banniere
 
  Nouvelles:
P'tit jeu pour fêter Halloween !
Venez jouer avec nous !!



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: Mission en équipe [Silat]  (Lu 2448 fois)
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« le: Février 22, 2014, 11:30:20 »

 Non non non et non ! Cette fois, elle allait rentrer enfin « chez elle » ! Il n’y aurait rien en travers de sa route !  Elle ferait fit du moindre bruit dans une ruelle adjacente, ne parlerait à personne. La Louve allait enfin pouvoir poser ses fesses au sein de l’immense demeure Belmond et sans doute au passage subir quelques interrogations quant à son absence. Mais cela l’importait peu.  Dans tous les cas, elle ne pouvait nier avoir fait une sacrée rencontre. De par sa mésaventure, elle s’était rapprochée de la Reine et de ses  agents afin d’enquêter sur un abattoir bien étrange au sein des bas-fonds. L’Okami s’était vu entrainée dans cette affaire sans le vouloir mais maintenant tout était fini. Pour l’instant.

Sa main droite et gantée se posa sur l’énorme grille de la demeure, la poussant. Cette  dernière s’ouvrit dans un léger grincement et se referma dans le même son. Comme  si l’Okami aurait été tendu depuis  tout ce temps, elle poussa un long soupir une fois qu’elle fut au sein de la  cour principale, relâchant tous ses muscles, se détendant presque.  Ses doigts agrippèrent un instant le médaillon offert quelques mois plus tôt par Elise, ses doigts l’effleurant, le caressant doucement, tandis que la lupne était perdue dans ses pensées. Finalement, elle le relâcha, le laissant choir à nouveau à sa place, juste à la naissance de sa poitrine.

Finalement, elle reprit sa marche,  traversant la cour, arrivant à la porte d’entrée qu’elle poussa sans plus attendre. Toquer ? Pour quoi faire ? Etait-elle seulement obligée de le faire pour indiquer sa présence ?  Shad en doutait fortement.  La Louve s’engouffra dans le couloir et dans le hall, regardant autour d’elle, cherchant des traces d’une quelconque présence.  Elle se dirigea vers le salon, point névralgique de la demeure mais encore une fois, elle ne trouva personne. Allant vers les escaliers, elle tendit un instant l’oreille mais seul le silence lui répondit. La demeure était-elle à nouveau vide ? Si telle était le cas, cela ne devait pas faire bien longtemps vu l’état dans laquelle elle se trouvait.

« Bon en attendant… »

Direction la cuisine ! La Terranide s’y rendit rapidement,  se servant un grand verre d’eau,  le buvant d’une traite. C’est qu’elle avait soif la petite ! Elle chercha également un morceau de viande séchée qu’elle goba en quelques coups de crocs, histoire de se caler un peu l’estomac, prenant une pomme au passage  en sortant de la pièce, mordant dedans profitant du jus fruité. La Louve resta quelques secondes immobile dans le couloir, mordant dans sa pomme, se demandant bien ce qu’elle pourrait faire.

Autant continuer de vérifier si vraiment personne n’était présent.  Shad entreprit donc de passer devant chaque pièce de la maison, toquant aux chambres, à la salle d’eau, se rendant à la piscine sans trouver la moindre personne. Le fruit fini, la simple tige fut jetée par la fenêtre emportée par une petite bourrasque. En faisant cela, la Terranide aperçu l’écurie et décida de s’y rendre. Qui sait peut-être que quelqu’un s’occupait des étalons et des juments en cet instant ?  Mais elle s’arrêta bien vite dans sa course. Si une  personne y était, il en aurait certainement eu d’autres ici, dans la maison.

Poussant un nouveau soupir, l’Okami se regarda un instant. Elle était sale. Quitte à attendre qu’une personne arrive que ce soit  Stephen, Arashi, Mélisandre ou même Silat, autant attendre en prenant une bonne douche à la Nexus et en se changeant de ces habits pleins de crasses et de sang séchés. Pour la suite, elle verrait bien ce qu’elle ferait, sans doute attendra-t-elle au salon.  La lupine se rendit  donc d’abord dans sa chambre, choppant un habit simple dans son armoire. La salle de bain fut sa prochaine destination et elle l’utilisa comme il se doit. Se nettoyant, elle était à nouveau toute propre !

L’habit fut mis et l’autre fut emmené au lavage. Lavage qui n’était pas géré par les esclaves de la demeure mais bel et bien par les domestiques. Au pire, elle s’en serait occupé le lendemain. Se rendant à nouveau dans la cuisine, la Louve se servit un petit cocktail et porta ce dernier jusqu’au salon. Elle ne s’assieds pas sur l’un des fauteuils ni même dans le canapé mais resta debout devant la baie vitrée, observant en silence l’extérieur, son verre à la main, soufflant doucement :

« Je me demande, où ils sont tous, c’est bien  calme ici. »

Trop calme même. La Terranide avait l'impression d'être dans une demeure abandonnée. Bon, fait positif. Le moindre petit bruit serait facile à entendre et elle ne pourrait donc pas être prise par surprise.
« Dernière édition: Février 24, 2014, 08:46:42 par Shad Hoshisora » Journalisée

Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 81



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #1 le: Février 23, 2014, 02:52:30 »

Silat était aux écuries, affairé à prendre soin des quelques montures qui restaient disponibles. Le jeune homme n’avait rien d’un véritable expert en la matière, et se contentait, donc, de nourrir et brosser les destriers, régulièrement. Dans le calme presque oppressant de la demeure, l’oriental se sentait parfois mal à l’aise, préférant tuer le temps.

Il fallait néanmoins préciser que ce n’était plus trop le moment de s’occuper à des futilités. Silat avait reçu une mission de la part de son mentor. Aujourd’hui, il devrait se rendre dans une auberge, hors de la capitale, pour recueillir quelques informations. La nature des informations, et les personnes chez qui les récupérer, l’assassin n’en savait rien. Tout était détaillé dans une lettre qu’il n’était sommé d’ouvrir qu’une fois arrivé dans « l’Auberge du Chemin Vert ».

 Cette idée à l’esprit, l’oriental ne se sentait néanmoins toujours pas très enthousiasmé. D’habitude, le jeune homme arrivait parfaitement à gérer ses missions en solitaire, mais quelque chose lui semblait étrange, cette fois. Ne pouvant vraiment mettre le doigt sur ce qui le dérangeait, Silat prenait toutes les excuses qui passaient pour se retarder. Mais il comprit bien qu’il faudrait, malheureusement, se mettre bientôt en mouvement, d’un coup d’œil par les portes ouvertes des écuries.

« On ne voit pas le temps passer. » Soupira le jeune homme, s’écartant de son cheval noir.

La lumière se faisait plus fine, s’estompant presque. De cette faible luminosité naissait la profonde noirceur de la nuit. Mais, elle n’en était qu’à son commencement, le soleil et la lune éclairant encore suffisamment les lieux pour que le ciel ne se trouve que teinté d’orange et de pourpre. Le pas rapide du jeune homme le mena jusqu’à la porte d’entrée.

A cette heure ci, et au vu du climat actuel, Silat doutait de trouver Connor ou l’inconnue qu’il avait ramenée la veille, éclipsée depuis ce matin. Mais peut-être croiserait-il la Terranide, ou la charmante vampire, si tant est qu’elle ne se réveille pas au milieu de la nuit. En tous les cas, l’oriental ne comptait pas se presser, la mission qu’on lui avait confié pouvait bien attendre, après tout.

Cessant de s’interroger, l’assassin poussa la porte, sans se soucier de faire du bruit. La demeure était bien vide. A cette heure, il n’y avait plus de domestiques, et l’ambiance de la maison dépendait de ses habitants. En l’occurrence, l’endroit semblait être bien vide. Silat ne captait aucune vibration, aucun bruit étranger à ses oreilles.

Pourtant, quelques pas prouvèrent à l’oriental qu’il avait tort. A sa vue s’offrit le visage de Shad, la fameuse Terranide qu’avait acheté Connor. L’assassin se figea un instant, le visage à peine tourné vers la forme à moitié familière. Droite, debout, en face de la baie vitrée, la jeune femme semblait boire un breuvage aux tons colorés, clairement un mélange de liqueurs fruitées.

« Shad. » Salua le jeune homme d’un hochement de tête, reprenant son chemin.

Avant d’aller partager canapé et conversation avec la louve, l’oriental s’autorisa le plaisir de quelques notes de liqueur dans une bouteille. Il se rendit alors en cuisine, aussi rapidement que sa démarche nonchalante le lui permettait. Sur place, il extirpa une bouteille d’un sceau rempli d’eau et de glace. Celle-ci portait des inscriptions dans une langue lointaine, étalées sur une étiquette en une écriture gracieuse, en lignes et en courbes.

De la liqueur de grenade, un alcool rouge carmin, qui semblait devenir plus foncé en son cœur. Pas besoin de verre, la bouteille devait contenir une vingtaine de centilitres, soit trop peu pour remplir une seule coupe. Silat s’empara donc de la bouteille filiforme par le goulot, retournant au salon. Ne pipant mot, le jeune homme s’autorisa une confortable assise dans le canapé, observant calmement Shad.

Le coude de l’assassin glissa sur le sommet du dossier, alors qu’il observait calmement la louve.

« Alors, rude journée ? » Commenta l’oriental, face à l’air quelque peu exténué qui marquait le visage de la Terranide. « C’est une drôle d’occupation, il n’y a pas grand-chose à voir d’ici. » Remarqua Silat, observant la baie vitrée.

Elle donnait sur le jardin d’entrée et le portail. On pouvait également voir les bâtiments qui parvenaient à dépasser l’imposante muraille de la demeure. Si la scène était, certes, fort agréable à l’œil grâce au travail acharné du jardinier, il n’y avait pas de quoi fouetter une louve.
« Dernière édition: Février 24, 2014, 12:12:31 par Silat Al-Saqr » Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #2 le: Février 23, 2014, 11:08:45 »

Les lèvres de la jeune Okami  se trempèrent dans le petit cocktail qu’elle s’était préparée. Elle pouvait déceler chaque flagrance de parfum, chaque fruit qui composait ce curieux mélange. Et associé au goût, son odorat travaillait de pair, offrant à la Terranide un festival de saveur et ‘d’odeurs, ne lui faisant que plus apprécié cette petite collation. Quant à ses yeux, ils fixaient le paysage qui s’offrait devant-elle sans réellement le regarder.  Il n’y avait pas grand-chose à voir et on ne pouvait réellement dire ce que fixait la Terranide.  Sans doute un point invisible, ou le ciel dont la couleur changeait progressivement pour virer vers le noir de la nuit.

Son oreille droite pivota vers l’arrière. Des bruits de pas,  Shad était certaine d’en avoir entendu. Pourtant, elle ne bougea pas de sa place, séparant juste le verre de ses lèvres, humant un peu l’air pour définir qui était le nouvel arrivant. La Louve reconnu sans peine l’odeur propre à Silat et ne pris donc pas le peine de s’affoler. Ce dernier arriva sur le pas de la porte et elle le salua après qu’il eut fait de même.

« Bonsoir Silat. »

L’oriental partit par la suite. L’Okami ne chercha pas à savoir où. Tout le monde était libre de faire ce que bon lui semblait ici. Du moins dans une certaine mesure et elle n’allait donc pas demander au jeune assassin d’où il venait et où il comptait se rendre maintenant. Ce n’était nullement ses affaires. Elle le vit cependant revenir,  une bouteille de liqueur de grenades dans la main. Bon, elle avait sa réponse, il était partie se rendre dans la cuisine se chercher de quoi s’hydrater.  Shad reporta sa coupe à ses lèvres et reprit sa contemplation, légèrement pensive.

« Alors, rude journée ?  C’est une drôle d’occupation, il n’y a pas grand-chose à voir d’ici. »

« C’est vrai…Mais disons que j’étais plus perdue dans mes pensées. Je n’observais pas vraiment l’extérieur. »

Et tant de chose se bousculait dans l'esprit de Shad. Ou du moins, surtout des souvenirs. Elle se remémora  ce qu'elle avait vécu ces dernières semaines. Un fait était sûr, c'est qu'elle n'avait pas eu le temps de chômer. Entre l'histoire du Terranide à qui elle avait dû apprendre à survivre dans la nature, son voyage sur les îles meïsaenne et l'histoire de l'abattoir des bas-fonds. Non, elle ne s'était pas tournée les pouces pendant ses deux semaines.Mais, elle avait également fait pas mal de rencontres, notamment de rang royale, ce qui pouvait avoir un sacré avantage.

 La louve se retourna, faisant face à Silat, souriant simplement, elle s’avança par la suite, posant son verre vide sur la petite table basse située entre le canapé et le fauteuil et vint s’assoir dans l’un des fauteuils en face de l’oriental.  Se mettant à son aise, elle parla finalement.

« Plutôt  des rudes semaines. Je pense que je ne vais plus sortir de Nexus si c’est pour à chaque fois me faire embarquer dans des histoires farfelues. Stephen n’a fait aucune remarque quant à mon absence au faite ? »

L’Okami n’avait nullement envie de rentrer dans les détails de ce qui lui était arrivée. Après tout, elle était là, en pleine forme, il n’y avait donc pas de quoi s’inquiéter.  Pourtant, quelque chose semblait l’intriguer. Silat semblait plus tendu  que d’habitude. Elle se demandait même si maintenant, il avait demandé à Stephen sa véritable nature. Par mesure de sécurité, la lycane n’irait pas le lui demander, ne voulant pas réveiller d’anciennes questions.

« Enfin, comment te portes-tu Silat ? Je te sens un peu…tendu, je me trompe ? Un souci peut-être ? »


Libre à lui de lui en parler ou non. Après tout, elle ne le forcerait pas. Son coude vint se poser contre l’accoudoir du fauteuil, sa joue se posant contre la paume de sa main. Oreilles relevées, elle était attentive aux dires du jeune homme.  Mais elle se demandait également si d'autres habitants des lieux allaient revenir.

"Au faite, sais-tu si Stephen, Arashi ou la nouvelle seront bientôt de retour ?"

La nouvelle oui. Shad ne connaissait pas encore le nom de la démone et ne pouvait que l'appeler ainsi.
Journalisée

Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 81



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #3 le: Février 24, 2014, 06:00:15 »

Silat observait la pièce, affichant un air pensif. L’endroit était calme, encore plus qu’à l’accoutumée. Un pesant silence menaçait de s’installer, ce qui n’était pas pour déplaire à l’oriental. Il aimait le calme, après tout. Mais, puisque la louve y était, autant discuter un peu. De plus, Connor pouvait rentrer à n’importe quel moment, et le jeune assassin préférait ne pas se faire prendre à flâner sans but lorsque son mentor viendrait.

Autrement dit, Shad faisait un parfait alibi, car Silat pouvait prétendre se trouver en pleine conversation à propos de la mission, si le maître venait à débarquer. Et, de ce que savait le jeune homme, cette Terranide possédait un petit arsenal de talents qui ne pourraient qu’être utiles.

Le bras de l’oriental glissa, quittant le dossier du canapé. Doucement, la longueur de l’avant-bras s’avança sur la cuisse de l’éphèbe, qui usa de sa main libre pour ôter le bouchon de la bouteille. Le liège fila en un petit bruit typique, maintenu dans la paume de Silat. Ce dernier approcha alors le goulot de ses lèvres, prenant une légère gorgée du liquide. La liqueur était relativement douce en gorge, au goût très marqué. Un léger frisson parcouru l’échine du jeune homme, alors que l’alcool irradiait son corps d’une fausse chaleur.

Un sourire vint ensuite orner les lèvres de l’oriental, à l’écoute des paroles de Shad. Si la louve en avait assez de se faire embrigader dans d’invraisemblable missions, elle allait être servie. En effet, le jeune oriental comptait bien l’emmener avec lui, tout compte fait.

« Certaines personnes semblent attirer les ennuis, pas vrai ? » Demanda le jeune homme, souriant. « Mais, ce n’est pas toujours une mauvaise chose. » Argumenta-t-il, plissant doucement les yeux.

Silat était un orateur d’une grande subtilité, et le simple ton de sa voix rendait ses intentions aussi opaques que possible. Même si, en décortiquant quelque peu, la Terranide aurait pu se rendre compte du piège dans lequel elle tombait, l’orateur oriental ne comptait pas réellement lui laisser le choix.

La main libre du tueur vint se glisser dans les pans intérieurs de son extravagante veste. Silat portait un ample sarouel de soie blanche, assorti à une tunique classique, par-dessus laquelle s’ajustait un kurta rigide, aux broderies dorées et vertes, sur un fond blanc satiné.

Dans un bruit de froissement, celui du tissu et d’un papier épais, la lettre de Connor à son disciple s’offrit à la vue de Shad. Le beige terne de l’enveloppe était estampillé, au cœur des plis contenant le parchemin, sur le milieu de la feuille en rectangle, un cache de cire, le sceau du clan Belmont. Ce fameux « B » gothique, orné de décorations superflues, apposé sur un blason, en signe de noblesse.

« Je ne sais pas si j’attire les ennuis, ou si je me jette à eux. » Concéda le bel oriental, secouant doucement la lettre entre ses doigts fins. « Mais je n’oserais imaginer une vie sans aventures absurdes et histoires farfelues. Aussi, même si le poids d’une rude journée, ou semaine, se lit sur tes yeux, j’aimerais ton aide, Shad. »

Silat marqua alors une pause, réalisant qu’il n’avait pas répondu aux questions de la louve. Etait-il réellement nécessaire qu’elle le sache, après tout ? L’oriental n’était pas vraiment l’un des habitants les plus réguliers de la demeure. A vrai dire, il n’y avait pas vraiment d’habitant régulier, et le jeune assassin ne doutait pas que certains domestiques soient plus fréquemment présents que le maître des lieux. Il soupçonnait également la femme de ménage de se faire assez régulièrement le cuisinier dans la piscine, mais c’était une autre histoire.

« Hormis cela, point de tension, je vais très bien. Il m’incombe simplement de remplir une tâche pour Connor, dont je ne sais si elle nécessitera du temps ou de l’énergie. Mais, ce que je sais, c’est qu’elle doit être importante, pour que j’en aie la charge. » Le tueur prit son souffle, et une gorgée de liqueur. « Et il serait tout aussi intéressant pour moi qu’Arashi soit présente, pour une multitude de raisons. »

L’agréable compagnie de cette sublime créature mise à part, Silat voyait un grand intérêt à avoir une vampire, apparemment polymorphe, dans son camp. Surtout face à éventualité que la mission implique un travail d’infiltration et d’enquête.

« Quant au grand patron, je pense qu’il ne reviendra pas avant quelques temps, des affaires à régler, sans doute. » Ajouta l’oriental.

Il avait volontairement évité de dire qu’il savait son maître comme s’étant absenté aux enfers. Car il était bien nécessaire de mettre fin aux remouds qu’avaient provoqué la révélation de Mélisandre.

« Pour en venir au fait, je dois ouvrir cette lettre une fois arrivé dans une auberge à la sortie de la capitale, près des sentiers menant aux montagnes d’argent, qui séparent Ashnard et Nexus. » Continua le jeune homme. « Ce sont les informations pour une mission de grande envergure, quelque chose d’assez important pour que Connor m’ait longuement précisé que je ne devais pas faillir. Alors, tu me suis ? » Demanda Silat, l’air serein.
« Dernière édition: Février 25, 2014, 06:38:41 par Silat Al-Saqr » Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #4 le: Février 24, 2014, 10:48:04 »

Shad observait Silat sans rien dire de plus, attendant ses réponses ou bien qu’il prenne à son tour la parole. Le regard de la Terranide suivit la course de la main du jeune assassin qui partait se saisir de la bouteille de liqueur. Le petit son caractéristique quand il ôta le bouchon de liège ne pouvait que confirmer que le breuvage était de bonne qualité. Un son des plus plaisants pour les connaisseurs. De là où elle se trouvait, la Louve pouvait sentir les notes de grenades qui émanaient de la bouteille. Pour un peu, elle aurait demandé d’en goûter une petite gorgée mais au vue de la faible quantité qui restait, elle préféra s’abstenir. Il fallait bien laisser sa boisson préférée à Silat non ?

« Certaines personnes semblent attirer les ennuis, pas vrai ? Mais, ce n’est pas toujours une mauvaise chose. »

La lycane émit un petit rire nerveux face à cette annonce. Pas une mauvaise chose, cela dépendait dans quelle aventure on  se trouvait embarquait sans raison. Pourtant, comme semblait le souligner le jeune oriental, les ennuis apportaient également leurs lots de consolations. En y repensant bien, à chaque mauvaise  aventure que Shad avat vécu demeurait toujours un élément qui n’avait fait que de la renforcer. Pourtant, des fois, la Louve aurait préféré rester quelques temps au calme, souffler un bon coup, se détendre.

« Ce n’est pas faux, mais quand ça s’enchaîne, cela peut-être assez….Epuisant. »

Pourtant, quelque chose semblait lui susurrer à l’oreille qu’elle n’était pas aux bouts de ses peines. Les sourcils de l’Okami se froncèrent un instant alors que la main de Silat filait dans les pans de son ample habit.  Le son d’un froissement de papier lui parvint parfaitement et elle commençait à redouter la suite.  Le regard de la lycane se posa sur l’enveloppe scellée et n’eut aucun mal à reconnaître le sceau de la famille Belmond. Une missive du maître de maison ? Cela semblait fort pensive, mais la question qui taraudait le plus Shad était surtout : « Quel message contenait-elle ? »

La suite ne semblait pas ravir la Louve aux premiers abords. Elle qui venait enfin de rentrer, voilà que Silat lui demandait de l’accompagner en mission !  L’envie de lui répondre un franc «  non désolé pas envie » lui brûlait les lèvres pourtant elle se tût, méditant un instant. En réalité, Shad se demandait si elle pourrait réellement rester à ne rien faire. Elle leva simplement une de ses mains, indiquant à Silat qu’elle réfléchissait   à sa demande, écoutant en même temps ces dernières déclarations.

Tout comme le soulignait Silat, Arashi pouvait lui être très utile dans la mission qui l’attendait, mais elle ? Que pouvait-elle réellement lui apporter ? Certes, elle savait se battre au corps à corps par divers moyens, pouvait tuer un homme par surprise, brûler ses ennemis, même les écraser. Mais elle ne se sentait pas réellement à sa place pour participer à une mission confiée par un assassin, une mission où il fallait être discret. Pourtant, la Terranide savait également bien jouer la comédie et pouvait donc se faire passer pour ce qu’elle n’était pas, afin de faire baisser la garde de ceux aux alentours.  Finalement, elle se leva de son fauteuil une fois que Silat eut fini de lui expliquer où se déroulerait cette fameuse tâche.

« Bon et bien… » Elle agrippa son verre vide «  Je ne peux te dire quand Arashi viendra mais je peux te confirmer que oui, elle serait d’une aide précieuse, surtout grâce à ses capacité quant à moi….Et bien à bien y réfléchir, je vais te suivre. Tu as raison, après tout vivre une vie calme peut être un peu…ennuyeux. Je vais nous chercher une petite collation, tu me parleras plus en détail de ce que tu as attends de moi après. »

Et elle s’absenta rapidement, retournant en cuisine. Elle ne prépara rien de chaud mais confectionna deux rapides sandwiches assez consistants composés de charcuteries, de salades, de tomates et de fromage, tout cela disposé dans une demi-baguette de pain. L’Okami trouva également une petite bouteille de liqueur et  l’attrapa par le goulot, se rendant par la suite dans le salon, déposant deux verres propres et passant le petit encas à Silat.

« Bon,  si je comprends bien, la mission consisterait à se rendre dans cette fameuse auberge oui mais après ? Que faudrait-il faire concrètement ? »

Elle jeta un rapide coup d’œil vers la baie vitrée observant l’extérieur avant de reporter son attention sur son interlocuteur, mordant également dans son repas du soir. Si monsieur aurait voulu un repas chaud, il n’aurait qu’à le lui demander, mais des fois un simple petit sandwich pouvait aisément faire l’affaire. Et puis, elle les avait bien fourni donc ils ne manquaient logiquement pas de goûts. Avalant sa bouchée, elle continua :

« Tout dépend quand tu dois partir pour ta mission Silat, mais je te propose d’attendre au moins jusqu’à l’aube pour voir si Arashi reviendrait pendant la nuit. »

Quelques heures de plus ou de moins ne pouvait pas faire la différence et rien n’indiquait si oui ou non la vampire allait réellement revenir ou non. Le mieux était donc de lui laisser un peu de temps pour arriver et également se servir de ce temps pour se préparer avant le départ.
Journalisée

Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 81



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #5 le: Février 26, 2014, 05:12:44 »

Pas besoin d’un réel don d’empathie pour sentir que Shad n’était que trop peu emballée à l’idée de se retrouver, une nouvelle fois, embarquée dans un plan farfelu. Mais Silat n’en démordrait pas, et cela se lisait dans son beau regard d’émeraude, dans ses yeux espiègles, plissés. Il portait, en ce moment, l’expression typique de celui qui n’écoute les arguments d’une personne que pour les contredire.

Ce qui était d’autant plus étrange lorsque l’on savait qu’il n’était pas dans les habitudes de Silat de réclamer des partenaires.  Pourtant, il n’avait pas le choix, et cette fois-ci, il le sentait. L’insistance qu’avait eut Connor sur la réussite de cette mission était peu commune, et signifiait également la difficulté de l’entreprise. L’oriental n’était, en tous cas, pas assez bête pour se jeter seul dans la gueule du loup. C’était le cas de le dire.

Lorsque la louve s’en alla, Silat jeta un coup d’œil vers elle, vérifiant le chemin qu’elle empruntait. Non pas qu’il la pense capable de s’en aller pour le laisser seul avec ses problèmes, mais… Enfin, ce petit moment de solitude lui laissa tout le loisir d’observer la lettre qu’il tenait dans ses mains. Son regard d’émeraude pétilla, dans un mélange de curiosité et d’impatience.

Finalement, l’assassin fut tiré du fil de ses pensées par les bruits de pas de l’autre habitante. Elle avait ramené de quoi manger, sans vraiment prendre la peine de consulter Silat sur ses goûts, et surtout, sur son appétit. Néanmoins, le jeune homme accepta le sandwich, le déposant sur un des plateaux de la petite table. Il n’avait pas très faim, à vrai dire.

Face aux questions de la Terranide, le jeune oriental haussa ses épaules, signe nonchalant qu’il n’avait aucune idée du déroulement de sa mission. Secouant une nouvelle fois la lettre, Silat la déposa négligemment sur la table, croisant ensuite les bras pour s’adosser un peu mieux sur l’épais fauteuil.

« Aucune idée. Je dois ouvrir cette lettre une fois sur place. Bien évidemment, j’ai déjà essayé de l’ouvrir au préalable, mais il y a un enchantement dessus, je n’arrive même pas à déchirer le papier. » Avoua l’assassin, soupirant ensuite légèrement. « Je pense que le plus judicieux serait de voir sur place. Mais j’ai du mal à saisir pourquoi les instructions devraient absolument être lues une fois dans l’auberge. Qui sait ? »

Silat avait appris à ne plus chercher de logiques dans les ordres de son mentor, et se contentait d’obéir. Il ne pouvait dire si Shad était dans le même cas, mais cela lui semblait peu vraisemblable. Dans la demeure du clan Belmont, être esclave était, en réalité, une bien intéressante position. Logé, nourri, payé à ne pas faire grand-chose, et une liberté relative de mouvement.

Le jeune oriental, lui, n’avait pas la vie facile, quand il n’était pas en mission, il était obligé de s’entraîner à s’en ruiner muscles et os. Mais c’était devenu une habitude, un ensemble de rouages sans lequel Silat ne pouvait plus fonctionner. Il ne s’en plaignait pas trop, de plus. Sauf qu’aujourd’hui, il avait besoin d’aide, et il comptait bien en obtenir.

Attendre l’aube n’était pas une sage idée. Et si c’était de repos dont Shad avait besoin, elle aurait tout le loisir de se détendre à l’auberge. Le chemin était, en temps normal, assez long, mais Silat connaissait quelques raccourcis, et il venait de passer une heure à apprêter les chevaux les plus rapides de l’écurie. Il fallait bien qu’il y ait une raison à tout cela.

« Non, je ne peux pas attendre. » Soupira Silat, en se levant prestement. « Shad, que tu daignes m’excuser ou non, je réquisitionne ta présence. J’ai apprêté tous les chevaux de l’écurie, sans but, je dois l’admettre, mais cela s’avère avoir été une bonne idée. Maintenant, nous allons rejoindre les écuries, prendre les deux plus rapides Pur-sang Ashnardiens, et nous rendre à l’auberge du Chemin Vert. » Affirma le jeune homme, récupérant la lettre et achevant sa bouteille.

N’ajoutant pas un mot de plus, il se rendit vers les écuries, quittant le salon puis la demeure, tout en s’assurant que la louve le suivait. Connor pouvait rentrer d’un moment à l’autre, et il serait plus que judicieux de mettre en route la mission avant le retour du démon.

« Il y en a pour une heure de chevauchée, peut-être plus. »
Expliqua Silat, ouvrant la porte des écuries, sans se retourner.
Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #6 le: Février 26, 2014, 06:53:11 »

La lupine écoutait attentivement  les explications de SIlat,  son regard posé sur l’étrange enveloppe que l’oriental ne cessait d’agiter.  Il ne fallait pas être doué d’intelligence  pour comprendre qu’elle aurait voulu savoir le contenu. Pourtant,  il semblait bien que  Stephen avait mis une protection dessus. En réalité, la Louve se demandait pourquoi une telle précaution. Pourquoi Silat ne pouvait-il pas l’ouvrir ici-même afin de savoir quelle mission lui avait été confiée.

La Terranide ne savait pas de combien de temps disposait Silat et comme ce dernier lui avait fait part que l’aide d’Arashi serait la bienvenue, la Louve lui avait proposé de l’attendre, attendre jusqu’à l’aube pour voir si la vampire reviendrait. Pourtant, l’Oriental ne semblait pas  vouloir attendre et  ses paroles confirmèrent les doutes de la lycane. Le regardant se lever, la lupine hocha simplement la tête, avalant la dernière bouchée de son repas fait sur le coude.

« J’ai compris Silat, je vais juste rapidement me changer. SI je dois t’aider, cette tenue ne risque pas d’être très appropriée «

A ces mots, elle prit la direction de sa chambre et troqua sa tenue d’esclave contre une tenue plus sobre, plus appropriée à la mission qui pourrait l’attendre. La Louve ne prit pas la peine de ranger la robe qu’elle portait, la jetant simplement sur le lit. Après tout, elle ne pouvait pas faire attendre plus longtemps Silat qui devait être en train de préparer leurs montures.  S’équipant de ses différentes paires d’armes, elle s’étira rapidement, jetant un rapide coup d’œil au dehors avant de rejoindre Silat.

« Voilà, désolé pour le temps. »

C’était une excuse bien exagérée. A tout casser, la Terranide avait dû mettre  cinq minutes. Il n’y avait donc pas de quoi fouetter un chat.  Elle s’approcha  par la suite vers  une jument, caressant l’encolure de l’animale à la robe d’ébène. Sans un mot de plus, elle attrapa les rênes du destrier et fit sortir ce dernier de l’écurie.  Une fois au dehors, la Louve s’installa sur la selle, se mettant convenablement, elle donna un petit coup de pied sur le flanc de l’animal, le faisant avancer côte à côte de celui du jeune assassin

La Louve suivit le rythme prit par l’Oriental, son regard porté vers l’avant. Il n’y avait pas grand-chose à dire en réalité et elle ne voulait pas briser le silence qui s’était installé. Un silence qui n’était pas oppressant loin de là.  Seul  le bruit des sabots des chevaux brisaient l’agonie du silence.  La Terranide ne manquait pas de retenir quelques points aperçu le long du chemin emprunté. Des points de repères qui pourraient ou non s’avéraient utiles prochainement.

Finalement, comme l’avait indiqué Silat, l’auberge fut en vue après une bonne heure de chevauchée. La Terrranide mena sa monture près d’un enclos  disposé à cet effet. Descendant de la jument, elle la fit rentrer en même temps que celle de Silat et se tourna par la suite vers l’Oriental, désignant subtilement l’auberge d’où émanait de la fumée par la cheminée et des cris par son antre.

« Il ne reste plus qu’à y entrer et voir…Ce qui nous attends. »

Chose dite, chose faite. La louve pénétra dans l’auberge, faisant fi des quelques regards qui se posèrent sur eux.   Ils étaient arrivés à destination et maintenant une seule question traversait son esprit. Quelle est le contenu de l’enveloppe ?  Afin de ne pas éveiller quelques soupçons à rester là, debout à ne rien faire, la Terranide indiqua une table libre dans un recoin de l’auberge, s’y installant donc avec Silat.

« Bien…Et maintenant ? »
s’enquit-elle d’une voix basse.

 La louve avait un mauvais pressentiment face à tout cela, pourtant, elle ne pouvait plus faire marche arrière.  Joignant ses mains, son regard posé sur Silat, elle attendit  patiemment la suite.

[hrp : Un peu court, mea culpa :/]
Journalisée

Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 81



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #7 le: Février 27, 2014, 11:21:41 »

Le temps que Shad aille se préparer, Silat put se rendre à l’armurerie, récupérer du matériel approprié. Quelques chakrams, déguisés en bracelets. Une bague volumineuse, dont la gemme était en réalité une fiole de poison, reliée à une griffe rétractile. En plus de cela, le jeune homme s’arma d’un Katar, habilement dissimulé dans les plis de son sarouel, recouvert par une ceinture de tissu.

Peut-être tout cet armement était-il nécessaire, peut-être que non. Mais le jeune oriental avait pris l’habitude de toujours penser plusieurs coups en avance, pour assurer la réussite de ses missions.

Quant à la Terranide, elle descendit en même temps que son futur partenaire remontait. Ils semblaient tous deux prêts, bien que les changements vestimentaires et équipementiers soient bien plus notables sur la louve que sur l’assassin.

Silat accepta le retard, tout relatif, de la jeune femme d’un simple hochement de tête et pressa le pas en direction des écuries, où les chevaux devaient les attendre.

Une fois sur place, il fallut que le jeune valet s’affaire à terminer les préparations pour les deux montures. Selles, mords et sacoches remplies d’argent et de babioles. Rapidement, le duo se mit en route, sur le rythme rapide des percussions, alors que les sabots des destriers martelaient le sol, en cadence.

L’oriental appréciait le silence, même s’il aurait volontiers apprécié de discuter avec celle qui l’accompagnait. Mais Shad semblait concentrée sur le trajet, encore plus lorsqu’ils eurent quitté la ville, et Silat n’eut pas l’audace de la déranger dans ses observations muettes. Silencieusement, le tueur suivit la route qu’il connaissait, jusqu’à cette auberge qu’il avait visité en de rares occasions par le passé.

Sur le chemin, le ciel azuré prenait des tons qui viraient sur le plus profond des bleus, marquant la naissance la nuit noire. Le manque d’éclairage rendait la suite de l’expédition encore plus compliquée, et l’oriental sortit une lanterne de la sacoche de sa monture. Un petit mécanisme de silex incorporé fit jaillir flammes et lumière réconfortante de derrière le verre de la lampe à huile.

Menant la chevauchée, le jeune homme accrocha l’éclairage à une des sangles des sacoches, assurant un éclairage décent, et que l’animal ne se brûle pas avec le verre chaud. Le rythme reprit, le champ des grillons commençant finalement à ajouter des sonorités familières aux percussions animées des destriers, dont la course commençait à fatiguer.

Une dizaine de minutes plus tard, le pas des chevaux prit fin. Ils étaient arrivés, devant la fameuse auberge du Chemin Vert. C’était le dernier endroit où passer la nuit avant les chalets des Montagnes d’Argent. La bâtisse se trouvait au pied de la montagne, mais déjà à une hauteur considérable. Fortement éclairée, il était impossible de la manquer, malgré les arbres qui entouraient la zone.

Les Montagnes d’Argent elles-mêmes faisaient souffler un murmure glacé sur la fin de la forêt.  On les appelait ainsi en raison de la pierre argentée qui les composait, même à une hauteur relativement peu élevée. Elles séparaient Nexus des Plaines d’Ashnard, par le nord, s’étendant sur tant de lieues qu’aucune construction humaine ne pourrait espérer un jour les surpasser.

« Pas aujourd’hui. »
Souffla Silat, en observant les silhouettes menaçantes des cols gargantuesques. « Nous sommes arrivés ! » Signifia-t-il à Shad, malgré l’évidence.

Prenant son temps, le tueur alla parquer son cheval dans les écuries de l’auberge. L’édifice était de taille, servant de relais à nombre de marchands d’esclaves, qui faisait le chemin d’Ashnard à Nexus. Car les Montagnes d’Argent avaient beau être mortelles, elles restaient plus sûres que les routes infestées de monstres de l’Empire Rouge. Ainsi donc, elles attiraient nombre de commerçants, qui préféraient risquer leur cargaison plutôt que leur vie, quand ils ne pouvaient s’autoriser le luxe d’un voyage par bateau.

Seule à l’embouchure de la Forêt, l’auberge du Chemin Vert se tenait, fière et colossale. Les écuries étaient presque remplies, aussi le duo eut-il quelques peines à trouver de la place pour les deux montures qu’ils empruntaient.

Même en dehors, l’on entendait les cris provenant de l’endroit, entre grognements incompréhensibles et chants de poivrots complètement saouls. Une telle ambiance laissait aisément, aux personnes les plus discrètes, le loisir d’accomplir méfaits en tous genres. Mais, quelque part, Silat doutait de la probabilité que lui et Shad ressortent de l’endroit sans un grand lot de soucis.

Pourtant, il fut surpris de constater le manque d’attention qu’apportait leur venue, lorsqu’ils entrèrent dans l’auberge. L’ensemble des clients était assez hétéroclite pour que le fait soit noté. Certains Terranides conversaient normalement avec des esclavagistes orientaux, et d’autres portaient même le blason de groupes esclavagistes. Le meilleur moyen de ne pas être traqué, c’est de traquer, songea Silat.

« Maintenant, on va lire cette lettre. » Affirma l’assassin, prenant place à la table.

Au contact des doigts du jeune homme, la lettre se mit à se froisser très légèrement, toute seule. Le cachet de cire fut parcouru d’un éclat, comme s’il brillait à la lueur d’un soleil étincelant. Puis, le sceau de la lettre craquela, comme un signe que le cachet ne résisterait plus à une simple pression du doigt. Impatient mais prudent, le jeune assassin releva délicatement le pli supérieur de l’enveloppe, dévoilant un mince morceau de papyrus. Il était inhabituel pour Connor d’écrire sur ce genre de matériau, et Silat s’enquit immédiatement d’un tel fait.

« C’est un papier en papyrus. » Dit simplement Silat, passant son doigt sur les rebords. « Il y a une gravure en bas à gauche. Celle du Protectorat des Sables Blancs. » Constata-t-il, écarquillant quelque peu les yeux.

L’écriture était en langue orientale, soignée et lisse, clairement pas celle de Stephen. Perplexe, l’oriental se retourna vers la lampe au plafond, vérifiant qu’aucun message n’était caché par l’opacité de la feuille. Rien. Il ne restait plus qu’à lire le message écrit, alors. Silat observa Shad, lui faisant silencieusement signe de l’écouter attentivement.

« Cher Duc de Belmont, suite à notre entretien, l’Infitâr du Protectorat des Sables Blancs consent à accorder un entretien à vos émissaires, lors de leur venue. Sachez que nous accueillerons vos envoyés à n’importe quel moment, dans les termes convenus. Soyez également avertis qu’en cas de découverte, l’Infitâr niera toute affiliation avec votre projet.  Cordialement, Zakat. » Silat releva les yeux vers Shad, ayant fini de lire.

Tout cela n’avait que peu de sens pour l’oriental, qui n’avait jamais connu le Pays des Sables Blancs, depuis que l’endroit était passé sous contrôle Ashnardien, quatre générations auparavant.  Ce qu’il savait, en tous cas, c’était que la prochaine destination était le Protectorat des Sables Blancs, à une semaine de route d’ici. Mais comment s’y rendre dans les temps ? Silat n’avait plus que trois jours devant lui.

« Je pense qu’on est supposé voir quelqu’un, ou quelque chose, dans cette auberge. » Réfléchit le jeune homme, à voix haute. « Comment pourrait-on se rendre d’ici au Palais des Sables Blancs, en moins de deux jours ? » Se demanda-t-il, laissant également pendre la question à Shad.
Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #8 le: Février 28, 2014, 06:42:36 »

Il aurait fallu être aveugle pour ne pas remarquer la diversité d’ethnies des personnes présentes dans l’auberge. Des races qui à la base étaient censées se pourchasser, se haïr entres elles, discutaient et parlementaient au sein de  ce bâtiment. L’Okami avait bien sûr noté l’étrange coopération entre des Terranides et des esclavagistes venus d’Orient, pourtant, ce n’était pas pour cela qu’elle allait abaisser sa capuche d’ébène et dévoiler à tous sa véritable nature. Si tu veux être en paix, fais-toi discret. Du moins, le plus possible.

Mais maintenant, le moment de vérité était enfin arrivé. La Louve  n’avait nullement besoin de se pencher plus pour cacher les paroles du jeune assassin ou  pour mieux les entendre. Ses oreilles bougèrent rapidement, en quelques à-coups, discrètement sous leur cachette.  Silat n’avait ainsi qu’à murmurer pour que Shad l’entende sans la moindre difficulté.  Le regard de la lupine se porta sur l’enveloppe qui enfin, comme par magie, s’ouvrit, le sceau se détruisant afin de permettre la lecture de la fameuse missive.

L’origine du papier interloqua la Terranide, si le message venait de Stephen, n’aurait-il pas utilisé un matériau différent ?  Le papyrus était une matière utilisée dans de lointaines contrées et il n’était pas difficile de comprendre que le véritable propriétaire de cette lettre devait venir de telle contrée. Pourtant, la simple nature du papier à lettre ne permettait pas de définir adroitement sa véritable provenance.  Les yeux de Shad se posèrent par la suite sur l’écriture qui formait les lignes de la missive. Une écriture, qu’elle ne savait déchiffrer formées de courbes et de lignes soyeuses, arrondis. Une écriture orientale.

Et pour être tout à fait sincère, la nomination de la signature ne dit absolument rien à la Louve. En réalité, elle n’avait jamais entendu parler du Protectorat des Sables Blancs et se demandait même de quoi cela en retournait. Etait-ce une guilde ? Un groupe d’hommes fortunés ? Des mercenaires ? Tant de possibilités qui pour le moment resté sans réponse.  Enfin, bien que la source de la lettre soit importante, son contenu l’était encore plus et la lycane écouta attentivement sa lecture par le jeune assassin.

« Cher Duc de Belmont, suite à notre entretien, l’Infitâr du Protectorat des Sables Blancs consent à accorder un entretien à vos émissaires, lors de leur venue. Sachez que nous accueillerons vos envoyés à n’importe quel moment, dans les termes convenus. Soyez également avertis qu’en cas de découverte, l’Infitâr niera toute affiliation avec votre projet.  Cordialement, Zakat.

Une rencontre ? La mission de Silat n’était qu’en réalité qu’une simple rencontre ? Cela semblait pourtant si simple et pourtant si le démon avait bien souligné à son disciple qu’il ne devait pas faillir, cette rencontre devait être particulièrement importante et ne devait souffrir d’aucun échec.  Les doigts de la Louve se mirent à taper doucement sur le bois de la table, en rythme, pendant qu’elle méditait. Quelque chose n’allait pas.  Silat marquait un point en soulignant le fait qu’ils ne pouvaient attendre une destination  située à une semaine de marche en trois jours. Cela relevé de l’impossible, à moins d’avoir certains substituts. Comme par exemple, le fameux portail de téléportation de Stephen. Le regard de la Louve s’illumina un instant, comme si une évidence venait de lui parcourir l’esprit. La magie. Après tout, ils étaient sur Terra et cette dernière était fait courant en ce monde.

« Nous ne pouvons pas attendre notre destination en si peu de temps, de plus je n’ai aucune idée pour ma part où cela peut se trouver, mais j’imagine que toi tu le sais. »

Elle désigna par la suite la lettre  de son index,  souhaitant avoir quelques informations à ce sujet.

« Depuis quand l’as-tu eu Silat ? Peut-être aurais-tu dû partir dès sa réception et que notre cher émissaire ne soit plus présent en ces lieux ? Mais si  c’est le contraire, encore faudrait-il le trouver.  Je serais d’avis de penser qu’il faudrait chercher une personne à l’allure plus proche des contrées où nous devons nous rendre, mais avec tout ce capharnaüm.. »

Shad observa la taverne sans un  mot, son silence en disant assez. L’auberge était bondée de monde et il ne serait absolument pas évident de trouver la personne, si d’autant il en avait une, à contacter. Et ils ne pouvaient se permettre de perdre trop de temps. Songeant rapidement, la Terranide reporta son attention sur Silat, commençant à énumérer une deuxième solution :

« Si nous ne le trouvons pas, il faudrait trouver des montures plus ada… »

Une bouteille de liqueur de grenades, posées sèchement entres les deux protagonistes interrompit la Louve qui leva un regard inquisiteur vers le serveur. Ce dernier les observa tour à tour et grommela un simple «  Vot commande ».  L’homme s’éclipsa avant d’être interrogée par l’un ou l’autre.  Interloquée, la Louve attrapa la bouteille et l’observa un instant. Une partie du contenue était déjà entamée.

« Tu n’as rien commandé n’est-ce pas Silat ? »

Alors pourquoi  avaient-ils étaient servis ? Et surtout de la boisson préférée de l’assassin qui étrangement provenait des contrées où pouvait se trouver leur point de rendez-vous. Pensive, la Louve pencha un peu la bouteille toujours close, faisant couler son contenu vers le goulot avant de s’arrêter et de poser la dite bouteille goulot vers le bas contre la table. Shad  tapota par la suite sur le verre et désigna des signes à Silat. Ou plutôt une écriture qui semblait être inscrite dans le verre.

« Je ne sais absolument pas lire ce qui est marqué, mais je pense que cela nous est désigné. A toi l’honneur. »

Une chose était sûre. Une personne attendait la venue des émissaires du démon. Il restait encore à savoir où cet individu pouvait se trouver actuellement au sein de l’auberge.  Mais avant tout, il fallait également savoir ce que contenait ce message.
Journalisée

Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 81



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #9 le: Mars 04, 2014, 01:55:01 »

S’il avait manqué de contexte, Silat aurait pu penser que son mentor se moquait de lui, au travers de la mission relativement banale qu’il lui avait confié. Tout semblait indiquer que la tâche du jeune oriental consistait en un simple entretien avec un groupuscule armé du Protectorat des Sables Blancs. L’Infitar était la branche armée du Sultanat fantoche instauré par la puissance Ashnardienne dans le pays colonisé, et ne présentait apparemment que peu d’intérêt pour le Duc Nexusien.

Cependant, le jeune assassin était le parfait pion. Il descendait du clan Burega, qui avait constitué durant des décennies la garde rapprochée de la précédente dynastie Sultane, du temps de l’indépendance. Nombre de révolutionnaire combattant le pouvoir Ashnardien réclamaient le retour de la huitième dynastie, celle qui était si liée à la famille de Silat. Les enjeux ne mirent pas plus de quelques minutes pour sauter aux yeux du tueur, qui conserva tout de même son calme.

« Tu sais, je doute que ce soit pour une simple visite de courtoisie. » Murmura l’oriental, l’air perplexe.

Le jeune assassin se serait bien répandu en explication, mais il ne souhaitait pas attirer l’attention inappropriée de certains clients. Si Connor avait réellement envoyé son disciple fomenter les prémices d’un coup d’état, il valait mieux rester très discret. Gardant ses paroles pour lui, Silat se frotta alors lentement le menton, relisant le papier, pour saisir tout éventuel message caché.

Quel intérêt Stephen pouvait-il bien avoir à créer un conflit civil dans un Protectorat Ashnardien ? Sans doute était-ce une mesure contre l’Empire Noir. Mais le Sultanat des Sables Blancs n’était certainement pas un des royaumes qui comptaient le plus sur la liste des alliés d’Ashnard. Un grand nombre de questions se bousculait dans l’esprit du jeune homme, qui décida de reporter les curiosités à plus tard.

Un sourcil se haussa sur le front de Silat, alors que Shad l’encourageait à relire la lettre. Dubitatif, l’oriental se pencha de nouveau sur la lettre. Son regard observa chaque courbe, chaque calligraphie qui menait à un ensemble de mots. Rien ne semblait particulièrement dérangeant dans l’écriture, et dans le contenu de la lettre. Relevant son regard vers la Terranide, Silat lui fit signe qu’il ne comprenait pas où elle voulait en venir.

« Shad, j’ai cette lettre depuis quatre jours, il est impensable que quelqu’un m’ait attendu ici tout ce temps. Si c’était un rendez-vous, tu pourrais être certaine que l’on m’aurait indiqué une date et une heure. » Résonna le tueur. « Je connais les habitudes de Connor, ce n’est probablement pas un rendez-vous, et s’il comptait à ce que je rejoigne quelqu’un, alors nous trouverons sûrement un signe. Pour l’heure, je vais aller r… »

Silat fut interrompu par un bruit sec. Une bouteille de verre venait d’être posée sur la table qui séparait les deux protagonistes. Dans un reflexe habituel, le regard d’émeraude du jeune homme fila sur celui qui était à l’origine de ce don. Pourtant, rien de spécial ne se dégageait de l’allure du serveur. Un homme dans la trentaine, de taille moyenne, assez ventripotent, arborant une grosse moustache rousse.

« Ce n’était certainement pas notre hypothétique contact, en tous cas. » Conclut Silat, n’observant pas plus l’homme qui s’en allait.

Un minimum de bon sens aurait bien sûr poussé quiconque à se lever pour interroger le serveur sur la raison de ce cadeau au contenu déjà entamé. Mais l’oriental n’agit pas, pour une raison qui le dépassait encore. Sans doute réfléchissait-il trop pour réaliser qu’un homme probablement détenteur d’indices venait de s’en aller, à l’instant. Mais probablement la bouteille révélerait-elle quelques secrets. C’était, en tous cas, tout ce que pouvait espérer le jeune tueur, alors qu’il réfléchissait à la situation.

Quant à la question de la louve, Silat ne répondit que d’un léger mouvement de tête, niant d’avoir commandé la liqueur. Si la liqueur de grenade était un produit quasi-exclusif à l’orient, elle restait un met suffisamment rare, même dans son pays d’origine. Non pas qu’elle soit chère, mais sa dégustation n’était appréciée que de certaines personnes, et portait une connotation d’affiliation avec la famille Royale.

L’assassin observa Shad, sans dire un mot. Il ne put qu’admirer le fait que la Terranide parvienne à faire tenir en équilibre une bouteille filiforme et pleine de liquide sur son goulot, mais quelque chose d’autre appela bien vite son attention. L’oriental récupéra rapidement la bouteille, par crainte que le petit numéro de la louve n’attire l’attention. Faisant mine de vouloir lire l’étiquette, il traduisit les écritures gravées dans le verre.

« Un portail, au sommet du Pic Bleu, dans les Montagnes d’Argent. » Lut simplement le jeune homme, un sourcil haussé.

Un portail ? Silat n’était pas sûr de comprendre le message, mais il était certain du fait que cela lui était destiné. Bien évidemment, le jeune homme peinait à croire en la situation, des plus farfelues, mais il devait bien admettre que c’était là la seule piste disponible. Un baillement vint alors à déformer la bouche de l’assassin, en signe de fatigue. S’il fallait visiter les Montagnes d’Argent, autant aller se reposer avant.

« Shad, tu dois être fatiguée. J’ai un peu d’or sur moi, largement de quoi payer une suite pour la nuit. Je suggère que nous allions nous coucher. Le Pic Bleu est à deux heures du Chemin Vert, et je n’ai pas envie de prendre les sentiers montagneux durant la nuit. » Argumenta Silat, couvant un autre baillement de sa main. « Allons-y. Prends la bouteille, on ne sait jamais. » Dit-il en se levant, pour aller louer une chambre à l’aubergiste.
Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #10 le: Mars 04, 2014, 03:32:40 »

Bien vu l’aveugle.

Les courbes inscrites sur le verre de la bouteille précédemment déposée par  un des nombreux serveurs,  comportait effectivement un message à l’attention du jeune oriental, ou du moins, un message qu’il était en mesure de lire.  Si on devait traduire ce que pouvait lire la Terranide face à ce type d’écriture, cela pourrait se traduire par : » ligne, ligne, courbe, ligne, courbe… . En résumé, elle était bien contente  que Silat puisse faire office de traducteur.

« Un portail, au sommet du Pic Bleu, dans les Montagnes d’Argent. »


La Louve haussa un sourcil de surprise face à la lecture du message. Pouvait-il s’agir d’un portail tel qu’elle en avait déjà traversé en présence de Stephen ou était-ce un portail d’un tout autre genre ? D’un côté, elle restait sur sa première impression. S’ils devaient se rendre dans un lieu éloigné rapidement et sans éveiller certains soupçons, il s’agissait probablement  de la manière la plus rapide qu’il soit.  Il fallait juste peut être déploré le fait que ce fameux portail n’était pas situé dans l’auberge mais au sommet  d’un pic de ces montagnes formant la frontière entre Nexus et Ashnard. En d’autres termes, l’atteindre ne risquait pas d’être une petite partie de plaisir.

Songeuse, la Terranide se demanda même si une personne les attendrait  au sommet de ce fameux pic afin de leur donner plus d’informations.  Silat avait également souligné le fait qu’il ne pensait pas qu’il s’agissait que d’une simple visite de courtoisie et plus l’Okami y pensait, plus elle rejoignait cette idée. Sinon pourquoi devrait-il passer par autant d’étapes pour atteindre leur destination ? Surtout qu’à bien y réfléchir, envoyé un assassin pour des discussions n’étaient pas la chose la plus intelligente qu’il soit.  Devraient-ils semer la zizanie ? Elle fut cependant sortie de ses pensées par Silat qui lui adressa la parole et lui proposa simplement d’aller se coucher.

« Un peu oui, mais toi aussi tu l’es » fit-elle remarquer un léger sourire aux lèvres en le voyant bailler.

La Louve se leva de la table et pris avec  elle la bouteille comme demandée, allant rejoindre Silat au comptoir de l’auberge où il était en train de louer une suite pour la nuit. La Terranide jeta un rapide coup d’œil dans l’assemblée et espérer qu’aucune des personnes présentes ne viendrait faire les troubles fêtes. Il était même étonnant qu’une escarmouche ne s’était pas déjà crées avec tout ce beau monde qui plus est.  Le regard de Shad se posa un bref instant sur l’une des nombreuses fenêtres  et à voir la pénombre qui régnait dehors, il était sans doute plus judicieux de prendre les sentiers dans la matinée avec une visibilité plus clémente.

La suite fut payée, direction le deuxième étage.  La bouteille toujours en main, la lycane suivit l’assassin jusqu’à leur lieu de repos. Une simple chambre comportant une commode, des sanitaires, de quoi se laver grâce à une espèce de bassine, une sorte de bureau,  un lit double et un fauteuil.  La lycane ne put s’empêcher d’hausser un sourcil, vu le nombre relatif de meubles qui se trouvaient dans la pièce, elle espérait bien que Silat n’avait pas payé une fortune pour..ça. La bouteille fut posée sur le bureau. Après tout, elle n’allait pas la garder tout le temps en main.  S’étirant rapidement, la Terranide retira sa toge ne restant plus qu’en pantalon noir et haut de la même couleur.

«Tu as une meilleur idée de ta mission Silat ? » s’enquit-elle, marchant un peu dans la pièce, allant mettre la fenêtre en bascule pour faire entrer un peu d’air frais. 

Oui, car ça puait et cela incommodait l’odorat de la Terranide. Bien évidemment, elle savait que Silat pouvait  lui parler de fait qu’il préférait débattre en privée et cette petite ouverture pouvait permettre à quiconque d’entendre leurs discussions. Elle ne la laissa ainsi que quelques secondes, juste assez pour chasser l’air vicié et le renouveler.  Attendant la réponse de Silat, elle désigna  finalement d’un geste le lit et le fauteuil.

« Choisi ce que tu préfères, je prendrais l’autre. »

Dormir dans un fauteuil n’était pas la pire chose qu’elle aurait faite, mais elle doutait bien que l’assassin et elle partagent la même couche.  De  plus, il lui semblait plus logique que ce soit lui qui  choisisse qui dormirait où. Après tout, n’avait-il pas payé ?
Journalisée

Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 81



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #11 le: Mars 05, 2014, 09:16:12 »

Silat observa la nuit, par une des fenêtres de l’auberge. Les bois obscurs contribuaient à rendre la nuit encore plus noire et menaçante. Une certaine ambiance régnait tout de même dans la pièce principale. Tout le monde semblait relativement bien s’entendre, et une multitude de chants grivois, piaillée dans toutes les langues, résonnait en permanence.

Pourtant, l’assassin ne se sentait pas de prendre part aux festivités, ni avec les occidentaux de Nexus, ni avec les Orientaux d’Ashnard. Il avait sommeil, certes, mais ce n’était pas tout. Silat s’en faisait également pour la mission, espérant qu’il réussirait à la mener à bien. Ces temps-ci, un paquet de révélations lui étaient tombée sur le nez, et il peinait à tout assimiler, et tout gérer.

Le jeune homme sourit à la réponse de Shad. Evidemment, lui aussi ne rêvait que du confort d’un lit chaud. Par chance, il avait assez d’or sur lui pour s’assurer qu’ils dorment dans la meilleure chambre de l’auberge. Ce qui n’était pas grand-chose en réalité, mais un petit luxe, à sa propre échelle. Dans un nouveau bâillement, l’assassin se leva.

Rapidement, même très rapidement compte tenu de sa fatigue, l’éphèbe s’approcha du comptoir. Il y posa ses coudes, avant-bras relâchés et étalés sur le bois du bar. Tapant quelques coups de sa bague sur le rebord, il reçut finalement l’attention du barman, débordé et occupé à servir plus de clients qu’il n’avait de doigts. Les deux hommes échangèrent quelques politesses et paroles, avant de ne troquer pièces d’or contre clefs.

Alors, l’oriental revint vers Shad, dont il tapota l’épaule pour lui faire signe de le suivre.

« Nous pourrons parler plus en détails des objectifs une fois en haut. » Murmura l’oriental, après avoir balayé la pièce du regard.

Certaines idées étaient plus confortablement formulées dans la sécurité relative d’une pièce close qu’à la table d’un bar abondamment peuplé. Et Silat avait déjà une petite idée de la nature qui définissait la suite des évènements. Aussi trouvait-il juste d’en parler à la louve, afin qu’elle sache dans quel genre de conflit elle s’embarquait.

Lorsqu’il ouvrit la porte, le jeune homme ne fut pas surpris par la qualité toute relative de la pièce. C’était ce qu’il y avait de mieux dans cet endroit miteux. Au moins, ils étaient encore assez loin des écuries pour ne pas être envahis par les odeurs nauséabondes qui en provenaient.

Silat récupéra la bouteille une fois que Shad l’eut déposée. Il restait silencieux, relisant un instant les inscriptions gravées dans le verre. Comment avait-on pu savoir à qui donner cette boisson ? Pourquoi était-elle déjà entamée ? Tout cela n’avait aucun sens, mais l’oriental était sûr d’une chose : il fallait s’en méfier. Le jeune homme observa la bouteille sous toutes ses coutures, soupirant à la question de la Terranide.

« Encore plus qu’une idée. Si ce n’est pas un piège, je sais parfaitement en quoi consiste notre mission. » Expliqua l’oriental, déposant la bouteille. « Et je prendrai le lit, toi aussi. Je n’ai pas loué une chambre de cette taille pour qu’un de nous dorme ailleurs que dans un lit. »

De toute façon, Silat n’était pas le genre d’homme que l’on craint d’avoir dans son lit, même au-delà du facteur physique. Il n’était pas particulièrement amateur de contacts physique, et son cerveau n’était que rarement assailli par des pensées charnelles. Sans doute considérait-il sa mission comme bien plus importante que tout le reste.

Demandant un moment de silence, en dressant son index droit face à Shad, le jeune homme secoua sa main gauche. Une fine pointe de presque quinze centimètres jaillit de la bague qu’il portait au majeur gauche. Cette même pointe fut trempée dans la bouteille de liqueur, y injectant quelques gouttes d’un fluide translucide.

Silat observa le liquide quelques instants, et finit par attraper la bouteille pour y boire au goulot. Après une franche gorgée, il vint s’asseoir sur le lit, gardant le breuvage en main. Un sourire naquit sur ses lèvres, alors qu’il jetait ses chaussures à l’autre bout de la pièce, d’un mouvement du pied. Mais le rictus s’estompa bien vite, alors que l’assassin invitait Shad à venir s’asseoir.

« Je vérifiais qu’il n’y avait pas de poison dans la bouteille. Si le liquide avait viré au bleu, ça aurait été mauvais signe. » Expliqua simplement le jeune homme. « Maintenant, je vais t’expliquer de quoi il en retourne. »

En un peu plus de quinze minutes, Silat conta à Shad l’histoire du Protectorat des Sables Blancs. Un Sultanat qui était passé sous le contrôle d’Ashnard, cent ans auparavant. L’endroit présentait un avantage géographique, se trouvant proche de Nexus, et un avantage militaire, car l’armée annexée était conséquente et offrait un stationnement proche de la frontière.

La conquête du Protectorat s’était faite par une série de trahisons internes. Tout cela avait mené à la fuite de la huitième dynastie des Sultans du Sable Blanc, et au départ de tous les clans qui gravitaient autour de cette famille, en tant que protecteurs ou vizirs.

Finalement, Ashnard avait mis en place un nouveau Sultanat, soi-disant indépendant mais en réalité complètement soumis à l’Empire Noir. A cette période, un groupe nommé l’Infitar était né, regroupant les partisans de l’ancien Sultanat qui avaient choisi de rester vivre dans la capitale, pour tenter d’épauler le nouveau gouvernement.

« Ce groupuscule est majoritairement vu comme un rassemblement de traitres, mais certaines théories courent sur le fait qu’il préparent un coup d’état depuis maintenant quatre générations. Si nous allons rencontrer leur chef, Zakat, c’est qu’il y a une raison. Nous allons certainement devoir contribuer au coup d’état, mais je ne sais pas comment. » Silat prit une pause, buvant une énième gorgée de liqueur et en proposant un peu à Shad. « Nous verrons bien. Pour l’heure, il serait judicieux de dormir. Il y a deux heures à cheval jusqu’au Pic Bleu, et il faut être éveillé et attentif sur la route. Bonne nuit. »

Sur ce, l’oriental s’allongea sur le lit, débarrassé de la bouteille, mais encore vêtu. Les nuits ici étaient froides, et la couverture seule ne suffisait pas à conserver une bonne chaleur.
Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #12 le: Mars 05, 2014, 10:40:31 »

Finalement, l’Okami dormirait également dans un bon lit cette nuit. Ce n’était bien sûr pas pour lui déplaire mais elle aurait également compris et acceptée que Silat lui désigne le fauteuil comme couche du soir. Néanmoins, elle n’allait pas s’en plaindre, loin de là !  Il était toujours plus aisé de mener à bien une mission quand le corps et l’esprit étaient parfaitement reposés et aptes à faire face à toutes sortes de situations. De plus, elle ne craignait pas de dormir avec Silat. Certes, il était bel homme mais les évènements à venir ne donnaient pas trop l’envie de se laisser aller le temps d’une nuit.

Surtout dans une auberge comme celle-ci. Qui sait ce qui pourrait arriver à un couple en train de s’ébattre ? Non, la lupine ne voulait prendre aucun risque de ce côté et puis, pour tout avouer, elle n’avait également pas trop la tête à cela. Et elle ne chercherait pas à l’aguicher, ce n’était nullement son genre. Au moins, ils étaient sur la même longueur d’onde sur ce point de vue. La Terranide voulu prendre la parole, demander ce à quoi penser Silat avant de remarquer qu’il lui intimait le silence.

Silat avait la parfaite panoplie du petit assassin. Quel tueur dans l’ombre n’avait pas sa petite bague piégée ? La louve avait déjà présumé qu’elle détenait en son sein un liquide, un poison, mais sans doute pas une dague qui répondant elle-même un liquide transparent. A la base, la Terranide se demanda si Silat n’était pas en train de piéger la bouteille. Après tout, n’avait-elle pas été ramenée déjà entamée ?  Bien évidemment, ce manque de liquide avait permis de découvrir plus facilement l’écriture gravée à même le verre. Une écriture que seul Silat pouvait lire en cette pièce. Il restait également à savoir comment le serveur avait su que le message était destiné à l’Oriental. Et comme l’avait souligné ce dernier, il fallait espérer que ce n’était pas un piège.

Mais comment vérifier à moins de se rendre au lieu indiqué ? En résumé, c’était quitte ou double. Quand elle le vit boire le contenu de la bouteille au goulot, l’hypothèse du piège parti en fumée dans l’esprit de la Terranide. Elle s’imaginait très mal Silat déposé des gouttes de poison pour après  boire la liqueur contaminée de lui-même. Et pour sa part, le jeune assassin était tout sauf un homme dénudé de raison et suicidaire. Et sachant que c’était sa boisson préférée, l’Oriental devait être sur un petit nuage en cet instant.

La Terranide vint s’assoir près de lui quand il lui fit signe de venir avant d’écouter ses explications.  Et elle dû admettre qu’avoir un produit permettant de détecter toute trace de poison était un outil bien utile en ces contrées. Mais ce qui l’intéressa surtout était l’explication de la mission. Cette dernière dura environs une quinzaine de minutes et la Louve interrompait de temps à autre Silat pour demander quelques compléments d’informations.   

Attentive, comme un élève apprenant une leçon, la Louve parvint à comprendre la plupart des explications sur ce fameux Prectorats des Sables blancs que lui conta Silat. Et la chose qu’elle retient le plus était cette question de coup d’état. Même si ce dernier était déjà en préparation depuis des années, comment l’assassin et elle-même pourraient apporter l’élément qui le déclencherait ? Tout cela était encore relativement flou et encore une fois, Shad pensa qu’ils auraient plus de réponses en arrivant à la destination indiquée, à savoir, celle se trouvant de l’autre côté du portail qu’ils devaient emprunter.

« Pour tout avouer, tout cela ne me dit rien qui aille, mais ce n’est pas comme si nous avions vraiment le choix. Je pense que nous verrons mieux quel sera notre véritable rôle, une fois sur place et merci. »

Empoignant la bouteille, la Louve en but quelques petites gorgées, frissonnant doucement sur la sensation de force chaleur qui se propageait dans tout son corps. C’était la première fois qu’elle goûtait de la liqueur de grenade et la l’expérience fut plaisante.  Elle se leva par la suite, allant déposer la bouteille sur le bureau pour ne pas être dérangé pendant la nuit avant de rejoindre Silat dans le lit. Elle aurait pu prendre sa forme animale pour avoir plus chaud mais risquait en faisant cela de briser les lattes du sommier. Elle s »en abstenu donc.

« Bonne nuit. »

Le sommeil gagna rapidement la Terranide qui fit passer sa queue contre son ventre pour y plonger ses mains, profitant de sa douceur et de sa chaleur en cette nuit fraiche. Elle ne voulait également pas gêner Silat dans son sommeil avec son appendice caudal.  La nuit se passa sans heurt, mais la lycane avait bougé pendant cette dernière, se réveillant, la tête contre l’une des épaules de l’assassin. Oui, Shad était câline et donc elle avait cherché  dans son sommeil à se rapprocher de l’oriental, sans arrière-pensées bien entendu.

Les premiers rayons de l’astre divin firent sortirent Shad de sa torpeur et cette dernière émergea doucement, grommelant quelque peu. Il n’était jamais évident de se lever quand on était bien couché ! Mais le devoir les appelait.  Sans un mot, elle se sépara de Silat, non sans s’excuser de sa proximité, quittant le lit, s’étirant pour bien s’éveiller. Ces plusieurs semaines en milieu sauvage lui avaient au moins servi à être rapidement sur pied et prêt à l’action. Faisant une rapide toilette avec les moyens du bord,  Shad remis par la suite sa toge sur son dos, prête à partir.

« Direction le sommet ? J’espère que tu as également bien dormi Silat »

Pour sa part, ce fut le cas, elle était donc au meilleur de sa forme. La lycane attendit que l’assassin se prépare à son tour avant de quitter la chambre, rendre les clés de cette dernière et d’aller chercher les chevaux à l’écurie.


Journalisée

Silat Al-Saqr
Avatar
-

Messages: 81



Voir le profil
Fiche
Description
Jeune oriental d'un mètre quatre-vingt, pesant soixante-dix kilos de muscles élancés et fins. Descendant d'un clan millénaire en exil.

Démon depuis peu, encore immature et aux pouvoirs restreints. Il reste un assassin hors pairs tout en conservant une étrange innocence due à son jeune âge.

Prophète de Kisil al-Lilat, la Déesse des Vents et de la Nuit.
« Répondre #13 le: Mars 10, 2014, 04:57:57 »

Le Protectorat des Sables Blancs était un endroit particulier, une société autrefois prospère mais injuste. Depuis l’invasion d’Ashnard, l’endroit n’avait pas fondamentalement changé. La bourgeoisie avait simplement sauté sur l’occasion de remplacer la noblesse, décimée ou en exil. En tant que descendant d’une longue lignée de noble, Silat avait d’extrêmes difficultés à se rendre dans son pays d’origine sans ressentir une grande tristesse teintée de colère, pour les souvenirs d’un passé qui n’était pas vraiment le sien.

Pour l’heure, le jeune éphèbe préférait trouver le réconfort dans ce lit au confort relatif qu’il avait loué pour la nuit. Il faisait assez froid, mais les vêtements amples et épais de l’assassin l’aidaient à supporter cette brise montagnarde. Jetant un coup d’œil par la fenêtre, avant de s’allonger réellement sur les draps, le jeune homme eut une pensée pour ce pays dans lequel il allait revenir. S’il pouvait rendre aux nobles des Sables Blancs leur place légitime, alors il ferait tout pour, même s’il devait en mourir.

Doucement, les paupières de l’oriental se fermèrent, et il se laissa emporter par le sommeil, dans les bras de Morphée.

Cette nuit fut rude, chargée de cauchemars indescriptibles, miroir des peurs que ressentait le jeune homme. La peur d’échouer et d’entacher à jamais le nom du clan, la peur des évènements à venir. Silat avait beau être un assassin froid et implacable, il en restait un homme, un jeune homme avec les craintes qui caractérisent le genre humain.

Non, Silat n’avait pas bien dormi, pas du tout. Mais il avait suffisamment l’habitude de réprimer fatigue et douleur pour faire comme si de rien était. Et puis, après tout, il était reposé, et c’était bien là le principal. Il était levé depuis une petite minute, lorsque Shad s’extirpa de son sommeil.

« Salut. » Répondit le jeune homme d’un ton monotone.

L’assassin ne s’était guère préoccupé de la tête posée sur son épaule, ni gêné ni émoustillé par la présence féminine sur son épaule. Pensif, le jeune homme resta allongé, les mains derrière la tête. Un bon moment, il réfléchit. Tant au chemin qu’à diverses futilités. Et au milieu des futilités, il pensait à la suite de la mission, appréhendant quelque peu ce qui pourrait en sortir.

Envoyer un tueur de formation pour des négociations ? Voilà une idée que Silat trouvait bien singulière, d’autant plus qu’il n’aimait pas particulièrement interagir avec d’autres personnes. Les habitants et domestiques de la demeure Belmont faisaient office d’exceptions.

Mais pour l’heure, il fallait reprendre la route. Ne prenant et n’ayant pas le temps de se laver, l’assassin décida d’aller rapidement se rendre à l’écurie pour apprêter les chevaux, tandis que Shad s’offrait le luxe d’une toilette.

Finalement, et au bout de quelques minutes, l’oriental remonta dans la chambre, pour annoncer à la Terranide que les préparations étaient achevées. Plus rien ne retenait les deux dans cette auberge, et ils devaient maintenant partir, bien que la perspective de chevaucher en montagne ne plaise guère au jeune éphèbe. D’autant plus que nombre de bêtes féroces arpentaient les cols, et que des chevaux musculeux faisaient un repas d’exception pour les prédateurs.

Les deux descendirent aux écuries pour chevaucher leurs montures et se mettre en route. Il n’y avait plus vraiment de temps à perdre, et Silat se sentait inexplicablement pressé de venir à bout de cette mission.

« Allons-y. Nous devrions atteindre le Pic Bleu au zénith. Prépare des armes et reste sur tes gardes. Le chemin est assez dégagé mais la partie boisée regorge de bêtes. » Prévint le jeune homme, habitué à franchir le col.

Sur ce, Silat se mit en route, à bonne allure, sans trop forcer le cheval, qui pouvait parfois peiner à supporter les montées raides. Aucun couguar, puma ou autre ours ne semblait sur le point d’attaquer, laissant à Shad et celui qu’elle accompagnait, tout le loisir de profiter de la balade. Pour autant, le jeune homme n’était pas persuadé que tout le reste du trajet soit sans encombre.

Quant au portail, Silat en avait entendu parler dans des livres anciens. Des failles qui s’ouvraient sur d’autres lieux, certains menant vers des endroits fixes, d’autres menant n’importe où, selon leur bon vouloir. Il semblait évident que le passage devrait emmener le duo vers le Pays des Sables Blancs. Peut-être directement dans les quartiers de l’Infitar, peut-être dans la capitale. Impossible de le savoir.

« Connais-tu l’histoire du Pic Bleu, Shad ? » Demanda le jeune homme, souhaitant faire un peu de conversation. « Contrairement à ce que dit le nom, ce n’est pas un Pic, c’est une crevasse. On raconte que c’était un volcan créé par un grand magicien. Il avait voulu créer un édifice qui ferait honte aux dieux et aux démons. Alors il sacrifia tout ses suivants et sa famille pour user de magie noire et obtenir la force de créer un volcan si haut qu’il en dépassait les nuages, et que sa fumée recouvrait tout Terra de cendres brûlantes. »

Silat marqua une pause, appréciant les brises d’air frais. S’il avait eut froid cette nuit, il n’en était rien en pleine journée, sur les hautes montagnes. Le soleil tapait atrocement fort, et l’assassin se félicitait d’avoir enfilé un turban en cours de route. Shad, elle, n’avait qu’à enfiler sa capuche. Le tueur se racla la gorge, et reprit.

« Finalement le dieu des montagnes, et le démon des volcans s’associèrent pour que le Pic Ardent s’effondre sur lui-même, en créant une crevasse sans fond. On ne peut en voir la fin, et le sol est trop lisse pour y descendre en rappel. Mais l’on dit que, tout en bas du puit se trouve l’eau la plus bleutée qui soit. C’est pour cela qu’on l’appelle le Pic Bleu. » Silat s’arrêta de parler, laissant la Terranide trotter à son niveau, maintenant que le chemin s’épaississait. « Je croyais que ce n’était qu’un conte, mais j’ai de plus en plus de mal à discerner la fiction du réel, maintenant. » Concéda l’oriental, dans un soupir. « Comment as-tu rejoint Connor ? » Demanda-t-il, curieux.

Il leur restait une bonne heure de route.
Journalisée




Doublette de Stephen Connor
Shad Hoshisora
Grande okami, Sainte parodieuse Disney o/ eggshot d'oeuf
Terranide
-

Messages: 4230



Voir le profil
Fiche
Description
A un putain de réseau social.
« Répondre #14 le: Mars 10, 2014, 10:59:30 »

Avant de sortir de la chambre cherchée par Silat, la Terranide empoigna la bouteille de liqueur.  Cette dernière pouvait encore être utile grâce au message situé à l’intérieur. Peut-être pourra t’elle servir de cartes d’accès lors de leur arrivée au point de rendez ou au pire, le reste de liqueur servira à étancher la soif de l’un ou de l’autre. Arrivée en bas elle déposa donc la dite bouteille dans une des sacoches accrochée au flanc du destrier avant de le chevaucher et de prendre la route vers le Pic Bleu, accompagnée par l’assassin.

Sur les conseils de l’Oriental, la Louve  fit en sorte d’avoir ses armes à portée de main. Ces dernières ne se trouvèrent plus au niveau des hanches mais au niveau de ses cuisses, la position lui permettant ainsi de vite s’en saisir en cas de péripéties.  Mais nulles bêtes sauvages à l’horizon, le trajet se passa une bonne partie dans le calme, permettant aux deux cavaliers de profiter du paysage.  Afin de briser le silence, la Terranide allait débuter une conversation devancé par Silat.

« Pour tout avouer, non, mais je t’écoute avec joie. »

Et elle l’écouta, apprenant la fameuse histoire du Pic Bleu. Par réflexe la Louve tourna son regard vers le sommet du pic  et se questionna sur un fait. Si ce pic n’en était pas un et qu’il était une crevasse, comment diable pouvait-il être si haut ? La Terranide ne put s’empêcher de s’imaginer la taille qu’avait dû avoir ce pic quand il était complet, à ses débuts.  Peut-être avait-il  réellement dépassé les nuages ? Mais quelle en était les véritables preuves ? Aucune.   

« Les légendes sont parfois tirées de fait réel.  Je serais bien curieuse de savoir si cette eau bleue est vraiment présente au fond du gouffre. Après tout si on en parle,  des personnes ou des êtres ont bien du la voir non ? «

Peut-être pas des humains certes, mais certaines créatures pouvaient aisément descendre des pentes abruptes sans la moindre difficulté.   Et la Terranide connaissait certaines de ses espèces. Pourtant, si un jour elle en aurait l’occasion, elle tenterait peut-être par curiosité d’aller voir dans ce fameux gouffre. Simple question de curiosité.  Profitant un peu de la brise, la Louve reprit.

« Pour quelqu’un qui vient d’apprendre de nombreuses choses en si peu de temps, je comprends que tu puisses te sentir un peu perdu à discerner le vrai du faux. Mais reste à savoir si cela est vraiment important, tu as bien réussi à vivre jusque-là sans souci non ? Quant à ta dernière question.. »

Elle marqua un arrêt, se raclant un peu la gorge, chassant une gêne s’y trouvant avant de rabattre sa capuche sur sa tête pour se protéger du soleil tapant fort et donc de ce fait d’un risque d’insolation.  Ceci n’était un fait acceptable en ce moment et l’Okami prenait donc ses précautions, observant en même temps les fourrés et les diverses corniches à l’affut d’une attaque surprise. Ayant elle-même chassée pendant un temps, elle  observait surtout les endroits susceptibles de servir d’embuscade. Pourtant, tout était calme et il n’y avait toujours aucune trace d’une quelconque bête sauvage.

« Au marché au esclave tout simplement. J’ai été acheté par Stephen. A vrai dire, je comptais m’enfuir comme à chaque fois, mais disons que j’y ai trouvé certain avantages à rester. Par contre, même si j’aime apprécier des fois le fait de ne rien faire, je pense que comme tu as dit la veille que je ne saurais rester ainsi. A vrai dire, pendant ma période dans les Terres Sauvages le fait de se déplacer, de chasser me permettait de garder une certaine forme physique et j’ai un peu peur de la perdre. »


Se penchant, elle ouvrit une des sacoches accrochée au flanc de sa jument, attrapant une gourde d’eau de laquelle elle prit quelque gorgée, en proposant également à Silat avant de reprendre.

« Je pense essayer de m’entraîner une heure ou deux chaque jour pour gagner la forme. Je t’aurais bien demandé s’il serait possible de suivre un peu de ton entraînement au moins une fois par semaine mais je pense que tu es déjà assez pris. »

C’était une simple requête et la Louve comprendrait très bien si l’Oriental la lui refuserait par manque de temps, surtout qu’il s’était proposé pour entraîner la nouvelle acquisition du démon. Pourtant,  Shad craignait réellement de s’avachir à ne rien faire et même si elle avait quelque peu rouspétée en  entendant la requête de Silat, elle était bien contente de l’accompagner et d’occuper ses journées, surtout que la suite ne risquait guère d’être aussi calme.

« Attend. »

L’Okami fit stopper sa monture, observant autours d’elle, glissant sa main vers l’emplacement de son arme, prête à la sortir et l’envoyer contre l’incongru. Maintenant que les chevaux avaient stoppé leurs pas, et que leur sabots ne faisaient plus aucun bruit il était plus aisé d’entendre des bruissements de feuilles inhabituelle et le déplacement de quelques  petites roches à  même le sol. Les bruits étaient presque imperceptibles mais ils étaient bien là.

« Je crois que nous avons de la compagnie…A vue d’oreille, je dirais quatre à cinq. Que proposes-tu ? »

Combattre des bêtes sauvages ne gênaient nullement la lupine, surtout qu’elle possédait bien plus que ses pairs d’armes pour se défendre, mais si Silat irait à suggérer de s’enfuir brides abattues, au galop, jusqu’au sommet, elle suivrait également ses directives.  Pourtant, partir ainsi à toute vitesse risquait de fatiguer plus vite les bêtes surtout que le sentier devenait de plus en plus raide et abrupte. Attendant une réponse rapide, la Terranide fut soudainement attaquée. Cette dernière sortie rapidement la dague de son fourreau et la lança sur l’opposant, la lame traversant sans le moindre souci la chair de l’animal, se plantant dans une roche quelques pas plus loin, le prédateur gisant au sol.

« Chier…Je devrais les faire enchanter pour les faire revenir à ma guise. »


Ce qui pourrait être en effet bien pratique. L’Okami fit rapidement avancé sa monture jusqu’au rocher et usa de sa queue pour agripper le manche de la dague et la sortir de la roche avant de l’attraper avec sa main,  attendant par la suite de voir ce que désirerait Silat.  Maintenant, il était également plus aisé d’entendre les grognements sourds des bêtes les entourant, ces dernières attendaient le bon moment pour frapper.
Journalisée


Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox