banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
Auteur Sujet: Cours particulier, what else ? (PV Myumi Ichtora)  (Lu 4241 fois)
Myumi Ichtora
Avatar
-

Messages: 164



Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Février 02, 2014, 07:05:52 »

Chaude et douce, voilà comment Myumi définirait Elianne en ce moment. Il était très agréable de se glisser contre son dos, de la sentir gémir et haleter, de la sentir heureuse et comblée. Elles allaient passer ensemble un très bon moment, mais Myumi n’oubliait pas qu’elle restait professeur. À sa manière, elle éduquait donc Elianne, et avait donc tout naturellement désiré obtenir des détails sur sa vie sexuelle. Elianne était excitée, Myumi le sentait et le voyait. La belle petite élève ne devait sans doute pas croire à sa chance. Myumi était persuadée que les élèves de Mishima devaient longuement discuter sur leur prof’, sur ses performances, sur cette réputation qu’elle avait de coucher avec ses élèves... Une réputation qui était bien en-deçà de la réalité, quand on savait réellement ce que Myumi faisait avec eux. Elianne, fort heureusement, allait avoir la chance de le découvrir très bientôt. Myumi nota ses doigts recouverts de mouille, et esquissa un sourire. Ça, elle comptait s’en occuper, mais, pour l’heure, elle voulait entendre les aveux d’Elianne.

Elle l’embrassa dans la nuque, léchant sa belle peau douce, la mordillant un peu, tandis qu’Elianne lui expliquait qu’elle avait fait l’amour pour la dernière fois il y a une semaine, dans la douche, avec un homme de l’équipe de foot. Myumi esquissa un sourire en s’imaginant la scène : le corps d’Elianne, ruisselant d’eau, tandis que le courageux sportif la labourait avec son membre. Vu que ça n’avait pas duré « très longtemps », Myumi supposait qu’il avait du simplement tirer son coup.

« Hum..., répondit Myumi en léchant sa nuque. Ce brave homme n’aurait-il donc pas réussi à te combler comme il se doit ? Serais-tu donc gourmande au point d’avoir des exigences ? »

Tout en posant sa question, elle enfonça deux doigts dans l’intimité de la belle, et pressa son clitoris, titillant le bouton de plaisir, cette zone érogène par excellence, tout en sentant le corps d’Elianne y répondre favorablement. Elle se contorsionnait contre elle. Avec son autre main, qui continuait à malaxer son sein, à pincer le téton, Myumi l’immobilisait contre elle. Elle remua ses doigts dans son vagin, tout en poursuivant, remontant sa bouche pour embrasser Elianne sur l’oreille.

« Tu as la réputation, au sein de tes professeurs, d’être une fille très sage, très studieuse... Moi, je sais que le professeur d’Histoire rêve que tu lui suces la queue. Et, pour me confier moi aussi... »

Myumi continuait à caresser son intimité, et murmurait maintenant dans son oreille :

« Ces photos que tu as vu datent d’hier... Un souvenir de mes amis. Eux, ils n’ont pas été rapides, en revanche. Je me suis levée il y a à peine une heure, car, quand je me suis couchée, toi, ma belle, tu prenais ton petit-déjeuner et tu nouais proprement ta cravate en te préparant à aller en cours... Penses-y, ma belle. Lorsque tu te brossais les dents ce matin, moi, un homme massif me défonçait joyeusement le cul. Penses-y encore, ma mignonne... »

Un sourire traversa les lèvres de Myumi, qui continua à enfoncer ses doigts, allant de plus en plus vite. Elle continuait à la prendre ainsi, remuant de plus en plus vite, de plus en plus profondément. Myu’ continuait à l’embrasser, tendrement, et poursuivit ses explications :

« J’ai été couverte de sperme... Imagine-toi ainsi, le corps tout blanc, tout crémeux, au milieu d’un cercle d’une dizaine d’hommes nus se masturbant énergiquement pour répandre leur sperme sur son corps. Huuummm..., gémit-elle en se rapprochant de l’oreille d’Elianne, pour mieux l’exciter. N’aimerais-tu pas l’être, toi aussi ? Couverte de sperme... Couverte de la tête aux pieds... »

Elle esquissa un sourire, et remua plus rapidement.

Si elle se débrouillait bien, Elianne ne tarderait pas à jouir.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Elianne Roy
Humain(e)
-

Messages: 36



Voir le profil
Fiche
« Répondre #16 le: Mars 18, 2014, 01:42:12 »

Tout ce qu'Elianne parvint à donner comme réponse à la première question de Myumi, ce fût un long gémissement, car à peine cette question posée que la Senseï s'était finalement décidée à la caresser, mettant en quelque sorte fin à cette frustration qui la prenait de plus en plus. Heureusement qu'Elianne était adossée contre Myumi, son dos se reposait bien contre les lourds seins de sa prof, et la prise qu'elle exercait sur elle était suffisante pour qu'elle ne tombe pas. Car les jambes de la lycéenne n'étaient plus tout à fait en état de faire leur travail à elles seules, elle tremblait alors que les doigts fins de Myumi plongeaient dans son intimité mouillée, elle les sentait aller et venir en elle, sa main remuer dans sa culotte qui n'allait plus être utilisable prochainement.
Elianne écarta encore un peu ses jambes, et se laissa complètement faire. Myumi l'embrassait dans le cou, lui mordait ses oreilles, lui murmurait des paroles particulièrement salaces ainsi que quelques révélations qui l'étaient tout autant. Son professeur d'histoire qui fantasmait sur elle, combien d'autres devaient en faire autant ? Myumi qui lui avouait avoir passé une nuit et une matinée des plus agitée. Cela ajouté au ton particulièrement sensuel de sa voix, de son souffle tapant contre son cou et ses oreilles, contribuaient à accentuer le trouble d'Elianne, et il n'y avait aucun doute quand au fait que c'était ce que recherchait sa prof.

Hnnn...Ha...Haaaaaan...

Elianne remuait, ondulait son bassin contre Myumi. Les yeux clos, elle laissait à sa prof une totale liberté et une totale emprise sur son corps. Honnêtement Elianne était bien incapable de lui répondre d'une quelque manière que ce soit, elle se trouvait dans cette sorte de transe, d'état second qui précède un orgasme, Myumi le sentait, et accélérait le rythme de ses doigts en conséquence. Il y avait tellement de raisons pour Elianne de rougir, les bruits humides qui s'échappaient d'entre ses cuisses à cause du doigtage de sa prof, les paroles qu'elle lui murmurait, out tout simplement le fait d'être entre les mains d'une prof. L'élève et le prof, c'était un tabou presque aussi vieux que le monde, un tabou qui ici était profané et qui allait l'être de bien des façons.

Ha...Ha...

La jeune lycéenne approchait du point de rupture, elle le sentait, cette vague au niveau de son bas-ventre qui était sur le point d'exploser. Ses mains jusque là passives, ne sachant pas trop où se mettre, se posèrent alors promptement sur les fesses de Myumi qu'elles agrippèrent. C'était autant une envie qu'une façon de s'agripper car les jambes d'Elianne devenaient particulièrement frêles.
Et elle joui. Presque aucun son ne sortir de la bouche d'Elianne pourtant grande ouverte, les yeux clos, alors que son visage se levait vers les plafond. Elle se tendit comme une corde de violon, se contracta à de multiples reprises, laissa échapper quelques gémissements entre tandis qu'elle achevait de tremper sa culotte blanche et la main de sa prof de cyprine. Puis elle se détendit peu à peu, elle reprit son souffle qui s'était momentanément arrêté sous l'effet du plaisir, seul le fait que Myumi la maintenait lui permettait de rester debout. Son corps s'était un peu couvert de sueur, mais elle se sentait bien.
Journalisée
Myumi Ichtora
Avatar
-

Messages: 164



Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Mars 18, 2014, 05:12:25 »

Ces adolescents ne se rendaient pas compte. Ils ne pouvaient pas le savoir, mais ils étaient vraiment des êtres de toute beauté. Comment ne pas avoir envie de coucher avec eux ? De les caresser, de les embrasser, de les serrer, de les masser... Leur peau était fine, douce, chaude, elle n’était pas encore craquelée par le temps, fanée par le poids des ans... Non, cette peau était douce, ferme, et c’était si bon, si bon, de les caresser, de les masturber, d’avoir le sentiment d’agir pour eux, de les éduquer. Si ça ne tenait qu’à Myumi, elle aurait décrété une journée nationale de l’éducation sexuelle, où chaque senseï aurait eu l’obligation morale de s’assurer de l’éducation sexuelle intime de leurs élèves. D’un autre côté, si une telle journée devait exister, les relations entre un professeur et son élève n’auraient plus ce caractère intime et libéral... Après tout, quand un professeur couchait avec son élève, il y avait là un charme supplémentaire, une violation d’un interdit moral, d’un tabou sociétal... En somme, une sorte de libération, d’affranchissement, de supériorité de l’individu sur la société. Et, quand bien même, ce n’était pas comme si ces deux femmes faisaient quelque chose de mal ou de répréhensible. Elles ne faisaient rien de plus que se faire mutuellement plaisir. Qu’on la damne si Elianne se sentait violée.

La jeune femme était tellement excitée qu’elle n’arrivait même plus à parler, et s’écrasait contre l’estomac de sa professeur, tandis que cette dernière gémissait et soupirait. La brave adolescente était comblée, et, entre ses doigts, Myumi la sentait en train de se vider, son jus intime barbouillant ses doigts, tachant sa culotte, filant le long de ses jambes, formant des gouttes sur le sol, une petite tâche qui allait en s’épaississant. Sans les gémissements et les soupirs de l’intéressée, on aurait peut-être pu entendre le *PLOUIC ! PLOUIC !* que sa cyprine devait voir en touchant sur le sol. Mais, honnêtement, il n’y avait rien de plus bon, de plus délicieux, que d’entendre Elianne gémir et soupirer. Son corps remuait contre les lourds seins de la prof’, et, tandis qu’elle continuait à la masturber avec deux doigts, son autre main s’appuyait sur sa tête, afin de l’empêcher de s’affaler. Myu’ sentait la chaleur monter en elle, s’accroître au fur et à mesure que cette petite perle se dandinait, mais se déshabiller ne faisait pas encore partie de ses pronostics. Oh non, elle avait encore d’autres projets avant ça ! Pour l’heure, elle faisait simplement plaisir à Elianne, et, par ses doigts inquisiteurs, elle achevait de sceller entre elles une relation. Car, quand bien même Myumi fantasmait sur ces adolescents, elle se devait bien d’admettre qu’Elianne avait quelque chose que les autres n’avaient pas... Une sorte de valeur supplémentaire, quelque chose de difficile à cerner, mais qui était non moins réel. Il y avait en elle un truc en plus, tout simplement. Et ce petit truc faisait toute la différence, embellissant l’ensemble. Ce petit truc faisait que Myumi était particulièrement heureuse de l’avoir avec elle.

Elle fut donc assez surprise quand, parvenant à surmonter ses soupirs, Elianne, qui commençait lentement à glisser contre le corps de sa prof’, alla poser chacune de ses mains sur ses fesses. Myu’ en fut surprise, et poussa un petit soupir. À travers sa robe rouge fendue, elle sentit les deux belles mains moites et trempées d’Elianne se presser contre son corps. Cette dernière continuait à soupirer, et Myu’ se blottit davantage contre elle, l’embrassant sur les cheveux, la félicitant, l’encourageant à voix basse, par des mots coquins :

« Là, là, ma belle... Détends-toi, détends-toi, oui, humm... Nous sommes entre nous... Laisse-toi aller, laisse ta prof’ te faire jouir... Ta belle senseï... Laisse-moi te faire jouir... Là, vas-y, détends-toi, tu es entre mes mains, maintenant... »

Plus rien ne serait jamais pareil entre elles. Depuis des semaines, environ, Myumi avait envie de coucher avec elle. Ce long fantasme avait enfin trouvé le moyen de s’accomplir, et elle ne comptait pas Elianne filer si facilement. Cette dernière finit par se crisper, ce que Myu’ ressentit. Un réflexe inconscient de sa nature d’être partiellement succube ? Ou alors une sorte d’appréhension liée à sa grande expérience en la matière ? Quoiqu’il en soit, la jeune femme finit par s’abandonner, et l’orgasme vint, alors qu’elle bascula sa tête en arrière, l’enfouissant entre ses seins, heurtant son corset rouge. Myumi continua à remuer lentement ses doigts, heurtant son clitoris, jusqu’à ce qu’elle sente Elianne se relâcher d’un coup.

Myumi retira alors lentement ses deux doigts trempés de la culotte d’Elianne, et laissa cette dernière se remettre sur ses pieds. Ses doigts étaient trempés, et elle les fit remonter le long de l’estomac d’Elianne, laissant deux belles traînées, jusqu’à ses lèvres. Elle les caressa alors, glissant dessus, résistant brièvement à la tentation de lécher Elianne les sucer, puis lui donna un ordre :

« Mets tes doigts dans ton intimité, ma puce, et goûte ton propre nectar, pendant que je vais l’évaluer... »

Myumi enfourne ses doigts dans sa bouche, et les suce, aspirant par la même occasion la cyprine d’Elianne, puis les retira ensuite, après de longues secondes. Elle laissa à Elianne le soin de faire de même, puis, une fois ceci fait, elle posa ses mains sur ses épaules, et la retourna. Les deux femmes s’observèrent ainsi, et Myu’ posa une main sur le menton d’Elianne, relevant sa belle tête, pour lui offrir un gros baiser langoureux, sa langue filant dans la bouche de la belle. Le baiser traduisit un peu le désir que Myu’ ressentait, car il se fit pressant, et elle finit par attraper la longue masse de cheveux d’Elianne, et par la soulever. Elle posa son autre main en appui sur les belles fesses de son étudiante, et alla la plaquer contre le mur, l’écrasant contre elle, écartant ensuite sa main pour caresser ses jambes. Elle rompit brièvement le baiser, et poussa une simple question, mais qui, à elle seule, suffisait à tout résumer :

« Encore, ma chérie ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Elianne Roy
Humain(e)
-

Messages: 36



Voir le profil
Fiche
« Répondre #18 le: Mars 20, 2014, 08:19:38 »

Elianne se sentait mieux, beaucoup mieux, maintenant qu'elle venait de jouir. Diable ce que cette prof savait jouer sur les frustrations, créer le désir sans le satisfaire immédiatement, les moments qui avaient précédé ses caresses avaient été presque comparables à un passage en enfer. La frustration sexuelle, c'était quelque chose de terrible, surtout lorsque quelqu'un d'autre la sublimait, et l'utilisait. Mais maintenant Elianne se sentait mieux, alors que Myumi sortit progressivement sa main de sa culotte blanche trempée, elle sentit les doigts humides de sa prof remonter contre son ventre, laissant deux filets de cyprine sur sa tendre peau.
Ces doigts remontèrent jusqu'à ses lèvres, Myumi en dessina les contours avec, mais ne lui demanda pas de les lécher contrairement à ce qu'elle aurait pu croire. A l'inverse, Myumi se réserva pour elle ce plaisir, et lui demanda de se charger elle même de goûter sa mouille ce qui, étrangement, lui apparu comme encore plus embarassant que si elle avait du lécher les doigts de sa prof. Néanmoins elle hocha tendrement la tête en signe d'approbation, dans un léger soupir, puis délicatement elle glissa une de ses mains sur son ventre, puis sous l'élastique de sa culotte afin de glisser ses doigts dans son entrejambe. Elle n'en avait pas besoin pour sentir l'humidité chaude qui reignait à cet endroit de son corps, un fait accentué par ce sous-vêtement qu'elle portait encore et qui en retenait une partie non négligeable. Elianne sentit ses doigts se recouvrir de son jus intime alors qu'elle se caressa un peu, et elle en rougit encore plus, et fit une mine gênée. La jeune lycéenne ne l'était pas à ce point, mais elle avait pu noter que Myumi adorait avoir le rôle de la Senseï guidant une élève un peu timide. Elle l'avait d'ailleurs bel et bien été au début, tout ce qu'elle avait à faire était de continuer ainsi. Car Elianne ne voulait pas que ça s'arrête maintenant, c'était pour ça qu'elle sortit sa main, approcha ses doigts de ses lèvres, et les suça délicatement dans sa bouche, surtout pour donner à Myumi encore envie d'elle.

Quand elle eut fini, Myumi la prit par les épaules pour la retourner, lui faisant ainsi face. Elles s'embrassèrent, Myumi l'entoura d'une étreinte délicieuse, et elle se sentit plaquée contre un des murs de la pièce.
Encore ? Avait-elle vraiment besoin de répondre à cette question ? Ses joues rougies, sa respiration haletante, ses yeux brillants d'extase. Elle était bien ainsi, et elle n'avait pas envie que ça s'arrête, et se décida à le montrer à sa prof. Ses fines mains parvinrent à se frayer un passage vers le haut de sa prof, et elle commenca doucement à en défaire quelques boutons. cette poitrine l'attirait, la fascinait même, les seins de Myumi semblaient si lourds et en même temps parfaitement fermes. Elle voulait la voir nue, elle voulait qu'elles soient toutes les deux nues, qu'elles se carressent, s'embrassent, se fassent l'amour, que ce soit doucement ou plus sauvagement.

Oh oui encore Senseï...encore et encore...


Répondant à la main sur sa jambe, Elianne leva cette dernière afin de la frotter contre la hanche droite de Myumi, délicatement, sensuellement, la timide étudiante montrait qu'elle savait aussi y faire. Le tabou initial était rompu en grande partie. Myumi demeurait sa Senseï, mais la perspective de lui faire l'amour n'était plus pour Elianne un interdit. Elle voulait que sa Senseï la prenne, encore et encore...
Journalisée
Myumi Ichtora
Avatar
-

Messages: 164



Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Mars 20, 2014, 09:19:35 »

En posant cette question, Myumi connaissait déjà la réponse... Oui, bien entendu, elle le voyait suffisamment dans le corps d’Elianne, dans la manière dont ses muscles se tendaient, dans la façon dont ses yeux la détaillaient, pour savoir qu’elle aurait été furieuse que ça s’arrête maintenant, que Myu’ la repousse, et lui demande de sortir. La jeune femme l’aurait mal prise. Myumi voulait juste l’entendre, et elle sentit les mains d’Elianne se poser entre ses seins, cherchant à défaire son haut, parvenant difficilement à dénouer quelques boutons. La pauvre n’en pouvait plus. Elle venait de jouir, et son corps ne demandait que ça. Un sourire amusé sur les lèvres, Myu’ tenait d’une main la nuque d’Elianne, et continuait, avec l’autre, à caresser son cul, pressant l’une de ses fesses entre ses doigts, maltraitant au passage sa culotte. Elianne remuait lentement sa jambe, se frottant contre le corps de Myumi.

Cette dernière se décolla alors du mur, l’embrassant une dernière fois.

« Très bien... Je ne te cacherai pas que j’ai, moi aussi, une envie phénoménale de te faire l’amour... J’espère que tu n’avais rien prévu aujourd’hui, Elianne, car il se pourrait bien que tu ne sortes pas de ta maison avant un long moment. »

C’était l’une des conséquences de ses origines semi-démoniaques : Myumi avait une endurance sexuelle renforcée. Elianne allait avoir l’occasion merveilleuse d’en faire les frais. Myu’ la reposa sur le sol, un sourire sur les lèvres.

« Maintenant, suis-moi... Nous allons passer aux choses sérieuses. »

Myumi sortit de la petite pièce, et s’avança le long des pièces de sa maison traditionnelle, jusqu’à rejoindre l’escalier. Elle grimpa le long de ce dernier. L’escalier se trouvait dans une pièce, et menait à une mezzanine avec d’autres portes. Elles marchèrent rapidement vers sa chambre, et, en chemin, croisèrent une porte close. Elle était différente des autres, car ce n’était pas une porte coulissante, mais une porte à l’occidentale, avec une serrure, et un joli bois. Myumi se plaça juste devant, et se retourna alors, pour donner quelques explications à Elianne sur ce qu’il y avait derrière cette fameuse porte :

« Là, c’est mon antre secret. Tu rentreras dedans le jour où tu seras prête... »

Autant faire un peu de suspens. De toute façon, la porte était fermée, et aucune fenêtre ne permettait d’y entrer. Elle eut un sourire énigmatique, puis ouvrit ensuite une porte coulissante, menant dans sa chambre. Une autre touche occidentale se voyait avec son lit. Le lit japonais était généralement à ras du sol, mais le sien était surélevé. C’était un grand lit pouvant aisément contenir deux personnes, avec un matelas ferme et robuste. Elle laissa Elianne entrer, puis ferma la porte derrière elles. Elianne était maintenant dans la chambre de sa prof’, et, si elle avait la curiosité d’écarter la porte de son placard, elle y verrait tout un ensemble de tenues et de costumes affriolants... Cependant, elles auraient tout le temps, plus tard, de découvrir les petits trésors personnels de Myumi.

En attendant, Myumi se rapprocha du lit, et retira sa veste blanche, la laissant tomber sur le sol. Elle ne portait plus que sa jupe rouge fendue à hauteur des cuisses, et un corset rouge, qui permettait de voir son agréable poitrine.

« Il y a une règle dans ma chambre, Elianne... Soit on porte les vêtements qui se trouvent dans le placard, soit on ne porte rien d’autre... Et c’est une règle que j’entends bien faire respecter scrupuleusement. »

Myumi se déshabilla donc rapidement, en moins d’une minute, elle se retrouva toute nue, aussi nue que le jour de sa naissance, et alla s’asseoir sur le rebord de son lit, croisant lascivement ses jambes, en creusant son dos vers l’arrière, tout en observant Elianne, un sourire malicieux sur les lèvres. Elle lui avait dit que les choses sérieuses allaient commencer. Ici, elle pourrait hurler, les murs étaient épais. Si elle était suffisamment curieuse, elle pourrait éventuellement voir, sur les barreaux, des traces de cordages et de menottes, indiquant que sa senseï devait s’adonner à de biens obscurs plaisirs dans sa chambre. Néanmoins, quand on avait une telle vue sous les yeux, pensait-on vraiment à voir les menottes et les cordes ?

Elle lui fit alors signe de s’approcher, et se poussa un peu, s’asseyant au beau milieu du lit, avant de se coucher de profil, détaillant la regard du progression d’Elianne, et, comme pour mieux l’inciter, termina, un sourire sur le coin des lèvres :

« Allez Elianne, viens... Viens, ma belle, et unissons-nous, toi et moi, ta senseï et toi... »

Le désir qu’elle ressentait pour cette petite était particulièrement fort, et Myu’ pouvait alors commencer à apercevoir qu’elle ne risquait pas d’oublier Elianne de si tôt.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Elianne Roy
Humain(e)
-

Messages: 36



Voir le profil
Fiche
« Répondre #20 le: Août 25, 2014, 08:40:53 »

La pauvre petite Elianne ne menait pas large face à une femme expérimentée qui, même si elle l'ignorait, avait du sang de succube coulant dans les veines. Aussi loin qu'elle se souvienne, jamais elle n'avait été aussi excitée à l'idée d'avoir un...non plusieurs rapports avec une personne. Elianne, pour ce qu'elle pouvait être capable de pensées compliquées à cet instant, quelques secondes après avoir eu un puissant orgasme, se disait que ça ne pouvait être dû qu'au corps délicieux de la Senseï, ainsi qu'à son attitude si particulière. Un mélange de douceur et de subtile domination, auquel se rajoutait le fait qu'Elianne était son élève, et qu'à la base elle était ici pour des cours privés de mathématiques. C'était vraiment un ensemble de facteurs qui, mis bout à bout, rendait Elianne semblable à une cocotte sous pression. Elle était là contre le mur, avec cette merveilleuse femme contre elle qui l'avait doigtée jusqu'à la faire jouir, et qui lui offrait bien plus encore.
Évidemment elle avait accepté, si Elianne ne s'était pas déjà sû bisexuelle avant ça, elle ne pouvait plus avoir le moindre doute. Tendrement la Senseï défit son emprise de la jeune lycéenne, la suite des évennements leur demandant de changer de pièce, sans doute la chambre. Elianne sentit un frisson la parcourir quand elle entendit le terme de "choses sérieuses"...si tout cela n'était qu'un prélude, Elianne était alors en train de se dire qu'elle pourrait bien vivre la soirée la plus intense de toute sa vie.

Je vous suis...Senseï...

Même après ce qu'elles venaient de faire, Elianne ne pouvait vraiment pas s'empêcher d'utiliser ce terme. Pour elle Myumi demeurait malgré tout sa prof, d'autant qu'elle voyait en ce qui se passait une sorte de cours très privé d'éducation sexuelle. Ce n'était probablement pas tout à fait le cas, mais le fantasme de se l'imaginer rendait ses yeux ce moment encore plus excitant. Elle allait partager le lit d'une de ses profs, et indéniablement l'une de celles attisant le plus les passions au sein du lycée. Alors que Myumi prenait par la main une Elianne en sous-vêtements trempés pour la guider, cette dernière laissait vagabonder son regard sur le corps de la femme, et si elle même ressentait du désir à son encontre, elle ne pouvait qu'imaginer le supplice que devaient subir à chaque cours ses élèves masculins...et féminins aussi attirées par elle.
Elles passèrent devant une porte à part devant laquelle elles ne s'arrêtèrent que peu de temps, Myumi était au moins aussi pressée qu'Elianne d'atteindre un lit, qui serait plus confortable. L'antre secret d'Itchora Senseï, ce serait pour une autre fois. En attendant elles arrivèrent à la chambre, qui à sa surprise contenait un lit à l'occidentale, monté sur pieds au lieu d'être un simple matelas au sol, et très large aussi. Elianne ne sût pas trop quelle attitude adopter jusqu'à ce que Myumi ne lui dise la règle en vigeur ici, pas de vêtements, qu'elle commença elle même à appliquer. La jeune lycéenne sentit sa gorge comme s'assécher en voyant sa Senseï se déshabiller sous ses yeux, tandis qu'elle même allait ôter le peu de tissu qui restait sur elle. Elle n'eût qu'à dégrafer son soutien-gorge, en exhibant ainsi sa belle poitrine, et à faire glisser le long de ses jambes sa culotte qui était trempée de cyprine, et donc en l'état plus vraiment utilisable comme vêtement. Elianne resta imperméable aux vêtements qui pouvaient être cachés dans les armoires, ou même à d'autres indices trahissant les activités nocturnes de sa Senseï, son regard n'était focalisé que sur le corps nu qui était allongé sur ce lit.

Elle l'invita ensuite à la rejoindre, et c'est avec un zeste de timidité mêlé à un désir flamboyant qu'Elianne vint elle aussi sur le lit, le matelas s'appropriant et réceptionnant son corps, tandis qu'elle se dirigeait vers Myumi. Ne sachant pas trop par où commencer, Elianne suivit son instinct et vint s'allonger, après quelques enjambées à quatre pattes, à côté de sa Senseï et retourna l'embrasser, une de ses mains se perdit sur l'un des seins d'Ichtora Senseï, tandis que ses lèvres déposaient de délicats baisers sur les siennes.

Oh Senseï...vous êtes si belle...j'ai tellement envie de vous...

Sa voix n'était pas plus qu'un murmure, il n'y avait pas besoin de plus vu la proximité de leur visage, mais elle était surtout tremblante et emplie d'un désir brûlant.
C'était tout bonnement craquant.
Journalisée
Myumi Ichtora
Avatar
-

Messages: 164



Voir le profil
Fiche
« Répondre #21 le: Août 25, 2014, 09:33:02 »

Allongée devant Elianne, Myumi ressentait pour elle une attirance forte, une attirance qu’elle n’avait encore ressenti pour aucun autre de ses partenaires, et encore moins pour les lycéens avec qui elle couchait régulièrement. Comment s’expliquer ce phénomène, cette attirance ? Myumi n’en savait rien, mais elle salivait sur le beau corps d’Elianne. Elle acheva de se déshabiller, se dressant face à elle, avec son intimité proprement rasée, ses seins lourds et généreux, ses hanches tendres, son magnifique ventre, sa longue chevelure, cette peau basanée qui était si rare chez les Japonaises... Myumi était tout simplement sous le charme, et s’humecta les lèvres en la laissant approcher. Elle ne regrettait clairement pas d’avoir invité Elianne chez elle, et elle était désormais sûre que cette première fois serait loin d’être la dernière... Bien loin, même.

Elianne s’avança à quatre pattes le long du lit, et s’étala lentement et langoureusement à côté d’elle. Elle était grande, et un peu plus petite que Myu’. Leurs jambes se frôlèrent, et Elianne alla l’embrasser. Myumi répondit à son baiser, et gémit de plaisir en sentant l’une des mains de la femme presser son sein. En retour, elle aventura l’une de ses propres mains, caressant ses hanches, glissant le long de sa peau. Elle était douce, frêle, chaude... Parfaite. Comme caresser une peau de bébé. Sa main glissa pour agripper ses fesses, et elle les pinça, sentant leur fermeté... Elle sentit qu’Elianne avait un merveilleux petit cul, bien bombé, et bien comme il faut. Elle s’en mordilla les lèvres, et Elianne, après cet échange buccal délicieux, se mit à parler, d’une voix étouffée par le désir.

*Han, c’est si bon !!*

Myu’ tremblait sur place, sentant sa mouille jaillir, sentant tout son corps vibrer. Elle avait presque l’impression de redevenir une jeune vierge, toute pétillante, toute impatiente... Ses idées explosaient dans son esprit à toute allure, se mélangeant et se confondant.

« Moi aussi, ma puce... Mais ici, je ne suis plus ta senseï... Je suis ta Maîtresse. »

C’était une différence, mais à laquelle Myumi tenait. Elle trouvait ce mot bien plus excitant que l’autre, bien trop formel à son goût. Elle avança ses doigts, et caressa tendrement les belles lèvres raffinées d’Elianne, remontant le long de sa bouche, ses doigts glissant dessus. Myumi se pinça à nouveau les lèvres, son cœur remuant lentement dans sa poitrine. Elle avait les joues légèrement rouges sous l’effet du plaisir, et elle embrassa la femme sur le bout du nez.

« J’ai une envie phénoménale de te baiser, en fait, Elianne... Alors, je vais te faire un cadeau. Il risque de te surprendre, mais, crois-moi, il va te faire plaisir. »

Myumi était sûre de son coup. Habituellement, elle attendait un peu avec d’autres femmes, afin de ne pas les effrayer, mais Elianne... Han ! Elle sentait que cette femme n’avait rien à voir avec ses précédentes conquêtes. Rien. À. Voir. Myumi s’allongea sur le dos, et écarta ses jambes, glissant chacune de ses mains sur sa vulve, écartant ses lèvres intimes, dévoilant sans gêne son joli trou rose, cette petite fente humide.

Elle donna alors ses instructions :

« Va entre mes jambes, petite catin, et lèche... Lèche abondamment, et tu auras droit à ta récompense. »

Elle laissa Elianne s’exercer, en caressant ses cheveux, sentant le plaisir monter en elle sous le contact de la petite langue chaude et délicieuse de son amante. La belle Elianne était terriblement douée, terriblement efficace. Ce qu’elle lui faisait était indescriptible de bonheur. Myumi gémissait et soupirait en se tortillant sur son grand lit, sa mouille filant dans la bouche d’Elianne... Et Myu’ fut ensuite prête.

Rapidement, elle releva le visage d’Elianne, sa bouche barbouillée de mouille, et posa ses mains sur le menton de la belle afin de relever son visage. Elle lui sourit, se concentra un peu... Et quelque chose remua des tréfonds de son corps. En quelques secondes, une verge jaillit à toute allure, tapant contre le menton d’Elianne, remontant pour frotter ses lèvres et son nez. Une belle verge, avec des testicules, qui pulsait lentement.

« Voilà ton cadeau, Elianne... Une belle verge avec laquelle je vais méchamment te défoncer. »

Elle lui caressait tendrement les cheveux, et remua légèrement.

« Suce ma queue, ma belle. Lèche mes couilles, embrasse ce sexe, jusqu’à ce qu’il soit dur... Quand ma queue sera dure comme un rocher, je m’occuperais de te défoncer comme une chienne, et de te faire hurler comme une folle. D’accord, ma petite élève ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Elianne Roy
Humain(e)
-

Messages: 36



Voir le profil
Fiche
« Répondre #22 le: Avril 11, 2015, 04:57:27 »

Le doute n'était vraiment plus permis à ce stade, Elianne ne verrait plus jamais Myumi de la même façon. Le simple fait qu'elle se permette, intérieurement, de l'identifier par son prénom et non plus simplement par son rôle de prof, illustrait ce changement. Le simple rapport strict de prof à élève n'avait plus lieu d'être, pas alors qu'elles étaient toutes deux nues, dans un lit, en train de s'embrasser et de se caresser mutuellement. Elianne était folle d'excitation, non seulement elle s'apprêtait à coucher avec l'une de ses profs, mais en plus cette dernière était adorable et très belle, et ne semblait souffrir d'aucun tabou. La jeune lycéenne n'était pas une novice, mais la sensation d'avoir à faire à une femme d'expérience, un peu plus âgée qu'elle, contribuait sans trop qu'elle se l'explique à son excitation. Elle tremblait délicatement sous les caresses de Myumi sur ses fesses, et mouillait en abondance, nul doute que sa prof aurait à changer leurs draps une fois leurs ébats terminés.
Les deux femmes passèrent un moment à s'embrasser et à se caresser, il s'agissait pour les deux de s'approprier pour la première fois le corps nu de l'autre. Puis, au bout d'un moment, Ichtora Senseï s'allongea sur le lit, en écartant ses cuisses dans une invitation qui ne laissait aucun doute. Elle avait un cadeau à lui donner, sur le coup Elianne ne pouvait pas se douter de ce qu'elle sous-entendait réellement, et ne apssa pas plus de temps que ça à y réfléchir. Les cuisses écartées de Myumi lui donnaient un accès complet à son intimité, qui luisait autant de cyprine que la sienne, Elianne sourit en voyant ça, puis lentement elle entreprit de se mettre en position.

Avec plaisir, maîtresse.

Maîtresse, elle sentit une bouffée d'excitation la parcourir en prononçant ce mot, encore plus tendancieux que le simple "Senseï". Il impliquait clairement un rapport de domination, mais qui n'avait rien de formel, qui ne pouvait être compris que dans un sens purement sexuel. Sans avoir jamais vraiment pratiqué le BDSM, Elianne était une jeune femme qui avait quelques penchants masochistes, légers celà étant. Elle n'était pas une fan de la cire chaude sur sa peau, ou d'autres pratiques extrèmes du genre, mais le rapport de domination en lui même...l'intriguait.
Mais pour l'heure, Elianne se positionna à quatre pattes entre les jambes de Myumi, son visage et surtout ses lèvres s'approchant de son intimité, que sa prof écartait avec ses doigts pour bien lui montrer à quel point elle était excitée. La jeune lycéenne se rua sur son intimité, scellant ses lèvres contre, et elle envoya sa langue à l'assaut. Elle carressait et maintenait écartées les cuisses de Myumi avec ses mains, et s'exécuta. Chacun de ses rapides coups de langue récoltaient la cyprine de Myumi, qu'elle bu, mais surtout elle se concentrait sur son petit bouton sensible, le clitoris, qu'elle léchait et faisait tourner sur sa langue. Mais cela ne dura pas longtemps, et Elianne eu la surprise de sentir Myumi lui remonter la tête, semblant se concentrer sur quelques chose. Mais alors qu'elle s'apprêtait à demander ce qui n'allait pas, sa surprise jaillit, surprenant la jeune lycéenne.

Qu'est-ce que...euh...wow !

Une verge venait tout juste d'apparaître sous ses yeux, et il ne fallu pas longtemps à Elianne pour comprendre la nature de la surprise. Myumi était une hermaphrodite. Elle avait entendu parler de ce genre de particularité, mais le voir de ses propres yeux était tout à fait différent. Son sexe était gros et tendu, pour ce qu'elle pouvait comparer avec ses précédentes aventures, sa prof était sacrément bien membrée, et rapidement la surprise laissa place à l'excitation, car elle allait vraiment baiser avec sa prof.

Huhu...c'est un marché qui me semble raisonnable, maîtresse.

Elianne se fit alors chienne, et posa ses lèvres sur ce gros bâton de chair qui n'attendait plus qu'elle. Elle déposa des baisers tout son long, en descendant jusqu'à atteindre les testicules bien pleines de Myumi. La jeune femme les lécha, tout en les soupesant délicatement avec les doigts d'une de ses mains, tandis qu'avec l'autre elle entreprit de masturber son sexe. Oh qu'il était gros, Elianne en mouilla d'avantage à l'idée de coucher avec une hermaphrodite, car on disait d'elles qu'elles avaient une endurance hors du commun au lit. Elle remonta sa langue le long de ce sexe, pour arriver tout en haut.

Ahm...c'est une si grosse sucette...

Puis elle ouvrit la bouche, et le captura entre ses lèvres, entreprenant de le sucer comme si sa vie en dépendait. Jusqu'à ce que Myumi décide de passer au reste.
Journalisée
Myumi Ichtora
Avatar
-

Messages: 164



Voir le profil
Fiche
« Répondre #23 le: Avril 11, 2015, 05:48:59 »

Myu’ n’avait pas l’habitude de sortir son piston dès la première fois, car elle savait que voir une femme membrée pouvait surprendre... Les Terriens n’y étaient pas habitués, et elle conservait généralement ça pour les filles dont elle était sûre d’avoir, avec elles, de bonnes relations, et qu’elle avait déjà initié. En soi, c’était donc la preuve qu’Elianne était une femme particulière, très spéciale. Myumi s’était lâchée dès leur premier rendez-vous, et son sexe, tendu et assoiffé, se tenait devant le visage de la belle petite lycéenne, à quatre pattes devant elle. Myumi soupirait lentement, sa poitrine se soulevant et s’abaissant. Ce membre turgescent était lourd, douloureux, émettant dans tout son corps des pulsions d’impatience. Elianne ne semblait pas particulièrement surprise... Myumi avait vu juste sur elle. Elle n’était pas vierge, et avait très certainement dû entendre parler des petits plaisirs secrets de Mishima. Ce n’était pas pour rien si sa mère avait soutenu la candidature de Myumi à ce lycée. Myu’ savait ce à quoi elle aurait droit, et Elianne en était une illustration.

La belle se tenait devant son sexe, et ne tarda pas à se l’approprier, venant déposer des baisers sur tout son pourtour, jusqu’à atteindre ses testicules, dont elle s’occupa également, faisant soupirer la belle professeur, qui en serra les poings, ses muscles se crispant sous les vagues de plaisir que son corps recevait. Elianne, à n’en pas douter, était une jeune fille très douée et très prometteuse. Sentir sa langue parcourir son sexe, voilà qui était on ne peut plus exquis ! Elle savourait totalement cela, en soupirant longuement, et en remuant d’avant en arrière, son corps ondulant délicatement sous les coups de langue et les baisers appuyés de sa belle petite amante.

« Hum... Elianne... »

Pour son âge, cette jeune fille était terriblement douée, chauffant Myumi, amenant son sexe à durcir et à grossir encore plus. Les jeunes étaient très précoces maintenant, sans aucun doute un avantage d’Internet et de la libération sexuelle. Ah, Myu’ n’allait pas s’en plaindre, car ceci lui permettait de diversifier ses partenaires, entre les adolescents restant totalement ignares en matière de sexe, et ceux qui, comme Elianne, étaient douées. La belle langue d’Elianne avait filé tout le long de sa hampe de chair, s’intéressant, non seulement à sa queue, mais aussi au service trois-pièces. Elle accomplissait ce que Myu’ lui avait dit de faire : prendre son temps, savourer ce membre, le déguster.

Elianne était revenue tout en haut, après avoir fait son petit tour, et Myu’ devait faire appel à toute son expérience sexuelle pour ne pas la retourner, et la défoncer à même le sol. Son sexe était terriblement gros, et terriblement douloureux, aussi. Ouvrant bien les lèvres, Elianne s’avança, et le piégea. L’une des mains de Myu’ se crispa alors sur ses cheveux, et elle commença à remuer, d’avant en arrière, accompagnant lentement les mouvements de succion de cette femme. Sa queue s’enfouissait progressivement en elle, fonçant dans sa bouche, puis dans sa gorge chaude, son autre main venant ensuite rejoindre la première, afin de confortablement s’appuyer sur les cheveux d’Elianne.

« Haaa... Haaann, ma puce... »

Sa belle petite était douée. Myumi remuait en elle, de plus en plus vite, cherchant à multiplier les gorges profondes. Bien sûr, elle prenait son temps, mais, à chaque fois qu’elle sentait la langue d’Elianne, que ses lèvres s’appuyaient contre son sexe, que ses dents venaient légèrement appuyer dessus, ou qu’elle sentait sa gorge, Myumi ressentait la pression monter. Elle remuait en elle, longuement, délicieusement, avec une fougue renouvelée et renforcée à chaque fois. Les minutes s’écoulaient, et Myumi haletait, sentant la chaleur corporelle monter. Elle empêchait Elianne de se retirer, et, plus le temps passait, et plus ses coups de reins étaient forts Son vit disparaissait parfois jusqu’à la garde dans sa bouche, et ses bourses claquaient alors contre son visage, avant de se reculer, puis Myumi retournait à l’assaut.

« Hnnn... Hmmmm... »

Elle remuait en elle, ne pouvant plus s’arrêter... Elianne avait raison quand elle pensait les hermaphrodites résistantes, car, même avec son état d’excitation, il fallut bien une vingtaine de minutes avant que Myumi ne se lâche... Elle le sentit venir, remontant en elle, le sperme se chargeant dans son sexe... Puis elle balança la sauce, en faisant alors une belle gorge profonde à Elianne. Elle jouit de la plus belle des manières, en balançant, pendant plusieurs minutes, des giclées de foutre et de sperme, sentant, à chaque fois, de nouvelles secousses la saisir. Elle balançait son foutre dans sa gorge, puis dans sa bouche, encore, encore, encore et encore... Une magnifique jouissance, où elle finit par se calmer progressivement, en ralentissant le rythme. Elle avait joui longuement...

...Mais son sexe conservait encore sa rigidité sexuelle. Hermaphrodite et Succube, voilà ce qu’était Myumi... Et Elianne était définitivement bien chanceuse.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Elianne Roy
Humain(e)
-

Messages: 36



Voir le profil
Fiche
« Répondre #24 le: Décembre 15, 2015, 10:55:04 »

Timide, mais pas innocente pour autant, Elianne était terriblement chaude et excitée à l'idée de coucher avec sa prof. C'était un tabou, surtout au sein de la société japonaise très stricte par bien des aspects, et Elianne n'aurait jamais pensé qu'une de ses profs l'incite elle même à franchir le pas. Elle avait hésité, au début, mais elle n'avait juste pas pu résister au charme de cette femme, qui touchait très profondément la jeune lycéenne. Son attitude avec elle, couplée à son physique de rêve, avaient mis la jeune lycéenne sous le charme, et cela se voyait à la façon dont elle était en train de sucer sa queue.
Elianne avait entendu parler à plusieurs reprises des futanaris, ces femmes dotées en prime d'un sexe masculin, souvent très bien membrées et dotées d'une endurance hors du commun. N'en ayant jamais vraiment croisée, la lycéenne n'avait jusque là pas sû si il en existait bel et bien ou si ce n'était qu'un mythe...et là voilà avec la preuve irréfutable de leur existence, car elle était en train de faire une fellation à l'une d'entre elles. Cette particularité ne la dérangeait pas, au contraire, c'était même une merveilleuse opportunité de multiplier les plaisirs, et le contact était bien plus plaisant, vivant, qu'un simple gode ceinture.

La jeune femme remuait donc sa tête, tandis qu'elle avait engoufré ce membre gros et puissant entre ses délicates lèvres. Il n'avait pas fallu longtemps à Myu' pour glisser ses mains dans les cheveux d'Elianne, les remontant à l'arrière de son crâne, pour commencer à elle même donner le rythme. Myumi allait lui baiser la bouche, cela devenait très clair, et c'était en même temps prévisible. Sa belle maîtresse lui avait tantôt confiée qu'elle se masturbait depuis plus d'un mois en pensant à elle, le plaisir qu'elle devait éprouver à enfin la sentir ainsi devait être très grand, et c'était flatteur pour Elianne, qui se mit à gémir à mesure que Myumi prenait les rennes. La femme donnait des coups de bassin, tout en donnant un rythme à la tête d'Elianne par le biais de ses mains.
Heureusement, fort heureusement, la jeune lycéenne n'était pas une novice, et arrivait à supporter les gorges profondes, car le gros sexe de sa prof finit par s'enfoncer bien en elle, dépassant de loin juste l'entrée de sa bouche pour aller se nicher dans sa gorge.

Gnnnnnglarg...

La jeune lycéenne produisait des bruits volontiers étranges, un mélange de soupirs, de débuts d'étouffements, de salivage et de succion, alors que Myumi était en train de commencer un baisage en règle de sa bouche. La lycéenne devait faire preuve de toute sa résistance et son expérience pour subir les assauts de sa prof. Elle avait posé ses délicates mains sur les hanches de Myumi, freinant légèrement ses ardeurs, mais globalement Elianne se laissait faire, car elle aimait ça.

*Elle me possède comme sa chose, sa petite chose...oh c'est si bon ! *

Au fur et à mesure que les minutes passaient, Myumi s'enfonçait plus profondément, et plus longuement en elle, il n'était alors pas rare que le sexe de la prof disparaîsse complètement dans la bouche de son élève. Quelques larmes coulaient des yeux d'Elianne, mais elle ne fît à aucun moment signe pour arrêter, c'était simplement l'effort de devoir s'accomoder d'une si grosse verge dans sa bouche, qu'elle était obligée d'ouvrir pleinement pour l'acceuillir. Elianne se laissa ainsi prendre pendant presque une demi-heure, avant que finalement Myumi ne jouisse en elle, en lui faisant une ultime gorge profonde, elle jouit directement dans sa gorge.

Hmmmmmmmh !!!!

Elianne avait beau déglutir et avaler, la jouissance de sa prof était tout simplement exceptionnelle, jamais la lycéenne n'avait eu autant la sensation de presque se noyer dans du sperme. La verge de Myu', tressautait et lâchait sa semence à un rythme incroyable, et sur la durée. Manquant de s'étouffer à quelques reprises, elle toussa, et quelques fins filets de sperme qu'elle n'avait pas réussi à avaler à ce moment sortirent par ses narines, ou filèrent le long de ses lèvres pour couler le long de son cou. Quand enfin Myumi la relâcha, Elianne se retira, et prit une grande bouffée d'air en toussant.

Oh Maîtresse...j'ai...ouf...j'ai eu du mal...à respirer...sur la fin...

La jeune femme reprit doucement son souffle, essuyant d'un revers de main le sperme qui lui avait échappé. C'était incroyable, mais elle en avait bu tellement qu'elle le sentait plus ou moins dans son estomac, elle avait une sensation semblable à celle d'avoir pris un repas copieux.
Et tout en reprenant son souffle, à quatre pattes, devant la verge impériale de sa prof, elle pu voir qu'elle n'avait rien perdu de sa raideur.

Hum...ça...ça vous dérange de prendre les devants pour la suite maîtresse ? J'ai...j'ai pas l'habitude d'être prise aussi fort mais...j'ai encore envie de vous...
Journalisée
Myumi Ichtora
Avatar
-

Messages: 164



Voir le profil
Fiche
« Répondre #25 le: Décembre 16, 2015, 01:42:48 »

Tous les élèves ayant couché avec Myumi y étaient passés, tôt ou tard : une fellation avec elle... Et, de fait, c’était davantage « tôt » que « tard ». Tous y passaient, car c’était le meilleur moyen, pour eux, de voir à quel point leur senseï était endurante et impressionnante. Ayant hérité des gènes démoniaques de sa mère, Myu’ disposait naturellement d’une force surhumaine, surnaturelle, qui faisait que, en matière de sexe, elle tenait plutôt bien la distance... Et même très bien. Elle pouvait entendre les gémissements et les soupirs d’Elianne, et Myu’, en toute honnêteté, se retenait de ne pas l’étouffer en enfonçant sa queue trop profondément en elle. Il fallait qu’elle fasse attention... Qu’elle fasse attention, oui, car il y avait, chez Elianne, chez cette belle petite rouquine, quelque chose que Myumi n’avait jamais vu nulle part ailleurs. La professeur ressentait pour elle une étrange attirance, qu’elle n’avait pas encore ressenti auprès d’autres élèves avec une telle intensité. Sentir Elianne sucer sa queue constituait ainsi un bonheur réel et sincère, amenant Myu’ à soupirer à gémir, en ne tardant pas à prendre les rênes. Le rythme que la femme imposait était tout simplement trop fort et trop soutenu pour Elianne, qui restait encore, malgré ses envies et ses désirs, une jeune fille.

*Mais, quand je t’aurais bien formé, Elianne, tu seras une vraie championne...*

Elle avait laissé Elianne la sucer pendant de longues minutes avant de finir par se laisser aller à jouir. Une résistance exceptionnelle, qui allait de pair avec une jouissance renversante. Myu’ se laissa aller tout contre elle, les doigts perdus dans ses cheveux, en soupirant longuement. Elle avait tellement remué son corps que ses cheveux étaient en bataille, plusieurs mèches glissant le long de son visage, barrant joyeusement ce dernier.

« Haaaa... Haaaaaa... !! »

La queue tendue de Myu’ avait fini par se retirer de la bouche d’Elianne, en laissant en elle un joli stock de foutre, qu’Elianne avala goulument. Elle n’en perdit pas une seule goutte, le foutre venant joyeusement et chaudement se loger dans son estomac, mais, après un tel élan, la jeune adolescente avoua son épuisement... Mais pas son refus de continuer. Ceci amena Myumi à sourire.

« Je comprends... Navrée, je me suis emballée un peu... Je n’ai pas l’habitude d’être aussi excitée quand je couche avec quelqu’un, Elianne, mais... Je ne sais pas trop comment me l’expliquer, mais il y a, chez toi, quelque chose... En plus. C’est palpitant ! »

Elle le pensait sincèrement. Myu’ alla alors soulever Elianne par les aisselles, comme si elle était sa fille, et l’amena ainsi tout contre elle. Myumi s’était en effet assise sur le rebord du lit, et elle aida Elianne à s’asseoir contre elle, une main retournant sur ses cheveux, la tête d’Elianne venant se nicher contre ses seins, légèrement en sueur, tandis que son membre durci caressait les fesses de son amante.

« Hum, ma pauvre petite... Tu vas reprendre des forces, ne t’en fais pas... »

Avec sa main libre, Myu’ la tira en arrière, et réussit, après avoir tâtonné un peu, à ouvrir sa table de chevet. Elle en sortit une petite boîte de comprimés roses, et avala l’une des gélules rapidement. Inutile de chercher ces boîtes en magasin, elles étaient avant tout conçues pour les démones, et étaient un cadeau de sa mère. Elianne put alors sentir, contre sa tête, la poitrine de sa senseïse mettre à grossir un peu...

« Haaa... Hmmm...  Pfffiouhh, voilà, ça va mieux... Excuse-moi, ma chérie, ces comprimés sont toujours un peu épuisants. Maintenant... Occupe-toi de mes seins, s’il-te-plaît. Ils... Ils sont un peu douloureux... Viens boire le bon lait de ta Maîtresse, il te revigorera... »

Ce n’était en effet pas un lait ordinaire qu’Elianne allait boire, c’était une substance magique utilisée par les succubes, qui réveillait la libido de leurs partenaires, et leur permettait de lutter contre la fatigue. Une sorte de stimulant sexuel, à utiliser avec modération, car un usage abusif engendrait des conséquences, à savoir des lésions cérébrales... Mais là, Elianne n’avait rien à craindre. C’était juste un petit boost, afin de la remettre d’attaque.

Un joli cadeau, donc, pour qu’elle ne s’écroule pas trop vite contre le corps de sa Maîtresse.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Elianne Roy
Humain(e)
-

Messages: 36



Voir le profil
Fiche
« Répondre #26 le: Décembre 17, 2015, 02:41:53 »

Même si elle n'avait pas envie de s'arrêter là et de continuer  à se faire prendre, Elianne ne pouvait pas non plus ignorer les appels à l'aide de son corps quand ces derniers étaient aussi pressants. La jeune lycéenne était une habituée des gorges profondes pourtant, mais aucun de ses partenaires n'était jusque là parvenu à tenir un rythme aussi intense pendant près d'une demi-heure, et à jouir au point de presque l'étouffer. La jeune femme avait manqué de peu de s'écrouler à certains moments, et Myumi l'avait toujours tenue à l'écart de ce moment où elle tomberait dans les pommes, mais juste de peu.
Autant dire que c'était fatiguant, vraiment fatiguant, et toute excitée qu'elle était, Elianne ne se sentait pas en état de continuer aussi fort, surtout en voyant la queue toujours autant dressée et tendue de Myu'. Cette dernière s'excusa, reconnaissant y avoir été un peu fort, maispour une raison qui troubla et fit beaucoup rougir Elianne...car elle n'avait jamais ressenti ça avec quelqu'un d'autre, et que la jeune lyéenne avait, selon ses propres dires, quelque chose de plus.

Oh...m...merci Senseï...

La jeune femme était pleinement troublée, heureuse certes, mais autant troublée que face à quelqu'un lui disant pour la première fois "je t'aime". Elle se laissa donc hisser, et se faire asseoir sur Myumi, qui plaqua sa tête contre ses seins. Le contact si proche deleurs corps en chaleur, et commençant à se couvrir de sueur, était délicieux. Elles taient intégralement nues, et Elianne entoura sa maîtresse de ses bras en lui faisant un câlin, tandis qu'elle la voyait du coin de l'oeil prendre une boîte de comprimés dans sa table de nuit.

Qu'est-ce que...

Elianne n'eût pas le temps de finir sa question, car yu' avala d'une traite l'une de ces gellules, et peu de temps après Elianne sentit, et vit, la poitrine de Myumi gonfler légèrement, à une vitesse bien trop grande pour être naturelle. Bien sûr la jeune femme fût surprise,très étonnée, et peu après Myu' lui demanda d'aller têter ses seins pour boire son lait. Cette pillule qu'elle venait donc d'avaler provoquait une lactation instantanée ? Elianne n'avait jamais entendu parler d'un tel médicament, si l'on pouvait le qualifier ainsi. Si la jeune lycéenne n'avait pas eu une grande confiance envers sa Senseï, elle aurait probablement commencé à sérieusement se poser des questions, voire même à partir face à autant d'éléments étranges entourant Myumi. Seulementla perspective que, peut-être, Myumi éprouve pour elle plus qu'une simple envie d'en faire un plan cul d'un soir, comme elle venait de le laisser entendre, balayait d'office toutes questions qu'elle aurait pu se poser.

O...okay...

Elle était encore troublée, hésitante, mais Elianne pencha alors son visage vers les seins de sa maîtresse. Quand elle pressa doucement un avec une de ses mains, elle sentit un très fin filet d'un liquide chaud en sortir...et elle pencha son visage vers l'autre, entourant le têtondeses lèvres pour le lécher un peu, avant d'aller pleinement le sucer. Du lait, chaud, j'aillit quand elle se mit à mordre délicatement, et elle commença à le boire par petites gorgées, avant de très rapidement sentir quelque chose se produire alors qu'elle le buvait. Le goût déjà, était tout bonnement exquis, mais elle se sentit effectivement comme revigorée à mesure qu'elle buvait, la fatigue disparaissant peu à peu, ce qui l'ammenait alors à sucer plus intensément sa Maîtresse.

Hmmmmm...

Elianne passa un moment, plusieurs minutes, à têter, alternant entre les seins pour ne laisser aucun jaloux, jusqu'à ce qu'elle se sente rassasiée, et pleinement en forme à nouveau...et tout autant excitée. Elle releva  alors sa tête, en ayant encore unpeude lait dans sa bouche, et elle alla embrasser langoureusement Myumi, leurs langues tournoyant dans ce lait qu'elles partagèrent.

M...maîtresse...

Après s'être retirée de ce baiser, et alors que depuis tout ce temps Elianne sentait la grosse queue dressée de sa maîtresse frotter contre ses fesses, une idée, une envie lui était venue...cela se voyait sur son visage, un peu gênée à cette idée, mais en se mordillant la lèvre inférieure, elle osa enfin lui dire ce qui lui pesait.

Il...il faut que vous sachiez un truc. Je...je suis encore vierge, au niveau de mes fesses. Est-ce que...vous pourriez me faire découvrir la sodomie ? J'ai toujours eu peur de le faire avec qui que ce soit mais vous...c'est différent...
Journalisée
Myumi Ichtora
Avatar
-

Messages: 164



Voir le profil
Fiche
« Répondre #27 le: Décembre 17, 2015, 07:28:01 »

La situation, en réalité, ne manquait pas d’une curieuse et mordante ironie, reflétant la mentalité de Seikusu. Voir une femme dotée d’une verge ne surprenait guère Elianne, mais les pilules roses, en revanche, avaient éveillé sa méfiance, ce que Myumi avait senti, que ce soit dans son regard, ou dans le truchement de sa voix. C’était comme si ce simple détail avait réveillé en elle une sonnette d’alarme, lui disant : « Hey, ma chérie, tu couches avec ta prof’, et, devine quoi, elle a un zob’ ! »… Ou alors, Elianne avait déjà fait connaissance avec des Futas’… Ce qui, à Seikusu, ne serait pas si surprenant que ça, et encore moins à Mishima. La belle Elianne, toute troublée, toute épuisée, toute chaude, et toute douce, obtempéra néanmoins, et revint se blottir contre le corps de sa Maîtresse… Une Maîtresse ravie, qui posa une main sur ses cheveux, et soupira de plaisir, son autre main caressant le dos de cette lycéenne.

« Haaaaa…. !! »

Myumi n’avait pas menti en disant qu’elle ressentait, envers Elianne, une attirance… Particulière. Particulière, et inexplicable. Oui, c’était bien le mot… Myu’ avait déjà couché avec bien des élèves, mais Elianne… Elle avait ce petit-quelque-chose que Myu’, instinctivement, ressentait. Son regard, ses cheveux, sa silhouette, ses soupirs… Elle n’aurait su expliquer en quoi, mais il y avait définitivement quelque chose, quelque chose qui faisait que, dans l’esprit de Myu’, Elianne était… Différent. La jeune fille se crispait ainsi à ses seins, et se mit goulûment à boire, pendant de longues minutes, excitant Myumi, dont le corps frissonnait et tremblait, sa verge venant parfois se redresser, pour finir par se nicher contre la croupe d’Elianne, logée entre ses deux fesses… Le meilleur endroit au monde pour caser une verge ! Chaque fois qu’Elianne déplaçait sa tête d’amour, ses fesses remuaient un peu, ce qui, dans une certaine mesure, masturbait la belle senseï.

Les minutes passaient donc délicieusement, Myu’ se faisant la réflexion que sentir le petit corps chaud d’Elianne blotti contre le sien était un régal. S’il n’y avait pas eu ces corps nus, en sueur, avec ce membre érigé, on aurait presque pu y voir une scène maternelle… Mais, et de manière plus générale, entre Myumi et ses élèves, il y avait, dans son attitude, quelque chose de très maternel. Ses élèves, elle aimait les cajoler, les caresser, les former, les titiller, et eux voyaient en elle une formatrice, mais aussi une confidente, lui parlant de leurs problèmes hormonaux, sexuels, etc… Le genre de discussions inenvisageables avec des parents, ou même avec des amis, mais qu’on pouvait tout à fait tenir vis-à-vis d’une Maîtresse.

« Hmmm… Haa, Elianne… !! »

Elle soupirait son nom, le gémissait, le murmurant entre ses lèvres entrouvertes. Elianne continuait à la traire, et, aaahh, que c’était bon ! Sentir ce lait fuser de ses tétons, ce sentiment d’être vidé… Hum ! Les doigts de Myu’ se crispaient contre le corps de la femme. Elianne était vraiment spéciale, car, en d’autres circonstances, face à un autre élève, Myumi l’aurait laissé dormir contre son corps, en lui caressant tendrement les cheveux, et en le couchant dans un lit, avec elle, pour lui faire tendrement l’amour pendant son sommeil. Mais là, elle n’avait tout simplement pas envie d’en finir si vite, si rapidement… Et Elianne avait retrouvé de sa superbe, puisque, les lèvres débordantes de lait, elle alla l’embrasser fougueusement.

Myu’ sentit sa verge se crisper encore un peu sous ce baiser, auquel elle répondit à son tour.

« Hmmmmmmmm… !! »

Son doux lait fusa dans leurs bouches, et Myumi pouvait le sentir… Onctueux, chaud, tendre… Un lait magique, fertilisé par la pilule rose, et par ses gènes démoniaques ! Et puis, après ce baiser, Elianne, visiblement excitée, revigorée, lui demanda…

« …Une sodomie ? Hum… Tu es très gourmande, Elianne… Mais tu me le demandes de manière si craquante que je ne peux pas te refuser… Et puis, j’aime bien la gourmandise. »

La manière dont elle l’avait demandé, en se mordillant les lèvres et en rougissant sur place, était en effet… Irrésistible ! Myu’ sourit donc, et caressa ses joues, avant d’aller tendrement embrasser Elianne, un baiser bref, uniquement destiné à sceller leur accord.

« Normalement, je m’accorde toujours un peu de temps avant une sodomie, Elianne… Mais, pour toi, je ferais une exception. Très bien, ma petite puce d’amour… Je vais te prendre par le cul aujourd’hui… »

Les surnoms affectueux venaient si facilement dans la bouche de Myumi que c’en était presque effrayant. Elle sourit une nouvelle fois à l’intention d’Elianne.

« Je dois d’emblée te prévenir que, même si je vais te préparer, tu vas avoir mal quand je te pénétrerai... Alors, ne retiens pas tes hurlements. Laisse partir toute la douleur de ton petit cul d’amour, et, ainsi, tu ne ressentiras plus que le plaisir. »

Un sacré programme, que Myumi entendait bien suivre.

« Pour commencer, mets-toi à quatre pattes... Et... Disons qu’on va jouer à un jeu... Mais commence par te mettre à quatre pattes ! »

En souriant, Myu’ laissa à Elianne le temps d’obéir, tout en se glissant elle-même dans son dos. Ainsi positionnée, la femme alla poser ses mains sur sa croupe, et massa son petit cul.

« À partir de maintenant, Elianne, tu es une chienne... Je ne veux donc pas que tu parles, mais que tu aboies... Tu peux aussi crier et pousser des jappements, bien sûr, mais, pour l’heure, tu es une chienne... Ma chienne ! »

La domination et la soumission passaient par des figures et par l’imagination individuelle. Myumi continua à lui masser encore un peu ses belles petites fesses, puis utilisa ses pouces pour les écarter l’une de l’autre, en révélant l’accès à sa croupe... Puis la femme se pencha vers elle, et alla nicher sa langue contre sa croupe, venant ainsi la lécher, en cherchant son petit trou rose, qu’elle s’amusa à lécher, frissonnant encore à l’idée de prendre une vierge par là...

Oh, que ça allait être bon ! Elle en était toute émoustillée !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Elianne Roy
Humain(e)
-

Messages: 36



Voir le profil
Fiche
« Répondre #28 le: Décembre 20, 2016, 02:27:40 »

Elianne n'avait encore jamais ressenti cette envie si spéciale, celle de sentir une verge se glisser dans son cul pour la sodomiser. Bien que d'un naturel assez timide, Elianne avait déjà eu plusieurs amants et avait une vie sexuelle épanouie, mais la sodomie ne l'avait jamais vraiment attirée. Tout au plus avait-elle essayé une fois, avec un membre de l'équipe de foot, mais comme il avait été trop impatient Elianne avait eu extrèmement mal quand il avait essayé de la pénétrer, sans préliminaires, et elle avait donc mis un terme à cette tentative.
Depuis, la lycéenne n'avait pas eu envie de retenter l'expérience, quand bien même elle avait eu de nombreux retours positifs de la part d'amies. Mais la première fois ayant été un désastre, elle ne s'était pas sentie en confiance depuis lors. Jusqu'à maintenant.

Le fait que Myumi soit sa Senseï y était probablement pour quelque chose, et il se dégageait d'elle une assurance certaine en matière de sexe. Elianne avait concrètement plus confiance en elle, et se disait qu'avec l'expérience qu'elle devait avoir à dépuceler ainsi autant de ses élèves, elle devait savoir comment préparer correctement une première sodomie. Et puis, si Myumi ressentait quelque chose d'assez particulier à l'encontre de sa jeune élève, et bien c'était réciproque, sans pour autant qu'Elianne sache se l'expliquer véritablement. Mais elle...et bien elle avait "envie" cette fois que Myumi vienne s'occuper de ses fesses, elle avait même surtout envie de lui offrir sa virginité là.
Ichtora-Senseï acceuillit sa demande, toute timide, avec un sourire, ce qui ne manqua pas de faire rougir la jeune élève quand elle accepta en l'appelant sa "petite puce d'amour", Elianne était assez sensible à ce genre de surnoms mignons. Elle ne doutait pas que même avec toute la préparation du monde, elle aurait mal, il suffisait de voir le sexe massif dont Myumi disposait, et Elianne commençait limite à sentir une certaine douleur en anticipation rien qu'en imaginant son sexe rentrer dans con cul. Mais à ce stade, et avec l'excitation accentuée qu'elle ressentait du fait d'avoir têté le lait de Myumi, ce n'était plus assez pour la décourager de vouloir essayer à nouveau.
Elle hocha la tête en déglutissant quand elle lui dit qu'effectivement elle aurait mal, et qu'elle devrait ne pas se retenir de crier, puis elle lui intima de se mettre à quatre pattes.

D...d'accord...

Un peu nerveuse tout de même, la belle lycéenne se décolla, presque à regret, du corps de Myumi pour aller prendre place sur le lit. Elle se dressa à quatre pattes en présentant son merveilleux cul ferme vers Myumi, qui ne tarda pas de son côté à se positionner derrière elle.
Elle frémit en sentant les mains de sa Senseï se poser sur ses fesses, car cela donnait une dimension "réelle" à ce qu'elle allait faire, elle allait retenter de prendre du plaisir en se faisant sodomiser. Myumi passa un moment à masser ses fesses, puis elle la sentit bouger. Elianne tourna alors sa tête pour voir ce qu'elle faisait, et elle la vit approcher son visage.

*Elle...elle va...*

Haaaaaaannn !!!!!!

Elianne se cambra, bombant d'avantage son cul quand elle eu la délicieuse surprise de sentir Myumi fourrer son visage entre ses fesses pour aller lui lécher son petit trou serré. Si elle se trouva assez désemparée sur le moment, Elianne commença vite à trouver assez agréable de sentir sa porte arrière ainsi titillée par la langue humide de sa Senseï, qui avait donc bel et bien comme objectif de préparer convenablement son élève avant de tenter quoi que ce soit.

M...Maîtresse...Hiiiiiiii....Ow c'est...Haaaaaaaaa !!!!!

Serrant ses poings pour agripper les draps, la jeune femme se tortillait délicatement en remuant son bassin, tandis qu'elle fermait les yeux pour se focaliser pleinement sur cette délicieuse sensation, la langue de Myumi était progressivement en train de la détendre, de la relaxer, ce qui allait être très important pour la suite.
Si la jeune femme avait pourtant entendu tantôt l'idée de jeu que sa Maîtresse lui avait proposée, elle n'était hélas pas dans des dispositions optimales pour se laisser ainsi aller à un tel jeu de rôles. C'était la première fois qu'on lui léchait ainsi les fesses, et outre la légère gêne qu'elle éprouvait, il y avait aussi le plaisir inédit qu'elle ressentait, et qui l'empêchait de se focaliser sur autre chose. N'y tenant d'ailleurs plus, Elianne cessa de se maintenir en l'air à l'aide de ses bras, elle alla fourrer son visage contre un coussin pour le mordre tout en gémissant lourdement, tandis qu'elle amena ses deux mains à l'arrière de son corps, pour écarter d'elle même ses propres fesses afin de laisser à Myumi le champ libre d'utiliser ses siennes.
Journalisée
Myumi Ichtora
Avatar
-

Messages: 164



Voir le profil
Fiche
« Répondre #29 le: Décembre 20, 2016, 07:55:12 »

Myumi ne savait pas qu’Elianne avait eu un faux-départ en matière de sodomie, une première fois ratée, et, si elle l’avait su, ça n’aurait de toute manière rien changé. Elle ressentait vis-à-vis de la jeune femme basanée une attirance tout à fait particulière, et, avouons-le, difficilement explicable. Elianne... Elle n’était pas comme les autres. Myumi avait une foule incroyable d’amants, probablement plusieurs centaines, mais il n’y avait qu’avec cette jeune femme qu’elle ressentait une attirance si particulière, tellement troublante qu’elle était elle-même incapable de l’expliquer clairement. Généralement, elle voyait ses amants, soit comme des élèves, soit comme des amants d’un soir, et, à chaque fois, il y avait, toujours, l’idée de brièveté. Elle adorait le sexe, mais n’avait pas envie de construire quoi que ce soit de sérieux. Cependant, avec Elianne, Myumi était instinctivement en train de sentir... Autre chose. Comme une attirance supplémentaire, une force qui s’insinuait en elle, faisait frémir ses poumons et tout le reste de son corps. En ce moment, Myumi commençait, peu à peu, à apercevoir qu’Elianne ne serait pas comme les autres. Peut-être qu’Elianne était juste tombée au bon moment, ou peut-être que, inconsciemment, Myumi en voulait plus... Mais, dans tous les cas de figure, elle se sentait en ce moment particulièrement excitée.

Sa bouche se posa donc sur la croupe d’Elianne. Elle n’allait évidemment pas lui faire une sodomie à sec. Plus tard, Elianne pourrait peut-être l’endurer, mais, pour l’heure, elle était une délicate fleur fragile. Et puis, les préliminaires, ça n’avait jamais dérangé Myu’, surtout quand il s’agissait de lécher un anus. La petite croupe de sa Elianne d’amour était magnifique, tendre, chaude, douce, étroite... Et, si Myumi avait pu sentir les réticences et les hésitations de son amante, elle les vit toutes s’envoler quand sa langue partit à l’assaut de son corps, s’enfonçant dedans.

« Hhhhmmmm... »

Elle se régala en entendant les couinements d’Elianne, dont l’intensité la surprit. Myumi sourit silencieusement en comprenant que, sans aucun doute, sa petite Elianne serait une grande sodomite. Elle se tortillait sur place, et, au bout de quelques instants, alla mordre un coussin, s’appuyant dessus, rehaussant du coup son petit cul, tout en approchant ses mains, s’en servant pour écarter davantage ses fesses, les tirant autant que possible. Sans l’interrompre, Myu’ en profita donc, et glissa sa langue en elle, remuant dans son fondement. Elle s’y enfonçait aussi loin que possible, encore et encore, tout en émettant des gémissements supplémentaires.

Le temps défilait, tandis qu’elle continuait à humidifier ce petit cul. Son nez capta alors l’odeur délicieuse d’un fin liquide séminal qui glissa également près de son menton, et, profitant du fait qu’Elianne maintenait ses fesses, elle déplaça ses mains. Si l’une était posée sur le haut d’une cuisse, s’appuyant sur sa jambe, l’autre se déplaça pour titiller son bourgeon intime, les ongles venant caresser les pétales de sa fleur intime pour en recueillir un peu de sa sève, qu’elle avala ensuite rapidement, avant de recommencer à lécher.

Myumi faisait tourner sa langue dans ce petit cul, une fois avoir réussi à s’y enfoncer. Elle attaquait ce fondement avec sa langue, donnant des coups dessus, puis insistant fortement, jusqu’à sentir les parois s’écarter, s’ouvrant comme une délicate porte circulaire. L’étau de chair se desserrait, lui permettant d’y fourrer sa langue, et elle léchait donc, avec envie, et avec le plus sincère et le plus honnête des appétits.

« Haaaaa... Hmmmmm... »

Cette magnifique situation dura encore un petit moment, Myumi léchant la femme, tout en venant finalement glisser deux doigts dans sa fente intime, où elle la pénétra. Et elle continua ainsi, jusqu’à ce qu’Elianne ne se relâche, et ne répande sa sève sur ses doigts lors de son délicieux orgasme. Elle dégoulinait finalement de salive et de mouille, et Myumi se redressa, posant une main imbibée de cyprine (celle d’Elianne) sur sa queue.

« Regarde... Je lubrifie ma queue avec ta mouille, ma Elianne d’amour... »

La main de Myumi glissait de haut en bas. Elle se masturbait, frottant vigoureusement son sexe. Maintenant qu’elle avait bien dilaté le fondement d’Elianne, elle devait commencer à ressentir des bouffées d’impatience, des frissons à hauteur de cette partie de son anatomie. Myumi se masturba bien, puis approcha sa main, ordonnant à Elianne de la lécher rapidement. Et, tandis que la beauté s’exécutait, elle caressa ses cheveux avec son autre main.

« Bon... Et si on passait aux choses sérieuses, ma chérie ? Allez, montre-moi ton beau petit cul... »

Elianne se mit en position, et, en souriant, Myumi alla attraper son vit, et caressa la croupe de la jeune lycéenne avec, glissant dessus.

« Mais... J’ai senti comme une hésitation en toit, tu sais, quand... Quand j’ai décidé de m’attaquer à tes fesses. Et, comme je ne voudrais pas te forcer, ma petite fleur adorée, je veux que tu me supplies de te prendre... Je veux que tu supplies ta Maîtresse de te prendre le cul, de te baiser avec force, et de te faire hurler de plaisir à t’en briser les cordes vocales ! Car... C’est exactement ce que je compte faire avec toi... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 [2] 3
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox