banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Des liens solides. [PV] - Terminé.  (Lu 4469 fois)
Mélisandre Cairn
Elue "cul le plus populaire d'LGJ" par un jury d'experts
Avatar
-

Messages: 231



Voir le profil
Fiche
« Répondre #30 le: Avril 13, 2014, 07:38:29 »

Le fils de Lucifer ne défit pas son emprise, forçant le visage de l'impertinente contre l'assise du siège, l'empêchant d'articuler autre chose que des sons étouffés -elle sentait peser son ascendance, écrasante et inexorable. Maintenant qu'elle se sentait vaciller au bord d'un gouffre insondable de sujétion et d'oppression, elle ne se serait plus risquée à proférer la moindre parole en mesure de lui déplaire. Et, pendant qu'il s'acharnait à dépouiller son esprit comme son corps de la moindre once de révolte ou de lutte, qu'il fourrait l'étroitesse de l'intimité avec la brutalité qu'il jugeait nécessaire et que ses mains punitives la maintenaient à sa place, elle comprit, sous le joug des puissants assauts, qu'elle ne pourrait se grandir sans se soumettre au préalable, que le piédestal auquel son orgueil aspirait ne s'obtiendrait qu'en s'asservissant au Lord Belmont et à ses désirs les plus obtus. Pour mieux conquérir son absolution et sa confiance, il lui faudrait ployer, car jamais il ne lui permettrait de s'élever autrement. 

Un long tressaillement succéda à la jouissance du maître. En dépit de son corps harassé, elle le sentit s'épancher en elle, l'ensemençant de son foutre épais et chaud. Elle palpitait encore, parcourue de spasmes incompressibles et terribles, toute en proie au dénouement de leurs ébats déchainés. La fièvre de l’orgasme consumait toujours l’intérieur de ses cuisses, prolongation moribonde de sa jouissance, méprisable mais oh combien délectable. Plaisir coupable. Ravageur. A peine tolérable. Et pourtant des frissons d’aise achevaient de persuader son être tout entier d’admettre l’échec. Si bon. Mélisandre croisa le regard du prince, bouleversée, tiraillée. Toujours courbée en tout cas. Engrossée. La belle frémit à la perspective des responsabilités qui l’attendaient. Sur l’échiquier, voilà bien la seule pièce qui correspondait à ses attentes, la seule qu’elle accepterait d’incarner. La Reine.

L’amant se retira et une expression fugace de délivrance passa sur le visage suffoqué de la Marquise. Lentement, sa langue explora le goût de ses lèvres tremblantes et mutiques. Le cul admirablement redressé, elle patienta quelques secondes, s’assurant de ne point contrevenir aux désirs du maître, puis s’installa nonchalamment entre les accoudoirs, le contemplant d’abord puis le gratifiant d'un long regard appuyé, charbonneux et indéchiffrable. Les paroles prononcées se heurtèrent à son hermétisme buté. Afin de se donner contenance et meubler le silence qui s’ensuivit, elle combla l’oisiveté de ses doigts d’une cigarette, apparue spontanément, puis l’alluma d’un frottement du pouce et du majeur d’où jaillit une étincelle rouge. Le temps d’une bouffée émancipatrice, un écran de fumée blanche s’extirpa d’entre ses lèvres pleines et sépara un instant les deux belligérants. 

« D'esclave je suis passée Marquise. De putain je deviendrai Reine. Et de soumise Maîtresse » assura-t-elle simplement.

S’absorbant dans la contemplation du vide, elle le laissa la contourner sans rien ajouter –reconnaissante quelque part de le voir épargner les vestiges de sa fierté éparpillée. Dès qu’il eut franchi le seuil de la chambre, ses ailes repliées se flétrirent comme les voiles d’un navire privées de mistral, jonchant le sol d’un duvet noir sur lequel reposaient ses pieds nus. L’outrageuse volupté de la diablesse se dissipa au profit d’une sensualité plus douce et féline tandis que ses épaules se couvraient de l’ample débordement de sa crinière sombre. Les prunelles redevenues opaques et aussi ténébreuses que le Styx, elle avisa son reflet dans le miroir mural de la pièce et considéra l’orbe chaud de son ventre, consciente d’y voir bientôt éclore son avenir, irrémédiablement enchaîné à celui de Connor.

« Dernière édition: Avril 13, 2014, 08:41:41 par Mélisandre Cairn » Journalisée


Tags: fellation  vaginal  erotique  maitre/esclave  social  bdsm  demon  fini  
Pages: 1 2 [3]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox