banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 5
  Imprimer  
Auteur Sujet: Run. [Hîra]  (Lu 6364 fois)
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« le: Février 28, 2014, 05:33:54 »

Les nouvelles du poste frontière sud arrivaient, d’habitude, le second jour de la semaine, au moment où le soleil était à son zénith. Stephen, exceptionnellement en déplacement dans son Duché, ne pouvait s’empêcher de se questionner sur les raisons du retard de son officier. La frontière sud n’était nullement sujette aux attaques, étant adjacente à la ville-état de Nexus elle-même.

Et pourtant, le retard du garde chef se faisait de plus en plus évident, alors que le soleil continuait sa descente. La troisième heure de l’après-midi sonnait, lorsque qu’une grande clameur monta depuis la cour du château. Affairé à lire dans son bureau, Stephen fut tout de même dérangé par le brouhaha familier. C’était le cortège des gardes de la frontière sud.

Calmement, Connor ferma son livre, le déposant ensuite sur son bureau, après quoi il quitta la pièce dans une certaine hâte. Un retard du poste frontière était, indubitablement, un phénomène causé par un problème grave, et le Duc s’attendait déjà à apprendre que des rodeurs avaient envahis les bois du sud.

Arrivé dans la cour, face à la suite de chevaux -une demi-douzaine à peu près- Stephen ne fut pas étonné de voir le chef de la patrouille afficher un air inquiet. L’officier descendit de sa monture, pour aller tendre un livret au noble, qui le confia lui-même à son majordome. Un léger silence s’installa, court d’une dizaine de secondes, avant que le garde frontière ne prenne la parole.

« Sieur Belmont. Il y a eu une attaque sur l’une de nos patrouilles, dans la Forêt des Eaux Hurlantes. Une unité de dix hommes a été massacrée, et notre seul survivant est arrivé à rejoindre le chalet du poste frontière pour nous demander de l’aide, avant de mourir d’une hémorragie qu’il trainait depuis des heures. » Commença le garde, anxieux, la parole rapide.

D’un geste nonchalant de la paume, Stephen fit signe à son subordonné de ralentir quelque peu le rythme de ses paroles.  Le noble laissa couler quelques secondes, faisant signe à son majordome d’aller déposer le livret de comptes dans son bureau. Puis, le Duc se concentra de nouveau sur son interlocuteur, lui faisant l’immense honneur de le laisser parler.

Edward, le fameux chef du poste frontière, voila son visage d’un air relativement hébété. Quelques secondes supplémentaires s’écoulèrent, jusqu’à ce que l’homme se décide finalement à reprendre la parole.

« Nous avons toutes les raisons de croire qu’il s’agit d’un rôdeur isolé, vu ce qu’a donné l’analyse du camp où ont été massacrés nos hommes. Nous ne connaissons pas les raisons de cet assaut, mais… » Reprit Edward, visiblement paniqué.

Stephen fronça les sourcils, se raclant la gorge d’une façon bruyante afin de faire taire l’odieux soldat, qui parlait à une vitesse indécente pour les délicates oreilles du noble. Il arriva finalement que tous les hommes, femmes et enfants (et même quelques canards et oies) se turent, ne sachant que trop bien ce que pouvait engendrer une colère du maître des lieux.

Assuré d’avoir le silence, au moins quelques instants, le beau diable épousseta son élégante veste brodée, de bordeaux et de doré. D’un claquement de ses doigts nus, il fit signe à son majordome de s’approcher de lui, et chuchota quelques mots à son oreille, avant de se tourner vers les gardes.

« Messieurs, en ma qualité de chasseur, je vous accompagnerai, afin que nous trouvions le responsable de cette odieuse attaque. Veuillez m’attendre à la sortie du château. » Ordonna le Duc.

Sur ces mots, et sans laisser à la troupe l’occasion de protester, le noble se rendit dans son armurerie, où il se changea. Le démon se revêtit d’une armure de cuir matelassé, de larges bottes de même matière, et d’un pantalon en coton épais, le tout dans des tons marrons.

Pendant ce temps, nul doute que la troupe de garde devait s’interroger sur la santé mentale du Duc. Ils ne savaient probablement pas que leur colossal maître était un combattant aguerri, doublé d’un démon. Peut-être auraient-ils le loisir de constater le premier des deux éléments, si l’assassin de la troupe de gardes se montrait.

Finalement, et au bout de plusieurs minutes, le maître des lieux quitta les lieux, passant par l’écurie pour récupérer un de ses plus rapides chevaux, et rejoindre les gardes. Ensemble, ils rallièrent le sud du Duché, en un peu plus de deux heures. Le soleil mettrait probablement encore cinq ou six heures à se coucher, en cette chaude journée d’été.

Sur place, les gardes expliquèrent au Lord que l’assaut avait eut lieu tôt dans la matinée, et qu’ils avaient pu dépêcher plusieurs équipe pour surveiller les sorties du bois, et s’assurer que personne ne le quitte. Donc, il y avait de fortes chances que le tueur soit encore dans les bois.

Connor remercia son équipe et ordonna à ces derniers de rester sur place, expliquant qu’ils feraient trop de bruit à plusieurs. Dubitatifs, les gardes frontières acceptèrent néanmoins, sans savoir que le Duc ne souhaitait se rendre seul dans la forêt que pour pouvoir utiliser ses dons de démon sans être inquiété de se voir démasqué.

D’un pas lent, l’oreille attentive, Stephen s’aventurait dans les bois. Sachant que ses gardes avaient été tués par des flèches, le Duc s’avançait entre les arbres, imposant des obstacles à un ennemi porté sur la longue distance, et se rendant plus difficilement visible de part sa tenue aux tons marron comme le bois des chênes. De même, il couvrait ses pas avec les bruits des « Eaux Hurlantes », le nom de la bruyante cascade qui résonnait perpétuellement dans la forêt.

« Où te caches-tu… »
Murmura Stephen, à l’affut d’un bruit.

Un attaquant encerclé n’aurait aucun intérêt à attaquer, mais Stephen était entré seul dans la forêt, et le rodeur pouvait espérer le prendre en otage pour fuir les lieux sans craindre les gardes. C’était le but de cette manœuvre. Mais Connor n’avait rien d’un nobliau en quête d’adrénaline, il chassait.
Journalisée

Hîra
Terranide
-

Messages: 124



Voir le profil
FicheChalant
Description
Terranide lapine, la jeune demoiselle à un très fort caractère même si elle ne parle pas très bien la langue des humains. Grâce à un événement elle est devenu une démone. Elle éprouve une grande haine envers les humains pour avoir détruit son village et sa famille.
« Répondre #1 le: Février 28, 2014, 09:54:31 »

Du sang qui coulait sur une lame voilà un début de matinée fort intéressant, la lapine s’en était prit à un garde qui voulait la chasser de la forêt au nom d’un humain, Hîra ne se souvenait plus de son nom, sa ne l’intéressait guère il fallait dire. Enfin, il ne fallait pas contrarier la lapine, ni même la menacer, l’humain avait du le comprendre quand il se fit trancher la gorge, Hîra était vite partie se cacher dans les arbres car d’autres gardes étaient arrivés. La matinée allait être mouvementée, la lapine se cachait dans l’ombre des arbres, avec sa peau mate et son armure noire elle passait presque inaperçu quand on n’était pas habitué. Armée de son arc, elle décima une 10eine d’hommes, se faisant silencieux et précise il était facile pour elle de les descendre. En même temps les gardes, ne se fait pas discret criant à tout bout de champs, bougeant s’en arrêt les branches et les buissons il était facile de les repérer.

Les flèches fusèrent pendant un certain temps et puis plus un bruit. Hîra les avaient tous tué à part un qu’elle avait laissé en vie, il était jeune et pleurait sa mère la lapine avait eu pitié, juste un peu car avec la blessure qu’il avait il n’allait pas tarder à mourir. Sans le savoir l’homme arriva quand même à signaler la présence de la lapine, Hîra pensait qu’elle était maintenant tranquille pour la journée et qu’elle allait pouvoir se pré lacer un peu. Prêt de la cascade, elle put boire un peu d’eau et même se laver un coup. La lapine enleva son armure pour plonger dans l’eau et s’amuser avec la cascade.

Il était par moment de se détendre, de profiter et d’oublier tout les problèmes qui l’entourait. La lapine se sentait mal sur ces terres, depuis qu’elle était arrivée chez les humains rien ne c’était passé comme prévus, le sang coulait à flot sa ne déplaisait pas à Hîra mais par moment il fallait savoir se reposer. Elle barbota pendant un bon moment avant de sortir se posant nue sur un large caillou pour se faire sécher et s’étaler de tout son long car la lapine était grande 1m85 sans compter les oreilles bien sur. Et il fallait aussi dire que la lapine n’avait pas de serviette pour s’essuyer il fallait donc faire avec les moyens du bord, en même temps elle avait l’habitude.

Une fois sèche elle remit son armure noire qui lui protégeait les bras, le dos, les hanches, la poitrine et le bas ventre. Cette armure ne lui protégeait que très peu le corps il est vrai, car elle se promenait les fesses à l’air, mais elle était très pratique pour se mouvoir, elle ne bloquait en aucun cas les mouvements. Pour finir elle protégea ses jambes, cuisses et sa tête en mettant son casque. Bon il fallait continuer sa quête à présent, la lapine se dirigea alors vers la sortie et surprise ! Des gardes étaient présents, la lapine se mit à courir vers une autre sortie, mais c’était exactement la même chose. Les gardes avaient du boucher toute les sorties… Il n’allait pas rester là éternellement, Hîra décida donc de ne pas foncer dans le tas car il y avait quand même un peu beaucoup de mon et d’attendre la nuit pour partir discrètement.

La lapine resta donc dans la forêt à chercher de la nourriture pour plus tard, mais une odeur lui piqua le nez, des humains arrivaient tout prêt d’elle. Hîra se mit à courir dans la direction opposée pour prendre un peu de distance et pouvoir observer tranquillement. Ce n’était pas des humains déjà mais un seul, imposant, il savait se déplacer s’en faire de bruit. Hîra attrapa son arc et se mit à visé, mais elle ne trouvait pas le bon moment pour décocher sa flèche il y avait toujours des obstacles devant l’humain, il faisait exprès sa ne pouvait être de la chance. La lapine accrocha alors son arc dans son dos, il fallait l’attaquer au corps à corps…

Il fallait faire attention cet homme n’était pas comme les autres, ne pas attaquer de face le prendre par surprise. La lapine fit un long détour pour pouvoir se retrouver dans son dos, petit à petit elle se rapprochait de sa proie. Confiante la lapine se déplaçait avec légèreté, préférant rester dans les coins obscurs, ses oreilles étaient à l’affut et ses yeux restaient fixés sur l’homme pour discerner un changement de comportement.  Hîra était à un peu plus d’un mètre de l’humain, c’était le moment. La lapine se mit à courir vers l’humain, arriver derrière lui elle lui donna deux franc coups de pieds dans les genoux pour qu’il tombe justement à genoux. Toujours dans son dos, Hîra sortie rapidement de son armure une petite dague, qu’elle colla contre la gorge de l’humain à genoux, plaquant son buste dans son dos elle avait une bonne position pour le dominer.

L’homme n’avait pas encore vue la nature d’Hîra, il ne savait même peut-être pas qu’il avait affaire à une femme, femme aux attributs d’animaux certes, mais femme quand même. Doucement elle se pencha pour coller sa bouche contre l’oreille de l’homme pour lui murmurer quelques mots et ne pas attirer d’autres personnes dans les environs.

« Pas de bruits humain ! Dis-moi comment sortir et je ne tue pas… »

Hîra allait peut-être sortir plutôt que prévue de cette forêt, enfin c’est ce qu’elle croyait.
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #2 le: Mars 01, 2014, 03:07:09 »

Stephen n’était pas dans la même situation que ces abrutis de gardes. Il avait des informations vitales, qui lui permettaient de gérer la situation avec quelques coups d’avance. Par-dessus le marché, c’était un manipulateur hors pairs, et il avait quelques atouts secrets, que son adversaire aurait tout le loisir d’éprouver.

Nul doute que si le beau diable se serait montré bien plus motivé, s’il avait été au courant de l’identité de la personne qu’il traquait. Fort heureusement pour la tueuse, le monstre ignorait tout de la présence d’une sublime hybride dans la forêt des Eaux Hurlantes.

Pour l’heure, le Duc se déplaçait avec précautions entre les arbres, prenant grand soin de faire aussi peu de bruit que possible. Le rôdeur que recherchait Stephen était évidemment une personne douée à l’arc, et quelqu’un de très observateur. Car si une flèche ne pouvait réellement tuer une créature infernale, elle pouvait le blesser suffisamment pour le contraindre à rentrer en Enfer.

L’odorat surdéveloppé du démon n’aurait d’ailleurs pas dû lui permettre de se faire prendre en embuscade par l’intruse, mais le monstre était trop distrait par les diverses odeurs florales pour réagir. Arrivée par surprise, Hîra parvint à attaquer le monstre dans le dos. Ce dernier ne fléchit pas, mais décida de se laisser tomber au sol. Il fallait absolument que l’assaillant pense avoir le dessus, au moins un court instant.

« Une femelle. » Constata Stephen, amusé.

Oh oui, il n’avait pas besoin de se retourner, il le sentait. C’était la délicate fragrance d’une femme qui montait à ses narines. Et, à en juger par le délicat corps gracieux qu’il pouvait sentir contre lui, au travers de son armure de cuir, le mâle n’eut guère besoin de plus pour comprendre que celle qui l’attaquait avait un corps tout à fait délicieux.

De plus, l’odeur de cette personne n’était pas commune, et certainement pas humaine. Si c’était une Terranide, le Duc se ferait un plaisir de la dresser. Lui qui avait toujours manqué les jours où il travaillait comme mercenaire, il allait enfin avoir le loisir de dresser une parfaite petite esclave.

Stephen frissonna, confronté à la délicieuse sensation d’une bouche pulpeuse contre son oreille. Cherchait-on réellement à le dominer, ou plutôt à lui donner envie de dominer ? Dans tous les cas, cette gracieuse jeune femme finirait au bout d’un chibre, et cela, le monstre en était persuadé. Lentement, il se redressa.

« Tu es plutôt grande, ma belle. » Murmura le démon, tournant légèrement son visage. « Je ne ferai pas de bruit, puis-je me lever ? » Demanda-t-il, la voix sereine.

Il put sentir les lèvres de Hîra glisser sur son oreille, sur sa joue et contre sa pommette, alors que sa tête tournait vers le coté. Un des yeux du beau diable put capter quelques bribes des traits composant l’agréable visage de la lapine. Elle semblait absolument magnifique. Le mâle ne put également s’empêcher de remarquer que cette Terranide était d’une taille conséquente.

La jeune tueuse faisait une dizaine de centimètres de moins que son otage. Cela était impressionnant, mais encore plus pour une femme. De plus, la belle hybride semblait relativement forte. Un sourire naquit sur les lèvres du maître. Il allait prendre un grand plaisir à briser cette ravissante femelle. D’une voix douce, le monstre prit la parole.

« Je peux t’aider, il y a un point qui n’est pas surveillé. Derrière la cascade, il y a une grotte cachée, qui mène à un système sous-terrain. Ce dernier a plusieurs sorties dans les champs. C’est un genre de grand terrier, mais il n’y a personne d’autre que moi qui sait comment l’emprunter, car je suis garde-chasse ici. » Mentit le monstre, parfaitement crédible.

Car c’était un odieux mensonge, qui avait une raison. Pour passer la cascade, la lapine devrait se séparer du monstre, afin de nager. Au moment où elle relâcherait sa garde, il attaquerait, en la frappant assez fort pour qu’elle soit sonnée et incapable de réagir, le temps qu’il la désarme.

« Allons-y. » Souffla le démon, ayant hâte de faire payer sa témérité à la sublime créature.

La briser, la déshabiller, la limer. Stephen n’avait pas encore vu son beau corps et son doux minois, qu’il ne pensait qu’à abuser de Hîra.
Journalisée

Hîra
Terranide
-

Messages: 124



Voir le profil
FicheChalant
Description
Terranide lapine, la jeune demoiselle à un très fort caractère même si elle ne parle pas très bien la langue des humains. Grâce à un événement elle est devenu une démone. Elle éprouve une grande haine envers les humains pour avoir détruit son village et sa famille.
« Répondre #3 le: Mars 03, 2014, 01:38:25 »

La dague était toujours contre le cou de l’homme, quand il prit la parole, parlant déjà d’Hîra pour demander ensuite s’il pouvait se lever s’en faire de bruit. Il avait pas intérêt de faire de bruit de toute façon sinon il allait se faire couper la gorge, mais la lapine n’affectionna pas comme il lui avait adressé la parole, comme pouvait-il lui dire femelle et ensuite ma belle. Mais la suite fut un peu plus intéressante, il lui expliqua enfin comme sortir d’ici, il suffisait d’aller faire la cascade où elle c’était baignée un peu avant, elle connaissait donc le chemin pour y aller, ensuite il fallait aller sous terre, sa n’inspirait pas vraiment la lapine, mais elle n’avait pas vraiment le choix…

Hîra décolla sa bouche de l’oreille de l’humain, elle garda sa dague prêt de son cou, alors que son autre main alla délicatement dans la chevelure de l’homme, mais ce n’était pas pour lui faire des petites caresses amicale. La lapine ferma sa main sur les cheveux de l’humain, fermement, une poigne forte, elle lui tira en même temps la tête en arrière pour le redresser, le remettre debout, toujours coller dans son dos pour qu’il ne puisse presque pas bouger, d’une voix toujours amer elle reprit la parole, sa mains toujours accrochée à sa chevelure elle lui secoua brusquement la tête de droite à gauche.

« Ne m’appelle plus femelle, ni ma belle. Je ne suis pas à toi, ne fais pas le fier… Car, en ce moment on pourrait bien dire… Que tu es ma petite chienne. Compris ! »

La tête de l’homme arrêta alors de bouger, la lapine avait du caractère et le montrait bien, en même pas deux secondes cet homme l’avait énervé, comme tout les humains il se croyait au dessus de tout. Mais ce qui choquait le plus la terranide c’est qu’il ne semblait pas avoir peur, il n’avait même pas supplié qu’elle ne le tue pas, tant d’humains auraient demandé de la pitié, son cœur ce n’était même pas accéléré, c’était vraiment simple, trop simple. La lapine le sentait mal, aussi bien l’homme que le plan qu’il venait de proposer pour sortir d’ici. Toujours dans la même position elle commença à avancer vers la cascade qui n’était pas très loin, mais en chemin elle en profita pour lui poser quelques questions pour essayer d’éclaircir la situation.

« Pourquoi ai tu seul ici humain ? J’ai tué beaucoup des tiens et toi tu viens seul défendre les terres de ton chef… S’il t’envoi tu dois être fort, mais tu ne bouges pas… Il à confiance et toi tu me conduis à la sortie, tu le trahis… Pourquoi ? »

Les deux êtres étaient bientôt à la cascade ce n’était pas loin du tout, on pouvait déjà l’apercevoir, la lapine restait sur ses gardes, il n’y avait pas l’air d’avoir d’autres humains dans les environs, car oui l’homme qu’elle tenait aurait pu monter une embuscade, mais non il était bien tout seul. Hîra arriva devant la cascade, elle se rappela que l’humain avait dit qu’il fallait prendre un chemin derrière la cascade, sauf que pour y aller il fallait nager apparemment… Nager avec son armure, c’était presque impossible il fallait bien l’avouer, elle pouvait facilement se mouvoir sur la terre ferme, mais dans l’eau l’armure se faisait lourde à traîner et surtout pour nager elle devra lâcher l’humain. Une longue grimace s’afficha sur son visage heureusement que l’homme qu’elle tenait de pouvait pas la voir à ce moment précis, mais pour être bien sur elle lui posa quand même une question.

« Pour aller derrière le mur d’eau… Nous devons nager ? »

Dans tout les cas sa n’allait pas coller si la lapine devait nager, si Hîra partait la première l’humaine pourrait s’enfuir ou tout simplement l’attaquer, si l’homme y aller le premier il pourrait l’attendre de l’autre côté pour encore une fois l’attaquer et si Hîra allait en même temps que l’homme dans l’eau il allait avoir l’avantage. Hîra avait raison sa semblait beaucoup trop simple…
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #4 le: Mars 03, 2014, 05:40:40 »

La petite lapine avait de la hargne à revendre, beaucoup. Visiblement, elle ne devait pas encore connaître sa place en ce monde, mais le démon s’arrangerait pour la lui rappeler. En temps normal, Stephen serait allé jusqu’à user de magie noire pour incinérer le civet sur pattes, sur place. Mais elle avait quelque chose de fascinant, et le maître avait bien des projets pour elle.

De ce qu’avait pu voir le Duc, cette femelle était magnifique. Aussi avait-il hâte de pouvoir mieux contempler le corps qu’elle possédait. Taisant sa colère, le monstre se permit tout de même de grogner, gainant un instant ses muscles, en signe de réprobation, mais sans attaquer. Cette petite salope aurait droit à un dressage dans les règles.

Face aux interrogations de la tueuse, le mâle resta relativement silencieux, l’espace d’un instant. S’il voulait jouer le rôle qu’il s’était attribué, autant le faire avec brio, et une touche de panache vigoureux. Alors que les deux entamaient leur marche vers la cascade, Connor entreprit de répondre aux questions posées.

« Je suis venu seul parce que les autres n’auraient fait que me ralentir. » Expliqua simplement le monstre. « Et tu te serais cachée si une armée avait organisée une battue, or en venant seul je savais que tu viendrais à moi. »

Je ne pensais pas que tu réussirais à m’avoir par surprise, songea également le monstre, grommelant un peu. Mais à vrai dire, cela ne changeait pas grand-chose. Que la lapine ait gagné le jeu de la discrétion était tant mieux pour elle, mais ne faisait que retarder sa sentence. Encore pire, cela aggravait grandement son cas, et elle pouvait se montrer certaine que Stephen lui ferait payer ses gestes.

« Je ne sais pas si le noble qui me dirige compte vraiment sur moi, il m’envoi plutôt à l’abattoir. » Rétorqua Stephen, cachant son amusement pour ses propres paroles. « Pour te répondre, je préfère rester en vie, et ma meilleure chance de m’en sortir, c’est de t’indiquer le chemin. »

A dire vrai, Stephen ne mentait pas sur ce point là. Ou tout du moins, il ne mentait pas entièrement. N’importe qui dans une situation comme la sienne aurait bien compris que la seule échappatoire se trouvait dans une collaboration. Sans otage, Hîra serait assiégée jusqu’à l’organisation d’une battue dans laquelle elle mourrait probablement. Et s’il la menait droit vers un piège, le « garde-chasse » serait exécuté.

Le démon haussa alors un sourcil. Evidemment, la lapine n’était pas idiote, et elle se doutait bien du fait qu’il lui faudrait délaisser sa surveillance sur Stephen, à un moment donné.

Nager n’était pas la seule option, mais c’était clairement la moins dangereuse et la plus rapide. Il était également possible d’emprunter les rochers qui bordaient le sommet de la cascade, et d’en descendre. Mais la roche humide était une bien piètre plateforme, et même ainsi, une descente impliquait qu’Hîra relâche son attention et son arme de sur son guide.

« Ma belle… » Il insista volontairement sur ces mots. « Tu n’auras pas d’autre choix que de t’éloigner de moi, à un moment. Mais tu peux compter sur le fait que je n’ai plus d’arme. » Expliqua simplement le faux mercenaire. « Et tu es visiblement une archère douée, vu comme tu avais criblé dix hommes de flèches. Même si je tente de fuir, la zone de la clairière est dégagée, et tu m’auras d’une flèche. » Continua-t-il. « Et je suis le seul à connaître les passages derrière la cascade. »

Stephen ne mentait pas non plus sur ce plan, il connaissait bien les grottes des Eaux Hurlantes. C’était d’ailleurs la résonnance de ces cavernes, derrière la cascade, qui donnait ce bruit étrange lors des pluies. A vrai dire, le système était si vaste qu’une des sorties menait à un poste de gardes, à trente minutes d’ici. Mais le Duc n’allait pas emmener sa proie là-bas. Il allait attaquer par un autre angle.

« La seule chose à faire, c’est de ne pas laisser ma lampe à huile prendre l’eau. Elle est dans la sacoche que je porte, nous en auront besoin dans les cavernes. Si ça te convient, tu peux laisser ta dague sur mon cou et me fouiller, comme preuve que je n’ai pas d’armes. »
Proposa le démon.

Tu ne perds rien pour attendre, petite garce.
Journalisée

Hîra
Terranide
-

Messages: 124



Voir le profil
FicheChalant
Description
Terranide lapine, la jeune demoiselle à un très fort caractère même si elle ne parle pas très bien la langue des humains. Grâce à un événement elle est devenu une démone. Elle éprouve une grande haine envers les humains pour avoir détruit son village et sa famille.
« Répondre #5 le: Mars 03, 2014, 07:53:26 »

Les paroles de l’homme avaient du sens, même si à la place de celui-ci Hîra ne se laisserait pas faire et mettrait sa vie en jeu pour protéger son maître, enfin la lapine ne savait pas qu’elle avait affaire au maître des lieux en personne. Il y eu juste un petit bémol dans tout ce qu’il venait de dire… Ma belle, décidément il n’avait pas vraiment compris les paroles de la terranide juste avant, elle grogna un instant, elle n’allait pas laisser passer ça. L’homme était bien conscient aussi qu’elle le laisserait bouger pendant qu’il passerait la cascade, et sa ne la mettait pas trop en confiance pour la suite des évènements, il se mordilla la lèvre pendant un instant écoutant à peine le sujet de la lampe à huile, car bon elle s’en fichait un peu car Hîra pouvait voir dans le noir.

Elle laissa un petit temps de silence ne savant pas quoi faire, le sujet de nager l’inquiétait vraiment, dans tout les cas elle pouvait se retrouver à la merci du garde-chasse, mais dans quel cas c’était le moins pire. Passer la première pour que l’homme se jette ensuite dans l’eau pour la noyer ou le laisser passer en premier et attendre qu’il aille en face pour y aller. Mais il pourrait la rejoindre dans l’eau… Quel dilemme, Hîra avait beau tourner le problème dans tout les sens il y avait toujours un problème, il fallait choisir une solution et vite. La lapine soupira alors, lâcha la chevelure de l’homme pour lui arracher la sacoche qu’il portait pour la jeter par terre, Hîra passa grossièrement sa main sur le corps de l’homme pour vérifier qu’il n’avait pas d’arme et c’était le cas.

« Bon… » Commença telle « J’accrocherai ton sac à une flèche et je viserai pour qu’il aille prêt du mur d’eau, ta lampe sera sèche. » Hîra menaçant toujours l’humain s’approcha prêt du rebord un pas de plus et il y avait l’eau. « Tu iras dans l’eau le premier, à la moitié de la nage je viendrais. Ne fuis pas dans la grotte… » La lapine ne lui expliqua pas que s’il fuyait seul dans la grotte, elle n’irait pas le chercher car à ce moment elle saurait très bien que se serait un piège et elle ferait demi tour pour retourner dans la forêt. « Ne fais rien de mauvais humain… »

La lapine attendit un petit instant, elle lui attrapa de nouveau les cheveux mettant sa tête en arrière, le regardant de ses yeux rouges, et dans un grognement elle sortie : « Je ne suis pas ta belle, sale chienne ! »  Au même moment, Hîra retira sa dague, lui lâcha les cheveux pour lui donner un violent coup de pied dans le dos et ainsi le pousser dans l’eau par surprise.

« Allez nage vite ! » Ordonna part là suite la lapine.

En attendant qu’il arrive à la moitié du trajet, Hîra se prépara elle rangea sa dague à l’intérieur de son armure à la place prévu pour, ensuite elle enleva son arc et son carquois de flèche de son dos, elle attacha la sacoche de l’homme à une flèche pour l’envoyer de l’autre côté comme elle l’avait dit plutôt. Ensuite elle prit le tout à la main sa n’allait pas être facile pour nager mais sa allait éviter qu’Hîra soit gênée et que ses flèches aillent se promener dans l’eau se serait pas le moment. La lapine attendit alors que le garde-chasse soit à la moitié du chemin pour s’avancé prêt du rebord, le moment qui la rassurait le moins.

« J’y vais continu à nager » Dit-elle à l’humain.

S’il s’arrêtait pour attendre l’hybride, la lapine arrêterait de nager directement. Le moment le plus délicat sera à la sortie de l’eau car l’homme l’attendra. Hîra sauta alors du rebord pour plonger, tenant son matériel à la main se n’était pas simple, et son armure l’entrainait vers le fond pourtant elle résistait se forcent à nager pour rejoindre la cascade…
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #6 le: Mars 04, 2014, 01:50:20 »

Hîra n’était pas née de la dernière pluie, et Stephen aurait sûrement pu la voir comme une adversaire de taille, si elle n’était pas aussi énervante. Oh, nul doute qu’en d’autres circonstances, le beau diable aurait courtisé la jeune femme avec fougue. Mais la rencontre entre ces deux monuments d’égo ne s’était pas vraiment amorcée dans un cadre idyllique.

Le coup de la lapine extirpa le Duc de sa rêverie, et l’espace d’un instant, le noble s’imagina en train d’égorger la sale petite garce. Qui se ressemble s’assemble parfois, mais Hîra était vraiment aussi dominante et insupportable que Connor, à tel point que l’attraction devenait aversion. Salope.

Rapidement, et alors qu’il titubait dans l’eau, l’homme analysa les alentours, observant également celle qui l’avait capturé. Une Terranide, dotée d’oreilles de lapin. Elle avait un physique svelte, plutôt athlétique, et une grande taille, que le colosse avait déjà pu constater. Il ne devait faire qu’une dizaine de centimètres de plus que la jeune femme, ce qui était une rare occurrence.

Silencieux, le démon commença à nager. L’eau devenait relativement profonde, et il était assez compliqué de traverser le petit lac autrement qu’en nageant.

Ne rétorquant pas face aux instructions sévèrement attribuées par la chasseuse, le faux garde continua sa route, nageant à son rythme. La situation était assez avantageuse pour que Stephen se permette de réfléchir un peu, quitte à perdre du temps.

Par chance, le démon avait pu cacher sa maîtrise avancée de la magie à son ennemie. Peut-être la lapine elle-même était-elle magicienne à ses heures perdues, mais cela semblait peu probable. Aussi le Duc se pliait-il aux exigences de la jeune femme avec une grâce tout à fait étonnante.

« Allons, tu as peur de te baigner ? L’eau est plutôt bonne, pourtant. » Nargua le monstre, sans arrêter de nager.

L’eau était même à température parfaite. Stephen avait tout le loisir de le constater, assuré qu’il n’était pas trompé par l’épaisseur de ses vêtements. Voilà d’ailleurs qui lui donnait une idée excellente pour la suite du programme. A bien y réfléchir, la situation présentait un si grand nombre d’avantages que le Duc pourrait certainement rebondir malgré n’importe quel coup dur.

Etrangement obéissant, l’homme ne cessa point sa course aquatique, même lorsque la lapine, dans une bien complexe situation, joignit le lac. Même si Stephen n’avait pu s’empêcher d’observer fort avidement le corps somptueux de la belle Hîra. Faire payer son excès de confiance  à cette Terranide serait un régal, un régal que n’osait imaginer le monstre.

Rapidement, le démon acheva sa course, pour grimper sur les pierres. Il se tourna, observant un instant la sublime jeune femme. Aucune malice ne pouvait se lire dans les yeux du mâle, qui se pencha en avant, s’accroupissant, comme pour faire croire qu’il attendait la lapine et souhaitait l’aider à monter. Se montrant le moins suspect possible, le beau diable se mit à psalmodier quelques paroles.

Des incantations dans une langue ancienne, de la magie noire. Que faire ? Solidifier l’eau autour de la lapine pour l’encastrer dans un bloc de glace ? Utiliser un sortilège de paralysie pour la clouer en l’état ? Non, c’était beaucoup trop barbare. Et puis, pour ce qu’avait Stephen en tête, il faudrait bien que la jolie lapine ait les moyens de gigoter, onduler et se frotter.

« Allez, grimpe. »
Murmura le beau diable à l’attention de la tueuse.

Sur ce, il lui tendit la main. Bien évidemment, le monstre était penché sur la seule plateforme qui permettait de remonter sur les bords de la cascade. Autrement dit, le fait que Stephen prenne cette place faisait que Hîra était obligée de prendre la main tendue du Duc, pour avoir la moindre chance de monter. Elle aurait le loisir d’apprécier la taille massive de cette grande paluche caleuse, cette main masculine.

Avant qu’elle ne finisse par s’aplatir sur son délicieux cul. Tôt ou tard.
Journalisée

Hîra
Terranide
-

Messages: 124



Voir le profil
FicheChalant
Description
Terranide lapine, la jeune demoiselle à un très fort caractère même si elle ne parle pas très bien la langue des humains. Grâce à un événement elle est devenu une démone. Elle éprouve une grande haine envers les humains pour avoir détruit son village et sa famille.
« Répondre #7 le: Mars 04, 2014, 03:34:26 »

L’homme fit une petite remarqua marrante à son goût se qui ne fit pas du tout rire Hîra, il savait très bien qu’elle n’était pas sur de son coup à 100%. La lapine continuait de nager derrière l’homme, elle de son côté était entrain de galérer fortement avec son armure et sa main prise, elle serait beaucoup mieux perchée dans un arbre à se remplir le ventre de baie. Le seul point positif de cette histoire c’était que le garde-chasse avait l’air de bien coopérer avec la lapine, Hîra le vit se hisser sur le rebord et il ne chercha même pas à fuir, il l’écoutait bien dit donc, tout allait peut-être bien se passer finalement.

La lapine continuait sa nage pour le moyen chaotique pour atteindre le rebord, si elle aurait su elle ne se serait pas baignée toute à l’heure, trop d’eau dans la même journée. Elle s’arrêta quand même un instant regard l’homme se mettre sur le rebord, attendant l’arrivé de l’hybride, la lapine hésita un instant que faire continuer d’avancer ou reculer… Avancer bien sur elle n’avait pas fait tout cela pour rien maintenant qu’elle était dans l’eau, Hîra se remit alors à avancer sur ses gardes, elle ne vit pas l’homme marmonner trop occupée à se dépatouiller, de toute façon mais si Hîra aurait vu quelque chose elle ne l’aurait pas entendu, la cascade faisait trop de bruit et elle avait de l’eau dans les oreilles… Trop grande oreilles pas fait pour nager, à la base les lapins sa vie sur la terre ferme.

Enfin elle arriva vers le rebord, elle pensa que l’homme allait se reculer, mais non il lui tendit la main pour l’aider à grimper, elle soupira un instant pensant qu’il allait bouger quand même… Elle se trompait, cette grande main lui faisait signe, Hîra n’aimait pas qu’on l’aide il aurait du s’en douter avec le peu qu’il avait vue en chemin surtout de l’aide venant d’un humain. A contre cœur la lapine attrapa la poigne du garde de chasse pour se hisser hors de l’eau, tout de suite toute l’eau qui se trouvait dans sa cuirasse se déversa sur le sol, il n’y à pas à dire elle se sentait de plus en plus légère et pouvoir se mouvoir à nouveau comme elle le souhaitait lui faisait du bien.

La lapine posa alors sa main sur l’épaule du garde-chasse afin de le pousser de son chemin, pas un merci rien du tout, Hîra l’ignora complètement, elle se dirigea alors vers la flèche qu’elle avait tiré peu de temps avant pour reprendre la sacoche de l’humain et lui donner sa fameuse lampe à l’huile, de son côté elle rangea sa flèche dans son carquois. Pas le temps de se sécher, même si le fait d’être trempé dérangeait fortement la lapine car il n’était pas bon pour son armure d’être mouillée ni pour elle en même temps car il allait surement faire très froid dans cette grotte, ils avaient encore du chemin à faire. Hîra se tourna ensuite vers l’homme pour reprendre la parole et signaler qu’il fallait se remettre en route.

« Passe devant je te suis ! »

La lapine lui fit un signe du bras pour l’invité à passer sous la cascade, elle ne connaissait pas le chemin maintenant il était donc plus simple de laisser l’homme se mouvoir comme il le souhaitait que d’être sous le contrôle d’une personne, c’est pourquoi Hîra ne l’attrapa pas comme toute à l’heure. Mais, sa ne l’empêcherai pas d’intervenir en cas de problème, elle n’était pas bien loin juste derrière lui sur ces pas, armée de nouveau de sa dague.

« Je te rappel… Pas de ma belle... »

Car maintenant ce n’était pas l’eau qu’il allait goûter, mais la terre et les cailloux qui se trouvait dans la grotte…
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #8 le: Mars 04, 2014, 03:07:09 »

La main tendu, le mâle attendait que la lapine lui serre la main. Peut-être aurait-elle voulu l’éviter pour trouver un autre moyen de grimper, mais l’entreprise aurait été compliquée, une perte de temps inutile. En effet, Hîra devait bien se douter que la petite armée qui attendait à l’extérieur de la forêt ne tarderait pas à l’investir. Il fallait faire vite, pour échapper aux gardes.

Ce fut avec un sourire faussement avenant que le monstre serra la main féminine de la lapine dans sa grande paluche. La poignée rapide laissa quelques instants à Stephen, pour qu’il profite du contact délicat des doigts de son ennemi. Elle avait une paume très douce et lisse, agréable à tenir et caresser, tout l’inverse des mains amples et rugueuses du démon.

Un sourire vint à orner les lèvres du démon, lorsqu’il referma sa prise sur les doigts de la jeune femme. En quelques instants, le beau diable venait de retourner la situation. Il avait hâte de commencer à mettre à l’épreuve la fierté abusive de cette sale petite Terranide mal dressée. D’un coup franc, le Duc remonta la lapine sur les rochers bordant la cascade.

Oh, il n’attendait pas de remerciement. Il était parfaitement d’accord avec l’idée qu’Hîra continue son petit manège. Stephen lui-même adorait le coté théâtral de la prestation offerte par la jeune femme. La pièce amorçait d’ailleurs un nouveau rebondissement.

Pourtant, le mâle n’agit toujours pas,  observant simplement le creux de sa main après avoir relevé la lapine. Un sourire vint à orner les lèvres du monstre, alors qu’il constatait que son sort avait porté ses fruits.

L’espace d’un instant, le monstre avait imprégné sa main d’un sortilège d’obéissance. C’était là un acte de magie noire, très avancé et compliqué à utiliser. Tellement que le mâle ne pouvait l’utiliser à distance, et se devait d’imposer un contact prolongé à sa proie. Et il avait réussi, en proposant une fausse aide à Hîra. Celle-ci le somma d’ailleurs de prendre sa lampe à huile et de les guider.

« Très bien. » Acquiesça le noble. « Suis-moi. »

A ces mots, Stephen alluma sa lanterne. La force d’éclairage de l’objet était colossale, et compensait largement les difficultés qu’avait le démon à voir dans le noir, sous sa forme humaine.  Le système était relativement large, la taille des conduits ne laissant pas la place à une quelconque claustrophobie. Par contre, l’endroit était particulièrement propice à la confusion.

Labyrinthique était le mot qui définissait le mieux l’ensemble des grottes. A chaque embranchement, un nouveau chemin apparaissait. Certains ne menaient visiblement nulle part, alors que d’autre pouvaient terminer dans d’autres caves, à des dizaines de lieues.

Et Stephen était loin de connaître chaque recoin rocailleux. Mais, il avait ses pouvoirs de son coté, et l’usage constant d’une magie noire lui permettait de se repérer.

Où fallait-il sortir, alors ? Sans doute serait-il judicieux de se rendre dans un endroit assez éloigné de la civilisation, pour qu’Hîra ne tente pas de fuir immédiatement. Les plaines de Northcliff semblaient toutes indiquées. Un endroit libre et sauvage, mais qui offrait peu d’opportunités de fuites, et dont la sortie ne se trouvait qu’à vingt minutes d’une auberge.

Pendant vingt minutes, le monstre guida alors silencieusement la lapine à travers le terrier. Petit à petit, le sol de rochers se faisait sol de terre. Une terre légèrement humide, signe qu’elle menait bel et bien aux plaines vertes de Northcliff. Un sourire vint à orner les lèvres du démon, alors qu’il éteignait sa lampe, finalement accueilli par la lumière du jour.

« Nous y sommes. »
Expliqua simplement le Duc.

La sortie était en ligne droite, Un colossal trou de terrier creusé par des créatures gigantesques qui avaient probablement déserté les plaines des années auparavant. La bosse du terrier créait une bonne assez conséquente sur les étendues vertes, autrement plates à des lieues alentours.

Un instant, le monstre et la Terranide purent profiter des doux rayons du soleil. Il faisait toujours aussi bon, et Stephen allait enfin pouvoir commencer à sécher. Lentement, l’homme se retourna vers Hîra, souriant.

« Maintenant, tu vas me suivre, sale chienne. » Grogna Stephen, insistant sur les derniers mots. « Ne t’avise pas de sortir la moindre arme. Au moment où tu as serré ma main, j’en ai profité pour t’y coller un petit sortilège. »

Pour prouver ses dires, l’homme fit ressentir une colossale douleur à la lapine. Ce devait-être l’équivalent d’être étouffée tout en se trouvant parcourue de violents spasmes causés par une électrocution majeure. D’un pas calme, le démon s’approcha un peu plus de la future chienne.

« Le sort peut sentir la moindre hostilité, la moindre résistance. Dès que tu voudras désobéir ou m’attaquer. Hop. » Et à ces mots, une nouvelle décharge suffoqua et foudroya Hîra. « Maintenant, petite pute, tu vas me suivre jusqu’à l’auberge, bien gentiment. »
Journalisée

Hîra
Terranide
-

Messages: 124



Voir le profil
FicheChalant
Description
Terranide lapine, la jeune demoiselle à un très fort caractère même si elle ne parle pas très bien la langue des humains. Grâce à un événement elle est devenu une démone. Elle éprouve une grande haine envers les humains pour avoir détruit son village et sa famille.
« Répondre #9 le: Mars 05, 2014, 03:21:46 »

Gentiment et sens dire un mot les deux individus entrèrent dans la grotte derrière la cascade, la lampe de l’humain éclairait plutôt bien, même très bien il fallait bien le dire, la lapine marchait toujours derrière le garde-chasse, elle regardait à droite à gauche les murs espérant bientôt sortir de cette endroit. A contrario des lapins, Hîra n’aimait pas être sous terre, elle n’avait pas peur juste un peu d’angoisse de se faire enterrer vivant suite à un effondrement par exemple.

La marche à grand regret dura un bon moment, mais quand la lumière du jour arriva, Hîra ne put qu’afficher un grand sourire, enfin elle allait être libre et tranquille plus pourchasser par les soldats de cette forêt qui appartenait à un homme important, comme beaucoup par ici. Pourtant avant de filer, la lapine avait bien une chose en tête tuer le garde-chasse, oui il avait vue son visage et pourrait ensuite chercher les autres gardes, la décrire et toute cette histoire pourrait aller très loin, Hîra pensait donc l’exécuter après qu’elle soit sur d’être en sécurité.   

Le soleil faisait tellement de bien, il réchauffait son corps, elle prit alors une grande bouffé d’air frais, mais elle manqua de s’étouffer aux dire de l’humain. Sale chienne qu’il venait de l’appeler, Hîra se mit à voir rouge, décidément il avait la mémoire courte celui-là, la lapine allait le frapper quand il commença à parler d’un sortilège.

« Un sortil… »

Elle n’eu pas le temps de finir sa phrase, que la lapine s’écroula par terre, elle voulu hurler à la mort, mais aucun son ne sortait de sa bouche grande ouverte, Hîra se tortillait dans tout les sens sous la douleur et d’un coup la pression que son corps ressentait se calma, toute la douleur venait de la quitter, mais Hîra resta au sol se redressant avec difficulté le souffle court. L’humain en profita pour se rapprocher et lui expliquer les nouvelles règles du jeu, il avait prit les dedans et le fit bien remarquer en remettant le couvert.

La même scène se reproduisit, Hîra tomba encore, la tête la première cette fois, à plat ventre la lapine se tenait la gorge, elle cherchait de l’air alors que son corps entier tremblait de douleur, et de la même manière que toute à l’heure tout reviens dans l’ordre d’un coup, sauf l’état d’Hîra qui peinait à reprendre son souffle. Si bien qu’elle eu du mal à prendre  la parole…

« Com… Comment c’est possible ? »

La lapine se redressa pour faire face au garde-chasse, cherchant son souffle et le défigurant de la tête au pied. Hîra ne voyait pas comment cela était possible, elle avait déjà eu affaire à de la magie, mais comme cet humain pouvait-il être si puissant et pourquoi il ne l’avait pas fait plutôt, pourtant Hîra n’allait pas se laisser faire pour autant.

« Sale chienne, meurs ! »

A ces mots, la lapine attrapa sa dague, mais au moment ou elle la toucha, elle tomba à genoux le souffle court son corps parsemé de spasmes, le petit couteau glissa alors au pied de l’humain. Il l’avait prévenu juste avant, sous la colère la lapine avait quelque peu oublié et se retrouvait encore dans une position de faiblesse, à quatre pattes Hîra reprenait encore son souffle et ne pu s’empêcher de glisser quelques mots à l’humain.

« T’es faible… T’as besoin de magie pour me… Me contrôler ! Fillette. »


 Le souffle toujours court, la lapine ne put s’empêcher de redresser la tête et lui faire un petit sourire, en claire Hîra était entrain de l’insulter de lopette, la magie était une solution de facilité à son goût surtout en ce moment, car elle ne pouvait plus rien faite…
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #10 le: Mars 05, 2014, 06:34:50 »

Le sourire bienveillant de Stephen s’était transformé en un rictus sadique, malsain et terrifiant. Une brise fraiche sembla parcourir les plaines, pliant les feuilles sur son passage. Il n’y avait presque pas de bruit, autre que quelques rires émis par le Duc. Son pas lent et audible froissait l’herbe verte, et l’on aurait pu jurer voir les pâturages pourrir sous les pieds du monstre.

Comment était-ce possible ? Voilà une question bien pertinente. Peu d’humains maitrisaient la magie, très peu. Mais aucun ne maitrisait les étranges sortilèges du soi-disant garde chasse. Alors, comment était-ce possible ? Peut-être la lapine ignorait-elle l’existence des démons, peut-être ne pouvait-elle imaginer que cet étrange homme en soit un.

Dans tous les cas, l’heure de la punition n’avait pas sonné pour Hîra, mais elle s’approchait à pas de géant.

« Pauvre petite chose, tu as mal ? » Demanda le démon, souriant.

Il l’observa, terriblement amusé. A vrai dire, il aurait même pu écarter ses bras sur les cotés et lui proposer de frapper, pour l’énerver encore plus. Mais la belle lapine était apparemment sourde. Elle chercha à se saisir de son arme, pour seulement s’écrouler pathétiquement au sol, contrite par l’atroce douleur du sortilège. Trois fois d’affilée, voilà qui était parfaitement honorable.

Nombre de mortels se seraient évanouis, à ce stade. Certains seraient même probablement morts, surtout  que Connor, dans sa colère, n’avait pas lésiné sur la puissance de son enchantement malsain.

La petite pique d’Hîra n’eut pas l’effet escompté, n’arrachant qu’un sourire au maître. Ce dernier observa la croupe tendue de sa future femelle, se léchant légèrement les lèvres. Une jolie peau cuivrée, un beau fessier rebondi, que demander de plus ? Deux grandes mains possessives, voilà la seule addition nécessaire.

« La vérité, c’est que tu as manqué de finesse. C'est vraiment trop dommage. » Ricana le monstre, attrapant la chevelure de sa chose. « Je voulais absolument t’apposer ce sortilège, autrement je t’aurai abimée. »

Pour marquer ses paroles, Connor remonta Hîra par la crinière, lentement, mais avec force. Les yeux du démon se plissèrent, ses lèvres s’étirant également en un sourire narquois. Il espérait franchement que la lapine se sentait humiliée, car ce n’était que le début de son dressage. Stephen allait faire de cette femelle une parfaite chienne.

Et puis, le goût du théâtral pousserait bien le démon à quelques folies. Il ne risquait pas grand-chose à dévoiler sa véritable identité à la lapine. Personne ne croirait jamais les divagations d’une pauvre Terranide maltraitée sur l’identité réelle de son honorable dresseur, le Duc de Northcliff.

« L’autre vérité, c’est que je suis un démon, tout sauf humain. » Murmura le démon. « Alors dresser une petite lapine, ce n’est pas un problème, dans le fond. Tu comprends, sac à foutre ? »

La poigne ferme de Stephen amena Hîra à l’entrejambe du Duc, qui appuya ensuite sur le crâne de la jeune femme. Ainsi, la belle bouche de la jeune femme se trouvait plaquée contre la ceinture du mâle. Ce dernier n’hésita aucunement à onduler d’un léger coup de bassin. S’il n’avait pas eu de pantalon, son chibre aurait pu s’engouffrer entre les lèvres gourmandes de la lapine, mais elle devait mériter ce cadeau de son maître.

« Maintenant, je veux que tu te remettes à quatre pattes, et que tu m’offre ton cul. Je ne te prendrai pas, tu ne l’as pas mérité. Mais je vais te punir, et peut-être qu'ensuite j'accepterai de te faire du bien. Compris ? » Demanda Stephen, toujours souriant.

L’odieux maître relâcha alors sa prise sur le crâne et la chevelure de sa putain, observant toujours son joli cul depuis l’angle qu’il avait. Hîra n’était pas au bout de son calvaire. Au-delà de la jouissance sexuelle, Connor voulait détruire toute once de résistance chez la belle. En faire un jouet, quitte à ce qu’elle souffre avant qu’il daigne la faire jouir.
Journalisée

Hîra
Terranide
-

Messages: 124



Voir le profil
FicheChalant
Description
Terranide lapine, la jeune demoiselle à un très fort caractère même si elle ne parle pas très bien la langue des humains. Grâce à un événement elle est devenu une démone. Elle éprouve une grande haine envers les humains pour avoir détruit son village et sa famille.
« Répondre #11 le: Mars 05, 2014, 01:39:02 »

La poigne de l’homme attrapa la longue chevelure blanche de la lapine, elle se retenait, oui elle se retenait de le frapper pour éviter encore cette affreuse douleur qui lui parcourait le corps et le fait de ne plus pouvoir respirer, heureusement dans tout ce malheur, le garde chasse ne l’avait pas privé de la parole, alors qu’elle était encore à genoux elle prit la parole.

« M’abîmer… Sans ta magie, je te tue ! »

Oui, Hîra ne lâcha pas prise, même quand le garde-chasse la redressa part les cheveux, une longue grimace de douleur parcourra son visage, mais c’était moins pire que la douleur qu’elle avait eu juste avant avec le sortilège. Par contre ce qu’il venait de lui annoncer la perturba, c’était un démon sous une apparence humaine, depuis le début de leur rencontre Hîra lui en mettait plein dans la gueule, elle n’avait fait que de plus en plus l’énerver pensant que c’était un humain et qu’il ne pourrait rien faire pour se défendre, elle avait eu tort vraiment tort, en même temps un démon ne mérite que de mourir.

« Tu ne pourras me dresser… »


Rétorqua telle avant que sa tête soit compressée contre la ceinture du démon à présent adieu le garde-chasse. Elle aurait pu, la lapine l’aurait mordu, frapper, éventré au pire des cas, mais le sortilège l’aurait encore tétanisé. Relâchant, sa chevelure le démon  lui demanda de se mettre à quatre pattes et précisa qu’il n’allait pas la prendre, encore heureux il n’avait aucun droit de lui faire ça.

« Tu me prendras pas… »

Grogna la terranide, elle était de nouveau par terre et prenait son temps pour prendre la position que le démon lui ordonner, rentrant les fesses, faisant le dos rond la position qu’elle avait n’était pas spécialement sexy il fallait bien dire, mais au moins elle l’écoutait en détournant un peu les règles. La lapine se mit à ce souvenir de sa première fois quand elle arriva au marché des esclaves, personne ne voulait-elle et les marchands faisaient des pertes en la gardant ainsi, un léger sourire s’afficha sur son visage.

« Tu veux me vendre après… Tu ne pourras pas ! Personne ne voudra de moi je te le garantie ! »

L’expérience qu’elle avait eu avant parlait, et dans tout les cas si le démon venait à avoir une offre pour la lapine, elle se montrerait sous son plus mauvais jour et personne ne voudras d’une terranide aussi énervée.

« Et je pense pas que tu veuilles faire de moi, ton esclave personnel ! »

Une nouvelle fois Hîra poussa un petit rire, le démon ne pourrait pas la supporter bien longtemps, et est-ce qu’il aurait déjà la patience de la dresser, de la modeler à sa façon, il lui faudrait de la patience et du sang froid pour y arriver en tout cas

Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #12 le: Mars 06, 2014, 02:29:42 »

Stephen souriait toujours, riant même parfois face aux provocations d’Hîra. C’était une femelle exceptionnelle, très forte, assez séduisante. En d’autres circonstances, elle aurait fait une alliée de choix. Mais, il était bien inutile de s’épancher en hypothèses, car les circonstances réelles et actuelles ne jouaient pas en faveur de la lapine.

Le mâle sentit sa queue se raidir doucement, lorsque le visage de sa future chienne caressa son entrejambe. Mais pomper le chibre du beau diable était un privilège, un cadeau qu’il fallait mériter. Être une bonne esclave était la condition primordiale à l’obtention de cette queue gorgée de foutre chaud. Or, pour le moment, la tueuse ne faisait pas vraiment l’affaire.

« Me tuer ? Que de violence et d’intentions néfastes. J’en frémis de bonheur. » Avoua le beau diable, caressant tendrement la crinière blanche d’Hîra. « Mais dans ce cas, je n’ai aucun intérêt à te libérer de ma magie, pas vrai ? »

Sur ce, il lui tapota affectueusement le crâne, affichant un sourire qui aurait pu paraître bienveillant. Doucement, le monstre vint ensuite défaire la boucle de sa ceinture, voyant la lapine se tourner en adoptant une position très peu érotique. Pourtant, Stephen ne pouvait s’empêcher d’admirer la ténacité de son opposante.

Jouer sur les mots pour tromper le sortilège, voilà qui était assez intéressant. Pour cette inventivité, Connor mettrait un coup de ceinture en moins sur le cul d’Hîra. Et, pour cet affront, pour ce geste de défi inacceptable, le maître infligerait deux coups supplémentaires sur le fessier appétissant de la lapine.

Pourtant, les paroles de la chasseuse coupèrent le Duc dans son élan. Ceinture tendue en main, il s’arrêta pour l’observer un moment. Voilà qu’en plus d’être diablement belle et forte, la jeune femme était assez maline. Le sourire sur les lèvres de Stephen se fit plus franc.

« Justement, je ne veux pas de toi, tu es trop rebelle à mon goût. Mais quand je t’aurai rendue dépendante des plaisirs de la chair, je pourrai te vendre à n’importe qui, parce que tu seras devenue un parfait sac à queues. »
Souffla le monstre. « Tu sais, les démons sont très convaincants lorsqu’ils cherchent à faire jouir des petites récalcitrantes de ton genre. »

A ces mots, le beau diable fit claquer le cuir de sa ceinture sur l’ourlet de l’indécent cul d’Hîra, que son armure ne dissimulait guère. Un deuxième coup de fouet gifla les fesses de la jeune femme. Les claquements n’étaient pas violents et faisaient vibrer l’entrejambe de la lapine, ne laissant qu’une petite trace rouge sur ses courbes cuivrées.

Stephen était tout de même déçu. Hîra aurait fait une excellente esclave personnelle, si seulement elle n’avait pas été aussi farouche. Quelque part, on ne pouvait pas dire que le démon la pousse particulièrement à se montrer de bonne humeur. Les yeux ambrés du démon se plissèrent, alors qu’il mettait un genou sol.

Délicatement, son index et son majeur vinrent caresser les fesses de la jeune femme. Elle avait un joli cul, athlétique, délicieusement ferme. Sa poitrine semblait aussi agréablement pleine que le reste de son corps. En tout et pour tout, la Terranide avait une stature tout à fait amazonienne, de quoi faire rêver nombre d’hommes. Pour peu que ces hommes n’aient pas peur de se faire écraser par cette grande et puissante chasseuse.

« Ma belle, ma belle. » Répéta doucement le mâle, en secouant sa tête de gauche à droite, puis de droite à gauche. « Plus vite tu avoueras que tu es une esclave, plus vite nous avancerons. »

Pour ponctuer sa phrase, le monstre gifla le cul de la jeune femme, à plein main cette fois. Elle avait les fesses diablement fermes, et Stephen ne pouvait qu’imaginer le régal que devait être une levrette avec si délicieux petit cul. D’ailleurs, le monstre ne se gêna pas pour plaquer son bassin contre la croupe d’Hîra, non sans onduler légèrement. Puis, Stephen se redressa, visiblement satisfait de la petite punition infligée.

« Appelle-moi maître, maintenant. » Ordonna le mâle. « Appelle moi maître et rampe jusqu’à moi, puis frotte ta jolie gueule contre ma jambe. »
Journalisée

Hîra
Terranide
-

Messages: 124



Voir le profil
FicheChalant
Description
Terranide lapine, la jeune demoiselle à un très fort caractère même si elle ne parle pas très bien la langue des humains. Grâce à un événement elle est devenu une démone. Elle éprouve une grande haine envers les humains pour avoir détruit son village et sa famille.
« Répondre #13 le: Mars 06, 2014, 03:28:27 »

Connard, connard, connard… Les petites mimiques du démon l’énervaient, il osait lui toucher la tête comme une vulgaire chienne, la charrier, Hîra baissa la tête non pas en signe de soumission, mais juste pour éviter de voir sa tête, car sinon elle lui sauterait dessus pour l’étrangler et le sortilège ferrait de nouveau effet. La lapine tapait alors du poing par terre, se mordant la lèvre inférieur, le but ne pas se laisser aller à ses pulsions.

Trop rebelle à son goût, il n’avait pas tout vue encore, Hîra n’allait pas s’arrêter là, la lapine le ferait galérer et même si un jour il décide de la vendre, elle se rebellera encore plus, pour le faire regretter de l’avoir contraint à ce statut si minable et en plus les autres esclavagistes n’avaient pas la possibilité d’avoir un sortilège pour mieux la contrôler. Le démon avait l’air bien sur de lui en disant qu’il allait là faire jouir, trop sûr de sa queue, comme beaucoup d’homme il se prenait pour une bête de sexe, la lapine voulait en profiter pour lui dire, quand un coup sur ses fesses lui fit lever la tête pour voir ce qu’il se passait.

Un coup de ceinture, Hîra se retenait vraiment  se mordant toujours la lèvre au point de saigner, des petites gouttes tachaient le sol entre ses mains, le deuxième coup lui laissa échapper un grognement de colère et un petit : « Enculé ! » La tête retournée pour voir ce qu’il se passait dans son dos, Hîra vit qu’il venait de mettre un genou à terre, il serait si simple pour la lapine de lui mettre un coup de pied pour le faire terre.

Il voulait qu’elle s’énerve et qu’elle subisse encore le sortilège, et jamais non jamais elle avouera quoi que se soit, jamais elle ne dira je suis une esclave, car la lapine se considérait comme une femme totalement libre. Le démon prenait un malin plaisir à jouer avec ses fesses, après la ceinture, il colla directement sa main dessus, pour ensuite bouger son bassin contre, tout en serrant les dents elle prit la parole : « Je te ferais payer… »

Le démon se redressa alors, donnant les nouveaux ordres de la lapine, trop c’est trop, une pulsion parcourra Hîra, elle se redressa, mais à peine tenait-elle sur ses deux jambes qu’elle tomba par terre, et oui il fallait aller vers le démon en rampant, mais elle ne le voulait pas et la voilà convulsant de douleur sous l’effet du sortilège. Au bout d’un moment celui-ci arrêta de faire effet, Hîra resta la tête par terre ruminant diverses façons de tuer le démon si elle en avait l’occasion à un moment donné.  Le faire souffrir le plus possible sa c’était sur, il allait souffrir à un moment donné.

« Petite salope de Maître… » Lâcha la lapine, sa comptait il y avait le mot maître dedans avec des insultes un peu avant, mais l’ordre du démon était là, l’appeler maître rien d’autre n’était précisé sur le fait qu’elle pouvait rajouter des mots ou non.

Maintenant il fallait ramper, dégradant, pourtant Hîra savait qu’il avait des choses encore plus dégradantes à lui faire faire par là suite, il ne devait pas être à court d’idée celui là. Ventre à terre la lapine se mit à ramper, ondulant tout son corps pour pouvoir se déplacer, Hîra se dépêchait, plus vite c’était fait mieux sa serait pour la suite. Elle arriva alors aux pieds du démon, il ne restait plus cas frotter sa queue contre sa jambe, le garde-chasse ne voulait qu’une chose voir la lapine tendre et bouger ses fesses contre lui.

Pourtant avant d’effectuer l’ordre, Hîra allait lui laisser un petit souvenir, sa lui vaudrait peut-être des coups de ceinture, mais tant pis c’était pour la beauté du geste, la lapine se mit alors à lui cracher dessus levant par la suite les yeux, avec un petit sourire. Le petit sourire qui va bien.

Le moment était ensuite venu de se coller contre le démon, Hîra fit bien attention de se mettre ou elle n’avait pas craché, puis elle colla ses fesses contre le garde chasse, son postérieur était tendu à la vue du démon, la lapine remontait ainsi son fessier et le redescendait le long de la jambe de son tortionnaire. Hîra n’osait pas s’arrêter à vrai dire, elle ne voulait pas ressentir de nouveau la douleur du sortilège, elle était fatigué à force et elle si elle devait encore avoir à faire à celui-ci il y avait de forte chance qu’elle tombe dans les vapes et il ne fallait mieux pas avec ce démon à côté d’elle…

« C’est bon là ! » Dit-elle sans ajouter de maître, le démon n’avait pas précisé si elle devait toujours le dire ou non, donc c’était passé...
Journalisée

Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #14 le: Mars 07, 2014, 12:08:46 »

Face à l’insulte de la Terranide, Stephen se trouva bien incapable de réprimer un franc éclat de rire. Il adorait ça, il adorait la voir lutter avec autant de hargne. La lapine avait de l’énergie à revendre, beaucoup de panache, et du répondant à ne plus savoir quoi en faire. S’il avait été un brin plus théâtral, le beau diable aurait initié une ovation pour la performance remarquable d’Hîra.

Enculé. Voilà une réponse qui venait du fond du cœur. Il était d’autant plus amusant d’entendre cette insulte que le mâle observait toujours avec désir les fesses de sa chienne. Maintenant qu’il avait pu y toucher, le maître ne pouvait s’empêcher d’imaginer l’instant où il s’y agripperait, en forçant son chibre dans les entrailles moites de cette insolente chasseuse.

Peut-être bien qu’Hîra finirait par retrouver ses moyens, mais ce moment était encore loin de quelques heures. Aussi Stephen pouvait-il profiter tranquillement de sa proie, jusqu’à temps qu’elle se dégage de l’emprise maléfique du sortilège. Et le mâle ne manquait clairement pas de profiter de l’opportunité qui lui était offerte. Car maintenant, il voulait que la future soumise se frotte à lui, docilement.

Et, lorsque la belle chercha à outrepasser l’ordre de ramper, le maléfice apposé sur sa main eut tôt fait de la rappeler à l’ordre. Mais même face contre terre, la lapine gardait fière allure, n’attirant qu’une sorte d’admiration à moitié malsaine de la part de son bourreau. Jusqu’où faudrait-il aller pour briser cette femme, elle qui se montrait si forte et déterminée ?

« Je n’ai pas envie de te faire du mal. Si tu abdiquais maintenant, tu n’aurais pas à souffrir. » Affirma le monstre, tout en tendant lentement sa ceinture entre ses deux mains. « Sois une gentille petite chienne et obéis. Tu verras, je suis un maître très généreux. »

Naturellement, la belle n’abandonna guère la lutte, gratifiant le démon d’un crachat, qu’il essuya prestement. Si ce n’était pas pour lustrer son chibre avant de l’engloutir, le beau diable avait quelques difficultés à accepter qu’une femelle lui crache dessus. Pourtant, il ne fit rien à la jeune femme. Il ne se vengea pas, restant même très calme et composé.

Simplement, Stephen attendit que sa ravissante partenaire se lève, pour se frotter à lui, comme il l’avait ordonné. Cette fois, le Duc pouvait observer Hîra sous son plus bel angle. Et ce qu’il voyait le ravissait. Mais c’était ce qu’il ressentait qui éblouissait ses sens par-dessus tout. Ce corps, ce teint café au lait, cette attitude profondément rebelle. La jeune femme aurait fait fuir nombre de nobles cherchant à se constituer un harem de femelles dociles, mais ce n’était pas le cas de Stephen.

Il aimait le répondant, la fougue et la vivacité. Sur ce plan là, Hîra lui rappelait quelqu’un, et le noble ne put s’empêcher de sourire doucement. Peut-être était-ce également l’œuvre de ces fesses fermes qui glissaient avec douceur sur sa jambe. En tous cas, le maître était ravi, constatant à quel point l’air farouche de sa partenaire était ravissant.

« Non, ce n'est pas bon. Allons, mets-y plus de passion. » Commanda le monstre, plaçant alors une main sur le bas-ventre d’Hîra.  « Approche toi un peu plus de mon chibre pour onduler, tu comprends ? Je veux que tu danse sur mon sexe. Ah, et je ne veux pas que tu résistes à ce qui va suivre. »

Une phrase fort inquiétante s’il en était, mais le mâle joignit la parole au geste, en plaçant le cuir épais de sa ceinture autour du joli cou de la Terranide. La matière émit un délicat bruit de frottement, en glissant contre la trachée et la nuque de l’esclave en devenir. Cette caresse de cuir continua, jusqu’à temps que soit correctement refermée la boucle de fer de la laisse improvisée

Stephen n’avait absolument pas serré, et l’appareil de soumission ressemblait plus à un collier donnant sur une longue lanière de cuir qu’à une laisse ou à une ceinture. Mais c’était la place légitime de cette chienne. Après tout, aucun maître digne de ce nom n’oserait promener sa petite putain sans l’attacher au préalable.

« Viens embrasser ton maître. Et je veux de la passion, je veux ta bouche et ta langue, que tu caresses mon corps en m’embrassant. » Ordonna le mâle, retournant son amante pour lui passer une main sur le cul. « Ma belle petite esclave. »
Journalisée


Tags: viol  demon  usagi  vaginal  magie  
Pages: [1] 2 3 ... 5
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox