banniere
 
 
Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2 3 ... 6
  Imprimer  
Auteur Sujet: Take me away | PV  (Lu 7271 fois)
Dylan E. Ellison
Leader des belles gosses à lunettes
E.S.P.er
-

Messages: 604


Psychologue


Voir le profil
FicheChalant
« le: Octobre 15, 2013, 03:26:57 »

Il était bientôt midi. La circulation sur l'autoroute était fluide, le moment idéal pour prendre la route. Dylan était au volant de sa voiture, une location qu'elle s'était permis de s'offrir pour la durée de son séjour aux États-Unis. Eh oui, la psychologue était en voyage pour vivre le rêve de sa vie : le road trip. Débarquée à New York, elle allait emprunter l'autoroute 66 pour rejoindre Los Angeles. Elle dormira dans des campings et hôtel et quelques arrêts et détours sont prévus au courant de sa virée, entre autre la ville natale de son père... En effet, la psychologue était métissée américaine-japonaise et c'était une occasion de découvrir une moitié d'elle.


Elle roulait vers la sortie de New York depuis une vingtaine de minutes, mais avant de quitter entièrement la ville, elle s’arrêta prendre quelques provisions. Elle prit l’essence et ce qu’il faut pour sustenter au moins deux jours, bouteilles d’eaux, viandes froides, pains, fruits et un café pour la route. Le tout alla dans une glacière, sauf évidemment le café qu’elle buvait tranquillement sur une table à pique-nique près de sa voiture. Il faisait chaud, mais il y avait un vent frais. Son combi noir en short était confortable dans cette température.

Elle venait de vérifier le contenu de ses bagages ainsi que son itinéraire, même si elle l’avait déjà fait il y a une heure. La pensée d’être seule tout au long du voyage faisait peur et la perturbait un peu, bien que ce ne soit pas la première fois que cette idée lui traversait l’esprit. Une fois sur place, c’était vécu autrement, parce que des gens devront inévitablement croiser sa route… Mais sa réflexion se terminait toujours de la même façon : elle exagérait !  Non, tant qu’elle fera attention, rien  de mal ne devrait lui arriver.


Il serait peut-être temps pour elle de partir. Elle doit quand même rouler toute l’après-midi pour atteindre sa première destination. D’un bond, elle se leva et lança son gobelet de café vers la poubelle la plus proche. Mais par manque de dextérité, elle rata son coup. Après avoir lâché un juron, elle se pencha pour ramasser le récipient, mais en se redressant quelque chose attira son attention vers la station-service. Son oreille droit discernait à peine le son d’une sirène en approche…
      
« Dernière édition: Octobre 15, 2013, 03:18:46 par Dylan E. Ellison » Journalisée

Merci Connor chéri pour le kit <3
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #1 le: Octobre 15, 2013, 04:59:16 »

« Not a fuckin’ dollar in ya pocket, but here you are buddy, in New fuckin’ York. » Grommela le bel américain.

Vêtu d’un épais blouson en cuir noir matelassé, d’un jean bleu délavé, lunettes de soleil aviateur sur le nez, Stephen se sentait chez lui, comme jamais. Le cours des choses avait fait qu’il pouvait enfin prendre un peu de temps pour s’improviser une visite au cœur de son pays natal. Ouais, pas besoin d’aller voir la famille, il valait mieux qu’il les évite, d’ailleurs. Mais il comptait bien voir certaines personnes, quitte à ne pas révéler son identité, à la cacher activement, même.

Il était arrivé par un portail, et sur place, avait rapidement volé une Chevrolet Camaro, couleur rouge grenat. A première vue, c’était un modèle de 2011. Stephen avait un peu perdu l’habitude des modèles américains. Il faut dire qu’entre les chevaux de Terra et les sacrées bécanes japonaises de Seikusu, il avait de quoi se trouver dépaysé. General Motors, c’est vraiment de la merde.

Mais il avait de plus gros problèmes pour l’instant que l’absence de R1 à conduire ou encore la santé de ses purs-sangs Ashnardiens. Car seul importait, pour le moment, qu’il trouve quelques thunes. Voler une voiture, c’est bien beau, mais improviser un road-trip avec seulement trois dollars et cinquante centimes, ça n’allait pas le faire. Heureusement, on est aux USA. Et qui dit USA dit : armes faciles à obtenir et stations-essence faciles à braquer.

« Let’s do this. » Murmura le beau diable pour lui-même.

Après quelques minutes de recherche, il finit par trouver un magasin approprié à la sortie de la ville. C’était le moment de passer à l’action. Fort heureusement, tous les américains lambda semblaient posséder un calibre dans leur boite à gants. Dans ce cas précis, un Taurus 9mm. S’il revoyait un jour le type qu’il avait assommé sur le parking du JFK Airport, Stephen ne manquerait pas de le remercier et le complimenter sur ses goûts. En attendant, il avait une station à dévaliser.

Pénétrant dans la boutique, le jeune homme ne fit pas l’effort de cacher plus son visage que par les lunettes qu’il portait. Un tir se fit entendre, et tout le monde se mit à terre. La routine était connue ici, apparemment. Tandis que le propriétaire vidait les caisses de la boutique, le démon réfléchissait à son trajet. Ce qui l’intéressait le plus était de prendre la 81 jusqu’à Nashville, il avait quelques plans là bas pour récupérer un peu d’argent. Et de la drogue. Pas pour en prendre, ça ne lui faisait pas grand-chose, pour en vendre.

« I’ve called the cops on your ass. »
Nargua le propriétaire tandis que Stephen quittait les lieux avec deux mille dollars.

« Tough shit ya cocksucker, eat a dick. » Rétorqua machinalement le beau diable en quittant la boutique, prestement.

Sauf que le gérant n’avait pas menti, et le bruit des sirènes se faisait entendre, déjà. Cela n’étonnait qu’à moitié le beau diable. Le coin était blindé de commissariats, et l’apparente habitude qu’avait le commerçant à se faire braquer avait du convaincre la police de patrouiller fréquemment le secteur. Bordel, il n’aurait jamais le temps de récupérer la Camaro qu’il avait garé à une centaine de mètres. Et il ne tenait pas à se faire ficher une nouvelle fois, autant éviter la police. Plus pour éviter de divulguer qu’il était un démon qu’autre chose.

« HEY YOU ! WITH THE FUCKIN’ HIPSTER GLASSES ! » Grogna-t-il à une jeune femme non loin. « DON’T YA FUCKIN’ MOVE ! »

Rapidement, il couru jusqu’à elle. Par chance, elle était à coté de sa voiture, et assez proche pour qu’il la rejoigne en quelques secondes, mais trop loin pour que le propriétaire voit Stephen partir dans cette automobile. Un détail arrêta néanmoins le démon. Il valait mieux l’embarquer aussi, la meuf. Elle pourrait toujours servir de monnaie d’échange s’il se faisait attraper. La pointant de son arme, le beau diable lui fit signe d’entrer prestemment dans la voiture, coté conducteur. Il entra lui-même du coté passager.

« Now, you shut the fuck up, and you drive to the Interstate 81, got it ? Headin’ for Nashville. » Dit-il de son fort accent Texan. « Putain, il a appelé vite, l’enfoiré. » Grogna alors le fugitif en japonais, avec un dialecte distinct de Seikusu.
Journalisée

Dylan E. Ellison
Leader des belles gosses à lunettes
E.S.P.er
-

Messages: 604


Psychologue


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Octobre 15, 2013, 07:34:47 »

Parfaitement immobile. Un bref sursaut avait levé ses bras de chaque côté de son visage, propulsant le gobelet de café par la même occasion. Le grand type aux lunettes d’aviateur s’approchait de sa hauteur, une arme braquée sur elle. Qu’est-ce qu’il lui voulait ? Sa voiture évidemment. La sirène qu’elle entendait était sûrement celui d’une voiture de police, à ses trousses. Prête à lui refiler ses clés, elle fut surprise qu’on lui indique de monter…  Merde ! Sans avoir le choix, elle fait ce qu’on lui demande et après avoir refermé sa portière elle regarda l’inconnu se diriger vers le côté passager. Ce qu’il attendait d’elle était évident. Ses mains tenaient fermement le volant. L’homme lui parlait si vite qu’elle eut du mal à assimiler son anglais marqué d’un drôle d’accent, mais elle retenu Nashville. Il enchaîna un monologue, mais pour Dylan qui avait tout saisis cru qu’il s’adressait à elle.


On est aux États-Unis, ils doivent avoir l’habitude.


Ces mots ont été dit sur un ton sarcastique, voir cynique et Oh ! Dylan s’était exclamé en japonais. La psychologue n’était plus sûre s’il allait la comprendre, si ce connard venait vraiment de lui parler dans sa langue de prédilection. L’anglais, elle le comprenait, mais elle n’avait pas l’habitude de le parler. Tout se bousculait dans sa tête. Quel hasard d’être tombé sur un Japonais... Bon c’est plutôt lui qui lui est tombé dessus, mais quel hasard c’était. Il lança un regard froid mêlé d’inquiétude vers lui, tout en démarrant son véhicule. Ce dernier ne prit pas de temps à rouler pour quitter le stationnement. Une fois sur la route, elle ignorait où aller exactement. Elle ignorait si elle devait aller vite, ou si elle devait respecter la limite de vitesse. Mais la voiture emprunta le virage pour rejoindre l’autoroute…


Dylan observa du coin de l’œil le fugitif.  À première vue, il devait être Américain. C’est à se demander d’où provenait son japonais. Mais qu’est-ce qu’elle  en avait à faire ? Elle était dans la merde. Il fallait se rendre à l’évidence, elle était l’otage de cet homme. Et puis Nashville… Elle n’avait aucune idée où ça se trouvait. De base, elle devait se diriger vers Chicago.
Sa concentration revient sur la route, voyant qu’un des panneaux affichait la prochaine autoroute. Et puis Dylan préférait réfléchir pour trouver une solution, comment se sortir de ce pétrin.


Je peux au moins vous demander de me guider ?


Sa voix trahissait sa peur et le serrement dans sa gorge dévoilait sa colère. Sans quitter des yeux la route, elle essayait d’ignorer la présence troublante de ce type.
« Dernière édition: Octobre 15, 2013, 07:42:45 par Dylan E. Ellison » Journalisée

Merci Connor chéri pour le kit <3
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #3 le: Octobre 15, 2013, 10:55:06 »

Elle était difficile quand même, cette hipster. Se faire embarquer par un beau hors-la-loi dans un voyage à travers les USA, on avait vu pire comme situation. Même s’il faut admettre que pour l’instant, elle ne savait sûrement pas trop si ce type était juste un allumé qui ne lui voulait pas de mal, ou un réel psychopathe.

Peut-être valait-il mieux qu’elle ne le sache pas, d’ailleurs. Mais en tous cas, il ne lui voulait pas de mal. Elle risquait de lui servir d’otage quelques temps, alors autant désamorcer la bombe de suite. Il se mettait un peu à sa place, conduire avec un flingue sur la tempe, il y a plus agréable.

Il s’apprêta à prendre la parole lorsque la jeune femme le prit de court. Elle venait de s’exprimer avec un japonais parfait, et surtout, dans un dialecte qui était sans aucun doute possible celui que l’on parlait à Seikusu. Les yeux du jeune américain s’écarquillèrent de surprise, ne dévoilant pourtant pas le dixième de son étonnement.

« Eh, le hasard fait bien les choses. » Dit-il dans son japonais approximatif habituel.

Sur ce, il baissa son arme, remettant la sécurité dessus et la rangeant dans la boite à gants. Il poussa un long soupir et s’affala un peu plus sur le siège de la voiture. Doucement, il tourna la commande pour allonger un peu le repose-dos et l’appui-tête. Il extirpa un sac en plastique mis en boule de sa poche de son blouson.

Le regard du bel homme passa alors à celui de la jeune femme, elle avait l’air quelque peu apeurée, et pas mal en colère. Bah, elle finirait par se faire à l’idée, de toute façon. Car Stephen, lui, ne comptait pas la lâcher du voyage. Il sortit également un paquet de cigarettes de la poche de son jean. Des American Spirit, un paquet souple de couleur cyan.

« Interstate 81. Tu tournes dans deux kilomètres. Puis on a genre… » Dit-il, s’interrompant pour réfléchir. « 16 heures de route jusqu’à Nashville. Si ça roule bien. »

Pour quiconque ayant grandi ailleurs qu’en Amérique, 16h de route afin de rejoindre deux état supposés être voisins, ça avait de quoi choquer. Stephen, quant à lui, trouvait cela parfaitement normal et d’ailleurs il connaissait bien quelques motels sur l’Interstate 81. Dans sa tête, le plan était déjà intégralement tracé. Et puis, il était aussi en voyage et comptait bien explorer chaque coin des USA, pour profiter de son rare temps libre.

Sans dire un seul mot supplémentaire, il tendit une cigarette à la jeune femme. Elle pouvait bien se permettre de fumer un peu au volant, ce n’est pas comme si les autoroutes des Etats Unis étaient particulièrement en zigzag, surtout sur la côte Est. Mais surtout, ça la détendrait un peu. Bon, Stephen ne pensait et n’espérait pas déclencher chez l’otage un syndrome de Stockholm en lui proposant une simple clope, mais autant briser la glace.

« J’m’appelle Stephen Connor. Boxeur à la retraite et considéré comme mort dans ce pays. Et toi ? Je connais ton accent, tu es de Kyoto, hein ? J’habite à Seikusu, moi. » Dit-il, un léger sourire au coin des lèvres.

Il comptait s’arrêter sur le parking d’un motel avant d’arriver à Nashville pour voler une voiture décapotable. Quitte à se lancer dans un petit parcours, autant le faire convenablement, comme dans les films. D’autant plus qu’à part son Texas natal et les villes abritant de grands stades de boxe, Stephen n’avait, tout compte fait, pas beaucoup visité son propre pays. La perspective de ce voyage l’enjouait, et le rendait aussi songeur.

« T’as pas une tête de japonaise non plus. » Remarqua-t-il en allumant sa clope. « Ecoute, on va être ensemble pour quelques temps, alors mets ta haine de coté, t’auras la nuit au motel pour essayer de te barrer. » Dit le démon, souriant légèrement.
Journalisée

Dylan E. Ellison
Leader des belles gosses à lunettes
E.S.P.er
-

Messages: 604


Psychologue


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Octobre 16, 2013, 05:13:36 »

Le simple fait qu’il ait rangé son arme enlevait une certaine pression. Sauf qu’il fallait quand même se rappeler qu’elle ne courait aucun danger. Premièrement, le jeune homme ne l’avait jamais menacé de mort et malgré le fait qu’elle ignore jusqu’où allaient ses limites, elle pourrait facilement se régénérer d’une blessure par balle… Normalement. Mais l’inquiétude restait là, à l’idée d’être utilisé comme objet si son secret était à la portée d’une personne qui voudra exploiter odieusement ses capacités. Si seulement elle pouvait ressembler un peu plus à son héro, Wolverine. Côté griffe en acier et non le physique… Elle se plait quand même bien être femme…
Pendant qu’elle s’enfonçait doucement dans ses pensées, elle relâcha la tension de ses mains, desserrant le volant, se rendant compte qu’une partie de son malaise venait de ses muscles trop tendus. Mais essayer de se détendre à côté d’un type qui vient juste de « réquisitionner » votre voiture n’est pas facile… 


16 heures ?!! Je veux bien vous déposer là-bas, mais compter pas sur moi pour rouler pendant 16 HEURES NO-STOP !


La psy avait haussé le ton, frôlant l’engueulade. Elle respirait bruyamment du nez, mais trouva plus facile de retrouver son calme après s’être laissé emporter. Elle  ajusta son bassin sur son siège, puis vit que le jeune homme lui tendait une cigarette. Il lui arrivait de fumer, mais sans que ça devienne une habitude et elle devait admettre qu’en fumer une la calmerait. Hésitant d’abord à refuser bêtement, elle prit finalement la cigarette entre ses lèvres avant de l’allumer et tira une longue bouffée dans ses poumons. Elle renvoya la fumée dans un profond soupire et essaya de se détendre. Le jeune homme se présenta… Stephen Connor. Elle comprit enfin comment il s’était forgé ce corps à en faire exploser des ovaires par millier, il était boxeur…
Réticente, la psy ne savait pas trop si c’était une bonne idée de se présenter. Mais comme elle sera coincé avec lui pour les 16 prochaines heures, voir plus, autant faire la conversation. Eh puis, elle n'avait pas su retenir sa stupeur lorsqu’il lui dévoila qu’il venait de Seikusu, comme elle !


Ah la vache… Elle tira une latte de sa cigarette, rependant la fumée devant elle. Je viens de là aussi…


Elle mit le clignotant pour signaler qu’elle virait vers la prochaine sortie et profita de l’occasion pour ouvrir les fenêtres histoires d’aérer la voiture, qui était à la base non-fumeur… Mais elle aura une bonne justification à donner !
Stephen lui fit remarquer qu’elle n’avait pas les airs nippons, ce qui lui fit sourire. La nicotine l’aidait visiblement à retrouver son état normal, mais malheureusement elle gardait la sensation d’avoir perdu sa liberté. Voyant qu’elle ne répondait pas, l’ex-boxeur lui rappela qu’ils passeront quelques temps ensemble, alors autant rendre le voyage plus agréable. Dylan ne quitta pas la route des yeux et poussa un léger soupire.


Compte sur moi pour essayer… Elle parlait de fuir. Une nuit au motel, elle aurait préférée qu’il ne mentionne pas ce programme. Le ton qu’il utilisait ne lui plaisait pas non plus. Il semblait tout détendu, voir ravie. Elle pouvait distinguer un léger sourire dans la voix du jeune homme. Mais après un moment, elle se dit qu’elle finirait par trouver le temps long et ces moments de silence insupportable. Elle se connaissait assez pour affirmer cela.


Mon père est Américain. Il a épousé ma mère qui est Japonaise…  Elle prit une taffe en se disant que c’était un bon début… Je m’appelle Dylan. Je suis psychologue, mais je suis en vacances. 


Les voilà engagé vers l’Interstate 81. Un dernier regard vers le rétroviseur pour admirer la ville et ses buildings.


T’as dit qu’on te considérait comme... mort dans ce pays. Ça veut dire quoi ?
« Dernière édition: Octobre 16, 2013, 05:50:43 par Dylan E. Ellison » Journalisée

Merci Connor chéri pour le kit <3
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #5 le: Octobre 16, 2013, 02:41:23 »

Un sourire vint orner les lèvres du bel américain lorsque la jeune femme accepta sa cigarette. Il la regarda du coin de l’œil, tandis qu’il allumait lui-même sa clope. D’ailleurs, l’ignition du fin tube de tabac se fit à l’écart du regard de l’otage. Tout simplement parce qu’il n’avait pas de briquet et ne souhaitait pas emprunter celui de la conductrice. Et aussi parce qu’il avait cette fâcheuse tendance à utiliser ses pouvoirs pour faire quelques étincelles.

Mais il était, de toute façon, difficile de voir ce qu’il faisait, du point de vue d’une personne qui devait se concentrer sur la route. Ayant allumé sa cigarette, le démon tourna à nouveau son regard vers la jeune femme. Elle parlait sans aucun accent, ça s’entendait bien. Par contre, il ne se souvenait pas de l’avoir déjà entendue parler anglais, alors peut-être était-elle une touriste aux origines mixtes ? Car elle n’avait pas vraiment l’apparence d’une japonaise, comme il l’avait mentionné un peu plus tôt.

La jeune femme avait encore du mal à s’exprimer, et elle n’était visiblement pas enchantée à l’idée de faire seize heures de route. Stephen en était amusé. Il faut être prêt à se retrouver des dizaines d’heures au volant dans un pays gigantesque comme les Etats-Unis. Et puis, le jeune homme avait quelques contacts qui pourraient rendre le voyage des deux intéressants, notamment à Las Vegas. Alors il fallait s’assurer qu’elle soit prête à conduire au travers du désert pendant des heures.

« Tu pourras essayer de t’échapper, mais mon petit doigt me dit que tu n’y arriveras pas. » Répondit-il d’un air taquin.

Son ton était étrangement serein, comme celui d’une personne qui en taquine une autre affectueusement. Comme quelqu’un qui sait que, de toute façon, l’interlocuteur en face ne peut lui nuire. Et sans doute avait-il tort de sous-estimer la jeune femme de cette manière, mais c’était tout à fait dans la nature arrogante de Stephen. Surtout, peut-être n’avait-il pas tort, car s’il ignorait tout de ce dont l’otage était capable, eh bien, autant dire qu’il savait parfaitement ce dont lui était capable.

Il hocha la tête en signe de compréhension lorsque la jeune femme expliqua son héritage culturel. Ce n’était pas si rare que cela, bien que ça reste peu commun. Il peinait à discerner les traits foncièrement japonais chez la jeune femme, mais c’était compréhensible, elle avait dû hériter pas mal de son père. Reprenant une latte de sa clope, le démon haussa un sourcil à la mention de son prénom.

« Mais… C’est un nom d’mec. » Dit-il le plus simplement du monde, l’air hébété.

Une pause fut marquée à l’énonciation de cette évidence. Heureusement, Stephen sut rebondir bien vite sur autre chose.

« Ahem, euh… Oui, une psy, hein ? » Commença le beau diable, se rendant vite compte que ce sujet ne le mènerait nulle part. « Et tu viens rendre visite à de la famille ? » Demanda-t-il.

Lui-même aurait aimé pouvoir rendre visite à sa famille. Mais pour une montagne de raisons, c’était absolument impossible. Bien que cela lui fasse ressentir un peu de tristesse, ou plutôt le faible équivalent démoniaque de la tristesse, il s’était fait à l’idée. Sa cigarette revint à ses lèvres, tandis qu’il inspirait une bouffée un peu plus longue que les autres. Il manqua de mal recracher sa fumée et s’étouffer avec lorsque la jeune femme mentionna sa mort. En quelques secondes, il réalisa que ce qu’il avait dit précédemment, eh bien il n’aurait pas dû le dire.

« Eh merde. Tu pourrais me faire une de tes thérapies pour que j’arrête de balancer des détails qui me compromettent à chaque fois ? » Demanda Stephen alors que la jeune femme arrivait sur l’Interstate 81.

Evitant de répondre pour quelques secondes, il alluma la radio. Stephen ne fit pas particulièrement attention à la station qu’il avait mise, mais un simple coup d’oreille à la musique en court le convainc de ne pas en changer. Tirant une nouvelle latte, il s’affala un peu plus sur le siège, alors que la radio transmettait « Sleepwalking » de « The Chain Gang of 1974 ».

« C’est simple, ici, je suis considéré comme officiellement mort. Alors j’ai bougé au Japon, enfin, à Seikusu, l’endroit où l’on voit le plus de trucs bizarres au monde. » Constata-t-il en souriant.

Il haussa alors un sourcil et reporta son regard sur la jeune femme.

« Tu sais de quoi je parle ? » Demanda-t-il.
Journalisée

Dylan E. Ellison
Leader des belles gosses à lunettes
E.S.P.er
-

Messages: 604


Psychologue


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Octobre 16, 2013, 08:14:31 »

Malgré l’air calme de Dylan, elle bouillonnait intérieurement, constatant avec amertume qu’elle prenait un chemin opposé à Chicago. Ses plans changeaient en bonne partie. De plus, l’attitude simpliste et décontracté de son « ravisseur » lui déplaisait, même si d’un autre côté il démontrait une certaine amabilité à son égard. Bon, le commentaire sur son prénom lui fit grincer les dents, mais elle saisit bien le côté taquin du jeune homme. En gros, ses sentiments étaient partagés entre la haine et la tranquillité d’esprit. Elle ignorait ce que Stephen était capable de faire, en revanche elle n’allait pas passer son voyage toute seule…


Oui, la famille à mon père dans sa ville natale. Je vais les rejoindre d’ici quelques jours. Elle ne voyait pas la nécessité de lui donner plus de détails. Pour elle, c’était suffisant ainsi.


Eh puis, Stephen en faisait autant. C'est à peine qu'il donna des détails sur son histoire de « mort ». Un mince sourire à ses lèvres, elle a dû atteindre une corde sensible. Un grand gaillard comme lui avait assurément un tas d'histoire à raconter. Elle serait intéressée à « approfondir » davantage sur sa personne, mais le tout avec discrétion. Il ne semblait pas à l'aise de savoir qu'elle était en faite une psychologue.
Ses doigts tapotaient le volant au rythme de la musique qui lui disait quelque chose. Une nouvelle bouffée aspira la cigarette à moitié entamé, que Dylan ne tardera pas à jeter. Ça avait beau lui faire du bien, elle n'était pas en mesure de le fumer au complet sans frôler un haut le cœur. Stephen lui racontait que « sa mort » l'avait envoyé à Seikusu, mais la fin de sa phrase restait vague, elle se demandait ce qu'il voulait sous-entendre.


Les choses bizarres à Seikusu… Elle était une chose bizarre. Est-ce qu’il parlait de ça ? Des choses dans le genre qui sortent de l’ordinaire ? Dylan avait déjà supposé que d’autre personne comme elle existait dans le monde. Il y avait certainement une raison qui faisait ce qu’elle était. Pendant une seconde, elle se dit que Stephen pourrait être comme elle… Ou connaissait des gens avec des facultés comme les siens.
Revenant de ses pensées, la psy sentit le regard de Stephen qui lui demandait si elle savait de quoi il voulait parler. Plusieurs secondes s’étaient écoulées à vrai dire et elle croisa le regard de l’ex-boxeur pour se rendre compte qu’il attendait après une réponse. Elle ramena son regard sur la route, tentant de dissimuler son air troublé.


… Non.


Elle baissa la vitre pour jeter sa cigarette après avoir tiré une dernière taffe. L’envie de changer de sujet était favorable, puis autant mettre les choses aux clairs avant que Dylan ne craque…


Écoute, je ne sais pas si tu te rends compte dans quoi tu m’as embarqué et étant donné que je dois me faire à l’idée qu’on voyagera ensemble pour au moins deux jours, je préfère être honnête. Si la police sait que je t’ai embarqué, je n’hésiterais pas à leur avouer que tu m’as kidnappé… Mais si tous se déroule bien jusqu’à Nashville, je serais gentille… Je ne te dénoncerais pas. Je vais même essayer d’être plus indulgente à ton égard à partir de maintenant, parce qu’on vient pour ainsi dire du même milieu...


Elle avait parlé avec assurance, honnêteté et elle espérait ne pas l’avoir offusqué. Elle soupira un bon coup puis le regarda un instant avant de se concentrer sur la route.


Et puis Dylan, c’est un prénom mixte ! Mon père est un grand fan de Bob Dylan… Et mes lunettes sont loin d’être hipster ! Le dernier détail était sans doute de trop, mais ça lui trottait en tête depuis leur départ hâtif. Un léger rire suivie, Dylan se trouvait ridicule. Elle replaça sa monture sur son nez.


… Tu connais Bob Dylan ? Fit-elle, plus calmement.
« Dernière édition: Octobre 16, 2013, 09:28:15 par Dylan E. Ellison » Journalisée

Merci Connor chéri pour le kit <3
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #7 le: Octobre 16, 2013, 11:25:02 »

Ecoutant Dylan d’une oreille, la musique d’une autre, Stephen observait le paysage d’un air nostalgique. Il faisait beau, chose rare au nord de la côte est. Lentement, le démon approcha la cigarette de sa bouche, aspirant doucement la fumée. Il déglutit un instant, soupirant, d’un souffle qui mêlait sa mélancolie et la grisâtre vape de fumée. Cessant de se pourrir la tête avec des souvenirs éteints, lui qui ne jurait que par le présent, il ouvrit la fenêtre pour jeter sa cigarette, jetant symboliquement ses souvenirs des Etats-Unis en même temps.

« C’est précieux la famille. On a toujours tendance à prendre ce qu’on a pour acquis. » Dit-il, dans une affirmation qui mêlait regrets et questionnement, comme s’il attendait une réponse.

Tournant légèrement la tête vers Dylan, il troqua son air perplexe pour un léger sourire. Elle n’aimait pas être avec lui, libre et emprisonnée. Mais elle si ferait, après tout, on est jamais vraiment libre de quoi que ce soit, dans ce monde.

« Excuse moi, j’ai pas vraiment envie de me confier à une psy’. J’te juge pas individuellement, mais de manière générale, j’aime pas les psy’. » Expliqua le jeune homme en voyant l’air agacé et curieux de la psychologue.

Il entendit alors les dernières notes de la musique sonner, marquant le passage d’une pause publicitaire. Les spots radiophoniques américains étaient vraiment toujours aussi ridicules. Négligemment, il vint tâter l’autoradio du bout des doigts pour passer à une autre chaine. Il valait mieux qu’un peu de musique brise la glace, où ils n’auraient pas fini de se montrer secs l’un envers l’autre.

Mais la jeune femme prit la parole avant lui, lui arrachant un sourire qui tourna bien vite au franc rire. Pas moqueur, franchement amusé, tout simplement. Caressant sa barbiche de sa main droite, le beau diable lança un regard taquin à la psychologue. Il s’amusait bien, pas question qu’ils se séparent à Nashville. Elle venait visiter, non ? Avec quelques contacts à Las Vegas, à Houston et sur la Côte Ouest, Stephen avait de quoi assurer un bon moment.

« Ahahahahahahahahah ! » Termina-t-il en séchant une larme due à son fou rire. « T’en fais pas, je suis un mec adorable quand on s’y fait. » Dit-il en souriant encore un peu. « Et puis, en tant qu’américain, tu peux me considérer comme ton guide touristique, et ça te coûtera pas un rond. »

La mention de Bob Dylan lui fit hausser un sourcil. Ouais, il connaissait, mais il n’avait jamais été très intéressé par ce type. Fuckin’ Kike, comme on dit. Enfin, il n’allait pas juger une jeune femme parce qu’elle avait été nommée d’après un artiste qu’il n’aimait pas. Lui, il écoutait plutôt du Rock, en tant que bon sudiste. Il faut dire qu’au Texas, durant sa jeunesse, le jeune homme avait entendu de tout, mais rien qui ne vaille un bon morceau de Rock.

« Le prends pas mal, c’est un certain style, les lunettes de hipster, j’ai rien contre. »
Dit-il, toujours pas débarrassé de son éternel sourire insolent. « Ouais j’connais Bob Dylan, j’aime pas. J’suis plutôt du genre 80’s 90’s rock, tu vois. Black Sabbath, Motörhead. Même si j’écoute quelques sons de club récent. » Il réfléchit un instant. « Un vieux sudiste mélangé avec un douchebag de boite de nuit ! » S’exclama-t-il en souriant.

Puis, il extirpa son téléphone de sa poche, un iPhone 4, sur lequel se trouvait une application lui offrant un plan convenable des autoroutes. Observant brièvement le chemin et l’état du trafic, il poussa un léger soupir, ils en auraient sûrement pour plus longtemps que prévu. Heureusement, il y avait un motel à cinq heures de là, ce qui était tout de même assez proche.

« Tu devais aller où pour voir ta famille ? » Demanda-t-il, soucieux de ne pas mettre la jeune femme trop en retard. « Si tu veux, on peut ne pas rester trop longtemps à Nashville, j’ai un petit truc à faire. Je pourrai récupérer une voiture et te ramener où tu veux. » Proposa le démon, rangeant son téléphone.
Journalisée

Dylan E. Ellison
Leader des belles gosses à lunettes
E.S.P.er
-

Messages: 604


Psychologue


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Octobre 17, 2013, 05:36:05 »

Le rire de Stephen résonnait dans la voiture, étouffant le son de la radio. Dépourvu de moquerie, il riait de bon cœur, mais sans que Dylan ne comprenne la raison. Ça n’avait pas de réelle importance pour elle de savoir ce qu’il lui faisait autant rire, au moins il n’était pas froissé par ses précédentes paroles. Ce qui lui importait surtout était que Stephen enlevait ce sentiment désagréable de captivité. Elle pouvait enfin mettre un peu de côté le passage dans le stationnement et se résoudre à profiter du paysage et du beau temps. Après tout, elle était en vacances et les road trip sont propices à une certaine aventure, à l’imprévisibilité. Eh puis, comme l’avait mentionné Stephen, elle pourra compter sur lui pour la guider.
Un guide touristique pour le moins original en tout cas.


Mais je t’ai dit que ça n’a rien de hipster ! Articula-t-elle en grognant légèrement sur la fin. Mais loin d’être vexé, elle souriait en secouant doucement la tête. Ce type était impossible dans ses moments taquins, car elle l’atteignait avec facilité. Tandis qu’il lui parlait de ses goûts musicaux, elle régla la radio à son tour, jusqu’à tomber sur un morceau qui lui plaisait. Elle reconnu le style de Creedence clearwater revival. Elle espérait que son sudiste douchbag boîte de nuit –comme Stephen se décrivait lui-même -, apprécie quand même la chanson. 


Je vois le genre. Je dois avouer que le rock depuis son début est la musique que je préfère… Sinon, j’écoute pas mal de tout.


Elle ralentit légèrement la voiture. La route devenait bondée, mais restait fluide. Elle vit du coin de l’œil le smartphone entre les mains de Stephen, qui pianotait dessus silencieusement. Son soupire ne lui inspirait rien de bon. Dylan se demanda bien ce qu’il venait de voir. D’ailleurs, elle avait oublié son iPhone dans son sac à main. Si elle y avait pensé plus tôt, elle aurait songé d’appeler à l’aide, mais vu le revirement de situation, elle comptait surtout prévenir sa famille d’un éventuel retard pour sa venue. Après Nashville, elle risquerait de mettre du temps à rejoindre son itinéraire de base. Rien n’était perdu, mais il faudra songer à un changement d’horaire.
Comme si Stephen lisait dans ses pensées, il lui demanda où elle devait aller voir sa famille exactement. Au moment où elle voulut répondre, le jeune homme lui proposa de la ramener où elle désirait et ce à partir de Nashville. Ce n’était pas dans le plan. Le truc était qu’il la laisse filer de son bord après qu’elle l’aura déposé où il voulait. Elle réfléchit, en regardant Stephen, puis inspira profondément en pinçant ses lèvres.


T’as un permis ? Fait-elle en ramenant son regard sur la route. Sourire en coin, elle s’était exprimée de manière narquoise.


Elle ignorait quoi répondre à dire vrai. Cette proposition la surprenait. Il y aurait un risque d’accepter ? C’est ce qu’elle craignait. Mais il était évident que si elle hésitait, c’est que l’idée ne lui déplaisait pas au fond.


Je dois aller à Saint-Louis. Si tu es en mesure de m’y amener sans soucis… Je dis pourquoi pas. Sérieuse, mais intéressée, elle se disait qu’ils pourront quand même faire un bon petit bout de chemin ensemble. De base je suis ici pour un Road Trip, alors…


Elle haussa des épaules, sourire aux lèvres. Comme ça, elle n’aura pas à conduire tout le long et pourra profiter du paysage. Parlant de ceci, il n’y avait pas grand-chose à voir encore, mais elle pouvait remarquer l’immensité du pays. Ils avaient de la route à faire.   
Journalisée

Merci Connor chéri pour le kit <3
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #9 le: Octobre 17, 2013, 11:11:25 »

Il faut dire que Stephen avait pour habitude de ne pas être un kidnappeur ou maître bien difficile. A vrai dire, il se voyait plus comme le guide exclusif de Dylan pour ce voyage. D’ailleurs, il valait sûrement mieux qu’elle soit en présence d’un pur américain pour ce voyage. Les habitants des Etats-Unis peuvent se montrer très hermétiques face à des étrangers, malgré l’hospitalité dont ils s’imaginent faire preuve.

Après s’être fait enlever par un beau voleur, voilà que la jeune femme se retrouvait à parcourir les USA en sa compagnie. Ils iraient sûrement jongler entre les vieilles rurales de la côte Est, les montagnes et autres plaines, déserts et villes chaudes. Car s’il est bien une chose qu’il faut reconnaître, c’est qu’il y en a pour tous les goûts, dans ce pays.

« Te fous pas de moi, j’ai connu des Barista qui allaient écouter des musiques chelous dans des concerts d’electro underground et ils mettaient de moins grosses lunettes que toi. » Rétorqua le démon en souriant. « C’est typique, les Hipsters nient toujours être des Hipsters. » Nargua-t-il.

Un vieux son de Creedence se mit alors à passer à la radio. Stephen ne put réprimer un sourire. Ce n’était le heavy qu’il aimait tant écouter, mais pour un amateur de rock, c’était du classique. De temps en temps, il chantonnait en rythme avec le chanteur principal, le mythique John Fogerty, les paroles de la chanson « Fortunate Son ».

Parallèlement, son regard se perdait à travers la vitre de la voiture. Il observait, un sourire aux lèvres, l’extérieur. Les arbres et plaines de l’Interstate 81. En y pensant, Stephen trouvait fou de voir à quel point même les plus petits détails peuvent réchauffer le cœur lorsqu’on les associe à de bons souvenirs. Ayant perdu l’habitude de fumer, le démon considéra un moment l’idée de sortir une nouvelle cigarette, mais se retint.

« Tu pensais que j’allais te laisser partir, hein ? » Dit-il en souriant à Dylan. « Ce ne sera pas pour tout de suite. Je te propose de t’emmener chez tes parents pour te rendre service, tu comprendras plus tard. »

La question que posa alors la psychologue lui fit hausser un sourcil. Quoi, il n’avait pas l’air de savoir conduire ? En même temps, c’était une possibilité, elle pouvait imaginer qu’il l’avait obligée à conduire pour cette raison. Mais ce n’était pas le cas, et il était même plutôt doué lorsqu’il s’agissait de piloter des véhicules terrestres. Souriant, il ne tarda pas à répondre à la question.

« Je te l’ai déjà dis, je suis mort. Mon permis est tout sauf valide. » Expliqua le jeune homme. « T’en fais pas, j’suis un vrai pilote. » S’amusa-t-il alors.

Ce n’était pas faux, après tout. Et puis il ne doutait pas que son tempérament le mettrait encore quelques fois dans de mauvaises situations. Alors à quoi bon se soucier d’être du coté légal de la barrière ? L’avantage avec un grand pays divisé en Etats et en Comtés comme les Etats-Unis, c’est que fuir la police est un jeu d’enfant. C’est en sachant cela qu’il avait braqué la station-service. Il n’avait juste pas imaginé que la police puisse arriver aussi vite sur place.

« Saint Louis Missouri ? » Demanda-t-il. « Je connais un peu, on peut y aller. L’Interstate 24 va droit de Nashville à Saint Louis, ça doit prendre cinq heures à tout casser. » Dit-il, pensif.

Un Road Trip hein ? Tant mieux, ça correspondait plutôt à ce que comptait entreprendre le beau diable. Il hocha donc la tête à ces paroles, observant une nouvelle fois l’horizon tandis qu’une autre chanson commençait à passer à la radio. Il alluma rapidement son téléphone, de nouveau, pour vérifier l’état du trafic. Tout avait l’air de rouler convenablement, l’incident avait sûrement dû terminer. Enfin, convenablement sur une des Interstate les plus bondées d’Amérique.

« Un Road Trip hein ? Je ferai un bon guide, t’en fais pas. J’ai encore plein de connexions à Las Vegas et Houston, puis quelques contacts à Denver, on aura de quoi passer un bon temps. Tu vas devoir me supporter quelques temps, on dirait. » Dit-il en souriant, cédant à la tentation d’une nouvelle cigarette. « Clope ? » Demanda-t-il à Dylan. .
Journalisée

Dylan E. Ellison
Leader des belles gosses à lunettes
E.S.P.er
-

Messages: 604


Psychologue


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Octobre 18, 2013, 03:20:12 »

Oh oh ! Ce n’est pas parce que ces types portent des lunettes comme les miens que ça fait de moi une hipster ! … Bon, je m’habille de manière « classique » mais je n’aime pas qu’on me catalogue ainsi, seulement à cause de mon apparence.


Tête haute, le ton mélodieux, elle devrait penser à arrêter de s’obstiner avec lui au sujet de ses lunettes, parce qu’entre eux il voulait sûrement que l’embêter. Mais c’était plus fort qu’elle. Un peu plus, elle lui aurait tiré la langue, même si cela aurait frôlé la gaminerie.  Et puis, Stephen pouvait la voir plus décontracté. Dylan souriait, parlait avec confiance, elle chantait un peu même. Tous les signes qui affirmaient qu’elle était à son aise.


Ils poursuivaient leur discussion sur sa visite imminente dans sa famille. Ceci lui rappela qu’elle ne devra pas oublier d’emballer les petits cadeaux qu’elle avait ramenés du Japon. S’ils comptaient prendre un autre véhicule, elle devra spécifier à Stephen qu’elle était invitée à dormir chez sa tante… D’ailleurs, qu’est-ce qu’elle fera de lui une fois là-bas ? Une chose à la fois Dylan… Elle a encore trois jours pour planifier tout ça. Rien de bien pressant. Eh puis, elle avait mieux à faire à l’instant. Son regard traînait sur le paysage, concurremment à la route ou sur Stephen. Ce dernier l’affola un instant quand il fit mention de son permis invalide. Mais il faudra faire avec. Comment espérait-elle qu’ils soient légalement corrects sur la route, alors que sa rencontre avec Stephen résultait d’un braquage et d’une prise d’otage ?
   

Très bien. Je te fais confiance là-dessus…


Elle était sérieuse. Elle était ravie qu’il lui résume le chemin à suivre pour atteindre Saint-Louis, cinq heures de voiture les séparaient depuis Nashville. Là-dessus, Dylan devait reconnaître que c’était pratique d’avoir un guide… Les yeux rivés devant eux, la psy pouvait néanmoins percevoir les mouvements de son compagnon de voyage qui vérifiait de nouveau son smartphone. S’attendant à ce qu’il lui annonce quelque chose concernant leur parcours, l’ex-boxeur alimenta plutôt la discussion sur le road trip. Il était intéressé, voir séduit par l’idée de se joindre à elle. Le cœur de la psy s’emballa légèrement lorsqu’il nomma Las Vegas, la ville qu’elle aurait voulu visiter, mais étant donné qu’elle serait allée seule, elle avait oublié l’idée de s’y arrêter. Stephen lui offrait une belle occasion d’y aller.
Un mince sourire arqua ses lèvres. Une de ses mains quitta le volant, s’accoudant sur le rebord de la vitre. Dylan tentait de dissimuler ses lèvres, qui étiraient de plus en plus son sourire, avec sa main. Elle ne vit pas toute suite qu’on lui offrait une autre cigarette.


Je ne fume qu’après avoir bu en général…


Ignorant cette remarque qui lui était proprement destinée, elle tendit la main pour saisir le tube de tabac. Dylan attendit que Stephen allume sa cigarette à l’aide de son briquet puis elle fit de même avec la sienne. Le voyage se poursuivit un moment, enchaînant les chansons comme si c'était la trame son de leur aventure.


Juste comme ça… Qu’est-ce qui t’as ramené en Amérique ?


Tirant longuement dans sa cigarette, elle jeta un coup d’œil vers lui. Loin dans l’idée de le psychanalyser, elle souhaitait surtout converser avec lui. Vu que visiblement, ils s'étaient fixés de passé ensemble un bon moment. Elle était notamment curieuse de savoir comment il s’était offert un vol jusqu’ici.


Tu fais quoi dans la vie, à part kidnapper des gens pour ensuite voyager avec eux ? Fait-elle de manière taquine.
Journalisée

Merci Connor chéri pour le kit <3
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #11 le: Octobre 18, 2013, 02:46:16 »

Une psychologue qui n’aimait pas être cataloguée. Cette pensée fit légèrement rire le démon. Les psychologues n’étaient-ils pas eux même supposés cataloguer les gens ? Bah, c’était une conversation à laquelle il valait mieux couper court, pour ne pas franchir la limite de la taquinerie à l’insupportable. Mais c’est quand même vrai que Dylan avait absolument tout de la Hipster. Elle écoutait de vieilles musiques, portait de grosses lunettes, et effectuait un road trip initiatique à travers les USA !

Stephen n’était pas du genre à vraiment réfléchir sur le long terme, pas dans ce genre de situation, en tous cas. C’est pourquoi il n’avait pas pensé à la façon dont il devrait gérer les choses lorsque la jeune femme irait voir sa famille. Mais dans les faits, quitte à s’immiscer dans la vie d’une personne, autant le faire de bout en bout. Il aviserait pour la suite de ce parcours un peu plus tard. Dans l’état, il préférait profiter du trajet, qui s’annonçait assez long.

C’est donc dans un élan de partage qu’il offrit une seconde cigarette à la jeune femme, qui mit quelques secondes à la prendre. Il sourit à sa remarque et hocha la tête. Si c’est tout ce qui lui fallait, il s’arrangerait pour qu’ils puissent boire tous les deux. Dès qu’elle eut accepté la clope, il se tourna, hors de la vue de Dylan, faisant mine d’allumer le bout avec un briquet, utilisant en réalité une flamme jaillie de son pouce. Si elle ne savait pas ce qui se tramait à Seikusu, autant ne pas l’alerter.

« T’en fais pas, on boira aussi. » Dit-il d’un ton amusé.

La question suivante lui fit hausser un sourcil. Comment lui expliquer ? Si elle n’était vraiment qu’une humaine comme une autre ? Il n’allait pas lui expliquer qu’il avait pris un portail depuis les enfers jusqu’au JFK Airport. Et quant aux raisons, n’en ayant pas réellement, du moins pas consciemment, il ne pouvait pas convenablement expliquer le tout à Dylan. Mais c’est vrai qu’en y réfléchissant, il pouvait trouver quelques explications.

« Mhhh… Un genre de mal du pays je dirais. Il y a quelques années que je n’étais pas venu. Alors autant rendre visite à ma terre natale, non ? » Dit-il, l’air pensif. « Mais je dois t’avouer que je n’ai pas ta chance, pour le coup. Beaucoup d’anciens amis me croient mort, dont ma famille. Les seules personnes dont je peux m’approcher sont celles qui savent… » Il marqua un instant d’hésitation. « Que j’ai simulé ma mort. Et il n’y en a pas beaucoup. »

Comment expliquer à une parfaite inconnue que l’on est un démon ? Mieux valait éviter. Les arnaques à l’assurance vie étaient monnaie courante, et vu ce que racontait Stephen, ce devait être la première chose à laquelle penserait quiconque de sensé.

« Eheh. Je ne fais pas grand-chose de spécial, à vrai dire. Des petits boulots en intérim si on peut dire. » Dit-il, évitant à moitié la question. « J’ai repris la boxe, récemment, mais j’ai des… Choses à faire ailleurs, et je n’ai pas trop le temps pour le ring. »

Il n’allait pas en plus expliquer à une parfaite étrangère qui ignorait le fonctionnement des divers plans qu’il passait le plus clair de son temps dans un autre monde. Un monde de fantaisie peuplé de créatures sorties d’un conte. Stephen n’évitait pas les questions par volonté de ne pas répondre, mais plutôt parce qu’il serait passé pour un fou à raconter tout ça. Et qu’il n’était pas supposé démontrer ses pouvoirs à de simples humains.

« Et toi alors, tu es psychologue à Seikusu ? Il faudra que tu me donnes les infos de contact pour ton cabinet, peut-être que j’aurai besoin d’une séance. » S’amusa-t-il en tirant une latte de sa cigarette. « Bon, d’ici une ou deux heures, tu devrais voir un Motel pas trop pourri sur le coté droit, il faudra prendre la sortie juste après et revenir un peu en arrière. Je le connais un peu, si le patron n’a pas changé il pourra peut-être nous arranger une bonne chambre. » Dit-il en s’étirant légèrement.

La journée était jeune, un peu trop pour se coucher, mais Stephen avait surtout faim, en réalité.
Journalisée

Dylan E. Ellison
Leader des belles gosses à lunettes
E.S.P.er
-

Messages: 604


Psychologue


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #12 le: Octobre 21, 2013, 10:07:32 »

Une certaine peine lui traversa le cœur quand elle imagina si elle ne pouvait plus revoir sa famille. Elle ignorait les raisons exactes qui avaient poussé Stephen à simuler sa mort, mais elle pouvait très bien imaginer la tristesse qu’il pouvait ressentir. Elle le décelait dans sa voix, même s’il semblait être préoccupé par autre chose. Autant éviter de chercher d’en savoir davantage. Dylan devait quand même se rappeler qu’elle était en présence d’un « hors-la-loi », sans permis, sans doute bourré d’argent volé et armé d’un pistolet. Elle craignait de pousser le bouchon trop loin…
Ceci étant dit, la psy avait accepté de voyager avec lui durant un temps, ce qui risquerait de créer un certain lien entre eux, sauf s’ils ne s’entendent pas en bout de ligne.


Jusqu’à maintenant, ils s’adressaient l’un à l’autre sans vraiment donner de détail précis, ils restaient vagues dans leur explication. Stephen disait qu’il tentait de reprendre la boxe entre ses « petits boulots en intérim » et « les choses » qu’il devait faire ailleurs. Malgré qu’elle ait du mal à imaginer ces choses, elle hochait de la tête en signe d’attention. Au fond, autant laisser ça à son imagination. C’était la vie à Stephen… Et puis, elle garderait sûrement ses petits secrets pour elle-même de son côté. Du moins ceux qui concernent ses facultés spéciales. Elle tâchera d’être prudente à ce niveau…
Un sourire étira les lèvres de la psy. Stephen avait réussi à la faire imaginer une séance avec lui à son cabinet. Ce serait amusant… Mais elle préférerait éviter de le considérer comme son patient. Les formalités tout ça, elle ne verrait plus l’intérêt  de les utiliser maintenant qu’ils allaient vivre, un peu, ensemble…


Très bien… Il n’y a pas moyen qu’on s’arrête plus tôt ? Il faudrait qu’on fasse un arrêt…


Elle avait la vessie pleine à cause du café. Puis, ils pourraient songer à manger un petit quelque chose. Elle ne savait pas si Stephen avait faim, mais quant à elle, un casse-croûte serait la bienvenue. Dylan ne manqua pas de vérifier les affiches qu’ils croisaient espérant voir un air de repos ou une station-service. Elle repéra une enseigne qui ressemblait à celui d’un restaurant. Tout en prévenant son compagnon, elle mit le clignotant pour signaler qu’elle allait sortir de l’autoroute. Le restaurant fut facile à trouver. C’était un petit établissement plutôt aisé et bondé de gens qui, eux aussi, devaient faire une pause de voiture.
Après avoir stationné son véhicule, Dylan prit soin d’amener ses clés, au cas et sortit en éteignant sa cigarette qu’elle avait fumée entre temps. Elle s’étira en regardant Stephen, constatant mieux l’allure de son visage. Plutôt beau gosse. Souriant discrètement, elle n’osa pas trop le fixer dans les yeux. 


Tu as faim ? J’ai des trucs dans ma glacière… Ou on peut prendre quelque chose là-dedans.


Dylan devait se l’avouer, la nourriture américaine était excellente et elle adorait les hamburgers. En venant ici, elle s’était jurée d’en goûter de toutes les sortes. Son métabolisme lui permettait de manger beaucoup sans qu’elle prenne du poids. C’était peut-être un autre avantage lié à sa capacité de guérir. Elle s’approcha tranquillement du restaurant, songeant qu’ils ne risqueraient pas de se faire arrêter… Jusqu’à maintenant, aucune voiture de police ne les avait poursuivit.  Une fois à l’intérieur, elle évita les regards indiscrets et partit à la recherche des toilettes. Bien que Stephen trouve qu’elle n’avait pas des airs japonais, d’autres pensaient le contraire ce qui expliquait le fait qu'on la fixait. Quelques minutes passèrent, le temps qu’elle se rafraichisse et lorsqu’elle revint, elle alla retrouver Stephen pour lui demander ce qu’il comptait faire.


Alors… ?

Journalisée

Merci Connor chéri pour le kit <3
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Modérateur
-
*****
Messages: 2491



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #13 le: Octobre 22, 2013, 11:03:12 »

Stephen était plutôt doué pour ce qui était de reconnaître des humains et des non-humains, ainsi que les subtiles différences entre certaines races proches. Mais le fait que les Espers soient, fondamentalement, des humains, rendait l’entreprise plus difficile. Car même l’odorat indéfectible du beau diable ne parvenait à faire la nuance entre simple humain et personne dotée de pouvoir sans qu’il ne cherche à en reconnaitre l’odeur. Un peu comme certains subtils parfums que l’on ne sent que si on cherche à les sentir, malgré qu’ils emplissent l’air.

Mais peut-être valait-il mieux qu’elle ne sache pas ce qu’il était. Bon nombre d’humains dotés de pouvoirs préféraient rester dans l’anonymat, de peur d’être rejeté ou pire. Ainsi ils passaient une vie à croire que leur don était une anomalie, sans savoir les folies dont regorgeait le monde. Et, même si Dylan côtoyait d’autres Espers et ne voyait pas son pouvoir comme un secret à garder absolument, peut-être n’était-elle pas au courant pour les anges et les démons.

Dans le fond, peu importait, car Stephen n’y pensait même pas, se trouvant persuadé que la psychologue lui avait dit la vérité. Et alors qu’il fumait sa cigarette, perdu dans ses pensées, il fut tiré de sa rêverie par la douce voix de Dylan. Un sourcil se haussa sur son front, pourquoi pouvait-elle bien vouloir s’arrêter ? De toute manière, elle était la seule maîtresse à bord, étant donné qu’elle tenait le volant. Si elle souhaitait s’arrêter où que ce soit, ils le feraient.

« Très bien, j’avais la dalle en plus. » Dit-il en la voyant prendre le chemin qui menait jusqu’à un restaurant sur une aire d’autoroute.

L’endroit, un fast-food de moyenne taille, était rempli de monde, prouvant à quel point la circulation risquait de devenir dense sous peu. Stephen ôta ses lunettes, les accrochant au col en V de son t-shirt blanc. Jetant un petit coup d’œil à Dylan, il sourit avant de la suivre jusqu’à l’intérieur du restaurant. C’était vraiment typique du petit fast-food en bordure d’autoroute, façon East Coast. Un genre de petit look faussement old school, mais qui mêlait un peu de chic à tout cet esprit américain.

Stephen comprit bien vite que Dylan souhaitait se rendre aux toilettes, pour aller faire des trucs de femme, sans doute. Il fit simplement signe à une des serveuses qui prenait les commandes sur les tables. Celle-ci déposa deux menus à la demande de l’américain. Ce dernier ne put réprimer un franc sourire en voyant la nature des plats. Gaufres, frites et hamburgers à toutes les sauces, chaque menu plus gras que le précédent. Ouais, il était de retour au pays, pour sûr.

Quelques minutes, le temps pour Stephen de faire son choix, et la charmante jeune asiatique revint vers lui. Elle lui demandait ce qu’ils allaient faire, maintenant. Le meilleur choix semblait, évidemment, être de manger un bout, pour commencer. Il lui proposa silencieusement de prendre à manger, tapotant le menu posé sur la table du bout des doigts. Vu qu’il avait un peu d’argent, il pourrait payer le repas, c’était la moindre des choses. Posant l’imposant livret sur la table, il prit la parole.

« Bah, on va manger déjà, puis on avisera pour la suite. Vu le monde qu’il y a ici, et le fait qu’il y ait une intersection pour entrer dans la 81 pas loin, je pense qu’il va y avoir du trafic. Donc on passera sûrement quelques temps dans un motel. » Dit-il simplement. « Après, comme prévu, tu me ramènes à Nashville, et ensuite je t’accompagnerai à St-Louis. On avisera après. »

Il semblait évident que le beau diable ne comptait pas lâcher Dylan de si tôt. Mais il avait l’étrange impression que ça ne dérangeait pas non plus sa captive. D’ailleurs, il lui sourit un instant après avoir fini de parler, n’étant interrompu que par l’arrivée de la serveuse, qui venait prendre les commandes. Stephen commanda un Classic Steakhouse Burger ainsi que des frites et une gaufre sucrée en dessert. Repas gras, délicieux et mauvais pour la santé. Classique américain par excellence.

« Et tu prends quoi ? » Demanda le beau diable à l’attention de Dylan.
Journalisée

Dylan E. Ellison
Leader des belles gosses à lunettes
E.S.P.er
-

Messages: 604


Psychologue


Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #14 le: Octobre 28, 2013, 11:32:56 »

Dylan sentit ses jambes flageoler, alors que le sang lui montait à ses joues. Elle se raidit un instant devant la table, à l’écoute des directives de Stephen. « Passer du temps dans un motel » impliquait qu’ils seront seuls dans une chambre pour la nuit ? Il n’allait sûrement pas la laisser dormir seule de son côté. Elle ne l’avait pas vraiment envisagée de cette manière. Dans sa tête, le malaise était inévitable, pour son cas du moins. Bon qu’est-ce que t’as ? Peut-être que c’était les circonstances qui la mettaient dans cet état. Il l’avait menacé d’une arme, forcé à accepter de le côtoyer pour quelques jours. Dylan avait omis de songer comme il faut aux nuits qu’ils passeront. Avant qu’il ne remarque quelque chose, la psy se ressaisit en se forçant à sourire, ravalant son angoisse.



Finalement, ils allaient rester manger. La serveuse disposa les menus sur la table en servant des verres d’eau. Dylan s’installa sur la banquette et attrapa le menu. Ses narines se délectaient de la bonne odeur de nourriture, l’aidant à retrouver son calme. Elle avait faim et savait ce qu’elle allait prendre. Attendant que Stephen termine de commander, son choix s’arrêta sur un hamburger, garni de fromage, bacon et des condiments à ses goûts, servit avec frites. Elle prit également un dessert, des gaufres avec fruits et chantilly. La serveuse prit en note leur commande en note avant de les laisser.



Dylan soupira longuement et massa ses jointures, -petite manie en signe de nervosité-. Elle regarda vaguement autour d’eux, appréciant la décoration et l’ambiance typiquement américaine des lieux. Son regard croisa celui d’une ou deux personnes toujours indiscrètes, mais elle se contenta de leur sourire. Ça ne l’affectait plus pour l’instant. Ses pensées allaient et venaient sur le motel, c’était sa principale préoccupation du moment. Enfin… Ce n’est pas comme si elle allait passer un moment pénible. C’est le fait qu’elle n’avait jamais partagé sa chambre avec une personne à peine rencontré. Sa tête pivota pour faire face à celui de Stephen. Elle élabora des idées de conversation, mais elle se rendit compte que les verres de ses lunettes étaient un peu souillée par les empreintes de ses doigts. Alors qu’elle s’affaira à les nettoyer, elle lui lança :


Il y a des jolis trucs à visiter à Nashville ?


Elle plaça le verre entre ses lèvres, soufflant copieusement dessus pour l’embuer et frotta délicatement une serviette en papier pour enlever les taches. Elle fait de même sur le suivant avant de les remettre. Son regard revient sur celui de Stephen, remarquant une certaine particularité dans sa figure, peut-être la dureté de ses traits ou ses yeux qui pouvaient percer les siens. Il avait un-je-ne-sais-qwhat d’assez curieux. 


Qui sait, on pourrait visiter si on a le temps… 
Journalisée

Merci Connor chéri pour le kit <3

Tags:
Pages: [1] 2 3 ... 6
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox