banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Visite en terrain pas si vierge (Pv Poison Ivy)  (Lu 1984 fois)
Squall Leonhart
Humain(e)
-

Messages: 119



Voir le profil
Fiche
« le: Septembre 29, 2013, 10:15:35 »

Cela faisait un moment que Squall n'avait pas vu sa maîtresse. Celle qui lui avait tout apprit grâce à Archie. En effet, il remercierait à jamais son ami de lui avoir conseillé la professeur de biologie pour palier à son manque d'expérience sexuel. Avec Ivy, il avait pu découvrir des plaisirs inconnus mais aussi comment faire plaisir à sa partenaire sexuelle. C'était aussi grâce à elle qu'il était bien mieux obéis par les élèves, d'ailleurs il en profitait aussi des fois pour s'amuser avec quelques élèves car sa maîtresse lui avait apprit qu'il fallait profiter des biens fait que nous avait donner mère nature.

*Il faudrait que je pense à la remercier d'ailleurs*

Soupirant légèrement, Squall était allongé sur son lit à regarder le plafond. Comme à chaque fois qu'il était pensif, il faisait ce petit rituel pour l'aider à mieux penser selon lui. Il avait souvent pensé à remercier la professeur en personne mais avec le boulot, il n'avait pas eu trop le temps. Cela remontait à si loin la dernière fois  qu'il l'avait vue et qu'il n'avait plus touché sa si douce peau verte...Rien qu'à penser à ses petits détails, il en avait déjà quelques bouffées de chaleur. Mais il se calma vite quand il entendit le bruit du frottement d'un papier contre le sol. Se redressant, il vit une petite note que quelqu'un de très silencieux avait réussi à faire passer sous la porte. Allant sans tarder lire le message, il reconnut vite l'écriture de Poison Ivy qui lui disait de le retrouver ce soir au parc. Elle comptait lui montrer quelque chose qu'il n'aurait jamais vu encore et il se mit à imaginer divers scénario.

*C'est le moment parfait pour la remercier! *

Bien sûr, il avait aussi une idée derrière la tête mais c'était normal! En effet il devait bien avouer qu'il était en manque de la jeune professeur et puis sa curiosité avait grandie avec ce message. La nuit arriva très lentement et l'attente devint insupportable. C'est avec une grande rapidité qu'il se dirigea vers le parc, vêtu d'une chemise blanche et d'un jean noir.

*Personne?*

En effet, une fois arrivé à destination, personne ne s'y trouvait! Cependant il sentit bien vite une présence arriver derrière lui. Des phéromones se mirent à remplir la zone et il comprit tout de suite qui s'était sans même se retourner. Il ne put s'empêcher de dire.

Je suis ravi de vous revoir...Maîtresse
Journalisée
Poison Ivy
Créature
-

Messages: 585



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Septembre 30, 2013, 01:14:02 »

« Là... Là... Oui, oui, ma belle, pousse !! »

Un sourire ravi éclaira les lèvres de Pamela alors que la fleur était en train de grandir, ses pétales rouges se mettant à fleurir, tandis qu’un léger parfum s’échappa de la fleur, ravivant les narines d’Ivy, qui esquissa un sourire, et embrassa les pétales. Elle était assise sur une souche végétale, jambes croisées, et était très heureuse de voir que son engrais, purement naturel, avait réussi à faire pousser la belle fleur de son jardin. Elle se releva, heureuse, observant encore un peu la fleur. Cette dernière ne se mit pas à décrépir, restant droite et stoïque, solide. Poison Ivy était heureuse, le cœur battant follement la chamade. Après des semaines d’expérience dans son laboratoire, elle avait enfin réussir ce produit ! Il avait subtilement amélioré les capacités de ses plantes, sans aucun effet secondaire dangereux. Pour l’heure, toutes ses tentatives s’étaient soldées par de frustrants échecs, et elle avait même fini par craindre que ses soirées interminables à faire des recherches ne se soldent par un échec violent.

Elle se mit à sourire, et regarda autour d’elle. Elle se tenait dans l’un des jardins de son antre, une ancienne station d’épuration dans les profondeurs des égouts, sous le lycée Mishima, reconvertie progressivement en une sorte de paradis naturel et végétal. L’éclairage venait de néons spécialement modifiés, afin de permettre le fonctionnement de la biosynthèse. Elle avait du utiliser les services d’un électricien séduit par ses talents pour réussir à modifier l’éclairage. Elle avait ensuite utilisé son génie et ses produits pour modifier le fonctionnement de l’écosystème ambiant. Elle regarda autour d’elle. C’était une pièce cylindrique, avec une série de fleurs et de plantes luxuriantes. Elle se promena dans sa serre, l’humant, puis sortit lentement, descendant d’anciennes marches métalliques. Tout était recouvert d’une confortable mousse végétale, et elle entra dans la pièce centrale, une grande salle accessible par d’anciennes canalisations partiellement recouvertes. Les canalisations étaient l’un des accès à son refuge, et il y avait partout, sous la mousse, des tentacules. Une grosse plante carnivore se rapprocha d’Ivy, contente de revoir sa génitrice, et cette dernière caressa sa peau verdâtre. Elle avait une grosse bouche avec des lèvres rouges pulpeuses, qui lui fit un sourire carnassier.

*Hum... J’ai passé mes soirées à travailler d’arrache-pied... Il serait peut-être temps que je songe à me détendre...*

Elle aurait pu coucher avec l’un de ses hommes-plantes, mais un autre homme la tentait. L’un des surveillants de Mishima, Squall Leonhart. Ils avaient fait l’amour à de nombreuses reprises, et elle savait qu’il était sous son charme, entièrement conquis. Elle chargea donc l’un de ses hommes-plantes d’aller lui envoyer un message, afin de l’amener ici. Elle n’avait pas la force de sortir hors de son antre, et s’allongea tranquillement, sur une sorte de grosse plante en forme de bouche, qui s’ouvrit en deux comme une coquille Saint-Jacques. Elle avait besoin de repos.



Le parc central de Seikusu était fortement inspiré de Central Park. C’était par conséquent une sorte de grande forêt urbaine. Le parc était immense, et il n’était pas recommandé de s’y promener la nuit, en raison des nombreuses agressions qui y avaient lieu. Ivy avait chargé Squall de venir près d’un kiosque, dans un endroit assez isolé la nuit. Quelques poteaux éclairaient le chemin vers le kiosque, et il n’y avait personne. Squall était là, sans bouger, et sentit une présence, qui l’amena à se retourner.

Ce n’était pas Ivy, mais une étudiante que Poison Ivy avait transformé. L’élégante femme se faisait désormais appeler Shynea, et sourit devant Squall, tendant l’une de ses mains pour caresser sa joue. Comme Ivy, sa Mère et Maîtresse, un parfum sensuel se dégageait de son corps, et elle esquissa un sourire.

« Voici donc l’homme que Mère veut voir... »

Elle retira sa main, et s’avança vers lui, posant ses mains sur ses épaules, avant de les placer de chaque côté de sa nuque. Elle l’embrassa alors tendrement.

« J’ai été chargée par Mère de te conduire auprès d’elle. Viens, petit homme... Laisse Shynea-la-Nymphe te guider... »

Disant ça, Shynea s’avança, à travers les bosquets, et rejoignit une cabane de maintenance qui avait l’air fermé. Elle l’ouvrit, et descendit rapidement par un escalier l’amenant dans une remise. De cette manière, elle put ainsi rejoindre les égouts, et marcher vers le repaire de Mère.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Squall Leonhart
Humain(e)
-

Messages: 119



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Septembre 30, 2013, 05:59:15 »

Squall attendait patiemment Poison Ivy quand il sentit l'odeur caractéristique qui émanait de sa maîtresse à chaque fois qu'elle se trouvait près de lui. A force de la côtoyer, il avait compris que tout comme les plantes, elle émanait certaines phéromones et que c'était en partie grâce à cela que sa tête avait très vite tourné lors de leur première rencontre. Bien sûr le corps divin et sensuel de la jeune femme avait été aussi pour beaucoup.  S'attendant à la retrouver, il se retourna mais sa surprise fut grande quand il découvrit une autre jeune femme à la place de celle qui hantait son esprit.

Qui?...

Il n'eut pas le temps de poser sa question, que la jeune femme s'était approchée de lui pour lui caresser la joue. Comme une envouteuse, elle souriait et lui parla d'une mère qui voulait le voir.

*Une mère?*

Ses yeux se mirent alors à voir ce qu'il pouvait du corps de celle qui se trouvait devant lui et il sut qu'elle n'était pas entièrement humaine. Ses bras et ses jambes étaient recouvertes de plantes tandis que certaines feuilles dépassaient de ces mêmes membres.

*Si elle a une mère...Cela ne peut être qu'Ivy...*

Il se laissa donc faire quand elle vint l'embrasser. Ses lèvres étaient douces et une partie de lui regretta de ne pas avoir pu plus longtemps l'embrasser. Mais il voulait savoir où se trouvait Ivy et la dénommer Shynea se proposait à lui montrer le chemin car sa maîtresse l'attendait


D'accord je te suis.

Suivant la nymphe, Squall mémorisait le chemin qu'ils parcouraient tout les deux. Pas qu'il pensait que Ivy voulait le tuer, non sinon elle l'aurait fait depuis bien longtemps. Mais c'était un vieux réflexe qui lui avait autrefois sauvé la vie. Traversant les bosquets, ils finirent par arriver à une petite cabane qui semblaient fermées. Mais la première impression était trompeuse. Shynea l'ouvrit et ils finirent par traverser une remise qui les mena bientôt aux égouts. Mais ceux-ci étaient bien différents des autres égouts de la ville. Ils semblaient marcher sous une mousse et Squall put sentir quelques mouvements sous ses pieds alors qu'ils marchaient. Mais alors qu'ils avançaient, il sentit quelque chose avancer vers lui et ses réflexes prenant le pas, ils fit un saut entre Shynea et la chose qui arrivait pour la protégée et aussi pour ne pas tourner le dos à ce qui allait arriver.


*Mais qu'est ce que...*

On aurait dit une immense plante à la peau verdâtre, il put constater quelques dents. Une plante géante carnivore, il ne manquait plus que ça, bien sûr il en avait vu des plantes mais des plantes carnivores pas trop. La plante le s'approcha pour sentir Squall et alors qu'il s'apprêtait à frapper la plante car son sens du danger était au maximum, il sentit une main sur son épaule. Shynea sans dire un mot lui avait indiquer qu'il ne risquait rien. En effet la plante repartit et ils purent prendre leur route jusqu’à une salle circulaire où il put voir sa maîtresse allongée sur une plante qui s'était ouverte pour permettre de se reposer à la femme qui excitait plus que tout le jeune surveillant. Une fois arrivé, il ne put s'empêcher de dire, tandis que ses yeux ne ratait pas un centimètre du corps de Poison Ivy.


Bonsoir...Je suis ravi de te revoir, cela faisait longtemps...


Il espérait qu'elle ne prendrait pas mal le fait qu'il ait voulu défendre Shynea contre une de ses plantes mais ses réflexes avaient été plus fort que lui. Attendant que sa maîtresse prenne la parole, il se contenta de la regarder ainsi que son corps si séduisant
Journalisée
Poison Ivy
Créature
-

Messages: 585



Voir le profil
Fiche
« Répondre #3 le: Octobre 01, 2013, 01:54:43 »

Jadis, Shynea portait un autre nom. Elle était alors une écologiste japonaise qui avait protesté contre le nucléaire.  Bien avant l’explosion du réacteur nucléaire de Fukushima, Shynea militait déjà, rédigeant des articles sur des blogs, sur des forums, travaillant dans une association à Tokyo contre le nucléaire. Elle avait participé à des dizaines de défilés qui avaient fait suite à la catastrophe de Fukushima, participant à de vastes rassemblements œuvrant pour l’abandon de l’énergie nucléaire. Elle était depuis toute petite une fervente de l’écologie. Shynea avait eu comme parents des fermiers paisibles, dans l’une des régions els plus reculées du Japon, un endroit très agricole, où elle adorait se promener dans la forêt, nourrir les poissons, ainsi que les chats de la maison. Cette enfance avait marqué son goût prononcé pour l’écologie, et ses études s’inscrivaient dans ce sens. Elle voulait devenir une scientifique juridique, et travailler pour des ONG. Elle suivait donc des cours de droit et de sciences, afin de pouvoir attaquer ces grands groupes industriels qui détruisaient l’environnement au nom de l’argent, comme Monsanto. C’est par le biais d’une ONG que Shynea avait rencontré Pamela Isley. Une manifestation s’organisait à Seikusu, et leur rencontre avait été purement fortuite.

Elles avaient fait l’amour le soir même de leur rencontre. Mère lui avait expliqué son parcours, qu’elle venait de l’une des villes les plus polluées du monde, Gotham City. Shynea avait alors entendu parler de cette ville, qui avait la triste réputation d’être la ville la plus corrompue des Etats-Unis. Les usines ne respectaient aucune convention écologique, et on se rapprochait de plus en plus de ces situations où, en Chine, les gens devaient porter des masques à oxygène, à cause des immenses mines de charbon. Toute la nuit, elles avaient fait l’amour, et leur relation s’était poursuivie par la suite, Pamela aidant Shynea dans ses études. Il fallait dire que Pamela, non contente d’être une redoutable scientifique, connaissait aussi énormément le droit. Sa connaissance du droit l’avait amené, pendant un temps, à être une éco-terroriste, car elle considérait que le droit ne pouvait pas protéger les plantes. Petit à petit, Shynea avait ainsi appris que Pamela Isley était Poison Ivy, une femme qui n’était plus vraiment humaine. Quand elle avait vu la vraie nature de son mentor, elle avait été aussi effrayée qu’excitée. Elles avaient encore fait l’amour, et ça avait été bien plus intense que prévu, car Pamela y avait mêlé ses plantes.

Le chemin sous la remise était un égout classique, mais qui menait très rapidement au début du repaire d’Ivy. Il fallait alors suivre une longue canalisation pour la rejoindre. Shynea avançait en tête, sans crainte, étant comme toujours très excitée à l’idée de rejoindre Ivy. Cette dernière lui avait expliqué qu’elle avait déjà essayé de changer l’humanité de manière radicale, mais qu’elle avait toujours échoué. Ses méthodes étaient désormais plus discrètes, moins radicales. Shynea l’aidait à capturer des gens pour qu’Ivy les transforme, leur lavant le cerveau dans des espèces de bulbes, afin de les sensibiliser à la cause écologique. Ils en sortaient meilleurs, éprouvant un amour inconscient et indéfectible pour Ivy, et faisaient désormais bien plus attention à l’écologie. Ses cibles impliquaient aussi bien des hommes d’affaires, des ouvriers, que de vulgaires enfants balançant leurs cannettes vides dans des parterres de fleurs.

Squall paniqua quand une plante carnivore s’approcha. Elle le renifla, et les laissa passer, sans que Shynea ne s’inquiète.

« Il y a toujours des curieux qui s’aventurent par ici... Cette plante est une sentinelle. Elle attaque les ennemis, et repousse les curieux. Tu n’as pas à t’en faire, tu es l’invité de Mère. »

Lui n’allait pas être transformé, Mère le voulait pour son plaisir personnel. Shynea avait été transformée en nymphe grâce à elle, afin de se rapprocher de la Nature, et elle bénissait chaque jour Mère de lui avoir fait don de ce précieux cadeau. Mère l’avait transformé, transcendé. Shynea continua à marcher, jusqu’à ce que la lumière s’éclaire. Le duo arriva alors devant la salle principale, où Ivy était allongée, toujours aussi belle, toujours aussi merveilleuse. Le désir se mit à croître encore en voyant cette femme parfaite. Oui, à ses yeux, Mère incarnait la perfection la plus absolue. Elle tuerait pour elle.

Squall regardait lentement Ivy, semblant comme subjuguée. Ceci amusait la femme, qui restait allongée, couchée sur le flanc.

« Bonsoir...Je suis ravi de te revoir, cela faisait longtemps... »

Elle lui sourit, la tête posée sur l’une de ses mains.

« Ah oui ? Alors, j’en déduis que tu te languissais de moi... »

Shynea s’était glissée dans le dos de l’homme, et caressait ses épaules, enfonçant ses seins contre son dos.

« Il est inconvenant d’être habillé face à Mère... »

Adroitement, les mains de Shynea entreprirent alors de déshabiller intégralement Squall, faisant tomber ses vêtements sur le sol, jusqu’à ce qu’il se retrouve nu. Shynea termina par son sous-vêtement, glissant une main dessous pour tendrement masturber son sexe, tout en le tirant vers le bas avec l’autre main. Elle acheva ensuite de l’enlever, et retourna à sa tendre masturbation, tout en léchant le cou de l’homme.

« Je vois ça... Viens, Squall... Laisse-le, Shynea, tu joueras avec lui plus tard...
 -  Bien, Mère. »

Shynea s’écarta, et Ivy attendit que Squall se rapproche. Elle tendit sa main libre, caressant à son tour la verge tendue de l’homme, et avança sa tête, sortant sa langue pour la lécher.

« Alors, dis-moi... As-tu couché avec d’autres femmes depuis notre dernière rencontre ? »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Squall Leonhart
Humain(e)
-

Messages: 119



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Octobre 01, 2013, 12:06:07 »

Cette plante était donc une sentinelle qui gardait l'entrée. Bien sûr c'était une bonne façon d'éloigner les intrus mais Squall n'était pas quelqu'un qui aimait voir les autres souffrir. Il avait bien sûr déjà tuer mais toujours pour se défendre ou défendre quelqu'un, jamais pour le plaisir. N'approuvant qu'a moitié l'usage de cette plante, il oublia très vite ses pensées chevaleresque quand il vit Ivy.

Je dois avouer que oui...Je me languissais de vous.

Encore une fois, il se sentais comme soumis, c'était une réaction qu'il n'aimait pas en générale cependant avec Ivy c'était bien différent. Il savait qu'elle ne le voulait pas de mal et qu'elle n'en profitera pas dans le mauvais sens du terme, bien sûr il y aurait toujours une limite qu'il refuserait de franchir mais il doutait qu'elle lui demande un jour de franchir cette limite qu'il s'était toujours imposée depuis sa rivalité avec Seifer. Alors qu'il continuait de regarder sa maîtresse, il sentit Shynea se mettre derrière lui. Sentant ses mains douce, lui caresser les épaules. Il éprouva bien vite une sensation de bien être suivi par une chaleur qui l'envahit progressivement. En effet, il pouvait sentir la poitrine de la nymphe contre son dos. Puis celle-ci se mit à le déshabiller, trouvant cela inconcevable de se trouver vêtu devant sa mère.

*De toute manière elle l'avait déjà vu*

Un sourire se figea sur les lèvres de Squall, sa gêne qui aurait pu apparaître auparavant avait bel et bien disparue et il se laissa faire par la nymphe. Quand il ne resta plus que son caleçon, elle mit une main dedans pour caresser son membre qui commençait déjà à durcir. Puis quand le caleçon alla rejoindre le reste de ses vêtements, elle continua de le masturber. Le sexe de Squall, n'ayant pas à rougir car il était bien formé, pointait déjà vers sa maîtresse mais il devait bien avouer que la nymphe aussi l'excitait...

*Cela faisait tellement si longtemps...*

S'approchant, obéissant aux ordres de la prof de bio. Il approcha son sexe de sa main douce et sentit la caresse d'Ivy.


Cela m'avait tellement manquer.

Dit-il quant la langue de Poison Ivy prit le pas sur sa main. Il pouvait sentir sa langue sur son sexe qui durcissait de plus en plus sous cette excitation qu'il n'avait plus ressentie depuis un moment. Il en eut d'ailleurs du mal à répondre à sa question tout de suite.

Oui...J'ai bien sûr coucher avec une étudiante, je ne me rappelle plus de son nom...Mais je n'ai jamais ressenti ce que j'ai ressenti avec toi...D'ailleurs...

Voulant lui prouver ce qu'il allait dire, il se rapprocha encore un peu plus pour qu'elle puisse avoir son sexe à son entière disposition.

Grâce à toi, ma timidité s'est....Hmm...Quelque peu dissipée...Je te suis éternellement reconnaissant..Haa...Maîtresse...
Journalisée
Poison Ivy
Créature
-

Messages: 585



Voir le profil
Fiche
« Répondre #5 le: Octobre 03, 2013, 12:31:19 »

« Oui...J'ai bien sûr coucher avec une étudiante, je ne me rappelle plus de son nom...Mais je n'ai jamais ressenti ce que j'ai ressenti avec toi... »

Cet aveu amena sur les lèvres de Poison Ivy un élégant sourire. Elle ne se sentait nullement chagrinée, bien au contraire. Le sexe était pour elle un immense bouquet, et, pour vraiment l’apprécier, il ne fallait pas se contenter de savourer l’arôme d’une seule fleur, aussi pimpante soit-elle. La fidélité n’était pas un concept propre à la Nature, mais propre à l’Homme, créé ex nihilo en se référant à des principes religieux pour permettre d’instituer la base de la société : une cellule familiale unie. C’était, en ce sens, un modèle corrompu à la base, car il négligeait le fait que l’être humain, en tant qu’animal, était naturellement ouvert au sexe, et ne pouvait réfréner ses pulsions. Toute tentative allant dans ce sens était dangereuse, et menait à la véritable perversion, aux plaisirs sexuels déviants et sinistres. Ivy était donc heureuse de savoir que le vigile avait couché avec une autre femme, quand bien même ce fut une rencontre épisodique, sans lendemain.

Ivy était également heureuse de voir que l’homme était surexcité en sa présence. Certes, l’aphrodisiaque naturel d’Ivy y était pour quelque chose, mais il n’y avait pas que ça. Poison Ivy savait que l’homme était naturellement heureux d’elle, qu’il ne pouvait s’empêcher de l’aduler... Elle, qui lui avait ôté sa virginité, elle, qui lui avait ôté montré quantité de plaisirs dont il n’aurait jamais pu envisager l’existence. Elle caressait tendrement sa verge, tandis que l’homme se rapprochait lentement.

« Grâce à toi, ma timidité s'est....Hmm...Quelque peu dissipée...Je te suis éternellement reconnaissant..Haa...Maîtresse... »

Un nouveau sourire naquit sur les lèvres de Poison Ivy, qui entreprit alors de se redresser, s’asseyant sur le rebord de son lit organique. Shynea restait derrière eux, assise en tailleur sur le sol, observant la scène. Le long des murs et du plafond, de lents tentacules étaient en train de remuer délicatement, comme de longs serpents.

« Je vois... »

Devant elle, Ivy avait avancé l’une de ses mains, et recommençait à le masturber. Elle aimait bien sa verge, et, maintenant qu’elle avait bien formé l’homme, sexuellement parlant, elle pouvait envisager de nouvelles choses... Ce qui était d’autant mieux qu’elle était en manque. Shynea le savait. Cependant, Poison Ivy aurait très bien pu se soulager avec elle. Sa fille était très endurante, et savait lui faire plaisir. Il y avait donc autre chose qu’Ivy voulait, quelque chose qui était lié à cet homme. Ceci l’intriguait, car elle se demandait ce que sa mère, si magnifique et si intelligente, avait en tête.

« Mais, quand on appelle une femme Maîtresse, on ne la tutoie pas, petit Squall... »

Un tentacule se rapprochait lentement de l’homme, traversant l’air. Il avait une forme de pointe à l’extrémité, comme une espèce d’aiguille. Les doigts de Pamela continuaient à glisser sur la verge de l’homme, et le tentacule se rapprocha de la tempe de l’homme.

« Je vais te faire un aveu... Pendant des jours, j’ai travaillé sur une enzyme spéciale, et j’ai une phénoménale envie de sexe... Et c’est toi qui auras l’immense honneur de me satisfaire... Pour ça, je vais te donner... Un petit coup de pouce de la Nature. Laisse-toi faire, cette sécrétion va sensiblement améliorer tes capacités... »

Tandis que le tentacule en forme de seringue se rapprochait, Ivy se laissa tomber sur le sol, finissant agenouillée devant l’homme. Elle entreprit alors de remplacer ses doigts par sa bouche, et de lui faire une fellation. Le produit se mit à rapidement agir, durcissant sensiblement le sexe de l’homme, qui se mit à grossir entre ses lèvres, gagnant quelques centimètres de longueur. Le tentacule se retira ensuite, et Ivy, de son côté, déplaça ses mains, les posant sur les fesses de l’homme, en les pressant tendrement.

Yeux clos, elle gémissait, tout en faisant une gorge profonde.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Squall Leonhart
Humain(e)
-

Messages: 119



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Octobre 03, 2013, 02:16:15 »

Squall restait proche d'Ivy, son sexe à disposition de sa maîtresse. Bien sûr, on ne pouvait pas dire que sa fierté n'en avait pas pris un coup quand elle lui avait dit petit Squall. Mais même si il conservait une part de fierté, elle s'évanouissait quand il était en présence de cette femme. Alors qu'il continuait à sentir la main douce de Ivy sur son membre, il ne sentit pas se rapprocher la tentacule qui se rapprochaient de sa tempe.

Améliorer mes capacités?

Se demandant ce qu'elle comptait faire, il comprit bien trop tard, la manière dont elle allait procéder. En effet, la professeur de biologie venait de finir sa phrase, qu'elle se mit à genou devant lui pour remplacer sa main par sa bouche ce qui fit durcir d'avantage le sexe du jeune gardien. Pris par ce nouveau plaisir et heureux de savoir qu'il avait été choisis pour satisfaire l'appétit sexuel de sa maitresse, il ne sentit pas la tentacule en forme d'aiguille arrivée. Celle-ci, alors que Ivy commençait à lui faire une fellation, le piqua sous la tempe et il sentit d'abord comme une légère brûlure au niveau de la piqûre. Mais conjugué au plaisir de la fellation, la douleur se dissipa bien vite mais il sentit quelque chose au niveau de son sexe. Quand il jeta un coup d’œil, celui-ci avait augmenté en longueur et il sentait en lui une endurance et une vitalité qu'il n'avait jamais ressenti avant.

*C'est...Wouah...*

Bien sûr, vu ce que sa maîtresse lui prodiguait, il n'avait pas trop le temps de réfléchir si il y aurait des conséquences secondaire ou combien de temps durerait les effets. Sentant la langue de Poison Ivy sur son membre, il se mit machinalement à donner quelques coups de bassin pour baiser la bouche de sa maîtresse.


Cet enzyme...Hmm..Je crois que je pourrais vous baiser toute la nuit..
.

Oui car lui aussi avait envie de sexe et à cet instant là. Il laissa parler cet instant, il avait faim de cette femme.Cette femme qui l'attirait et qui l'excitait par sa seule présence et là elle était entrain de le sucer et de faire tout pour qu'ils puissent s'envoyer en l'air le plus longtemps possible. Sentant les mains d'Ivy sur ses fesses, il continua ses coups de bassin tandis qu'une de ses mains vient se poser sur la tête d'Ivy pour la lui caresser.

Haa...Ca m'avait tellement manquer....

Son sexe était devenu, en plus d'être plus long, plus dur grâce à l'excitation, baisant la bouche de sa maîtresse, il continuait de plus en plus vite ses coups dans sa bouche. En effet, il se rappelait qu'elle aimait le sperme et voulait lui faire savourer avant de passer à la suite.
Journalisée
Poison Ivy
Créature
-

Messages: 585



Voir le profil
Fiche
« Répondre #7 le: Octobre 03, 2013, 11:44:48 »

Le sexe de l’homme était délicieux, et la manière dont Pamela l’avait traité trahissait sa situation de manque. Maintenant qu’elle n’était plus une humaine, mais une femme-plante, le désir sexuel était particulièrement fort chez elle. Elle allait donc se satisfaire avec cet homme, sous le regard de sa fille. Il n’y avait rien de plus excitant. Yeux clos, Ivy se laissait aller, sentant le corps de Squall remuer d’avant en arrière. Elle aussi remuait lentement la bouche, l’arquant sur le sexe tendu de l’homme. Ce dernier était très excité, ce que son sexe traduisait. Lentement, Pamela le léchait et le mordillait, savourant ce contact. Elle voulait cet homme, et son sexe était en feu. Ceci n’était qu’une simple mise en bouche. Ses plantes ressentaient l’impatience de leur créatrice, et remuaient légèrement, frétillant dans la zone, remuant lentement.

La fellation se poursuivait. Pamela enfonçait son sexe le plus loin possible, sans toutefois le laisser là trop longtemps, afin de ne pas s’étouffer. Elle soupirait et gémissait, faisant glisser sa langue sous le chibre de l’homme, glissant dessus, cherchant à le remuer, à le coincer entre sa langue et ses dents, avant de le mordiller. Sa bouche venait ensuite glisser le long du membre. Sous l’effet de l’enzyme, son sexe était particulièrement long. Il devait lui faire mal, tant il pulsait, et avalait son sang, le drainant. Ivy, elle, se contentait de le savourer, de le préparer, avant de passer aux choses sérieuses. Une simple mise en bouche, en somme.

De plus, Pamela était bien placée pour savoir que les hommes adoraient ça.

Ainsi, pendant plusieurs minutes, on n’entendait rien de plus que les bruits de succion de la bouche de Pamela, ainsi que ses quelques gémissements. Ses mains pressaient les fesses de l’homme, tandis que sa bouche s’amusait, enfonçait le membre, glissait dessus. Elle se retirait parfois intégralement, afin de varier les plaisirs. Sa bouche venait embrasser le côté du sexe, mordillant la peau, tirant dessus, faisant ainsi remuer la verge de quelques centimètres vers la droite ou vers la gauche, avant qu’elle ne la relâche. Elle retourna ensuite la prendre en bouche, jouant avec le feu. Elle savait que l’homme approchait du point de rupture, du moment où il éjaculerait dans sa bouche... Et elle n’attendait en réalité que ça. Il réaliserait en effet alors que l’enzyme maintiendrait sa soif et son érection.

Pendant ce temps, Shynea s’était redressée, et se rapprocha du couple. Elle avançait lentement, et se pressa contre le dos de l’homme, enfonçant ses seins contre lui, tout en avançant ses mains les longs de ses hanches, les griffant à moitié, avant de les arrêter près de son sexe... Elle s’attaqua à ses testicules, les caressant tendrement, jouant avec, laissant progressivement seulement une de ses mains dessus, l’autre allant caresser le ventre de l’homme.

« Mère t’aime beaucoup, Squall... Tue s un privilégié, sois-en fier. »

Son membre était englouti par la bouche de Pamela, tapant fréquemment contre le fond de sa gorge, où elle essayait de le conserver, creusant ses joues en aspirant de l’air, suçant ainsi le membre. C’était un spectacle fascinant, et Shynea enfonçait ses seins, donnant des petits coups en haletant. Le plaisir de Mère était communicatif, influant sur le sien, renforçant son excitation. C’était ce qui l’avait poussé à venir, à encercler l’homme entre elle et sa Mère.

Shynea embrassait le cou de l’homme, le mordillant tendrement.

« Jouis dans sa bouche, mon beau... Laisse-toi aller, vide-toi, ton corps n’aspire qu’à ça, je peux le sentir... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Squall Leonhart
Humain(e)
-

Messages: 119



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Octobre 04, 2013, 08:17:31 »

La fellation que lui donnait Ivy était comme dans ses souvenirs, quoi que non...C'était bien mieux! Sans doute dû au fait qu'elle aussi était en manque, elle utilisait sa langue tel une déesse avide de son nectar qui ne tarderait pas à venir. En effet le jeune surveillant avait de plus en plus de mal à garder le contrôle sur son plaisir naissant.

Aaaah...

Fermant les yeux pour se donner toute la concentration possible, il essayait de faire durer le plaisir au maximum. Plaisir qui était vraiment immense...Non il ne lui avait pas menti ou avait joué le faux cul quand il lui avait dit qu'aucune femme ne lui avait donné du plaisir autant qu'elle lui donnait. La preuve était là en ce moment, la langue de sa professeur allant de long en large sur son membre bien plus long qu'à l'accoutumé tandis qu'il sentait ses doigts sur ses fesses qui ne le laissait pas non plus indifférent mais alors qu'il prenait son pied avec cette fellation, il sentit une poitrine s'enfonçant dans son dos. Des mains allant jusqu'à ses hanches et qui le griffèrent légèrement mais cela la douleur fut très vite étouffée par le plaisir que lui procurait sa maîtresse
.

Il entendit alors la voix de Shynea lui dire qu'il avait beaucoup de chance d'être privilégié de la sorte. Sentant sa main allant caresser sa testicule pendant qu'il sentait la douceur des lèvres de Shynea sur son coup.


Je suis déjà presque au point de rupture avec ma maîtresse mais...Hmmm...Si en plus tu t'y met...

Fermant les yeux, il ne put s'empêcher de lâcher une grande quantité de sperme dans la bouche de son amante. Son sexe subissant plusieurs soubresaut sous la force de pression tellement elle l'avait excité. Alors qu'il rouvrait les yeux pensant que la sensation de légère fatigue l'envelopperait, il constata que son sexe malgré la jouissance était toujours bien dur.

*Cela doit être dû à l'enzyme...Je comprend mieux...*

Laissant libre cours à ses instinct, il décida à son tour de prendre les rennes. Tout s'enchaîna très vite et il espéra que sa maîtresse apprécierait ce qu'il ferait, son esprit d'initiative... La fait s'allonger sur sa plante où elle se trouvait quelques minutes précédemment, il ne perdit pas de temps et pénétra sa maîtresse, commençant dés le début à donner de gros coups de bassin en elle.

Aaahhh...Je ne pouvais plus attendre...Je vous veux tellement!

Son côté pervers étant totalement ouvert, il devait bien avouer que ses yeux se baladaient souvent entre la poitrine de sa maîtresse et celle de Shynea.
Journalisée
Poison Ivy
Créature
-

Messages: 585



Voir le profil
Fiche
« Répondre #9 le: Octobre 06, 2013, 03:45:20 »

Si ce n’était pas le paradis, ça en avait le goût. Squall venait de jouir dans la bouche de Pamela, et, comme cette dernière s’y attendait, ce fut une belle jouissance. Son enzyme était très efficace, comme tout ce qu’elle faisait. Il ne fallait pas trop la doser, afin de ne pas transformer le mâle en un prédateur sexuel incapable de lutter contre ses pulsions. Le dosage était donc très bien réussi. Ivy le sentit jouir en elle, ce qui l’excita énormément. L’éjaculation buccale n’était pas quelque chose qui la dérangeait. D’un point de vue sexuel, elle était une femme très ouverte, loin de cette hypocrisie ambiante qui avait tendance à caractériser les rapports sociaux. Squall venait de s’abandonner en elle, et, comme elle s’y attendait, son membre était toujours aussi tendu. Pamela retira toutefois ses lèvres, laissant une verge trempée de salive et de tâches de sperme collées contre la peau. Elle respira lentement, retrouvant son souffle, avalant le sperme, essayant de ne pas cracher ou siffler. Elle avait de l’entraînement, maintenant, mais il fallait bien admettre que cette subite projection de sperme pouvait parfois bloquer la trachée, donnant lieu à des éternuements.

Squall venait de s’abandonner en elle, mais l’homme n’en avait pas fini. Il souleva Ivy, et cette dernière se laissa faire, se retrouvant ainsi allongée sur la belle plante qui lui servait de lit. De forme semi-circulaire, cette dernière accueillit sans problème le corps de sa génitrice. Elle s’allongea sur une sorte de langue rouge et chaude, moelleuse. Elle n’était pas gluante, et on s’y enfonçait très légèrement. Il s’agissait d’une espèce de solide matelas relevée à hauteur de la tête, pour évoquer la forme d’un oreiller. Squall s’allongea sur elle, rapidement. Elle pouvait sentir le désir, la passion qui hurlait en lui. Jouir ne l’avait pas soulagé, sa jouissance n’avait fait que l’assoiffer davantage.

« Aaahhh...Je ne pouvais plus attendre...Je vous veux tellement ! » s’expliqua-t-il, presque comme pour se justifier.

Pamela répondit par un long soupir. À ce stade de leur relation, il était inutile, en effet, de se trouver une quelconque justification. Elle l’avait amené ici pour faire l’amour (en partie), et l’avait drogué pour accroître sa libido et ses performances. Qu’il la désire donc avec la force d’un dément était tout à fait normal, naturel, et même souhaitable. Dans le cas contraire, Poison Ivy ne l’aurait pas invité. Ceci étant dit, elle n’avait jamais rencontré un seul mâle qui ne soit pas totalement imperméable à ses charmes. Même Batman, le redoutable Chevalier Noir, qui l’avait arrêté de si nombreuses fois, n’y était pas totalement insensible, et ce même s’il parvenait à contrôler ses hormones. Squall, lui, était à elle.

Il s’allongea sur elle, et elle poussa un cri de plaisir, ardent et vif, quand son intimité fut percée par le membre tendu de son partenaire. Squall s’enfonça allègrement en elle, la défonçant, tout en ondulant sur elle, sa queue remuant dans ses entrailles, la déchirant de l’intérieur, comme si on lui plongeait une épée dans le corps. La douleur formait une barre vive et ardente, libératrice et magnifique. La douleur explosa en une pépinière de plaisirs intenses qui se répandirent dans tout son corps.

« Haaaaa !! Haaaaaaaannnn !! »

Elle ne se privait pas pour hurler. Personne ne pourrait la déranger. Shynea mouillait également, en ressentant le plaisir de sa mère. Elle restait proche des deux amants, observant les mouvements fougueux du corps de Squall, son sexe qui se glissait dans le corps d’Ivy, sa poitrine qui se soulevait et s’abaissait lourdement. Shynea voyait son regard glisser entre leurs poitrines respectives, et sourit lentement. Le tissu végétal faisant office de tenue sur le corps d’Ivy se retira, découvrant toute sa peau nue, verte comme une plante. L’une des mains de Pamela agrippa la tête de Squall, afin de la rapprocher de l’un de ses seins.

« Lè... Lèche, mon beau, haaaaaannn... »

Shyna s’était rapprochée, encore, et donna une petite claque sur les fesses de Squall. Il était temps de passer aux choses sérieuses, et un tentacule se rapprocha lentement, filant du plafond. Il titilla le fondement de Squall, et rentra lentement dans ses fesses. Ce n’était pas parce qu’un homme aimait sodomiser les femmes que l’inverse n’était pas vrai. Pamela serrait ses cheveux entre ses doigts, haletant de plaisir, mouillant follement. Ce sexe était si gros, si gros, si épais... Oh, c’était si intense !

Pamela se tortillait sous le corps de l’homme, lentement, gémissant et soupirant. Ça lui avait tellement manqué ! Elle avait eu l’impression que son sexe était rempli de toiles d’araignées poussiéreux à force d’être délaissé. Un feu délicieux brûlait dans son corps.

« HAAAAAAAAAAA !! ENCOOOOOORE !! »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Squall Leonhart
Humain(e)
-

Messages: 119



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Octobre 06, 2013, 08:28:41 »

Squall pénétrait de plus en plus fort Ivy. Son sexe bien plus grand qu'à l'accoutumée s'enfonçait dans les profondeurs de son intimité, avec l'objectif de la faire jouir le plus de fois possible. Le plaisir de l'acte sexuel était toujours un délice même pour Squall qui d'habitude n'aimait pas trop montrer ses sentiments. Mais avec Ivy, il prenait vraiment son pied et ne pouvait cacher sa soif de sexe à chaque fois qu'il la croisait. Comme une abeille venant butiner la fleur, il enfonçait son dard au maximum, venant taper toujours plus fort ses cuisses contre les siennes.

Mais alors que sa queue la pénétrait encore et toujours plus profondément, il remarqua bien vite le tissu végétale qui cachait la poitrine de son amante disparaître. Elle était à présent entièrement nue tout comme lui, signe qu'elle se donnait entièrement et le jeune surveillant décida que pour une fois c'est lui qui allait mener la danse. Car même si l'habitude de l'appeler maîtresse restait encore, il espérait parfois être bien plus qu'un simple objet sexuelle pour le professeur de biologie. Cependant de telle pensée à l'heure actuelle n'était vraiment pas appropriée. En effet si il voulait garder un minimum de contrôle sur ses actes et ne pas paraître comme un idiot assoiffé de sexe, il fallait qu'il se domine. Bien sûr laisser son instinct le guider était une bonne idée mais il devait aussi réfléchir pour savoir comment faire plaisir à Ivy et aussi le plus longtemps possible car il ne savait pas du tout quel était le temps que lui donnerait cette drogue qu'elle avait mise en lui.

*Sa poitrine est toujours aussi magnifique, ses tétons vert pointant vers moi comme si il désirait que je m'en empare avec ma bouche*

Et comme par télépathie, il ne fallut pas longtemps pour que sa partenaire lui dire de s'occuper d'eux. Ne prenant même pas la peine de répondre, il se mit à lécher d'abord du bout de la langue ces petits tétons vert et dur. Puis avec sa langue, il se mit à faire des mouvements circulaire dessus et alentour pour donner encore plus de sensation à Ivy tout en faisant en sorte de donner un rythme régulier mais fort à ses coups de bassins. Alors qu'il s'envoyait en l'air quasiment comme des bêtes, le jeune surveillant avait pendant un moment totalement oublié la présence de la nymphe. Celle-ci ne tarda à agir elle, donnant une nouvelle dimension à cette partie de baise. Donnant une fessée à Squall, il put sentir par la suite un tentacule commençant à se frotter à son fondement

*Cela par contre m'avait moins manqué*

Ne disant rien, il fit cependant une légère grimace quand il sentit le tentacule rentrer lentement dans son orifice. Bien sûr Squall l'avait déjà subi auparavant en faisant l'amour à Ivy et se laissait donc faire mais il devait bien avouer qu'il n'était pas fan et le faisait uniquement pour sa partenaire. Mais était-ce par l'enzyme ou par le fait de retrouver celle qu'il désirait depuis toujours, il sentit un plaisir émaner de cette pénétration et décida d'en donner encore plus à Ivy mais aussi à Shyna qui était maintenant près d'eux. Jetant un coup d'oeil vers la nymphe, il passa une de ses mains pour venir la frotter légèrement contre la chatte de la fille d'Ivy tandis que ses dents se mirent à mordiller un des tétons d'Ivy. Elles voulaient jouer, il allait jouer et il se sentait vraiment en forme pour non seulement donner du plaisir à celle qu'il commençait à avoir dans son cœur mais aussi à sa fille.

*En voyant que je prend des initiatives, peut-être me verra-t-elle autrement que comme un jouet sexuel*
Journalisée
Poison Ivy
Créature
-

Messages: 585



Voir le profil
Fiche
« Répondre #11 le: Octobre 08, 2013, 01:48:25 »

Pamela aimait bien sodomiser ses partenaires masculins. Elle savait que les hommes aimaient plutôt se glisser dans les fesses, et, si cette perspective ne dérangeait pas l’Empoisonneuse, elle ne voyait pas pourquoi l’inverse ne serait pas vrai. Contrairement à certaines espèces animales comme les araignées, chez les êtres humains, le diphormisme sexuel n’était pas clairement marqué. La taille entre les hommes et les femmes était relativement similaire, ce qui était un bon indicateur de cette égalité sexuelle. Ivy avait habitué Squall, son petit Squall, à être sodomisé, et le tentacule en lui remuait lentement et généreusement. Il n’était pas très épais, car l’Empoisonneuse savait que l’homme avait encore du mal. Sur ce point, les hommes avaient tendance à être beaucoup plus douillets que les femmes. La douleur n’était qu’un stimulant pour l’inciter à la pénétrer avec davantage de puissance. Il s’enfonçait en elle, avide, assoiffé, léchant son sein, mordillant son téton.

« Haaaaa.... !! »

Ivy se laissait faire, pleinement subjuguée, incarnation même du désir et de la beauté. Shynea avait le cœur sur les lèvres, tant elle était heureuse de voir sa Mère se faire prendre avec une telle énergie. Oui, c’était un spectacle réellement fascinant ! Elle fut donc légèrement surprise quand Squall entreprit de la faire plaisir, écartant l’une de ses mains pour la rapprocher de son intimité. Une partie du corps de Shynea était recouverte d’une sorte d’excroissance végétale jaune dont la texture évoquait vaguement une souche d’arbre. C’était une texture agréable, qui était rétractable. Elle faisait partie intégrante du corps de Shynea, formant, comme les vêtements végétaux de Mère, une seconde peau. Shynea s’écarta un peu, finissant hors de portée des doigts de Squall.

« Non..., souffla-t-elle, malgré le désir naissant qui était en train de brûler en elle. Contenter Mère est la seule chose qui doit te préoccuper. »

Elle-même passait naturellement en second. Le plus important était de coucher avec Poison Ivy, de faire plaisir à sa génitrice, à celle qui lui avait permis de s’élever de sa condition d’être humaine faible et indécise pour embrasser une nouvelle existence. Pourrait-elle un jour trouver les mots nécessaires pour la remercier de ce cadeau merveilleux ? Sa gratitude était éternelle, immense. Elle assistait sous ses yeux à une scène magnifique. Le dos de Squall commençait à luire sous l’effet de la sueur, et elle voyait les mains de sa Mère se promener sur son dos, glissant dessus. De belles mains vertes. Shynea tournait autour du couple, les observant sans la moindre gêne. Les yeux clos d’Ivy, les soupirs que l’Empoisonneuse poussait au fur et à mesure que le membre de l’homme remuait dans son corps...

Pamela eut un orgasme, que Shynea put sentir, jusque dans ses entrailles. C’était... Si intense... Pamela poussa un long hurlement, tout en posant l’une de ses mains sur ses fesses, veillant ainsi à ce que le membre de l’homme s’enfonce bien profondément en elle, l’écartelant. Shynea en frissonnait.

« Haaaaaaaaaaaa !! »

Le tentacule qui sodomisait Squall se retira alors, remuant dans les airs comme un serpent, avant qu’Ivy ne retourne Squall, pour se mettre sur lui.

« Hmmmmmmmmmmmmm... Voilà qui est mieux, ainsi, haaaaa... »
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox