banniere
 
  Nouvelles:
Le Staff est toujours à la recherche de nouvelles recrues pour différents projets, comme la Gazette ou la promotion du forum !

Pour plus d'informations, c'est par ici !

Liens utiles: Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Cacher les avatars

Le Grand Jeu - Forum RPG

Bad langage Discrimination Drugs Sex Violence Gambling

Bonjour et bienvenue.

Ce forum présente des oeuvres littéraires au caractère explicite et/ou sensible. Pour ces raisons, il s'adresse à un public averti et est déconseillé aux moins de 18 ans. En consultant ce site, vous certifiez ne pas être choqué par la nature de son contenu et vous assumez l'entière responsabilité de votre navigation.

Bonne visite ! :)

Pages: 1 [2]
  Imprimer  
Auteur Sujet: Captives [Nina Tekh]  (Lu 2853 fois)
Nina Tekh
Créature
-

Messages: 123



Voir le profil
Fiche
« Répondre #15 le: Août 15, 2013, 05:32:02 »

Nina

Non, mais la Baronne pensait réellement que parce que Nina était une cyborg crée par Tekhos, qu'elle était inépuisable ? Elle semblait prendre ses rêves pour des réalités. Certes, la jeune soldate avait été modifiée, ce qui la rendait bien plus résistante, dans le domaine sexuel aussi, mais elle n'était pas non plus immortelle, imbattable ou dans ce cas précis, avoir les réserves de spermes toujours pleines et son corps ne souffrant pas de la fatigue. Si bien qu'après un second orgasme, Nina était en sueur, et son sexe avait reprit une apparence plus classique. Sa geôlière sembla déçue decela, mais ne capitula pas pour autant, puisqu'elle était loin d'être rassasiée. Après tout, contrairement à la blonde, la Brune n'avait pas fourni d'efforts physique, ou n'en avait pas subi, puisqu'il n'y avait pas eu de pénétration. Elle s'était contenté d'observer en quelque sorte.

- Améliorée justement, pas avec une tige de fer en permanence, cela serait handicapant durant les batailles, tu ne penses pas ?... Mais, ai je l'impression de vouloir m'arrêter ?

Répondit Nina à la Baronne avant qu'un nouveau baiser soit échangé tout en rallongeant la seconde sur la table de torture. En effet, la Tekhane avait bien dit qu'il faudrait passer au plat de résistance, signe qu'elle savait que cela n'était pas finit. Enfin, sauf si la brune n'était pas capable de l'exciter à nouveau bien sur. Mais, cela elle en doutait fortement tout de même.

La Baronne prit alors une attitude, qui aurait pu faire penser que cela était fini justement. Mais, ses propos laissèrent supposer le contraire, et indiquaient finalement et simplement que l'endroit ne convenait plus. Elle repoussa alors Nina, qui se leva sans rechgnier avant de la conduire dans un autre lieu. La Tekhane ne montra alors aucun signe de résistance, puisqu'elle avait un plan, et celui ci n'était pas encore atteint avant qu'elle puisse mettre ce dernier à exécution.

Les deux femmes arrivèrent donc dans la dite chambre dans la maîtresse des lieux, et Nina ne manqua pas de voir l'énorme baie vitrée donnant sur l'océan. D'ailleurs, sans se soucier de ce que la Baronne pourrait dire, elle s'approcha de la vitre pour voir ce dernier. Inutile de dire qu'au vue de la situation, elle n'avait aucune chance de mettre son plan à l'oeuvre désormais.

- Tu viens souvent torturer tes amants, enfin tes captifs je devrais dire, ici pour leur ôter tout espoir de s'évader ?

Demanda t elle d'un ton amusé, mais sans joie, avant de se tourner vers la Baronne, et s'appuyer contre la vitre du sous marin visiblement navigoant en surface. Elle attendait donc sa partenaire, qui nulle doute allait encore davantage s'amuser de la situation, maintenant que Nina savait qu'elle ne pourrait s'échapper, tout comme elle ignorait où elle se rendait, n'ayant aucun point de repaire pour le transmettre à ses supérieurs si elle avait tenté l'évasion jusqu'au système de communication au moins.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Natasha

Oui, Natasha était inquiète, et il y avait de quoi, puisqu'elle ignorait où elle était, et ce que ses géôliers comptaient faire d'elle, et de l'Amazone du coup. Elle ignorait si elle était la seule de son unité encore en vie ou non en plus. Et s'il y avait bien quelqu'un de moindre importance dans celle ci, cela était bien elle, la nouvelle recrue. Ainsi, les propos que ne manqua pas de tenir Sonia, visant à la rassurer, ne le firent pas.

- De mon unité, je suis pourtant celle qui en a le moins. Je ne suis qu'une nouvelle recrue, et n'ait aucunes informations à transmettre. Seule notre capitaine pourrait probablement avoir une valeur quelconque !

Finit par dire la Tekhane en relevant la tête, presque en pleure, vers l'Amazone à ses côtés. Visiblement, la soldate était encore loin d'être endurcie, et ignorait que celle ci n'était pas la seule captive, l'officier de l'unité, Nina Tekh, l'était aussi. Natasha avait donnc été la première a ^^etre torturée, et visiblement dans une salle différente de celle de Nina, et n'avait été mise qu'inconsciente dans la cellule de sa supérieure pour la faire parler.

- Oh, mais rassure toi ma belle, ta chère capitaine a bien été capturée aussi, et est entre les mains de ma propre supérieure à l'heure actguelle !
- QUOI ?

Se fit alors entendre Maiden à travers le système de communication du sous marin. Ce qui indiquait bien qu'elle les écoutait, et les voyait probablement. En effet, le ton de la tueuse était clairement de l'amusement sadique, et si les deux femmes la voyait, cela se verrait aussi très probablement sur son visage. Cela était un fait facilement devinable.

Natasha resta surprise face à une telle annonce, qu'elle n'arrivait pas encore à croire, et elle ne s'imaginait pas encore quel genre de svices, sa capitaine avait ou allait subir de la part de la Baronne. En tout cas, elle était loin de se douter de ce qu'il se passait réellement.
« Dernière édition: Août 20, 2013, 07:02:34 par Nina Tekh » Journalisée
Les Amazones
Legion
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #16 le: Août 16, 2013, 02:28:15 »

LA BARONNE

Sa chambre était une véritable suite de luxe. Elle était grande, et la baie vitrée était magnifique. Il y avait un énorme lit en hauteur, avec des draps et des couvertures rouges, fines et doucereuses. Des portes dans les coins, derrière le lit, menaient dans d’autres pièces de sa suite. Le plus impressionnant restait toutefois la baie vitrée, qui offrait une vue saisissante de l’océan. On voyait un véritable désert bleu, interminable. Le sous-marin naviguait dans l’océan, et on apercevait à peine, en haut, semblant inatteignable, les lueurs du soleil. Comment s’évader de cette prison ? Impossible de remonter, et, quand bien même Nina, par un miracle impensable, y arriverait, elle serait au milieu de nulle à part, à des milliers de kilomètres des côtes tekhanes. Avec résignation, Nina semblait accepter que l’évasion était impossible, et réussit à le masquer... Tandis que la Baronne matait délicieusement son postérieur.

« Tu viens souvent torturer tes amants, enfin tes captifs je devrais dire, ici pour leur ôter tout espoir de s'évader ? »

Cette réplique lui arracha un sourire. Dans sa belle combinaison en cuir, la Baronne s’avança, et se blottit contre le corps de Nina, plaquant ses fesses contre la baie vitrée, et l’embrassa avec saveur, pressant l’un de ses seins, tout en fourrant sa langue dans sa bouche, aussi loin que possible, savourant ce contact délicieux. Leurs lèvres se pressèrent ainsi, avant que la Baronne ne se retire, un léger sourire se dessinant sur ses lèvres.

« Pourquoi voudrais-tu t’évader ? Nous passons un très bon moment, toi et moi... »

Maintenant, Nina comprenait clairement que la Baronne ne mentait pas. Elle était à elle, et la Baronne lui avait montré qu’elle pouvait se montrer aussi douce que cruelle. Elle embrassa encore Nina, avec un léger sourire, puis glissa légèrement ses lèvres, fléchissant les genoux, venant jouer avec l’un de ses seins.

« Tu sais... Un statut évolue... Pour l’heure, tu es ma captive... Mais rien n’est figé... »

Elle glissa encore, embrassant son ventre, près de son nombril, léchant sa peau, et descendit ainsi, léchant et embrassant, jusqu’à atteindre son membre, qu’elle lécha brièvement, avant de le masturber entre ses doigts.

« Nous serons à la base dans une heure ou deux, mon amour... Hélios est un chef impitoyable, mais il sait se montrer généreux. Quand il a su que j’étais venue pour l’espionner, il m’a pardonné, car il a compris que j’avais su ouvrir les yeux... Avec toi, ma beauté, les choses sont un peu plus compliquées... Tu es une cyborg, donc tu as été... Programmée pour obéir... Mais quelque chose me dit que tes concepteurs t’ont très bien conçu... »

Elle continuait à la masturber, tendrement, avec un excellent doigté, suçant parfois l’extrémité de son membre. Elle aimait bien cette androïde, et, plus elle y songeait, plus elle trouvait l’idée intéressante. L’avoir auprès d’elle, sentir sa grosse queue dans son corps... Nina n’était pas une androïde comme les autres, elle était dotée du libre-arbitre. Du moins, la Baronne le pensait, car, autrement, Nina n’aurait jamais pu coucher avec elle. Quelque chose lui disait que cette femme pouvait comprendre que son intérêt ne résidait pas dans une lutte perdue d’avance contre le Red Sun.

La Baronne embrassa le bout du sexe.

« Voilà qui est mieux... »

La Baronne se releva alors, satisfaite de l’érection de Nina, et l’embrassa à nouveau, tout en attrapant l’une des mains de la femme, pour la mener le long de la fermeture de sa combinaison. Son autre main agrippa sa nuque, et elle la retourna alors, inversant les rôles. Le dos de la Baronne heurta la baie vitrée.

« Déshabille-toi, ma belle, et fais-moi l’amour... Unissons-nous, montre-moi que tu m’aimes comme je t’aime, mon amour... »

Son ton était suave, ses mots doucereux. La Baronne savait y faire.

Et elle avait envie de la sentir en elle.



SONIA

L’Amazone était toujours dans une fâcheuse situation. Elle ne pouvait rien faire d’autre qu’attendre son heure en rongeant son frein, et en évitant d’énerver leurs bourreaux. Si elle parvenait cependant à conserver son calme, elle ne pouvait guère en dire autant de Natasha, qui paniquait à l’idée de mourir, confirmant qu’elle était une novice. Elle allait même risquer de pleurer. Sonia grognait. C’était stupide ! Cherchait-elle à attendrir leurs bourreaux ? On l’avait torturé, c’était bien la preuve qu’il n’y avait rien à espérer d’eux ! Sonia serait certainement vendue comme esclave... Ceci lui fournirait une bonne échappatoire, mais, dans l’absolu, elle préférait laver son honneur en tuant ses geôliers. Leur méconnaissance des Amazones était sa force. Si jamais ils apprenaient que la Horde les poursuivrait d’un bout à l’autre de Terra pour récupérer l’une des leurs, la situation pouvait légèrement se compliquer. Ils devaient voir Sonia comme une guerrière isolée, sans aucun réel intérêt, presque un supplément, un bonus. Qu’ils la mésestiment, c’était toujours un élément dont elle pourrait se servir par la suite pour se sortir de cette situation délicate.

En attendant, Sonia reprenait son souffle, lorsque la voix de la tueuse résonna, cruelle et amusée, pour indiquer que la supérieure de Natasha était probablement en train de se faire torturer. Comme Natasha, Sonia ignorait en réalité que Nina était en train de passer un très bon moment avec la Baronne, et accusa cette information, avant de durcir le ton en regardant Natasha.

*Ne t’en mêle pas, tu ne risques qu’attiser la colère de tes geôliers à ton égard...*

Elle se mordilla les lèvres, hésitant à parler. Mais Sonia n’était pas aussi prudente et endurcie que ses aînées, et finit donc par parler, le désespoir de Natasha la touchant :

« Reprends-toi, soldate ! Si tu les laisses voir tes émotions, ils s’en serviront contre toi ! »

Le ton employé par Sonia était dur et fort, afin de réveiller Natasha de la torpeur dans laquelle elle semblait être en train de se plonger. Où qu’ils aillent, ce voyage aurait bien une destination. On la changerait de place, Sonia devait rester concentrée, comme toujours. L’attente était difficile à gérer, car, quand on s’ennuyait, l’esprit avait tendance à s’emballer, l’imagination à se réveiller, mais elle se devait de se contrôler, de calmer la situation, de ne pas se laisser aller. En somme, il lui fallait conserver la tête froide, ce qui serait difficile, si Natasha se mettait à jouer le jeu de leurs adversaires, en se mettant à craquer.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nina Tekh
Créature
-

Messages: 123



Voir le profil
Fiche
« Répondre #17 le: Août 20, 2013, 07:57:14 »

Nina

La voilà donc dans l'antre privée de la Baronne, qui avait donc sans doute choisit ce lieu volontairement. En effet, montrer à Nina qu'il n'y avait aucune échappatoire possible devait servir ses plans et ôter tout espoirs à la Tekhane. Cependant, celle ci montra bien vite que cela ne la dépita pas, et se retourna vers son hôte pour lui poser une question. Evidemment, elle était plus rhétorique qu'autre chose, et la brune le comprit aisément au sourire qu'elle afficha. Même sa réponse, qui n'était finalement que pour le plaisir d'en donner une alors qu'elle venait se blottir contre la blonde, malaxant l'un de ses seins et l'embrassant, le laissait voir

- Et pourquoi pas hein ? Jusqu'à preuve du contraire nous sommes ennemies que je sache !

Répondit elle avant que la Baronne ne le claque le clapet d'un nouveau baiser. Et même si la situation était loin de montrer cet état de fait, il était pourtant bien réel, chacune se contentant de jouer un rôle, en faisant mine d'oublier pendant un temps, tout en rendant le transfert de prisonnier plus agréable, que ce n'était plus le cas.

- Ah bon, tu comptes devenir la mienne ... de captive ?

Plaisanta alors Nina, puisqu'il était peu probable que la situation ne s'inverse d'un bon bout de temps. Elle avait en tout cas fini par lâcher un gémissement quand la Baronne délaissa sa bouche pour venir jouer de la sienne sur ses seins. Mais, étrangement, la brune se montrait d'humeur locace, puisque tout en s'amusant avec le corps de Nina, qui se laissait faire, elle prenait souvent la parole pour tenter de convaincre la Tekhane de changer de camp. Mais, cela fit simplement sourire Nina, qui se demanda si elle avait été pardonnée d'avoir été une espionne, ou était finalement simplement un nouveau pion que Hélios sacrifierait lorsqu'il ne lui serait plus d'aucune utilité.

- Et qu'est ce qui peut bien te faire penser cela ?

Répondit Nina à la dernière remarque, même si au fond, cela pourrait aussi valoir pour la première partie du monomologue. Mais, la Tekhane ne pensait plus à çà quand elle la posa. En plus, elle gémit de nouveau, alors que sa partenaire lui faisait une fellation qui lui rendit bien vite la trique. En tout cas, cela fut suffisant pour que son amante se relève, et inverse les rôle pour se retrouvée contre la paroie vitrée, voulant visiblement jouer les soumises. D'ailleurs, elle s'était trompée dans la formulation, puisque Nina n'avait finalement pas besoin de se dévêtir, ou du moins ses vêtements ne la gênaient pas pour faire ce que la Baronne demandait, alors que ceux de celle ci oui.

- Mais, s'est que Madame va vite en besogne en pensant que nous nous aimons suite à un simple rapport charnel entre nous !

Dit alors Nina de façon provocante, baissant pourtant la fermeture éclair de la combinaison de la Baronne, mais sans plus. Non, elle vint simplement l'embrasser fougueusement, les mains revenant simplement s'occuper des seins de la brune, qui pointaient toujours autant.

- En plus, ne crois tu pas que notre amour semblerait impossible ? Nous somms dans deux camps opposés !

Poursuivit elle toujours aussi provocante. Oui, dans les grandes lignes, on pourrait même s'imaginer Roméo et Juliette d'une certaine façon. En tout cas, Nina n'allait pourtant pas se servir de se prétexte pour se dérober, et ses mains gluissèrent rapidement sur les flancs de la brune pour en descendre la combinaison, avec une lenteur plein de torture. Il faut dire aussi, qu'elle faisait comme la Baronne avant elle, descendant aussi sa bouche par pallier sur la peau progressivement libérée. Tout cela, jusqu'à ce que la combinaison passe sous ses fesses, mains revenant sur celles ci pour les malaxer, et sa bouche embrasse la zone juste au dessus de la partie intime qui dégoulinait déjà.

- Et bien, on dirait qu'on a une sacrée fontaine ici! Tu ne crois pas que cela risque de déclencher les cloisons étanches !

Elle continuait de plaisanter, et finir par venir aposer sa bouche sur ses lèvres intimes qu'elle embrassa avant d'aspirer comme on pourrait le faire à une paille, sans être aussi violente non plus, puisque le liquide venait tout seul. Quoi qu'il en soit, la Baronne n'avait pas encore eu ce qu'elle avait demandé, et subissait à son tour la torture précédemment subi par la Tekhane.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Natasha

Oui, Natasha craquait, et était au bord des larmes. Mais, la demoiselle, bien qu'ayant subi des entraînement pour justement résister à ce genre de situation, ne les avaient encore jamais expérimentés réellement. Si bien que la torture réelle était finalement plus dure à encaisser que lorsqu'on sait que s'est un entraînement et qu'on sera libérée et soigner par la suite. Elle se fichait bien de rentrer dans le jeu ou non de ses géôliers, elle ne supportait plus sa condition. Et si l'intervention de Maiden, agit comme une claque, cela ne fut pas pour la rassurer. Non, elle se demandait ce que subissait Nina, sa capitaine, et imaginait le pire, alors que dans un sens, s'était l'inverse même

- Et comment pourraient ils s'en servir contre moi hein ? Je n'ai rien de valeur pour eux qu'ils ne peuvent déjà savoir.....

Répondit alors, assez violemment à Sonia, quand celle ci lui demanda de se reprendre. Cela semblait facile pour elle, en apparence, elle n'avait subi aucune torture physique, puisqu'aucune plaie n'était visible. En plus, et çà, Natasha ne pouvait pas le savoir tant que Sonia ne lui dirait pas, et ne pouvait que le supposer, celle ci n'avait pas des compagnes qui soient mortes dans le combat ou capturées et en train de subir moult torture.

En tout cas, il y en a une, qui derrière les caméras, assise tranquillement sur un fauteuil, devait bien s'amuser de la scène auquelle elle assistait, voir même les deux si elle pouvait voir ce qui se passait dans la cabine de son capitaine. Natasha s'imaginait donc déjà morte, et non comme Sonia, être revendue sur un marché d'esclave par exemple. Pour elle, s'était une situation qu'elle ne pensait même pas dans le contexte actuel.

-..... Et comment veux tu qu'on se calme une fois dans mon état, dans ce genre de situation, immobile, attachée, et où on n'a qu'à compter les secondes qui s'écoulent de façon interminables !

Reprit alors la Tekhane, de façon plus calme, comme si s'énervée, avec ses blessures l'avait fatiguée, qu'elle perdait donc en énergie, ou se résignait de nouveau.
« Dernière édition: Août 25, 2013, 04:05:38 par Nina Tekh » Journalisée
Les Amazones
Legion
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #18 le: Août 21, 2013, 04:22:32 »

LA BARONNE

Était-elle amoureuse ? La question méritait peut-être, au vu des circonstances, d’être posée, mais la réponse allait de soi. La Baronne était incapable d’aimer une autre personne qu’elle-même. Les mots doux qu’elle employait avaient pour seule fonction d’attirer Nina, de la calmer, de lui montrer que la Baronne ne lui voulait pas de mal. Elle n’avait, après tout, pas été torturée, et elle était toujours en vie. C’était le signe qu’elle avait, pour la Baronne, une certaine importance. Nina semblait jouer avec elle, et décida de la faire patienter, de la frustrer, ce qui fit soupirer la Baronne. Lentement, sa combinaison glissait sur son corps, tandis que Nina continuait à descendre, déshabillant avec une intolérable lenteur le corps de la Baronne, la combinaison en cuir filant finalement sous son bassin. Comme on pouvait s’y attendre, la belle brune était en train de mouiller, sa cyprine indiquant l’état d’avancement de son plaisir.

« Et bien, on dirait qu'on a une sacrée fontaine ici! Tu ne crois pas que cela risque de déclencher les cloisons étanches ! »

La Baronne ferma les yeux, tendant ses mains pour caresser les cheveux de Nina, alors qu’elle entreprenait de lui faire un cunni’, refusant de fourrer son pieu en elle. Elle esquissa un sourire.

« Tu... Tu ne devrais pas plaisanter comme ça, Nina... Hum... Tu en as autant envie que moi, ma belle... »

Elle se moquait bien que Nina décide de la rejoindre ou pas. Cependant, la Baronne était très ambitieuse. Être l’une des lieutenantes d’Hélios, c’était bien, mais elle rêvait évidemment de mieux... Et quelque chose lui disait que Nina pouvait l’aider à réaliser son plan. Or, la Baronne savait se montrer généreuse avec ceux qui l’aidaient. Il ne restait qu’à la convaincre, mais, sur ce point, la Baronne était rassurée. Nina appartenait certes à l’armée tekhane, et considérait donc sûrement le Red Sun comme une organisation criminelle, mais, en ce moment, elles étaient deux amantes se faisant l’amour. Il serait dans l’intérêt de Nina de l’aider, car, quand elle verrait la base secrète du Red Sun, elle comprendrait qu’elle n’avait aucune chance d’en sortir sans son aide.

Pour l’heure, les mains de la Baronne glissaient sur les cheveux de Nina, les pinçant même, s’enfonçant dedans, illustrant toute la frustration que la Baronne ressentait. Le plaisir était là, car Nina était près de son intimité, mais se refusait à avoir un rôle très actif... Ceci éclipsa les plans de complots de la Baronne, son esprit revenant à des préoccupations bien plus matérialistes : baiser. Elle avait envie de sexe, et savait que Nina voulait juste se venger, la frustrer de ce qu’elle lui avait fait subir dans la salle de torture.

« Ne... Aaaaah, mais prends-moi, foutue salope ! »

Les mots doux s’étaient éclipsés, cette fois. La Baronne avait envie de sexe, et elle n’était pas du genre à tolérer qu’on puisse la faire attendre ainsi, sans chercher à la satisfaire. C’était pour elle particulièrement intolérable.



SONIA

Il n’y avait rien à faire. Natasha était une bleue, et ne contrôlait pas sa peur. Un tel comportement, dans le fond, était compréhensible. Elle était tombée entre les mains de l’ennemi, et sa vie était en sursis. Elle risquait de mourir, et avait été torturée. Son esprit était en train de craquer. Le Red Sun comptait probablement se servir d’elle. Sonia commençait à connaître un peu ce monde, et savait que l’esclavage était très en vogue. Une ancienne soldate tekhane esclave, voilà qui ferait plaisir à bien des hommes, irrités du sexisme ambiant à Tekhos. Sonia ne voyait aucune autre explication. Mais elle ne pouvait pas le dire à la femme, qui paniquerait encore plus.

L’Amazone conserva donc le silence, fermant les yeux. Natasha reprit alors :

« Et comment veux tu qu'on se calme une fois dans mon état, dans ce genre de situation, immobile, attachée, et où on n'a qu'à compter les secondes qui s'écoulent de façon interminables ! »

Sonia resta immobile, yeux clos, tête baissée vers le bas, avant de répondre, de manière sibylline :

« Qui se soumet n’est pas forcément faible. »

Ceci, à ses yeux, valait toutes les explications du monde.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nina Tekh
Créature
-

Messages: 123



Voir le profil
Fiche
« Répondre #19 le: Août 25, 2013, 04:45:19 »

Nina

Nina avait bien entendu la demande de la Baronne, qui se trouvait désormais adossée àsa paroie vitrée, à la merci totalement des plaisirs que lui donnerait la Tekhane. Cependant, la jeune blonde n'allait pas répondre directement à celle ci, mais faire patienter la brune afin de lui faire subir une torture similaire à ce qu'elle avait subi en somme. Pourtant, elle supposait que cela n'en serait pas une en théorie, puisque son amante avait ce qu'elle désirait, que Nina y fasse l'amour et savait que même si elle prenait son temps, elle finirait par l'avoir cette pénétration.

- Cela ne veut pas dire pour autant que je veux écourter le moment de plaisir en allant droit au but hein !

Répondit elle de façon amusée, en écartant son visage de l'entre-jambe de sa partenaire à qui elle donnait un cunnilingus approfondis. En effet, la Baronne l'avait bien sucé elle, et contrairement à la situation actuelle, s'était sans le consentement de la victime cette fois là. Elle retourna donc à la tâche, sentant les main de sa partenaire venir se placer dans ses cheveux, et les ébouriffés entre autre choses.

Sa compagne avait un plaisir non dissimulé ressenti, mais cela ne l'empêcha pourtant pas de se plaindre, alors qu'elle forçait presque Nina à ne pas écarter sa bouche de son initmité, et ssortir sa langue de son antre dégoulinante. Non, à la place de se laisser faire, elle se plaignit en insultant la Tekhane. Celle ci s'écarta alors, avant de se redressé et s'appuyé de nouveau contre le corps de la Baronne, en lui emprisonnant les poignets avec ses mains, alors que leurs seins se blotissaient les uns contre les autres.

- On dirait que Madame n'aime pas être dans le rôle qu'elle impose à ses victimes on dirait !

Lâcha alors la jeune femme sur un ton arrogant et provocateur. Mais, elle ne laissa pas le temps à sa cible de répondre ou de chercher à retourner la situation parce qu'elle était vexée. Non, Nina l'embrassa à pleine bouche et fougueusement, sa langue allant jouer avec celle de la Baronne pour s'assurer qu'elle ne prendrait le risque de la mordre de peur que se soit la sienne qui soit mordu dans le ballet. Elle finit tout de même par rompre le baiser, laissant un simple filet de salive les réunir encore.

- Mais, bon, puisque tu sembles impatiente !

Dit Nina qui semblait répondre enfin décidé à répondre aux attentes de son amante. Mais, elle usa de sa force, sans pourtant vouloir faire mal à la Baronne, pour la retourner, face à la baie vitrée, et lui faisant cambrée les fesses en venant placer ses mains sur les hanches de la brune.

- Et si à la place de pénétrer ton antre, je préférais ton petit trou hein ! Tu en penserais quoi ?

Continua t elle de provoquer, armant le geste à la parole alors que son pénis en érection venait frôler la rondelle de la Baronne. Cependant, cela ne fut que pour mieux glisser dans l'antre humide juste en dessous finalement. Et, il y rentra sans la moindre résistance tellement sa compagne était humide et excitée à force de l'attendre bien au chaud dans cette cavité.

- AAAAAH....Tu vois, s'est rentré tout seul à force que l'excitation dut à l'attente t'ai bien luvrifiée !

Dit Nina, se fichant un peu s'il y avait une incohérence, puisque malgré tout, elle aussi avait attendu ce moment. Si bien qu'au fond, comme l'avait supposé la Baronne, son petit jeu avait été une torture pour elle aussi en un sens. Elle se mit donc à donner des coups de bassins, et n'y allait pas en douceur, se doutant que faire de lents vas et viens ne conviendrait pas à son amante qui avait tant voulu son membre en elle.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Natasha

Natadha paniquait, et Sonia n'y pouvait malheureusement rien. Chaque argument qu'avait amené l'Amazone jusque là n'avait pas fonctionné et semblait même avoir énervé un peu plus la Tekhane, qui ne machait pas ses mots pour lui répondre. Pourtant, sa compagne d'infortune, elle conservait son calme, et avait même les yeux fermés, qu'elle n'ouvrait même pas pour lui répondre. la soldate ne savait pas comment elle faisait pour garder son calme à ce point.

- Peut être, mais être dans une position aussi restrictive à de quoi être frustrant énervant, et je passe probablement d'autres qualificatifs.

Répondit elle alors au dernier commentaire, qui pourtant n'avait apporté aucune réponses à Natasha pour la calmer. En plus, à moins de servir de piège, elle ne voyait pas trop en quoi rendre volontairement les armes face à un adversaire, qui en l'occurence était plus fort que soi, signifiait qu'on n'était pas faible mais fort.

- D'ailleurs, à moins de jouer les appâts, je vois pourquoi quelqu'un de plus fort se soumettrait devant un faible en plein conflit !

Avait poursuivit, de façon moins énervée cependant, Natasha en regardant Sonia, qui elle, conservait ses yeux totalement fermés.

- Et comment tu fais toi pour être aussi calme dans cette situation hein ?

Demanda t elle même avec une pointe de curiosité, sans doute dans le but de tenter la chose. Même dormir, dans une telle position ne serait pas un état facile à atteindre de plein gré.
« Dernière édition: Juin 18, 2014, 02:56:26 par Nina Tekh » Journalisée
Les Amazones
Legion
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #20 le: Août 27, 2013, 02:29:09 »

LA BARONNE

La patience n’était pas une qualité dont la Baronne était dotée... Pas dans ce domaine, en tout cas. Elle faisait suffisamment preuve de patience dans d’autres domaines pour pouvoir s’en dispenser ici. Ambitieuse, son désir était clairement de remplacer Hélios. Ce n’était pas que c’était un mauvais chef, ni même qu’il ne la payait pas assez, c’était juste que la Baronne en voulait toujours plus. Elle avait quitté la police quand elle avait compris qu’elle n’avait aucune chance d’obtenir un rôle intéressant, et avait préféré rejoindre le crime organisé, où, en gravissant les échelons, elle était finalement devenue la Baronne, proche d’Hélios. Son surnom était aussi un titre honorifique, au sein du Red Sun ; les Barons étaient les dirigeants du Red Sun, sous l’autorité directe d’Hélios, le grand patron. La Baronne avait obtenu cette place en réussissant à obtenir l’exécution de son supérieur, qui avait été un Baron doué. Elle s’était débrouillée pour qu’il soit accusé de corruption et de haute trahison, des comportements qu’Hélios ne tolérait pas. En répression, il avait été exécuté. Et la Baronne avait pris sa place.

Nina pouvait l’aider à renverser Hélios... Mais, pour ça, il fallait d’abord la convaincre. Outre son corps, la Baronne avait également d’autres arguments. Elle n’avait pas choisi d’épargner Natasha sans raison, mais le moment n’était pas encore venu de lui en parler. La Tekhane continuait à la narguer, excitant la Baronne, dont l’esprit revenait à des préoccupations très matérialistes : le sexe, le plaisir... Tout cela, dans le fond, était plus ou moins la même chose. La Baronne ne cherchait qu’à se faire plaisir, à prendre son pied, et c’était dans cette logique qu’elle avait décidé de séduire Nina, de la violer, puis de lui faire l’amour. Cette dernière finit par se redresser, pour un tendre baiser. Des gémissements étouffés s’échappèrent des lèvres de la Baronne, qui caressa le dos de la femme... Avant que Nina ne la retourne.

Les seins de la Baronne se plaquèrent contre la baie vitrée, son front la heurta, et elle sentit alors Nina se presser contre ses fesses. Une sodomie la tentait... La Baronne serra les lèvres, sans rien dire. Serait-elle contre une sodomie ? Possible... Mais Nina ne serait pas la première, de toute manière, à la prendre par là. Une sodomie aussi brutale serait très douloureuse, mais Nina semblait vouloir jouer, car elle ne se trompa pas de trou, et se faufila dans son vagin, humide et assoiffé.

« Haaa !! »

Le poing de la Baronne heurta la vitre, sans aucune chance de la briser. Elle s’aplatit contre cette dernière, en sentant, oui, en sentant enfin le plaisir venir. Ardent, intense, furieux, il était à la hauteur de son attente, alors que le membre de Nina glissait en elle, la satisfaisant, électrisant tout son corps.

« Putain, aaaahhh !!! »

La Baronne se laissait aller, ses doigts se crispant contre la vitre. Elle était glaciale, ce qui créait un singulier contraste avec la chaleur qui était en train d’exploser entre ses cuisses.

Ça, c’était bon !



SONIA

Elle l’entendait, mais ne l’écoutait plus. L’Amazone restait calme, méditant silencieusement. La paix mentale était la base de l’efficacité magique. Il fallait rester concentrée perpétuellement. La magie reposait sur l’équilibre des sentiments. Si elle s’énervait, ou laissait la peur parler, elle ne contrôlerait plus l’efficacité de ses sorts magiques. Sonia se concentrait donc. Certes, elle était otage, mais ce n’était pas une raison pour paniquer... Ce que Natasha avait visiblement bien du mal à comprendre.

« Et comment tu fais toi pour être aussi calme dans cette situation hein ? » lui demanda-t-elle.

Sonia conservait les yeux clos, et répondit assez rapidement, de manière concise, n’ayant pas envie de perdre son temps :

« Paniquer ne m’apportera rien. »

C’était aussi simple que ça. De plus, Sonia le sentait... Le vaisseau approchait de la base, elle pouvait le percevoir. C’était imminent.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nina Tekh
Créature
-

Messages: 123



Voir le profil
Fiche
« Répondre #21 le: Septembre 09, 2013, 10:24:03 »

Nina

Cela y était, après de longues minutes, où Nina avait fait languir La Baronne, celle ci obtenait enfin ce qu'elle désirait, se faire pénétrer. Cependant, cela ne fut peut être pas dans une position par laquelle elle aurait souhaité débuter cette union corporelle avec une ancienne collègue. Pourtant, alors que le pénis de la Tekhane s'enfonçait de toute sa longueur dans l'antre des plus humide de la criminelle, cette dernière sembla se contenter de cela et accepter le plaisir reçu, même si la blonde avait tenté de semer le doute pour l'orifice qu'elle allait prendre.

- Hmmm.... Tu es si serrée....

Laissa alors entendre Nina, alors que sa geôlière, elle, gémissait de plaisir, s'appuyant davantage contre la paroie vitrée de sa chambre donnant dans les profondeurs de l'océan.

- Aaaah...Dure à croire pour une nymphomane comme toi....

Poursuivit elle en commençant à bouger dans de lent va et viens, pour faire monter le plaisir progressivement, plutôt que la jouer brutale. Elle continua comme çà un temps qui sembla durer plusieurs minutes, en ne variant que peu la vitesse et autres types de mouvements possibles pour varier les pénétrations. Pourtant Nina finit par se pencher en avant, s'immobilisant bien au fond de l'utérus de la Baronne, alors que son buste et ses seins venaient se coller contre le dos de la brune.

- Hmmm...

Laissa t elle entendre à l'oreille de sa camarade, avant de donner des bbaisers dans le cou de la Baronne. Ses mains se mirent alors à bouger sur le corps de la femme fatale, alors que sa bouche donnait aussi des baisers à différents endroits du dos, en ayant reprit ses coups de butoir. La main gauche descendit jusqu'à son clitoris, alors que la droite s'immisça entre le verre et un sein afin de lui permettre de le prendre en main et le malaxer.

- Alors, suis je à la hauteur de tes espérences ?

Demanda t elle d'un ton amusé, en se recollant au dos de sa partenaire pour venir lui murmurer cela à l'oreille. Puis, elle s'écarta de nouveau, ses mains revenant sur les hanches de la brune, comme s'il était temps d'accélérer le mouvement. Ce qu'elle ne tarda pas à faire d'ailleurs, alors qu'une main, la droite, caressait ses fesses, avant qu'un doigt ne vienne s'immiscer lentement dans l'anus de la femme sous son contrôle. Cela n'était là qu'un test pour voir comment allait réagir la Baronne, en annonçant à l'avance que ce trou aussi allait surement être visité.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Natasha

La panique de Natasha était bien présente, mais, elle finit par se calmer, ou du moins se demander comment Sonia parvenait à ne pas perdre le contrôle d'elle même. En effet, depuis qu'elle avait ouvert les yeux à ses côtés, la Tekhane n'avait pas vu l'Amazone se plaindre de sa condition une seule fois. Non, elle conservait toujours son sang froid, même pour répondre aux remarques de la rouquine, à qui on aurait pourtant bien envie de donner des claques pour la faire taire parfois.

La réponse qu'elle reçut alors de la part de la jeune femme, la laissa perplexe. En effet, elle comprenait ce qu'elle disait sur l'inutilité de paniquer, mais, quelque chose la troublait. La réponse lui paraissait énigmatique, comme si Sonia n'avait pas voulu tout lui dire. Cependant, cela n'était pas le seul ressenti qu'elle avait. Elle se demandait comment la demoiselle parvenait à conserver son attitude, sans ressentir de stress, d'ennui, de colère, ou tout autre sentiments que leur incapacité actuelle apportait généralement à quiconque privé de ses mouvements, avec comme seul loisir son imagination. Et cette dernière était le plus souvent défaitiste quand on partait du principe qu'il n'y avait plus aucunes échappatoire.

- ... Parce que rester calme t'apportes quelque chose ?

Demanda t elle en cherchant à comprendre. S'est à ce moment là que ses pensées furent plus claire, en se disant que cela devait au moins permettre à sa conscience de chercher des solutions pour s'enfuir, ce que la panique ne permettait pas, puisqu'elle obnubilait tout et empêchait l'être concerné de réfléchir posément.

- Tu penses pouvoir trouver un moyen de nous sortir d'ici peut être ?

Demanda t elle alors, oubliant totalement le fait qu'elles étaient écoutées, et par conséquent que chercher à avoir une réponse à cette question serait inutile. En tout cas, cela l'était si Sonia n'avait pas oublié ce fait, et donc ne prendrait pas le risque que son plan, s'il y en avait un, soit dévoilà avant son exécution. Mais, au moins, ce genre d'intérêt chez Natasha montrait au moins que la panique cédait du terrain à la raison.
Journalisée
Les Amazones
Legion
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #22 le: Septembre 10, 2013, 02:15:51 »

LA BARONNE

La Baronne ne pensait à rien d’autre qu’au plaisir qui était en train d’exploser dans son corps. Des frissons la traversaient joyeusement, alors que le sexe de Nina lui pilonnait son vagin. La cyborg savait y faire, et la Baronne adorait ça. Son corps heurtait la solide baie vitrée. Yeux clos, elle se laissait aller, insensible à autre chose que la présence de Nina. Coucher avec les androïdes, c’était vraiment le pied ! La Baronne avait acheté son propre androïde sexuel, mais elle n’était pas ici, dans son ultime repaire, son manoir... Comment appelait-on le sexe avec des robots ? La passion sexuelle des machines ? Peu importe, dans le fond. La seule chose qui importait, c’était que Nina lui faisait un bien d’enfer. La Baronne bandait comme jamais, et était bien incapable de lui répondre autrement que par des halètements et des soupirs. C’est dans cette circonstance, quand Nina enfonça un doigt dans son fondement, que la Baronne se mit à jouir.

Un cri s’échappa de ses lèvres, et sa mouille jaillit, une partie s’éclatant sur la vitre, se répandant dessus, alors que ses mains se crispèrent contre la vitre. La Baronne finit par rouvrir les yeux, et remua un peu, se libérant de l’étreinte de Nina, son sexe épais se retirant de son corps.

« Aaaah, Nina... Je t’aurais bien laissé me défoncer le cul, mais nous allons arriver… Il ne serait pas convenable que les homes d’Helios me surprennent à quatre pattes avec toi…. »

Elle l’embrassa sur les lèvres, en souriant, puis entreprit de se rhabiller, remettant proprement sa combinaison en cuir, ainsi que ses lunettes. Depuis la baie vitrée, on pouvait voir une structure de plus en plus épaisse qui apparaissait, enflait et grossissait, une chose noire qui se découpait dans l’obscurité et dans l’immensité de l’océan. La Baronne sourit lentement, en caressant l’une des joues de Nina.

« Tu vas comprendre pourquoi la base principale du Red Sun est introuvable... Regarde bien par la baie vitrée, nous approchons... »

La Baronne, de son côté, entreprenait de se recoiffer, tandis que, peu à peu, une espèce d’immense sous-marin semblait apparaître. Une structure mécanique immense, défiant la logique, en forme de requin. Sa gueule se mit lentement à s’ouvrir, révélant une espèce de bouche lumineuse infernale, formant une énorme lampe qui explorait les profondeurs abyssales de l’océan. Plusieurs sous-marins et des chasseurs aquatiques en sortaient

« C’est le Cetorhinus Maximus, le vaisseau d’Hélios. »

La Baronne se glissa dans le dos de Nina, l’embrassant dans le cou, en l’enlaçant, se blottissant contre elle.

« Réfléchis bien, Nina... Il se pourrait que nos intérêts convergent, et que nous ayons un ennemi en commun... Mais, en attendant, tu vas retourner voir ta subordonnée... »

Elle planta alors dans le flanc de Nina une sorte de taser, balançant des volts dans le corps de Nina. L’effet obtenu fut très efficace : Nina s’écroula mollement sur le sol, tandis que le sous-marin pénétrait dans le Cetorhinus.




SONIA

Yeux clos, Sonia réfléchissait. Elle sentait que la vitesse du sous-marin se réduisait, et qu’une masse énorme était à proximité. Était-ce la base ennemie ? Sonia se mordilla les lèvres. Difficile pour ses sœurs de venir la secourir en pleine mer... Elle allait devoir se débrouiller seule, et l’Amazone faisait appel à son entraînement de guerrière pour ne pas céder à la panique. Ce serait trop facile. Il fallait qu’elle reste calme et concentrée. Cependant, sa concentration était difficile, car l’autre soldate continuait à jacasser comme une pie, lui posant continuellement des questions auxquelles elle n’avait pas envie de répondre.

« Nous approchons de leur base » répondit-elle tout simplement, conservant les yeux fermés.

Il fallait qu’elle se calme. Sonia n’était pas une Amazone formée, mais, si elle survivait à cette épreuve, il ne faisait aucun doute que la Reine Andromaque déciderait de l’introniser. Elle était bien plus loin que ce où son pèlerinage aurait du l’emmener, en pleine mer. Cette base détenait sûrement des objets de valeur, des trésors qui enrichiraient la Horde, et mettraient officiellement un terme à son pèlerinage.

Sonia entendit alors des bruits de pas, et rouvrit les yeux. La porte s’ouvrit, et plusieurs soldats entrèrent, balançant un corps inanimé sur le sol, avant de refermer cette dernière, sans rien dire. Un corps remuait faiblement par terre. Il s’agissait de Nina Tekh. Si on la leur rendait, c’était effectivement que la fin du voyage était arrivée.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.
Nina Tekh
Créature
-

Messages: 123



Voir le profil
Fiche
« Répondre #23 le: Juin 18, 2014, 03:32:13 »

Nina

Nina venait de faire jouir la Baronne, et se déversa dans le même temps en elle. Après tout, la geôlière n’avait nullement empêchée la Tekhane de le faire en exprimant une envie particulière par exemple. Non, à la place, elle s’aplatit contre la vitre pour retirer le sexe masculin de l’androïde. Ce qui eu pour effet qu’une grande partie du sperme libérée se retrouva à couler sur le sol. Nina recula pour s’appuyer au bureau de la propriétaire des lieux, en mettant davantage au sol. Elle soufflait assez fort, en regardant les fonds marins, derrière une amante, déjà en train de se rhabiller.

- Qui sait, ils apprécieraient surement, comme tout homme face à ce spectacle !

Se contenta de répondre la jeune blonde de façon assez provocante. Le pire dans le fond, s’est que cela était peut être vrai dans le cas des hommes. La jeune femme commença alors à se rhabiller elle-même, la Baronne ne jugeant pas nécessaire de la ligoter de nouveau. Et si l’idée de tenter l’évasion vint à ce moment là à l’esprit de Nina, sa nudité l’en empêcha aussi. S’était un frein aussi efficace que des menottes pour le coup.

- Un sous-marin !....

Lâcha la tekhane en relevant les yeux, le pantalon enfilé, vers la baie vitrée pour voir apparaître progressivement la masse d’un gros requin, qui n’avait rien de réels comme les nombreuses lumières dans sa gueule en train de s’ouvrir le démontrèrent. En effet, comme sa tortionnaire venait de le dire, cela était une base bien difficile à détecter, car toujours en mouvements, pour la raison principale.

- Ouais, mais surtout parce qu’ils te seraient profitable ! Je me tromp……..

Elle ne put finir sa réponse à la Baronne, qu’une décharge électrique assez puissante lui fut assénée dans le dos. Nina avait laissé la femme brune dans son dos, trop occupée à regarder ce qui allait devenir sa prison, probablement. Elle avait baissé sa garde et s’était fait avoir. Elle sombra dans l’inconscience, son corps tombant lourdement, et encore à moitié nu, sur le sol de la chambre de son hôte

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Natasha

Pendant ce temps, Natasha paniquait. Elle n’avait pas l’expérience de Nina et n’avait pas réussi à conserver son calme. Pire sa colocataire semblait l’ignorait désormais, et elle finit par se taire ne sachant que dire ou comment trouver du réconfort. Puis, le sous-marin décéléra, suffisamment pour que la jeune tekhane se balance à ses chaines faisaient des tintements d’enfers.

- Comment tu le sais ?

Question idiote posée par la panique. En effet, elle avait déjà la réponse à cette question. Mais, elle n’était guère en mesure de réfléchir. Elle tourna brusquement la tête quand la porte de la cellule s’ouvrit et que deux hommes jetèrent le corps inanimé de la capitaine. Celle-ci avait été rhabillée rapidement, mais laissant bien voir le fait que les vêtements avaient été enlevés. Ils n’avaient nullement prit la peine de refermer les boutons de la vestes par exemple, tout comme ils ne jugèrent pas bon de rattacher la demoiselle inconsciente, ne bougeant qu’à cause des spasmes du aux décharges électriques.

- Capitaine, qu’est ce qu’ils vous ont fait ?

Demanda une Natasha inquiète, alors qu’elle n’obtint qu’une réponse de rires de la part des soldats qui refermaient désormais la cellule derrière eux.

- Qu’est ce qu’on va faire ?

Demanda t elle alors en se tournant vers l’Amazone comme si celle-ci avait la solution. Reprenait-elle du poil de la bête ou était ce une nouvelle démonstration de la panique de la tekhane ? Les deux peut être, puisque son regard ne montrait aucun signe de courage quand il se posait sur l’autre femme encore conscientre.
Journalisée
Les Amazones
Legion
-

Messages: 470



Voir le profil
Fiche
« Répondre #24 le: Juin 20, 2014, 01:56:17 »

Sonia restait calme. Ne pas paniquer, c’était le plus important. La tâche était ardue, car la situation était tendue. Elle était prisonnière, sous l’eau, et la seule alliée sur laquelle elle pouvait compter était complètement dépassée. En réalité, l’Amazone avait toutes les raisons du monde d’être nerveuse, et, pourtant, elle arrivait à conserver son calme. C’était une fière Amazone, une femme qui savait qu’il ne fallait pas laisser la peur contrôler son cœur. Agir ainsi, ce serait la pire des actions possibles. Elle ne se contrôlerait plus, elle paniquerait, et elle perdrait tous ses repères. Sonia restait calme, attendant tout simplement un bon moment pour agir. Elle était comme une tempête en train de dormir, un serpent qui, dissimulé dans les fourrés, attendrait silencieusement son heure pour frapper. Alors qu’elle faisait preuve d’un calme olympien, Sonia entendit soudain du bruit.

Deux gardes leur ramenèrent une Nina esseulée, balançant la femme sur le sol en riant. Ils ne prirent même pas la peine de l’attacher, soit parce qu’elle était trop sonnée pour constituer réellement une menace, soit, et c’était plus probable, parce que la fin du voyage approchait. Les vêtements de Nina avaient été mis à la và-vite. Ils étaient froissés, et Sonia sentait sur elle cette odeur… Cette sueur qui collait à sa peau, ces traces post-sexuelles. Elle avait fait l’amour, et plutôt intensivement. Ceci faisait qu’elle semblait exténuée, étalée sur le sol, sous les yeux catastrophés d’une Tekhane qui n’en croyait pas ses yeux. Qu’avait-il bien pu se passer pour que Nina finisse dans un tel état ? Sonia n’était pas dupe. Elle avait été violée, tout simplement. Un crime qu’elle abhorrait. Les Amazones étaient spécialement formées à lutter contre le viol, à savoir profiter de ce moment où le mâle, aveuglé par sa toute-puissance et par la peur légitime qu’il inspirait chez la femme, laissait en réalité suffisamment de brèches pour permettre à la prétendue victime de se remettre d’aplomb, et de se défendre efficacement.

Sonia laissa Natasha tenter de réconforter la Tekhane. Nina était sonnée, il lui faudrait du temps pour se réveiller. Entre-temps, le sous-marin entra dans le Cetorhinus Maximus, plongeant dans la gueule du requin, s’enfonçant dans cette bouche métallique lumineuse. La gueule du requin se referma lentement, recrachant de l’eau par un système complexe et sophistiqué de conduits et de ventilateurs, expulsant l’eau en trop. La gueule du Cetorhinus se révéla ainsi être un vaste quai qui se remplit progressivement d’ouvriers et de soldats, dans une ambiance qui n’avait absolument rien à envier aux films d’espionnage tekhans de série B.

« Amarrez sur le Quai N°07 ! crachota une voix métallique.
 -  Préparez-vous à recevoir nos visiteurs ! Quai N°07, amarrage en cours ! »

Le sous-marin s’avança près du Quai N°07, et se colla à ce dernier. Le sous-marin crachait de vastes quantités d’eau, et plusieurs portes latérales ne tardèrent pas à s’ouvrir, livrant passage à l’équipage. Sonia, bien entendu, ne voyait rien de tout ça, mais entendit à nouveau des bruits de pas. Des gardes rentrèrent, et attrapèrent chacune des trois femmes, sans rien dire, si ce n’est leur aboyer de les suivre, et de se la fermer N’étant toujours pas en position de force, Sonia suivit, et s’aventura ainsi dans les coursives métalliques et sinistres du sous-marin. Elle se retrouva ensuite dehors… Mais pas à l’air libre.

Regardant autour d’elle, elle vit des traces d’eau partout, des gardes en combinaison intégrale, des ouvriers, des caisses, des caméras de surveillance, des sirènes, des ponts, des escaliers… Un fourbi incroyable dans ce qui semblait être une immense installation souterraine. Elle ne vit aucune fenêtre, l’éclairage blafard venant d’immenses néons géants flottant au plafond.

La Baronne était là, et leur esquissa un sourire. Deux gardes maintenaient Nina.

« Je vous souhaite la bienvenue dans notre repaire, Mesdames ! La base secrète d’Helios ! Il a hâte de vous recevoir... »

Elle se rapprocha, non pas de Sonia, dont elle se méfiait, mais de Natasha, caressant sa joue, parlant sur un ton plus bas, plus doux, presque sensuel et chaleureux.

« Ne t’en fais pas pour ta supérieure, petite soldate, si elle est épuisée, ce n’est qu’à cause de tout le bonheur que j’ai su insuffler en elle. »

Un sourire malicieux éclaira alors les lèvres de la Baronne, qui s’écarta. Cette base semblait immense, dédiée à la démence d’un homme qui, pour son malheur, avait osé capturer une Amazone. Sonia se retenait. Elle avait besoin d’en savoir plus avant de déclencher les hostilités.

Prudence est mère de sûreté.
Journalisée

DC d’Alice Korvander.

Consultez ce topic pour une présentation détaillée de mes personnages.

Pour une demande de RP, je vous encourage, soit à poster sur le topic susmentionné, soit à envoyer un MP sur mon compte principal.

Tags:
Pages: 1 [2]
  Imprimer  
 
Aller à:  

Powered by SMF 1.1.20 | SMF © 2006-2007, Simple Machines
Awake and Dreaming - Le Grand Jeu
ChatBox