens-tu ? » Ne négligea-t-il pas de demander, inquiet et curieux.

Dans le Palais, les serviteurs et fidèles de Lilith attendaient les invités, ayant pour tâche de les convier aux grands bains chauds des salles d’eau.
Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Arashi
Maîtresse des câlins
Créature
-

Messages: 609


Polymorphe au sang vampirique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #9 le: Août 22, 2014, 07:36:47 »

Elle se sent si étrange, si particulière, elle est perdue dans ce torrent de nouveauté, elle porte un corps qu’à présent elle se sent bien, elle sait que si elle reprend son autre apparence elle ne se sentirait plus à l’aise. L’odeur du sang frappait ses narines, mais elle n’était plu assoiffée. Elle ne pouvait plus faire marche arrière, elle ne pouvait pu rester la simple et douce Arashi, elle avait évoluée, devenue une créature différente que la simple Vampire polymorphe qu’elle était… Elle était fort différente qu’avant. Elle qui n’était pas pure, vue qu’elle était devenue Vampire par morsure et non de naissance… Mais voilà qu’à présent elle pouvait presque ce  ressentir pure sang à présent grâce au cadeau de la maîtresse de la nuit, de la démoniaque femme…

Arashi restait contre elle, attendant que la mère Nocturne lui ordonne de partir, elle ne voulait pas lui déplaire. Elle voulait être une parfaite Nocturne pour sa mère… Elle voulait être la fierté de celle-ci… Elle allait le devenir, c’était son but… Elle se mordit légèrement la lèvre en rêvant légèrement à cet instant, regardant cette femme si parfaite et qui pouvait faire chavirer tant de gens, qu’à sa simple vision.

« Calme-toi…Ton amie n’a rien. Elle se porte même mieux que jamais. »

Puis l’emprise commença à se détendre, la relâchant avec douceur, la vampire échappant un doux sourire, observant la femme de ses yeux dorées, qu’elle que mèches rousses cachant un peu son visage, donnant un petit air sauvage à la jeune femme à cet instant. Le regard dorée de la sauvage vampire observait la femme sans osé détourner le regard, admirative, désireuse d’encore plus de force de la part de celle-ci. Qu’elle fabuleuse journée. Ce qu’elle avait toujours désiré, le voilà réalisée en cette journée qui avait débuté si normalement. La vampire ricana légère.

La déesse repartit à son pouf, alors que cette pipe disparue, était revenue à sa main, qu’elle fuma allégrement.

« Tu peux retourner en bas de la dune. »

Arashi écouta l’ordre de la déesse sans osée protester, descendant avec douceur vers le bas de cette dune, elle se sentait plus légère qu’avant, peut-être dû à son nouvel état, elle adorait cela. Elle se sentait si mieux, si forte, si différente. Elle savait que rien n’était finie, que sa mère Nocturne voulait encore les avoirs dans son repère, elle ne les avait pas demandée de partir, mais elle se demandait bien ce qui allait ce passé désormais. Elle était fort curieuse de le savoir! Elle aimait ce genre de déroulement, ses pupilles fines tombèrent sur Silat pendant un instant avant de se tournée vers la démoniaque Lilith.

« Je suppose que ce n’est pas fini ? Qu’y a-t-il en suite ? »

Ah… Elle pensait que Lilith aurait parler, mais ce fut Silat qui parla, Lilith soufflant son nuage de fumée.

« Tu n’as aucune patience, je n’aime pas ça. J’espère que ma fille fera de toi un meilleur serviteur, maintenant. »

Le silence vint par la suite, elle ne comprit pas des paroles de Lilith, faire de Silat un meilleur serviteur, qu’elle blague, il était le serviteur de son maître, pas le sien… Silat pouvait se faire considérer plus comme… un ami? Oui un ami en gros. La vampire n’avait jamais considérer Silat comme plus, même s’il était le valet de Maître Belmont. Elle regardait la femme, restant tranquille, n’osant pas rien demandée ni faire, essuyant un peu le coin de ses lèvres du bout de sa langue. Sa main partant caresser sa chevelure rousse, elle aimait sentir ses cheveux aussi longs, frôlant presque le sol.

Elle se décida enfin de se lever après quelque secondes, faisant un petit geste comme pour indiquer de la suivre, docile, Arashi la suivit calmement. Elle sentait le regard de Silat se diriger vers elle de temps en temps, mais elle ne le regarda pas, gardant son regard dorée rivé vers l’avant et sur la démone, maîtresse de la nuit. Elle se demandait ce qu’il allait se passé, mais elle n’était pas inquiète. Après quelque minute de marche, elle s’arrêta, mais tout était vide à part du sable, il allait sans aucun doute avoir quelque chose d’extraordinaire, elle en était même sure.

« Nous y sommes. »

Elle lâcha un commentaire en regardant vers Silat, puis le regard de la femme nocturne se tourna vers le vide, une brise se fit alors qu’elle leva la mère et balaya l’air, le regard de l’ex polymorphe s’agrandit en voyant un escalier commencer à se former, partant vers le ciel, plus particulièrement la lune, la jeune vampire frissonna sous l’envie de grimper ses marches, elle voulait se rendre sur cette lune, l’approcher plus pour découvrir celle-ci un peu plus, mais la Mère Nocturne avait une autre chose pour eux.

« Ce n’est pas votre destination. Je vous rejoindrai plus tard, vous, vous irez ici. »

Elle montra du doigt un magnifique palais, la vampire fut étonner car aucun bruit n’avait présager l’apparition de ce palais si sublime. Elle afficha un sourire alors que la femme s’était déjà envoler, tiens elle faisait apparaitre les marches et pourtant ne les utilisait pas, qu’elle drôle de manière de vouloir étonner les deux jeunes invités. Elle regardait vers le palais, attirée à s’y dirigée, mais Silat parla, la vampire se tourna vers l’assasin.

« Arashi, viens. Je pense qu’on pourra se reposer un peu là bas. Comment te sens-tu ? »

Elle afficha un grand sourire. Dévoilant ses canines pointues, mais le visage de la vampire rayonnait de bonheur, ses pupilles fines fixant l’homme, quelque mèche rousse cachant le regard de la vampire, mais rapidement elle enleva les mèches de devant ses yeux. Elle partit doucement à marcher, invitant Silat à marcher avec elle pour se diriger lentement vers le palais, elle semblait réfléchir à la question pourtant simple de Silat. Elle cherchait la meilleur réponse pour ne pas inquiéter son ami.

« Comment je me sens… Bonne question… Je ne sais pas trop quoi te répondre Silat… »

Sa voix était douce, mielleuse, différente qu’avant. Elle avançait avec lenteur, délicatesse, respirant doucement l’air de cet endroit, son regard se tournant vers la gauche puis vers la droite, elle en eux même un petit rire. Prenant une grande respiration alors qu’elle avança vers le palais qui se rapprochait, elle regarda un instant vers Silat puis elle continua la phrase qu’elle avait débutée.

« Et bien… Je me sens… Différente, plus forte… Moins un poids… Je sens que dès maintenant je pourrais être mieux que la simple vampire polymorphe que j’étais… J’ai hâte de voir un peu plus de ma force… Tiens on arrive… »

La vampire grimpa les marches du palais et entra doucement, presque comme si elle était chez elle, un des serviteurs la regarda elle et Silat et les invita à le suivre, qu’un bain les attendaient. La vampire leva un sourcil puis doucement elle suivit le serviteur qui après deux-trois minutes de marches. Elle aperçut de grands bains chauds, la vampire sourit alors que les serviteurs partirent, la vampire sourit grandement, retirant doucement ses vêtements, les faisant glisser au sol et elle partit vers les bains, marchant gracieusement, ses cheveux cachant ses fesses et ses seins alors que la vampire entra complètement dans le bain.

« L’eau est parfaite… »
Journalisée

Mes Personnages :
01 - Arashi
02 - Kalianna
03 - Valiance
04 - Mïao
05 - Kärnel

Mes demandes de RP
Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #10 le: Novembre 10, 2014, 05:46:58 »

Le Palais qui avait émergé du sol, n’était pas sans apporter son lot de souvenirs au jeune assassin. Il était dans l’architecture des contrées ensablées. Tout en courbes, de couleurs claires, bordé à chaque extrémité de couleurs vives cerclées d’or pur. Même dans la nuit noire, le gigantesque édifice chatoyait, pareil à mille émeraudes.

Un minaret gardait l’entrée, éclairant faiblement le chemin jusqu’à la porte principale. Il trônait dans le désert, pareil à un phare. Ses couleurs étaient plus sombres que celles du Palais. Des ombres informes semblaient se dessiner sur la faible lueur des torches. Et si les yeux de Silat ne peinaient plus à discerner la forme d’une mouche sur une nuit sans étoiles, le jeune homme ne pouvait saisir ce qui remuait dans cette tour étrange.

Il se décida alors à ignorer les interrogations qui le tourmentaient, s’affairant plutôt à porter toute son attention sur Arashi. Elle semblait se porter à merveille, ravie des nouveaux pouvoirs qui lui avaient été conférés. Pour sa part, le démon se serait attendu à plus impressionnant qu’une chevelure rougeâtre et une figure plus fine. Mais nul doute que les pouvoirs de la Nocturne avaient grandi, eux aussi.

Et la jeune femme semblait heureuse de cette nouvelle enveloppe, comme elle l’avait affirmé à son accompagnateur. Il y avait également une nouvelle étincelle dans ses yeux dorés, une étincelle de malice, et un air confiant. Quelque chose que Silat n’aurait jamais imaginé voir chez la Vampiresse.

« Cette femme m’inquiète quand même. Les gens qui jouent de mystères n’ont jamais rien de bon à l’esprit. »
Murmura le démon, soucieux d’être entendu par un quelconque espion. « Tant que tu te portes bien… »

L’assassin se tut. Il ne savait pas vraiment comment finir sa phrase, et le chemin l’avait poussé à se taire. Car voilà que les deux étrangers se trouvèrent devant la porte du Palais. Fidèle à l’esthétique orientale de l’immense bâtisse, la porte était d’un bois clair, colossale et bordée d’incrustations dorées et verdâtres.

Il y avait une rangée de marches à surmonter, avant d’arriver jusqu’à l’entrée. La dite rangée n’était pas des plus imposantes, mais elle surélevait suffisamment le Palais pour le rendre encore plus impressionnant. Avec la sensation de faire une erreur, Silat posa son pied sur la première marche, et monta le reste avec l’anticipation et la vitesse d’un condamné.

« Mhhh… » Soupira-t-il en arrivant au sommet de l’épreuve. Arashi avait été plus rapide que lui, libre de l’appréhension qui tourmentait l’assassin.

Le tueur aux yeux d’émeraude ne faisait qu’observer. Aucun détail n’échappait à ses yeux, dans l’éventualité où il devrait fuir en compagnie de sa partenaire. Car après tout, pourquoi Lilith tenait-elle à garder les deux jeunes gens à ses cotés, s’ils avaient déjà obtenu ce qu’ils venaient chercher ?

« Sieur Silat, Dame Arashi.
» Salua un jeune page à l’allure efféminée. « Veuillez me suivre. »

Outre le fait que ce démon de bas-rang puisse connaître son nom, Silat fut étonné par sa tenue. Il était vêtu d’un habit fort particulier. Un ensemble beige aux broderies noires. Des broderies qui faisaient allusion à une Déesse d’Orient.

« La Dame des Ombres… » Constata le jeune assassin, sans masquer ou affaiblir le son de sa voix.

Le jeune page sourit, croisant ses mains dans son dos et adoptant une démarche plus nonchalante. Il tourna légèrement son visage vers les deux invités qui marchaient à l’arrière. Puis, après un long silence, l’hôte prit la parole.

« C’est ainsi que vous l’appelez, par chez vous. Les démons l’appellent Lilith. Ma maîtresse possède des noms dans bien des panthéons, Maître Silat. » Le serviteur plissa les yeux, ne feignant même pas de dissimuler son air malicieux. « Mais pour l’heure, appréciez juste le confort de nos bains. Nous y voici. »

Silat se tut, trop interloqué par les propos de ce jeune inconnu. Lilith était donc la Dame des Ombres, que les assassins de sa religion vénéraient avec ferveur. Quant à ces paroles, le jeune homme n’entretenait nul doute. Cela était vrai, il le savait. Mais l’étonnement restait présent, assez pour qu’il se taise en arrivant dans la salle de bains.

L’assassin eut également la surprise de ne pas sentir de gêne. Voir Arashi se déshabiller devant lui, voilà qui aurait amené bien du souci au jeune adulte timorée d’autrefois. Mais le nouveau Silat ne s’en embarrassait pas.

Ses yeux n’étaient pas rivés sur les courbes dissimulées de la Vampiresse, mais ils ne se privaient pas de quelques œillades, alors que lui-même ôtait ses vêtements et bijoux.

Le torse du démon semblait pareil à un champ de bataille. Il était tracé et sec, parcouru de fines cicatrices, la plupart récentes et en train seulement de guérir. En particulier celle de sa « transformation », encore rougeoyante. Mais elle ne lui faisait plus mal. Il l’avait presque oubliée, l’espace d’un instant.

Absolument nu, parfaitement imberbe, le jeune homme se glissa également dans l’eau agréablement chaude, alors qu’un autre page pénétrait dans la salle. L’assassin s’installa à quelques mètres d’Arashi, alors que le serviteur leur adressait la parole.

« Dame Lilith sera parmi nous d’ici une heure. Elle tient à ce que vous restiez dans cette partie du Palais jusqu’à son retour. » Annonça le garçon, avant de partir comme si de rien était.

Silat observa la porte se refermer, les yeux toujours rivés dessus même après que le serviteur l’ait refermée. Cet endroit était étrange. Trop étrange pour qu’il ne sente pas une pointe d’appréhension. Mais l’eau et l’agréable compagnie qu’il avait, aidaient à supporter ces conditions.

« C’est vrai, l’eau est bonne. Elle me ferait presque oublier cette journée incroyable. » Souffla le jeune homme en s’affalant un peu plus, la longueur de ses cheveux flottant à la surface de l’eau. « Je ne vois pas meilleur moyen de passer le temps. » Ronronna-t-il, fermant les yeux de satisfaction en posant sa tête derrière ses mains jointes.
Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Arashi
Maîtresse des câlins
Créature
-

Messages: 609


Polymorphe au sang vampirique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #11 le: Décembre 02, 2014, 09:46:04 »

Soupire de satisfaction, petit sourire narquois à ses ravissantes lèvres légèrement teintée de rose. La vampire avait les yeux légèrement fermé, appréciant la chaleur de ce bain. Ses cheveux flottant autour d’elle, ondulant dans l’eau, donnant à la belle un air légèrement sensuelle et maintenait son air inhumain malgré tout par son charme. Elle entre-ouvrit un œil observant le décors pendant un instant puis referma ce même œil, échappant un soupire lent et pourtant si silencieux, la vampire gardait se sourire, montrant cette satisfaction à cette endroit si reposante. Elle sentait en elle ses pouvoirs grandissant, des pouvoirs qui devenait de plus en plus adéquat et délicieux en elle.

C’est si formidable…

La puissance…

Tous devraient y gouter…


La vampire tourna lentement son regard vers le démon, son regard le détaillant légèrement, mais elle n’était pas génée, étonnant, ses yeux observait chaque détails de son corps, le sang à ses narines, il ferait un si bon repas… Elle secoua légèrement sa tête, non elle ne devait pas, tout de même… Mais elle pourrait en prendre qu’un peu, qu’une goute… Qu’une gorgée, cela serait si bon et comblerait cette appétit qu’elle avait, ce n’était pas méchant, elle est une vampire, un vampire ce doit de ce nourrir de sa nourriture, non, c’était totalement son droit, il était de la nourriture.

Mais elle a du respect pour les amis…

Alors elle sera calme.


Elle le regarda glisser dans l’eau, puis elle soupira, fermant ses yeux complètement, le calme. Qu’elle fantastique plaisir d’avoir le calme qui dura qu’elleque seconde avant que le serviteur s’adresse à eux, elle se demandait si elle pourrait croquer un serviteur si elle avait soif, elle esquissa un rapide sourire rien qu’à y penser… Elle désirait tant un sang d’une bonne arôme et bien sucrée, c’est un rêve, bien qu’elle avait goûtée au sang de Dame Lilith, c’était si bon, un plaisir qui ne seras jamais plus sans doute.

« Dame Lilith sera parmi nous d’ici une heure. Elle tient à ce que vous restiez dans cette partie du Palais jusqu’à son retour. »

Volontiers, il était sure qu’elle y restera, le bain est si bon et si confortable, appréciable, parfait, relaxant. Lentement elle s’y calla un peu plus, soupirant d’aise, que du bonheur en ce temps remplies d’évènement. Le calme, la sainte paix alors que la porte ce referma, les épaules biens dans l’eau pour apprécier cette chaleur si  formidable, que de bonheur. Son cœur battait doucement sous ce plaisir temporaire. Elle avait donc une heure pour profiter de cette endroit paradisiaque, elle n’en était que plus heureuse, elle se demandait même ce qui allait se passer par la suite, qu’est-ce que la mère vampirique avait derrière la tête, là que des questions, tout aussi intriguant les uns que les autres, elle avait si hâte d’en savoir plus. La curiosité l’habitait.

La curiosité est souvent un vilain défaut…

La vampire entre ouvrit lentement ses yeux, elle entendit la voix du servant de son maître, oui de son maître Stephen, elle repensa à leur rencontre pendant un instant, elle vendue par un vampire. Qu’elle avait été lamentable de s’être fait prendre, mais maintenant elle le regrettait moins, car à présent elle pouvait goûter la puissance, elle se demanda encore ce que le destin lui donnerait, ce qu’elle deviendra! Ce que son maître désirera qu’elle accomplisse, elle fera tout pour lui, tout pour lui plaire, tout pour lui accorder ses désirs, tout ce qu’il veut!

Car elle lui à donner sa loyauté.

« C’est vrai, l’eau est bonne. Elle me ferait presque oublier cette journée incroyable. »

Petit sourire qui vint se saisir de ses lèvres, elle, elle avait passé une journée fantastique. Elle la recommencerait toujours, pour pouvoir toujours ravoir le goût du sang de la démoniaque mère nocturne. Qu’elle festin, qu’elle adoration, qu’elle plaisir! C’était presque mieux qu’une jouissance après l’acte. Ah, elle essaie de se rappeler du gout, qu’elle inoubliable souvenir, elle ne l’oubliera jamais, bien graver dans le fond de son cœur et de son âme.

« Je ne vois pas meilleur moyen de passer le temps. »

Oh? Un petit sourire vint encore plus marquer ses lèvres, elle rouvrit un œil puis un deuxième pour regarder le servant du maître, elle échappa un très fin rire, plissant légèrement ses yeux, petit sourire séducteur. Il ne voyait pas de meilleur moyen de passer le temps? Petit naïf… Il y avait bien des moyens de faire passer le temps, la vampire le savait, elle s’humidifia les lèvres pour se mordre doucement une en regardant le démon qui semblait bien se prélasser dans son coin de l’eau.

«  Pas meilleur moyen de passer le temps? »

Elle échappa un nouveau petit rire alors qu’elle se retourna lentement pour se mettre légèrement face à lui, puis lentement elle se déplaça vers lui. Sensuelle, sourire au lèvre, ses cheveux coller doucement contre son corps trempé par l’eau, de lente gouttelette coulait le long de son corps. Elle ronronna légèrement alors qu’elle se fit de belle image en sa tête, elle faisait sa séductrice tout en s’approchant de plus en plus de Silat, son regard se faisait doux, presque hypnotiseur alors qu’elle vint doucement contre le démon.

« Pas meilleur moyen tu dis…? Moi… J’en connais plusieurs… Pourtant... »

Elle eut un petit rire alors qu’elle colla doucement son corps contre lui de Silat, faisant sentir sur son bras ses formes douces et généreuses. Elle gardait cet air remplie de séduction, voulant bien profiter de ce petit moment seul à seul avec lui. Elle glissa lentement ses doigts sur le torse de celui-ci. L’observant de ses grands yeux bleus, pétillant de vie.

« Nous avons le temps… de faire biens des choses… Silat… »

Silat, elle avait prononcée avec un ton sensuel, près de son oreille. Petit sourire toujours au coin des lèvres alors qu’elle passa doucement ses doigts encore sur le torse du servant dans le but de le faire frissonner, voulant lui donner bien des envies.
Journalisée

Mes Personnages :
01 - Arashi
02 - Kalianna
03 - Valiance
04 - Mïao
05 - Kärnel

Mes demandes de RP
Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #12 le: Décembre 03, 2014, 09:25:32 »

Silat était d’un naturel timide. Et s’il n’était pas totalement socialement inepte pour autant, son attitude timorée pouvait parfois le faire passer à coté d’avances évidentes. Non pas qu’il n’ait pas connu de femmes, ce qui aurait été étonnant avec son charme inné, mais plutôt que le sexe n’avait pas tant d’attrait pour lui.

Malgré tout, il était bien impossible de détourner le regard, dans cette situation. Arashi était belle, sublime même, et encore plus depuis sa transformation. Sa belle chevelure de feu flottait élégamment à la surface de l’eau, et se collait à son corps svelte lorsqu’elle se déplaçait.

L’influence démoniaque met plus de temps à s’étendre que celle d’une Vampiresse comme Lilith. Alors, si certaines pudeurs de Silat étaient mortes aujourd’hui, d’autres mettraient plus de temps à disparaître. Pour ce qui était d’envisager une relation avec l’esclave de son maître, le jeune démon n’était pas prêt… Pas encore.

« Je… Enfin, il me semble ? » Murmura-t-il, haussant les sourcils.

Arashi s’approchait de lui, sans qu’il comprenne réellement pourquoi. Ou plutôt sans qu’il veuille réellement comprendre pourquoi. Ses sens étaient embrasés, et il observait la jeune femme avec un mélange d’impatience et d’appréhension. L’oriental craignait de connaître la signification de ce petit jeu.

Mais croire que sa timidité l’empêcherait de jouer un peu aurait été une grossière erreur. Adoptant une posture un peu plus décontractée, le beau mâle laissa sa proie venir jusqu’à lui. Ses yeux d’émeraude la détaillaient sans aucune gêne. Il passait de sa chevelure à son corps, sur ses hanches délicates et sa poitrine, aux mamelons caché par une crinière flamboyante.

« Je ne crois pas que l’eau soit plus chaude de mon coté. »
Souffla-t-il d’une voix douce, les yeux plissés et l’air malicieux.

La belle était désormais proche. Dangereusement proche. Silat pouvait sentir la chaleur de son corps féminin, et le sang qui coulait dans ses veines de démon en bouillonnait. Il pouvait humer le parfum d’Arashi, dénoter chaque note subtile et envoûtante.

Elle lui avait toujours plu. Mais aujourd’hui, la Vampiresse semblait plus sensuelle et belle que quiconque, aux yeux de son guide. La sentir pleine d’envie, la voir le séduire, c’était un fantasme qui se réalisait. Mais l’assassin ne comptait pas être le seul à profiter d’un jeu de séduction. La belle rouquine aurait également sa dose de charme.

« A moins que tu ne viennes chercher un peu de chaleur à mes cotés. » Remarqua le jeune homme d’un ton faussement innocent. «  Je trouvais la température du bain assez satisfaisante, pourtant. »

Il avait décroisé les bras, et les courbes de la Vampiresse lui caressaient les muscles, manquant de le faire frissonner. Mais il avait du répondant.

Délicatement, les doigts longs et tendres du démon se rendirent jusqu’à la chevelure rouge d’Arashi. Il fit mine de vouloir dégager quelques mèches humides, passant sa main douce sur les seins de la nocturne en rejetant ses cheveux vers l’arrière.

Le jeune homme n’observa pas les mamelons de son interlocutrice, faignant encore l’indifférence et l’incompréhension. Mais le bout de ses doigts ne manquait pas d’effleurer la peau rosée et sensible, d’appuyer doucement dessus en dégageant la tignasse d’Arashi. Ses deux mains s’étaient mises à l’œuvre, et elles semblaient vouloir saisir la poitrine de la Vampiresse pour la masser. Mais il n’en fut rien.

Soupirant malgré tout, le démon bomba le torse, lorsque les doigts délicats de son amante passèrent sur son torse, lequel était enfin cicatrisé. Il frissonna, fermant les yeux pour apprécier cette caresse attentionnée. Ce seul début le faisait bruler un peu plus, mais il essayait de ne pas le montrer.

En tous cas, il pouvait difficilement continuer à jouer l’ignorant. Les propos d’Arashi étaient des plus clairs, et par-dessus tout, il commençait à en avoir envie. Ses doigts se faisaient plus insistants, passés contre les cotes de la Vampiresse. Enfin, le jeune homme attrapait franchement celle qui partageait un bain avec lui. Dans cette eau chaude, ce corps de femme lui semblait pourtant encore plus chaud. Il avait envie d’elle.

Alors que les doigts délicats de Silat s’apprêtaient à saisir les hanches de la Vampiresse pour la coller à lui, le démon se ravisa, passant plutôt ses mains derrière sa tête une nouvelle fois.

« Je ne vois pas de quoi tu veux parler. »
Souffla-t-il finalement, faignant l’innocence.
« Dernière édition: Décembre 06, 2014, 07:06:01 par Stephen Connor » Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Arashi
Maîtresse des câlins
Créature
-

Messages: 609


Polymorphe au sang vampirique


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #13 le: Janvier 09, 2015, 11:03:27 »

La vampire se faisait séductrice envers ce guide qui la guidait. Silat, toujours été là, elle avait appris  à être attirer vers ce servant de son maître. Plein de mystère et surtout d’une belle nature et n’oublions pas ce charisme fort présent. Oui, elle trouvait ce nouveau démon fort attirant et elle en avait des idées pour lui montrer qu’il l’intéressait de la plus délicieuse des manières. Aujourd’hui elle usait de ses charmes, se voulant séductrice face à cet être dont le sang avait permis à la vampire de ce décidée à passer à l’action… Elle le voulait, oui cela était évident, elle voulait le démon, contre elle, sentir cette odeur de plus en plus près, de sentir ses doigts toucher son corps…

Elle voulait le goût de tant de manière…

Elle se mordit sensuellement la lèvre, il n’était pas trop coopérant, mais pas assez pour qu’elle  ne sente pas son sang bouillir entre ses veines, ce qu’elle lui faisait lui plaisait. Cela était parfait, Elle fit ce léger sourire à mes lèvres, séductrice, lente et douce. Elle le voulait entre les mailles de son filet, Elle le voulait… de tout son corps, doux soupire passa entre ses lèvres à cet instant. Tournant son regard vers les yeux de Silat pour l’observer de cet air toujours pareils, ses yeux brillaient légèrement de ce désir, son corps chauds, frissonnant sous l’eau si délicieuse.

Ce qu’il lui faisait envie.

Enfin le démon agissait. Cruellement, il n’observa pas son corps comme elle le désirait pas, il ne la dégustait pas comme elle cherchait à se faire remarquer. Il l’observait certes, mais il dégageait ses mèches rouges pour dévoiler son corps encore mieux, dévoilant ses délicieuse formes qui pouvait en faire rêver plus qu’un à présent. Elle se mordit la lèvre alors qu’elle continuait de le fixer , frémissant sous les caresses qu’il lui causait en touchant ainsi sa poitrine, les touchant sans les regarder et pourtant c’était si plaisant.

Elle sentait sa peau légèrement s’agiter sous ses doigts quand elle toucha son torse qu’il bomba, hum… même s’il ne le laissait pas paraitre, elle lui plaisait. Il désirait jouer à ce jeu? Alors elle s’amusera à jouer à ce jeu du tenter, mais elle ne perdra pas. La vampirette frémit, lâchant un délicieux soupire sous les doigts insistant du serviteur qui passait sur sa peau alors, elle s’en délicha légèrement les lèvres. Son regard continuant de ce faire insistant sur le démoniaque être face à elle. Allez jouer avec elle… Jouer… Amusez-vous, profitez!

Le sadique, le voilà qu’il lui fait se plaisir de la prendre par les cotes, glissant lentement ses manches vers  ses hanches pour s’arrêter, non… Il n’allait pas faire ce qu’elle pensait, dommage… Ses mains retournaient alors derrière sa tête, laissant la vampire là, à le regarder de ce regard remplie de désir, souriant légèrement de cet air tentateur. Il ne voulait pas craquer encore… J’allais devoir me faire bien cruelle dans ce cas… Pour qu’elle craque complètement sous le désire de m’avoir…

« Je ne vois pas de quoi tu veux parler. »

L’innocence, comme c’est mignon de jouer à cela mon mignon… Oui, mon bien mignon Silat. Cela me fait presque penser à moi… Jouer l’innocence pour attirer la proie… Mais ils allaient jouer au même jeu, jusqu’à ce que l’un craque… Arashi voulait que cela soit sa proie qui craque. Doucement ses doigts caressèrent le torse de Silat, restant son corps près de lui pour qu’il puisse ressentir son odeur. Elle l’observa doucement, sa respiration était lente et douce, son regard rivé sur lui. Puis doucement elle ouvrit sa bouche pour laisser un seul mot sortir.

« Silat… »

Son nom, dit avec lenteur et passion. Les doigts de la vampire glissant lentement et tendrement sur le torse du démon qu’elle observait toujours de ses yeux désireux de s’amuser, son corps se collant doucement contre celui de Silat, pour qu’il puisse sentir ses délicieuses formes, le voyant ne pas vraiment refuser ses avances elle le fixa, approchant doucement sa tête de lui du démon. Glissant son front contre lui du démon, leur souffle pouvant s’entre toucher. Elle sourit doucement, un franc sourire qui s’étira de plus en plus.

Elle souffla une deuxième fois le nom du démon de cet air doux et surtout désireur, leurs corps coller, ses doigts sur son torse qui s’aventura alors doucement sur chaque détails de son torse, elle approcha doucement ses lèvres de celle du démon, mais elle ne fit que les effleurés, lui donnant un léger aperçut de son arôme puis recula légèrement sa tête, décollant légèrement son corps de lui du démon.

Sur son visage on pouvait presque lire : Viens chercher ce que tu désires…
Journalisée

Mes Personnages :
01 - Arashi
02 - Kalianna
03 - Valiance
04 - Mïao
05 - Kärnel

Mes demandes de RP
Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 77



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #14 le: Janvier 12, 2015, 01:06:25 »

Le jeune démon avait plus chaud que de raison, et cela ne venait pas que de la température de l’eau. Son sexe avait grossi entre ses jambes élancées, et en s’avançant à peine plus, les deux entrejambes des baigneurs auraient pu se rencontrer.

Pourtant, l’oriental sentait déjà la chaleur enivrante qui émanait du délicat petit fruit d’Arashi. Il parvenait même à en sentir les effluves raffinées, à travers l’eau elle-même. Il rêvait à le lui dévorer avec gourmandise, à la pleine mesure de ses lèvres tendres et joueuses.

Humidifiant sensuellement sa bouche à l’aide de sa langue, le séduisant assassin ne détourna pas son regard des yeux qui l’observaient. L’émeraude précieuse de ses iris s’opposait aux éclats d’or d’Arashi. Il soutenait indécemment ses pupilles avec les siennes, bombant le torse, encore plus de par sa respiration lente et forte.

« Han… » Soupira doucement le bel éphèbe, tandis que glissèrent les doigts de son amante sur les formes sèches et tracées de son buste. « Tu as les doigts doux. » Murmura-t-il en fermant les yeux.

Peu galbés mais magnifiquement ouvragés, les muscles du jeune démon se gainèrent, et il releva un peu plus son torse. S’offrant sans pudeur aux caresses de la Nocturne, l’oriental défit la position de ses bras, pour les passer sur sa propre musculature. Lentement, il descendit jusqu’à son sexe.

Plus chaud encore que l’eau du bain, son membre s’abattit contre le bas ventre de la jeune femme, la chauffant jusqu’au nombril. Une des mains du démon s’empara des jolies fesses d’Arashi, l’approchant de lui. Ses doigts fins mais puissants lui tenaient le cul, sans gêne ou retenue.

« Et le reste de ton corps l’est aussi. »
Souffla-t-il dans un nouveau gémissement,  rouvrant les yeux et caressant tendrement les petites fesses de la Vampiresse. « Je me demande comment sont tes lèvres… »

A ces mots, il s’approcha doucement. Son sexe glissait contre le bas-ventre de la belle rouquine, à mesure qu’il jetait son bassin de haut en bas contre elle, et qu’il l’obligeait à onduler sur lui. Sa bouche se trouva à quelques infimes centimètres de celle de la Nocturne, mais il ne fit rien. Plutôt, son regard se fit plus taquin, et il partit dans le cou de la jeune femme.

Ne faisant montre d’aucune retenue, et d’aussi peu de discrétion, il huma le parfum de son amante. Il en tira chaque note, redécouvrant son propre sens de l’odorat, et les notes capiteuses que dégageait son envoûtante partenaire.

Sa bouche fit sentir la chaleur de ses lèvres, au creux du cou offert. Comme s’il était lui-même un Vampire, le jeune homme fit courir sa bouche le long d’une veine saillante. Touchant à peine Arashi, si délicatement qu’elle ne devait pas savoir si elle sentait alors son souffle ou la pulpe de ses lèvres.

« Mhhh. » Soupira l’assassin en se glissant lentement dans l’eau.

Une main se mit à remonter le long du dos de la jeune femme, approchant son buste. Le baigneur eut alors tôt fait d’apposer un tendre baiser sur la clavicule de son amante. Puis il descendit, méticuleux et lent. Ses mains passaient derrière la Vampiresse, alternant du galbe de ses fesses à la cambrure vertigineuse de son dos.

Silat apposa alors ses lèvres sur le canal qui séparait les deux beaux seins d’Arashi. Sa langue s’extirpa hors de sa bouche, lapant le creux de haut en bas, puis de bas en haut. Son regard remonta vers la jeune femme, et il fit mine de venir l’embrasser, en profitant en réalité pour se redresser. Son sexe chaud et dur le suivit, glissant contre le bas ventre de la jeune femme.

« J’ai un petit jeu à te proposer. » Murmura-t-il en attrapant un sein de la Vampiresse entre ses doigts délicats. « Le premier à toucher le sexe de l’autre, de ses doigts, perd. Le gagnant fait ce qu’il veut de la perdante. »

Bien sûr, la prétention du démon n’avait d’égale que la douceur de ses mains, qui prenaient maintenant les deux orbes de la Nocturne, et les massaient tendrement.
Journalisée




Doublette de Stephen Connor

Tags: demon  vampire  vaginal  bain  
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox