banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 9
  Imprimer  
Auteur Sujet: [FINI] De fil en aiguille [PV Mélinda Warren and co]  (Lu 13958 fois)
Ai Aihara
Humain(e)
-

Messages: 136


Membre du Futabu


Voir le profil
FicheChalant
« le: Février 08, 2014, 11:28:09 »

Cela fait trop longtemps que ça durait! Depuis son réveil, elle n'a rien pu faire de sexuel! Oh bien sur, elle s'est masturbé avant de venir en cours, devant une des nombreuses vidéos qu'internet avait à proposer car comme on dit, internet est un petit pas pour l'homme et un grand pour la pornographie! Mais elle qui avait pour habitude de s'amuser en solitaire ou non, elle ne faisait rien depuis ce matin! Elle aimait parfois se retenir pour que ce soit meilleur quand elle passe à l'acte mais pour le moment, rien à l'horizon. Mais dans peu de temps, elle va pouvoir se soulager car aujourd’hui, c'est piscine en dernier cours et là, elle va s'adonner à une de ces activités favorites, sa masturber dans les dessous d'une de ses camarades. Depuis le début de l'année, Ai paraissait comme sympa mais niveau sport, elle était « fragile » et bien qu'elle portait un maillot de bain comme tout le monde, ses baignades étaient rares. De plus, pour cacher son sexe et éviter toute érection devant ses corps sublimes et trempées, elle avait pris l'habitude de prendre du gros scotch et le coller à la peau en le levant, ça évitait les accidents mais quand elle avait une érection, c'était un peu douloureux, c'est vrai.

Mais à cause de son activité, faut bien dire que le « pervers » du lycée avait pour habitude de frapper cette classe qu'était la sienne. Il lui arrivait donc de s'infiltrer dans les vestiaires des autres filles pour en faire de même et laisser moins de doute, comme avec le temps de se retenir parfois et faire ça dans un coin pour masquer sa culpabilité. Elle faisait à croire à tout le monde qu'elle allait prendre quelques cachets ou faire une piqure mais elle en profitait surtout pour se faire plaisir, comme en ce moment. Seule dans les vestiaires, elle sentait déjà ce délicieux appel que lui tendaient ses petites culottes et ses soutiens-gorge en tous genres. Abaissant le bas de son maillot de bain scolaire, elle retira en serrant les dents le morceau de scotch de sa peau avant de se tenir devant les casiers... lesquels d'abord? Devant elle, derrière elle? Allez, devant. Pointant son doigt, elle fit plouf-plouf pour se donner une part de mystère et de surprise.

« Plouf-plouf-ça-se-ra-toi-qui-est-choi-si! »

Comme elle possédait la clé pour pénétrer dans cette pièce fermée, les casiers n'avaient pas de code et Ai découvrit à qui appartenait ce casier, C'était celui de Shii! La jolie fille dans sa classe à lunettes, assez réservée avec ses petites nattes, elle était mignonne. Raison de plus pour lui faire cet honneur. Elle tira doucement la petite culotte du casier, une culotte classique pour le tissu mais douce à l'intérieur. Les motifs à rayures, c'est si bon, si sexy! Quand c'était moulant, une culotte à rayures, c'était une arme redoutable! Elle la renifla doucement, sentant ce doux parfum féminin qui lui donnait déjà le barreau dans son maillot de bain. Elle tira aussi le joli soutien-gorge car en plus de ses belles formes, elle avait une jolie poitrine, pas énorme mais bien faite. Reniflant à nouveau son odeur, elle sentait son pénis tressauter d'excitation à l'étroit sous sa tenue. Prenant sa culotte dans sa main droite, elle commença à se masturber avec et comme toujours dans cette discipline, c'est l'intérieur de la culotte qui devait se frotter sur sa peau et non l'extérieur. Respirant à plein poumon dans le bonnet cette délicieuse odeur, elle imaginait sa petite queue se frotter au vagin de sa camarade de classe, la voir en train de gémir, de soupirer, de mouiller. Oh oui, elle avait dû pas mal mouiller dans cette culotte non? Même des plaisirs solitaires comme elle a tous les coups? Ai adorait fantasmer, on ne pouvait pas le lui reprocher.

Prise dans son activité, elle ne se contentait pas de souiller de cette manière cette culotte, elle allait jusqu'à jouir dedans! La semence expulsée inondait cette culotte qui ne pouvait pas tout retenir car elle avait un petit pénis mais Ai avait beaucoup de semence à revendre. Quelques gouttes tombèrent sur le sol, ayant presque atterri dans le casier de Shii. Elle continua de se masturber jusqu'à la dernière goutte et peu importe que cette belle petite culotte soit à présent un véritable torchon à foutre. Elle se sentait plus légère maintenant en observant son méfait accomplit. Une belle culotte remplit de foutre. Elle pourrait bien en faire de même avec son soutien-gorge mais elle devait éviter de s'absenter trop longtemps pour laisser le temps de croire que c'était rapide cette fois-là. Cependant, trop prise dans son fantasme, elle n'avait pas vu le temps passer et d'ordinaire, personne ne venait la chercher pour s'assurer que tout allait bien pour la pauvre petite Ai à la santé fragile, pourquoi ce serait diffèrent cette fois. Elle remit la culotte trempée à sa place, prête à fermer le casier et retourner avec les autres mais... trop tard...
« Dernière édition: Août 07, 2017, 01:32:45 par Princesse Alice Korvander » Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3355



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #1 le: Février 09, 2014, 02:36:42 »

Le cours d’éducation physique était un cours de natation qui avait lieu au sein du lycée. Le complexe éducatif était si grand et si varié qu’il y avait un propre bassin. Parfois, les élèves du lycée Mishima faisaient ce cours à la piscine municipale, mais, aujourd’hui, la piscine municipale était prise. Shii, l’une des élèves les plus douées du lycée, nageait rapidement. Si elle n’était généralement pas très douée en sport, en revanche, en ce qui concernait la natation, on pouvait dire qu’elle était un vrai poisson dans l’eau. Nageant vite, elle sentait la fin du cours approcher, et fut la première à terminer les longueurs. Le senseï la félicita, et l’invita à retourner se changer aux vestiaires. Après tout, c’était la fin de la journée, il était bientôt 17 heures, et Shii avait bien hâte de rentrer chez elle, au manoir de sa Maîtresse, afin de s’y reposer. C’était Vendredi soir, la semaine se terminait, une dure semaine de labeur, et elle était donc on ne peut plus contente d’en avoir fini avec cette journée. Portant un maillot de bain bleu une pièce, elle remonta par l’échelle, le corps trempé, et fila. Le senseï, discrètement, en profita pour observer le joli petit cul de Shii, parfaitement moulé dans son maillot de bain, esquissa un léger sourire, puis reporta son attention sur ses autres élèves.

Shii enfila une serviette qui traînait sur un banc, et s’avança le long du couloir carrelé menant aux vestiaires. Oui, la journée avait été difficile, et la semaine longue. Shii avait réalisé plusieurs contrôles, et avait du longuement refuser. De plus, elle avait encore un peu mal aux fesses, et profita du fait d’être seule pour les gratter un peu. Il y a plusieurs jours, sa Maîtresse avait violemment exploré ses fesses, au milieu d’une orgie avec quatre autres filles qui grouillaient près de sa Maîtresse, tandis que son vit était planté dans ses fesses. Le lendemain, Shii avait eu du mal à s’asseoir, faisant glousser certaines des filles de la classe, qui avaient fait partie des filles ayant couché avec sa Maîtresse, et qui connaissaient donc l’origine de son trouble. Shii adorait coucher avec sa Maîtresse, mais il fallait bien admettre qu’elle n’y allait pas de main morte.

Il fallait juste remonter le couloir pour rejoindre les vestiaires. Elle avait remis ses lunettes pour ne pas seperdre, et avança tranquillement. Les vestiaires n’étaient pas mixtes, et elle se dit que, en se dépêchant, elle serait au manoir pour 17h30. Si elle ne le loupait pas le tramway en sortant, tout devrait bien se passer. Shii étouffa un bâillement, et constata alors une chose bizarre : le vestiaire était allumé ! Or, les lampes finissaient par s’éteindre au bout de quelques minutes.

*Curieux... Je n’ai vu personne sortir de la piscine pendant l’exercice...*

Peut-être le vigile, ou l’agent d’entretien... Elle haussa les épaules en entrant, tourna sa tête vers son casier... Et rougit comme une tomate en voyant une femme avec le maillot de bains relevé devant. Son casier était ouvert, et elle tenait, dans sa main, la culotte de Shii... Son maillot de bain découvrait son sexe, légèrement relevé, et elle avait une belle petite bouille, des cheveux verts... Et un sexe en érection qui pointait entre ses cuisses. Shii en fut tellement surprise qu’elle en lâcha sa serviette, les yeux écarquillés.

« Mais... Mais... »

Elle n’avait jamais vu cette fille dans le manoir, et, en fronçant les sourcils, elle finit par lui mettre un nom.

« Ai-san ?! Mais qu’est-ce que tu... Mais que... Mais... ?! »

Shii n’arrivait plus à trouver ses mots, ne sachant pas où regarder. La porte de son casier ouverte ? Ce sexe tendu et légèrement trempé, ces joues rouges, signe que la petite Ai venait de jouir ? Ai Aihara était une lycéenne assez quelconque au sein du lycée, que Shii connaissait, parce qu’elle consultait souvent les dossiers scolaires, généralement pour repérer des candidats potentiels pour rejoindre le manoir de sa Maîtresse. Elle s’était brièvement penchée sur le cas d’Ai Aihara, mais avait estimé que la petite était encore trop jeune pour finir entre les délicieuses griffes de Maîtresse Mélinda.

Visiblement, Ai n’était pas aussi jeune que ça, et était hermaphrodite !

« Tu... Tu t’es masturbée en pensant à... À moi ?! »

L’esprit choqué de Shii fonctionnait à toute allure, l’amenant progressivement à émettre des conclusions. C’était répugnant ! Et en même temps assez flatteur...

*Non, c’est scandaleux !*

Shii avait les joues légèrement rouges, mais sans savoir si c’était sous le coup de la colère ou de la gêne. Car, surtout, Ai était une Futanari !

Et ça, pour Shii, ce n’était pas rien.
« Dernière édition: Février 09, 2014, 10:58:38 par Mélinda Warren » Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ai Aihara
Humain(e)
-

Messages: 136


Membre du Futabu


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Février 09, 2014, 12:03:43 »

Que c'était bon! Ai adorait ce moment où elle se sentait soudainement légère, sa main humide par sa semence mais surtout cette culotte qui détient sa semence. Cette belle culotte souillée par ses propres soins, elle imaginait la belle Shii remettre malgré tout cette culotte trempée, sa gêne sur le visage mais l'obligation pour ne pas se balader les fesses à l'air sous son uniforme scolaire. Oh, que c'était bon de penser à ce genre de chose. Elle se demandait si elle n'allait pas garder son trophée? C'était bon d'avoir ça chez soi quand elle s'ennuie, elle pourrait s'amuser avec? Et puis, ça laissera moins de preuve et ainsi le « pervers » de la piscine pourrait aussi être un voleur et pas seulement un branleur. Pourquoi pas? Mais il y avait un problème à cette histoire, c'est qu'elle n'était plus seule et la voix de Shii le lui prouvait bien. Son petit monde rose venait de s'écrouler comme une vitre un peu trop fissuré, le retour à la réalité. Il lui était arrivée de presque se faire surprendre mais quand elle n'allait pas le temps de se cacher, elle s'allongeait par terre en mimant un malaise, espérant que ça passe et c'était le cas. Mais là, faire la technique du malaise ne risque pas de marcher. Ai tourna la tête vers Shii, non seulement elle était découverte mais en plus par la propriétaire de cette culotte. Malheureusement, elle n'avait pas simplement remarqué son casier ouvert ou sa culotte entre les mains de sa camarade, elle avait aussi remarqué son pénis encore en érection.

« Ce n'est pas ce que tu crois! »

Enfin si mais elle espérait que cette simple phrase allait planter la graine du doute dans sa tête mais pour trouver l'excuse qui va avec cette phrase ne va pas être simple. Elle lâcha la preuve pour commencer qui tomba au sol rapidement avec un léger « spouic » qu'Ai avait pu entendre. Elle l'avait bien arrosé cette petite culotte après tout. Elle marcha rapidement vers elle, même si son sexe ne débandait pas, elle était inquiète qu'on découvre que le « pervers » c'était elle mais sous sa ceinture, elle espérait un chantage pour la forcer à ne rien dire.

« C'était... »

Le pervers? Mauvaise idée. Shii n'a pas simplement trouvé Ai avec sa culotte à la main, elle l'avait trouvé avec son sexe à l'air, ce n'est pas rien!

« Enfin tu vois je... »

Peu importe qu'elle retarde cela, elle pensait à la fin, peut-être le renvoie, changer de ville, laisser le futabu derrière, laisser Aya derrière... Non, elle refuse! Ne sachant pas où poser son regard, elle voyait le corps mouiller de Shii devant elle et il faut bien admettre que c'est bandant! Surtout que la petite perverse commençait à s'imaginer des choses, un simple petit trou entre ses fesses pour y glisser son sexe et Shii qui le remue. À la fois prise dans son maillot de bain et sur sa peau, howw... elle aurait presque envie de fermer les yeux et s'imaginer ça en se masturbant tient. Car ça serait étonnant après ça que Shii accepte comme si elle venait d'oublier ce qu'elle venait de voir. Avant que cette dernière n'essaie de fuir ou d'hurler au pervers – à la perverse plutôt – Ai plaqua sa main droite sur sa bouche. Mauvaise main, légèrement humide, des traces de sperme sur la main... Quoi que Shii était trempé, elle ne remarquerait peut-être rien?

« Ne dit rien Shii-chan! Je t'expliquerais tout si tu veux mais garde ça pour toi, c'est important! Je... »

Quelle était cette agréable sensation entre ses jambes? Ha oui, comme elle se plaquait aussi contre elle – une petite différence de taille mais rien de bien géant – son pénis se frottait contre elle et des images défilaient dans son esprit. Des images... intéressantes. Ai ne faisait pas que se masturber, elle couchait avec d'autres élèves mais en général, ses dernières étaient consentantes mais là... la pulsion ira-t-elle plus loin sur les fantasmes?

« Ne dit rien... »

Soudainement un peu plus calme, elle bougeait très lentement, se frottant sur elle et elle avait presque envie que ça dur. Cette nouvelle masturbation – l'air de rien – sans les mains, avec une fille, ça commençait à devenir intéressant. Elle en oubliait presque son problème et là était le problème. Ai pensait un peu trop au sexe ce qui l'enfermait dans sa bulle quand elle commençait à pratique. De plus près, elle était aussi mignonne qu'en cours. Une peau douce en plus... Les voix étaient vite montée puis vite retombé dans une étrange situation? Shii n'avait peut-être pas décolérer mais Ai... elle avait mis ce problème à part pour le moment, savourant cette proximité...
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3355



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #3 le: Février 10, 2014, 03:14:21 »

N’étant pas totalement idiote, Shii avait rapidement compris ce qui se passait. La discrète et enjouée Ai était une Futanari, qui avait profité que les filles soient en train de nager pour s’infiltrer dans les vestiaires, et jouir dans leurs vêtements. Shii se demandait si Ai n’avait pas exploré d’autres casiers avant de tomber sur le sien... Elle enfouissait son membre dans la culotte, et jouissait en se masturbant avec... Si Shii était arrivée un peu plus tard, Ai serait partie, et elle aurait enfilé ce sous-vêtement. Shii se surprit à rougir encore devant cette hypothèse. C’était glauque ! Elle était choquée, et vit alors Ai se rapprocher. Shii cligna des yeux. Son corps était trempé, ses cheveux étaient décoiffés, et elle ne se rendait pas compte du point auquel son maillot de bains moulait ses formes. Elle vit le sexe tendu d’Ai, et tenta de crier... Mais aucun son ne sortit de sa bouche, et la douce main d’Ai, légèrement humide, s’écrasa sur sa bouche. Elle cligna des yeux, sa respiration s’accélérant, des tremblements commençant à parcourir son corps.

*Repousse-là ! Allez, repousse-là, ça n’a rien de bien difficile !!*

Shii était plus grande qu’elle, et elle pouvait donc, en posant ses deux mains sur ses épaules, la repousser, puis hurler au viol, ou offrir à Ai la chance de s’enfuir avant que les autres ne débarquent. L’arrivée du troupeau était imminente, d’ici une minute, voire moins. Alors, pourquoi n’arrivait-elle pas à la repousser ? Ai ne pressait pas fort, et Shii se retrouva contre un casier, ses fesses heurtant la porte métallique, à deux ou trois casiers du sien. Elle sentait le sexe d’Ai frotter contre ses cuisses, glissant sur sa combinaison en néoprène. Shii déglutit lentement.

Ce qui la troublait, c’était la ressemblance entre Ai et sa Maîtresse. Ai était plus petite que sa Maîtresse, mais elle avait la même peau de bébé, douce et tendre, et, surtout, cette même lueur de désir dans le regard quand elle se rapprochait de Shii, et que la lycéenne savait qu’elles allaient faire l’amour. Avec sa Maîtresse, Shii avait du apprendre à être tout le temps consentante, même quand sa Maîtresse venait la déranger en pleine activité. C’était son devoir en tant qu’esclave, être continuellement prête à servir, sans pouvoir opposer quoi que ce soit. Dès que sa Maîtresse avait envie d’elle, Shii se devait de répondre présente. Si, au début, une telle soumission avait pu la choquer, elle s’y complaisait maintenant parfaitement, tant il était bon de se soumettre à une femme comme Mélinda.

« Ne dit rien...
 -  Hurmmpfff... »

Shii pouvait sentir le sexe d’Ai frotter entre ses cuisses, alors que la femme se frottait contre elle. Elle cligna lentement des yeux, essayant, sans réel succès, de se débattre. Elle ne voulait pas que les choses continuent ainsi... Mais en était-elle si sûre ? Shii était troublée, car elle avait un fantasme profond : celui des femmes membrées. Sa Maîtresse l’avait bien vu, et en profitait pleinement. Shii remuait un peu, lorsque son cœur se mit à bondir en entendant des bruits de pas et des voix.

La séance était finie, et les autres revenaient ! Elle repoussa alors Ai, en se mettant à paniquer.

« Ils vont nous surprendre ! »

Dès qu’elle prononça cette phrase, qui était sortie sans vraiment qu’elle n’y réfléchisse, Shii comprit sa gaffe.

« Nous » ?
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ai Aihara
Humain(e)
-

Messages: 136


Membre du Futabu


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Février 13, 2014, 10:46:36 »

La situation était grave et pourtant, il avait suffi à Ai de se rapprocher de Shii, son sexe heurtant sa peau ou son maillot de bain pour doucement mettre cette panique de côté et savourer ce petit plaisir qu'elle avait à doucement frotter son membre sur elle. C'était doux, bon, délicieux et Ai pourrait facilement se prendre au jeu. Surtout que Shii ne se débattait pas pour ainsi dire, ça rendait la chose encore mieux. Mais elle ne tardait pas à sortir de ses pensées quand Shii la repoussa, entendant les autres arrivées. Elle ne fit pas attention à son lapsus mais pensait plutôt à la solution! Se faire surprendre, ça non, elle venait tout juste de se faire surprendre une fois, ça suffit! Et faut pas croire que comme dans ses fantasmes, les filles vont être en extase devant son pénis et se battre pour jouer avec Ai la première. Tournant sur elle-même, elle ne vit qu'une solution.

« Le casier! »

Elle tira Shii par la main pour la pousser dedans avant de la rejoindre tant pis si elles sont à l'étroit. Ai était face au casier, dans son dos se trouvait Shii, Ai se contentait de tenir la serrure à l'intérieur pour ne pas être enfermé dedans mais il lui sera difficile de rester concentré, déjà le corps de Shii était coller au sien, sa poitrine dans le dos – quoi que vers sa nuque plutôt – et le pire étant la suite! Si son érection était toujours là, elle allait le rester, et pour cause. Déjà les bavardages en tous genres arrivaient dans les vestiaires et chacune des filles retournaient à leur casier pour retirer leur maillot de bain et se changer et dieux que c'était beau! Ai ne perdait pas une miette dans les petits trous du casier, quitte à se mettre sur la pointe des pieds. Si les voire se mettre à nu était excitant, les voir se balader en sous-vêtements, c'était bien mieux! On pouvait le dire clairement et elle aussi n'avait aucune honte, Ai était une fétichiste des sous-vêtements. Une véritable professionnelle qui adorait observer les formes en tous genres moulés dans différents soutiens-gorge, culotte, string, nuisette ou autres. Elle adorait tout ça. Si des gens de son âge ont déjà abandonné les revues de lingeries, Ai, elle, continue d'adorer ça, c'était tout plein de bonne idée et de super canon en petite tenue. Ceci explique pourquoi elle adore tant se masturber dans les dessous de ses camarades.

« Oh non... »

Gémit-elle à voix basse. Elle savait qu'elle ne devait pas se faire remarquer mais devant un tel spectacle, c'était bien trop dur. Sa main se posa naturellement sur son sexe, commençant à se masturber en observant la scène sous les yeux. Tant pis que Shii soit dans son dos, elle ne lui faisait aucune proposition au moins. Observant les vas et viens de certaines, leurs bavardages inutiles qui prolongeaient le spectacle, Ai commençait à se demander si elle n'allait pas se cacher plus souvent dans son casier? Les timides et discrètes abordaient des dessous plutôt classiques et mignons alors que les bimbos montraient des dessous plus adultes et plus sexy, certaines avaient des choses plus originaux, des shortys pour les sportives en général, dommage mais ça avait son charme, surtout quand c'est bien moulé. La masturbation était presque devenue comme une maladie, une drogue pour Ai qui n'avait aucun complexe à le faire plusieurs fois par jour. La nature lui avait donné cette queue, elle devait s'en servir, quitte à le faire dans un casier et que ça coule sur ses pieds après.

Faisant preuve de jugeote, elle retira sa main, la plaçant près de son visage, comme pour l'éloigner du crime, elle ne devait pas se toucher, elle ne devait pas... mais c'était dur face à tant de jolies petites culottes et de jolies poitrines. Elle se mordait la lèvre inférieure, se tenant presque sur un pied, puis l'autre. Non, elle n'avait pas envie d'aller aux toilettes, ou alors, ce n'était pas pour faire la petite commission. C'était difficile mais elle devait se retenir et ne pas se toucher... plus facile à dire qu'à faire cette histoire... Elle sentait la chaleur entre ses jambes, son pénis qui tressautait d'excitation... se retenir aura rarement été aussi dur...
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3355



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #5 le: Février 16, 2014, 03:38:30 »

La panique de Shii explosa dans son esprit, la coupant de toute forme de réflexion. Son esprit s’emballait fiévreusement, nerveusement agité, et elle se retrouva alors dans le casier. Si elle avait réfléchi un tant soit peu, elle aurait assurément trouvé un moyen de s’en sortir, un moyen moins rocambolesque et moins incongrue que de se planquer dans un casier. Au lieu de ça, la dynamique petite Ai la poussa à l’intérieur, et les fesses de Shii heurtèrent le dos du casier, avant qu’Ai n’entre, et ne ferma la porte par l’intérieur, la tenant par l’intérieur.

*Oh Seigneur !*

La situation était tout simplement catastrophique ! Il n’y avait pas d’autres mots pour la résumer : un cauchemar ! Shii était seule, dans un casier étroit, avec une femme d’hermaphrodite qui s’était masturbée dans ses sous-vêtements, et qui avait les yeux rivés sur les petites rais d’ouverture dans la porte, observant les filles s’approcher, se déshabiller, finissant toutes nues, enfilant ensuite leurs sous-vêtements, leurs collants, tout en prenant leur temps Shii se mordillait les lèvres, terrorisée, persuadée que la porte allait rapidement s’ouvrir, et qu’on allait les surprendre dans une position des plus embarrassantes. Elle se voyait bien mal expliquer ce qu’elle faisait là, et il n’y avait qu’un pas à faire pour que son esprit s’emballe, imaginant les pires scénarios possible :s les rires, les moqueries, les chuchotements, les tweets, une rumeur qui gonflerait... Shii, une traînée... Il y avait amplement de quoi lui faire refuser toute entrée à l’université, et briser son avenir ! Oui, Shii paniquait, mais c’était dans sa nature, c’était précisément ce qui en faisait une soumise si docile. La menacer était très facile, surtout quand Mélinda avait sur elle des vidéos compromettantes, le genre de vidéos pouvant facilement circuler sur les réseaux sociaux. Certes, sa Maîtresse s’abaissait assez rarement à la menacer, et, quand elle la faisait, ce n’était jamais sérieux, mais toujours dans le but de la faire paniquer.

Dehors, les filles discutaient entre elles, papotant de ci et de ça.

« Il faut qu’on se fasse cette fête, les filles !
 -  Vous n’avez pas vu Shii ? Elle a du filer bien vite...
 -  Sûrement un rendez-vous uuuuuuuuuuuurgent avec sa grande amie Miss Mélinda !
 -  Oh, m’en parle pas ; cette pute, j’peux pas la sacquer ! Et gna-gna-gna, et gna-na-gna, regardez, c’est moi la plus belle... Foutue salope. »

Les filles gloussèrent, tandis que Shii était toute rouge.

« J’parie qu’elle se farcit Shii. Vous avez vu comment elle la regarde ?
 -  Non mais genre, on dirait une secte, quoi ! Oh, Grande et Éternelle Mélinda, je vous vénère, et je vous baise humblement les pieds...
 -  Cette fille est tarée. Vous avez vu le manoir dans lequel elle vit ? Sérieusement, c’est le manoir de Frankenstein, ce truc, genre ! »

Tout en papotant, elles prenaient tout leur temps pour s’habiller, offrant ainsi à Ai la vue de superbes corps trempés et humides enveloppés dans des sous-vêtements. Shii se sentait peu à peu se calmer. Elle était toujours paniquée, mais, en regardant Ai, elle pouvait voir que cette dernière se frottait... Elle se masturbait, faisant légèrement grincer la porte du casier. Si les filles ne gloussaient pas, elles l’entendraient sûrement, et Shii se pinça les lèvres. Cette fille devait vraiment être une grosse perverse pour pouvoir bander ainsi, dans une telle situation ! Et, tout en y songeant, Shii ne pouvait s’empêcher de l’imaginer en érection, de voir ce sexe tendre, et de s’imaginer le prendre entre ses doigts, pour le sucer... Shii ferma les yeux en soupirant, se mordillant un doigt, se forçant à penser à autre chose.

C’était difficile, d’autant plus que, à chaque instant, Ai risquait de les amener à se repérer.

« Hey, c’est sexy ta culotte !
 -  Ow, tu trouves ? J’envisage de la porter pour la Saint-Valentin, je sais que mon chéri craque sur ce genre de choses...
 -  Ohlàlà, mais ne me dis pas que tu fêtes ce truc, si ?!
 -  Nan mais je rêêêve !! C’est un truc purement occidental !
 -  Mais... C’est que j’aime mon chéri... »

Les conversations se poursuivaient, et Shii voyait Ai se plaquer contre la porte. Elle se rapprocha alors, et posa une main sur son épaule. Elles étaient très proches, si proches que les seins de Shii s’enfoncèrent contre son dos, alors qu’elle la retournait. Usant de son âge supérieur, elle posa un doigt sur les lèvres de la belle, et murmura :

« Arrête ça, tu vas nous faire repérer !! »

Derrière, les filles continuaient à parler, l’une d’elles se rapprochant du casier.

« Hum... C’est dommage que Shii soit si timide, j’aurais tellement aimé lui rouler une pelle...
 -  Quelque chose me dit que tu as justement envie de lui rouler une pelle parce qu’elle est timide...
 -  Si seulement cette pimbêche de Mélinda ne lui était pas tombée dessus la première... Je suis convaincue que... Enfin, vous voyez, quoi... Qu’elles l’ont fait... »

Comme quoi, l’intuition féminine pouvait être terrible.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ai Aihara
Humain(e)
-

Messages: 136


Membre du Futabu


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Février 23, 2014, 01:17:01 »

La situation était dangereuse ainsi dans ce casier, n'importe qui pourrait soudainement l'ouvrir et les découvrir, caché. Ça n'avait rien de grave dit comme ça mais n'oublions pas qu'Ai avait toujours son érection que cette envie de se masturber était toujours bien présente. Comment résister à cette envie? De belles jeunes femmes avec de jolis dessous et de jolies formes, ça semblait un petit paradis que jouer les voyeuses. Oh bien sur, elle aimerait être invisible et observer cela de plus près, caresser le tissu moulant sur leur peau, renifler certaines odeurs, passer une main dans leurs cheveux mais ce serait trop demander. Gardant sa main de libre près de sa tête pour éviter toute tentation, ses doigts se crispaient par le manque, la tentation... Dieu que c'était dur comme épreuve! Les conversations des filles ne l'intéressaient pas vraiment, elle avait bien entendu le nom de Mélinda Warren, c'est vrai qu'elle était mignonne et plus d'une fois Ai s'était masturbé en l'imaginant dans des dessous en dentelle très raffiné, même dans un magnifique porte-jarretelle noir avec de légères dentelles. Faut bien dire ce qui est, Mélinda était belle mais elle avait ce petit quelque chose de salope dans le regard et bien sur, pour une perverse comme Ai, c'est une source inépuisable de fantasmes. Mais le fait de ne pas être dans la même classe plus le fait d'être le plus souvent occupé par autre chose – ou quelqu'un d'autres – ne lui laissait pas vraiment le temps de se rapprocher de cette dernière. Elle ignorait même que Shii était plus ou moins proche de cette dernière.

Voyant que ça parlait de culotte sexy, elle se rapprocha un peu plus de l'aération en se mettant sur la pointe des pieds. Elle tenait toujours la porte pour éviter d'être enfermé mais elle sentait son pénis se frotter au métal froid de la porte. Et bien croyez le ou non, ça renforçait son envie de se masturber comme une folle, comme si elle était simplement devant un porno et que personne ne pourrait la surprendre. Elle était bien d'accord avec les autres, elle avait une culotte sexy et au choix, elle se serait bien masturbé dedans? Ça n'avait pas l'air d'être une grande marque ou un tissu extraordinaire mais c'était sexy, pas n'importe quel dessous. De plus, elle avait toujours cette petite pensée que la victime du « pervers » remette sa culotte souillée sans dire quoi que ce soit aux autres, de peur d'être regardé bizarrement et ça... ça lui donnait encore plus envie de passer à l'action! Mais Shii posa une main sur son épaule en la retournant, lui faisant face comme avant. C'était peut-être la meilleure solution pour ne pas être tentée par elles. Du coup, elle était tentée par Shii. Son corps si proche, si chaud, son pénis de nouveau en contact avec le tissu de son maillot de bain scolaire, oh... Elle avait bien envie d'enfoncer sa tête entre ses seins en prenant Shii dans ce casier. Ou qu'elle vienne poser sa main entre ses jambes pour doucement la masturber, ça, ça serait le pied! Dangereux mais si tentant. Ai avait des envies dangereuses, de faire ça dans des lieux publics, de risquer de se faire surprendre mais aussi d'augmenter son plaisir. Cependant, maintenant face à Shii, elle ne pouvait plus tenir la porte et par un coup du sort, elle y pensait plutôt que fantasmer.

« La porte... »

Lâcha-t-elle doucement alors que les filles imaginaient à leur tour coucher avec Shii. Il y avait de quoi fantasmé avec elle mais l'occasion était si rare, Ai ne pensait pas au sexe mais a éviter d'être surprise. Elle paraissait pour une fille assez calme et discrète en classe mais si son secret venait à être découvert, elles feront vite le lien avec le pervers et ce serait étonnant que toutes se taise si Ai venait à coucher avec elles. Cela ne la dérangerait pas, loin de là mais la petite futanari savait parfois faire la différence entre réalité et fantasme. Le doigt de Shii sur sa bouche était lui aussi une tentation, elle avait envie de le sucer pour attiser l'envie chez elle mais elle se retenait même si Shii devait bien sentir son souffle chaud dessus. Elle ferma les yeux très fort pour éviter de trop sentir de pulsion la guider et ce fut comme une coupure, elle pensait à tout sauf au sexe, à cette situation dans le casier et elle ouvrait les yeux un peu plus tard alors qu'il lui semblait avoir entendu un bruit de porte? Se retournant doucement, la jeune femme aux cheveux verts observa à travers le casier et elles semblaient n'être plus que deux dans les vestiaires? Elle poussa doucement la porte en passant sa tête, elles étaient enfin seules.

« Pfiou! On l'a échappé belle! Tu n'as pas trouvé ça marrant quand même? »

Finie la panique, Ai retrouva le sourire et même si sous la ceinture, ça n'avait rien de tendu et de dur, ça pourrait facilement le redevenir. Shii ne l'avait peut-être pas remarqué mais Ai était une futanari qui était moins « développée » que les autres, son pénis ne faisait qu'une dizaine de centimètres en érection alors détendue, il était facilement deux fois plus petit, dépassant toujours de son maillot de bain. Penchant sa tête légèrement sur le côté, elle plissa un peu ses yeux en souriant.

« Maintenant qu'elles ne sont plus là, tu n'en aurais pas envie, hein? »

Ai ne perdait pas le nord, elle avait déjà pratiquement oublié que Shii venait de la surprendre en train de jouir dans sa culotte. Enfin, disons que ça, c'était le cadet de ses soucis, Shii était au courant maintenant et Ai n'avait pas ce petit bidule qui fait une lumière rouge et efface la mémoire des gens comme dans ce film.

« Au fait, tu es vraiment amie avec Warren-chan? »

Ai restait un peu trop poli concernant les belles filles mais nul doute que cette question n'était pas posée au hasard et qu'elle avait sa petite idée derrière la tête...
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3355



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #7 le: Février 24, 2014, 03:25:55 »

Shii était bien trop paniquée pour faire attention à la conversation qui se déroulait de l’autre côté de la porte de son casier. Elle entendit son nom, celui de sa Maîtresse, mais elle pensait surtout à cette femme, à Ai. Elle l’avait retourné pour éviter que cette dernière n’en vienne à se masturber contre la porte, et, ainsi, n’attire l’attention. Shii sentit alors le sexe de la femme heurter son maillot de bains, entre ses cuisses, le bout tendu glissant contre son intimité, heurtant son corps, s’enfonçant dedans. Le maillot de bain de Shii était relativement moulant, rendant cette texture très lisse. L’intéressée se pinça les lèvres en rougissant, et entoura Ai de ses mains, enfouissant sa tête contre ses seins, laissant ainsi les secondes passer, en priant pour qu’on ne les entende pas. Elle avait terriblement chaud, sa respiration était précipitée, et elle s’attendait à chaque instant à ce que la prote ne s’ouvre sur un troupeau de femmes qui souriraient et se moqueraient d’elles, et leur imposeraient der faire l’amour en public. Vu comment Ai agissait, cette dernière sauterait probablement sur l’occasion, mais Shii... Elle était une fille, alors elle connaissait les filles. On la filmerait, on la photographierait avec les portables, et la pauvrette se retrouverait avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Elle écrasait Ai contre elle pour éviter que les soupirs de cette dernière ne soient entendus. Cependant, le geste avait quelque chose de sensuel, même si Shii ne faisait rien. Elle restait écrasée contre le fond du casier.

Au bout d’un certain temps, les filles partirent, et Ai sortit. Esseulée, Shii la suivit, lentement, s’attendant à chaque instant à ce que quelqu’un ne débarque. Cependant, Ai ne mentait pas : il n’y avait plus qu’elles. Se sentant soulagée, Shii sortit donc, sentant son rythme revenir à la normale.

« Maintenant qu'elles ne sont plus là, tu n'en aurais pas envie, hein ? » lui demanda alors Ai.

Shii se contenta de la fusiller du regard. Une telle proposition était particulièrement indécente ! Cette femme la prenait-elle pour une prostituée ? Ai ne pouvait pas le savoir, mais Shii était une femme qu’il fallait forcer un peu. Elle était une grande timide, et sa Maîtresse, Mélinda, l’avait très bien compris. En y repensant, Shii réalisa qu’elle avait perdu du temps. Si elle traînait trop à revenir au manoir, Maîtresse risquerait de s’inquiéter ! En réalité, Mélinda savait très bien que ses esclaves avaient le droit à une certaine forme de liberté, mais Shii était ainsi.

Elle contempla sa culotte, une moue circonspecte sur le visage. Qu’était-elle supposée faire, maintenant ? Elle n’allait tout de même pas se l’enfiler, c’était...

*Beurk !*

La lycéenne le renifla, puis déposa la culotte. Elle était bonne pour un lavage intense ! Elle n’avait pas le choix, elle allait devoir se déplacer sans culotte ! C’était horrible, mais elle préférait ça, plutôt que d’enfiler sa culotte, après avoir vu Ai en train de... Shii secoua la tête, se refusant à y repenser, puis alla farfouiller ses affaires dans son casier. En y rentrant avec Ai, elle avait écarté de la main son uniforme, qui était accrochée sur un cintre, avec la chemise, et la jupe, repliée sur le cintre. Elle les récupéra lentement, offrant la vue de sa croupe à Ai. Son maillot de bain moulait particulièrement bien ses formes.

Shii en était à récupérer ses affaires, lorsqu’Ai lui posa une nouvelle question :

« Au fait, tu es vraiment amie avec Warren-chan ? »

Surprise par cette question, Shii se retourna.

« Euh... »

En réalité, Shii était son esclave, mais ce n’était pas vraiment le genre de choses qu’on pouvait dire face à des gens qui ne les connaissaient pas. On se faisait de fausses idées. Se présenter comme esclave, ce n’était pas forcément très valorisant, même si Shii ne regrettait nullement sa position. Elle dormait dans une superbe chambre, était entourée de gens qui l’aimaient si bien, et elle savait que sa Maîtresse, même si elle avait des goûts sexuels très intenses.

« On peut dire ça comme ça, oui... C’est une fille adorable, même si elle est assez particulière. Elle m’héberge dans son grand manoir, et... Elle aussi, elle est... Enfin, euh... »

N’arrivant pas à le dire, Shii posa sa main entre ses jambes, et mima une masturbation. Elle reprit alors, les joues légèrement rouges, sur un ton plus faible :

« Elle en a un, elle aussi... »

Ce n’était certainement pas la phrase la plus intelligente à sortir face à une femme qui venait de jouir dans sa culotte, mais, face à ce genre de choses, tout le génie de Shii semblait s’être mystérieusement envolé.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ai Aihara
Humain(e)
-

Messages: 136


Membre du Futabu


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Mars 18, 2014, 10:48:13 »

Fin de la séance à deux dans un casier, même si ça aurait pu faire un très bon souvenir pour Ai, maintenant, elles étaient toutes les deux seules dans les vestiaires. Elles avaient toute la place du monde pour jouer à deux du coup, évidemment. Malgré un regard de tueuse qui amusa la petite futanari, elle n'en dit pas plus. Dommage, elle aurait cru qu'après avoir respiré entre ses seins, elle se montre plus envieuse à sa proposition mais ça ne fonctionnait pas. Observant la belle se changer, il en fallait peu à Ai pour qu'elle sente l'érection remonter doucement en elle, faisant circuler le sang dans son pénis mais elle ne se touchait pas, laissant simplement cette vue à Shii si jamais elle observait Ai entre-temps. Bah quoi? Une belle queue qui se dresse, montrant le plaisir à voir ce qu'elle a sous les yeux, c'est beau, non? Elle évoqua Mélinda car peu de gens la connaissaient vraiment dans le lycée mais elle ne passait pas inaperçue avec son visage de poupée et ses beaux cheveux. Elle préférait ne rien dire mais elle n'était pas la seule à fantasmer sur elle. Elle avait plus d'une fois imaginé Mélinda dans des dessous très chic et chère, très raffinée qui faisait toute la différence. Les gens ont tendance à s'exciter sur des filles nues mais de beaux dessous peuvent faire toute la différence.

Shii était une de ses rares amies alors elle en profitait pour avoir des informations mais de là à lui dire ça... Trop tard, à moins qu'elle ne sache comment lui effacer la mémoire, elle va savoir ce que c'est d'être harcelé! Mélinda Warren, une futanari! Ça changeait ses fantasmes et imaginer une queue dépasser d'une jolie culotte rose à dentelle changeait la donne, forcément! C'est tout un tas de choses qui s'écroule mais pour mieux rebâtir ensuite sur les ruines fumantes de certains de ses fantasmes. Tenant le banc sur lequel elle était assise, elle se pencha en avant avec un grand sourire.

« C'est vrai? Vrai de vrai?! Haaaannn... »

Mille étoiles brillaient dans les yeux d'Ai en ce moment, imaginant tout un tas de choses, elle va en rêver beaucoup et ses prochaines fois où elle se masturbera seule, elle sait déjà qui et quoi vont en être le sujet. Se redressant, prête à s'habiller pour ne pas être dépassé, quitte à mettre ses affaires sur son maillot de bain – intacte car elle n'a pas nagé – elle ne voulait pas lâcher Shii d'une semelle!

« Bon, je viens avec toi rendre visite à Warren-chan! Et je refuse un non! Quitte à ce que tu l'appelles pour lui demander la permission où que je la convaincs à ma façon, je viens avec toi. Tu sais, entre futas, on va se comprendre alors ça m'étonnerais qu'elle te dise non! »

Bien entendu... ce n'est pas forcément vrai, et alors? Si Warren était une futa et que Shii le savait, elles s'étaient vu nue et surement bien plus, non? Siiii! Retirant son maillot de bain, elle révéla à sa nouvelle amie ses formes peu développées mais il y avait un membre qui ne semblait pas encore prêt à se reposer. Même si elle enfila rapidement sa culotte, la petite bosse se voyait mais sous sa jupe, ce sera pratiquement invisible ou presque. Elle aura tout le temps de se mettre à nu ensuite.

« On va y aller comment jusqu'à chez Warren-chan? À pied? Bus, train? »

Simple renseignement. Puis elle avait bien vu qu'elle irait là-bas sans culotte, elle aura bien le temps de tenter une chose ou deux en cours de route alors, autant imaginer quelques petites choses à essayer, Ai ne serait pas contre. Finissant par mettre sa veste de son uniforme, elle se tourna vers Shii avec une nouvelle question.

« Quand tu disais qu'elle était particulière, tu parlais juste du fait qu'elle est une futa ou c'est encore autre chose? »

Elle a quand même le droit de se renseigner sur autre chose que ses mensurations, ses dessous ou ce qu'elle cache sous sa culotte.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3355



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #9 le: Mars 20, 2014, 03:12:54 »

Shii était peut-être une tête, mais, dans tout ce qui était relations sociales, il fallait bien admettre qu’elle était un peu à la masse. Elle savait que sa Maîtresse ne tenait pas à ce que les autres sachent quelles étaient ses particularités, mais, après avoir été enfermée dans son propre casier par une fille qui venait de se masturber sur sa culotte (quelle horreur !), Shii était toute perturbée. Elle l’avait lâché sans vraiment y réfléchir, et cette information n’était pas tombée sur l’oreille d’une sourde. L’érection d’Ai se durcit à nouveau, redressant son sexe, et Shii devint toute rouge en voyant ce membre, et s’empressa de regarder ailleurs. Il ne fallait surtout pas qu’Ai voit que toute la conviction de Shii était aussi solide que les fondations d’un château de cartes. Autrement, ce serait la fin de tout ! La Berezina, la Nakba, la Grande Catastrophe !! Faire l’amour en public... Rien qu’à en penser, elle en avait des frissons qui remontaient sur tout le corps ! Elle préféra donc laisser Ai rêvasser sur le chibre de sa Maîtresse, tandis qu’elle entreprenait de s’habiller... Sans culotte.

*Ohlàlà, ça va être terrible, dehors… Si quelqu’un m’aperçoit comme ça…*

On ne pourrait que la prendre pour une pute, et on aurait entièrement raison, car c’était exactement ainsi que Shii se ressentait. Une traînée qui s’était enfermée avec une fille dans son casier pour lui faire des choses, alors qu’elle aurait du rester en-dehors de tout ça, et laisser l’administration se charger de cette petite perverse. Cependant, avec sa chance habituelle, et l’administration très particulière de Mishima, il était même possible qu’on daigne se livrer à une reconstitution, et qu’on lui reproche, en douceur, de ne pas avoir succombé aux avances de cette femme. Ce lycée était vraiment terrible ! La prude Shii était en train de se heurter à ses propres sentiments, à sa perversion naissante et croissante, le duel interne étant redoutable pour elle. Elle ne savait plus quoi en penser, et vit Ai se déshabiller. Son sexe pointait fièrement vers le haut. Elle avait retrouvé son érection, et entreprit de s’habiller, enfilant sa culotte et son uniforme d’écolière... Avec un sexe dessous. Shii tourna à nouveau la tête, les joues rouges. Sans pouvoir se l’expliquer, elle trouvait cette image délicieusement sensuelle : un sexe en érection sous des vêtements... Et elle était d’autant plus sensuelle, cette image, que Shii n’avait pas de culotte, ce qu’Ai ne pouvait qu’avoir noté. Elle était vulnérable, et, vu que cette petite peste avait été jusqu’à se frotter contre sa culotte et jouir dessus, il y avait fort à parier qu’elle essaierait de profiter de la situation. Shii se disait qu’elle la repousserait, sans hésitation, mais elle-même doutait de sa propre volonté à le faire. Le pourrait-elle ? Elle en doutait.

Ai était décidée à venir avec elle au manoir de sa Maîtresse, et lui demanda par quel chemin elle allait s’y rendre : bus, métro, à pied...

« À pied ! » trancha Shii.

Le manoir était assez éloigné, il leur faudrait une bonne demi-heure de marche pour y aller, mais ce n’était pas négociable. Elle ne se voyait surtout pas aller dans un bus sans sa culotte. Si jamais quelqu’un le voyait ! Non, elle ne voulait même pas y penser ! Elle passerait par les ruelles, le parc, et les endroits isolés... Ce n’était sans doute pas l’itinéraire le plus intelligent avec une perverse avec elle, qui avait clairement envie de la prendre, mais Shii ne pouvait pas s’empêcher de penser à l’autre alternative : se faire voir par des inconnus sans culotte ! Ce serait terrible, profondément dégradant et humiliant ! Plutôt que de prendre des risques, elle préférait jouer la carte de la prudence.

Alors qu’elles allaient y aller, Ai entreprit de lui poser une autre question :

« Quand tu disais qu'elle était particulière, tu parlais juste du fait qu'elle est une futa ou c'est encore autre chose ? »

Shii se mordilla les lèvres. Oui, elle était une vampire esclavagiste venue d’une autre dimension... Mis à part ça ? Rien à signaler, mon capitaine, vous pouvez circuler ! Elle ne pouvait pas le dire, Maîtresse le lui en voudrait, et elle préféra se tourner vers Ai. Mentir était un exercice très difficile pour Shii, et la lycéenne trouva une alternative :

« Tu parles trop ! s’exclama-t-elle, sans se douter qu’il pouvait être très facile d’interpréter cette phrase. Il y a un long chemin à faire. Tu poseras directement tes questions à Maît... À Mélinda, se rattrapa-t-elle rapidement. Si elle veut bien de toi chez elle ! »

En réalité, il était très probable qu’elle en voudrait bien, et que, si elle apprenait l’histoire du casier, elle trouvait l’idée suffisamment intéressante pour ordonner à Shii, la prochaine fois, de la faire en entier. Oui, ce serait bien le style de sa Maîtresse... La pauvre Shii n’en menait pas large, et récupéra son sac, enfouissant dedans la culotte trempée, puis sortit.

« OIn va couper par le parc, dit-elle en sortant du gymnase, ça ira plus vite ainsi. »

Elle s’accorda un furtif regard vers l’entre-jambes d’Ai, et détourna rapidement les yeux. Elle venait de se demander si la belle avait toujours son érection.

*Shii ! se sermonna-t-elle. Il va falloir que tu te calmes !*

C’était malheureusement bien plus facile à penser qu’à faire.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ai Aihara
Humain(e)
-

Messages: 136


Membre du Futabu


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Mars 30, 2014, 12:09:52 »

Maintenant qu'elle savait ça, elle ne comptait pas laisser Shii s'en tirer si facilement. Elle va rencontrer la fameuse Mélinda Warren et elle va très rapidement se rapprocher d'elle. La belle lycéenne au visage de poupée, elle imaginait déjà la collection de dessous raffinés de ses tiroirs et c'était assez suffisant pour augmenter son flux sanguin entre ses jambes. Elle voulait déjà beaucoup en savoir sur elle mais sa nouvelle copine préférait ne pas trop en entendre parler, apparemment, elle n'aimait pas répondre pour les autres? Elle avait peut-être peur d'en dire trop? Possible mais si c'est le cas, ça rendait le jeu des questions encore plus passionnant! Déjà, elle avait remarqué ce lapsus quand elle avait voulu dire Mélinda, elle a failli dire autre chose qui commence par « Maît... », ce n'était pas bien compliqué de deviner la suite quand on est bien à l'aise sur le sujet comme Ai. 

« Moi je suis sûr qu'on va très bien s'entendre toutes les deux, puis avec toi aussi. »

Oui, même si leur véritable rencontre n'avait pas démarré comme elle l'aurait aimé, vu leur situation à présent, c'était un mal pour un bien. Concernant le trajet qui se fera à pied, Shii préféra couper par le parc, elle n'avait pas d'autre choix que de la suivre de toute façon, c'était elle qui connaissait le chemin, pas elle. La jeune futa opina du chef avant de la suivre en ayant une idée derrière la tête en observant sa jupe qui cachait une paire de fesses à l'air. Certes, le bus ou le train aurait pu proposer un peu plus de jeux en passant discrètement une main sous sa jupe ou même tenter de la pénétrer en se cachant assez bien. C'était risquer mais très excitant surtout! En passant par le parc, Ai était rester assez silencieuse sur le trajet, demandant simplement le temps que cela prendrait à pied – trente minutes environ – et un ou deux détails sur elle et Mélinda mais des trucs banaux du genre si Mélinda vivait encore chez ses parents, ce genre de chose? Après tout, la richesse de la belle demoiselle n'était pas un secret et c'est pour cela qu'Ai fantasmait sur des dessous raffiné en pensant à Mélinda, elle n'était pas comme tout le monde. Mais en voyant le peu de présence dans le parc, elle pouvait mettre en œuvre son idée maintenant et souleva la jupe de Shii pour dévoiler ses fesses en faisant bien attention à ce qu'il y ai personne autour.

« Oh y a du vent dit donc!!! »

Amusée par son petit jeu, elle relâcha bien vite sa jupe en gloussant, cachant son sourire avec sa main en l'observant d'une façon inquiétante, pour Shii en tout cas.

« Tu sais, je pourrais te courir après pour soulever ta jupe et profiter de la vue... mais les autres pourraient aussi le voir si tu cours... »

Oh que oui c'était inquiétant pour la jeune femme mais Ai n'était pas comme ça. Certes elle jouait les frêles demoiselles en classe et était du genre dominante dans le club comme avec les autres en général même si elle était plutôt soumise avec les autres futas. Surtout avec Aya mais c'était pas pareille, c'était une très bonne copine.

« Je vais plutôt te rendre service puisque tu es trop gêné et que j'ai un peu aspergé ta culotte. » Elle l'avait surtout inondé mais elle ne s'arrêta pas sur ce détail. « Je te prête la mienne jusqu'à ce qu'on arrive chez Mélinda, comme ça tu n'auras rien à craindre et moins non plus. »

Oui, si Shii tente de faire la même chose avec elle, pas sur qu'Ai soit gêner, au contraire même. Elle la prenait par la main en se dirigeant derrière un arbre avec plusieurs grands buissons ce qui les cachait bien. Bah quoi, elle n'allait pas retirer sa culotte au milieu du chemin après tout. Ai se baissait en retirant sa culotte, tout simple, blanche et pure – enfin, elle avait surement laissé une ou deux gouttes de sperme dedans mais ça ne se voyait pas. Puis Shii qui porte ses dessous, elle serait du genre à vouloir porter sa culotte encore chaude une fois chez Mélinda, ça, c'est excitant. Puis vu la différence de taille, Shii va surement être un peu plus serré dedans? Quoi qu'il en soit, Ai se redressa en cachant sa culotte dans son dos, s'adossant à l'arbre avec un sourire en coin.

« Mais en échange, je voudrais juste une petite pipe, promis, pas plus! Je te laisse gérer ça toute seule mais là, Shii-chan, j'ai trop besoin de ton aide pour me soulager. Sentir tes seins contre mon visage dans le casier et le tissu de ton maillot de bain scolaire encore humide se frotter sur mon gland, oh, c'était trop tentant pour moi. Je garde mes mains dans mon dos, je te demande rien de plus après et je cache même ça à Mélinda si tu veux. »

Malgré sa demande qui était autant un chantage qu'un service, elle avait un petit sourire en coin, un sourire qui lui demandait « s'il te plaît » alors qu'une légère bosse se voyait sur sa jupe, surtout quand elle se cambrait en arrière. Son pénis n'était pas très grand contrairement à de nombreuses futas mais Ai en était fier. Ne dit-on pas « tout ce qui est petit est mignon »?
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3355



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #11 le: Mars 31, 2014, 02:09:28 »

Le cœur de Shii battait lourdement dans sa poitrine. Nerveuse, voilà comment elle était ! Comment ne pas la comprendre ? Elle était en compagnie d’une Futanari perverse qui avait joui dans sa culotte, qui l’avait coincé dans un casier, et qui était sûrement en train de la reluquer ! Shii avait l’impression qu’une paire d’yeux voraces se situaient dans son dos, la détaillant, l’observant, la zyeutant, la dévorant sous toutes les coutures... C’était extrêmement gênant, et elle conservait les poings serrés, la démarche raide, en avançant dans le parc. Pour Shii, s’isoler des gens lui avait semblé, sous la panique, être la meilleure idée... Ainsi, si un coup de vent soulevait sa jupe, il n’y aurait personne pour voir en elle une petite catin. Elle n’avait pas réalisé qu’elle ne faisait que se tirer une balle dans le pied en s’isolant avec Ai, mais cette situation, naturellement, n’échappait pas à Ai.

Shii ne pensait qu’à une chose : retourner rapidement au manoir, où elle serait à l’abri... Et trouver une nouvelle culotte ! Il faudrait qu’elle trouve un moyen de s’assurer qu’on ne puisse plus faire ces... Ces trucs avec ses vêtements ! Ce n’était pas la première fois qu’on jouait avec les vêtements de Shii. Certaines filles venant d’Ashnard aimaient bien lui faire l’amour dans son uniforme scolaire, enfonçant en elle leurs fortes virilités, jouissant sur ses vêtements, et autres choses... Mais là, , c’était dans un lieu public ! Pas dans le harem, pas dans le manoir, mais dans les vestiaires ! C’était indécent, c’était scandaleux, c’était ignoble, c’était...

*Délicieusement excitant ?*

N-Non ! Il n’y avait rien... Rien d’excitant là-dedans ! Absolument rien, rien, rien, rien, RIEN ! Elle essayait de s’en convaincre, mais, pour autant, dans sa tête, l’image de ce sexe tendu revenait, comme une balle de ping pong. Elle avait beau jeter l’idée au loin, elle revenait à la charge, avec la même fixation, la même intensité, la même attirance. Shii avait le cœur qui bondissait dans sa poitrine, et elle ne sentit pas Ai se rapprocher... En revanche, quand cette dernière souleva sa jupe en se moquant d’elle, Shii bondit comme si elle venait de marcher sur une ourse.

« HAAA ! Non-mais-t’es-folle-ou-quoi ?! » balança-t-elle à toute allure en se retournant subitement, une main sur les fesses.

Ai semblait amusée par sa propre pitrerie, et Shii remarqua alors, très clairement, qu’elles étaient seules. Un vent de panique s’empara de son corps, car elle voyait, dans les yeux d’Ai, cette lueur... La même que dans les vestiaires, et la même que celle qu’avait sa Maîtresse quand elle s’approchait de Shii, et désignait son sexe tendu de la main en lui faisant signe de venir, et que, cette fois, ça allait être la bonne. Ai ne lui laissait aucun recul, et lui proposa de porter sa culotte. Shii écarquilla les yeux. Elle aurait bien voulu s’enfuir, mais... Et bien, c’était comme si ses jambes étaient figées. Ai la conduisit alors dans un petit coin, à l’abri derrière de grands buissons, comme un genre de petit square intime. Shii rougit, mal à l’aise. Elle... Elle ne pouvait pas accepter ça, non, c’était...C’était très indécent ! Ai lui montra sa culotte, visiblement sûre de son coup.

Cette dernière était propre, blanche, mais, plutôt que de la lui donner, elle imposa une condition, une condition à laquelle Shii aurait effectivement pu s’attendre :

« Mais en échange, je voudrais juste une petite pipe, promis, pas plus! Je te laisse gérer ça toute seule mais là, Shii-chan, j'ai trop besoin de ton aide pour me soulager. Sentir tes seins contre mon visage dans le casier et le tissu de ton maillot de bain scolaire encore humide se frotter sur mon gland, oh, c'était trop tentant pour moi. Je garde mes mains dans mon dos, je te demande rien de plus après et je cache même ça à Mélinda si tu veux. »

U-Une... Une... Une... Une PIPE ?! Pour Shii, ce fut comme si un coup de massue s’abattait sur sa tête. Elle écarquilla les yeux, ouvrant la bouche, et glissa naturellement du visage d’Ai à son entrejambes, devinant son sexe tendu, assoiffé. Shii rougit, et comprit rapidement que, ce qui la gênait, ce n’était pas tant la fellation elle-même que le fait que... Et bien, que, en réalité, elle avait très envie de le faire ! Oui ! Oui, c’était ça ! Shii était gênée pour deux raisons : pour ce que le geste en lui-même impliquait, à savoir faire des trucs obscènes en public, mais aussi parce qu’elle en avait envie.

Shii hocha lentement la tête, s’humectant les lèvres.

« Je... Très bien... Très bien, Aihara-san... »

Shii soupira lentement, et fléchit les genoux, allant se mettre devant Ai. Elle pouvait voir la belle bosse qui déformait ses vêtements, et, lentement, elle abaissa sa jupe, voyant rapidement ce chibre pointer. Il alla tapoter son nez, et elle soupira lentement, reprenant son souffle. Les joues en feu, Shii attrapa cette verge dans le creux de sa main, et commença à lécher le bout, se rappelant le nombre de fois qu’elle avait fait ça avec sa Maîtresse, puis, lentement, commença à l’avaler.

*Pitié, que personne ne me voit !*

Shii savait qu’elle ne pourrait pas y échapper. Si elle tentait de s’enfuir, Ai la poursuivrait... Ici, elles étaient à l’abri... Mais Shii redoutait aussi une autre personne... Outre Ai, elle redoutait aussi ses propres réactions.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ai Aihara
Humain(e)
-

Messages: 136


Membre du Futabu


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Avril 20, 2014, 10:58:02 »

Ce n'était quand même pas sa faute si elle était trop bandante! Shii s'en rendait-elle compte? De sa beauté, du fait que la situation n'avait pas tourné en la faveur d'Ai pour qu'elle reste calme? Enfermée dans un casier sans pouvoir rien lui faire ni même se masturber de peur que son orgasme attire les filles vers le casier en question? D'autant plus qu'elle avait l'habitude jouir une certaine quantité de sperme qui n'était pas dans la « petite quantité ». Ai voulait juste sentir son antre buccal sur son sexe, sa langue glisser dessus, la force d'aspiration dessus pour la pousser à jouir! C'était vachement tentant! Surtout qu'en plus, elle lui avait proposé sa culotte en guise de bonne foi et imaginer Shii dans son dessous, un peu plus serrer car elle avait une silhouette plus fine quand même qu'elle, ça rendait la chose encore moins gérable pour elle. Mais heureusement, la belle Shii accepta en se mettant à genoux alors qu'elle s'adossait à l'arbre. Quand sa bouche venait à son contact sur son sexe, ce fut presque un gémissement qu'elle aurait pu pousser mais elle se retenait pour ne pas attirer l'attention. Il n'y avait personne mais on ne sait jamais. Ai se mordait la lèvre inférieure en serrant sa culotte dans une de ses mains.

Elle était trop excitante cette Shii pour simplement fermer les yeux et savourer. La voir la sucer en douceur, il n'y avait pas de mot. Dommage qu'elle ait parlé trop vite, elle aimerait bien lui caresser les cheveux mais elle avait dit qu'elle garderait ses mains dans le dos alors elle va tenter de tenir parole au moins pour montrer qu'elle savait la tenir. Ces derniers temps, elle ne vivait que par la masturbation et même si dieu sait qu'elle adore ça, une fellation, ça faisait aussi du bien. Sa main de libre était tenté de venir lui caresser les cheveux, lui montrer sans le moindre mot qu'elle faisait là un bon travail mais... Non, elle devait se retenir, elle crispait sa main dans l'air sans oser l'approcher. Par sécurité, elle la remontait même à sa poitrine, caressait son sein gauche à travers son uniforme plutôt que risquer de fauter. La belle brune à lunettes suçait si bien, pourquoi elle a dit qu'une seule fois, elle aurait dû lui imposer plusieurs fois! Quelle cruche! Elle qui était si pudique, cette culotte, ça pourrait être pour elle la solution à tous ses problèmes! Elle aurait pu la prendre en sodomie ou dans l'herbe qu'elle aurait surement dit oui juste pour avoir ses petites fesses cachées par un bout de tissu. Ai serra les fesses en les remuant très doucement, de façon à faire en sorte qu'elle bougea instinctivement alors qu'elle voulait plutôt en profiter aussi un peu...

« Continue Shii-chan.... Tu suces si bien... »

Si Mélinda voulait la garder, elle pense avoir découvert une des raisons à cela, sa bouche était orgasmique! Elle avait dû s'entrainer aussi avec la belle demoiselle richissime. Ça promet leur rencontre, elle risque d'en avoir des choses en tête maintenant. Elle avait envie de la voir nue maintenant, nue en train de la sucer, de tenir sa tête en lui faisant avaler sa bite. Oui, sous son apparence, Ai avait un langage plutôt cru dans ce genre de situation. De plus, même si son pénis ne fait pas une grande taille, environ deux fois plus petit que la moyenne chez les futanaris – et même chez les hommes en générales – elle n'avait aucune honte et savourait pleinement du cadeau de dame nature. Faire une gorge profonde avec Ai était un jeu d'enfant après tout. Elle continuait d'avoir ce sourire en coin en se caressant la poitrine. La bouche légèrement entrouverte, elle avançait et reculait doucement son bassin vers elle.

« Haaaa.... tu avaleras tout... Heiiin haaaa-aaa... »

Non, elle n'avait pas encore joui mais vu son impatience pour jouir depuis tout à l'heure, c'était pour bientôt. Si Shii pouvait ce dire que ce ne sera pas grand-chose, elle se trompe car malgré la taille de son pénis et sa carrure, Ai pouvait presque éjaculer près d'un demi-litre ce qui était beaucoup même si en règle général, sachant qu'elle a déjà jouit tout à l'heure, cela devrait tourner autour de trois cent centilitres. Oui, elle avait déjà mesuré ce genre de chose dans le club.
Journalisée

Mélinda Warren
Créature
-

Messages: 3355



Voir le profil
FicheChalant
Description
Petite vampire qui aime mordre des fesses <3
« Répondre #13 le: Avril 22, 2014, 02:28:01 »

C’était par fatalisme que Shii avait agi... Elle essayait de se convaincre qu’il n’y avait aucune autre raison derrière la fellation qu’elle était en train de prodiguer à Ai-chan, qu’elle agissait ainsi uniquement pour ne pas se faire violer en pleine rue, mais Shii savait qu’il y avait autre chose... Quelque chose que sa Maîtresse avait cerné. Shii était une jeune lycéenne timide, introvertie, qui avait refoulé pendant longtemps ses besoins en matière de sexe, et la naissance de ses hormones. C’était par la lecture, toute innocente, d’un manga, qu’elle avait peu à peu commencé à s’éveiller au sexe, et à ressentir des bourdonnements. Ce manga était en réalité un yuri dans lequel une senseï membrée mettait des élèves récalcitrantes en retenue dans son bureau pour les sodomiser et les torturer. Cuir, latex, hurlements, gémissements, gros nichons... Tout le cocktail des fantasmes nippons avait été réuni à travers une terrifiante beauté occidentale aux longs cheveux, avec des lunettes. Depuis la lecture de ce livre, Shii avait développé une sorte de fantasme pour ces femmes membrées qu’on appelait Futanaris... Un fantasme qui lui avait alors semblé aussi réaliste que celui qu’on éprouvait pour les dragons, ou pour devenir un héros de fantasy allant pourfendre des flopées d’Orcs et de trolls. Quand elle avait fini par tomber sur Warren-sama, les choses avaient changé. Shii avait tendance à perdre ses réserves devant un chibre planté dans le corps d’une femme. Elle trouvait ça grotesque, surnaturel, mais, en même temps, terriblement excitant !

Sa bouche remuait le long de son vit, glissant dessus. Ce sexe était moins gros que celui de sa Maîtresse, mais, en l’état, ça le dérangeait absolument pas. Elle remuait sa bouche d’avant en arrière, se laissant aller, yeux clos, ses lèvres filant le long de cette hampe de chair, l’enfournant dans sa bouche. Elle sentait Ai-chan se dandiner contre l’arbre, soupirant et gémissant. Shii était un peu surprise de ne pas sentir une main caresser ses cheveux. Quand elle suçait sa Maîtresse, cette dernière venait toujours lui caresser les cheveux, agrippant sa tête, maintenant une prise ferme qui l’empêchait de se retirer, la confirmant dans son rôle d’esclave. Ai-chan se retenait, et Shii le sentait. Elle lui avait promis de ne pas la toucher, et elle essayait de s’en tenir. À défaut, Shii la vit se caresser ses seins avec l’une de ses mains, une situation particulièrement grisante et excitante.

« Hummm... » gémissait Shii.

Elle avait posé ses mains sur les hanches de la jeune femme, s’y appuyant, tout en remuant sa bouche d’avant en arrière, enfonçant cette verge le plus loin possible en elle. Sa maîtresse adorait que Shii suce son sexe, en lui disant combien elle était douée. Shii s’était toujours dit qu’elle lui balançait ça pour lui faire plaisir, mais vu que Ai-chan semblait également prendre son pied, il fallait croire que la jeune lycéenne avait effectivement un certain talent. Elle suçait ce sexe, creusant ses joues, tandis que sa langue essayait de s’enrouler autour de ce morceau, de glisser dessus. Elle allait ensuite le japper, remontant sa langue tandis que sa bouche filait en arrière. Concrètement, le bout de sa langue se redressait, formant une sorte de pointe triangulaire. Elle soulevait le chibre de la femme, le heurtant sur ses dents du haut, avant que le bout ne heurte ensuite le sommet de l’intérieur de sa bouche. Shii inversait ensuite les choses, en soulevant sa langue pour la faire passer par-dessus le chibre de la femme. Warren-sama aimait ça, généralement : la capacité de Shii à faire preuve de cette « jovialité enfantine », comme elle l’appelait.

Shii continuait donc à le faire, sentant son sexe s’humidifier. Elle n’avait plus de culotte, ce qui faisait qu’elle remuait ses jambes de gauche à droite, fermant les yeux. Ses lunettes heurtaient la peau nue de Ai-chan quand elle se rapprochait trop, et Shii continuait à la sucer, longuement, tendrement, appréciant cette sucette dans sa bouche.

« Haaaa... soupirait Ai-chan. Tu avaleras tout... Heiiin haaaa-aaa... »

Oh, ça, ça ne se posait même pas ! Shii n’allait pas prendre le risque d’être surprise avec du sperme sur les lèvres ! Elle avalerait la moindre petite goutte, et allait de plus en plus vite, continuant à ponctionner ce sexe, à exciter cette maudite perverse. Elle adorait ça, et ses joues étaient toutes rouges, le signe que la température de son corps était en feu. Fermant les yeux, elle se laissait aller, et continuait à agir, encore et encore, jusqu’à ce que Ai-chan finisse par jouir en elle.

Shii se retrouva assez rapidement avec la bouche pleine, en sentant la verge de sa partenaire bondir en elle, sans jamais s’arrêter, remuant frénétiquement dans son corps au fur et à mesure qu’elle balançait des giclées de son foutre chaud. Shii gémit faiblement, et avait désormais ses mains posées sur les fesses de la femme, avalant tout ce sperme sans rechigner. Lorsque la femme eut fini sa giclée, il y avait énormément de sperme en elle, gonflant ses joues, faisant ressembler son visage à une sorte de petite boule. Shii respirait lentement, reprenant peu à peu son souffle, tout en avalant, le sexe de la femme restant dans sa bouche.

Elle retira ses lèvres quelques minutes plus tard, et, pendant ce temps, on pouvait l’entendre ingurgiter ce sperme, avalant ce foutre gluant et salé. Elle retira ensuite ses lèvres, puis lécha un peu le sexe de la femme, comme une petite chienne, remuant sa langue dessus, glissant sur ce vit pour l’essuyer et le nettoyer. Elle termina son office par un petit bisou sur la surface de son sexe, et releva ensuite la tête.

« Ça... Euh... Tu es calmée, maintenant ? » demanda-t-elle, le cœur s’emballant nerveusement.
Journalisée


DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Ai Aihara
Humain(e)
-

Messages: 136


Membre du Futabu


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Mai 19, 2014, 09:28:02 »

Quelle bonté! Quelle joie! Ai se faisait sucer en plein parc, en plein jour par une très jolie camarade de lycée. Elle aurait tellement envie de faire des choses rien que la voyait aller et venir sur son pénis, poser ses mains sur sa tête et imposer un rythme ou même la caresser seulement. Aller bien plus loin qu'une simple fellation mais Ai tenait parole. Pour l'occasion du moins. Elle aime profiter de la situation mais Shii pourrait ne plus avoir envie de la conduire chez Mélinda et ça, elle ne doit pas en arriver là! Au contraire, elle doit tout faire pour que sa nouvelle copine l'emmène faire de nouvelles rencontre. Ai se mordait la lèvre inférieure en ressentant le talent qu'avait la jeune femme avec sa langue, dire qu'elle aurait pu en arriver là dans les vestiaires tout à l'heure? Quelle idiote de ne pas en avoir profité! C'était même mieux que sa culotte mais il ne faut pas oublier qu'elle était une fétichiste des dessous féminins alors ça prouvait à quel point la barre était haute. Sa main continua de caresser sa poitrine alors qu'elle la voyait en bas, jouer avec sa queue et faire des choses avec sa langue... Oui, tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de répondre, même plus! Shii jouait les prudes mais quelle cochonne! On n'apprend pas ça comme ça, ce n'est pas inné! Ou alors, quel génie celle-là! Si seulement elle n'aurait pas fixé la limite de ne pas user de ses mains... quelle gourde quand elle s'y met!

Mais heureusement, cela ne retirait rien du plaisir de s'amuser avec elle, Shii était si douée qu'elle était impatiente de s'essayer à plus que ça avec elle. Elle avait déjà un torrent d'idée torride à essayer avec elle, pourvu que le tout prenne forme une fois dans la maison de Mélinda. Elle brisa cependant le contrat sur la fin, au moment de jouir, elle posa ses mains sur sa tête pour la lui maintenir sur son membre. Non pas qu'elle en ait une énorme et souhaite en faire une gorge profonde mais à défaut d'avoir un grand pénis, elle avait beaucoup de foutre à revendre. Et si elle faisait cela, ce n'était pas pour que Shii recrache le tout. Elle éjacula dans sa bouche, de nombreuses grosses giclées qui se heurtaient dans sa bouche, dans sa gorge, seule sa queue tapait contre le haut de sa bouche parfois alors que la petite futanari prenait son pied. Elle adorait jouir dans un endroit fermé... Bouche, anus, vagin, culotte, elle trouvait ça génial de ne pas en foutre partout. Pendant son orgasme, elle caressa les cheveux de Shii, doucement, avec toute la douceur possible le temps qu'elle avale tout. Une fois que ce fut fait, bien nettoyé, Shii continua d'être foutrement excitante à sa façon de lui baiser la queue comme une petite chienne en manque, venant même faire un petit baiser lorsqu'elle eut fini. Diable! Elle avait vraiment envie de la prendre contre l'arbre et la faire gueuler de plaisir dans ce parc!

Sa main caressa sa joue, un sourire inquiétant sur les lèvres et ce regard... elle arrivait à la violer rien qu'avec les yeux tellement elle lui donnait envie de continuer.

« Petite coquine, tu te rends compte au moins que... que tu me donnes envies de te prendre, maintenant dans l'herbe en t'écartant les cuisses, hein? Allez, prend ta récompense et ne t'avise pas de tortiller tes petites fesses devant moi ou je risquerais bien de ne plus me retenir! »

Elle lui offrit sa culotte le temps de rejoindre la maison de Mélinda mais le temps de remonter sa jupe, elle ne perdait rien de sa raideur, ni même du spectacle. Elle arriva même par surprise dans son dos, venant remonter avec elle les derniers centimètres de sa culotte sur Shii. Son membre frôlait l'entrejambe de la demoiselle alors qu'elle prenait un malin plaisir à fantasmer toute seule.

« Arrivée chez Warren-chan, tu me rendras ma culotte telle qu'elle. Je meurs d'envie d'y sentir et ressentir sa mouille contre mon entrejambe... Mais dis-moi, tu es à l'aise dedans? Pas trop serrée? »

Bien sûr que oui elle était un peu serrée dedans que dans sa vraie culotte dans son sac mais c'est normal, Ai est plus fine déjà. Voir ses formes se serrer dedans, c'était si mignon, elle avait bien envie d'y glisser son sexe dans sa culotte voire à quelle point elles seront si serrée... Cette Shii était excitante, elle se répète mais c'est la vérité! Pas étonnant que Mélinda la garde près d'elle.

« Allez go! Quittons ce parc fantôme avant que je ne soit trop tentée. »

Elle se leva sur la pointe de ses pieds, venant lui embrasser la joue avec un petit sourire en coin.

« Ça, c'est parce que tu suces super bien. »

Maintenant l'objectif était d'arriver chez Mélinda avant qu'elle ne soit tentée de recommencer.
Journalisée


Tags:
Pages: [1] 2 3 ... 9
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox