banniere
 
  Nouvelles:
Pour la promotion du forum, pensez à voter régulièrement pour nous si vous avez un peu de temps.
Merci ! ♥





Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Nok nok. Who's there? [Solo-Indigo Tribe]  (Lu 350 fois)
Amser
Terranide
-

Messages: 353


"Le Gris" "Le fils de Forgenoire" "Le Forgeron"


Voir le profil
Fiche
« le: Novembre 27, 2013, 10:22:21 »

Dans ce monde, certaines personnes ne rêvaient pas ou comme d'autres, étaient du genre à rêver de rêver. Une sorte de boucle sans fin ridicule qui les consolaient lorsqu'aucun songe ne voulait les caresser au point même qu'aucune envie particulière ne naissait dans leurs cœurs blessés par l'absence cruelle. Cette histoire est celle d'un forgeron nommé Amser, un homme qui voulait avoir des envies et des visions comme n'importe laquelle des personnes qu'il avait croisé au cours de son errance à travers un univers qui l'entourait et qu'il ne comprenait toujours pas et qu'il ne comprendrait probablement jamais.

Le seigneur du terranide était un des maîtres de l'Olympe, le puissant dieu Lanos qui régnait sur bien des choses allant du début à la fin, possédant toutes les clés de toutes les portes et qui avait le mérite d'être cité avant les autres divinités du panthéon de par sa place dans la hiérarchie. Adulé tout spécialement dans la pays d'Ispolin d'où était originaire le forgeron, l'entité à deux têtes le suivait partout où il allait et lui offrait toutes les possibilités, ne le forçant jamais à aller dans une direction comme pour dire qu'aucun chemin n'était le bon. C'était là une particularité des suivants de Lanos. Généralement, ils n'étaient ni bons ni méchants, ils étaient juste là pour équilibrer les situations et non en être l'origine ou même la fin et c'était probablement pour ça que la vie d'Amser n'avait pas connue de naissance et ne connaîtrait probablement jamais de mort. Ici, l'histoire d'un homme ni ange ni démon, se confondant avec les mortels et qui allait confier ici juste une partie de son récit, sans en donner le véritable départ et sans l'achever car comme les Runes sur lesquels il régnait, l’interprétation primait sur une vérité établie. Qui était le Bon, la Brute ou encore le Truand ? C'était aux spectateurs silencieux de la décider.

...

Ce lambeau de conte se situait dans la région de Tekhos, terres que le forgeron n'avait pas l'habitude de visiter à cause du peu d'intérêt qu'il y trouvait. L'endroit était généralement calme malgré la superficie d'un continent grâce à la Prison d'Eternum mais parce qu'en cours de chemin, une gamine lui avait demandé de s'y rendre, le terranide l'avait fait. Arrivé avec une tenue un peu plus adaptée à la zone qui se contentait de lui coller légèrement le corps et de lui procurer un fourreau pour son épée runique ainsi qu'une cape couleur sang, Amser était prêt à voire ce que les dieux lui avaient réservés cette fois dans leurs jeux cruels et seuls eux savaient duquel il s'agissait, laissant le monstre dans l'incertitude du moment bien que comme à son habitude, lui souriait et relativisait sa situation qu'on pouvait malgré tout qualifier d’embarrassante, à mille lieux de sa destination de départ, sans savoir quoi faire.

« - Alors, seigneur Lanos. Que veut le Ciel aujourd'hui ? »

Yeux rivés sur le ciel légèrement couvert, le regard rempli d'intelligence du terranide se plissait, attendant une réponse de la part de son souverain qui restait muet à sa demande. Comment interpréter cela ? Oui, c'était une part intégrante du jeu et Amser devait se plier aux règles, ce qui incluait de n'avoir aucune aide et cela peu importe la provenance. Il était seul et celui à qui il fallait porter secours, ce n'était pas lui, comme à l'habitude. Qui sauverait un parasite de sa sorte ?

Mais la pensée ne peinait pas le forgeron qui se contentait de soupirer en reprenant sa marche au hasard, allant juste dans le sens du vent en espérant trouver quelque chose qui lui indiquerait ce qu'il faisait ici. L'indice n'était pas un objet, mais bel et bien une personne qui ne devait pas connaître sa nature vue sa manière d'approcher en agitant les bras, paniqué par un inconnu qu'Amser ne voyait pas mais cherchait déjà du regard, curieux comme à son habitude alors que le peureux arrivait à son niveau.

« - Vous ! Venez avec moi avant qu'il ne vous attrape ! »

Un criminel non arrêté ? C'était curieux. Et ils étaient assez loin de la fourmilière pour penser qu'il ne s'agissait pas d'un alien alors qu'est-ce que son homologue fuyait comme ça ? Une petite tape sur l'épaule rassurait un peu l'humain qui restait déboussolé par cette réaction si simple de la part du titan qui le dépassait sur le côté en le saluant de la main une fois à quelques mètres pour lui dire au revoir. Amser ne partait pas du tout dans le bon côté, il allait même vers le danger et cette pensée laissait perplexe l'indigène qui se disait alors que le forgeron devait être un idiot heureux ou bien alors un suicidaire. Ne le prenait-il donc pas au sérieux ?

« - Écoutez moi, étranger ! Ce n'est pas une plaisanterie !
- Je sais mais une gamine a de la peine pour les gens ici. »


Encore une raison d'être surpris et de considérer Amser comme un imbécile. Mais si c'était le cas, pourquoi l'individu se mettait-il à le suivre bien qu'il transpirait de peur ? Probablement l'assurance du terranide qui l'aidait à se sentir en sécurité et la compagnie qui lui faisait dire qu'il serait à l'abri avec un bouclier vivant de si grande taille. Maintenant qu'il y pensait, c'était vrai que le terrain était étrange, trop plat avec des bouts de fer fumants un peu partout sur un sol aplani. Qu'est-ce qu'il pouvait s'être passé ici ? Une explosion d'une usine ? Ça y ressemblait mais la magie que le terranide respirait ne ressemblait pas à ce qu'il connaissait de Tekhos et ne le faisait pas plus penser au météore dont il avait analysé des échantillons dans un passé pas si lointain. C'était tout à fait différent, comme une essence vivante qui pulsait encore sur chaque particule de terre retournée et brûlée des environs. Pas un sort de destruction, ni même de modification, mais juste un sentiment qui remontait doucement dans la tête du monstre qui réalisait alors que ses yeux percevaient ce concept comme une chose réelle et palpable.

« - Vous le sentez vous aussi, n'est-ce pas ?
- Partons d'ici, je ne me sens vraiment pas à l'aise...
- La Peur. Toute la zone pue la Peur. C'est une magie que je n'ai jamais perçu sous cette forme. Avez-vous fait des tests ici récemment sur quelque chose pouvant avoir un rapport ? »


Un 'Oui' aurait suffit mais visiblement, la question n'était pas aussi rhétorique que ce qu'Amser avait cru au départ. Le tekhosien le dévisageait, comme s'il venait de dire une plaisanterie de mauvais goût et lui indiquait le ciel de l'index pour qu'il remarque. Remarquer quoi ? ... Le ciel était divisé en petites ondes circulaires, dessinant comme un dôme autour d'une zone immense et cette réalité faisait écarquiller les yeux du suivant de Lanos qui espérait avoir des hallucinations à cause de la fatigue et de la faim mais ce n'était pas le cas. Même la nue pleurait de la peur qui montait du sol et le sentiment devenait une cage compacte autour des muscles puissants d'un homme qui réalisait que, peut-être, son immortel était menacée de très près à l'instant même. Mais comment ? Pourquoi ? Était-ce un piège ? Tout ce qu'il savait maintenant, c'était qu'il n'était pas sur le continent qu'il pensait mais dans une sorte de sous-dimension, une réalité alternative créée par quelqu'un ou quelque chose et c'était cette anomalie-même qui l'avait attirée ici mais il ne l'avait pas remarqué ou du moins s'il l'avait fait, c'était déjà trop tard pour faire marche arrière pour lui et pour les autres qui avaient dû se retrouver à sa place...

L'individu derrière lui qui avait retrouvé courage un instant plus tôt commençait à pleurer, effondré de voire que les faibles chances qui leur restaient disparaissaient une par une. Amser avait envie de faire de même, de se mettre à genoux et de maudire ses dieux mais il ne pouvait pas car il se rendait bien compte que son comportement était étrange, comme manipulé par une entité qui se plaisait à faire souffrir les gens qui s'ignoraient sur ces terres. Des pleurs, il y en avait partout et seul lui les entendait ?! A une centaine de mètre, une fillette qui hurlait et une mère qui se frottait les bras pour s'apporter du réconfort, oubliant jusqu'à sa progéniture. La peur inondait les cœurs et elle était la seule chose qui existait et motivait les gens qui étaient ainsi la cause du désastre dans la région. Ce n'était pas la magie la coupable, elle les avait juste poussés à tout renverser pour trouver un abri que les tekhosiens avaient démoli ensuite par crainte que ce dernier ne s'écroule sur eux.

Contrôlez vous, réveillez vous. Putain...

Amser semblait le seul à tenir, parce que Lanos lui avait donné le choix d'être apeuré ou non et avec cette force, le terranide commençait à secouer les trois personnes qu'il avait sous la main avec force, giflant même la mère de l'enfant et l'homme qui l'accompagnait à nombreuses reprises jusqu'à reprendre consistance à leurs yeux. Même s'il était devenu ainsi la source de leurs peurs, ils étaient revenus à eux et prenaient conscience de ce qui les entourait, comme s'ils avaient été dans un cauchemar en étant incapable de se réveiller. Le petit groupe pouvait se rassurer et fonctionner ainsi en autonomie mais le forgeron restait pour avoir un œil sur eux et pour avoir une présence proche de lui, effrayé par l'idée de se retrouver seul dans ce dessert gouverné par un seul sentiment.

Il y avait un fait intéressant. Après leurs éveils, les humains avaient relâché une petite flamme jaune qui fuyait vers le haut, agitant le ciel d'un bref orage qui devait sûrement fonctionné comme une géolocalisation. La preuve qu'un être intelligent était derrière tout cela et non pas un phénomène naturel comme quelques fois la pleine lune pouvait influencer les comportements en rendant des hommes violents. Là, c'était tout simplement différent et la réflexion recouvrait la boule dans la gorge du terranide qui se plongeait dans la méditation, se demandant comment il pouvait rétablir la situation tout en protégeant les tekhosiens derrière lui. C'était difficile mais l'idée simple de les protéger aidait Amser à enchaîner les pas vers le centre de la cloche que représentait la prison spatiale. Là était la source de tous les maux.

Ceux-ci étaient trop puissants pour des gens non protégés contre ce genre de sort et Amser s'en rendait compte probablement trop tard. Si la petite fille était la première à partir en courant, le monstre avait forcé les deux adultes à le suivre pour l'aider à faire front commun contre la menace mais c'était arrogant et stupide, surtout égoïste vu qu'il se rendait vite compte qu'il n'avait fait ça que pour être accompagné, comme un enfant ayant peur du noir et étant égaré en pleine nuit avec des amis encore plus trouillards que lui. La femme tombait la première, ses pleurs devenant sourds tellement elle avait déjà donner et l'homme quant à lui s'attaquait juste à Amser pour se libérer de son joug mais ses nerfs craquaient à mi-chemin, lui aussi piquant du nez pour rejoindre brutalement le sol, écrasé par un sentiment qui émanait de lui-même, plus puissant encore qu'auparavant.

Ils étaient enfin arrivés à la source mais Amser était seul, tout seul, et son âme se remplissait d'effroi lorsqu'une masse gigantesque s'écrasait juste en face de lui. C'était là un dragon colossal fait d'or et au sourire carnassier, sourire qui paraissait une antre directe pour l'Enfer lorsque le terranide y risquait son regard légèrement humide des sueurs froides qui coulaient également dans son dos et sur l'ensemble de son corps tremblotant. Lui qui était si fier d'être un cauchemar était au fond du gouffre, avait l'impression de se noyer face à la créature qui riait, comme un chat ayant trouvé sa souris après un jeu trop long.

« - In blackest day, in brightest night,
    Beware your fears made into light
    Let those who try to stop what's right,
    Burn like his power... Sinestro's might! 
»


Au premier coup, Amser espérait être mort car la Peur elle-même avait remplacée ses os si solides et ses muscles si puissants par la poussière. Même sa regénération pourtant si utile se faisait timide et le laissait en sang au sol, le monstre d'Ispolin se mettant en boule pour protéger son visage et ses oreilles, tremblant et sanglotant légèrement, retenant quelque fois sa respiration misérablement bien qu'il ne pouvait pas mourir d'un manque d'oxygène. Il voulait juste mourir, pour être libéré de ce monde qui le faisait peur et même en fermant les paupières, le cauchemar restait. Les humains qu'il connaissait étaient autour de lui, riaient de son sort tout en lui lançant des regards haineux parce qu'il lui était arrivé de se nourrir de leurs frères. Il y avait bien entendu des représentants d'autres races qui, bien qu'épargnés par le terranide, le détestaient cordialement en chuchotant entre eux. Tellement de langues différentes raisonnaient dans la tête du monstre qui les comprenait à son grand dam, découvrant ce qui se disait sur son dos lorsqu'il quittait une région quelque fois en étant acclamé comme un héros. Autour de lui, un monde hypocrite qu'il ne voulait plus voire et surtout l'ombre de Forgenoire, le forgeron nain qui lui avait tout apprit, qui lui rappelait comme il était monstrueux et faible, indigne de tous les privilèges qu'il lui avait offert en le prenant comme élève et en le protégeant dans son atelier pendant de si longues années. Les dieux devaient bien rire de là où ils étaient, voire le titan en pleurs devait être un spectacle fort amusant et délicieux pour des entités alors que certains qu'Amser voyait avaient été pourfendus par ce même homme. Un mortel ne touche pas un dieu, c'était donc ça la leçon qu'on voulait lui mettre en tête par ces méthodes ?

« - Ne mourrez pas, monsieur, s'il-vous-plaît... »

Le dragon était concentré juste sur le terranide pour lui faire connaître le supplice et apparemment, les tekhosiens et autres prisonniers de la zone s'étaient réveillés. Dans son âme, Amser voyait la gamine qui avait fui, c'était elle qui les avait réveillé en son nom et même en dehors du dôme, il sentait les prières s'élevaient pour lui. Forgenoire était un être bon incapable de le détester, c'était quelqu'un qui lui avait tout pardonné. La petite humaine qui l'avait envoyé ici ne le craignait pas, Amser revoyait son regard qui le dévisageait comme s'il était un chevalier voire même un roi, aucune trace de haine ou de peur... En son sein, dans ce monde sombre et vide qui constituait les seuls songes du terranide, les ondes des larmes atteignant le sol se faisaient entendre et voire. On le voyait comme un martyr et un heureux idiot, mais quelqu'un de bien en qui des inconnus avaient confiance au point de le pleurer en devinant sa douleur.

« - Pitié, étranger, pardonnez moi. J'avais tellement peur et je n'ai rien pu faire...
- Tiens tiens tiens. Toujours en vie... Amser d'Ispolin, c'est bien ça, non ? »


Il était en vie et même si ses bras tremblaient encore un peu, il tenait son épée runique face à lui, coupant l'horizon de l'ennemi en deux avec un air de défi qui était recueilli par des rires graves qui le forçait à reculer. Pourquoi cette chose connaissait son nom ? C'était logique, le reptile était parvenu à utiliser ses souvenirs pour le faire plier alors probablement qu'il avait profiter pour prendre quelques informations intéressantes sur Amser qui se dressé maintenant comme un seul homme dont le poids du destin faisait légèrement flancher les jambes.

« - D'un rire trop fort, je peux t'enlever la tête. D'un coup de griffe, je peux percer tes deux cœurs. Et toi, que peux-tu faire avec ta relique sans tranchant brisée... ? »

C'était vrai, l'épée du terranide était liée à son propriétaire et toute la pression que ce dernier avait accumulé avait fissuré la lame. Encore une information gênante dévoilée et une raison de craindre le dragon qui souriait, soufflant légèrement sur le visage d'Amser qui couinait, fuyant quelques secondes avant de tourner talons et refaire face, obligeant même ses runes à s'activer sans leurs accords mais rien ne se passait...

« - Vous n'êtes pas sérieuses... Pas maintenant... Ispolin ... !
- Tu n'es pas dans ton monde, chien, tes précieuses amies t'ont abandonnées...
- Impossible ! Elles sont reliées à moi ! Tes petits jeux ne fonctionneront pas !
- Mais Amser. Tu es déjà mort. »


Un frisson, un horrible, un vrai, remontant le long des tentacules et des colonnes du mâle qui en avait mal au cœur. Une envie de vomir montait, sa tête tournait alors que les paroles de cette chose en face de lui semblaient trop vraies. Il était stupide de rester ici, il fallait juste fuir et trouver un abri... Non. Il fallait juste courir sans jamais s'arrêter, s'éloigner du cœur de la zone et laisser le dragon se nourrir de son essence, il sera un jour satisfait et partirait !

Encore des prières, encore et encore. Elles comblaient les faibles espaces libres de la tête d'Amser qui la secouait comme pour les dégager alors qu'elles parvenaient à gagner du terrain jusqu'à le laisser seul quelques secondes avec les demandes qui s'étaient encore multipliées. Ces voix n'étaient pas de ce monde, les dieux pleuraient ? Ou bien était-ce des mondes qu'il ne connaissait ? Aussi loin étaient ses sphères, elles l'atteignaient et dictaient l'histoire de l'individu devant lui. Les mains solidement ancrées sur la lame, le terranide pleurait de son sang pour solidifier sa lame et la présenter au dragon qui pour la première fois ne souriait pas. La forme de ses yeux multiples changeait, comme pour voire un détail qui lui aurait échappé et même s'il faisait un pas soudain vers le terranide qui semblait petit, ce dernier ne reculait pas et donnait un coup en face de lui pour le tenir en respect.

« - ... Aucun plan. Juste la tentative d'un homme désespéré. Lamentable ! »

Personne ne connaissait le nom du dragon, celui-ci faisait parti du début de l'histoire et comme expliqué plus haut, le commencement n'allait pas être expliqué. Tout ce qu'on savait sur ce passage était que l'être doré perdait un bout de doigt après avoir tenté de faucher son ennemi, à sa grande surprise. Ici, le récit d'un homme, un simple mortel, combattant un prétendu divin qui montrait à une de ses pattes épaisses un anneau jaune, lumineux, puissant et mortel. De la Peur à l'état pur.

« - C'est... Ce n'est pas ma tentative. J'ai fais le choix de tenter ma chance pour ceux qui ne l'ont pas fait avant moi, démon.
- Tu comptes être quoi avec tes pouvoirs insignifiants ? Un espoir pour mes sous-fifres ?
- Non ! ... Je vois leurs pleurs. Je ne veux pas qu'il sache que c'est moi qui t'ait tué... »


Tuer. Le mot surprenait autant la créature dorée que le terranide argenté qui jetait un regard bien trop froid à ce Yellow Lantern qui perdait l'espace d'un instant toute son assurance. Amser aussi était capable de s’immiscer dans les esprits et le dragon, trop plein d’orgueil, avait baissé sa garde trop longtemps car personne n'y était parvenu avant ce petit être devant lui qui l'enrageait. Bonne nouvelle pour le suivant de Sinistro cependant, Amser n'était pas un Blue Lantern, juste quelqu'un qui avait transcendé mais qui n'avait encore ni le pouvoir de lui faire face ni l'ambition nécessaire pour devenir sa faiblesse. Oui, il pouvait le tuer s'il en avait envie et il le ferait, sur le champ même !

Le problème avec la peur était l'adrénaline qu'elle faisait ressortir. Normalement, avec ce Corp, le taux était tellement haut que les victimes ne pouvaient plus rien faire mais Amser était capable de tenir debout et de tenir tête, surprenant. Pire encore, il se servait de l'adrénaline pour accélérer ses réflexes qui devenaient instincts, il se servait même de ça pour frapper plus fort grâce à l'envie de survivre couplé à l'envie de voire le dragon tomber. Ispolin ne tranchait pas mais frappait tout de même, pliant les écailles jusqu'à les faire sauter alors que le coupant de l'arme se dessinait en éclats fuyants lâchement le combat. Amser lui tenait en un seul morceau, ses plaies se refermaient plus rapidement que celles de l'adversaire qui avait également la même capacité et qui se contentait quelques fois de rouler sur le sol pour écraser le terranide qui bondissait alors sur son ventre pour frapper à un endroit stratégique. Effectivement, ayant déjà affronté des dragons, il savait que leurs ventres étaient leurs points faibles, c'était même là la raison de leurs grands trésors, les pièces métalliques volées, brutes ou fondues, se collaient à cet endroit avec le temps et créait une cuirasse qui était épluchée par ac-coups furieux.

Avec le temps, la prison créée par cette chose cédait, son pouvoir se concentrant sur son jouet qui se débattait comme un fou pour ne pas mourir et pour tenter de le blesser. Amser était une masse en sang alors que le dragon lui reprenait courage, riant de son cas alors que les saignements étaient plus limités. Le terranide avait frappé plus souvent mais les surfaces étaient différentes, les pouvoirs aussi. La guérison de l'un rattrapait celle de l'autre qui subissait périodiquement des tirs lumineux qui l'empêchaient de refermer ses plaies et le laissait à l'agonie jusqu'à ce que le sort soit brisé et l'épuisement arrivant, Amser n'avait plus la force de refermer les traces de coup lorsqu'enfin on lui laissait l'ouverture de le faire.

« - Ne me mens pas, petit terranide. Tu es mort de peur.
- Oui, mais c'est bon...
- Comment ça ?
- Combattre avec la peur au ventre est bon. C'est ma punition.
- Bordel de m-...
- Je vois tes pleurs, dragon. Ne me mens pas... »


Ce n'était pas un mensonge pour impressionner. Amser comprenait doucement la peur qui l'avait envahi et la douleur l'aidait à ne pas se laisser submerger, le dragon lui était entier et seul, sans que personne ne prie pour lui et bien qu’immensément plus fort que le terranide, ses paroles lui donnaient l'impression du parfait contraire. Il avait l'impression d'être en face d'un titan gigantesque, puissant, invulnérable et prêt à le manger, lui qui avait effrayé des mondes et des mondes avec tant de facilité. C'était la goûte qui faisait déborder le vase et le Yellow Lantern se laissait submerger, hurlant bien vite pour tenter d'éloigner Amser qui enfonçait ses pieds au sol pour ne pas bouger, finissant sur un genou après la vague de vent qui l'avait un peu nettoyé de l'hémoglobine qui était devenu son principal vêtement. Le problème avec lui ? C'était un parasite, il tenait bien les situations extrêmes et les seuls points faibles, ceux que le dragon avait évoqués plus tôt, avaient été oubliés dans la précipitation.

Le terranide et le reptile finissaient leur combat dans les airs. Bien entendu, ce n'était pas le forgeron qui l'avait tiré là haut mais bien la créature qui lui hurlait dessus pour le faire frisonner, voulant le faire geler en l'apportant à un endroit où il serait incapable de tenir la pression ambiante en même temps. Collé au museau imposant à cause de l'accélération, Amser contrôlait son souffle, sentant vite les cristaux se former sur sa peau qui lui indiquait cette présence par des petits pincements incontrôlables mais il était calme, patient. Il ne fallait pas être si négatif, il y avait du bon là-dedans, une superbe vue aérienne au loin et aussi la vision d'une espèce pouvant survivre dans un milieu aussi hostile que celui-ci. Ça le faisait même sourire...

« - Tu as aussi oublié que je résistais à ce genre d'attaque...
- Toi... Espèce de parasite ! »


Après une longue montée, la chute promettait d'être terrible et c'était ça qui s’amorçait. Amser rejoignait le sol alors que le dragon le poursuivait pour l'enchaîner et l'accélérer, pour être sûr qu'il se prenne un choc auquel lui-même ne pourrait survivre et ainsi, au dernier moment, le Yellow Lantern allait s'écarter pour le laisser partir dans l'autre monde seul mais la course était difficile et son plan facile. Le terranide ne tentait pas de se ralentir, il s'encourageait même à plonger plus vite en fuyant les coups, narguant la bête qui se mettait à vouloir une seule chose : le frapper au moins une fois, même s'il devait toucher le sol avec lui. Tant pis le plan, il n'aurait pas satisfaction avec une mort si subite et pas assez douloureuse à son goût.

Amser continuait son cirque avec son petit sourire, insultant le reptile qui s'énervait de plus en plus et dans son esprit si sombre, il rêvait pour la première fois. Les demandes étaient encore là, le suppliant et lui leur répondait par des mots réconfortants, avouant que cela allait prendre fin et que si lui disparaissait, il ne serait pas seul. C'était typique des suivants de Lanos ce genre de martyr, ne pas avoir peur de la mort et juste offrir sa vie pour diriger le destin vers un autre chemin, plus adapté. Un chemin plus calme pour les tekhosiens de la zone dont Amser entendait les hurlements, souriant d'une manière tendre, désolé sur le coup.

« - Vous avez la capacité de ressentir une grande compassion... »

Encore une voix ? Celle-ci était un peu monotone mais agréable et Amser prenait même la peine de regarder le ciel qui s'était dégagé pour voire d'où ça pouvait venir. De ce monstre sur le point de se faire exploser avec lui ? Non. Juste un anneau qui brillait pour se faire remarquer. La trajectoire n'était pas très naturelle, il semblait slalomer pour atteindre le terranide sans toucher le Yellow Lantern et la cible tendait la main pour l'intercepter. C'était une étrange sensation mais avait-il réellement le choix ? Si cette chose était une sorte de balle, ça pouvait le tuer avant qu'il n'atteigne le sol et son plan servirait à rien. De plus, la tristesse des pleurs qui comblait les deux cœurs du forgeron forçait ce dernier à accepter ce nouvel élément. Au fond, c'était son choix à lui.

« - ... Bienvenu dans la tribu Indigo. »

Tor lorek san, bor nakka mur,
Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur,
Taan lek lek nok-Formorrow Sur!
Journalisée


Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox