banniere
 
  Nouvelles:
Pour participer à l'évolution du forum et faire entendre votre voix, n'oubliez pas de vous inscrire sur la liste des électeurs ! Vous aurez ainsi accès aux sujets sur lesquels le Staff consultera les membres. Plus d'informations ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: L'échec d'un projet ? [Jodie Holmes]  (Lu 2805 fois)
Milwën Novac
Humain(e)
-

Messages: 154



Voir le profil
Fiche
« le: Décembre 09, 2013, 04:01:08 »


Major Keenan

Le dernier test eut lieu il y a une semaine.

Comme d’habitude, ce fut le Major Keenan qui alla chercher Jodie dans sa chambre. Bien qu’elle ait plus de quarante ans, on aurait pu donner à Keenan la vingtaine. L’avantage des Gen-7. La belle Novaquienne disposait aussi d’un sexe masculin, et était, sur Novac, en couple avec une libraire. Elle avait deux filles, et était donc une femme bien insérée dans la société, qui avait émigré il y a longtemps à Novac. Elle n’avait jamais regretté son choix, et avait pu bénéficier de protocoles militaires de rapprochement entre l’armée tekhane et l’armée novaquienne pour rejoindre Novac. Motivée et entraînée, déterminée, elle avait su montrer son intelligence et ses capacités physiques pour devenir major. Elle aurait tout à fait pu participer aux opérations de terrain, mais, avec la naissance de sa seconde fille, elle avait estimé préférable de rester, dans la mesure du possible, affectée à l’Archipel. Elle était généralement chargée de surveiller les tests et les sujets d’expérience, ce qui incluait notamment Jodie Holmes.

Jodie était la survivante d’un projet scientifico-militaire visant à créer des ESPers, à l’aide d’apparitions spectrales. Bien que Keenan ait lu les différents rapports scientifiques du projet, elle n’avait pas compris grand-chose. Concrètement, elle savait que le projet était sur le point d’être abandonné, car MERCATEL, ainsi que l’état-major tekhan, ne l’estimaient pas rentables, et préféraient que leurs fonds soient concentrés sur d’autres projets plus importants, notamment le Projet « Terminator », au vu des résultats obtenus en déployant le Prototype à Davos. S’il n’y avait pas eu Jodie, ainsi que sa mère, le projet aurait définitivement été bouclé. Keenan était un peu triste pour Jodie. Elle savait que la jeune femme n’avait pas choisi son destin, et qu’elle n’avait pas eu dechance. Certes, les Novaquiennes essayaient de rendre son séjour plus agréable ici, mais elle était enfermée dans l’Archipel depuis des années, et n’avait pas pu quitter le centre de recherches.

*Ce n’est pas une vie rêvée pour une jeune fille... Mais il ne m’appartient pas de discuter les ordres.*

Keenan savait que, dans une semaine, le comité de direction se réunirait, et émettrait un avis, favorable ou non, à la mise en liberté conditionnelle de Jodie. La mesure qui avait prononcé son internement était renouvelée tous les six mois, en raison des risques pour la sécurité publique que Jodie représentait, non seulement pour les autres, mais aussi pour elle-même. Son incapacité à contrôler Aiden se remarquait dans chaque test, et, pour les femmes la supervisant, la libérer était trop dangereux. Pour autant, la procédure était respectée : tous les six mois, la mesure d’internement devait être renouvelée. Keenan savait que, en réalité, c’était la Baronne qui avait le dernier mot, mais elle imaginait mal cette dernière, qui connaissait mal ce projet, aller contre l’avis du comité.

Or, il était probable que le comité renouvelle l’internement. Jodie ne faisait aucun progrès. Keenan n’avait pas son mot à dire, étant juste là pour la sécurité. Elle trouvait ça dommage, car elle aurait bien présenté Jodie à ses filles... Ou à son propre sexe. Une pensée qui aurait pu lui valoir un renvoi, mais, à Novac, la fidélité sexuelle n’était pas vraiment quelque chose que les couples suivaient. Même en ayant des filles, Keenan et sa femme faisaient fréquemment l’amour avec d’autres personnes, et certaine savaient l’âge de Jodie.

Keenan se rendit dans la chambre de Jodie, et appuya sur un bouton pour l’ouvrir. La chambre était verrouillée de l’extérieur, et des caméras surveillaient en permanence ce qui s’y passait. Initialement, la première chambre de Jodie avait été dans le quartier de haute sécurité, sous terre, dans un bunker froid et métallique. Elle y était restée pendant plusieurs mois, avant que le comité ne décide de l’interner dans une aile résidentielle. L’avantage de ces ailes était qu’elles étaient en hauteur, avec des fenêtres permettant de voir toute la région, et qu’elles étaient plus agréables. On avait offert à Jodie tout ce qu’une jeune femme de son âge pouvait désirer : un ordinateur avec accès à Internet, une chaîne HI-FI, des livres, des magazines... Mais une cage restait une cage, même quand les barreaux étaient dorés.

La porte s’ouvrit en coulissant, et Keenan, dans sa belle combinaison moulante, esquissa un léger sourire.

« Bonjour, Jodie. Tu vas bien ? Tu as bien dormi ? »

Keenan surveillait Jodie depuis plusieurs mois, maintenant. Sans aller jusqu’à dire qu’elles étaient proches, Keenan considérait que, en un sens, Jodie l’aimait bien... Même s’il était assez difficile de dire qui Jodie aimait ou pas, vu qu’elle avait l’air complètement résigné.

« C’est l’heure de ton test hebdomadaire. Le Docteur Kyras veut te voir. Tu es prête ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jodie Holmes
Humain(e)
-

Messages: 20


Projet I-M_056


Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Décembre 09, 2013, 05:37:04 »

Cela faisait désormais un an que Jodie vivait dans cette chambre. Durant une grande partie de sa vie, la jeune femme avait vécue dans une chambre quasi vide, qui se résumait en tout et pour tout à un lit une personne blanc, dans un lit métallique blanc, une salle blanche, bref, une pièce extrêmement froide. La seule touche de couleur avait alors été une chaîne noire pour l'attacher lors de ses crises passagères. Et puis il y a de cela un an, on l'avait transférée ici, dans une pièce beaucoup plus agréable à vivre, meublée et ensoleillée, avec des baies vitrée donnant sur la région. Elle était donc passé de ce type d'environnement à celui-ci, mais ça ne changeait pas grand-chose à sa situation... Elle était toujours prisonnière.

Le pire était sans doute le fait de lui montrer le monde extérieure, sans lui laisser la possibilité de sortir ne serrai-ce que quelques minutes. C'était une véritable torture. Et tout ça pour quoi ? Parce que ce con de spectre qui lui servait de partenaire passait son temps à foutre le bordel autour d'elle. Jodie avait bien tentée une fois où deux de le contrôler, mais chacune de ses tentatives avaient résulté à un saignement de nez et une perte de connaissance. Le fait était qu'on lui avait collée une entité bien trop puissante pour qu'elle puisse espérer la contrôler un jour. Lorsque la porte s'ouvrit, la jeune fille était réveillée depuis un moment, fixant le plafond d'un air absent. A force de vivre dans une pièce vide, elle avait prit l'habitude de ne rien faire, sans aucune ambiance sonore. Par moment, elle donnait l'impression d'avoir l'esprit brisé, alors que celui-ci était toujours intact. Enfin, il était difficile de dire cela, sachant qu'elle rêvait absolument toute les nuit de l'inframonde et des horreurs qu'il y avait là bas, y voyant sans cesse des âmes errantes, damnées, cherchant à se rendre dans le monde des vivants pour y semer la destruction. Entre ça, ses tests et son isolement, il n'était pas étonnant que Jodie conserve une expression blasée en toute situation. Pour être franche, la jeune fille n'avait plus peur de la mort depuis qu'elle la vivait en rêve.

- Bonjour, Jodie. Tu vas bien ? Tu as bien dormi ?

Jodie tourna la tête vers la femme, toujours aussi blasée et l'air de dire « à votre avis ? » Pourtant, les femmes du centre étaient parfaitement au courant de ses visions nocturnes.

- C’est l’heure de ton test hebdomadaire. Le Docteur Kyras veut te voir. Tu es prête ?

Kyras... Encore un de ces tests à la con pour utiliser Aiden en situation réelle. Quand allait-elle enfin comprendre que Aiden était un esprit trop fort pour pouvoir être contrôler ? Ah mais c'est vrai... Pour ces femmes, Aiden ne peut pas être si puissant que ça, puisqu'il s'agissait d'un esprit mâle... Pour elles, il devait être inconcevable qu'un esprit mâle puisse être plus ou autant puissant qu'un esprit femelle... Pauvres connes.

- Mouais...

Refusant catégoriquement de porter la combinaison blanche et moulante propre aux sujets de test du centre, Jodie s'habillait avec des tenues terriennes plutôt classiques, soit un T-shirt noir et un jean délavé. C'était un style plutôt négligé, mais qui correspondait bien mieux à sa personnalité, pour autant qu'elle en ait une sous cette carapace. Déjà prête, elle n'avait plus qu'à mettre ses sandales et se bouger le cul pour la suivre à travers les couloirs. Mais avant de sortir, elle préféra mettre les choses au clair.

- J'te préviens... Si tu fais encore le con aujourd'hui, tu vas m'entendre...

Pour seule réponse, une ampoule explosa au plafond.
Journalisée

Milwën Novac
Humain(e)
-

Messages: 154



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Décembre 10, 2013, 02:18:12 »

« Mouais... »

Keenan ne dit rien, mais elle soupira très légèrement. Jodie n’allait pas bien... Ni même bien. Pour Keenan, elle était en train de faire une dépression, mais, tant qu’elle n’aurait pas le droit de goûter au monde extérieur, les choses ne s’arrangeraient pas. Parfois, Keenan s’offusquait grandement de l’idiotie des scientifiques. Les Novaquiennes étaient intelligentes, mais elles étaient tellement mâtures qu’elles en oubliaient de quoi une jeune adolescente avait besoin. C’était assez difficile à croire, mais, à force de les côtoyer, le Major savait que beaucoup des Novaquiennes étaient des femmes ardues du travail, tellement concentrées et dévouées qu’elles en oubliaient toute forme de réelle insertion sociale.

Le Major alla silencieusement se mettre dans le couloir. Il était inutile de proposer à Jodie la tenue règlementaire pour les tests. Elle refusait obstinément de la mettre, et, la dernière fois que des soldates avaient essayé de la forcer, Aiden les avait attaquées. C’était d’ailleurs suite à cette mésaventure que Keenan avait été chargée de surveiller les tests. Dans la mesure du possible, Keenan essayait de rendre visite à Jodie, que ce soit pour les tests, ou ailleurs, mais leur relation était très difficile à se construire. Jodie était complètement fermée sur elle-même, et observait continuellement le monde extérieur. Quand Jodie avait compris que Keenan n’avait pas le pouvoir de la faire sortir, le semblant de relation qu’elle avait réussi à construire avec elle s’était évanoui.

Alors que Jodie sortait, elle s’adressa à Aiden... Et une ampoule explosa. Keenan soupira faiblement, et haussa les épaules.

« On va dire que c’était une surtension, okay ? »

Keenan avait couvert Jodie un certain nombre de fois. Les ampoules avaient la curieuse tendance à avoir des surtensions dans sa chambre. Keenan craignait que reporter tous les incidents liés à Aiden ne conduisant les scientifiques à la renvoyer dans des ailes de sécurité plus renforcées. Lorsque Jodie sortit, la porte se referma, et Keenan s’avança à côté d’elle, ignorant comment lui parler. Parler avec ses propres filles était déjà, en soi, particulièrement difficile, alors, quand c’était avec une adolescente comme ça...

« Tu sais, ce test est plus important que les autres. C’est à partir de celui-là que le docteur Kyras et ses collègues vont se prononcer sur la fin de ta mesure d’internement. De ce que je sais, Kyras hésite à te faire sortir. »

Lors de la fin de la durée de la précédente mesure, il n’y avait eu aucune hésitation, car Aiden avait renversé une scientifique, la faisant dégringoler d’un escalier, et l’envoyant à l’hôpital. Jodie avait échappé de peu à un retour en cellule d’isolation. Keenan s’avança à travers différents couloirs, croisant plusieurs soldates et autres techniciennes. Certaines saluaient également Jodie. Le duo se rendit vers l’ascenseur, qui descendit, les amenant dans un niveau souterrain. Après quelques couloirs supplémentaires, les deux femmes approchèrent d’une pièce où deux autres soldates étaient là, ainsi que le Docteur Kyras.


Docteur Kyras

Kyras sourit en voyant Jodie.

« Bonjour, Jodie ! Nous allons pouvoir commencer. Ce ne sera pas très long, c’est un simple test de routine. »

La salle de test était en réalité une double salle, avec une baie d’observation menant sur une troisième pièce. Jodie était mise dans une salle, et Kyras dans l’autre, et, à partir de là, Jodie devait interagir avec cette autre pièce, en réalisant une série de tests. Kyras et plusieurs scientifiques mirent sur la tête de Jodie le casque neuronal, qui permettait, non pas d’amplifier l’influence de Jodie sur Aiden, mais de permettre à des techniciennes dans la salle d’observation d’obtenir des informations sur l’activité cérébrale de Jodie, mais aussi de pouvoir, en cas de problème, si jamais Aiden échappait à leur contrôle, déclencher une sorte de choc électrique qui anesthésiait Jodie, et mettait ainsi fin à l’expérience.

Kyras se mit à parler dans un micro.

« Bien. On va commencer, Jodie. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jodie Holmes
Humain(e)
-

Messages: 20


Projet I-M_056


Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Décembre 10, 2013, 07:29:33 »

Même si elle ne le montrait pas, l'adolescente aimait bien Keenan, simplement parce qu'elle était la seule ici à ne pas la considérer comme un intéressant sujet d'étude. Sans doute était-ce le fait qu'elle soit mère de famille. Chaque fois que la jeune fille était avec la militaire, elle ne pouvait s'empêcher de repenser à ses propres mères, dont elle n'avait aucune nouvelles depuis son internement. C'était aussi à cause de cela qu'elle s'ouvrait difficilement. La peur d'être de nouveau abandonnée. Parfois, à part ses visions de l'inframonde, Jodie rêvait aussi d'une femme qu'elle ne connaissait pas, qui hurlait qu'on lui rende son bébé, alors que des médecins s'éloignaient avec un nouveau né dans les bras. La scène se passait toujours vu du dessus et, si elle ne distinguait pas très bien le visage de la femme, Jodie avait tout de même pu noter qu'elle voyait très bien un filament spectrale la relier au nourrisson. Elle se doutait que dans le rêve, elle était Aiden, qui assistait à sa propre naissance – ce qui confirmait également qu'ils étaient relier l'un l'autre depuis le début de son existence – mais ignorait pourtant qui était cette femme, qui ne ressemblait en rien à ses mères.

Durant son séjour au centre, l'adolescente avait également pu remarquée qu'Aiden haïssait véritablement les scientifiques travaillant sur son cas. Et surtout, que cette haine était présente dès le premier jour passé ici, comme si il détestait déjà ce lieu bien avant leur internement. Plusieurs fois, Jodie avait posée des questions sur ce sujet mais les scientifiques, plutôt que de lui répondre, avaient toujours fait mine d'ignorer ses interrogations et de la sermonner sur son manque de concentration. Depuis, la jeune fille se doutait qu'on lui cachait des choses sur les origines de sa naissance et cela l'agaçait profondément. Avec ces scientifiques, les attentes semblaient toujours aller en sens uniques, comme si elle ne valait pas la peine qu'on s'intéresse à elle au-delà de son lien avec son entité.

- Tu sais, ce test est plus important que les autres. C’est à partir de celui-là que le docteur Kyras et ses collègues vont se prononcer sur la fin de ta mesure d’internement. De ce que je sais, Kyras hésite à te faire sortir.

Du point de vu de Jodie, ce n'était pas étonnant. Kyras était celle qui travaillait sur son cas depuis le premier jour. Ses connaissance sur l'inframonde et les entités l'avait à plusieurs reprise poussée à croire que Kyras travaillait sur le sujet depuis bien avant sa naissance, ce qui, étant donné qu'il s'agissait d'une elfe, était parfaitement possible. C'était aussi celle qu'Aiden détestait le plus. Le premier jour de leur rencontre, son entité l'avait possédé un bref instant. Pas assez longtemps pour extraire les circonstance de sa naissance du cerveau elfique, mais suffisamment pour offrir à Jodie deux ou trois insultes sylvestre. Ce n'est que plusieurs années plus tard, lorsque Kyras avait été profondément déçue par la crise d'adolescence de Jodie, que cette dernière l'avait appelée "Hón'ixë", qui signifiait globalement "Cœur de glace". Depuis, elle réutilisait ce terme chaque fois qu'elle s'adressait à l'Elfe, variant de temps en temps avec le terme "úfëa" qui lui, signifiait "sans âme", ou encore "púrëa", "la souillée".

Après une longue balade entre les étages, le duo fini par arriver dans une salle que Jodie ne connaissait que trop bien.

- Bonjour, Jodie ! Nous allons pouvoir commencer. Ce ne sera pas très long, c’est un simple test de routine.

Comme elle en avait désormais l'habitude, les scientifiques installèrent sur sa tête un casque bardé d'électronique pour observer son cerveau depuis un certain nombre d'écran. Malgré la vitre tintée, Jodie savait pertinemment ce qu'il y avait de l'autre coté, Aiden y étant déjà allé à plusieurs reprises. Elle imaginait très bien les femmes dans leurs tenues indécentes observer les courbes et prendre des notes en buvant un café. Les tests en eux même étaient également lassant, a force de toujours faire les même. Aujourd'hui, soit on allait lui demander de deviner ce que la participante montrait, soit déplacer des objets sans les voir, ou encore essayer de lire les pensées des personnes en face.

- Bien. On va commencer, Jodie.

- Ok Hón'ixë...
répliqua t-elle de son ton neutre habituel.
Journalisée

Milwën Novac
Humain(e)
-

Messages: 154



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Décembre 12, 2013, 02:20:10 »

C’était les recherches de Novac sur ce que les Novaquiennes appelaient l’inframonde qui avaient  conduit Kyras à rejoindre l’Archipel. Elle estimait que, sur ce point, les laboratoires novaquiens seraient plus performants que les cités elfiques et les académies sylvestres où Kyras vivait. L’inframonde portait bien d’autres noms chez les elfes et dans d’autres contrées, et Kyras se renseignait depuis des décennies sur les fantômes, leur influence dans le monde des vivants, leur existence, et la manière dont ils étaient utilisés par certains mages et autres invocateurs. C’était une discipline en pleine expansion, qui se heurtait énormément à la nécromancie, puisque les deux disciplines traitaient du cas de la « vie » après la mort, si tant est qu’on puisse considérer cette après-mort comme une forme de vie. Kyras en avait déduit qu’il existait des anomalies, et que ces anomalies étaient ce qu’on appelle des fantômes : des survivances de l’âme au corps, des phénomènes de dissociation où, suite à la mort physique, l’esprit, lui, n’était pas encore totalement mort. Comment expliquer cette survivance ? D’aucuns soutenaient que c’était parce qu’il existait un lien de rattachement entre le fantôme et le monde des vivants, comme si sa tâche n’était pas encore terminée. Or, il était vrai que, dans la plupart des cas, les chasseurs de fantômes, pour se débarrasser d’eux, trouvaient un élément qu’ils n’avaient pas su accomplir durant leur vie terrestre, et l’accomplissaient pour envoyer le fantôme chez les morts. Cependant, il était tout aussi vrai qu’il existait quantité de gens qui n’avaient pas pu achever quelque chose de précieux, et qui n’étaient pas, pour autant, devenus des ectoplasmes ou des Poltergeists. De plus, il existait aussi des scénarios où les fantômes existaient sans qu’on ne trouve quelque chose qu’ils n’auraient pas pu faire de leur vivant.

Avec une rigueur scientifique, Kyras s’était renseignée, partant surtout à Nexus, où il y avait de nombreuses anomalies, et, partant de là, une documentation foisonnante. Elle avait ainsi été contactée par l’ambassade de Tekhos à Nexus, qui comprenait un département consacré à Novac, et aux recherches scientifiques. Kyras avait eu la surprise, en étant convoquée, de tomber sur la Baronne, qui lui avait dit qu’elle avait lu ses recherches sur les fantômes, et les avait trouvé intéressantes... Suffisamment pour pouvoir corriger certaines imprécisions, et inviter Kyras. L’elfe avait initialement refusé : elle voyait encore les humains, non pas comme des dh’oines, mais, à tout le mieux, comme des primitifs. Pour la convaincre, Milwën Novac lui avait remis une thèse rédigée par une scientifique novaquienne sur l’inframonde, et Kyras avait trouvé la thèse suffisamment convaincante pour accepter de travailler à Novac.

On pouvait dire qu’elle s’était plutôt bien accommodée au mode de vie de Novac, puisqu’elle s’était également fait implanter des Gen-7. Jodie Holmes était un projet qu’elle suivait depuis la naissance, sans vraiment daigner se remettre en question. Kyras n’avait jamais eu d’enfants, et avait été éduquée par une caste élevée des Hauts-Elfes du Bosquet sylvain. Elle n’avait pas vraiment eu droit à de grandes traces d’amour libre, ne recevant des traces d’affection de ses parents que quand elle réussissait des choses. Du fait de ses grandes connaissances, les Novaquiennes l’avaient placé à la tête du projet « Inframonde », mais Kyras ne pouvait que constater que le projet, pour l’heure, était un échec, et que MERCATEL en avait assez de payer pour des résultats infructueux. Chaque année, le budget alloué au projet se réduisait, au profit d’autres projets beaucoup plus importants, comme le Projet « Terminator ».

« Ok Hón'ixë... » lâcha Jodie.

Kyras ne releva même pas l’insulte. Dans le bureau, Keenan se mordillait les lèvres, bras croisés. Elle avait vraiment envie que ce test fonctionne. Kyras enclencha une tablette graphique située à côté d’elle, montrant l’image d’un chien.

« On va commencer simplement. Peux-tu me dire quelle est l’image que j’ai affiché sur mon écran ? »

Pour ça, Jodie allait devoir utiliser Aiden pour aller de l’autre côté. Il y a des années, Jodie réussissait sans difficulté ce genre d’exercices, mais, depuis quelques mois, Kyras et les rares scientifiques encore présentes sur le projet avaient constaté que le contrôle de Jodie sur Aiden s’était atténué, même pour de simples tests. Dans un rapport, Kyras avait noté que ce phénomène était « inquiétant ».
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jodie Holmes
Humain(e)
-

Messages: 20


Projet I-M_056


Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Décembre 29, 2013, 06:23:16 »

Pour tout dire, si Jodie détestait ce lieu, c'était avant tout parce que les scientifique lui avaient jurées, lors de son arrivée avec ses mères, qu'elles feraient tout ce qui était en leur pouvoir pour comprendre comment une entité c'était attachée à elle et dans quel but, ainsi que de trouver un moyen de l'en débarrasser. Mais au lieu de ça, la jeune fille subissait des tests à longueur de journée depuis des années, sans être une seule fois sortie du bâtiment depuis. Elles ne souhaitaient pas se débarrasser de l'entité, mais cherchaient plutôt à ce que Jodie la contrôle à sa guise. Les Novaquiennes devaient voir en Aiden une sorte de pantin spectral pour exécuter les quatre volontés de la jeune fille, ce qui était très loin d'être le cas. Ça ce voyait que les scientifiques n'avaient pas passées leur vie avec un parasite fantomatique.

- On va commencer simplement. Peux-tu me dire quelle est l’image que j’ai affiché sur mon écran ?

Mentalement, Jodie demanda à Aiden de ne pas faire le con et d'allez voir de l'autre coté, sinon, ils allaient encore rester en isolement une semaine avant de regagner leur chambre. Etrangement, celui-ci se rendit de l'autre coté sans rechigner. Mais une fois de l'autre coté de la vitre, les deux femmes pouvaient sentir l'air de la salle se glacer, et la température chuter d'une vingtaine de degrés en quelques secondes. De fait, l'air chaud expulsé par les deux femmes créa de la buée sur la vitre, sur laquelle s'écrivit en toutes lettres...

JE NE SUIS PAS UN RAT DE LABORATOIRE

- Je vois un chien... et une Hón'ixë qui se gèle les miches.

A bien y réfléchir, les seules fois où Jodie aimait bien Aiden, c'était lorsqu'il faisait chier l'elfe.
Journalisée

Milwën Novac
Humain(e)
-

Messages: 154



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Décembre 30, 2013, 04:02:43 »

Les thermomètres de la salle s’affolèrent depuis les écrans de la salle de contrôle. Keenan soupira silencieusement, et resta les bras croisés. Malheureusement, le docteur Kyras n’avait pas sa patience. Pour le coup, elle avait cette vision elfique des humains, qui tendait à les voir comme de jeunes chiens fougueux, indisciplinés et arrogants. Chez le docteur Kyras, cette vision se traduisait par une sorte d’impatience chronique envers Jodie, et un caractère sérieux et froid qui laissait de glace. Qu’Aiden ait choisi de geler la pièce était tout à fait révélateur de la manière dont Jodie percevait le docteur Kyras : comme une femme froide, une scientifique qui ne voyait en elle qu’un « rat de laboratoire ». Comment le docteur ne pouvait-elle pas voir ce message ? Pour Keenan, c’était criant... Mais Keenan n’était pas qu’une militaire, elle était aussi une mère de famille.

« Je vois un chien... et une Hón'ixë qui se gèle les miches. »

La température remonta rapidement, le système de ventilation se remettant à fonctionner normalement, et Kyras soupira.

« Ne fais pas l’enfant, Jodie, lâcha-t-elle sur un ton sec. Et je t’ai déjà dit de ne pas m’appeler ainsi, c’est un terme profondément vexant pour un elfe. »

Keenan se pinçait les lèvres. Elle espérait vraiment que Jodie ne ferait pas trop de bêtises. Beaucoup de choses dépendaient de cet entretien, et elle espérait que Jodie semblait le réaliser. Si le docteur Kyras était froide et semblait totalement insensible à la souffrance de Jodie, elle était cependant très objective dans ses rapports, et ses connaissances scientifiques en la matière étaient pointues. Elle avait suivi Jodie depuis les prémices du projet « Inframonde ».

« Tu as vu juste, en tout cas... J’ai conscience que ce n’est pas un exercice très difficile pour toi, alors, j’ai pensé à autre chose. »

Le docteur Kyras se pencha sur son ordinateur, et appuya sur quelques touches, configurant quelque chose.

« J’ai ouvert un conduit d’aération dans ta pièce, Jodie. Il permet de communiquer avec une salle en contrebas. Je souhaiterais que tu y conduises Aiden, et que tu fasses la température aussi fort que tu le peux, afin de congeler des blocs d’eau qui se trouvent à l’intérieur. »

Les blocs d’eau étaient dans des cuves hermétiques. Keenan avait toutefois un mauvais pressentiment... Mais ce n’était peut-être que son imagination... Elle l’espérait, en tout cas. Elle avait vraiment envie que Jodie puisse enfin sortir, car elle savait que ce serait le mieux pour elle.

*Ne fais rien de stupide, Jodie, pitié...*
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jodie Holmes
Humain(e)
-

Messages: 20


Projet I-M_056


Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Janvier 05, 2014, 04:56:15 »

- Ne fais pas l’enfant, Jodie. Et je t’ai déjà dit de ne pas m’appeler ainsi, c’est un terme profondément vexant pour un elfe.

Oh ? Ça la vexait ? Mais c'était justement fait pour, sinon quel intérêt ? Vu la façon dont l'elfe la traitait depuis son arrivé ici, comme un intéressant sujet d'étude... voir comme si elle avait retrouvée un jouet longtemps perdu de vue, ce n'était qu'un juste retour des choses.

- Tu as vu juste, en tout cas... J’ai conscience que ce n’est pas un exercice très difficile pour toi, alors, j’ai pensé à autre chose. J’ai ouvert un conduit d’aération dans ta pièce, Jodie. Il permet de communiquer avec une salle en contrebas. Je souhaiterais que tu y conduises Aiden, et que tu fasses la température aussi fort que tu le peux, afin de congeler des blocs d’eau qui se trouvent à l’intérieur.

Jodie regarda l'elfe – autant que possible à travers une vitre tintée – de travers, avec un air qui exprimais tout le ressentiment qu'elle avait pour la scientifique. Elle se fichait d'elle ou quoi ?

- Z'êtes débile ? Aiden est un esprit. Ça sert à quoi d'ouvrir un conduit alors qu'il peut traverser la matière ? C'est pas parce que c'est un "mâle" qu'il faut le traiter comme un con et lui indiquer le chemin.

Prouvant ses dires, Aiden passa directement le sol sous l'elfe – et renversant sa chaise au passage, ce qui la fit tomber en arrière – et se retrouva dans la pièce concernée, remplie à ras bord de flotte. Tient ? Encore une erreur de la part de l'elfe ? Ou alors, elle était tellement obnubilée par l'inframonde, qu'elle en avait oubliée la chimie la plus élémentaire ? Tant pis pour elle, elle risquait d'avoir une surprise et, pour une fois, Aiden fut ravis de suivre l'idée de son hôte. L'esprit commença donc à geler la pièce plutôt que de faire tout les bloc en même temps. C'était plus rapide et moins coûteux en énergie spirituelle. Mais comme tout le monde le sait, lorsque l'eau gèle, elle gagne en volume.

Hors, dans des containers replies d'eau lorsque sa gonfle, sa fini forcément par péter, un peu comme une bouteille d'eau pleine au congélateur. Que Kyras n'y ait pas songé ne pouvait en aucun cas être la faute de Jodie, qui au final, ne faisait que suivre les directives. Ce qui devait arriver arriva et les containers explosèrent, laissant tomber au sol des blocs de glaces qui se brisèrent. Les vitres se brisèrent sous la violence des projectiles de plastique et endommagèrent l'une des caméra de surveillance, après quoi Jodie leva ses deux mains devant elle, en signe de protection.

- Hé ! Vous m'avez demandée de congeler les bloc d'eau... Fallait pas les remplir complètement, c'est de votre faute, pas la mienne.
Journalisée

Milwën Novac
Humain(e)
-

Messages: 154



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Janvier 07, 2014, 02:55:01 »

[HS – je n’ai jamais indiqué que les conteneurs d’eau étaient intégralement remplis, soit dit en passant ^^]



Lorsque le docteur Kyras tomba sur le sol, Keenan se pinça les lèvres. La situation était en train de dégénérer. Keenan pouvait comprendre la colère de Jodie. On lui faisait sans arrêter répéter les mêmes tests, mais c’était bien parce que, à chaque fois elle échouait à faire ce qu’on attendait d’elle. Les Novaquiennes avaient eu tout le temps de s’assurer du pouvoir d’Aiden et de ses capacités. Les tests n’avaient plus pour objectif d’évaluer la puissance du spectre, mais la capacité de Jodie à le contrôler. Voilà ce qui, maintenant, intéressait les Novaquiennes. Jodie était plus devenue un poids qu’autre chose, maintenant que MERCATEL ne s’intéressait plus aux morts, mais envisageait des projets qui semblaient bien plus prometteurs, comme le Projet « Terminator ».

Jodie, encore une fois, refusa donc de se plier aux ordres, et Aiden congela les blocs d’eau de manière un peu trop... Généreuse. Alors que l’eau se congelait, Kyras, qui s’était relevée, ordonna à Jodie d’arrêter.

« C’est bon, Jodie, j’ai vu. Arrête, tu vas endommager le matériel ! »

Malheureusement, cette dernière n’arrêta point son œuvre, et les deux conteneurs d’eau explosèrent, les morceaux de vitres libérant des blocs de glaçon. L’une des caméras de sécurité de la pièce se reçut un bris de verre, et émit des nuages. Kyras tapa du poing sur son bureau, et Jodie protesta, tandis que Keenan soupirait.

« Hé ! Vous m'avez demandée de congeler les blocs d'eau... Fallait pas les remplir complètement, c'est de votre faute, pas la mienne. »

Le major voyait ça comme une sorte de blague adolescente, assez typique à cet âge. Malencontreusement, Kyras n’avait pas la patience des hommes. Elle releva sa chaise, et, dans un silence pesant, recommença à s’asseoir, puis attrapa son stylo, et traça quelques notes dans l’un de ses carnets. Le test allait-il avorter de manière prématurée ? Kyras sembla réfléchir un peu. Le major savait que les expériences sur l’Inframonde étaient quelque chose d’important pour Kyras, un projet qui lui tenait à cœur, et par lequel elle espérait pouvoir approfondir ses recherches sur l’étude des phénomènes se déroulant après la mort, et, peut-être, parvenir à lutter contre la mort, à ne voir en ce phénomène qu’une simple maladie, rétractible selon certaines situations. Keenan ne savait pas grand-chose du passé de Kyras, mais les rumeurs disaient que l’elfe avait perdu, très tôt dans sa jeunesse, son jumeau... Ou sa jumelle. Dans tous les cas, des jumeaux monozygotes. Kyras n’agissait donc pas que par instinct lucratif, mais aussi parce qu’il y avait un fort affect.

Paradoxalement, c’était peut-être sa grande passion pour le projet qui l’amenait à continuer à y croire, et à se dresser contre la volonté de MERCATEL, qui était de le fermer définitivement. C’était paradoxal, car, si Kyras était le principal obstacle à la libération de Jodie, c’était aussi celle qui avait veillé à la préserver ici, et à la faire sortir de son isolation, ainsi que de la cellule profonde et capitonnée dans laquelle MERCATEL voulait la mettre, une cellule de stase lourde où Jodie aurait définitivement été coupée du monde extérieur, et où Aiden aurait eu une très faible autonomie, voire inexistante.

« Nous allons reprendre, Jodie, reprit Kyras. Sache que j’étudie Aiden depuis des années, je sais don très bien quelles sont l’étendue de ses capacités. »

Des blocs d’eau congelés, on avait vu pire. Le docteur Kyras se pinça les lèvres en réfléchissant. Quel genre de tests supplémentaires pouvait-elle confier à Jodie ?

« Mon objectif, Jodie, est de vérifier ta capacité à contrôler les déplacements d’Aiden. Pour cela, tu dois suivre mes consignes. »

Elle recommença, et se pencha vers son ordinateur de bureau, afin de déclencher un autre test. Une autre trappe vint s’abaisser dans la pièce de Jodie.

« Cette trappe conduit à l’une de nos chambres d’opération, où sommeille une femme dans un état médical grave. J’aimerais qu’Aiden pénètre dans son esprit, et que tu me dises ce que tu notes. »

Une autre des implications possibles du projet « InfraMonde » avait été la perspective d’aider les vivants, d’œuvrer pour la médecine. À cette fin, les scientifiques ayant défendu le projet « IM » avaient fait valoir que la capacité d’Aiden à pénétrer dans l’esprit des vivants pouvait engendrer un stimulus capable d’aider les blessés grave, en coma longue durée, à sortir de leur isolement, ou, pour le mieux, à permettre à leurs proches d’obtenir des informations sur ce qui se passait dans leur tête. Malgré l’efficacité des nanomachines, quand l’esprit était fracassé, même les nanomachines ne pouvaient rien faire.

Cette trappe conduisait à une chambre de la clinique de Novac, où certaines Tekhanes y venaient pour des opérations extrêmement délicates. La femme endormie était maintenue artificiellement en vie par des machines, dans un coma artificiel. Il y a quelques années, elle avait eu un grave accident de voiture, et avait frôlé la mort. Après avoir été soignée à un hôpital de Tekhos Metropolis, sa famille avait réussi à la rapatrier à Novac. Les Novaquiennes avaient commencé à la soigner, mais elles ne pouvaient rien faire de plus. La jeune femme avait 20 ans quand l’accident était survenu, et avait alors, avec elle, un petit bébé de quelques mois. Un chauffard ivre les avait violemment percutés sur un tronçon d’autoroute, et la voiture avait décrit une série de tonneaux mortels. La jeune femme, répondant au nom de Sandra Clover, avait perdu son bébé, ainsi que celui qu’elle avait en gestation, dans le ventre.

Pour Keenan, c’était un test nettement plus stimulant que des blocs d’eau, mais aussi très dangereux. Rentrer dans l’esprit de cette femme pouvait perturber Jodie... D’un autre côté, si ça permettait de la secouer un peu, et de la faire sortir de son état d’apathie, c’était sans doute un mal pour un bien.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jodie Holmes
Humain(e)
-

Messages: 20


Projet I-M_056


Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Février 09, 2014, 06:07:14 »

- Nous allons reprendre, Jodie. Sache que j’étudie Aiden depuis des années, je sais donc très bien quelles sont l’étendue de ses capacités.

L'adolescente roula des yeux, tandis qu'Aiden remontait à l'étage, ce qui permis à la jeune fille, au passage, de lire brièvement les notes que l'elfe notait sur son carnet. Si tout le monde savait déjà à quoi s'en tenir avec son entité, à quoi bon continuer à faire des tests ? Pour le plaisir de la garder prisonnière du centre ?

- Mon objectif, Jodie, est de vérifier ta capacité à contrôler les déplacements d’Aiden. Pour cela, tu dois suivre mes consignes.

- Aiden est une entité semi-indépendante, je ne peut pas le contrôler totalement sans perdre connaissance, et vous le savez très bien.


Les rares fois où elle avait tentée de le contrôler, Aiden s'était violement débattu, ce qui avait provoqués chez elle une perte de connaissance et de violents spasmes. Et le peu de fois durant lesquelles il se laissait faire, les yeux de Jodie se révulsaient et elle se mettait à saigner du nez. Tout ce qu'elle pouvait faire, était donc de demander gentiment à Aiden de prendre tel ou tel chemin, ou faire une action précise, en espérant qu'il le fasse, auquel cas, la jeune fille ne pouvait rien faire de plus, sans risquer elle-même sa vie.

Toutefois, il existe un seul cas dans lequel Aiden obéit sans broncher, lorsqu'il est question de vie et de mort. Jodie le savait, pour errer dans l'Inframonde chaque fois qu'elle dormais: On ne plaisante pas avec ces choses là. Aussi, son comportement changea du tout au tout à l'annonce suivant l'ouverture de la nouvelle trappe.

- Cette trappe conduit à l’une de nos chambres d’opération, où sommeille une femme dans un état médical grave. J’aimerais qu’Aiden pénètre dans son esprit, et que tu me dises ce que tu notes.

Pénétrer les esprits était quelque chose que Aiden maîtrisait plutôt bien... cependant, la chambre devait sans doute être située à plus de dix mètres de la salle de test, car l'entité resta en plein milieu du conduit, sans pouvoir aller plus loin... ce qui se traduisit sur Jodie par une grimace de douleur, Aiden tirant sur le lien spectral qui les unissaient.

- Désolée, Aiden ne peut pas s'y rendre... La chambre que vous mentionnez est trop loin de cette salle... Vous oubliez qu'Aiden n'a que dix mètres d'autonomie... De plus, si vous voulez que je le fasse, il faut que je sois en contact avec la personne concernées... sinon, je ne verrais pas grand-chose.

Aiden pouvait contrôler les esprits à distance, certes, mais en réalité, pour voir dans l'esprit d'une personne, il ne fallait pas posséder d'êtres. En fait, les corps encore en vie ou récemment décédés émanaient une sorte d'aura spectrale, qui contenaient les derniers instants de vie ou de conscience de la personne. Pour pouvoir les voir, Jodie devait "respirer" ces émanations et, ne pouvant les voir à l'œil nu, c'était donc à Aiden de diriger cette émanation. En restant dans cette salle qui, en plus, était trop loin, Jodie ne pourra absolument rien faire.

- Les pouvoirs que me procure Aiden sont peut être puissants, mais il sont loin d'être infaillibles et illimités...
Journalisée

Milwën Novac
Humain(e)
-

Messages: 154



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Février 10, 2014, 03:10:17 »

Dans le bureau de surveillance, Keenan commençait progressivement à se détendre. La situation était toujours plus ou moins tendue lors des séances de test, tiraillée entre la rigidité du Docteur Kyras et les provocations de Jodie. L’apathie de cette dernière ne semblait disparaître que quand il s’agissait de provoquer Kyras. Elle lui rappela qu’elle ne pouvait pas éloigner Aiden de plus de dix mètres d’elle, mais la manière dont elle le dit laissait entendre que cette idée la tentait.

« Les pouvoirs que me procure Aiden sont peut être puissants, mais il sont loin d'être infaillibles et illimités... »

Kyras réfléchit un peu, pesant le pour et le contre. Les tests se déroulaient généralement dans cette salle, mais il n’y avait aucune obligation pour qu’ils se déroulent forcément ici. Or, Kyras n’était pas complètement idiote. Elle savait très bien que la petite Jodie ne progressait pas, et qu’il fallait qu’elle trouve un moyen de continuer à ce que le projet « Inframonde » soit rentable. Pendant quelques secondes, il ne passa donc rien, suite à la tirade de Jodie. Kyras réfléchissait, se mordillant les lèvres. Elle tapotait avec ses doigts sur la table, et finit alors par parler :

« Dans ce cas, que dirais-tu de poursuivre le test là-bas ? »

Keenan sentit une certaine tension se relâcher de ses épaules. Poursuivre le test là-bas ne déplairait à personne. Kyras avait posé la question, mais elle n’appelait pas vraiment de réponse. Si Jodie ne voulait pas, la séance de tests se terminerait, de toute manière. Or, Jodie était obligée de participer à ces tests. Les portes se rouvrirent, et Keenan alla se porter vers Jodie. Elle aurait aimé la réconforter, la serrer dans ses bras, mais elle savait qu’un tel comportement, en de telles circonstances, aurait été très mal avisé. Elle se contenta donc de remuer légèrement la tête, avant de s’écarter, pour la laisser passer. Kyras se trouvait dans la pièce de sécurité, et porta son attention sur Jodie.

« Je ne vais pas t’embêter plus longtemps, Jodie. Ce test sera le dernier que nous ferons pour aujourd’hui. À partir de là, j’adresserai mon rapport, et nous verrons ce qu’il adviendra du projet. »

Kyras s’avança la première, le major Keenan restant à proximité de Jodie, dans son dos.

« Continue comme ça, Jodie, lâcha-t-elle malgré tout, tu t’en sors bien. »

Le trio s’avança à travers les couloirs, Kyras en tête, jusqu’à rejoindre le secteur médical du laboratoire, dans un autre bâtiment. Elles durent pour cela passer par une sorte de couloir filant entre les deux bâtiments, avec des vitres à gauche et à droite, permettant devoir une végétation foisonnante et luxuriante. Tout en marchant, Kyras donnait à Jodie quelques éclaircissements sur les prochains jours à venir :

« Comme tu le sais peut-être déjà, une commission va se prononcer pour savoir s’il convient de relâcher ton internement ou non. Cet avis sera transmis à la Baronne, qui décidera en personne de s’y conformer ou non. Je ferais partie de cette commission. Cependant, il y a un autre élément à tenir en compte, d’ordre financier... Le conseil d’administration de MERCATEL est agacé de ce projet, qui, d’un strict point de vue économique, ne leur rapporte pas grand-chose... Les humains ont malheureusement toujours eu un goût pour l’or digne de l’avarice des nains. »

Keenan ne dit rien. Elle se demandait ce qu’il adviendrait de Jodie si jamais MERCATEL décidait de couper les subventions à allouer concernant le projet « Inframonde ». Novac ne pourrait pas la conserver dans ses locaux, mais, si elle continuait à représenter une menace potentielle pour l’ordre public, on ne pouvait pas non plus la laisser partir.

« La Baronne devrait te convoquer avant de rendre sa décision. Je sais très bien que tu envisages de sortir d’ici, Jodie, c’est compréhensible. J’ai bien conscience que tu as du faire beaucoup de sacrifices pour nous, et que nous t’en avons demandé beaucoup. Tu me trouves sûrement insensible, mais sache juste que mon plus cher souhait est de te faire sortir d’ici. »

Keenan restait silencieuse. Kyras était une femme assez indiscernable. Une pure elfe, qui savait masquer ses émotions et ses pensées à la perfection, à tel point qu’on pouvait la trouver froide comme la glace. Le trio se retrouva finalement dans la chambre d’hôpital, devant la femme endormie, dans le coma, maintenue en vie par des respirateurs artificiels, et par les nanomachines.

« Je persiste à penser que tu peux être d’un grand secours pour nous, Jodie... Pour la société. Montre-moi ce à quoi cette femme pense, ce qu’elle ressent... Essaie de rentrer en communication avec elle. »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jodie Holmes
Humain(e)
-

Messages: 20


Projet I-M_056


Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Février 21, 2014, 06:25:56 »

- Dans ce cas, que dirais-tu de poursuivre le test là-bas ?

Inutile de le cacher, Jodie ne demandait que ça. Sortir de cette sale d'une part et aider cette femme d'autre part. Mais franchement, l'adolescente ne pensait pas que ce serait aussi facile. Elle s'était attendue à ce que l'elfe lui fasse une de ses remontrance habituelle à vrai dire. Aussi ne réagit-elle pas tout de suite lorsque la porte s'ouvrit.

Durant le très long trajet jusqu'à la salle en question - Aiden n'aurait décidément jamais pu la rejoindre - Kyras lui expliqua tout ce qui allait ce passer durant les prochains jours, soit une période de plus durant laquelle elle restera enfermée dans sa chambre, et plus particulièrement sur la commission qui allait débattre sur le projet la concernant. Commission qui se refusait de la voir comme un être vivant et plutôt comme une arme ou un bête sujet d'étude, qu'on peut mettre au placard ou jeter à la poubelle. Pourtant, Jodie savait que MERTACEL ne fermera jamais complètement le projet, pour la simple et bonne raison qu'elle avait un jour entendu un morceau de conversation, grâce à Aiden, concernant un projet parallèle concernant un Condensateur IM, soit une sorte de centrale énergétique, fonctionnant grâce à un afflux constant d'entités dans la machinerie, elle même protégée par un champ de confinement, ceci afin d'empêcher les esprits d'en sortir. Concrètement, les entités passaient par une faille, faisaient tourner la centrale et repartaient par une autre faille. C'était aussi efficace que le nucléaire, mais avec un risque zéro de radioactivité.

Jodie se doutait que les entités ne devaient pas vraiment apprécier d'être exploitées comme combustible pour un centre de recherche, et devaient sans doute avoir une très grosse envie de se venger. Mais tant que le champ de confinement restait actif, il leur était impossible d'agir. Au final, le seul risque d'attaque, c'était qu'une tierce personne ne le désactive de l'extérieur. Ce qui serait alors un acte de pitié pour les esprits, passerait aux yeux de MERTACEL pour un acte terroriste, ces derniers accordant très peu de valeurs à tout ce qui n'est pas Tekhan, et donc encore moins à des morts.

Finalement, le trio arriva dans la salle de soin intensif, où une Novaquienne était profondément endormie, maintenue artificiellement en vie. Toutefois, elle n'était pas seule dans cette pièce car, via Aiden, Jodie put voir deux jeunes esprit à proximité, sans doute des enfants morts qui restaient aux cotés de leur mère.

- Je persiste à penser que tu peux être d’un grand secours pour nous, Jodie... Pour la société. Montre-moi ce à quoi cette femme pense, ce qu’elle ressent... Essaie de rentrer en communication avec elle.

- Cette femme... Est ce qu'elle avait des enfants ? Je demande, parce qu'il y'en a deux qui semblent rester auprès d'elle...


L'adolescente n'en dit pas plus, et se contenta de s'assoir sur une chaise, les mains jointes sur la main gauche de la patiente, et ferma les yeux.

« A toi de jouer Aiden »

Il ne se passa rien durant quelques secondes puis, brusquement, Jodie r'ouvrit les yeux, qui se révulsèrent lorsqu'elle bascula la tête en arrière, son nez saignant alors très légèrement. Ce que vit Jodie dans sa vision, fut l'accident qui couta la vie à ses deux enfants et pratiquement la sienne. Puis, ce fut celle de cette même femme qui s'occupait de ces dernier, les emmenants à l'école, la première dispute d'ado, etc, avant que la jeune fille ne revienne à elle, légèrement désorientée. Il lui fallut d'ailleurs un moment avant de se rendre compte qu'elle pleurait.

- Cette femme... Je pense qu'elle est traumatisée par la mort de ses enfants... Et elle ne se réveillera pas tant qu'elle n'admettra leur mort...
Journalisée

Milwën Novac
Humain(e)
-

Messages: 154



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Février 22, 2014, 03:34:20 »

*Je n’aime pas ça, songeait Keenan en voyant Jodie attraper la main de la femme, ça peut être dangereux...*

Le major savait que ce genre d’exercices pouvait être très éprouvant pour Jodie. On ne rentrait pas dans l’esprit des autres comme dans un moulin, surtout quand il s’agissait d’une femme gravement accidentée. Kyras répondit à sa question en lui indiquant que la femme avait perdu ses deux enfants durant l’accident, des jumelles. Keenan était nerveuse. Elle craignait que Jodie ne fasse une crise, qu’elle perde le contrôle d’Aiden. Si un tel scénario arrivait, Keenan n’aurait pas les moyens de contrôler Aiden, ni de protéger Jodie, ni les autres membres présents ici. Elle était donc nerveuse, et Jodie vint poser sa main sur celle de la femme, avant de se concentrer. Il s’écoula quelques secondes, avant que Jodie ne se mette à se révulser. Basculant sa tête en arrière, elle écarquilla les yeux, et Keenan sentit son cœur bondir dans sa poitrine. Elle vit le nez de Jodie saigner, et comprit que son cerveau devait être en ébullition.

Jodie revint à elle, en pleurant, et Keenan se rapprocha d’elle.

« Cette femme... Je pense qu'elle est traumatisée par la mort de ses enfants... Et elle ne se réveillera pas tant qu'elle n'admettra leur mort... »

Keenan posa alors ses mains sur les épaules de Jodie.

« Ça suffit, maintenant. »

Kyras fronça les sourcils.

« De quoi est-ce que vous vous occupez ? Le test n’est pas encore...
 -  Je suis en charge de la sécurité, Docteur Kyras ! Et, à moins que je ne m’abuse, Jodie est en train de saigner. En vertu du règlement...
 -  Ça va, ça va, je connais la rengaine... »

Keenan poursuivit malgré tout :

« ...J’ai le pouvoir de mettre fin à tout programme, ou tout test, dès lors que ledit programme, ou ledit test, constitue une atteinte à la sécurité, atteinte qui me semble caractérisée, dès lors que l’intégrité physique des personne est...
 -  Je vous ai dit que j’ai compris ! »

Le major se tut pendant quelques secondes. Ses mains étaient toujours posées sur les épaules de Jodie, en signe de protection. Kyras soupira à nouveau, puis se rapprocha de Jodie, s’asseyant sur une chaise, à côté d’elle.

« Autant te le dire, Jodie, la décision finale ne m’appartient pas, mais je suis pour la poursuite de ce projet. Il est regrettable que les humains soient tellement obsédés par l’argent, et par la rentabilité. L’étude des esprits, des réactions spirituelles après la mort, de la conséquence de la mort du corps sur la survivance de l’esprit... Ils ne se rendent pas compte de ce que nous accomplissons ici, ces maudits actionnaires... »

Kyras n’eut pas l’occasion d’en dire plus, car, de sa propre autorité, Keenan décida d’aller à l’infirmerie. Comme les femmes étaient dans le complexe médical, Keenan et Jodie n’eurent pas à marcher trop longtemps, et Keenan tenait Jodie par la main. On pouvait ainsi deviner une poigne ferme, et une allure déterminée. Une militaire, après tout. Elles se rendirent dans l’infirmerie, comprenant plusieurs lits de repos, chacun disposant de tout un bloc médical relié à ce dernier. Elle invita Jodie à s’asseoir sur un lit. Si Keenan l’avait fait venir ici, c’était surtout pour que les deux femmes soient seules.

« Je... Je voulais te parler de quelque chose, Jodie. J’y réfléchis depuis longtemps, tu sais... »

Le major se massa l’arrière de la tête, nerveuse, presque gênée, ce qui était suffisamment rare pour qu’on daigne au moins se poser des questions. Elle se mordilla les lèvres, évitant de croiser le regard de Jodie pendant quelques secondes, puis finit par se lâcher :

« D’ici un peu plus d’une semaine, tu auras un entretien avec la Baronne, un entretien qui décidera de ton sort à Novac. Et il y a de fortes chances pour que tu sortes d’ici... Je... je te propose de t’héberger chez moi... Provisoirement, en tout cas... Juste le temps de... De t’aider... »

Tout en faisant cette proposition, Keenan s’était assise sur un lit, en face de Jodie. Le major se frictionna maladroitement les mains, avant de reprendre :

« Je... Je sais que tu n’as pas eu une vie facile, Jodie, et que ce que tu vis est injuste... Si ça ne tenait qu’à moi, il y aurait bien longtemps que je t’aurais fait sortir d’ici. Alors, si tu as l’occasion de sortir, j’aimerais... C’est un peu idiot de le dire, je le sais, mais... Enfin... J’aimerais essayer de rattraper le passé... Car, et tu peux me croire, Jodie, tu es encore suffisamment jeune pour avoir le droit de t’amuser. Tu as un visage fait pour sourire, pas pour afficher une tête d’enterrement à chaque fois que tu me vois. »

Keenan se mit à sourire, comme pour souligner qu’elle était en train de plaisanter.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Jodie Holmes
Humain(e)
-

Messages: 20


Projet I-M_056


Voir le profil
Fiche
« Répondre #13 le: Février 25, 2014, 02:59:23 »

De son propre aveu, Jodie ne se sentait pas très bien. Bien que connaissant le processus pour ce genre de chose, elle n'était pas encore habituée à pénétrer les esprits, et se sentait assez faible. Heureusement, des mains vinrent la soutenir et lui éviter de chuter de sa chaise.

-  Ça suffit, maintenant.

- De quoi est-ce que vous vous occupez ? Le test n’est pas encore...

- Je suis en charge de la sécurité, Docteur Kyras ! Et, à moins que... propose de t’héberger chez moi... Provisoirement, en tout cas... Juste le temps de... De t’aider...


Jodie cligna des yeux, surprise, constatant qu'elle était à présent assise sur un lit et que Kyras avait disparut. Un peu égarée, la jeune fille se rendit compte qu'elle venait de faire un black-out, un blanc de plusieurs minutes dont elle n'avait pas le moindre souvenir. Impossible pour elle de dire ce qui avait pu se passer ou ce qui s'était dit entre temps, ni même depuis combien de temps elle pouvait se trouver dans cette infirmerie. A défaut, elle préféra écouter ce que lui disait Keenan. Ça avait l'air important.

- Je... Je sais que tu n’as pas eu une vie facile, Jodie, et que ce que tu vis est injuste... Si ça ne tenait qu’à moi, il y aurait bien longtemps que je t’aurais fait sortir d’ici. Alors, si tu as l’occasion de sortir, j’aimerais... C’est un peu idiot de le dire, je le sais, mais... Enfin... J’aimerais essayer de rattraper le passé... Car, et tu peux me croire, Jodie, tu es encore suffisamment jeune pour avoir le droit de t’amuser. Tu as un visage fait pour sourire, pas pour afficher une tête d’enterrement à chaque fois que tu me vois.

Malgré son sourire, Jodie resta neutre, analysant ses paroles, avant d'y répondre, sur un ton neutre et faible, fatigué.

- C'est difficile de sourire, lorsqu'on vagabonde toutes les nuits dans l'inframonde...

C'était une dure réalité à laquelle la jeune fille s'était habituée. Elle côtoyait la mort et la souffrance depuis si longtemps qu'elle avait perdue la joie de vivre depuis plusieurs années déjà. C'était triste à dire, mais Jodie connaissait d'avantage l'au-delà que le monde extérieur. Et les scientifiques, loin de vouloir la rassurer, lui avaient à la place demandées des détails et moult descriptions sur cet étrange plan. A force de la côtoyer depuis tant d'années, Jodie n'avait plus peur de la mort et de ce qu'il pouvait y avoir de l'autre coté du voile.

- Et puis... J'aimerais avoir des nouvelles de mes mères aussi... Je n'en ai plus eu depuis mon arrivée ici...

Soit plusieurs années déjà. Inutile de lui annoncer que ses mères étaient mortes, Jodie l'aurait sue en arpentant l'autre plan dans ses rêves. Pour elle, il était évidant qu'on empêchait ses mères de venir la voir, soit pour ne pas perturber les recherches, soit pour pouvoir l'étudier aussi longtemps que possible. Et si ce n'était pas le cas, alors elles ne pouvaient qu'être enfermées en cellule ou pire, prisonnières des Formiens...
« Dernière édition: Février 25, 2014, 03:05:27 par Jodie Holmes » Journalisée

Milwën Novac
Humain(e)
-

Messages: 154



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Février 26, 2014, 02:51:18 »

Voir Jodie ainsi attristait sincèrement Keenan. Elle avait eu un blanc, résultant de son séjour dans l’esprit de la femme accidentée. Des comas qui étaient souvent fréquents, et qui amenaient Jodie à oublier ce qui lui arrivait, se réveillant généralement dans un lit d’hôpital, patraque. Le major se pinça les lèvres, en pleine réflexion. Elle était suffisamment maternelle pour savoir ce qui tracassait réellement Jodie, et sa question la plaça dans une impasse :

« Et puis... J'aimerais avoir des nouvelles de mes mères aussi... Je n'en ai plus eu depuis mon arrivée ici... »

Keenan récita de croiser le regard de Jodie, pour qu’elle ne lise pas ce que cette dernière savait. Le docteur Kyras, ainsi que les autres scientifiques du projet, avaient estimé, compte tenu de l’instabilité émotionnelle prononcée de Jodie, de ne pas lui dire ce qui était arrivé. L’argument officiel, qu’on ressortait à chaque fois à Jodie quand elle insistait, était que ses mères attendaient, quelque part. Cependant, Jodie n’était pas dupe, et Keenan savait qu’elle ne pouvait pas sortir cette excuse. Jodie ne le croirait pas, et, surtout, elle en déduirait certainement que Keenan était comme les autres : une menteuse, quelqu’un qui voulait juste profiter d’elle. Aucun ordre formel n’interdisait au major d’en parler, simplement les recommandations de Kyras, mais les recommandations du docteur Kyras ne s’imposaient pas à elle. Cependant, Keenan savait aussi que les inquiétudes de l’elfe étaient fondées.

Elle hésita donc, mordillant sa langue, se pinçant les lèvres.

« Tu as raison, Jodie... Tu as totalement raison… »

Keenan se frictionna maladroitement les mains. Keenan était convaincue que, si Jodie avait pu revoir ses mères, tout aurait été différent. Elle n’était rien de plus qu’une jeune fille abandonnée par ses parents... Or, pour un enfant, il n’y avait rien de pire que ça : l’abandon, la solitude, le sentiment de ne compter pour personne.

« Théoriquement, je ne devrais pas t’en parler, et ça rendra sans doute le docteur Kyras furieuse... Mais je crois que tu as le droit de savoir. Si ça n’avait tenu qu’à moi, nous te l’aurions dit il y des années, mais Kyras craignait que ceci ne perturbe ta formation, le programme... »

Le major secoua lentement la tête, pour montrer à quel point elle-même trouvait cette raison absurde. Elle se releva alors.

« Suis-moi, Jodie, je te prie... Je crois qu’il vaut mieux que je te le montre. »

Keenan sortit de l’infirmerie, le pas lourd. Ce qu’elle faisait pouvait lui valoir sa carrière, et avoir des conséquences dramatiques. Elle était comme une sorte de funambule, suspendue au-dessus d’un fil invisible, risquant à chaque instant d’en tomber. Elle avait envie de faire confiance à Jodie, mais cette dernière renfermait tellement de haine, tellement de frustration... Kyras l’avait senti, et elle avait toujours eu peur de la colère incontrôlable des hommes, de leurs accès de rage... Elle avait eu peur que, si Jodie n’apprenne ce qui était arrivé à ses parents, elle n’entre dans une rage folle. Cependant, elle avait aussi droit à la vérité.

*Au moins, ce sera la seule bonne chose que j’aurais réussi à faire avec toi...*

Le duo quitta le bâtiment médical, pour rejoindre une zone que Jodie n’avait pas eu l’occasion de voir très souvent : le centre de sécurité. Jodie n’y avait pas accès, pas plus que Kyras, le docteur ne pouvant guère y aller que dans certaines parties. Keenan, cependant, était major, et disposait donc d’un passe. Il y avait des couloirs bleus métalliques, sombres, avec des femmes armées ou en uniforme, qui saluaient le major.

« Viens, c’est par ici. »

Keenan grimpa à l’étage, atteignant les bureaux, et rentra tout simplement dans son bureau. Il y avait un grand bureau, une belle baie vitrée, et plusieurs images animées sur les murs. Le principe aurait pu faire penser aux fameuses images vivantes d’Harry Potter, mais Keenan n’avait jamais entendu parler de J.K. Rowling. Il s’agissait juste d’un cadre numérique affichant une série de photographies prises ensemble, permettant essentiellement de voir Keenan et sa femme, ainsi que leur fille. Keenan invita Jodie à s’asseoir, puis ouvrit son placard, et en sortit rapidement un petit disque translucide, d’une pochette transparente, et le glissa dans le lecteur optique de son ordinateur, avant d’allumer un rétroprojecteur.

« Bien... Tes mères ne sont pas mortes, Jodie, mais ça, tu dois déjà le savoir, car je pense que tu l’aurais senti. Et, si elles ne sont pas venues te voir, ce n’est pas parce que nous avons refusé leur visite, comme Kyras te l’a si souvent répété. La vérité... »

Keenan soupira lentement.

« Peu après t’avoir déposé ici, tes mères ont toutes les deux choisi de faire un séjour dans un petit camp de vacances, sur une île paradisiaque. Crois-moi, elles n’avaient pas accepté de gaieté de cœur l’idée que tu leur sois séparée, et envisageaient même de saisir la justice. »

Keenan était arrivée trop loin pour faire demi-tour. Elle n’avait plus qu’à appuyer sur un bouton. Elle ferma les yeux, se pinçant les lèvres.

« Tes mères ont été attaquées, Jodie... L’île sur laquelle elles sont venus se reposer a été... »

Sa voix se cassa, et Keenan soupira.

« Je suis désolée, Jodie... Nous aurions du te le dire... »

Keenan soupira un coup, puis appuya sur le bouton. Il montra une image d’archive militaire, montrant le survol de l’île. Des indications en bas à droite de l’image permettaient de dater le film : il y a neuf ans, à quelques mois près. On voyait une île, recouverte par une sorte de mousse formienne, d’excroissances recouvrant toute l’île.

« Les soldates ont réussi à reprendre l’île, mais toutes les femmes avaient disparu, les Formiens n’ayant laissé derrière eux que les cadavres d’hommes. Tes mères sont probablement toujours en vie, vu que tu ne les as pas senties mourir... Kyras ne voulait pas le dire avant que tu ne sois prête... Elles ont été les premières à être capturées par un nouveau type d’Annexien... Une Annexienne qui était des nôtres, auparavant, avant de tomber entre les mains de l’ennemi, et qui a capturé tes mères. »

Inutile d’en dire plus, Jodie savait sûrement ce qui arrivait aux femmes qui étaient capturées par les Formiens. Des esclaves sexuelles, violées continuellement, brisées, maltraitées, obligées de pondre d’abominables Formiens, jusqu’à oublier leur propre identité. Certaines avaient pu être récupérées par les Tekhanes, mais même les nanomachines novaquiennes n’étaient pas suffisantes pour effacer le blocage que ces femmes subissaient, et qui étaient obligées de vivre perpétuellement en assistance médicale pour ne pas mourir, dans un état catatonique.

Keenan n’osait plus rien dire, craignant de devoir affronter une véritable tempête.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags: novac  
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox