banniere
 
  Nouvelles:
LGJ inaugure un système de vote et nous vous parlons de l'avenir du forum ici.

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: [1] 2
  Imprimer  
Auteur Sujet: On ne résout pas les problèmes, il faut les vivre [Stephen Connor]  (Lu 2266 fois)
Viviane
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« le: Juillet 21, 2013, 05:49:04 »

La ville de Nexus était une ville prestigieuse. Les bâtiments , regroupés autour d'une immense cour, dataient pour la plus grande partie d'une époque lointaine. Mais certains avaient surgis plus récemment. Nexus s'était développée morceau par morceau, indépendamment d'une quelconque harmonie, si bien que le passé et le présent se chevauchaient en chaque lieu, créant une impression de splendeur désordonnée et poussiéreuse. Il y avait toujours une partie qui menaçait de s'écrouler, les bas fonds par exemple, laissés à l'abandon. En revanche, la partie centrale était soigneusement rénovées par des employés à temps pleins pour tous les travaux de maçonnerie et de ravalement!, Ils s'activaient, tels des termites travailleuses sur les échafaudages qu'ils avaient érigés au coin de la Bibliothèque, ou au-dessus de la Chapelle, et hissaient de gros blocs de pierre éclatants, des rouleaux de plomb brillants ou des poutres en bois. Fière de l'effet de puissance et de dynamisme que cette ville dégageait, elle aimait se vanter devant les étrangers et les va-nu-pieds qu'elle regardait d'ailleurs avec un mépris chargé de pitié, car ils n'appartenaient pas à ce lieu et savaient forcément moins de choses que le plus bête des habitants de cette ville.
Tel était l'univers natal de Viviane et son bonheur. Malgré tout, elle avait toujours le sentiment confus que son univers était plus vaste, qu'une partie d'elle-même appartenait également à la splendeur des autres régions de Tera qu'elle avait découverte durant ses huit ans d'aventures. Il existait un lien entre elle et ce monde. Mais cette certitude ne lui servait pas à grand chose. Ainsi avait-elle vécue toute son enfance, comme une sorte de chat à moitié sauvage. Seules ses visites régulières chez son entraîneur étaient venues briser la routine de ses journées.
Quoiqu'il en soit, à ce jour à Nexus, un autre sujet occupait ses pensées et celles de tous les habitants. Depuis quelques temps, une révolution s'était mise en marche. Cet événement faisait rire certaines personnes et trembler d'autres. Désormais, la ville était divisée et ses habitants particulièrement tendus et amers.

Ce fut pour cette raison que Viviane n'y resta qu'un cours instant pour effectuer les achats dont elle avait besoin pour continuer le voyage. Une fois hors de l'imposante cité, elle décida de passer voir sa mère qui vivait dans un village un peu plus loin, l'endroit où elle était née et avait grandis. Sa mère fut ravie de la voir et la serra longtemps dans ses bras avant de lui offrir un bon dîner. Elle parlèrent pendant des heures, puis vint l'heure tardive de se reposer. Viviane avait besoin d'une bonne nuit de sommeil pour récupérer. Ici, elle n'avait plus rien de la farouche guerrière armée jusqu'au dent. Elle redevenait la fille aimante et généreuse, calme, sereine et souriante.
Le lendemain, elle embrassa sa mère et reprit la route très tôt. Le soleil n'était pas encore tout à fait levé et quelques étoiles tardaient à s'éteindre. Il faisait agréablement frais et la jeune femme se sentait parfaitement bien. Aurait-elle, cette fois, le cran de se rendre à Ashnard ? Il était peut-être encore trop tôt...
Les heures défilèrent et il fut bientôt temps de déjeuner. Bien qu'elle ne soit pas réellement affamée, Viviane se prépara à chasser un animal pour se repaître de sa viande. N'importe quelle bestiole ferait l'affaire, elle n'était pas difficile. Mais alors qu'elle venait de prendre une jeune biche en filature, elle ignorait  qu'elle se trouvait être également une proie...
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #1 le: Juillet 21, 2013, 10:20:56 »

« Salopards de riches ! » Grommelait Heinkel dans sa barbe, adossé à une table renversée en plus milieu de la rue, son arbalète en mains.

Les bas fonds avaient été les premiers affectés par la révolte de Nexus, tout était parti de là. Stephen n’était que de passage à Terra, mais les seigneurs des enfers lui avaient confié la mission d’aider les rebelles à créer une véritable situation de guérilla urbaine dans les coins les plus défavorisés et reculés du royaume. Ni une, ni deux, il avait accepté et avait fait office de commandant dans une des factions armées au sein de la révolution. Etait-ce le manque d’action dans sa vie qui l’avait poussé à se remettre dans ces situations étranges ? Il connaissait bien les ruses de ses supérieurs des enfers. Si le beau brun arrivait généralement à contrôler ses pulsions, le mettre face à des situations violentes réveillait son instinct de démon, et le rendait incontrôlable.

Toute la garde chargée de surveiller ce pan des bas-fonds avait rappliqué, et la situation était des plus compliquées. Les escarmouches de cette pitoyable escouade rebelle ne servaient, tout au plus, qu’à divertir les gardes en leur offrant des cibles à cribler de carreaux. Heinkel passa son arbalète par-dessus la table, sans sortir de son couvert, ne pouvant viser. Il tira, sans faire attention à sa cible. A sa droite se trouvait Stephen, lequel savourait chaque moment de ces affrontements, évitant d’utiliser ses pouvoirs, la révolution devait paraître entièrement humaine. Le vieux soulard à la barbe rousse tapota l’épaule du beau brun, il avait un message à lui faire passer.

« Belmont, tu dois te rendre à Ashnard ! Ces salopards de nobliots prétentieux vont finir par nous avoir, il faut que tu ailles voir la troupe mercenaire des Rougelames, ils pourront nous aider, dis que tu viens de ma part. » Expliqua le général.

Belmont était le nom d’emprunt de Stephen. Ce dernier approuva du plan et en discuta encore quelques minutes avec Heinkel. Ils se mirent d’accord et se quittèrent d’un hochement de tête, chacun prenant rapidement la fuite au travers des ruelles labyrinthiques du quartier mal famé. Bien vite, il eut quitté la ville, se retrouvant avec comme seule indication un blason en fer de l’armée d’Ashnard, au dos duquel était gravée l’adresse de la troupe des Rougelames. Le monstre accrocha simplement le bout de métal à son armure de cuir matelassé et prit la route. Ce petit blason à l’épaule gauche lui permettrait de passer pour un soldat d’Ashnard, et lui éviterait d’avoir des ennuis à la frontière.

Sur le chemin vers le poste frontière, le démon croisa pas mal de petits villages, dans lesquels il prit des pauses, prenant à chaque fois soin de cacher son insigne d’Ashnard derrière sa courte cape beige. L’avancée le mena finalement près de sa destination. Il n’était qu’à quelques heures d’Ashnard, et établit un campement pour la nuit. Un démon de son calibre n’avait pas nécessairement besoin de dormir, mais il lui fallait tout de même un peu de sommeil pour lui permettre d’utiliser sa magie, qui serait utile en cas de contrôle par les brigades de Nexus à la frontière. C’est ainsi qu’il s’endormit, pour se réveiller peu avant l’heure du déjeuner. La rébellion avait bien de quoi tenir deux mois, Stephen pouvait donc prendre un peu de temps sans trop affecter la mission.

« Tout d’abord, trouvons à manger. » Murmura le démon pour lui-même, observant aux alentours.

Il s’était installé non loin d’une clairière où venaient s’abreuver de nombreux animaux, de quoi se faire un excellent repas. Pour lui qui sentait parfaitement les odeurs, avec la précision d’un véritable traqueur, chasser était plus une rapide tâche qu’une véritable difficulté, mais quelque chose le dérangeait. Il était enfoncé dans la forêt, loin des convois et autres odeurs humaines, pourtant, il sentait une odeur délicieuse, celle d’une femme. Son odorat l’aiguilla bien vite dans une direction, et il se mit en piste, le repas pouvait attendre. Ses réactions étaient mécaniques, ou tout du moins elles l’étaient devenues quand il avait senti l’odeur de cette femme. Comme un fauve, il se rapprochait sans bruit d’elle.

Quand elle fut enfin dans son champ de vision, deux choses l’éblouirent. Sa beauté l’impressionna tout d’abord, mais ce furent ensuite les éclats de son arme qui l’éblouirent. Les capacités de régénérations de Stephen étaient correctes, mais il valait mieux ne pas se prendre cette épée dans la gorge. Tout en douceur, sans faire le moindre bruit, le démon extirpa son arbalète de sa sacoche. Vivianne possédait une armure lourde qui la rendait bruyante, tandis que les bottes en fourrure et l’armure de cuir du démon le rendaient relativement silencieux. Il ajusta doucement son angle de visée et tira un carreau sur la garde de l’épée que portait sa cible. S’il touchait, il parviendrait sûrement à lui faire lâcher son arme grâce à la violence du choc. Rapidement, il sortit des fourrés. Pas le temps de voir s’il avait visé juste, il extirpa son coutelas de son fourreau, sautant vers la jeune femme pour tenter de la plaquer au sol. Afin d’ajouter à son imprévisibilité, il se débarrassa de sa cape en la jetant vers sa proie, bloquant son champ de vision.
Journalisée

Viviane
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« Répondre #2 le: Juillet 21, 2013, 11:47:56 »

Tout n'était que silence. Le silence est un message de l’ombre, un chant à naître. Le silence est un miracle inachevé où le monde prend forme d’un seul coup. Le silence est l'âme des choses qui veulent garder leur secret. Ah, quelle douce musique que le silence. Viviane l'appréciait tout particulièrement et aurait tant aimé pouvoir le fréquenter davantage. En tous les cas, il lui permettait de garder une oreille attentive sur le moindre bruit suspect pouvant indiquer la présence d'une proie. Elle prenait bien garde à chacun de ses pas, ne voulant pas se laisser trahir par une misérable brindille. Il faisait bon, le vent était très léger et elle progressait face à lui pour ne pas être sentie par les animaux qui rodaient autour. Elle avait apprit à chasser seule, au fil du temps, et avait rapidement comprit le fonctionnement des bêtes qui vivaient dans ce genre d'endroit. Cependant, la chasse n'en était pas forcément bonne à chaque fois. C'était un art compliqué qui demandait une patience implacable. Hors notre jeune femme n'était pas de celle que l'on pourrait qualifier de patiente, au contraire. Enfin, tout dépendait des circonstances. Pour la chasse, ce n'était pas le cas. Elle abandonnait facilement sa traque au bout d'une heure pour se rabattre sur des fruits et des racines. Ou les biscuits qu'avaient glissé sa mère dans sa besace.

Les minutes passaient, et toujours aucun animal en vue. Pas même un bruit qui aient pu les trahir. A croire qu'ils avaient tous disparus ! Viviane continua d'avance, les respiration lente et contrôlée, la démarche féline et agile. Pas un seul instant elle ne se doutait de ce qui l'attendait. Pour elle, elle était totalement seule au milieu de nulle part. La malheureuse était loin de la vérité. En effet, soudain, une sorte de sifflement retentit. La jeune femme eut à peine le temps de réagir qu'un carreau lui effleura le poignet, la blessant légèrement. Elle était attaquée ?! Mais par qui ? Elle n'avait rien entendu venir ! Au moment même ou ces questions se bousculaient dans sa tête, une silhouette se jetait sur elle, l'aveuglant en lançant ce qui semblait être un cape sur son visage. Fichtre ! Prise au dépourvue, elle lança la lame mortelle de son épée droit en avant, déchirant ainsi le vêtement, mais évitant, malheureusement de très peu, l'auteur du méfait. Un grognement de fureur, et Viviane se retrouva étalée sur le sol, bloquée par le poids de son assaillant. A quoi jouait donc ce misérable ?!

- Par tous les Saints de l'Enfer ! Pendard ! Lâches-moi !

Elle se débattit, mais le bougre avait réussit à lui retirer son épée. Viviane avait certes beaucoup de force, mais pas assez contre ce type là. D'autant plus que son armure ne l'aidait pas à se monter plus agile ou plus adroite dans la position ou elle se trouvait. Est-ce qu'il n'était qu'un simple voleur ?
C'est alors qu'elle aperçut le blason d'Ashnard sur ses vêtements. Elle ouvrit de grands yeux ronds, et son visage illustra alors toute la rage qui l'envahit.

- Sale rapace d'Ashnardien ! Immonde cloporte ! Je vais t'embrocher sale rat d'égout, pouilleux ! Renonce maintenant ou je t'écrase comme une punaise !

En voilà des vilains mots sortants de la bouche d'une femme n'est-ce pas ? Mais s'il y avait bien une chose qu'elle haïssait plus que tout, c'était les soldats ashnardiens. Et elle avait ses raisons, ça ne venait pas simplement du fait qu'elle était née près de Nexus. Ça non.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #3 le: Juillet 22, 2013, 02:21:39 »

Ses premières estimations ne s’étaient pas avérées correctes, mais Stephen avait tout de même réussi à immobiliser la jeune femme au sol tout en l’éloignant de son épée. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela ne l’empêchait pas le moins du monde de se débattre. Même si elle avait une sacrée force, ce n’était absolument pas comparable à celle du démon, qui se maitrisait néanmoins pour ne pas l’abimer. Elle s’énervait et criait, mettant toujours un peu plus de force dans sa résistance. Le regard calme et bestial du Terrien ne quittait pas  la belle, sans qu’un seul mot ne sorte pourtant de sa bouche. Elle avait un beau visage. De plus, la colère, cette envi, ce violent instinct de survie lui donnaient un air farouche des plus excitants.

Mais, comme le tonnerre qui éblouit avant de tonner de toute sa force, la jeune femme ne réveilla sa vraie rage qu’après un instant. Stephen comprit bien vite, à ses paroles, que c’était l’insigne qu’il avait dévoilé en ôtant sa cape qui la rendait aussi énervée. Un sourire carnassier vint orner ses lèvres charnues, tandis que les puissants doigts de sa main gauche vinrent serrer les joues de la beauté de Nexus. Qu’avait-elle contre les gens d’Ashnard ? Beaucoup de choses sans doute, vu comme ce royaume était barbare, du moins du point de vue de beaucoup, car Stephen aimait énormément cet endroit, pour des raisons qui lui étaient propres.

« Qu’y a-t-il, ma beauté farouche ? Me haïrais-tu plus si j’étais d’Ashnard ? Dans tous les cas ta beauté m’a frappé, et je te veux mienne. » Expliqua-t-il calmement, rapprochant son visage du sien, sans non plus se risquer à un baiser qui lui aurait sûrement couté la langue et les lèvres. « Je vais te prendre comme une femme de ta beauté mérite d’être prise, que je sois d’Ashnard ou de Nexus ne motive pas plus ou moins mon choix, ta haine est mal placée. » Dit-il.

Oui, il était de mauvais goût de partir dans des dialogues pareils lors d’un début de viol, mais Stephen était du genre bavard, et il se sentait poète et philosophe lorsque son sang de démon prenait le dessus. Sa main gauche glissa jusque sur le cou de la jeune femme, le caressant doucement. L’autre main servit à jeter le coutelas que tenait Stephen au loin, son propriétaire n’en aurait sûrement plus besoin pour l’instant. Impossible néanmoins d’être sûr que la belle ne cachait pas une arme quelque part, et le démon calculait donc ses moindres gestes méthodiquement. Il finit par forcer ses lèvres dans le cou de la belle créature, l’empêchant de le mordre en lui appuyant avec un peu de force sur le front, pour maintenir son visage en arrière.

« Comment te faire comprendre que te débattre est inutile ? Je ne suis pas d’Ashnard, mais toi tu en as l’odeur. » Il pouffa alors de rire, haussant un sourcil. « Tu sens l’Ashnard, tu n’es pas très patriote de parler ainsi à ce que tu crois être un confrère. Mais si ton odorat était un peu meilleur, tu pourrais sentir que je viens des enfers. » Ajouta l’éphèbe aux yeux orangés.

Il retourna sans plus attendre au cou de la beauté aux cheveux d’or, savourant sa douceur de ses lèvres charnues et humides, passant sa langue sur sa peau si lisse. Elle sentait bon, elle était belle, à damner un homme, manque de chance, Stephen était déjà damné. Sa langue puissante glissa jusqu’à la clavicule de Viviane, suivant l’os en douceur, décrivant de petits cercles humide le long de sa peau légèrement cuivrée. Il fondit alors sur le sommet de sa poitrine, embrassant le sommet du canal qui séparait ses deux seins en apparence agréablement pleins. Malheureusement, il ne put aller bien plus loin. D’un geste, il attrapa la partie de l’armure qui tenait le buste et se mit à tirer. Soit les jointures lâcheraient, soit l’acier même se plierait, mais il comptait bien goûter aux seins nus de la belle.
Journalisée

Viviane
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« Répondre #4 le: Juillet 22, 2013, 08:59:57 »

Viviane continuait de lutter comme une diablesse. Pas question qu'elle abandonne, elle ne lui donnerait pas le plaisir de la tuer aussi facilement. Elle avait déjà vécue des situations pires que cela, n'est-ce pas ? Et elle s'en était toujours bien sortie. Ce type ne pouvait pas être plus dangereux qu'un Kin'h. Tout en exultant de rage, la jeune femme tentait désespérément de remettre la main sur son épée. Malheureusement, elle n'avait pas le bras assez long et l'individu la maintenait avec une force incroyable. Comment pouvait-il réussir à la maintenir ainsi bloquée au sol avec une telle facilité ? D'où tenait-il une force pareille ? Tant pis, ce n'était pas le moment de se poser des questions et de mener une enquête, elle devait trouver un moyen de se libérer et d'agir vite si elle ne voulait pas y rester. Serrant la mâchoire, elle redoubla de force et de volonté pour essayer d'attraper le poignard calé contre sa cuisse. Sauf que cet endroit était particulièrement difficile à atteindre dans ce genre de situation.
Pour le moment donc, elle était persuadé que ce type en voulait à sa vie. En réalité, son but était tout autre.  Et là, elle venait d'abord de comprendre que ce gars là n'était pas réellement un Ashnardien ? Mais qui était-il alors ? Et pourquoi ce blason sur lui ? Elle le fusilla du regard, puis ouvrit de grands yeux ronds. Par... la prendre il entendait... quoi exactement ?

- Qu'est-ce que... ?!

Viviane fulminait. Mais a quoi jouait-il ? Et comment pouvait-il être aussi costaud au point de la clouer au sol comme si de rien n'était ? Soudain, l'homme passa à l'action. Non plus un acte dangereux et mortel, non. Disons plutôt... humiliant. Il maintint sa tête avec force sur le sol et commença à déposer ses lèvres dans son cou. La jeune femme laissa échapper une grognement de rage et de frustration. Maintenant c'était clair, il ne voulait pas la tuer. Enfin pas encore. Il voulait la violer ! Ce qui pour elle était pire encore ! Mais ce sale pervers n'avait fini de la faire enrager. Elle en eut le souffle coupé. Impossible ! Comment pouvait-il "sentir" qu'elle avait le sang impur de ces Ashnardiens ? Personne en dehors d'elle et de sa mère n'était au courant ! D'où tenait-il cette information ?
Viviane n'était pas fière de cela. Etre le fruit d'un viol obscène... et maintenant c'était à son tour ? Pas question !! Sauf qu'il y avait un problème. Un gros problème. Apparemment son adversaire n'avait rien d’ordinaire et venait des enfers. Stupide ! Ça ne pouvait être qu'une mauvaise plaisanterie ! Mais sinon... comment expliquer qu'il ait pu la trouver, avoir la force de l'immobiliser avec autant de facilité au sol, et deviner qu'elle était à moitié Ashnardienne ? Là, elle commençait à s'inquiéter.

- Tu... tu dis n'importe quoi ! Tu ne peux pas venir de... qu'est-ce que tu fais ?! Arrêtes-ça !

Viviane se mit à rougir de honte tandis que la langue de cet être ignoble se baladait dans son cou. En tant normal, si cet homme avait été l'élu de son cœur, elle aurait particulièrement adoré ça. Mais c'était loin d'être le cas et la sensation qu'elle ressentait plutôt à ce moment là était du dégoût. De nouveau, elle mit toute ses forces pour le repousser, se débattant comme une tigresse. Puisqu'elle n'arrivait pas à atteindre son arme, elle tenta de se servir de ses ongles. Ce n'était pas bien dangereux, mais c'était déjà mieux que rien.
Tout à coup, elle laissa échapper un petit cri de stupeur lorsqu'elle sentit la langue humide et chaude du démon atteindre sa poitrine. Non ! Pas question qu'il la tripote avec ses sales pattes ! C'est alors qu'il se mit à tirer sur son armure avec une force incroyable et celle-ci grinça, malmenée, et sur le point de céder. La guerrière grimaça. Son armure était incroyablement solide, elle allait forcément résister !
SBLAM !
Ou pas.
Viviane blêmit. Une force pareille... c'était tout bonnement impossible ! Comment allait-elle se sortir de ce pétrin ?

- Mais... qui es-tu ?! Comment peux-tu... ?

Elle était sidérée. Cette armure avait été forgée par le meilleur forgeron de Nexus et elle l’entretenait avec le plus grand soin ! Comment avait-elle put céder par la seule force de ce type ? Alors il avait dit vrai... c'était un démon ! Tout droit venu des enfers. Elle était perdue !
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #5 le: Juillet 22, 2013, 03:32:20 »

Viviane griffait le démon, tapait de toute l’énergie qu’elle avait en réserve, en vain. Chaque petite coupure qu’elle infligeait à l’éphèbe semblait se refermer bien vite, ne laissant qu’une petite marque rougeâtre derrière elle. Le monstre n’était pas vraiment dérangé par tout ce déchainement de violence, se contentant de savourer toujours un peu plus le corps de sa proie. Ses lèvres charnues se refermaient doucement sur la peau de la blonde, humidifiant sa peau délicieusement bronzée. Elle avait vraiment tout ce que peut demander un homme, armure et armes mis à part. Ne tenant pas vraiment compte de tout ce que faisait la belle dans un effort de s’extirper de cette situation, le beau diable arriva bien vite à embrasser le sommet de sa généreuse poitrine. Il se saisit donc de l’acier, un sourire en coin

« Mais si, c’est possible, et j’ai de nombreux moyens de te le prouver. » Dit-il dans un murmure.

L’armure grinçait sous les doigts de Stephen, qui tirait un peu plus fort à chaque seconde, sans réellement y mettre beaucoup d’énergie. Viviane résistait toujours, mais avec apparemment moins de conviction qu’auparavant. Il faut dire que si son armure sautait bel et bien, elle aurait la preuve de ce qu’avançait le bel homme, autrement dit qu’il était un démon. Son regard, aux couleurs chaudes mais à l’expression froide, restait fixé sur le visage de la beauté farouche. Il voulait voir sa réaction, lorsque ses doigts nus arracheraient tout un pan d’armure comme si c’était un vulgaire emballage pour un quelconque présent. Le métal couinait de plus en plus, commençant alors à sérieusement plier. Stephen  prenait son temps, comme pour savourer le moment.

Un bruit sourd, et le métal céda, toute la portion couvrant le buste s’étant tout bonnement vue arrachée comme une vulgaire brassière en coton. Il ne fut pas bien difficile d’ailleurs d’ôter les autres maintiens qui tenaient la poitrine enfermée, comme un joli cadeau dans un emballage.

« Je suis un démon, il faut te faire à cette idée. Tu ne t’échapperas pas, alors essaie de rendre ça plus agréable pour toi. » Dit doucement le démon en approchant sa grande main du sein gauche. « Je n’en ai pas après ta vie, je te laisserai partir quand j’aurai terminé. Foi de démon. » Termina-t-il en apposant sa paume sur l’opulente poitrine.

Son index vint couvrir le mamelon, le titillant doucement, la main du monstre glissant alors pour soupeser le sein, tandis que ses lèvres vinrent emprisonner le téton. Oh bien sûr, il savait qu’une femme forte comme Viviane ne se laisserait pas avoir ainsi par le plaisir, mais peut-être comprendrait-elle que s’abandonner à son prédateur était une option bénéfique. Tout en caressant et pressant le sein, le beau diable suçotait la pointe du mamelon avec douceur, le mordillant à peine par moments. Il continua un petit moment, alternant d’un sein à l’autre, perdant parfois la sphère de sa langue dans l’érotique canal qui séparait les deux plaisants orbes de chair. Enfin, il se redressa légèrement, ôtant son armure de cuir et sa tunique.

Il se trouvait torse nu face à Viviane, un corps que tant de gens trouvaient si sensuel offert à la jeune femme, bien qu’il doutait qu’elle apprécie le cadeau. C’était un pari risqué, il le savait, mais il allait déterminer maintenant comment se déroulerait la suite des évènements. Passant sa main dans les cheveux blonds de la belle guerrière, il s’approcha de son visage, ses lèvres très proches des siennes, mais avec suffisamment de distance pour lui permettre de reculer si elle tentait de le mordre. Les paroles quittaient ses lèvres dans un souffle doux et chaud.

« Tu me plais, et je te veux. Maintenant saches que nous pouvons le faire de la manière douce, ou de la manière forte. » Proposa-t-il. « Dans tous les cas, je t’aurai, ne prends pas de décision regrettable. »

Il avait légèrement remonté sa jambe, se mettant sur un genou et libérant l’accès à la dague de Viviane. Ce n’était pas volontaire du tout, même s’il se doutait que la belle avait encore de quoi lui lacérer le visage. Il était simplement persuadé qu’elle était assez terrifiée pour comprendre qu’il la rattraperait quoiqu’il arrive. Sa main tenant la    nuque de la belle remonta doucement, rapprochant un peu plus leurs lèvres. Peut-être se montrait-il trop confiant, comme à l’accoutumée.
Journalisée

Viviane
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« Répondre #6 le: Juillet 22, 2013, 04:11:51 »

C'était ridicule ! Ridicule ! Elle n'avait pas pu se laisser avoir aussi facilement par un sale pervers sortit tout droit des enfers, ça ne tenait pas la route. Beaucoup de gens autour d'elle avaient parfois prétendus avoir vu des démons, mais jamais elle n'avait prit ces élucubrations au sérieux. Elle avait croisé des monstres plus répugnants les uns que les autres et pourvus d'une force de titan alors ça, elle pouvait bien y croire. Mais un démon qui s'amusait à traquer des femmes pour les violer... c'était un peu tiré par les cheveux non ? Et pourtant, au fur et à mesure que son armure s'était pliée puis avait cédé comme un rien entre ses mains... elle trouvait cette certitude de moins en moins fiable. Alors il disait vrai ? Après tout, ses griffures n'avaient laissé aucune trace, il possédait une force phénoménale, des des yeux plutôt étranges. D'accord, elle allait devoir admettre la possibilité que ce type soit un démon. Mais comment on combat un démon exactement ? Peu importe, toutes les manières seraient bonnes à prendre ! Si seulement elle pouvait se dégager de là !!
Sa poitrine était désormais nue mais elle n'avait pas vraiment la tête à en éprouver de la pudeur, elle réfléchissait plutôt à un moyen de s'en sortir. Jamais elle ne permettrait à cette ordure d'arriver à ses fins !Il pouvait bien tenter ce qu'il voulait, elle n'y prendrai aucun plaisir ! Il lui assura qu'il n'en voulait pas à sa vie. Viviane grimaça. Elle aurait nettement préféré en fin de compte. Comme toute réponse, elle lui lança un regard méprisant.

Il posait maintenant une main sur son sein, et la jeune femme sentit un frisson de dégoût l'envahir. Et voilà qu'il commençait à le caresser et le titiller, semblant sans doute vouloir adoucir sa férocité en lui procurant un quelconque plaisir. La guerrière grogna de rage et serra les dents, essayant en vain de se dégager de là.

- Retires tes sales pattes de là, démon !

Il ne l'écoutait même pas, portant cette fois ci sa bouche à sa poitrine pour les lécher et les mordiller. Elle poussa un véritable cri de rage, redoublant d'effort encore et encore. Sans résultat. Elle ne faisait que gâcher son énergie. Elle tenta alors de se calmer et de respirer profondément. Il lui faudrait toute sa force si une occasion se présentait. Fermant les yeux, elle tenta de penser à autre chose et d'ignorer les insanités du démon. Celui-ci se redressa un peu pour ôter ses vêtements. Il ne comptait vraiment pas abandonné ! En d'autres circonstances, al jeune femme se serait peut-être arrêtée sur la beauté de ce corps, mais pour l'heure elle n'en avait rien à foutre. Il glissa sa main dans ses cheveux et approcha son visage du sien. Viviane voulu détourner son visage pour éviter tout contact mais il la maintenait fermement. Quoi ? Il lui proposait carrément d'être consentante ? Ce type était fou.
C'est alors qu'il remonta un genoux. Grossière erreur. Viviane vit là l'aubaine de pouvoir enfin se défendre, il lui suffisait de tendre la main et de prendre son poignard. Il se pencha sur elle, et elle retint son souffle. Au moment même où leurs lèvres s'effleurèrent, elle agit avec une rapidité foudroyante. Elle lui cracha au visage, le repoussa avec toute la force dont elle était capable, profitant de l'effet de surprise, et la lame de son poignard entailla la joue du démon. Elle parvint à se redresser maladroitement, brandissant son arme dans la direction de son agresseur... sont la blessure au visage cicatrisait miraculeusement sous ses yeux.

- Recules ! Tu ne me fais pas peur démon et je ne te laisserais pas me toucher, tu entends ?! Va donc te trouver une victime assez stupide pour écarter les jambes devant toi. Moi je préfère encore que tu me crève !

Oui, Viviane préférait étrangement cette alternative. Au moins elle mourrait sans avoir été souillée. Le viol était sans doute la chose qui la répugnait le plus au monde, elle avait ses raisons. Sa mère en avait longuement souffert, toute sa vie même. Et elle ne voulait pas connaître le même sort. C'était aussi une question de fierté. Mourir en combattant un démon était beaucoup plus glorieux que de le laisser la baiser.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #7 le: Juillet 22, 2013, 08:51:35 »

Un violeur qui laisse de telles ouvertures à sa cible armée, la sélection naturelle devait en avoir bien vite fait son repas. Pourtant Stephen était toujours en vie, et laisser des ouvertures par excès d’assurance, ça lui arrivait souvent. Pourquoi, alors ? Tout simplement parce qu’il ne laissait des ouvertures que quand il savait ce qui allait se passer. Dans ce cas, que Viviane tenterait de le repousser. Sans doute était-ce un jeu pervers auquel il aimait jouer. Laisser miroiter à sa proie l’ouverture, la porte vers la liberté, avant de s’abattre sur elle comme un vautour. En tous cas, il était heureux qu’elle choisisse la manière forte, il n’aurait pas osé le lui proposer.

« J’espérais que tu choisisses la manière forte, ma belle guerrière aux cheveux d’or. » S’amusa Stephen. « Je vais ôter cette expression rebelle de ton beau visage. »

Si sa régénération était suffisamment efficace pour survivre à des égratignures et coups de dagues, la douleur restait présente. Mais il ne s’en souciait pas vraiment, il avançait tout doucement vers sa proie, en essuyant son beau visage, sur lequel elle venait de cracher. Il n’avait, au coin des lèvres, qu’un petit sourire, mais chargé de tant de mauvaises intention qu’il eut aussi bien pu être un carnassier sourire de hyène. Si elle préférait la mort, il faudrait qu’elle voit, qu’elle voit les chaudes flammes des enfers, les corps décomposés mais encore vivants, les souffrances absolues de ceux qui avaient été impurs dans leur vie. Les manières dont les geôliers du bas-monde se divertissaient avec leurs victimes faisaient passer Stephen pour un enfant de cœur.

« Surveille tes paroles, sale pécheresse. » Dit le démon de sa voix rauque. « Ce que j’ai en tête pour toi n’est qu’une douce caresse face à ce que les démons d’en bas font aux meurtriers. Combien de personnes as-tu tué ? » Demanda-t-il, ricanant.     

Il continuait d’avancer, ne se souciant pas vraiment de la misérable dague que brandissait Viviane, comme si elle avait une chance d’éviter son viol imminent. Elle avait une drôle d’allure, brandissant une dague comme si c’était une véritable épée, la poitrine dénudée, encore couverte de la salive du monstre, quelques parties de ses seins rendues un peu rouges par les frottements et baisers prodigués. Il ne comptait pas la tuer. Il ne tuait que pour se défendre ou parce que ses supérieurs le lui ordonnaient, mais Viviane n’était même pas une menace. Qu’elle le somme de reculer ne faisait que lui arracher des grognements rauques et sinistres qui devaient sûrement s’apparenter à un rire malsain pour le démon.

« Je ne te tuerai pas. » Dit-il, enfonçant sa main sur la lame de la dague.

Du sang se mit à gicler par filets, tandis que la  paume de Stephen était de plus déchirée par l’arme sur laquelle elle appuyait. Il se saisit fermement de la garde de la dague et tira d’un coup sec, l’extirpant pour ensuite la jeter de toutes ses forces, la plantant dans un arbre plusieurs mètres plus loin. De sa main intacte, il se saisit ensuite de sa proie par le cou, serrant légèrement celui-ci entre ses doigts de colosse. L’autre paluche du monstre avait déjà commencé à cicatriser et arracha sèchement ce qu’il restait de l’armure et des vêtements de Viviane, qui se retrouvait ainsi torse nu, de même que son agresseur.  Ce dernier la plaqua d’ailleurs contre lui, apposant sa main ensanglantée mais désormais dénuée de blessure juste au dessus des fesses de la belle, au bas de son dos.

« Ne me fais pas perdre mon temps et mets toi à genoux. » Ordonna-t-il, le regard froid, les sourcils légèrement froncés. « Ta bouche te servira enfin à autre chose qu'à prononcer des inepties. »

Si elle refusait, il pourrait toujours la fixer dans les yeux et lui montrer quelques images de ce qui arrivait à ceux qui contrariaient les démons. Car si la mort vaut mieux que le viol, tout vaut mieux que de s’attirer l’ire d’un démon.
« Dernière édition: Septembre 11, 2013, 11:59:20 par Stephen Connor » Journalisée

Viviane
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« Répondre #8 le: Juillet 22, 2013, 09:22:21 »

Viviane s'imaginait pouvoir faire fasse quelques temps et lancer un combat peine perdu contre ce démon. Une belle mort pas vraie ? Mais si tôt... il y avait de quoi réfléchir non ? Mais pour elle, le viol était une salissure bien trop honteuse. Elle en avait bien plus peur que de la mort. Idiot non ? Elle était peu-être beaucoup trop fière, trop présomptueuse et téméraire. Sa mère lui avait pourtant souvent dit que cela pouvait lui attirer des problèmes. Elle disait qu'il fallait parfois faire des sacrifices et de grands efforts sur soi-même pour ne pas se mettre plus en danger qu'on ne l'était déjà. Elle repensait à sa mère qu'elle venait de quitter, le baiser qu'elle avait laissé sur son front en la suppliant de prendre soin d'elle et de rester en vie. Elle allait être tellement déçue... tellement triste. Viviane se sentait plier sous un poids très lourd. Mourir ?Ou bien laisse ce démon abuser d'elle jusqu'à ce qu'il se las et disparaisse ? Après tout, elle avait encore une mission personnelle à accomplir, qui valait plus que tout le reste. Rester en vie était sans doute plus judicieux, non ? Tiraillée, elle se contentait pour l'heure de garder le démon à distance. Mais son arme paraissait si futile face à ce monstre. Tant pis, elle lui donnait le temps de réfléchir et de tourner tout ses doutes dans sa tête. Comment prendre une décision pareille ?! Elle n'avait aucune envie de subir ça ! Les dents serrés, elle l'écouta la menacer et la mettre en garde sur ce qu'ils faisaient en enfer. Irait-elle en enfer ? Elle n'avait tué que par nécessité jusque là... mais le Jugement faisait-il une différence ? Elle n'en étais pas sûre. Il la faisait peut-être marcher pour l'effrayer.
Le souffle court, elle gardait les yeux rivés sur lui, toujours en garde. Il ne la tuerai pas. Même si elle continuait de se débattre ? Pouvait-elle seulement lui faire confiance ? Merde ! C'était si compliqué !

Soudain, il empala sa main sur sa dague, violemment, faisant gicler du sang. Quelques gouttes l'éclaboussèrent, mais elle était tellement abasourdie qu'elle n'eut même pas le temps de réagir de nouveau. Il atrappa l'arme et parvint à lui arracher, la lançant plusieurs mètres plus loin, puis agrippa la jeune femme à la gorge. Viviane grogna et atrappa le poignet puissant du démon entre ses mains, comme si cela avait pu desserrer son emprise. De son autre main, il arracha sans mal le reste de son armure sans qu'elle ne puisse faire quoi que ce soit. Enfin, il la plaqua contre lui avec force, lui ordonnant de se mettre à genoux. Et elle avait très bien compris dans quel but. A cette idée, elle blêmit. Non ! Elle ne pouvait pas faire ça !! Mais il y avait cet enfer, et cette mission qu'elle devait accomplie, les paroles de sa mère... Mourir par simple fierté serait stupide, non ?
Viviane grimaça, réfléchissant encore quelques secondes à toute vitesse.

*Allez ne sois pas stupide Viviane... tu sais bien que tu n'as pas le choix. Plus vite ce sera fait et plus vite il te laissera tranquille...*

Elle ferma les yeux, retenant des larmes de rage et de colère. Elle finit par se calmer et rouvrit les yeux. Elle capitulait, non sans un immense regret. Elle s’exécuta alors, les yeux remplis de haine, s'agenouillant face au démon. Elle tremblait légèrement, non pas à cause de la peur, mais plutôt de la rage qu'elle tentait de contenir en elle. Ne pas agir stupidement...
Elle respira encore une fois profondément, puis entreprit d'ouvrir le pantalon de l'individu. Elle s'activa avec des gestes vifs qui trahissait son agacement. Une fois le tout enlevé et le membre visible, elle avala lentement sa salive. Elle n'était pas réellement en train de faire ça, si ? Misère...
Avec beaucoup de concentration et de sang froid, elle finit par prendre le membre dans sa main droite, ouvrit la bouche, et ferma les yeux pour donner son premier coup de langue sur le gland. Bon Dieu ce qu'elle pouvait haïr ce type ! Il  la dégoûtait !
Lorsqu'elle estima que le pénis était assez humide grâce à sa salive, elle engouffra lentement le sexe entre ses lèvres. Que Dieu lui pardonne... elle n'avait pas vraiment le choix.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #9 le: Juillet 22, 2013, 11:40:39 »

Elle avait fini par abandonner, sans que Stephen ait à faire montre de trop de violence, autre qu’envers lui-même. Tous deux torses nus, il savoura le contact du corps athlétique de Viviane contre le sien, au milieu de cette forêt. La peau halée du démon semblait parfaitement se confondre avec le teint cuivré de la belle blonde, lui qui la regardait avec un air amusé, joueur. Elle semblait à tout prix vouloir fuir ce contact, et son air, à mi chemin entre la tourmente et la rage, lui donnait encore un air farouche. Si de l’extérieur, la scène pouvait paraître sensuelle, voir poétique, il n’en était rien. Stephen ne voulait rien de plus que profiter des plaisirs de la chair, poussé par son moral de démon pervers, et Viviane ne voulait rien d’autre que vivre.

Le beau diable n’était pas un sauvage sans manières pour autant, et il tâcherait de donner un peu de plaisir à sa partenaire également, bien que sa jouissance à lui passe avant tout. La belle se mit alors lentement à genoux, non sans manifester son mécontentement. Bah, le monstre pouvait bien supporter encore quelques grognements, vu qu’ils seraient très vite étouffés par un objet de taille. En tous cas Viviane semblait décidée à ne pas lui laisser de quoi savourer son plaisir, vu la vitesse à laquelle elle le déshabillait. Si elle aimait faire les choses en vitesse, l’éphèbe s’assurerait de lui en donner, de la vitesse. Caressant la chevelure dorée de sa proie, le beau diable savourait l’instant, au contraire de Viviane.

« Voyons, tu t’es hâtée pour me retirer mon pantalon  et maintenant tu joues les prudes ? » Dit-il, un sourire aux coins des lèvres.

Sur ce, et sans vraiment faire preuve de retenue, il enfourna son chibre aussi profond que possible, dans la bouche de la belle blonde. C’était un viol, et si elle insistait pour paraître dégoutée tout du long, il lui donnerait de quoi l’être. La main qui caressait précédemment les cheveux de la belle créature lui maintenait désormais le crâne en place, qu’elle reste avec cette trique au fond de la bouche un petit instant. Les démons n’étaient pas particulièrement réputés pour leur tendresse charnelle, et Stephen en était une preuve parfaite. Il mit quelques puissants coups de chibre qui allèrent tous buter dans la gorge de la belle, grognant de plaisir.

« Un petit effort, je veux que tu sois comme mon amante, pas que tu te contentes d’un travail bâclé. » Dit Stephen, en ralentissant son rythme, doucement.

 Son membre, épais et d’une bonne longueur, coulissait désormais avec une plus grande douceur dans la bouche de Viviane, sous l’action du bassin du beau diable. De même, sa main arrêta d’appuyer contre le crâne de la jeune femme, recommençant à lui caresser les cheveux. Elle avait le droit d’être énervée, dégoutée, mais elle n’avait pas intérêt à gâcher le plaisir de son agresseur. D’ailleurs il en serait ainsi, à chaque fois que la belle se montrerait désobéissante ou trop hâtive, il trouverait un moyen de la punir, en tirant d’elle encore plus de plaisir. Elle pensait sans doute qu’en finissant vite le travail, elle pourrait partir au plus vite, c’était sans compter sur l’endurance d’un démon, à plus forte raison d’un démon lubrique comme Stephen.

« Actives toi un peu plus, va plus vite, plus profond, utilises ta main, fais moi jouir dans ta bouche. » Ordonna-t-il cette fois, toujours de cette voix inhumainement rauque.

Il aimait la voir à moitié soumise ainsi, entre ses jambes, le suçant. Son air énervé était d’ailleurs presque excitant, surtout conjugué au fait qu’elle était en réalité en train de lui obéir. Il allait la baigner dans la luxure, qu’elle le veuille ou non, son attitude dominatrice et ses ordres n’étaient pas du goût de toutes, et encore moins dans le cadre d’un viol. Mais il s’en moquait, il allait profiter de ce corps, de ces courbes si envoutantes, il l’avait su en la voyant, elle devait être à lui, au moins pour cet instant. Sa main libre glissa sur la nuque de Viviane, la massant doucement pour l’encourager dans sa tâche.
Journalisée

Viviane
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« Répondre #10 le: Juillet 23, 2013, 01:06:00 »

Elle avait capitulé. Cependant, elle ne faisait pas ça par gaieté de cœur on s'en doutait et doutait vraiment de pouvoir y prendre un quelconque plaisir. Le démon l'avait bien compris, et de toute manière il ne fallait pas être devin. Viviane avait un caractère très fort, c'était une vraie tête de mule. Elle n'avalerait pas la pilule aussi facilement. En l’occurrence, il s'agissait là plutôt d'un sexe que d'une pilule. Enfin... Elle s’exécuta, mais ne s'était pas attendue à ce qu'il se montre aussi brutal. Il enfonça son membre le plus profondément possible dans la gorge de la jeune femme qui faillit bien suffoquer. Mais il était dingue ou quoi ?! Se crispant et grimaçant, Viviane appuya ses les cuisses du démon pour tenter de retirer sa bouche mais il la tenait bien fermement en place. Quelle ordure ! Il effectua de courts vas et viens particulièrement bruyants, tirant des gémissement de protestations à la guerrière qui n'aimait pas ça du tout ! Au contraire du démon bien sûr qui semblait apprécier. Quelle brute ! Et il voulait qu'il soit comme son amante ? Il pouvait aller se faire foutre !! Voilà ce qu'elle lui aurait dit si elle n'avait pas eu la bouche pleine et un peu peur qu'il ne l'égorge sur le champ. Il allait falloir qu'elle fasse preuve d'un meilleur self contrôle.
Il ralentit le rythme, ce qui allait un peu mieux à la blonde. Il se calma et desserra la prise sur son crâne. Viviane avait envie de sortir le membre de sa bouche mais ç'aurait été une mauvaise idée, hein ? Elle prit donc sur elle. Il la somma de s'activer un peu plus et de s'appliquer jusqu'à ce qu'il puisse jouir dans sa bouche. Oh non... Viviane préféra oublier ce qu'elle venait d'entendre. Encore une seconde de répit, puis elle reprit le rythme. Elle se servait de sa main pour stimuler le sexe du démon au même rythme que les vas et viens de sa bouche qui se faisaient un petit peu plus rapide à chaque fois. Elle n'était pas habitué à ça. A vrai dire, elle n'en avait fait l'expérience qu'une seule et unique fois. Mais pas avec un tel monstre !

Viviane se concentra. Pour faire jouir ce type, il allait falloir qu'elle use d'un peu plus de moyen, c'est-ce pas ? Elle leva sa main libre et vint caresser doucement les bourses du démon. Elle refermait un peu plus ses lèvres sur le membre lorsqu'elle descendait imaginant que cela devait être plus agréable pour l'individu. Elle continua ainsi un moment, augmentant la vitesse de pénétration, glissant sa langue en même temps contre le chibre entièrement engouffré dans sa gorge. Elle espérait que cela se termine vite et redoutait de plus en plus l'instant où l'homme jouirait. Elle doutait que cela puisse être agréable, mais elle n'avait pas vraiment le choix.
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #11 le: Juillet 23, 2013, 03:05:18 »

Le démon grognait son plaisir à chaque allée et venue de son sexe dans la petite bouche de Viviane, s’il était tout de même moins brutal qu’avant, il faisait néanmoins toujours preuve d’une certaine force dans ses gestes. La belle blonde n’était certes pas une experte, mais il aurait été impossible de deviner que ce n’était que la deuxième fois qu’elle effectuait une fellation, en tous cas le démon en était plus que satisfait. Il ne regardait d’ailleurs qu’elle, appréciant de voir ce beau visage sur son sexe, ce visage sur lequel trônait il y a quelques instants un air rebelle. Sa gorge cannelée était un régal, et le beau diable poussait un peu son sexe lorsqu’il se sentait arriver dedans, obligeant Viviane à bien le garder au chaud dans cet antre humide.

Elle avait des doigts agiles, comme on peut s’y attendre d’une épéiste, mais pas pleins de corne et rêches, non, ils étaient doux et glissaient sur ses bourses comme du velours. Un grognement plus fort que les autres quitta les lèvres charnues du monstre, qui glissa ses doigts dans les cheveux d’Esmeralda de Viviane. Pourtant, il s’extirpa de sa bouche, sans s’y répandre, un sourire aux lèvres. Ses deux grandes mains vinrent doucement s’apposer sur les joues de la blonde, la relevant. Il ne lui faisait pas une faveur, il avait juste décidé de lui remplir la bouche de sperme une autre fois, il avait le temps et les réserves, de toute manière.

« Allons, laisse moi goûter tes lèvres, cette fois. » Dit le démon en souriant.

Sans plus attendre, il se saisit des lèvres de la belle blonde, jouant avec celles-ci. Il lui emprisonnait parfois la lèvre inférieure, ouvrant ensuite sa bouche pour aller chercher la langue de Viviane. Son petit manège était bien plus doux que ce qu’il avait auparavant fait subir à la bouche de la belle guerrière, mais il restait empreint de dominance, cherchant à la mener dans cet échange. Malgré la douceur de cet échange, il ne cherchait pas vraiment le plaisir d’en donner à sa partenaire, il cherchait plutôt le plaisir de la pervertir, de lui faire prendre une part plus active à cet ébat. Il rompit alors le baiser en douceur, posant ses mains sur les hanches de Viviane.

Elle portait encore la partie basse de son armure, tassette et bottes. Pas besoin qu’elle retire ses bottes, mais la tassette finit bien vite au sol. Les puissantes mains viriles du démon s’aventurèrent sur le fessier délicieusement rebondi et ferme de la blonde. Des heures de marche et d’entraînement avaient donné à son petit cul un aspect et une sensation au toucher des plus agréables, que le monstre ne pouvait qu’apprécier. Il caressait la fine peau de cette zone érogène avec délicatesse, du bout des doigts, suivant les contours de ses sous-vêtements. Son torse musclé se pencha, tandis qu’il approchait ses lèvres charnues et toujours aussi humides de seins de la jeune femme, portant à sa bouche un des appétissants mamelons.

« Ne t’en fais pas, je ne vais laisser aucune partie de ton corps en reste. » Murmura le démon, arrêtant un instant de jouer avec les seins de Viviane.

Sans rien dire de plus, il recommença à savourer les tétons de la femme aux cheveux d’or, tandis que sa main précédemment occupée à lui caresser les fesses passait sur son intimité. Il insistait avec deux doigts là où il devinait être le clitoris, appuyant doucement et décrivant de petits cercles au travers du sous-vêtement. Quittant un instant la poitrine de Viviane, il descendit. La langue sortie, il caressait la peau sur son chemin, jusqu’au bas-ventre, où il s’arrêta pour déposer un baiser, accélérant le rythme de ses doigts sur le sous-vêtement de la délicieuse blonde. Ses lèvres faisaient un travail expert à caresser et aspirer délicatement la peau de cette belle créature.
Journalisée

Viviane
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« Répondre #12 le: Juillet 23, 2013, 01:40:47 »

L'improvisation qu'elle mettait à l'oeuvre semblait fonctionner. Et bien qu'elle était maîtresse de cette petite gâterie, le démon ne manquait pas de garder une emprise féroce sur elle pour qu'elle garde soigneusement le membre dans sa gorge. Ses grognements étaient un gage de bonne nouvelle, mieux valait que ça lui plaise en effet. Le point le plus gênant était qu'il la quittait pas des yeux. Pour la surveiller ou parce que ça l'excitait ? Les deux certainement. Le cœur battant, la guerrière attendait avec angoisse le moment ou il déverserait sa semence dans sa gorge. Elle n'était d'ailleurs pas certaine de le supporter et recracher le tout n'aurait peut-être pas été au gout du démon. Elle l'entendit alors grogner plus fort et elle s'immobilisa, s'attendant à ce que le moment redouté survienne... mais rien. Il enleva son pénis de sa bouche. Soulagée, Viviane retint un soupire et leva ses yeux sur l'individu comme pour guetter une quelconque réaction. Il posa ses mains qui s'étaient logés dans ses cheveux sur ses joues et l'invita à se relever. Toujours aussi froide, elle s’exécuta, un air toujours aussi fier et sauvage inscrit dans son regard. Non elle n'était pas soumise, et s'il s'attendait à ce qu'elle gémisse de plaisir et le supplie de lui donner de plaisir, elle se fourrait le doigt dans l'oeil. Il voulait désormais l'embrasser. Viviane eut un geste de recul mais se retint au dernier moment et se contenta de rester immobile, fermant les yeux et fronçant les sourcils lorsque les lèvres charnues emprisonnèrent les siennes. Sa langue vint chercher la sienne, elle lutta une seconde, puis se laissa faire, ne voulant pas de nouveau éveiller trop de colère de la part de l'individu.
Enfin, il se détacha et posa ses mains sur ses hanches pour la débarrasser du reste de son armure. Viviane pensait qu'elle allait devoir retourner à Nexus pour en forger une nouvelle. Avait-elle assez d'argent ? Le forgeron était un ami de longue date, peut-être lui en ferait-il cadeau ? Argh ! Voilà qu'elle laissait aller ses pensées à n'importe quoi. Ce n'était pas le moment, n'est-ce pas ? Le démon s'aventura sur ses fesses, crispant la jeune femme, puis ses lèvres revinrent un instant sur ses seins. Elle restait droite, le menton fièrement relevé et le regard perdu devant à elle.

Avec ironie, il fit mine de vouloir la rassurer en précisant qu'il ne laisserait aucune partie de son corps en reste. Tu parles d'une bonne nouvelle. La main qui se trouvait sur ses fesses vint soudainement caresser une zone bien plus sensible de son corps, c'est à dire son entre-jambe. Viviane laissa échapper un hoquet de surprise et rougit considérablement. Il n'avait pas le droit ! Elle réservait cette partie intime de son corps aux élus de son corps, pas à des monstres comme lui !

- Non... pas là ! Arrête !

Elle voulut reculer, mais elle était bloquée contre un arbre qui se trouvait juste là. La poisse ! Les mains posées contre le tronc, elle enfonçait ses ongles dans l'écorce, le souffle court. Elle avait beau ne pas apprécier ce qu'il faisait, son corps ne pouvait s'empêcher de réagir. Elle qui pensait l'avoir dresser à la perfection, elle était loin du compte. Faut dire qu'elle n'avait pas pensé à cela lors de ses entraînements. La langue du démon descendit pour caresser sa peau de plus en plus pas. Crispée et angoissée, elle aurait vraiment voulu le repousser. Voilà pourquoi elle occupait ses mains à malmener l'écorce plutôt qu'à étrangler le démon. C'était plus sage. Elle retenait avec peines les soupirs ou gémissements qui tentaient de s'échapper de sa gorge. Elle ferma les yeux et essaya de penser à autre chose, de ne pas se concentrer sur ce que l'homme était en train de lui faire et es décharges de désir dont son corps était victime.

*Allez, Viviane. T'es bien plus forte que ça !*

En était-elle si sûre ? Sa respiration était devenue un peu plus rapide et forte, soulevant sa poitrine au rythme de ses inspirations. Une perle de sueur du à l'angoisse glissa le long de sa gorge pour venir se loger entre ses seins. Et voilà que ses mains devenaient moities ! Résister, il fallait résister. Ne pas laisser un quelconque son de sa gorge la trahir. Combien de temps est-ce que ça allait durer ?
Journalisée
Stephen Connor
Poupaw de son fichtonw
Administrateur
-
*****
Messages: 2679



Voir le profil
Fiche
Description
Colosse d'un mètre et quatre-vingt quinze centimètres, de près de cent cinquante kilos, aux yeux rouges et à la peau cuivrée. 

Champion de Lucifer, Grand Duc du plan Infernal. A la tête de cent Légions de démons.

Prétendant au trône d'Ashnard, sur le point de réaliser un coup d'état.

PS : Préfère les gros culs D:
« Répondre #13 le: Juillet 23, 2013, 04:42:00 »

Stephen se doutait bien que la belle n’allait pas commencer à le supplier de la prendre au moindre mordillage de mamelon. Mais ce qui était sûr, c’est qu’il tirerait d’elle des gémissements de plaisir, même si elle faisait tout pour les empêcher de quitter ses lèvres. C’était là un des plaisirs de posséder ainsi des femmes fortes, leur faire réaliser que dans le fond, elles restaient des femmes. Le beau diable n’avait pas manqué la petite réaction de Viviane lorsqu’il avait effleuré son petit point sensible, au travers de ses sous-vêtements. C’est d’ailleurs avec un léger sourire aux lèvres qu’il faisait glisser ses deux doigts d’avant en arrière sur le tissu.

Caressant tantôt le clitoris, tantôt l’entrée de l’agréable intimité, Stephen s’abaissait un peu plus à chaque allée et venue. Ses lèvres continuaient toujours, inlassablement, de caresser le ventre athlétiquement musclé de la blonde, répandant leur agréable chaleur sur celui-ci, de plus en plus bas, de plus en plus bas.  Lorsqu’enfin sa bouche fut arrivée au niveau du sous-vêtement, le démon ne put réprimer un sourire. Sa main libre arracha sèchement la dernière barrière entre l’intimité de Viviane et la fougue de son prédateur. Les doigts habiles du monstre glissaient maintenant sur sa chair, ses petites lèvres intimes, titillant l’entrée de cet antre, qui paraissait être des plus accueillants.

« On va voir si tu retiens tes gémissements… » Commença l’éphèbe, passant alors ses bras derrière les genoux de Viviane par l’espace intérieur des cuisses. « Avec ça. » Termina-t-il, la relevant d’un seul coup.

Il était fort, pas besoin de s’inquiéter pour ça. De plus, le grand arbre contre lequel était calée Viviane assurait qu’elle puisse s’y adosser. Le beau diable la tenait en hauteur, son visage enfoui dans l’intimité de la jeune femme. Les cuisses de Viviane étaient posées sur les biceps du démon, tandis que ce dernier maintenait la guerrière en lui tenant fermement les hanches. Bien sûr la femme était en hauteur et devait se maintenir convenablement, mais nul doute qu’elle y parviendrait. Stephen avait préféré ça à l’allonger sur un rocher, et puis cela faisait aussi passer un message, en la soulevant de cette manière, il lui rappelait sa force et sa position de dominateur.

Sa langue vint immédiatement remonter le petit capuchon de peau qui couvrait le clitoris de la belle blonde. Sa langue se mit alors à décrire de petits mouvements, de haut en bas. Seule la sphère humide de son muscle caressait le petit bouton rose, appuyant dessus avec douceur, sans encore trop chercher à arracher des gémissements à Viviane. Le petit manège dura un court instant, durant lequel les mains du beau diable s’affairaient à caresser les hanches de la belle blonde, sans relâcher la pression possessive qu’elles exerçaient sur ses courbes sensuelles. Le contact humide de la langue de Stephen sur le petit clitoris de Viviane se fit alors plus insistant.

Après quelques minutes passées ainsi à lécher, caresser et malaxer du bout de la langue ce petit bouton rose, Stephen finit par reposer la belle blonde au sol, en douceur. Cette fois, par contre, elle devait savoir ce qui l’attendait. Le monstre ne pouvait qu’imaginer à quel point un corps si bien entretenu pouvait offrir une intimité confortablement serrée. Mais bientôt il n’imaginerait plus, bientôt, il serait dedans, pour constater par lui-même. Ses grandes, puissantes mains vinrent se saisir une nouvelle fois des hanches de Viviane, la retournant en douceur pour qu’elle soit dos à lui. Puis, il lui appuya doucement sur le dos, signe qu’elle devait se pencher contre l’arbre. Il attrapa ses fesses et les ramena à lui, et se mit alors à caresser l’entrée de son intimité de son gros gland chaud, encore enrobé de la salive de Viviane.

« Empale-toi dessus. » Ordonna-t-il.
Journalisée

Viviane
Humain(e)
-

Messages: 31



Voir le profil
Fiche
« Répondre #14 le: Juillet 23, 2013, 05:28:28 »

Le démon continuait sa petite torture sans cesser de faire glisser ses lèvres de plus en plus bas le long de son ventre. Il ne fallait pas qu'elle lâche prise, il fallait qu'elle résiste jusqu'au bout et prouver à ce salop qu'elle était forte et fière, jamais soumise ! Sa mère avait-elle agit ainsi également ? Ou n'avait-elle put qu'hurler son désespoir et sa douleur à chaude larmes ? Viviane ne préférait pas y penser. Sa mère lui avait toujours dit qu'au final, elle ne regretterai rien. Car ce sacrifice lui avait donné une fille magnifique. Sauf que voilà, la guerrière n'avait aucune intention de se faire engrosser par une créature aussi perverse et dangereuse qu'un démon ! Ses enfants ne connaîtraient pas la honte qui la hantait depuis 28 ans. Jamais.
Ah si seulement ce type ne s'était pas trouvé sur sa route ! Si seulement elle avait passé une journée de plus à Nexus... quelle idiote !
Soudain, elle se retrouva sans plus aucun tissu. Le démon venait de lui arracher son dernier sous-vêtement et son intimité se trouvait totalement à sa merci. La sensation de tout à l'heure se fit plus vive encore et Viviane du serrer les dents. Son corps ne lui obéissait pas, il y a des choses qu'on ne peut pas contrôler. Il y a toujours le plaisir, la douleur... au grand damne de la jeune femme qui sentait sa détermination flancher. Mais le démon lui réservait bien plus encore.

La guerrière se sentit soulever au dessus du sol par la force inhumaine de l'individu. Comment était-il capable d'un truc pareil ?! Pour ne pas chuter, Viviane s'accrocha de nouveau au tronc de l'arbre avec force. Soudain, quelque chose de chaud et humide vint titiller son sexe, ou plus précisément le point le plus sensible et érogène de son intimité. Elle pinça les lèvres, serra les dents à s'en exploser la mâchoire. Mince ! Cette sensation était... démoniaque ! Elle sentit un frisson violent dans tous son corps qui se crispait de plaisir. Non... surtout ne pas abandonner. Mais le gémissement était là, juste au bord de ses lèvres, ne demandant qu'à sortir. La langue du démon se fit plus insistant, et la jeune femme ne pu résister d'avantage.

- Han...

Elle se maudit immédiatement d'avoir laissé ce gémissement franchir les barrières de ses lèvres. Damnation ! Était-elle si faible que cela ? La rage ne l'avait pas quitté et grandit un peu plus. La peste soit de cette satanée créature des enfers !!
Il finit par la reposer au sol. Honteuse, Viviane n'osa pas croiser son regard et respirait péniblement sous la chaleur que produisait son corps tout entier. Il se saisit de nouveau d'elle et la retourna contre l'arbre, attirant ses hanches vers lui comme si elle n'était qu'une poupée de chiffon. Viviane ne chercha même pas à se débattre. Lutter contre son propre corps était bien plus compliqué et fatiguant que lors d'un combat contre un ennemi. Elle se sentait pitoyablement faible. Les mains appuyées encore contre l'écorce, dans une position très gênante, elle ne voyait plus le démon, mais devinait ses intentions. Voilà. Si elle le laissait faire, il aurait gagné. Elle avait déjà perdu un combat en laissant échapper ce petit gémissement. Désormais elle était près de perdre la guerre. Des larmes de rage et de fureur envahirent ses yeux tandis que ses mains tremblaient légèrement. La tête baissée, elle ne cessait de maudire, elle et ce démon de malheur. Celui-ci lui demanda de s'empaler sur son pénis.
Viviane se laissa quelques secondes. Devait-elle obéir ? Elle avait tant envie de refuser, toute sa fierté et son honneur le lui hurlait. Son corps, lui, ne demandait qu'à se soumettre.

*Allez.. c'est qu'un mauvais moment à passer. Je peux le faire.*

Elle inspira profondément, puis s’exécuta lentement. Elle sentait déjà le gland du démon se frotter contre son entre pour l'inviter. Elle n'eut qu'à se pencher un peu plus. Elle fit un grand effort pour se détendre un peu, histoire de ne pas serrer les jambes et permettre au membre de mieux s'enfoncer. Celui-ci était déjà humide depuis tout à l'heure, et l'intimité de Viviane, bien que loin d'être trempé, l'était également bien malgré elle. Le sexe du démon n'eut donc pas de mal à trouver un chemin dans l'antre de la jeune femme qui, comme ordonné, s'empalait lentement dessus. Elle grimaça. Cela faisait bientôt 4 ans qu'elle n'avait eu aucune relation sexuelle et la chose était donc loin d'être si simple. L'entrée de son intimité était contracté, et lorsqu'elle força un peu, elle eut comme cette impression de revivre sa première fois, en bien moins douloureux également. Voilà, c'était fait. Ce salopard avait réussi, qu'il se hâte maintenant ! Viviane n'avait qu'une seule envie, c'était que tout cela se termine une bonne fois pour toute. Le membre était gros et imposant, davantage que ceux qu'elle avait pu voir jusque là - c'est à dire bien peu au final.
Journalisée

Tags:
Pages: [1] 2
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox