banniere
 
  Nouvelles:
Une nouvelle édition de la Gazette LGJ est disponible !

Vous pouvez y accéder ici.



De nouvelles lois européennes rentrent en vigueur, informez vous ICI.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2]
  Imprimer  
Auteur Sujet: De Charybde en Scylla [Roxane de Vissec]  (Lu 3123 fois)
Roxane de Vissec
Créature
-

Messages: 72


La Dévoreuse


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #15 le: Juin 16, 2016, 04:54:45 »

Le beau guerrier se donnait beaucoup de mal et ça se sentait. Il avait de la fougue et de la volonté à revendre. Le sexe avait toujours été quelque chose d'extrêmement puissant, au point de perdre les hommes en les privant de leur bon sens. Il était alors facile de baisser leur garde et de leur prendre ce dont elle avait besoin. Ils fonçaient tous tête baissée. Même ce grand et fringuant ténébreux qui avait pourtant clairement compris qu'elle n'était pas ce qu'elle prétendait être.
L'homme la baisait avec ferveur, avec l'envie de l'entendre hurler son plaisir et il n'avait pas à être déçu ! Roxane prenait carrément son pied ! L'énergie qu'il mettait à se priver de sa jouissance et à la faire grimper au rideau était pour elle incroyablement délicieux et elle n'était pas loin de l'extase elle non plus !

Ce sexe qui la pourfendait, ce doigt enfoncé dans son cul c'était... grisant ! Incroyablement délicieux ! Et son tour de magie avait fait son petit effet, forçant l'homme à forcer le passage et multipliant les sensations. Roxane gémissait de plaisir, à la fois désireuse que cela s'éternise et avide de recevoir sa semence. Sa nourriture en quelque sorte, bien que cela ne se passe pas vraiment comme on peut l'imaginer. C'était plus compliqué que ça.

Le guerrier grognait et transpirait sous l'effort, arrivant sans doute à ses limites. En fait, il était bel et bien sur le point de jouir. Mais Roxane n'en avait pas finit avec ses petits tours pervers. Avec un sourire narquois et tandis que l'homme arrivait en fin de course, Roxane activa sa magie de plus belle, l'empêchant clairement de se déverser en elle.

* Oh non, mon mignon, encore un peu... *

Elle se plaisait à le torturer ainsi et apprécia d'autant plus la chose lorsqu'elle pu lire la frustration sur son visage. Il la gifla, ayant bien comprit qu'elle était la source de cette souffrance. La belle ne s'en formalisa pas, ricanant même entre plusieurs gémissements. Cahir continua de la prendre, plus violemment encore, sauvagement même. Roxane poussa des cris de plaisir et sourit de plus belle lorsqu'il la supplia, ou l'ordonna, de le laisser jouir. Elle eut un nouveau ricanement cynique et répliqua :

- Ah ! Tu aimerais bien, hein ?

Elle éclata d'un rire presque machiavélique, provoquant et se moquant du guerrier prisonnier de son désir et incapable de de soulager. Heureusement pour lui, ça n'allait pas durer. Alors qu'il continuait de la baiser avec violence, elle se redressa à genoux, prenant bien garde à ce qu'il ne sorte jamais entièrement son mât de chair de ses entrailles, mais qu'il puisse continuer à aller et venir, encore et encore. Il ne tarderait pas à n'en plus pouvoir, la douleur devait être insupportable maintenant.
Alors seulement, elle lâcha une grande quantité de magie rose et le libéra, relevant ses bras vers l'arrière pour agripper son crâne entre ses mains, se cambrant par la même occasion. Alors seulement il put évacuer une grande quantité de sperme, plus importante qu'à l'accoutumée sans doute.

Cahir venait de vivre là quelque chose d’inédit. Il avait peut-être beaucoup souffert, mais à cet instant précis, il venait sans aucun doute de vivre la jouissance la plus extraordinaire de toute sa vie, car les pouvoirs de cette sorcière étaient grands. Mais c'était là une maigre consolation. Le guerrier pouvait également sentir que quelque chose clochait. Roxane ne venait pas seulement d'accueillir sa semence... elle accueillait également toute sa force vitale, toute son énergie. Et elle continua à rire.

- Mmmh... oh oui que c'est bon...

Voilà quel était le genre d'orgasme de Roxane. Aspirer tout ce qui pouvait l'être pour nourrir son être et ses pouvoirs. Peu à peu, l'homme perdait toute sa force, si bien que rapidement, il s'écroula sur le lit. Inerte.

La belle perverse qu'elle était, reprenait son souffle, hors d'haleine, mais se sentait plus que bien. Elle jeta un œil au guerrier et fit une petite moue satisfaite. Il avait beaucoup de chance, elle aurait pu aller jusqu'à le tuer tout à fait et laisser son enveloppe corporelle vide pourrir dans les souterrains de la tour. Mais il lui avait plu et avait bien envie de le garder un peu plus avec elle. Oh, il ne partagerait certainement pas le plaisir de sa compagnie après ça, mais... peu importe.

Roxane prit le temps de faire sa toilette et de se changer pendant l'heure qui suivie. Alors seulement elle déplaça le corps du guerrier pour le nettoyer à son tour, avec douceur et attention, le recouvrant d'un pantalon en toile propre et d'une chemise avant de l'enchaîner à son lit, sur le dos, les bras en croix. La chambre de Roxane était simple par rapport à la fameuse salle où elle l'avait entraînée. Mais elle était grande et accueillante. Roxane avait quitté son déguisement pour reprendre son apparence normale, celle de la délicate femme blonde aux cheveux longs qu'elle avait été durant toute sa vie de mortelle.
Journalisée



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Cahir
Humain(e)
-

Messages: 413



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #16 le: Juin 16, 2016, 09:05:04 »

C’était comme un piège, car, tandis que la sorcière l’empêchait de jouir, elle continuait à resserrer ses parois vaginales, de telle sorte que Cahir ne pouvait tout simplement pas se retirer, et continuait à remuer en elle. Et cette sensation, Dieu... Par tous les Empereurs d’Ashnard, c’était terrible ! Il savait, pour en avoir entendu parler, que les prêtres et les prêtresses de Lust, Déesse de la Luxure, jouaient beaucoup autour de la frustration quand ils se faisaient l’amour, mais lui, en tant que pur Ashnardien, n’avait clairement pas l’habitude. Entendre la femme éclater de rire renforça sa rage, et c’était un  Cahir méconnaissable qui était en train de bouillonner, la frustration réveillant les parties violentes de sa personnalité, le sauvage guerrier qui était en lui, cet homme qui avait tranché, décapité, mutilé, démembré, sur le champ de bataille... Ce tueur impitoyable qui se faisait malmener par une sale pute vivant dans sa tour !

« Hmmm... Salope, haaaa... Fais-moi... Fais-moi jouir, PUTAIN de traînée !! »

Sa main la gifla sèchement sur le cul, tandis qu’il continuait à enfoncer son pouce dans son cul, tout en tremblant sur place. Sous l’effort, son corps se recouvrait de multiples plaques rouges. La sueur, la fatigue, l’effort physique intense qu’il devait déployer, tout ça contribuait à le mettre dans un état de profonde excitation, une situation dont la fourbe Roxane profitait joyeusement. Elle se moquait de lui, à sa manière, et Cahir, lui, soupirait lourdement, le temps s’étirant autour de sa queue. Il grognait et soupirait, mais, à sa place, d’autres hommes auraient pu se montrer bien plus violents et cruels. Lui la giflait fort, l’insultant, grognant, avant que la femme ne finisse par se redresser, en relâchant la pression.

Cahir sentit instantanément ce relâchement, et hoqueta, puis posa une main sur l’un des seins de la femme, et lui mordit le cou, serrant son corps contre le sien, son autre main posée sur ses cuisses. Roxane avait adopté très rapidement une posture très acrobatique, qui ne le gêna pas du tout. Il reniflait son odeur, sa magie rose, et son orgasme fut effectivement à la hauteur de ce que la femme espérait. L’apatride eut la sensation de sentir sa verge exploser, tandis qu’il mordit plus fort, marquant la chair de la femme de ses dents, en grognant, balançant des chapelets de foutre pendant de longues minutes.

« HMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMM... !! »

C’était si bon qu’il en pleurait presque, sa queue tressautant, encore, encore et encore. Rien ne semblait pouvoir retenir son état d’érection avancée. Il se vidait, longuement, avec un plaisir infini, remplissant le corps de la femme... Et sentit alors une vague de plaisir infini le traverser. Cependant, au même moment, il sentit un vertige le saisir, et tituba sur place.

« Ro... Roxa... »

Il n’arriva à dire rien de plus, car le sol se déroba sous ses pieds, et il s’écroula sur le lit, l’odeur de la femme sur lui.



Quand Cahir se réveilla, un léger soupir s’échappa de ses lèvres. Il avait rêvé de Roxane, rêvé qu’il lui faisait l’amour, rêvé ce qu’il avait vécu. Il faut dire que la magie rose était plutôt efficace sur lui, car, quand la femme l’avait nettoyé, elle avait peut-être pu remarquer une érection naissante... Qui ne fit que s’accroître lors de son rêve.

« Hum... ? »

Clignant lentement des yeux, Cahir tenta de déplacer ses bras... Mais sentit les chaînes cliqueter, retenant ses poignets.

« Que... ?! »

Surpris, l’apatride regarda autour de lui, sentant également des chaînes à ses chevilles, le maintenant contre un lit très confortable.

« Mais... Hey ! C’est quoi ce bordel ?! »

Il tira à nouveau sur les chaînes, avant de constater qu’elles étaient très solides. Qu’est-ce qu’il faisait enchaîné ?

Et où était passée Roxane ?!
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Roxane de Vissec
Créature
-

Messages: 72


La Dévoreuse


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #17 le: Juin 20, 2016, 04:24:30 »

Pauvre petit guerrier. Il avait décidément passé une journée pleine de péripéties. Heureusement qu'elle était là pour prendre bien soin de lui. Il avait beaucoup de chance d'être en vie. D'ordinaire, les visites et les repas qu'elles impliquaient étaient peu fréquentes et sa faim vorace la poussait à tuer ses victimes. Ce n'était pas très sage, car en gardant ces hommes vivants elle aurait pu se faire une sorte de « garde-manger ». Mais c'était toujours plus fort qu'elle. Heureusement pour ce cher Cahir, lorsqu'elle s'était débarrassé des types dehors, elle avait violé l'un d'entre eux. Oui, violé. Comme elle venait de tuer tous ses petits copains, il n'avait pas été très enclin à la laisser approcher, alors elle avait usé d'un peu de magie pour parvenir à le « dévorer ». Il était mort aussi, mais au moins, il lui avait servit d'amuse-bouche, permettant à Cahir de ne pas subir le même sort.

Roxane se sentait beaucoup mieux, revigorée. C'est dingue ce qu'elle pouvait adorer se faire sauter de la sorte. Durant l'inconscience du guerrier, elle avait pu remarquer qu'il était en proie à une nouvelle érection et ça l'avait fait sourire. Oh ça ne faisait aucun doute, même s'il était un peu vexé de la tournure qu'avait prit leur ébat, il ne désirerait plus qu'une chose à présent, ce serait de pouvoir la baiser encore et encore. Elle ne demandait pas mieux.

En aspirant une partie de lui, elle s'était rapidement rendu compte qu'il coulait du sang de démon en lui et ça l'intéressait et l'excitait d'autant plus. Il serait amusant de titiller cette partie démoniaque, vraiment. La belle en salivait d'avance. Elle laissait cependant le guerrier tranquille quelques temps, préférant se pomponner et se détendre. Roxane aimait prendre soin d'elle et se prélasser dans un grand bain moussant et parfumé, se recouvrir d'une huile aux senteurs exquises, brosser ses longs cheveux. C'était pour le simple plaisir de la chose car en vérité ses pouvoirs lui permettaient de faire ce qu'elle voulait de son apparence. Elle aurait pu se montrer à Cahir sous sa véritable forme, mais ça, c'était interdit. Son corps originel appartenait au démon. Qu'importe ! C'était bien mieux ainsi.

Elle finit par entendre du bruit venant de la chambre. Le guerrier s'était certainement réveillé. Sortant alors du fauteuil confortable dans lequel elle lisait, la belle prit une apparence qui lui semblait être appropriée pour réveiller encore davantage les désirs de l'homme. Il devait forcément aimer les femmes fortes, les guerrières telles que lui. Alors pourquoi ne pas lui faire plaisir ?
Lorsqu'elle entra dans la pièce, nul doute que cela du faire son petit effet. N'importe quel homme se serait damner pour pouvoir ne serais-ce qu'effleurer une femme aussi belle.

- Alors mon mignon, enfin réveillé ?

Un sourire pervers figé sur ses lèvres, elle se dirigea vers lui d'une démarche féline, sensuelle, jusqu'à se retrouver près du lit. Du bout des doigts, elle effleura son sexe de caresses, son regard envoûtant planté dans le sien.

- Je te plaît comme ça ? Ne craint rien, tu n'es pas en danger, je ne compte pas te tuer. En fait, ce dont j'ai plutôt envie, c'est de baiser avec toi durant des heures entières, peut-être même des jours, qui sait ? Ma magie est capable de bien des choses.

Sur ce, un petit flux de magie rose quitta le bout de ses doigts, s'enroulant autour du sexe de l'homme, lui procurant un plaisir délicieux dans tout le reste de son corps. Elle pourrait aisément le faire jouir ainsi, mais elle se contenta de le titiller un peu et de regarder son sexe se durcir un peu plus sous ses yeux.

- De quoi as-tu envie, Cahir ? Tu sais, je peux prendre n'importe quelle apparence. Je peux être la sorcière perverse que tu devine en moi, je peux être une guerrière te chevauchant comme une lionne, je peux être une douce et timide petite elfe soumise comme un catin, une succube affamée, une esclave mouillant comme une chienne au moindre de tes gestes... Mais après tout nous avons du temps devant nous, je pourrais être toutes ces choses tour à tour... Réalises-tu à quel point tu as de la chance ?

Elle sourit et se pencha vers lui, emprisonnant ses lèvres entre les siennes et glissant sa langue contre celle du guerrier, l'embrassant avec fougue. Puis elle s'installa à califourchon sur lui et ouvrit sa chemise pour caresser son torse avec douceur, attendant de voir ce qu'il avait à dire.
Journalisée



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Cahir
Humain(e)
-

Messages: 413



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #18 le: Juin 22, 2016, 01:12:30 »

Attaché au lit, Cahir était bien incapable de se libérer. Les chaînes étaient solides, et il regardait nerveusement autour de lui, se rappelant fortement de sa violente séance de sexe avec cette sorcière. Roxane était trop belle pour être honnête, et Cahir était suffisamment malin pour discerner le piège dans lequel il s’était fourré. Des succubes, on disait qu’elles étaient ders trésors interdits aux mortels, car goûter à leurs corps, c’était vendre son âme. Roxane n’était probablement pas une succube, mais nul doute que sa beauté était une arme fatale, contre laquelle le bel homme devait réussir à lutter. Ses poings tiraient donc sur les chaînes, l’apatride cherchant, tant bien que mal, à s’en défaire. Elles cliquetaient contre le lit, et il grommela encore, en devant se rendre à l’évidence : elles étaient trop solides pour qu’il puisse les retirer.

Alors que l’homme commençait à envisager une solution à sa situation, et à y réfléchir, des bruits de pas se firent entendre, et une silhouette entra… Et, en la voyant, Cahir se dessécha sur place. Une superbe femme, avec des morceaux d’armure dorés, exhibait fièrement ses seins, marcha vers lui. Silhouette parfaite, corps anguleux, elle semblait être de ces nymphes dont on façonnait les songes. C’était elle, Roxane, qui avait visiblement le pouvoir de changer de formes, et de s’adapter aux fantasmes de ses amants. Cahir en fut incapable de parler pendant quelques secondes, avant de se sermonner. Jadis, une telle vision ne l’aurait jamais dérangé, mais là, en ce moment, il en salivait d’envie. Avec son regard acéré, ses lèvres noires, sa longue chevelure argentée, Roxane était d’une beauté incomparable.

« Roxane… » réussit-il faiblement à murmurer, son membre commençant à se réveiller également.

Marchant sensuellement vers lui, Roxane s’assit sur le rebord du lit, et, quand ses fins doigts gantés s’approchèrent de son membre, ce dernier sembla se raidir, amenant Cahir à soupirer, et même à gémir, quand elle usa de la magie. Son corps se tortilla faiblement sur le lit, provoquant des cliquètements supplémentaires. Fait comme un rat, l’homme était entre les doigts de la sorcière, prisonnier dans la paume de sa main.

Il cligna des yeux quand elle avoua ne pas vouloir le tuer, juste… S’en servir comme amant. D’une voix terriblement sensuelle, elle annonça ensuite qu’elle pouvait prendre la forme qu’il désirait, et l’embrassa ensuite sur les lèvres. Un baiser doux, chaud, magnifique, qui gagna rapidement en intensité, la pointe métallique des tétons griffant son torse, sa langue se faufilant voluptueusement dans sa bouche, se perdant en lui.

« Hmmm… »

Cahir sentit la femme se redresser, et ses lèvres tentèrent de la suivre, comme pour prolonger ce baiser. Cahir soupira alors lentement, le sexe et le désir noyant toute prudence. Il se racla alors la gorge, et s’efforça de parler :

« Je suis à toi, Roxane… Je te veux comme ça, fière, dominante, non pas à me faire l’amour, mais… À me baiser, et à me laisser te baiser. »

Son sexe tendu avait regagné toute sa vigueur, preuve qu’il était très sensible à la beauté de cette femme, mais aussi à la magie rose, qui fournissait le surplus nécessaire dont Cahir avait besoin pour pleinement se lâcher.

« Empale-toi sur moi, Roxane, ça me semble être la position idéale, vu mes chaînes… Laisse-moi être, non seulement ton chevalier servant, mais aussi celui qui… Qui te baisera férocement pendant des heures et des heures, si ce n’est des jours… Ma chérie, j’ai tellement envie de toi, haa, si tu savais… De ton corps, de ta chatte, de ton cul… Danse sur moi, Roxane… Je t’en prie ! »

Oui, il était totalement convaincu par elle.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Roxane de Vissec
Créature
-

Messages: 72


La Dévoreuse


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #19 le: Juin 23, 2016, 12:19:12 »

Roxane  avait eu le temps d'apprendre beaucoup de choses sur les hommes, mais elle savait aussi qu'ils n'avaient pas tous les mêmes envies. Certains aimaient le sexe doux et enflammé, d'autres des ébats endiablés à faire craquer le lit, d'autres encore aimaient mêler la douleur à l'étreinte. Les possibilités étaient multiples, toutes plus attrayantes les unes que les autres quoiqu'on en dise. Elle avait eu le temps de pratiquer, de découvrir, de faire découvrir également. Elle avait réveillé les bêtes qui sommeillaient en chacun d'eux, modifiant son apparence pour mieux les séduire et les mener à la jouissance, se nourrissant ainsi de leur plaisir et de leur âme, jusqu'à ce qu'ils en crèvent. Oui, la belle sorcière s'était faites sauter un bon nombre de fois, dans tous les sens, pourtant elle n'éprouvait aucune lassitude. Chaque rencontre avait sa eu part de délice et aujourd'hui encore, elle était certaine de prendre son pied.

Une fois de plus, Roxane avait visé juste en prenant l'apparence de cette sulfureuse guerrière. Dans tous ses états, le beau guerrier ne tarda pas à retrouver de la vigueur et à la supplier de le baiser. Un sourire charmeur se forma sur les lèvres noires de la jeune femme qui prit délicatement la mâchoire du guerrier entre ses doigts pour se pencher de nouveau sur lui.

- Ah...

Elle lui mordit gentiment le bout du nez, puis ajouta :

- Voilà ce que j'aime entendre.

Avec lenteur et sans le quitter des yeux, elle se débarrassa de la partie inférieure de sa tenue plus que légère qu'elle jeta négligemment au sol avant de reprendre place correctement au-dessus du corps de l'homme enchaîné. Agenouillée, elle glissa une main entre ses cuisses pour attraper le sexe du guerrier et le masturber doucement. Sans se presser, elle prit tout de même le temps de se doigter un peu, sans gêne, sous les yeux de Cahir.

- Bien... paré pour une petite danse mon lapin ?

Sur ce, elle sourit de plus belle et positionna son intimité humide juste au-dessus du sommet du mat de chair. Elle les fit entrer en contact, laissa une seconde de suspens, puis descendit avec une lenteur provocatrice, laissant le sexe de l'homme glisser en elle de plus en plus profondément, jusqu'à ce qu'elle se retrouve tout à fait sur lui, les fesses sur le haut de ses cuisses. Se mordillant la lèvre inférieure, elle lui lança un petit clin d’œil.

- Prêt ?

Elle n'attendait pas spécialement de réponse, raison pour laquelle elle commença immédiatement à remuer son corps de façon lascive. Roxane avait décidé de commencer avec douceur, ce qui n'enlevait rien au délice du moment. Gardant le dos droit, agrippant les hanches de son amant, elle bougeait avec sensualité, observant avec gourmandise le visage de l'homme qui ne pouvait malheureusement pas bouger.

Les chaînes cliquetaient à chaque mouvement de la belle qui garda ce rythme lent pendant quelques minutes, avant d'accélérer progressivement, laissant le temps au guerrier de profiter pleinement. S'empaler ainsi sur un homme était particulièrement jouissif, surtout lorsque celui-ci était attaché. Elle gérait alors pleinement la situation, le dominant tout à fait, lui, ce fier et grand guerrier qui avait certainement l'habitude de prendre les choses en mains d'ordinaire. Soupirant de plaisir, elle resta un bon moment silencieuse avant de lancer :

- Accroches toi mon mignon... ça va secouer un peu.

Sur ces paroles, elle accéléra encore davantage le mouvement, s'empalant de plus en plus fort sur lui, forçant son sexe à s'enfoncer au plus profond de ses entrailles. Elle prenait son temps, pourtant la danse ne tarda pas à prendre des airs de rodéos. Il avait voulu qu'elle le baise ? Et bien c'était exactement ce qu'elle était en train de faire, s'appliquant et s'acharnant sur son membre comme un homme affamé s'attaquant à l’intimité d'une pucelle.
Journalisée



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Cahir
Humain(e)
-

Messages: 413



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #20 le: Juin 26, 2016, 10:32:14 »

Couché sur le lit, prisonnier de cette femme, Cahir était à sa merci, ce qu’elle avait bien compris. Dès lors, la sympathie de Roxane était aussi excitante que troublante, comme si tout cela dissimulait un piège. C’était bien tout ce que Cahir craignait, que cette générosité, cette sensualité, ne dissimule quelque chose, que le masque doré se craquèle pour révéler la pourriture située dessous. Peut-être était-il trop paranoïaque, mais tout ça ressemblait tellement à un fantasme, à un rêve éveillé, qu’on ne pouvait s’empêcher d’être méfiant, a fortiori quand on se rappelait où on était. Cahir était en effet dans une tour isolée, face à une femme qu’il ne connaissait pas, une magicienne, une sorcière... Or, il savait les sorcières instables, pouvant être aussi bonnes que malveillantes, flirtant toujours sur la limite. Avec raison, Cahir se méfiait donc de Roxane.

Mais son corps, lui, était incapable d’éprouver autre chose que de l’attirance. De l’attirance pour cette femme hautaine, cette beauté pleine d’assurance, cette femme qui n’avait pas froid aux yeux, cette voluptueuse beauté qui se comportait comme une fière Ashnardienne, rappelant à Cahir tout le respect qu’il éprouvait, dans une certaine mesure, pour le beau sexe. Les femmes fortes avaient toujours plu à l’homme, encore plus quand elles étaient belles, et qu’elles jouaient avec lui. Il admettait volontiers avoir un côté légèrement soumis face à elles, dont Roxane tirait profit.

Quand elle se pencha vers lui, et mordilla son nez, il en soupira de plaisir, avant de crisper ses poings quand elle se déplaça. Elle agissait avec une lenteur calculée, destinée à le faire saliver, et on pouvait effectivement le voir déglutir et plaquer ses yeux sur le corps parfait de cette femme... Mais, ce qui était surtout notable, c’était la manière dont sa queue se tendait. Ce n’est pas qu’il avait mal, mais... Du moins, c’était une douleur particulière, au fur et à mesure que son membre se durcissait, provoquant comme des frissons qui partaient de sa hampe de chair pour remonter dans tout son corps, le faisant soupirer et trembler. La sensation fut encore plus forte quand elle commença à se doigter sous ses yeux, chose qu’il vit, bien entendu, avant que la femme ne lui demande s’il était prêt.

Cette question lui arracha un léger sourire, et il réussit à lui répondre :

« Ma queue parle pour moi, Roxy... »

Il lui avait répondu sans trop trébucher, ce qui, en soi, représentait un réel exploit. En effet, sa respiration était de plus en plus erratique, profonde, lourde, et, quand elle commença à s’empaler sur lui, il en soupira encore, crispant ses mains, avant de la sentir, peu à peu, onduler sur son corps. En ce moment, Cahir était son prisonnier, et l’apatride ne pouvait rien faire d’autre que de subir, et de suivre. Son torse était en sueur, tout son corps était rythmé par le plaisir qu’il ressentait, mais... L’apatride se retenait, contrôlant sa respiration, bien décidé à ne pas jouir si rapidement.

Non, il voulait faire durer le plaisir, et, surtout, que Roxane jouisse avant lui, et ce même si la femme semblait être nettement plus expérimentée que lui dans ce domaine. Pour autant, Cahir n’était pas non plus un amateur total, et, partant de là, il espérait bien tenir le rythme... Aussi longtemps que possible. Car l’homme ne se faisait pas trop d’illusions : Roxane était tout simplement trop belle pour qu’on lui résiste.

Maudite soit-elle de l’exciter à ce point !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Roxane de Vissec
Créature
-

Messages: 72


La Dévoreuse


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #21 le: Septembre 05, 2016, 01:15:22 »

La belle sorcière, sous l'apparence d'une superbe guerrière, prenait un plaisir gourmand à dominer Cahir de la sorte, ondulant de son bassin avec adresse, remplie par le sexe gonflé et excité de sa victime. Car c'est ainsi qu'elle voyait tous les hommes tombés sous son charme. Chaque mouvement entraînait de plus en plus l'homme dans la folie, mais cette danse à la fois sensuelle et animale ne manquait pas non plus de plaire à la belle blonde qui ne taisait rien de ses gémissements plaintifs au fur et à mesure que l'acte prenait de l'ampleur et un rythme soutenu, bien que beaucoup plus rapide qu'à ses débuts. Roxane se mordillait la lèvres de temps en temps et se caressait un seins de temps à autre, ce qui ne manquait pas de l'exciter de plus belle. Elle aurait pu se servir de sa magie rose si perfide pour pousser l'homme à perdre ses moyens et le frustrer comme elle l'avait si bien fait plus tôt. Mais pour l'heure, elle n'en fit rien. Baiser ainsi, sans artifice, était tout aussi délicieux !

Si parfois la belle fermait les yeux et renversait sa tête en arrière pour profiter au mieux des sensations, il lui plaisait aussi de plonger ses yeux dans ceux de l'homme et d'observer avec amusement les réactions qu'elle pouvait voir sur son visage et la sueur qui faisait briller son torse. Elle avança sa main, caressant celui-ci avec douceur, puis avec la pointe de ses ongles, tout en continuant d'activer ses hanches avec franchise.

- Je dois avouer... que tu es une délicieuse friandise, Cahir...

Elle se mit à rire, puis remua de plus belle, glissant cette fois ses mains dans ses cheveux, se cambrant et offrant une vue splendide sur ses seins ornés d'or. Le plaisir était puissant, brûlant et elle sentait que le guerrier peinait de plus en plus à retarder sa jouissance. Pour une fois, la belle ne chercha pas à le faire lâcher prise avant elle. En fait, cette fois-ci, elle baisait cet homme pour son propre plaisir et avait d'ailleurs cesser de le regarder. Elle bougeait à sa façon, cherchant à attiser son propre désir jusqu'à éclatement. Particulièrement endurante, elle espérait que le guerrier puisse tenir le coup. Elle soupira alors :

- Puise donc dans la force démoniaque de tes ancêtres, mon beau guerrier, parce que tu vas en avoir besoin, crois-moi...

Plus le temps passait, plus la belle créature gémissait. Oui, elle sentait que le sexe brûlant et impatient de son partenaire s’engouffrait au plus profond d'elle, à une vitesse folle, elle pouvait sentir à quel point il luttait et ça la rendait dingue, ça l'excitait énormément. Au bout d'un long moment, elle sentit comme une gerbe de flammes l'envahir brutalement et se crispa, poussant une plainte délicieuse tandis qu'elle jouissait contre l'apatride. Lorsque la sensation s'évanouit enfin, lentement, elle soupira, sourit, puis éclata d'un rire bruyant avant de se pencher sur Cahir, d'agripper fermement sa mâchoire entre ses doigts et de l'embrasser goulûment, glissant sa langue contre la sienne.

- Pas mal du tout. C'était plutôt... conventionnel. Mais pas mal du tout pour un début, hum ?

Elle lui lança un clin d’œil puis s'étira longuement et, loin d'être sustentée, elle s'avança de façon à se retrouver au-dessus du visage de l'homme, son intimité particulièrement humide juste au-dessus de ses lèvres et, tout en se tenant à la tête de lit elle lança sur un ton détaché :

- Allons, maintenant occupes-toi un peu pendant que je réfléchis à notre prochain petit jeu, j'ai encore faim...

Comme pour ne pas lui donner le choix, elle glissa une de ses mains sous la nuque du guerrier pour le forcer à plonger ses lèvres entre ses cuisses. Dans un soupir de contentement, elle ferma les yeux et, tout en profitant de cette délicieuse sensation qu'il lui procurait, elle réfléchit à la prochaine étape. Il y avait tellement de possibilités ! Elle laissa Cahir la lécher pendant un certain moment, puis subitement, elle se retira et se leva, quittant le lit sans rien dire pour disparaître dans la pièce à côté. Ce qu'elle y fit ? Il n'en eut aucune idée bien entendu, mais elle réapparut heureusement très vite dans la chambre, le regard toujours brillant de désir. A quatre pattes, elle se glissa au-dessus de lui, puis se mit à le détacher. Cependant, elle lui ajouta un collier relié à l'un des barreaux du lit à baldaquin par une chaîne, il n'était donc pas tout à fait libre. N'étais-ce qu'un accessoire dont la belle sorcière raffolait ou étais-ce pour éviter qu'il ne fuit ? Peut-être un peu des deux, qui sait ?
En tous les cas, une fois que Cahir fut de nouveau plutôt libre de ses mouvements, elle s'allongea de tout son long sur le lit, sa crinière de platine entourant son visage radieux, puis lui lança sur un ton mielleux :

- Regarde moi bien, Cahir... je sais que ce que tu vois te plaît beaucoup. Tu as toujours rêvé avoir une femme telle que celle-ci dans ton lit et tu as aujourd'hui la possibilité de la posséder et d'assouvir tes fantasmes les plus profonds. Explore-moi, caresse-moi, lèche-moi, fesse-moi si ça te chante. Utilise tes mains, ta bouche, tout ce qui te plaira. Lorsque tu en auras assez, tu te mettra debout au pied du lit et je veux voir une belle érection, ce dont je ne doute pas instant.

Elle l'agrippa, pour qu'il se retrouve sur elle, collé contre son corps chaud qui exhalait étrangement d'un parfum incroyable et saisissant, un parfum inconnu, mais qui déclenchait sans aucun doute un désir furieux chez les mâles tel que lui. Puis, elle mordilla et lécha son oreille avant de lui susurrer :

- A ce moment là, je prendrai ta queue dans ma bouche, je vais te sucer comme aucune femme ne ta jamais sucer. Je veux que tu exprime alors ta bestialité, que tu me baise la bouche. Je suis bien moins fragile qu'une femme ordinaire, alors je ne veux sentir aucune retenue.

Une main glissa le long du dos du guerrier, jusqu'à venir caresser ses fesses et les empoigner.

- J'ai hâte de pouvoir goûter ce qui en sortira...

Elle eut un petit rire, et passa sa langue sur les lèvres de l'apatride, attendant avec impatience qu'il se mette à l’œuvre. Lorsqu'il goûterait à sa peau, il se rendrait compte qu'elle aurait un goût incroyable, une saveur dont il deviendrait rapidement avide et dont il ne pourrait plus se passer, une véritable drogue, tout comme le parfum qu'il pouvait déjà sentir...
 
Journalisée



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Cahir
Humain(e)
-

Messages: 413



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #22 le: Septembre 06, 2016, 12:30:42 »

Cette femme était terrifiante. Elle tenait Cahir dans la paume de sa main, délicieuse et envoûtante succube. Que voulait-elle de lui ? Juste profiter de son corps ? Ou est-ce qu’elle voulait des choses moins excitantes ? Comme le tuer, dévorer son âme, ou ce genre de choses ? Dans l’état d’excitation où il était, l’apatride arrivait encore à entendre, dans sa tête, une minuscule petite voix, qui lui disait de se méfier... Mais cette voix était bien faible face à ce torrent de plaisir qui le traversait de part en part. Elle dansait sur lui, nymphe envoûtante et tentatrice, irrésistible de beauté. Roxane avait légèrement changé d’apparence, prenant la silhouette d’une superbe guerrière ashnardienne, tout en conservant sa longue chevelure argentée. Cahir était sous le charme, subjugué par cette femme, et sa queue, en réaction, était grosse, un membre érectile qui se perdait dans son corps. Ses mains se crispaient régulièrement, et il ne faisait rien d’autre que subir les assauts de la femme, la voyant se cambrer vers l’arrière, mettant ses seins en valeur, son cou, sa nuque, ou plantant son regard vénéneux dans le sien. Ah, quelle femme ! Quelle beauté ! Cahir était bluffé par elle, par ses soupirs lancinants, ses gémissements... Nul besoin d’user de magie rose pour influer sur les hommes quand on était si belle, la seule vue de ce spectacle délicieux suffisait amplement.

Se laissant prendre sous elle, Cahir était probablement le prisonnier le plus heureux du monde.. Sa respiration se faisait de plus en plus lancinante, tandis que son corps approchait du plaisir suprême. Sa virilité baignait dans la mouille de cette femme, symbolisant cette aura de stupre qui régnait ici. Les gémissements de Roxy emplissaient tout son esprit, et il était comme hypnotisé par son regard, qui transpirait d’assurance et de désir.

« Ro... Roxane... Hummm... Roxane !! »

Il soupirait donc, encore et encore, à subir le rythme effréné de cette femme. Le lit craquait de plus en plus, les mains gantées de la femme palpaient ses propres seins. Tout, en elle, n’était que luxure et provocation perverse, une sensualité sauvage et bestiale qui vous fouettait le visage. Ha, magnifique nymphe, en réalité ! Cahir continuait à se faire prendre, et le plaisir continua à croître, atteignant le point suprême, où il alla finalement se relâcher en elle, poussant un long soupir en s’abandonnant dans son corps.

« Hmmmm... »

Les deux amants eurent un orgasme, virulent chez Cahir, dont tous les muscles de son corps semblèrent se crisper, avant de se relâcher. Dans un profond soupir, il s’abandonna donc en elle. Ses muscles se détendirent, et il ferma brièvement les yeux, en savourant le fait de sentir cette femme sur lui, sa queue toujours plantée en elle, baignant dans sa mouille, formant un trou chaud et tendre dans lequel il se complaisait volontiers.

Cahir l’entendit alors rire, et fronça légèrement les sourcils, juste le temps de la voir se pencher vers lui, et l’embrassait goulûment, agrippant sa mâchoire. Il en ferma les yeux, savourant la bouche magnifique de cette femme, constatant qu’il ressentait encore du désir. Il avait bien compris que la sorcière ne comptait pas en rester là, et sa bouche continuait à être magnifique. Un goût magnifique, vraiment, que l’apatride savourait pendant les quelques minutes où Roxane, imperturbable, l’embrassa. Si seulement ses mains étaient libres, il aurait pu en profiter pour palper le délicieux cul de cette dernière, mais, au lieu de ça, il se laissa faire.

« Hnnnn... »

Ah, ça, cette femme, cette beauté fatale, savait embrasser ! Celui qui prétendrait le contraire ne serait rien d’autre qu’un fieffé menteur. Il fondait sous ses lèvres, jusqu’à ce qu’elle décide de se retirer. Là encore, Cahri n’eut pas spécialement le temps de se reposer, car, s’il la sentit effectivement se retirer de son sexe, elle se rapprocha à nouveau de lui, et lui planta son bassin sous le nez. Ce dernier balbutia des lèvres, aventurant sa langue, ayant encore bien du mal à réfléchir, puis il n’eut pas l’occasion de dire quoi que ce soit, car la main de Roxane agrippa ses cheveux, et plaqua son visage contre ses cuisses.

Un nouveau soupir étouffé s’échappa de ses lèvres, et il s’attaqua à cette intimité, venant la lécher avidement. Sa langue s’enfonçait en elle, glissant dans ce trou humide. Il pouvait sentir la mouille de la redoutable sorcière, que l’apatride avalait joyeusement, sans rechigner, tout en sentant des frissons électriques traverser son sexe, témoignant de l’excitation latente qu’il ressentait encore, tel un volcan sur le point d’entrer en éruption une nouvelle fois.

Il léchait donc ce sexe, lorsque Roxy finit par se retirer, et s’écarta, lui offrant la vue délicieuse de son fessier.

« Euh... Roxane ? Roxane ?! »

Ne daignant pas lui répondre, la femme fila, le laissant planté là, sur le lit. Il regarda nerveusement autour de lui, en essayant de réunir ses idées. Cette femme était terrible, séduisante à souhait. Cahir était encore imprégné de son odeur. Il tira en vain sur les liens le retenant. En forçant vraiment, il aurait pu les enlever, mais il voyait mal Roxane partir si facilement, et se disait qu’elle comptait revenir sous peu... Et, effectivement, il l’entendit retourner vers lui, et perçut soudain sa délicieuse odeur, si sensuelle, revenir titiller ses narines. Toute sa combativité semblait avoir été aspirée, car, loin de vouloir s’évader, Cahir n’avait qu’une envie, qui dominait tout son corps en ce moment : rester avec elle.

Elle revint donc, avançant sensuellement sur le lit, à quatre pattes, panthère de désir qu’elle était, et le détacha enfin, pour lui mettre ensuite un collier autour du cou, relié au lit. Surpris, Cahir tapota cette lanière en cuir qui le restreignait, et vit ensuite la femme se coucher à côté de lui, en lui donnant ses ordres, divulguant le reste du programme. Et, en entendant qu’il allait pouvoir s’occuper de son corps comme il le voulait, afin de les exciter mutuellement au mieux, Cahir sentit un nouveau frisson le traverser.

Tout ce qu’il voulait, sauf la pénétrer. Le panel des choix était plutôt large, et il se retrouva contre elle, venant rapidement l’embrasser quand elle termina son discours, serrant ses muscles contre elle, une main sur ses cheveux, enfonçant sa langue dans sa bouche. Son baiser était moins expérimenté que le sien, plus... Plus sauvage, plus passionnel, trahissant toute l’excitation qu’il ressentait, tout le désir qu’il avait de coucher avec elle.

« Oui, Roxane, j’aime ton corps, j’aime ce que tu es... Une véritable succube...  Tout ton corps, tout ton être... »

Après ce premier baiser, il lui mordilla le creux du cou, léchant et embrassant sa peau, se montrant rapide, nerveux, assoiffé... Comme on aimait un mâle l’être. Il parlait peu, préférant agir, ses mains grattant et caressant le corps de la femme. Cahir finit par la retourner, et embrassa son dos, descendant jusqu’à ses fesses, qu’il palpa, les malaxant entre ses mains, avant de les mordiller, de les embrasser, et de les lécher. Très rapidement, l’apatride avait fait son choix.

« Tu as un cul parfait... Musclé, ferme... Il est tout ce que j’adore... »

Cahir s’évertua alors à le lécher. Elle lui avait dit de se lever quand il en aurait assez... Mais pouvait-il seulement se lasser de ce corps ? S’en lasser, ce serait... Ce serait criminel ! Car cette femme avait vraiment, comme il l’avait dit, un « cul parfait ».

Et être là, avec elle, c’était fantastique.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Roxane de Vissec
Créature
-

Messages: 72


La Dévoreuse


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #23 le: Septembre 07, 2016, 01:47:28 »

Roxane ne se lasserait sans doute jamais de l'emprise fabuleuse qu'elle avait sur les hommes. Elle aimait être le centre de leur attention, de leurs désirs. Elle aimait qu'ils l'imaginent dans leur esprit pervers et affamé, de toutes les manières, des plus prudes au plus scandaleuses, laissant aller leur fantasmes, même les plus terribles et inavouables. Elle aimait entendre leurs râles, leurs grognements, leurs soupirs, leurs gémissements, les entendre dire à quel point elle était belle et désirable. Ils la traitaient parfois de noms salaces, allant jusqu'aux pires insultes sans que ça ne la blesse d'aucune manière. Tant qu'ils s'acharnaient à la baiser, tout la ravissait. Certains avaient parfois du mal à assumer leurs envies, mais sa magie rose et son habilité suffisaient bien souvent à la débrider, laissant alors parler l'animal qui était en eux. Ils se persuadaient qu'elle était devenue leur jouet et qu'ils pouvaient faire d'elle ce qu'ils voulaient, alors que c'était elle qui menait la danse et les manipulait à sa guise.

Aussitôt qu'elle eu fini de déterminer le programme des événements, Cahir s'empressa de passer à l'action, impatient de pouvoir enfin goûter au corps de la délicieuse créature qu'elle était, les mains enfin libres. Il commença par l'embrasser, glissant impétueusement sa langue contre la sienne dans un baiser sauvage qui trahissait toute son excitation. Une douce chaleur d'excitation s'alluma dans les entrailles de la belle qui appréciait de sentir le corps musclé de l'homme contre elle. Elle avait déjà hâte qu'il la prenne dans tous les sens, mais elle savait de montrer patiente. L'attente rendait bien souvent la chose follement excitante. De plus, Cahir savait fort bien comment prendre soin du corps d'une aussi belle femme. Les yeux fermés, le sourire aux lèvres, les bras tendu derrière elle, Roxanne soupirait de plaisir tandis qu'il parcourait de ses lèvres la moindre parcelle de sa peau, la léchant et la mordillant parfois. Un ballet de multiples sensations qui plaisaient beaucoup à la sorcière.

Envahie de plaisir, elle remuait lascivement, la bouche entrouverte pour laisser aller ses soupirs. Tout à coup, il la retourna. Roxane se retrouva sur le ventre, amusée, refermant ses doigts sur l'oreiller qui soutenait maintenant son buste. Elle en profita pour retirer rapidement les morceaux d'armure qui enfermaient ses bras, laissant apparaître de longs gants beaucoup plus fins, de dentelle noire, semblable à celle de la culotte qu'elle portait un peu plus tôt.  Ainsi plus confortable, elle put profiter aux mieux des attentions de l'apatride qui s'en prenait maintenant joyeusement à la partie qui l’excitait visiblement le plus chez elle : son cul. Ferme et rebondit, celui-ci était en effet un véritable appel à la luxure. Il s'en empara, les malaxant, les léchant, les mordillant, les embrassant.
Roxanne poussa une gémissement, mordillant ses lèvres, de plus en plus excitée elle-aussi.

- Hum... aaah... j'aime sentir ta langue sur mon cul, Cahir. C'est fou ce que ça m'excite. Je te laisserait volontiers le découvrir plus... profondément. Bientôt.

Difficile de ne pas comprendre où elle voulait en venir et elle souriait à cette idée. Sentir ce sexe bien dur s'enfoncer dans son cul devait être un véritable délice. Roxane était une femme qui affectionnait particulièrement la sodomie, contrairement à beaucoup de demoiselles.

Pour l'heure, l'apatride continuait de s'en occuper, avec sa bouche, ses mains et sa langue, sans retenue, et elle continuait de gémir doucement. Elle le laissa agir à sa guise pendant un moment, le laissant profiter de son odeur et de ses formes exquises, sans parler, sans chercher à lui échapper d'une quelconque façon que ce soit. Finalement, ce fut elle qui le poussa à se redresser et à s'écarter. Les idées salaces qui lui étaient passé à l'esprit n'avaient fait qu'aiguiser sa faim et son désir sexuel. Elle s'installa donc à genoux face à Cahir et referma ses lèvres sur les siennes, dans un baiser fougueux avant de s'en détacher, glissant une main dans ses cheveux tandis l'index de l'autre se glissait dans la bouche et sur les lèvres du guerrier.

- Maintenant je veux ta queue.

Elle attendit donc qu'il se mette en place et, sans attendre, elle se jeta à l'assaut de son sexe, commençant par le lécher sur toute sa longueur, allant même jusqu'à faire jouer sa langue sur ses bourses. Lorsque le mât de chair fut recouvert soigneusement de sa salive, elle l'engloutit dans sa bouche, poussant un gémissement de plaisir non feint. Elle se mit alors à le sucer avec ferveur, engouffrant à chaque fois une bonne partie de sa queue. Dieu, comme elle aimait ça ! Si l'une de ses mains maintenait la base du sexe fermement, l'autre se refermait tantôt sur la cuisse musclée de l'apatride, tantôt sur ses fesses, ou bien venait caresser ses bourses avec sensualité.

Au bout d'un petit moment, elle passa à l'étape suivante. Tout à coup, sa langue s'allongea légèrement, s'enroulant autour de la queue de l'homme tandis qu'elle continuait de le sucer activement. Voilà qui devait faire son petit effet. Roxane ne retrouva sa langue d'origine que lorsqu'elle décida subitement d'effectuer une gorge profonde, engouffrant le sexe de l'homme jusqu'au plus profond de sa gorge, l'avalant complètement à rythme régulier. C'était délicieux ! Elle avait hâte qu'il se mette au travail lui aussi et commence à lui baiser la bouche comme un sauvage. Nul doute que la manière superbe dont elle le suçait depuis de nombreuses minutes l'invitait à la chose...
Journalisée



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Cahir
Humain(e)
-

Messages: 413



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #24 le: Septembre 11, 2016, 10:13:30 »

Le cul de Roxane était à l’image du reste de son corps. Jamais Cahir n’aurait pu se douter que cette femme puisse être aussi belle, aussi... Sensuelle. Le désir qu’il ressentait en ce moment lui semblait inédit, dans le sens où il pensait n’avoir jamais été autant excité auparavant. Elle était tout simplement parfaite, que ce soit physiquement, ou mentalement. Pendant de nombreuses minutes, Cahir lécha et mordilla ses fesses, les embrassant, les pressant, se délectant des soupirs de la femme. Cependant, aussi agréable que soit ce postérieur, ça aurait été déshonorer ce corps, et déshonorer Roxane, que de se borner à ça. Aussi finit-il par la retourner, et embrassa son sexe, léchant son bassin, puis remonta. Ses lèvres, voraces, affamées, embrassèrent son bel estomac, sa langue lécha son nombril, et il remonta, déposant des baisers sur chacun des seins de la femme, puis sur sa poitrine, son cou, et lécha ses doigts, filant sur ses gants. L’avait-elle fait exprès, ou non ? Avait-elle découvert que l’homme, parmi les fantasmes qu’il avait, était un fétichiste ? Quelqu’un qui avait toujours aimé les femmes avec de longs gants fins et soyeux ? Que ce soit un hasard ou non, c’était encore un moyen, pour Roxane, de tenir Cahir dans le creux de sa paume, car, en définitive, c’était bien de ça qu’il s’agissait en ce moment... Être sous le contrôle de cette femme, en sa possession, sans pouvoir rien faire d’autre que de lui obéir, silencieusement, et avec une envie qui se réitérait et qui croissait à chaque fois.

Cahir léchait et embrassait chacun de ses doigts, glissant ensuite sur sa paume, et il mordilla le fin tissu du gant.

« Oh, Roxane, tu es vraiment fantastique... »

L’apatride soupirait de plaisir, et embrassait ensuite la femme, retournant baiser sa nuque, puis ses seins, les suçotant davantage, pinçant ses seins, juste pour l’entendre gémir et soupirer. Embrasser le corps de cette femme, c’était comme toucher du bout des lèvres une sorte d’œuvre d’art. Et c’était bien ce que Roxane était : une figure artistique. Il était tout simplement magnifique de l’embrasser comme ça, de se presser contre son corps, encore et encore. Cahir aimait cette femme, et sa queue continuait à se grossir contre ses jambes. Il se déplaça encore, et embrassa désormais ses jambes, les léchant, les embrassant, continuant à descendre.

Cahir se rapprocha ainsi de ses pieds, et ce fut là qu’il termina, sans avoir négligé la moindre partie de son corps. Ses baisers filèrent sur les pieds de la femme, et, encore une fois, il entreprit de lécher les doigts de pied de la femme, les suçotant tendrement, les mordillant même un peu. Roxane le repoussa alors du pied, posant son autre pied sur son torse, et le poussa donc, en lui disant qu’il était temps qu’elle le suce.

« Oui, ma chérie... »

Obéissant, il se releva rapidement, son sexe bien dressé, et Roxane s’empressa de bondir sur le sol, finissant devant lui, et attrapa son sexe. Cahir soupira lentement, et baissa les yeux, se forçant à la regarder. Il la vit lécher son sexe, glissant sur ses testicules, léchant tendrement son sexe, embrassant sa queue, déposant ses lèvres magnifiques dessus. Elle tournait autour de son sexe, sa bouche tendue vers l’avant, formant un rictus magnifique et grotesque à la fois, tout en le regardant à chaque fois, avec cette lueur mielleuse et sensuelle qui brillait dans ses yeux.

Cahir serra les poings, jambes écartées, en soupirant profondément.

« Ohhh... Tu es si belle, Roxane... »

Elle prit alors son sexe en bouche, et les mains du guerrier ne tardèrent pas à caresser ses cheveux, pendant qu’elle remuait sur sa verge, qui lui avait semblé ne jamais être aussi grosse... Et aussi douloureuse. Des frissons le traversaient, le forçant à agir plus vite, et il sentit soudain la langue de la femme tourbillonner sur sa queue, la comprimant, la femme usant visiblement de ses pouvoirs magiques.

« Haaaannn... !! »

Cette fois, l’homme ne put s’empêcher de hurler, et sentit cette langue se compresser sur son phallus. Elle serra fort, avant de le relâcher, et il crispa alors ses mains sur ses cheveux, et, quand il la sentit s’enfoncer aussi loin que possible, jusqu’à ce que les lèvres de Roxane ne caressent ses testicules, il appuya sur sa tête.

« Ooooh, Roxane... Tu... Tu me rends dingue... Tu es... Une... Une vraie salope !! »

Il grogna alors, et commença à reculer son bassin, puis donna un coup en avant, et recommença, filant en arrière, puis en avant, crispant ses mains sur les cheveux de la femme, sentant une vague d’adrénaline le traverser en profondeur.

« Tu aimes ça, hein ? Quand on te baise... Bien fort !! Tu m’as mis... Tu m’as mis dans un tel état, Roooxane !! Haaa... Ha, ma chérie !! »

Cahir y allait de plus en plus fort, lui baisant la bouche, exactement comme elle l’avait demandé.

Et Dieu, que c’était bon !!
« Dernière édition: Septembre 13, 2016, 09:15:27 par Cahir » Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Roxane de Vissec
Créature
-

Messages: 72


La Dévoreuse


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #25 le: Septembre 12, 2016, 11:13:28 »

Roxane prenait un plaisir sans nom à sucer le sexe de l'apatride qui appréciait visiblement son don inné pour la fellation. Ce petit bijou de famille était décidément de belle taille, mais elle n'avait pas de peine pour l’engouffrer entièrement, le faisant glisser sur sa langue humide et chose qui, joueuse, s'amusait parfois à se tortiller autour du mât de chair. Cahir semblait adorer ça car il poussa un cri de plaisir qui le mena rapidement à plonger ses doigts dans les cheveux de la terrible femme pour mieux maintenir sa verge au fond de sa gorge et prendre les rênes, imposant son rythme avide comme elle le lui avait demandé.

Loin de se sentir mal à l'aise comme pouvait l'être certaines femmes à se soumettre ainsi comme un vulgaire objet, Roxane adorait ça. Et mieux encore, cela l'excitait et la faisait mouiller. Elle aimait tout autant l'entendre l'insulter et jurer tout en s'acharnant à coups de reins sur sa petite gorge étroite.

Elle laissa parfois échapper de petits gémissements de délices étouffés, enivrée par le parfum et le goût du sexe de l'apatride même lorsque celui-ci venait parfois violemment taper dans le fond de son gosier. La sexe de l'homme ne tarda pas à s'agiter au milieu d'un bain de salive dont quelques filets glissèrent le long du menton de Roxane qui se régalait et s'agrippait au fessier musclé du guerrier. Lorsque celui-ci la regardait, elle lui lançait un regard lubrique et pervers afin de l'encourager. Pas question qu'elle ne lâche cette queue avant qu'il n'ait jouit dans sa bouche. Et elle avait hâte qu'il le fasse, espérant être gâtée.

Elle ne tenta pas de précipiter la chose grâce à une quelconque forme de magie, elle se contentait de le laisser faire à sa guise, accueillant les mouvements de hanches de plus en plus violents de l'apatride avec un plaisir non dissimulé, jusqu'à ce qu'enfin, il ne déverse sa semence chaude et ne se retire. Roxane avala alors goulûment le sperme, venant même lécher une dernière fois le sexe de l'homme pour ne pas en perdre une goûte. Une vraie petite tigresse affamée. Lorsque la verge fut bien propre, elle se redressa, laissant du même coup sa poitrine généreuse glisser le long de la peau de Cahir. Puis, elle força le passage des lèvres de l'homme pour qu'il suce son index encore ganté.

Elle chuchota alors à son oreille :

- Maintenant nous avons deux solutions, mon chéri.  Soit je t'offre un petit coup de pouce dès maintenant et tu me prend sauvagement là, sur le lit. Soit tu décide de faire une petite pause et nous pourrons discuter dans un autre petit endroit secret de cette tour. Qu'en dis-tu ? Oh il ne sera pas trop tard pour reprendre l'un ou l'autre ensuite.

Elle lui lança un clin d’œil et sortit son doigt de sa bouche pour l'embrasser langoureusement. Elle ne voulait pas y aller trop fort non plus, craignant de casser son jouet prématurément. Cahir avait beau avoir du sang de démon, il n'en restait pas moins un être humain. Et il avait déjà jouit deux fois en très peu de temps. Elle serait donc consciente, sachant pertinemment qu'elle pouvait le garder ici une éternité si elle le voulait. Ils avaient donc tour leur temps...

En attendant de le laisser répondre, elle l'embrassait comme une amante comblée, son corps pressé contre le sien, ses mains glissées dans ses cheveux noirs ou derrière sa nuque. En fait elle ne libéra ses lèvres que lorsqu'il commença à manquer de souffle. Et elle souriait, amusée.
Journalisée



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Cahir
Humain(e)
-

Messages: 413



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #26 le: Septembre 13, 2016, 10:02:05 »

Cahir ne se contrôlait plus. Il était pris dans cette transe furieuse, cet état second de rage bestiale, animale, que le sexe pouvait provoquer. Même en ce moment, où il crispait ses mains sur les cheveux de la femme, et remuait furieusement en elle, sa queue tapant contre sa gorge, disparaissant en elle, et la soumettant donc physiquement, il savait qu’il ne faisait qu’accomplir uniquement le jeu de Roxane. Même là, dans cette situation de pure virilité masculine, elle continuait à le dominer, car elle était responsable de cette situation. Roxane jouait avec lui, encore et encore, et l’apatride, qui le savait, n’en avait cure. Elle avait attisé un feu, un feu qui lui dévorait la poitrine, et consumait tout son être, faisant de lui sa chose. Il aimait la baiser, il aimait ça bien au-delà du raisonnable, et n’arrivait pas à se lasser. L’adrénaline qui tambourinait dans ses veines ricochait avec ce désir furieux qu’il ressentait. Cahir, avant d’arriver ici, avait erré et voyagé pendant des semaines, et le sexe, en réalité, était comme une drogue dure, vous consommant totalement. Quand on y goûtait, on ne pouvait plus s’en passer, et Cahir était dans cet état-là.

Roxane était une véritable sorcière, car, après tout, une sorcière, fondamentalement, était une femme qui manipulait les individus selon leur convenance. En ce sens, Roxane était une terrible sorcière, car elle avait fait de l’apatride son jouet, un jouet conscient et volontaire, qui ressentait un désir incroyable envers cette femme. Il crispait ainsi ses mains sur ses magnifiques cheveux argentés, multipliant les bourrades, haletant et grognant, baisant sa bouche avec force. Ses testicules claquaient régulièrement contre son menton, et il maintenait parfois sa queue dans la gorge de la femme, serrant le plus loin possible.

« Hmmmm... !! »

L’apatride soupirait donc, multipliant les coups de reins, encore et encore, et ce pendant de longues minutes. Le temps défilait à toute allure. Cahir donnait tout ce qu’il avait, des gouttes de sueur glissant de son visage, sur son torse. Le sexe était clairement une activité physique très intense, et l’apatride puisait dans les réserves de son corps pour s’occuper d’elle au mieux. Il continuait donc à la prendre, filant en elle, longuement, jusqu’à sentir le point de rupture approcher. Fermant les yeux, Cahir haletait plus lentement, la sueur continuant à glisser sur son torse, et ses mains se crispèrent finalement sur ses cheveux.

« Ro... Rooooxane... !! »

Dans un long soupir, Cahir redressa un peu sa tête, et son vit recracha du bonheur, sous forme de liquide blanchâtre. Des secousses le traversèrent, et il balança ce qu’il avait dans le corps, se vidant en elle, pendant de multiples secondes. Il se relâcha donc en elle, et sentit une vague le traverser, puis le calme revenir dans son esprit. Roxane, néanmoins, ne le laissa guère tranquille, et se redressa rapidement, fourrant dans sa bouche l’un de ses doigts gantés, délicatement imbibé de son sperme, avant de l’embrasser, en se lovant contre lui. Yeux clos, Cahir se dépêcha de passer un bras autour de la hanche de la femme, savourant ses lèvres magnifiques, répondant avec joie à son baiser, avant de l’entendre lui faire une proposition... Proposition qui ne manqua pas de l’amuser.

Maintenant que le démon du sexe, Cahir était en effet plus à même de réfléchir calmement, et, même s’il désirait toujours le corps de Roxane, il était aussi vrai que l’apatride suait profondément, sa poitrine se soulevant et s’abaissant lourdement.

*Quel choix... Préférera-t-elle que je lui montre être capable de me retenir ? Ou est-ce qu’elle se vexera que je ne veuille pas encore continuer d’elle ? Tu parles d’un choix, ouais...*

Face à elle, Cahir réfléchissait, la regardant, s’absorbant dans le spectacle de ses yeux, de son corps superbe, de sa silhouette magnifique. Finalement, il esquissa un léger sourire, et l’embrassa sur le coin des lèvres.

« Je ne serais pas contre une petite discussion. Il n’y a pas que ton corps, aussi somptueux soit-il, qui m’intéresse, Roxane... Je suis aussi très curieux de savoir comment une beauté telle que toi peut bien se trouver ici, dans une tour, loin de tout... »

Son choix était finalement fait : satisfaire sa curiosité sur elle.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Roxane de Vissec
Créature
-

Messages: 72


La Dévoreuse


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #27 le: Septembre 12, 2017, 07:38:00 »

Roxane aimait aujourd'hui le sexe plus que tout au monde. C'était sa drogue, mais aussi une nécessité de survie. C'était tout pour elle et son corps, ses capacités et sa magie lui permettaient de pouvoir baiser encore des lunes entières sans s'arrêter si elle en avait envie. Mais ce n'était pas le cas des humains, même ceux qui partageaient en peu de sang démoniaque. Il fallait bien qu'ils se reposent, sinon ils mourraient. Roxane en avait tué quelques une comme ça, puisqu'elle n'avait pas prit la peine de s'inquiéter de leur plaisir ou de leur confort, mais seulement du sien alors qu'elle était affamée. Cahir avait eu de la chance, voilà tout. Et il avait pour lui un charme et un courage qui plaisait assez à la belle Dévoreuse pour que celle-ci veuille prendre soin de son jouet et le garder en vie un bon moment. Peut-être même pour toujours qui sait, ou du moins jusqu'à ce qu'il devienne un peu trop mûr ou fatigué à son goût. Elle n'y avait pas vraiment réfléchi. Pour l'heure, elle n'avait pensé qu'à étancher sa soif de sexe. Elle se sentait bien mieux désormais et offrait à l'apatride un moment de répit pour lequel il sembla opter, bien que ses yeux brillaient encore de désir en observant la femme des pieds à la tête. Sa curiosité avait elle aussi besoin d'être étanchée. 
 
Roxane sourit d'un air charmeur et lui retira le collier qu'il portait encore, le libérant tout à fait. Elle ne craignait pas qu'il s'échappe. S'il essayait seulement, elle n'aurait qu'à faire un geste pour qu"il revienne instantanément lui lécher les pieds en la suppliant de lui sucer encore la queue. 
La jeune femme lui prit la main et le guida, le faisant sortir de la chambre, puis du salon. Ils débarquèrent dans les couloirs sombres et froids, quittant le décor chaleureux et prestigieux des appartements. Sans un mot, elle lui fit descendre plusieurs escaliers, jusqu'à ce qu'enfin, en poussant une dernière porte, ils ne pénètrent dans l'endroit dans lequel elle souhaitait se détendre. Elle prit tout de même soin de refermer la porte derrière l'homme avant d'enlever ses gants, seuls vêtements qu'elle portait encore, puis de plonger dans l'eau.
 
Elle fit quelques brasses sous la surface avant de remonter, inspirant l'air frais de cette pièce fabuleuse qui se trouvait dans les souterrains de sa Tour. Elle y venait souvent pour réfléchir ou penser à autre chose qu'à son passé misérable. 
Lorsqu'elle revint vers Cahir, elle entoura ses bras autour de son cou, puis ses jambes autour de sa taille. Elle l'embrassa avec gourmandise, puis sourit.
 
- Alors comme ça... le Beau Cahir désire percer le mystère de la Sorcière la plus bandante que le Monde est connu ? Celle qui vit recluse au sommet de sa Tour comme une vieille fille, mais qui baise comme une Déesse ?
 
Elle rit un peu, puis tout doucement, son rire s'éteignit et son sourire s'effaça un peu. Elle lâcha le soldat, le fixant un court instant, avant de descendre le long de son corps. Lentement. Sous l'eau, alors que les ondes ne pouvait donner à l'homme qu'une image floue, elle embrassa son sexe d'un baiser. Et lorsqu'elle remonta, la sublimissime guerrière avait disparue, laissant place à celle qu'elle avait réellement été : Roxane de Vissec. Pendant une seconde, s'il avait été attentif, Cahir pu voir une ombre de tristesse poignante et douloureuse passer dans le regard bleu de ce nouveau visage. Juste avant qu'elle ne sourit de nouveau de cet air charmeur et ne plaque sa poitrine contre lui, l'entourant de nouveau de ses bras.
 
- J'étais la Duchesse Roxane de Vissec, née dans un monde qui t'es inconnu il y a maintenant bientôt 700 ans. Il y a bien longtemps, j'ai pactisé avec un être de l'au-delà. Un Démon ou un Dieu, je n'ai jamais vraiment su. Il m'a offert la possibilité de me venger et de vivre sans jamais vieillir, avec la chance même de pouvoir changer d'apparence à ma guise. 
 
Elle se détacha de lui et se mit à nager tout en continuant son récit. Il voulait savoir, non ? Alors autant faire ça proprement.
 
- Mais ce genre de contrat n'est pas sans condition, tu t'en doute bien. Je n'ai pas le droit de quitter cette Tour. En tous cas pas de m'en éloigner de plus de quelques mètres. Et la seule manière pour moi de survivre et de me nourrir...  c'est de baiser.
 
Roxane s'appuya le dos contre l'un des rebords, soupira, puis continua :
 
- Voilà pourquoi je garde précieusement tous les hommes qui se risquent ici et que je les baise jusqu'à ce qu'ils en crèvent. En fait, la plupart du temps je suis tellement affamée que je les tue très vite. Ils survivent à peine quelques minutes. Mais toi... tu es assez intéressant pour que je te laisse vivre. Pour le moment en tous cas.
 
Elle lui lança un clin d'œil. Il ne serait certainement pas ravi de comprendre ce qui l'attendait, sauf s'il l'avait déjà comprit. Mais de toute manière, le seul et unique moyen qu'il avait d'éviter de connaître le sort de tous les autres c'était de se suicider. Ou d'espérer la clémence de la Dame. Chose plutôt compliqué. Roxane s'étira longuement et ajouta :
 
- J'appartiens à mon Maître et je lui obéis en toute chose. Il ne vient presque jamais me voir cela dit et se fiche bien de me savoir sur le point de crever après des années d'abstinence... As-tu déjà eu soif au point de devenir fou ? Ce n'est pas une sensation très agréable... et mon Maître a prit soin de s'assurer que je ne puisse jamais assouvir ma fin toute seule. Si tu vois ce que je veux dire...
 
Sa voix résonnait doucement dans les souterrains tandis qu'elle observait Cahir avec un sourire mielleux. Elle semblait se moquer de son existence au final et semblait s'y accommoder sans problème au final. Pourtant... pourtant il y avait eu ce regard si triste pendant une seconde. Ce regard qui aurait fait pleurer le cœur de pierre le plus glacé. Mais elle-même ne semblait même pas s'être aperçue de ce qui s'était passé pendant cette seconde.

- Et toi mon beau Cahir... qui es-tu donc ?
Journalisée



Pour un RP ou autre, contactez Louane Fox !
Cahir
Humain(e)
-

Messages: 413



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #28 le: Septembre 18, 2017, 12:50:55 »

Cette femme était vraiment étonnante. Il y avait ici quelque chose qui l’effrayait, comme une sorte de menace silencieuse, comme si… Comme si tout cela était trop beau pour être vrai. Elle, avec sa beauté légendaire, son corps parfait, cette tour magnifique, vivant loin de tout, au plus profond de cette forêt… Cahir avait le sentiment d’être dans l’un de ces contes pour enfants, où la sorcière vivait dans une maison faite de bonbons en pleine forêt, afin d’attirer les enfants, et pouvoir les manger. C’était vraiment le sentiment qu’il avait ici, face à cette femme, qui avançait le long des escaliers. Elle était belle, belle à se damner, mais cette beauté dissimulait quelque chose. Il en était sûr ! En tout cas, le duo rejoignit finalement un agréable bassin bâti à même la roche, où la femme se déshabilla enfin, et prit sa véritable apparence. Cahir, en voyant sa chute de reins, sa longue chevelure, son corps parfait, sentit à nouveau son sexe l’élancer douloureusement. Il avait déjà joui longuement, mais, à chaque fois, son érection revenait, preuve que cette femme lui plaisait vraiment. Peut-être y avait-il un sortilège de magie rose derrière ça, mais Cahir était suffisamment honnête envers lui-même pour reconnaître que cette femme le faisait bander sévèrement.

Elle se mit à nager, et, debout sur le rebord de la piscine, il l’observa sans rien dire, fasciné par ce corps, la voyant remonter, basculant ses cheveux derrière elle, tout en parlant. Elle lui confirma être une sorcière, une ancienne duchesse  même, Roxane de Vissec. Un nom de famille qui ne lui disait rien. Il y a plusieurs siècles, Roxane avait pactisé avec une force supérieure pour « se venger » (de quoi ?), et, surtout, pour ne jamais vieillir. La force lui avait alors accordé son vœu, mais en la soumettant à une double condition : l’impossibilité de quitter cette tour, et la nécessité, pour entretenir son corps, de faire l’amour, Roxane ne pouvant se satisfaire elle-même.

*Comme une succube, elle couche avec ses prisonniers…*

Tout cela donnait froid dans le dos, et, même si Cahir était toujours excité, il commençait maintenant à envisager sérieusement l’hypothèse d’une fuite…. Mais cette femme n’avait sûrement pas avoué ses plans sans une roue de secours. Cahir ne voyait aucun piège, mais il était nu, désarmé, face à une sorcière capable de changer de forme, vivant depuis des siècles dans cette tour.

« Donc… Mon destin est de te servir d’amant jusqu’à ce que j’en meure d’épuisement, ou que je ne sois plus à ton goût ? »

Simple question rhétorique. Il avait bien compris, et se pencha vers elle, en commençant à envisager, non pas la fuite, mais une solution alternative, une troisième voie.

« Toi qui vis dans cette tour, tu ne dois pas savoir comment les choses sont sur Terra. Moi, tu vois, je suis un apatride, ma famille m’a renié, mon État m’a damné. J’erre sans but, et tu vis sans but. Alors… Passer ma vie dans cette tour de luxe à coucher et à baiser avec toi, c’est un plan tentant… »

Elle s’attendait sans doute à une autre réponse. Qui sait combien d’hommes, en apprenant l’amère vérité, avaient dû tenter de s’enfuir ? Cahir, pourtant, avait des gens, dehors, sur qui il tenait, notamment Louane, cette belle Terranide qu’il avait rencontré à Flotsam, et dont il lui arrivait souvent de penser encore, au détour de nuits houleuses… Mais, pour l’heure, il était face à cette sorcière, et rejoignit l’eau, frissonnant au contact de cette eau tendre et chaude, se rapprochant de Roxane.

« …Mais pourquoi avoir la vie éternelle, si c’est pour la passer emprisonnée ici ? Ce que tu vis, Roxane, ce n’est pas un don, c’est une malédiction »

Cahir se rapprocha d’elle, nageant après son corps, son érection ne diminuant pas, mais semblant, au contraire, par quelque biais mystérieux, se maintenir et croître.

« Or, il existe des forces qui luttent contre ce genre de maléfices… Ce que ma vie d’errance m’a appris, Roxane, c’est qu’il n’existe aucune fatalité. »

L’apatride se rapprocha encore d’elle, venant la coincer contre le rebord de la piscine, et s’appuya sur le mur. Il touchait terre, et l’embrassa alors, montrant qu’il n’avait pas peur d’elle, et qu’il voulait sincèrement l’aider.

« J’ai rencontré une sorcière, une fois, qui avait rejoint le culte de la Déesse Sha. La Déesse des Sorcières, mais aussi des Malédictions. S’il y a bien une femme qui peut te sauver de ta prison, c’est elle… Ta Déesse, puisque tu es une sorcière. »

Qui sait ? Peut-être que ce nom provoquerait en elle des souvenirs latents, subconscients, datant d’une autre époque… Cahir l’embrassa en tout cas encore.

« Tu es une sorcière, mais aussi une duchesse, une noble… Et moi, je suis un chevalier sans allégeance. N’aimerais-tu pas avoir un chevalier à ton service ? Quelqu’un qui te rappelle que tu es une dame, Roxane ? »

Il parlait sans doute sous l’effet de sortilèges magiques, mais il y avait un fond de sincérité dans ce qu’il disait. Avait-il perçu l’élan de tristesse, bref, de Roxane quand elle avait commencé à lui relater son histoire ? Peut-être… Mais, en tout cas, il lui faisait désormais des propositions !

Briser la malédiction pesant sur cette nymphe, c’était là cette troisième voie qu’il envisageait !
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 [2]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox