banniere
 
  Nouvelles:
La nouvelle Gazette est en ligne !
Bonne lecture !



Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Lier les corps pour délier les langues. {Ephemera}  (Lu 902 fois)
Saccharissa
Avatar
-

Messages: 11



Voir le profil
Fiche
« le: Juillet 24, 2013, 10:18:08 »

Aucun ne pouvait dire que Saccharissa n'était pas une démone compétente, surtout pas les deux hommes avec qui elle s'adonnait aux plaisirs de la chair. Ces deux là regretteraient bientôt cet excès de débauche. Le seul et unique excès dont ils aient pu faire preuve. Les deux hommes étaient deux hommes d'église. Des gens dont la pureté d'âme était indéniable. Saccharissa est à une période de son existence où elle aime particulièrement s'occuper des personnes croyantes. Peu importe en qui. Elle s'attaque à ceux qui rejettent le mal et prêchent l'abstinence. Et à force d'aller voir les braves gens, elle a finit par attirer un gros oiseau. A peine eut elle le temps de se remettre de sa chevauché qu'elle ressenti la puissance caractéristique des anges. Aussitôt, Saccharissa modula son apparence pour devenir simple humaine. L'habitude et l'expérience lui ont apprit à caché sa nature et son aura. Elle devient donc Rissa, gentille petite nonne. Une novice.

Elle modifie légèrement la mémoire de ces deux derniers amants afin qu'il ne divulgue rien, qu'ils pensent qu'elle a toujours fait partit du couvent. Et elle s'enfonce entre les murs de l'édifice cherchant l'origine de l'aura angélique. Saccharissa s'en lèche d'avance les lèvres. Dévorer son âme ne va pas être aisé mais il peut lui rapporter gros. Et la chasse peut être amusante. Ses pérégrinations l'emmène dans la Chapelle, là où l'on prêche les offices. Là se trouvait de nombreuses religieuses en extase devant l'apparition. Rissa, ne voulant pas attirer l'attention plus que de raison, fit comme les autres femmes. Elle se prosterna devant l'ange, louant sa venue en ce monde. Il finit par parler d'une voix douce et  apaisante. Les femmes relevèrent la tête et Rissa continua de les imiter. Elle vit alors un peu mieux le bel ange, ou l'horreur emplumée selon la démone.

Elle se rendit vite compte que ce n'était pas q'un simple ange mais bien un archange. Une peau claire, presque diaphane. Des cheveux d'un blanc pur. Des ailes cotonneuses. Un simple voile pour protéger l'objet du péché L'attirail complet.

- Nous sommes honorées de votre présence Seigneur...

- Silence ! En votre sein se cache l'Impur et je dois le trouver.


Une rumeur se propagea parmi les nonnes. Comment le mal pouvait être là sans que personne ne s'en soit aperçu ? Pendant que les religieuses s'interrogeaient, Rissa en faisait de même mais sur un autre sujet. Elle devait se rendre à l'évidence, en fonçant dans le tas comme une écervelée elle risquait juste de se faire décapiter. L'archange était plus fort qu'elle, indéniable. Elle devait être plus subtile. L'ange annonça qu'il allait rester un temps afin de démasquer l'origine du mal. Il tablait donc sur l'hypothèse que le démon, ou qui qu'il puisse être, allait rester là pour continuer ses méfaits. Ces gens là sont arrogants c'est connus.

Les jeunes femmes furent invitées à rejoindre leurs cellules. Elles obtempèrent. Rissa resta un peu en retrait, pour partir la dernière. De toute façon, la démone n'avait aucune cellule à rejoindre. Elle passa auprès de l'ange, un léger voile rouge sur les joues.

- Je crois que je l'ai vu...votre engeance...elle était...

Rissa se signa plusieurs fois pour montrer qu'elle avait honte de ce qu'elle essayait de dire. L'ange la rassura et posa une main sur son épaule. Au moins elle était sûre d'une chose, son camouflage tenait la route.

- Parles, ne t'inquiètes de rien, je vais vous protéger, toi et tes sœurs.

A ces mots, Rissa faillit rire et donc se révéler. Elle du faire montre d'un certain contrôle d'elle même pour ne pas envoyer une maxime bien senti. A la place, elle se colla à lui, plus sensuellement qu'une nonne devrait faire. Ce fut sans mal qu'elle vit l'effet produit sur l'homme ailé. Elle ne savait pas qui était le créateur de ces créatures là, mais il avait  un certain sens de l'humour. Les obliger à être chaste ad vitam æternam tout en les dotant de désirs et d'attributs sexuels. C'est gonflé.

- Tout à l'heure, je suis passée devant la cellule du Père Matthieu. Et j'ai entendu des bruits étranges, comme des grognements. De crainte, je suis entrée. Je croyais qu'il souffrait...je ne pensais pas...il forniquait avec elle. Une femme aux cheveux verts...des ailes violettes...et des cornes. J'ai fuis pour trouver la mère supérieure...mais vous étiez là.

- Très bien. Vas t'enfermer dans ta cellule je vais voir...elle doit être partie mais je sens encore sa présence dans l'air. Elle va revenir. Et elle sera purifiée.

Rissa se dirigea vers les cellules des religieuses et s'en trouva une vide. Elle profita de l'absence de l'ange pour modifier les souvenirs des sœurs, leur faisant croire qu'elles connaissaient toutes bien Sœur Rissa. La douce et innocente Sœur Rissa. L'ange finit par revenir bredouille,

Toute une semaine passa où l'Archange fouinait dans l'espoir de comprendre pourquoi l'odeur démoniaque ne partait pas. Rissa en profita pour se rapprocher de lui. Tout les moyens étaient bons. Elle n'hésitait pas à raccourcir ses vêtements, sans personnes ne trouve cela choquant. L'ange ne réalisait pas que l'ensemble du couvent était sous l'emprise d'une seule personne : Elle. Le couperait tomba lorsqu'elle fit ses ablutions sous son nez, nue comme un ver. Tout avait été calculé pour que ses passages correspondent à un état dénudé de la novice, un soupir sensuel, un geste frôlant sa peau. Un soir, alors que l'ange priait dans la Chapelle, Rissa décida qu'il était temps de cesser la comédie. C'était drôle, elle s'était bien amusée mais le devoir l'appelait.

Elle entra comme une furie, la robe complètement déchirée. Affolée, elle se jeta sur l'Archange, se collant vaillamment à lui. L'homme se raidit en voyant les formes voluptueuses de la jeune femme. Son être tout entier lui criait de la prendre, là maintenant. Il n'écoutait même plus ce que la soeur lui disait. Il ne voyait plus qu'un corps nu contre le sien quasiment nu lui aussi. Il en oubliait qui il était et ce pourquoi il était là. Sans attendre, il déchira le restant de tissus qui couvrait encore la peau de Rissa. Il la posa sur l'autel avec une violence qui ne caractérise pas les anges habituellement. Et sans la moindre considération pour sa partenaire, il s'enfonça en elle. Rissa fit mine de se rebeller un peu mais l'Archange tint bon. Il violait une innocente. C'était finit pour lui, il allait perdre ses ailes.

Après un petit moment, elle entendit la porte de la Chapelle s'ouvrir. Elle vit alors les sœurs entrer. Et c'est dans un rire sournois qu'elle les accueillie. Elle opéra sa métamorphose, montrant sa véritable nature à l'assemblée. A cette vue, l'ange aurait pu tout arrêter, au moins préserver ça de son péché déjà bien entamé. Il n'en fit rien. Prit par un ardent désir, il continua. Et ceux sous le regard des autres femmes qui ne savaient plus si elle devaient croire en Dieu. A cet instant, Saccharissa utilisa sa magie pour faire apparaître un portail dans on dos. Sans que l'Archange n'ait le temps d e se rendre compte de quoi que ce soit, il se retrouvait en Enfer, pieds et poings liés. La démone était assise nonchalamment sur un bureau et rhabillée. Derrière le bureau, cachée par Saccharissa, une masse informe parlait d'une voix grave. Il pencha la tête et pu voir une engeance bien plus vil que la petite Rissa. Le démon Berith.

Tout alla très vite. L'Archange entendit vaguement la conversation entre les deux entités démoniaques. Deux mots à retenir pour lui : Ephemera et Drovenkard. La démone choisi d'accompagner SON Archange aux portes de la prison. D'une démarche chaloupée elle se posta devant l'oiseau et le poussa dans un nouveau portail. Instantanément, il se retrouva devant des portes bien gardées. A ses cotés, Rissa qui tendait un parchemin à l'intention d'Ephemera.

- Ceci est une ordonnance de mon...Maître. Nous souhaiterions demander l'aide de votre patronne afin d'interroger cet animal. Il parait qu'elle a des méthodes...très convaincante.  J'ai carte blanche pour les conditions de paiement éventuel...


Il ne restait plus qu'à attendre une réponse des gardes. L'Archange lui ne bronchait plus convaincu qu'il ne plierai pas sous les tortures. C'est un ange de haut rang après tout, il est résistant.

« Dernière édition: Juillet 24, 2013, 10:29:42 par Saccharissa » Journalisée

Code couleur : #589482
Ephemera
Créature
-

Messages: 81



Voir le profil
Fiche
« Répondre #1 le: Juillet 25, 2013, 12:43:26 »

Lieu de tourments éternels, l’Enfer n’était pas un endroit où il faisait bon vivre. Et, pourtant, même en Enfer, il existait des endroits redoutés, plus craints que d’autres... Les grandes plaines infernales où les Légions infernales, pour satisfaire les plaisirs vicieux et cruels des Princes et autres barons infernaux, se livraient à d’infernales guerres colossales répandant des dizaines de milliers de morts, les âmes pourrissantes revenant ensuite à la vie, puisque l’Enfer, en fin de compte, n’était rien de plus que la répétition ; les champs dévastés où vivaient d’abominables monstres, comme les redoutables koshcheys, des vers géants qui engloutissaient d’un coup une garnison de démons entière pour les torturer pendant des années dans ses sucs gastriques... Et les prisons infernales, ces lieux de transition obligatoires entre le Purgatoire et l’Enfer. Quand une âme mourait, et que la balance faisait pencher cette dernière du côté du Mal, l’âme atterrissait dans les prisons, en attendant son jugement par les Juges Infernaux, qui décidaient de l’affecter à tel ou tel Cercle. Et, parmi ces prisons sinistres, Drakengord était l’une des pires. Un immense mouroir, entouré de charniers où de petits démons verdâtres avec des ailes balançaient des cadavres, sans chercher à les recouvrer... Un endroit où le chemin y menant était indiqué par des prisonniers crucifiés, qui se tortillaient en implorant inutilement aux voyageurs de les achever. On voyait leurs corps violacés, leurs cicatrices énormes, on les entendait gémir, cloués contre le bois, les pointes enfoncées dans la chair, visant à s’enfoncer dans l’os en évitant les veines, pour prolonger le supplice.

Drakengord était un austère château souterrain, entouré par un pont-levis qui plongeait dans une tranchée de cadavres noircis, sales, et puants. Un austère panonceau en bois branlant annonçait, à l’entrée, le nom de l’endroit : « DRAKENGORD ». Des corps pendus pendaient aux murailles, ou seulement des morceaux dégoulinants de cadavres, à force d’avoir été picorés par les démons verdâtres qui tournoyaient dans les airs, croassant en regardant les proies arriver. Drakengord comprenait essentiellement les nouvelles âmes, ceux qu’il fallait briser pour en faire des démons. Cependant, la prison accueillait aussi quantité de démons envoyés par d’autres démons, soit pour obtenir des renseignements, soit parce qu’on faisait confiance à la réputation de Drakengord pour accueillir et traiter dignement les nouveaux arrivants.

À l’entrée, les ninjas d’Ephemera, ses fidèles gardiennes, qui s’étaient tranchées la langue pour la servir, entendirent naturellement la démone arriver, et perçurent l’aura de son prisonnier... Une aura qui fila à travers les couloirs de Drakengord pour arriver dans l’obscène salle de banquet d’Ephemera, une immense salle rouge avec des cages en hauteur, où des cascades de sang s’égrenaient lentement pour remplir des coupes. La grande table de banquet comprenait des corps cloués à cette dernière, qui gémissaient, dévorés par Ephemera, satisfaisant ainsi autant ses besoins sanguins que physiologiques. Cannibale, elle dévorait le bétail sans hésitation.

L’odeur lui parvint... Vampire après tout, elle sentait cette odeur, ce parfum délicat et parfait... Un Ange... Non ! Un Archange ! Cadeau suprême ? Pour un vampire, le sang d’un Archange était le plus précieux mets du monde. Une bouteille de sang d’Archange pure n’avait pas de valeur chiffrable pour un vampire. Alors, en sentir un à proximité... La Dame des Ombres se téléporta immédiatement, et arriva instantanément hors de son château, voyant le singulier cortège devant elle.

Une démone était là. Extrêmement belle. Saccharissa. Ephemera avait entendu parler d’elle, et ne sut pas ce qui était le plus agréable à voir. Elle, cette délicieuse et redoutable démone, qui adorait jouer avec les humains, ou lui, ce bel et fier Archange ? Devant Drakengord, son regard déterminé semblait indiquer qu’il n’avait pas peur, ce qui était sans doute vrai... Mais la peur, Ephemera savait l’instiller dans le corps de ses proies.

« Ceci est une ordonnance de mon...Maître » avait-elle expliqué, son hésitation sur l’usage de ce nom suffisant clairement, aux yeux d’Ephemera, à exprimer qu’il ne valait mieux pas trop insister sur le fait qu’elle servait quelqu’un. Nous souhaiterions demander l'aide de votre patronne afin d'interroger cet animal. Il parait qu'elle a des méthodes...très convaincante.  J'ai carte blanche pour les conditions de paiement éventuel... »

La Dame des Ombres apparut alors, sortant des ombres, où elle était la reine, et se mit à sourire.

« Oh... Quel beau cadeau m’envoyez-vous là, noble démone... »

Ephemera s’approcha de lui, semblant presque se téléporter, alors que ses pieds ne touchaient pas le sol. Elle caressa son torse musclé. Un bel homme, qui la rendait avec fureur, semblant vouloir l’étrangler sur place. Il l’excitait, et elle frémit de joie, son sourire laissant apparaître ses canines pointues.

« Garde ton ordonnance, démone, si ton... ‘‘Maître’’... Tenait tant que ça à ton prisonnier, il serait venu en personne... C’est à toi que je m’adresse, Saccharissa... C’est toi qui l’as amené... Et il est fort... C’est incroyable... »

Elle ne put résister à l’envie d’enfoncer légèrement une griffe, faisant perler une goutte de sang, qu’elle suça du bout des lèvres. Un frémissement la parcourut, et elle ne put retenir un soupir de plaisir, parfaitement audible.

« Oh oui, son sang est pur, ce n’est pas un Déchu... Récemment Archange, je dirais... Il suffit de voir ses yeux... Un fier Ange devenu Archange... Et qui vole bien loin de ses tours d’albâtre... Je serais fort curieuse de savoir comment tes beaux doigts ont pu lui mettre la main dessus, mais... Pas ici... Tu es mon hôte, Saccharissa... »

Et la Dame des Ombres disparut à nouveau, dans des volutes d’ombre, pour atterrir dans le dos de la femme, posant ses seins contre son dos, posant ses mains sur ses épaules, léchant gracieusement sa peau, sa tenue sanglée en latex noir se glissant contre son corps.

« Entre... Tu me diras ce que tu veux, je te dirais ce que je veux... Et je te montrerais le sort qui attend ce bel emplumé qui a volé trop près du Soleil... »

Devant le trio, le pont-levis se mit à descendre, soulevant le corps de garde, permettant de plonger dans Drakengord, dans la partie supérieure, soit le château. La prison était au niveau inférieur.

Mais, avant ça, Ephemera voulait savoir comment une si belle femme avait réussi à attraper un Archange.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox