banniere
 
  Nouvelles:
De nouvelles places sont ouvertes pour le poste de modérateurs, si vous êtes intéressés, merci de vous présenter ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Prête-moi ta plume...[Stephen C.]  (Lu 2000 fois)
Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« le: Août 30, 2013, 10:59:44 »

( Ceci est la suite de ce rp. )


Recroquevillée sur elle-même, le dos collé contre l’émail froid de la baignoire, Anéa ne savait pas quoi faire. Jeune femme, anciennement ange guerrier, mais en cet instant, petite fleur fragile à qui on lui avait retiré des pétales et tentait de survivre. Son corps humide, à la peau recouverte de mousse qui commençait à légèrement sécher à l’air libre, ne cessait de trembler. Merde. Est-ce qu’au moins, il lui était possible de retrouver ses ailes ? Ou bien, les avait-elle perdues à jamais ? La mi-démone n’osait pas songer à cette possibilité. Si c’était le cas, autant se liquider de suite. Ne plus pouvoir voler, ne plus voir ses ailes, seule preuve de ce qu’elle était anciennement : un être du Divin. Ouais, putain de Divin qui l’avait chassé du Paradis. Enflure. Notre Père, qui est si veux, as-tu vraiment fait de ton mieux ? Regarde un peu ce que tu fais de tes créations ! Anéa, une pauvre loque nue dans une baignoire, et qui va se faire aider par un démon. Le merveilleux tableau que voici.

- Putain…

Un bruit de gifle retentit dans la salle de bain. La jeune femme venait de se foutre une baffe en plein le visage. Avec, peut-être, un peu trop de force d’ailleurs, à la vue de sa joue gauche rougie des marques de ses doigts, mais il lui fallait bien cela pour se reprendre un peu. Ravalant le peu de larmes qui lui montaient aux yeux, toussant légèrement, elle ne répondit rien à Stephen. Était-il encore devant la porte ou était-il retourné au salon ? À vrai dire, la belle hybride ne s’en souciait pas énormément. Son esprit était cloitré dans une petite bulle, avec un seul objet en tête : ce foutu démon qui lui avait arraché ses plumes. Le retrouver, elle devait. Lui arracher la tête, elle fera...Et ses ailes, enfin, de nouveau, elle aura.

Mais pour l’instant, elle devait se ressaisir un minimum. Se relevant, vacillante, elle tourna les robinets, l’eau chaude s’écoulant fortement du pommeau et tapant sur la peau claire d’Anéa. Ses mains passèrent lentement sur son corps pour en retirer la mousse et correctement se rincer. Il en fut de même pour sa chevelure de jais, dont elle en retira tout le shampoing. Ainsi propre, la jeune femme sortit de la baignoire. Choppant une serviette au hasard, elle frotta frénétiquement ses cheveux pour les essorer, avant de finalement s’enrouler dans la dite serviette. Les cheveux en bataille, elle ne prit même pas la peine de les brosser avant de sortir de la salle de bain.

Et là, le grand silence. Sur le coup, cela n’étonna pas la demoiselle qui était, à vrai dire, un peu ailleurs. Mais, ses prunelles azures se pressaient à chercher l’éphèbe dans tout l’appartement. Elle ouvrit la porte de la chambre, il n’y était pas. La salle de bain, impossible puisqu’elle en sortait à peine. La cuisine et le salon étaient vides également. Bordel, mais où était-il passé ? Aucun signe de Stephen. Sur le coup, la jeune femme en grinça des dents, s’énervant un peu. L’aurait-il lâchement laissé à son triste sort ? Raah, et puis merde. Se dirigeant vers la cuisine, elle s’arrêta devant le frigo, l’ouvrit pour en sortir du jambon. Flemme de cuisiner, et elle avait faim. Un bout de pain pour aller avec et basta. Elle était fatiguée, épuisée même, et ne rêvait que d’une chose pour l’instant : dormir. Son dîner vite avalé, elle se dirigea vers le salon, se jetant sur le sofa, encore en serviette. Décidément, elle adorait ce canapé, plus que le lit dans la chambre. Cela lui rappelait la petite soirée d’avant, toute collée contre Stephen. Mmh. Bien vite, ses paupières tombèrent sur ses yeux pour la plonger dans l’obscurité totale. Juste une minute, une seule, et elle s’endormit.

Pas de rêve. Et bizarrement, pas de cauchemar non plus. Juste une immensité obscure et lointaine. L’oubli total. Il était encore bien tôt et l’aube ne s’était pas encore pointée. Et le réveil fut assez brutal. Une voix grave vint l’extirper précipitamment de son profond sommeil. Stephen ? C’était sa voix en tout cas. D’un mouvement brusque, elle se tint assise sur le sofa, la serviette qui l’enroulait s’étant défaite dans sa nuit. Oui, c’était sa voix rauque, mais il n’était pas là. À la place, une petite lueur bleutée voletait dans le salon. Elle délivrait là un message de l’éphèbe. Alors, finalement, il était parti aux Enfers pour récupérer les ailes de l’archange déchue. Putain, mais quelle conne qu’elle était, en pensant qu’il avait joué au lâche. Un soupir de soulagement fila entre ses lèvres pulpeuses.

Mais elle devait se dépêcher pour se rendre au lieu de rendez-vous. D’un bond, elle se dirigea dans la chambre, en sortit quelques fringues et un étui à guitare qu’elle s’était approprié il y a quelques temps déjà. Cet étui lui servait à planquer ses armes quand elle était sur Terre et qu’elle devait vagabonder avec dans les rues. Hop, sabre et dagues à la place du véritable instrument de musique, et c’était ni vu ni connu ! Anéa s’empressa pour enfiler juste une veste en cuir, sans rien en dessous. Elle possédait peu de fringues et celles d’hier étaient encore dans un état pitoyable. Elle mit un minishort noir, bien moulant, et prit des bottines à talons de la même couleur que ce bout de tissu qui lui couvrait les fesses. On peut le dire : c’est assez osé comme tenue pour sortir. Mais la jeune femme devait se rendre chez les démons, dans l’antre de Satan. Son physique, sa tenue, son comportement devaient ressortir aux yeux des créatures démoniaques pour qu’ils la prennent véritablement pour l’une des leurs.

Avec empressement, elle prit un sac plastique, prit quelques trucs à manger dans le frigo, ce qu’il lui passait sous la main, en vrai : bières, pain, quelques charcuteries. Flemme de passer dans une épicerie pour prendre quelque chose d’autre. Le tout dans l’étui à guitare, la demi-démone chemina vers la salle de bain, se brosser les cheveux, les laissant retomber sur la veste et sa chute de reins. Elle se dirigea ensuite, bien armée, vers la porte d’entrée et referma l’appartement derrière elle. Elle profita pour presser son pas, tant qu’il n’y avait personne dans les rues, ou du moins, peu de monde, pour la stopper aux vues de sa tenue. Stephen, dans son message, parlait du portail dans le bois en dehors de Seikusu, portail qui amenait chez les démons supérieurs. Mh, Stephen en était-il un, au fond ? Pas le temps de réfléchir que la belle était déjà devant le portail, le traversant sans crainte. Anéa avait pris l’habitude de ce genre de passages, avec sa chasse perpétuelle aux démons.

Directement arrivée dans les baraquements, la mi-démone utilisa de son pouvoir pour développer seulement son tatouage sur le haut de son corps et en partie sur son visage. Ses belles prunelles bleues se firent de glace. Ainsi, son aura démoniaque prenait largement le dessus sur le peu qu’il restait de l’angélique. Mais Anéa savait qu’elle devait faire attention sur ce point-là…Alors, voyons voir. La chambre 4, la chambre 4. La belle demoiselle vagabondait dans le couloir pour trouver cette fameuse chambre où l’attendait son colocataire démoniaque. Elle la trouva facilement. Toquant plusieurs fois à la porte, elle n’eut aucune réponse. Était-ce finalement une blague de la part de Stephen ? Mh. Sa main vint se poser sur la poignée de porte, tentant de l’ouvrir. En vain. Elle était verrouillée. Un peu énervée par la chose, elle se plaqua à côté de la porte, posant son étui à guitare au sol, son dos contre le mur. Où était-il ?


- Que fais-tu ici, ma mignonne ?
- Mh ?

Un autre démon s’était arrêté là, interpellé de voir une belle jeune femme en petite tenue dans le couloir. La prenait-il pour une succube ? En tout cas, il baladait déjà ses mains sur les hanches de l’archange déchue, qui se prêtait au jeu de la séduction, ne disant rien, pour ne pas éveiller les soupçons.

- Que dirais-tu de venir dans ma chambre, mh ?
- J’attends mon client, chéri.

Est-ce qu’au moins, avec ça, il allait la laisser tranquille ? Je ne sais pas…
« Dernière édition: Septembre 07, 2013, 05:27:47 par Anéa » Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #1 le: Août 31, 2013, 01:26:39 »

Les diverses petites enquêtes que le démon avait menées sur le court laps de temps qui lui était imparti avaient porté quelques fruits. Dans le quatrième cercle des enfers, celui de l’avarice, se trouvait ce que beaucoup d’anciens démons appelaient le « marché noir ». Contrairement à ce que laissait penser le titre lugubre et illégal, ce lieu était tout ce qu’il y a de plus officiel. Autrefois un repaire où des mortels possédant le pouvoir de voyager entre les plans venaient vendre des marchandises rares aux geôliers et légionnaires des enfers, il n’avait jamais vraiment changé. Quelques mortels venaient toujours, mais les seigneurs des enfers s’étaient faits à cette idée, allant même parfois faire leurs achats chez quelques mages humains réputés.

Autant dire que chercher quelque chose dans le marché noir, ou plus particulièrement dans le cercle des avares, était une véritable mission en soit. Chaque renseignement, aussi moindre soit il, coûtait quelque chose. Stephen n’était pas particulièrement riche, surtout dans un monde où l’on ne jure que par le troc d’artefacts magiques ou autres babioles enchantées. En général, il se contentait de créer lui-même quelques enchantements de qualité convenable à partir de tout ce qui lui tombait sous la main sur terre. Pour le coup, il avait fait des provisions. Quelques capsules de bouteilles de bière, enchantées pour rendre leur porteur un peu plus fort. Une clef à chaine de plombier qui pouvait s’étendre indéfiniment et paralyser ce qu’elle touchait, et quelques boulons qu’il ferait passer pour des anneaux, ayant appliqué à la va-vite un relativement moyen sort d’invisibilité dessus.

Filant dans le marché, passant entre acheteurs, curieux et vendeurs, le démon cherchait le stand qui lui avait été indiqué par une source sûre. Un des rares mortels qui venait encore sur le marché du quatrième cercle. Il avait une réputation bien forgée : celle d’un rapace. Le genre de type qui fait les champs de bataille après la guerre, à la recherche d’un quelconque artefact ou même d’objets à valeur uniquement sentimentale. Toutes les babioles qu’il ramassait n’avaient aucune valeur sur Terra, mais dans les enfers, elles étaient des plus prisées. Surtout des démons les plus faibles, qui croyaient vraiment tout le baratin du vieux sorcier, les promesses de puissance et de femmes, enfin, tout ça. Personne ne connaissait le nom de ce magicien morbide, mais tout le monde connaissait le nom de son stand : L’étal du vieux Terran.

« Vieux Terran. » Salua le démon avec une voix grave, arrivé devant le stand.

« Oooh. Dans ma longue vie, je ne vous ai que croisé, Hilal. » Dit le vieux barbu en souriant de toutes ses dents. Enfin, de celles qui lui restaient. « Que me vaut la visite d’un démon supérieur ici ? » Demanda-t-il.

« Helel. » Corrigea le beau diable. « J’ai entendu dire que tu avais récemment acquis des ailes d’anges. Je veux savoir qui te les a fournies. »

Immédiatement, l’atmosphère devint plus tendue, le regard du vendeur se fit inquiété, fuyant. Stephen, ou plutôt Helel, comme on l’appelait aux enfers, n’était pas dupe. Ce type vendait des choses qu’on ne récupère pas sur un champ de bataille, même dans les plus féroces guerres de Terra. Non, il y avait des fournisseurs au dessus de lui, qui lui ramenaient de quoi s’enrichir. Mais pourquoi des démons supérieurs feraient-ils cela ? Quelques idées fusèrent dans le cerveau imaginatif du beau diable, mais aucune ne semblait satisfaisante. Dans le fond, peu importe les raisons de ces étranges échanges, tout ce qui comptait, c’était de récupérer les ailes. Par la suite, un basique rituel devrait permettre de les rendre à Anéa.

« Je… Je n’ai pas pris les ailes, au final. » Répondit le vieux mage. « Celui qui me les a proposées… » Un frisson parcouru visiblement tout son corps. « Je n’avais jamais rien vu de tel, je ne suis même pas sûr de ce que c’était. Je n’avais pas confiance »

« Où est-il ? » Demanda le jeune homme, curieux mais impatient. « Pourquoi te propose-t-il de te fournir ça !? Rien de ce qu’un démon mineur n’offrira en troc ne vaudra jamais des ailes d’archange. »

« J’ai… Un titre de noblesse à offrir. » Murmura le sorcier. « Des ailes d’archange, pensez-vous ! Je lui aurait accordé sans hésiter contre ce maudit contrat ! »

D’un seul coup, les yeux de Stephen s’écarquillèrent de surprise. Un titre de noblesse, la seule chose qui sépare un démon supérieur du titre de seigneur des enfers. Le droit de siéger dans les plus hautes sphères du palais infernal. Voilà qui expliquait tout, il devait faire chanter pas mal de démons avec ce bout de papier magique, les forçant à lui ramener de précieux artefacts contre une chance de se voir offrir le parchemin. Et étant un mortel, le vieux mage n’avait lui- même aucun intérêt à faire usage du papelard. Mais comment s’était-il trouvé en possession d’un tel parchemin ? Personne en enfer, du moins personne à part les seigneurs, ne savait comment étaient édités ces mystérieux papiers. Mais cela donnait une piste : le coupable convoitait un poste de seigneur, et il troquait pour la première fois avec le vieux mage.

« Tu as de la chance que je ne te dénonce pas. Un mortel ne devrait jamais mettre la main sur ces choses. » Grogna Stephen en s’éloignant.

Stephen n’avait jamais été intéressé par une place de Seigneur, qui impliquait de passer presque tout son temps en enfer, quel ennui. Mais il connaissait pas mal de démons supérieurs qui étaient intéressés, dont un qui était son voisin du baraquement quatre, et qui avait la réputation de fournir « L’étal du vieux Terran ». Remarquant qu’il venait de passer un long moment dans le quatrième cercle, le beau diable décida de se presser, il allait sûrement être en retard. Son pas leste le mena finalement assez vite jusqu’à son baraquement, du moins compte tenu de la distance. Sur place, il vit Anéa, pour le moins… Courte vêtue. A ses cotés était justement le démon qu’il recherchait. Un sacré pervers, sûrement plus que Stephen lui-même.

« Oh, Hilal » Dit le démon, les mains toujours contre les hanches d’Anéa. « Regarde ce que j’ai trouvé ! »

« Helel. » Corrigea Stephen. « Elle est très belle, mais je l’avais réservée pour moi. Enfin tu sais, je suis prêteur, viens donc profiter d’elle avec moi dans la chambre. » Proposa le monstre.

Un large sourire vint déformer les lèvres de l’autre démon, qui lâcha Anéa pour se mettre à coté de la porte. Stephen salua la déchue d’un hochement de tête. Posant ses doigts sur la poignée, il récita un petit sortilège qui fit s’ouvrir la porte d’elle-même, en douceur. Il fit signe à son collègue de rentrer, puis s’arrêta un instant pour chuchoter à Anéa.

« Dès qu’il aura relâché sa garde, assomme le, ligote le, et quand il se réveillera demande lui qui d’autre fournit « L’étal du vieux Terran », d’accord ? Moi je m’éclipserai, il pourrait me causer des problèmes s’il sait que je suis dans le coup. » Murmura le démon, faisant ensuite signe à la déchue d’entrer.

Dès qu’Anéa assommerait le démon, Stephen enfilerai un boulon à son petit doigt pour se rendre invisible le temps de l’interrogatoire.
Journalisée

Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #2 le: Septembre 07, 2013, 05:29:21 »

Ce démon ne semblait pas vouloir lui lâcher la grappe. Il s’amusait à balader ses grandes paluches sur les hanches de la belle, aventurant ses doigts sous la veste ouverte d’Anéa. Oh, ça se lisait dans son regard que cet envoyé des enfers rêvait de faire l’amour à l’archange déchue, et elle avait beau répété qu’elle attendait un autre client, celui-ci ne bougeait pas d’un cil. Au contraire, il se faisait plus charmeur avec l’espoir d’amener la belle mi-démone dans sa chambre, et plus précisément, dans son lit. Son bassin vint même se coller à celui de l’hybride qui le laissait faire, ma foi.

Mais où était Stephen, bordel ? Il était en retard ! Ah…Tiens. Quand on parle du loup, on en voit le bout de la queue. La jeune femme salua l’éphèbe d’un hochement de tête, alors que les deux démons échangèrent quelques mots. Pardon ? Il l’avait appelé Hilal, que son colocataire rectifia en Helel. Était-ce son nom aux Enfers ? Sûrement. Voilà une chose qu’apprenait la demoiselle. La suite la surprit davantage, mais son visage n’exprima pas cette surprise. Partager la couche avec deux démons ? Bon, Stephen, c’était autre chose, mais ce lourdingue ? Hors de question. Non, son colocataire avait une autre idée derrière la tête. Il connaissait assez bien Anéa pour savoir qu’elle déteste les démons et qu’il risquerait d’avoir la tête tranchée. Extérieurement, la belle hybride souriait, perverse, tout en se mordillant la lèvre inférieure. Genre, elle était impatiente ? Ce n’était qu’une façade.

L’autre gaillard ne refusa évidemment pas l’invitation de Stephen, un sourire éclatant et pervers ornant son visage. Un frisson parcourut tout le corps d’Anéa, bien désagréable, rien qu’à l’idée qu’elle devra se laisser toucher un peu plus par cette créature des enfers. Mais cela devait être pour la bonne cause, alors la jeune femme prendrait sur elle. Le démon attendit patiemment que son collègue lui ouvre la porte, rentrant ainsi le premier dans la chambre. Pas de galanterie aujourd’hui. Mais avant de pénétrer dans l’habitation à son tour, la jeune femme fut stoppée à l’entrée par Stephen, ou plutôt Helel, si tel est son nom infernal. Ainsi, elle devait s’occuper de mener un interrogatoire. Bien. Cependant, en présence de l’autre démon, il fallait se la jouer fine. Apparemment, il pourrait causer des soucis au jeune homme, alors faisons attention. La belle brune ne savait pas vraiment ce qu’était L’étal du vieux Terran mais, elle faisait confiance à son colocataire, même si c’était un démon.

Simplement, l’archange déchue vint hocher la tête pour répondre à Stephen, accompagné d’un sourire amusé. Séduire l’autre démon et l’avoir par surprise allait être chose aisée pour la demoiselle. Elle ramassa son étui à guitare avant de passer devant Stephen et de rentrer dans sa chambre. Elle ne prit pas le temps de détailler la pièce. Elle en avait, à vrai dire, rien à faire. Posant son bagage contre un des murs de l’habitation, elle se fit plus séduisante, plus coquine, venant se mordillant l’ongle de l’index. Un sourire faussement pervers étira ses lèvres pulpeuses, ses hanches ondulant lentement en se dirigeant vers le lit.


- Par qui je commence, mh ?

- Viens là…

Le démon n’attendit même pas que son compagnon des enfers ne lui réponde, ou ne réagisse. Il s’avança, prédateur, vers la belle. Il prit son menton pour le lui relever et enfin goûter à ses lèvres charnues. Intérieurement, Anéa bouillonnait. Se laisser toucher de la sorte, même pour un simple baiser, cela la répugnait. Il s’arracha bien vite de sa bouche, poussant la jeune femme pour la faire tomber sur le lit. Un hoquet de surprise s’échappa d’entre ses lèvres, se posant sur le dos, arquant un sourcil. L’homme démoniaque se posta au-dessus d’elle, la toisant de toute sa carrure, avant de lui revoler un baiser. Il força la bouche de la belle, infiltrant sa langue pour venir chatouiller celle de sa partenaire du moment. Eurk. Horrible. Les poils de la demoiselle se dressaient dans un frisson désagréable. Mais elle jouait le jeu, venant franchement embrasser le démon, sans faire attention à Stephen et ce qu’il faisait. Les grandes mains du gaillard se la jouaient Indiana Jones, passant sous la veste de la demoiselle et découvrit son beau buste, aux gros seins fermes et doux. Quittant ses lèvres, un nouveau sourire, plus franc, plus pervers aussi, orna son visage. D’un geste, il emprisonna un des tétons soyeux de la mi-démone, le suçotant avidement, alors qu’une main maltraitait l’autre. Sa paluche libre se dirigea entre les cuisses de l’archange, les lui écartant, pressant ses doigts sur son intimité à travers son short. Merde. Il était du genre impatient celui-là. Anéa s’amusa à gigoter du bassin pour feindre le plaisir naissant alors qu’il en était tout autrement. Elle souffla de doux gémissements, se cambrant un peu, comme pour offrir davantage sa poitrine. D’une manière toute tendre, elle posa ses deux mains de chaque côté de la tête du démon pour le forcer légèrement à revenir l’embrasser. Charmeuse aux yeux de glace, elle feignit de vouloir ses lèvres de nouveau. Le démon n’y vit que du feu. Approche, approche. Et brusquement, Anéa lui donna un puissant coup de boule, tapant contre son front. Boum, bon dodo le démon ! La jeune femme laissa son dégoût faire surface.

- Connard de merde !

C’est qu’il était lourd, le bougre ! À moitié sur le corps de l’archange sans aile, il l’écrasait. Aidée de sa jambe et de ses deux bras, Anéa le repoussa sur le lit, encore inconscient. Le front de la belle était marqué d’une jolie marque ronde et rougeâtre. Putain, ce qu’il ne faut pas faire. Enfin, c’était sûrement pour récupérer ses apparats d’ange. Mais pourquoi cet étal du vieux Terran alors ? Elle s’adressa à Stephen, tout en s’essuyant les lèvres d’un revers de la main, comme se nettoyer des traces que le démon lui avait laissé.

- Explique-moi, s’il-te-plaît. Et vite, avant qu’il ne se réveille. Quoique, il en a peut-être pour un moment. Ouch…

L’hybride avait tapé assez fort et ressentait d’ailleurs une légère douleur à sa tête. Elle finit par se redresser sur le lit, assise, avant de finalement se relever, un peu débraillée. D’un geste vif, elle agrippa un des draps du lit pour en découper de longs morceaux de tissu. Cela servirait de liens. Mh ? Et merde. Peut-être qu’il y avait de la corde ici. La jeune femme avait fait par réflexe et n’avait pas vraiment réfléchi sur le fait que ce soit peut-être la véritable chambre de Stephen. Trop tard de toute façon, le mal est fait. Alors qu’elle écoutait son colocataire lui expliquait la situation et le pourquoi de l’interrogatoire, elle prit soin de porter l’autre démon inconscient sur son dos, ses pieds frottant sur le sol de l’habitation, avant de le déposer sur une chaise là. Avec ses bouts de draps, la chasseuse lia les poignets du démon dans son dos, ses propres pieds et jambes contre ceux de la chaise. Bien attaché quoi. Elle s’assura qu’il dormait encore en le giflant. Pas de réponse. Mais si le démon ne voyait pas Helel à son réveil, il se poserait forcément des questions…Anéa eut une idée mais pour ça, elle avait besoin de son colocataire démoniaque. Se retournant, elle s’approcha pour lui faire face, sérieuse.

- Cogne-moi. Ce con se demandera sûrement où tu es passé. Je lui dirai que tu as réussi à t’échapper, non sans une altercation entre nous deux. Sauf qu’il lui faudra des preuves. Frappe ici.

À ses mots, l’archange déchue releva un peu le visage, pointant du doigt le bas de sa joue gauche, assez proche des lèvres. Il était un ancien boxeur, en plus d’être un être démoniaque. S’il frappait assez fort, cela laisserait des marques sur la belle et donnerait raison à son histoire auprès de l’autre démon.
Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #3 le: Septembre 07, 2013, 09:25:07 »

Stephen n’espérait pas voir de tête connue ici. Mais un plan comporte toujours son lot d’imprévus. Le démon qui palpait actuellement Anéa avec insistance n’était autre que Keral. Un monstre pas bien costaud malgré son physique imposant, il était surtout un excellent fournisseur. Autant de denrées que de renseignements. La rumeur voulait qu’il ait prétendu au titre de seigneur infernal depuis des siècles, sans jamais rencontrer de succès. Néanmoins, Stephen doutait qu’il soit responsable du larcin dont avait été victime Anéa. Keral n’aurait jamais eu la force de la vaincre, même en la prenant par surprise. De toute façon, la seule chose qui intéressait ce démon au moins autant qu’un pacte de noblesse était le corps agréable d’une femelle. Il n’était pas laid, mais il lui manquait cette petite touche qui fait rêver les femmes.

Le beau diable n’avait pas prévu qu’Anéa se fasse harceler par les doigts de son collègue aussi longtemps. A vrai dire il s’attendait à ce qu’elle l’assomme d’un coup sec à la nuque. Mais non, elle préférait se la jouer tentatrice. Il ne s’en plaindrait pas, elle savait se montrer sensuelle. Bien sûr, il regrettait que ce ne soit pas lui qui fasse office de centre d’attention, mais il se plaisait parfois à regarder. Stephen ne put cacher le sentiment que la déchue faisait un peu exprès de jouer avec Keral pour rendre l’autre mâle jaloux. En tous cas il l’était, et voir ce sale obsédé dégueulasse toucher avec avidité Anéa ne plaisait guère à l’américain. S’il se serait volontiers joint aux deux pour profiter d’un peu de plaisir avant les choses sérieuses, le démon dut tout de même s’abstenir, cherchant quelques instants les boulons d’invisibilité dans ses poches.

« T’as le crâne dur. » Remarqua Stephen en voyant sa partenaire étaler Keral d’un coup de tête. « Au moins il fera de beaux rêves. » Commenta-t-il en riant légèrement.

Il observa la jeune femme déplacer le corps sans dire un mot. Elle savait y faire apparemment. Sans doute était-ce l’habitude des interrogatoires qui devaient sûrement arriver de temps en temps, vu qu’elle chassait des démons. D’ailleurs, le beau diable ne pouvait s’empêcher d’être sceptique à cette idée. Même s’il lui rendait ses ailes, elle serait éternellement plus proche d’un démon que d’un ange, alors pourquoi ne pas changer de camp ? Bah, certaines personnes ne se refont pas, pensa le beau brun en se frottant le menton du bout de l’index. Lorsqu’elle déchira quelques draps, il haussa un sourcil. Mieux valait déposer un petit sceau sur ces morceaux de tissu, autrement les bandes de coton ne risquaient pas de retenir Keral bien longtemps, aussi faible soit-il.

« Mhh, ok. » Engagea le démon. « Apparemment tes ailes devaient être vendues à un humain, un mortel qui sait se mouvoir entre les plans. Il tient un genre de stand dans le grand quartier marchand, où il vend tous les trucs rares et précieux qu’on veut bien lui refourguer contre des babioles enchantées. Le hic, c’est qu’il a refusé de prendre tes ailes à celui qui est venu les lui proposer. Mais j’ai réussi à tirer deux trois informations valables dans tout ce bordel. » Expliqua-t-il.

Tout en parlant, le beau diable s’était rapproché de la chaise où était assoupi Keral. Il faudrait encore quelques minutes pour qu’il explique convenablement à sa collègue la façon dont ils allaient procéder ainsi que les informations qu’il possédait. Donc, posant son index sur la nuque du monstre endormi, il psalmodia brièvement quelques paroles, prolongeant le sommeil de son semblable. Ne laissant aucun détail à la chance, il posa également quelques enchantements sur les frêles liens qui tenaient Keral attaché. Il ne fallait pas tuer ce type, dans l’éventualité où il cacherait des informations ou pourrait s’avérer utile par la suite. D’autant plus que Stephen était tenu de ne pas tuer un autre démon tant que ce dernier n’avait pas brisé une règle élémentaire de la hiérarchie des enfers.

« C’était la première fois que celui qui a voulu vendre tes ailes passait chez ce fameux marchand. Qu’est-ce qui peut bien avoir autant de valeurs que tes ailes ? Eh bien il s’avère que cet humain possède un authentique papier qui, s’il est signé par un démon, lui donne le titre de noble, de seigneur des enfers, en gros. » Continua le monstre, tout en solidifiant l’enchantement sur les liens de Keral. « Il allait l’offrir à ce type qui s’est ramené avec tes ailes, mais apparemment quelque chose d’étrange l’en a dissuadé. Il m’a mentionné une aura étrange chez ce démon, apparemment il y avait quelque chose de tellement étrange et terrifiant chez lui que le vieux mortel a refusé l’échange, au final. » Expliqua-t-il, l’air sérieux. « Il s’avère que Keral, ici présent, est relativement connu pour être un fournisseur de cet étal, et qu’il sait sûrement quelque chose. La nouvelle qu’un contrat est disponible créerait un sacré bordel, tout le monde ici rêve de ce genre de titre. Donc il y a un petit groupe qui doit se faire tourner l’information, vu que ce n’est pas le terran qui a proposé ce contrat au revendeur en premier lieu. Keral est une petite merde vicieuse, il veut absolument ce titre, peut-être pensait-il qu’en envoyant d’autres fournisseur au marchand, il aurait ce titre plus facilement. Donc, tu vas devoir lui demander qui d’autre est au courant pour les contrats. Et creuser plus loin si d’autres questions te viennent. » Acheva Stephen.

Anéa demanda ensuite à son partenaire de le frapper, arrachant un haussement de sourcil et un air absolument ahuri à ce dernier. Il secoua légèrement la tête, tendant son oreille vers la déchue comme pour lui demander de répéter. Mais il eut la preuve qu’il avait très bien entendu, lorsque cette dernière lui pointa le bas de sa mâchoire. S’excusant d’avance, à voix haute, le démon prit alors un peu de recul. Il n’allait certainement pas la frapper à pleine puissance. Bon, il n’avait rien d’un type galant et pacifiste, mais cogner Anéa n’était pas non plus un plaisir pour lui. Son poing partit alors rapidement s’écraser sur la joue de la jeune femme, avec une force moindre, mais tout de même assez présente pour occasionner des dégâts visibles. Se répandant une nouvelle fois en excuse, le démon enfila alors un boulon à son petit doigt, disparaissant.
Journalisée

Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #4 le: Septembre 09, 2013, 12:44:06 »

Heureusement pour elle, Anéa n’était pas sonnée. Mais le coup qu’elle avait infligé à ce démon de pacotille lui avait provoqué une légère douleur à la tête, ainsi qu’une marque rouge sur le haut du front. Son lot de consolation était qu’au moins, avec un seul coup, il était KO. Tss. Tu parles d’un démon. Rien dans le bide, ouais ! Et aussi rien dans le crâne en fait, pour se faire avoir aussi facilement. L’hybride ne tarda pas à faire son boulot, se relevant assez rapidement du lit pour poser ce balourd inconscient sur la chaise. La jeune femme avait pris ses aises en déchirant préalablement dans le drap du lit pour en faire des liens et s’assurer que l’être démoniaque ne bougerait pas trop de la chaise. Mais ce n’était que du vulgaire tissu, et même si elle avait pris soin de faire en sorte qui soit calé sur l’assise, il n’en restait pas moins une créature des enfers qui en viendrait facilement à bout d’une simple chaise.

En même temps qu’elle l’attachait, elle demanda à Stephen qu’il lui explique clairement la situation. Histoire d’en savoir un peu plus de ce qu’il en était et qu’elle ne fasse pas de bourdes sur quoique ce soit. Ses ailes, ses apparats d’ange qu’on lui sauvagement arraché, devaient normalement être revendues à un vieil humain. C’est cette personne qui gérait ce stand dont parlait le beau diable, L’étal du vieux Terran. Sauf qu’apparemment, il aurait refusé la marchandise qu’on lui refourguait. What ? Refuser des ailes d’archange ? Il faut être fou pour ne pas accepter ce genre de choses…À moins qu’il n’y ait autre chose qu’il l’en ait dissuadé. C’était une chose qu’Anéa devait envisager.

L’homme du stand pouvait faire une affaire en or, mais il avait réfusé. Des ailes d’un être béni de Dieu contre un titre de noblesse démoniaque, qui permettrait à celui qui l’obtenait, de grimper des crades assez vite. Mais si le vieux Terran n’avait pas voulu des ailes qu’on lui offrait, expliqua Stephen, c’est que celui qui les lui échangeait possédait une aura étrange, effrayante. À faire froid dans le dos. Mh. Tout cela devenait de plus en plus louche, et au fond, ça ne rassura pas la jeune femme. Ce marchand devait avoir l’habitude des démons pour venir vendre des babioles en Enfer, mais qu’il prenne peur devant l’un d’entre eux alors qu’il lui échangeait des ailes d’ange, c’est que ce démon devait être puissant. Une vraie bête, peut-être. Le démon qui avait tripoté Anéa tout à l’heure, de son nom Keral, était connu pour être un revendeur auprès du vieux Terran. Le boulot de l’hybride ? Lui soutirer des informations sur ce dit contrat et sur les autres revendeurs. Bien.

Alors qu’il continuait son explication, Stephen s’était approché du démon inerte. Il posa un doigt dans sa nuque, peut-être pour prendre son pouls. L’archange déchue ne savait pas vraiment ce qu’il faisait, avant de le voir remuer les lèvres assez rapidement. Des enchantements ? L’éphèbe avait du comprendre que de simples liens de tissu ne feraient pas tenir en place un être démoniaque comme celui qui avait touché intimement la jeune femme auparavant. Le regard glacé de la belle hybride se posa sur ses bouts de tissu entremêlés, une légère marque rougeâtre apparaissant furtivement, avant de finalement disparaître. Des sceaux pour le retenir prisonnier ? Bien. La jeune femme avait prévu de dessiner un pentacle sur le plafond de la chambre pour ne pas qu’il ne le remarque et aussi, pour ne pas qu’il s’échappe au cas où il briserait ses liens. Mais Stephen semblait mieux s’y connaître que la mi-démone. Alors elle le laissa faire, tout simplement.

Anéa se détacha de lui, vagabondant dans la pièce, plus précisément, autour du lit. D’un geste de main, elle renferma la lampe près du lit, sans pourtant la casser. La belle brune en fit de même sur certains objets présents sur la commode, bougeant légèrement le dit meuble. Si son histoire d’altercation avec son colocataire diabolique voulait paraître véritable, elle ne devait pas lésiner sur les détails. Ainsi, la chambre légèrement en bordel, devenait le spectacle d’un combat fictif entre ce drôle de couple. Et pour rajouter à la chose, quand Stephen eut fini avec les incantations, elle se dirigea vers lui, l’ordonnant de la frapper. À voir la surprise dans ses yeux, le beau diable devait la prendre pour une folle. Pourtant, ce n’était pas le cas. Son histoire auprès de l’autre démon devait paraître crédible alors, si elle devait prendre un coup, autant que ce soit son partenaire qui lui donne. Mais même s’il n’était pas franchement d’accord, il vint la frapper sèchement sur la mâchoire. Helel frappa assez fort pour que la belle brune en soit légèrement sonnée et recule d’un pas en prenant le coup. En relevant la tête, elle n’eut que le temps d’entendre ses excuses alors qu’il disparaissait. Il cognait dur, merde ! Enfin, c’est ce qu’elle avait cherché. Le bas de sa joue gauche était rouge et portait encore parfaitement la trace du poing du jeune homme. Sa lèvre inférieure, elle, avait subi plus de dégâts. Ouverte, un fin filet de sang ruisselait au coin de sa bouche. Pourtant, c’est un sourire amusé qu’elle affichait, aspirant doucement le sang qui s’écoulait à l’intérieur de sa bouche, pour ensuite le cracher au sol. Aucun glamour. L’heure n’était pas à ça, de toute façon.

Bien, maintenant, il fallait le réveiller ce Keral. Anéa ouvrit sa propre mâchoire blessée, comme pour détendre ses muscles endoloris, avant de s’approcher du démon endormi. Une gifle vint claquer son visage. Rien. Une deuxième, plus forte. Toujours rien. C’est qu’il a le sommeil lourd, le bougre ! Bon. La jeune femme vint se saisir de son étui à guitare qui était toujours parfaitement rangé contre le mur dans un coin de la pièce. Elle le ramena sur le lit pour l’ouvrir prestement. Dedans, il y avait encore la nourriture qu’elle avait préalablement préparée à leur appartement, ainsi que ses armes. Elle en sortit une bouteille de bière et l’une de ses dagues, lame qu’elle reposa ensuite sur le lit. La belle brune ouvrit la bouteille d’alcool alors qu’elle revenait près du démon ligoté. Et d’un geste, elle en versa le contenu sur sa tête. Quel gâchis. Dommage, elle devait être bien bonne cette bière, mais tant pis. Au moins, cela le réveilla. Surpris, secouant la tête comme un sauvage malgré qu’il soit encore légèrement sonné, il essaya de se défaire de la chaise, si bien qu’il faillit en tomber si la demoiselle ne retenait pas la chaise d’une main, l’autre occupée à balancer le cadavre de bouteille dans un coin de la pièce.


- Que…Qu’est-ce que c’est que ça ? Détache-moi ! TOUT DE SUITE !

- Tut-tut-tut…Pas avant que tu ne répondes à mes questions.

Le démon, légèrement en panique, semblait chercher quelque chose dans la pièce. Ou bien quelqu’un.

- Où est Hilal ?

- Hilal ? …Oh ! Tu parles de ton autre copain de démon ? Quand il a vu ce que je t’ai fait, il a cherché à m’immobiliser. Sauf que lorsqu’il a vu que j’avais le dessus sur lui, il m’en a cogné une et s’est barré. Quel lâche…

Un sourire sadique et en même temps amusé étira les lèvres blessées de la jeune femme, d’où du sang coulé encore.

- Cet enfoiré a une sacrée droite.

- Tu risques d’avoir de la visite quand il reviendra avec des renforts.

- Renforts ? Qu’ils viennent ici. Je serais déjà loin. Ils te retrouveront mort sur cette chaise, juste égorgé comme un porc, pauvre con que tu es. Enfin ça, c’est si tu ne me donnes pas ce que je veux !

La jeune femme se détacha de la chaise, revenant sur le lit, tout en croisant les jambes. Sa main vint attraper la dague qu’elle avait sortie. Son doigt joua sur le tranchant de la lame avant qu’elle ne revienne vers le démon qui écarquilla les yeux, lui encore tout humide d’alcool.

- Qui es-tu réellement, sale garce ?!

- Oh, c’est qu’elle en dit de vilaine chose cette bouche…Attention…

Le sourire de l’archange déchue était de plus en plus malsain. Anéa voulait jouer avec les nerfs du monstre et lui faire peur. Après tout, ce connard lui avait léché les seins et touché son entrejambe, merde ! Naturellement, l’hybride vint s’asseoir sur les cuisses du diable ligoté, jouant avec la pointe de sa dague juste au niveau de son lobe.

- Dis-moi qui d’autres fournit l’étal du vieux Terran.

- C’est lui qui t’envoie ?

Une gifle fusa sur la joue gauche du prisonnier. Un air sévère et sadique déforma les traits de visage de la jeune femme.

- Ta gueule ! Les questions, c’est moi qui les pose ! Qui d’autres fournit ce stand ? Parle !

- Crève, salope !

Et dans cet élan, le démon crut judicieux de cracher à la figure d’Anéa. Oh. Le bordel qu’il va y avoir. Non, la demoiselle ne le regifla pas. Son arme, elle la glissa derrière l’oreille du pauvre fou démoniaque. Le tranchant de la lame vint ouvrir la peau à cet endroit, sur toute la longueur de l’appareil auditif. Le sang du démon fila dans son cou, se mêlant à des gouttelettes d’alcool encore présentes. Quant au monstre, il grinça des dents, sentant une vive douleur lui transpercer la peau, alors que celle-ci n’était qu’à peine ouverte. Il ressentait comme une brûlure intense. Les armes de la belle brune avaient été fabriquées dans les forges du Paradis et possédaient un certain pouvoir pour éliminer les démons, ou du moins, leur infliger plus de dégâts. La mi-démone souffla sur la blessure, avant de susurrer quelques mots.

- Alors, tu vas me répondre ? Ou dois-je te faire souffrir encore plus ?

Et même bien avant qu’il ne lui réponde, Anéa rejoua de sa dague sur la peau du démon, faisant plusieurs entailles, fines mais douloureuses, dans la continuité de la première, poursuivant son chemin dans son cou jusqu’à l’épaule gauche. Le démon semblait, en réalité, un peu apeuré par ce que la demoiselle pouvait lui faire. Et cette promesse qu’elle l’égorgerait avant d’être retrouvée ne le rassurait vraiment pas. Hésitant, il souffla finalement un mot, faiblement.

- D’acc…D’accord…

- Bien…

Il allait enfin tout avouer à la demoiselle. Mais elle ne le relâcherait pas en fin de compte. Car s’il disait une connerie, ou la menait en bateau, Stephen le lui dirait. Du moins, elle le pensait. Restant sur les genoux du démon, elle se mit à lécher le sang présent sur sa lame, d’un air obscène. Un peu de sang de démon ne lui ferait pas de mal et cacherait un peu plus le peu d’aura angélique qui lui restait…

- Alors ?

- Ah…Heum…Le vieux Terran a une petite dizaine de fournisseurs…Et…

Une dizaine ? Ce n’était pas vraiment ce qu’elle souhaitait savoir. Dans cette petite troupe de revendeurs, tous ne devaient pas être au courant de ce que possédait le marchand. Le titre de noblesse pouvait lui apporter des ennuis avec des supérieurs démoniaques, alors l’humain ne devait pas en parler à tout le monde. Anéa pointa sa lame sur la gorge de Keral, appuyant légèrement dessus pour qu’il en ressente la piqûre.

- Qui est au courant pour le titre de noblesse ?

- Titre de noblesse ? …Ah !

L’archange déchue appuya plus fortement avec son arme sur la gorge du démon, qui revint très vite sur ses paroles.

- Oui ! Bon ! J’suis au courant pour c’bout de papier.

- Mais encore ?

- Bah…On est trois au courant. Et…J’peux pas dire plus ! Je risque gros, merde !

La dague de la jeune femme se retira de la gorge du démon ligoté. Sa lame vient trancher la peau sur le torse de Keral en une longue estafilade. Une autre petite rivière de sang s’écoula de la balafre fraîchement ouverte, ruisselant sur le corps de la créature démoniaque. Celui-ci se mit à gémir fortement de douleur, plus présente que sur la blessure que lui avait infligée Anéa derrière son oreille. Un sourire malsain se dessina sur le visage de la mi-démone, qui commençait à perdre patience. Cela se ressentait.

- Aaah…Garce, putain.

- Risquer gros ou finir égorgé comme un porc. À toi de choisir, mais grouille.

Le demon ravala bruyamment sa salive, dans un « Gloups » bien sonore. Il allait cracher le morceau.

- Tss…J’veux ce titre. Qui ne le voudrait pas, après tout ? J’ai quelqu’un qui doit me le ramener en échange d’un bien précieux et rare qu’il a trouvé pour le vieux Terran.

Un bien précieux ? Bordel. Keral devait sûrement parler des ailes de la jeune femme. Et sur le coup, le visage de la belle brune se crispa. Elle retenait tant bien que mal sa colère en elle, mais la mi-démone perdit son sang-froid.

- Qui ? QUI DOIT TE RAMENER LE CONTRAT ?

L’hybride, dans son excès de rage, jeta sa lame à la gorge du monstre, le tranchant appuyant davantage sur sa peau. Il essaya bien d’éviter qu’elle ne presse trop dessus en poussant sa tête en arrière mais cela ne suffisait pas.

- Arrête ! Stop !

- SON NOM !

- Humtaba ! Il s’appelle Humtaba ! C’est un banni.

- Un banni ? Qu’est-ce qu’il fout encore en Enfer alors ?

- Belzébuth l’a rabaissé au titre de démon mineur, lui a supprimé ses pouvoirs. S’il m’aide, c’est pour reprendre en grade et espérer se venger…

- Et où j’peux trouver ce démon ?

- Qu’est-ce que j’en sais moi ! Satisfaite, p’tite salope ?

- Ouais…

Anéa se décolla de lui, lentement, tout en se retournant pour balancer sa dague tachée de sang sur le lit. Revenant au démon, elle le remercia avant de lui foutre un coup de poing dans la figure, un assez fort pour qu’il retombe dans les pommes. La jeune femme se releva enfin, frottant ses mains. Bon, il faut trouver cette vermine de Hum-je-sais-pas-quoi, pour qu’elle puisse enfin retrouver ses ailes.
« Dernière édition: Septembre 10, 2013, 04:42:39 par Anéa » Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #5 le: Septembre 10, 2013, 01:57:40 »

Stephen observait la scène avec attention. Il ne pouvait se permettre d’intervenir, ou il se ferait remarquer par Keral, et il aurait un sacré paquet de problèmes plus tard. C’était tout de même assez amusant de voir ce gros dégueulasse se faire un peu malmener par une femme. Le démon invisible devait réprimer quelques fous rires de temps en temps, car, si on ne le voyait pas, on l’entendait néanmoins. Heureusement, le démon attaché était bien trop occupé à se faire interroger pour se concentrer sur la respiration de Stephen, d’autant plus que ce dernier était supposé avoir quitté la salle. Le beau diable se tenait assis sur une chaise tirée, les bras croisés, notant intérieurement chaque information qu’il pouvait tirer de l’échange.

Keral était un démon faussement courageux. Le genre qui va faire durer un interrogatoire pour rien, vraiment insupportable et prêt à mentir pour retarder un peu plus le moment fatidique. Mais cette fois, il devait bien le comprendre : les intérêts en jeu étaient bien trop lourds pour que, s’il fasse l’amnésique, la moindre chance de survie lui soit laissée. Nul doute qu’il devait voir Anéa comme une autre concurrente pour un titre de noblesse, ou alors comme une démone qui cherchait à récupérer quelque chose sur le stand du vieux terran sans débourser la moindre pièce d’or ou babiole magique. Dans tous les cas, elle était forcément une chose : une femme dangereuse qui pouvait lui couper la jugulaire d’un coup sec, alors autant la jouer fine.

La révélation fit l’effet d’un coup de fouet à Stephen. Il aurait voulu ne jamais entendre ce nom, ne jamais l’entendre à nouveau. De toute sa vie, s’il y avait un démon que le bel américain ne voulait pas rencontrer, c’était bien Humtaba. Si l’on en croyait les rumeurs, la seule chose qui séparait ce démon mythique du statut de seigneur des enfers, c’était son tempérament vicieux et traitre, trop traitre, même pour les bas-fonds de l’au-delà. Il avait une force avec laquelle peu pouvaient prétendre rivaliser. Mais apparemment, il avait été affublé du statut de banni ? Voilà qui donnait un début d’explication quant aux raisons de sa quête d’un contrat de noblesse. Les bannis se voyaient privés de leurs pouvoirs, toute leur magie leur étant arrachée, même s’ils conservaient leur force physique.

Cette recherche s’annonçait encore plus difficile que prévue. Humbata était le leader d’un groupe qui dominait presque intégralement le cinquième cercle, celui des coléreux et des mélancoliques. La plupart des puissants de son groupe étaient des bannis réputés, qui restaient presque intouchables, même privés de leurs pouvoirs. Stephen ne se sentait pas vraiment l’énergie de lancer un assaut sur la base de Humbata en quémandant de l’aide à d’autres démons. Il faudrait donc agir de manière subtile, tout en discrétion. Une chose était néanmoins sûre : il faudrait tuer Humbata. Pourquoi ? Simplement parce que le démon finirait par savoir qui lui aurait repris les ailes, et qu’il valait mieux qu’il meure avant de lancer sa troupe sur Stephen et Anéa.

« On est dans une belle merde. » Avoua Stephen à la déchue, retirant son boulon lorsqu’Anéa eut ramené Keral dans les bras de morphée. « Ce Humbata, c’est presque une légende. Même sans pouvoirs, il a la force d’un titan. Il va falloir la jouer fine si on veut récupérer tes ailes. Je sais qu’il a un groupe de fidèles dans le cinquième cercle. »

Il se rappelait de son intronisation au statut de démon. A cette époque courait une rumeur en enfer, une rumeur qui disait qu’un groupe de démons supérieurs comptait renverser le régime actuel, renverser le joug de Lucifer. Bien sûr, aucun démon ne le pouvait, c’était tout bonnement impossible, impensable. Mais gagner le jeu de la propagande, c’est gagner la bataille. Au final, Humbata avait reçu un prompt coup de pied aux fesses et s’était vu retirer ses pouvoirs, avant d’être rétrogradé. Et c’est dire s’il était puissant. Seul un véritable monstre de puissance pouvait convaincre les seigneurs des enfers de ne pas directement le tuer. Même sans pouvoirs, il était d’une telle force que le simple fait de l’exécuter aurait mis un coup au moral de l’armée des enfers.

« On va devoir aller traîner dans la zone Est du cinquième cercle. On verra sur place comment on s’arrange, si on reste groupés où si on se sépare. Il faudra trouver un type qui a une balafre sur la bouche et un œil en moins, j’suis certain que c’est un des hommes de main de Humbata. On lui casse la gueule, je l’ensorcèle, on récupère l’adresse de la planque du banni, on y va, puis on trouve ce monstre et on le bute. » Expliqua le démon. « Pour ce qui est de l’endroit où il planque tes ailes, j’ai une idée assez correcte du personnage pour être certain qu’il les aura près de lui quand on le trouvera dans son repaire. »

A ces mots, Stephen ouvrit la porte. Le temps ne manquait pas particulièrement, mais il était étrangement excité. Voilà longtemps qu’il n’avait pas eu un défi à sa mesure.
Journalisée

Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #6 le: Septembre 10, 2013, 05:48:58 »

Et bien, cet interrogatoire n’aura pas duré longtemps. Anéa s’en étonnait même un peu. Elle avait beau avoir l’habitude de ce genre d’intervention pour soutirer des informations lors de ses chasses, l’archange déchue n’aurait jamais pensé qu’un monstre de cette classe, car rappelons-le, ils étaient dans les baraquements des démons supérieurs, cracherait le morceau aussi facilement. Pour une créature démoniaque, cet homme n’avait pas fait le fier devant la belle brune. D’un autre côté, l’hybride savait y faire pour qu’une personne succombe et lui révèle ce qu’elle souhaitait apprendre. Et cette chochotte de démon n’avait pas fait exception à la chose. Keral faisait désormais du repos forcé dans les bras de Morphée, après que la jeune femme lui ait envoyé un pain dans la figure pour faire en sorte que.

Anéa s’était relevée, détendant ses doigts qui venaient de tomber sur le visage du démon, maintenant inconscient. Bon, maintenant, il fallait trouver ce Humtaba. La belle brune se demandait à quoi ce banni pouvait bien ressembler. Plongée sur cette question dans ses pensées, c’est alors que son colocataire refit surface, retirant son boulon enchantée, redevenant visible. Il semblait inquiet. L’ordure qui détenait les ailes de la demoiselle était une force de la nature, même si le Grand Maître des Enfers l’avait dépossédait de ses pouvoirs maléfiques et de son titre infernal. Et, en plus de ça, d’autres diables avaient rejoint Humtaba, afin de former un petit groupe de fidèles, prêts à servir ses intérêts.

Plus Stephen parlait de ce fameux démon, ce banni, plus la jeune femme se demandait si ses ailes valaient bien la peine de se donner tout ce mal. Dans le fond, elle ne serait plus jamais un véritable ange. Seules ses plumes lui rappelaient qu’elle avait été un archange au service du Divin pendant très longtemps avant d’être trompée par un démon et déchue. Aujourd’hui, elle ressemblait davantage à son partenaire de chambrée plutôt qu’à ce qu’elle était auparavant. Dans son esprit, une parole qu’avait eue un démon qu’elle avait rencontrée quelques temps avant résonna. « Celui qui combat un dragon doit veiller à ne pas en devenir un lui-même ». Anéa devenait clairement ce qu’elle chassait : une démone. Son sang, son âme n’était qu’à moitié pervertie, mais plus les jours passaient et plus son aura angélique disparaissait. Alors cela valait-il la peine de réclamer ses ailes à un vrai tyran démoniaque, au risque de ne pas en ressortir indemne. Un soupir s’échappa d’entre ses lèvres blessées. La belle brune ne savait plus trop quoi faire, en réalité…

Mais avant de décider quoique ce soit à ce sujet, l’hybride se questionna sur le devenir de Keral. Devaient-ils le laisser là, toujours attaché sur la chaise, seul dans la chambre ? Ou bien, ce démon se réveillerait-il libre de tout lien enchanté ? La jeune femme se tâtait sur la chose. D’habitude, sur ce genre d’affaires, après avoir eu les informations nécessaires à sa mission, Anéa avait pour habitude de liquider la personne interrogée, et puis basta. Des fois, elle se débarrassait du corps. D’autres fois, pas du tout. Passant une main derrière sa tête, se massant la nuque, la belle brune s’adressa à son partenaire démoniaque.


- À ton avis, on en fait quoi d’lui ?

C’était aussi à voir avec Stephen, car en fonction de leur choix, il pourrait s’attirer des problèmes, encore plus que maintenant. Merde. La jeune femme le mettait dans un beau bordel, là. À courir après des ailes qui n’étaient pas les siennes, le beau diable allait peut-être, voire sûrement, s’attirer les foudres de supérieurs si le fait qu’il ait aidé un archange déchue venait à se savoir. La mi-démone s’approcha lentement de son partenaire, avant d’agripper le pan de sa tunique blanche, comme pour éviter qu’il ne s’échappe déjà plus, pour chasser Humtaba. Les joues rougissantes, elle baissa légèrement les yeux vers le sol, n’arrivant pas à fixer son visage.

- Hé…Merci. Merci de m’aider comme tu le fais…

Car Sire Connor n’était pas du tout obligé de lui rendre service. Un démon qui aide un ange, peut-être pas une première dans ce monde, mais bien pour la jeune femme. Au fond, Anéa avait du mal à admettre qu’elle avait besoin d’aide, et surtout celle du beau diable. Elle qui refusait toujours tout en bloc de ce qui était démoniaque, la belle brune venait de remercier son colocataire. Ses ailes, elle en avait besoin. Sans elles, la jeune femme se sentait incomplète, et refusait d’être totalement une diablesse. Elles étaient aussi un plus pour faire ses missions. Ses plumes, elle le récupérera. En attendant, elle relâcha le vêtement du jeune homme, pour finalement le suivre, car dans ce monde de flammes et de chaos, elle ne connaissait pas grand-chose.
Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #7 le: Septembre 11, 2013, 11:25:21 »

Pourquoi Stephen aidait-il Anéa ? La question semblait vouloir s’imposer, comme cela semblait logique. Quel intérêt le démon pouvait-il bien avoir à retrouver ces ailes ? Souhaitait-il à son tour les vendre au vieux Terran pour accéder à un titre de noblesse ? C’était une récompense alléchante, n’importe quel démon aurait eu cette idée. Mais non, il n’était pas intéressé, pas plus intéressé que par le fait de pouvoir aider quelqu’un dont il était proche, en tous cas. Dans le fond, fallait-il vraiment une raison pour qu’il veuille aider quiconque ? C’était une bien étrange chose à dire ou à penser pour quelqu’un qui est sensé être un des plus vils êtres des enfers. Peut-être que lui avoir laissé son libre arbitre d’humain était une mauvaise idée de la part des seigneurs infernaux. Ou peut-être l’avaient-ils fait exprès.

En tous cas, s’ils devaient agir, il faudrait le faire avec tact. Toute la mise en scène de cet interrogatoire n’était rien face à la subtilité dont ils devraient faire preuve pour remonter jusqu’à Humbata. Le cinquième cercle était un des plus grands, et surtout un de ceux où l’on ressent le mieux le clivage entre les castes de démon. Stephen était assez haut gradé pour qu’on le laisse circuler en paix, mais pas assez au fait des divers factions armées de l’endroit pour aisément localiser quelqu’un. Heureusement, il avait une piste toute tracée, et savait très bien qui il lui faudrait questionner pour découvrir l’emplacement de Humbata. La cible était un démon à l’apparence canine, avec une large cicatrice sur la bouche et un œil crevé. Son nom était Cynonus.

Mais, alors qu’il s’apprêtait à partir, le beau diable sentit quelque chose retenir sa tunique. Sa tête pivota légèrement, lui permettant de constater qu’Anéa tenait un pan de son vêtement. Elle regardait timidement le sol, l’air légèrement gêné. Pas besoin qu’elle dise quoi que ce soit, le démon comprenait ce que voulait dire cet air embarrassé. Que pouvait-il bien répondre à ce qu’elle allait forcément dire ? La réponse ne vint que quelques secondes plus tard. Un humble remerciement. Stephen ne s’expliquait pas les raisons qui le poussaient à agir ainsi, il avait toujours laissé marcher son instinct. Et, s’il n’avait rien d’une personne timide, il n’était pas autant très doué lorsqu’il s’agit de répondre à des compliments ou remerciements.

« C’est normal. Enfin, je suppose. » Répondit-il, haussant les épaules. « Bon, on y va. Reste à coté de moi. Pour ce qui est de Keral, laisse-le sur la chaise, il finira par en sortir tout seul. »

A ces paroles, le démon quitta la pièce, faisant signe à la jeune femme de le suivre. La méthode pour passer d’un cercle à un autre dans les enfers occidentaux consistait à atteindre les gigantesques marches menant au niveau inférieur. Chaque cercle était organisé d’une façon bien précise, les zones d’habitations et d’activités des démons étant situées en bordure des cercles. Quant au centre, il abritait, selon le niveau du cercle, des condamnés aux enfers. Ici étaient donc délivrés les châtiments aux pêcheurs qui n’avaient pas su trouver la rédemption. Les cercles faisaient, pour les plus grands, la taille d’une gigantesque métropole, et s’y retrouver était fort compliqué. Fort heureusement, n’importe quel démon un tant soit peu adepte de magie pouvait se téléporter à travers les cercles, rendant l’accès nettement plus facile. Prenant soin d’emporter Anéa avec lui, Stephen partit donc pour le cinquième cercle.

Le cercle des coléreux et des mélancoliques se trouvait être le dernier rempart entre les enfers de l’intempérance et ceux de la malice. En effet, les cinq premiers cercles étaient réservés aux pécheurs qui s’étaient montré mauvais sans vraiment vouloir faire de mal, ceux qui avaient cédé aux basses pulsions de l’homme. Ceux qui s’étaient montrés faibles. Mais les enfers de la malice renfermaient de véritables monstres. Des hommes et femmes qui avaient véritablement souhaité faire le mal, et ce en pleine connaissance de cause. Par conséquent, le cinquième cercle était également la limite entre l’enfer primordial, et la partie de l’enfer que l’on appelait fréquemment : La cité de Dité. Dité étant un des nombreux noms donnés à Lucifer.

Voilà donc la vérité. Humbata était connu pour dominer le cinquième cercle, et sa troupe de fidèles comptait nombre d’habitants des bâtisses en bordure de la cité du Diable. Presque tous ceux qui suivaient le démon rouge espéraient devenir nobles, devenir des seigneurs infernaux si jamais leur maître venait à renverser le joug de Lucifer. C’était un beau paquet d’illuminés, même pour des démons, mais ils restaient néanmoins très dangereux. Le démon à tête de chien, en particulier, était un bel allumé, et le bras droit de Humbata, depuis des temps immémoriaux. Stephen n’avait jamais vraiment apprécié Cynonus, et était relativement heureux de pouvoir enfin s’occuper de lui. Néanmoins, une loi primordiale subsistait aux enfers, surtout faite pour empêcher les démons supérieurs belliqueux de s’écharper entre eux : Tu ne tueras pas celui qui ne t’a pas attaqué physiquement. Autrement dit, si l’américain attaquait en premier, il était bon pour se voir banni à son tour.

« Nous arrivons au cinquième cercle, Anéa. Ici, ce sont les remparts de la cité de Dité. La plupart des bâtisses ici sont des habitations, mais c’est également là que se trouve le cimetière. Enfin, on l’appelle comme ça, mais tu le connais sûrement mieux sous le nom de Fleuve du Styx. Je sais que celui que nous cherchons, Cynonus, le chien borgne à la bouche balafrée, est de garde au rempart nord. Il va falloir y aller et trouver un moyen de déclencher un affrontement entre lui et nous. Si nous pouvons le battre sans le tuer, je m’occuperai de l’interrogatoire cette fois. » Expliqua calmement le démon.

Un nom qui se retrouvait dans bien des mythologies, qui revenait dans bien des récits. Le Styx. Qu’arrive-t-il quand un homme meurt ? Selon sa foi, il est redirigé vers un des enfers monothéistes, réincarné selon son karma ou soumis aux châtiments de sa religion, ou peut-être va-t-il au paradis. Très bien. Mais pour ceux qui ne peuvent se réincarner, qu’arrive-t-il s’ils meurent après la mort ? En gros, qu’arrive-t-il aux anges qui meurent ? Aux démons ? Simple. Ils deviennent des âmes en peine, condamnées à couler dans le marais noir du Styx, pour l’éternité. Plus de peine, plus de joie, plus rien. La mort comme le voient les Athéistes. Eh bien, que l’on ait été bon ou mauvais, on finissait en enfer. Car c’était bien dans les enfers que se trouvait le fameux Fleuve.

Les remparts de Dité étaient sûrement bien plus morbides que ce qu’ils abritaient. En guise de douves, le Styx. Quatre portes, une à chaque point cardinal, définissaient les points d’entrées, lourdement gardés. Un poste avant le pont, et un dans les remparts même, après le fleuve. La couleur ambiante était rouge comme la terre au sol, imprégnée de noir à cause de la cendre qui flottait dans l’air, comme le sable dans un désert. En guise de ciel se tenait, comme à chaque niveau des enfers, un plafond de pierre aux teintes marron et rouges, qui luisaient, pareil à un soleil aux éclats de rubis. La distance de ce fameux plafond au sol était la même qu’entre le ciel et la terre dans le monde des mortels. Oppressante était l’atmosphère, d’autant plus que les gigantesques remparts de marbre noir se dressaient presque jusqu’au plafond rougeâtre, imposants tels des montagnes au milieu du Fleuve des Morts.

« A la moindre question, tu es ma succube. Cynonus est un obsédé, joue de tes charmes, désolé de t’obliger à faire ça encore une fois, mais il faut qu’il veuille se battre contre moi pour t’avoir. » Expliqua Stephen à voix basse.

Donc, le pas des deux colocataires reprit, les menant en quelques minutes jusqu’aux portes de la cité. Le fameux homme-chien se tenait là, un carnet à la main, une plume à la pointe incandescente dans l’autre. Un sourire carnassier orna ses lèvres lorsqu’il vit Stephen arriver. Tous deux ne s’aimaient pas, c’était bien connu. Stephen était apparemment la réincarnation d’un des commandants favoris de Lucifer, et nul besoin de dire que Cynonus, bien qu’il le cache habilement, n’avait rien d’un fidèle. Le fait qu’il ne garde la porte Nord qu’accompagné de dix démons mineurs en disait long sur sa force. Car lui n’était pas un banni, il avait encore tous ses pouvoirs. Et il rivalisait largement avec Stephen, le surpassant même sans doute, bien que l’américain ne veuille point l’admettre.

« Hilal, mon cher… Ami. » Grogna l’impressionnante voix rauque du chien. « Te voilà qui souhaite passer la porte vers la ville de Lucifer, n’est-ce pas ? J’espère que tu as un laissez-passer… Ou de quoi payer. » Dit-il en regardant Anéa, un sourire s’affichant sur ses babines.

« Helel. » Corrigea Stephen. « Ne te fais pas de fausses idées. Cette succube est entièrement à moi. » Ajouta le démon, les sourcils froncés. « Pff ! Je ne te croyais pas si procédural, toi qui t’acoquine avec des bannis. »

« Grrr… Tu as la langue bien pendue pour un ancien humain. » Rétorqua le canidé. « Qu’en pense ta femelle ? » Demanda-t-il.

Se dévisageant l’un l’autre, les deux rivaux ne semblaient pas prêts à bouger. Il fallait un déclencheur, désormais. Anéa n’était pas tenue par les lois démoniaques, ou tout du moins elle avait l’air de s’en moquer. Et puis, elle avait sûrement brisé la loi des enfers plus d’une fois. Mais Stephen préférait que le combat commence par une bonne réplique de sa partenaire, et qu’elle l’aide bien sûr à terrasser le clébard une fois l’affrontement débuté.
Journalisée

Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #8 le: Octobre 02, 2013, 06:26:38 »

Le feu lui était montée aux joues, juste légèrement. Gênée ? Oui, elle l’était. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’Anéa accepte l’aide de quelqu’un, et encore moins quand il s’agit d’un envoyé des enfers. Enfin, exception faite avec Stephen. Il était son colocataire désormais, son amant aussi. Son ami ? Peut-être bien…Et, dans le fond, ça ne dérangeait pas la jeune femme. C’était une première, en réalité. Jamais durant sa longue vie, elle n’avait eu d’ami. C’était soit des supérieurs, soit un amant de courte durée, soit…Rien d’autre. Hé ! L’archange était une solitaire, alors avoir quelqu’un sur qui comptait, un peu comme ce diable, et bien, c’était tout nouveau pour elle. C’est pourquoi elle avait tenu à le remercier. L’être infernal ne semblait pas habituer à ce genre de choses, les remerciements. Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de la belle hybride, n’en demandant pas plus à son compagnon de chambrée. Elle se pressa alors vers le lit, relâchant l’habit de Stephen, afin de récupérer son étui à guitare, le prenant d’une main, avant de finalement suivre le démon à travers les enfers pour trouver Humtaba.

Malgré les missions que la belle avait pu avoir jusqu’ici depuis qu’elle était à moitié démoniaque, elle ne connaissait pas vraiment l’endroit. Mise à part le palais de son maître, l’Enfer était encore un grand mystère pour la demoiselle, quant à ses différents quartiers, tout comme son fonctionnement d’ailleurs. Ne se considérant pas comme une créature infernale, la jeune femme se permettait même de transgresser les règles qui organisaient cet autre monde. Il était peut-être temps d’apprendre tout cet univers, grand bien lui fasse pour ses futures missions. Heureusement que Stephen savait où se rendre, sinon la déplumée aurait pu dire adieu à ses chères ailes à tout jamais, vu le temps que cela aurait pris pour trouver ce Humtaba.

Mais avant de trouver ce démon banni, le couple devait rencontrer un de ses hommes, un dénommé Cynonus. Le bras droit d’Humtaba, à la tête de chien balafré et borgne. Selon le plan de l’éphèbe, il fallait aller à la rencontre de ce toutou mal léché et le provoquer, afin qu’il donne le premier coup. Il ne faudra pas le tuer, mais au moins le mettre hors d’état de nuire pour pouvoir lui poser des questions. Pour l’interrogatoire, ce sera pour Stephen, il s’en assurerait.

Anéa devait bien l’avouer. Rien que le nom du Styx fit frissonner la belle, désagréablement. Le grand Fleuve des Morts. Brr. Elle ne le connaissait que de nom, et de réputation. Dans son esprit d’ange sans ailes, il était un vaste couloir où les âmes qui n’avaient pas trouvées de repos en Enfer ou au Paradis constituaient le fil hurlant de cette eau. Nouveau frisson. Cette vision qu’elle avait eu, des milliards d’âmes coincées dans ce fleuve, elle s’imaginait elle-même plonger dans l’abîme. Eurk. C’est comme cette ambiance qui règne dans l’autre monde. L’archange déchue se sentait comme dans une vieille grotte, sans ouverture. Du sol au plafond, la terre était rouge comme le sang, noircie par les cendres présentes dans l’air et au sol. Elle se sentait oppressée, vraiment. Cette atmosphère était malsaine et pesée sur le corps frissonnant de la demoiselle. La jeune femme secoua légèrement la tête pour oublier ce détail. Enfin, « détail »…Passons.

Une nouvelle fois, Anéa allait devoir utiliser son corps pour faire tomber un homme, ou plutôt, un autre démon. Bien, à croire que la journée se déroulerait ainsi, l’hybride avait pris la bonne tenue pour user de ses charmes et faire succomber un mâle. Elle voulait se fondre dans le décor et passer pour une succube. Cela la répugnait un peu mais cela avait fonctionné avec Keral. Espérons que cela passe avec Cynonus.

Le petit couple continua son chemin en direction des remparts, s’approchant petit à petit vers les portes de la cité. Stephen avait mis dans le mille. Gardant l’entrée, un démon à la tête de chien prônait là, attendant patiemment le passage d’autres créatures infernales. Restant près de son colocataire démoniaque, Anéa s’arrêta à sa hauteur, posant l’étui à guitare à ses pieds. Les deux êtres infernaux ne s’aimaient vraiment et la jeune femme le ressentait dans chaque parole prononcée. Ca pue tout ça. Afin d’appuyer les dires de Stephen, l’archange sans ailes vint se coller à lui, agrippant son bras droit, comme une petite succube sans défense. Mais ce genre de créatures était des émissaires de la luxure, alors la mi-démone devait jouer davantage pour faire craquer le toutou de garde. Du moins, assez pour qu’il la veuille, l’arrache de Stephen, qu’il se batte avec lui pour la lui prendre.

Et quoi de mieux que de lui donner un avant-goût de ce que pouvait lui réserver ce corps féminin, tout en courbes. Lentement, alors qu’ils continuaient leur conversation, la jeune femme ouvrit sa veste, découvrant ses seins, bien ronds, lourds et fermes, à la vue de ce démon à la tête de chien. Il l’observait, elle le savait. Elle se cambra légèrement, ses fesses parfaitement moulées dans ce minishort, derrière agréablement bien mis en valeur. Un sourire pervers se dessina sur ses lèvres charnues alors que ses yeux de glace ne quittaient pas le gardien. Au contraire, il se posait sur l’entrejambe du drôle de diable, alors qu’elle feignit de frissonner d’envie tout en se mordillant la lèvre inférieure.

Cynonus ne bougeait pourtant pas, bien à sa place, à froncer des sourcils comme pour braver Stephen, malgré ses coups d’œil sur le corps de la mi-démone. Il lui fallait le provoquer un peu plus pour qu’il succombe enfin et veuille la belle brune pour lui seul. Qu’il daigne donner le premier coup. Se plaçant devant son compagnon de chambrée, elle s’abaissa lentement, se cambrant bien, les fesses en arrière et en direction de l’autre démon. Anéa se tortilla un instant, son visage près de l’entrejambe de l’éphèbe, avant de déposer un baiser, croquant le tissu pour l’emprisonner entre ses dents, s’y présentant comme déjà affamée. D’un geste lent, elle se releva, tournant la tête vers le démon canidé, le regard provocateur.


- Il a la plus grosse.

En parlant de Stephen, et de son entrejambe, bien évidemment. Un sourire amusé, presque moqueur, étira ses lèvres. Oh, Cynonus fronça davantage les sourcils, son visage ornant un sourire carnassier. Avant qu’il ne se mette finalement à ricaner, plaquant sa main sur son braquemard, en mode semi-molle, remontant son paquet. Aheum.

- War ! War ! War ! Lui ? La plus grosse ? Hilarant. C’est plutôt que tu n’en as jamais vraiment vu une, succube ! Laisse-moi te montrer !

- Je m’en fiche. Je ne reste qu’avec le plus fort, de toute façon.

Pour appuyer ses dires, la jeune femme se colla davantage à Stephen, un sourire provocateur à Cynonus, qui n’en étira que davantage ses lèvres, dévoilant ses crocs un peu plus. Il se lécha les bords des lèvres du bout de sa langue, observant la mi-démone avec envie.

- Le plus fort, hein ? Ce n’est qu’un vulgaire moucheron.

- Tu as juste peur.

Cela avait fait davantage sourire le démon canin, qui fit tomber son carnet au sol, et d’un geste vif, se retrouva devant le petit couple. D’un geste de la main gauche, il écarta Anéa, la poussant sur le côté, avant que son poing droit ne s’abatte brutalement dans le ventre de Stephen. Laissant l’éphèbe à sa peine d’avoir reçu un coup violent, Cynonus s’approcha de la dite succube en petite tenue, agrippant son poignet avec une certaine force pour la coller à lui.

- Toujours le plus fort, hein ? Tu es donc à moi désormais.

- Non.

Pour venger Stephen et continuer comme il était prévu, la jeune assigna un coup de coude dans l’estomac du démon à la tête de chien, se faisant ployer sur le coup. Anéa en profita pour abattre son genou dans son menton. Cynonus se retrouva sonné mais restait encore debout, plié légèrement en deux, ressentant encore une douleur sur le ventre.

- Garce…

La jeune femme était prête à sortir ses armes pour combattre mais il était préférable de ne pas tuer Cynonus…
Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2631



Voir le profil
FicheChalant
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #9 le: Octobre 14, 2013, 07:20:59 »

Cynonus n’avait rien d’un enfant de cœur, c’était un des démons les plus vicieux qui soient. Il avait les faveurs des seigneurs infernaux, et à coté, servait Humbata, qui lui avait offert de nombreux pouvoirs avant d’être banni. Somme toute, c’était un ennemi que Stephen aurait voulu ne jamais avoir à combattre, même s’il le haïssait viscéralement.

Mais si le beau diable n’était pas du genre à se lancer dans des combats aussi difficiles, il était encore moins habitué à laisser quelqu’un seul avec ses problèmes. Il avait promis d’aider Anéa, et il le ferait, jusqu’au bout. Comment vaincre quelqu’un qui était certainement beaucoup plus puissant que lui ? Le démon avait déjà son idée.

Quant à l’archange déchue, elle jouait son rôle à la perfection. Trop bien, même, car le beau diable ne put s’empêcher de porter un regard gourmand sur sa poitrine. Mieux valait tout de même rester calme et concentré, mais il allait finir par se prendre au jeu. Enfin, heureusement qu’Anéa savait se montrer aussi convaincante. Cynonus était un pervers, comme tous les démons, mais il en faudrait beaucoup pour qu’il outrepasse le règlement infernal.

Et la belle brune s’en donnait à cœur joie. L’américain en vint même à se demander si elle ne prenait pas un léger plaisir à agir de la sorte. Si ce qu’elle faisait lui donnait grandement envie de la baiser sur place, il essayait tout de même de se retenir, de ne pas y penser. Il n’avait jamais vraiment essayé de se battre avec une érection, mais l’ange déchue semblait avide de lui faire expérimenter cela.

La suite du show fit frissonner le démon, dès qu’il trouverait un moment, il s’assurerait de faire payer Anéa. Mais pour l’instant, il tentait d’ignorer cette délicieuse bouche proche de son chibre. Ses yeux tentaient de ne pas quitter ceux du chien gigantesque, qui semblait apprécier le spectacle tout en le détestant. A ce moment là, Stephen sentit que le plan était sur la bonne voie. Cynonus était à deux doigts de craquer.

« Dommage vieux clébard galleux, je t’assure qu’elle a une bouche très habile, en plus. » Dit-il en caressant la douce chevelure de la jeune femme.

Il devait bien y mettre du sien, mêler l’envie du gardien à sa colère, à sa jalousie profonde. D’ici quelques secondes, le bras droit d’Humbata allait commettre une terrible erreur. Le beau diable attendait la faute, sur ses gardes malgré l’air d’ouverture insouciante qu’il affichait. Et lorsqu’Anéa se colla contre lui, le boxeur fut certain qu’il ne restait que quelques secondes avant l’inévitable.

Et les prévisions s’avérèrent justes, lorsque le chien géant se rua sur son collègue. La puissance de ses coups, Stephen n’en avait qu’entendu parler, mais il la constatait aujourd’hui. Malgré la tension de ses muscles, la résistance de son corps et la vitesse de sa réaction, le beau diable était parcouru d’une douleur vive. Voilà longtemps qu’il n’avait pas ressenti un tel choc, il se sentait presque comme de retour dans un ring de boxe.

La douleur le paralysa pendant une demi-seconde à peine, mais c’était suffisant pour que Cynonus le considère hors-service et aille s’occuper d’Anéa. Sauf qu’il ne s’attendit pas à la violence des coups portés par la soi-disant succube. Et l’enchainement de la déchue le fit se tordre un instant de douleur, tandis que la jeune femme sortait ses armes. Stephen jaugea rapidement la situation, il avait désormais le droit de s’occuper de Cynonus sans se trouver inquiété pour son rang.

Mais comment neutraliser un tel monstre de puissance sans le tuer ? La question était presque sans réponse. Car même si Stephen était dans le cadre de ses fonctions en arrêtant son collègue pour avoir bafoué une loi sacrée, il devait déjà trouver la force de le neutraliser. Et puis, si les deux jeunes gens ne parvenaient pas à vaincre le bras droit, alors nul doute qu’ils seraient impuissants face au patron des lieux.

« Fils de chienne ! » Grogna Stephen en assénant un coup de pied sur le visage de son rival.

C’était amusant, comme insulte, parce que c’était sûrement vrai. Enfin, si Stephen se prêtait aux jeux de mots douteux, ce n’était certainement pas le moment, car un monstre comme Cynonus n’était pas au tapis après seulement quelques coups. Dans ce genre d’affrontement, et face à ce genre d’adversaire, il est toujours plus difficile de neutraliser que de tuer.

Mais le beau diable avait de quoi faire. Alors que le chien se relevait pour fondre sur le démon, ce dernier laissa tomber quelques objets de la poche de son manteau. Le clébard souhaitait sûrement terminer Stephen pour convaincre la succube de le suivre. Et son attention était tellement portée sur le beau diable qu’il en ignorait beaucoup trop l’ange déchue pour son propre bien.

Dans un jeu de coups, les deux hommes échangeaient droites, uppercuts et directs. Il faut dire que si le chien était plus fort physiquement que l’autre démon, ce dernier maîtrisait bien mieux les ficelles d’un combat aux poings. Ainsi, les coups de Stephen touchaient plus fréquemment, même si ceux de l’adversaire faisaient plus mal, les rares fois où ils percutaient. En somme, cela revenait quasiment au même.

Alors, comment départager un tel affrontement ? Surtout qu’Anéa devait se montrer assez précise de ses lames pour ne pas tuer Cynonus, ne pas toucher Stephen, mais tout de même réussir à paralyser le clébard. La solution était simple, et le beau diable ne pouvait la crier, se contentant de taper plusieurs fois du pied contre un objet qui était tombé de sa poche. Une chaine à clef, un outil qu’il avait enchanté avant de venir, qui pouvait paralyser quelqu’un, si la chaine s’enroulait autour d’une partie du corps.

Incapable de préciser cela à Anéa, il se contentait de jouer des poings avec le chien géant, essayant de le fatiguer. S’il devait dire à sa partenaire d’utiliser l’outil au sol pour paralyser le bras droit d’Humbata, Stephen devait s’assurer de le faire au meilleur moment. Il n’avait pas le choix, et laissant sa mâchoire se faire cueillir par une droite massive de Cynonus, le démon attrapa ce dernier par la taille en se penchant sous son épaule droite. Récoltant encore quelques coups dans le dos, il parvint à bousculer le monstre au sol. Stephen était donc au sol, jouant de prises avec le chien Là, il fallait agir vite.

« Prends l’outil ! Enroule la chaine quelque part sur lui ! » Ordonna le démon, peinant à maintenir Cynonus en place.
Journalisée

Anéa
Cap'taine Jmeféchié \o [HS]
Avatar
-

Messages: 3136



Voir le profil
FicheChalant
« Répondre #10 le: Janvier 30, 2014, 12:58:52 »

Le plan avait bien fonctionné. Anéa avait joué son rôle de succube à merveille, usant sans gêne de son corps, de son charme semi-angélique et démoniaque, pour faire succomber le démon au point qu’il jalouse Stephen et essaie d’obtenir sa femelle. Même si Cynonus avait réussi à faire courber l’éphèbe en un seul et puissant coup de poing dans le ventre, le grand balafré ne s’attendait surtout pas à recevoir des attaques de la part de cette jeune femme qu’il convoitait. C’était vil de la part de la semi-infernale, mais avec les démons, tous les coups sont permis, ou presque. Un franc sourire, presque sadique, se dessina sur les lèvres de la demoiselle. Un nouveau combat, peut-être pas du sang comme elle en a l’habitude d’en voir, mais la rage au ventre était bien présente. Elle souhaitait récupérer ses ailes, et peu importe que le sang coule, au fond, se battre l’émoustiller autant qu’une partie de jambes en l’air. Si ce n’est plus, en réalité.

Le démon à la gueule de chien affichait lui aussi un sourire des plus malsains, tout en se retournant vers la femelle qu’il voulait clairement se faire. Mais il oubliait un petit détail. Stephen, malgré un puissant coup de la part de Cynonus, il n’était pourtant guère à terre. Le beau mâle n’avait plus rien à craindre pour le combat, vu que le sale cabot avait balancé une torgnole le premier. L’éphèbe était dans son droit le plus simple de répondre à cette attaque, sans avoir de représailles de la hiérarchie. Sans avoir bafouillé cette loi stupide qui dit qu’un démon ne peut taper un autre démon, sinon il sera puni. Tss. Sincèrement, pour Anéa, cette loi stricte ne s’appliquait pas vraiment. Sauf si son maître le lui dictait, alors, peut-être qu’elle le ferait…En fait, non. Même avec ça, l’ancienne archange n’en avait rien à faire et braverait toujours les interdits si c’est pour liquider un être infernal…

L’hybride s’était rapprochée de son étui à guitare, qui renfermait bien évidemment autre chose qu’un instrument de musique. À moins que le son des lames qui s’entrechoquent ou qui déchirent la chair pouvait être considéré comme une mélodie ? L’ouvrant prestement, Anéa dégaina alors ses deux armes fétiches, les plus longues, son katana et son sabre. Presque hypnotisé par la belle, Cynonus en avait oublié Stephen, qui profita de ce moment d’inattention, pour se ruer sur le gaillard, tout en l’insultant. Belle insulte, d’ailleurs ! Si la situation n’était pas aussi sérieuse, l’archange déchue aurait bien pris le temps de rire.

Les deux démons s’échangèrent alors les coups, les uns après les autres. Helel en donnait clairement plus qu’il en recevait, mais la jeune femme voyait bien que le résultat en était le même. Si les poings du chien infernal ne touchaient pas toujours son adversaire, la force avec laquelle ils tombaient était tout bonnement redoutables. Anéa devait se presser pour aider son ami démoniaque à mettre à terre ce colosse. Ne surtout pas le tuer, c’était le plus important. Ainsi, il pourrait soutirer des informations capitales au bras droit d’Humtaba. Plusieurs fois, la belle brune s’était approchée du duo combattant, mais à chaque fois qu’elle essayait de porter un coup, elle risquait de justesse de toucher Stephen. Non pas que les attaques de l’archange déchue étaient assez puissantes pour le tuer, mais la jeune femme savait pertinemment que prendre un tranchant de sa lame, encore angélique, était ressentie comme la pire des brûlures. Elle essaya bien de viser les talons du démon, afin qu’il perde son équilibre et que l’avantage ne revienne sur Stephen. Impossible. Une seule fois, elle parvint à toucher le grand molosse, le blessant d’une longue estafilade dans le dos, mais rien de plus. Et putain, la demi-démone en était dégoûtée. Cynonus semblait ne rien ressentir à cette blessure.

Alors, que faire ? Les dents de la demoiselle se serraient de rage, elle n’aidait en rien son ami à se défaire de son adversaire. Pourtant, il fallait bien faire quelque chose, merde ! Les yeux de glace se portèrent alors sur quelque chose qu’elle n’avait point remarquer durant le combat, son regard trop figé sur le bras droit d’Humtaba. Helel avait fait tomber plusieurs objets au sol, sans que la demoiselle s’en rende compte, ni vraiment l’autre démon d’ailleurs. Mais à force de l’observer, Anéa remarqua que l’éphèbe donnait le plus de coups à une sorte de chaîne. C’est alors qu’elle comprit. Cet objet allait les aider à mettre à terre le sale clébard infernal. La belle n’eut le temps de vraiment réfléchir à comment choper l’objet. Stephen lui en donna l’occasion, ramassant volontairement un coup de poing dans la mâchoire, lui faisant croire qu’il prenait le dessus, avant de le plaquer au sol tel un rugbyman. L’ordre fusa, mais Anéa n’en avait pas besoin. D’un pas franc, rapide comme une flèche, la jeune femme se rua vers la chaîne pour la ramasser. D’un bond, elle atterrit près du visage du démon-chien, enroulant la chaîne telle un collier autour du cou de ce pervers. Non certaine que cela fonctionnerait, l’hybride pointa la lame de sabre vers le front de Cynonus, l’effleurant presque, tandis que son katana rasait de près la jugulaire du molosse.

Celui-ci grogna avec force, honteux de s’être fait avoir ainsi, par ce qu’ils considéraient comme des débutants, ou plutôt, de mauvais démons. Le regard glacé d’Anéa croisa alors celui de son compagnon, celle-ci le questionnant sur son état. Après tout, c’est lui qui avait pris tous les coups. Le pauvre.


- Tout va bien ?

La demi-démone se permit même de sourire un instant, remarquant le petit point hilare de la situation. Un chien avec un tout nouveau collier de la part de ses maîtres. N’est-
Journalisée

~~  Fiche  //  Demande de rps  ~~

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox